Vous êtes sur la page 1sur 13

- 1- DTP 123.7.

doc - 2007

DTP 123. REGLES ELECTRIQUES

DTP 123.7. LIMITATION DES PERTURBATIONS BF ET HF SUR LES INSTALLATIONS A


BASSE TENSION

13 pages

1. GENERALITES

Les installations à basse tension sont sensibles aux perturbations électromagnétiques conduites, induites ou
rayonnantes.

Des précautions doivent être prises, lors de la construction d’un poste, afin de limiter ces perturbations à un
niveau compatible avec la tenue spécifiée des équipements à basse tension. Elles sont fondées sur deux
principes généraux :

• réduction de la pénétration des champs électromagnétiques dans les matériels,

• établissement d'une équipotentialité entre chaque matériel et l'installation de mise à la terre.

2. REGLEMENTATION

La présente directive s’appuie sur les documents suivants :

• note D 6120/09 nº 102 de janvier 1975 : «Perturbations à haute fréquence dans les circuits à basse
tension des postes du Réseau de Transport» ;

• projet de note pour le comité 36 de la CIGRE : «Influence des régimes transitoires à haute
fréquence sur les équipements secondaires dans les postes sous enveloppe métallique» ;

• extrait de la revue RGE - novembre 1986 nº 10 : «Pour avoir un bon réseau de terre : des règles
simples pour respecter la physique de base» ;

• «Perturbations électriques et électromagnétiques des circuits basse tension des postes et


centrales» - E.D.F. – janvier 1980.


 normes NFC de la série 91 100,


 normes NFEN de la série 55000,


 normes HN 46R01.1 à HN 46R06.6


 document HD 604 S1,


 directive européenne 89/336/CEE du 03 Mai 1989 relative à la compatibilité électromagnétique,


 normes CEI de la série 61000,


 normes CEI de la série 60255.

3. ORIGINE DES PERTURBATIONS

Les perturbations peuvent être classées en deux catégories :

• les perturbations à basses fréquences (de 50 Hz à quelques dizaines de kilohertz), elles ont pour origine :
o un court-circuit dans le poste ou à proximité,
o le rayonnement des matériels HT (câbles, inductances dans l’air, etc...),
o la résonance ou la ferrorésonance,

111207 © RTE CNER 2007


- 2- DTP 123.7.doc - 2007

o les défauts à la terre.

• les perturbations à haute fréquence constituées par des surtensions parasites de valeurs élevées qui se
présentent, dans la plupart des cas, comme une suite d’ondes oscillatoires amorties dont la pseudo-
fréquence est habituellement comprise entre 100 kHz et 10 MHz. Elles ont pour origine :
o les manoeuvres des appareils HT (sectionneurs ou disjoncteurs),
o les amorçages aux éclateurs dûs aux surtensions d’origine atmosphériques (front de montée
extrêmement raide) ainsi que le fonctionnement des parafoudres et plus généralement tous les
amorçages survenant sur le réseau,
o les émetteurs radio à hautes fréquences.

Ces ondes se transmettent par élément commun (transformateurs de mesure, mise à la terre, ...), par
couplage capacitif ou inductif ou encore par rayonnement électromagnétique.

4. EFFETS DIRECTS DES PERTURBATIONS

4.1. SURTENSIONS HF SUR LES CIRCUITS SECONDAIRES DES REDUCTEURS DE


MESURE

Les perturbations générées sur la partie haute tension des installations engendrent des courants HF
d’amplitude élevée qui sont écoulés à la terre à travers les capacités parasites des appareils HT du poste
(cf. figure 2 F002235). Ce phénomène particulièrement aigu pour les réducteurs de mesure provoque une
élévation de potentiel de l’appareil par rapport à la terre locale. Lorsque le réseau de terre n’a pas une
impédance suffisamment faible vis–à–vis des courants HF, les surtensions en mode commun peuvent
atteindre une dizaine de kV (cas des TCT).

Les surtensions HF de mode différentiel (entre conducteurs) apparaissent sur les circuits des réducteurs
de mesure pour deux raisons principales :

• couplage d’origine capacitive ou inductive entre circuit primaire et circuit secondaire,

• groupement des circuits basse tension de phases différentes (cf. figure 2236 ci- dessous).

