Vous êtes sur la page 1sur 68

‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬

BADJI MOKHTAR ANNABA-UNIVERSITY ‫جامعة باجي مختارعنابة‬


UNIVERSITE BADJI MOKHTAR ANNABA

FACULTE DES SCIENCES DE L’INGENIORAT


DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE

MEMOIRE
PRESENTE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE MASTER

INTITULE
ANALYSE DES VIBRATIONS LIBRES ET FORCÉES DES
PLAQUES SANDWICHS SOUS L’EFFET DE LA
TEMPERATURE

DOMAINE : SCIENCES ET TECHNOLOGIE


FILIERE : GENIE MECANIQUE
SPECIALITE : CONSTRUCTION MECANIQUE

PRESENTE PAR :

ALENDA Chawki

DIRECTEUR DU MEMOIRE : Dr. KHADRI YOUCEF

DEVANT LE JURY

PRESIDENT : Pr. KHELIF Rabia UNIVERSITE D’ANNABA


Membres : Dr. BOUARICHA Amar UNIVERSITE D’ANNABA
Dr. DIB Amar UNIVERSITE D’ANNABA
Mr. KALLOUCH Abdelkader UNIVERSITE D’ANNABA

Année: 2017/2018
Remerciements

Je remercie Dieu le tout puissant qui m’a donnée du


courage, la patience et la force jusqu'à la fin de ce modeste
travail.

Il est difficile d’exprimer, en quelques mots ma profonde


gratitude et mon sincère remerciement pour les aides
précieuses, les conseils utiles et l’encouragement deux
promoteurs monsieur Y.KHADRI, et monsieur Y.KARMI,
pour m’avoir suivi et soutenu pour réaliser ce travail.

Je tiens à adresser mes plus vifs remerciements aux membres


du jury qui ont accepté de juger ce travail.

Sans oublier, de remercier tous ceux qu’ils m’ont aidé de


près ou de loin pour réaliser ce travail.
Je dédié ce travail à :
Celle qui ne pense qu’à moi : ma très chère mère ;
Celui qui n’a cessé de m’aider avec son indéfectible soutien ;
mon cher père

* Mes frères ;

* Toute ma grande famille ;

* Tous mes amis ;

A toutes les personnes qui ont contribuées de près ou de


Loin à l’élaboration de ce travail.

chawki
Résumé

Ce travail présente une analyse du comportement vibratoire des plaques composites


(sandwichs) en appuis simple. La plaque sandwich est constituée de deux matériaux orthotropes
dans les peaux sur laquelle on a appliqué une force harmonique concentrée sous différente
conditions thermiques. Le premier objectif de ce présent travail est d’étudier l’influence de la
température sur les réponses vibratoire fréquentielle de deux types de structure composite qui
ont la même couche centrale (cœur) en aluminium et différents couches de face dont le premier
est en (Carbonne/époxyde) et deuxième en (Acier). La résolution du problème vibratoire est
réalisée par une approche analytique en utilisant le logiciel Matlab.
Table des matières

Remerciement………………………………………………………………………….......A
Dédias……………………………………………………………………………………...B
Liste des tableaux………………………………………………………………………….C
Liste des figures……………………………………………………………………….......D
Résumé……………………………………………………………………………………..E
Introduction générale

Chapitre 1 Généralités sur les matériaux composites


I.1 Introduction ................................................................................................................. 1
I.2 Définition d’un matériau composite ........................................................................ …1
I.3 Classification des matériaux composites ..................................................................... 2
I.3.1 Classification suivant la forme des constituants .......................................................... 2
I.3.2 Classification suivant la nature des constituants ......................................................... 3
I.4 Les Éléments Constituants d'un Matériau Composite ..............................................................5
I.4.1 RÉSINES ...................................................................................................................... 6
I.4.1.1 Résines thermodurcissables .............................................................................. 6
I.4.1.1.1 Résines polyesters ........................................................................................ 6
I.4.1.1.2 Résines de condensation .............................................................................. 7
I.4.1.1.3 Les résines époxydes......................................... Erreur ! Signet non défini.
I.4.1.1.4 Résines thermoplastiques ............................................................................. 8
I.4.1.1.5 Résines thermostables ....................................... Erreur ! Signet non défini.
I.5 CHARGES ET ADDITIFS .............................................. Erreur ! Signet non défini.
I.5.1 Les charge ................................................................................................................ 9
I.5.1.1 Charges renforçantes ........................................................................................ 9
I.5.1.2 Charges non renforçantes ...................................... Erreur ! Signet non défini.
I.5.2 Additifs ......................................................................... Erreur ! Signet non défini.
I.5.2.1 Lubrifiants et agents de démoulage ....................... Erreur ! Signet non défini.
I.5.2.2 Pigments et colorants ............................................. Erreur ! Signet non défini.
I.5.2.3 Agents anti-retrait et agents de fluage ............................................................ 12
I.5.2.4 Agents anti-ultraviolets................................................................................... 12
I.6 Fibres et tissus .................................................................. Erreur ! Signet non défini.
I.6.1 Formes linéiques .................................................................................................... 13
I.6.2 Formes surfaciques ................................................................................................ 13
I.6.3 Les mats ................................................................................................................. 13
I.6.4 Les tissus et rubans ....................................................... Erreur ! Signet non défini.
I.6.5 Structures tissées multidirectionnelles ................................................................... 15
I.7 Principales fibres ....................................................................................................... 15
I.7.1 Fibres de verre ........................................................................................................ 15
I.7.2 Fibre de carbone ............................................................ Erreur ! Signet non défini.
I.7.3 Fibre d'aramide.............................................................. Erreur ! Signet non défini.
I.7.4 Fibres céramiques ......................................................... Erreur ! Signet non défini.
I.8 Architecture des matériaux composites ..................................................................... 20
I.8.1 Monocouches ......................................................................................................... 20
I.8.2 Stratifiés ................................................................................................................. 20
I.8.3 Sandwich ................................................................................................................ 21
I.9 Conclusion
………………………………………………………………………...Erreur ! Signet
non défini.
Chapitre 2 Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches
II.1 INTRODUCTION ............................................................ Erreur ! Signet non défini.4
II.2 CHAMPS DES DÉFORMATIONS ET DES CONTRAINTES .. Erreur ! Signet non
défini.4
II.2.1 Hypothèses de la théorie des sandwiches ................ Erreur ! Signet non défini.4
II.2.2 Champ des déplacements ................................................................................... 25
II.2.3 Champ des déformations .................................................................................... 26
II.2.4 Champ des contraintes ....................................................................................... 27
II.3 Formulation théorique ............................................................................................... 28
II.3.1 Equations gouvernantes ...................................................................................... 29
II.3.2 Analyse de vibration libre .................................................................................. 37
II.3.3 Analyse de réponse en fréquence
…………………………………………………Erreur ! Signet non défini.

II. 4. Conclusion .......................................................................................................................40

Chapitre 3 Etude de cas : vibrations des plaques sandwichs sous l’effet de température
III.1. Introduction ........................................................................ 4Erreur ! Signet non défini.
III.2 Les propriétés mécaniques des matériaux de la paque ... 4Erreur ! Signet non défini.
III.3 Résultats analytiques et discussions ............................... 4Erreur ! Signet non défini.
III.4 Les effets de la température sur les fréquences propres . 4Erreur ! Signet non défini.
III.5 Effets de la température sur déplacements et les vitesses de la structure .................. 49
III.6 Conclusion ................................................................................................................. 53
Conclusion générale.................................................................................................................54
BELIOGRAPHIE …………………………………………………………………………….55
Liste des figures
Chapitre 1
Figure.1.1 Structure d'un matériau composite………………………………………….. 1
Figure.1.2 Classification des matériaux composites………………………………….... 5
Figure.1.3 différents types de résines…………………………………………. ……….6
FIGURE 1.4 Chaîne et trame d'un tissu………………………………………… ……..14
Figure 1.5 Fibre de verre…………………………………………………………...….15
Figure1.6 Fibre de carbone…………………………………………………………...17

Figure 1.7 fiber d’armide………………………………………………………. …….18


Figure 1.8 Pli à Renforcement unidirectionnel………………………………….…….20

Figure 1. 9 Constitution d’un stratifié......................................................................…...21


Figure 1.10. Constitution d’un sandwiche……………………………………………... 22
Figure.1.11 principales propriétés du sandwiche……………………………………….22
Figur1.12 : les Différant types de sandwiche…………………………………...…….. 22
Chapitre 2
FIGure.2.1. Notations d’une plaque sandwich…………………………………...……………24
Figure.2. 2 structure et démentions de sandwiche…………………………………..….29

Chapitre 2
Figure.3.1 Organigramme d’affichage les résultats sur Matlab…………………….….42
Fig.3.2 : mode propre (1.1)………………………………………………………………….45

Fig.3.3 : mode propre (1.2)…………………………………………………………………..45


Fig.3.4 : mode propre (2.1)…………………………………………………………………..46
Fig.3.5 : mode propre (2.2)……………………………….………………………………….46
Figure.3.6 fréquences naturels pour différents températures de la plaque Sandwich
à cœur aliminium et facettes en(Fiber Carbone/époxyde) ……………47
Figure.3.7 fréquences naturels pour différents températures pour La plaque
Sandwich à cœur aliminium et facettes en acier……………………………………………...48

Figure.3.8 déplacement plaque sandwiche cœur aluminium et facettes en

(carbone/époxyde)…………………………………………………………………… 49

Figure.3.9 déplacement sandwiche à cœur aluminium et facettes en acier……….…50


Figure.3.10 la vitesse sandwiche à cœur aluminium et facettes en fibre de
(carbone/époxyde)……………………………………………………..…………………………….51
Figure.3.11 la vitesse sandwiche aluminium et acier……………………………………………………52
Liste des tableaux
TABLEAU 1.1. Exemples de matériaux composites, pris au sens large……………………2

Le tableau 1.2 montre les différentes armures classiques Utilisées……………………..…14


Tableau 1.3 Caractéristiques mécaniques des verres types E et R,
mesurées sur filaments A la sortie de la filière………………………..16
Tableau 1.4. Caractéristiques mécaniques de fibre carbone HR et HM…………………17
TABLEAU 1.5. Caractéristiques mécaniques de monofilaments aramides……………….18
Tableau 1.6 Caractéristiques mécaniques de la fibre céramique………………………...19
TABLEAU 1.7 Caractéristiques mécaniques des fibres SiC, SiNC et SiCTi…………….20
Tableau 3.1 : propriétés mécaniques de la couche central…………………………………...41

Tableau 3.2 : propriétés mécaniques des peaux……………………………………………42

Tableau3.3 : fréquences naturelles du sandwiche (Carbonne /époxyde) avec aluminium…..43

Tableau 3. 4 : les fréquences naturelles du sandwiche cœur aluminium


et facettes en l’acier…………………………………………………………………………..44
Introduction générale

Introduction générale
Les plaques composites sont largement utilisées dans les structures civiles,
mécaniques, aéronautiques, et surtout aérospatiales. Cela est principalement dû à leur très
grande résistance et rigidité spécifique et l'avantage de l’adaptation de leurs propriétés pour
répondre aux exigences de la pratique.

Afin de préserver les structures contre la fatigue et la rupture, il est indispensable de


caractériser et contrôler leur comportement vibratoire. L’un des causes de rupture est la
fatigue due à l’amplitude de vibration (cas de résonance). L’étude des vibrations libres n’est
pas une science récente et pourtant elle connait depuis quelques années un regain d’intérêt
pour des besoins de conception et de dimensionnement des structures. Face aux exigences de
fonctionnement des structures, les matériaux composites paraissent une solution idéale grâce à
leur multifonctionnalité.

Les avions hypersoniques sont toujours exposés à l'environnement thermique pendant


leur durée de vie. L'environnement thermique est un facteur clé et qui influe sur la rigidité du
système structurel.

