Vous êtes sur la page 1sur 19

Niveau : 2 AM

Activité : Planification du projet 02


Objectifs : Planifier le projet 02 avec les apprenants
Compétence langagière : Raconter à travers la fable. Durée :
1heure

Compétences disciplinaires :
a- Compétence globale de la 2AM : A la fin de la 2ème AM, l'élève est capable de comprendre et de
produire, oralement et par écrit, des textes narratifs qui relèvent de la fiction en tenant compte des
contraintes de la situation de communication.
b- Compétence terminale (Projet 02) :
A la fin du deuxième trimestre, l’apprenant sera capable de comprendre et de produire oralement et
par écrit des fables, en adéquation avec la situation de la communication.
c-Niveaux de compétence :
Niveau x de compétence 01 :
A la fin de la troisième séquence, l'élève sera capable de rédiger la morale d’une
fable.
Niveau de compétence 02 :
A la fin de la deuxième séquence, l’élève sera capable d’insérer un dialogue dans
une fable.

Déroulement de la leçon du jour


I. Présentation du projet
Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi interprétons nos fables.
Le projet se déroulera en 03séquences.
Séquence 01 « Je rédige la morale d’une fable lue ou écoutée
Séquence 02 « J’insère un dialogue dans ma fable.
Niveau : 2ème AM
Projet n° 02 : « Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi interprétons nos fables »
Séquence n°01 : « Je rédige la morale d’une fable lue ou écoutée ».
Activité : Compréhension et production de l’oral
Objectifs d’apprentissage :
- Développer l’imaginaire, la créativité et l’esprit d’écoute chez l’apprenant.
- Construire du sens à partir d’un support vu ou écouté.
- Identifier le genre du récit proposé qui est une fable.
- Permettre à l'apprenant d'être en contact avec d'autres supports d'apprentissage de la langue française,
nouveaux et motivants.
- Aiguiser la faculté de mémorisation chez l'apprenant.
- Amener l’apprenant à communiquer de façon intelligible, claire, précise…..
Compétences développées :
- Savoir écouter un texte qui est une fable, et en comprendre le sens.
- Savoir rappeler oralement et par écrit les éléments essentiels d’un récit imagé (une fable)
- Savoir répondre à des questions portant sur la compréhension d’un récit
Imagé (une fable)
Compétence langagière : Raconter à travers la fable.
Modalités : Travail individuel, de groupe et collectif.
Matériel : Lecteur CD + CD audio (La colombe et la fourmi) + livre de lecture.
Déroulement de l’activité du jour
I/ Phase de pré écoute (de découverte) :
Observation des illustrations page60
a- Nomme les animaux représentés sur chaque Image.
b- Ces illustrations racontent des histoires d’animaux, à ton avis de quoi peut-il
s’agir ?
c- En te basant sur ce que tu sais déjà raconte brièvement deux histoires de ton choix.

II/ Phase d’écoute :


Faire écouter aux apprenants l’histoire de la Colombe et la Fourmi à partir du
CD audio ou on lisant le texte.
Consigne d’écoute :
Lis attentivement les questions de ton manuel avant d’écouter le texte :
La Fontaine.
La Colombe et la Fourmi

Le long d'un clair ruisseau buvait une Colombe, Quand sur l'eau
se penchant une Fourmi y tombe. Et dans cet océan l'on eût vu la
Fourmi
S'efforcer, mais en vain, de regagner la rive. La Colombe
aussitôt usa de charité :
Un brin d'herbe dans l'eau par elle étant jeté, Ce fut un
promontoire où la Fourmi arrive. Elle se sauve ; et là-
dessus
Passe un certain Croquant qui marchait les pieds nus. Ce Croquant,
par hasard, avait une arbalète.
Dès qu'il voit l'Oiseau de Vénus
Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête. Tandis qu'à le
tuer mon Villageois s'apprête, La Fourmi le pique au
talon.
Le Vilain retourne la tête :
La Colombe l'entend, part, et tire de long. Le soupé du
Croquant avec elle s'envole : Point de Pigeon pour une
obole.

