Vous êtes sur la page 1sur 5

Texte 1

La musique à l’école, une partition ardue


[…] L’apprentissage du savoir-écouter
À quoi cela sert-il d’enseigner la musique à des jeunes qui baignent dedans ? Tel est en
résumé le défi des professeurs de musique au collège […]. L’investissement des élèves dans
ce domaine culturel est en effet très fort, et ce depuis le boom musical des années 1960 et
1970 durant lesquelles les jeunes générations ont vu se développer un ensemble de médias les
ciblant expressément. […] Dans ce contexte, l’objectif majeur de l’enseignement de la
musique aujourd’hui consiste à redresser une pratique plutôt qu’à l’encourager (comme dans
le cas des arts plastiques) ou à empêcher son déclin (comme pour la lecture) : il s’agit de
modifier les habitudes d’écoute développées par les élèves, souvent distantes des canons de la
légitimité scolaire et culturelle, pour les orienter vers des schèmes plus savants de perception
et d’appréciation de la musique.
Cet apprentissage d’un savoir-écouter ne s’est imposé comme un objectif pour l’enseignement
de la musique que depuis les années 1970 […]. Désormais, les morceaux retenus doivent
permettre aux élèves de balayer la plus grande diversité de styles possibles durant le cursus du
collège, et notamment ceux qui sont supposés leur être familiers. […]
Cela correspond également à une évolution – qui dépasse largement le cadre scolaire – de ce
qu’être cultivé en matière de musique veut socialement dire : les catégories sociales à forts
capitaux culturels tendent désormais à se distinguer davantage par des comportements relevant
de l’éclectisme éclairé (balayant des genres différents, tout en étant sélectifs) que par la
connaissance des répertoires les plus consacrés. Cette logique se retrouve dans les
programmes, qui ont pour ambition de fournir aux élèves les outils pour aborder tous les
genres musicaux, tout en sachant distinguer dans le lot les morceaux « de qualité », du point
de vue de l’institution scolaire, de ceux qui présentent moins d’intérêt, toujours de ce même
point de vue.
Culture scolaire et culture juvéniles
Or, du fait de la place réduite de cette discipline à l’école (elle est enseignée à raison d’une
heure par semaine au collège et est dotée des coefficients les plus faibles sur les bulletins
scolaires), les prescriptions émanant d’autres scènes scolaires (les amis, les médias, la famille)
ont de grandes chances d’avoir beaucoup plus d’impact que celles portées par l’institution
scolaire.
D’autant plus que les élèves peuvent avoir du mal à saisir la portée de cet enseignement. Chez
ceux qui sont le plus en difficulté, le fait d’étudier en classe un morceau de rap qui leur est
familier peut ainsi leur laisser penser, si les objectifs ne sont pas clairement explicités, qu’il
s’agit simplement de « passer un bon moment », et non de construire des savoirs sur la base de
contenu musical.
[…] Pour les élèves des classes aisées, de par leurs sorties à des concerts de musique
classique, leur fréquentation du conservatoire ou encore leur environnement musical familial,
la probabilité qu’ils aient déjà une connaissance « pratique » des savoirs musicaux étudiés en
cours peut en effet être source d’une vision dévalorisante de l’éducation musicale scolaire.
[…]
Malgré ces difficultés, revenir à un enseignement basé sur un apprentissage traditionnel de
l’histoire de la musique et du solfège ne correspondrait en rien aux compétences culturelles
socialement valorisées aujourd’hui, aussi bien dans le cadre scolaire et universitaire que dans
le monde du travail.
Florence Éloy (Maîtresse de conférence à l’université Paris 8m Vincennes – Saint Denis
et membre de l’équipe Circeft – Escol)
LES DOSSIERS d’Alternatives Économiques, hors série no2 bis, décembre 2015.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------