Il y a beaucoup de littératures effectuées sur les structures plaques à révéler les


caractéristiques de base dans l'environnement thermique compris le travail analytique et
numérique. En même temps, quantités d'études ont contribué à la vibration des structures.
Cependant, peu d'études ont été faites dans le domaine des vibrations des structures en
particulier pour les structures composites sous un environnement thermique.

L’objet de notre travail est d’analyser l’amortissement de matériaux composites sous


forme des plaques sandwichs, constitués des matériaux orthotropes, sollicitées dans un
environnement à différents température. Les fréquences naturelles ainsi que les modes
correspondants sont obtenus sous les contraintes thermiques en appliquant la théorie de la
déformation de cisaillement d’ordre faible.

Le travail réalisé est organisé en trois chapitres :

- chapitre 1 : dans ce chapitre nous allons présenter d’une manière générale les
matériaux composites du point de vue définition, classification, principaux constituants
(matrice, renforts, additifs) et leur propriétés mécaniques.
Introduction générale

- chapitre 2 : L’objet de ce chapitre est d’établir les équations relatives au


comportement mécanique des plaques sandwiches. La formulation présenté est consacré à la
théorique du comportement dynamique sous différents températures et présentation de la
solution analytique.

-chapitre 3 : les théories présentées dans les deux premiers chapitres seront utilisées dans le
chapitre 3 pour la résolution de deux cas de problèmes pratiques de vibration des plaques
sandwichs en aluminium renforcées par l’acier et matériau composites époxy-carbone sous un
environnement thermique.

Pour cela un code sous Matlab a été élaboré pour l’étude et l’analyse des résultats des
vibrations des plaques sandwichs avec différentes températures.

Chaque chapitre est clôturé par une conclusion.

Enfin une conclusion générale et recommandations sont présentées à la fin de ce


mémoire.
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

1.1. Introduction
Les matériaux composites légers dont les rapports de résistance/poids et
épaisseur/poids sont très Grands, ont été utilisés avec succès dans l'industrie aéronautique et
dans d'autres applications Technologiques avant d’être appliquées dans le domaine du génie
civil. Cependant, les matériaux Composites traditionnels sont inutilisables sous un
environnement à hautes températures.
Les Métaux ont été généralement utilisés dans le domaine de la technologie pendant
plusieurs années Grâce à leur excellente résistance mécanique et dureté (TABLEAU 1.1.).
Mais dans des conditions de hautes Températures, la résistance mécanique du métal devient
faible comme pour les matériaux Composites traditionnels. Les matériaux en céramique ont
d'excellentes caractéristiques en Résistance thermique. Cependant, les applications de la
céramique sont habituellement limitées du Fait de leur faible dureté.

1.2. Définition d’un matériau composite


Un matériau composite est tout alliage ou matière première comportant un renfort sous
forme Filamentaire. Il nécessite l’association intime d’au moins deux composants : le renfort
(la fibre) et La matrice (Figure 1.1), qui doivent être compatibles entre eux et se solidariser, ce
qui introduit la Notion d’un agent de liaison, l’interface.
Un matériau composite peut être défini d'une manière générale comme l'assemblage de
deux ou Plusieurs matériaux, l'assemblage final ayant des propriétés supérieures aux
propriétés de chacun Des matériaux constitutifs. On appelle maintenant de façon courante
"matériaux composites" des Arrangements de fibres, les renforts qui sont noyés dans une
matrice dont la résistance mécanique Est beaucoup plus faible. La matrice assure la cohésion
et l'orientation des fibres, elle permet Egalement de transmettre les sollicitations auxquelles
sont soumises les pièces [1].

Fig.1.1:Structure d'un matériau composite

1
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

- tableau (1.1) monter quelque types des matériaux et leur domaines d’application

Type de composite Constituants Domaines d'application

1. Composites à matrice
Organique
Papier, carton Résine/charges/fibres Imprimerie, emballage, etc.
Panneaux de particules Résine/copeaux de bois Menuiserie
Panneaux de fibres Résine/fibres de bois Bâtiment
Toiles enduites Résines souples/tissus Sports, bâtiment
Matériaux d'étanchéité Elastomères/bitume/textiles Toiture, terrasse, etc.
Pneumatiques Caoutchouc/toile/acier Automobile
Stratifiés Résine/charges/fibres de Domaines multiples
verre de carbone, etc.
Plastiques renforcés Résines/microsphères

2. Composites à matrice
Minérale
Béton Ciment/sable/granulats Génie civil
Composite carbone-carbone Carbone/fibres de carbone Aviation, espace, sports,
Bio-médecine, etc.
Composite céramique Céramique/fibre céramiques Pièces thermo-mécanique
3. Composites à matrice Aluminium/fibres de bore Espace
Métallique Aluminium/fibres de carbone

4. Sandwiches Domaines multiples


Peaux Métaux, stratifiés, etc.
Ames Mousses, nids d'abeilles,
balsa, plastiques renforcés,
etc.
TABLEAU 1.1. Exemples de matériaux composites, pris au sens large [2].

1.3 Classification des matériaux composites


Les composites peuvent être classés suivant la forme des composants où Suivant la nature des
composants.

1.3.1 Classification suivant la forme des constituants


En fonction de la forme des constituants, les composites sont classés en deux Grandes
classes : les matériaux composites à particules et les matériaux composites à fibres [2].

2
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

A. Composites à fibres
Un matériau composite est un composite à fibres si le renfort se trouve sous Forme de
fibres.Les fibres utilisées se présentent soit sous forme de fibres Continues, soit sous forme de
fibres discontinues : fibres coupées, fibres courtes, Etc. L'arrangement des fibres, leur
orientation permettent de moduler à la carte les Propriétés mécaniques des matériaux
composites, pour obtenir des matériaux Allant de matériaux fortement anisotropes à des
matériaux isotropes dans un plan.
Le concepteur possède donc là un type de matériau dont il peut modifier et Moduler à
volonté les comportements mécanique et physique en jouant sur :
— la nature des constituants,
— la proportion des constituants,
— l'orientation des fibres,
Suivant le cahier des charges imposées.

B. Composites à particules
Dans ce cas lorsque le renfort se Trouve sous forme de particules. Une particule, par
opposition aux fibres, ne Possède pas de dimension privilégiée.
Les particules sont généralement utilisées pour améliorer certaines propriétés Des matériaux
ou des matrices, comme la rigidité, la tenue à la température, la Résistance à l'abrasion, la
diminution du retrait, etc. Dans de nombreux cas, les Particules sont simplement utilisées
comme charges pour réduire le coût du Matériau, sans en diminuer les caractéristiques.
Le choix de l'association matrice-particules dépend des propriétés souhaitées.

1.3.2 Classification suivant la nature des constituants [2]


Selon la nature de la matrice et du renfort nous pouvons citer :

A. Composites à matrice organique (résine, charges), avec :


— des fibres minérales : verre, carbone, etc.
— des fibres organiques : Kevlar, polyamides, etc.
— des fibres métalliques : bore, aluminium, etc.

B. Composites à matrice métallique (alliages légers et ultra-légers d'aluminium,


De magnésium, de titane), avec :
— des fibres minérales : carbone, carbure de silicium (sic),
3
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

— des fibres métalliques : bore,


— des fibres métallo-minérales : fibres de bore revêtues de carbure de Silicium
(borsic).

C. Composites à matrice minérale (céramique), avec :


— des fibres métalliques : bore,
— des particules métalliques : cermets,
— des particules minérales : carbures, nitrures, etc.

Les matériaux composites à matrice organique ne peuvent être utilisés que dans Le
domaine des températures ne dépassant pas 200 à 300 °C, alors que les Matériaux composites
à matrices métallique ou minérale sont utilisés au-delà : Jusqu'à 600 °C pour une matrice
métallique, jusqu'à 1000 °C pour une matrice Céramique.
Les matériaux composites se divises en 3 familles principales comme montrer au-dessous
(fig.1.2)

4
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

Fig.1.2 : Classification des matériaux composites [3]

1.4 Les Éléments Constituants d'un Matériau Composite


Un matériau composite (pris au sens adopté dans cet ouvrage) est constitué D'une
matrice et d'un renfort (fibres).La matrice est elle-même composée d'une résine (polyester,
époxyde, etc.) Et De charges dont le but est d'améliorer les caractéristiques de la résine tout en
Diminuant le coût de production. D'un point de vue mécanique, l'ensemble résine-charges Se
comporte comme un matériau homogène, et le composite est considéré Comme constitué
d'une matrice et d'un renfort.
Le renfort apporte au matériau composite ses performances mécaniques Elevées, alors
que la matrice a pour rôle de transmettre aux fibres les sollicitations Mécaniques extérieures
et de protéger les fibres vis-à-vis des agressions extérieures.

Le type d'association matrice-renfort dépend des contraintes imposées au concepteur :


caractéristiques mécaniques élevées, tenue en température, coût, résistance à la corrosion, etc.

5
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

1.4.1 RÉSINES
Les se subdivisent en deux grandes familles de résines polymères existent : les résines
thermoplastiques et les résines thermodurcissables (fig.1.3).

Fig.1.3 : différents types de résines [3]

1.4.1.1. Résines thermodurcissables


Les principales résines thermodurcissables utilisées dans la mise en œuvre des
Matériaux composites sont par ordre décroissant en tonnage :
— les résines polyesters insaturées : polyesters condensés, vinylesters, Dérivés
allyliques, etc.,
— les résines de condensation : phénoliques, aminoplastes, furaniques (peu
Utilisées en France), etc.,
— les résines époxydes.

1.4.1.2. Résines polyesters


Les résines polyesters insaturées viennent de très loin en tête dans la mise en œuvre des
matériaux composites.

6
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

Leur développement est le résultat :


— de leur diversité offrant de multiples possibilités,
— d'une adaptation à des procédés de fabrication faciles à mettre en œuvre et à
automatiser.

1.4.1.3. Résines de condensation


Les résines de condensation comportent les résines phénoliques, les aminoplastes
Et les résines furaniques.

1. résines phénoliques sont les plus anciennes des résines thermodurcissables dont la plus
connue est la bakélite.
Parmi les avantages, nous citerons :
— une excellente stabilité dimensionnelle,
— une bonne tenue à la chaleur et au fluage,
— une bonne résistance aux agents chimiques,
— un faible retrait,
— de bonnes caractéristiques mécaniques,
— un faible coût.

Les résines phénoliques seront donc utilisées dans le cas de pièces nécessitant une tenue
élevée en température ou une bonne résistance aux agents chimiques.

2. caractéristiques des résines aminoplastes sont voisines de celles des


Résines phénoliques. Aux avantages de ces résines, il faut ajouter :
— la possibilité d'utilisations alimentaires,
— la possibilité de colorer les résines.

3. résines furaniques sont assez peu utilisées en France à cause de leur coût, trois fois plus
élevé que les résines polyesters. Parmi leurs avantages :
— un durcissement plus rapide que les résines phénoliques,
— une grande inertie vis-à-vis des agents chimiques corrosifs.
Cette dernière caractéristique conduit à utiliser les résines furaniques dans le
Cas de matériaux devant résister aux produits chimiques : citernes, tuyaux, bacs, Etc.

7
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

1.4.1.4. Les résines époxydes

Les résines les plus utilisées après les résines polyesters insaturées sont les résines
époxydes. Elles ne représentent cependant que de l'ordre de 5 % du marché composite, à
cause de leur prix élevé (de l'ordre de cinq fois plus que celui des résines
polyesters).Généralement utilisées sans charges, sont les matrices des composites à hautes
performances (constructions aéronautiques, espace, missiles, etc.).
Parmi les avantages des résines époxydes, nous retiendrons :
— de bonnes propriétés mécaniques (en traction, flexion, compression, choc, Fluage,
etc.)
—une excellente résistance chimique.
— une bonne tenue aux températures élevées : jusqu'à 150 °C à 190 °C en Continu.

