Vous êtes sur la page 1sur 5

LYCEE SECONDAIRE

SIJOUMI DEVOIR DE CONTROLE N°1 Date : 13 / 11 / 2009

MATHEMATIQUES + SCIENCES EXPERIMENTALES COEF. : 4


SECTIONS :
SCIENCES TECHNIQUES COEF. : 3

ÉPREUVE : SCIENCES PHYSIQUES


DURÉE : 2 heures
Proposé par : Mme Mermech & Mr Benaich

L’épreuve comporte deux exercices de chimie et deux exercices de physique répartis sur trois
pages numérotées de 1/3 à 3/3 .

Deux moles de propane C3H8 réagissent avec six moles de dioxygène O2 .


L’équation de la réaction est : C3H8 + 5 O2 3 CO2 + 4 H2O
1°) Dresser le tableau descriptif d’avancement de la réaction étudiée .
2°) A la date t1 , la quantité de matière de dioxygène O2 restante est 1 moℓ .
Déterminer à la date t1 :
a) L’avancement x1 de la réaction .
b) La composition du mélange .
3°) Sachant que la réaction étudiée est totale , déterminer la composition du mélange à la fin de
la réaction .

On étudie la cinétique chimique de la réaction supposée totale et dont l’équation bilan est :

2 H3O+ + H2O2 + 2 I- I 2 + 4 H 2O

A l’instant t = 0 , on mélange à 25°C , dans un bécher :


♦ V1 = 50 mL d’une solution aqueuse d’eau oxygénée H2O2 de concentration molaire
C1 = 4,5.10-2 moℓ
ℓ.L-1 .
♦ V2 = 50 mL d’une solution aqueuse d’iodure de potassium KI de concentration molaire
C2 = 6.10-2 moℓ
ℓ.L-1 .
♦ Un excès d’une solution aqueuse d’acide sulfurique ( 2 H3O+ + SO42- ) .
1°) a) Vérifier que les quantités de matière initiales n0(H2O2) de l’eau oxygénée H2O2
et n0(I-) des ions iodures I- dans le mélange , à l’instant t= 0 , sont respectivement
2,25.10–3 moℓ
ℓ et 3.10–3 moℓ
ℓ.
b) Montrer que , dans ce mélange , l’ion iodure I- constitue le réactif limitant ( en défaut ) .
c) Dresser le tableau descriptif relatif à ce système et déduire la quantité de matière maximale
de diiode n(I2)max formé à la fin de la réaction .
Page 1/3 Voir suite au verso 
2°) Pour doser le diiode I2 formé , on prélève , à différents instants de dates t , un volume V
du mélange réactionnel que l’on verse dans un erlenmeyer et que l’on place immédiatement dans
un bain d’eau glacée . Puis , on dose rapidement le diiode formé par une solution de thiosulfate
de sodium de concentration connue . Ceci permet de tracer la courbe correspondant à la
concentration en ions iodure restant [I-] en fonction du temps . Par la suite , on trace la courbe
ci-dessous où la droite (∆) en pointillé représente la tangente à la courbe au point d’abscisse t1 .
a) Pourquoi a-t-on placé l’erlenmeyer [I-] ( 10-2 moℓ
ℓ.L-1 )
dans le bain d’eau glacée ?
b) Définir la vitesse volumique
instantanée VV(t) d’une réaction 3
chimique et montrer qu’elle a pour
expression : 2
-
1 d[ I ]
VV(t) = - . La calculer à
2 dt 1
la date t1 = 3 s . (∆) t (s)
c) Cette vitesse va-t-elle diminuer 0 5 10 15
ou augmenter à un instant t2 tel que t2 > t1 ? Justifier la réponse à partir de l’allure de la
courbe .
3°) Indiquer deux facteurs cinétiques pouvant augmenter la vitesse initiale de la réaction .

