Vous êtes sur la page 1sur 6

Chapitre 3 : Le Triomphe de la codification

A régné sans partage d’abord en France, puis a été diffusé en Europe. Elle a ensuite été détrônée par la
codification all.

 SECTION I : Le modèle de la codification française

Cœur de la codif française = code civil, modèle de codification

I- Le règne du code civil

Les historiens ont dit que le CC avait tenu lieu de codification en France au XIXe siècle
 Beaucoup de changements de régime (voir les diff régimes)
 Triomphe du légicentrisme : droit repose d’abord et avant tout sur la loi
 Cette conception est défendue par les interprètes du code civil : Ecole de l’Exégèse

A. Ecole de l’exégèse

 Le législateur n’a pas touché au CC. Première réforme = loi Naquet, 27 juillet 1884 rétablissant le divorce
(supprimé par la restauration en 1816)
 Il touche aux autres codes : C pénal

 Napoléon avait prévu que CC devrait être enseigné tel quel sans faire objet d’interprétation, de sorte
que dans facultés de droit, CC enseigné de manière quasi linéaire jusqu’à la moitié du XIX e

 On enseigne le CC dans l’ordre du code, de manière exégétique  : Jean-Baptiste Bugnet (1794-1866) «  je


ne connais pas le droit civil, j’enseigne le code napoléonien ». Loi ne peut être interprétée, doit juste être
appliquée telle quelle.

 Officiellement, loi = seule source de droit. Pour juristes du XIXe, la jurisprudence n’est pas officiellement
une source de droit (ni coutume et doctrine). Loi = émanation de la souveraineté nationale
Les grands juristes qui appartiennent à l’école de l’Exégèse ont une interprétation très stricte de la loi  :
Delvaincourt, Toullier

B. Exportation du modèle français en Europe

Napoléon avait conquis une bonne partie de l’Europe (Espagne, Allemagne …) 
Département de la Ruhr, du Rhin, de la Moselle : CC directement adopté
 1806 : abolition du Saint-Empire, Empereur François II devient François I er, Empereur d’Autriche
 Mise en place d’une confédération : la confédération du Rhin. Napoléon envoie Jean-Baptiste de
Champagny pour convaincre les princes de la confédération du Rhin d’adopter le code civil qui
constituerait un droit commun pr l’ensemble de la confédération.
 Adopté dans le royaume de Westphalie, ds le duché de Berg, et ds le duché de Bâle
 Dans le duché de Bâle, Badisches Landrecht (droit territorial badois) : traduction allemande
du code civil grande diffusion allemande
 Congrès de Vienne permet aux principautés de reprendre autonomie, qui écartent le CC, mais reste en
vigueur, même après 1814 à Bâle, en Westphalie
 Dans les universités allemandes, cc encore étudié
 En dehors d’Allemagne, CC reçu dans d’autres pays : Luxembourg, Pays- Bas, et Belgique à partir de 1830
 Belgique, publication du Burgerlik wetbock, version néerlandaise diffusée aux PB et en
Belgique.
 1806, traduit en italien sous le nom de Codice civile
 1864, adopté en Roumanie quelques remaniements, au Portugal, 1888 en Espagne
 1865, quand Italie devient royaume unifié, sert à préparer la codification
 1808, adopté en Louisiane
 1886, dans la province canadienne du Québec

 Encore au XXème, code français sert de modèle : codification au Brésil en 1916, code péruvien de 1936

Diffusé dans ensemble de l’Empire colonial français


A partir milieu du XIXe, certaines voix critiquent ce modèle

II- La remise en cause du modèle français

Principalement le fait des tenants de l’école historique dès 1830

A. La critique de l’école historique

début XIXe : développée en Allemagne par Gustave Hugo qui s’oppose à l’école du droit naturel
 Idée : le droit n’est pas un système mathématique, pas un ensemble de règles applicables
automatiquement (≠jusnaturalisme)