1.4.1.5. Résines thermoplastiques


La famille des résines thermoplastiques (on parle de “plastiques”) est très Vaste, et
peut être séparée en plastiques de grande diffusion et plastiques techniques (ou techno
polymères).
Les plastiques de grande diffusion sont mis en œuvre soit par injection pour obtenir
des objets moulés, soit par extrusion pour obtenir des films, des plaques, des tubes, des
profilés, etc. Les plastiques techniques sont généralement mis en ouvre par injection.
Parmi les résines thermoplastiques, nous citerons : le polychlorure de vinyle (PVC), le
polyéthylène, le polypropylène, le polystyrène, le polyamide, le Polycarbonate, etc.

L'intérêt des thermoplastiques réside dans leur faible coût, Résultant à la fois de
matières premières disponibles et des procédés de fabrication (Injection, extrusion). Toutefois,
ce faible coût est lié à des propriétés mécaniques Et thermomécaniques faibles.

Les divers thermoplastiques peuvent être renforcés par des fibres et font partie alors
des matériaux composites. Cependant, dans le domaine des composites, les résines
thermoplastiques ont un développement limité, du fait de la nécessité de faire appel à des
transformations à hautes températures de produits solides.

8
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

1.4.1.6. Résines thermostables


Les résines thermostables se distinguent des autres résines, précédemment
considérées, essentiellement par leurs performances thermiques qui conservent Leurs
propriétés mécaniques pour des températures plus élevées que 200°C. Dans La pratique nous
retrouvons pour ces résines les deux grandes familles des résines thermoplastiques et
thermodurcissables.
Les résines thermostables sont développées surtout dans les domaines de l'aviation et
de l'espace, où les laboratoires cherchent à mettre au point de nouvelles résines.
Parmi les résines thermostables les plus utilisées :

1. Les résines bismaléimides : sont des résines dont le réseau est élaboré à des
Températures de 180 à 200°C. Les procédés de moulage sont identiques à ceux des
Composites à matrice thermodurcissable de type polyester ou époxyde.
2. Les résines Polyimides : Ce sont des résines à haute résistance thermique, mais de
prix très élevé. Ces résines permettent d'obtenir des composites de résistance
supérieure, à 250 °C, à la Résistance de l'aluminium

1.5. CHARGES ET ADDITIFS

Différents produits peuvent être incorporés à la résine pour lui conférer des caractéristiques
particulières ou en réduire le coût.

La quantité des produits ajoutés peut varier de :

— quelques dizaines de % dans le cas de charges,


— à quelques % et moins dans le cas d'additifs.
L'addition de ces produits a pour fonction soit d'améliorer les caractéristiques mécaniques et
physiques du produit fini, soit d'en faciliter la mise en œuvre [4].

1.5.1. Les charge


1.5.1.1. Charges renforçantes
L'objet de l'incorporation de charges renforçantes est d'améliorer les caractéristiques
mécaniques de la résine.
Ces charges peuvent être classées suivant leur forme géométrique en :
— charges sphériques et

9
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

— charges non sphériques.

A. Charges sphériques
L'intérêt essentiel de ces charges réside dans leur forme sphérique qui évite les
Concentrations de contraintes et, par conséquent, diminue la susceptibilité à la fissuration de
la matrice par rapport à des charges non sphériques. Les charges Sphériques se présentent
sous forme de sphères, appelées généralement Microbilles ou microsphères.
Ces sphères pleines ou creuses ont un diamètre généralement compris entre 10 et 150
μm. Elles peuvent être en verre, en carbone ou en matière organique (époxyde, phénolique,
polystyrène, etc.).
Les microbilles de verre creuses représentent plus de 99 % des charges sphériques
utilisées.

B. Charges non sphériques


Parmi les charges renforçantes non sphériques, le mica est le matériau le plus utilisé.
Il est alors incorporé sous forme d'écailles de dimensions de 100 à 500 μm, et d'épaisseur de 1
à 20 μm. Le mica est ajouté à des résines thermoplastiques ou thermodurcissables, pour des
applications électriques ou électroniques.

1.5.1.2. Charges non renforçantes


Les charges non renforçantes ont pour rôle soit de diminuer le coût des résines en
conservant les performances des résines, soit d'améliorer certaines propriétés des résines.

A. Charges de faible coût


Ces charges sont extraites de roches ou de minerais, d'où leur faible coût.
Généralement, l'incorporation de ces charges conduit à :
— une augmentation : — une diminution :
• de la masse volumique de la matrice • du prix,
• du module d'élasticité et la dureté • de la résistance à la traction et à la flexion
• de la viscosité,
• de la stabilité dimensionnelle

Les principales charges sont :


— les carbonates : craies ou calcites (caco3). Ce sont les charges les plus utilisées
10
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

— les silicates : talc, kaolin, feldspath


— les silices, obtenues par broyage et tamisage de sable de quartz.

B. Charges conductrices et antistatiques


Les résines organiques sont des isolants thermiques et électriques. Pour certaines
applications, il est donc nécessaire d'ajouter un élément conducteur.
Les Principales charges utilisées sont :
— des poudres ou paillettes métalliques : cuivre, fer, aluminium, etc.,
— des microbilles de verre métallisées (cuivre, argent),
— des particules de carbone (noir de carbone),
— des filaments métalliques.

1.5.2. Additifs
Les additifs se trouvent en faible quantité (quelques % et moins) et interviennent
comme :
— lubrifiants et agents de démoulage,
— pigments et colorants,
— agents anti-retrait,
— agents anti-ultraviolets.

1.5.2.1. Lubrifiants et agents de démoulage


Ces additifs ont pour objet de faciliter le façonnage de la résine et de réduire la
tendance de la résine à adhérer aux moules, aux mandrins, etc.

1.5.2.2. Pigments et colorants


Les pigments sont des produits insolubles se présentant sous forme de poudres ou de
paillettes. Ils sont obtenus à partir d'oxydes ou de sels métalliques. À partir de ces pigments, il
est possible d'obtenir des pâtes colorantes constituées de dispersions de pigments dans une
pâte (résine, plastifiant), pour une utilisation aisée.
Les colorants sont des composés organiques solubles dans un solvant adapté.
Leur emploi est limité, du fait d'une mauvaise tenue chimique et thermique.

11
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

1.5.2.3. Agents anti-retrait et agents de fluage


Le retrait de la résine après polymérisée Peut aboutir à un mauvais état de surface, à un
gauchissement ou à des microfissurations Des pièces moulées. il est souvent nécessaire
d'ajouter des produits spécifiques anti-retrait (additifs dits “lowprofile” et “lowshrink”), qui
diminuent ou annulent le Phénomène de retrait.
Ces produits améliorent également l'écoulement de la matière dans certaines
techniques de moulage. Ces agents anti-retrait sont généralement des produits à base de
thermoplastiques ou d'élastomères, se présentant sous forme de poudre ou en solution dans du
styrène.

1.5.2.4. Agents anti-ultraviolets


Ils sont pour la fonction de protéger les résines de l’action des rayons ultraviolets
contenus dans le rayonnement solaire. Le principe de ces agents est d'absorber le rayonnement
ultraviolet et d'éviter ainsi une détérioration prématurée de la résine par rupture de liaisons
atomiques ou pour phénomène de photo-oxydation.

1.6. Fibres et tissus


Les matériaux de renfort confèrent aux composites leurs caractéristiques mécaniques :
rigidité, résistance à la rupture, dureté, etc. Ces renforts permettent également d'améliorer
certaines des propriétés physiques : comportement thermique, tenue en température, tenue au
feu, résistance à l'abrasion, propriétés électriques, etc.
Les caractéristiques recherchées pour les renforts sont : des caractéristiques
mécaniques élevées, une masse volumique faible, une bonne compatibilité avec Les résines,
une bonne facilitée de mise en œuvre, un faible coût, etc.
En fonction Des utilisations, les renforts peuvent être d'origines diverses : végétale,
minérale, artificielle, synthétique, etc.
Les renforts fibres se présentent sous diverses formes commerciales :
— sous forme linéique (fils, mèches, etc.),
— sous forme de tissus surfaciques (tissus simples, mats, etc.),
— sous forme multidirectionnelle (tresses, tissus complexes, etc.).

12
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

1.6.1. Formes linéiques


Les fibres sont élaborées suivant un diamètre de quelques micromètres (une dizaine),
et ne peuvent par conséquent pas être utilisées sous forme unitaire. La fibre unitaire est
généralement appelée filament élémentaire ou mono-filament.
Les mono-filaments sont ensuite réunis en fils ou mèches. Les fils continus ou
discontinus sont caractérisés par leur masse linéique ou titre.
Cette masse linéique est une mesure de la finesse des fils, et elle dépend du diamètre et
du nombre de mono-filaments. L'unité de masse linéique est le tex, masse d'un fil de longueur
égale à 1 000 m. Soit :
1 tex = 1 g/km.
En fait, on devrait plutôt écrire :
1 tex = 10-6 kg/m.

1.6.2. Formes surfaciques


Les fils peuvent être utilisés pour réaliser des formes surfaciques de divers types :mats,
tissus ou rubans, essentiellement développés dans le cas de fibres de verre.

1.6.3 Les mats


Ce sont des nappes de fils continus ou discontinus, disposés dans un plan sans aucune
orientation préférentielle. Ils sont maintenus ensemble par un liant soluble ou non dans les
résines, suivant la mise en œuvre. L'absence d'orientation Préférentielle des fibres conduit à
une isotropie des propriétés mécaniques du mat dans son plan. Les mats à fils coupés ; plus
déformables alors que les mats à fils continus.
Une des principales applications des mats à fils continus est le moulage entre moule et
contre-moule, de pièces pouvant avoir des formes complexes, par compression, Injection ou
moulage sous vide.

1.6.4. Les tissus et rubans


Un tissu (ou ruban) est un ensemble surfacique de fils, de mèches, etc., réalisé sur un
métier à tisser. Il est constitué (figure 1.2) :
— d'une chaîne, ensemble de fils parallèles répartis dans un plan suivant la longueur
du tissu,
— d'une trame, ensemble de fils s'entrecroisant avec les fils de chaîne.

13
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

Les tissus diffèrent par le type de fils utilisés (fils simples, mèches, etc.), donc par la masse
linéique des fils, et par le mode d'entrecroisement (ou armure) des Fils de chaîne et des fils de
trame.

FIG. 1.4. Chaîne et trame d'un tissu.

Le tableau 1.2 montre les différents les armures classiques Utilisées : toile ou taffetas, sergé,
satin, armure croisée, armure unidirectionnelle

Armure unidirectionnelle : les fibres sont assemblées


parallèlement les unes par rapport aux autres à l'aide d'une
trame très Légère. Taux de déséquilibre très grand.
Les tissus se composent de fils de chaîne et de trame
perpendiculaires Entres eux. Le mode d'entrecroisement ou
armure les caractérise.

Toile ou taffetas : Chaque fil de chaîne passe dessus puis


dessous
Chaque fil de trame, et réciproquement.
Le tissu présente une bonne Planéité et une relative rigidité,
mais est peu déformable pour la mise En œuvre. Les nombreux
entrecroisements successifs génèrent un Embuvage important et
réduisent les propriétés mécaniques.
• Serge : Chaque fil de chaîne flotte au-dessus de plusieurs (n)
fils de Trame et chaque fil de trame flotte au-dessus de (m) fils
de chaîne.
Armure de plus grande souplesse que le taffetas ayant une
bonne densité de fils. Ci-contre, un sergé 2/2.

14
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

Satin : Chaque fil de chaîne flotte au-dessus de plusieurs (n-1)


fils de trame et réciproquement. Ces tissus ont des aspects
différents de chaque côté. Ces tissus sont assez souples et
adaptés à la mise en forme de pièces à surfaces complexes.
Ce type de tissus présente une forte masse spécifique.

