Vous êtes sur la page 1sur 7

Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC)

République Démocratique du Congo


Sept 2021
(RDC)
Synthèse provinciale des résultats du 20ème cycle IPC
Province : Nord-Kivu

Page 1/7
1. Contexte politique et Sécuritaire

Le contexte sécuritaire du Nord-Kivu reste caractérisé par les déplacements des populations suite aux
conflits récurrents (armés, coutumiers, fonciers, ethniques, etc.).
Malgré l’état de siège décrété dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri et les opérations en cours
des FARDC contre les multiples groupes armés dont les plus importants sont : ADF, APCLS,
NYATURA, NDUMA DC, ABAZUNGU … , la situation sécuritaire ne s’est pas encore améliorée et
occasionne des mouvements.
Selon OCHA, la province compte plus de 1 808 759 personnes déplacées et 1 068 216 personnes
retournées au mois d’Aout 2021 dont 26 300 personnes déplacées et 4 000 personnes retournées dans
les trois derniers mois.
Ces conflits affectent les zones de production agricole notamment dans les territoires de Rutshuru,
Masisi, Beni et Lubero ; en effet, suite aux exactions des groupes armés, les ménages éprouvent des
difficultés à accéder aux ressources vitales et à leurs moyens d’existence.
En outre, les grandes exploitations agricoles qui utilisaient jadis une main d’œuvre locale connaissent
des difficultés suite à l’insécurité, tandis que les flux des échanges commerciaux sont fortement
perturbés ; ce qui a un impact sérieux sur la production locale. Cette situation est à la base de
l’incertitude auprès des ménages producteurs démotivés à continuer à produire d’autant plus que leur
production est menacée par les pillards des groupes armés.

Depuis plus d’une décennie, l’insécurité généralisée causée par les groupes armés nationaux et
étrangers qui se battent entre eux d’une part, et contre l’armée nationale d’autre part, réduit
sensiblement la production et anéantie le moyen de subsistance des populations.

2. Résumé des Conflits et violences sur les 6 derniers mois

La province du Nord-Kivu est confrontée depuis plusieurs décennies à des conflits multiformes
récurrents. Les affrontements entre groupes armées rivaux sont fréquents depuis plusieurs décennies
causant d’énormes problèmes d’ordre sécuritaire : les tueries ; les pillages et les violences faites aux
femmes. Les mouvements de population vers des camps de déplacés qui en résultent entrainent
l’abandon des champs par les populations.

Dans le territoire de Beni, depuis que le gouvernement a décrété l’état de siège dans la province, on
assiste à un changement du mode opératoire des groupes armés, notamment les ADF NALU qui
agissent sous forme de guérillas dans plusieurs villages et attaquent par surprise les populations.
Dans d’autres territoires, on assiste à des affrontements réguliers entre différents groupes armés ; en
effet, certains groupes armés réfracteurs au processus de démobilisation lancé par le Gouvernement,
s’opposent à d’autres groupes armés qui sont prêt pour la reddition.

3. Résumé des déplacements et Mouvements des populations sur les 6 derniers mois

Selon OCHA, la Province du Nord-Kivu a enregistré 1 146 alertes relatives aux mouvements de la
population dont 1 081 000 personnes déplacées et 1 053 000 personnes retournées.

Page 2/7
Au cours de 6 derniers mois (Avril – septembre 2021), la province du Nord-Kivu a enregistré 559 505
personnes déplacées et 85 110 personnes retournés, dont les zones les plus touchées ci-dessous :
 MASISI : 187 361 personnes déplacées  contre 0 personnes retournées
 OICHA : 126 173 personnes déplacées contre 56 525 personnes retournées
 WALIKALE : 96 255 personnes déplacées  contre 0 personnes retournées
 RUTSHURU : 80 470 personnes déplacées  contre 28 585 personnes retournées
 LUBERO : 66 375 personnes déplacées  contre 0 personnes retournées

