Vous êtes sur la page 1sur 15

norme française

NF P 92-507
février 2004
P 92-507

sécurité contre l'incendie


bâtiment - matériaux d'aménagement
classement selon leur réaction au feu

E : fire safety - building - interior fitting materials - classification according to their reaction to
fire
D : Brandsicherheit - Bauwesen - Materialien zum Ausbau - Klassifizierung nach
Brennverhalten

Statut
Norme française homologuée par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 janvier 2004
pour prendre effet le 20 février 2004.
Remplace le fascicule de documentation FD P 92-507, de septembre 1997.

Correspondances
A la date de publication du présent document, il existe un projet de norme européenne NF
EN 13501-1 sur la classification des produits et éléments de bâtiments relevant de la
Directive des produits de la construction.

Analyse
Le présent document vise à fournir les modalités du classement des matériaux
d'aménagement définis dans l'arrêté du 21 novembre 2002 relatif à la réaction au feu des
produits de construction et d'aménagement.

Descripteurs
Thésaurus International Technique : bâtiment, sécurité incendie, élément de construction,
matériau de construction, classement, essai d'inflammabilité, réaction au feu.

Modifications
Par rapport au fascicule de documentation P 92-507, de septembre 1997, il s'agit d'une
modification du statut du document et de la cohérence du contenu technique avec le texte de
l'arrêté du 21/11/2002 relatif à la réaction au feu des produits de construction et
d'aménagement.

Sommaire
Avant-propos
1 Domaine d'application
2 Références normatives
3 Détermination du classement M
3.1 Classement des matériaux souples d'une épaisseur inférieure ou égale à 5 mm
3.1.1 Généralités

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
3.1.2 Classement en catégorie M1
3.1.3 Classement en catégorie M2
3.1.4 Classement en catégorie M3
3.1.5 Classement en catégorie M4
3.1.6 Classement des matériaux anisotropes
3.2 Classement des matériaux rigides de toute épaisseur et des matériaux souples d'épaisseur supérieure à 5 mm
3.2.1 Généralités
3.2.2 Cas particuliers
3.2.3 Critères du classement par rayonnement
3.2.4 Classement en catégorie M1
3.2.5 Classement en catégorie M2
3.2.6 Classement en catégorie M3
3.2.7 Classement en catégorie M4
3.2.8 Classement des revêtements de sol
3.2.9 Cas des matériaux multicouches
3.3 Classement en catégorie M0
3.3.1 Matériaux homogènes
3.3.2 Matérlaux multicouches
3.3.3 On admet le classement M0 pour un matériau multicouche ayant une ou plusieurs couches combustibles en surface ou interne,
lorsque les trois conditions ci-dessous sont simultanément réunies
3.3.4 Cas des revêtements minces classés M1 sur support inerte (béton, brique ...PCS = 0) et les peintures appliquées sur support inerte
3.3.5 Cas des matériaux ensachés
3.4 Cas des matérlaux pouvant faire l'objet d'un examen en CECMI
4 Tableaux résumant les classements
Annexe A (normative) dimensions et préparations des éprouvettes en fonction des essais
Annexe B (normative) réaction au feu - supports types
B.1 supports types pour revêtements de murs ou de plafonds
B.1.1 fibres ciment
B.1.2 plaque de plâtre cartonnée
B.1.3 panneau de particules de bols agglomérées ignifugé dans la masse à la fabrication
B.2 supports types pour revêtements de sols
B.2.1 fibres ciment
B.2.2 panneau de particules de bois agglomérées non ignifugé
Annexe C (normative) réaction au feu - classements conventionnels
C.1 matériaux a priori M0
C.2 matériaux à base de bois (panneaux pleins)
C.2.1 bois massif non résineux
C.2.2 bois massif résineux
C.2.3 panneaux dérivés du bois
C.2.4 parquets en bols massif collés
C.3 matériaux peints
C.3.1
C.3.2
C.3.3
C.4 papiers peints
Annexe D (normative) matériaux à comportement particuliers
D.1 méthode de détermination du pouvoir calorifique supérieur des gaines flexibles en complexe matière plastique- aluminium armé
D.1.1
D.1.2
D.1.3 expression des résultats
D.2 essais complémentaires pour matériau avec adhésif double face

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
D.3 cas des filets
D.4 cas des sièges rembourrés
D.5 classement des films à usage décoratif ou pour l'atténuation des rayons solaires appliqués collés sur parois de verre

Avant-propos
La présente norme française a pour but de définir les modalités pour le classement des matériaux d'aménagement en fonction de leur
réaction au feu. Ce classement se fonde sur des méthodes d'essais énumérés dans l'article 2 du présent document ainsi que sur les avis
approuvés en CECMI aux dates indiquées entre parenthèses dans la suite du présent document, pour l'attribution de ces classements.

NOTE 1
1. CECMI : Comité d'étude et de classification des éléments et matériaux de construction vis à vis du risque
d'incendie.
Cette classification concerne les matériaux de construction et d'aménagement soumis aux méthodes d'essais qui
font l'objet des normes NF P 92-501 à NF P 92-512.
2. A la date du 31 décembre 2002
Les avis CECMI postérieurs peuvent être demandés au secrétariat du CECMI à l'adresse suivante : Direction de la
défense et de la sécurité civiles - Sous direction de la défense civile et de la prévention des risques - Bureau de la
réglementation incendie et des risques pour le public - 1, Place Beauvau 75800 Paris Cedex 08.

Il est rappelé que seuls les laboratoires officiels agréés par le ministère de l'Intérieur sont habilités à délivrer des procès-verbaux de
classement M.
Par ailleurs, les aspects relatifs à l'examen de la dispersion et de la répétabilité des résultats des essais (panneau radiant, brûleur
électrique, épiradiateur) pour valider un classement, ne sont pas abordés dans ce document, ceux ci étant à l'usage des laboratoires
officiels pour la délivrance d'un procès-verbal de classement de réaction au feu.

