Vous êtes sur la page 1sur 106

Dédicace

A mes parents, A
mes mes frères,

A mes amis
...
Veuillez accepter ici l'hommage de ma gratitude, si grande
qu'elle puisse être, qui ne sera jamais à la hauteur de votre
éloquence

et de votre dévouement.
Remerciement

Au début, je tiens à remercier toutes les personnes qui ont participé de


près ou de loin au déroulement de mon stage.

Au terme de ce travail, je tiens à témoigner ma reconnaissance à Dieu


Tout-Puissant de m’avoir donné le courage et la force de mener à terme ce
projet.

Je tiens à remercier la société d’accueil Schneider Electric Maroc pour tous


les moyens qu’elle m’a donné et cela grâce à des agents compétents et
serviables.

J’exprime également toute mon gratitude à l’égard de mon cher


professeur, Mr. Nabil HMINA, pour avoir accepté d’encadrer ce travail. Je tiens
par la même occasion, à le remercier chaleureusement pour sa disponibilité,
pour ses conseils judicieux et pour l’aide précieuse qu’il n’a cessé de
m’apporter tout au long de mon projet.

Je tiens à exprimer ma profonde gratitude et reconnaissance, à Monsieur


Mounir ESBAI, Chef de projet senior, responsable de mon stage pour sa
disponibilité, ses conseils judicieux et ses directives précieuses.

Je tiens à remercier également Mr Hasnaoui, Mr El MNOUNI et Mr Jalal


pour tout le savoir qu’ils m’ont transmis et pour tous les précieux conseils et
aides qu’ils m’ont fournis durant la période du stage.

Je remercie aussi tous les enseignants du d’ENSAK, pour leurs efforts et


soucis de nous assurer une solide formation.
Table des matières

REMERCIEMENT............................................................................................................................................ 3
TABLE DES MATIÈRES..................................................................................................................................... 4
LISTE DES FIGURES......................................................................................................................................... 7
LISTE DES TABLEAUX..................................................................................................................................... 9
INTRODUCTION........................................................................................................................................... 10
CHAPITRE1: PRÉSENTATION DE L’ORGANISME D’ACCUEIL............................................................................11
1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE.....................................................................................................................................11
1.1. Historique...............................................................................................................................................11
1.2. Chiffres clés.............................................................................................................................................12
1.3. Secteurs d’activité..................................................................................................................................14
1.3.1. Distribution électrique...................................................................................................................................14
1.3.1. Automatismes................................................................................................................................................14
1.4. Marchés..................................................................................................................................................14
1.4.1. Energie et Infrastructures...............................................................................................................................14
1.4.2. Industrie......................................................................................................................................................... 15
1.4.3. Bâtiments.......................................................................................................................................................15
1.4.4. Centres de données et réseaux......................................................................................................................15
1.4.5. Résidentiel......................................................................................................................................................15
2. SCHNEIDER ELECTRIC AU MAROC...........................................................................................................................16
2.1. Les Clients de Schneider Electric Maroc.................................................................................................16
2.1.1. Les distributeurs.............................................................................................................................................16
2.1.2. Les tableautiers..............................................................................................................................................16
2.1.3. Les installateurs..............................................................................................................................................16
2.1.4. Les intégrateurs de système...........................................................................................................................16
2.1.5. Les énergéticiens............................................................................................................................................16
2.1.6. Les grands comptes........................................................................................................................................16
2.2. Service d’accueil.....................................................................................................................................17
CHAPITRE2: CONTEXTE GÉNÉRAL DE PROJET................................................................................................ 19
1. INTRODUCTION...................................................................................................................................................19
1.1. Utilisation des carburants à base de gaz naturel liquéfié (GNL) [1]......................................................19
1.2. Utilisation des dispositifs d’épuration des gaz d’échappement [1].......................................................20
1.3. Le raccordement électrique des navires à quai......................................................................................20
2. CAHIER DE CHARGE..............................................................................................................................................20
3. L’IMPACT ENVIRONNEMENTALE..............................................................................................................................20
4. CARACTÉRISTIQUE DU RÉSEAU ÉLECTRIQUE DU NAVIRE...............................................................................................21
4.1. La demande d’électricité par les navires à quai.....................................................................................21
4.1.1. Le niveau de puissance demandé à quai........................................................................................................21
4.1.2. Les périodes d’escale.....................................................................................................................................21
4.2. Les caractéristiques de la tension aux bornes de la charge (navire)....................................................21
4.2.1. Le niveau de tension de distribution du navire..............................................................................................22
4.2.2. La fréquence du système électrique du navire...............................................................................................22
4.3. La topologie globale du système électrique d’un navire (Porte-conteneur)..........................................22
5. ETUDES DES SOLUTIONS TECHNIQUE PROPOSÉE........................................................................................................22
5.1. Convertisseur de fréquence à base machines électrique.......................................................................23
5.1.1. Moteur asynchrone/ Générateur synchrone.................................................................................................23
5.1.2. Moteur synchrone/ Générateur synchrone...................................................................................................26
5.2. Convertisseur statique............................................................................................................................29
5.3. Choix de commutateur...........................................................................................................................30
5.4. Etage redresseur....................................................................................................................................30
5.4.1. Redresseur classique (pont de diodes ou thyristors)......................................................................................31
5.4.2. Redresseur PFC..............................................................................................................................................31
5.4.3. Conclusion......................................................................................................................................................33
5.5. Etage onduleur......................................................................................................................................33
5.5.1. Commande pleine onde :...............................................................................................................................34
5.5.2. Commande MLI (Modulation de Largeur d'Impulsions).................................................................................36
5.5.3. Comportement du convertisseur GFC en surcharge et en court circuit..........................................................38
6. ETUDE COMPARATIVE ENTRE LES CONVERTISSEURS DE FRÉQUENCE STATIQUES ET ROTATIFS..............................................38
6.1. Performance...........................................................................................................................................39
6.1.1. Facteur de service..........................................................................................................................................39
6.1.2. Régime transitoire..........................................................................................................................................39
6.1.3. Courant de court circuit.................................................................................................................................39
6.1.4. Qualité d’énergie électrique...........................................................................................................................39
6.1.5. Rendement.....................................................................................................................................................40
6.1.6. Maintenance..................................................................................................................................................40
6.1.7. Conception modulaire....................................................................................................................................40
6.1.8. Coût d’installation..........................................................................................................................................40
6.1.9. Résumé.......................................................................................................................................................... 40
Courant de court circuit.................................................................................................................................40
6.1.10. Conclusion....................................................................................................................................................41
CHAPITRE3: ETUDE DÉTAILLÉE DU PROJET.................................................................................................... 42
1. DESCRIPTION GÉNÉRALE.......................................................................................................................................42
2. CHOIX ET DIMENSIONNEMENT DES ÉQUIPEMENTS.....................................................................................................44
2.1. Choix du transformateur........................................................................................................................44
2.1.1. Choix du transformateur Amont....................................................................................................................44
2.1.2. Choix du transformateur aval........................................................................................................................44
2.1.3. Justification de choix de transformateur sec..................................................................................................44
2.2. Choix du disjoncteur...............................................................................................................................45
2.2.1. Choix du disjoncteur amont...........................................................................................................................45
2.2.2. Choix du disjoncteur aval...............................................................................................................................46
2.2.3. Choix du système de comptage.....................................................................................................................46
2.2.4. Justification de choix la gamme RM6.............................................................................................................47
2.3. Choix de convertisseur de fréquence......................................................................................................47
2.4. Dimensionnement des jeux de barre......................................................................................................48
2.4.1. Jeu de barre principale :.................................................................................................................................49
2.4.2. Caractéristique de jeu de barre principale.....................................................................................................50
2.4.3. Jeux de barre dérivée.....................................................................................................................................50
2.5. Choix la section et longueur des câbles en basse tension......................................................................50
2.5.1. Courant admissible dans les canalisations Iz..................................................................................................51
2.6. Dimensionnement des câbles en moyenne tension  :.............................................................................53
2.6.1. Détermination de la section S1 :....................................................................................................................54
2.6.2. Détermination de la section S2 :....................................................................................................................54
2.7. Choix les disjoncteurs de BT...................................................................................................................54
2.7.1. Le courant de court circuit au niveau de point de court circuit......................................................................55
2.8. Choix du régime du neutre.....................................................................................................................56
3. PROTECTION ÉLECTRIQUE......................................................................................................................................57
3.1. Plan de protection..................................................................................................................................57
3.1.1. Définition du plan de protection....................................................................................................................57
3.1.2. Fonctions des protections..............................................................................................................................58
3.1.3. Chaîne de protection......................................................................................................................................59
3.2. Dispositifs de protection.........................................................................................................................59
3.2.1. Protection des transformateur amont et aval................................................................................................59
3.2.2. Protection de sous station..............................................................................................................................60
3.1. Choix et dimensionnement des équipements de protection..................................................................61
3.1.1. Choix des relais de protection........................................................................................................................61
4. CONCEPTION & RÉALISATION D’INTERFACE DE SUPERVISION.....................................................................................62
4.1. Equipements à superviser......................................................................................................................62
4.1.1. Présentation des relais de protection SEPAM 80 [8]......................................................................................63
4.1.2. Présentation du système de comptage PM 870 [9]........................................................................................63
4.1.3. Présentation du Convertisseur de fréquence GFC gamlaxy 7000 [10]............................................................63
4.1.4. Présentation du disjoncteur Compact NSX [11].............................................................................................63
4.2. Réseaux de communication...................................................................................................................65
4.2.1. Rappel sur l’Ethernet TCP/IP..........................................................................................................................65
4.2.2. Rappel sur le MODBUS [12]............................................................................................................................65
4.2.3. Le choix de passerelle EGX 100 [12]...............................................................................................................65
4.2.4. Architecture de réseau des équipements à superviser..................................................................................66
4.3. Outils logiciels utilisés............................................................................................................................66
4.3.1. Vijeo Citect.....................................................................................................................................................66
4.3.2. Serveur OFS....................................................................................................................................................69
4.3.3. Localisation Des Informations........................................................................................................................69
4.3.4. Configuration des équipements à supervisé pour l’acquisition et la communication.....................................71
4.4. Réalisation et Intégration.......................................................................................................................72
4.4.1. Projet sur Vijeo Citect.....................................................................................................................................73
4.4.2. Conventions de nommage.............................................................................................................................73
4.4.3. Editeur d’équipement....................................................................................................................................73
4.4.4. Génies............................................................................................................................................................ 74
4.4.5. Super génie....................................................................................................................................................75
4.4.6. Modèles de pages :........................................................................................................................................78
4.4.7. Vue d’animation élaborées............................................................................................................................79
4.4.8. Evénements et alarmes..................................................................................................................................80
CHAPITRE4: EXPLOITATION DE L’INSTALLATION À QUAI...............................................................................81
1. MODE D’EXPLOITATION........................................................................................................................................81
2. SIMULATION DE L’INTERFACE DE SUPERVISION..........................................................................................................82
3. ORGANISATION DE LA MAINTENANCE :.................................................................................................................84
3.1. Définition :..............................................................................................................................................84
3.2. Types de maintenances..........................................................................................................................84
3.2.1. La maintenance préventive............................................................................................................................84
3.2.2. La maintenance corrective :...........................................................................................................................87
3.2.3. Application à notre cas :.................................................................................................................................88
3.3. Connaissance du matériel......................................................................................................................90
CONCLUSION GÉNÉRALE...........................................................................................................................................92
BIBLIOGRAPHIE............................................................................................................................................ 93
GLOSSAIRE................................................................................................................................................... 94
ANNEXE 1.................................................................................................................................................... 95
ANNEXE 2.................................................................................................................................................... 97
ANNEXE 3.................................................................................................................................................... 99
ANNEXE 4.................................................................................................................................................. 102
Liste des figures

FIGURE 1.1:PRÉSENCE DE SCHNEIDER ELECTRIC DANS LE MONDE.........................................................................................11


FIGURE 1.2:CHIFFRE D’AFFAIRES DE SCHNEIDER ELECTRIC..................................................................................................13
FIGURE 1.3:MARCHÉS DE SCHNEIDER ELECTRIC................................................................................................................14
FIGURE 1.4:SCHNEIDER ELECTRIC MAROC......................................................................................................................16
FIGURE 1.5:RÉSEAU DE PARTENAIRES..............................................................................................................................17
FIGURE 1.6:ORGANIGRAMME DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SOCIÉTÉ SCHNEIDER ELECTRIC MAROC....................................17
FIGURE 1.7:RÉPARTITION DES COMMANDES TRAITÉES PAR LA DIRECTION PROJETS SELON SECTEUR DE MARCHÉ..........................18
FIGURE 2.1:EXEMPLE D’UN NAVIRE POLLUANT..................................................................................................................19
FIGURE 2.2:CLASSIFICATION DES NAVIRES [1]...................................................................................................................21
FIGURE 2.3:RÉSEAU ÉLECTRIQUE D’UN PORTE-CONTENEUR [1]...........................................................................................22
FIGURE 2.4:CONVERTISSEUR DE FRÉQUENCE DYNAMIQUE...................................................................................................23
FIGURE 2.6.SCHÉMA ÉQUIVALENT MONOPHASÉ SIMPLIFIÉ DE LA MACHINE ASYNCHRONE. [2]...................................................24
FIGURE 2.5: CONVERTISSEUR DE FRÉQUENCE À BASE MOTEUR ASYNCHRONE /ALTERNATEUR....................................................24
FIGURE 2.7:LE COURANT DE LA MACHINES ASYNCHRONE [3]..............................................................................................25
FIGURE 2.8:CONVERTISSEUR DE FRÉQUENCE À BASE MOTEUR SYNCHRONE /ALTERNATEUR.......................................................26
FIGURE 2.9:SCHÉMA ÉQUIVALENT D’UN ALTERNATEUR SYNCHRONE. [4]...............................................................................27
FIGURE 2.10:COURANT DE COURT CIRCUIT D'UN ALTERNATEUR...........................................................................................28
FIGURE 2.11.MODÈLE ÉQUIVALENT DE BEHN-ESCHENBURG...............................................................................................29
FIGURE 2.12.DIAGRAMME VECTORIELLE DE BEHN-ESCHENBURG.........................................................................................29
FIGURE 2.13:CONVERTISSEUR DE FRÉQUENCE...................................................................................................................30
FIGURE 2.13.DIAGRAMME P=F(F) PAR TYPE D'INTERRUPTEUR. [5]......................................................................................30
FIGURE 2.14.REDRESSEUR EN PONT DE DIODES................................................................................................................31
FIGURE 2.15:SPECTRE DE COURANT D’ENTRÉ...................................................................................................................31
FIGURE 2.16:COURBE DE COURANT D’ENTRÉE..................................................................................................................31
FIGURE 2.17.SCHÉMA D'UN REDRESSEUR TRIPHASÉ PROPRE UN SIGNAL SINUSOÏDAL...............................................................32
FIGURE 2.18.PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D'UN CONVERTISSEUR. [7]..............................................................................32
FIGURE 2.20.ONDULEUR TRIPHASÉ À BASE IGBT..............................................................................................................33
FIGURE 2.19:COURBES DE TENSION ET COURANT D’ENTRÉ.................................................................................................33
FIGURE 2.21.COMMANDE DES INTERRUPTEURS À 120°.....................................................................................................34
FIGURE 2.22.LA TENSION COMPOSÉ UAB........................................................................................................................34
FIGURE 2.23.SPECTRE DE TENSION DE SORTIE..................................................................................................................35
FIGURE 2.24.SPECTRE DE TENSION DE SORTIE APRÈS LE FILTRAGE........................................................................................35
FIGURE 2.25.PRINCIPE DE COMMANDE MLI....................................................................................................................36
FIGURE 2.26.LES TENSIONS COMPOSÉ UAB.....................................................................................................................36
FIGURE 2.27.SPECTRE DE LA TENSION DE SORTIE VA.........................................................................................................37
FIGURE 2.28.SPECTRE DE LA TENSION DE SORTIE VA APRÈS LE FILTRAGE...............................................................................37
FIGURE 2.29: PROFIL DU COURANT DU CONVERTISSEUR EN SURCHARGE [1]..........................................................................38
FIGURE 2.30.COURANT SORTIE GFC. [1]........................................................................................................................38
FIGURE 3.1:TRANSFORMATEUR SEC................................................................................................................................44
FIGURE 3.2: MONTAGE DE 3 CONVERTISSEURS DE FRÉQUENCE GFC DE TYPE GALAXY.............................................................48
FIGURE 3.3:ARMOIRE DES JEUX DE BARRE AMONT.................................................................................................49
FIGURE 3.4:LOGIGRAMME DE CALCUL DE LA SECTION MINIMALE DES CANALISATIONS BT.........................................................51
FIGURE 3.5: LE SYNOPTIQUE SUIVANT ISSU DE LA NORME NF C13-205 DONNE LES DIFFÉRENTES.............................................53
FIGURE 3.6:PRINCIPE DE LA PROTECTION.........................................................................................................................58
FIGURE 3.7:LA CHAÎNE DE PROTECTION MT.....................................................................................................................59
FIGURE 3.8: LES FONCTIONS DE PROTECTION UTILISÉES POUR TRASFO AMONT ET AVAL...........................................................60
FIGURE 3.9:LES FONCTIONS DE PROTECTION UTILISÉES POUR RACCORDER L'INSTALLATION AU NAVIRE.....................................61
FIGURE 3.10: RELAIS DE PROTECTION (SEPAM)..............................................................................................................62
FIGURE 3.11:AFFICHEUR DE TABLEAU FDM121 [11].......................................................................................................64
FIGURE 3.12:MODULE D'INTERFACE MODBUS RS485 [11]................................................................................................65
FIGURE 3.13:PASSERELLE EGX 100................................................................................................................................66
FIGURE 3.14: LOGICIEL SFT2841..................................................................................................................................71
FIGURE 3.15: EDITEUR D'ÉQUIPEMENT............................................................................................................................74
FIGURE 4.1: LES ÉTAPES DE CONNEXION DE L'INSTALLATION À QUAI.....................................................................................81
FIGURE 4.2:LES ÉTAPES DE DÉCONNEXION DE L'INSTALLATION À QUAI...................................................................................82
FIGURE 4.3: SIMULATEUR DE LA CHARGE "NAVIRE"...........................................................................................................83
FIGURE 4.4:INTERFACE POUR CRÉER LES DÉFAUTS..............................................................................................................83
FIGURE 4.5: LOI DE PARETO........................................................................................................................................88
Liste des tableaux