Page 3/7
4. Résumé des chocs et catastrophes naturelles ayant impactés la sécurité alimentaire

Au courant de cette année 2021, la Province du Nord – Kivu a connu des catastrophes suivantes :
 Eruption volcanique : En date du 22 mai 2021, la province du Nord-Kivu a connu une éruption
volcanique causant les déplacements de 416 000 personnes. Ces déplacés internes sont répartis sur
plus de 10 zones à l'intérieur du pays (Bukavu, Idjwi, Kalehe, Kabare, Masisi , Rutshuru,
Nyiragongo, Lubero, Goma, Butembo), mais aussi au-delà des frontières congolaises.
La coupure de la RN2 a eu d’importantes conséquences sur la sécurité alimentaire des populations,
l’approvisionnement étant restreint. De plus, cette éruption volcanique de Nyiragongo, a
significativement impacté les activités agricoles et d’élevage des ménages, constituant un choc
supplémentaire pour les populations déjà vulnérables dans le territoire de Nyiragongo; plusieurs
champs de populations ont été détruit par la lave, privant leurs propriétaires de moyens de
production, et impliquant d’importants risques en termes de sécurité alimentaire

 Inondation : au courant du mois d’août dernier, plusieurs cas d’inondations ont été enregistrées
dans la Province dont la plus importante est celle causée par l’éruption du volcan éteint de
MIKENO ; en effet, les eaux de ruisseau de NYAKARIBA sont montées au plus fort de la crue et
ont charrié de la boue depuis le mont MIKENO. Les cultures et maisons ont tous été inondés de
cette boue. En outre, plus de 200 ménages ont été touché par des inondations à RUGARI suite au
débordement de la rivière NYAKARIBA.

 Incendie: une vingtaine des maisons ont été brulées en chefferie de BWITO touchant ainsi plus de
100 personnes.

 Incendie des véhicules : dans plusieurs axes routiers, on a connu des incendies des véhicules lors
des embuscades orchestrées par les groupes armés, notamment les ADF, les MAÏ - MAÏ

5. Epidémies et autres chocs sanitaires ayant affectés les territoires de la province

La situation épidémiologique de la COVD-19 continue de se détériorer. Le cumul des cas pour la


province du Nord-Kivu est de 6808 cas au 5 Septembre 2021. En dépit du lancement de la campagne
de vaccination, en Avril 2021, on note une faible adhésion de la population face à cette campagne. A ce
jour, seul 6 775 doses ont été administré jusqu’au 05 septembre 2021. Cette situation continue
d’affecter négativement l’économie des ménages, notamment à travers la perte et la baisse des revenus,
une situation qui pourrait s’empirer avec le renforcement des restrictions en cours par le gouvernement
congolais vu que le pays fait face à une troisième vague du COVID-19 et dont le Nord-Kivu est la
province la plus menacée par cette troisième vague.

6. Aperçu sur la disponibilité alimentaire (la saisonnalité, la pratique agricole, la production agricole, la


pluviométrie, les maladies des cultures)

 Production agricole : la production agricole de la Province du Nord – Kivu est presque stable
depuis plus de deux dernières années.
La production agricole de principales spéculations se présente comme suit :

Page 4/7
Spéculation 2017 2018 2019 2020
Manioc 1 281 534 1 761 232 2 031 161 2 028 285
Patate douce 111 405 304 294 317 807 328 987
Pomme de terre 134620 555 515 601 990 617 597
Haricots 138900 329354 342 932 351 999
Soja 5 470 220 302 240 649 244 797
Arachide 10 810 17 537 17 828 20 235
Maïs 60 705 368 971 402 201 416 212
Riz/Paddy 40 456 104 554 107 690 113 507
Bananier 141825 571 597 602 399 611 722
Huile de palme 47 646 232 305 214 709 48 180

 Déstabilisation des activités pastorales : Le vol de bétail est fréquent dans la zone, ce à quoi
s’ajoutent des maladies comme la peste porcine africaine, le rouget, la pseudo peste aviaire
alors que l’accès à des services vétérinaires est limité à cause des conflits. Selon l’inspection
provinciale de l’agriculture pèche et élevage (IPAPEL), le territoire a perdu près de la moitié de
son cheptel durant les deux dernières années.

