Vous êtes sur la page 1sur 45

Institut supérieur des sciences Appliquées et de technologie de Mateur

Département Informatique et télécoms.

MPLS-TE : Application à l’ingénierie de


trafic

Chapitre 4

Cours : Ingénierie de trafic dans les réseaux

Niveau : 2ième Master pro. SSR

Dec 2020
Partie 1

Rappel sur MPLS

2
Définition de MPLS

> MultiProtocol Label Switching (MPLS) est un


mécanisme de transport de données basé sur la
commutation de labels (des « étiquettes »), qui sont
insérés à l'entrée du réseau MPLS et retirés à sa sortie.
> MPLS peut être utilisé pour transporter pratiquement
tout type de trafic, par exemple la voix ou des paquets
IPv4, IPv6 et même des trames Ethernet ou ATM. Ainsi,
MPLS permet d'acheminer sur une unique infrastructure
différents types de trafic tout en les isolant.

3
Caractéristiques de base de MPLS

> Multiprotocol (multi-protocoles) : il est capable de


supporter les différents protocoles de niveau inférieur,
au sens OSI (ATM, Frame relay ...)
> Label switching (commutation de labels) : il se base
sur un label ou identifiant pour la commutation des
paquets. Cette étiquette est attribuée aux paquets par
l'équipement PE (Provider Edge) lors de leur entrée
dans l'infrastructure MPLS.

4
La commutation de Label

> Associer
— La puissance de commutation du niveau 2
— La flexibilité du routage de niveau 3
> La commutation de Label est agencée entre la couche 2 et la
couche 3 du modèle OSI.
> Les opérations d’insertion / suppression de labels sont effectués à
l’entrée du réseau et en sortie.
> Les équipements du cœur de réseau se contentent de commuter en
fonction de leur table.

5
Fonctionnement de MPLS

6
Terminologie MPLS

> Label Edge Router (LER) : Chargé d’insérer les labels dans les
paquets et les retirer
> Label Switch Router (LSR) : Réalise l’échange de labels en fonction
de sa table LIB (Label Information Base)
> Forwarding Equivalence Class (FEC) : Les paquets d’une même
FEC:
— Suivent le même chemin dans le réseau MPLS
— Sont traités de la même manière par un LSR
> Label Switched Path (LSP) : Chemin emprunté par tous les paquets
« labelisés »
> Label Information Base (LIB) : Table pour la commutation contenue
dans chaque noeud

7
Label

> Un en-tête MPLS est composé d'un ou plusieurs éléments de 4


octets chacun, les labels. Ce ou ces labels forment un empilement
ou « pile » de labels, le Label Stack. Le nombre de labels dans le
Stack dépendra des services MPLS utilisés.

> Cet en-tête MPLS est inséré dans un paquet juste après l'en-tête de
couche 2 (par exemple Ethernet, dont le champ Ethertype indiquera
alors un contenu de type MPLS), et donc avant le protocole de
couche 3 (au sens du modèle OSI) comme par exemple IP.

8
Format d’un en-tête MPLS

Label CoS S TTL

20 bits 3 bits 1 8 bits

> Label (20 bits) : valeur numérique du label


> Cos (EXP) (3 bits) : utilisé dans pour les Classes Of
Service
> Stack (1 bit) : Permet d’empiler les labels (0 = empilement,
1 = dernier label)
> TTL : Recopie du TTL IP
Pile de Label

10
L’architecture MPLS

> Standardisé par l’IETF sous la RFC 3031

> Basée sur la commutation de labels

> Objectifs :
— Diminuer les délais de traitement des datagrammes

— Fournir une couche de services supplémentaires à IP

> Flexible car ne dépend pas d’une technologie particulière (ATM,


Frame Relay …)

> Un réseau MPLS est appelé « nuage »

11
L’architecture MPLS

Pour prendre en charge plusieurs protocoles, MPLS divise l'architecture de


routeur classique en deux composants principaux:
- Plan de contrôle: contrôle l'échange d'informations de routage et
l'échange d'étiquettes entre les périphériques adjacents.
- Plan de données: également appelé plan de transfert, ce plan contrôle le
transfert en fonction des adresses ou des étiquettes de destination.

