Vous êtes sur la page 1sur 13

: 1 Code de Nuremberg et au Code de Helsinki (qui ont établi qu'aucune recherche ou


expérimentation sur des sujets humains ne devait être entreprise sans un consentement préalable
explicite des sujets)

2 : DAGI, Teo Forcht (1994) « Changing the paradigm for informed consent », Journal of

Clinical Ethics, 5, no.3, p.247.

3 : Suite à la mise à jour de certaines recherches dont celle sur des prisonniers noirs qu'on aurait
privé de soins pour suivre l'évolution de la syphillis dont ils étaient atteints; et cette autre sur des
vieillards de Brooklyn à qui on avait transplanté des tissus cancéreux à leur insu, des commissions
d'enquête ont été mises sur pied. Aux Etats-Unis, "The National Commis ion for the protection of
human subjects of biomedical and behavioral research" a produit le Rapport Belmont(1978);
l'Association Médicale Mondiale a donné le jour à la Déclaration de Helsinki, 1964 et à celle de Tokyo
1975; l'Association Mondiale de Psychiatrie a donné la Déclaration de Hawaï 1977. Cf: Fagot-
Largeault (1985) L'Homme bio-éthique, p. 150-168. Depuis, plusieurs autres Commissions nationales
et internationales ont poursuivi ce travail afin de revoir et ajuster les normes éthiques de la
recherche en fonction de l'évolution techno-scientifique et des changements sociaux qui influencent
le domaine de la recherche sur l'être humain, aboutissant à des lignes directrices telles que:
International ethical guidelines for biomedical research involving human subjects, Genève, 1993 ; Un
virage à prendre en douceur (sur les nouvelles techniques de reproduction), Canada, 1993.

4 : article 1 er du Décret n° 83-166 du 12 avril 1983 portant Code de Déontologie des médecins encore
appelé dans le cadre de e travail loi de 1983.

5 : LOMASKY (L), Persons, Rights and the moral community, Oxford, Oxford University, 1987, p. 11,
cité par REACH (G), Une théorie du soin, soucis et amour face à la maladie, Les belles lettres, 2010, p.
8.

6 : Code civil : article 1109.

7 : Constitution de l’OMS, 22 juillet 1946, article 1.

8 : DUDH, 10 décembre 1948, article 25.

9 : Pascal PENAUD, Pierre ABALLEA et al., Politiques sociales, 4e édition revue et mise à jour, Presses
de Sciences PO et Dalloz, Paris, 2016, 770.

10 : Cour de cassation, Première chambre civile du 05 mars 2015, n°14‐12.292. 

11 :A. DorsnerDolivert, « Le consentement au traitement médical : une liberté fondamentale en demi
‐teinte », RFDA 2003, p. 528.

12 :  article premier du code de nuremberg.

13 :  Engelhardt (1986) p. 297. «Medicine will not be able to extend its skills from generation to
another if CUITent patients are not willing to allow their bodies and minds to be explored.

14 : article 7 du pacte international relatif aux droits civiques et politiques.


15 : Didier TRUCHET, Droit de la santé publique, 9e édition, Les mémentos, Dalloz, Paris, 2017, p. 12.

16 : Zbigniew Paul DIME LI NLEP, La garantie des droits fondamentaux au Cameroun, Mémoire de
DEA, Université Abomey-Calavi, Bénin, disponible sur www.memoireonline.com [consulté le 20
septembre 2021].

17 : Didier TRUCHET, op. cit. p. 10.

18 : Joseph OWONA cité par Alain-Didier OLINGA, « L’aménagement de droits et libertés dans la
Constitution camerounaise révisée » in Revue Universelle des Droits de l’Homme, vol. 8, n° 4-7, 1996,
p. 117.

19 : Didier TRUCHET, op. cit. p. 12.

20 : Ibid. pp. 11-12.

21 : Anne LAUDE et Didier TABUTEAU, op. cit. p. 55.

22 : Didier TRUCHET, op. cit. p. 12.