Première écoute : compréhension globale


1- Où se passe la scène ?
La scène se passe le long (au bord) d’un ruisseau.
2- Cette histoire met en scène une Colombe, une Fourmi et un oiseleur, dis avec précision ce qui arrive
à la Fourmi.
Elle est tombée dans l’eau.
Elle allait se noyer.
2- Qui lui vient en aide ?
C’est la colombe qui lui vient en aide.
Deuxième écoute : compréhension fine / détaillée
1- L’oiseleur ne reste pas indifférent à la vue de la Colombe, qu’est ce qu’il avait l’intention de faire ?
Justifie ta réponse.
Il avait l’intention d’attraper la colombe.
Il le (l’oiseau = la colombe) crois dans son pot et déjà lui fait fête.

Le sais-tu ?
La fable raconte des aventures mettant en scène des animaux, des hommes, des éléments de la nature.
Les personnages représentent des comportements humains, sociaux. Par exemple : le Lion incarne le
pouvoir, le Renard, la ruse, l’Agneau, l’innocence, la Fourmi, la persévérance, l’Âne, la naïveté…
2- Qui l’en a empêché ?
● C’est la fourmi qui l’en a empêché en le piquant au talon.
3- A-t-il réussi enfin à réaliser son souhait ?
● Non ! Il n’a pas réussi à réaliser son souhait.
4- Quelle est la morale de cette histoire ?
IV/- Phase de synthèse : A ton tour de t’exprimer :
Dans le projet I, tu as appris à raconter à travers le conte. Maintenant, il s’agit pour toi de raconter à
travers la fable. Pour cette première étape, tes camarades et toi allez tout simplement reprendre l’histoire
« La Colombe et la Fourmi » et la raconter avec des mots simples. Comme pour le projet I, votre histoire
doit être attrayante.
Une fourmi qui avait soif, était descendue à un ruisseau, mais le courant
l’emporta et elle allait se noyer à ce moment-là une colombe l’aperçut.
L’oiseau arracha un brin d’herbe et le jeta dans l’eau : la fourmi y grimpa et fut
sauvée. Peu après, survint un oiseleur avec l’intention d’attraper la colombe. La fourmi, le voyant faire,
le mordit au talon de son pied. Ayant mal, l’oiseleur fit du bruit, la colombe l’entendit et elle s’enfuit.
Niveau : 2ème AM
Projet n° 02 : « Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi interprétons nos fables »
Séquence n°01 : « Je rédige la morale d’une fable lue ou écoutée ».
Activité : Compréhension de l’écrit Titre : Le
Lion et le Renard. Objectifs d’apprentissage
:
Au terme de la leçon, l’apprenant sera capable :
- De définir la situation de communication.
- D’identifier le genre du récit proposé qui est une fable.
- De repérer les différents animaux de la fable.
- De repérer leurs actions et les relations qu’ils entretiennent entre eux.
- De procéder à une analyse des personnages de l’histoire : étude de la
Personnalité, de leurs relations …
- De repérer la morale de la fable.
Compétences développées :
- Reconnaître un document en identifiant la structure dominante structure
narrative (une fable).
- Savoir lire silencieusement une fable, et en comprendre le sens.
- Savoir répondre oralement et par écrit à des questions portant sur la compréhension
d’un récit imagé (une fable)
Compétence langagière : Raconter à travers la fable.
Prérequis : La fable (Rappel)
Modalités : Travail individuel, de groupe et collectif.
Matériel : La fable (le lion et le renard) -Manuel de lecture Page 62
Déroulement de l’activité du jour
Texte à lire : Le Lion et le Renard Page 62