12
Les composants d’un LSR

13
Les composants d’un LER (Edge LSR)

14
L’Allocation de Label en mode trame

Un routeur utilise quatre étapes pour l’attribution et la distribution d’étiquettes dans


un réseau de routage IP Unicast et la fonctionnalité MPLS, y compris l’attribution et
la distribution d’étiquettes. Les étapes suivantes détaillent ce qui se passe:

Step 1 Les routeurs échangent des informations à l'aide du protocole


IGP (Interior Gateway Protocol) standard ou propriétaire, tel
que OSPF, IS-IS et EIGRP.
Step 2 Les étiquettes locales sont générées. Une étiquette unique
localement est affectée à chaque destination IP qui se trouve
dans la table de routage principale et est stockée dans la table
LIB (Label Information Base).
Step 3 Les étiquettes locales sont propagées aux routeurs adjacents,
où elles peuvent être utilisées en tant qu'étiquettes de saut
suivant (stockées dans les tables FIB (Forwarding Information
Base) et LFIB pour permettre le changement d'étiquette).
Step 4 Chaque LSR construit ses structures de données LIB, LFIB et
FIB en fonction des étiquettes reçues.
15
Partie 2

MPLS-TE

16
Introduction

> L’ingénierie de trafic regroupe l’ensemble des méthodes de contrôle du


routage permettant d’optimiser l’utilisation des ressources, tout en
garantissant la qualité de service (bande passante, délai...).
> L’objectif des mécanismes d’ingénierie de trafic est de maximiser la
quantité de trafic pouvant transiter dans un réseau afin de retarder au
maximum les investissements, tout en maintenant la qualité de service.
> Diverses méthodes d’ingénierie de trafic pour les réseaux IP ont été
spécifiées depuis plusieurs années.
> Parmi ces méthodes, on trouve celle basée sur l’utilisation de la
technologie MPLS (Multi Protocol Label Switching).
> La technologie MPLS est particulièrement bien adaptée à l’ingénierie de
trafic car elle permet la création de chemins routés de façon explicite,
indépendamment de la route IP (qui repose sur un plus court chemin vers
la destination).
> Cela permet d’utiliser des chemins alternatifs au chemin IP, et donc de
mieux répartir la charge dans le réseau et de gérer de manière plus
efficace les cas de congestion.
17
Introduction (suite)

> L’application de MPLS à l’ingénierie de trafic est appelée MPLS Traffic


Engineering (MPLS-TE).
> MPLS-TE permet l’établissement de tunnels MPLS routés de façon
explicite en fonction des contraintes du trafic transporté (bande passante,
délai...) et des ressources disponibles dans le réseau.
> Ces tunnels MPLS-TE peuvent être assimilés à des connexions.
> MPLS-TE crée ainsi un mode connecté dans les réseaux IP, permettant
d’optimiser l’utilisation des ressources et de maximiser la charge de trafic
pouvant circuler sur le réseau tout en préservant la qualité de service
(gestion de la congestion).
> Ce routage par contrainte MPLS-TE nécessite un ensemble de protocoles
et d’algorithmes de routage et de signalisation.

