Vous êtes sur la page 1sur 8

Cours de Biologie Animale « 1ére année »

Chapitre 1 : Présentation du règne animal

Chapitre 1 : Présentation du règne animal

❑ Objectifs spécifiques du chapitre :

A la fin de ce chapitre l’étudiant sera en mesure de

• Comprendre les enjeux de la systématique : classer pour comprendre.


• Prendre conscience de l’évolution des idées qui ont mené à la classification actuelle et
les remettre dans leur contexte.
• Découvrir les grands naturalistes qui ont contribué à l’évolution de cette science.
• Définir les caractéristiques anatomiques et fonctionnelles qui permettent de reconnaître
un animal parmi l'ensemble des êtres vivants.

I. Introduction
La biologie animale = Etude de la zoologie (de latin : zoon = animal, logos = science).
La biologie animale est la partie de la biologie qui s'intéresse plus particulièrement
aux animaux et qui se distingue ainsi de la biologie végétale ou de la biologie cellulaire. C'est
une discipline de la science du vivant, des organismes et des espèces animales ainsi que des
théories évolutionnistes. Elle comprend non seulement la zoologie, mais aussi la physiologie
animale, les neurosciences, l'éthologie, la zootechnie etc. L'espèce humaine comptant parmi les
animaux, on peut considérer également que la biologie humaine, voire la médecine, font partie
intégrante de la biologie animale.

La zoologie a pour but l’étude des animaux très divers. Elle s’intéresse aux structures par l’étude
de l’anatomie, la cytologie et l’histologie. Elle étudie les rapports entre les êtres vivants et leur
milieu (écologie). Elle s’intéresse à la répartition des animaux dans le milieu où ils vivent
(biogéographie). Elle s’intéresse à déterminer les fonctions propres aux divers fonctions
(physiologie). Elle s’intéresse à étudier les différents caractères qui nous permettent de
différencier entre les espèces (systématique).

II. Classification des êtres vivants


Les scientifiques découvrent des nouvelles espèces d’organismes presque chaque jour. La
plupart de ces espèces vivent dans des régions difficiles d’accès comme les forêts tropicales et
les océans.

9
Dr. RAHIM N. Année universitaire 2021/2022
Cours de Biologie Animale « 1ére année »
Chapitre 1 : Présentation du règne animal

On ignore le nombre exact d’espèces animales vivant à la surface du globe. Le nombre


d’espèces, actuellement recensées, est de l’ordre de 1 500 000. Cette extrême diversité impose
une classification. Il faut classifier ces organismes afin de les mieux comprendre.

II.1. Définition
La classification ou la taxonomie : La taxonomie (grec taxis= classer-ordre + nomos= loi) est
la science qui a pour objet de décrire les organismes vivants et de les regrouper en entités
appelées taxons afin de les identifier puis les nommer et en fin les classer.

La Taxonomie est constituée de 3 parties séparées mais reliées entre elles :

1. Classification : Arrangement des organismes en groupes ou taxons selon leur similitude et


leur parenté évolutive.
2. Nomenclature : Consiste à donner des noms aux groupes taxinomiques selon les règles
publiées.
3. Identification : Détermine qu’un isolat particulier appartient à un taxon connu.
Taxon = Un taxon un taxon désigne un regroupement d’individus possédant un certain nombre
de caractères communs.

II.2. Les avantages de la classification :


▪ Permet de mettre de l’ordre dans l’énorme quantité de connaissances que nous avons des
organismes, parce que tous les membres d’un groupe donné partagent de nombreuses
caractéristiques.
▪ Permet de communiquer à l’aide d’un langage commun: Répartit les êtres vivants en
groupes significatifs, utiles, avec des noms précis, de sorte que les scientifiques peuvent
les étudier et communiquer efficacement.
▪ Les scientifiques de tous les pays utilisent les mêmes noms et catégories.
▪ Permet de faire des prédictions et des hypothèses pour une recherche future, basée sur la
connaissance d’organismes similaires.

II.3. Les étapes de classification : La mise en ordre d’une collection d’objets ou d’êtres vivants
peut s’effectuer suivant différentes modalités :
- Ranger
- Trier
- Classer

Exemples de collections : Boa constrictor, Pipistrelle, Autruche, Escargot petit gris

10
Dr. RAHIM N. Année universitaire 2021/2022
Cours de Biologie Animale « 1ére année »
Chapitre 1 : Présentation du règne animal

a. Ranger : C’est organiser des objets selon un ordre croissant ou décroissant à l’aide d’un
critère continu :

Figure 1 : Rangement par ordre décroissant de longueur

b. Trier : C’est discriminer des objets par des choix successifs en fonction de critères
binaires.

Figure 2 : Tri des espèces par des choix

c. Classer : C’est établir des regroupements sur la base du partage de caractères communs
(=attributs).