23 : Loi n° 96/03 du 4 janvier 1996 portant loi-cadre dans le domaine de la santé, article 2.

24 : P. Malaurie, « Anthologie de la pensée juridique », Saint‐Amand‐
Montrond, Cujas, Deuxième édition, 2001, p. 195. L’auteur cite ici, 
Tocqueville à propos de la notion de liberté.

25 : préambule de la constitution camerounaise du 18 janvier 1996.

26 : Décret n° 83-166 du 12 avril 1983 portant Code de Déontologie des médecins. Ici appelé loi de
1983.

27 : article 1109 du code civil camerounais.

28 : article 26 de la loi de 1983, op, cit.

29 : article 27 de la loi de 1983, op cit.

30 : article 286 du code pénal camerounais.

31 : TESSIER, Hélène (1982) « Le consentement libre et éclairé à une intervention chirurgicale»,
Bulletin de la Corporation des médecins du Québec, 22, no.4, p. 1 et 8.

32 : MÉNARD, Jean-Pierre (1991) « Le devoir d'information du médecin: le tour de la

Question », Actif, 3, no.32, p.10.

33 : Loi n° 2003/2006 du 22 décembre 2003 régissant la transfusion sanguine, article 9.

34 : Claudine BERGOIGNAN-ESPER et Pierre SARGOS, Les grands arrêts du droit de la santé, 2e
édition, Dalloz, Paris, 2016, p. 469.

35 : Décret n° 2013/093 du 03 avril 2013 portant organisation du Ministère de la santé, article 1er.
36 : Décret n° 2013/093 du 03 avril 2013 portant organisation du Ministère de la santé, article 2.

37 : Décret n° 2013/093 du 03 avril 2013 portant organisation du Ministère de la santé, article 6.

38 : 205 Décision n° 0096/D/MSP/CAB du 16 avril 2004 portant tarification des moustiquaires
imprégnées et des imprégnations dans les centres provinciaux d’imprégnation et les unités
d’imprégnation communautaires.

39 Décision n° 0540/D/MINSANTE/CAB du 12 juin 2009 fixant dans le secteur public les prix des
différentes présentations de la combinaison fixe d’artesunate-amodiaquine utilisée dans la prise en
charge du paludisme non compliqué. Voir également la Décision n° 0606/D/MINSANTE/CAB du 29
juin 2010 fixant dans la sous-secteur privéles prix des différentes présentations de la combinaison
fixe d’artesunate-amodiaquine utilisée dans la prise en charge du paludisme non compliqué.

40 : Décision n° 0009/C/MSP/CAB du 14 avril 2005 complétant les dispositions de la décision n° 468
BIS/MSP/CAB du 24 septembre 2004 fixant la nouvelle tarification des protocoles de première ligne
de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida (PVVS) par les antirétroviraux (ARV) et des
examens de suivi biologique au Cameroun.

41 : Décret n° 2013/093 du 03 avril 2013 portant organisation du Ministère de la santé, article 7

42 : Décret n° 2013/093 du 03 avril 2013 portant organisation du Ministère de la santé, article 8.

43 : Ibid. article 10.

44 : OMS, Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014-2023, OMS, Hong Kong,
2013.

45 : Ministère de la Santé publique du Cameroun, Stratégie sectorielle de santé 2016-2027 p.25.

46 : Raphaël OKALLA et Alain Le VIGOUROUX, « Cameroun : de la réorientation des soins de santé
primaires au plan national de développement sanitaire » in Bulletin de l’APAD, Un système de
santé en mutation : le cas du Cameroun, n° 21, 2001, p. 9, disponible sur www.apad.revue.org
[consulté le 17 septembre 2021].

47 : Décret n° 2013/093 du 03 avril 2013 portant organisation du Ministère de la santé, article 1(2).

48 : Ministère de la santé publique, « CHRACERH : La fécondité in vitro (FIV) : une possibilité effective
au Cameroun », disponible sur www.minsante.cm [consulté le 12 septembre 2021].