Montée de potentiel en mode différentiel



(composante HF)

Capacités parasites
TT (Faibles impédances HF)

S1 Bâtiment de
relayage
S2

Conducteurs BT

Ph V
Terre locale
N

Z1 


 


boucle
Z3 Z2
figure 2235 .VSD- 111207

111207 © RTE CNER 2007


- 3- DTP 123.7.doc - 2007

Lorsqu’une surtension HF se produit sur le réseau, une tension de mode commun apparaît au bâtiment de
relayage entre le circuit secondaire du TT et la terre locale. Cette tension résulte l’impédance HF du circuit de
terre : V=Z1 I1 + Z2 I2.

Montée de potentiel en mode différentiel

Phase soumise
à une surtension

TCT TCT TCT


S1 S2 S1 S2 S1 S2


 


Z1


Z2

Z3

V3 = Z3 
3
V2 = Z2 
2
V1 = Z1 
1

Bâtiment de relayage
figure 2236.VSD - 111207

Les surtensions ne sont jamais simultanées sur les 3 phases. Lorsque l’on regroupe les circuits basse
tension de ces 3 phases, les différences de potentiel existant entre les bornes S2 se retrouvent
également sur les bornes S1 et conduisent donc à des surtensions de mode différentiel.

4.2. SURTENSIONS HF SUR LES CIRCUITS A COURANT CONTINU

On considère les circuits à courant continu (48 V ou 125 V) comme isolés de la terre. Ceci est justifié, car
la seule liaison galvanique avec la terre est réalisée par la fonction «détection terre batterie» du
redresseur qui présente une impédance élevée.

Le potentiel HF d’un tel conducteur est fixé par sa capacité par rapport au sol, donc la tension mesurée à
chacune de ses extrémités par rapport à la terre dépend de la loi de variation du potentiel entre les deux
terres (cf. figures 2237 et 2238 ci-après ).

111207 © RTE CNER 2007


- 4- DTP 123.7.doc - 2007

Couplage capacitif ou inductif avec les circuits à courant continu


 Courant HF

Capacités
parasites
TT

S2 Conducteur 1
+T

-T Conducteur 2

Terre
bâtiment

Boucle Boucle

Maillage terre du poste


f igure 2237.VSD - 111207

Dissymétrie des capacités parasites

Potentiel Hypothèse : Dissymétrie des


conducteur capacités parasites

Conduc
teur 2

Condu
cteur
1

figure 2238.VSD - 111207

Par suite de la décroissance rapide du potentiel HFau voisinage des appareils HT, la tension entre un
conducteur et la terre est, en général, beaucoup plus élevée à proximité de l’appareil HT qu’à l’autre
extrémité. Un conducteur reliant un appareil HT à un équipement placé en bâtiment ne transmet donc à
cet équipement qu’une fraction de la surtension totale.

En cas de claquage sur la filerie BT côté appareil HT, entre conducteur et masse, la surtension est alors
intégralement transmise à l’autre bout. Dans ce cas, on peut atteindre des valeurs de l’ordre de 5 kV, au
lieu de 1 kV.

En plus des surtension en mode commun, il peut apparaître des surtensions en mode différentiel :

• soit lorsque les tensions induites sur les conducteurs sont différentes (regroupement de conducteurs
de provenances différentes ou suivant des trajets distincts),

• soit par suite du déséquilibre des capacités de chaque conducteur par rapport à la terre.

111207 © RTE CNER 2007


- 5- DTP 123.7.doc - 2007

4.3. RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE A 50 HZ

Le flux créé par les inductances dans l’air (cf. figure ci dessous F002239 ), les câbles HT enterrés et d’une
manière générale par les conducteurs HT notamment lors de courts–circuits, est susceptible de créer des
courants induits dans les circuits d’information à basse tension formant une boucle.

Ces courants induits peuvent affecter le fonctionnement des dispositifs qui utilisent les câbles BT
correspondants.