Le tableau 1.2 montre les différentes armures classiques Utilisées

1.6.5. Structures tissées multidirectionnelles


Des tissages volumiques sont également utilisés, et caractérisés par le nombre de
directions de tissage : 3D, 4D, etc. La structure la plus simple est celle du tissage 3D, où les
fils sont disposés suivant 3 directions orthogonales. Dans un tissage 4D, les fils sont disposés
suivant 4 directions. L’objectif est d’obtenir des matériaux composites isotropes.

1.7. Principales fibres


1.7.1. Fibres de verre
Elles constituent le renfort essentiel des composites de grande diffusion (fig.14). Elle
est obtenue à Partir de sable (silice) et d'additifs (alumine, carbonate de chaux, magnésie,
oxyde de bore).
On Distingue trois types de fibres :
• E : pour les composites de grande diffusion et les applications courantes ;
• R : pour les composites hautes performances ;
• D : pour la fabrication de circuits imprimés (propriétés diélectriques). [5]

Figure 1.5. Fibre de verre

15
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

 Propriétés mécaniques des fibres de verre


Il est de coutume de donner comme caractéristiques mécaniques de référence les
caractéristiques mesurées sur mono-filaments prélevés à la sortie de la filière. Le tableau 1.3
donne les valeurs usuelles de ces grandeurs.

Caractéristiques Verre E Verre R

Masse volumique (kg/m3) 2 600 2 550


Module d'Young (GPa) 73 86
Contrainte à la rupture (MPa) 3 400 4 400
Allongement à la rupture (%) 4,4 5,2
Coefficient de Poisson 0,22 –

Tableau 1.3. Caractéristiques mécaniques des verres types E et R, mesurées sur filaments A
la sortie de la filière.

Il est intéressant de noter que les fibres de verre conservent leurs Caractéristiques
mécaniques jusqu'à des températures assez élevées, de l'ordre de 200 °c pour le verre e et de
250 °c pour le verre r. Ces fibres sont donc bien Adaptées pour le renforcement des résines à
tenue thermique élevée.

1.7.2. Fibre de carbone


C'est la fibre la plus utilisées dans les applications hautes performances (fig.1.5). Elle
est obtenue par carbonisation de la fibre de PAN (Polyactylonitrile).

Selon la température de combustion, on distingue deux types de fibres :


• fibres haute résistance (HR) : pour une combustion de 1000 à 1500 °C ;
• fibres haut module (HM) : pour une température de combustion de 1800 à 2000 °C
[3].

16
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

Figure1.6. Fibre de carbone

 Propriétés mécaniques des fibres de carbone


Les fibres de carbone ont un haut module d’élasticité, de 200 à 800 GPa. L’allongement
ultime est de 0,3 à 2,5 %(tableau 1.4). Les fibres de carbone n'absorbent pas l'eau et elles
Résistent à plusieurs solutions chimiques. Elles présentent une résistance excellente à la
fatigue, et Une faible relaxation comparée à celle des aciers extensibles précontraints. La fibre
de carbone est Un conducteur électrique.

Caractéristiques Carbone HR Carbone HM


Masse volumique (kg/m3) 1 750 1 810
Diamètre (μm) 5à7 5à7
Module d’Young (GPa) 230 400
Module spécifique (MNm/kg) 130 210
Contrainte à la rupture (MPa) 3 000−4 000 2 800
Contrainte spécifique(kNm/kg) 1 710−2 290 1 550

Tableau 1.4. Caractéristiques mécaniques de fibre carbone HR et HM [2]

1.7.3. Fibre d'aramide


Souvent appelée KEVLAR, la fibre d'aramide est tissue de la chimie des polyamides
Aromatiques (fig.1.6). Il est possible de trouver deux types de fibres d'aramide de rigidités
différentes :
• les fibres bas module : utilisées pour les câbles et les gilets pare-balles ;
• les fibres haut module : employées dans le renforcement pour les composites hautes
Performances.

17
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

Figure 1.7. fiber d’armide

 Propriétés mécaniques des fibres de d’aramide


TABLEAU 1.5. Montre les Caractéristiques mécaniques de mono-filaments aramides [2].
Caractéristiques Kevlar 29 Kevlar49 Kevlar149
Masse volumique(kg/m3) 1 440 1 450 1 470
Diamètre (μm) 12 12 12
Module d’Young (GPa) 60 120 160
Module spécifique (MNm/kg) 42 83 110
Contrainte à la rupture (MPa) 3 000 3 000 2 400
Contrainte spécifique (kNm/kg) 2 080 2 070 1 630
Allongement à la rupture (%) 3,6 1,9 1,5

TABLEAU 1.5. Caractéristiques mécaniques de mono-filaments aramides [2].

 Utilisations industrielles
L'une de leurs premières utilisations grand public a été de Remplacer les armatures d'acier
dans les pneumatiques, les courroies et les tuyaux. Compte tenu de leur légèreté et de leur
bonne résistance au choc, à l'impact et à l'abrasion, les fibres aramides sont utilisées pour la
fabrication de certains articles de sports (skis, raquettes de tennis, etc.) et pour la fabrication
de protections contre les projectiles (blindages, gilets pare-balles, casques, gants, etc.), de
produits de friction et de joints, de renforcement de câbles, etc.

1.7.5. Fibres céramiques


Diverses fibres de matériaux réfractaires ou céramiques (carbures, borures, nitrures,
etc.) peuvent être élaborées par dépôt chimique en phase vapeur sur un fil support.
Actuellement, les fibres obtenues par ce procédé, et faisant l'objet d'une production,
sont :

18
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

— les fibres de bore (B),


— les fibres de bore (B)-carbure de bore (B4C),
— les fibres de carbure de silicium (SiC),
— les fibres de bore-carbure de silicium, appelées BorSiC.

 Utilisations industrielles
Actuellement, les fibres SiC et BorSiC sont essentiellement utilisées avec des matrices
métalliques (aluminium, par exemple) ou des matrices céramiques, conduisant à des
matériaux composites de coûts très élevés, utilisés pour les aubes de compresseur, les
turbines, etc.[3].

 Propriétés mécaniques
Les caractéristiques mécaniques des diverses fibres sont assez voisines (par Exemple,
tableau 1.5).

Caractéristiques Bore Bore + B4C SiC


Masse volumique (kg/m3) 2 600 2 600 3 000
Diamètre (μm) 100−150 100−150 100−150
Module d’Young (GPa) 430 430 410
Module spécifique (MNm/kg) 165 165 140
Contrainte à la rupture (MPa) 3 800 4 000 3 900
Contrainte spécifique 1 460 1 540 1 300
(kNm/kg)

Tableau 1.6. Caractéristiques mécaniques de la fibre céramiques [2]

D'autres générations de fibres céramiques en carbure de silicium (sic) ou carbotitanate de


silicium (sicti). Les caractéristiques mécaniques de ces fibres sont reportées dans le tableau
1.6. Ces fibres présentent une bonne stabilité de leurs propriétés jusqu'à des températures de
1 200 °C à 1 600 °C. Des fibres céramiques à base d'alumine sont également développées,
telles des fibres d'alumine (Al2O3), des fibres d'aluminosilicate (Al2O3, sio2), des fibres de
bor aluminosilicate (Al2O3, sio2, B2O3).

19
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

Caractéristiques Sic Nicalon Sinc HPZ Sicti Tyranno


Masse volumique (kg/m3) 2 550 2 350 2 400
Module d'Young (GPa) 180−200 170 200
Module spécifique (MNm/kg) 70−80 70 85
Contrainte à la rupture (MPa) 3 000 2 400 3 000
Contrainte spécifique (kNm/kg) 1 200 1 000 1 250

TABLEAU 1.7. Caractéristiques mécaniques des fibres SiC, SiNC et SiCTi.


1.8. Architecture des matériaux composites
1.8.1. Monocouches
Les monocouches représentent l'élément de base de la structure composite. Les différents
types de
Monocouches sont caractérisés par la forme du renfort : à fibres longues (unidirectionnelles
ud (fig.1.7), Réparties aléatoirement), à fibres tissées, à fibres courtes [6].

Figure 1.8. Pli à Renforcement unidirectionnel

I.8.2. Stratifiés
Un stratifié est constitué d'un empilement de monocouches ayant chacune une
orientation propre par rapport à un référentiel commun aux couches, et désigné comme le
référentiel du stratifié (Figure 1.8.)[5]. Le choix de l'empilement et plus particulièrement des
orientations permettra d'avoir des propriétés mécaniques spécifiques.
On pourra avoir des stratifiés du type :
1. Equilibré : stratifié comportant autant de couches orientées suivant la
direction +θ que de couches orientées suivant la direction - θ.

20
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

2. Symétrique : stratifié comportant des couches disposées symétriquement par


rapport à un plan moyen.
3. Antisymétrique : stratifié comportant des couches disposées non
symétriquement par rapport à un plan moyen.
4. Croisé : stratifié comportant autant de couches à 0° que de couches à 90°.
5. Hybride : les couches successives comportent des fibres de natures
différentes, il s’agit d’un stratifié hybride.

Figure 1. 9. Constitution d’un stratifié.

1.8.3. Sandwich
Les matériaux sandwichs résultent généralement de l'association de deux semelles ou peaux
de Faible épaisseur, constituées deux matériaux à haute résistance et haut module et d'une
âme beaucoup Plus épaisse et de faible densité (figure 1.9).
Ils ont pour avantages: une grande rigidité, une Résistance à la rupture élevée associées à un
faible poids par unité de surface. Malgré une activité de Recherche et de développement sur
ces matériaux, le comportement au cours de l'endommagement Reste peu connu.
Le matériau sandwich possède une grande légèreté en flexion et c'est un excellent Isolant
thermique (fig.1.10). [7]
Les matériaux les plus couramment utilisés sont :
— pour les âmes pleines — pour les âmes creuses essentiellement nid d'abeilles
• le balsa ou bois cellulaire; profilés : • des alliages métalliques légers;
• diverses mousses cellulaires; • du papier kraft et du papier polyamide
• des résines chargées de microsphères creuses de verre, appelées mousses syntactiques

21
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

Figure 1.10. Constitution d’un sandwiche [6]

Fig.1.11 : principales propriétés du sandwiche

 Différant types de sandwiche : sont montre sur la figure suivante .

Fibre de verre nid d’abeille Fibre de carbone nid d’abeille

Fibre de verre mousse polyuréthane Fibre de verre mousse PVC


Fig.1.12 : les Différant types de sandwiche

22
CHAPITRE I Généralités sur les matériaux composites

1.9. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons défini les matériaux composites, leurs propriétés
mécaniques et thermiques qui attirent le concepteur à utiliser et appliquer dans tous les
domaines industriels.

Les matériaux composites présentent des avantages tels que :


Résistance mécanique : pour une même section d’acier, la résistance des fibres de composite
est plus élevée.
- Gain de masse : la densité du matériau composite représente 20% de celle des platines
d’acier.
- Mise en forme de pièces complexes (principe du moulage) et réduction du nombre
d’interface
- (Boulonnage, rivetage et soudure sur structures métalliques).
- Maniabilité : les bandes des matériaux composites présente une large flexibilité qui
facilite la mise en œuvre et son application dans les zones confinées.
- Grande résistance à la fatigue.

Parmi les différents types des matériaux composites que nous avons mentionnés dans ce
chapitre, dans notre travail nous avons choisi les sandwiche en raison de ses avantages
mécaniques (grande rigidité à la flexion, légèreté et bon isolation thermique etc.…) para port
aux autres matériaux.
Ses avantages mécaniques offrent de grandes potentialités aux concepteurs dans des
domaines très divers comme l’industrie aérospatiale, ou généralement le transport et
l’industrie du bâtiment.

23
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

II. 1. INTRODUCTION

L’objet de ce chapitre est d’établir les équations relatives au comportement mécanique des
plaques sandwiches. Un matériau sandwich est constitué d’un matériau de faible masse
volumique (l’âme) sur lequel sont collées des peaux. La fonction essentielle de l’âme du
sandwich est de transmettre, par cisaillement, les actions mécaniques d’une peau à l’autre.
Dans le cas général, les peaux sont des stratifiés d’épaisseur h1 (peau inférieure) et
d’épaisseur h2 (peau supérieure) (figure 2 .1). L’épaisseur de l’âme sera notée h. Le système
de coordonnées est choisi de manière que le plan (x, y) soit le plan moyen.