49 : Informations disponibles sur www.pasteur-yaounde.org [consulté le 12 septembre 2021].

50 : Organe consultatif créé avec le concours financier de la Rock Feller Foundation par décret n°
90/1347 du 17 septembre 1990.

51 : Décret n° 2010/2952 du 1er novembre 2010 portant création, organisation et fonctionnement
de l’ONSP, article 2.

52 : FIFEN ALASSA, L’observatoire national de santé publique (ONSP) du Cameroun, Brazzaville, 28-
30 avril 2014, disponible sur www.aho.afro.who.int [consulté le 12 septembre 2021]
53 : <<covid-organics, le remède controversé contre la covid-19>>, disponible sur
www.fr.m.wikipedia.org [consulté le 30 septembre 2021],

54 : FIFEN ALASSA, L’observatoire national de santé publique (ONSP) du Cameroun, Brazzaville, 28-
30 avril 2014, disponible sur www.aho.afro.who.int [consulté le 12 septembre 2021] op, cit.

55 Informations disponibles sur www.circb.cm [consulté le 15 septembre 2021].

56 : CNLS, Plan stratégique national de lutte contre le VIH/Sida 2006-2010, disponible sur
www.ilo.org [consulté le 15 septembre 2021]. Voir aussi CNLS, Plan stratégique national de lutte
contre le VIH, le SIDA et les IST 2014-2017, disponible sur www.childrenandaids.org [consulté le 20
septembre 2021].

57 :Ministère de la santé publique, Plan stratégique national de lutte contre le paludisme au


Cameroun 20072010, disponible sur www.africanchildforum.org [consulté le 30 septembre 2021],
pp. 13-14.

58 : Claire DEBOURG, La faute contractuelle, Fiche de niveau 3, Droit des contrats/ Responsabilité
contractuelle, 13 novembre 2007, disponible sur www.france-jus.ru [consulté le 25 septembre 2021].

59 : Clotilde ROUGE-MAILLART, « L’évolution de la faute chirurgicale en France » in Anne-Marie


DUGUET (dir.), Evolution récente des actions en responsabilité médicale en France. Comparaison
avec l’étranger, éditions Les Etudes Hospitalières, Bordeaux, 2008, p. 17.

60 : Cour de cassation, civ. 20 mai 1936, Nicolas c/ Mme Mercier (1). Voir aussi Claudine
BERGOIGNAN-ESPER et Pierre SARGOS, op. cit. p. 201.

61 : Décret n° 83-166 du 12 avril 1983 portant Code de déontologie des médecins, art. 2, 22 et 23.

62 : Décret n° 89-354 du 03 mars 1989 portant Code de déontologie des professions d’infirmier, de
sage-femme et de technicien médico-sanitaire, art. 2 et 3.

63 : Voir Clotilde ROUGE-MAILLART, op. cit. p. 17.

64 : Ibrahima FAYE, La notion de faute médicale en droit de la responsabilité, Mémoire de Master 2
en Droit de la santé, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 2011, disponible sur
www.memoireonline.com [consulté le 30 septembre 2021]

65 : Clotilde ROUGE-MAILLART, op. cit. p. 17.

66 : Ibid.

67 : Cour suprême du Cameroun, arrêt n° 134/CC du 22 août 1996.

68 : Code français de la santé publique, art. L. 1142-1. Voir aussi Sophie GROMB, « La formation des
experts en responsabilité médicale » in Anne-Marie DUGUET (dir.), op. cit. p. 42.

69 : Voir le décret n° 89-354 du 03 mars 1989 portant Code de déontologie des professions
d’infirmier, de sagefemme et de technicien médico-sanitaire, art. 2 et 3.

70 : Didier TRUCHET, op. cit. p. 268.


71 : CS, affaire Osse Banga Robert contre Bikoy Pierre, arrêt n° 134/CC du 9 juin 1983 et affaire
Tchabe Alexis, Mission Catholique de Poango et Chanas Privat contre Nguatta René, arrêt n° 80/CC
du 2 mai 1991.