 Savigny : droit = produit d’une culture, d’une histoire que l’on doit connaître pour le comprendre et
l’appliquer correctement. Cette EH très tôt se fait entendre en France
 Certains juristes diffusent leurs idées : juristes Charles Jourdan, fonde en 1819 la revue
appelée « La Thémis » (déesse grecque de la justice) : diffuse EH
 Ne remet pas en cause la codification mais montre les imperfections, qui peuvent être
améliorées en prenant compte de l’Histoire
 Années 1830 : se met en place une étude historique du droit
Edouard Laboulaye fonde en 1865 la revue historique de droit français et étranger
 1 critique intellectuelle de l’exgésèse et de la codification
e

Critiques politique s’élèvent :


 Juristes réactionnaires comme Frédéric Le Play qui considère que le CC a détruit l’ordre social et
notamment la famille traditionnelle en obligeant un partage égalitaire de la succession.
 Pellegrino Rossi pense au contraire que CC = trop rigide, entrave donc la libre entreprise, le
développement de l’économie. Dév de la jurisprudence donne en partie raison à Rossi

B. Le développement du Rôle de la jurisprudence

La Rév afin d’anéantir le rôle des magistrats a essayé d’interdire tte interprétation de la loi.
 Avait été assoupli par article 4 du CC : disant que juge doit statuer même en cas de silence, d’obscurité
ou d’insuffisance de la loi = fenêtre ouverte pour l’interprétation
 Article 5 interdisait aux tribunaux de prendre des dispositions générales et règlementaires -> pour pas
que processus comme arrêts du conseil du roi

 Que se passait-il quand contradiction entre Ccass et juridictions du fond ?


 Loi du 16 septembre 1807 avait prévu dans ce cas un référé au chef de l’État

Ce système n’empêche pas le développement d’une jurisprudence, ne pouvait se prévaloir du dernier mot

 Loi de 1828 décide qu’en cas de 2nd renvoi la cour d’appel a le dernier mot
 Loi de 1837 décide qu’en cas de deuxième cassation, la cour de renvoi devrait se conformer
à la décision rendue par les chambres réunies de la Ccass
 Si Ccass statuait sur second renvoie avec chambre réunie avait nécessairement le dernier mot

Jusqu’au milieu du XIXème, conception très étroite du pourvoi en cassation


 Néanmoins, progressivement, la Ccass s’éloigne de cette conception car certain nombre de CA
commencent à développer jurisprudence propre.
 CA qui avaient pris la place d’anciens parlements, cours souveraines, qui avaient l’habitude de
la jurisprudence, développent à nouveau une jurisprudence
 A partir des années 1830 donc, une jurisprudence originale s’éloignant parfois du CC se
développe car nécessaire. Elle tendait à adapter le Code civil aux situations nouvelles 
société de la révolution industrielle.
- On a pris des libertés pour adapter voir corriger le code

Le législateur, première moitié du XIX, ne touche pas au code, et finalement, dernier tiers, commence aussi à
toucher au code

C. L’inflation de la législation

Pendant les deux premiers tiers du XIXe, aucune loi (sauf suppression du divorce) n’a touchée à la lettre du code
civil. Mais, si les lois n’y touchaient pas, dès milieu XIX e, une législation se développe en marge du code civil
 Cette législation = conséquence des transformations économiques et sociales marquant la France. Dès
1850, exode rural massif = conséquence de l’industrialisation. Économie avant agricole devient
industrielle + industrie qui se mécanise

Conséquences :
 Structure de la famille se modifie : plus petite
 Structure patrimoniale se modifie : familles dont le périmètre se réduit ont un patrimoine qui change. Avt
le patrimoine = terres, foncier ≠ patrimoine mobilier se développe.
 Mécanisation de l’indus entraîne des risques qui n’existaient pas auparavant , accidents engendrés par
la mécanisation (Émile Zola, l’Assommoir)
 Système foncier : on s’occupe de sa terre. Développement de l’indus : salariat devient la norme.

