Vous êtes sur la page 1sur 7

I.C.I/ U.S.T.H.B Module M.B.

T
Dept. GENIE CHIMIQUE & CRYOGENIE
Série N° 1. « Chaleur spécifique ».

Exercice 1.
A l’aide de la relation de Dulong-petit, calculer l’énergie thermique classique d’une J/ mol
d’un matériau à 300K.
La température de DEBYE de Al = 430K. Estimer
L’énergie par J/mol. à 300K à l’aide de la courbe.( Fig 1) C J/mol.

15
Fig 1 10
5
Expliquer pourquoi vos deux résultats sont différents.
0.4 0.8 T/

Exercice 2.
A basse température, DNaCl = 310 K, DKCl = 234 K.
Ces deux corps ont une structure cristalline identique. La capacité du réseau de KCl à 5K vaut
4.8 *10-3 cal/mole K. Estimer la capacité calorifique de NaCl à 5K et celle de KCl à 2K.

Exercice 3.
A quelle température, les capacités calorifiques électronique et du réseau sont égales( exemple
pour le Cu Dcu =348 K et EF = 7 E.V.

Exercice 4.
Déterminer la contribution électronique de la chaleur spécifique de l’Al à 20K et à 300K.
Donnée : le coefficient de la chaleur spécifique électronique de l’Al égal à 50.4mJ/kg K2.

Exercice 5.
Déterminer la capacité calorifique du réseau de Cu à 80K, si la masse moléculaire du cuivre
est de 63.54g/mol.
Données : La température de DEBYE du Cu est égale à 310K.

Exercice 6.
Déterminer la chaleur spécifique de l’Al à 20K, si l’Al a une masse atomique de 27.0g/mol.
La température de DEBYE de l’Al Dal=390K.

Exercice 7.
La variation de C en fonction de T pour le Cu à basse température est donnée dans le
tableau 1.
a- Déterminer la constante de la contribution électronique ;
b- Déterminer la température de DEBYE.
Tableau 1.
C (cal/K) 18 35 56 132
T (K) 2 3 4 5
I.C.I/ U.S.T.H.B Module M.B.T
Dept. GENIE CHIMIQUE & CRYOGENIE
Exercice 8.
On veut refroidir un gaz en utilisant un échangeur tubulaire. Pour concevoir cet échangeur
on a le choix entre : - La nature du tube qui est Aluminium ou le cuivre ;
- La nature de liquide cryogénie qui est l’hydrogène ou l’hélium.

Le tube central de l’échangeur est refroidi entre la température du gaz à une température de
liquide cryogénie TF utilisé pour cette opération.

Te= 300K Ts = 20 K
Métal 
Liquide cryogénie TF

1- Quelle serait la nature du tube central métallique et la nature de liquide cryogénie


dans ce cas qui conviendrait le mieux à cette opération ? Justifier.
2- Votre choix étant fait, calculer la quantité du liquide nécessaire pour refroidir
0.85 kg de métal choisi. On suppose que la résistivité électrique est constante dans cet
intervalle de température.
Données :

DCu = 340 K ; DAl = 390 K ; MCu = 63.54g/mole ; MAl = 27.0g/mole ;


lphAl= 3.5 10-4m; lphCu = 8 10-4 m ; LeCu= 2.7 10-6 m ;LeAl=1.35 10-6m ; Cu=63.54 kg/m3 ;
Al=27 kg/m3 ; EFCu= 7 ev ; EFAl= 12 ev ;e=1.602*10-19 coulomb; L= 2.45 10-8w/K2
; nombre de valence nAl= 3 ; nCu= 2 ;T He = 4.2 K ;TH2=
20.4 K;
me = 9.11*10-31g. Lv He = 0.65 kcal/l; Lv H2 = 7.65 kcal/l.

Exercice 9.

La variation de C en fonction de T pour le Cu à basse température est donnée dans le tableau


suivant:
Tableau N° 1.

C(10-3J/moleK) 6.5 16 31.5 56 92.5 144


T(K) 1 2 3 4 5 6

a- Déterminer la constante de la contribution électronique ;


b- Déterminer la température de DEBYE.
c- A quelle température, les capacités calorifiques électroniques et du réseau sont égales.
d- Déterminer la capacité calorifique du réseau en J.kg-1K-1 à 80 K
e- Déterminer la variation de l'énergie interne dans l'intervalle de température de 1 a 6
f- Calculer la conductivité thermique a 80 K dans le régime de diffusion par les parois
sachant que la conductivité thermique k = 800 W/mk à 300K.
g- Calculer le libre par cour lp des électrons de conduction et leurs vitesses moyennes de
viride vd
Données :
v = 4500 m/s,  =5500 kg/m3.,EF = 7 E.V, Mcu= 63,54 g/mole. E= 1000 v/m ;
MCu = 63.54g/mole et Cu = 63.54kg/m3 .La valence de Al = 2.EF de Cu = 7 EV,
=1.67.10-8.m à T =300 K; me= 9011 10-28g et e=1.602 10-19coulomb.
I.C.I/ U.S.T.H.B Module M.B.T
Dept. GENIE CHIMIQUE & CRYOGENIE

Série N° 2. «Conductivités thermique et électrique ».