1 Domaine d'application
Le présent document a pour objet de déterminer le classement selon leur réaction au feu des matériaux d'aménagement tel qu'il résulte de
l'application de l'article 3 de l'arrêté du 21/11/2002.
Le terme " matériau " est utilisé pour désigner l'objet du classement dans les différents cas mentionnés à l'alinéa précédent.
Le classement de réaction au feu s'applique aux matériaux finis présentés sous forme de panneaux ou plaques, films, voiles, feuilles...
Les aspects relatifs à la durabilité en réaction au feu des matériaux ayant subi un traitement d'ignifugation sont évoqués dans la
norme NF P 92-512 ainsi que les conditions des essais de vieillissement accélérés nécessaires pour qualifier cette durabilité.
La présente norme ne s'applique ni aux matières premières non transformées, ni aux objets.
Les aspects relatifs à l'opacité et la toxicité des produits de combustion ne sont pas abordés.
Les Annexes A, B, C et D sont normatives.
L'Annexe C donne la liste des matériaux classés conventionnellement en réaction au feu sans essais.
L'Annexe D donne, pour certains matériaux (filet, etc.), des précisions relatives aux méthodes d'essais.

2 Références normatives
Le présent document comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces références normatives sont
citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-après. Pour les références datées, les amendements ou
révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publications ne s'appliquent à ce document que s'ils y ont été incorporés par amendement
ou révision. Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique.

NF P 92-501
Sécurité contre l'incendie - Bâtiment - Essais de réaction au feu des matériaux - Essai par rayonnement applicable aux matériaux
rigides ou rendus tels (matériaux de revêtement collés) de toute épaisseur et aux matériaux souples d'épaisseur supérieure à 5 mm.

NF P 92-503
Sécurité contre l'incendie - Bâtiment - Essais de réaction au feu des matériaux - Essai au brûleur électrique applicable au matériaux
souples.
NF P 92-504
Sécurité contre l'incendie - Bâtiment - Essais de réaction au feu des matériaux - Essai de persistance et mesure de vitesse de
propagation de flamme.
NF P 92-505
Sécurité contre l'incendie - Bâtiment - Essais de réaction au feu des matériaux - Essai applicable aux matériaux thermofusibles :

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
Essai de goutte.
NF P 92-506
Bâtiment - Essais de réaction au feu des matériaux - Essai au panneau radiant pour revêtements de sol.
NF P 92-511
Bâtiment - Essais de réaction au feu des matériaux (Annexe aux normes de méthodes d'essai) Détermination des essais à réaliser
suivant la nature et l'utilisation des matériaux - Supports - Types - Modèles de fiches d'information.
NF P 92-512
Sécurité contre l'incendie - Bâtiment - Essais de réaction au feu des matériaux - Détermination de la durabilité des classements en
réaction au feu des matériaux - Essais.
EN ISO 1716
Essais de réaction au feu des produits de construction - Détermination de la chaleur de combustion (ISO 1716 :2002).
NF EN 309
Panneaux de particules - Définition et classification.
NF B 54-110
Panneaux de particules - Caractéristiques dimensionnelles.
NF B 54-111
Panneaux de particules pour usages en milieu sec - Spécifications.
NF P 72-302
Plaques de parement en plâtre - Définition, spécifications et essais.
NF P 74-201
DTU 59.1 - Cahier des charges applicable aux travaux de peinturage, suivi du cahier des clauses spéciales et du mémento pour la
rédaction des documents particuliers d'un marché.
prNF EN 438-1,
Stratifiés décoratifs haute pression (HPL) - Plaques à base de résines thermodurcissables (généralement appelées stratifiés) - Partie
1 : introduction et informations générales.
NF EN 438-2
Stratifiés décoratifs haute pression (HPL) - Plaques à base de résines thermodurcissables - Partie 2 : détermination des
caractéristiques.

3 Détermination du classement M
Les matériaux sont répartis dans les catégories suivantes : M0, M1, M2, M3, M4, et le cas échéant non classé.
Des tableaux de synthèse résumant les classements figurent au point 4.

3.1 Classement des matériaux souples d'une épaisseur inférieure ou égale à 5 mm


3.1.1 Généralités
Le classement, dans les catégories M1 à M4, des matériaux souples d'une épaisseur inférieure ou égale à 5 mm et des médias filtrants
souples de toute épaisseur est défini à partir des résultats de l'essai principal NF P 92-503 et éventuellement des essais selon NF P 92-504
et NF P 92-505.
Dans le cas de fils en fusion tombant au contact de la résistance du brûleur électrique qui s'enflamment et provoquent un retour
d'inflammation sur l'éprouvette, on prendra en compte les inflammations de durée supérieure à 5 secondes affectant l'éprouvette.

3.1.2 Classement en catégorie M1


Un matériau souple est classé dans la catégorie M1 lorsque les essais ont conduit aux résultats suivants :
a. essai au brûleur électrique (NF P 92-503) :
Au cours de l'essai, il n'y a pas d'inflammation de durée supérieure à 5 s après retrait de la flamme pilote, ni de points en ignition
avec effet de propagation supérieur à 25 cm au bout de 5 minutes à partir du bord inférieur de l'éprouvette (avis du CECMI du
11/12/92 approuvé le 08/04/93), ni chute de gouttes enflammées et/ou débris enflammés (avis du CECMI du 04/07/95 approuvé
le 14/09/95). L'inflammation éventuelle du résidu carbonisé après sa chute dans le brûleur, ne doit pas être prise en
considération.
S'il y a chute de gouttes enflammées ou non enflammées, on procède à l'essai pour matériaux thermofusibles.
b. essai pour matériaux thermofusibles (NF P 92-505) :
Au cours de l'essai, il y a chute de gouttes non enflammées sans inflammation de la ouate de cellulose. Le matériau est classé
M1 s'il y a eu chute de gouttes non enflammées à l'essai au brûleur électrique et le matériau est classé M2 s'il y a eu chute de
gouttes enflammées à l'essai au brûleur électrique. L'inflammation de la ouate de cellulose conduit automatiquement au
classement du matériau en catégorie M4.
c. essai de persistance de flamme (NF P 92-504) :
S'il y a percement du matériau sans inflammation, ou avec des inflammations de durée inférieure ou égale à 5 s au brûleur

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
électrique, le classement est prononcé après exécution de l'essai de persistance de flamme (NF P 92-504) (avis du CECMI du
30/06/94 approuvé le 06/09/94).
Au cours de l'essai de persistance de flamme, on n'observe aucune persistance de flamme supérieure à 2 s ni chute de gouttes
enflammées.