72 : Loi n° 2003/2006 du 22 décembre 2003 régissant la transfusion sanguine, art. 11.

73 : Ibid. art. 12.

74 : Ibid. art. 13-16.

75 : Ministère de la Santé publique du Cameroun, Stratégie sectorielle de santé 2016-2027, op. cit. p.
42.

76 : CE Ass., 9 avril 1993, n° 138653, M. D. Voir aussi Claudine BERGOIGNAN-ESPER et Pierre SARGOS,
op. cit. p. 469.

77 Ibid.

78 : Cour de cassation, civ. 1ère, 9 novembre 1999, n° 98-10.010, Morisot c/ Delsart. Voir aussi
Claudine BERGOIGNAN-ESPER et Pierre SARGOS, op. cit. p. 306.

79 Conseil d’Etat, 9 juillet 2003, n° 220437, AP-HP c/ Marzouk. Voir aussi Claudine BERGOIGNAN-
ESPER et Pierre SARGOS, op. cit. p. 306.

80 Loi-cadre n° 2011/012 du 6 mai 2011 portant protection du consommateur au Cameroun, art.


3(a) et 10.

81 : CS, arrêt n° 50/CC du 18 juin 1987.

82 : Voir également Alexis DIPANDA MOUELLE, Répertoire chronologique de la jurisprudence de la


Cour suprême du Cameroun, 2e partie, année 1980-2000, Tome IV, Droit civil et commercial,
Yaoundé, avril 2007, p. 70.

83 : Claudine BERGOIGNAN-ESPER et Pierre SARGOS, op. cit. p. 476.

84 : Ibid.

85 : Cour d’appel de l’Ouest, arrêt n° 687/COR du 23 avril 2002.

86 : Anne LAUDE et Didier TABUTEAU, op. cit. p. 114.

87 : Arrêt n° 687/COR du 23 avril 2002, pp. 13-14.

88 : Conseil d’Etat, Droits et débats. Santé et justice : quelles responsabilités ? Dix ans après la loi du
4 mars 2002, Actes du colloque organisé par le Conseil d’Etat et la Cour de cassation les 20 et 21
octobre 2011, Conseil d’Etat, Cour de cassation, La documentation française, Paris, 2013, p. 177.

89 : Arrêt n° 687/COR du 23 avril 2002, p. 14.

90 : Ch. jud., section pénale, pourvoi n° 391 du 26 avril 2002, arrêt n° 17/P du 27 mai 2010.
91 : Arrêt n° 35/Crim du 15 juin 2011, affaire MP et Nkoumo Charles Séraphin, Ordre national des
médecins c/ Ndeumeni Noubevam Charles Dechateau et Minsanté, p. 7.

92 : Jugement n° 1462/CD/COR du 27 mars 2006, affaire Ministère public et Ayants droit du Lt
Colonel Koumou roger Michel c/ Etoke Richard et Nkwenti Marcus.

93 : thèse doctorat en droit public, Universite d’Avignon , Christophe Foe (N) : <<La mise en œuvre
du droit à la santé au Cameroun>> 28 juin 2019 , p.134.

94 : ibid.

95 : CS, arrêt n° 50/CC du 18 juin 1987. Voir également Alexis DIPANDA MOUELLE, op. cit. p. 701.

96 : Jugement n° 1462/CD/COR du 27 mars 2006, op. cit.

97 : Ch. jud., section pénale, pourvoi n° 391 du 26 avril 2002, arrêt n° 17/P du 27 mai 2010.

98 : Anne LAUDE et Didier TABUTEAU, op. cit. p. 114.

99 : circulaire directeur hôpital général de Yaounde.

100 : Conseil d’Etat, Droits et débats. Santé et justice : quelles responsabilités ? Dix ans après la loi du
4 mars 2002, op. cit. p. 179.

101 : Arrêt n° 35/Crim du 15 juin 2011, op. cit.