A partir des années 60, se développe législation pour encadrer ces situations nouvelles : droit du travail, droit
des associations, des assurances, des banques. Jusqu’en 1840, plupart n’avait pas de banquier, déposaient
argent chez le notaire
Phénomène de décodification : code civil devait régler toutes les questions juridiques, désormais, il y a en
dehors du code civil une législation qui intervient sur de nombreux points de la vie des citoyens

Fin XIXe : des juristes disent qu’il faut réviser le Code civil, pour inclure cette législation nouvelle
 Début XXe, veille de la 1GM, juristes français sont convaincus de cette nécessité. Se serait faite sans la
première guerre mondiale
 Sont convaincus d’autant plus qu’en 1900 a été promulgué le code civil allemand, proposant
un autre modèle de codification

 SECTION II : Le modèle de la codification allemande

Situation politique de l’Allemagne au XIXe ≠ de la France


 1806 : abolition du Saint-Empire, abdication de François II
 Confédération germanique  fédère les principautés allemandes qui demeurent des entités autonomes
 Bcp en Allemagne pensent qu’unification pol passe par uni juridique, mais idée pas partagée par tous
les juristes = débats intenses

I- Le débat autour de la codification

Le débat a agité l’Allemagne pendant toute la moitié du XIX e. Lancé par opposition de deux grands juristes all:
 Savigny
 Thibault

A. La querelle entre Thibault et Savigny

Savigny, (1779-1861), Thibault (1772-1840) : descendent tous deux des Huguenots, tous les deux historiens du
droit, mais à part ça tout les oppose
 Anton Thibault a la volonté de construire un système de droit unifié dans la lignée de ce que prônait les
juristes Domat et les juristes élégants 
 Considère que droit romain ne peut plus servir de droit commun. Pas une révolution mais
envisager un processus d’unification juridique consultée
 1814 : publication d’une brochure : Sur la nécessité d’un droit commun pour l’Allemagne, de
Thibault = manifeste d’inspiration libérale
- A provoqué réaction de S

 Savigny pas d’accord, lui y est opposé.


 Immédiatement après T, publie une brochure De la Vocation de notre temps : pas question de
faire un code, on doit s’appuyer sur la science du droit d’abord (rechts winssenschaft) afin de
retrouver ce que Savigny appelle le Volksgeist = esprit du peuple. Une codification ne pt que
déteriorer l’esprit du peuple.
 C’est les savants qui doivent faire le droit : la doctrine. Savigny a écrit Histoire du droit romain
au MA = très grand travail
A écrit Système de droit romain actuel : doit constituer le droit comme le jus commune, tant que l’on n’est pas
en mesure de mieux arriver à un système de législation qui exprimerait ce génie national de manière plus
précise que les profs qui interprètent le droit romain
 Doctrine de Savigny triomphe

Cette querelle = naissance de deux mouvements

B. Les Pandectistes et les germanistes

École des pandectistes fondée par un juriste, Christian Friedrich Glück qui a écrit l’Explication approfondie des
pandectes en 34 volumes.
 A la suite de Glück, une série de savants du XIX e, les pandectistes, s’inscrivent dans la lignée de Savigny
pour faire du droit romain le droit commun de l’Allemagne, à titre transitoire. Interprète le C de
Justinien pr en faire ressortir règles atemporelles.
 Puchta et Windscheid : un des pandectistes les plus importants

École dite des germanistes, refuse cette idée que droit romain puisse servir de droit commun
 Droit romain = droit d’origine étrangère. Germanistes = adeptes de théories folkloristes : les Frères
Grimm mènent des recherches sur l’histoire de la langue allemande et sur les coutumes allemandes :
Jacob Grimm a même été éditeur d’une collection de coutumes.
 Défendent idée que c’est dans le droit coutumier pratiqué localement en Allemagne qu’il faut chercher
les véritables règles du droit allemand
 On ne doit pas chercher le droit romain ds le CJ, mais ds les anciennes coutumes all

Paradoxalement idée de codif = nourrie par ces deux mouvements

Idée considérablement soutenue par le processus de l’unité allemande du XIXème

II- La codification comme vecteur d’unification

Allemagne était une mosaïque de principautés, ne constituant pas un État unique.