Le montage du circuit électrique schématisé


sur la figure -1- représentée ci-dessous comporte :
- un générateur idéal de tension de force électromotrice E ;
- un conducteur ohmique de résistance R inconnue ;
- un condensateur de capacité C = 40 µF ;
- un interrupteur K .
Le condensateur est initialement déchargé .
R

M E C

Y1 Y2

Figure -1-

1°) Reproduire le schéma du montage représenté par la figure -1- en ajoutant les connexions
nécessaires avec l'oscilloscope afin de visualiser la tension UR(t) aux bornes du conducteur
ohmique sur la voie Y1 et la tension UC(t) aux bornes du condensateur sur la voie Y2 .
Préciser l’opération qu’il faut effectuer au niveau de l’oscilloscope pour obtenir les
oscillogrammes souhaités . Expliquer .
Page 2/3
2°) A l’instant t = 0 , on ferme l’interrupteur K . On reproduit sur la figure-2- l’oscillogramme
obtenu sur l’une des voies Y1 ou Y2 :
U(t) (V)

6
5
4
3 Figure -2-
2
1
t (ms)
0 50 100 150 200
a) Laquelle des voies Y1 ou Y2 permet de visualiser l’oscillogramme de la figure-2- ?
Justifier votre réponse .
b) Déterminer la valeur de la f.é.m. E du générateur . Expliquer .
c) Déterminer graphiquement la valeur de la constante de temps τ du circuit .
d) Déduire la valeur de la résistance R du conducteur ohmique .
3°) Etablir l’équation différentielle vérifiée par la tension UC(t) aux bornes du condensateur .
t
-
RC
4°) Vérifier que UC(t) = E.( 1 - e ) est solution de l’équation précédente .
5°) Si l’on veut charger plus rapidement le condensateur , doit-on augmenter ou bien diminuer la
valeur de la résistance R ? Justifier la réponse .
6°) Calculer l’énergie EC emmagasinée dans le condensateur à la fin de la charge .
E
K

1°) Le circuit de la figure figure -3- est constitué


d’un générateur de tension continue de f.é.m. E , L1
R
d’un interrupteur K , de deux lampes identiques
L1 et L2 , d’un résistor de résistance R associé
en série avec la lampe L2 et d’une bobine ( L ; r )
d’inductance L inconnue et de résistance r = R
associée en série avec la lampe L2 . Lorsqu’on
ferme K , on constate que l’une des deux lampes Figure -3- L2
s’allume après une retard ∆t .
i(A)
Identifier cette lampe et expliquer le phénomène mis en jeu .
2°) On alimente maintenant la bobine par un générateur de
courant variable i(t) dont la représentation est donnée 4
par figure –4- .
a) Déterminer l’expression de l’intensité i(t) du courant dans
chacun des intervalles de temps [ 0 ; 2s ] et [ 2s ; 4s ] .
b) Une mesure de la f.é.m.e induite sur l’intervalle [ 0 ; 2s ] t(s)

donne e = 1,6 V . Déduire la valeur de l’inductance L . 0 1 2 3 4 5 6


Figure -4-
Page 3/3
Correction du devoir de contrôle N°1

1°)
Equation de la réaction C3H8 + 5 O2 3 CO2 + 4 H 2O

Etat du système Avancement Quantités de matière (moℓ)


Initial 0 2 6 0 0

Intermédiaire x 2-x 6 - 5x 3x 4x
Final xf 2 - xf 6 - 5xf 3xf 4xf
2°) a) A t = t1 , (n ) = 1 moℓ ⇒ 6 – 5x1 = 1 moℓ ⇒ x1 = 1 moℓ
O2 t1

b) (n ) = 2 – x1 = 2 – 1 soit (n ) = 1 moℓ
C3H8 t1 C3H8 t1

(n ) = 3x1 soit (n ) = 3 moℓ et (n ) = 4x1 soit (n ) = 4 moℓ


CO2 t1 CO2 t1 H2O t1 H2O t1

(n ) (n )
C3H8 0 2 O2 0 6
3°) = = 2 moℓ > = = 1,2 moℓ ⇒ O2 réactif en défaut ( réactif limitant )
1 1 5 5
⇒ (n ) = 0 ⇒ 6 - 5xf = 0 ⇒ xf = 1,2 moℓ
O2 f

Donc , (n ) = 2 - xf = 2 – 1,2 soit (n ) = 0,8 moℓ


C3H8 f C3H8 f

(n ) = 3xf soit (n ) = 3,6 moℓ et (n ) = 4xf soit (n ) = 4,8 moℓ


CO2 f CO2 f H2O f H2O f

1°) a) n(H2O2)0 = C1.V1 = 4,5.10-2x50.10-3 soit n(H2O2)0 = 2,25.10-3 moℓ

et n(I-)0 = C2.V2 = 6.10-2x50.10-3 soit n(I-)0 = 3.10-3 moℓ

n(H2 O2 )0 2,25.10 -3 n(I - )0 3.10 -3


b) = =2,25.10 > -3
= =1,5.10-3⇒ I- est le réactif limitant
1 1 2 2
c)
Equation de la réaction 2 H3O+ + H2O2 + 2 I- I2 + 4 H2O
Etat du système Avancement Quantités de matière (moℓ)

