Vous êtes sur la page 1sur 8

LYCEE SECONDAIRE

SIJOUMI

Sections : MATHEMATIQUES + TECHNIQUES Coefficient : 3


SCIENCES EXPERIMENTALES Coefficient : 4

EPREUVE : SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures

Proposé par : Mme Mermech


Mrs Mejri & Benaich Date : 12 / 05 / 2008

L’épreuve comporte deux exercices de chimie et trois exercices de physique répartis sur quatre
pages numérotées de 1/4 à 4/4
Chimie :  Exercice 1 : Pile . Physique :  Exercice 1 : Spectre atomique .
 Exercice 2 : Pile .  Exercice 2 : Radioactivité .
 Exercice 3 : Exercice documentaire .

Avec les deux couples M1n+ | M1 et M2n+ | M2 , on réalise la pile symbolisée par
n+ n+
M1 | M1 || M2 | M2 .
1°) a) Faire le schéma de la pile avec toutes les indications nécessaires .
b) Préciser le rôle du pont salin . Peut-on le remplacer par un fil conducteur ?
c) Ecrire l’équation de la réaction associée à cette pile .
2°) Donner l’expression de la f.é.m. E de la pile en fonction de sa f.é.m. standard
( normale ) E° , de n et des concentrations molaires [M1n+] et [M2n+] .
3°) On prend [M1n+] = 10-1 mol.L-1 . E (V)
On fait varier [M2n+] et on mesure
la f.é.m. E de la pile correspondante
à 25°C ; on obtient alors la courbe 0,15
représentée ci-contre .
En exploitant la courbe E = f(log[M2n+]) ,
0,10
déterminer :

a) La valeur de n . 0,05
b) La valeur de la f.é.m. standard
( normale ) E° de la pile . log[M2n+]
-1 -0,5 0 0,5 1

On réalise la pile symbolisée par : Sn | Sn2+ ( 10-1 mol.L-1 ) || Pb2+ ( 1 mol.L-1 ) | Pb .


1°) La mesure de la f.é.m. E de cette pile , à 25°C , donne E = 0,04 V .
a) Déterminer la valeur de la f.é.m. standard E° de cette pile .
b) Comparer , en le justifiant , le pouvoir réducteur des deux couples Sn2+/Sn et Pb2+/Pb .

page 1/4 Voir suite au verso 


2°) On relie les électrodes de la pile à un conducteur ohmique .
a) Ecrire l’équation de la réaction qui se produit spontanément .
b) Déterminer la constante d’équilibre K relative à la réaction spontanée .
c) Calculer les concentrations des ions Pb2+ et des ions Sn2+ lorsque la pile cesse de débiter
du courant . On suppose que les deux solutions des deux demi-piles ont même volume V .
3°) a) Sachant que le potentiel standard d’électrode du couple Sn2+/Sn est
2+
E°(Sn /Sn) = - 0,14 V , déterminer , en utilisant la question 1°) a) , la valeur de
E°(Pb2+/Pb) .
b) Schématiser avec toutes les indications nécessaires la pile permettant de mesurer
le potentiel standard d’électrode E°( Sn2+ / Sn ) . Donner son symbole .
c) Préciser la polarité de cette pile et déduire le sens du courant dans le circuit extérieur .
d) Ecrire les deux demi-équations symbolisant les transformations qui se produisent au niveau
de chaque électrode et l’équation de la réaction qui a lieu spontanément lorsque la pile
débite du courant .

NC
Ne
Partie A 1

Les résultats de l’expérience de Franck et Hertz sont


donnés par la courbe ci-contre :
On fait varier l’énergie cinétique Ec des électrons émis EC ( eV )
0 4,9 9,8 14,7
par la cathode vers la grille .
On compte , par unité de temps , le nombre Ne d’électrons émis par la cathode et le nombre Nc
d’électrons qui atteignent le capteur .
NC
1°) Interpréter les valeurs du rapport sur les intervalles suivants :
Ne
a) EC ∈ [ 0 ; 4,9 eV [ .
b) EC = 4,9 eV .
c) EC ∈ ] 4,9 ; 9,8 eV [ .
2°) Déduire le phénomène mis en évidence par l’expérience de Franck et Hertz .
Partie B
Pour l’atome d’hydrogène , la quantification de l’énergie se traduit par la relation :
E0
En = - avec -Eo = -13,6 eV et n ∈ N ∗ .
n2

1°) Donner les valeurs des énergies d’ionisation et de l’état fondamental .