*Conductivités thermiques

Exercice 1.

Montrer qu’à basse température la diffusion des phonons par les parois du cristal a une
dépendance de T3.

Exercice 2.

Estimer le parcours moyen de phonon du Ge à 300 K.


Données : k = 800 W/mk, v = 4500 m/s, D=360 K,  =5500 kg/m3.

Exercice 3.

Calculer la conductivité thermique d’un échantillon ayant D=300 K dans le régime de


diffusion par les parois sachant que  =10000 kg/m3,
poids atomique =100 g/mole, v= 5000 m/s, d = 3 mm et T = 4 K.

Exercice 4.

Calculer le rapport K50/ K4 dans le cas du diamant (D=2000 K).


La conductivité thermique s’opère par le régime de la diffusion par les parois. Quelle est
votre conclusion ? La vitesse des phonons ne change pas avec la température.

Conductivité électrique

Exercice 1.

Conductivité électrique du Gr à 300 K, K = 80W/mK, = 10-2 .m


Calculer le rapport de la contribution électronique à celle du réseau de la conductivité
thermique Ke/Kr.

Exercice 2.

EF de Al = 12 eV, =3.10-8.m à T =300 K. Calculer le libre par cour lp des électrons de


conduction et leurs vitesses moyennes de viride vd dans un champ électrique E= 1000 v/m
sachant que HAl = 27g/mole et Al = 27 kg/m .La valence de Al = 3.
3

Exercice 3.

Calculer la conductivité électrique du Cu à 173 K et à 20 K sachant qu’à la température


ambiante la résistivité égale à 1.67 10-8 .m = To. et le coefficient de résistivité thermique (
a ) égale à 0,0068 C-1.
I.C.I/ U.S.T.H.B Module M.B.T
Dept. GENIE CHIMIQUE & CRYOGENIE

Série N° 3. « Dilatation thermique (Expansion thermique)».

Exercice 1 .

La variation de la longueur d’une plaque en fonction de T pour le Cu à basse température est


donnée dans le tableau suivant.

Tableau 1

L mm 200.000 200.006 200.008 200.010


T(K) 20 25 30 35

Déterminer le coefficient de dilatation thermique de cette plaque rectangulaire de dimensions


(20105) cm à 35K. Sachant que le coefficient de dilatation thermique Cu de cette plaque à
298 K est égal à 1,66 10-5 K-1 et sa capacité thermique à cette température est CvCu(298 K) =
385 J.kg-1.K-1.
En utilisant les trois méthodes suivantes : 1-l’expression de la capacité calorifique ;
2- la formule de la dilatation thermique ;
3-méthode graphique.

Déterminer aussi la nouvelle dimension de cette plaque à cette température.

On suppose que ce matériau est isotrope. Que peut-on conclure ?

Données :D = 310 K, m= 63,54 g/mole, G = 1,96, B =14,5 kg/mm2

Tableau 2. Fonction de chaleur spécifique de DEBYE.

T/D CV/R T/D CV/R T/D CV/R


0.08 0.1191 0.45 2.3725 1.60 2.9422
0.09 0.1682 0.50 2.4762 1.70 2.9487
0.10 0.2275 0.60 2.6214 1.80 2.9542
0.12 0.3733 0.70 2.7149 1.90 2.9589
0.14 0.5464 0.80 2.7781 2.00 2.9628
0.16 0.7334 0.90 2.8227 2.20 2.9692
0.18 0.9228 1.00 2.8552 2.40 2.9741
0.20 1.1059 1.10 2.8796 2.60 2.9779
0.25 1.5092 1.20 2.8984 2.80 2.9810
0.30 1.8231 1.30 2.9131 3.00 2.9834
0.35 2.0597 1.40 2.9248 4.00 2.9844
0.40 2.2376 1.50 2.9344 5.00 2.9900
I.C.I/ U.S.T.H.B Module M.B.T
Dept. GENIE CHIMIQUE & CRYOGENIE
Série N° 4 « Matériaux supraconducteurs».

Exercice 1.