Un beau matin, le Renard se trouva soudain nez à nez avec le Lion. Il pesta contre le sort qui lui imposait
une telle rencontre et il pensa prendre rapidement la fuite. Mais le Lion l'aurait vite rattrapé. Aussi
décida-t-il de l'affronter.
- Lion, que fais-tu ici ? dit le Renard avec hardiesse. Prends garde à
toi, car tu te trouves sur mon territoire.
Le Lion fut extrêmement surpris. Jamais aucun animal n'avait osé lui parler de la sorte.
- Aurais-tu oublié que je suis le roi des animaux ? interrogea le Lion.
- Prends garde ! Te dis-je.
- Et pourquoi ? demanda le Lion.
- Tout simplement parce que je pourrais bien t'égorger et te dévorer, déclara le
Renard avec assurance.
- Toi ! Mais tu plaisantes ! s'exclama le Lion stupéfait.
- Pas du tout ! Je suis beaucoup plus fort que toi, dit le Renard. Qui crois-tu effrayer
? Les lapins ou les poulets. Moi je fais peur à tout le monde, même aux hommes.
- Comment pourrais-je te croire ? Rugit le Lion. - Eh bien ! C’est très simple, reprit le Renard, je vais te le
prouver. Suis-moi donc ! Le Renard partit en courant à travers la campagne et rejoignit une route qui
menait à un village. Le Lion le suivait.
Tous deux longèrent cette route fréquentée par des paysans qui rentraient chez eux à pied. Lorsqu'ils
aperçurent le Lion, ces derniers prirent rapidement la fuite. Alors le
Renard s'arrêta et fit face au
Lion.
- Tu as vu ! lui dit-il. Les paysans se sont enfuis dès qu'ils m'ont vu.
- En es-tu sûr ? interrogea le Lion.
- Mais oui ! s'exclama le Renard. Je courais devant toi et ils se sont sauvés dès qu'ils m'ont aperçu.
Ils n'ont pas même prêté attention à toi, car je représentais pour eux un danger
beaucoup plus grand.
Le Lion finit par en convenir : le Renard courait effectivement devant lui et les paysans avaient bien pris
la fuite. Il s'imagina que le Renard pouvait peut-être se montrer plus redoutable qu'il ne l'avait pensé. Et
ne voulant prendre aucun risque, il décida de regagner rapidement sa tanière. C'est ainsi que le Renard
réalisa que la
force ne réside pas seulement dans des crocs aiguisés et que la ruse peut aisément les remplacer.
D’après Jean Muzi et Gérard Franquin. 19 fables du roi lion
I/-Travail de reprise :
a- Rappel du titre de la séquence 01 du projet 02 b- Infos sur
la fable
La fable raconte des aventures mettant en scène des animaux, des hommes, des éléments de la nature.
Les personnages représentent des comportements humains, sociaux.
Par exemple : le Lion incarne le pouvoir, le Renard, la ruse, l’Agneau, l’innocence, la
Fourmi, la persévérance, l’Ane, la naïveté…
II/ Approche globale du texte
1- Etude du paratexte :( l’image du texte).
a- Le titre du texte :
- Quel est le titre de ce texte ?
Le titre de ce texte est : Le Lion et le Renard. b- Références
bibliographiques :
1- L’ouvre (la source).
- De quelle ouvre est tiré ce texte ?
Ce texte est tiré de : 19 fables du roi lion.
2- L’auteur :
- Qui est l’auteur de cette œuvre ?
Les auteurs de cette ouvre sont : Jean Muzi et Gérard Franquin
III)- Lecture silencieuse :
- Cette fable raconte l’histoire de deux animaux. Qui sont-ils ?
Ces deux animaux sont : Le Lion et le Renard.
- Selon toi, par quoi ces deux animaux sont-ils connus (quels traits les qualifient- ils)
Le lion est connu par sa force et le renard est connu par sa ruse.
- A quel moment le lion et le renard se sont-ils rencontrés ?
Ils se sont rencontrés : le matin (un beau matin).