3.1.3 Classement en catégorie M2


Un matériau souple est classé dans la catégorie M2 lorsque les essais ont conduit aux résultats suivants :
1. il n'entre pas dans la catégorie M1 telle que définie en 3.1.2 ;
2. les résultats des essais sont :
a. essai au brûleur électrique (NF P 92-503) :
Les inflammations persistantes supérieures à 5 s, spontanées ou provoquées conduisent à des destructions telles
que la moyenne des longueurs détruites ou carbonisées mesurées à partir du bord inférieur des éprouvettes est
inférieure à 350 mm sans chute de gouttes enflammées.
S'il y a chute de gouttes enflammées ou non enflammées, on procède à l'essai pour matériaux thermofusibles.
b. essai pour matériaux thermofusibles (NF P 92-505) :
Au cours de l'essai, il y a chute de gouttes non enflammées sans inflammation de la ouate de cellulose. Le matériau
est classé M2 s'il y a eu chute de gouttes non enflammées à l'essai au brûleur électrique et le matériau est classé M3
s'il y a eu chute de gouttes enflammées à l'essai au brûleur électrique. L'inflammation de la ouate de cellulose conduit
automatiquement au classement du matériau en catégorie M4.
c. essai de persistance de flamme (NF P 92-504) :
S'il y a percement du matériau, sans inflammation ou avec des inflammations de durée inférieure ou égale à 5 s au
brûleur électrique, le classement est prononcé après exécution de l'essai de persistance de flamme (NF P 92-504).
Au cours de cet essai, on observe des persistances de flamme inférieures ou égales à 5 s sans propagation
appréciable après retrait du brûleur ni chute de gouttes enflammées.

3.1.4 Classement en catégorie M3


Un matériau souple est classé dans la catégorie M3 lorsque les essais ont conduit aux résultats suivants :
1. il n'entre pas dans la catégorie M1 telle que définie en 3.1.2 ou en catégorie M2 telle que définie en 3.1.3 ;
2. les résultats des essais sont :
a. Essai au brûleur électrique (NF P 92-503) :
Les inflammations persistantes supérieures à 5 s, spontanées ou provoquées provoquent des destructions telles que
la moyenne des longueurs détruites ou carbonisées mesurées à partir du bord inférieur de l'éprouvette est égale ou
supérieure à 350 mm mais inférieure à 600 mm et que la moyenne des largeurs détruites est inférieure à 90 mm sur
la longueur de l'éprouvette comprise entre 450 mm et 600 mm à partir du bord inférieur sans chute de gouttes
enflammées.
S'il y a chute de gouttes enflammées ou non enflammées, on procède à l'essai pour matériaux thermofusibles.
b. essai pour matériaux thermofusibles (NF P 92-505) :
Si au cours de l'essai, il y a chute de gouttes non enflammées sans inflammation de la ouate de cellulose.
Le matériau est classé M3 s'il y a eu chute de gouttes non enflammées à l'essai au brûleur électrique et le matériau
est classé M4 s'il y a eu chute de gouttes enflammées à l'essai au brûleur électrique.
L'inflammation de la ouate de cellulose conduit automatiquement au classement du matériau en catégorie M4.
c. essai de persistance de flamme (NF P 92-504) :
S'il y a percement du matériau sans inflammation, ou avec des inflammations de durée inférieure ou égale à 5 s au
brûleur électrique, le classement est prononcé après exécution de l'essai de persistance de flamme (NF P 92-504).
Au cours de cet essai on observe des persistances de flamme supérieures à 5 s sans propagation continue après
retrait du brûleur ni chute de gouttes enflammées.

3.1.5 Classement en catégorie M4


Un matériau souple est classé dans la catégorie M4 lorsque les essais ont conduit aux résultats suivants :
1. il n'entre pas dans la catégorie M1 telle que définie en 3.1.2, en catégorie M2 telle que définie en 3.1.3 ou en catégorie M3 telle
que définie en 3.1.4 ;
2. on observe des persistances de flamme supérieures à 5 secondes sans propagation continue après retrait du brûleur avec chute
de gouttes enflammées au cours de l'essai de propagation de flamme ;
3. après essai selon la norme NF P 92-504, la vitesse de propagation de flamme est inférieure à 2 millimètres par seconde. Dans
le cas contraire, le matériau ne peut être classé.

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
3.1.6 Classement des matériaux anisotropes
Dans le cas des matériaux anisotropes et/ou pour ceux dont les deux faces ne sont pas similaires, il est procédé comme suit :
a. on essaie une éprouvette par cas, par exemple : 1ère et 2e face, dans les deux sens trame et chaîne.
b. on essaie 3 éprouvettes supplémentaires dans la position correspondant au cas le plus défavorable de la 1ère série d'essais (voir
ci-dessus a)).
Pour ces mêmes matérianux la moyenne est faite sur l'ensemble des 4 résultats suivants :
résultat le plus défavorable de la 1ère série d'éprouvettes et,
résultats des 3 éprouvettes de la 2e série d'essais.

3.2 Classement des matériaux rigides de toute épaisseur et des matériaux souples
d'épaisseur supérieure à 5 mm
3.2.1 Généralités
Le classement dans l'une des catégories M 1 à M 4, des matériaux souples d'épaisseur supérieure à 5 mm et celui des matériaux rigides de
toute épaisseur est déterminé à partir des résultats de l'essai par rayonnement (NF P 92-501) selon les critères décrits au point 3.2.2 et si
nécessaire à partir des essais pour les matériaux thermofusibles et de persistance de flamme selon NF P 92-504 et NF P 92-505.