Initial 0 2,25.10-3 3.10-3 0 0

Intermédiaire x 2,25.10-3 - x 3.10-3 - 2x x 4x
∼ -3 -3
Final xf 2,25.10 - xf 3.10 - 2xf xf 4xf
I- est le réactif limitant - -3 -3
⇒ n(I )f = 0 ⇒ 3.10 - 2xf = 0 ⇒ xf = 1,5.10 moℓ .
La réaction est totale
D’où , n(I2)f = 1,5.10-3 moℓ
2°) a) On a placé l’erlenmeyer dans le bain d’eau glacée pour ralentir au maximum la réaction .
dy
b) VV(t)= avec y : avancement volumique de la réaction .
dt
3.10 -3 - x 3.10 -3 x 3.10
-3

D’après le tableau d’avancement , [I-] = = -2 = - 2y avec V : volume total .


V V V V
3.10 -3 1 -
3.10 -3 d( - [I ]) -
1 - 2V 2 1 d[I ]
D’où , y = - [I ] . Donc , Vv(t)= ⇒ Vv(t)= -
2V 2 dt 2 dt
-3 -1
1 (2 - 1,5).10 mol.L
A.N. : VV(t1) =- soit VV(t1) = 8,33.10-5 moℓ.L-1.s-1
2 ( 0 - 3)s

Page 1/2
c) Cette vitesse diminue au cours du temps car la concentration des réactifs diminue au cours du temps .

Donc , V(t2) < V(t1)

3°) Pour augmenter la vitesse initiale de la réaction , il suffit d’ajouter un catalyseur ( Fe2+ ) ou d’augmenter
la température du mélange réactionnel .

i R

1°) K
M UR
E UC C
Y1 Y2

La tension UC étant inversée ; on appuie alors sur le bouton INV de l’oscilloscope .


2°) a) La tension représentée sur la figure -2- est croissante en exponentielle ;

donc il s’agit de UC(t) → Voie Y1

b) UC(t) fonction croissante et tend vers E . D’après la courbe , E = 6V

c) D’après la courbe , le point d’ordonnée 0,63E = 3,78 V a pour abscisse τ = 40 ms

τ 50.10 -3
d) τ = R.C ⇒ R = A.N. : R = soit R = 103 Ω
C 40.10 -6
3°) La loi des mailles s’écrit : UR + UC = E (∗) i R
dq d(C.UC ) dUC K
Or UR = R.i = R =R = RC UR
dt dt dt UC
E C
dUC dUC 1 E
(∗) devient : RC + UC = E ⇒ + UC =
dt dt RC RC
t t
-
RC
dUC E -RC
4°) UC(t) = E.( 1 - e )⇒ = e
dt RC
t t t t
dUC 1 E -RC 1 - E -RC E E -RC E
Donc , + UC = e + E.( 1 - e RC ) = e + - e =
dt RC RC RC RC RC RC RC
5°) Diminuer la durée de charge revient à diminuer τ = R.C . Donc , il suffit de diminuer R .

1 1 1
6°) EC = C.UCm2 = C.E2 A.N. : EC = 40.10-6.36 soit EC = 7,2.10-4 J
2 2 2

1°) La lampe L2 s’allume après un retard ∆t . Ce retard est dû à l’apparition d’un courant induit i qui s’oppose à
l’établissement du courant principal dans la bobine ( loi de Lenz ) .
( 4 - 0)A
2°) a) ♦ Pour t ∈ [ 0 ; 2 s ] , i(t) = at + b avec b = 4 A et a : pente de la droite , a = = - 2 A.s-1 .
(0 - 2)s
Donc , i(t) = - 2t + 4
( 4 - 0)A
♦ Pour t ∈ [ 2 s ; 4 s ] , i(t) = a’t + b’ avec a’ : pente de la droite . a’ = = 2 A.s-1 .
(2 - 0)s
et b’ : ordonnée à l’origine . Pour t = 2 s , i = 0 ⇒ 0 = 2 x 2 + b’ = 0 ⇒ b’ = - 4 A .

Donc , i(t) = 2t – 4
di e 1,6
b) e = - L ⇒L=– A.N. : L = – soit L = 0,8 H
dt di -2
dt
Page 2/2