III- Lecture exploitation :


1- A la vue du lion, le Renard prend peur, quelle phrase le montre ?
Il pesta contre le sort qui lui imposait une telle rencontre et il pensa prendre rapidement la
fuite.
2- Comment compte-t-il affronter le lion ?
Il compte l’affronter avec hardiesse.
3- Comment le lion réagit-il aux déclarations du renard ?
Le lion était extrêmement surpris car aucun animal n’avait osé lui parler
de cette manière.
4- Quels animaux sont cités dans le texte ? Ont-ils tous peur du Lion ?
Les lapins et les poulets. Oui !
5- Le Lion semble surpris par les paroles du Renard, le croit-il ? Si oui, justifie ta réponse en relevant
une phrase du texte.
Oui ! Le lion le suivait…. tous deux longèrent cette route.
6- Qui a pris la fuite à la vue du Lion ?
Ce sont les paysans qui ont pris la fuite à la vue du lion.
7- Le Renard tient encore tête au Lion, relève la phrase qui le montre.
Le lion finit par en convenir.
8- Quelle phrase montre que le lion a pris peur ?
En ne voulant prendre aucun risque, il décide de regagner rapidement sa tanière.
09- « lion » et « renard » sont des communs pourquoi prennent-ils une majuscule dans cette fable ?
Car ils sont personnifiés (ils représentent des comportements humains).
10- Quelle est la morale de cette fable ?
La force ne réside pas seulement dans des crocs aiguisés (acérés) et que la ruse peut aisément les
remplacer.
IV/- Synthèse :
1- Connais-tu d’autres fables dont lesquelles le Renard utilise la ruse pour s’en sortir.
2- Raconte l’une d’elles à tes camarades classe.
Niveau : 2ème AM
Projet n° 02 : « Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi
interprétons nos fables »
Séquence n°01 : « Je rédige la morale d’une fable lue ou écoutée ».
Activité : Vocabulaire 01
Leçon du jour : Le champ lexical.
Objectifs d’apprentissage :
- Identifier et employer le champ lexical d’un mot.
- Enrichir le vocabulaire de l’apprenant en lexique se rapportant à un même
thème.
Déroulement de la leçon du jour
I- Imprégnation :
Lis les situations initiales suivantes (Page 64)

Analyse :
1- Observe les mots écrits en bleu, dans quel thème peux-tu tous les réunir ? Je peux les réunir dans le
thème de : La méchanceté.
2- Propose d’autres mots qui pourraient appartenir à ce thème.
3- Injustice, malfaisance, méfait, nuisance, maléfice, malice, ruse, rancune, irritation, malveillance,
inimitié, agressivité, antipathie, haine,, impatience,
indignation, déchaînement, explosion, crise, irritation, fureur…
4- Observe les mots écrits en rouge dans quel thème peux-tu tous les rassembler ?
Je peux les réunir dans le thème de L’eau.
5- Propose d’autres mots qui pourraient appartenir à ce thème.
Arrosage, boisson, aspersion, douche, affusion, averse, multitude, flot, onde,
liquide, nappe, source, giboulée, ondée, grain, orage, rincée,……………
Retiens :
- Dans tout texte (conte, fable, légende, poème…), il y a souvent plusieurs mots qui se
rapportent à un même thème ou à une même idée : ces mots forment un champ lexical.
- Ex : la rage, châtié, cruelle, la colère Champ lexical de la méchanceté. II- Exercices :
Entraine-toi.
Exercice 01 page64
Je lis le texte puis je relève le champ lexical du mot « animal ».
Le soir après l’école, au cours de nos interminables promenades dans la palmeraie, mon oncle
m’apprit à distinguer les oiseaux par leurs cris et leur
plumage, les animaux
par leurs empreintes et leurs odeurs. C’est ainsi que je sus que les oiseaux ou
les animaux pleurent et rient. Nombreux sont ceux qui ne savent pas que dans une palmeraie vivent
toutes sortes d’insectes et d’animaux : des scorpions, des vipères, des lézards, des sauterelles, des
mouches et des moustiques. Mais aussi des ânes, des chèvres, des moutons, des boucs et des dromadaires.
Je fis la connaissance avec ces êtres divers qui composent la faune des palmeraies.
Une enfance dans le M’zab, Abderrahmane Zakad
Exercice 02 page64
Dans chaque liste, je barre l’intrus, puis donne un nom au champ lexical.
- peur - joie - tristesse - colère - travail : sentiment
- cime - vallée - valise - alpage - sommet : montagne
- pré - vague - coquillage - algues - océan : mer
- champ - ferme - village - pré - train : campagne
Exercice 03 page64
Je trouve cinq mots qui appartiennent au champ lexical de chaque saison :
- Le printemps : fleurir, coccinelle, papillon, hirondelle, chanter, fruit, équinoxe*
- L'été : chaleur, soleil, vacances, voyager, nager, plage, sueur,
climatisation,…
- L'automne : feuilles, jaune, doré, gris, tristesse, mélancolie, récoltes,
équinoxe*, orages,…
- L'hiver : Pluie, neige, froid, ski, manteau, verglas, chauffage, polaire, luge,…
Exercice 04 page64
Donné à titre indicatif
Je rédige un texte sur l’hiver en utilisant des noms, des adjectifs, des verbes. Cette année l’hiver fut très
rude. Il a plu tout le temps, il a même beaucoup neigé en montagne. C’était une très belle occasion pour
aller dans une station de ski nous initier à ce sport tellement difficile. J’avoue que mes fréquentes chutes
ne m’amusaient guère, de plus j’avais très froid, mes mains étaient gelées malgré la grosse paire de gants
que je portais. J’ai vite fait de retourner au chalet. J’ai passé la journée près d’une cheminée où crépitait
un bon feu.
Niveau : 2ème AM
Projet n° 02 : « Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi
interprétons nos fables »
Séquence 3: «Je découvre les différentes morales des fables choisies »
Séance: Grammaire
Les types de phrases (la phrase déclarative négative)
Objectifs :
- Identifier les quatre types de phrases et la ponctuation qui leur est associée.
- L'élève doit être capable de reconnaître et de distinguer la forme négative de la forme affirmative.
Déroulement
Phase d’observation :
LE LION ET LE RENARD
Un lion, devenant vieux et ne pouvant plus chasser, eut recours à la ruse.
Il rentra dans sa tanière, feignit d’être malade, et fut bientôt visité par les animaux de la forêt.
Le premier qui pénétra dans la tanière fut dévoré par le lion.
Le renard comprit la ruse, se mit à l’entrée de la tanière, et dit au lion :
— Eh bien, lion, comment vas-tu ?
— Je ne vais pas bien, répondit le lion ; mais pourquoi n’entres-tu pas ?
— Je n’entre pas, dit le renard, parce que, si j’en juge par ces traces, beaucoup
sont entrés, mais peu sont sortis.
La morale
Ainsi, à certains indices, les hommes sensés prévoient le danger et l’évitent.
Esope, Fables

