Vous êtes sur la page 1sur 4

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE S2

UTILISER la compta pour vous faire une idée de la situation financière d’une E.

UTILISATEURS # producteurs des etats fin  pas d’écritures comptables

Eviter de vous TROMPER ou de vous FAIRE TROMPER


On peut se tromper si on ne sait pas lire :
 Quaesctquilya dedans ? quesctcequilnya pas ?
 Selon quelles regles ont-ils été étalis ? Questceque l’on peut espérer ?

Analyse critique des comptes, des référentiels, des principes comptables

S’ils sont faux ou s’ils ont été « manipulés » pour vous tromper :
 Quelles sont les ereurs, les « manipulations » les plus fréquentes ? A quoi faire le plus
attention ? comment sécuriser l’utilisation des comptes ?

Introduction à l’AUDIT c-a-d à la revue critique des comptes

Examen de fin de semestre : un mix


1. Des questions destinées à vérifier votre compréhension de concepts-clef
EX : où voit-on apparaître le goodwill dans les comptes sociaux ?
2. De questions de synthèse telles qu’on les traitera à la fin de chaque chapitre
EX : qu’apporte l’évaluation en « juste valeur » dans une perspective d’utilisation de la
compta pour la prise de décision
3. De petits ex nécessitant d’analyser une situation fin dans la perspective d’une prise de
décision.

La comptabilité est un LANGAGE  destiné à COMMUNIQUER avec des CODES


C’est un mode de représentation d’une réalité complexe (situation econ d’une E) à partir de
moyens simples, voire simplistes (qqes chiffres dans un tableau très standardisé).
A travers ce tableau simpliste, arriver a comprendre quelle est la situation financiere parceque
on connait bien les comptes.

2 visions complémentaire :
 La photographie du patrimoine à un instant t  BILAN
 Le récapitulatif des opérations ayant un impact financier pendant une période donnée
 COMPTE DE RESULTAT

Enjeu écon et social de la compta :


 La fiabilité de la compta est un facteur indispensable au fonctionnement d’une écon de
marché
 Il faut pouvoir connaitre la situation financière des E avec lesquelles on envisage de
faire des affaires (clients, fournisseurs)
 Dans laquelle on envisage d’investir (actionnaires, marchés financiers)
 A laquelle on envisage de prêter (banquiers)
 Ou de postuler (salariés)…
 Sans compta transparente (codes compréhensibles par tous) et fiable (appliqué de
façon conforme aux règles et sans volonté de tromper), pas d’économie de marché !
Info financière et gouvernance
 La compta est un des instruments de communication et de reddition de comptes entre
les propriétaires de l’E et se managers
 Elle est également un instrument de contrôle de la part :
o Des actionnaires, et ce d’autant plus qu’elle fait l’objet d’une validation
externe (CAC). Elle contribue à réduire l’asymétrie de l’info.
o Des diverses autorités de contrôle
Info financière et globalisation
 Le besoin de transparence et de communication et d’autant plus important que l’écon
s’internationalise. Dans ce cadre, l’exigence de fiabilité financière est encore plus forte,
et celle de transparence des cadres comptables également.
Normalisation comptable
 La normalisation comptable visant à l’existence d’un seul cadre comptable est en cours
avec les normes IFRS qui sont progressivement mises en œuvre dans les pays
occidentaux dont la France.
 2 modes de mise en œuvre :
o Adoption des IFRS par les sociétés cotées
o Convergence progressive du PCG avec les normes IFRS

Les diffs référentiels en vigueur :


 En France, PCG (déclinaisons sectorielles spécifiques par ex banque et assurance)
 D’autres GAAP sont en vigueur dans les autres pays : US GAAP, UK GAAP… Leur
orientation est souvent plus économique et financière et moins réglementaire et
fiscale qu’en France.
 US GAAP ou UK GAAP nous conviendrait plus puisque plus faciles à lire, France
nécessaire une interprétation plus exhaustive
 IFRS  le PCG converge peu à peu vers ce standard à orientation plus financière. Les
sociétés françaises cotées sont d’ores et déjà tenues d’appliquer ces normes IFRS.
 Les groupes français tenu d’établir des comptes consolidés ou des comptes combinés
appliquent pour ceux-ci un référentiel comptable spécifique.
  FAUDRA ARRIVER À DETERMINER SI SE SONT DES COMPTES DETERMINÉES SUR LE
PCG, LES IFRS OU LE 3ÈME RÉFERENTIEL POUR GROUPES FRANÇAIS
 95% des écritures sont exactement les mêmes