II. 2. CHAMPS DES DÉFORMATIONS ET DES CONTRAINTES


II. 2.1 Hypothèses de la théorie des sandwiches
La théorie des plaques sandwiches repose sur les hypothèses fondamentales suivantes:

1. L’épaisseur de l’âme est bien plus élevée que celle des peaux : h h1, h2.

2. Les déplacements de l’âme ua et va suivant les directions x et y sont des fonctions


linéaires de la coordonnée z.
3. Les déplacements u et v suivant les directions x et y sont uniformes dans l’épaisseur
des peaux.

4. Le déplacement transverse w est indépendant de la variable z : la déformation  zz est


négligée.
5. L’âme ne transmet que les contraintes de cisaillement transverse xz, yz :les
contraintes xx, yy, xy et zz sont négligées [2].
6. Les contraintes de cisaillement transverse xz et yz sont négligées dans les peaux.
Enfin, la théorie traite les problèmes d’élasticité de faibles déformations.

FIG.2.1. Notations d’une plaque sandwich.

24
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

II. 2.2 Champ des déplacements

L’hypothèse 2 implique un schéma du premier ordre pour les déplacements de l’âme


[8] :

ua ( x, y, z)  u0 ( x, y)  zx ( x, y)

va ( x, y, z)  v0 ( x, y)  z y ( x, y) (2.1)

Avec :

u0 ( x, y)  u a ( x, y,0)

v0 ( x, y)  va ( x, y,0)

La continuité des déplacements aux interfaces âme-peaux, associée à l’hypothèse 3, conduit


aux expressions suivantes des déplacements dans les peaux [8] :
— peau inférieure :
h
u1 ( x, y, z )  u 0 ( x, y)   x ( x, y)
2

h
v1 ( x, y, z )  v0 ( x, y)   y ( x, y) (2.2)
2

— peau supérieure :
h
u 2 ( x, y , z )  u 0 ( x, y )   x ( x, y )
2
(2.3)
h
v2 ( x, y, z )  v0 ( x, y)   y ( x, y)
2

L’hypothèse 4 s’écrit :

w( x, y, z)  w0 ( x, y) (2.4)

La théorie des plaques sandwiches est donc basée sur la détermination de cinq fonctions de

déplacement et rotation : u0 , v0 , w0 ,  x et y

25
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

II. 2.3 Champ des déformations


Le champ des déformations dans la peau inférieure est déduit du champ des déplacements. Il
s’écrit [9]:
u1 u0 h  x
 1xx   
x x 2 x
v1 v0 h  y
 1yy   
y y 2 y
 1zz  0
(2.5)
v w w0
 1
 1  
z y y
yz

u1 w w0
 1xz   
z x x
u1 v1 u0 v0 h  0  y 
 1xy        
y x y x 2  y x 

Les déformations en cisaillement transverse  yz et  yz dans la peau sont négligées et le


1 1

champ des déformations se réduit au champ des déformations en membrane qui s’écrit donc
sous la forme :

 1xx   xx0   k 
 1   0  h x 
 yy    yy    k y  (2.6)
 1   0  2 
 xy   xy   k xy 

Avec :

u0 0 u0 0 u0 v0


 xx0  ,  yy  ,  xy  
x y y x
   
(2.7)
k x  x , k y  y , k xy  x  y
x y y x

De même, le champ des déformations dans la peau supérieure s’écrit sous la forme :

 xx2   xx0   k 
 2   0  h x 
 yy    yy    k y  (2.8)
 2   0  2 
 xy   xy   k xy 

26
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

Le champ des déformations dans l’âme se déduit du champ (2.1) des déplacements.
Soit :

ua u0 
 xxa   z x
x x x
v v 
 yya  1  0  z y
y y y
w
 zza  0 
z
v w w0 (2.9)
 yza  a    y
z y y
u w w0
 xza  a    x
z x x
u v u v    
 xya  a  a  0  0  z  x  y 
y x y x  y x 

Donc :
— le champ des déformations en membrane-flexion :

 xxa   xx0   k 
 a  0  x
 yy    yy   z  k y  (2.10)
 a  0  
 xy   xy   k xy 

— le champ des déformations en cisaillement transverse :

 w0 
  y 
 
a
y
 a  
yz
(2.11)
 xz   w0   
 x x

II. 2.4 Champ des contraintes


Le champ des contraintes dans l’âme est déduit de l’hypothèse 5 :

 xxa   yya   xya   zza  0 (2.12)

L’âme ne transmet que les contraintes en cisaillement :

27
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

 yza  c44' a c45' a   yza 


 a    'a 'a   a 
 xz  c45 c55   xz 
(2.13)

'a a
Où les coefficients cij s’expriment en fonction des coefficients cij rapportés aux axes

principaux de l’âme suivant :

c 44' a  c 44a cos 2   c55a sin 2 


'a
c45  (c55a  c 44a ) cos  sin  (2.14)
c55' a  c44a sin 2   c55a cos 2 

où  est l’angle que font les axes principaux de l’âme avec les axes de référence de la plaque
sandwich. Les coefficients Cija dans les axes principaux s’expriment en fonction des
coefficients de cisaillement de l’âme, mesurés dans les axes principaux, selon :

a
c44  G23
a
, a
c55  G13a (2.15)

L’hypothèse 6 implique que les contraintes en cisaillement transverse sont nulles dans toutes
les couches k de la peau inférieure ou supérieure :

 xy
k
  yz
k
0 (2.16)

Les autres contraintes sont déduites des déformations dans les peaux par la relation :

 xxk  Q ' Q ' Q '   xxi 


 k   11' 12 16
' 
 i 

 yy   12 22 26   yy 
 '
Q Q Q i=1,2 (2.17)
 k  Q ' Q ' Q '   i 
 xy   16 26 66   xy 

Pour la couche k de la peau inférieure (i = 1) ou de la peau supérieure (i = 2).

II. 3. Formulation théorique


Considérons la dimension du plaque a b, l'épaisseur de chaque la peau est d, dont les

paramètres matériels sont E fx , E fy , G fxy , G fxz , G fyz , 21 , 12 ,  f ,  fx ,  fy . Les propriétés
matérielles du noyau, qui a l’épaisseur de 2h, inclure le module, le coefficient de Poisson, la

28
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

densité et coefficient de dilatation thermique Ecx , Ecy , Gcxy , Gcxz , Gcyz , 21 , 12 , c ,  cx ,  cy . Les

paramètres structurels de la plaque sandwich sont indiqués comme la Fig. 2.1[10].

Fig.2. 2 : structure et démentions de sandwiche

II. 3.1 Equations gouvernantes


La théorie de déformation de cisaillement par ordre faible par morceaux est
employée pour étudier les caractères de vibration du sandwich plaque. Supposons que le
déplacement transversal de n'importe quel point le plan médian est donné en w=w(x, y, t) les
angles de rotation de la ligne droite reliant le milieu des peaux supérieures et inférieures dans

les plans xOZ et yOZ , on note  1 ;  2 . En tenant compte de que les couches de visage sont
toujours beaucoup plus minces que le noyau (cœur), la déformation de cisaillement des
feuilles de face peut être négligée. Selon l'hypothèse linéaire, le déplacement en x et y
direction pour tout point dans les faces supérieure (Z> 0) et inférieure (Z<0) les couches
peuvent être facilement écrites comme [10] :
2h  d 2h  d w
u f ( x, y, z, t )  1  (z )
2 2 x
(2.18)
2h  d 2h  d w
 f ( x, y, z, t )   2  (z )
2 2 y

Les déplacements du cœur dans les directions x et y peuvent être exprimés comme :

29
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

 2h  d d w 
uc ( x, y, z, t )   z  1 
 2h 2h x 
(2.19)
 2h  d d w 
c ( x, y, z, t )    2 
 2h 2h y 

Par les relations de déformation-déplacement, la tension des couches de face peut être
écrite comme :

u f 2h  d  1  2h  d   2 w
 fx   Z 
x 2 x  2  x 2
 f2h  d  2  2h  d   2 w
 

 Z  (2.20)
y 2 y  2  y 2
fy

u f  f 2h  d   1  2   2h  d   2 w
 fxy 

    
  Z 2
y 2  y x   2  xy

De même, la contrainte du noyau peut être écrite comme

uc  2h  d  1 d  2 w 
 cx   Z   2 
x  2h x 2h x 
c  2h  d  2 d  2 w 
 cy   Z   2 
y  2h y 2h y 
c c  2h  d   1  2  d 2 2 w  (2.21)
 cxy    Z     
y x  2h  y x  2h xy 
c w 2h  d  w 
 cxz      1 
z x 2h  x 
c w 2h  d  w 
 cyz      2 
z y 2h  y 

Les équations de mouvement sont établies en utilisant le principe de Hamilton, les


contraintes introduites par la température sont traitées comme le travail de charges externes.
Les relations contrainte-déformation des couches de face peuvent être écrites comme :
 E fx E fy 12 
1    1  12  21
0 
 fx   12 21 
   E fx 21 E fy  (2.22)
 fy    0 
  1  12  21 1  12  21 
 fxy   0 0 G fxy 
 
 

30
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

Les contraintes du cœur peuvent être écrites comme :

 Ecy v12 
 cx   Ecx 0 0 0   cx 
  1  v12v21 1  v12v21  
 cy   0   cy 
Ecy 
    Ecx v21 0 0 0   cxy 
 cxy  1  v12v21 1  v12v21  
0   cxz 
(2.23)
 cxz   
   0 0 Gcxy 0
Gcyz   cyz 
 cyz 
 0 0 0 Gcxz   

L'énergie de déformation dans les feuilles de face comprend plusieurs composants,


qui sont la traction ou la compression dans les directions x et y et le cisaillement dans le plan.

a b hd a b h
1 1
u fx      fx fx dzdydx      fx fx dzdydx
200 h
2 0 0 ( hd )
 a b
  1 
2 a b
 1  2 w1
a b
 2w 
2

 D fx1     dydx  2 D fx 2   dydx D fx 3     dydx 
 0 0
x  0 0
x x 2 0 0
x 2   (2.24)
 
 1   2   1  w  2  w 
a b 2 a b 2 2
1
 u12 D fy1   dydx  u12 D fy 2     2 
dydx 
2  x  x 0 0
x y 2
 y x  
 
0 0

  w 2w 
a b 2

 u12 D fy 3   x 2 x 2 dydx 
 0 0 

 a b
  2 
2 a b
 2  2 w
a b
 2w 
2

 D fy1    dydx  2 D fy 2  dydx D fy 3    dydx 
 0 0
y  0 0
y y 2 0 0
y 2  
 
     w   w 
a b a b 2 2
u fy   u12 D fy1  1 2 dydx  u12 D fy 2   1 2  2 2  dydx 
1 (2.25)
2 x y 0 0
x y y x  
 
0 0

  w 2w 
a b 2

 u12 D fy 3   x 2 y 2 dydx 
 0 0 

2
a b hd
 h  d   1  2   h  d  2 2 w 
u fxy  G fxy       
  Z    dzdydx
0 0 h  2  y x   2  xy 
 a b
  1  2 
2 a b
  1  2  2 2 w 
 fxy1   
D   dydx  2 D fxy 2      dydx  (2.26)
1 0 0
y x  0 0
y x  xy 
  2 
2 a b
 2w 
 D 
 fxy 3    xy  dydx 
 0 0  

31
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

où les coefficients de rigidité sont exprimés comme suit :


 hd
 2h  d 
hd
2h  d  2h  d 
k f 1  2    dz; k f 2  2  Z 
2
 dz
h 
 2  h
2  2 
 hd
k f 3  2  Z  2h  d  dz
2


h  2  (2.27)