Phase d’analyse :
1.Comment est devenu le Lion ?
Il est devenu vieux.
2. Que fait-il pour gagner sa nourriture?
Il rentre dans sa tanière faisant semblant d’être malade, ainsi tous les animaux qui lui rendent visite,
il les prend et dévore
3. Quel est le type et la forme de cette phrase ?
« Je n’entre pas. » Je
retiens :
a. Les phrases déclaratives négatives contiennent la négation ne (n’)
associé à plusieurs autres mots négatifs : pas, plus, guère, jamais, nul
Ex : « Je n’entre pas. »
b. Les mots de sens négatif : ignorer, nier, refuser, détester, critiquer
c. Les mots construits avec un préfixe négatif : im, in,ir, de, des, dis,mal.
Ex : La mission était impossible= la mission n’était pas possible
d. Par l’emploi de certaines propositions :sans, hors, loin, loin de
Ex : Il est hors de question de partir= Il n’est pas question de partir
Application
2. Je souligne les phrases déclaratives négatives
A- La Fourmi n’est pas prêteuse. Déclaratif
« Que faisiez-vous au temps chaud ? Interrogatif.
Vous chantiez ? Interrogatif.
Eh bien ! Dansez maintenant. » Impératif.
B - Ils ne voyaient nul mal à craindre. Déclaratif.
C - Qu'as-tu tant à te plaindre ? Interrogatif.
D - Je ne sais pas s'ils ont raison. Déclaratif.
E - Que vous êtes joli ! Exclamatif.
F - Les Loups mangent gloutonnement. Déclaratif.
G - Regarde ce Mouton. Impératif.
H - La plainte ni la peur ne changent le destin. Déclaratif.
1. Je coche les phrases déclaratives et j’indique la forme de chacune
Vous préparez un concours.
Tu remplis une fiche d’inscription. Elle
n’obtient pas son diplôme.
Je ne donne pas un cours de français ce soir. Ils ont des
examens.
3. Je donne trois phrases déclaratives négatives en l’écrivant sur mon cahier d’exercice.
Niveau : 2ème AM
Projet n° 02 : « Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi
interprétons nos fables »
Séquence n°01 : « Je rédige la morale d’une fable lue ou écoutée ».
Activité : Grammaire
Leçon du jour : Les valeurs du présent de l’indicatif. Objectifs
d’apprentissage :
- Reconnaitre les différentes valeurs du présent de l'indicatif dans un récit et l'employer avec ces
différentes valeurs.

