Vous êtes sur la page 1sur 59

Cours d’Hydraulique

Master
GIRE et Ingénierie
2020-2021
Dr Adama TOURE
adamamca@yahoo.fr
ENI-ABT
Programme
I. Généralités et propriétés des fluides
II. Statique des fluides: hydrostatique
III. Cinématique des fluides
IV. Dynamique des fluides
CHAPITRE
I

I. Généralités et propriétés
des fluides
1. Définitions
• 1.1. Fluide: un fluide est un milieu matériel continu, déformable, sans
rigidité et qui peut donc s'écouler.
• Un fluide existe sous deux états:
• Liquide: occupe un volume bien déterminé, peu modifiable par la
température et la pression et sépare par la surface libre avec le gaz
qui le surmonte, et
• Gaz: occupe tout l’espace a disposition, pas forcement uniforme, et
le volume est fortement modifiable par la température et la pression
1. Définitions:
1.1. Fluide
La famille des fluides "newtoniens"
(comme l'eau, l'air et la plupart des gaz)
caractérisée par une viscosité constante ou
qui ne peut varier qu'en fonction de la
température, et

Les fluides peuvent aussi se classer en


deux familles relativement par leur La famille des fluides "non newtoniens"
viscosité: (quasiment tout le reste... le sang, les gels,
les boues, les pâtes, les suspensions, les
émulsions...) qui a la particularité d'avoir
leur viscosité variant en fonction de la
vitesse et des contraintes qu'ils subissent
lorsque ceux-ci s'écoulent.
1. Définitions:
a) Fluide parfait
• On appelle fluide parfait un fluide dont la viscosité serait nulle (fluide
inexistant dans la nature).
• Ou encore,
• Soit un volume délimité par une surface fermée Σ fictive ou non.
1. Définitions:
a) Fluide parfait
• Considérons d𝐹 la force d’interaction au niveau de la surface
élémentaire dS de normale 𝑛 entre le fluide et le milieu extérieur, d𝐹𝑡
la composante tangentielle à dS et d𝐹𝑛 celle normale à dS.
• En mécanique des fluides, un fluide est dit parfait si d𝐹𝑡 =0 (forces de
frottement négligeables).
• Autrement dit, la force d𝐹 est normale à l'élément de surface dS.
1. Définitions:
b) Fluide réel
• Un fluide est dit réel, lorsque les forces tangentielles de frottement
interne qui s’opposent au glissement relatif des couches fluides ne
sont pas négligeables.
• NB: un fluide réel est confondu à un fluide parfait au repos.
1. Définitions:
1.2. Fluides incompressible et compressible
• Un fluide est dit incompressible lorsque le volume
occupé par une masse donnée ne varie pas en fonction
Fluide de la pression extérieure. Les liquides peuvent être
considérés comme des fluides incompressibles (eau,
incompressible: huile, etc.).

• Un fluide est dit compressible lorsque le volume occupé


par une masse donnée varie en fonction de la pression
Fluide extérieure. Les gaz sont des fluides compressibles. Par
exemple, l’air, l’hydrogène, le méthane à l’état gazeux,
compressible: sont considérés comme des fluides compressibles.
2. Caractéristiques physiques:
2.1. Masse volumique
𝑀𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑀
• La masse volumique (ρ) est le rapport : 𝜌 = = [Kg/m3]
𝑉𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑉
• Pour les liquides, le volume est pratiquement insensible aux
variations de pression et, dans la majorité des cas, il augmente
faiblement quand la température augmente, l’eau faisant exception à
cette règle en dessous de 4°C.

Attention : Contrairement aux


liquides, les gaz sont fortement
compressibles. La variation de
masse volumique dépend de la
température et de la pression :
𝜌 = f (p,T).
2. Caractéristiques physiques:
2.2. Poids volumique ou spécifique et Densité
• Le poids volumique représente la force de gravité agissant sur la
masse par unité de volume :
• ϖ : Poids volumique en (N/m3).
• m : masse en (kg),
• g : accélération de la pesanteur en (m/s2),
• V : volume en (m3).
𝑚𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑢 𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒 𝜌
• La densité d= =
𝑚𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑 ′ 𝑢𝑛 𝑓𝑙𝑢𝑖𝑑𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑒𝑓𝑒𝑟𝑒𝑛𝑐𝑒 𝜌𝑟𝑒𝑓.
• Dans le cas des liquides on prendra l’eau comme fluide de référence.
Dans le cas des gaz on prendra l’air comme fluide de référence.
2. Caractéristiques physiques:
2.3. Viscosité

