Vous êtes sur la page 1sur 7

Puissance du faux

Après Hitchcock

L'image implique l'ambiguité. (différente interprétation)


L'image de cinéma joue avec le visible et le dire.
Une époque, un temps, va être caractérisé par un régime d'imagéité. (rapport entre le visible et le
disible)
L'image change avec ce que l'on dit selon l'époque.
A notre époque de la démocratie, l'expression de l'image est plus libre.
Si on est dans un régime d'image, une image n'est pas seulement faite pour nous divertir, l'image
peut nous forcer à penser.
Le régime du spectacle, le régime du leurre,...
Le régime d'imagéité, c'est l'ensemble des images qui vont rejoindre le langage et l'image.
Le travail de l'art c'est de travailler les images en poussant à leur limite les champs du visible et du
disible.

1) Aristote

LOGOS = Logique = Condamnation du sensible et de l'art


L'âme de la tragédie = La fable

MUTHOS = mythe = implique de l’organisation, de la vraisemblance et de la cohérence=Aristote


en cherche les règles, les lois,...
Aristote à une analyse encore trop textuelle du théâtre.
Pour lui il n'y a pas de théâtre sans récit car il ne peut pas y avoir de pensé si il n'y a pas de fables.
La fables implique la pensée, qui implique la réflexion.
Pour Aristote, la tragédie la plus importante est Oedipe.
On est toujours identique à soit même.

De plus en plus on essaye de faire jouer le spectacle, la vue (OPSIS) et non la fable.
Comment faire balancer l'histoire dans le coté du sensible. ( Sarraute évoque des Tropismes )
Virginia Woolf, évite l'unité de l'histoire pour transmettre du sensible.

Cinéma de l'OPSIS= hors sens constitué = hors ligne droite et cohérence = hors unité = cinéma de
simulacre, de double de faussaire ? = image temps

2) Borges

Triomphe du simulacre par l'écriture de texte, sensation de déjà vu mêlé à de l'humour et du bizarre.
Arrêt des classifications à l'oeuvre aussi bien dans la logique que dans le récit.
Auteur de fiction devant des images de miroir.
Bande de Mobius, tu rentre et sort de l'espace sur une seule bande.
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Ruban_de_M%C3%B6bius)
1) Rappel Deleuze – Rancière : vers la voyance ou l'opsis

– image mouvement
– liens sensori-moteurs
– Perceptions spatiales d'où écoule une (ré)-action
– Logique du récit, du vrai de l'unité, du sujet de l'identité
– // Mythos Aristotélicien ?

DOXA = Opinion

Quoi qu'on fasse, il y a toujours quelque chose à écrire.


On dépasse la logique unitaire qui donne un sens codé.
Tente de donné un sens à la vie, en jouant sur le sensible, les sentations. (Duras, Lol V. Stein)

« Elle casse la grammaire car elle tombe dans le trou de la folie. »

Pourquoi plonger Hitchcock dans les puissance du faux ?

Enjeu esthétique , sensation de déjà-vu, inquiétante étrangeté de Freud.

Inter-textualité : Qui parle ?


• hybridation cinéma/littérature : Adaptation
• Borges : 25 août 1983 in La mémoire de Shakespeare, 1989
• Borges : L'autre, in Le livre du sable, 1975
• Tom Mac Carthy, Narration, 2008
• J. Grimonprez, Looking for Alferd

Borges écrit quelque plus tard un double de son texte (en changeant le contexte )
Proust – La guêpe et l’orchidée

Double take n'est pas seulement un film sur Ron Burrage, mais aussi sur un Imitareur.
Double du coté du visibilité et double du coté auditif.

Hé-autonomie par exemple à l'oeuvre dans l'oeuvre de Magritte ( Ceci n'est pas une pipe )
Qui parle quand il n'y a plus d'original ?
Est ce que la télé est le double du cinéma qui vient le bouffer tel les oiseaux de Hitchcock ?

Histoire du Kitchen-debate : Khrouchtchev rencontre Nickson et on un debat autour de la puissance


de chaque pays. Les américains ce vante d'avoir la télé et les russes ce vante d'être fort dans la
conquête spatiale.

Pour Grimonprez, « Les oiseaux » exprime cette idée, l'image des oiseaux c'est l'image des Aliens,
des autres qui viennent nous déranger.
Qu'est ce qui force à penser ?

a) L'art (l'esthétique)
b) Les minorités ( le social )
c) L'inconscient ( le sujet )
b) Dolly ? (la science )

Pour Braidotti il y a une obligation à penser autrement que humainement où joue une norme
hétérosexuel.On ne peut plus penser l'Homme comme une masse entière mais comme une
multiplicité de cellule qui non pas le droit d'imposer leur dominance. Il faut devenir animal de la
philosophie.

« Quand il y a un truc qui rate dans la vie, un truc qui ce répète dans un parcours, je pense que sa
force vachement à penser,(...) ce qui rate, ce qui n'arrive pas a bien maitriser (…) ça force à penser ,
dans la vie on ce heurte à des choses qu'on arrive pas à réaliser»
Pour Freud dans les manifestation de l'inconscient, il y a : le rêve, le lapsus , l'acte manqué et le
symptôme.