Rayonnement électromagnétique à 50 Hz

Lignes Self dans l'air


de flux ( par phase )

Conducteur
BT

f igure 2239.VSD - 111207

5. EFFETS INDIRECTS DES PERTURBATIONS

Les perturbations décrites précédemment n’affectent, en première étape, que les circuits extérieurs aux
bâtiments. Toutefois ces perturbations peuvent également être transmises aux autres circuits basse tension :

• par élément commun (ex. : batterie),

• par couplage capacitif ou inductif.

Ces effets secondaires sont atténués au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la source.

6. REDUCTION DES PERTURBATIONS HF

6.1. QUALITE DU RESEAU DE TERRE

Pour réduire les perturbations HF, il est indispensable que le réseau de terre soit réalisé selon les règles
de calcul et de construction édictées dans le cahier des charges général postes (C.C.G.P. 123.5,
C.C.G.P. 451., C.C.G.P. 452).

Ces règles sont basées notamment sur les principes suivants :

• minimiser l’impédance HF du réseau de terre :


o châssis support d’appareil HT relié au réseau de terre par deux boucles fixées sur des pieds
diagonalement opposés,

111207 © RTE CNER 2007


- 6- DTP 123.7.doc - 2007

o conducteurs réalisant le réseau de terre éloignés d’au moins 50 cm afin de minimiser


l’impédance mutuelle,
o conducteurs d’une même boucle formant entre eux un angle suffisant (valeur optimale 90º)
pour minimiser l’inductance mutuelle,
o réduction de la longueur des tresses de mise à la terre,

• apporter un soin particulier au réseau de terre entre phases :


o dans le cas de matériel monophasé, maillage serré entre phases des transformateurs de
mesure et des appareils de manoeuvre,
o maillage serré également entre transformateurs de mesure connectés à des jeux de barres
différents mais ayant un destinataire unique (ex. : tranche contrôle barres).

6.2. PROTECTION CONTRE LA FOUDRE

Pour réduire les perturbations HF, il est indispensable, en complément des dispositions relatives au
réseau de terre, d'assurer la protection des installations contre les coups de foudre (voir fascicule 123.4).

6.3. UTILISATION DES CABLES BT SOUS ENVELOPPE METALLIQUE

6.3.1. Introduction

L’efficacité du réseau de terre doit être complétée par la mise en oeuvre de câbles BT sous
enveloppe métallique assurant :

• une protection contre les rayonnements,

• une limitation des tensions de mode commun sur les circuits à basse tension.

A cet effet, l’écran du câble doit être continu et mis à la terre aux deux extrémités. La tension de
mode commun Uc entre les terres des deux extrémités se répartit le long de l’écran et seule une
partie de cette tension, soit UT , est transférée par couplage sur les circuits à protéger(cf. figures ci
après F002240 et F002241) :

Z tL
UT Uc Uc
Z

L : longueur du blindage

Zt : impédance de transfert

Z : impédance du circuit constitué par le blindage lui–même et sa refermeture par le réseau de mise à la terre

Il convient que l'écran des câbles :

• présente une résistance faible (quelques ohms par kilomètre),

• présente une faible impédance de couplage dans la gamme de fréquences des interférences.
Les câbles torsadés sont recommandés pour les signalisations de faible niveau.

111207 © RTE CNER 2007


- 7- DTP 123.7.doc - 2007

Cas des réducteurs de mesure

S1
S2
UT

Terre poste

UC
Zt L
UT = U C
Z figure 2240.VSD - 111207

Cas des circuits à courant continu (48 V et 125 V)

OV UT R'
Terre poste

UC

Zt L
UT = UC figure 2241.VSD - 111207
Z

La figure ci-après représente le transfert de tension lorsque l’impédance de mise à la terre de l’écran n’est
plus négligeable.

Cas où l’impédance de mise à la terre de l’écran n’est plus négligeable

OV UT
U U VC
Terre poste

UC

Zt L
VC = UT + U = + U f 2242- 1910
Z

111207 © RTE CNER 2007


- 8- DTP 123.7.doc - 2007

6.3.2. Circuits concernés

Tout les circuits sont concernés par cette disposition à l’exception des cas suivants :

• circuits et éclairage extérieur,

• circuits internes aux bâtiments,

• circuits dans le zone du portail d’accès ou de protections périmétriques (voir cahiers


correspondants ou les dispositions spécifiques sont précisées).

