Vous êtes sur la page 1sur 124
AUX FRONTIERES DE LA PSYCHOLOGIE / SCIENCE / SPIRITUALITE inexplore HORS-SERIE N°1 - LE MAGAZINE DELINREES Ml sWWW.INREES.COM LJ ne Jy ma nouvelle conscience HORS sem Grands entretiens - Regards sur le monde de demain avec... we Pespriv Couverture oases SP OTOLS wie a ota ate Pespriv d’ouverture. Peden 1} Réenchantez votre vie | Partez a la découverte de vous-méme, de vos désirs La Source et du chemin a suivre MANUEL DE MaGIE k Bona eS | pour les accomplir. 8) Ursuta James “S ee iO} A découvrir sur - www.espritdouverture.fr belfond © vipoiie en ee00« & mutation profonde de notte so fence perd ses certiudes, la médecine observe ses cs, es spiricualicés se matéralisent, la société est ise profonde, économique, sociale, humaine. angoissant, Face ces changements, on voude verse que rien ne bouge : ee perpétuellement constamment en bonne santé, ne connaitre hhesoin ni le chmage, quitte & faire passer son second plan; on ne veut pas et, Cest mourir un peu. Alors on actend, on ne fait rien, et 'on se donne Iillusion de vivre. Recherche du plaisir, du bonheur, dans une consommation sans limite. La crise ? « C’es a faute des autees», « Ce nest pas juste |», « Je mérite d’ée heureux», etc. Mais justement, « la crise » n’est-elle pas le fruit de cette incohérence absolue ? De ce décalage si grand cntre la nature profonde de la walite, ee notre monde actuel ? Les femmes et les hommes que nous avons réunis dans ce hors-sétie parlent de cee societé qui change, et de notre rapport a la réalité que la science nous invite A modifier. Que diseatils? En quelques ‘mots : ce que nous prenions pour la réalité la plus solide~ notre monde et notre individualité— ne sone sans doute que les reflec d'une réalité plus grande, réalitésur laquelle nile temps ni Pespace ne semblent avoir de prise. Aussi, ce qui caractérise cette réalité, este lien : aucun objet, aucun étze vivant ne peut érte percu isolément. Tour affecte tour. Chacune de nos actions, et méme chacune de nos pensées, affecte le monde entier. Alors, queles femmes, quels hommes voulons-nous étre devant ce monde en crise » qui demande sans doute seulement & ce que Ton soit cohérent, et que 'on ait de''éhique avec soi- ‘méme, mais aussi envers les autres? Ce monde nous resemble. Nous sommes dans Faction et le monde grandit. Regardons nos ombres en face et la lumiée jallra.Soyons justes et le monde commencera al étre. Soyons responsables, généreux, aimants, jayeut.. Nous avons la capacité d’accompagner cette crise pour ca faire un outil devolution et de croissance en cessant de nous sentir vietimes. Er si cette crois- sance s'amorce en chaque individu, elle deviendra celle de notre société. Cela commence maintenant, Ala seconde oit ous étesen tain de lie ces lignes. Le ‘monde entier peut changer, our de suite. Accepter de changer pour renaitre, parce qu évoluer, C'est donner la place lespérance. Stéphane Alix Directeur dela publication Président de INREES inexploré ‘Le magasine de FINREES 67 rat aie Jacque - 75005 Pasi Directeur dela publication Sephane Alix Redacticen chef Vigine Gone Rédatrice Adie Mouge Diectice ariaique Suis Chet Sectsie de édacion Olver Aube Correction igpeige Cons elignepagecomsl om Public t partenariat Concepteurwwwinzeescom Sih Lill Gestion et Développement des ventes ‘uu uméro et dela Promotion A juste Ties Comsct, Lasts Canole04 88 151245, Abonnements 1 an:5 nudes (dont un hora) Face mfropotine: 30 € Oueremer:40€ Union curepéenneer Suse: 40.€ Rested monde: 45 € ede vee as name 650 € (lgque 7.50 €~ Suse: 10,40 FS. NCAW $950 FCFP- POLS: 1050 FCF) Ener abonnemen page 122 pls un encart troche a 8550 Gan Rca, page PERE Dison: MLP inexploré ie pr INREES SAS esha 9582 OINRERS 2012 Dé igal nove 2012 IssN21194971 [N* Commision pariaine: 0214 G 90698 Pour concer la dation: ‘ontatineencomO1 4543 53.40 Pei ary Prochain numéro : en kiosque le 4 janvier 2013. Inexploré es: pub pa tnsiat defecherche surles experiences extraordinaire, FINKE Porn Gla chronique de Virginie Gomez Limité, notre monde matériel ? Le reconnaitre est sage, car toute frontiére suggére un horizon... comime une invitation a se dépasse. Des décennies de recherches montrent que nous sommes nés pour nous connecter. Nous nous épanouissons dans la culture du lien, siciens et des astrophysiciens redéfinissent ies fondements de notre représentation du monde, 24 ’homme dans l'espace “comprennent mieux sa vulnérabilité et en tirent les lecons. est-elle apparue ailleurs ? De plus en plus de «zones habitables » sont découvertes ans lunivers. Sommes-nous vraiment seuls ? 3GELARGIR LA CONSCIENCE Entretiens avec des découvreurs le cerveau, plusil fascine parses capacités etses énigmes, 44 La face cachée de la conscience Stephan A. Schwartz Nous avons une capacité de perception hors du temps et de Fespace. Et nous pouvons lentrainer. 50 La conscience mesurée Roger Nelson Lensemble des étres humains formeraient une conscience globale aux variations mesurables, 56 Une conscience infinie Pim Van Lommel Les expériences de mortimminente suggérent qu'une Partie de notre conscience est indépendante du cerveau, 62 S'OUVRIR A INTELLIGENCE Entretiens avec des explorateurs 64 Limaginaire fagonne notre réalité — Jan Kounen Par ses histoires, le cinéma nous transmet une énergie bien réelle 70,Au-dela de I'ego Olivier Chambon Les nouvelles thérapies sont des outils puissants qui emmenent findividu a la rencontre de son ame. aren sortir ? 82 Faire face a la souffrance pour avancer — Fabrice Midal Pour développer notre spiritualité I ne faut pas nier lemal et la souf 88 AGIR POUR UN NOUVEAU MONDE Entretiens avec des développeurs 90 Respecter le vivant est un acte spi gia] Pierré Rabhi En nous déconnectant dela natu ous nous détruisons. Il est temps de changer. 96 Eduquer les enfants ala joie - AntonellaVerdiani Comment préparer les enfants a leur vie daciulte ? Etsi le bonheur dapprendre était possible 100 Médecine technologique ou traditionnelle : une question d'intégration = Thiemyvanssen Etendre le champ de la médecine a de nouvelles approches est non seulement souhaitable mais possible. 106 Lessor de la pleine conscience = Jon Kabat-Zinn Grace au programme de Reduction du stress parla pleine conscience, la mécitation entre peu a peu dans les moeurs. 112 Un éveil collectif est possible — Thich NhatHanh Lacher nos peurs, vivre le présent, Souvrira la pleine conscience... Un maitre zen nous montre la voie. 116 La sélection livres d'inexploré Notte choix pourapprofondi sou numéro. Et nouveautés. 