• La viscosité est une grandeur qui caractérise les


frottements internes du fluide, autrement dit sa capacité à
s’écouler.
• Elle caractérise la résistance d'un fluide à son écoulement
lorsqu'il est soumis à l'application d'une force.
• Les fluides de grande viscosité résistent à l'écoulement et
les fluides de faible viscosité s'écoulent facilement.
2. Caractéristiques physiques:
2.3. Viscosité

• On considère un fluide visqueux


placé entre deux plaques P1 et
P2, tel que la plaque P1 est fixe et
la plaque P2 est animée d’une
vitesse V .
2

• La vitesse de chaque couche est


une fonction de la distance Z.
• On distingue la viscosité
dynamique et la viscosité
cinématique.
2.3.1. Viscosité dynamique
• La viscosité dynamique exprime la proportionnalité entre la force qu'il
faut exercer sur une plaque lorsqu'elle est plongée dans un courant et
la variation de vitesse des veines de fluide entre les 2 faces de la
plaque. Elle s’exprime par:

• F : force de glissement entre les couches en (N),


• μ : Viscosité dynamique en (kg/m.s),
• S : surface de contact entre deux couches en (m2),
• ΔV : Écart de vitesse entre deux couches en (m/s),
• ΔZ : Distance entre deux couches en (m).
2.3.1. Viscosité dynamique
• Dans le système international (SI), l'unité de la viscosité dynamique
est le Pascal seconde (Pa⋅s) ou Poiseuille (Pl) : 1 Pa⋅s = 1 Pl = 1 kg/m⋅s
2.3.2. Viscosité cinématique
• La viscosité cinématique caractérise le temps d'écoulement d’un
liquide. Elle est donnée par la relation:

• L'unité SI de la viscosité cinématique est le (m2/s).


• On utilise souvent le Stokes (St): 1 St = 10-4 m²/s.
• Lorsque la température augmente, la viscosité d'un fluide décroît
car sa densité diminue.

meau à 20°C = 10-3 N.s/m2 mmercure = 1,554.10-3 N.s/m2 mair = 18,5.10-6 N.s/m2
neau à 20°C = 10-6 m2/s nmercure = 0,1147.10-6 m2/s nair = 15,6.10-6 m2/s
2.4. Viscosimètre

La viscosité peut être mesurée par un viscosimètre à chute de


bille, dans lequel on mesure le temps écoulé pour la chute
d’une bille dans le fluide.

Elle peut également être mesurée par un récipient dont le


fond comporte un orifice de taille standardisée. La vitesse à
laquelle le fluide s'écoule par cet orifice permet de
déterminer la viscosité du fluide.
2.5. Pression de vapeur saturante
• Tous les liquides ont tendance à s’évaporer, au cours de cette transformation, les
molécules de vapeur exercent une pression appelée pression de vapeur saturante.
• La pression de vapeur saturante pour l’eau est donnée par la relation empirique
suivante :

• avec Ps en Pa et T en °Celsius.
• Dans l’écoulement des liquides, lorsque la pression en un point est inférieure à la
pression de vapeur saturante, le liquide entre en ébullition. Ce phénomène, appelé
cavitation, est le plus souvent nuisible pour les installations (canalisation, pompes,
turbine…). Il se produit au sein du fluide de véritables explosions de bulles au
moment de la vaporisation et de violentes implosions, lors de la condensation.
2.6. Tension superficielle
• La force d’attraction tangentielle à la surface nécessaire pour arracher
des particules agissant le long d’un segment de longueur unitaire est
appelée tension superficielle.

Les effets de tension superficielle


ne sont pas importants dans les
écoulements en eau potable ou en
assainissement et ne sont donc pas
pris en compte.
ENONCE
Déterminer le poids volumique de l’essence sachant que sa densité d=0,7.
On donne :
- l’accélération de la pesanteur g=9,81 m/s2
- la masse volumique de l’eau ρ =1000 kg /m3
ENONCE

• Déterminer la viscosité dynamique de l’huile d’olive sachant que sa


densité est 0,918 et sa viscosité cinématique est 1,089 Stockes.
CHAPITRE
II

II. Statique des fluides:


hydrostatique
1. Notion de pression en un point d’un fluide
• La pression est une grandeur scalaire. C’est l’intensité de la
composante normale de la force qu’exerce le fluide sur
l’unité de surface.
• Elle est définie en un point A d’un fluide par l’expression
suivante :

• dS : Surface élémentaire de la facette de centre A (m2),


• n : Vecteur unitaire en A de la normale extérieure à la
surface,
• dFN : Composante normale de la force élémentaire de
pression qui s’exerce sur la surface (N),
• PA : pression en A (Pa),
• L’unité internationale de pression est le Pascal : 1 Pa = 1
N/m². Il existe d’autres unités plus pratiques :
Le mètre de
colonne d’eau : Le millimètre
de mercure :
2. Relation fondamentale de l’hydrostatique (RDH)

