Vous êtes sur la page 1sur 36

République Tunisienne

Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi


Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle
Centre Sectoriel de Formation aux Métiers du Tertiaire de Gammarth

Rapport de Stage
D’application

Ayari Mustapha

TSCI11

04/08/2020 au 10/09/2020

Entreprise d’accueil : Banque National Agricole

Encadreur : Basma Oueslati

Centre d’accueil : Centre Sectoriel de Formation aux Métiers du Tertiaire de


Gammarth

Spécialité : Technicien Supérieur en Commerce International

Année scolaire 2020/2021


Remerciements

Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, il apparaît une


opportunité de commencer ce rapport de stage par des remerciements, à ceux qui m’ont
beaucoup appris au cours de ce stage, et même à ceux qui ont eu la gentillesse de faire de ce
stage un moment très profitable.

Aussi, je remercie Madame Basma Ouesleti, ma tutrice de stage qui m’a formé
et accompagné tout au long de cette expérience professionnelle avec beaucoup de patience.
Enfin, je remercie l’ensemble d’équipe de la banque pour les conseils qu’ils ont pu me
prodiguer au cours de cette période.
Sommaire

Introduction................................................................................................................1

- Première partie :

I. Historique de la BNA..........................................................................................3
II. Organigramme.............................................................................................4
1. Commentaire...............................................................................................5
Fiche signalétique..............................................................................................6

- Deuxième partie :
I. Les opérations étrangères .........................................................................8
1/- La domiciliation................................................................................................8
2/- les techniques de paiement.............................................................................9
A / Virement ................................................................................................9
B / Remise documentaire.............................................................................10
C / Crédit documentaire...............................................................................13
3/- SWIFT...............................................................................................................17

- Troisième partie :
- Les tâches effectuées ..................................................................................19
- Conclusion ..............................................................................................................20
Annexes......................................................................................................................21
Introduction

Dans le cadre de ma formation Technicien Supérieur en Commerce International,


j’ai effectué un stage d’application au siège de la Banque Nationale Agricole BNA durant une
période de quatre semaines allant du 04 août 2020 au 10 septembre 2020.

Au cours de ce stage j’ai pu m’intéresser à avoir une meilleure connaissance du


service bancaire étranger et de pouvoir communiquer en milieu professionnel.

Ce stage consiste essentiellement à : D’ une part, maitriser la domiciliation d’un


TCE à l’import et à l’export, les techniques de paiement (virement, crédit documentaire,
remise documentaire) et la procédure de déroulement des paiements commerciaux
internationaux. D’autre part, Se familiariser avec tous les documents d’une transaction à
l’import et à l’export, avec les logiciels de commerce extérieur et quelques cas de litiges.

De ce fait, j’ai structuré mon rapport en trois parties:


La première partie est consacrée à la présentation de BNA. La deuxième partie
portera sur la Domiciliation et les moyens de paiement à l’international. Finalement, je
présenterai les tâches observées et effectuées

1
Première partie
I. Historique de la BNA
La Banque Nationale Agricole a été créé le 01 juin 1959. Elle fut tout au long de son histoire
e pilier du secteur agricole et le canal privilégié de l'État pour son financement. Pour
répondre aux exigences de son environnement économique, politique voire même social la
BNA n'a cessé de s'adapter aux différentes mutations qu'a connues la Tunisie :
1969 : Modification de la raison sociale de la banque désormais dénommée :
La Banque Nationale de Tunisie (BNT).
1983 : La création de Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA) dont le but était
la promotion des secteurs agricoles et de pêche en Tunisie.
1989 : Fusion par absorption avec la B.N.D.A. ce qui a eu pour eet l'extension du champ
d'activité de la banque pour se transformer en banque multidisciplinaire à vocation
universelle et leader du secteur dans le pays. Actuellement, la politique de la BNA est axée
sur le critère de la rentabilité, mais sans perdre de vue son rôle essentiel qui consiste à servir
l'économie nationale et surtout le secteur agricole.

3
II. Organigramme

4
1. Commentaire
La BNA est structurée comme suit :
D'une Direction Générale : Composée d'un Président-Directeur Général, d'un Directeur
Général Adjoint et d'un Secrétaire Général.