Page 5/7
7. Aperçu sur l’accès des ménages aux aliments (fonctionnement des marches, Moyens d’existence,
l’état des routes et infrastructures de base, l’état des stocks alimentaires…)

 Prix des denrées de base et fonctionnement des marchés : En dépit des variations
localisées basées sur la dynamique de l'offre et de la demande observées dans certaines
zones du pays, les prix des principales denrées alimentaires importées, et locaux
resteront stables globalement en ce mois d’août avec des variations typiques
saisonnières sur certains marchés à partir de septembre et une stabilité de la monnaie
locale

 Evolution des moyens d’existence : Au fil des exactions des groupes armés et des
déplacements massifs continus qui en résultent, les populations meurtries du Nord -
Kivu, essentiellement agricultrices, ont perdu l’accès à leurs moyens d’existence, aussi
bien les déplacés que les non déplacés (autochtones). L’accès aux moyens d’existence
pour ces ménages reste un défi. Certains ménages, notamment parmi les nouveaux
déplacés, ont développé des stratégies d’adaptation extrêmes comme la mendicité ou la
pratique du sexe pour se procurer de la nourriture, Cependant, la plupart des ménages
très pauvres et des déplacés, notamment de longue date, emploient des stratégies de
crise comme la réduction du nombre et de la taille des repas et la consommation des
aliments moins chers et moins préférés, le travail des enfants dans le petit commerce et
la diminution des dépenses essentielles non alimentaires.

 Etat des routes et flux commerciaux : Le mauvais état des routes de desserte agricole,
qui pourrait se détériorer avec les fortes pluies de septembre à décembre, continuerait à
limiter les approvisionnements des marchés en denrées alimentaires, et rendrait ainsi
difficile l’accessibilité des territoires.

8. Aperçu de la situation sanitaire ou des pratiques impactant l’utilisation alimentaire des


ménages (l’hygiène alimentaire, l’accès à l’eau potable, les coutumes, la situation sanitaire)

9. Aperçu de la situation nutritionnelle, de la mortalité

 Situation nutritionnelle : La situation nutritionnelle dans le Nord-Kivu est fortement affectée


par l'insécurité dans la Province, qui pourrait causer des déficits alimentaires pour certains
ménages. Par ailleurs, les mauvaises conditions d’hébergement sont également propices à
certaines maladies qui peuvent expliquer une augmentation de la malnutrition. En effet, selon
les dernières enquêtes nutritionnelles effectuées par le PRONANUT et ses partenaires, les
résultats sur la prévalence de la MAG et MAS dans certaines zones de santé se présentent
comme suit :
ZONE DE SANTE Territoire MAG MAS

Page 6/7
OICHA KAMANGO 6,2% 1,2%
MABALAKO BENI 1,5% 0,0%
OICHA BENI 5,4% 0,3%
WALIKALE WALIKALE 5,2% 0,9%
RUTSHURU RUTSHURU 2,6% 0,0%
KARISIMBI GOMA 4,5% 0,7%
GOMA GOMA 1,3% 0,2%

10. Causes structurelles de l’insécurité alimentaire

- Mouvement des populations


- Accès à la terre (conflits fonciers)
- Récurrence des catastrophes naturelles
- Mauvais état des routes de dessertes agricoles
- Récurrence des épidémies (choléra, rougeole, Ebola, Covid 19, …) et des pandémies
(paludisme, VIH SIDA, etc.

11. Annexe :
 Tableau de sévérité par zone de santé
 Liste des Participants : cfr liste des présences
 Sources des données disponibles pour l’analyse IPC (considérer les données récentes des 6
derniers mois) 

Page 7/7

Vous aimerez peut-être aussi