Figure 3 : Regroupement des espèces selon de caractères communs

11
Dr. RAHIM N. Année universitaire 2021/2022
Cours de Biologie Animale « 1ére année »
Chapitre 1 : Présentation du règne animal

II.4. Caractéristiques de la classification scientifique :


C’est le scientifique suédois Carl Linné (1707-1778) qui est le premier a mis les bases de la
classification dans son livre Systema natura (1735) avec sa nomenclature binomiale.

Les caractéristiques de cette classification sont :


▪ Nom unique et universel pour les organismes
▪ Met les organismes en groupes significatifs.

Les principales catégories de la systématique sont les suivants, dans l’ordre décroissant de
leur importance ou de leur niveau :

Figure 4 : Les principales catégories de la systématique.

Les animaux sont organisés d’après certains plans parfaitement individualisés que l’on
dénomme phylum (phulon, groupement). Chaque phylum correspond à une étape de l’évolution
du règne animal. On y regroupe tous les animaux présents et passés construits sur le même plan.

Une organisation déterminée présente des variantes qui respectent le plan fondamental mais qui
introduisent des subdivisions : Classes, ordres, familles, genres, espèces. Une première
diversification du phylum conduit à le subdiviser en plusieurs embranchements,
l’embranchement en classes ; chaque classe sera scindée en ordre, jusqu’à l’espèce qui constitue
l’unité de classification. Les variations sont parfois si complexes qu’elles conduisent à définir
des sous-embranchements, des super-classes, des sous-classes, des super-ordres... et parfois
même des sous-espèces ou des races qui sont des subdivisions d’espèces, pour la plupart
géographiques.

II.5. La notion de l’espèce :


Dans les sciences du vivant l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est
le taxon de base de la systématique. Il existe plus d'une vingtaine de définitions de l'espèce dans
la littérature scientifique.

12
Dr. RAHIM N. Année universitaire 2021/2022
Cours de Biologie Animale « 1ére année »
Chapitre 1 : Présentation du règne animal

La définition la plus communément admise est celle du concept biologique énoncé par Ernst
Mayr en 1942 : une espèce est une population ou un ensemble de populations dont les individus
peuvent effectivement ou potentiellement se reproduire entre eux et engendrer une descendance
viable et féconde, dans des conditions naturelles. Ainsi, l'espèce est la plus grande unité de
population au sein de laquelle le flux génétique est possible et les individus d'une même espèce
sont donc génétiquement isolés.

Actuellement décrites : environ 1.500.000 espèces, classées par des taxonomistes :


• Majorité sont des invertébrés
• Majorité d’Arthropodes
• Majorité d’Insectes
Prédictions 10.960.000: Estimations sur base d’inventaires localisés

Lepidochelys olivacea Carduelis carduelis Papilio dardanus

➢ Nommer l’espèce : La nomenclature binomiale


Les espèces sont nommées selon le système binomial mis en place par Carl von Linné. Dans le
système de Linné, chaque espèce est désignée par le nom des deux derniers taxons : Genre et
Espèce.
• S'écrit en italique (ou souligné)
• Genre avec Majuscule
• Espèce avec minuscule
• On fait suivre ces deux noms, du nom de l’auteur (le premier à lui avoir donné ce nom)
et de la date de description.

Cette nomenclature zoologique est définie par un organisme, la commission internationale de


nomenclature zoologique.

Exemple :

▪ Si l'espèce a déjà été mentionnée dans l'article, on peut écrire seulement l'initiale du genre.
13
Dr. RAHIM N. Année universitaire 2021/2022
Cours de Biologie Animale « 1ére année »
Chapitre 1 : Présentation du règne animal

Exemple: C. lupus; H. sapiens; U. americanus


▪ Si on peut identifier le genre, mais pas l'espèce précise, ou si on veut parler du genre en
général, on peut écrire : Genre sp.
Exemple : Canis sp. ; Ursus sp.

II.6. Historique et origines de la classification des espèces


- Aristote (384-322 avant Jésus Christe « JC ») a été l’un des premiers taxinomistes. Il a classé
les êtres vivants en deux catégories : les plantes et les animaux.

Êtres vivants

Plantes Animaux

Arbres Arbustes Herbes Terrestres Aquatiques Aériens

• La classification d’Aristote présente deux problèmes majeurs :


- Classification superficielle
- Utilise les noms communs
• Inconvénient des noms communs :
- Confusion entre les espèces :
- Problèmes de langue : cette classification utilise des noms locaux qui diffèrent d’une région
à une autres avec une appellation locale.