Des Structures Centrales : Sont rattachées à la Direction Générale 13

Directions Centrales, un Conseiller, des Comités, un Secrétariat Permanent des Marchés


et une Direction d'Audit Interne.

Des Structures Régionales : 15 Directions Régionales sont installées dans les chefs-lieux
des gouvernorats.

Un vaste réseau de distribution : La BNA compte 150 agences couvrant tout le territoire
de la République, réparties en 5 catégories selon l'importance de leur activité.

En plus, la BNA met également à la disposition de sa clientèle des box de change dans les
principaux ports et aéroports du pays.

5
Fiche signalétique :

Dénomination sociale : BANQUE NATIONALE AGRICOLE - BNA

Date de Constitution : 1er juin 1959

Forme juridique : Société anonyme

Secteur d’activité : Banque

Législation particulière : Loi 2016-48 du 11 Juillet 2016 relative aux établissements de crédits

Registre de commerce N° : B14243 1996 TUNIS

Siège social : 5 Rue de Syrie 1002 Tunis – Le Belvédère

Tél : (216) 71 831 000 - 71 831 200

Fax : (216) 71 831 205 - 71 830 765 – 71 834 031

Site web : www.bna.tn

Code ISIN : TN0003100609

Marché de la cote : Principal

Introduction en bourse : 03/10/1990 au cours de 15,350 DT

6
Deuxième Partie

7
I. La domiciliation

1) Définition
La Domiciliation d’une opération de Commerce extérieur est une obligation réglementaire
pour toute personne physique ou morale résidente ayant une matricule fiscale peut avoir
recours à la domiciliation d’un titre de commerce extérieur.
La domiciliation d’un titre de commerce extérieur (TCE) est exigée pour toute opération
d’importation et/ou d’exportation de marchandises, via le réseau Tunisie Trade Net (TTN). Le
titre en question est un document administratif, personnel et incessible qui sert à :
• La réalisation des opérations de commerce extérieur
• Le règlement financier de ces opérations
• Le dédouanement de la marchandise
La Domiciliation d’un titre signifie deux choses:
 Choisir un intermédiaire agrée
 lui confier l’opération de commerce extérieur.
Il existe principalement 4 titres de commerce extérieur:
Deux pour l’exportation et deux pour l’importation.
 L’EXPORTATION :
1. La Facture Définitive à l’Exportation pour les produits libres (titre22) - ANNEXE 1 -
2. l’Autorisation d’Exportation, délivrée par le Ministère chargé du commerce, pour les
produits exclus du régime de la liberté (titre21). - ANNEXE 2 -
 L’IMPORTATION :
1. La Facture Commerciale pour les produits libres (titre33). - ANNEXE 3 -
2. L’Autorisation d’Importation : délivrée par le Ministère chargé du commerce pour les
produits exclus du régime de la liberté (titre31). - ANNEXE 4 -

2) Les étapes de la création d’un titre du commerce extérieur 


-le client effectue une demande de domiciliation chez son agence en apportant la facture
définitive
-le siège reçoit la demande de domiciliation envoyée par l’agence, une vérification des
informations s’établie (désignation de la marchandise, quantité le prix…)

8
-la création de titre sur le réseau TTN (Tunisie Trade Net est un organisme qui permet aux
entreprises d’effectuer en ligne les formalités de commerce extérieur import et export et du
transport de marchandises en reliant les différents intervenants dans ces procédures :
Banques, Administrations, Douanes, Transitaires…) ce dernier renvoie la réponse
(acceptation/rejet) aux intermédiaires : la banque BNA, la banque centrale BCT, le ministère
du commerce MC, transitaire et douane.