18
Mécanismes MPLS-TE

> Le mécanisme MPLS-TE (MPLS Traffic Engineering ) permet


l’établissement de LSP (Label Switched Path) MPLS routés de façon
explicite en fonction de contraintes de trafic (bande passante...) et des
ressources disponibles dans le réseau.
> Ces LSP MPLS sont appelés TE-LSP ou encore « tunnels MPLS-TE».
> Le routage par contrainte MPLS-TE repose sur une fonction de découverte
de la bande passante réservable sur les liens, assurée par un protocole de
routage à état de lien étendu (ISIS-TE : Intermediate System to
Intermediate System-TE ou OSPF-TE : Open Shortest Path First-TE), une
fonction de calcul de chemin explicite contraint prenant en compte les
contraintes TE du tunnel (bande passante, éléments à inclure/exclure...) et
les ressources disponibles sur les liens, ainsi qu’une fonction
d’établissement de LSP avec réservation de ressources le long du chemin
explicite (généralement assurée par le protocole RSVP-TE : Resource
Reservation Protocol-TE). MPLS-TE établit un mode connecté...

19
Partie 3

Label Distribution Protocol (LDP) :


Routage implicite

20
Routage implicite contre Routage explicite

> Routage implicite (de saut en saut)


— Chaque LSR choisit son prochain saut sur la base du plus court
chemin
— Similaire au routage IP
— Exemple : LDP
> Routage explicite
— Un routeur unique, généralement le LER d'entrée, spécifie
plusieurs ou tous les LSR dans le LSP
— Fournit des fonctionnalités pour l'ingénierie du trafic et QoS
— Exemple: CR-LDP, RSVP -TE

21
Label Distribution Protocol (LDP)

> La distribution implicite de labels aux LSR est réalisée grâce au protocole
LDP (Label Distribution Protocol).
> LDP définit une suite de procédures et de messages utilisés par les LSR
pour s’informer mutuellement du mapping entre les labels et le flux.
> Les labels sont spécifiés selon le chemin " Hop By Hop " défini par l’IGP
(Interior Gateway Protocol) dans le réseau.
> Chaque nœud doit donc mettre en œuvre un protocole de routage de
niveau 3, et les décisions de routage sont prises indépendamment les unes
des autres.

22
Fonctionnement

> LDP est bi-directionnel et permet la découverte dynamique des


nœuds adjacents grâce à des messages Hello échangés par UDP.
> Une fois que les 2 nœuds se sont découverts, ils établissent une
session TCP qui agit comme un mécanisme de transport fiable des
messages d’établissement de session TCP, des messages
d’annonce de labels et des messages de notification.

23
Spécifications du LDP

> LDP supporte les spécifications suivantes :


— les labels sont assignés à un nœud amont à partir des informations
contenues dans la table de routage:
— 3 FEC (Forwarding Equivalent Classes) sont définies : il est possible
de mapper un label soit à un flux de trafic, à un préfixe d’adresse IP ou
à un router-ID. Le flux de trafic reçoit le même traitement de forwarding
selon le label qui lui est associé.
— une connexion LDP peut être établie entre 2 LSR directement ou
indirectement connectés
— il existe 2 modes de rétention de label : soit " conservatif " soit
" libéral ". Pour le mode de rétention " conservatif " , seul le label
correspondant au meilleur bond est retenu. Par contre, pour le mode
de rétention " libéral ", tous les labels transmis par les LSR adjacents
pour un flux donné sont retenus. Ce mode permet un re-routage rapide
en cas de problème car des labels alternatifs sont disponibles
instantanément.

24
Partie 4

Le Routage Explicite application au traffic


engineering

25
Le routage Explicite pour le traffic engineering

> Le routage explicite est la solution MPLS pour faire du


traffic engineering, dont l’objectif est le suivant :
— utiliser efficacement les ressources du réseau,
— éviter les points de forte congestion en répartissant le trafic sur
l’ensemble du réseau. En effet, le plus court chemin déterminé
par le routage classique IP pour atteindre une destination peut
ne pas être le seul chemin possible et certains chemins
alternatifs peuvent être sous-utilisés alors que le plus court
chemin est surutilisé.