IDENTITE / UNITE / VERITE = HOMME

Borges cite un texte inventé intitulé « De la rigueur de la science », fausse référence de son texte.
On a une copie du territoire à l'échelle 1 qui recouvre l'Empire entier dans un soucie de précision.
Finalement cette science ce précise mais au fur et a mesure ce ridiculise et tombe à l'abandon.
La science ne nous donnerais qu'une image de nous même. Interprétation de ce qu'on voit dans la
vrai vie. En fonction de où l'on est on aperçois pas la carte de ma même façon. Elle bloque la vue
jusqu'à ce qu'on décide de passer à une autre étape.
Pour Marleau-Ponty, toute les construction culturelle nous empêche de voir le monde tel qu'il est.
Thomas Kuun dit que la science évolue et qu'a chaque fois qu'on à une révolution scientifique, on à
une crise qui provoque le changement de paradigme.

En 68, Baudrillard tente de faire une classifications des objets, sa grande idée et de dire qu'avant les
objets ce transmettais de générations en générations mais à l'heure de la société de consommation,
les objets ne survive plus avec le temps. Plus que de consommer les objet, on renvoie les objet de l'
un à l'autre. Un objet envoi toujours à un autre objet. Un objet fait signe à un autre objet. L'on
tombe dans un système des objets. « Quand on va chez Macdo, on oublie de manger, on mange
surtout la marque. »
« Vous avez faim car vous voyez le sigle Macdo »
Pour voir le monde tel qu'il est on à besoin d'un instrument mais cette instrument influence la
réalité. Les mots influence la réalité aussi aussi. La perceptions du réel n'existe qu'a travers des
instruments.
On ne peut jamais observer la réalité directement, il y a un entre-deux entre nous et la réalité.
Le corps est utilisé en temps qu'image puis utilisé comme une images et maintenant on ingère des
pilules (on ingère la technologie, on ingère l'image)
Baudrillard : Simulacre et simulation

Le clonage est le dernier stade de l'évolution du corps humain. L'individu est voué à la
multiplication et non à la transformation. Tel que l'avis dit Welter Benjamin à propos de l'oeuvre
d'art, le clonage détruit « l'aura du corps humain ». Ce qu'on perd c'est l'idée de l'origine unique, la
singularité.
Le corps est conçu comme substance informatique ( ADN, tous ce qui peut être chiffré en nous ).
Pour Baudrillard on a passé l'ère industrielle, la vitesse de reproduction à augmenter.
L'on perd le rapport naturel au monde, tous devient un signe, une image.
Triomphe du virtuel sur le réel.
L'intervention de la machine n'est plus une prothèse extérieur mais on à affaire à une technologie
douce.
Au fil du temps toute chose devient modifié par la technologie humaine.
Au final nous somme tous des simulacre car nous vivons tous dans l'image.

Omer Fast : GB Agency

« Je ne m'occupe pas de la réalité, je m'occupe de la représentation et de l'histoire »

CNNConcatened : Mix de différente partie de la chaine CNN pour faire dire un message qui situe
« between ». Le cadrage des présentateur est extrêmement normée.
Dans une deuxième partie, d'une manière plus poétique, il montre que CNN nous provoque la peur
de l'image et que l'on sait que notre mort est programmé.

Dans Nostalgia 1 : un chasseur explique comment posé un piège à perdrix, expliquant qu'il peut
aussi servir pour l'homme. Etrange documentaire où l'on ne comprend pas tellement où sa veut en
venir.

Dans Nostalgia 2 : l'on ce trouve face a 2 écran, 2 personne discute sur le fait qu'il vont faire 2 film
et dans l'un où il interroge des personnes et l'autre où il reconstitue une scène. Confusion avec ce
que le piège est censé attraper. Sorte de Making-off du premier film.

Dans Nostalgia 3 : l'on assiste à une scène étrange où les rôles sont inverser, un anglais qui a
immigré illégalement dans un pays en Afrique, explique sont histoire à une sorte d’ambassadrice
africaine. L'on retrouve l'histoire du piège à perdrix. Inversion du rôle homme/femme (enjeux du
pouvoir ). Les fugitifs sont la transition entre chaque scène. Et chaque scène fait apparaître des
animaux.
Les trois niveaux de réalité ce mélange dans le dernier film. Il joue sur la culture populaire, en
utilisant les codes du cinéma.(il cite pas mal de cliché de la fiction )
Jouons à Sturtevant !

George Perec, fait partie du mouvement OULIPO ( Ouvroir Littérature Potentiel ), il écrit des livres
sous contrainte, il écrit avec les mots d'autres auteur dans ses livres. Auteur de « Penser / Classer »
Il y a toujours un point d'impossible dans le classement, c'est là qu'entre la penser.
« Rien n'avait changer et pourtant tout à changé »

Sturtevant est une artiste américaine, s’appelant normalement Elaine, elle renonce à son prénom.
De la même manière elle refuse de donné sa date de naissance. Toujours dans la contradiction entre
le sur-signé et le pas signé du tout, entre modernité et post modernité.
La modernité en philosophie c'est la philosophie qui impose la place du sujet qui s’inscrit dans une
histoire, plein authentique, rattaché à la vérité.
Avec l'apparition de la reproductibilité technique on entre dans la post-modernité, un sujet qui va
être éventré, barré, un sujet qui va être dédoublé.