II. Les opérations étrangères


1. Les techniques de paiements
A. Le virement
Ordre donne par un acheteur à son banquier de débiter son compte pour créditer celui du
vendeur.
Ce moyen de paiement consiste pour l'acheteur à sa banque de payer directement à la
banque du vendeur le montant d'une transaction. Le banquier de l'acheteur réalise alors
différentes manipulations pour faire parvenir la somme sur le compte désigné.
L'argent sera immédiatement disponible sur le compte du vendeur dès que celui-ci en sera
avisé par son banquier.
Il est facile de virer des fonds à l'étranger ; il suffit de passer un ordre d'exécution à sa
banque, pour cela un minimum de renseignements est nécessaire. Les banques ont
généralement des imprimés à cet usage. Ils comportent les montions suivantes :

 N° du compte qui sera à débiter (le  Son adresse (ville, pays)


compte de l'importateur)  La destination du virement (la
 La somme (le montant de la banque de l'exportateur)
facture)  Le N° de compte à créditer
 La monnaie (code ISO de la devise)  Le motif du règlement (N° de la
 La méthode du transfert (courrier, facture)
télex ou la méthode la plus rapide  En cas de virement effectué en
et pratique par message SWIFT devise :
 Le nom du bénéficiaire  Achat au comptant
(l'exportateur)  Débit du compte en devise

Avantages et Inconvénients de virement :


Le virement bancaire présente certains avantages et inconvénients qui sont :
1- Avantage :
 Rapidité dans les virements SWIFT

9
2- Inconvénients :
a. Virement courrier : lenteur et dépendance vis à vis du délai de la poste
b. Le paiement dépend de la seule décision de l'acheteur s'il ne donne pas d'instruction de
transfert à sa banque le paiement ne sera pas effectué.

B. Remise documentaire
La remise documentaire est un moyen de faire encaisser par une banque, le
montant dû par un acheteur contre remise des documents.
Les documents sont remis à l’acheteur uniquement contre paiement ou acceptation
d’une lettre de change. Dans ce dernier cas, la lettre de change peut être avalisée par une
banque, ce qui procure au vendeur (ou en cas de circulation, au porteur) une sécurité de
paiement nettement supérieure. Il est à noter que dans la remise documentaire, les banques
interviennent comme des mandataires de leurs clients : elles s’engagent uniquement à
exécuter leurs instructions.
 Les acteurs

L'exécution d'une remise documentaire fait intervenir quatre parties principales qui sont :

 Le donneur d'ordre : est l'exportateur. C'est bien l'exportateur qui conte l'opération à sa
banque.
 Le tiré : est l'importateur à qui la présentation des documents est faite contre paiement ou
contre acceptation d'êtes tirés sur lui.
 La banque remettante : est la banque de l'exportateur. Elle transmet les documents de
l'exportation à l'ordre de la banque de l'importateur.
 La banque présentatrice : est la banque de l'importateur. Elle est chargée de
l'encaissement contre remise des documents à l'importateur.

10
 Déroulement
Après la conclusion du contrat entre le fournisseur et le client, le fournisseur expédie la
marchandise, tire généralement une traite sur son client, soit à vue soit à échéance.
Ensuite le donneur d’ordre remet à sa banque (banque remettante) les documents
nécessaires au client pour qu’il puisse retirer sa marchandise. Le vendeur de sa part donne à
sa banque un ordre d’encaissement.
La banque se chargera par la suite de délivrer ou de faire délivrer ces documents à l’acheteur
par le biais de sa banque contre acceptation de la traite ou contre paiement en se
conformant aux instructions reçues de la banque remettante.
La banque de l’acheteur transfère le montant de la remise à la banque du vendeur dans le
cas de document contre paiement et dans le cas d’un encaissement contre acceptation, le
tiré acceptera l’effet qui, selon les instructions de l’ordre d’encaissement, restera auprès de
la banque présentatrice, dans ce dernier cas, le remettant pourra demander l’escompte de
l’effet auprès d’une banque disposée à le faire ou fera encaisser le montant à l’échéance.
Lorsque la banque de l’importateur reçoit les documents une vérification véritable doit être
faite par celle-ci et une fois assurée de la conformité des documents, une lettre
d’information est envoyée au bénéficiaire pour l’informer de l’arrivée des documents
Enfin lorsque le client accepte la traite (documents contre acceptation) ou effectue le
paiement (documents contre paiement). Les documents lui sont remis par la banque. La
banque du vendeur crédite le compte de son client du montant de son exportation.
1) La signature du contrat de vente international
2) L’expédition des marchandises
3) La remise de documents
4) Envoi des documents
5) Présentation des documents
6) La banque de l'acheteur transfère le montant de la remise
7) le paiement
8) La banque du vendeur crédite le compte de son client