3.2.2 Cas particuliers


Un matériau souple d'épaisseur supérieur à 5 mm ou un matériau rigide qui présente des signes de fluage ou de fusion au cours de l'essai
principal, est soumis ensuite à l'essai pour matériaux fusibles. Si au cours de ce dernier essai il n'y a pas d'inflammation de la ouate de
cellulose, le classement obtenu au cours de l'essai principal est maintenu, dans le cas contraire le classement devient M4.
Dans le cas du percement sans inflammation du matériau lors de l'essai principal (y compris les matériaux collés sur support qui se
rétractent et qui présentent simultanément une masse volumique inférieure à 200 kg/m 3 et une épaisseur supérieure à 5 mm), il est
procédé aux essais complémentaires pour matériaux thermofusibles sans support, et de persistance de flamme. Les revêtements de sol,
quels que soient leur nature et leur mode de pose, ne sont pas concernés en raison de leur position d'usage (avis du CECMI du 29/11/90
approuvé le 01/07/91).
Par ailleurs, pour classer les matériaux jugés très combustibles, il est admis de ne réaliser que les essais selon NF P 92-504 et
NF P 92-505 (avis CECMI du 02/07/86 et du 24/03/94 approuvés le 26/05/94).

3.2.3 Critères du classement par rayonnement


Les critères retenus en vue du classement des matériaux à la suite de l'essai principal par rayonnement sont basés sur les indices suivants
ti, td 1 , td 2 , e1 , e2 , Sh, AT
ti Délai d'inflammation (ti1 pour la face inférieure et ti2 pour la face supérieure de l'éprouvette) en secondes écoulé entre la mise
en place de l'éprouvette sur le porte éprouvette et le premier temps d'inflammation effective (durée d'inflammation au moins égale
à 5 s).
Sont notés ; ti1 pour la face inférieure et ti2 pour la face supérieure de l'éprouvette.
Td 1 Délai en secondes à partir duquel les flammes dépassent le bord supérieur de la partie plane de la surface radiante.
td 2 Délai en secondes à partir duquel les flammes dépassent " le trait repère zéro " pour la face supérieure de la partie plane de
la surface.

NOTE
td ³ ti.

e1 Dans le cas de la face inférieure il s'agit ;


Soit des temps en secondes au bout desquels les flammes ne dépassent plus le bord supérieur de la partie plane de
la surface radiante.
Soit des temps d'extinction des flammes dans le cas où celles-ci dépassent le repère indiqué ci-dessus.
e2 Dans le cas de la face supérieure il s'agit ;
Soit des temps en secondes au bout desquels les flammes ne dépassent plus le " trait repère zéro ".
Soit des temps d'extinction des flammes dans le cas où celles-ci dépassent le repère indiqué ci-dessus.
Sh Somme en centimètres des longueurs maximales des flammes dépassant le bord supérieur de la partie plane de la surface
radiante pour la face inférieure ou le " trait repère zéro " pour la face supérieure relevées par périodes de 30 s.
DT Durée totale en secondes de la combustion effective calculée pour chaque épreuve.
C'est la durée totale de présence de flammes dépassant la limite supérieure de la partie plane de la surface radiante, en une ou
plusieurs périodes supérieures à 5 secondes sur l'une ou l'autre des faces de l'éprouvette ou sur les deux faces.

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
3.2.3.1 Calcul de Dt si l'inflammation effective apparaît uniquement sur l'une des faces
DT = e1 - td 1 ou DT = e2 - td 2
(td est supérieur ou égal à ti).

3.2.3.2 Calcul de Dt si l'inflammation effective apparaît successivement sur les deux faces et sans
interruption
DT = e - td
Avec e : Plus grande des valeurs de e1 ou e2 et td : Plus petite des valeurs de td 1 et td 2 .

3.2.3.3 Calcul de Dt pour les cas où il y a plusieurs périodes de combustion effective sur les deux faces et
avec interruption
Dans le cas où il y a plusieurs périodes de combustion effective, leurs durées respectives sont cumulées pour chaque face.

Lorsque l'inflammation est établie simultanément sur les deux faces, la durée n'est comptée qu'une fois.

3.2.3.4 Calcul de l'indice de classement : q


L'indice de classement q pour un essai est calculé selon la formule :

Le classement du matériau est prononcé à partir de l'indice q moyen calculé à partir de n essais. Par convention, dans le cas particulier des
matériaux qui ne présentent aucune inflammation ou si les flammes ne dépassent pas la limite supérieure de la partie plane de la surface
radiante, il est admis que l'indice qest nul.

3.2.4 Classement en catégorie M1


Un matériau souple d'épaisseur supérieure à 5 mm ou un matériau rigide est classé dans la catégorie M1 lorsque :
1. lorsque la moyenne des quatre indices de classement q est inférieure à 2,5.
2. s'il y a percement du matériau sans inflammation ou signe de fusion, celui-ci est classé après essais selon NF P 92-504 et
NF P 92-505 (voir 3.3.2).

3.2.5 Classement en catégorie M2


Un matériau souple d'épaisseur supérieure à 5 mm ou un matériau rigide est classé dans la catégorie M2 lorsque :
1. il n'entre pas dans la catégorie précédente ;
2. la moyenne des quatre indices de classement q est inférieure à 15.

3.2.6 Classement en catégorie M3


Un matériau souple d'épaisseur supérieure à 5 mm ou un matériau rigide est classé dans la catégorie M3 lorsque :
1. il n'entre pas dans la catégorie précédente ;
2. la moyenne des quatre indices de classement q est inférieure à 50.

3.2.7 Classement en catégorie M4


Un matériau souple d'épaisseur supérieure à 5 mm ou un matériau rigide est classé dans la catégorie M4 lorsque :
1. il n'entre pas dans la catégorie précédente ;
2. la vitesse moyenne de propagation de la flamme déterminée à partir de 4 épreuves est inférieure à 2 millimètres par seconde
(NF P 92-504).

3.2.8 Classement des revêtements de sol


Le classement des revêtements de sol est établi suivant :

3.2.8.1 Classement en catégorie M1 ou M2


Après essai par rayonnement (NF P 92-501).

3.2.8.2 Classement en catégorie M3 ou M4


En catégorie M3 après essai au panneau radiant (NF P 92-506), si la moyenne des trois élongations maximales du front de flamme après
extinction sur l'éprouvette est inférieure ou égale à 300 mm .