1 -NOVER Inexploré 5 Conscience des |i Virginie Gomez Tia fallu de nombreux voyages et des sidcles dexplora- fin pour que les cartes rendentfidalemenc compre du écoupage des continents. Aujoucd hui, les tertitoites, Yisibles sont cartographiés avec précision. Les moyens de communication modernes contribuent au qua Aiillage de la planéte. La conqueéte spatiale offre peut Eire des possibilités, mais elles restent abstraites. Ace Jou, nous rappele astronaut Jean-Frangois Clervoy Mhoins de 600 étres humains sone allés dans espace. Pour 'espéce humaine qui est passée de 1,6 milliard dindividus en 190 {qu'l ny ait plus de feontigres & repousser. Un article récent de la revue Nature afirmait que 43 % des éco de a planéte sont utilisés. Dépasser le seuil critique des 50 % pourrait causer des déséquilibres inréversibles. [Tnde; la Chine, Arabie Saoudite, entre autres, ont anc’ de grandes politiques d' exploitation des teres arables dans des pays du Sud pour séeuriser ‘milliards en 2011, il semble leur approvisionnement alimentaire. eau pour manquet. Nous sommes entrés dans|'ére de la rareté. Mais alors que nous sentons les limites du monde matériel, la mati elle-méme nous ouvre de nou- vveaux hotizons. Il y a toujours la réalité newtonienne, connu, avec ses objets séparés obéissint aux lois qu’on apprend en classe de physique. Mais au niveau subse comique, « on ne peut pas parler de réalité objective Ce nest pasila conscience qui est ennous, cest nous qui sommes immergeés dans la conscience. 6 Inexploré - HORS-SERIEN"T - NOVEMBRE 2012 nous explique Pastrophysicien Trinh Xuan Thuan. Dans cette réalité qui se joue du temps et de espace, les connexions entre particules éloignées sont instan- tanées ; tout est potentialté, probabilité détre, éner- gje. Jusqu’a récemment, on pensait que la mécanique ‘quantique ne concernait que l'infiniment petit. Mais elle estimpliquée dans les processus biologiques fonda ‘mentaux, au cceur du vivant. Selon la journalist scin- tifique Lynne McTaggart, le composant fondamental de notre monde nest pas une chose, cest une relation. Er cette relation nous implique, nous, observateurs conscients, qui y jouons un role. « La science repose sur la cr ‘incapable dexpliquer comment la mariere produit Ves ‘assomptions scientifiques. Nous suggérons que la maitre, tes champs de force, les onde, et méme la fabrique de Lespace-temps, ne sont pas des éléments de la réalitéfon- dame dans la conscience » pouvait-on ire écemment dans un article du San Francisco Chronicle cosigné pat !auteur Deepak Chopra et deux scientifiques. Une nouvelle conception de la conscience est en. train d’émerger : a lieu d'@tre un produit individuel de nos cerveaux, dont nous dérenons chacun une par celle, la conscience serait plutér un champ dont nous sommes le réveptacle. C'est ce que suggérent les expe Pim Van Lommel, Le cardiologue conclut que « notre rimentons d ordinaire; notre cerveat ne produit pas la conscience, il nen est que le facilitate, le catabyeur qui rend possible cette experience». ance que la véalité ese matérielle et ale mais des experiences perceptuellesetcgnitives Autrement dify/ce-n'est pas la conscience qui est en nous, C'est nous qui sommes immergés dans la conscience, Lexpérience du remote uiewing,protocole moderne de vision a distance, suggére quien mode perceptif, nous pouvons apprendre & surfer sur ce vaste océan d'informations quest la conscience » non locale». «nya rien desurnanurelli-dedans, wous nal dez nulle part, i niya pas de «signal » qui vient @ vous: ‘ous vous oucrez, tout simplement », explique Stephan A. Schwartz, pionnier dela vision 3 distance. « Votre conscience souvreit cette part éremnelle de vows-méme qui mest pas liitée parle temps et lespace. » Lephilorophe Frédéric Lenoie parle d'ime du monde pour désigner une intelligence plus vaste que la rai- son, que nous sommes en train de redécouvri. Pour le réalisateur Jan Kounen, cest sous forme dint tions que cette ineligence nou la création, Ercete weccomme un ead elle permet une reénéraion ducorps et de esprit, comme le montre le développe- men du programme de Réduction de stres parla pleine conscience laboré dans les années 70 parle biologiste Jon Kabat-Zinn, Le maitre zen Thich Nhat Hanh, explique que la pleine conscience ~'attention portée 4 ce qui nous entoure, & nos sensations, 3 ce qui est présent dans le moment, hors du brouhaha du men- tal est at qui nous permet d'accéder au meilleur de nous-mémes et d’avoir sur le monde une influence bhénefique. Car dans cette vision de interconnexion, i n'y plus ni intérieu, ni extérieu. « Chague pense, chaque parole, chaque acte que vos produisez aura un aff partous, non seulement dans vore corps et dans votre esprit, mais partout dans le monde, » Notre état d'étre détermine celui duu monde. C'est pourquoi l'agroécologiste Pierre Rabhi estime que la crise que nous traversons est avant tout une crise spirtudle Les dicours convergent ves exits nx tion : quel est votre érar d’étre dans le moment pré- sent, aujourd'hui, & certe minute ? Quelle intention, quelle énergie mettez-vous dans vos projets? Pour les tenants de lévolution consciente del"humanit, la crise est benéfique car elle nous oblige & nous reposer une question essentielle: qui sommes-nous ? Sans renier niles acquis dela science, ni la raison, elle nous incite nous dépasser, pour aller vers une conception be coup plus vaste de nous-mémes, au-dela de notre ego, reliés aux autres et au monde par ua lien que notre psyche et notre biologie refleent, et ouverts i Vinelli- gence intuitive. Nous invitant 3 cesser de vouloit faire tout la force du poignet pour nous tourer vers Tere, auteur de Nowwelle Tere, Bckare Tolle, eésume ainsi ce renversement des perspectives, qui privilégie état despre plurde que Pobjectif vise: « Lave est le daneur, ous ées la danse. » me I riot EXPERIENCE DE LA RESPIRATION HOLOTROPIOUE ‘Stanislas {& Chistina Got {978-2-8132-0340-6 2490€ eras Dre nea cotd PSYCHOTHERAPIE ET CHAMANISME Dr Olivier Chambon ‘978-28582-9736-8 24,00€ LES 7 BONNES RAISONS DE CROIRE AVAU-DELA 978-2-8192-0411-0, 18,25€ EN VENTE CHEZ VOTRE LIBRAIRE ERIN En ata Tt treo Puen pass Te. cn DILISCO reali te En quelques décennies, la physique, la biologie et l'astrophysique ont redessiné les contours de notre réalité. Eel -lare Mare Mole iain =X (<1i9 (olor US clmeLtCar-19)ocelg au monde. Des pionniers, Url tmelsal eile lV y osenttirer les conclusions de ces développements. Sommaire aCe acter Cette science qui nous unit 16 Trinh Xuan Thuan eevee ee Orr nt) eel 30 Morvan Salez Lavie est-elle apparve ailleurs ? DES CHERCHEURS Pac eee ed Seren de six lives, dont La Science reser Elle est éditrice du m eee rts eT Lynne McTAGGART Cette science Qui nous Quelles sont les Earattéristiques du monde quan- tique sous-jacent fmotre réalité ? ‘Toutest connecté Da tomiques sont djl arés ila naissance : Tun part vivre & Pasig les. Memes Mroicatjaméls,ehaque fois quel un fait quelqu: Yauttefiexactemencla méme chose. Si celui de Paris 3, celui de Los Any «xt similaire pour deux particules subatomiques ass cies, puis séparées. Cetwe connexion constante exist audeli du temps et de espace, s physique directe. Nou Je monde subatomique épouse une femaneaippels fait la méme chose alm avons que cela advienc dans ¢ nous commengons ob unit server également dans le monde macroscopique. Cela expli- querait beaucoup de choses que la physique cl: expliquer: les perceptions extrasensoreles, a précognition, la capacité de nos intentions & affecer le monde physique. Nous communiquerions avec reste du monde par un courant ténut de lumiére, appelé trionsen pe aussi de la