26
Le routage Explicite pour le traffic engineering
(2)

> Historiquement, le Traffic Engineering a été réalisé grâce à des


métriques de liens associées à des protocoles de routage internes
(RIP, OSPF, IS-IS).
> A la fin des années 90, il a également été possible de faire
du Traffic Engineering avec des technologies de niveau 2 telles que
ATM et Frame Relay.
> Aujourd’hui, MPLS émerge comme un nouveau mécanisme
de Traffic Engineering en offrant une plus grande flexibilité de
routage IP (bande passante, QoS,...), grâce à l’Explicit Routing.

27
Principe du routage explicite

> le LSP n’est plus déterminé à chaque saut comme pour l’implicit
routing : c’est l’ingress node qui choisit le chemin de bout en bout.
Au niveau des LSR en cœur du réseau, seul le label MPLS est
analysé (pas l’en-tête du datagramme IP).

28
Principe du routage explicite (suite)

> L’Explicit Routing permet à un opérateur de faire du Traffic Engineering en


imposant au réseau des contraintes sur les flux, du point source jusqu’au
point destination. Ainsi, des routes autres que le plus court chemin peuvent
être utilisées. Le réseau détermine lui-même le chemin en suivant les
étapes ci-dessous :
> connaissance de l’état du réseau : topologie, bande passante réelle d’un lien,
bande passante utilisée, bande passante restante...Des extensions ont été
apportées aux protocoles de routage OSPF et IS-IS car la distribution dynamique
des bases de données était limitée aux noeuds adjacents et à une seule métrique.
> calcul d’un chemin répondant aux contraintes spécifiées. Les extensions d’OSPF
et d’IS-IS sont nécessaires.
> établissement du ER-LSP (Explicitly Routed Path). La source connaît le chemin
complet de l’ingress node à l’egress node et c’est elle qui spécifie les LSR à
l’intérieur du LSP. Deux options de signalisation spécifiées pour l’établissement du
LSP : RSVP-TE ou CR-LDP (Constraint-Based Routing LDP) :
— envoi du trafic sur le chemin trouvé
— supervision de l’état des LSP et le transmet à l’IGP
— ré-optimisation des LSP quand nécessaire

29
Partie 5

Constraint-based Routing LDP (CR-LDP):

30
CR-LDP

> Le protocole CR-LDP (Constraint-based Routing over Label


Distribution Protocol) ; est une version étendue du protocole LDP,
où CRcorrespond à la notion de « routage basé sur les contraintes
imposées par les LSPs ».
> Tout comme LDP, CR-LDP utilise des sessions TCP entre les LSRs, au
cours desquelles il envoie les messages de distribution des étiquettes ;
permettant en particulier à CR-LDP d'assurer une distribution fiable des
messages de contrôle.
> L'idée du protocole CR-LDP était d'utiliser un protocole de distribution de
label déjà existant et de lui ajouter la capacité de gérer le Traffic
Engineering.
> C'est ainsi que, CR-LDP ajoute des champs à ceux déjà définis dans LDP,
tel que "peak data rate" et "committed data rate".
> La gestion des réservations dans CR-LDP est très similaire à celle utilisée
dans les réseaux ATM, alors que RSVP-TE utilise plutôt un modèle basé
sur IntServ.

31
Fonctionnement du CR-LDP

32
Fonctionnement du CR-LDP

> (1) L'Ingress LSR détermine qu'il a besoin d'établir un nouveau LSP vers l'Egress
LSR en passant par l'LSR Inter2. Pour cela, l'Ingress LSR envoie à l'LSR Inter2 un
message LABEL_REQUEST avec l'explicit route (LSR Inter2, Egress LSR) et le
détail des paramètres du trafic nécessaire pour cette nouvelle route.
> (2) L'LSR Inter2 reçoit le message LABEL_REQUEST, réserve les ressources
demandées, modifie l'explicit route dans le message LABEL_REQUEST et fait suivre
le message à l'Egress LSR. Si nécessaire, l'LSR Inter2 peut réduire les
réservations demandées dans le cas où les paramètres correspondant sont marqués
négociables dans le message LABEL_REQUEST.
> (3) L'Egress LSR détecte que c'est effectivement lui l'Egress LSR. Il fait les mêmes
activités de réservation et de négociation que l'LSR Inter2. Il alloue un label pour le
nouveau LSP et l'envoie à l'LSR Inter2 dans un message LABEL_MAPPING. Ce
message contient aussi les détails des paramètres finaux du trafic pour ce LSP.
> (4) L'LSR Inter2 reçoit le message LABEL_MAPPING, il finalise la réservation,
alloue un label pour le LSP et met à jour sa table de labels. Ensuite, il envoie le
nouveau label à l'Egress LSR dans un autre message LABEL_MAPPING.
> (5) Le même processus se réalise dans l'Ingress LSR. Mais vu que l'Ingress
LSR est le headend, il n'aura pas à allouer un label.