102 : Ch. adm., affaire n° 112/82-83, Nkondock Emile-Valentin c/ Etat du Cameroun (Minsanté),
jugement n° 72/82-83 du 26 mai 1983.

103 : Cour de cassation française, civ., affaire Delherm c/ Calou, 29 novembre 1920. Voir aussi
Claudine BERGOIGNAN-ESPER et Pierre SARGOS, op. cit. p. 285.

104 : Anne LAUDE et Didier TABUTEAU, op cit. p. 111.

105 : ibid

106 : 530 Groupe Pasteur Mutualité, Guide de la responsabilité professionnelle médicale, disponible
sur www.gpm.fr [consulte le 21 septembre 2021], p. 8.

107 : Ibid.

108 : Décret n° 83-166 du 12 avril 1983 portant Code de déontologie des médecins, article 24.

109 : Arrêt n° 687/COR du 23 avril 2002, p. 15. Voir aussi l’arrêt Delherm c/ Calou dans lequel la Cour
de cassation a clairement indiqué que « lorsqu’un médecin se trouve en présence, non d’un mal à
guérir, mais d’une simple imperfection physique à faire disparaître ou à dissimuler, ni l’intérêt de la
science, ni l’intérêt du malade n’exigent que pour un si mince résultat, ils risquent de changer cette
imperfection physique en un mal véritable ou à l’aggraver ; que le docteur Delherm, qui connaissait
mieux que personne les dangers et l’insuccès possibles du traitement avait le devoir de refuser son
concours ».

110 : Arrêt n° 35/Crim du 15 juin 2011, op. cit.


111 : Décret n° 83-166 du 12 avril 1983 portant Code de déontologie des médecins, article 23

112 : Groupe Pasteur Mutualité, op. cit. p. 8.

113 : Anne LAUDE et Didier TABUTEAU, op cit. pp. 111-112.

114 : Didier TRUCHET, op. cit. p. 278.

115 : Cour de cassation, civ. affaire Consorts Micheli c/ Société Clinique Sainte Croix, 6 mars 1945.
Voir aussi Claudine BERGOIGNAN-ESPER et Pierre SARGOS, op. cit. p. 239.

116 : CS, arrêt n° 13/CC du 7 octobre 1982.

117 CS, arrêt n° 20/CC du 28 octobre 1982.

118 : Req., 28 janvier 1942. Voir aussi Claudine BERGOIGNAN-ESPER et Pierre SARGOS, op. cit. p. 333.

119 : Arrêt n° 81/CC du 29 avril 1982.

120 : Loi n° 2006/022 du 29 décembre 2006 fixant l’organisation et le fonctionnement des tribunaux
administratifs, article 2(3).

121 : Cour fédérale de justice, Assemblée plénière, Ngongang Njanke Martin c/ Etat du Cameroun,
arrêt n° 20 du 20 mars 1968. Voir aussi NGOLE Philip NGWESE et Joseph BINYOUM, Eléments de
contentieux administratif camerounais, Harmattan Cameroun, Octobre 2010, pp. 47-48.

122 : Cour suprême, Ch. adm., Nkondock Emile-Valentin c/ Etat du Cameroun (MINSANTE), jugement
n° 72/82-83 du 26 mai 1983.

123 : Marceau LONG, Prosper WEIL et al. Les grands arrêts de la jurisprudence administrative, 21e
édition, Dalloz, Paris, 2017, p.11.

124 : Anne LAUDE et Didier TABUTEAU, Les droits des malades, PUF, Paris, 2016, p. 113.

125 : Didier TRUCHET, op. cit. p. 278.

126 : Alexis FRANK, « Les réponses du droit de la responsabilité administrative aux crises sanitaires »
in François ROUSSEAU et Karine FOUCHER, Les réponses du droit aux crises sanitaires, L’Harmattan,
Paris, 2016, p. 187.

127 : Anne LAUDE et Didier TABUTEAU, op. cit. p. 113.

128 : Loi n° 2006/022 du 29 décembre 2006 fixant l’organisation et le fonctionnement des tribunaux
administratifs, article 3(2).