lumiéxe etde Information. En laboratoire, ona mis en évider entre elles. On peut penser que le vritabe systéme de comm: nication non seulement du corps humain, mais iquee ne peut xe que les animaux communiquent les uns avec les différentes parties du corps lement du monde dans on ensemble, nes les fréquenc quantiques. idée cruciale. ‘Jétais un animal newtonien, je suis maintenant un animal quantique. Qu’est-ce que cela signifi? Vous étes un ensemble de fréquences, une entté connectée avec le reste de Punivers. Vous nétes pas seule ex ne Paver jamais é, vous faites partie d'un chamy plus varm Dane mon lve Le Chap jl évoqud ut fait fondamental: lorsque les paricules subatomiques conversent les unes avec les autres, elles échangent de énergie. Elles Senvoient des particules vircuelles en réalité, une les envoie, Faute kes renvoie, Cette unite informacion a tés peu d énergie qui lui est attachée. Mais quand vous multipliez cette petite quantité par tous les échanges entre routes les particule dans I uni- vers alors vous obrenez une incroyable quantité éner- gie dans lespace vide. Cette énergie donne naissance un champ appelé champ du point éro, car il existe ‘méme des températures tres basses, approchant lezér0 absolu. Cet océan d'énergie en toile de fond est une idée crucial. ’énergiey est si dense que si vous vouliez mesure celle qui se trouve entre nous, qui sommes sépa- rées de moins d'un metre, ily en auraitsuffisamment pout fuie bouilir tous es océans du monde. Ce champ permet d’expliquer des choses mystérieuses comme ka guérison spiritucle il permet aussi de comprendre que ‘hous sommes connectés avec tout dans le monde, que ‘nous pouvons éere en contact avec ce qui se trouve aux confins de T univers. Cela signifie-cil qu’alors que nous parlons, nous échangeons plus que des paroles ? ‘Nous avons deux conversations, une conversation ver- huale et une conversation de lumigre, car nous sommes toutes es deux un petit code Morse sous forme d’émis- sion de lumitre, qui va et vient entre nous. Nous par- tageons de information & un niveau bien plus fonda- mental que le simple niveau mental. On a découvert récemment que les phénoménes quantiques ségissent la photosynthése. Pourquoi est-ce une découverte majeure selon vous? Le cravail de Christian Fleming, qui a mené ces recherches, ma stupéfige, car il montre que l'un des processus terestres les plus fondamentaus, la photo- synthése, st quantique, cesti-dize ségi par une tela- tion, et non par une chose. Les particules quantiques sont des porentialités, des paquets vibrants d’énergie qui échangent cette énergie avec d'autres particules en permanence. Cette chose qui rfen est pas une se modifie en permanence et ne peut étte comprise quten relation avec ce qui Fentoure. C'est pourquoi de mon point de ‘ue, la plus petite brique de univers nest pas une chose, est une relation. Cette découverte des processus quan- tiques en biologie est fondamentale. Depuis Newton, qui décrivait le monde comme un ensemble d'objets delimités ec régis par des lois, nous avons écé définis comme des choses. Et voila que aspect le plus fonda- ‘mental de lave na tien & voit avec une chose! Jusqu’a une date récente, on disait que la mécanique ‘quantique était valable que pout les particules subatomiques. Cotte découverte en biologie comble- tele le fossé? Absolument. Elle démontre que les effets quantiques qui ont été observés en laboratoire avec des choses ina- rnimées adviennent aussi dans le monde dans lequel nous vivons. Avant on disait qu'un ensemble de lois régisaient le macroscopique, et un autre le microsco- pique. Ex aujourd hui certe délimitation devientflove. Lemonde est quantique. ‘Un autre type de lien que vous évoquez est celui de la génétique. Selon vous, les récentes découvertes dans ce domaine nous aménent également & repen- ser notre relation a environnement. Quelle est leur importance? Fondamentalement il ya, non pas des objets séparés, ‘mais un lien, Cest-A-dire une connexion si essentelleet si profonde quil est impossible de dire cit une chose sartéte et ol autre commence. Crest la _méme chose avee nos corps. Nous croyons que la plus grande preuve que isisaninmes da bel rkiGietioie Corps; que nous avons un corps unique entre tous €t que cest une entité bien séparée. Si'épigénétique est ntéressante, cest parce quielle conteste Pidée que ‘nous sommes créés de Fintérieur & partie de nowre ADN depuis nos cellules, nos tissus, jusqu'a nos organes. Selon cette conception encore répandu, nous sommes tun produit de nos génes, et les génes fagonnent notre destin, Nous soctmes eels soa dee Mais Tépigénétique montre que les génes sone comparables aux touches d'un piano : is sont exprimés ou non en fonction de notre environnement. Ce que nous ma geons, ceque nous buvons, les amis que nous avons, lair ue nous respons, ns Emotions, nos experiences, out cela conspire pour eréer la personne que nous sommes. ‘Tous ces facteurs affectent des atomes quis trouvent sur chaque gine, et déterminene sles touches de ce clavier vont étreactivées. Nous ne sommes done pas construits {pattie de 'intérieur de nous-mémes, mais a partic de Textérieus de nove lien avec environnement. Eece que ‘nous sommes physiquement ne peut étre compris qu’ partir de Pensemble de ce qui sest passé dans nos vies. Pourquoi est-ce si révolutionnaire ? Cela montre que nous ne vivons pas en isolation. "Nous existons seulement en raison de notre relation aut monde. Nous ne pouvons pas nous isoler. Une étude amontré que des bactéries intolérantes au lactose et Dlactes aby un civironaement lee en evr ont commencé A muter jusqu’a pouvoie le digérer au point que ce gene a écé slectionné eta supplanté lancien Lenvironnement ne fait pas quiactionner les genes, il peut les changer. Cela va complétement lencontre de Darwin qui voyaiela sélection naturelle comme un pro- cessusaveugle privilégiant loganisme qui auraite plus dechances de vir, C'est un process coop Nowe environnement nous erée autant que nous le exons ‘Nous devons considérer quela principale force 4 'eeuvre dans la nature nest pas ke désir de compétition. 