Vous êtes sur la page 1sur 4

COURS SÉCURITÉ A L’INCENDIE

CHAPITRE I :
GÉNÉRALITÉ SUR LA SÉCURITÉ A L’INCENDIE
I/ Introduction :
Le but de la réglementation de la sécurité à l’incendie est de :

Permettre aux occupants en cas d’incendie de quitter la construction en toute sécurité.


Disposer les locaux, utiliser des matériaux et des équipements permettant la protection
contre l’incendie : le compartimentage.
Assurer la stabilité des structures porteuses pendant l’évacuation des occupants.
Une maintenance préventive des installations concourants à la sécurité incendie est
obligatoire.
II/ Terminologie de la sécurité incendie :
Suite à l’étude structurelle d’un bâtiment, Le concepteur doit prendre en considération deux
problèmes :
La réduction de la charge calorifique (choix des matériaux).
La protection des éléments structuraux.
Pour assurer la protection des constructions contre l’incendie, il faut tenir compte de deux
paramètres importants :
• La Protection Active : Qui consiste à mettre en place des dispositifs qui se
déclenchent lorsque la température s’élève et qui contribuent à atteindre l’incendie en
présence du feu (les alarmes, les systèmes d’arrosage automatique, les extincteurs).
• La Protection Passive : Assurer par des revêtements appropriés servant comme
protection de la structure.
La combinaison de ces deux types de protection permet d’assurer : L’évacuation des
occupants, l’intervention des secours et la limitation de la propagation du feu.
a- Feu :
Le développement du feu peut être décrit comme étant composé de quatre étapes:
naissance, croissance, feu pleinement développé et de déclin (voir l’image suivante)

ENSEIGNANT : JAMEL HADJ TAIEB


COURS SÉCURITÉ A L’INCENDIE

b- Réaction au feu et résistance au feu :


La réaction au feu : Elle mesure l’ensemble des propriétés des matériaux de construction
en rapport avec la naissance et le développement de l’incendie. Elle est caractérisée par le
potentiel calorifique, la combustibilité et le mode de propagation des flammes.
La résistance au feu : Elle mesure l’aptitude d’un élément à assurer son rôle malgré la
présence de l’incendie. Cette résistance comporte trois critères :
La stabilité mécanique.
L’étanchéité aux flammes.
L’isolation thermique.
La stabilité mécanique : Aptitude d’un élément sous charge mécanique à conserver sa
stabilité structurale durant un incendie.
L’étanchéité aux flammes : Aptitude d’un élément avec fonction de compartimentage à
résister à une exposition au feu sur un seul côté sans transmission au coté non exposé.
L’isolation thermique : Aptitude d’un élément à résister à une exposition au feu sur un
seul côté sans le transmettre, par le transfert de chaleur important, vers le côté non exposé.
La température sur la face non exposée doit être < à 140 °C moyennement ou < à 180 °C
ponctuellement (en un point).

On distingue ainsi trois catégories dans la classification de la résistance au feu :


Stable au Feu «SF» : L'élément de construction conserve, durant le temps indiqué,
ses capacités de portance et d'auto-portance.
Pare-Flammes «PF» : L’élément est stable au feu et évite, durant le temps indiqué,
l'avancée des flammes.
Coupe-Feu « CF » : L’élément doit satisfaire les trois critères, la stabilité mécanique,
l’étanchéité aux flammes et l’isolation thermique.
Les critères SF, PF, et CF sont notés en fractions d’heures (1/4h ,1/2h, 3/4h, 1h, 1h 1/2, 2h,
3h, 4h, 6h).
Exemple : « SF 2h » (stable au feu pendant 2 heures).

c- Classification des matériaux :


La combustibilité est la quantité de chaleur émise par combustion complète du
matériau tandis que l’inflammabilité est la quantité de gaz inflammable émise par le
matériau. 5 catégories, qui définissent la réaction au feu des matériaux : les catégories vont
de M0 à M4.
M4 étant le plus facilement inflammable et M0 le plus difficilement inflammable.