33
Partie 6

RSVP -Traffic Engineering (RSVP–TE)

34
RSVP-TE : ReSerVation Protocol - Traffic
Engineering
> RSVP-TE est une extension du protocole RSVP (Ressource ReSerVation
Protocol) pour les réseaux MPLS. Il permet de prendre en compte la
notion de Qualité de Service et d’ingénierie trafic.
> RSVP-TE est l’un des deux principaux protocoles utilisés par le MPLS pour
la création des routes. Ils effectuent du routage « explicite » : ils créent
des tunnels de données unidirectionnels qui prendront toujours le même
chemin.
> L’avantage est de pouvoir‚ en cas de coupure ou de congestion‚ forcer le
trafic par un autre chemin ou par une route de secours contrairement aux
protocoles courants tel BGP ou OSPF qui s’appuient seulement sur la
topologie en cherchant le chemin le plus court.
> De cette manière‚ MPLS effectue une gestion rationnelle du trafic. Les
données nécessitant un traitement rapide‚ comme la voix‚ prendront le
chemin le plus rapide tandis que les données‚ seront routées vers un
chemin un peu plus long.
> RSVP-TE est un protocole soft state. La liaison n’est établie que pendant la
durée spécifiée par des timers envoyés dans les messages de demande de
réservation. Il faut donc régulièrement rétablir la liaison.
35
Fonctionnalités de RSVP-TE

> RSVP-TE supporte de multiples fonctionnalités :


— La création de LSP‚
— Le routage explicite‚
— Le smooth rerouting‚
— La préemption‚
— La détection de boucles.

36
Architecture de communication : messages

> Les nœuds du nuage MPLS doivent pouvoir communiquer ensemble afin
de garantir leur fonction de routage. Le protocole RSVP-TE répond à ce
besoin en définissant des types messages et des objets.
> Un message est caractérisé par sa propre structure ainsi que par les
objets qu’il inclut. A chaque objet‚ on peut attribuer une fonction
particulière.
> On peut distinguer deux grands types de messages.
— Ceux pour la création des routes : Path et Resv
— Ceux pour le contrôle (remontées d’erreurs‚ etc) : PathErr et ResvErr

37
Architecture de communication : objets

> Il existe aussi différents objets.


— SESSION : C’est un objet qui identifie une session entre un nœud
d’entrée et un nœud de sortie.
— SENDER_TEMPLATE et FILTER_SPEC : La combinaison de ces
objets permet d’identifier un LSP.
> Note : Les objets SESSION‚ SENDER_TEMPLATE et FILTER_SPEC
identifient de manière unique un LSP.

— LABEL_REQUEST : Cet objet indique une demande de réservation de


labels. Il est véhiculé dans le message Path (downstream). La liaison
des labels est effective lors du passage du message Resv (upstream).
Il fournit aussi des renseignements sur le protocole de la couche
réseau (L3PID : Layer 3 Protocol Identifier). MPLS ne fonctionne pas
seulement sur IP‚ il est opérationnel sur ATM‚ Frame Relay‚ etc.
— EXPLICITE_ROUTE : Impose la route à prendre en spécifiant la suite
des nœuds à suivre.