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
NOTE 2
Il a été admis l'extrapolation du classement des revêtements de sol testés sur le support type défini au paragraphe B.3 de
l'annexe B, panneau de bois aggloméré non ignifugé d'épaisseur 22 mm, à tous supports dérivés de bois non ignifugés
d'épaisseurs égales ou supérieures à 22 mm (avis CECMI du 08/11/94 et du 16/05/95 approuvés le 04/07/95) et à tous
supports M0 non isolants (avis du CECMI du 07/12/99 approuvé le 29/03/2000).

En catégorie M4 après essai au panneau radiant (NF P 92-506), si la moyenne des trois élongations maximales du front de flamme après
extinction sur l'éprouvette est supérieure à 300 mm et si la moyenne des trois élongations du front de flamme après une minute d'essai est
inférieure ou égale à 100 mm 2 .

NOTE
Les thibaudes Ignifugées soumises à essal seules au panneau radiant (classement M3-M4) ne subissent pas l'épreuve de vieillissement
en chambre climatique.

Les thibaudes ignifugées soumises à essai seules à l'épiradiateur (classement M1-M2) doivent subir l'épreuve de vieillissement en chambre
climatique.(avis CECMI du 14/09/95 approuvé le 22/12/95).

3.2.9 Cas des matériaux multicouches


a. Les matériaux sandwich à âme simple et parements incombustibles étanches et les matériaux multicouches à parements
incombustibles étanches sont soumis à l'essai par rayonnement après avoir simulé un joint par un trait de scie dans le parement
exposé à l'épiradiateur (largeur du trait (3 ± 0,5) mm, longueur : (180 ± 2) mm depuis le bord inférieur et dans l'axe longitudinal)
coupant toutes les couches incombustibles étanches protégeant une couche combustible dans le cas d'une âme multicouche,
sans toutefois couper la dernière couche combustible et/ou le parement de l'autre face, et après avoir réalisé une étanchéité aux
gaz de pyrolyse par mise en place d'un film aluminium sur les quatre chants des éprouvettes (avis CECMI du 08/04/93 approuvé
le 26/06/93). Si les panneaux sont destinés à être peints, l'essai est réalisé après application de deux couches de peinture
glycérophtalique de couleur grise. Les panneaux présentés peints par le demandeur sont essayés tels quels (avec trait de scie).

NOTE
Les modalités du 3.2.9 (a) s'appliquent dans le cas de carreaux en grès cérame ou à base minérale collés sur support
combustible.

b. Le classement des matériaux multicouches est effectué conformément aux critères décrits dans les paragraphes 3.2.5 à 3.2.8.
Toutefois si le parement incombustible étanche a une épaisseur inférieure à 0,2 mm dans le cas de l'aluminium et à 0,1 mm dans
le cas du cuivre, et si l'âme du matériau a un classement M 4, le classement du matériau multicouche est maintenu en catégorie
M 4.
Les matériaux multicouches susceptibles d'être classés en catégorie M0 font l'objet des dispositions du paragraphe 3.3.1.
c. Le classement de réaction au feu des matériaux composites en laine minérale surfacée susceptibles d'être classées M1 (âme
isolante, revêtue sur une face par un film aluminium apparent ou dans le parement) est réalisé selon les conditions suivantes
(avis CECMI du 16/03/95 et 16/05/95 approuvés le 04/07/95) :
Si le support homogène (type matelas de laine minérale) présente un PCS (Chaleur de combustion) inférieur à 4,18 MJ/kg (1
000 kcal/kg) et si le parement complexe sur une seule face présente un dégagement calorifique inférieur à 6,27 MJ/m 2 (1 500
kcal/m2 ) : classement M 1.
si la chaleur de combustion du parement complexe est supérieur à 6,27 MJ/m 2 (1 500 kcal/m2 ) l'essai par
rayolnnement est effectué avec joint simulé et le classement sur la face exposée est prononcé d'après la valeur de
l'indice q ;
si l'essai par rayonnement pratiqué avec le trait de scie montre que le matériau est M1, il n'est pas nécessaire
d'entreprendre les mesures de PCS (Chaleur de combustion).
d. Essai par rayonnement sans joint simulé ;
Les matériaux composites dont le parement ou le surfaçage externe est constitué par des tissus ou voiles de verre, des plaques
poreuses, sont classés à l'essai à l'épiradiateur sans trait de scie (avis du CECMI du 16/03/95 et 16/05/95 approuvés le
04/07/95).
e. Dans le cas des matériaux souples d'épaisseur inférieure ou égale à 5 mm, à parements incombustibles étanches, on coupera
l'éprouvette de part en part suivant l'axe longitudinal sur une longueur de 180 mm à partir du bord inférieur.

3.3 Classement en catégorie M0


Les essais conduisant au classement des matériaux en catégorie M0 sont réalisés selon les conditions opératoires de la
norme NF EN ISO 1716 (Essais de réaction au feu des produits de construction - Détermination de la chaleur de combustion).

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
3.3.1 Matériaux homogènes
Un matériau homogène souple ou rigide est classé dans la catégorie M0 lorsqu'il satisfait aux deux conditions suivantes :
il n'y a pas d'inflammation effective à l'essai par rayonnement ou à l'essai au brûleur électrique ;
son pouvoir calorifique supérieur (Chaleur de combustion) mesuré suivant les conditions de la norme NF EN ISO 1716 est
inférieur ou égal à 2,5 MJ/kg (soit environ 600 kcal/kg).

3.3.2 Matérlaux multicouches


Un matériau multicouche est classé dans la catégorie M0 lorsqu'il satisfait aux deux conditions suivantes :
il n'y a pas d'inflammation effective à l'essai par rayonnement ou à l'essai au brûleur électrique ;
le pouvoir calorifique supérieur de chacune de ses couches est inférieur ou égal à 2,5 MJ/kg (soit environ 600 kcal/kg).