I- Phase d’imprégnation :
A- Observe et lis la faible suivante. « Page 66 » Analyse :
- A quel temps et à quelles personnes sont conjugués les verbes écrits en gras ?
Les verbes écrits en gras sont conjugués au présent de l’indicatif à la 3
personne du singulier et à la 2ème et 3ème personne du pluriel. B- Lis les phrases
suivantes.
1- Nous lisons une fable. Le présent d’énonciation
2- Jugurtha défait les Romains. Le présent de narration.
3- Chaque matin, le berger sort son troupeau. Le présent d’habitude.
4- La terre tourne autour du soleil. Le présent de vérité général
Analyse :
1-Souligne le verbe de chaque phrase.
2- A quel temps ces verbes sont-ils conjugués ?
Ils sont conjugués au présent de l’indicatif.
3- Tu as déjà étudié les valeurs du présent, peux-tu indiqué la valeur du présent dans chaque
phrase.
III- Phase de structuration : Retiens
:
Le présent est un temps qui exprime différentes valeurs :
Le présent d’énonciation : Valeur que tu as déjà étudiée, est utilisé pour
exprimer un événement qui a lieu au moment où l’on parle une fable.
Le présent de narration : Donne l’illusion que des faits passés appartiennent au présent, comme s’ils se
déroulaient ici et maintenant :
Ex :Jugurtha défait les Romains.
Le présent d’habitude ou de répétition : Désigne une action qui se répète dans le temps :
Ex : Chaque matin, le berger sort son troupeau.
Le présent de vérité générale : Est utilisé pour exprimer une vérité ou un fait scientifique avéré : La
terre tourne autour du soleil. C’est le présent, des proverbes et des morales : Qui ne dit rien, consent.
IV- Phase d’évaluation :
Activité 01 Page 66 :
J’indique la valeur du présent dans les phrases suivantes : présent de vérité
générale ou présent d’énonciation.
-Les Musulmans sacrifient le mouton à chaque fête de l’Aïd El Adha. Présent de vérité générale
-Après le spectacle, nous rentrons chez nous. Présent d’énonciation.
-Les aigles s’emparent de leurs proies à l’aide de leurs serres. Présent de vérité générale
-Un triangle isocèle possède deux côtés égaux. Présent de vérité générale
-Je regarde un film d’aventures. Présent d’énonciation
-Les mots « découvrir » et «démonter» possèdent le même préfixe. Présent de vérité générale
-La raison du plus fort est toujours la meilleure. Présent de vérité générale
Activité 02 Page 66 :
Dans les extraits de fables suivants, je souligne les verbes au présent puis je donne leurs valeurs.
-Un Astrologue contemplait les astres en marchant : il eût beaucoup mieux fait de regarder à ses pieds ;
car tandis qu'il lève les yeux et les tient toujours fixés vers le ciel, voici que sans voir un puits qu'on
avait creusé sur son
chemin, il en approche, et de si près, qu'il s'y précipite et s'y noie. (Esope) Présent de narration
- Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. (La Fontaine) Présent de vérité générale
Niveau : 2ème AM
Projet n° 02 : « Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi
interprétons nos fables »
Séquence n°01 : « Je rédige la morale d’une fable lue ou écoutée ».
Activité : Conjugaison
Leçon du jour : Le présent de narration
Objectifs d’apprentissage :
- Reconnaitre l’emploi et la formation du présent de l’indicatif.
Déroulement de la leçon du jour
I- Phase de révision :
Rappel :les valeurs du présent de l’indicatif :
1- Le présent d'énonciation (immédiat ou momentané) : il correspond au moment où l'on
parle. ex: Je ne vois pas ce que tu montres.
2-Le présent de vérité générale : il s'emploie pour des faits toujours vrais (proverbes, définitions,
propriétés scientifiques) ex: En Laponie, l'hiver, le soleïl ne se lève pas.
3-Le présent d'habitude (itératif - répétition) : pour les actions habituelles, qui
se répètent. ex: Elle téléphone tous les jours à ses amies.