11
Avantages et inconvénients

 Les avantages :
- L’acheteur ne pourra pas retirer la marchandise que si les documents nécessaires au
dédouanement ou à la remise de la marchandise par le transporteur (Bill of Loading en cas
de transport maritime) se sont inclus dans la remise documentaire sans avoir préalablement
réglé à sa banque le montant de la remise documentaire.
- C’est un moyen souple simple sur le plan des documents, et dans l’exécution
administrative.
- Le cout de La remise documentaire est raisonnable, les frais de son déroulement sont très
peu onéreux.
- L’importateur peut dans certains cas recevoir la marchandise avant de payer ou d'accepter
la traite.

 Les inconvénients :
La remise documentaire ne comporte pas que des avantages elle a aussi ses inconvénients
dont les principaux sont cités ci-dessous :
- Cette technique ne protège pas l'exportateur du risque de change.
- Le mécanisme est déséquilibré entre l'importateur et l’exportateur, ce dernier encourt
beaucoup de risque.
- Cette technique est fortement soumise au risque politique, si l'entreprise destine vers un
marché instable.
- Si le client ne se manifeste pas, la marchandise est immobilisée. Il faudra la vendre sur
place parfois à bas prix ou la rapatrier et donc payer à nouveau des frais de transport. Dans
ce contexte, il est important que le vendeur donne à la banque présentatrice dans la lettre
d'instructions les modalités à prendre pour préserver la marchandise dans l'hypothèse où le
client ne lèverait pas les documents.

12
C. Le crédit documentaire
1. Définition
Le crédit documentaire est un engagement pris par une banque d’ordre son client (acheteur)
à régler le fournisseur (vendeur) le prix d’une marchandise ou d’une prestation de service
contre remise, dans un délai fixé, de documents conformes prouvant que la marchandise à
été expédiée ou la prestation à été effectuée.
2. Les acteurs
 L’acheteur/importateur : c’est le donneur d’ordre (appliquant) et initiateur du Credoc.
 La banque de l’acheteur : c’est la banque émettrice qui émet les documents du crédit
documentaire.
 La banque du vendeur, Banque notificatrice et/ou banque confirmatrice selon les cas:
elle reçoit le crédit documentaire et vérifie la conformité des documents du Credoc avant
de les transmettre au bénéficiaire.
 Le vendeur/exportateur : bénéficiaire recevant le crédit documentaire.
 La banque négociatrice: lorsque le crédit le permet (lettre de crédit ANY BANK), le
bénéficiaire peut remettre les documents et demander le paiement à une autre banque
de son pays que la banque notificatrice.
3. Les documents nécessaires
a) Les documents décrivant la marchandise
- La facture commerciale : c’est l’élément essentiel constituant la base du contrat
commercial. Elle est établie par le bénéficiaire au nom du donneur d’ordre sur son papier à
entête .Elle engage la responsabilité du bénéficiaire vis-à-vis du donneur d’ordre en ce qui
concerne la description de la marchandise et la détermination du prix. Elle précise les
conditions de vente (comptant, à crédit, délais …). Ce document, est un élément de base, il
est indispensable à l’acheteur pour le dédouanement des marchandises. Elle est émise en 3
ou 4 exemplaires originaux signés par le vendeur.
- La note de poids : elle peut être délivrée par un peseur privé ou par le vendeur. C’est un
document destiné à certifier quantitativement la marchandise expédiée. Ce document
indique la quantité, le poids brut et le poids net relatif à la marchandise, objet du crédit
documentaire.
- La liste de colisage : C’est un document plus complet que la note du poids. Ce document
doit être établie par n’importe quelle personne indiquée dans le crédit documentaire et à
défaut par le bénéficiaire. Elle indique pour chaque colis son identification (marques,
numéros, poids brut, poids net, dimensions, cubage et contenu) et les totaux de l’expédition,
nombre de colis, cubage. Elle permet, mieux que la facture, de vérifier si les stipulations de la
commande, telles que précisées dans le crédit documentaire, sont respectés.