1. Qui sont les personnes mentionnées dans l'article ?
A. Étudiants et enseignants
B. Acteurs et artistes
C. Musiciens et chanteurs
2. Quel est le but de l’auteur de ce texte ?
A. Informer sur l’évolution de la musique à l’école
B. Critiquer la façon dont la musique est enseignée à l'école
C. Analyser les problématiques liées à l’enseignement musical actuel.
3. Dans quel institution scolaire est-il difficile d'enseigner la musique ?
A. À l’école maternelle
B. À l’école élémentaire
C. Au lycée
D. Au collège
4. Selon l'article, comment les étudiants participent-ils à ce domaine culturel ?
A. Très peu
B. Très fortement
C. Normalement
5. Quand la musique a-t-elle explosé ?
A. Avant les années 60
B. Après les années 70
C. Dans les années 60 à 70
D. Depuis des années 60 et 70
6. Le développement d'une variété de médias ciblés à qui?
A. Les personnes handicapées
B. Les enseignants
C. Les personnes âgées
D. Les jeunes
7. Selon l’auteur, quel est l’objectif de l’enseignement musical actuel ?
A. Faire apprendre aux élèves l’histoire de la musique
B. Leur inculquer des savoir-faire technique grâce au solfège
C. Développer des capacités d’écoute et d’appréciation de musique variées
8. Quel style les élèves apprennent-ils à propos des œuvres ?
A. Le style familier
B. Le style romantique
C. Le style ancien
D. Le style moderne
9. Depuis quand cet apprentissage d'un savoir-écouter est-il devenu le but de
l'éducation musicale ?
A. Les années 80
B. Les années 70
C. Les années 60
D. Les années 50
10. L’évolution musicale socialement significative. Quels sont ces catégories
sociales ont tendance à être?
A. À se distinguer davantage
B. À être plus moderne
C. À être plus classique
11. Selon l'auteur, comment les programmes se sont-ils adaptés à l'évolution
sociale de la culture musicale ?
A. Les programmes prévoient que les éléves sélectionnent eux-mêmes les morceaux
étudiés en classe.
B. Les programmes développent la capacité d'écoute des éléves sur des morceaux
issus d'un répertoire musical classique.
C. Les programmes proposent des morceaux de tous genres sélectionnés en fonction
de leur intérêt musical.
12. Quel est le but de la logique se retrouve dans le programme?
A. Fournir aux élèves toutes les les genres musicaux
B. Ne fournir aux étudiants que des chansons de qualité
C. Fournir aux élèves les outils pour aborder tous les genres musicaux
13. Quelle place occupe la musique à l'école ?
A. Une grande position
B. Une position modérée
C. Une petite position
14. Combien d'heures par semaine cette matière est-elle enseignées ?
A. 4 heure par semaine
B. 3 heures par semaine
C. 2 heures par semaine
D. 1 heures par semaine
15. L’école est le principal prescripteur de choix musicaux pour les jeunes
A. Vrai
B. Faux
C. On ne sait pas
16. Quels facteurs influencent la culture des élèves dans les écoles? ( 2 réponses )
A. La famille
B. Les sociaux
C. La culture
D. L’institution scolaire
E. Les psychologie des étudiants
17. Quelle difficulté les étudiants peuvent-ils avoir à saisir la portée de cet
enseignement ?
A. Les éltudiants ne comprennent pas la leçon
B. Les étudiants n'ont pas d'outils d'apprentissage
C. Les étudiants ne sont pas éligibles pour assister au concert
18. D'après l'article, que signifie le mot ''moment'' dans ''passer un bon
moment'' ?
A. Il est le moment où les élèves ne comprennent pas la leçon
B. Il est le passage du temps d'étude
C. Elle est la période difficile pour les étudiants
19. Comment les élèves des classes aisées apprennent-ils la musique ?
A. Étudier dans un conservatoire
B. Étudier à la maison
C. Étudier des tuteurs
20. Selon l'auteur, comment est l'utilisation de l'apprentissage traditionnel
aujourd'hui ?
A. Facile
B. Harmonieux
C. Incompatible
CLEF
1 A 6 D 11 A 16 A, D
2 C 7 C 12 C 17 A
3 D 8 A 13 C 18 B
4 B 9 B 14 D 19 A
5 D 10 A 15 B 20 C

Vous aimerez peut-être aussi