TABLEAU 2.1: QUANTITÉ D'ÉMISSION DE CO2 ET NOX DE CHAQUE NAVIRE PENDANT LEUR ESCALE...........................................20
TABLEAU 2.2:FRÉQUENCES ET TENSION POUR LES NAVIRES [1]...........................................................................................22
TABLEAU 2.3:LA VALEUR DE L'IMPÉDANCE INTERNE ET COURANT DE COURT CIRCUIT EN FONCTION LES 3 RÉGIME [4]...................28
TABLEAU 2.4:ÉTUDE COMPARATIVE ENTRE CONVERTISSEUR DE FRÉQUENCE STATIQUE ET DYNAMIQUE.......................................41
TABLEAU 3.1:TYPE DISJONCTEUR UTILISÉS EN COTÉ BASSE TENSION....................................................................................56
TABLEAU 3.2:COMPARAISON LES SÉRIES DE SEPAM [8]....................................................................................................62
TABLEAU 3.3:CARTE DE TÉLÉSERVICE ET DE GESTION ET FONCTION RÉSEAU [10]....................................................................63
TABLEAU 3.4: DISJONCTEUR COMPACT NSX [11].............................................................................................................64
TABLEAU 4.1: MAINTENANCE PRÉVENTIVE AU NIVEAU LOCAL..............................................................................................86
TABLEAU 4.2:CLASSES DES COMPOSANTS.........................................................................................................................88
TABLEAU 4.3:QUESTIONS À RÉPONDRE POUR ÉTABLIR UN DIAGNOSTIC DE RÉPARATION...........................................................90
Introduction

La majorité des ports sont développés en proximité des zones urbaines. Par conséquent,
les émissions des navires provoquent une pollution urbaine importante dans les villes
portuaires, avec des conséquences sur la santé des habitants. En effet, amarrés au port, les
navires utilisent leurs générateurs qui fonctionnent par fioul lourd pour produire de
l'électricité nécessaire à l’alimentation de leur système électrique pendant toute la période
de l’escale.
C’est dans ce sens que s’inscrit notre projet de fin d’études, qui vise en premier lieu à
proposer une solution viable dans le but de réduire ces émissions est l’alimentation des
navires à quai à partir d’une centrale dédiée ou à partir du réseau terrestre de proximité.
Cette solution amène à concevoir des interfaces de raccordement électrique entre deux
réseaux (ONE et Navire) de fréquence et de tension parfaitement différents.
Ce rapport de stage s’articule en quatre chapitres.
Le premier chapitre est consacré à la présentation de l’entreprise Schneider électrique
Maroc.
Le second chapitre représente le Contexte général du projet et une étude comparative
entre deux solutions proposés (dynamique et statique).
Le troisième chapitre consiste, à faire une étude détaillé de la solution adaptée, le
dimensionnement et choix de l’ensemble de l’installation de raccordement des navires à
quai, se focalise sur les convertisseurs de fréquences, les transformateurs, câbles et les
organes de protection, Puis élaboration un plan de protection de toute l’installation. Enfin,
l’élaboration de système de supervision est proposée pour suivre et commander notre
installation électrique.
Le mode d’exploitation et l’élaboration de plan de maintenance font l’objet du quatrième
chapitre.
En conclusion, nous reprenons le travail réalisé et nous donnons les recommandations des
perspectives envisagées.
A la fin de ce rapport, nous présentons en complément les différentes annexes pour mieux
appréhender son contenu.

10
Chapitre1: Présentation De L’Organisme D’Accueil

1. Présentation générale
Schneider Electric est un groupe industriel français à dimension internationale, qui
fabrique et propose des produits de gestion d'électricité, des automatismes et des solutions
adaptées à ces métiers. Le groupe est présent dans 190 pays au-travers de ses 120 000
employés et est implanté physiquement dans 106 pays. Schneider Electric vend ses produits
et solutions sur cinq marchés : énergie et infrastructures, bâtiment, résidentiel, industrie,
centres de données et réseaux.

Figure 1.1:Présence de Schneider Electric dans le monde

1.1. Historique
Aujourd’hui, Schneider Electric est devenu le spécialiste global de la gestion de l’énergie.
En 170 ans d’existence, Schneider Electric est passé de la sidérurgie, mécanique lourde,
chantiers navals, à la gestion de l'électricité et des automatismes. C’est une évolution dont
voici quelques dates clés :
1836 : Les frères Adolphe et Eugène Schneider créent Schneider dont les principaux
débouchés sont la métallurgie, la mécanique lourde et les constructions navales.
1891 : Devenu spécialiste de l’armement, Schneider innove et se lance sur le marché,
encore balbutiant, de l’électricité.
1919 : Schneider s’implante en Allemagne et en Europe. Dans les années qui suivent,
Schneider s’adosse à Westinghouse, grand groupe international électrique. Le Groupe élargit
son activité à la fabrication de moteurs électriques, d’appareillage pour centrales et
locomotives électriques.
1946-1981 : Schneider abandonne progressivement l’armement pour se tourner vers la
construction, la sidérurgie et l’électricité. L’entreprise se réorganise profondément pour
diversifier ses débouchés et s’ouvrir à de nouveaux marchés.

11
1981-1997 : Schneider continue son recentrage sur les métiers de l’électricité. Une
politique qui se concrétise par des acquisitions stratégiques : Télémécanique en 1988,
Square D en 1991 puis Merlin Gerin en 1992 rejoignent Schneider Electric. En 1996, la
société Modicon créée aux USA, en 1969, rejoint également Schneider.
1999 : Devenu Schneider Electric en mai 1999, pour marquer plus clairement son expertise
dans le domaine de l'électricité, le Groupe s’engage dans une stratégie de croissance
accélérée et compétitive.
2000-2009 : Croissance organique et poursuite de la politique d’acquisitions de sociétés
qui permettent à Schneider Electric de se positionner sur de nouveaux segments de marché:
onduleurs, contrôle du mouvement, Automatismes et Sécurité du bâtiment (APC, Clipsal,
TAC, Pelco, Xantrex...).
1.2. Chiffres clés
Le groupe bénéficie d’une position de leader sur les marchés de l'énergie et des
infrastructures, des processus industriels, des automatismes du bâtiment, des centres de
données et réseaux ainsi que d’une large présence dans les applications du résidentiel. Son
chiffre d’affaires qui dépasse les 20 milliards d’euros peut être réparti de la façon suivante :

12
Figure 1.2:Chiffre d’affaires de Schneider Electric

13
1.3. Secteurs d’activité
Schneider Electric est centré sur deux métiers complémentaires :
1.3.1. Distribution électrique
Elle consiste à rendre l’énergie électrique disponible et fiable. Ainsi, Schneider Electric
utilise son savoir-faire pour acheminer l’électricité, la transformer et la sécuriser.
Schneider Electric propose des produits de basse ou moyenne tensions. À titre d'exemples
en basse tension : les disjoncteurs, interrupteurs, éclairages de sécurité, canalisations
électriques préfabriquées et prises électriques. En moyenne tension, les appareillages et
équipements sont utilisés pour transformer l’énergie haute tension, et l’acheminer vers les
utilisateurs finaux. À titre d'exemple : un transformateur haute / moyenne tension
1.1.1. Automatismes
Schneider Electric fait partie des leaders mondiaux en automatismes et contrôle.
L'entreprise propose des produits destinés à contrôler et à alimenter les équipements :
contacteurs, relais thermiques, etc.
Le groupe propose aussi des solutions d’automatisation répondant à des problématiques
spécifiques telles que des automates programmables, des logiciels de paramétrage et des
réseaux de communication. Avec le contrôle de mouvement, le Groupe couvre également
toutes les phases de procédure de commande de mouvement pour les machines
automatiques (objets-robots, véhicules, etc.).
1.4. Marchés
Schneider Electric vend ses produits sur 4 marchés principaux que sont : le marché du
bâtiment, le marché de l'industrie, le marché de l'énergie et des infrastructures, le marché
du résidentiel.

Figure 1.3:Marchés de Schneider Electric

1.4.1. Energie et Infrastructures


Dans le marché de l’Energie & Infrastructures, Schneider Electric propose des solutions,
des produits et des services qui couvrent la transformation et la distribution électrique, la
mesure et le contrôle de la consommation et de la qualité de l’énergie, la création et la
gestion des réseaux électriques intelligents, la gestion des utilités (accès, éclairage,
climatisation et chauffage, …), le contrôle et la supervision des processus, la gestion

14
décentralisée d’un ou plusieurs sites, l’énergie sécurisée, les systèmes de prépaiement
facilitant l’accès à l’électricité des consommateurs les plus défavorisés. Schneider Electric
s’engage à garantir la disponibilité, la sûreté et les coûts d’exploitation dans ce marché et
vend ses produits aux opérateurs d’énergie, exploitants d’usines de traitement des eaux,
infrastructures pétrolières et gazières, Marine, investisseurs publics, etc.
1.4.2. Industrie
Dans le marché de l’Industrie, Schneider Electric propose des solutions, des produits et
des services qui couvrent l’automatisation des processus, le contrôle et la supervision des
machines, la transformation et la distribution électrique, la mesure et le contrôle de la
consommation et de la qualité de l’énergie, la gestion des utilités (accès, éclairage,
climatisation et chauffage, …), la gestion décentralisée d’un ou plusieurs sites et l’énergie
sécurisée. Schneider Electric s’engage à renforcer la productivité, la flexibilité, la sécurité et
la traçabilité dans ce marché et ses principaux clients sont des Ingénieries, des intégrateurs
de systèmes, des constructeurs de machines, de grandes industries, des tableautiers, des
distributeurs de matériel électrique, et des clients finaux.
1.4.3. Bâtiments
Dans le marché de Bâtiments, Schneider Electric propose des solutions, des produits et
des services qui couvrent la transformation et la distribution électrique, la gestion des
utilités (accès, éclairage, climatisation et chauffage, …), les échanges de données (Voix-
Données-Images, radio), la mesure et le contrôle de la consommation et de la qualité de
l’énergie, la gestion décentralisée d’un ou plusieurs sites, l’énergie sécurisée, la surveillance
et la sécurité. Schneider Electric s’engage à réduire les coûts d’exploitation, améliorer le
confort et la sécurité. Schneider Electric vend ses produits et services aux promoteurs,
bureaux d’études, intégrateurs de systèmes, installateurs-tableautiers, distributeurs de
matériel électrique, sociétés d’exploitation, clients finaux.
1.4.4. Centres de données et réseaux
Dans le marché des Centres de données et réseaux, Schneider Electric propose des
solutions, des produits et des services qui couvrent la distribution électrique, la gestion et le
contrôle de l’énergie, la conception de l’architecture, l’audit d’installation, le système
l’énergie sécurisée avec des onduleurs, générateurs, etc, ainsi que le refroidissement avec
un système unique de confinement de l’air chaud, la supervision et l’analyse des données en
ligne, la formation et la maintenance, la surveillance et la sécurité. Schneider Electric
s’engage à garantir fiabilité, disponibilité et efficacité et ses clients principaux sont des PME
aux multinationales en passant par les administrations, hôpitaux, etc, toute entreprise pour
qui la disponibilité des données et la qualité de l’énergie est critique
1.4.5. Résidentiel
Dans le marché de Bâtiments, Schneider Electric propose des solutions, des produits et
des services qui couvrent la distribution électrique, la domotique (supervision, mesure et
contrôle de l’énergie, contrôle de l'éclairage, du chauffage et de la climatisation, …), les
réseaux Voix-Données-Images, l’énergie sécurisée, la surveillance et la sécurité. Schneider
Electric s’engage à assurer le confort et la sécurité et faciliter les communications. Ses
principaux clients sont des architectes, des maîtres d’ouvrage, des constructeurs de
logements, des artisans, des distributeurs de matériel électrique, de grandes surfaces de
bricolage et des clients finaux.
2. Schneider Electric au Maroc

15
2.1. Les Clients de Schneider Electric Maroc
Fort de ses 50 années de présence au Maroc, Schneider Electric Maroc a su développer
des relations durables et rester proche de ses clients en choisissant des partenaires de
confiance et en assurant une couverture géographique nationale.

Figure 1.4:Schneider Electric MAROC

2.1.1. Les distributeurs


Les distributeurs de matériel électrique représentent plus de 50% des ventes totales du
groupe et 70% de l’offre cataloguée. Ils sont 19 répartis dans tout le Maroc.
2.1.2. Les tableautiers
Les tableautiers réalisent et vendent des tableaux électriques de distribution ou de
contrôle commande, principalement destinés aux marchés du bâtiment, de l’énergie et des
infrastructures.
2.1.3. Les installateurs
L’élaboration de solutions répondant précisément aux besoins des utilisateurs finaux,
s’effectue en étroite collaboration avec les installateurs.
2.1.4. Les intégrateurs de système
Les intégrateurs de système installent les automatismes chez les utilisateurs.
2.1.5. Les énergéticiens
Les énergéticiens sont les producteurs et les distributeurs d’électricité, c’est l’exemple de
l’Office National de l’Electricité (ONE) au Maroc.
2.1.6. Les grands comptes
Les grands comptes sont des clients qui ont choisi Schneider-Electric comme partenaire
privilégié, ils sont pratiquement le seul type de clients finaux qui se fournissent directement
chez l’entreprise.