4-Le présent duratif (étendu) : pour une action qui dure, une action qui a commencé mais qui n'est pas
limitée dans le temps. ex: Il pleut depuis 2 jours.
5-Présent de caractérisation (description) : description ex: Ses yeux expriment la
patience.
6-Passé proche (récent) : pour une action qui vient juste d'être accomplie. Il
donne l'impression qu'aucun laps de temps ne s'est encore déroulé. ex: Cours pour le
rattraper, il sort à l'instant.
7-Futur proche : Il désigne une action non accomplie. ex: Mon stage
se termine vendredi.
II- Phase d’imprégnation : Observe et lis la fable suivante : III-Phase
d’analyse :
1- A quel temps et à quelles personnes sont conjugués les verbes écrits en
caractères gras ?
Les verbes écrits en gras sont conjugués au présent de l’indicatif ; à la 1ère,
la 2ème et la 3ème personne du singulier et à la 3ème personne du pluriel
2- Donne l’infinitif de chacun d’eux.
3- Classe-les en groupes.
IV- Phase de structuration : Retiens
Les terminaisons du présent de l’indicatif :
1-Verbes du 1er groupe : e – es – e – ons – ez – ent.
Ex : Je chante ; tu chantes ; il /elle chante ; nous chantons ; vous chantez ; ils/
elles chantent.
2-Verbes du 2e groupe : is – is – it – issons – issez – issent.
Ex : Je finis ; tu finis ; il /elle finit ; nous finissons ; vous finissez ; ils/ elles finissent.
3-Les verbes du 3e groupe : s (x)– s (x) – t (d) - ons – ez – ent.
Cas particuliers : Aller (3ème groupe) : je vais – tu vas – il va – nous allons –
vous allez – ils vont.
Certains verbes du 3ème groupe se conjuguent avec les terminaisons des verbes du 1er groupe.
Ex : Cueillir ; Je cueille, tu cueilles, il cueille, nous cueillons, vous cueillez, ils cueillent.
Le présent de l'indicatif prend des valeurs différentes selon le contexte, selon
la raison pour laquelle il est employé.
-Le présent de narration : il s'emploie pour rapporter des actions passées en
les rendant plus vivantes, il donne une impression de direct
V- Phase d’évaluation :
Activité 01 Page 67:
J’écris les verbes entre parenthèses au présent de l’indicatif.
On raconte que deux canards et une tortue vivaient près d’un étang où poussait une herbe
abondante. Les deux canards et la tortue étaient liés d’amitié et d’affection. Il advint que l’eau de
l’étang tarit ; alors les deux canards vinrent faire leurs adieux à la tortue et lui dirent :
« Reste en paix, amie ; nous quittons cet endroit car l’eau commence à manquer ».
« Le manque d’eau, leur dit la tortue, m’affecte plus que toute autre créature, car je suis comme la
barque : je ne peux vivre que là où l’onde abonde. Tandis que vous deux, vous pouvez survivre partout ;
emmenez-moi donc avec vous.
» Ils acceptèrent.
« Comment ferez-vous pour me porter ? » demande-t-elle.
« Nous prendrons chacun le bout d’une branche, dirent-ils, et tu te suspendras, avec ta bouche, par le
milieu alors que nous volerons avec toi dans les airs. Mais garde-toi, si tu entends les gens parler, de
prononcer un mot. » Puis ils la portèrent et volèrent dans les airs. «
C’est incroyable, dirent les gens lorsqu’ils les virent,... Une tortue entre deux
canards qui la portent. »
La tortue et les deux canards, Ibn Al Muquaffa
Verbes Infinitifs Groupes
Est Etre Auxiliaire « 3èmeG. » Vais
Aller 3ème groupe
Se saluent Se saluer 1er groupe
S’arrêtent S’arrêter 1er groupe
Vient Venir 3ème groupe Manges
Manger 1er groupe Suis Etre Auxiliaire «
3èmeG. » Meurs Mourir 3ème groupe
Appartient Appartenir 3ème groupe
Peux Pouvoir 3ème groupe
Dit dire 3ème groupe
Niveau : 2ème AM
Projet n° 02 : « Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi
interprétons nos fables »
Séquence n°01 : « Je rédige la morale d’une fable lue ou écoutée ».
Activité : Orthographe (auto-dictée)
Leçon du jour :
Objectifs d’apprentissage :