 D  E fx k ; D  E fx k ; D  E fx k
 fx1 1  u12u21 f 1 fx 2 1  u12u21 f 2 fx1 1  u12u21 f 3

 D fxy1   fxy k f 1 ; D fxy 2   fxy k f 2 ; D fxy 3   fxy k f 3

L'énergie de déformation dans le noyau comprend les éléments suivants.


a b h
1
2 0 0 h
ucx   cx cx dzdydx

 a b
  
2 a b
 1  2 w
a b
 2w 
2

 Dcx1     dydx  2 Dcx 2   dydx  D 0 0  x2 
  dydx 
x  x x 2
cx 3
 0 0 0 0 
  (2.28)
 1  2   1  2 w  2  2 w 
a b a b
1
 v12 Dcy1   dyd  v12 Dcy 2     2 
dydx 
2 x y 0 0
x  y 2
 y x  
 
0 0

  w 2w 
a b 2

 v12 Dcy 3   x 2 y 2 dydx 


 0 0 

 a b   2 a b
 2  2 w
a b
 2w 
2

 Dcy1   2
 dydx  2 Dcy 2  dydx  D cy 3   2 
dydx 
 0 0  y    
2
0 0
y y 0 0  y  
 
 2  2   1  2 w  2  2 w 
a b a b
1
ucy  v12 Dcy1  dyd  v12 Dcy 2    2 
dydx  (2.29)
2 x y 0 0
 x  y 2
 y  x  
 
0 0

  w 2w 
a b 2

 v12 Dcy 3  x 2 y 2 dydx 


 0 0 

2
1
a b h
 h  d   1  2  d  2 w 
ucxy  Gcxy    Z 2      dzdydx
2 0 0 h  2  y x  h xy 
 a b
  1  2 
2 a b
  1  2  2 2 w  (2.30)
 Dcxy1      dydx  2 Dcxy 2      dydx 
1 0 0
y x  0 0
y x  xy 
  2 
2 a b
 2w 
 D 
 cxy 3    xy  dydx 
 0 0  

2
 h  d  w   w
2

a b h a b
1 1
ucxz  Gcxz       1   dzdydx  Scxz1     1  dydx (2.31)
2 0 0 h 
h  x  2 0 0
x 

32
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

2
1
a b h
 h  d  w  1
a b
 w 
2

ucyz  Gcyz       2   dzdydx  Scyz1     2  dydx (2.32)


2 0 0 h 
h  y  2 0 0
x 

Où les coefficients de rigidité satisfont

  2h  d  2 d  2h  d  2  d  2
h 2 h h 2

kc1     Z dz; kc 2   Z dz; kc 3     Z dz


h 
 2h  h
4h 2 h 
2h 
 Ecx Ecx Ecx
 Dcx1  k f 1 ; Dcx 2  kc 2 ; Dcx 3  kc 3
 1  v12v21 1  v12v21 1  v12v21 (2.33)
D   k ; D   k ; D   k
 cxy1 cxy c1 cxy 2 cxy c 2 cxy 3 cxy c 3

 h
 2h  d 
2 h
 2h  d 
2

 Scxz1  Gcxz    dz ;; S cyz1  G cyz    dz;


h 
 2h  h 
2h 

L'énergie de déformation totale est calculée par :


U  U fx  U fY  U fxY  U cxU cy  U cxy  U cxz  U cyz (2.34)

L'énergie cinétique totale comprend les cinq composants


2
 a b  w 
Tz     dydx (2.35)
2 0 0  t 

 1 a b h  d  U   2 
T fx  2    f      dzdydx 
 2 0 0 h  t  
(2.36)
1    1   2w  
2
 1  2 w
a b 2

   I f 1    2I f 2  If3   dydx
2 0 0   t  t xt  xt  

1 a b hd
 v  
2

T fy  2    f      dzdydx  
 2 0 0 h 
t  
(2.37)
a b 
 2w  
2
  2   2  2 w
2
1
2 0 0   t 
I f 1    2I f 2  If3   dydx
t yt  xt  
 

2
 u 
a b h
1
Tcx  c     c  dzdydx
2 0 0  h  t 
(2.38)
1    1   2w  
2
 1  2 w
a b 2

    I c1    2Ic 2  I c3    dydx
2 0 0   t  t xt  xt  
 

33
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

2
 v 
a b h
1
Tcy  c     c  dzdydx
2 0 0  h  t 
(2.39)
1    2   2w  
2
 2  2 w
a b 2

    I c1    2Ic 2  I c3    dydx
2 0 0   t  t yt  xt  

   2   f d  c h 

 I f 1   f k f 1; I f 2   f k f 2 ; I f 3   f k f 3 (2.40)

 I c1  c kc1; I c1  c kc1; I c 3  c kc1
L'énergie cinétique totale est :

T  Tz  T fx  T fy  Tcx  Tcy (2.41)

Supposons que la température initiale de la plaque est T0 et que la température finale


stable est T, ce qui est supposé uniforme. Dans ce travail, les conditions aux limites
simplement supportées sont prises en compte.

Les contraintes thermiques peuvent être écrites comme


  E fx ( fx  21 fy ) E (  v  )
Nx  1  12 21
2d T  cx cx 21 cy 2hT
1  v12v21

  E fy ( fy  21 fy ) E (  v  ) (2.42)
N y  2d T  cy cy 21 cx 2hT
 1  12 21 1  v12v21
 N xy  0



Où T  T  T0

Le travail des charges externes comprend les trois Composants

ab 2w 2w 


W    q  N N wdxdy (2.43)
e  x
 2 y
 2
0 0 x y 

Le travail des charges externes sur les limites du plaques peut être dérivé par

34
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

b
 w w 
wb    Qx 0 w x 0  M x 0  Qxa w x a  M xa dy
0 
x x 0 x x  a 
(2.44)
a  
w w
   Qx 0 w y 0  M y 0  Qya w x b  M ya dx

0 
y y 0
y y a 

Où Qx 0;Qxa;Qy0;Qyb; M x0; M xa; M y0; M yb; sont les charges externes par longueur unitaire sur les

limites de la plaque sandwich.

En substituant l'énergie de déformation totale, l'énergie cinétique totale et le travail des


charges externes dans les Hamilton suivants principe

t2

  (T  We  Wb  U )dt  0 (2.45)
t1

Les équations suivantes peuvent être obtenues.


 4w 4w 4w  3  3
 x3 4
D
x
 D y3
y 4
  v3 xy3  x2y 2 x 2 x3 y 2 y3
2 D  4 D  D  D

   3 1  3 
   w    2 w 
  Dv 2  2 Dxy 2    2 2   Scxz1  1  2   Scyz1   2
   xy 2
x y    x x   y y 
   3 1  3 2  2  2w 2w 
 q  N x  w 2w 2w
2
 N    I     I   
 x 2 y 2 x 2  xt yt 2  t 2  x 2 y 2 
y 2 2 3

 3w 3w  3 2  2 1  2 1
 D x 2
x 3
  Dv 2  2 D xy 2  xy 2
  Dv 1  Dxy1  xy
 Dx1
x 2
 Dxy1
y 2

 (2.46)

 S   w    I   1  I  w
2 3

cxz1  1 

  x 
1
t 2 2
xt 2

 3w 3w  2 1  2 2  2 2  w 
 Dy 2 3   Dv 2  2 Dxy 2  2   Dv1  Dxy1   D y1  D  Scyz1  2  
y x y xy y x y 
xy 1

2 2


  I   2  I  w
2 3

 1
t 2
2
yt 2

35
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

 Dx1  D fx1  Dcx1 ; Dx 2  D fx 2  Dcx 2 ; Dx 3  D fx 3  Dcx3



 Dy1  D fy1  Dcy1 ; Dy 2  D fy 2  Dcy 2 ; Dy 3  D fy 3  Dcy 3
D  D  D ; D  D  D ; D  D  D
 xy1 fxy1 cxy1 xy 2 fxy 2 cxy 2 xy 3 fxy 3 cxy 3
 (2.46)
 Dv1  12 D fy1  12 Dcy1 ; Dv 2  12 D fy 2  12 Dcy 2
D   D   D
 v3 12 fy 3 12 cy 3


 I1  I f 1  I c1 ; I 2  I f 2  I c 2 ; I 3  I f 3  I c 3

Le principe de Hamilton donne aussi les conditions aux limites suit :

  2 1 3w  2 2 3w  w  
 Dx 2 2  Dx 3 3  Dv 2  Dv 3  Scxz1   1   Qx 0/ a   w x  0/ a 0
 x x xy xy 2
 x  
  1 w
2
 2 w2
  w 
  Dx 2  Dx 3 2  Dv 2  Dv 3 2  M x 0/ a     x 0/ a  0 (2.47)
 x x y y   x 

 Dx1  1  Dx 2  w2  Dv1  2  Dv 2  w2   1 x 0/ a  0
2 2

 x x y y 

  2 2 3w  2 1  3  w  
 Dy 2 2  Dy 3 3  Dv 2  Dv 3 2 2  Scyz1   1   Qx 0/b   w x  0/b 0
 y y xy x y  y  

  2 w
2
 w2
  w 
  Dy 2  Dy 3 2  Dv 2 1  Dv 3 2  M x 0/b     x 0/b  0 (2.48)
 y y x x   x 

 Dy1  2  Dx 2  w2  Dv1  1  Dv 2  w2   2 x 0/b  0
2 2

 y y x x 

Pour la condition de limite de serrage, nous avons cela :

 w   w 
 w,    ,   ,  1 ,  2  0,
 x   y 

Donc, les Eqs. (2.47) et (2.48) sont automatiquement satisfaits. Pour la condition limite libre,
nous avons :
  2 2 3w  2 1  3 2  w 
 y2 2
D  D  D  D  Scyz1   1  
y y xy x y  y
y3 3 v2 v3 2
 
  2 w
2
 w
2

  Dy 2  Dy 3 2  Dv 2 1  Dv3 2  M (2.49)
 y y x x
  w2
 w2
 Dy1 2  Dy 2 2  Dv1 1  Dv 2 2  0
 y y x x

36
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

II. 3.2. Analyse de vibration libre


Les solutions des plaques simplement supportés peuvent être écrites par double série
trigonométrique comme suit :

  m   n 
 w( x, y, t)   Amn sin 
jmnt
  sin   ye
 m,n  a   b 

  m   n 
 1 ( x, y, t)   Bmn cos 
jmnt
  sin   ye
 m,n  a   b  (2.50)
  m   n 
 2 ( x, y, t)   Cmn sin    cos   ye
jmnt


 m,n  a   b 

Substituer l'équation (2.50) dans l'équation. (2.46) rendements

 A11  A12 2 mn B11  B12 2 mn C11  C12 2mn   Amn  0


 
 B21  B22 2 mn C21  C22 2mn   Bmn   0 (2.51)
 sym C31  C32 2 mn  Cmn  0

Où les matrices de coefficients sont exprimées en

A11   bm  Dx 3   am  D y 3  (abmn ) 2 (2 Dv 3  4 Dxy 3 )


4 4

(am  ) 2 b 4 ( Scxz1  N x )  a 4 (bn ) 2 ( Scyz1  N x )


A12  (ab) 2   ( ab) 2  I 3 ((bm) 2  ( an) 2 
B11   ab 4 (m )3 Dx 2  a 3m (bn ) 2 ( Dv 2  2 Dxy 2 )  a 3b 4 m S cxz1
B12  a 3b 4 m I 2
C11   a 4b(n )3 Dy 2  b3n ( Dv 2  2 Dxy 2 )  a 4b3 n Scyz1
C12  a 4b3 n I 2 (2.52)
B21  (am ) 2 b 4 Dx1  4 (bn ) 2 Dxy1  a 3b 4 Scxz1
B22  a 4b 4 I1
C21  a 3b3 mn 2 ( Dv1  Dxy1 )
C22  0
C31  a 4 (bn ) 2 Dy1  (am ) 2 b 4 Dxy1  a 4b 4 S cyz1
C32  a 4b 4 I1