2°) a) Montrer que la longueur d’onde de la radiation émise lorsque l’atome d’hydrogène passe d’un
hc
état excité p > 2 à l’état n = 2 a pour expression : λp,2 = .
1 1
E0 ( - 2 )
4 p

b) Déduire la longueur d’onde de la radiation Hα α émise par l’atome d’hydrogène sachant


qu’elle correspond au passage de son électron du niveau d’énergie E3 au niveau E2 .
On donne : constante de Planck h = 6,62.10-34 J.s ;
célérité de la lumière c = 3.108 m.s-1 ; 1 eV = 1,6.10-19 J .

page 2/4
3°) L’atome d’hydrogène étant dans un état correspondant au niveau n = 2 , il reçoit un photon
d’énergie W = 4 eV . Montrer que l’électron est arraché . Déterminer en eV son énergie
cinétique EC .

Partie A
210
Le noyau de polonium 84 Po se désintègre spontanément pour donner un noyau fils Y avec émission
d'une particule α .
1°) Ecrire l'équation de la réaction de désintégration et identifier le noyau fils Y . Préciser les
règles utilisées .
On donne le tableau suivant :
Nombre de charges Z 80 81 82 83 84
Symbole du nucléide Hg Tℓ Pb Bi Po
A
2°) a) Définir l’énergie de liaison d’un noyau Z X.
b) Exprimer puis calculer en MeV l’énergie de liaison du noyau Po et du noyau fils Y .
c) Préciser , en le justifiant , lequel de ces deux noyaux est le plus stable .
On donne :
Symbole Po Y neutron proton
Masse [ en unité de masse atomique (u) ] 209,9368 205,9295 1,0087 1,0073
Unité de masse atomique : 1u = 931,5 MeV.c-2 .
3°) On admet que l’énergie libérée par la réaction ( W = 4,29 MeV ) est communiquée à la
particule α et au noyau fils Y sous forme d’énergie cinétique et que le rapport des
E (α) m
énergies cinétiques de la particule α et du noyau fils Y est donné par : C = Y .
Ec ( Y ) mα
a) Calculer en MeV la valeur de l’énergie cinétique EC(α) de la particule α .
On donne : masse de la particule α est mα = 4,0027 u .
b) En réalité , on constate que certaines particules α émises ont une énergie cinétique E’C(α)
inférieure à celle déjà calculée . Expliquer l’origine de cet écart . Sous quelle forme
se manifeste-t-il ?
4°) On désigne par N0 le nombre de noyaux Po présents à la date t = 0 et N ce nombre à une
date t ultérieure . On admet que -dN = N.λ.dt avec –dN le nombre de noyaux désintégrés
pendant la durée dt .
N
Monter que = e-λλt ; λ étant la constante radioactive de Po .
N0 N
-Ln( )
5°) Une étude expérimentale a permis de tracer la N0
N 1
courbe –Ln( ) = f(t) représentée ci-contre .
N0
a) Déterminer , à partir de cette courbe , la valeur 0,5
de la constante radioactive λ .
b) La radioactivité est-elle un phénomène périodique ? t ( jours )
0 100 200
Définir la période radioactive T d’un radioélément .
Ln2
c) Montrer que l’expression de la période radioactive est donnée par : T =
λ
où Ln désigne le logarithme népérien . Calculer la valeur de T .

Page 3/4 Voir suite au verso 


Partie B

On considère la réaction nucléaire suivante :


1 235 140 94 1
0 n + 92 U Z Xe + 38 Sr + k 0 n .
1°) Donner le type de cette réaction et citer son nom en justifiant votre réponse .
2°) Déterminer en le justifiant , les valeurs de Z et de k .
3°) a) Exprimer puis calculer la variation de masse ∆m qui accompagne cette réaction .
b) Préciser , en le justifiant , si cette réaction libère ou consomme de l'énergie .
Calculer cette énergie en MeV .
On donne le tableau suivant :
235 140 94
Symbole U Xe Sr neutron proton

Masse [ en unité de masse atomique (u) ] 234,9934 139,8888 93,8064 1,0086 1,0073

Célérité de la lumière : c = 3.108 m.s-1 ; unité de masse atomique : 1u = 931,5 MeV.c-2 .