16
Figure 1.5:Réseau de partenaires

Cette filiale est constituée de deux grandes directions supervisées par la Direction
Générale comme le montre l’organigramme suivant :

Figure 1.6:Organigramme de la direction générale de la société Schneider Electric Maroc

2.2. Service d’accueil

17
Le projet de fin d’étude s’est déroulé au sein de la direction Projets et Services. C’est une
direction qui a vu le jour en novembre 2005 et qui a pu répondre à divers projets en ces
quelques années. Parmi les missions de cette direction, on peut citer :
 Préparer les offres techniques et commerciales
 Optimiser les solutions
 Participer avec les vendeurs dans les négociations
 Manager les contrats
 Etablir les études préliminaires et les études de détails
 Veiller au Respect des délais de livraisons
 Garantir la qualité finale des équipements
Selon le secteur du marché, les commandes traitées par la direction Projets pour 2009
sont réparties comme suit :

Figure 1.7:Répartition des commandes traitées par la Direction Projets selon secteur de marché

18
Chapitre2: Contexte général de projet

1. Introduction
Le transport maritime représente 90% des échanges mondiaux des marchandises. Il est
responsable de 3% des émissions globales de CO2. Cette pollution vient s’ajouter à d’autres
émissions de gaz NOx (des oxydes d’azote) et SOx (des oxydes de soufre) qui représentent
un réel danger pour l’environnement en général et pour les riverains en particulier. Plusieurs
études récentes mettent en relation ces émissions avec des taux excessifs de cancer
pulmonaire et autre maladie cardio-pulmonaire. [1]
Il est important de noter que les navires à quai engendrent avant tout une pollution
locale, dont les effets sont sensibles dans un périmètre géographique généralement limité.
De ce fait, les quais situés à proximité des centres-villes sont particulièrement exposés au
problème de la pollution.
Face à la pollution croissante dans les régions portuaires, une prise de conscience
mondiale s’est fait à ce jour, pour développer un plan de diminution du taux d’émissions
nocives des navires. Actuellement, il existe trois principaux moyens de réduire la pollution
liée au transport maritime:

Figure 2.8:Exemple d’un navire polluant

1.1. Utilisation des carburants à base de gaz naturel liquéfié (GNL) [1]
Un carburant d’avenir pour le transport maritime car il ne produit quasiment aucune
émission d’oxyde de soufre et de particules, CO2 et très peu d’oxydes d’azotes. Le
développement de cette solution est actuellement freiné par les difficultés liés à:
• la capacité énergétique du gaz (à la moitié de celle du fioul);
• le stockage à bord des navires nécessite une attention particulaire, l’infrastructure de
l’approvisionnement est sous développée;
• le recours au GNL implique de modifier significativement les navires existants ou de
renouveler les flottes.
19
1.2. Utilisation des dispositifs d’épuration des gaz d’échappement [1]
Il s’agit de dispositifs permettent de filtrer les gaz d’échappement des moteurs et donc de
réduire les quantités de soufre rejetées, quelle que soit la teneur en soufre du combustible
utilisé. Cette technologie est encore en phase d’expérimentation à bord des navires, il n’y a
pas encore suffisamment de systèmes testés, approuvés, pour garantir un résultat fiable.
1.3. Le raccordement électrique des navires à quai
Il s’agit de fournir de l'électricité à bord des navires par le réseau électrique du port au
lieu de produire de l'électricité par les générateurs diesel des navires. Cela suppose d’arrêter
les groupes internes des navires et d’alimenter leur réseau de bord en le raccordant au
réseau électrique du port, permettant ainsi l’élimination d’émissions des navires pendant
leur période à quai. Cette solution permet en outre de réduire la consommation de
carburant d’origine fossile.
2. Cahier de charge
Définition des besoins de l’ensemble des composants et techniques à mettre en œuvre
pour assurer l’alimentation électrique des navires à quai dans les ports.
 prise en compte l’impact environnementale,
 définition des besoins des navires,
 définition des solutions techniques de la partie électrique (HTA et BT, conversion
de fréquence statique ou dynamique, pris de raccordements à quai).
 dimensionnement et choix des équipements de la solution adaptée pour les
navires qui fonctionnent sous tension 6.6KV et la fréquence de 60Hz avec une
puissance de 1.5MVA.
 pilotage et supervision de système de conversion.
 définition des principes de maintenance (plan de maintenance, maintenance
préventive…

3. L’impact environnementale
Le tableau ci-dessous indique l’impact relatif résultant de l’utilisation du branchement des
navires à quai en termes de réduction des émissions polluantes, en prenant la situation d’un
navire utilisant fioul Lourd.
Type de Durée Puissance Energie Emission de CO2 Emission de NOx
navire d’escale(h) (MW) moyenne(MWh) Unité Total Unité Total
(Kg/KWh) (tonne) (Kg/KWh) (tonne)
croisière 6 - 12 10 - 20 135 43.2 1.94
Pétrolier 20 - 50 3 - 11 245 78.4 3.528
Porte- 20 - 80 3-6 225 0.32 29.7 0.0144 3.24
conteneu
r
Roulier 5 - 80 1.5 - 3 126 16.632 1.81
(Ro-Ro)
Tableau 2.1: quantité d'émission de CO2 et NOx de chaque navire pendant leur escale

20
Les systèmes d’alimentation les navires en énergie électrique entraînent une réduction
très significative des émissions de CO 2, de SOx, par exemple un Porte-conteneur peut réduire
29.7 tonne de CO2 pendant une escale.
4. Caractéristique du réseau électrique du navire
4.1. La demande d’électricité par les navires à quai
Deux critères principaux permettent de caractériser les besoins en consommation
d’électricité par un navire à quai dans un port donné
 Le type de navire
 La durée moyenne de chaque escale.

Figure 2.9:Classification des navires [1]

4.1.1. Le niveau de puissance demandé à quai


La puissance installée varie en fonction de type de navire de quelques kVA pour les petites
bateaux jusqu’à 15-20 MVA pour les grandes navires de croisière. Ci-dessus, la Figure 2.3
indique une estimation approximative de la puissance électrique demandée par chaque type
de navire en moyenne.
4.1.2. Les périodes d’escale
Suivant le type de navire Figure 2.4, les périodes d’escale diffèrent:
La plus élevée demande de puissance est réalisée par les navires de croisière (jusqu’à 20
MVA). Ce type de navire est caractérisé par un temps court d’accostage avec une forte
demande de puissance. D’un autre côté, les ferries ont des systèmes de faible puissance, très
souvent en basse tension. Leurs escales sont régulières et fréquentes, accostent au même
quai ;
 Les porte-conteneurs détiennent une puissance élevée, n’ayant pas un emplacement
au même quai lors de leurs escales ;
 Les navires Ro-Ro ont un temps d’escale long (24h et plus) ;
 Les pétroliers et les vraquiers ont une faible fréquence d’escale dans un même port.
4.2. Les caractéristiques de la tension aux bornes de la charge (navire)
4.2.1. Le niveau de tension de distribution du navire

21
La majorité des navires opère à une tension de distribution de 400V, 6,6 kV ou de
11 kV dépendant de la puissance des générateurs et des charges du navire. Le Tableau 2.2
donne la répartition du niveau de tension base ou moyenne selon le type de navire.
4.2.2. La fréquence du système électrique du navire
La majorité des navires fonctionnent à une fréquence de 60 Hz. Néanmoins, un
pourcentage non-négligeable des navires disposent des générateurs qui fonctionnent à
50Hz.

Tableau 2.2:Fréquences et tension pour les navires [1]

4.3. La topologie globale du système électrique d’un navire (Porte-conteneur)


Le réseau électrique du navire (Figure2.5) est un système compact avec sa propre source
d’alimentation (les alternateurs diesel) et une multitude de charges à alimenter. De manière
générale, le système électrique d’un navire se compose de générateurs électriques
connectés à un réseau de distribution alimentant des charges à divers niveau de tension. La
redondance du système est un facteur important de conception afin d’assurer la
disponibilité et la sécurité du navire. La Figure 2.6 montre à titre d’exemple l’architecture
électrique globale d’un porte conteneur avec ses générateurs à 6.6 kV.

Figure 2.10:Réseau électrique d’un porte-conteneur [1]

5. Etudes des solutions technique proposée


Le branchement des navires aux réseaux d’alimentation électrique terrestres peuvent
arrêter leurs moteurs Diesel et être alimentés par des sources d’énergie non polluantes,

22
mais certains navires (généralement les porte-conteneurs) qui escalent dans les ports
marocain leurs équipements électriques fonctionnent sous tension 6.6KV de fréquence
60Hz. Alors la solution de brancher les navires aux réseaux d’alimentation électrique
terrestres est de convertir la tension 20KV de 50Hz à la tension 6.6KV de 60Hz.
On distingue deux technologies de la conversion de fréquence de tension:
 Convertisseur dynamique
 Convertisseur statique

Figure 2.11:Convertisseur de fréquence dynamique.

5.1. Convertisseur de fréquence à base machines électrique


Les convertisseurs de fréquence rotatifs sont des machines se composant d'un moteur et
d'un générateur, ils peuvent convertir la fréquence de tension grâce à l'association deux
machines asynchrones, synchrones ou d'une combinaison des deux.
5.1.1. Moteur asynchrone/ Générateur synchrone
La vitesse de moteur toujours inferieur à vitesse souhaité qui entraine l’alternateur à
cause de glissement, alors pour stabiliser la vitesse d’entrainement, il suffit d’installer un
système d’accouplement mécanique.
Accouplement mécanique de l’ensemble (moteur-générateur) emploie plusieurs
méthodes de coupler le moteur d'entraînement au générateur. La méthode la plus simple
est des convertisseurs couplés par ceinture qui utilisent des courroies de transmission et des
poulies pour transférer non seulement la puissance à partir du moteur au générateur, mais
change également la fréquence par rapport de poulie. Une autre méthode est des
convertisseurs couplés directs qui couplent directement l'axe de moteur à l'axe de
générateur utilisant un multiplicateur, et ajustement de la vitesse du moteur d'entraînement
pour atteindre la vitesse de rotation du générateur, de ce fait fixant la fréquence de la
tension.

23
Figure 2.12: Convertisseur de fréquence à base moteur asynchrone /alternateur.

5.1.1.1. Caractéristique de moteur


 Au démarrage
L’étude du schéma équivalent monophasé permet de trouver facilement l’expression
De courant d’entré de la machine.

Figure 2.13.Schéma équivalent monophasé simplifié de la machine asynchrone. [2]

Rf : Résistance équivalente aux pertes fer


Lm : inductance de fuite ramenée au primaire
R1 : résistance des conducteur statoriques
L : inductance de fuite ramenée au primaire
R’2/g : Résistance équivalente aux conducteurs rotoriques ramenée au stator

Expression du courant I2
V (2.1)
I '=
2
R' 2
√( R1+
g )
+ L2 ω2

On néglige R1 devant R’2 (R1>> R’2)

24
V (2.2)
I '=
2
R '2
√ g
+ X2

Lors de démarrage de moteur asynchrone la vitesse évidement est nulle alors le


n s−n
glissement g=1 ( g= avec ns vitesse de synchronisme et n vitesse rotorique).
ns
Donc  le courant de démarrage comme suit:
V (2.3)
I 'd= 2 2
√R' 2 +X

Les valeurs de R2’ et X sont toujours plus faible à la tension V, alors le courant de
démarrage est très fort par rapport le courant nominal.

Figure 2.14:le courant de la machines asynchrone [3]

Le courant est d'autant plus grand que la vitesse de rotation est plus faible. Si le moteur
est immobilisé ou au démarrage, le courant atteint le courant de démarrage (Id)
 Comportement en fréquence
Moteur asynchrone de 10 pôles à 50Hz  NAS=570 tr/min
Alternateur synchrone de 12 pôles à 60Hz  NS=600tr/min
60 f
( N= , Avec f: fréquence et p: nombre de paire de pôle)
P
Pour compenser 30tr/min restante on propose de mettre entre deux machines un
multiplicateur de faible rapport de transmission.
N S 600 (2.4)
R= = =1.05
N AS 570

25
 Rendement moteur/alternateur
Le rendement des alternateurs est excellent à environ 96%
Le rendement des moteurs asynchrone à environ 85%
Rendement global : ɳ=96%*85%
ɳ=81%
Avantages

 Simplicité
 Moins chère

Inconvénient

 Le rendement est faible


 La précision n’est pas garantie de fréquence
 Appel de courant au démarrage (5 à 8 fois de courant nominal)

5.1.2. Moteur synchrone/ Générateur synchrone

Figure 2.15:Convertisseur de fréquence à base moteur synchrone /alternateur.

La combinaison entre un moteur synchrone et alternateur synchrone faites sur un axe


commun simple. Dans ce cas, la modification de fréquence est apportée en enroulant le
moteur avec un différent nombre de pôles que le générateur. Par exemple, un moteur de 10
pôles et le générateur de 12 pôles rapporteront une conversion de 50Hz à 60Hz.

5.1.2.1. Caractéristique de moteur


 Au démarrage
Le moteur synchrone ne peut pas démarrer seul, car au démarrage, le champ magnétique
créé par le courant continu dans l’enroulement d’excitation ou par des aimants est fixe par
rapport au rotor. L’interaction de ce champ avec le champ tournant du stator crée un couple
qui a une valeur moyenne nulle.

26
Il existe différents techniques de démarrage pour le moteur synchrone. Les moteurs
synchrones de grande puissance sont parfois amenés à leur vitesse du synchronisme à l’aide
d’un moteur auxiliaire. Dans l’autre cas, soit on utilise un convertisseur électronique à
fréquence variable pour accélérer le moteur jusqu'à la vitesse synchrone, soit on le démarre
comme un moteur asynchrone à l’aide d’une cage d’écureuil
 Comportement en fréquence
Moteur synchrone de 10 pôles à 50Hz  NMS=600 tr/min
Alternateur synchrone de 12 pôles à 60Hz  NGS=600tr/min
60 f
( N= , Avec f: fréquence et p: nombre de paire de pôle)
P
On remarque que NGS= NMS
Alors on n’a pas besoin d’un système d’accouplement mécanique entre deux machines.
 Rendement moteur/alternateur
Le rendement des alternateurs est excellent à environ 96%
Le rendement des moteurs synchrone à environ 96%
Rendement global : ɳ=96%*96%
ɳ=92%
Avantages

 Bon rendement
 Bonne précision de fréquence

Inconvénient

 Plus chère
 Plus des appareils de commande pour l’inducteur.
 Nécessite un moteur auxiliaire pour démarrer le moteur synchrone.

5.1.2.2. Caractéristique d’alternateur


 Courant de court circuit d’alternateur

Figure 2.16:Schéma équivalent d’un alternateur synchrone. [4]

27
La forme de courant de court circuit est :
−R
L
t (2.5)
i cc ( t )=I sin φ e + I sin(ω t¿−φ)¿

D’après l’équation de courant de court circuit on constate que la valeur de courant Icc
−R
t
ralentie à cause de facteur e L .

Le calcul de l'intensité de court-circuit aux bornes d’un générateur synchrone est très
complexe car l’impédance interne de celui-ci varie en fonction du temps,
Quand le temps augmente progressivement à partir l’instant de court circuit, le courant
diminue en passant par trois périodes caractéristiques : [4]
 Subtransitoire 
 Transitoire
 permanent (c’est la valeur du courant de court-circuit en régime établi).

Figure 2.17:courant de court circuit d'un alternateur

La valeur efficace de courant de court-circuit est donnée par la relation suivante :


Ir (2.6)
I cc =
Z cc %

Avec Ir : courant assigné, Zcc% : impédance de court circuit relative


Les valeurs les plus courantes pour un générateur synchrone sont :
Régime Subtransitoire X’’d Transitoire X’d Permanent Xd
Zcc% 10-20% 15-25% 200-300%
Icc 5-10Ir 4-6.5Ir 0.3-0.5Ir
Tableau 2.3:la valeur de l'impédance interne et courant de court circuit en fonction les 3 régime [4]

28
 Chute de tension

Figure 2.18.Modèle équivalent de Behn-Eschenburg.