Tout son travail est de proposer des doubles d'oeuvre d'art. Elle revendique la prise de tête,
provoque l'étonnement, elle présente des choses qui existent déjà.
Elle le fait avant le mouvement appropriationniste (dans les années 70 ).
Elle reproduit les dimensions à l'identique et ne s'en prend pas aux grand maitre de l'histoire de l'art.
Elle s’intéresse à ses contemporains. Elle ce sert du pop-art et le pousse jusqu'à son ultime
condition. La seule manière d'être perçu comme des vraie et de faire des faux.
Au final on ne peut pas la copié car sinon on copie l'artiste et non elle même, remettant donc en
question la notion de l'auteur. Elle fait des performance en y mettant des micro-différence.

Pour elle nous somme à une époque où la vérité n'existe plus. Puisque l'art nous à était volé par le
capitalisme, volons l'histoire de l'art. On est plus dans une conception de l'histoire de l'art
chronologique mais dans une histoire de l'art issu d'évènement.
On est dans un temps de l'intensité.

Pour elle Duchamps n'est pas important pour ce qu'il à fait mais pour ce qu'il pas fait.
Il y a toujours une histoire qui nous précède donc nous comme jamais complet, nous ne faisons
jamais vraiment d'originalité.

Tous le travail de la Différence et de la Répétition, est de sortir de la Récognition.


Le fait de faire des copies et d'insérer le doute. Fin du mythe de l'originalité.
La fin ?

1) Bio-art

Remise en question de la notion d'auteur, travail d'une multiplicité d'objet. L'art et la création ne
vont plus représenter de vivant mais ce brancher directement au vivant.
Art qui crée des choses jusqu'à inimaginable contre naturel. Artificialisation des êtres et des objets.
Passage à une post-modernité à une post-nature. Presque science fictionnel mais pour déjà là.
Introduction du non-naturel dans la vie. Impossibilité d'identifié l'authentique.
Si on a peur d’arrêté du progrès pour la survie de l'homme sa en reviens à dire qu'il faut que
l'homme garde la main mise sur le monde.

Natalie Jeremijenko

http://en.wikipedia.org/wiki/Natalie_Jeremijenko

Travail sur les technologie, la nature, les clones et l'environnement.


Transformation de l'inscription dans l'art.
Elle a cloné des arbres et les met en place dans une balance pour voir quel différence il va pouvoir y
avoir entre les clones.
Il faut démystifié la figure du clone et de l'arbre car en fonction de leur emplacement et de ce qu'il
reçois, il pousseront différemment. Il faut ré-imaginer le rapport qu'on à avec la nature.
Elle fait un Ooz, un espace où elle laisse les animaux libre, hors de toute cage.
Il ne faut plus une domination de l'homme sur le naturel mais qu'avec la technologie l'homme ré-
écrive avec la nature.

Eduardo Kac

http://www.ekac.org/french.html

Il travaille sur les hybridation génétique sur des lapins depuis 1999.
Sur Alba il hybride des cellules de méduse avec un lapin pour donné Alba, la lapine
phosphorescente. Il invente pour donné un nouvelle espace à la connaissance esthétique.
Dans Génèsis, avec une série de bactérie et un programme informatique, les bactéries venait défaire
le texte de la Genèse.

Adam Brandejs

http://www.brandejs.ca/

Projet Gen-pet, animal de compagnie créer par l'homme, vendu sous blister.
Remise en question de la pureté de l'être humain.

Art orienté objet

http://www.artorienteobjet.com/

Fait une performance où elle s'injecte du sang animal.


Fabrique une chaise avec des ailes d'oiseau migrateur ayant était touché par la grippe aviaire.
2) Super-Flex

http://www.superflex.net/

Renonciation au droit de l'auteur. Collectif de 3 Dannois.


Free Sol Lewitt: ils s'installe au Van Abbemuseum Eindhoven, où il fabrique des copies identique
d'une oeuvre de Sol Lewitt à la chaine où les visiteurs du musée grâce à une loterie peuvent gagner
des copies.
A New-York, ils s'empare d'une photo des toilettes des Nations unis et reproduisent le lieu même
du pouvoir mondiale.
Dans Guarana Power, il reprenne à l'identique la production de bouteilles et les distribues
gratuitement.
Remise en question du droits d'auteur.
Ils reproduisent une lampe de designer très reconnu pour en faire une simple lampe pour les
pauvres.
Au final ils fabriquent des mondes alternatives où de nouvelles forme de liberté et d'échange ce
créer.

3) Maurice Blanchot

Maurice Blanchot trouve chez Kafka et écrit pour celui que ne peut plus dire « moi »
« condamner à en finir, on est aussi condamné à ce défendre jusqu'à la fin »
Perdre la vérité, pour se perdre soi même pour condamné le monde et passer outre.