• Considérons un élément de volume


d’un fluide incompressible (liquide
homogène de poids volumique ϖ ).
• Cet élément de volume à la forme d’un
cylindre d’axe (G, 𝑢 ) qui fait un angle
α avec l’axe vertical (O, 𝑍 ) d’un repère
𝑅(𝑂, 𝑋, 𝑌, 𝑍). Soit l la longueur du
cylindre et soit dS sa section droite.
• Soit G1 d’altitude Z1 et G2 d’altitude
Z2, les centres des sections droites
extrêmes.
2. Relation fondamentale de l’hydrostatique (RDH)

Etudions l’équilibre du cylindre élémentaire, celui-ci est soumis aux :

• actions à distance : son poids:


• actions de contact : forces de pression s’exerçant sur :
• la surface latérale : Σ dFi .
• les deux surfaces planes extrêmes :
Et avec P1 et P2 les pressions du fluide respectivement
en G1 et en G2.
2. Relation fondamentale de l’hydrostatique (RDH)
• Le cylindre élémentaire étant en équilibre dans le fluide, écrivons que la
résultante des forces extérieures qui lui sont appliquées est nulle :

• En projection sur l’axe de symétrie (G, 𝑢 ) du cylindre,

• Exprimons la différence de pression P1 – P2 après avoir divisé par dS et


remarqué que:
Relation fondamentale de l’hydrostatique.
• En posant Z2-Z1=h, et si P2=0, on aura:
La pression augmente donc linéairement en fonction de la profondeur
3. Autre forme plus générale
• En divisant les deux membres de la relation précédente par ϖ :

• Comme G1 et G2 ont été choisis de façon arbitraire à l’intérieur d’un


fluide de poids volumique ϖ , on peut écrire en un point quelconque
d’altitude Z, ou règne la pression p :
4. Egalité des pressions sur un même plan horizontal

Si l’on considère la direction horizontale , on aura :

Sur un même plan horizontal, toutes les


pressions sont égales (Pressions Isobares)
5. Pression effective et Pression absolue

• Au point M , la pression est égale à :


• A la surface libre du fluide , la pression
est généralement représentée par la
pression atmosphérique Patm ,
• d’où :
6. Charge piézométrique , hauteur piézométrique et
Notion de hauteur du vide
• On sait que: avec
• Z[L]: hauteur de position ou cote géométrique
• [L]: hauteur piézométrique
• [L]: Hauteur ou charge totale
• Quand la pression absolue est inferieure à la pression atm.

• Il y a une dépression et la hauteur correspondante , appelée ‘’


Hauteur du Vide ‘’ , est égale à :
7. Signification énergétique de l’équation de la statique
des fluides
• Multiplions les 2 termes de équation par le poids
élémentaire mg , on aura:
Avec:

• mgZ[Nm]: Energie potentielle de position

• [Nm] : Energie potentielle de pression

• mgEp[Nm]: Energie potentielle totale


8. Dispositifs de mesure de la pression

Il existe 2 types de
dispositifs de mesure
des pressions :

Les tubes Les manomètres


manométriques : utilisés mécaniques : utilisés
pour la mesure de pour la mesure de
pressions relativement pressions relativement
faibles ( … en plus élevées ( 1 à 2
laboratoires ) Kg/cm2 ) Manomètre
mécanique
Tube en U
9. Mesure des pressions par les tubes manométriques

PA   gh1
PB   gh2

• PA et PB: Pressions Manométriques


• h1 et h2 : Hauteurs Manométriques
Ce dispositif est utilisé uniquement pour la mesure des
pressions des Liquides et non des gaz
9.1. Le tube manométrique en forme de ‘’ ⋃ ‘’ :

D’après la loi de l’hydrostatique , on a:


PB  PC : même plan horizontal

Partie Gauche :

Partie Droite:
Puisque l’on mesure une pression manométrique , on soustrait
donc Patm

Et comme

Si le fluide de densité ρ est un gaz , sa densité est négligeable


devant celle du liquide manométrique
9.2. Mesure de la différence de pression par un manomètre
en U
On peut écrire que:

Partie gauche

Partie droite

Et comme

Donc

Si le fluide un est un gaz


9.3. Manomètre à Eau et manomètre à Mercure
• Les manomètres à eau sont utilisés pour mesurer des pressions
relativement faibles car leur utilisation pour les fortes pressions
conduirait à l’élaboration de tubes de dimensions trop exagérées.
• C’est pour cela, et compte tenu de sa densité élevée , que l’on préfère
utiliser du Mercure comme liquide manométrique .
• Exemple:
• Pour une pression P=120 kN/m2, la hauteur manométrique est:
• Pour eau