E=V +(R+ jX ) I (2.6)

Figure 2.19.Diagramme vectorielle de Behn-Eschenburg.

Chute de tension en charge :


∆ V =E−V (2.7)

La valeur à mesurer est la tension aux bornes des consommateurs, avec pour consigne la
tension nominale. Cela est fait par le réglage du courant d’excitation par l’intermédiaire d’un
régulateur de tension.
Nous pouvons voir sur le graphe ci-dessus que toute augmentation de la charge entraîne
tout d’abord une diminution de la valeur de la tension aux bornes de l’alternateur à cause de
son impédance interne. Alors pour fixer cette tension, il suffit de réagir sur le courant
d’excitation càd réagir sur la force électromotrice E.
Approximativement la valeur de E est proportionnelle au courant d’excitation iex
5.2. Convertisseur statique
Le convertisseur de fréquence statique utilisé dans le système conversion 50/60Hz est un
dispositif d’électronique de puissance qui convertit la tension électrique d’une fréquence à
une autre. Ce dispositif est basé sur une technologie de double conversion.

29
La double conversion est effectuée en permanence, une conversion de l’alternatif vers le
continu (AC/DC), suivie d’une conversion opposée (DC/AC). La technologie employée pour
les deux étages de conversion est à base d’IGBT commandés en MLI.

Figure 2.20:convertisseur de fréquence

Dans cette partie, la modélisation et simulation de l’ensemble du redresseur-onduleur, se


focalise sur la comparaison entre un redresseur à diode et un redresseur de type PFC, et il se
focalise aussi sur la comparaison entre un onduleur à base la commande 120° et la
commande PWM. La modélisation du système retenu est réalisée sous logiciels: Matlab
Simulink .
5.3. Choix de commutateur
IGBT est un transistor bipolaire à grille isolée, c'est donc le mixage des avantages du MOS
et du bipolaire. On sait que les MOS commutent avec une grande fréquence de
commutation mais valable justement pour les faibles et moyennes puissances. On sait
également que le bipolaire nécessite une commande en puissance forte, mais la fréquence
de commutation faible par rapport le MOS. Les constructeurs on depuis longtemps cherchés
à coupler ces deux types de technologie. L'IGBT est donc un MOS en entrée qui pilote un
bipolaire en sortie.

Figure 2.21.Diagramme P=f(F) par type d'interrupteur. [5]

5.4. Etage redresseur

30
Il existe deux types de redresseur
5.4.1. Redresseur classique (pont de diodes ou thyristors).
Le redresseur en pont de part sa structure représente une charge non-linéaire. A cause de
la non-linéarité de cette charge, le courant absorbé de la source ne sera pas sinusoïdal
même si la source de tension est parfaite. Il contient donc une composante fondamentale et
des composantes harmoniques. Ces harmoniques de courant circulent dans la source de
tension, en même temps qu’ils parcourent la charge. En ce qui concerne le réseau
électrique, ces courants harmoniques vont engendrer une détérioration de l’onde de tension
au point de raccordement de la charge au réseau. [6]

Figure 2.22.Redresseur en pont de diodes.

5.4.1.1.

Figure 2.23:Spectre de courant d’entré.


Figure 2.24:Courbe de courant d’entrée.

Analyse l’état de courant d’entré de redresseur


La forme de courant d’entrée est parfaitement déformé et très riche en harmonique de
basse fréquence.
5.4.2. Redresseur PFC
Ce type de redresseurs intègre des transistors IGBT et un système de régulation
permettant d'ajuster la tension et l'intensité d'entrée sur une sinusoïde de référence.

31
Figure 2.25.Schéma d'un redresseur triphasé propre un signal sinusoïdal.

Cette technique permet d'assurer une tension et une intensité d'entrée :


 parfaitement sinusoïdales (sans harmoniques) ;
 en phase (facteur de puissance proche de 1).

5.4.2.1. Principe de fonctionnement


Le principe de fonctionnement des redresseurs PFC consiste à forcer le courant appelé à
rester sinusoïdal. Pour ce faire, ils utilisent la technique de modulation de largeur
d'impulsion (PWM). [7]
Le convertisseur fonctionne comme une force contre-électromotrice (un générateur de
tension sinusoïdale) sur le système de distribution, et le courant sinusoïdal est obtenu par
insertion d'une bobine d'inductance entre le réseau d'alimentation et la source de tension.

Figure 2.26.Principe de fonctionnement d'un convertisseur. [7]

32
Figure 2.27:Courbes de tension et courant d’entré
Malgré la présence de touts les rangs des
harmoniques, le taux de distorsion
harmonique de courant est très faible par rapport les autres commandes, parce que les
niveaux des harmoniques sont faible
5.4.3. Conclusion
D’après l’analyse spectrale de courant d’entré de redresseur de deux types de commande,
il apparaît que la commande la plus fiable qui on peut utiliser pour notre installation, c’est
PFC parce que le THDi de cette commande est très faible par rapport les autres.
5.5. Etage onduleur
Le convertisseur DC/AC, de structure onduleur permet de transformer la tension continue
en tension alternative. Ce convertisseur est alimenté par la tension continue délivrée par le
redresseur.
Un onduleur triphasé est compose de trois bras commandés suivant la séquence proposé
ci-dessous (l'interrupteur Kn est l'ensemble IGBT/diode). Ce convertisseur alimente une
charge triphasée équilibrée. Dans cette étude, on suppose que les interrupteurs sont
parfaits.

Figure 2.28.onduleur triphasé à base IGBT.

On distingue deux types de commande :

33
5.5.1. Commande pleine onde :
La commande pleine onde de 120° consiste à fermer chaque interrupteur pondant un tiers
de la période.
Les IGBT sont commandés à 120°

Figure 2.29.Commande des interrupteurs à 120°.

La tension composé Uab est : Uab=Va-Vb

Figure 2.30.La tension composé Uab.

5.5.1.1. Développement en série de Fourier


La Va(t) peut de décomposer en série de Fourier tel que :
3E 3E 3E 3E (2.11)
V a ( t )= √ sin ( ωt )+ √ sin(5 ωt)+ √ sin(7 ωt )+ √ sin (5 ωt)+…
π 5π 7π 11 π

L’expression de fondamental
3E (2.12)
V a ( t )= √ sin ( ωt )
π

Alors la valeur efficace de la fondamentale Va(t) est :

34
3E (2.13)
V a 1 , eff = √ =220V
√2 π

En calculant le THDu de tension Va(t)


∞ (2.14)

THD=
√ ∑ V 2an √ V 2 −V 2
n=2
= a ,eff a1
V a1 V a1

√ 2302 −2202
THD=
220
THD=30.5 %

Figure 2.31.Spectre de tension de sortie.

Après le filtrage en fréquence de coupure 1000Hz

Figure 2.32.Spectre de tension de sortie après le filtrage.

On constate que le taux de distorsion harmonique diminué à 27.25% mais les


harmoniques de rang 5 et 7 restent toujours déformer le fondamental.

35
Le signal de sortie est généralement proche d'un signal carré. Ce type de commande est la
plus simple à mettre en œuvre. Par contre la tension de sortie est très riche en harmoniques
de rang faible et donc de fréquence basse. Le filtrage est difficile dans ce mode de
commande.
5.5.2. Commande MLI (Modulation de Largeur d'Impulsions)

5.5.2.1. Principe de fonctionnement

Figure 2.33.Principe de commande MLI.

La commande MLI consiste à comparer la modulante (signal sinusoïdal) à une porteuse


(signal triangulaire). Le signal de sortie vaut 1 si la modulante est plus grande que la
porteuse, 0 sinon ; le signal de sortie change donc d'état à chaque intersection de la
modulante et de la porteuse.

5.5.2.2. Caractéristique de la commande MLI


 La fréquence de la tension de sortie est la fréquence de signale sinusoïdal
(modulante).
 La fréquence du signal triangulaire est la fréquence des harmoniques qui nous les
voulons éloigner

Figure 2.34.Les tensions composé Uab.

36
L’onde de sortie se compose d’un train d’impulsions de largeur et d’espacement variable.
L’intérêt de ce type de commande est d’éloigner les harmoniques afin de simplifier le filtrage
et d’approcher l’onde de sortie à la Va, Vb et Vc sinusoïdale
Analysons le spectre de la tension de sortie Va

Figure 2.35.Spectre de la tension de sortie Va.

On constate que les harmoniques indésirables sont éloignées en fréquence (1kHz).


La tension Va(t) sera donc facile à filtre
Après le filtrage en fréquence de coupure 1000Hz

Figure 2.36.Spectre de la tension de sortie Va après le filtrage.

37
On constate que le taux de distorsion harmonique négligeable

5.5.2.3. Conclusion
L’onduleur MLI nous permet d’éloigner et filtrer des harmoniques facilement, alors ce
type de commande non-polluant par rapport les autres commandes, c’est pourquoi on
l’utilise dans notre installation.
5.5.3. Comportement du convertisseur GFC en surcharge et en court circuit
 Courant de surcharge
Le GFC doit fournir plus de courant jusqu’à 1.9 In. Dans cette configuration, la tension est
encore contrôlée à sa valeur nominale par contre le temps de fonctionnement du GFC est
limité comme présenté dans la Figure2.29.

Figure 2.37: Profil du courant du convertisseur en surcharge [1]

 Courant de court circuit


Le courant de sortie en court-circuit est défini par l’atteinte du courant d’une valeur crête
limitée. En effet, pour respecter les contraintes sur les IGBT, la régulation de l’onduleur
embarque une limitation de courant en 2 In par un limiteur. [1]

Figure 2.38.Courant sortie GFC. [1]

6. Etude comparative entre les convertisseurs de fréquence statiques et rotatifs


Dans les axes précédents ont décrit la structure et le principe de fonctionnement des
différents systèmes de conversion de fréquence rotative et statique. Dans cet axe, nous
allons comparer les performances et la fiabilité de ces deux types de systèmes de conversion

38
de fréquence pour les applications de branchement des navires aux réseaux d’alimentation
électrique terrestres.
6.1. Performance
6.1.1. Facteur de service
Facteur de service indiquant la capacité d’un système électrique de dépasser sa puissance
nominale en court durée.
La majorité des machines électrique ont un facteur de service ne dépasse pas 1,15, cela veux
dire que l'on peut dépasser de 15% de la puissance nominal.
Par contre les convertisseurs de fréquence à base semi-conducteur ont un facteur de service
peut atteindre à 1.9.
6.1.2. Régime transitoire
Le démarrage de convertisseur dynamique nécessite une long durée pour atteindre le
régime permanent, Lors de démarrage d’un convertisseur de fréquence dynamique, l’appel
de courant nominal est plus fort (Id >5In) par rapport le démarrage d’un convertisseur
statique (Id<2In).
6.1.3. Courant de court circuit
Lors d’un court circuit aux bornes de l’alternateur le courant de court circuit diminue en
passant par trois périodes caractéristiques :
 Subtransitoire : intervenant pendant les 10 à 20 premières millisecondes du
défaut, Icc= 5 à 10In
 Transitoire : pouvant se prolonger jusqu’à 500 millisecondes, Icc=4 à 6.5In
 permanent (c’est la valeur du courant de court-circuit en régime établi). Icc=0.3 à
0.5In
Afin de garantir la détection de défaut et assurer la sélectivité, les constructeurs de
générateurs maintiennent le courant de court circuit permanent à environ 3 In en
surexcitant la machine.
Lors d’un court circuit aux bornes du convertisseur statique le courant de court circuit est
limité en 2In par la régulation de l’onduleur.
6.1.4. Qualité d’énergie électrique

6.1.4.1. Coupure brève :


Les convertisseurs de fréquence dynamique ont une bonne continuité pour coupure de
durée inférieure à une demi-seconde grâce à leur inertie

6.1.4.2. Le facteur de puissance :


Le facteur de puissance en entrée du convertisseur dynamique reste environ 0.94 à cause
des inductances de stator, par contre la solution statique contient un facteur de puissance
très proche 1 grâce à la technologie « redresseur PFC ».

6.1.4.3. Taux de distorsion harmonique de courant en entré:


La forme de courant d’entré de convertisseur rotatif est purement sinusoïdale c-à-d le THDi
est nul, dans l’autre cas de convertisseur statique le THDi est inferieur à 4%

39
6.1.4.4. Taux de distorsion harmonique de tension en sortie:
La forme de tension de sortie de convertisseur rotatif  est purement sinusoïdale, dans le cas
de convertisseur statique la forme de tension de sortie proche une forme sinusoïdal
(THDu<2%) grâce à la commande MLI d’onduleur.

6.1.4.5. Précision de fréquence :


Le frottement mécanique entre le moteur et l’alternateur provoque une petite variation de
la fréquence de tension de l’alternateur (la fréquence de tension est proportionnel à la
vitesse), alors le degré de précision de la fréquence d’onduleur est plus précis par rapport
l’alternateur

6.1.4.6. Variation de la fréquence en amont


La variation de fréquence du réseau provoque la variation de la vitesse de rotation de
moteur et par conséquent sur la fréquence de l’alternateur, par contre le convertisseur
statique accepte la variation de fréquence du réseau grâce à la double conversion qui
permet d’effectuer en permanence, une conversion de l’alternatif vers le continu (AC/DC),
suivie d’une conversion opposée (DC/AC) qui permet de générer une tension de fréquence
60Hz exacte.
6.1.5. Rendement
Les pertes de puissance de l’ensemble (moteur / alternateurs) représentent par les
pertes Joule et les pertes mécanique, ces pertes peuvent diminuer le rendement de
convertisseur dynamique devant de lequel de système statique.
6.1.6. Maintenance
L’ensemble de groupe (moteur/alternateur) comporte toujours la maintenance préventive
au niveau d’accouplement mécanique, le changement des balais pour l’inducteur, le serrage
de support (à cause de vibration), le changement des roulements, ventilation….
6.1.7. Conception modulaire
La conception modulaire des convertisseurs statique permet d’alimenter des récepteurs
de grande puissance qui est difficile pour une seule grosse machine rotative, cette
conception permet aussi d’assurer l’alimentation pour une partie de la charge en cas de
perte d'un convertisseur.

6.1.8. Coût d’installation


Le système dynamique nécessite de construire un bâtiment dur, capable de supporter le
poids et les vibrations des machines. Le convertisseur statique peut intégrer dans un
bâtiment excitant.

6.1.9. Résumé
Convertisseur statique Convertisseur dynamique
Facteur de service Fs ≤ 1.9 Fs ≤ 1.15
Courant de court circuit Icc≈2 In Icc≈3 In
Régime Courant de Id≤2In Id≥5In
transitoire démarrage
Durée de régime rapide lente
transitoire

40
Continuité en cas de non continuité pour une
coupure brève  coupure de durée <0.5s
Le facteur de Fp≈99% Fp≈94%
Qualité puissance 
d’énergie Taux  de  distorsion
harmonique  de THDi ≤4% purement sinusoïdal
courant en entré 
Taux  de  distorsion
harmonique  de THDu ≤2% purement sinusoïdal
tension en sortie 
Précision de Très bon Bon
fréquence 
Perturbation de la fonctionner Ne pas fonctionner
fréquence en amont
Rendement ɳ≈95% ɳ≈82%
Maintenance préventive Non ventilateur de
refroidissement, le
remplacement du
roulement, système
d’accouplement …..
Conception modulaire possible non
Tableau 2.4:étude comparative entre convertisseur de fréquence statique et dynamique

6.1.10. Conclusion
Les systèmes de conversion de fréquence statiques peuvent être plus fiables que les
systèmes rotatifs. La conception modulaire des convertisseurs statiques assure quelque
chose qui est difficile pour une seule grosse machine rotative.