10% cette idée si logique rencontre-telle autant de résistances? Nous nous plaisons & penser que la science est une exploration guidée par Pouverture d'espric. Mais la science consiste surtout a conforte lorthodoxie. Ce que la plupart des scientifiques oublient, cest que crit un chapitre aprés Fautre, et que bien souvent le nouveau chapitre réure ancien. On ne peut crop insistersurT'in- fluence de Darwin. Sa théorieest apparued un moment cit es conditions étaient eunies pour quell se propage. Elle éaic contemporaine de mouvements bourgeon- nants lépoque : le capitalisme industriel, le colonia lisme, aucant didées selon lesquelles étre dominant et <égoiste ne pose pas de probléme, ca cela fait partie dans notre structure méme la vie est une course & mort vers Ia ligne d arrivée, ext dans nos génes— Darwin ne par lait pas de génes 3'époque bien si. C'éait une idée de son temps, mais completement dkpasséc aujourd'hui La viea toujours été une affare de coopération. Ne pas le voir revient & passer 8 cbré de bien des découvertes scientifiques fondamentales. ‘Vous mettez par ailleurs en évidence notre lien avec Je mouvement des planétes, activité solaire. Pensez- vous que cette influence soit importante? Thame dos graces soap a rj de notre adic vidualité est que nous sommes les maitres de nocre libre arbitre, que nous faisons nous-mémes les choix qui marquent notee existence. Or beaucoup d'études suggérent que nous sommes profondément affectés par Tactvitésolaire. On sar depuis longtemps qu'elle affecte physiquement les créatures vivantes. Quand il yaune grande activité solar, les pigeons voyageurs ne retrouvent pas leur chemin. Chez les éres humains, le sang coagule différemment, le aux d'attaques ea diaques augmente, ainsi ue le nombre d'admissions en hapital psychiaerique, Nous sommes énergétiquement stabilises, Les découvertesles plus récentes montrent ‘que notre comportement est profondément affecté. activité solaire répond & des schémas pérodiques, avec des cyeles de onze ans. Quand les corrlations entre ces cycles et activité humaine ont été études, elles ont fait apparaitre des choses intéressantes; par exemple, cut rds comapondalent purirument um activ terroristes. Des paraléles ont été trouvé avec les mou- vvements de la bourse et méme avec les sollctations des témoins de Jehovah. Cela nous améne 3 une question cit este que je fnis et of: commence le reste de Puni- Selon vous, entre étres humains, nous nous influen- ‘gons beaucoup plus que nous le pensons. Une part de notre notion d’'individualité repose sur TFidée que nos pensées sont enfermées dans notre téte ‘ec que nous avons des émotions individuelles. Les der- nites recherches sur les neurones miroirs montrent que ‘quand nous observons quelqu‘un en train de faire une action ou d'avoir une émotion, les mémes neurones en nous déchargent comme si nous érions en train de faire certeaction ou d'avoir cette émotion. Nous recréons les actions et les motions des personnes que nous obser- vvons. Cela signifie que pour comprendre quelqu'un, nous devons nous fondre en hui. Ce qui nous raméne A cette question : oi est-ce que je commence, oit com- menccle restedu monde Sie suis constieuée de choses ‘quire sont pas des choses, si ma biologie est un produit de ce qui mentoure et détermine finalement ma forme physique, si mes actions et mes émotions se mélangent avec celles des gens autour de moi, si mon comporte- mentestaffecté par une étoile & des centaines de miles, de kilométres de la Terre, comment puis-je avec une ‘quelconque autorié affirmer que cela est moi ? C'est Tipo Jone peor me cooprendes quen prenant «en compte tout ce qui mentoure, y compris le soleil. Je suis seulement partie d'un lien. Nous ne pouvons nous 16 Inexploré -HORS-SERIEN"I - NOVEMBRE 2012 Bio express ‘ilobserve. &é, mécaniste et déterministe a fait place 3 celle d'un ‘monde holistique, indéterminé et debordant de exéa- tivité. Pour Newton, 'universr'éait qulune immense ‘machine composse de particule inertee, courses & des forces aveugles. A partir d'un petit nombre de lois phy- siques, histoire d'un systtme pouvait tre cout entitye expliquée et prédite si Ton pouvait le caractériser & un donné. Laplace disat que si un démon pouvait ite les positions et les vitesses de chaque atome de univers, le Futur de univers serait roralemenc déter- miné®, Si ces le eas, le fait que nous soyons ici en train de parler seraic détermine des les premigres frac tions de seconde apes le big bang, ce qui suppimerait rout libre abite et serait absurde. Or, lavénement de Ja mécanique quantique a introduit une limite & cette tude de Heisenberg nous dit ainsi quil est impossible de connate la fois la vitesse eta position d'une par- ticule de fagon exacte. Lorbite d'un électron ne peut pas éere décrite précisément, comme lorbice d'une Pande. Selon Tterpéaion de Copenhague, avant activation de Pappareil de mesure, nous ne pouvons décrite une particule que par des ondes de probabilité; Talectron a une certaine probabilcédére ic ou i, mais sa position prise ne pou ere détcrmings. Leséve dun ‘univers complétement déterministe de Laplace se brise. La deuxiéme grande révolution conceptuelle survient avec Favenement de la théorie du chaos. En science, chaos ne signife pas « désordre ou confusion », mais se rattache plutdr A une notion d'imprévibilité& long terme: dans certaines situations, ls résultats dependent de maniéze extrémement sensible des conditions ini- tiales. Que celles-ci changent un tant soit peu, et les résultats divergent exponentiellement. Crest ce que les physiciens appellent« leffet papillon »: un battement Gailes de papillon peut engendrer des perturbations qui, se propageant de proche en proche dans 'atmos- phére terestre, déclenchent un orage & Paris. Méme si 6on couvait la terre de stations météorologiques co gus, il existerait toujours des fuetuations atmosphé- riques trop infimes pour étre détectées: est pourquoi a méxéorologie es un phénoméne chaotique : prévoir Je temps qui fera dans plus d'une semaine est impos- sible. Avec la mécanique quantique et la chéorie da chaos la science a découvert ses propres limites Il nous faut done abandonner Pidée d'un univers prévisible? Absolument, Mais il y a plus. La méca tique di que Vobservateur influe sur ce q Une réalité objective et indépendante de 'observa- teurest impossible, car lobservateur interagit forcé- tment avec rdel obervé. Ces dive sila miconique quantique a changé notre conception des choses, méme si tour ceci se passe 3 un niveau subaromique. La théorie du chaos se situe, elle, au niveau de la vie mactoscopique, quotidienne : elle imite note capacité & prédire et prévoir les choses. Lincerti- tude quantgue ele chaos donnene dela bere la nature et lui permettent d'exercer sa créativité pour générer la beauté et la complexité du monde. C'est comme si la nature jouaie du jazz: ily a une trame, un fil conducteur érabli par les lois physiques, et il ya un libre arbitre et une liberté qui permettent des variations sur cette trame, Comme le jazzman improvise aucour d'un theme général pour produire des sons nouveaux au gré de son inspiration et de la réaction de 'auditoire, la nature se montre spontanée etludique en jouant avec les lois naturelles pour eréer dela nouveauté Peut-on dire qu’il y a forcément des choses qui échappent Ala logique? Crest tour l'apport du théoréme de Gadel, qui a &é un vrai coup de tonnerre dans le ciel serein des ‘mathématiques. Au début du XX° siécle, le mathé- maticien allemand David Hilbert pensait qu'on pou- rouver une procédure générale qui permettrait de dire de cour énoncé arithmétique sil éait vrai ou faux, ct de mettre ainsi 'arithmétique ct ensemble des mathématiques sur une base logique coherence. Mais le mathématicien autrichien Kurt Gédel démontia en 1931 qu'une tele procédure ne pouvait existe. Il obtint le résulear suivant, qui est peut-étre le plus extraordinaire et le plus mystérieux de toutes Jes mathématiques un systeme d'arichmétique cohé- rent et non contradictoire contient toujours des pro- positions « indécidables », Cest-i-dire des énoncés ‘mathématiques dont on ne peut jamais démontrer logiquement sils sont vrais ou faux. On ne peut en savoir plus quien sortant du systéme et en Iu santun ou des axiomes supplémentaires qui lui sont extérieurs. En ce sens, le systéme est incomplet en lui-méme. C'est pourquoi le chéoréme de Godel est souve nt appelé aussi « théoréme d'incomplétude » On touche aux limites dela raison. Par ses propres éthodes, la science a découvert ses bien sir occasionné un changement de paradigme che les scientifiques : is se rendene compre & F'évi- dence que la science ne peut pas tout expliquer. Cette prise de conscience est-clle spécifique au monde de la physique? Nous, physiciensetastrophysiciens, nous nous rendons bien compre q purement rationnelle, Pour moi, le but ultime qui est la connaissance du tout n'est jamais arteignable 1 hydre &tétes mulkiples: si atressurgissent. Nous appro- on asympromatique, mais recule toujours, et nous n'y paryenons jamais, C'est le sens dutitre de un de mes ouvrages, La Mélodie ecrte:il ya certainement une mélodie, une trame sur laquelle » {a natre Reema Guttegerd toujours seeréte pour humain, Jene pense pas que notre raison finie soiten mesure d apprchender linfini I existe des limites & une démarche La science est comme ‘onen coupe une, mille chons du but de fagon a En dehors des laboratoires de physique, beaucoup de gens continuent de penser qu’on peut, object vement, observer des chases. Pourtanc, au niveau subatomique, on ne peut as ps ler d'une réalicé objective. Dans la mesure oit 'obser- vation méme perturbe le éel observé, on ne peut p Leeds Se TEE ion, cereactredch perturbé ! On ne pourra jamais connaitre l'état préa lable 3 Fobservation, puisque lobservateur dérange ce quil observe. Ainsi, pour observer une particule, it faut I éclairer, donc luienvoyer des photons, ce qui percurbe Tétat de Vatome. Dans la vie quotidienne, les effets quantiques Sannulent car le nombre d/aromes que les ‘objets macroscopiques contiennent est immense : on peut done trés bien mesurer la position et la vites d'une planéte a telle date, prédire exactement sa tra- jectoire ou celle d'un avion, mais ce nfest pas le cas concernant les particules subatomiques. Niels Bohr, un des péres de la mécanique quantique, isa tomes forment un monde de potentialités ou de posibili- 16, plutt que de choses et de fits >. que «es Pensez-vous que le flux dela conscience puisse per- turber la matiére au niveau subatomique et déter- ‘miner le monde tel que nous lobservons ? Avant la mesure, nous ne pouvons décrire la particule que par une onde de probabilité,cest--dire quelle a une certaine probabilté d’étre partout dans espace mais dés que Yon active l'appareil de mesure, la par ticule apparait, localisée en un endroit et un seul Une seule des possibilitésreprésentées par la fonction donde se conerétise. On parle de « réduction » de Tonde. Nous pouvons nous demander sila reduction onde nécessite une intervention consciente — c'est la position « idéaliste »—, ou si elle requiert seulement Tactivation automatique d'un instrament de mesure sans aucune intervention consciente—Cest a position La science ne connait pas encore lorigine dela conscience, ‘matérialiste Je me place, pour ma part, fermement du cbté des idéalistes. Lacte de mesure est décidé par tun observateur conscient, C'est aussil'espritconscient un observatcur qui interpréte le résultat. Méme si apparel est programmé pour fonctionner automat ‘quement, Cest oujours un expérimentateur conscient aquile programme En tant que scientifique versé dans la spiritualité, ‘comment concevez-vous la conscience en interac- tion avec ce qui Pentoure? Je vais epondie ca tant que bouddhiste plurot qu’en scientifique. La science ne connait pas encore origine dela conscience. Pour moi, celle-ci est distincte de la matiére et non issue d’elle. Je rejete donc la position matérialiste de certains neurologues selon laquelle la conscience n'est que le résultat de courants électrochi- miques circulant dans les circuits neuronatx. Dans Toprique bouddhiste, il existe un flux de conscience associé chaque étre qui se propage de vieen vie d'un comps physique it un autre ke karma consticuantle lien de causalité entre ces différentes vies. Mais attention, il ne sagic pas de revenir au dualisme corps-esprit de Descartes. Lune des qualités de Evel, le but ultime de Ia démarche boudldhiste est de pouvoir demeurer dans un état de « présence éveillée » non duelle, qui se mani- feste par une connaissance directe dela nature reuse » dela conscience, caractérsée par labsence de formation d'images mentales. Ce flux de conscience ct le monde des phénoménes extéricurs sont intim: ment interdépendants et leur ensemble consttue notre monde, celui de Pexpérience vécue. a» Ce réel, qui ne saurait étre atteint par la science, pourrait-il etre d’une fagon totalement subjective, ‘és dfférente, par un autre cheminement ? Médita- tion, expériences transcendantes... ces expériences ituelles ne pourraient-elles pas servir parfois ration & un questionnement plus sci Le physicien Bernard d'Espagnat parle de Vexistence dun «réel voile» etjabonde tout fat dans son sens. En mécanique quantique, on observe des phénoménes ‘qui ne peuvent se comprendre avec la seule référence de la réalité « normale », Comme par exemple l'insé- parbilité des particulesineriquées : pourquoi, si vous séparez 4 des dizaines de kilométres deux photons it parfaitement ce que fait autre, sans aucune communication Cela pose probleme si nous supposons, comme dans la physique classique, que la réalité est morcelée et localisée sur chacun des photons. Mais le paradoxe 1a plus cours i nous admertons que les deux photons font partie d'une réalié globale, quelle que soi la dis- tance qui les sépate, méme sil se rouvent aux deux cextrémités de Punivers. Nous retrouvons a le concep bbouddhisee de l'interdépendance : chaque partie porte en elle la toralité et de chaque partie dépend cout le Pour moi, la science eta spirituaité sone deux endees ‘complémentaires pour regarder le éel. Sila science four apporte des informetions Inesdnabls, elle cu A voir avec notre progres spirituel. De son ete, Despite Ie bouddhisme dans mon cs — pour object notre transformation intérieure, et cela dans le but de penser et dagir juste et de développer en nous e sentiment de compassion afin que nous puis- ons aider les auttes. Elle n'est pas riécessité, Mais ceci dit, loin de moi de vouloir faire du concordisme. Je ne veux pas rendre a science mys- tique s elle a ses propres methods et arteint le but aquelle ses fixe “Ia connaissance des phénoménes et ta découverte des lois physiques — sans aucun besoin un support philosophique ou spirituel. De autre été, le bouddhisme esta science de Evel, ee n'a pas besoin d'un support scientifique. Il existe depuis plus de deux mille cing cents ans alors que la science n'est n luxe, mais une apparue que depuis quelques sitcles. Que ce soit la ‘Terre qui tourne autour du Soleil ou le contraire n'a aucune incidence sur ses fondements