L’évolution du champ magnétique critique Bc en fonction de la température T d’un


supraconducteur est représentée dans la figure 1.
Déterminer la différence d’énergie libre entre l’état normal N et l’état supraconducteur S.
Données :
T = 0K ; Bc = 300T ; μ0 = 4π 10-7 ; v = 1 cm3.

Exercice 2.

Évaluer le rapport [KN/KS] de la conductivité thermique dans l’état normale N et dans l’état
supraconducteur S d’un matériau.
Données : pour le plomb
T = 0.001K ; e = 0.1mm ; ρ(N) = 2.10-9Ω.m, vson = 2.103m/s ; ρPb = 11300 kg/m3 ;
MPb = 207 g/mol. θD = 108 K.

Exercice 3.

Déterminer le champ magnétique critique Bc du Thallium à 2.24K.


Données :
T0 = 4.48K ; B0 = 0.0805T ;

Exercice 4.

Déterminer le courant critique Ic d’aluminium à 0.6K.


Données :
T0 =1.19K ; B0 = 0.0102T ; d = 2.9 mm.
I.C.I/ U.S.T.H.B Module M.B.T
Dept. GENIE CHIMIQUE & CRYOGENIE
Exercice1.
Les données des tests mécaniques sur une éprouvette de l’alliage d’Al de
diamètre initial de D0 = 12.5 mm sont regroupés dans le tableau 1
Tableau N° 1.
Force (N) 0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 35300 35600 33800
maximale fracture
Longueur (mm) 50.00 50.03 50.06 50.09 50.12 50.15 50.185 52.00 53.00 55.30

1. Convertir les données de l’échelle de la force - longueur du tableau 1 en contrainte de


traction et en allongement.
2. Tracer la courbe contrainte en fonction de l’allongement.
3. Calculer le module d’élasticité de l’alliage d’Al. Utiliser ce résultat pour déterminer la
longueur d’une barre de 1.25 m qui subit une contrainte de 210 MN/m2.
4. L’alliage d’Al 1 a une longueur de l’échelle finale après rupture de 55.02 mm et un
diamètre final de 9.85 mm à la surface de rupture (fracturée). Calculer la ductilité de cet
alliage.
5. Comparer la contrainte de traction et l’allongement à leurs valeurs vrais de l’alliage d’Al :
a- Force maximale : Diamètre DFmax = 12.3 mm.
b- Fracture : Diamètre DFr = 9.85 mm.

Exercice 2.
Une tige d’Al résiste à une application d’une force de 200kN. Pour assurer un
facteur suffisant de sécurité, la contrainte maximale admissible sur cette tige est limitée à
170MN/m3. Elle doit être longue de 3.8 m mais se déformerait élastiquement pour une valeur
supérieure à 6 mm lorsque cette force est appliquée (voir la figure 1).
Réaliser la conception de cette tige appropriée.
Exercice 3.
La contrainte de flexibilité d’un matériau composite renforcé avec des fibres de
glace est de 315 MN /m2 et le module de flexibilité est de 124 GN/m2. Un échantillon, qui a
12 mm de large, 9.5 mm de hauteur et 200mm de longueur, est supporté entre deux tiges
espacée de 125 mm. Déterminer la force requise pour la fracture du matériau et la déflection
de cet échantillon à la fracture, supposant qu’aucune déformation plastique n’a eu lieu.
Exercice 4.
Une large plaque d’acier dans un réacteur nucléaire a une limite de dureté de
88MN/m et est exposée a une contrainte de 310 MN/m2 durant le travail.
3/2

Sélectionner le texte ou donner la procédure d’inspection capable de détecter la


fissure de la surface de cette plaque.
Exercice 5.
Un matériau pour fabrication d’outils en acier ayant une longueur de 2.44 mm,
doit assurer en continu sa fonction pendant un an sous une contrainte de 0.05MN.Ce matériau
fait un cycle par minute durant l’opération. (Voir la figure 2).
Réaliser la conception de ce matériau pour qu’il puisse satisfaire aux besoins.
Exercice 6.
La contrainte élevée d’une plaque en acier qui représente une limite de dureté
Kk de 80 MN/m3/2, est soumise alternativement à une tension de 550 MN/m2 et à une
compression de 60 MN/m2. Cette plaque a une durée de vie de 10 ans, est sous cette
contrainte appliquée avec un cycle de chaque 10 mn.
Réaliser la conception industrielle et la procédure de test qui assure un bon
fonctionnement de ce réacteur. C=1.62 10-12 ; n= 3.2
I.C.I/ U.S.T.H.B Module M.B.T
Dept. GENIE CHIMIQUE & CRYOGENIE

Figure 1

Figure 2

Vous aimerez peut-être aussi