Le temps de demi-vie du carbone 14 est de l’ordre de 5570 ans . Il est continuellement produit
dans la haute atmosphère grâce à des réactions nucléaires entre les noyaux des atomes d’azote 14 de
l’air et des neutrons d’origine cosmique. Ces réactions maintiennent une teneur constante en carbone 14
dans l’atmosphère . Le carbone 14 formé réagit rapidement avec le dioxygène de l’air pour former du
dioxyde de carbone , CO2 .
Tous les organismes vivants échangent du dioxyde de carbone avec l’atmosphère par la respiration et
l’alimentation . Ils fixent le carbone 14 dans leurs tissus jusqu’à leur mort, à une teneur égale à celle de
l’atmosphère . Après la mort, l’absorption et le rejet de dioxyde de carbone s’arrêtent .
En 1983 fut découverte l’épave d’un drakkar dans la vase du port de Roskilde (à l’ouest de Copenhague) .
Pour valider l’hypothèse indiquant que ce navire est d’origine viking, une datation au carbone 14 est
réalisée sur un échantillon de bois prélevé sur sa coque .
L’activité A mesurée pour cet échantillon est de 12,0 désintégrations par minute et par gramme
de carbone . Or l’activité pour 1 gramme de carbone participant au cycle du dioxyde de carbone de
l’atmosphère est égale à A0 = 13,6 désintégrations par minute .

1°) Justifier la variation d’activité d’un échantillon de bois au cours du temps .


2°) Sachant que la loi de décroissance de l’activité en fonction du temps s’écrit : A(t) = A0×e–λλ.t ,
λ étant la constante radioactive du radioélément .
a) Exprimer le temps t en fonction des autres grandeurs A(t) , A0 et λ . Le calculer .
b) Le temps t correspond au temps écoulé entre la date de fabrication du bateau et la date
de découverte de l’épave . Déterminer l’année de construction du bateau .
3°) La période Viking s’étend du VIIIème siècle au XIème .
L’hypothèse faite précédemment est-elle vérifiée ?

Page 4/4
Correction du bac blanc

1°) a) Métal M1 Métal M2

M1n+ M2n+
(C ) (C )
b) Le rôle du pont salin est :
- fermer le circuit .
- assurer la neutralité électrique dans les deux compartiments .
Non , le pont salin ne peut pas être remplacé par un fil conducteur car ce dernier conduit le courant
électrique ( électrons ) et non les ions .

c) L’éq. de la réaction associée s’écrit : M1 + M2n+ M1n+ + M2

0,06 [M1n + ]
2°) E = E° - log
n [M2n + ]

3°) a) La courbe E = f(log[M2n+]) est une droite qui ne passe pas par l’origine ⇒ E = A.log[M2n+] + B
0,18 - 0,12
Avec A : pente de la droite ; A = = 0,03 V et B : ordonnée à l’origine ( B = 0,15 V ) .
1 - (-1)
0,06 0,06 0,06 0,06
D’autre part , E = log[M2n+] + E° - log[M1n+] ⇒ E = log[M2n+] + E° +
n n n n
0,06
Donc , par identification , = 0,03 ⇒ n = 2
n
0,06
b) E° + = 0,15 ⇒ E° = 0,12 V
n

1°) a) L’éq. de la réaction associée s’écrit : Sn + Pb2+ Sn2+ + Pb

[Sn 2+ ] [Sn 2+ ] 10 -1
Donc , E = E° - 0,03log ⇒ E° = E + 0,03log = 0,04 + 0,03log soit E° = 0,01 V
[Pb 2+ ] [Pb 2+ ] 1

b) E° > 0 ⇒ E°(Pb2+/Pb) – E°(Sn2+/Sn) > 0


⇒ E°(Pb2+/Pb) > E°(Sn2+/Sn) > 0 ⇒ Sn réducteur pus fort que Pb

2°) a) E = 0,04 V > 0 ⇒ sens direct possible spont. : Sn + Pb2+ Sn2+ + Pb

b) E = E° - 0,03log π .
E° 1
0, 03
Lorsque la pile est usée , on a E = 0 et π = K ⇒ 0 = E° - 0,03logK ⇒ K = 10 = 10 3
soit K = 2,15

