Vous êtes sur la page 1sur 3

Université Mohammed V Année universitaire 2021-2022

Faculté des sciences Master physique mathématiques

DM de mécanique quantique avancée

Exercice 1 : Addition de moments cinétiques

Considérons un système physique de moment cinétique 𝑗⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑗1 + ⃗𝑗⃗2⃗ avec ( 𝑗1 = 1/2) et


2
(𝑗2 = 1/2). Les états propres |J, M˃ communs à 𝐽 et 𝐽𝑍 peuvent être développés suivant les
états propres |𝑗1 , 𝑗2 ; 𝑚1 , 𝑚2 ˃ de 𝑗12 , 𝑗1𝑍 , 𝑗22 , 𝑗2𝑍 sous la forme :
|𝐽, 𝑀˃=∑𝑚1 𝑚2 𝐶𝑚1 ,𝑚2 |𝑗1 , 𝑗2 ; 𝑚1 , 𝑚2 ˃

1- Quels sont les valeurs que peut prendre j ?


2- Calculer les coefficients de Clebsch-Gordan relatifs aux états |0,0˃ ;|1,1˃ ;|1,0˃ et
|1,-1˃ .
3- Supposons que le système est décrit par l’Hamiltonien suivant :
𝐻0 = −𝛼 𝐽2
Avec α est une constante positive
3-1 Calculer les valeurs propres de 𝐻0 et les états propres correspondants.
3-2 Etudier la dégénérescence des différents niveaux d’énergie du système

4- On suppose maintenant que le système est décrit par l’Hamiltonien :


𝐻 = 𝐻0 + 𝜔𝐽1𝑥 𝐽2𝑥
Avec ω une constante positive très faible par rapport à α
4-1 Calculer à l’aide de la théorie de perturbations, la correction des niveaux
d’énergie non dégénérés au premier et second ordre en ω, et à l’ordre 1 les
corrections des états correspondants.
4-2 Faire une recherche sur la perturbation dégénérée et calculer à titre d’exemple la
correction de l’énergie à l’ordre 1 du niveau dégénéré.
4-3 En déduire, à l’ordre zéro en ω, les états correspondants.

Exercice 2 : Niveaux de vibration et oscillateur anharmonique

Une molécule diatomique possède, en plus des degrés de liberté internes de chacun des
deux atomes, des degrés de liberté de rotation et de vibration. Dans l’approximation
adiabatique, on suppose que les électrons sont si rapides en comparaison des noyaux, que le
moindre déplacement de ces derniers produit un réarrangement instantané des premiers, ce
qui nous permet de considérer un potentiel V(r) décrivant l’énergie associée à la séparation r
entre les deux atomes. La distance moyenne 𝑟0 est alors donnée par la moyenne de r dans
l’état fondamental associé à ce potentiel (nous ignorons ici les degrés de liberté de rotation
et de translation, qui se découplent de celui de vibration). Le potentiel V(r) peut toujours
Université Mohammed V Année universitaire 2021-2022
Faculté des sciences Master physique mathématiques

DM de mécanique quantique avancée


être développé en série de Taylor autour de sa valeur minimum ; le premier terme non
constant correspond à un oscillateur harmonique, et le second à une correction
anharmonique (cubique en r). On peut donc décrire la vibration de la molécule par
l’Hamiltonien suivant, en première approximation :

𝑃2 1 𝑚𝜔 3/2
𝐻= + 𝑚 𝜔2 𝑋 2 + 𝜎ћ𝜔 ( ) 𝑋3
2𝑚 2 ћ

La forme du terme anharmonique a été choisie de façon à ce que σ soit un nombre sans
unités. La masse m est ici la masse réduite des deux atomes, et 𝑋 = 𝑟 − 𝑟0 .

1 Obtenez une expression explicite pour les niveaux d’énergie 𝐸𝑛 , et les états stationnaires
|𝛹𝑛 ˃ de ce système à l’ordre de 𝜎 2 pour 𝐸𝑛 et l’ordre σ pour |𝛹𝑛 ˃. Obtenez aussi une
𝐸 1
equation implicite simple pour 𝛿0 = (ћ𝜔0 − 2) à partir de la s érie de Brillouin-Wigner à
l’ordre 𝜎 2 .

2 Si la molécule est polaire (les deux atomes sont alors différents) elle aura un moment
dipolaire électrique d proportionnel à X : 𝑑 = 𝛼𝑋. Écrivez l’Hamiltonien décrivant
l’interaction de la molécule avec une onde électromagnétique incidente de fréquence Ω et
d’amplitude E à polarisation linéaire (on peut supposer que le dipôle s’aligne avec le champ
électrique).

3 Supposons que σ est assez petit pour qu’on puisse le négliger en première approximation.
Les états vibrationnels de la molécule sont alors ceux de l’oscillateur harmonique, notés |n〉.
Donnez une expression pour le taux de transition 𝛤𝑚𝑛 de l’état |m〉 vers l’état |n〉 dû à l’onde
électromagnétique, au premier ordre dans la théorie des perturbations. Quelles sont les
seules transitions permises ?

4 Refaites le même calcul, pour le taux 𝛤𝑚𝑛 : |𝛹𝑚 ˃→ |𝛹𝑛 ˃, en utilisant l’expression
approximative obtenue pour |𝛹𝑛 ˃. Y a-t-il d’autres transitions permises au premier ordre en
E?

Exercice 3 : Polarisabilité d’une molécule polaire.

Une molécule diatomique possède un moment dipolaire permanent d parallèle à l’axe de la


molécule. Soit I le moment d’inertie de la molécule par rapport aux deux autres axes.
L’Hamiltonien décrivant le mouvement de rotation de la molécule diatomique est :
1
𝐻= 𝐽2
2𝐼

Où J est l’opérateur du moment cinétique de la molécule par rapport au centre de masse de


la molécule, dans un repère fixe dans l’espace. Un champ électrique est appliqué
Université Mohammed V Année universitaire 2021-2022
Faculté des sciences Master physique mathématiques

DM de mécanique quantique avancée


parallèlement à l’axe z et la perturbation induite est 𝑉 = −𝐸𝑑 cos θ où θ est l’angle polaire
entre l’axe de la molécule et l’axe z.

1 Quelles sont les fonctions propres décrivant les états de rotation de la molécule, en
fonction des coordonnées angulaires θ et ϕ de l’axe de la molécule ?

2 Calculez la polarisabilité α de cette molécule dans son état fondamental. On néglige


bien sûr la contribution électronique à cette polarisabilité et on suppose que la
température est suffisamment basse pour ne tenir compte que du fondamental.
Effectuez le calcul au premier ordre non trivial en théorie des perturbations.

Vous aimerez peut-être aussi