41
Chapitre3: Etude détaillée du projet
Introduction
Ce chapitre est consacré à une étude détaillée, concernant une description générale de
l’ensemble du système et le dimensionnement des équipements convenables. Ensuite, une
présentation de plan de protection concernant les fonctions de protection de toute
l’installation. Enfin, nous établirons une interface de supervision pour suivre l’état de
l’installation en temps réel.
1. Description générale

1- Alimentation électrique 20KV, 50Hz


2- cellule disjoncteur amont
La cellule disjoncteur à moyen tension en amont de l’installation permet d’établir,
supporter et interrompre des courants sous sa tension assignée (la tension maximale du
réseau électrique qu'il protège) à la fois:
 dans des conditions normales de service, pour connecter ou déconnecter tout
l’installation;
 dans des conditions anormales spécifiées, en particulier pour éliminer un court-
circuit.
3- transformateur amont : transformateur abaisseur 20KV/400V.
Le convertisseur statique contient des semi-conducteurs qui ne supportent pas les
tensions élevés, ce qui impose d’utiliser un transformateur en aval du convertisseur
(redresseur/onduleur) pour abaisser la tension de 20KV à 400V.
4-disjoncteur principale BT.

42
Ce disjoncteur assure la protection de transformateur amont contre la surcharge, et aussi
il chargé d’assurer la protection électrique des convertisseurs de fréquence.
5-disjoncteur GFCs et transformateur BT/BT.
Ces disjoncteurs assurent la protection électrique de chaque GFC tout seul pour assurer la
sélectivité et la continuité de l’installation en cas où un défaut sur un GFC.
6- convertisseur de fréquence statique 50Hz/60Hz.
Le convertisseur de fréquence statique utilisé dans le système conversion 50/60Hz est un
dispositif d’électronique de puissance qui convertit la tension électrique d’une fréquence à
une autre. Ce dispositif est basé sur une technologie de double conversion.
La double conversion est effectuée en permanence, une conversion de l’alternatif vers le
continu (AC/DC), suivie d’une conversion opposée (DC/AC). La technologie employée pour
les deux étages de conversion est à base d’IGBT commandés en MLI.
7- transformateur aval : élévateur 400V/6.6KV
Le transformateur aval de l’installation permet d’élever la tension de 400V à 6.6KV afin
d’alimenter les navires qui fonctionnent sous tension 6.6KV
8- cellule disjoncteur aval
La cellule disjoncteur à moyen tension en aval de l’installation permet d’établir, supporter
et interrompre des courants sous sa tension assignée (la tension maximale du réseau
électrique qu'il protège) à la fois:
 dans des conditions normales de service, pour connecter ou déconnecter
l’installation au navire.
 dans des conditions anormales spécifiées, en particulier pour éliminer un court-
circuit.
9- système de comptage MT
Pour facturer au client, il suffit de mettre en amont d’installation un système de comptage
qui mesurera la quantité d’énergie électrique consommée dans le navire
10- Relais de protection :
Les Relais de protection peuvent de détecter tout phénomène anormal pouvant se
produire sur les transformateurs (amont et aval) tel que le court-circuit, variation de
tension…. Ils détectent l’existence de conditions anormales par la surveillance continue,
déterminent quels disjoncteurs ouvrir ou fermer.
11- prise de quai : Système de connexion entre le réseau de quai et le navire.
12-transformateur BT/BT.
L’alimentation des équipements d’éclairage, climatisation et prises de courant se fait par
le transformateur BT/BT
13-charge (éclairage, climatisation….)
Caractéristique de la charge (navire porte-conteneur):
U= 6.6KV, f=60Hz et S=1.5MVA

43
2. Choix et dimensionnement des équipements
2.1. Choix du transformateur
Le choix des transformateurs de puissance comporte de vérifier les critères suivants :

 La puissance installée total


 Tension assignée au primaire
 Tension assignée au secondaire
 Type de poste (HT/MT, MT/BT …)
 Local, environnement

Le dernier critère qui peut déterminer le type de transformateur (sec ou immergé).

2.1.1. Choix du transformateur Amont


Données :

 La puissance installée total: S=1522KVA


- Puissance installée : 1.5 MVA
- Puissance d’éclairage et autre option 22KVA
 Tension assignée au primaire: 20KV
 Tension assignée au secondaire : 400V
 Site: humidité et critique.
 Transformateur sec enrobés Trihal.

2.1.2. Choix du transformateur aval


Données :

 La puissance installée :

Puissance de sortie de chaque GFC est 470KVA, Alors la puissance total est: 1410KVA

 Tension assignée au primaire: 400V


 Tension assignée au secondaire : 6.6KV
 Site: humidité et critique
 Transformateur sec enrobés Trihal.

2.1.3. Justification de choix de transformateur sec


Les transformateurs de type sec ont plusieurs caractéristiques
compatibles à notre installation :
 Ils sont destinés à un usage intérieur uniquement
 présente l’avantage de ne provoquer aucune fuite de
diélectrique ni de risque d’incendie ou d’explosion

44
 ils ne nécessitent aucun entretien et préservent l’environnement
 Ils sont utilisés dans les postes de distribution HTA/BT et conviennent parfaitement
aux locaux où la protection des personnes est Figure 3.39:transformateur
essentielle. sec
 Ils procurent en outre aux transformateurs Trihal un
excellent comportement en atmosphère industrielle et une insensibilité aux agents
extérieurs (poussière, humidité ...)
 Résistance aux hauts niveaux d‘humidité > 95%.

2.2. Choix du disjoncteur


Pour choisir une cellule de protection, il suffit de vérifier les critères suivants :

- Ur ≥UB
- Ir ≥IB
- PdC ≥Icc
- Local, environnement

Avec :

- Ur : tension assignée qui représente la tension maximale de fonctionnement


- UB : tension de service qui supporte l’équipement (tension nominal)
- Ir : courant assignée
- IB : courant d’emplois
- PdC : pouvoir de coupure
- Icc : courant de court circuit

2.2.1. Choix du disjoncteur amont


Données :

 La puissance installée total: S=1525KVA


- Puissance installée : 1.5 MVA
- Puissance d’éclairage et autre option 25KVA
 Tension de service: Ur=20KV
 Intensité au primaire de transformateur: 44A
 Intensité au secondaire de transformateur: 2200A
 Tension de court circuit : Ucc%=6%
 Perte cuivre à 120° : 13.5KW
 Site: humidité.

Calcul:

45
Courant de court circuit:

On peut calculer le courant absorbé au primaire en cas de court-circuit aux bornes du


secondaire si l’on néglige l’impédance de source par l’équation suivante :
100 √ 3 I 1 n (3.1)
I 1 cc = =1.24 KA
U cc %

 Cellule Disjoncteur RM6 fonction NE-D

2.2.2. Choix du disjoncteur aval


Données :

 La puissance installée: S=1.5 MVA


 Tension assignée: Ur=6.6KV
 Intensité assignée au secondaire de transformateur: Ir=131.2A
 Tension de court circuit : Ucc%=5.8%
 Site: humidité.

Calcul

 Courant de court circuit triphasé :

(3.2)
U 2n
I cc =
√3 Z t

 impédance interne de transformateur1 :

(3.3)
2
U cc % U n
Zt = =1.68 Ω
100 S

Alors le courant de court circuit :

1
Transformateur BT/THA

46
6600 (3.4)
I cc = =2.27 KA
√ 3∗1.68

 Cellule Disjoncteur RM6 DE-D

2.2.3. Choix du système de comptage


Données :

 La puissance installée: S=1.5 MVA


 Tension assignée: Ur=6.6KV
 Intensité assignée au secondaire de transformateur: Ir=131.2A
 Site: humidité, eau
 Module de comptage RM6 DE-Mt

2.2.3.1. Montage de la cellule de disjoncteur et comptage

RE-O : Cellules de connexion câbles à gauche


LE-O : Cellules de connexion câbles à droite
2.2.4. Justification de choix la gamme RM6
Un ensemble étanche pour une meilleure continuité de service( eau, poussières, agents
chimiques, agents atmosphériques...)
Le RM6 a été spécialement conçu pour assurer une alimentation électrique et une
continuité de service en tous milieux, en particulier ceux qui présentent d’or tes contraintes
environnementales.
2.3. Choix de convertisseur de fréquence
Le choix de convertisseur de fréquence soumis à la caractéristique des grandeurs
électrique d’entré et sortie et aussi la qualité d’énergie.
Données :

47
 Tension assignée : 400V
 Puissance installée : 1.5 MVA
 Fréquence d’entré : 50Hz
 Fréquence de sortie : 60Hz

 Galaxy 7000 de 500KVA

On met 3 modules de 500KVA en parallèle.

Figure 3.40: montage de 3 convertisseurs de fréquence GFC de type galaxy

Caractéristique technique

Comme nous constatons dans le tableau ci-dessous les caractéristiques de convertisseur


de fréquence apparaissent :
- à l’entrée de cette gamme des convertisseurs ont un facteur de puissance proche
à 1 et un taux d’harmonique de distorsion de courant inférieur à 3%

48
- à la sortie de cette gamme des convertisseurs ont un taux d’harmonique de
distorsion de tension inférieur à 2% , une perturbation très légère de fréquence
et une possibilité de ajusté la tension en cas de chute de tension.
2.4. Dimensionnement des jeux de barre
Les jeux de barres à basse tension sont destinés à assurer le transport d’énergie électrique
entre éléments d’une installation la fournissant (générateurs, transformateurs…) et la
répartissant (tableaux généraux de distribution dits TGBT). Ils peuvent également être une
partie de ces derniers ou d’ensembles d’appareillage à basse tension faisant l’objet de
normes particulières. Ils peuvent être utilisés en tant que canalisations de distribution, mais
cette fonction est plus généralement confiée aux systèmes de canalisations préfabriqués,
également normalisés.

Figure 3.41:ARMOIRE DES JEUX DE BARRE AMONT

2.4.1. Jeu de barre principale :

2.4.1.1. Intensité d'utilisation et intensité installée


Tous les récepteurs alimentés par un jeu de barres ne sont pas nécessairement utilisés à
pleine charge, ni en même temps. Le facteur assigné de diversité permet de déterminer
l'intensité d'utilisation maximale permettant de dimensionner ce jeu de barres.
I z =K u I n (3.5)

On a 4 circuits dérivés dans notre armoire des jeux de barre, alors Ku=0.8

49
I z =0.8∗2200
I z =1760 A

2.4.1.2. Tenue au courant de court-circuit


La contrainte thermique liée à l'énergie dispersée par le court-circuit (c'est-à-dire, la
puissance du court-circuit par son temps de maintien RI2t), implique un dimensionnement
suffisant des conducteurs pour emmagasiner cette énergie sans dépasser des températures
qui risqueraient d'endommager le produit.

2.4.1.3. Le courant de court circuit aux bornes de transformateur


Données :

- La puissance de transformateur: S=1.6 MVA


- Tension assignée: Ur=400V
- Tension de court circuit : Ucc%=6%

Calcul

- Courant de court circuit triphasé :

U 2n 400 (3.6)
I cc = = =38.5 KA
√3 Z t √ 3∗0.006

- impédance interne de transformateur :

U cc % U 2n (3.7)
Zt = =6 mΩ
100 S

2.4.2. Caractéristique de jeu de barre principale


 Hauteur (mm):50mm
 Epaisseur (mm) :10mm
2.4.3. Jeux de barre dérivée
 Courant admissible : 722A
 Type de barre : Linergy 800

50
 Hauteur (mm): 60 mm
 Epaisseur (mm) : 5 mm
2.5. Choix la section et longueur des câbles en basse tension
Le dimensionnement des câbles de liaison de l’installation basse tension est régi par la
norme NFC 15-100
La méthode de calcul des sections peut être décrite par les étapes suivantes :

Figure 3.42:logigramme de calcul de la section minimale des canalisations BT

2.5.1. Courant admissible dans les canalisations Iz 


C’est le courant maximal que la canalisation peut véhiculer en permanence sans préjudice
pour sa durée de vie.
Pour déterminer ce courant, il faut procéder de la façon suivante :

51
 Déterminer les valeurs des facteurs de correction K1, K2, et K3 qui doivent être
appliquées, à partir des conditions d’installation et d’ambiance, (voir annexes 1) ;

 Calculer le facteur de correction global k égale au produit des facteurs de correction ;

 Calculer le courant maximal admissible par la canalisation en fonction de ses


conditions d’installation : Iz = IB/k.
Avec : k = k1* k2 * k3
K3 : facteur de correction correspondant à la température ambiante
K2: facteur de correction pour groupement de plusieurs câbles multiconducteurs ou groupe
de câbles mono-conducteurs
K1: facteur de correction correspondant au mode de pose

2.5.1.1. Détermination de la section des câbles des phases en basse de tension :

Pour déterminer la section, il suffit de calculer le courant Iz’ avec la formule Iz’=Iz/k ;
avec K est le produit des facteurs de correction. Ensuite, on cherche la valeur de la section
du câble dans le tableau ci-dessous, donnant la section en fonction du courant admissible.

2.5.1.2. Sections des conducteurs de protection des masses basse tension : (PE)
La section du conducteur PE est définie en fonction de la section des phases (pour le
même métal conducteur) comme suit :

Pour Sphase  16 mm2 SPE= Sphase

Pour 16 mm2 Sphase  35 mm2 SPE= 16 mm2

Pour Sphase > 35 mm2 SPE= Sphase /2

2.5.1.3. Vérification des chutes de tension :


L’impédance d’un câble est faible mais non nulle ; lorsqu’il est traversé par le courant de
service, il y a chute de tension entre son origine et son extrémité.

Il est donc nécessaire de limiter les chutes de tension en ligne par un dimensionnement
correct des câbles d’alimentation.

La chute de tension entre l'origine d'une installation et tout point d'utilisation ne doit pas
être supérieure aux valeurs suivantes :

- 6% pour l’éclairage.
- 8% pour autres usages.