c) Sn + Pb2+ Sn2+ + Pb
t=0 n1 n2 (mol)
t qqe n1 – x n2 + x (mol)
n1 x n2 x
t qqe – + (mol.L-1)
V V V V
t qqe 1–y 0,1 + y (mol.L-1)
0,1 + y
Lorsque la pile cesse de débiter du courant ( éq. dyn. ) , on a = 2,15 ⇒ y = 0,65 mol.L-1
1-y
Donc , [Pb2+]éq. = 0,35 mol.L-1 et [Sn2+]éq. = 0,75 mol.L-1

3°) a) E° =E°(Pb2+/Pb) – E°(Sn2+/Sn) ⇒ E°(Pb2+/Pb) = E° + E°(Sn2+/Sn) soit E°(Pb2+/Pb) = - 0,13 V

Page 1/4
b) V
fil de platine

pont salin lame de Sn


H2(g) ( pH2 = 1 bar )

platine platiné

H3O+ ( 1mol.L-1 ) Sn2+ ( 1mol.L-1 )

Le symbole de cette pile est Pt| H2(g) (pH2 = 1 bar ) | H3O+ ( 1 mol.L-1 ) || Sn2+( 1 mol.L-1 ) | Sn

c) E = E°(Sn2+/Sn) = - 0,14 V < 0


⇒ Vb(Sn) – Vb(Pt) < 0 ⇒ Vb(Sn) < Vb(Pt) ⇒ Vb(Sn) : pôle - et Vb(Pt) pôle + ⇒ courant : Pt→ Sn

d) Courant : Pt→ Sn ⇒ électrons : Sn→Pt


Donc , au niveau de la lame de platine : 2H3O+ + 2e- H2(g) + 2H2O
au niveau de la lame d’étain : Sn Sn2+ + 2e-

L’éq. de la réaction possible spont. s’écrit alors : Sn + 2 H3O+ Sn2+ + 2 H2O + H2(g)

Partie A
NC
1°) a) Pour EC ∈ [ 0 ; 4,9 eV [ , = 1 : tous les électrons émis ont atteint le capteur : il s’agit de chocs
Ne
élastiques sans transfert d’énergie .
NC
b) Pour EC = 4,9 eV , passe de 1 à une valeur strictement inférieure à 1 :
Ne
NC
c) Pour EC ∈ ] 4,9 eV ; 9,8 eV [ , < 1 : quelques électrons émis n’ont pas atteint le capteur : il s’agit de
Ne
chocs inélastiques avec transfert d’une partie d’énergie .
2°) L’énergie d’un atome ne peut prendre que certaines valeurs particulières : elle est quantifiée .
Partie B
1°) Energie d’ionisation : Eionisation = E0 = 13,6 eV
Energie de l’état fondamental : E1 = - E0 = -13,6 eV
hc hc hc hc
2°) a) Ep – E2 = ⇒ λp,2 = = soit λp,2 =
λ p,2 Ep - E2 E0 E0 1 1
- + E0 ( - 2 )
2 4 4 p
p

hc 6,62.10 -34 x3.10 8


b) λ(Hα) = λp,2(p=3) = = soit λ(Hα) = 657 nm
1 1 5
E0 ( - ) 13,6x1,6.10 -19 x
4 9 36
3°) W + E2 = 4 eV + ( -3,4 eV ) = 0,6 eV > 0 ⇒ le photon est absorbé et EC = 0,6 eV

Partie A
A
1°) 210
84 Po ZY + 24He
 Conservation du nombre de masses : 210 = A + 4 ⇒ A = 206 A 206
⇒ ZY = 82 Pb
 Conservation du nombre de charges : 84 = Z + 2 ⇒ A = 82
210 206 4
D’où , l’éq. De la réaction s’écrit : 84 Po 82 Pb + 2 He