TRÈS IMPORTANT : quels sont les critères de « qualité » des comptes annuels ?
Régularité = conformité aux règles
Sincérité = bonne foi
Image fidèle = vision objective et complète de la situation financière
Ces mots sont écrits tels quels dans le même ordre par le commissaire aux comptes lors de

L’ordre d’importance des 3 qualités fondamentales des comptes est essentiel :


 PCG : REGULARITÉ > SINCERITE > IMAGE FIDELE  compta à forte dominante juridique
(respect des règles) méthodes standardisées (peu de liberté mais prenant peu en
compte la spécificité des situations.
 IFRS : IMAGE FIDELE > REGULARITE  compta orientée vers l’info financière moins
standardisée (plus de liberté d’application)
 Avantages : plus effectif lors de l’analyse financier d’une seule E. Inconvénients : plus
compliqué lors de la comparaison de plusieurs comptes de plusieurs E en même temps
1 sujet d’examen intéressant : comment règle -t-on les conflits entre régularité et image
fidèle ? expliquer en 15 lignes.

Plan du cours :

INTRO
1. La photographie de la situation financière : lecture critique du bilan

1.1 Connaitre le contenu des diff postes du bilan


BILAN = photographie du patrimoine à un moment donné « ce que l’on a » moins « ce que
l’on doit »
Ce que l’on possède : les biens corporels, les créances (ce qu’on nous doit), l’argent dont on
dispose
Ce que l’on doit : les dettes (fournisseurs, banquiers, organismes sociaux, salariés)
En général ce que l’on a est supérieur à ce que l’on doit. La différence est la valeur comptable
de l’E (A ne pas confondre valeur comptable et valeur = valeur à laquelle on vendrait l’E si on
devait la céder  plus compliquée à calculer et dont sa valeur ne peut pas se lire dans le bilan.
Cette différence s’explique de plusieurs façons :
 On a obtenu des ressources qu’on n’a pas à restituer (on les a mais on ne les doit pas)
 Notre activité a dégagé des résultats dans le passé (constituent une richesse pour l’E)
Notion de Bilan
Distinction des ACTIFS (inventaire de tout ce que l’on possède) et des PASIFS (inventaire de
tout ce que l’on doit). La différence mesure la « richesse » de l’E.
ACTIFS :
 Immo corporelles : éléments achetés ayant vocation à être «  consommés  » ou utilisés
sur une période assez longue EX  : immeuble, serveur info…
 Immo financières : participation dans des filiales ou pour placer des liquidités (titres,
obligations)
 Stocks : éléments achetés ou produits destinés à être vendus
 Créances : tout ce que des tiers nous doivent
 Trésorerie : avoirs en banque ou en caisse
PASSIFS :
Dettes :
o Certaines EX : dettes aux fournisseurs, aux salariés, emprunts …
o Probables = PROVISIONS
Capitaux propres :
o Dotations historiques du capital (à la création ou par apport futurs EX : lors de
fusions, augmentations de capital …)
o Résultats antérieurs mis en réserve
o Résultat de l’exercice
Les CP mesurent la richesse ou la valeur comptable de l’entreprise
ACTIF PASSIF
Immo : corp Capitaux Propres (dont Résultat)
Incorp
Financière
Stocks Provisions
Créances Dettes financières
Trésorerie Dettes d’exploitation

1.2 Connaitre les principales conventions comptables qui impactent significativement la


lecture des comptes
1.2.1 Le principe de coût historique VS juste valeur
1.2.2 Le principe de droit de propriété VS droit d’usage
1.2.3 Le traitement de la fiscalité différée
1.3 Le cas des groupes de sociétés : les comptes consolidés

2. La performance de la période : lecture critique du compte de résultat

3. De la lecture des comptes à leur analyse


4. Le contrôle des comptes : intro à l’audit

Vous aimerez peut-être aussi