52
Exprimées par rapport à la valeur de la tension nominale de l'installation
L (3.8)
∆ V =(ρ cosφ+ λLsinφ) I B
S

∆V  : étant la chute de tension, en volts,

ρ : étant la résistivité des conducteurs en service normal, prise égale à la résistivité à la


température en service normal, soit 1,25 fois la résistivité à 20°C, soit 18.25 m Ω mm²/m
pour le cuivre et 0,09m Ω mm²/m pour l'aluminium ;

L : la longueur simple de la canalisation, en mètres ;


S  : la section des conducteurs, en mm²;
Cosφ  : le facteur de puissance ; en l'absence d'indications précises, le facteur de puissance
est pris égal à 0,9 (sin φ = 0, 45) ;
λ  : la réactance linéique des conducteurs, prise égale, en l'absence d'autres indications
à 0,08 mΩ/m ;
IB   : étant le courant d'emploi.
∆ V Vn−V
La chute de tension relative (en pour-cent) est égale à : =
Vn Vn
Les sections S des différentes liaisons issues de notre installation ainsi que les courants IB
et Iz et le facteur de correction k sont regroupés dans le tableau suivant :
Liaison P(KVA) In(A) Iz(A) K1 K2 K3 Iz'(A) Sph(mm²) L(m) V/V(%) Sp(mm²)
B 1600 2200 550*4 1 0.88 0,94 672*4 400*4 2 0,10 400*2
C 500 722 722 1 0.8 0,94 947 630 2 315
2 0,04
D 500 722 722 1 0.8 0,94 882 630 4 315
8 0,08
E 500 722 722 1 0.8 0,94 882 630 6 315
8 0,13
D’ 480 693 693 1 0,88 0,9 847 500 7 0,16 250
E’ 480 693 693 1 0,88 0,94 847 500 5 0,11 250
F’ 480 693 693 1 0,82 0,94 909 630 3 0,06 315
G 1440 2078 519.5*4 1 0.88 0,94 635*4 400*4 2 0,09 400*2
T 25 36 36 1 1 0.94 39 4 2 0,14 4

2.6. Dimensionnement des câbles en moyenne tension :


La méthode de calcul des sections décrite par les étapes suivantes :

53
Figure 3.43: Le synoptique suivant issu de la norme NF C13-205 donne les différentes

2.6.1. Détermination de la section S1 :


Pour déterminer la section, il suffit de calculer le courant Iz’ avec la formule Iz’=IB/K.
avec f est le produit des facteurs de correction (voir l’annexe 1).
Ensuite, on cherche la valeur de la section du câble dans le tableau de l’annexe 1,
donnant la section en fonction du courant admissible.
2.6.2. Détermination de la section S2 :
La contrainte thermique des conducteurs actifs doit être vérifiée pour le courant de
court-circuit maximal à l'origine du câble. Il est calculé par la méthode des impédances en
tenant compte de la participation de l'ensemble des éléments du réseau (moteurs,
alternateurs...,)
La méthode suivie pour calculer S2 :
Elle suppose que la température du câble avant le court-circuit est égale à la température
admissible en régime permanent.
Dans ce cas, la section du conducteur doit satisfaire la condition suivante :
I cc max (3.9)
S2 ≥ √t
K

Avec :
Icc : courant de court-circuit maximal.
t : durée du court-circuit.
K : Facteur qui correspond à la densité du courant admissible K= 143 A/mm 2
Les sections S des différentes liaisons issues de notre installation ainsi que les courants
IB , Iz , le facteur de correction k et le courant de court circuit sont regroupés dans le tableau
suivant :
54
Liaiso P(KVA) In(A) Iz(A) K K2 K3 Iz'(A) Icc(KA) S1ph(mm²) S2ph(mm² Sph(mm²) L(m V/V(% Sp(mm²)
n 1 ) ) )
A 1600 47 47 1 1 0,93 51 1,24 6 11 11 5 0,17 11
H 1450 127 127 1 1 0,93 137 2,227 35 20 35 5 0,15 16

Avec Sph=max (Sph1, Sph2)


2.7. Choix les disjoncteurs de BT
Pour choisir un disjoncteur BT, il suffit de vérifier les relations suivantes :

 In ≥ IB,

 PdC ≥ Icc,
Le déclencheur devra toujours être choisi en respectant les critères suivants :
Thermique  : Ib ≤ Ith ≤ Iz (courant admissible dans la canalisation en aval),
Magnétique : Id ≤ Imag ≤ Icc.
IZ : courant admissible dans la canalisation en aval
Ib : courant assigné ;
Id  : courant de surcharge temporaire admissible ;
Icc: courant de court-circuit monophasé mini.

Données :

 La puissance installée: S=1.6 MVA


 Tension assignée: Ur=400V
 Intensité nominale au secondaire de transformateur: In=2200A
 Tension de court circuit : Ucc%=5.8%

2.7.1. Le courant de court circuit au niveau de point de court circuit

- Courant de court circuit triphasé :

U2n (3.10)
I cc =
√ 3 √ (R ¿ ¿ l+ R t )2+( X l + X t )2 ¿

- impédance interne de transformateur :

55
U cc % U 2n (3.11)
Zt = =6 mΩ
100 S

- Résistance interne de transformateur :


Pj 1600 (3.12)
Rt = 2
= ≈0
3I 2n 3∗22002

Alors réactance interne de transformateur égal l’impédance interne :


X t =√ Z2t −R 2t =6 m Ω (3.13)

- résistance du câble:
L
Rl= ρ
S
Avec : La résistivité de cuivre : ρ=18.51m Ω mm2 /m
L : Longueur du câble 
S : Section du câble 
Rl=8.41m Ω

- réactance du câble
La réactance linéique de cuivre :
X l =0.09 Lm Ω

Les PdCs des différents disjoncteurs BT de notre installation sont regroupés dans le
tableau suivant :

DISJONCTEUR In(A) Icc (KA) Pdc(KA) Types


37,22

disjoncteur principale 2200 70 NS 2500N

disjoncteur GFC1 722 37,21 50 NS800N

disjoncteur GFC2 722 36,15 50 NS800N

disjoncteur GFC3 722 35,15 50 NS800N

56
disjoncteur transfo BT/BT 20,66
36 25 NS100 N
Tableau 3.5:Type Disjoncteur utilisés en coté basse Tension

2.8. Choix du régime du neutre


Le maitre d’ouvrage requiert une protection des personnes contre les contacts indirects en
stricte conformité avec les normes et les règlementations en vigueur.
Le régime TN est un régime adapté à notre installation admettant une coupure au premier
défaut.
La mise en œuvre et l’exploitation de l’architecture TNC, où le conducteur de neutre est
confondu avec le conducteur de protection, peut utiliser pour les équipements
électrique n’a pas besoin de neutre (triphasé équilibre) et peut aussi faire apparaitre
une économie pour l’installation du fait de la suppression d’un conducteur. Mais celui-
ci nécessite une installation rigoureuse de circuits de protection. Le schéma TNS sera
exploité au niveau de toutes les liaisons de l’installation dont la section des câbles
n’excède pas 10 mm² cuivre.

Régime de neutre TN-C

57
3. Protection électrique
3.1. Plan de protection
La sûreté, la stabilité et la disponibilité exemplaire du réseau électrique sont
conditionnées non seulement par la grande fiabilité du matériel fourni par les constructeurs,
mais surtout par un système de protection efficace qui à chaque incident ou perturbation du
réseau, pallie rapidement aux effets de l’incident avant d’éliminer les causes. Ce système de
protection se construit à partir d’une analyse et un savoir-faire important.
3.1.1. Définition du plan de protection
Les anomalies de fonctionnement doivent d’abord être détectées, puis éliminées. Pour les
détecter, nous avons utilisé des relais de protection qui surveillent en permanence
l’évolution de différents paramètres du réseau et des installations alimentées. Ces relais
possèdent un ou plusieurs contacts qui sont actionnés pour signaler l’anomalie et/ou pour
donner l’ordre de l’éliminer. les relais fonctionnent sous des tensions faibles, généralement
inférieures ou égales à 100 V, et avec des courants réduits, le plus souvent 1 ou 5 A. Nous
introduisons donc, entre le réseau à surveiller et les relais, des réducteurs de mesure, qui
sont en effet, des transformateurs de tension et de courant, qui abaissent les valeurs à
surveiller à des niveaux convenables. Les valeurs réduites doivent être une image fidèle des
valeurs originales. Lorsqu’une anomalie est détectée, il faut décider s’il y a lieu d’intervenir.
Le plus souvent, la décision sera prise au niveau du relais lui-même, par exemple lorsque la
valeur d’un critère unique a dépassé un seuil défini à l’avance.
Si la décision d’intervenir est prise, un appareillage de coupure agit (dans notre cas, le
disjoncteur), afin de séparer la partie en défaut du reste du réseau. Pour cela, la protection
doit être :
 Sélective : elle n’élimine que la partie en défaut.
 Autonome: elle n’impose pas de changer les réglages fréquemment.
 Rapide : elle réduit les conséquences des défauts.
 Facile à mettre en œuvre et à maintenir.
 Sensible : elle détecte les défauts très résistants.
 Fiable : elle évite les déclenchements intempestifs.
 Économique : elle consomme moins d’énergie.

58
Figure 3.44:Principe de la protection

3.1.2. Fonctions des protections


Les principales fonctions que l’on retrouve souvent dans les systèmes de protections sont :
 La mesure.
 La comparaison.
 La directionnalité.
 La temporisation.

3.1.2.1. La mesure 
Il s’agit de surveiller les grandeurs mesurables telles que le courant, la tension, la
puissance ou la fréquence d’un réseau afin de délivrer des ordres de régulation ou de mise
hors service des éléments défaillants.

3.1.2.2. La comparaison 
Il s’agit de faire la comparaison entre la grandeur réellement mesurée et la valeur de la
consigne. Cette dernière est calculée ou fixée en fonction des contraintes que peut
supporter le matériel ou les limites supportables par le corps humain quand il s’agit de
protection dont le rôle est de protéger le personnel ou les tiers.

3.1.2.3. La directionnalité 
S’agissant de surveiller les éléments d’un réseau maillé, il y a lieu de surveiller les
grandeurs ayant atteint des valeurs anormales et circulantes dans des sens bien définis.
Il s’agit parfois de verrouiller les fonctions ou contrôler la circulation de la puissance afin
de donner des ordres pour les cas anormaux de fonctionnement.

3.1.2.4. La temporisation :
Son rôle est de retarder l’action du relais afin d’éviter des perturbations pour des défauts
fugitifs ou pour permettre la sélectivité. Il existe deux types de temporisation :
Temporisation à temps inverse ou dépendante du courant de défaut.
Temporisation à temps constant ou indépendante du courant du défaut.
3.1.3. Chaîne de protection

59
Le réseau électrique est généralement protégée par un disjoncteur en association avec
des dispositifs de détection (capteur de mesure : transformateur de courant, de potentiel,…),
de protection et de contrôle-commande (relais de protection), et de déclenchement
(actionneurs).
L’ensemble de ces éléments constitue une chaîne de protection qui assure l’élimination de
la partie défaillante du réseau en cas de défaut.

Figure 3.45:la chaîne de protection MT

3.2. Dispositifs de protection


3.2.1. Protection des transformateur amont et aval

3.2.1.1. Protection contre les surcharges


Une surcharge de longue durée se manifeste souvent par des effets thermiques. Les
transformateurs de type sec sont normalement équipés d’une protection contre
l’échauffement par la fonction (ANSI 49T) sert à surveiller la température des enroulements.
Pour la fonction (ANSI 49T) la norme recommande une alarme à 150˚C et un déclenchement
à 160˚C.
Pour les transformateur MT/BT la protection contre la surcharge est simplement réalisée
par le disjoncteur côté BT.
Pour les transformateur BT/MT La protection contre les surcharges peut être réalisée par
la fonction ANSI 51 (surintensité) de type IDMT ou par la fonction d’image thermique (ANSI
49RMS).

3.2.1.2. Protection contre les courts-circuits


La protection des transformateurs contre les courts-circuits peut être réalisée par
différentes fonctions ;
 Une protection instantanée (sans retard) contre les surintensités par la fonction
ANSI 50, très utile en cas de court-circuit violent, cette fonction détectera les
court-circuits entre phases «Amont» (au primaire du transformateur).
 Une protection à temps indépendant contre les surintensités par la fonction ANSI
51, cette fonction détectera les court-circuits entre phases «Aval» (au secondaire
du transformateur, mais mesuré côté primaire).
 La protection différentielle par la fonction ANSI 87T est l’une des meilleures
solutions contres les courts-circuits entre phases. Pour éviter des déclenchements
nuisible le 2ème et le 5ème harmonique sont souvent pris en compte ;

60
3.2.1.3. Défauts à la terre
Les défauts à la terre dans un transformateur sont causés souvent par le contact d’un
enroulement avec la masse du transformateur. La protection contre un défaut à la terre peut
être réalisée aussi de différentes manières ;
 Une protection contre les surintensités par la fonction ANSI 51G (mesure de
courant résiduel dans la liaison à la terre) dans la mise à la terre de la masse du
transformateur;
 Pour des défauts phase-terre dans le transformateur, en amont ou en aval de
celui-ci, la fonction protection ANSI 51N (mesure le courant résiduelle par la
somme des courants triphasés) est préférable ;

Figure 3.46: les fonctions de protection utilisées pour trasfo Amont et aval

3.2.2. Protection de sous station


La protection de sous station contre les défauts de surcharge, court-circuit et défaut de
terre sont assuré au niveau des transformateurs amont et aval, d’autres protections sont
souvent nécessaires.
Pendant la connexion un navire au réseau à quai, il y a un risque de désynchronisation
entre la sous-station et le générateur interne de navire, la fonction de contrôle de
synchronisme (ANSI 25), permet de vérifier que les deux arrivés (sous-station et générateur
interne) à coupler ont entre eux des écarts de tension en amplitude, phase et fréquence,
acceptables dans les limites prévues pour autoriser la fermeture du disjoncteur de couplage.
Pour empêcher le navire de fournir l'énergie au réseau, il faut régler une protection de
retour de puissance (ANSI 32P) qui permet de mettre à la terre le disjoncteur aval de sous-
station.

61
Pour garantir la tolérance de tension acceptable pour charges de navires, il faut régler des
protections sous/surtension (ANSI 27/ 59) et sous/sur fréquence (ANSI 81L/81H) qui permet
également de mettre à la terre le disjoncteur aval de sous-station.
Le risque de mauvaise contacte entre le prise de courant et navire qui pourrait entraîner le
déséquilibre de réseau. Pour détecter ce genre de risque, une protection contre maximum
de composante inverse (ANSI 46) qui permet de mettre à la terre le disjoncteur aval de sous-
station.
Il y a aussi une autre protection de secours en cas de non ouverture du disjoncteur cette
protection réalisée par la fonction défaillance disjoncteur (ANSI 50BF)

Figure 3.47:les fonctions de protection utilisées pour raccorder l'installation au navire

1.1. Choix et dimensionnement des équipements de protection


3.2.3. Choix des relais de protection
Sepam est un relais de protection et de mesures destinée à exploiter les machines et les
réseaux de distribution électrique des installations industrielles et des sous-stations des
distributeurs d’énergie pour tous les niveaux de tension.
Elle se compose de 3 séries de relais, aux performances croissantes Sepam série 20, pour
les applications simples.
Sepam série 40, pour les applications exigeantes.
Sepam série 80, pour les applications personnalisées.

62
Figure 3.48: Relais de protection (SEPAM)

Fonction de protection SEPAM 20 SEPAM 40 SEPAM 80


50/51 Maximum de courant phase * * *
50/51G Maximum de courant terre * * *
49T Surveillance température * * *
46 Maximum de composante inverse *
32P Maximum de puissance active * *
directionnelle
27 Minimum de tension (L-L ou L-N) * * *
59 Maximum de tension (L-L ou L-N) * * *
81H Maximum de fréquence * * *
81L Minimum de fréquence * * *
49RMS Image thermique * * *
25 Contrôle de synchronisme *
87T Différentielle transformateur *
Tableau 3.6:comparaison les séries de SEPAM [8]

On doit choisir le SEPAM 80 pour satisfaire les fonctions de protection qu’on en a besoin.
Le relais SEPAM 80 présente d’énormes fonctions qui lui confèrent sa notoriété dans la
protection des équipements industriels :
 Facilité d’exploitation
 Télémaintenance
 Signalisation et mémorisation des grandeurs physiques en cas de défaut
 Commande déclenchement du disjoncteur en cas de défaut
 Paramétrage des différentes fonctions sur IHM ou PC (à l’aide du logiciel
d’exploitation
4. Conception & Réalisation D’Interface De Supervision
Dans cette partie, nous présentons une description globale des équipements à superviser.
Puis Dans un second temps, nous présentons la solution de la supervision adoptée.
4.1. Equipements à superviser
Dans ce paragraphe nous donnerons une description technique et fonctionnelle des
équipements à superviser dans notre projet.

63
Une description technique qui nous permettra de mieux connaître les équipements, leurs
câblages et leurs mises en œuvre. Pour la description fonctionnelle, elle permettra de
prévoir les configurations logicielles pour chaque composant.
4.1.1. Présentation des relais de protection SEPAM 80 [8]
La gamme Sepam 80 caractérise par 43 entrées logiques, 23 sortis à relais, éditeur
d’équations logiques, 2 ports de communication Modbus, 16 entrées sondes, cartouche
mémoire amovible, pile pour conservation des historiques, IHM de commande locale,
logiciel de programmation Logipam.
Sepam 80 peut être raccordé à un réseau de communication de supervision (LAN) basé sur
les protocoles de communication suivants : Modbus RS485, DNP3, IEC 61 850.
Toutes les informations nécessaires pour exploiter l’équipement à distance depuis un
superviseur sont accessibles par le port de communication :
 En lecture : toutes les mesures, les alarmes, les réglages,...
 En écriture : les ordres de télécommande de l’appareil de coupure,...
4.1.2. Présentation du système de comptage PM 870 [9]
Les centrales de la série 800 intègrent en standard, dans l'unité de base, un port de
communication ModbusRS 485, une entrée logique, une sortie logique, la mesure du taux de
distorsion harmonique (THD) et des alarmes. Les PM820, PM850 et PM870 sont dotés en
plus de mémoire embarquée pou l'enregistrement de journaux de données, et effectuent
l'analyse harmonique rang par rang des courants et des tensions. Le PM870 permet en outre
d'effectuer des captures d'onde, déclenchées
4.1.3. Présentation du Convertisseur de fréquence GFC gamlaxy 7000 [10]
GFC galaxy 7000 peut communiquer avec l’interface de supervision via une carte de
gestion réseau.