• Pour mercure
10. Théorème de Pascal
• Enonce: Dans un fluide incompressible en équilibre, toute variation
de pression en un point entraîne la même variation de pression en
tout autre point.
• Démonstration: Supposons qu’au point G1 intervienne une variation
de pression telle que celle-ci devienne P1 + ΔP1 .
• Appliquons la relation fondamentale de l’hydrostatique entre G1 et
G2 pour le fluide
 à l’état initial: (1)
 à l’état final: (2)
• En faisant la différence entre les équations (2) et (1) on obtient :
11. Forces de Pression des Fluides sur les Surfaces:
11.1. Cas des surfaces planes
• Cas des surfaces immergées inclinées

Exprimons la Force
de pression
résultante F agissant
sur la surface AB
ainsi que la
profondeur de son
centre d’application.
a. Expression de la force de pression
b. Position du point d’application de la force de pression

La profondeur du point
d’application (hD) de la
force F est déterminée
en utilisant le principe
des moments: Le
moment, par rapport au
point O, de la force
résultante est égal a la
somme des moments
élémentaires
Représente le moment
Avec d’inertie de la surface
AB par rapport a l’axe
et
ox=Iox
b. Position du point d’application de la force de pression

• On a donc:

• Et

• Donc

• D’après le théorème de Huygens


• Icc: moment d’inertie de la surface AB par rapport a un axe passant par son centre de gravite C.
• On aura alors: sur la verticale

- A’ : Projection verticale de la surface AB


- I’cc : Moment d’inertie de la surface A’ par rapport à l’axe passant par son centre de gravité .
Le point d’application de la résultante F se trouve toujours plus bas que le centre de gravité
c. Surface et moment d’inertie de quelques figures
particulières
11.2. Cas des surfaces immergées verticales
11.3. Cas des surfaces partiellement immergées
11.4. Cas particulier des surfaces immergées horizontales
11.5. Cas des surfaces courbes

• Expression de la
force de pression
a. Composante horizontale

avec : Az : Projection verticale de la surface courbe AB


hc : Profondeur du centre de gravité de Az

Le calcul de la composante horizontale FH est ramené au calcul


d’une force de pression sur une surface plane verticale .
b. Composante verticale

Avec W : Volume délimité par :


La surface courbe AB
La surface libre du fluide
Les 2 verticales menées des 2 extrémités A et B de la surface.

Le calcul de la composante verticale FV se résume donc


au calcul du Poids du fluide représenté par le volume
déplacé par la surface AB .
c. Calcul de la force de pression resultante
• Le calcul des 2 composantes FH et FV permet ensuite de déterminer la
résultante F par l’expression :

• Position du point d’application de la Force de Pression :


• Le point d’application de la résultante F est obtenu si l’on connaît les
composantes FH et FV .
• Dans le cas général , il faudra établir l’équation de la courbe AB et celle du
segment représentant la force F ( équation d’une droite ) en tenant compte que
l’angle d’inclinaison de la force résultante F par rapport à l’horizontale est obtenu
par la formule suivante :
12. Théorème d’Archimède

• Tout corps plongé dans un fluide reçoit de la part de ce fluide une force (poussée)
verticale, dirigée vers le haut dont l'intensité est égale au poids du volume de
fluide déplacé (ce volume est donc égal au volume immergé du corps).
• PARCH=ρfluide.Vimm.g

A l’équilibre P ARCH  P  0  PARCH  P

 fluide Vimm g   solide Vsolide g


  fluide Vimm   solide Vsolide
 fluide Vsolide
 
 solide Vimm
P
Enoncé
ENONCE
La figure ci-dessous représente un réservoir ouvert, équipé de deux tubes piézométriques et
rempli avec deux liquides non miscibles :
- de l'huile de masse volumique ρ1=850 kg/m3 sur une hauteur h1=6 m,
- de l'eau de masse volumique ρ2=1000 kg/m3 sur une hauteur h2=5 m.
On désigne par:
- A un point de la surface libre de l'huile,
- B un point sur l'interface entre les deux liquides,
- C un point appartenant au fond du réservoir
- D et E les points représentants les niveaux dans les tubes piézométriques,
- (O, 𝑍) est un axe vertical tel que ZC=O.
Appliquer la relation fondamentale de l'hydrostatique (RFH) entre les
points:
1) B et A. En déduire la pression PB (en bar) au point B.
2) A et E. En déduire le niveau de l'huile ZE dans le tube piézométrique.
3) C et B. En déduire la pression PC (en bar) au point C.
4) C et D. En déduire le niveau de l'eau ZD dans le tube piézométrique.
Enoncé
Solution

Vous aimerez peut-être aussi