6.3.3. Mise en œuvre

La technique de mise à la terre des câbles est décrite dans le fascicule "Réalisation de la mise à la
terre de l'écran des câbles à basse tension " du recueil des Dispositions Types Postes (fascicule
DTP 721.).
L’écran du câble doit être continu tout le long du parcours et être mis à la terre à chaque extrémité,
à l’intérieur des ensembles de raccordement du câble et dès leur entrée dans les armoires de
commande (coffret HT, bâtiment de relayage).

L’écran du câble est mis également à la terre à chaque passage dans une armoire ou un coffret
(ex. coffret CH d’un autotransformateur). Ceci permet d’écouler à la terre les courants HF avant
l’arrivée dans un bâtiment.
La mise à la terre de l'écran doit être aussi courte que possible.

La pose d’un câble de terre sous les principaux caniveaux BT permet de minimiser l’impédance du
circuit de terre entre les extrémités des câbles et de renforcer le maillage entre les installations
d’extrémités (bâtiments, appareils HT, niveaux de tensions différentes, ...).

6.4. REGROUPEMENT DES CIRCUITS


Pour réduire les surtensions en mode différentiel provenant de déséquilibre de surtensions en mode
commun, il convient de regrouper dans un même câble tous les conducteurs reliant deux appareils.
Quand cette disposition se révèle impossible les différents câbles doivent suivre un même trajet.

7. REDUCTION DES PERTURBATIONS BF


L’écran des câbles à basse tension améliore l’insensibilité aux perturbations à 50 Hz, mais cependant
insuffisamment du fait de la résistance non négligeable de l’écran des câbles à basse tension
(2 ohms/km) à la fréquence 50 Hz.

7.1. POSE DES CABLES

Des précautions doivent être prises au niveau de la pose :

• éloignement des câbles à basse tension des câbles d’énergie (cf. figures 2243 et 2244 ci-après) ;
lorsque le choix est possible, la pose des câbles d’énergie en trèfle est, du point de vue perturbation,
préférable à la pose en nappe,

Pose des câbles – Disposition à proscrire

Câble d'énergie

Ph 0

Câble BT
Ph 4
Ph 8

figure 2243.VSD - 111207

111207 © RTE CNER 2007


- 9- DTP 123.7.doc - 2007

Pose des câbles – Disposition idéale

Câble d'énergie

Ph 0
Ph 4
Ph 8

Câble BT

figure 2244.VSD - 111207

• autant que possible, le tracé des câbles à basse tension ne devra pas être parallèle aux jeux de
barres ou aux câbles de puissance,

• éloignement des câbles à basse tension de la clôture entourant les inductances dans l’air
(cf. figures 2245 et 2246 ci-après).

Pose des câbles – Inductances dans l'air – Disposition à proscrire

Clôture et
Ph A
réseau de terre
associés

Ph B

Ph C
Câble BT

figure 2245.VSD - 111207

111207 © RTE CNER 2007


- 10 - DTP 123.7.doc - 2007

Pose des câbles – Inductances dans l'air - Disposition préconisée

Ph A

Ph B

Ph C

Câble BT

figure 2246.VSD - 111207

7.2. SUPPRESSION DES BOUCLES


Les informations circulant à l’extérieur des bâtiments du poste ne doivent pas comporter de boucles
susceptibles de faire apparaître un courant induit.

Il convient pour ce faire :

• de ne pas disposer des bobines de relais en parallèle (cf. figures ci dessous F2247 et F2248),

• de ne pas alimenter un circuit par deux disjoncteurs (création d’une boucle se refermant par la
batterie),

• d’éviter de refermer un circuit par des câbles différents, ou lorsque l’on y est contraint, de veiller à ce
que ces câbles suivent rigoureusement le même cheminement.