129 : Commission des Droits de l’Homme du Barreau du Cameroun, Rapport sur l’état des droits de
l’homme au, Cameroun, Union européenne, mars 2017, p. 54.

130 : Dario DEGBOE, « Les vicissitudes de la protection des droits et libertés par la Cour
constitutionnelle du Bénin » in Les Annales de droit, n° 10, 2016, disponible sur
www.jounals.openedition.org [consulté le 30 septembre 2021], p. 125.
131 : Constitution du Cameroun, articles 46 et 47. Voir également la loi n° 2004/004 du 21 avril 2004
portant organisation et fonctionnement du Conseil constitutionnel, article 2.

132 : Requête n° 001/2014, arrêt du 18 novembre 2016.

133 : Ibid. para. 135.

134 : Thèse doctorat en droit public, Universite d’Avignon , Christophe Foe (N) : <<La mise en œuvre
du droit à la santé au Cameroun>> ,28 juin 2019 , p.151.

135 : Anne Laude et Didier Tabuteau, les droits des malades, PUF, Paris, 2016, p. 7.

136 : François Edimo, « Regard sceptique sur le droit à la sante au Cameroun », Juridical Tribune
(Tribuna Juridica), 2013, vol. 3, issue 2, 66-80, http://www.tribunajuridica.eu/arhiva/An3v2/
5%20Edimo.pdf (consulté le 20 septembre 2021).

137 : Voir les recommandations du CODESC, Observation générale n° 14, « Le droit au meilleur état
de santé susceptible d’être atteint », 11/08/2000, E/C.12/2000/4, § 61.

138 : 456 Guide Technique d’Hygiène Hospitalière, Fiche n°2.01, 2004, disponible sur www.cclin-
arlin.fr [consulté le 3 octobre 2021].

139 : OMS, Prévention des infections nosocomiales¸ Guide pratique, 2e édition, OMS, Genève, 2008,
p. 1.

140 : Didier TRUCHET, op. cit. pp. 287-288.

141 : Ibid. p. 288.

142 : Alexandre ANABA MBO, « La responsabilité sans faute de la puissance publique », disponible
sur www.barreaucameroun.org [consulté le 28 septembre 2021], p. 15.

143 : Ibid. p. 4. CFE/AP n°14 du 4/11/1965.

144 : Loi-cadre n° 2011/012 du 06 mai 2011 portant protection du consommateur au Cameroun,


article 3(a).

145 : Didier TRUCHET, op. cit. p. 288.

146 : Conseil d’Etat, 26 mai 1995. Voir aussi Alexandre ANABA MBO, op. cit. p. 5.

147 : Ministère de la Santé publique du Cameroun, Stratégie sectorielle de santé 2016-2027, op. cit.
p. 77.

148 : Ibid. p. 42.

149 : Cour des comptes françaises, « L’indemnisation amiable des victimes d’accidents médicaux :
une mise en œuvre dévoyée, une remise en ordre impérative », in Rapport public annuel 2017,
février 2017, disponible sur www.ccomptes.fr [consulté 5 septembre 2021], p. 67.
150 : Alain LEGOUX, « Indemnisation des accidents sériels de santé publique : l’exemple du Médiator
», in Gazette du Palais, n° 29, 30 août 2016, disponible sur www.gazette-du-palais.fr [consulté le 05
septembre 2021], p. 13.

151 : Loi-cadre n° 2011/012 du 06 mai 2011 portant protection du consommateur au Cameroun,


article 2.

152 : Ibid. article 1(2).

153 : Ibid. article 1(3).

154 : Ibid. article 16.

155 : Ibid. article 17. Voir aussi l’article 18.

156 : Ibid. article 27(3).

157 : André AKAM AKAM, « L’émergence de l’action collective en droit camerounais », in Bulletin de
droit économique, n° 2/2017, Université de Laval, disponible sur www.droit-economique.org
[consulté le 30 septembre 2021], p. 7.