3.3.3 On admet le classement M0 pour un matériau multicouche ayant une ou plusieurs couches
combustibles en surface ou interne, lorsque les trois conditions ci-dessous sont simultanément réunies
soit l'indice de classement à l'essai par rayonnement est nul et la durée d'inflammation est inférieure à 5 s ;
soit le matériau satisfait aux conditions de classement M1 à l'essai au brûleur électrique ;
la couche combustible a un dégagement calorifique surfacique inférieur à 2,1 MJ/m 2 (soit environ 500 kcal/m2 ) ;
on considère comme couche combustible, tous les revêtements externes (prélaquages, peintures de finition,...) et toutes les
enductions internes (primaire d'accrochage, colle, ...) séparés par une couche incombustible étanche ;
le pouvoir calorifique supérieur de l'ensemble du matériau est inférieur ou égal à 2,5 MJ/kg (soit environ 600 kcal/Kg).
L'assimilation au classement M0 peut être accordée, après examen particulier en CECMI, à des matériaux comportant une couche
combustible non apparente qui ne répond pas aux conditions de l'alinéa 2, si le pouvoir calorifique supérieur (Chaleur de combustion) de
l'ensemble est inférieur ou égal à 2,5 MJ/kg en tenant compte du pouvoir calorifique supérieur de la couche combustible et de la facilité de
libération des calories correspondantes.

NOTE 1
Dans le cas d'un panneau sandwich possédant des parements métalliques et dans le cas d'un panneau multicouche ayant une couche
métallique interne, la détermination du PCS (Chaleur de combustion) du matériau multicouche est faite en prenant en compte la masse de
ces éléments métalliques.
NOTE 2 Dans le cas du calcul du PCS (Chaleur de combustion) d'un matériau multicouche destiné aux parois flexibles métalliques des
gaines de climatisation (armature ressort métallique) la masse du ressort métallique ne doit pas être prise en compte (avis CECMI du
28/06/93 approuvé le 27/01/94, voir Annexe D.1).

3.3.4 Cas des revêtements minces classés M1 sur support inerte (béton, brique ...PCS = 0) et les peintures
appliquées sur support inerte
Ils peuvent être classés M0 à condition que leur Chaleur de combustion surfacique ne dépasse pas 2,1 MJ/m 2 (soit environ 500 kcal/m2 ) en
utilisation intérieure et 3,35 MJ/m 2 (soit environ 800 kcal/m2 ) en utilisation extérieure.

3.3.5 Cas des matériaux ensachés


Dans le cas d'un matériau ensaché, classé dans la catégorie M0, II y a lieu de réaliser les essais complémentaires de persistance de
flamme sur le film d'ensachage seul. Le classement du matériau ensaché sera déterminé à partir des essais effectués sur ce film.
D'autre part, en cas de recherche du classement M0 du matériau ensaché, le film n'étant pas considéré comme une finition du matériau
ensaché (telle que vernis, peinture) l'alinéa 3.3.3 ne s'applique pas.

3.4 Cas des matérlaux pouvant faire l'objet d'un examen en CECMI
Sont justiciables de dérogations les matériaux qui présentant des caractéristiques très particulières ne paraissent pas permettre leur
classement conformément aux prescriptions de l'Arrêté. Dans ces cas le classement intervient après avis du CECMI qui peut demander
éventuellement d'autres essais.

4 Tableaux résumant les classements


La répartition des matériaux des catégories M0 à M4 est schématisée dans les Tableaux 1 à 4.

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
Tableau 1 Classements obtenus par les matériaux souples d'épaisseur inférieur ou égale à 5 mm

Tableau 2 Résumé des classements obtenus par les matériaux rigides de toute épaisseur et les matériaux souples d'épaisseur supérieure à
5 mm

Tableau 3 Classements obtenus par les matériaux présentant un comportement particulier

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
Tableau 4 Résumé des classements obtenus pour les revêtements de sol

Annexe A (normative) dimensions et préparations des éprouvettes en


fonction des essais
Dans le cas des matériaux à structure interne tubulaire ou à bulles on procédera à l'étanchéité des chants des éprouvettes au moyen d'un
film aluminium adhésif.
Il est admis de demander des échantillons d'épaisseur maximum 250 mm afin de disposer du produit fini dans les différentes épaisseurs,
puis de les recouper dans l'épaisseur pour obtenir une éprouvette d'épaisseur 120 mm. Dans le cas de panneaux habillés sur les 2 faces
par une tôle, on disposera pour l'essai une tôle au dos de l'éprouvette. Le classement obtenu sera extrapolable jusqu'à l'épaisseur maximum
du panneau fini sans excéder 250 mm.
Cas des filets (voir Annexe D.3).
Essai par rayonnement (NF P 92-501) : 300 mm ´ 400 mm ; épaisseur maximale : 120 mm.
Essai au brûleur électrique (NF P 92-503) : 180 mm ´ 600 mm ; épaisseur maximale : 5 mm.
Essai pour matériaux thermofusibles (NF P 92-505) : 70 mm ´ 70 mm ; masse totale minimale : 2 g ; épaisseur maximale : 100 mm ; (dans
le cas du polystyrène : 60 mm).
Essais de persistance et de vitesse de propagation : 400 mm ´ 35 mm pour les matériaux rigides ; (NF P 92-504) 460 ´ 230 mm pour les
matériaux souples.
Essai au panneau radiant (NF P 92-506) : 400 mm ´ 95 mm.
Essais de détermination de la chaleur de combustion : Masse totale minimale : 50 g pour un produit homogène (Pouvoir calorifique
supérieur) (NF EN ISO 1716) et un composant substantiel d'un produit homogène.
Masse totale minimale : 10 g pour un composant.
non substantiel d'un produit non homogène.

Annexe B (normative) réaction au feu - supports types

B.1 supports types pour revêtements de murs ou de plafonds


B.1.1 fibres ciment
Epaisseur : (6 ± 1) mm.
Masse volumique : (1 800 ± 200) kg/m 3 .
Représentatif de tout support M0 non isolant.
(lñ 0,10 W/m.K).

B.1.2 plaque de plâtre cartonnée


Composition et caractéristiques : voir norme NF P 72-302.
Epaisseur : (12,5 ± 1) mm.
Masse volumique : 800 ± 100 kg/m 3 .
Classement : M1.