Déroulement de la leçon du jour


Le texte sera donné à l’avance, appris par cœur par l’élève et récité par écrit le jour l’évaluation
Devenu vieux, le Lion souffrant gardait le lit dans son antre. Tous les animaux
sauf le renard étaient venus rendre visite à leur roi. Saisissant l'occasion, le Loup, devant le Lion, accusa
le Renard, qui ne faisait aucun cas de leur maître à tous, et n'était pour cette raison pas seulement venu
le visiter. C'est alors que survint le Renard, surprenant juste à temps les paroles du loup.

Attention cependant aux résultats excellents qui seraient trompeurs :


Certains élèves réussissent parce que leurs capacités de mémorisation sur le court terme sont
grandes.
La restitution du texte ne se fait pas toujours en conscience réelle des difficultés ou
particularités orthographiques.
Niveau : 2ème AM
Projet n° 02 : « Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi interprétons nos fables »
Séquence n°01 : « Je rédige la morale d’une fable lue ou écoutée ».
Objectifs d’apprentissage :
- Présenter une série d’activités de préparation à la production écrite.
- Rédiger avec ses propres mots la fable choisie. Déroulement de
la leçon du jour
I/- Préparation à l’écrit :
Activité 01 :
Dans cette activité, il t’est demandé de :
a - Remettre dans l’ordre les vignettes de cette fable, b - Lui donner un
titre,
c - Associer chaque vignette aux phrases correspondantes.
E- La tortue, malgré sa lenteur, propose courageusement de se mesurer au lièvre.
C- La tortue s’élance sur la route.
A- Le lièvre, assuré d’arriver largement en tête, prend tout son temps, joue et chante chemin faisant.
D- La tortue persévérante atteint la ligne d’arrivée épuisée, mais heureuse d’avoir gagné la course.
B- Surpris par sa défaite, le lièvre comprend trop tard qu’il ne faut jamais
sous-estimer son adversaire.
ABCDE
Activité : Préparation à l’écrit + Production écrite
Le Lièvre et la Tortue
- La tortue, malgré sa lenteur, propose courageusement de se mesurer au lièvre.
- La tortue s’élance sur la route.
- Le lièvre, assuré d’arriver largement en tête, prend tout son temps, joue et chante chemin faisant
- La tortue persévérante atteint la ligne d’arrivée épuisée, mais heureuse
d’avoir gagné la course.
- Surpris par sa défaite, le lièvre comprend trop tard qu’il ne faut jamais sous- estimer son adversaire.
Activité 02 :
Lis la fable : Le Rat des villes et le Rat des champs
Reliefs d'ortolans : broderie de valeur
Détale : s’enfuit Rustique :
campagnard Faire fi : ignorer
Corrompre : changer négativement
II- production écrite :
Sujet : J’écris avec mes propres mots la morale de la fable intitulée : « le lièvre et la tortue.
Niveau : 2ème AM
Projet n° 02 : « Dans le cadre du concours de lecture, mes camarades et moi interprétons nos fables »
Séquence n°01 : « Je rédige la morale d’une fable lue ou écoutée ».
Activité : Lecture plaisir
Titre :
Objectifs d’apprentissage :
- Développer des stratégies de lecture chez l’apprenant.
- Développer le goût de la lecture chez l’apprenant en l’invitant à lire
une faible.
Déroulement de la leçon du jour
Lis le texte suivant :

I- Voyage autour du texte :


1. Qui est l’auteur de cette fable ? L’auteur de
cette fable est : Esope
2. Un ours et deux compagnons sont les personnages de cette fable. A la vue de L’ours, que fait l’un des
compagnons ?
A la vue de l’Ours l’un des compagnons monta brusquement sur un arbre,
et laissa son compagnon dans le péril
3. Quelle phrase montre que les deux compagnons étaient vraiment liés ? Quoi qu'ils eussent été
toujours liés jusqu'alors d'une amitié forte étroite.
4. Pourquoi le second compagnon est resté immobile ?
Il est resté immobile car il avait peur et il fait le mort espérant ainsi échapper aux griffes
de l'animal.
5. De quoi s’est-il souvenu ?
Il se souvint que l'Ours ne touchait point aux cadavres.
6. Pourquoi l’ours a-t-il laissé la vie sauve au voyageur ? Car il l croyait
mort.
7. Quelle est la morale de cette fable ?
Il ne faut jamais compter parmi ses amis que ceux dont on aurait éprouvé la fidélité
dans sa mauvaise fortune.

Vous aimerez peut-être aussi