158 : Yves Le CAM, « Le rôle des associations dans le respect et l’observation des droits individuels et
collectifs », disponible sur www.hcsp.fr [consulté le 30 septembre 2021].

159 Loi-cadre n° 2011/012 du 06 mai 2011 portant protection du consommateur au Cameroun,


article 27(4).

160 : Ibid. article 26(1).

161 : Ibid. article 26(3).

162 : Frédéric FOKA, Le contentieux africain des droits de l’homme et des peuples, éditions 3ft,
Yaoundé, 2008, p 30.

163 : Ibid.

164 : Yann Le CAM, « Le rôle des associations dans le respect et l’observation des droits individuels et
collectifs » in Revue Actualité et dossier en santé publique, n° 36, septembre 2001, p. 30.

165 :Ibid.

166 : Ibid.

167 : Loi n° 90-36 du 10 août 1990 relative à l’exercice et à l’organisation de la profession de


médecin, article 2 (1).

168 Loi n° 90/34 du 10 août 1990 relative à l’exercice de la profession de chirurgien-dentiste, article
2(1).

169 Loi n° 84-010 du 5 décembre 1984 fixant l’organisation de l’ordre des professions médico-
sanitaires : infirmier, sage-femme et technicien médico-sanitaire, articles 1 et 15.
170 : Isabelle ADENOT, op. cit. p. 7.

171 : Ibid. p. 6. 572 Loi n° 84-010 du 5 décembre 1984 fixant l’organisation de l’ordre des professions
médico-sanitaires : infirmier, sage-femme et technicien médico-sanitaire,

172 : article 2 (1). Voir aussi Loi n° 90-36 du 10 août 1990 relative à l’exercice et à l’organisation de la
profession de médecin, article 20 (1).

173 : Isabelle ADENOT, op. cit. p. 7.

174 : Loi n° 90-36 du 10 août 1990 relative à l’exercice et à l’organisation de la profession de


médecin, articles 41 et 42.

175 : Ibid. article 43.

176 : Cour d’appel du Littoral, arrêt N° 35/CRIM du 15 juin 2011.

177 : Lazare KOLYANG, « L’Ordre des médecins punit des membres » in Mutations, 20 novembre
2017.

178 Ibid.

179 : Loi n° 90-36 du 10 août 1990 relative à l’exercice et à l’organisation de la profession de


médecin, article 48.

180 Ibid. article 57.

181 Ibid. article 51.

182 : Ibid. article 44.

183 ONMC, Rapport de la commission d’enquête du Conseil de l’Ordre national des médecins du
Cameroun sur l’affaire Monique Koumateke, Mars 2016, disponible sur www.onmc.cm [consulté le
10 septembre 2021], p. 3.

184 : Ibid. pp. 13-14.

185 : ONMC, Rapport de la commission d’enquête du Conseil de l’Ordre national des médecins du
Cameroun sur l’affaire Ngo Kana, février 2016, disponible sur www.onmc.cm [consulté le 10
septembre 2021], p. 22.

186 Il y a lieu d’opérer une distinction entre le faux médicament et le médicament de la rue. Dans les
faits, le faux médicament représente tout produit pharmaceutique contrefait et présenté comme
authentique par tout vendeur agréé ou non. Le médicament de la rue quant à lui est un produit
pharmaceutique qui est vendu hors des circuits traditionnels autorisés, à savoir en pharmacie, dans
des conditions de stockage et de distribution qui ne garantissent pas sa qualité. En d’autres termes,
le médicament de la rue peut être un médicament authentique vendu à la rue, tandis que le faux
médicament peut être une copie frauduleuse d’un médicament mais même vendu en officine.
187 : Loi n° 90-035 du 10 août 1990 portant exercice et organisation de la profession de pharmacien,
article 2 (1)

188 : Ibid. article 33 (1).

189 : Ibid. article 34. Voir aussi article 39.