 Impensable de lancer codification de législation civile
 Donc, juristes proposent d’abord codif commerciale avant de codifier le droit civile = faciliter les
échanges entre les principautés de la confédération

A. La codification commerciale dans la Zollverein

1834 : la plupart des E de la confédération germanique ont signé une union douanière Zollverein
 Premières dispositions pour établir une situation particulière = prises par une conférence des signataires
réunie à Munich en 1836
 Cette réunion aboutit sur abolition du droit de douane entre E de l’union douanière
 Abolition provoque essor du commerce dans la confédération. Accompagnait la rév
industrielle pénétrant en Allemagne.
 Un des problèmes : il existait des monnaies propres à chacune des principautés, avec des
règlementation du change ≠
- Il fallait donc établir système de change

1847 : préparation d’une règlementation du change


 Publiée le 27 nov 1848, sous le nom de Allegemeine Deutsche Wechselsordmung (règlementation
allemande commune du change) = en vigueur le 1 mai 1949, a perduré jusqu’à l’établissement de l’E
nazie en 1933

Codification commerciale en 1861 : les E du Zollverein publient code de commerce commun


 Idée lancée en 1848 lors de révolution et réunion du parlement à Francfort, permettant de lancer la
codification commerciale
 élève d’Anton Thibault : Heinrich Thöl, grand commercialiste, avait publié un traité de droit commercial.
Sous son influence, la commission qui prépare le code de commerce allemand a utilisé celui de France de
1807
 Code fr = subjectif : règlementait l’activité des commerçants, mais allemand adopte objectif,
s’occupe des actes de commerce et pas de ceux qui les accomplissent
 Ce code de commerce longuement préparé, présenté le 16 mars 1861 et adopté à l’A
générale de la confédération. Presque tous les gouvernements des E membres de la conf l’ont
adopté sous le nom de Allgemeines Deutches Handelsgesetzbuch : Code général de la
Législation Allemande pour le Commerce

 A joué un rôle fondamental dans processus d’unification. Comme pas de code civil, comprend une grande
partie générale de contrats  codifie déjà alors le droit des contrats de toute l’Allemagne
 Cette partie du code de commerce a pr éparée la codification civile

B. Confection et promulgation du Bürgerliches Gesetzbuch

Débats autour de la codification ont fini dans deuxième moitié XIX e par porter leurs fruits
 1863, dans le Royaume de Saxe, publication d’un code civil pour le royaume de Saxe. Ce CC a constitué
un modèle : montre que codification possible
 Années 1860 : commission se met en place pour confectionner le code civil : projet de codification du
droit familial et du droit des obligations abandonné
 Car les prussiens ne voulaient pas d’un CC. Ont donc empêché cette réalisation jusqu’au
moment où, 1867, Bismark créé la conf du Nord = dominée par la Prusse et dont l’objet était
de préparer l’unification
 Cette conf du Nord avait décidé que codification civile = compétence fédérale

 1874 : le Bundesrat nomme une commission pour préparer un CC : comprenait 6 juges : 3 hauts
commissionnaires et 3 professeurs -> praticiens du droit
 1888 : publication d’un premier projet en 5 volumes. Très critiqué : reproche d’être trop
abstrait et trop inspiré du pandectiste.
 1890 : deuxième commission : comprenait aussi représentants de l’industrie et du commerce
= projet plus clair et moderne
- A été transmis au Reichtag le 17 janvier 1896
- R a procédé à quelques modifications qui ont été approuvées le 14 juillet 96 par
le Bundesrat
- 24 aout 96 Guillaume II promulgue le BGB

Cette promulgation prévoyait que le BGB n’entrerait en appli que le 1 er janvier 1900
 CC allemand divisé en 5 livres :
- une partie générale contenant les def des concepts juridiques
- un livre sur les obligations (pris dans code de commerce)
- un livre sur les biens
- un livre sur la famille mariage et filiation
- un livre sur les successions

Écrit dans une langue très claire, grande source d’inspiration au XX e : a inspiré le code suisse de 1907-12, le
code civil turque de 1926, grec de 1930 et le code japonais de 1898 (influencé aussi un peu par CC français)

Codification all est devenue au XXe s un modèle

Vous aimerez peut-être aussi