- John Ray (1627-1705), naturaliste anglais, invente le concept d’espèce selon la ressemblance
morphologique des plantes. Son livre, Historia plantarum (1686) : 18 000 espèces « première
mention de Mono et Dicotylédones ».
- Pierre Magnol (1638-1715), botaniste français, invente le concept de famille pour les plantes.
(Charles Plumier, 1646-1704, lui dédit le genre Magnolia).
Son livre, Prodromus Historiae generalis plantarum in qua familiae per tabulas disponuntur
(1689).
- Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708), botaniste français, propose de réunir les espèces
en genre. Pour lui, le genre est l’unité de base de la classification. Les espèces sont des variétés
du genre. Sa classification est encore classique : arbres ; arbustes ; herbes. Il utilise ensuite la
corolle : apétales, monopétales, polypétales.
Son livre, Institutiones rei herbariae (1700) : 10 000 espèces ; 700 genres ; 22 classes ont été
décrits.
14
Dr. RAHIM N. Année universitaire 2021/2022
Cours de Biologie Animale « 1ére année »
Chapitre 1 : Présentation du règne animal

- Carl von Linné (1707-1778), naturaliste suédois, codifie les niveaux hiérarchiques proposés
initialement et propose une nomenclature binomiale. La classification de Linné est fixiste. Elle
intégrait monde vivant et minéral. Elle était hiérarchisée avec 7 rangs.

II.7. Classification actuelle des êtres vivants


La classification moderne divisait les êtres vivants en 5 règnes :
▪ Végétaux (Métaphytes) : sont des organismes pluricellulaires photosynthétiques et
autotrophes. Possédant une membrane cellulaire cellulosique et vivant fixés.
▪ Champignons (aussi appelés Mycètes) : sont des organismes qui se nourrissent de matière
organique parce qu’ils sont incapables d’effectuer la photosynthèse et ils se reproduisent aux
moyens de sport (levures et moisissures). Les Champignons sont isolés des Végétaux par
Wittaken et forment un règne à part. Ils sont hétérotrophes et dépourvus de membrane
cellulosique.
▪ Protistes : des organismes unicellulaires avec un noyau quelques-uns peuvent effectuer la
photosynthèse (certaines algues nu), et d’autres se nourrissent de matière organique (amibe).
▪ Monères (aussi appelés Bactéries) : Êtres vivants unicellulaires procaryotes sans
membrane nucléaire, ni plastes, ni mitochondries. Bactéries et Cyanophycées. Ce règne a
explosé en 2 règnes : Archéobactéries et Eubactéries.
▪ Animaux : ensemble des organismes pluricellulaires (métazoaires) se nourrissant par
ingestion de matière organique issue d’autres êtres vivants hétérotrophe.

III. Présentation du règne animal


Les animaux sont des organismes pluricellulaires, formés de nombreuses cellules constituant
divers tissus et le plus souvent des organes. Ils se distinguent des plantes et des champignons
par le fait que chacune de leur cellule n'est délimitée que par une très fine membrane.

La classification animale est basée sur 4 critères (figure 2) :


a. Le nombre de feuillets embryonnaires : Les Métazoaires sont formés de cellules groupées
en tissus.
❖ Les Diploblastiques : formés de 2 feuillets embryonnaires (ectoderme et endoderme),
symétrie typiquement radiaire (exemple : les Cnidaires).
❖ Les Triploblastiques : formés de 3 feuillets embryonnaires (ectoderme, mésoderme et
endoderme), avec une symétrie bilatérale.
b. La présence ou l’absence de cœlome : on y distingue :

15
Dr. RAHIM N. Année universitaire 2021/2022
Cours de Biologie Animale « 1ére année »
Chapitre 1 : Présentation du règne animal

❖ Acœlomates : Le mésoderme forme un tissu de remplissage entre le tube digestif et la


paroi du corps (Plathelminthes : 12000 espèces).
❖ Pseudo-coelomates : La cavité générale est un reste de blastocœle et ne constitue pas
une vraie cavité cœlomique (Némathelminthes : 12000 espèces).
❖ Cœlomates : Le mésoderme se creuse des cavités cœlomiques, le système nerveux est
ventral : Annélides, Mollusques, Arthropodes.

c. La destinée du blastopore : On y distingue :


❖ Protostomiens : Bouche formée à partir du blastopore ou sur son emplacement.
❖ Deutérostomiens : Anus formé à partir du blastopore ou sur son emplacement.

d. La position du système nerveux : épineuriens, épithélioneuriens et hyponeuriens.


❖ Epithélioneuriens : Système nerveux en réseau en partie incorporé dans l’ectoderme,
symétrie secondairement radiaire (Echinodermes 6000 espèces).
❖ Epineuriens : Système nerveux dorsal par rapport au tube digestif présence d’une corde
dorsale entre le système nerveux et le tube digestif (cordés 472000 espèces).
❖ Hyponeuriens : regroupent l'ensemble des êtres vivants ayant un système nerveux
ventral. Ce sont surtout des animaux assez petits vivant en groupe qui n'ont pas de
vertèbres mais peuvent avoir un squelette externe (Exosquelette).

Figure 5 : Les critères de classification animale

16
Dr. RAHIM N. Année universitaire 2021/2022

Vous aimerez peut-être aussi