Vous êtes sur la page 1sur 2

Chapitre I 

: électrostatique
I-1 DEFINITION :
La charge : La charge électrique est une propriété
fondamentale de la matière qui lui permet d'interagir
par le biais de champs électromagnétiques. Il s'agit
d'une grandeur scalaire, qui joue pour l'interaction
électromagnétique le même rôle que la masse pour
l'interaction gravitationnelle. Toutefois,
contrairement à cette dernière, il existe deux types
de charges électriques, que l'on distingue par leurs
signes, positif ou négatif. Des charges de même
signe se repoussent, tandis que celles de signes opposés s'attirent. Dans la matière
ordinaire, il y a équilibre entre les charges positives et négatives, on parle
de neutralité électrique.
L'unité usuelle de mesure de la charge est le coulomb (C). Toutefois, dans certains
contextes, d'autres unités comme l'ampère-heure (A h) sont parfois utilisées.
I-2 électrostatique :

L'électrostatique traite des charges électriques immobiles et des forces qu'elles


exercent entre elles, c’est-à-dire de leurs interactions.

Il est difficile de faire des sciences physiques sans connaître et utiliser les
outils mathématiques des formules d'électrostatique.

Il existe une expérience simple, que tout le monde peut faire, permettant de


percevoir une force électrostatique : il suffit de frotter une règle en plastique
avec un chiffon bien sec et de l'approcher de petits bouts de papier. Les
papiers se collent à la règle. L'expérience est simple à réaliser, cependant
l'interprétation n'est pas simple puisque, si la règle est chargée par frottement,
les bouts de papiers ne le sont a priori pas !

Plus simplement, tout le monde a reçu une décharge en attrapant


un chariot par temps très sec ou en descendant ou montant dans une voiture.
Ce sont des phénomènes où il s'est produit une accumulation de charges,
d'électricité, d'électricité statique .

À partir de là, on peut considérer deux catégories de corps: les isolants où


l'état d'électrisation se conserve localement et les conducteurs où cet état se
répartit sur la surface du conducteur.

On constate aussi expérimentalement qu'il existe deux sortes de charges que


l'on distingue par leurs signes, et que la matière est constituée de particules
de charges variées, toutes multiples de celle de l'électron, appelée " charge
élémentaire " ; cependant en électrostatique on se contentera de dire que
lorsque un objet est chargé en volume, il contient une densité volumique de
charge ρ(x,y,z). Ceci correspond à une approximation statistique, compte
tenu de la petitesse de la charge élémentaire.

Expérience 1

Prenons une boule très légère en polystyrène par exemple recouverte de métal fin.
Approchons ensuite une tige de verre ou d'ambre préalablement frottée avec un tissu

Vous aimerez peut-être aussi