ENSEIGNANT : JAMEL HADJ TAIEB


COURS SÉCURITÉ A L’INCENDIE

Classe Combustibilité Inflammabilité Exemple


Pièrre, Brique, Tuile, Plomb, Acier, Plâtre,
M0 Incombustible Ininflammable
Béton, Verre, Laine de roche.
M1 Combustible Non inflammable PVC.
Difficilement
M2 Combustible Moquette, panneau de particules
inflammable
Moyennement
M3 Combustible Bois, Laine
inflammable
Facilement
M4 Combustible Papier
inflammable

III/ Exemples réglementaires :

a- Murs porteurs :

SF ½h 1h 1h 30mn 2h 3h 4h
Epaisseur
du mur 10 11 13 15 20 25
(cm)
Enrobage
1 2 3 4 6 7
(cm)

b- Dalle pleine :

SF ½h 1h 1h 30mn 2h 3h 4h
Epaisseur
de la dalle 6 7 9 11 15 17,5
(cm)

c- Escaliers :
Les escaliers doivent avoir des parois coupe feu au moins une heure.
Les escaliers doivent être séparés de chaque niveau par des fermetures coupe feu au
moins ½ heure.
Les escaliers doivent être équipés d’installation d’extraction de chaleur et de fumée.
Les escaliers doivent être exécutés de façon à être praticables en toute sécurité
(largeur, virage, dimensions des marches et des contre marches).
Les escaliers servant comme des issues de secours doivent être dégagés tout le temps
de tout obstacle et utilisables en toute sécurité.
Si la voie d’évacuation ne donne lieu qu’à un seul escalier, la surface du niveau doit être
inférieure à 600 m2.

ENSEIGNANT : JAMEL HADJ TAIEB


COURS SÉCURITÉ A L’INCENDIE

Les escaliers doivent être disposés au plus à 15m de l’extrémité du bâtiment et doit être
le plus éloigné les uns des autres pour offrir des sens de fuites indépendants.
IV/ Comportement humain :
Pour assurer une protection contre l’incendie, certaines obligations sont à respecter :
L’affichage dans des halls d’entrées est près des accès des escaliers des consignes à
respecter en cas d’incendie.
L’obligation d’effectuer au moins une fois par an les vérifications des installations de
détection de désenfumage et de ventilation.
S’assurer du bon fonctionnement des portes coupe feu des escaliers.
V/ Comportement au feu du béton et de l’acier :
Au cours de l’incendie, la température atteint fréquemment 1 000 °C sur les facettes
exposées au feu.
a- Comportement du béton vis-à-vis le feu :
Des phénomènes physico-chimiques se succèdent lorsque la température évolue de
100 °C à 1 000 °C. Ils correspondent à des modifications sensibles de la pâte cimentaire et
des granulats à partir de 500 °C. Ces modifications se traduisent par un affaiblissement au
niveau de la qualité de béton (La résistance et le module de déformation).
La résistance à la compression du béton reste constante jusqu’à 250 °C puis décroit
pour ne plus présenter que 45% de sa valeur initiale à 600 °C et elle s’annule à 1 000 °C.
b- Comportement de l’acier vis-à-vis le feu :
La résistance de l’acier décroit à partir de 200 °C pour s’annuler à 750 °C. Par conséquent
pour protéger les aciers, il faut prévoir :
Le surdimensionnement de la structure : Modifier la massivité des éléments en
augmentant les épaisseurs pour retarder l’échauffement total de l’élément.
Revêtement intumescent : Les peintures intumescentes permettent de protéger
facilement et efficacement les charges portantes présentes dans un bâtiment contre le
feu. Il s’agit d’une peinture, qui retarde l’effondrement de la structure en isolant les
éléments (colonnes, poutres, planchers et toits) qui supportent le bâtiment, atteignant
une résistance au feu spécifique en terme de temps. Ces produits répondent donc à la
priorité majeure de la protection passive contre l’incendie, qui consiste à empêcher
l’effondrement des bâtiments, permettant ainsi l’évacuation des personnes en toute
sécurité, et rendant le bâtiment plus sûr pour les services d’urgence et de secours. Les
peintures intumescentes sont un moyen de plus en plus utilisé, notamment pour
protéger les structures en acier, présentes dans les conceptions architecturales
modernes des bâtiments industriels et commerciaux. Les produits intumescents sont des
revêtements réactifs qui gonflent à la suite d’une exposition à la chaleur, augmentant
ainsi en volume et diminuant en densité.

ENSEIGNANT : JAMEL HADJ TAIEB

Vous aimerez peut-être aussi