13
b) Les documents de transport
- Le connaissement maritime : demeure le document habituellement stipulé dans un crédit
lorsque les marchandises sont expédiées par la voie maritime. Il fait la preuve de l’existence
d’un contrat de transport, constitue un reçu de marchandises et représente le droit sur
celles-ci. Il doit être émis par un transporteur maritime dénommé, ou par son agent.
- Lettre de transport routière (CMR) : La lettre de transport est un document non négociable
qui constitue un reçu de marchandise et la preuve qu’un contrat de transport existe. Le CMR
est le document approprié au transport par voie terrestre. Le CMR ne constitue pas un titre
de propriété de la marchandise, il est néanmoins :

 Un contrat de transport entre l’expéditeur et le transporteur


 Une prise en charge de la marchandise.
- Le document de transport aérien : Le document de transport aérien est un document
approprié au transport par voie aérienne. Il est émis par une compagnie de transport aérien
(lettre de transport aérien) ou récépissé de poste aérienne. Ces documents doivent porter le
nom et l’adresse du destinataire. L’importateur a la faculté de demander que l’expédition
soit faite par une compagnie déterminée.

4. Les étapes d’un crédit documentaire

14
La mise en place d’un crédit documentaire se déroule en 7 étapes :
1) Contrat commercial
L’acheteur et le vendeur vont se mettre d’accord sur le contrat de vente/Achat d'une
marchandise ou d’une prestation de service.
2) Demande d’ouverture de crédit documentaire
L’acheteur donne a sa banque (banque émettrice) les instructions d’ouverture, par courrier
le plus souvent : il lui indique qu’il est prêt à payer, par son intermédiaire, telle somme
contre la fourniture de telle marchandise moyennant la présentation de tels documents,
telle date comme date d’expédition des marchandises au plus tard, validité du crédit
documentaire expirant à telle date.
3) Ouverture de crédit documentaire
La banque émettrice ouvre le crédit documentaire par l’intermédiaire de sa banque
correspondante dans le pays du vendeur (la banque notificatrice). L’acheteur demande
d’ouvrir un crédit documentaire irrévocable et confirmé. La banque notificatrice, par la suite,
ajoute sa confirmation et devient la banque confirmante.
4) Notification du crédit documentaire
La banque notificatrice et confirmante vont notifier au vendeur bénéficiaire l’ouverture du
crédit documentaire.

5) Expédition des marchandises


Lors de cette étape, la date limite d’expédition fixée dans le crédit, doit être respectée, le
vendeur expédie les marchandises selon le mode de transport et l’incoterm prévu dans
l’offre. Le transporteur lui remet le titre de transport (connaissement) en contrepartie de la
prise en charge des marchandises.
6) Remise des documents
Le bénéficiaire remet ce document de transport et tous les autres documents requis par le
crédit documentaire aux guichets de la banque notificatrice et confirmante (en faisant
attention à respecter la date limite de validité du crédit documentaire). Si tous les
documents sont conformes, les dates respectées, la banque confirmante paie les documents
à vue.
7) Envoi des documents
La banque notificatrice et confirmante transmet les documents à la banque émettrice qui la
rembourse selon des modalités fixées auparavant au crédit documentaire.

15
5. Avantages et Inconvénients
 Avantages
Le crédit documentaire est un moyen de paiement universellement reconnu. Il sécurise à la
fois l’acheteur et le vendeur. Ce dernier constitue la garantie de la solvabilité de l’acheteur
et celui-ci est assuré du respect de conditions fixées au contrat.
Bonne sécurité
Rapidité de paiement
Grande précision 
Universalité 

 Inconvénients
Complexité
Formalisme rigoureux 
Coût élevé 

-- Les notifications du crédit provoquent des frais. --

SHA : les frais sont partagés.

OUR : l’expéditeur.

BEN : le bénéficiaire.