Comme il y a une solution non triviale pour l'Eq. (2.51), les fréquences propres de la plaque
peuvent être déterminées par l'équation de fréquence suivante

37
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

 A11  A12 2 mn B11  B12 2 mn C11  C12 2mn 


 
det  B21  B22 2 mn C21  C22 2mn   0 (2.53)
 sym C31  C32 2 mn 

De plus, la température de flambage critique sera dérivée en résolvant l'équation que


 2  0 . Afin d'obtenir les fonctions modales, nous avons mis Amn à l'unité depuis la forme
du mode est indépendante des amplitudes des déplacements. Ainsi, les fonctions de mode
peuvent être exprimées comme :
 n n
 wmn ( x, y, t)  sin a  sin b y

 m n
 1mn ( x, y, t)  bmn cos  sin y (2.54)
 a b
 m n
 2 mn ( x, y, t)  Cmn sin a  cos b y

Alors l'Eq. (35) peut être remplacé par

 A11  A12 2mn B11  B12 2mn C11  C12 2mn   Amn  0
 
 B21  B22 2mn C21  C22 2mn   Bmn   0 (2.55)
 sym C31  C32 2mn  Cmn  0

Lorsque les fréquences naturelles sont obtenues, la forme du mode les coefficients peuvent
être dérivés en résolvant l'équation. (39), qui peut être donné comme suit.

bmn 
C21  C22 2mn  C11  C12 2mn    C31  C32 2mn  B11  B12 2 mn 
(2.56)
B 21  B22 2mn  C31  C32 2mn    C21  C22 2mn 

Cmn 
C 21  C22 2mn  B11  B12 2mn    B21  B22 2mn  C11  C12 2mn 
(2.57)
B 21  B22 2 mn  C31  C32 2mn    C21  C22 2mn 

Ainsi, les fonctions de mode peuvent être déterminées en combinant les équations (2.54),
(2.56) et (2.57).

II. 3.3. Analyse de réponse en fréquence


Sur la base du principe de superposition de mode, la dynamique les réponses peuvent être
étendues en termes de fonctions de mode suit :

38
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches


 w( x, y, t)   Wmn ( x, y )Tmn (t )
 m,n

 1 ( x, y, t)   1mn ( x, y )Tmn (t ) (2.58)
 m,n
 ( x, y, t) 
 2   2 mn ( x, y )Tmn (t )
 m,n

Substituer l'équation (2.58) dans l'équation (2.46) et en considérant l'Eq. (2.56) rendements
  m   n 
2 2
 m n  
    I3 
m,n 
 
 a   b 
  I2 
 a
bmn  mn c 
b  
 (2.59)
 
wmn  T  mn2
Tmn   q ( x, y, t )
 

 m  m n  
  I b
m,n
1 mn  I2
a
 cos
 a
 sin y  T  mn
b 
2
Tmn   0

(2.60)

 m  m n  
  I c
m,n
1 mn  I2
b
 sin
 a
 cos
b
y  T  mn

2
Tmn   0

(2.61)

Eqs multiples. (2.59) - (2.61) par wij , 1ij , 2ij respectivement, puis ajouter les

trois équations ensemble et intégrer sur toute la plaque surface. Compte tenu de
l'orthogonalité des fonctions de mode, l’équation de vibration peut être dérivée comme
(t )
T  mn
2
Tmn  mn
(2.62)
M mn

m x n x
a b

mn (t )    q( x, y, t )sin sin dxdy (2.63)


0 0
a b

   m 2  n 2   m n  
   I3         I2  bmn  cmn   
   a   b    a b   
 
 
 2  m  m n  
a b
(2.64)
M mn    wmn   I1bmn  I 2  cos  sin y  1mn  dxdy
0 0  a  a b  
  n  m n  
  I1cmn  I 2  sin  cos y  2 mn 
  b  a b  
 

On considère ici la force harmonique concentrée (avec la fréquence  ) exercée sur le


point (x0; y0) perpendiculaire à la plaque surface, qui peut être décrite par la fonction de
Dirac comme

39
CHAPITRE II Formulation analytique de la théorie des vibrations des plaques sandwiches

q( x, y, t )  q0 ( x  x0 , y  y0 )e jt (2.65)

Où q0 qui est typiquement défini comme unité pour l'analyse de réponse en fréquence est
l'amplitude de la charge concentrée.

Considérant les Eqs. (2.63) - (2.65), l'équation (2.62) peut être résolue
m x0 n y0 jt
q0 sin sin e
Tmn (t )  a b
(2.66)
ab    m 2  n 2  2
   3   1  mn    mn   
2 2 2
I
     I b mn C

4   a   b   

Par conséquent, les réponses de déplacement de la plaque sandwich peuvent être obtenues
comme :
m n
w( x, y, t )   sin x sin y
m,n a b
m x0 n y0 jt
q0 sin sin e (2.67)
 a b
ab    m  2  n  2  2
   I 3       I1  b mn  C mn    mn   
2 2 2

4   a   b   

Par conséquent, la vitesse peut être acquise en prenant une dérivée par rapport au temps

m n
 ( x, y, t )   sin x sin y
m,n a b
m x0 n y0 jt
j q0 sin sin e (2.68)
a b
ab    m  2  n  2  2
   I 3       I1  b mn  C mn    mn   
2 2 2

4   a   b   

II. 4. Conclusion
Dans ce chapitre on a étudié le comportement d’un matériau composite et on a
démontré que leur propriétés varient fortement en fonction de la température est de la
fréquence. Par conséquent, lorsqu’ils sont utilisés dans les structures, cette dépendance en
fréquence et en température influence inévitablement les propriétés amortissantes ainsi que la
réponse de ces structures et devrait être pris en compte dans la modélisation.

40
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

III.1.Introduction :
Notre travail dans ce chapitre est basé sur l’analyse vibratoire d’une deux types de plaque
en composites sandwichs :

 Cas 1 : ce 1er type se compose d’une couche centrale (cœur) en aluminium et deux
couches de facettes en (Carbonne/époxyde).
 Cas 2 : ce 2eme type se compose d’une couche centrale (aluminium) et deux couches
de facettes en (Acier)

Avec les conditions aux limites suivantes :

 La plaque en appuis simple.


 Différentes températures T= (0, 15, 30, 45,60) c°

Les deux plaques ayant les mêmes démentions : 400  300 10mm3 .

Les réponses de la plaque sandwich constitués de matériaux orthotropes ont appliqué une
force harmonique concentrée à haute température environnement.

La résolution du problème vibratoire est réalisée par la méthode analytique en utilisant le


logiciel Matlab.

III.2. Les propriétés mécaniques des matériaux de la plaque

 Propriétés du cœur (l’ame) hc = 9 .10-3m.


Matériau Ecx Ecy Ecxy  c ( kg / m )  cx
3 (°c-1)  cy (°c-1)
(MPa) (MPa) (MPa)

Aluminium
70 .109 70 .109 70 .109 0.29 2800 9 .10-6 21 .10-6

Tableau 3.1 : propriétés mécaniques de la couche central

 Propriétés de la facettes (les peaux) hf1.2 = 0,5 .10-3 m.

Matériau
E fx E fy E fxy  1,2 f  fx  fy
(MPa) (MPa) (MPa) 3
( kg / m ) (°c-1) (°c-1)

Fibre de 132* 10,3* 6,5* 0.25 1570 1,2 10-5 5


2,4 10
Carbonne/époxyde (1+0,001i) (1+0,001i) (1+0,001i)

Acier 4,5 .1010 1,2 .1010 81 .109 0.3 7500 0,7. 10-5 1,6 .10-5

Tableau 3.2 : propriétés mécaniques des peaux


41
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

III. 3. Résultats analytiques et discussions


On a utilisé un code Matlab pour caractériser l’effet de la température sur les deux plaques

Du sandwich dans l’étude vibratoire comme montre sur la figure 3.1

Fig.3.1: Organigramme d’affichage les résultats sur Matlab

Tableau3.3 montre les fréquences naturelles en fonction des différentes températures de


première plaque sandwiche à cœur aluminium et peaux en Carbonne /époxyde.

42
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

modes Température (°c)


0 15 30 45 60
déformées
1 (1.1) 382.37 333.63 276.42 203.73 81.282
2 (1.2) 1074.8 1021.6 965.45 905.85 842.05
3 (1.3) 2226 2171.8 2116.2 2059.1 2000.4
4 (2.1) 861.73 824.6 785.71 744.79 701.49
5 (2.2) 1518.2 1471.7 1423.7 1374 1322.4
6 (2.3) 2644.9 2594.2 2542.5 2489.7 2435.7
7 (3.1) 1671.4 1638.6 1605.1 1570.9 1535.9
8 (3.2) 2292.4 2251.7 2210.3 2168.1 2125
9 (3.3) 3375.3 3328.9 3281.9 3234.1 3185.7

Tableau3.3 : fréquences naturelles du sandwiche (Carbonne /époxyde) avec aluminium

A partir le tableau en remarque dans chaque mode qu’il y a une relation inverse :
plus la température de l’environnement augmente plus les fréquences naturelles diminue car
L'environnement thermique est un facteur clé ce qui change la rigidité du système structurel et
modifie les caractéristiques dynamiques du système essentiellement, à T=0 la fréquence
maximale est dans le mode (3.3), la fréquence du mode (2, 1) diminue que le mode (1, 2)
lorsque la température augmente et les modes (1, 3) et (3, 1) ont la même loi.

Le phénomène de l'échange de forme de modes est observé pour les matériaux


orthotropes depuis les deux directions avoir des contraintes thermiques différentes dues aux
différents coefficients de dilatation thermique. De plus, ce phénomène peut apparaître dans
plaques rectangulaires matériaux isotropes parce que l’influence de l’effet de ramollissement
thermique sur la rigidité structurelle le long du bord le plus long est plus élevée pour les
plaques rectangulaires.

Le tableau 3.4 montre les fréquences naturelles en fonction des différentes


températures de deuxième plaque sandwiche à cœur aluminium et peaux en acier.

43
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

modes T (°c)
Mode 0 15 30 45 60
1 (1.1) 386.68 347.72 303.8 252.34 187.25

2 (1.2) 1040.9 996.18 949.38 900.14 848.06


3 (1.3) 2091.4 2044.4 1996.3 1947.1 1896.5

4 (2.1) 810.37 777.87 743.95 708.41 670.99

5 (2.2) 1532.5 1494.9 1456.3 1416.6 1375.8

6 (2.3) 2617.3 2575.6 2533.2 2490 2446.1

7 (3.1) 1463.8 1432.8 1401.1 1368.7 1335.5

8 (3.2) 2250.8 2216.9 2182.4 2147.3 2111.7

9 (3.3) 3397 3359.3 3321.3 3282.8 3243.8

Tableau 3. 4 : les fréquences naturelles du sandwiche cœur aluminium et facettes en l’acier

Le tableau montre que la fréquence diminué avec l’augmentation des températures


dans tous les modes et la fréquence maximale dans le mode (3.3) à T=0°C, la fréquence
croisent d’un mode à autre dans tous les températures, comme nous le remarquons que), la
fréquence du mode (2, 1) diminue que le mode (1, 2) lorsque la température augmente et les
modes (1, 3) et (3, 1) ont la même loi.

Le phénomène de l'échange de forme de modes est observé pour les matériaux


orthotropes depuis les deux directions avoir des contraintes thermiques différentes dues aux
différents coefficients de dilatation thermique.

De plus, ce phénomène peut apparaître dans plaques rectangulaires matériaux


isotropes parce que l’influence de l’effet de ramollissement thermique sur la rigidité
structurelle le long du bord le plus long est plus élevée pour les plaques rectangulaires.