38
Architecture de communication : objets (2)

— RECORD_ROUTE : Enregistre la route empruntée par le message.


— SESSION_ATTRIBUTE : Cet objet peut contenir des informations de
contrôle complémentaires.
— LSP_TUNNEL_IPv4 et LSP_TUNNEL_IPv6 indiquent si l’adresse du
nœud de destination est IPV4 ou IPV6.

39
Création normale de LSP

> La création d’un LSP passe par deux phases :


— Une phase de pré-réservation des ressources du nœud d’entrée
au nœud de sortie‚
— Une phase d’établissement du lien à partir du nœud de sortie
jusqu’à l’entrée.

40
Création d’un LSP (Phase 1/2)

> Lorsqu’un LSP doit être crée‚ le LER d’entrée va émettre un message Path.
Ce message va initier la création du LSP. Il contient les objets:
— SESSION‚
— SENDER_TEMPLATE‚
— FILTER_SPEC‚
— LABEL_REQUEST.
— RECORD_ROUTE
— (Optionnel) SESSION_ATTRIBUTE.

41
Création d’un LSP (Phase 2/2)

> Le nœud de sortie répond au message Path par un message Resv. Il suit
l’ordre inverse des nœuds empruntés par le message Path et va procéder
à la création effective du LSP.
> Un nœud faisant transiter un message Resv procède à plusieurs étapes.
— Il va tout d’abord extraire le label associé au LSP de manière à pouvoir mettre à
jour sa table de routage. Elle est composé du ILM : Incoming Label Map et du
NHLFE : Next Hop Label Forwarding Entry‚
— Il crée ensuite un nouvel objet en y insérant ses propres caractéristiques et
place ce dernier dans le message Resv en remplacement de l’ancien‚
— Il envoie enfin le message au nœud suivant.
— Une fois le nœud d’entrée atteint‚ la création du LSP est terminée.

42
Autres fonctions : Détection de boucles

> L’objet RECORD_ROUTE permet de détecter facilement les boucles par


l’enregistrement successif des nœuds empruntés.
> Il existe deux types de boucles.
— Permanentes : dû à une erreur de routage manuel‚
— Temporaires : dû à la création autonome d’un LSP.
> Une boucle peut être détecté dans un message Resv ou Path. Dans ces
deux cas‚ le message est détruit et un message d’erreur est envoyé à
l’émetteur. En fonctionnement normal les algorithmes mis en jeu font leur
maximum afin de ne pas créer de boucles.

43
Autres fonctions : Les erreurs

> Des messages d’erreurs (PathErr‚ ResvErr) peuvent être créés


dans les cas suivants :
— Un nœud réseau ne comprend pas le message envoyé‚
— Les ressources sont insuffisantes‚
— Une boucle est détectée‚
— Impossible de lier un label‚
— Ne supporte pas l’un des objets RSVP‚
— Ne supporte pas le routage explicite‚
— Préemption‚
— …
> Un routeur RSVP est cependant doté de fonctionnalités qui lui
permettent de détecter si un routeur adjacent est capable de
comprendre les requêtes RSVP. Il ne lui enverra des requêtes que
s´il est capable de les comprendre.

44
Comparaison RSVP-TE CR-LSP

RSVP-TE CR-LDP
Bande passante entre partenaires
Plus élevée : Rafraichissement
MPLS

Memoire pour stocker l'état des LSP 500 octets par LSP Plus faible

Utilise TCP pour la distribution des


Utilise UDP ou IP (raw IP) pour la
Couche Transport labels et UDP pour découvrir les
distribution des labels
LSR

Protocole soft-state, nécessitant un


Type de protocole Protocole hard-state
rafraîchissement périodique

Offre une notification en cas de N'offre pas de notification en cas de


Notifications
panne panne

Routage Routage explicite Routage explicite

Spécification du trafic
Détection de boucle
Services
Préemption
Messages d'erreurs

45

Vous aimerez peut-être aussi