190 : CJUE, C-531/06 Commission contre Italie et C-172/07 Apothekerkammer des Saarlandes e.a.
contre Saarland, arrêts du 19 mai 2009, disponible sur ec.europa.eu [consulté le 10 septembre 2021].

191 : Ibid.

192 : Loi n° 90-035 du 10 août 1990 portant exercice et organisation de la profession de pharmacien,
article 81.

193 Ibid. article 53.

194 :I bid. article 52.

195 : Cameroun : l’Ordre des pharmaciens du Cameroun en guerre contre les faux médicaments, 12
octobre 2012, disponible sur www.yaoundeinfos.com [consulté le 10 septembre 2021].

196 : Ibid.

197 : Ibid.

198 : Propos de Dr. Effila Ebe Catherine Célestine, présidente de l’Ordre national des chirurgiens-
dentistes, recueillis à l’occasion de la conférence de l’Ordre des pharmaciens du Cameroun, le 11
octobre 2012.

199 : Arrêté n° 0060/M/MSP/CAB du 27 mars 2002 fixant les modalités de création, de répartition et
d’attribution des sites d’officine de pharmacie, articles 3-6.

200 : Santé publique : Selon le président de l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun, il y a
nécessité de réformer leurs textes, disponible sur actucameroun.com, 1er mai 2017, [consulté
le 12 septembre 2021].

201 : Décret n° 83-168 du 12 avril 1983 portant Code de déontologie des pharmaciens, article 22.
Voir aussi les articles 30 et 31.

202 : OMS, Evaluation de la transparence dans le secteur pharmaceutique. Cameroun, Bureau


régional de l’OMS pour l’Afrique, 2012, pp. 35, 36 et 64.

203 : Ibid. p. 24.

204 : Loi n° 90-035 du 10 août 1990 portant exercice et organisation de la profession de pharmacien,
article 30 (2)

205 : rapport Belmont, p.236.

206 : Jonas (1996) p. 29


207 : Miller (1981) p.22-28.

208 : Roy et al. (1995) p.42

209 : articles 1 et 3 , loi de 1983.

210 artile ; art 3 op, cit

211 Art : 3 ali 2 op, cit

212 : Art L1111-2 du CSP

213 : l'Article 26 de la loi de 1983

214 : l'alinéa 5 de l'Article L1111-2 CSP

215 : l'Article 27-36 du CSP.

216 : l'Article L.1111-6 du CSP

217 : Rachel SAINHOUNDE KOUKPO, « Le droit de la santé au Bénin : état des lieux » in Réseaux des
chercheurs de l’AUF « Droit de la santé », La santé et le droit en Afrique, Actes du Colloque
international de Dakar, 29 mars au 1er avril 2005, AUF et al. Dakar, 2008, p. 14.

218 : Ministère de la Santé publique du Cameroun, Stratégie sectorielle de santé 2016-2027, op. cit.
p. 81.

219 : Conseil national de la FMC des praticiens hospitaliers, L’obligation de formation médicale
continue (FMC). Historique, états des lieux et perspectives, juin 2005, disponible sur www.solidarites-
sante.gouv.fr [consulté le 16 octobre 2021].

220 : Ministère de la Santé publique du Cameroun, Stratégie sectorielle de santé 2016-2027, op. cit.
p. 62.

221 : Didier TRUCHET, op. cit. p. 282.

222 : l'article L.3111-2 du CSP.

223 : considérant n°18 de la constitution du 18 janvier 1996.

224 : circulaire du Directeur Général de l’hôpital général de Yaoundé relative a la vaccination contre
la Covid-19.

225 : l'Article L. 3111-4 CSP.

226 : l'Article L. 3111-4 alinéa 2 CSP

227 : Le préambule de la constitution du 18 janvier 1996.

228 ; conseil d’Etat, assemblée du 16 Décembre 1998,no : 75544

229 : loi L.3111-9 du 17 décembre 2005


230 : l'article 1386-4 du code civil

231 : l'article 1386-4 alinéa 2 du code civil

Vous aimerez peut-être aussi