philosophiques. Mais parce que la science et le bouddhisme repré- sentent 'un comme 'autre une quéte de la vérité, leurs maniéres d'envisager le réel ne devraient pas débou- cher sur une opposition iréductible, mais au contraie sur une harmonicuse complémentarité. Le monde dans lequel nous vivons est basé sur certaines conceptions philosophiques, dérivées de la science du XIX sidcle. Peut-étre que beau- coup de chores ont changé en science au cours du XX sidele, mais on ne sent pas vraiment Ia diffé- rence au niveau dela société. Comment faire pour quil y ait une réelle prise en compte de ces nou- velles conceptions dans notre vision du monde? Cet ustemene pour comble le grand fossé qui existe entre le savoir scientifique et la conception qu’en a le grand public que je méne mon eeuvre de vulgarisa- tion : communiquer des idées scientifiques avec une dlimcosion phlosophique, Sic savoir sclenuBique es incapable de nous indiquer comment mener notre vie cou de nous aider & prendre des décisions morales et éthiques, je suis persuadé quiil peut nous permettre de regarder le monde autrement et d'agir de maniére plus juste. Ainsi, savoir que nous sommes cous des poussitresd'éroles, que nous partageons tous la méme histoire cosmique, que nous sommes les freres des animaux sauvages et les cousins des coquelicots des champs, que nous sommes tous connectés 3 travers Tespace tle emp, ne peut qu'induire une conscience aigué de notre interdépendance. ‘Comment intégrer cette nouvelle compréhension ? Lanotion d’interdépendance engendre la compassion, car nous nous rendons compte que le mur dressé par notre esprit entre « moi » et « autrui » est illusoire, et que notre bonheur dépend de celui des autres. La perspective cosmique ct planéate que nous ofr la tm tempe de quelque quatore mallard Panic, dt big bang’ maincenant, souligne aussi la vulnérabilicé de nowre planéte. Elle nous fait prendre conscience du fait que les problémes de l'environnement qui ‘menacent notre havre, dans limmensité cosmique, transcendent les barrires des origines ethniques, des cultures et des religions. Les poisons industries, les déchets radioactifs et les gaz responsables de effet de serre nous afectent cous, par-del les fronci@res natio- nales. La diffusion de ce récit de nos origines permet- tmaitde tracer un traitd'union et de nouer un dialogue entre les hommes des cultures les plus diverses. Elle aboutirait 4 un humanisme universe, gage de paix. Cest comme sil’u que lh son organisation et s Cette dimension de la réalité ne devrait-elle pas changer notre vision du monde? Les phénoménes quantiques se manifestent le plus clairement au niveau subaromique et sont beaucoup moins évidents au niveau de la vie quoridienne, Lez personnes et les objets macroscopiques sont composé de miliards de milliards d'atomes (un livre en conticnt environ 10° et la Terre environ 10%), ce qui fait que les effets quantiques se neutralisent, Mais je reste convaineu que les découvertes scientifiques changent profondémenc notre vision du monde. Ainsi la cos- mologie moderne a découvert rote symbiose encre Thorame ec I'univers. Non seulement elle a démoncré que nous sommes les enfants des écolles, mais elle a sus covert quel universal de fon ex mement précise pour permettte V'apparition de ces Giles, existence de re humain ext insrte dans les proprietés de chaque atome, de chaque étoile, de chaque galaxie de univers et dans chacune des lois physiques qui régissent le cosmos. Que des propriétés et des lois de univers différenc un tant soit peu et nous ne serons plus [a pour en patler, C'est comme si univers savai dés le début que I'homme, capable apprécier son organisation et son harmonie, allait veal Cenc symbloc enraordinalreeate Fhomamae et Tanivers ext conic sous le nom de « principe anthro pique», du grec anzhropas, homme. Vous aver évoqué l'importance de l'interdépen- dance, du libre arbitre dans la nature, de l'impré- visibilité. En tant quastrophysicien, quelles autres idlées de ce typeavez-vous développées qui auraient des applications pratiques nous permettant d’ap- prchentderle monde diféremment? : Une autre idée erés importante est celle de limper- manence : out bouge, tout change, rout évolue, da plus petit arome & Punivers entiet en passant pat les galaxies, les éroiles et les hommes. Cela a constirué une révolution radicale dans la pensée occidentale oi, pendant plus de vinge sigces, c'est le concept de immuabilitéaristotlicienne qui a prévalu. Aristote ppensait que le ciel éeant du domaine de Dieu et Diew ant parfait sien ne pouvait changer. Tout devaitécxe immuable! Cert idée a perduréjusqu’ala Renaissance, au XVI sigce. existe une anecdote tr intéressante ce sujet:en 1054, estapparue dans ciel une superno- va, explosion fulgurante marquant la massive. La supernova a été visible & Pol na, jour, pendant plusieurs semaines. Les Chinois Po mentionnée dans leurs annalesastronomiques, comme « Pévoile inviege ». Mais en Occident, on ne erouve nulle mention de cette étoile, car les gens ont pensé dquil sagissai d'une illusion d’optique : le ciel était ccensé érre immuable et ils croyaient plus en Aristore ‘qu‘en leurs propres yews! On voie toujours aujourd’h au télescope les restes de cette supernova, appelée nébuleuse du Crabe, bien qu'elle ne brille plus que trésfaiblement. Ala Renaissance, les astronomes Brahe cet Kepler, constatane que le ciel changeait bel et bien avec apparition d'autres supernovae et de nouvelles cométcs, reléguérent Pimmuabilité aristorlicienne aux oubliectes. Maiselle a resurgi sous d'autres guises : ainsi, au début des années 60, ily avait une théorie ccosmologique rivale de la théorie du big bang, celle de ««Punivers tationnaire », qui affirmait qu’en moyenne, univers ne change pas, un avatar de la théoriearsto- tdlicienne. La découverte en 1965 du rayonnement fosile qui baigne tout univers a permis de meccre la théorie du big bang sur une base solide et dliminer les chéories rivales. Le rayonnement fossile nous dit 4que univers est parti d'un écae extrémement petit, dense ct chaud et qui acu tne histoire: un debut, tun présent et un ftur. Non seulement univers &v0- Tuc, mais out ce quill contiene évolue aussi: ls oles naissent rmewicat ur une chee detcmpe dz millions, voire de milliards d’années. Non seulement impermanence est partout au niveau macroscopique, mais clle est omniprésente au niveau microscopique. Sivous pouver regarder au niveau atomique une table {que vous pensez immobile, vous verrez ses atomes vibrer, es électrons bouger. espace qui nous entoure est rempli de particules virtuelles. Mais nos yeux ne cevoir cet échelle peuvent pas Entre le moment oi vous avez démarré vos études et aujourd'hui, vous avez été letémoin de nombreuses découvertes. Pensez-vous qu'un jeune astrophysi cien verra des changements d'une méme ampleut ‘Quand jai entamé mes études dans les années 1960, trait age d or de Pastrophysique : la découverte des ‘quasars en 1963, celle du rayonnement fossileen 1965 cet celle des pulsars des étoiles neutrons qui cournent HORS-SERIE NY |= NOVEMBRE 2012-Inexploré 21 ” ‘Yous parliez de la fagon de percevoir une table au ives microsopique ; ne pensex-vous pas que avons égale homme du XI siécle devrait shabituer & vivre des fenétres dela spiritualité, dans une double réalité ? Avec, de surcroit, Pidée ‘que tout est éncrgic, n’estimez-vous pas nécessaire delartet dela poésie. wt Péduquer, de cultiver et de développer ce double regard sur la matiére? Absolument. Cela rejoint la philosophie méme du bouddhisme, qui établitla distinction entre une verte tats vite sur elles-mémes —en 1967. Malgré routes ces découvertes extraordinaies, univers regorge encore de res. Ily aura toujours des choses nouvelles que Fimainaion humaine ne peut ps encore la médlodie de Puniversrestera toujours seerée ! Pour alssons que 4 % du contenu de es centaines de milliards de galaxi univers observable, chacune contenant des centaines de milliards de soleil, ne représentent que 0,5 % du contenu de univers! Les 3,5 % restants sont fais de matire noite ordinaire (constituée de neutrons et de protons). Mais il existe aussi une matiére noire dite «exotique », donton ne connait aucunement la nature ce qui constitue 22.% du contenu de univers. Engin, environ les trois quarts (74 %) du contenu de Funivers sont sous a forme d'une « énergie noire», responsable de accélération de Punivers, dont on n'a pas non plus la moindre idée de la nature. Vous voyer qu'il reste duu pain surla planche pour les jeunes astrophysiciens ! Tinstant, nous ne co Punivers ; dans Pensez-vous que cette dimension du mystére est suffisamment mise en avant? La plupart du temps, la science se présente plutot comme un monde de certitudes et d’applications technologiques dérivées de ces mémes certitudes. ‘Oui, et est une mauvaise représentation dela science. Pour moi, ce qui esc intéressant dans activité scienti- fique, c'est justement cette dimension du mystére, la possibilitéde questionner etd éeudier des pheno inexplorés, des terrains vierges. Lintéréx lest pas seu lement de trouver et de découvrir des connexions ex des lois nouvelles, il réside aussi dans le processus de recherche en Iui-miéme. Bien sir, le chetcheur est suprémement récompensé dans les moments rares dune découverte, lorsque tout i coup, un minuscule ppan du mystére de Punivers se révéle lui. C'est cela ‘qui faut tansmettte aux jeunes: la dimension mys- téricuse de univers, le sentiment de contribuer 3 la découvrir en rendant le monde un pew moins mysté- rieux, touten sachant qu’on ne découvrira jamais tout. conventionnelle~ celle que nous partagcons parla per- ception sensorielle~ et la véritéultime, plus sophisti- qué, i laquelle nos sens n'ont pas accés. Nous sommes entre 'infinimene grand et Pinfiniment petit. En tanc que bouddhiste et scientifique, je me rends compte que la vérité conventionnelle est souvent trompeuse. Lignorance de la vérité ultime nous induit en erreur cn eréant un attachement & des choses qui, au fond, sven valent pas la peine. Cet attachement gé souffrance (sentiments de possession, d'envie, de jalou- sic...). Le but du bouddhisme est de faire cesser cette souffrance en reconnaissant a distinction entre verte conventionnelle et vérité ultime. ere de la Pensez-vous que notre société pourrait réévaluer tous les modes d’appréhension du réel en leur redonnant une juste place au méme titre que la Les gens qui affirment que la science serait le seul et unique langage pour appréhender le monde me paraissent avoir une attitude arrogante et erronée. Bicn sir la science a démontné sa capacité &agir sur le monde, comme en témoignent ses nombreuses appli- cations technologiques qui permettent d’améliorer notte bien-éure, d'exploiter la nature, d’envoyer un homme surla Lune, de connecter le monde entier par Je réseau Internet, ou sa médecine qui guérit des mala- dies longtemps considérées comme incurables. Mais je suis convaincu quelle ne consticue pas la seule fenétre ouverte sur le rée. Nous avons également besoin des fenétres de lasprituaic, de 'artet de la pose: toutes contribuent & une meilleure comprehension de notre hhumanité et de notte place dans univers. « Une intelligence qui, dun instant donne, connatirait toutes kes forces de la nature est anime et la seuation respecive des eres qui la composens embrasserait dans la méme formal es mouverents des plus grands corps cde Funivers ef ceus de pls lgeratome : ren ne serait incertain pou ete, et [avenie, comme le pase, seritprsemt ses yews. » Dieete-Simon Laplace, Esai philsophigue sue les probabiles, Chestian Bourgois Editeur, 1986. INSTITUT FRANCAIS D’HYPNOSE ERICKSONIENNE Te ea a en Hypnose, ouvert a tous, pour la santé et le Cen eae eee Le label IFHE est votre garantie de qualité, de sérieux et de compétence, adopté par les meilleurs thérapeutes, psychothérapeutes et coachs. La certification IFHE en Hypnose, DC eee @ Toe eee aa UL maa Teeter FC are etd Diplome PNL offert avec votre Diplome en Hypnose OT UE rere Saree Cane etd a Rc ee uo Mea PT ener Leu Ue Mea Cer EEA Spécialisations ouvertes a tous, en 5 jours ota eee tiga eee nd Auto-Hypnose See DTN Cra MN Mra Cd CURE RRO eee a eR 50 pays * www.ifhe-editions.com 24 En observant notre planéte depuis l'espace les astronautes développent un sens profond de sa vulnérabilité. Une expérience riche d'enseignements. Propos recueillis par Stéphane Allix Photos Jean-Romain Pac dans la conquéte spatiale F volufion guiait am Thumanicé, sans parlgepplitg a pu voir son propre alsgeau spatial naturel — la Terre—de tés loin et de Jyés haut. Elle a pesise premier reg; Rai quion ai pu sdbsewver sur un objec SieMwise desi conseiengealiéchelle inccrnati un bouleverseMea Ga histo 1 la conqueéte spatiale & échelle de fois 'homme st que pour la premi reel sur notre propre plantte, le is ers beau, isolé dans Pimmen: la prise de Inexploré- Hi i ess pene yo emg ving oe es eee ae eee ee Ta couche d atmosphére de la Terre est fine comme du papier cigarettes, or notre viene tient qui’ace fin flee de gz! Latmosphére fac environ 50 kilometesd épasseu, est eis fin, Depuis I espace, la patie de atmosphere visible a Feeil nu est & peine perceptible ! C'est li oi Ton se dit quela vie tereste ne tient pas grand-chose La terre, eau, Poxygine sone limités. Cet la premiéne grande revolution. La deuxiéme révolution, C'est quand on rourne notre regard, non plus vers notre propre pla- nnéte, mais vers l'extéricur que l'on découvre alors avec des youx non tercens, car depuis une position siuée en dehors de Patmosphére, celle-ci ne fait plus écran & toute tune gamme d’ondes du spectre lectromagnétique habi- tuellement cachées depuis e sol eta rotation dela Tere siempéche plusdobserver aussi longtemps quelon veut dans une direction choisie. Hubble — le premier téles- cope spatial & regarder dans le visible — voit des choses que l'on ne peut voir depuis|a Terre. Avant Hubble, on imaginaic quily avait dans univers’ peine” quelques, tallies, wove quelques millions tour: aio oe ‘Maintcnant, on sait qu'il y cn adc l'ondre de deux cents milliads, que dans chaque galaxe ily a plus de cent milliards d étoiles, et quautour des plus proches, il