Tableau 3.7:Carte de téléservice et de gestion et fonction réseau [10]

Cette carte fonctionne sous le protocole de communication hexadécimal modbus/Jbus


(MODBUS RTU) est utilisé en mode utilisateur. Le système fournit un canal de
communication avec une interface RS485 ou RS232
4.1.4. Présentation du disjoncteur Compact NSX [11]

64
Tableau 3.8: Disjoncteur compact NSX [11]

Les disjoncteurs et interrupteurs Compact NSX réalisent la commande et le sectionnement


des circuits de distribution électrique dans les domaines tertiaires et industriels. Compact
NSX est une gamme complète qui offre des performances élevées, un large choix de
déclencheurs et des modules d'affichage et de communication.
 3 ou 4 pôles.
 Déclencheurs magnétiques, magnéto-thermiques et électroniques.
 Afficheur de tableau mono-produit FDM121
 Module d'interface modbus RS485
Afficheur de tableau FDM121
Le FDM121 est un afficheur de tableau qui s’intègre dans le système Compact NSX100 à
630 A. Il utilise les capteurs et la puissance de traitement de Micrologic.
Son utilisation simple et intuitive ne nécessite aucune installation de logiciel ni aucun
paramétrage. Un simple cordon de connexion au Compact NSX le rend immédiatement
opérationnel

Figure 3.49:Afficheur de tableau FDM121 [11]

Module d'interface modbus RS485


Les Compact NSX peuvent s’intégrer dans un environnement de communication sous
Modbus , c’est pourquoi on utilise un module BSCM, qui nous donne à l’accès aux
informations :
 position ouvert ou fermé (O/F)
 signalisation de déclenchement (SD)
 signalisation de défaut électrique (SDE)

65

Figure 3.50:Module d'interface modbus RS485 [11]

4.2. Réseaux de communication


4.2.1. Rappel sur l’Ethernet TCP/IP
TCP/IP est une suite de protocoles. Le sigle TCP/IP signifie «Transmission Control
Protocol/Internet Protocol». Il provient des noms des deux protocoles majeurs de la suite de
protocoles, c'est-à-dire les protocoles TCP et IP). TCP/IP représente d'une certaine façon
l'ensemble des règles de communication sur internet et se base sur la notion adressage IP,
c'est-à-dire le fait de fournir une adresse IP à chaque machine du réseau afin de
pouvoir acheminer des paquets de données. Elle est conçue pour répondre à un certain
nombre de critères parmi lesquels :
 Le fractionnement des messages en paquets.
 L'utilisation d'un système d'adresses.
 L'acheminement des données sur le réseau (routage).
 Le contrôle des erreurs de transmission de données.
Ce réseau sera utilisé pour acheminer l’information à l’ordinateur de supervision via
passerelle EGX100 à partir :
 Du GFC galaxy 7000.
 Des PM870
 des SEPAM .
 Compact NSX
4.2.2. Rappel sur le MODBUS [12]
MODBUS est un protocole de communication non-propriétaire, créé en 1979 par
Modicon, utilisé pour des réseaux d'automates programmables.
Modbus est le protocole de communication le plus utilisé pour les réseaux industriels. Il
fonctionne en mode maître-esclave. Les appareils (esclaves) communiquent à tour de rôle
avec une Gateway (passerelle) maître.
4.2.3. Le choix de passerelle EGX 100 [12]
Les PM870, les SEPAM les GFC galaxy 7000 et CompactNSX sont des équipements qui
communiquent en ModBus. Donc pour éviter l’incompatibilité les protcole de
communication, Il faut installer une passerelle « ModBus/Ethernet TCP/IP ». Ainsi, on
communique en TCP/IP avec tous les avantages qu’ils proposent.
2.4.1- Description

66
La passerelle EGX100 est un appareil de communication qui assure la connectivité entre
des appareils Ethernet (Modbus TCP/IP) et série. Elle permet à des clients Modbus TCP/IP
d’accéder aux informations d’appareils esclaves en série. Elle permet aussi à des appareils
série maîtres d’accéder aux informations d’appareils esclaves répartis sur un réseau
Ethernet.

Figure 3.51:passerelle EGX 100

4.2.4. Architecture de réseau des équipements à superviser

4.3. Outils logiciels utilisés


4.3.1. Vijeo Citect
Vijeo Citect est un système d’acquisition et de contrôle des données (SCADA) permettant
de gérer et de surveiller des processus de fabrication, de production primaire, de distribution
et de gestion d’installations en temps réel du système. Les graphiques, commandes,
données de configuration et programmes associés à une installation Vijeo Citect sont
configurés et implémentés dans des projets.

67
4.3.1.1. Configuration du Vijeo Citect
Dans un premier temps, nous utilisons l’environnement de configuration de Vijeo
Citect pour identifier et adresser les périphériques et sources de données inclus dans
un projet en leur associant des variables.
Nous utilisons ensuite des modèles pour dessiner des pages graphiques faisant
référence à ces variables, en créant une interface que le personnel peut utiliser pour
visualiser et contrôler le système.
Ces pages graphiques permettent :
 D’utiliser des animations pour afficher l’état opérationnel et la performance d’une
installation.
 De piloter, de manière locale ou centralisée, les équipements de production à
l’aide de commandes clavier et d’outils graphiques.
 De visualiser l'état du réseau électrique et des disjoncteurs
- Les vues de face avant des cellules animées en temps réel.
- Les schémas types des différents départs animés en temps réel.
- Les schémas unifilaires des différents départs animés en temps réel.
- L'état des disjoncteurs (ouvert, fermé…). [13]

4.3.1.2. Déploiement de Vijeo Citect


Le projet est ensuite déployé sur une architecture de réseau client-serveur. Les serveurs
gèrent la communication avec les équipements et collectent les données de production
tandis que les clients permettent aux opérateurs et gestionnaires d’évaluer et d’interagir
avec le système.
Cette architecture permet d’adapter Vijeo Citect à n’importe quel système de production,
de manière totalement évolutive et en prenant en charge les clusters de serveurs et la
redondance du système.

4.3.1.3. L’architecture Vijeo Citect


L’architecture Vijeo Citect peut être divisée en trois domaines de fonctionnalité :
 Configuration
 Exécution
 Pilotes
a- La configuration d’un projet
La configuration comprend toutes les tâches requises pour préparer et créer un projet
tandis que l’exécution est l’implémentation d’un projet dans un environnement de
production réel.
Pour décrire les outils fournis avec Vijeo Citect, le plus simple est d’examiner leurs rôles
dans les phases de configuration et d’exécution.
Les outils suivants permettent de configurer des éléments de projets et des ordinateurs
devant utiliser Vijeo Citect :

68
Assistant de configuration de poste : Assistant permettant de personnaliser la
configuration d’un ordinateur et de définir son rôle et sa fonction.

Éditeur graphique Citect Application : utilisée pour dessiner, créer et


modifier les éléments graphiques d’un projet : modèles, objets graphiques,
symboles, génies, super génies, etc.

Éditeur de projets Citect Application : utilisée pour créer et gérer les


données de configuration d’un projet : variables, alarmes, éléments de système,
éléments de communication, etc

Explorateur Citect : Application utilisée pour créer et gérer les projets


Vijeo Citect.
L’Explorateur Citect affiche une liste de tous les projets, que vous pouvez
renommer, sauvegarder ou supprimer.

Éditeur d’équipement
L'éditeur d’équipement offre des avantages importants pour un projet tels que la création
automatique des variables, les alarmes et les tendances, et des vues hiérarchiques
d'alarmes, les tendances et d'autres objets, et aussi il offre de créer une bibliothèque des
équipements qui on les utilise dans un projet
b- Exécution d’un projet
Une fois compilé, le projet est exécuté et les agents de production peuvent alors
visualiser le système, lancer des processus de production et répondre à des alarmes.
Des données historiques peuvent également être collectées et distribuées pour évaluer le
rendement de la production, l’efficacité et les besoins en maintenance.
Les outils suivants permettent d’exécuter le projet.
Analyseur de processus: Contrôle Active permettant de comparer et d’analyser
des données d’alarme en phase d’exécution.

Gestionnaire d’exécution Vijeo Citect: Application utilisée pour gérer et piloter la


configuration du projet et l’état d’exécution de chaque élément.
C- Pilotes
Vijeo Citect peut communiquer avec toute une gamme de périphériques d’E/S, dont les
automates, les contrôleurs de boucle et les systèmes de commande distribués.
Les périphériques d’E/S peuvent être locaux (connectés directement à un serveur
d’E/S Vijeo Citect) ou distants (connectés à Vijeo Citect par des moyens de communication
tels qu’une ligne téléphonique).
Les pilotes permettent de communiquer avec des périphériques en utilisant divers
protocoles de communication (Ethernet, TCP/IP, série, etc.) Le pilote définit les paramètres

69
de projet requis pour que Vijeo Citect communique avec un périphérique donné. Ces
paramètres concernent notamment les aspects suivants :
 Cartes
 Ports
 Périphériques
 Adressage des variables
4.3.2. Serveur OFS
La supervision des postes nécessite à ce que toutes les bases de données des composants
de notre architecture soient communicantes avec les équipements à supervisé. Ces
dernières sont liées avec le Vijeo Citect via un OPC (Ole for Process Control) afin d’échanger
les informations et les requêtes
4.3.3. Localisation Des Informations
La supervision des postes nécessite à ce que toutes les bases de données des composants
de notre architecture soient communicantes avec les automates. Ces dernières sont liées
avec le Vijeo Citect via un OPC afin d’échanger les informations et les requêtes.
On a d’abord localisé les registres où sont stockées les informations exigées par le client
pour les composants à supervisé (PM 870, GFC galaxy 7000, et SEPAM 80). Pour les
entrées/sorties déportées, elles sont communicantes à travers leurs cartes d’E/S qui ont
leurs propres registres. Ensuite, on a préparé les listes des adresses automates via OPC pour
pouvoir débuter notre travail. La configuration des composants sera traitée ultérieurement.

4.3.3.1. Informations transmises par les PM 870


Parmi toutes les informations disponibles dans les registres des PM 870, le client a
opté pour les informations suivantes :
 Tensions entre phases
 Courants par phase
 Energie active
 Puissance active
 Puissance réactive
 Cos phi
 fréquence
Le tableau qui regroupe les registres où sont stockées ces informations est à l’annexe 2
(Tableau 1)

4.3.3.2. Informations transmises par les SEPAMs


Parmi toutes les informations disponibles dans les registres des SEPAM 80, le client
a opté pour les informations suivantes :
 Courant phase primaire I1, I2 et I3
 Tension composée primaire U13, U32, U21
 Courant phase secondaireI’1, I’2 et I’3

70
 Tension composée secondaire U’13, U’32, U’21
 Puissance active.
 Cos phi.
 Fréquence.
 Courant résiduel I0
 Température interne de transformateur
 Les alarmes (état de disjoncteur, court circuit, défaut phase terre …)
Le tableau qui regroupe les registres où sont stockées ces informations est à l’annexe 2
(Tableau 2).

4.3.3.3. Informations transmises par les GFCs


Parmi toutes les informations disponibles dans les registres des Galaxy 7000, le client a
opté pour les informations suivantes :
 Courant phase secteur I1, I2 et I3
 Tension composée secteur U13, U32, U21
 Courant phase sortieI’1, I’2 et I’3
 Tension composée sortie U’13, U’32, U’21
 Puissance active.
 Cos phi.
 Fréquence secteur.
 Fréquence sortie
 % niveau de charge de sortie
 Défaut de communication
 Alarme : température trop élevée

4.3.3.4. Informations transmises par Compact NSX


Parmi toutes les informations disponibles dans les registres des Compact NSX, le client a
opté pour les informations suivantes :
 position ouvert ou fermé (O/F)
 signalisation de déclenchement (SD)
 signalisation de défaut électrique (SDE)
 il permet de réaliser à distance les fonctions :
- ouverture
- fermeture
- réarmement
4.3.4. Configuration des équipements à supervisé pour l’acquisition et la
communication.

71
4.3.4.1. Configuration des PM 870
Le Power Meter PM 870 est livré préconfiguré avec de nombreuses valeurs par défaut que
nous pouvons modifier. Pour ce faire, il suffit d’afficher l’écran approprié et indiquer les
valeurs souhaitées. D’autres valeurs peuvent être modifiées grâce à la fonction de
réinitialisation.
Afin de permettre la communication des PM on est obligé de configurer ses paramètres
de communication. Voir annexe 3

4.3.4.2. Configuration des SEPAM 80


Les interfaces de communication Sepam sont à configurer à l’aide du logiciel SFT2841
Figure3.14.
Les paramètres de configuration sont accessibles à partir de la fenêtre Configuration
communication du logiciel SFT2841.
Pour y accéder, il faut procéder de la façon suivante : Voir annexe 3

Figure 3.52: Logiciel SFT2841

4.3.4.3. Configuration des GFCs galaxy 7000.


Afin de mettre la communication des GFCs galaxy 7000 on est obligé de configurer ses
paramètres de communication, on peut y accéder en entrant son adresse IP dans un
navigateur Web standard pour :
 IP Adresse (Adresse IP): adresse IP de la carte (p. ex. 172.17.22.252).
 Subnet Mask (Masque de sous-réseau): masque de sous-réseau de votre réseau (p.
ex.255.255.255.0).
 Créer des comptes utilisateurs.
 Gateway Address (Adresse passerelle): indique l'adresse IP de la passerelle pour
accéder aux postes situés en dehors du sous-réseau de la carte

72
4.3.4.4. Configuration de La passerelle EGX 100 via un réseau Ethernet
Une fois la passerelle EGX100 connectée à un réseau Ethernet, on peut y accéder en
entrant son adresse IP dans un navigateur Web standard pour :
 Spécifier l’adresse IP, le masque de sous-réseau et l’adresse de passerelle pour la
passerelle EGX100.
 Configurer les paramètres du port série (vitesse de transmission, parité, protocole,
mode, interface physique et délais d’attente).
 Créer des comptes utilisateurs.
 Créer ou mettre à jour la liste des produits connectés ainsi que leurs paramètres de
communication Modbus.
 Configurer le filtrage IP pour contrôler l’accès à des appareils série.
 Accéder aux données de diagnostic pour les ports série et Ethernet.

4.3.4.5. Paramétrage du Vijeo Citect


Pour mettre en œuvre la configuration logicielle de notre système Vijeo Citect, nous
devrons pour cela procéder à la configuration suivante:
a - Définition d’une adresse de réseau
Chaque serveur physique de notre système doit être identifié à l’aide d’un nom
unique et d’une adresse IP. (Voir annexe 4).
b - Définition d’un cluster
Le cluster permet de regrouper en un seul projet vijeo citect différents serveur, et
ainsi de visualiser et commander simultanément un système de plusieurs machines.
Chaque cluster doit être défini en lui donnant un nom unique dans le projet
(Voir annexe 4).
c - Définition d’un serveur d’E/S
Chaque serveur d’E/S doit avoir un nom et être affecté à un cluster et un
serveur physique.
Chaque serveur doit être identifié comme étant Primaire ou Auxiliaire. (Voir
annexe 4).
d - Définition d’un serveur d’alarmes
Chaque serveur d’alarme doit avoir un nom et être affecté à un cluster et un serveur
physique. (Voir annexe4).
4.4. Réalisation et Intégration
Après la phase de la configuration du matérielle à superviser on peut passer à la
réalisation du projet sur vijeo citect avec toutes les vues pour l’animation de notre
supervision.
4.4.1. Projet sur Vijeo Citect
Le Vijeo Citect reste l’interface homme machine de notre projet. Une interface qui
permettra une bonne supervision de tous les équipements de l’installation.