Page 2/4
A
2°) a) L’énergie de liaison d’un noyau ZX est l’énergie qu’il faut fournir à ce noyau pour séparer ses
différents nucléons .
Son expression est donnée par : Eℓ( ZA X ) = [ Z.mp + ( A – Z ).mn – m( ZA X ) ].c2

b) Eℓ( 210 210 2 210


84 Po ) = [ 84.mp + 126.mn – m( 84 Po ) ].c soit Eℓ( 84 Po ) = 1651,1769 MeV

Eℓ( 206 206 2 206


82 Pb ) = [ 82.mp + 124.mn – m( 82 Pb ) ].c soit Eℓ( 82 Pb ) = 1628,16885 MeV

El ( 210
84 Po) El ( 206
82 Pb)
c) E( 210
84 Po ) = = 7,86 MeV/nucléon < E( 206
82 Pb )= = 7,90 MeV/nucléon
210 206
⇒ 206 210
82 Pb est plus stable que 84 Po

Ec (α) m(Pb) m(α)


3°) a) |W| = EC(Pb) + EC(α) et = ⇒ EC(Pb) = EC(α)
EC (Pb) m(α) m(Pb)
m(α) W
D’où , |W| = ( 1 + )EC(α) ⇒ EC(α) = m( α )
soit EC(α) = 4,21 MeV
m(Pb) 1+ m( Pb)

206
b) E’C(α) < EC(α) ⇒ le noyau fils 82 Pb a été obtenu dans un état excité ⇒ il se désexcite en émettant un
rayonnement γ ( photon) selon l’éq. Bilan : 206
82 Pb
∗ 206
82 Pb + γ
Etat excité Etat Fondamental
(instable) (stable)

dN dN
4°) -dN = N.λ.dt ⇒
dt
= -λ.dt ⇒ ∫N =- ∫λ.dt ⇒ LnN = -λt + K
N N
A t = 0 , N = N0 ⇒ LnN0 = K . D’où , LnN = -λt + LnN0 ⇒ Ln = -λt ⇒ = e-λt ⇒ N =N0.e-λt
N0 N0

N N
5°) a) La courbe -Ln = f(t) est une droite qui passe par l’origine ⇒ -Ln = At avec A : pente de la droite .
N0 N0
1 - 0,5
A= = 5.10-3 j-1 . Par identification , λ= 5.10-3 j-1
(200 - 100)j
b) La radioactivité n’est pas un phénomène périodique .
La période radioactive d’un radioélément notée T est la durée nécessaire pour que le nombre de noyaux
initialement présents diminue de moitié .
N0
N0 1 Ln2
c) Pour t = T , N = ⇒ -Ln 2 = λT ⇒ -Ln = λT ⇒ Ln2= λT ⇒ T = soit T = 138,63 j
2 N0 2 λ
Partie B

1°) Il s’agit d’une réaction nucléaire provoquée : c’est une fission .


Justification : bombardé par un neutron , un noyau lourd donne deux noyaux mi-lourds avec émission
de k neutrons .

2°) a)  Conservation du nombre de masses : 1 + 235 = 140 + 94 + k ⇒ k = 2


 Conservation du nombre de masses : 0 + 92 = Z + 38 + 0 ⇒ Z = 54
1 235 140 94
D’où , l’éq. s’écrit : 0n + 92 U 54 Xe + 38 Sr + 2 01n

3°) a) ∆m = ( mXe + mSr + 2mn ) – ( mn + mU ) ⇒ ∆m = mXe + mSr + mn – mU


Soi t ∆m = - 0,2896 u
Page 3/4
b) ∆m < 0 ⇒ mf – mi < 0 ⇒ mf < mi ⇒ m ⇒ masse → énergie libérée

W = ∆m.c2 A.N. : W = - 0,2896x931,5MeV.c-2.c2 soit W = -269,7624MeV

1°) La variation d’activité est due à la variation du nombre de noyaux présents ( A = λN )


A0
A A A0 Ln Ln2
-λt -λt
= -λt ⇒ λt = Ln avec λ =
A
2°) a) A = A0.e ⇒ =e ⇒ Ln ⇒t=
A0 A0 A λ T
A0
Ln A
D’où , t = T soit t = 1005 ans
Ln2

b) tfabrication = 1983 – 1005 soit tfabrication = 978 ans

3°) a) 978 ans ∈ ] 900 ans ; 1000 ans ] : Xéme siècle ⇒ l’hypothèse est vraie

Page 4/4