Suppression des boucles – Bobines de relais parallèle – Disposition à proscrire


Bâtiment 2 Bâtiment 1

Un courant induit est


Bâtiment 3 susceptible de circuler
à travers les deux relais

Figure 2247.VSD - 111207

111207 © RTE CNER 2007


- 11 - DTP 123.7.doc - 2007

Suppression des boucles – Bobines de relais parallèle – Disposition préconisée

Bâtiment 2 Bâtiment 1

-
Bâtiment 3

figure 2248.VSD - 111207

Si l’on veut respecter cette règle également en régimes dégradés (par exemple en présence d’un défaut
d’isolement à la terre d’un conducteur BT, qui se traduit par la création d’une boucle se refermant par le
système de contrôle isolement batterie, cf. figures ci après 2249, 2250, 2251, 2252 et 2253) la seule solution
consiste à transmettre les informations en double coupure. Il convient de réserver cette solution aux
circuits véhiculant les informations les plus importantes pour la sûreté et la sécurité de l'installation et dont
la longueur est supérieure à 50 m (exemples : commandes de sectionneurs, liaison primaire -secondaire
d’un transformateur, ...).

Suppression des boucles – Regroupement des circuits en câbles – Disposition à proscrire

Câbles à cheminements différents

figure 2249.VSD - 111207

111207 © RTE CNER 2007


- 12 - DTP 123.7.doc - 2007

Suppression des boucles – Regroupement des circuits en câbles – Disposition préconisée

figure 2250.VSD - 111207

Suppression des boucles – Regroupement des circuits en câbles – Disposition acceptable

Câbles "jointifs"
(Veiller au cheminement des câbles)
figure 2251.VSD - 111207

Suppression des boucles – Risque encouru sur un circuit normal (simple coupure) en cas de défaut
d’isolement


Boucle par la terre


figure 2252.VSD - 111207

Suppression des boucles - Circuits gérés en « double coupure »

Bâtiment 1

Pas de la boucle

Contrôle
isolement
batterie

f igure 2253.VSD - 111207

111207 © RTE CNER 2007


- 13 - DTP 123.7.doc - 2007

En pratique, les solutions effectivement mises en œuvre dans les fileries sont des compromis entre la
diminution de la surface soumise à induction, le critère élimination de court–circuit dans la filerie BT et la
quantité d’informations à transmettre (cf. tableau). Elles sont de 3 types :

• utilisation d’un câble à quartes 6/10e ou 9/10e avec aller et retour de chaque informations dans une
paire torsadée,

• utilisation d’un câble à quartes 6/10e ou 9/10e avec commun retour pour toutes les informations,

• utilisation d’un câble type contrôle électrique.

Le tableau ci–après résume les avantages et inconvénients de chacune d’elles

CABLES A QUARTES
6/10 e 6/10e 6/10e 9/10e 6/10e 9/10e Câble type
(par paire ) (par paire ) 1fil/info 1fil/info 2fils/info 2fils/info contrôle
12 fils/commun 12 fils/commun 24 24 Electrique
fils/commun fils/commun
Efficacité vis à vis des excellente excellente bonne bonne bonne bonne moyenne
perturbations BF et
HF
Longueur maximale 150m 330 m 280 m 630 m 550 m 1200 m selon câble
protégée vis à vis des (1) (1) (1) (1) (1) (1) et
courts-circuits BT disjoncteur

Nombre maximal 224 56 436 100 212 100 37


d'information (112 Q) (28 Q) (112 Q) (28 Q) (112 Q) (56 Q) (câble 1,5²)
transmises
Commande de relais non non non non non non oui
de puissance

Utilisation actuelle en liaisons BR-BI liaisons BR-BI liaisons BR-BI liaisons liaison BR-
fileries de poste pour postes THT pour postes HT pour postes centrale- appareils HT
THT postes et BR-BR


(1) Pour une protection contre les court-circuits par fusible 1A – courbe gl

7.3. AUTRES PRECAUTIONS

• éviter la protection de deux circuits différents à courant continu par le même disjoncteur,

• si l'installation des câbles de commande est réalisée par des profilés métalliques la continuité et la
mise à la terre de ceux-ci devront être effectives sur toute leur longueur,

• les matériels de protection et de commande devront être choisis en fonction de leur immunité contre
les transitoires électriques.

111207 © RTE CNER 2007

Vous aimerez peut-être aussi