16
3. SWIFT
Le réseau SWIFT est un système de traitement des opérations bancaires internationales.
/-S-OCIETY FOR -W-ORLDWIDE -I-NTERBANK -F-INANCIAL -T-ELECOMMUNICATIONS/
Le réseau SWIFT permet d’échanger une grande vari été de message entre banques, sous un
format qui est devenu, un véritable standard du marché. Les messages SWIFT sont classés
par catégories :
Catégorie 1XX (TRANSFERT CLIENTELE) regroupent les messages concernant les transferts
de cash entre banque, ou messages de paiement exemple : MT103 transfert de crédit client.
Catégorie 2XX (transfert entre institutions financières) regroupent les messages concernant
la demande de paiement, les demandes d’annulation. Exemple : MT202 transfert de fonds
Catégories 4XX (encaissement et cash lettre) regroupent les messages concernant l’avis de
paiement, accuse de réception … exemple : MT400 avis de paiement
Catégorie 7XX (crédits documentaires et garanties) regroupent les messages concernant les
modifications d’un crédit documentaires, accuse de réception. Exemple : MT707
modification d’un crédit documentaire

17
Troisième partie

18
Les tâches effectuées
1. Différentes tâches effectuées

Service transfert :
- Préparation des dossiers de virements sur papier : remplissage des informations sur
le dossier (chemise) ex : N° compte client, devise montant…
- Saisie des cordonnées sur système informatique.

Service porte feuille :


- Préparations des différents dossiers sur support papier (chemise) Ex : montant devise
fournisseur et sa banque …
- Saisie des informations sur système informatique
- Paiement des opérations sur système (tâche observée)

Pour le service du crédit documentaire à cause de l’épidémie COVID19 je n’ai pas le


temps pour effectuer des tâches

Salle SWIFT :
- Saisie des SWIFT’s après la vérification

2. Etude de cas :
La banque reçoit un courrier (dossier contient : un bordereau- ANNEXE 5 -, document de
transport- ANNEXE 6 -, facture commercial- ANNEXE 7 - et d’autre document…) de la part de la
banque de l’exportateur une ouverture du dossier sur papier (mentionné les donnés
nécessaires) au même temps une vérification s’établie par le banquer. Une deuxième
ouverture sur le système informatique
La BNA envois un SWIFT MT 202- ANNEXE 8 -/- ANNEXE 8* - a THE BANK OF NEW YORK pour
effectuer le paiement au bénéficier BANK OF CHINA
BNA n’a pas un compte chez Bank of china, alors que elle a un compte chez la banque
correspondent de BANK OF CHINE, THE BANK OF NEW YORK que joue le rôle
d’intermédiaire entre les deux banque
Finalement la BNA envois un SWIFT MT 999- ANNEXE 9 - au BANK OF CHINA pour l’informer
que le paiement est effectuer
Le SWIFT MT999 était utilisé comme MSG MT400 car la BNA n’a pas de relation la BANK OF
CHINA

19
Conclusion
Mon stage d’application au siège de l’ STB m'a beaucoup intéressée, j'ai pu découvrir les
différents postes du service bancaire étranger et avoir un aperçu global de son
fonctionnement. Il m'a permis de me familiariser avec les différents services et d'avoir une
approche réelle du monde du travail. Le climat et l'ambiance du travail étaient agréables, ils
ont facilité mon intégration au groupe; tout le personnel a été très coopératif et attentif à
mes questions.
Grâce à ce stage, j'ai eu l'occasion de mieux comprendre les mécanismes de fonctionnement
des moyens de paiement à l’international et d’expliciter les caractéristiques de ces modes de
paiement, leurs spécificités ainsi que leurs avantages et leurs inconvénients. C'est une
première expérience pour moi dans le secteur bancaire riche en informations qui m'a
également permis d'approfondir mes connaissances en pratique et d’acquérir de nouvelles
techniques en effectuant plusieurs tâches.
Enfin, je tiens à exprimer ma satisfaction de développer certains traits personnels à travers
ce stage tels que le sens de communication, l'approche d'autrui l'esprit du groupe et le
respect de la hiérarchie.

20
Annexes

21
Annexe 1

22
Annexe 2

23
Annexe 3

24
Annexe 4

25
Annexe 5

26
Annexe 6

27
Annexe 7

28
Annexe 8

29
Annexe 8*

30
Annexe 9

31
32
33

Vous aimerez peut-être aussi