B.1.3 panneau de particules de bols agglomérées ignifugé dans la masse à la fabrication


Composition et caractéristiques : voir normes NF B 54-110 et NF EN 309.
Destination : usage en intérieur des bâtiments pour milieu sec.

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
Epaisseur : (16 ± 1) mm.
Masse volumique : (680 ± 50) kg/m 3 .
Classement : M1.

B.2 supports types pour revêtements de sols


B.2.1 fibres ciment
Voir paragraphe 1 ci-dessus.

B.2.2 panneau de particules de bois agglomérées non ignifugé


Composition et caractéristiques : voir normes NF EN 309 et NF B 54-111.
Destination : planchers de bâtiments pour milieu sec.
Epaisseur : (22 ± 1) mm.
Masse volumique : (680 ± 50) kg/m 3 .
Classement : M3 (essai au panneau radiant).
Les laboratoires agréés utiliseront, pour les essais, des supports types de fabrication identique.

Annexe C (normative) réaction au feu - classements conventionnels

C.1 matériaux a priori M0


verre, verre cellulaire ;
béton ;
brique ;
plâtre, stuc ;
plâtre armé de fibres de verre ou à armatures métalliques ;
bétons et mortiers de ciments et de chaux ;
vermiculite, perlite ;
fibres-ciment ;
silico-calcaire ;
pierre, ardoise ;
fer, fonte, acier, aluminium, cuivre, zinc, plomb ;
produits céramiques ;

C.2 matériaux à base de bois (panneaux pleins)


C.2.1 bois massif non résineux
Epaisseur supérieure ou égale à 14 mm : M3 ;
Epaisseur inférieure à 14 mm : M4.

C.2.2 bois massif résineux


Epaisseur supérieure ou égale à 18 mm : M3 ;
Epaisseur inférieure à 18 mm : M4.

C.2.3 panneaux dérivés du bois


Contre-plaqués, lattés, particules, fibres ;
Epaisseur supérieure ou égale à 18 mm : M3 ;
Epaisseur inférieure à 18 mm : M4.

C.2.4 parquets en bols massif collés


Epaisseur supérieure ou égale à 6 mm avant ponçage : M3 ;
Epaisseur inférieure à 6 mm avant ponçage : M4.
Les classements conventionnels M3 et M4 des bois et des panneaux dérivés du bois ne sont pas modifiés par les revêtements de surface
bien adhérents du type :
a. Placages bois d'épaisseurs inférieures ou égales à 0,5 mm ;
2 2

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
b. Tout autre revêtement dont le dégagement calorifique surfacique ne dépasse pas,18 MJ/m (1 000 kcal/m ).
Les plaques de stratifié décoratifs haute pression conformes à la norme prNF EN 438-1 et NF EN 438-2 et d'épaisseur inférieure à 1,5 mm
sont classées en catégorie M3.

C.3 matériaux peints


C.3.1
Cas des supports non isolants classés M0 selon le paragraphe C.1 :
a. Revêtus de peinture appliquée en quantités inférieures à 0,35 kg/m 2 humide pour les peintures brillantes et à 0,75 kg/m 2
humide pour les peintures mates et satinées, sans prendre en compte les apprêts, impressions ou bouche-pores : classement
M1 ;
b. Revêtus de peinture épaisse ou d'enduit pelliculaire de finition appliqué en quantité comprise entre 0,5 kg/m 2 et 1,5 kg/m 2
humide : classement M2 ;
c. Revêtus de revêtements plastiques épais, définis par la norme NF P 74-202 (références : DTU 59-1 et 2 utilisée en extérieur de
bâtiment, en quantités comprises entre 1,5 kg/m 2 et ,5 kg/m 2 humide : classement M2.

C.3.2
Supports inertes revêtus en utilisation intérieure de peinture brillante en quantité inférieure à 0,10 kg/m 2 humide ou de peinture mate ou
satinée en quantité inférieure à 0,40 kg/m 2 humide, et en utilisation extérieure de peinture brillante en quantité inférieure à 0,15 kg/m 2
humide ou de peinture mate ou satinée en quantité inférieure à 0,65 kg/m 2 humide : classement M0.

C.3.3
Cas des supports non isolants classés M1 ou M2 :
Revêtus de peinture appliquée en quantités inférieures à 0,35 kg/m 2 humide pour les peintures brillantes et à 0,50 g/m 2 humide pour les
peintures mates et satinées, sans prendre en compte les apprêts, impressions ou bouche-pores : classement M2.

NOTE
Dans le cas non prévu ci-dessus où un fabricant souhaite démontrer que sa peinture ne déclasse pas les supports désignés ci-dessus, il
y a lieu de procéder à un essai de classement en réaction au feu.

C.4 papiers peints


Sont conventionnellement admis en catégorie M1 :
Les papiers peints 100 % cellulosiques et les papiers peints vinyles plats (support papier recouvert par un film PVC) de masses surfaciques
inférieures à 200 g/m 2 collés sur un support M0 non isolant. Par contre, sur support combustible, les papiers peints et peintures devront
être pris en compte pour leur réaction au feu, sauf si la chaleur de combustion surfacique de ces peintures et papiers peints est inférieur à
2,1 MJ/m 2 (avis du CECMI du 17/01/95 et du 16/05/95 approuvés le 22/12/95).

Annexe D (normative) matériaux à comportement particuliers

D.1 méthode de détermination du pouvoir calorifique supérieur des gaines flexibles en


complexe matière plastique- aluminium armé
D.1.1
Quantité de gaine nécessaire : 0,1 m2

D.1.2
Préparation de l'échantillon pour essais :
découper un fragment de gaine d'une surface supérieure ou égale à 0,1 m2 . Peser le fragment.
inciser la partie externe du complexe le long de l'armature du fil d'acier au moyen d'un cutter sans couper la face interne. Retirer
le fil d'acier.
ouvrir le cylindre le long d'une génératrice, le défroisser du mieux qu'il est possible et y découper cinq carrés de (10 ´ 10) cm.
conditionner les carrés dans une atmosphère (23 ± 2) °C et (50± 5 ) % HR jusqu'à masse constante.
placer trois carrés dans trois cristallisoirs et ajouter 200 ml d'acide chlorhydrique à 35 % pour analyses à la température
ambiante.
après disparition complète de l'aluminium, rincer le résidu par l'eau permutée (ou similaire) jusqu'à obtention d'eaux de rinçage de

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
pH neutre.
sécher les résidus à l'étuve à 105 °C jusqu'à masse constante.
conditionner les résidus dans une atmosphère (23 ± 2) °C et (50± 5 ) % HR jusqu'à masse constante.
calciner deux carrés au four à (600 ± 50) °C jusqu'à masse constante.
déterminer le PCS de chacun des trois résidus d'attaque conditionnés selon la NF EN ISO 1716 (sans ajout d'acide benzoïque).