Comparaison des résultats des deux cas


À partir les deux tableaux nous remarquons qu’il y a des petites différences dans les
valeurs des fréquences, et que la fréquence dans la plaque de les peaux en acier plus grande

44
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

que la fréquence dans la plaque de les peaux en fibre (Carbonne /époxyde), et ceci est lié au
coefficient de dilatation thermiques de fibre (Carbonne /époxyde) est plus grand que de
l’acier.

Les figures suivant (3.2 à 3.5) montre les quatre premiers modes propres correspondent au 4
fréquences premiers.

Fig.3.2 : mode propre (1.1)

Fig.3.3 : mode propre (1.2)

45
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

Fig.3.4 : mode propre (2.1)

Fig.3.5 : mode propre (2.2)

46
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

III. 4. Effets de la température sur les fréquences propres


Dans cette partie on à tracer des courbes à partir les deux tableaux précédent de
chaque plaque. La figure 3.6 montre les courbes des fréquences naturelles de la plaque
sandwich aliminium avec Fiber (Carbone/époxyde) à différentes températures.

Fig. 3.6 : fréquences naturels pour différents températures de la plaque sandwich à cœur
aliminium et facettes en(Fiber Carbone/époxyde)

A partir cette figure en regarde Évidemment dans tous les modes qu’il y a une
relation inverse entre la fréquence et la température, les fréquences naturelles diminuent avec
l'augmentation de la température. Parce que haute température induit les contraintes de
compression internes, rendant la rigidité structurelle s'affaiblit. Il n’est également observé que
la première naturelle fréquence est beaucoup plus sensible aux changements de température
que d'autres fréquences puisque la première forme de mode perd la stabilité dans la première
place.

On peut voir à partir des courbes que la première naturelle fréquence approche à
zéro avec l’augmentation des températures, et la pente augmente avec l’incrément de la
température.

47
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

De plus, la fréquence du mode (1, 2) diminue que le mode (2, 1) lorsque la


température augmente et les modes (1, 3) et (3, 1) ont la même loi.

La figure 3.7 montre les courbes des fréquences naturelles de la plaque sandwich
aluminium avec Acier à différentes températures.

Fig. 3.7 : fréquences naturels pour différents températures pour la plaque sandwich à cœur
aliminium et facettes en acier

A partir la figure en regarde évidemment, les fréquences naturelles diminuent avec


l'augmentation de la température. Parce que haute température induit les contraintes de
compression internes, rendant la rigidité structurelle s'affaiblit. Il n’est également observé que
la première naturelle fréquence est beaucoup plus sensible aux changements de température
que d'autres fréquences puisque la première forme de mode perd la stabilité dans la première
place.
On peut voir à partir des courbes que la première naturelle fréquence approche à
zéro, et la pente augmente avec l’incrément de la température. La pente tend à négative l'infini
lorsque la température vers la critique. Cela vaut la peine soulignant que la théorie linéaire
sera incorrecte lorsque la température dépasse la température critique. Pour cette raison, la
température critique est d'une grande importance.

48
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

De plus, la fréquence du mode (1, 2) diminue que le mode (2, 1) lorsque la température
augmente et les modes (1, 3) et (3, 1) ont la même loi.

Le phénomène de l'échange de forme de modes est observé pour les matériaux


orthotropes depuis les deux directions savoir des contraintes thermiques différentes dues aux
différents coefficients de dilatation thermique. De plus, ce phénomène peut apparaître dans
plaques rectangulaires matériaux isotropes parce que l’influence de l’effet de ramollissement
thermique sur la rigidité structurelle le long du bord le plus long est plus élevée pour les
plaques rectangulaires.

III. 5. Effets de la température sur déplacements et les vitesses de la structure


La figure 3.8 montre les effets de la température différente sur la réponse
structurelle (déplacement) de la première plaque.

Fig. 3.8 : Déplacement plaque sandwiche cœur aluminium et facettes en (carbone/époxyde)

49
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

Dans cette figure on observer les effets de la température différente sur la réponse
structurelle, la gamme de fréquence de 0-1800 Hz est sélectionnée pour la fréquence répons.
On peut observer :
- dans le domaine des basses fréquences de 0-600 Hz il y a relation de corrélation
directe entre la température et déplacement, plus la température augment plus le de placement
augment, mais le changement de fréquence inversement à l’augmentation de température. La
raison en est évidemment que la température adoucit la rigidité de la structure en raison des
contraintes internes de compression.
-Dans le domaine des hautes fréquences de 600-1800 Hz, les pics des réponses à
cette intervalle de la fréquence naturelle sont relativement diminuée lorsque la température
augment. Les pics de la moyenne temporelle et spatiale du carré la vélocité se déplace vers
les basses fréquences à mesure que la rigidité s'affaiblit.
La figure 3.9 montre les effets de la température différente sur la réponse structurelle
(déplacement) de la deuxième plaque.

Fig.3.9 : déplacement sandwiche à cœur aluminium et facettes en acier

50
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

On observe dans la figure les pics de la première fréquence augment avec


l’augmentation de la température par contre les fréquences décroissantes et le
déplacement max égale 10-4 à T=60°c.

Les pics de la deuxième fréquence à T= 15, 30,60°c plus augmentée par port aux
pics de la première fréquence
Comparaison des déplacements des deux cas
A partir des deux figures en remarque :
-Il y a convergence entre les deux dans le déplacement de la première fréquence.
-à la deuxième fréquence les pics de la plaque qui se compose à deux peaux en
acier plus élevé que la plaque de fibre (Carbonne /époxyde) lorsque T=15, 30,60 parce que les
matériaux orthotropes depuis les deux directions avoir des contraintes thermiques différentes
dues aux différents coefficients de dilatation thermique.
La figure 3.10 montre les effets de la température différente sur la réponse
structurelle (vitesse) de la deuxième plaque.

Fig.3.10: la vitesse sandwiche à cœur aluminium et facettes en (carbone/époxyde)

51
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

On peut observe dans la figure les pic de la vitesse diminue partiellement lorsque la
température augment dans le domaine basse fréquence (0-600HZ). Mais ça Le changement
n'est pas évident dans le domaine des hautes fréquences (600-1800Hz)on voit que la vitesse
augment lorsque la température augment

La figure 3.11 montre les effets de la température différente sur la réponse


structurelle (vitesse) de la deuxième plaque à cœur aluminium et facettes en acier.

Fig.3.11 : la vitesse sandwiche aluminium et acier

On peut le voir à partir de la figure les pic de la vitesse diminue partiellement


lorsque la température augment dans le domaine basse fréquence (0-600HZ). Mais ça le
changement n'est pas évident dans le domaine des hautes fréquences.

Il vaut la peine d'expliquer pourquoi les pics des réponses au deuxième Fréquence
naturelle sont relativement élevés lorsque la température 60°C la charge est exercée sur le
panneau sandwich.
Comparaison de vitesses des deux cas
À partir les deux figure on observe :

52
CHAPITRE III Etude de cas : vibrations des plaques sandwiches sous l’effet de température

-qu’il y a un gros match dans les pics des vitesses lorsque les fréquences flotte dans bas
fréquence (0-600Hz).
Dans le domaine des hautes fréquences (600-1800Hz) a T=60°C la vitesse de vibration de la
plaque a facette acier plus grande que la deuxième plaque a facette fibre (Carbonne
/époxyde), par ce que la variation de l’amortissement dans les peaux dépendent au paramètre
mécanique de chaque matériaux.

III.6. Conclusion
Dans ce chapitre on a vu l’influence de la température sur la réponse structurelle
de la plaque sandwiche comme suite :
 Les fréquences naturelles de la plaque sandwich diminuent avec l'incrément de la
température car les contraintes de compression thermique adoucissent la rigidité de la
structure.
 Les pics du déplacement augmentent comme la température augmente, tandis que la
vitesse tend inversement.
 Les pics des vibrations flottent dans le domaine de basse fréquence en raison de la
décrémentation des nature fréquences avec l'augmentation de la température. De plus,
les basses fréquences naturelles sont affectées remarquablement tandis que les effets
sont moins évidents dans le domaine de haute fréquence.
 Vibration des matériaux sandwichs d’un mode à l’autre dépendent de plusieurs
paramètres tel que :
-la distribution de l’énergie de déformation entre les peaux et l’âme,
-la variation du module de cisaillement des peaux
-les paramètres mécanique et thermique les peaux

53
Conclusion générale

Conclusion générale

La présente étude nous montre combien l’analyse du comportement dynamique d’un


système est assez complexe.

Dans notre travail, nous avons entrepris l’étude du comportement vibratoire des
plaques sandwichs en aluminium renforcées par matériaux composite et acier. L'objectif
initial du travail était d'analyser le comportement vibratoire des plaques sandwich en appuis
simple sous diverses conditions thermiques en utilisant l’approche analytique, deuxièmes pour
étudie l’influence de changement les propriétés mécanique des peaux.

Pour mettre en place ce travail nous avons choisi dans un premier temps de
caractériser les matériaux sandwichs et leurs constituants, en suite Les théories sur les plaque
sandwich sont adéquates mais la plupart d'entre eux sont trop compliqués à appliquer à
l'analyse vibratoire avec des contraintes thermiques.

La programmation de la théorie des vibrations libres pour les plaques sandwichs


sous Matlab a permis de calculer les fréquences, les modes propres, les déplacements et les
vitesses des plaques sandwichs en fonction de la température. Ainsi on résoudre l’équation du
mouvement libre pour éviter le phénomène de la résonance.

Certaines conclusions peuvent être tirées :


 Les fréquences naturelles de la plaque sandwich diminuent avec l'incrément de la
température car les contraintes de compression thermique adoucissent la rigidité de la
structure.
 la première fréquence naturelle est beaucoup plus sensible que les autres, et les
échanges des formes de mode se produisent en raison de l'anisotropie matérielle.
 Les pics du déplacement augmentent comme la température augmente, tandis que la
vitesse tend inversement.

54
Conclusion générale

Pour les recommandations :

Le sujet de notre mémoire de master est un sujet d’ et d’actualité et pluridisciplinaire, on a


les vibrations des plaques, matériaux composites et températures.
 Faire l’étude et l’analyse avec d’autres matériaux composites tels que verre-époxy.
 ce sujet peut être traité aussi :
o expérimentalement afin de valider nos résultats analytiques.
o Ou numérique en utilisant la méthode des éléments finis

55
Bibliographie
Bibliographie

[1] SAIDI Hayat, Analyse de l’influence du cisaillement transverse et des


déformations normales sur le comportement thermomécanique des plaques FGM, Thèse de
Doctorat de l’université de DJILLALI LIABES de SIDI BEL ABBES, 2015.

[2] Jean-Marie Berthelot, Généralités sur les Matériaux Composites, Mécanique des
Matériaux et Structures Composites, Le Mans, France 1992, pp1-14.

[3] Mr. Menail Younes, Cours Matériaux Composites 2017.

[4] Laurent Gornet, Généralités sur les matériaux composites, Ecole d’ingénieur 2008

[5] M .Chatin, Matériaux composites – présentation générale, Technique de l’ingénieur 2000.

[6] Mr. Riadh BENNAI, Contribution à l’étude de la vibration et la stabilité des structures
fonctionnellement graduées, Thèse Doctorat En Sciences, 2016
[7] Mr. Mustapha Assarar, Etude expérimentale et modélisation du comportement dynamique
des composites stratifiés et sandwichs, thèse de doctorat, Université du Maine, 2007
[8] Zhicheng Huang, Vibration and damping characteristics of sandwich plates with
viscoelastic core, Journal of Vibration and Control published online 11 August 2014
[9] Jean-Marie, Berthelot. Théorie des Plaques Sandwiches, Mécanique des Matériaux et
Structures Composites, Le Mans, France 1992, pp386-390.
[10] Xiangyang Li, Kaiping Yu, Vibration and acoustic responses of composite and sandwich
panels under thermal environment, journal homepage: elsevier.com,2/7/2015

55

Vous aimerez peut-être aussi