ya des planttes. Le fait d’avoir conquis Fespace nous permet devoir micus, plus loin, avec une plus grande résolution, ec de découvrir que univers est extrémement riche en objets edlestes, en galaxies, et par conséquent, quill ya beaucoup plus de probabilités de découvrir des planetes similares la nétre. Ga lise la porte ouverte dla science pour dérecter lave ailleurs. ‘Vous souvenez-vous du premier regard que vous avez porté lorsque vous étes sorti de I'atmosphére terrestre? Le premier effet, je ne Tai pas éeu dans mon premier vol oi éaissurle pont inféricur, mais dans les deux vols suivants oi és sur le pont supérieur. On décolle en plein jour mais au bout d’’ peine une minute... eciel est noit. On n'a jamais ule ciel complétement noir en plein jour! Il est en général bleu, blanc ou gris. Mais 3, ona impression que quelqu’un a ouvert lerideau—nous, en traversant fatmosphére, C'est tout noi, on ne wit pas les toiles car notre el ext accommod au instruments dansle cockpit de la naverte. Ona Fimpression quill n'y arien dautte, qu’on vient de quitcer la seule chose qui caste dans | univers: la Tere (accompagnée au loin de Ja Lune et du Soke). La Terre vue de espace, Ces és beau! On en ales larmes aux yeux, on en tombe amou- reux. On voit que la Terre vit, quelle est belle, quion ade la chance davoir un si beaut vaisseau spatial pour abriter notte humanité. On la compare alors 4 noue autre vaisseau spatial, celui depuis lequel on Fobserve Tanavens dans lngul on dat iw apenion, ob Ja quantité d’oxygéne qu'on peut respirer par jour est Jimitée, comme celle de eau et de F'dlectricité que Ton consomme. On n'a certainement pas envie d'en man- quer ala fin dela mission, done on a constamment ce souci, sans que ca soit une obsession, de faite attention aux ressources 4 bord, qui sont limitées. Leau, Poxy- géne,lecarburanc...On se fat alorsla réflexion que sur terre, Cest patel: ous les astronautes reviennent des vols spatiaux certainement beaucoup plus sensbilisés quils ne étaient auparavant au fait que la Terre est un vais- fea apni eno aur resoures imi, gl ut apprendre nos enfants, aux jeunes générations, & ne pas consommer autant que les générations précédentes ui, elles, ont consommésans compte. Le fuitde ealiser quel Tere est un vasseau spatial aux ressourees imitées «stun bouleversement amené par la conguéte spacial. Combien de personnes dans le monde sont allées dans espace? Actuellement nous sommes presque 530 en tous, hommes femmes confondus, i éteallés dansl'space bord de vols spariaux. Quelques dizaines de ces asro- nates sont décéd est souvent question de impact psychologique un vol dans espace. Beaucoup vivent unc ill nation, retrouvent ou approfondissent leur fo. Avez- vous obser des changement sigalfeati? Test certain que pour tous les astronautes, espace enri- chica dimension spiritulle ta reflexion psychologique concernant les questions elles que: « Qui sommes-nous? Dis venons-nous ? Er oi allon-nows ?» Questions que tous les humains se posent a différents degeés, mais qui deviennent tocalement inconcournables pour un astronaut. Lorsque nous sommes dans espace, nous sommes des extratertestres. Nos sens nous font vivre une experience impossible pout les Terriens. Je me sus enrich dans tous lessens, au niveau des sensatio Emotions... A fcole on enseigne qu'on n'a que cing sens, ceux dont on observe les capt beaucoup d'autres sens e sus sir qui y en a une inf- ning en fait. Le sixi8me sens devrait aussi ée enseigné parce que la perception extrasensorielle, intuition, a dela des sens physiques, est aussi de l'information qui donne esprit maitre’ rfléchir et une source possible fémotions. Pourquoi aller dans Pespace? Rappelons-nous les premiers moss de Gagarine: + Jeme sens bien et la ue et magnifique!» Si avait dit inverse {jee sens malade, cest moche..), gaaurait easé toute aura du vol spatial. Ces simples mots de Gagarine témoignent que homme es at pour aller dans espace, gull adap rs bien T'apesnen de univers et de la Terre. I aime ga, sy sen bien, est capable dy fire des caleuls ers sophistiqués des travaux aussi complexes que sur terre Ex puis Ces beau ! Le ciel cst beau, la Terre est belle, univers est beau, la nature cst belle, est rout de méme un message d'espoir pour les futures générations astronautes ! Moi, demain, on ‘me donne un billet, je repars, je ne réve qu’a ga! Cola mia permis de réliser que mon étre a une me, en plus avoir un corps de chair et de sang, un cceur et une conscience. Jen sus soti grandi Spirituel, est un mot associé a quelque chose qui nous ddomine. Pasbesoin de penser 3 Dieu quand on vit dans un monde matérialiste oi rout se fait facilement sans quon y pense, comme I'électricité arrivant dés qu'on actionne un interrupteur, le tkephone quil suffic de décrocher... Mais quand on voit la beauté de la Tere, de univers, on se pose a question : « Pourquoi esc aussi beat? » Cese vrai, ca aura pu éere moche. « Pourquoi a les larmes aux yeux quand je vois la Terre? Doi a vient?» Je nai pas es réponses. Chacum a son raison rnement, certains y voient Dieu, d'autres le hasar.. Je cris en quelque chose de supérieur, pas foreément une conscience humaine, je ne puis le décrie car je nea sje suis convaineu que « Ga existe, est pas limité juste la matiére, aux cou- Jeurs que je vos, aux émotions que je percois, etc. ~il ya quelque chose aude. D’ailleus, si a se trouve, |a matiéreelle-méme est fictive. Limpression, quand. je touche la table, d'un contact physique, d'une force de répulsion qui fat que ma main ne peut la taverser physiquement, sigase trouve, ela rest eréé que dans ‘mon esprit, il ny a peut-éte rien d'autre qu'un champ de forces, sans matire! Moi, demain, ome donne un billet jerepars, jenerévequaca! Quel rdle ont joué vos trois voyages spatiaux & ce niveau ? sont énormément augmenté le questionnement que jfavais dj: « Suse imiréa ma chair, asec molecules, ace catores, on ail autre chose — Lime, Vara. ?» Je me souviens trés bien avoir ew & Padolescence cette sensa- tion quil était impossible que je soislimité & certe chair pesante. Disons que le fait détreallé dans espace et, entreautes, de voir a Terre dans sa beauté éblouissante, cout en perdant simultanémenc la sensation d'avoir un corps physique ~ du faie de l'apesanceur—a multiplié par cent cette conviction. Je pense que homme est fait pouraller dans espace au méme tite quil es fat pour vivre parfois des expeditions dans le désert, au milieu de Vocéan, au sommet de Everest... pour essentir ga Selon ‘moi, s'il est capable de ressentr quelque chose quand il Vexpérimente, Cest quil est fit pour ga. Or, "homme est capable de ressentir quil n'a plus ce comps puisquil est capable de Sadapter au phénoméne d'apesanteur en allant dans espace, Lorsquton est dans Tespace, quvon flowe sans rien toucher et qu'on regarde la Tere par le hhublot, on peut facilement oublier quvon 2 un corps, avoir impression qufon est juste une ame, un esprit, quelque chose qui tia pas de masse, simplement une conscience qui Hote, quia pouvoir devas de oi (ORS-SERIE N" | = NOVEMBRE 2012- Inexploré 27