D.1.3 expression des résultats

D.1.3.1 teneurs en constituants


Teneurs, exprimés en grammes pour 100 g de complexe aluminium
Teneur en matières combustibles :
Mp = Mra ´ 100 / Mca
Teneur en aluminium :
Al = Mrc ´ 100 /Mca Mca
où :
Mra est la masse moyenne des trois résidus de l'attaque acide après conditionnement, exprimée en grammes ;
Mrc est la masse moyenne des deux résidus de combustion au four, exprimée en grammes ;
Mca est la masse moyenne des cinq carrés de 10 ´ 10 cm après conditionnement, exprimée en grammes.
Vérification
En général, la préparation de l'échantillon pour essais n'est valable que si la relation : MP + Al = 100 ± 2 est vérifiée.
Si ce n'est pas le cas, examiner en détail les conditions de la préparation pour évaluer les causes de l'incertitude inhabituelle.

D.1.3.2 pouvoir calorifique supérieur


Pouvoir calorifique supérieur exprimé en mégajoules par kilogramme ;
P al de complexe d'aluminium :
PP ´ MP / 100
Pouvoir calorifique supérieur exprimé en mégajoules par mètre carré ;
P' al de complexe d'aluminium :
PAI ´ Mca / 10
PP : pouvoir calorifique moyen de trois déterminations effectués sur le résidu d'attaque acide exprimé en mégajoules par
kilogramme.

D.2 essais complémentaires pour matériau avec adhésif double face


Les matériaux collés avec un film adhésif double face qui percent sans inflammation à l'épiradiateur doivent être soumis aux essais
complémentaires sans prise en compte de l'adhésif double face (avis CECMI du 16/09/1998 approuvé le 05/01/1999).

D.3 cas des filets


Il a été retenu que dans le cas où les mailles du filet correspondent à une surface supérieure à 10 cm2 et que la trame de celui-ci n'excède
pas 25 % de la surface totale du filet, aucune exigence de réaction au feu n'est imposé.
Dans le cas où la maille a une surface inférieure ou égale à 10 cm2 , le filet doit être considéré comme une toile et relève des exigences et
méthodes d'essais correspondantes (avis CECMI du 29/03/2000 approuvé le 16/06/2000).

D.4 cas des sièges rembourrés 3

NOTE 3
Une méthode particulière pour les meubles rembourrés est en cours d'étude au CECMI.

Dans le cas de sièges constitués d'une mousse de rembourrage M4 sur laquelle est appliquée ou collée une enveloppe multicouche
(revêtement de siège) constituée d'un tissu décoratif (M1 ou M2) à l'envers duquel est cousue ou contrecollée une mousse intercalaire de
quelques millimètres d'épaisseur.
L'exigence M2 s'applique sur l'enveloppe (revêtement de siège) dans son intégralité avec la face décorative exposée à la source thermique
(brûleur électrique ou épiradiateur selon l'épaisseur de la mousse intercalaire).
(avis CECMI du 11/12/2001 approuvé le 12/03/2002)

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]
D.5 classement des films à usage décoratif ou pour l'atténuation des rayons solaires
appliqués collés sur parois de verre
Le laboratoire réalisera l'essai de classement en collant le film sur un support de verre de qualité vitrocéramique d'épaisseur 6 mm (ce verre
ne claque pas pendant l'essai). (avis CECMI du 16/03/1995 approuvé le 04/07/1995).
Liste des documents référencés
#1 - Arrêté du 21 novembre 2002 modifié relatif à la réaction au feu des produits de construction et d'aménagement
#2 - NF EN 309 (juillet 2005) : Panneaux de particules - Définitions et classification (Indice de classement : B54-101)
#3 - NF B54-110 (octobre 1985) : Panneaux de particules - Caractéristiques dimensionnelles (Indice de classement : B54-110)
#4 - NF EN 520 (avril 2005) : Plaques de plâtre - Définitions, exigences et méthodes d'essai (Indice de classement : P72-600)
#5 - NF P74-201-1 (DTU 59.1) (octobre 1994) : Peinture - Travaux de peinture des bâtiments - Partie 1 : Cahier des clauses techniques +
Amendement A1 (octobre 2000) (Indice de classement : P74-201-1)
#6 - NF P74-202-1 (DTU 59.2) (décembre 1980, mai 1993, juillet 2000, octobre 2000) : Travaux de bâtiment - Revêtements plastiques épais
sur béton et enduits à base de liants hydrauliques - Cahier des charges + Amendements A1, A2 (Indice de classement : P74-202-1)
#7 - NF P74-202-2 (DTU 59.2) (mai 1993) : Revêtements plastiques épais sur béton et enduits à base de liants hydrauliques - Partie 2 :
Cahier des clauses spéciales (Indice de classement : P74-202-2)
Liste des tableaux
Tableau 1 Classements obtenus par les matériaux souples d'épaisseur inférieur ou égale à 5 mm
Tableau 2 Résumé des classements obtenus par les matériaux rigides de toute épaisseur et les matériaux souples d'épaisseur supérieure à
5 mm
Tableau 3 Classements obtenus par les matériaux présentant un comportement particulier
Tableau 4 Résumé des classements obtenus pour les revêtements de sol

file:///I|/Reaction%20au%20Feu/Document.htm[14/01/2013 09:17:53]

Vous aimerez peut-être aussi