73
En effet, le Vijeo Citect, avec les vues qu’on a préparées pour la supervision, aidera les
agents de la maintenance à cibler les défaillances et pouvoir y remédier dans un temps très
favorable qui assurera une continuité élevée avec des temps d’arrêt minimaux.
Ainsi, après avoir dressé la liste de nos besoins opérationnels, on a planifié la conception
de notre projet pour y répondre au mieux. Notre projet était conçu en tenant compte des
aspects suivants :
 Conventions de nommage :
 Editeur d’équipemet
 Génies ou modèle d’objet :
 Modèles de pages
4.4.2. Conventions de nommage
L’adoption de conventions de nommage permet de configurer les éléments de notre
projet en utilisant des noms pertinents contenant des informations utiles (emplacement,
type, etc.). La convention qu’on a utilisée dépend du type d’information qui sera utile aux
utilisateurs du système. Une convention de nommage contribue à la cohérence au sein d’un
projet, facilite l’identification rapide des éléments du projet et élimine les redondances ainsi
que le temps de formation des utilisateurs.
Voila un exemple de mnémonique pour les Sepam et le GFC 7000 (voir annexe 3) :
équipem commentaire
NAME TYPE ADDR
ent
SepamAmont_S80\Ip1 REA Sepa FB0 Courant de ligne 1 au primaire de
L m 0 transformateur
GFC2_G7000\Fs REA GFC 504 La fréquence d’entrée
L 7000 74

4.4.3. Editeur d’équipement


L’éditeur d’équipement offre une possibilité de créer une bibliothèque des équipements
qu’on en utilisé dans notre projet. Cette solution nous a permis d’abord d’éviter de ressaisir
chaque fois les variables des équipements.
Le schéma suivant apparaît comment fonctionne l’éditeur d’équipement

74
Figure 3.53: Editeur d'équipement

4.4.4. Génies
Les génies sont comme des modèles d’objets qu’on a insérés sur des pages graphiques
pour simplifier la configuration de nombreux périphériques semblables. Ils regroupent des
éléments fonctionnels et graphiques et présentent des données sur les périphériques en
utilisant des chaînes de substitution configurables pour des tags ou des expressions
spécifiques. Ces données sont ensuite présentées en phase d’exécution. On a fait appel à
ces génies pour pouvoir créer une solution modulaire, une solution qui sera utilisée dans
toutes les applications de supervision des tableaux électriques. En effet, notre proposition
ainsi conçue devait permettre par la suite au service supervision à Schneider de gagner du
temps dans les projets à venir avec une solution fiable, performante et par la suite constituer
une solution standard et modulaire.
En règle générale, tous les objets d’une page graphique doivent être configurés
individuellement. Les génies permettent de combiner plusieurs objets connexes dans un
groupe et de stocker ce groupe dans une bibliothèque de génies (comparable à une
bibliothèque de symboles).
Ils peuvent contenir n’importe quel type d’objet graphique ainsi que leurs données de
configuration. Pour utiliser le génie il suffit de spécifier les données spécifiques (le Tag de
variable) au disjoncteur correspondant par exemple.
Pour notre application on doit créer des génies présentent touts les équipements à
supervisé dans notre application

75
génie équipement
Convertisseur de fréquence GFC galaxy 7000

Système de comptage PM870

Relais de protection SEPAM 80

Disjoncteur RM6

Disjoncteur NS

4.4.5. Super génie


Nous réalisons le super génie pour acquérir des données (mesures, alarmes, historique, …)
et des paramètres de commande des équipements (moteur, disjoncteur …)
Un Super Génie est contenu une page qui est liée à un génie. Lorsque le Genie est ajouté à
une page graphique de la page correspondante (Super Genie) est automatiquement ajouté
au projet.
Pour notre application on doit créer des super génies présentent touts les équipements à
supervisé dans notre installation
4.4.6. Super Génie pour un Sepam 80

76
4.4.7.
4.4.8. Super Génie pour un PM870
4.4.9.

Super Génie pour un GFC galaxy 7000

77
Super Génie Disjoncteur MT

Super Génie Disjoncteur BT

78
4.4.10. Modèles de pages :
Les modèles de pages sont des pages prédéfinies qu’on a utilisées pour construire les
écrans d’affichage (pages graphiques) de notre projet.

4.4.11. Vue d’animation élaborées


Pour le suivi et le pilotage informatique de notre installation. On a créé une vue concerne
l’acquisition de données (mesures, alarmes, …) et des paramètres de commande des
disjoncteurs.

79
Cette vue a pour objectif :
 d’appeler la vue fonction souhaitée.
 d’afficher l'état des disjoncteurs.
 de contrôler les disjoncteurs.
 d’afficher le niveau de la puissance demandée.

Cette vue a pour objectif :

80
 d’analyser les courbes (puissance demandée et énergie consommée).
 De calculer la durée d’escale
 De calculer la quantité probable d’émission de CO2 etNOx
4.4.12. Evénements et alarmes
Les alarmes permettent d’identifier des conditions dans un système Vijeo Citect
nécessitant une intervention. D’abord, on a commencé par fixer les éléments qui peuvent
déclencher les alarmes. Ensuite, nous les avons classées en ordre de priorités et de droits
d’acquittement.
Il est possible de définir jusqu’à 16376 catégories d’alarmes. Si nous ne spécifions pas de
catégorie pour une alarme, elle aura les mêmes attributs que la Catégorie 0.
Par défaut Vijeo Citect réserve la catégorie 255 aux alarmes des défauts matérielles
(exemple : défaut de communication de l’API). Touts les alarmes de cette catégorie
n’apparaissent qu’à la page des alarmes matérielles. Les alarmes de la catégorie 1 et
2 apparaissent sur les pages des alarmes et historique. Celles de la catégorie 1 représentent
le déclenchement des défauts (exemple : déclenchement du disjoncteur générale,
Défaut démarrage trop long d’un départ…). Par contre celles de la catégorie 2
représentent les alarmes d’avertissement (exemple : Seuil de surcharge courant d’un
départ…). La catégorie
3 représente les différents événements (exemple : état des disjoncteurs …).

81
Chapitre4: Exploitation de l’installation à quai

1. Mode d’exploitation
La procédure d’utilisation de l’installation d’alimentation des navires à quai comporte de
suivre les étapes dans la Figure 4.1 figure pour la connexion et la figure 4.2pour
déconnexion.

Figure 4.54: les étapes de connexion de l'installation à quai

82
Figure 4.55:les étapes de déconnexion de l'installation à quai

2. Simulation de l’interface de supervision


Nous créons une application de simulation « simNavire » pour permettre de simuler le
fonctionnement de notre système SCADA, la programmation de cette application est réalisée
par langage CICODE. Nous pouvons tester l’affichage et l’animation de l’interface de
supervision à partir de « simNavire » sans devoir connecter aux équipements à supervisés et
navire, « simNavire » fournit une fenêtre utilisateur graphique permettant de visualiser et de
modifier des variables du programme de commande.
La figure suivante représente la simulation d’un navire demande une puissance de
différant nature (résistive, inductive et capacitive), la bouton « Calcul) lance les calcules de
toutes les grandeurs physique ( courant, fréquence, énergie…) .

83
Figure 4.56: simulateur de la charge "Navire"

La figure suivante permet de créer les défauts électriques pour tester le fonctionnement
de disjoncteurs et SEPAM sur l’interface de supervision.

Figure 4.57:interface pour créer les défauts

84
3. Organisation de la maintenance :
3.1. Définition :

Dans cette partie nous allons présenter :

 le rôle des différents types de maintenances des équipements électrique.


 Une manière de monter un dossier de maintenance
 Une méthode permettant un diagnostic rapide de l’installation d’alimentations des
navires à quai.
Afin de donner les types de maintenance les plus adéquates à ce projet.
La maintenance est l'ensemble des actions permettant de maintenir ou de rétablir un bien
dans un état clairement spécifié ; bien maintenir, c'est assurer ces opérations à un coût
global minimal. Une installation d’alimentations des navires à quai de bonne qualité, bien
conçu et bien installée, peut fonctionner une long durée si elle est bien entretenue. Un
entretien négligé peut avoir des effets irréversibles sur la fiabilité du système.

Les principales activités de la maintenance sont: la prévention, l'intervention, et


l'amélioration.
 La prévention s'effectue par une bonne tenue des documents permettant de suivre
le fonctionnement de l’installation, le maintien du stock de pièces de rechange, la
réalisation d'inspections, de visites de contrôles. Pour pouvoir bien mener cette
action il faut disposer des documents suivants :
- Le dossier machine du constructeur,
- La fiche de suivi d’installation,
- Les documents divers réalisés lors d'interventions.
 La seconde opération concerne l'intervention qui peut être une réparation, une
révision, un échange standard ou d’autres actions similaires.
 Enfin, la troisième opération est l'amélioration du système. Elle a pour but de
modifier le système de manière à améliorer certains de ces caractéristiques de
fonctionnement. Il peut s'agir d'une innovation, d'une reconstruction ou d'une
modernisation.il est aussi
important que le service maintenance soit capable d'exécuter certains travaux novateurs
(mise en place ou implantation de nouveaux équipements).
3.2. Types de maintenances
On distingue deux types de maintenance : la maintenance préventive (systématique ou
conditionnelle) et la maintenance corrective (palliative ou curative). L'objectif de ces deux
types de maintenance est la réduction des coûts des défaillances. Et l'analyse technico-
financière des risques encourus impose le choix d'un type de maintenance.
3.2.1. La maintenance préventive

85
La maintenance préventive a pour objectif d'éviter que l'installation tombe en panne. Pour
y arriver, on effectue régulièrement un suivi et un contrôle rigoureux de chacun des
constituants de la station, tout en prenant soin de remplacer les pièces usées juste avant
leur état ne perturbe le fonctionnement du système. Cependant il faut différencier les deux
modes de maintenance préventives : la maintenance systématique et la maintenance
conditionnelle.

 La maintenance préventive systématique :

Elle consiste à changer les pièces selon un échéancier p préétabli. Elle ne donne pas des
résultats visibles immédiatement, mais elle permet surtout d'assurer la fiabilité du système.
L'objectif de ce système de maintenance étant de maintenir l'équipement dans l'état de son
rendement initial. Les coûts directs de cette maintenance (mains d'œuvre et prix des pièces)
ne doivent pas être supérieurs à la valeur des conséquences des pannes que l'on cherche à
éviter.
Ce type de maintenance, souvent appelée entretient du système, limite généralement au
nettoyage de local, au dépoussiérage du transformateur, aux vérifications des prises de
terre, aux vérifications la disponibilité du system SCADA et du contrôle visuel de l'état des
cellules disjoncteurs, convertisseur de fréquence, câbles, température de l’équipement.
Cet entretien est assuré au niveau local par utilisateurs eux-mêmes. Il est généralement
confié à une structure technique locale constituée d'un opérateur et d'un fontainier qui
seront responsables du maniement, de l'entretien et de la surveillance de l'installation et de
tous les aménagements annexes.

 Maintenance préventive au niveau local

86

Contrôles à effectuer Actions à mener

Dans des conditions normales d’utilisation et


Dépoussiérage du d’environnement, procéder une fois par an à un
transformateur contrôle du serrage des connexions et des
barrettes des prises de réglage et au
dépoussiérage du transformateur par
aspiration; complétée par un nettoyage en
soufflant les endroits moins accessibles à l’air
comprimé
asséché ou à l’azote.
La fréquence de dépoussiérage dépend des
conditions propres à l’environnement.
En cas de dépôt accéléré de poussières, il y a
lieu d’augmenter cette fréquence annuelle,
voire de filtrer l’air de refroidissement du
transformateur.
Dans le cas de dépôts de poussières grasses,
utiliser uniquement un dégraissant à froid pour
le nettoyage de la résine
 Vérification de la présence et de l'état des
accessoires (leviers, etc.)
 Nettoyage des éléments externes, au chiffon
Cellule disjoncteur propre et sec
 Vérification des serrages (capots, goulottes,
raccordements, etc.)
 Vérification des commandes mécaniques en
effectuant quelques manœuvres
 Vérification du positionnement des
indicateurs d'état (armé, ouvert, fermé)
 Contrôle de l'état et du fonctionnement des
verrouillages par serrures
 Dépoussiérage des éléments mécaniques
internes (sans solvant)
 Contrôle du serrage des visseries et
présence des éléments d'arrêt internes
 Lubrification et graissage des éléments
 mécaniques (avec produits préconisés)
 Contrôle des verrouillages mécaniques de
“fonction”

Tableau 4.9: maintenance préventive au niveau local.

87
 La maintenance préventive conditionnelle :

Elle a pour objectif la correction de la dérive éventuelle du rendement technique de


l’installation, ceci à travers une exploitation rigoureuse des relevés et des constats effectués
sur le site.
C'est une maintenance préventive qui nécessite un diagnostic avant le remplacement de la
pièce. Elle dépend des résultats des visites et des inspections du maître d'œuvre ou toute
autre structure compétente et doit être assurée par une équipe d'intervention. Ce type de
maintenance est utilisé chaque fois que cela est possible car son coût est modéré et donne
de bons résultats.
La maintenance préventive peut se présenter sous deux formes : la maintenance
amélioratrice (actions d'amélioration permettant d'accroître la fiabilité et le maintenicien) et
la maintenance prédictive (détermination de l'époque optimal d'intervention à partir de
l'évolution dans le temps des symptômes constatés).
3.2.2. La maintenance corrective :

Elle consiste à remettre en état de marche une installation tombée en panne. L'arrêt de
l’installation peut être créé des problèmes tels que la fiabilité de l’installation pour le client.
d’autant plus que les pièces de rechange peuvent ne pas être disponibles localement. Afin
de répondre le plus rapidement à cette situation, la maintenance corrective se fait
habituellement en deux étapes.

 La maintenance corrective palliative (dépannage) :

La réparation est la mise en état définitive de tout le matériel usagé ou accidenté ou d'une
partie de celui-ci. Contrairement au dépannage, la réparation est préparée et généralement
planifiée, dans ce cas, la qualité de l'intervention prime sur la rapidité.
Pour mieux appréhender les risques de défaillances afin de mieux les éviter on utiliser
également la méthode AMDEC (Analyse Des Modes de Défaillance, de leur Effet et de leur
Criticité). Cette méthode viendra pour rendre la maintenance plus fiable et moins coûteuse.

 Description de la méthode :

Pour définir les priorités sur les interventions à mener, on effectue un classement des
coûts par rapport aux types de panne. L'analyse ABC (ou loi de PARETO) facilite cette
hiérarchisation. Elle consiste dans un premier temps à classer les pannes par ordre croissant
de coûts, et ensuite à établir un graphique faisant correspondre les pourcentages de coûts
cumulés à un pourcentage de type de panne cumulés. Ceci permet généralement d'aboutir à
une courbe (voir ci-dessous) pouvant être scindé en trois zones : la zone A (zone dans
laquelle 20% des pannes représentent 80% des coûts ; c'est une zone de priorité), zone B (ici
30% des pannes ne coûterons que 15% des coûts) et enfin la zone C (50% des pannes, mais
correspondant à 5% des coûts). [12]

88
L'analyse ABC conduira donc ainsi à organiser une politique de maintenance préventive
systématique ou conditionnelle avec surveillance permanente pour les éléments de la zone
A. on sera moins exigent pour les constituants de la zone B et nettement moins pour les
constituants de la zone C.

Figure 4.58: loi de PARETO

3.2.3. Application à notre cas :

Pour définir les priorités pour la maintenance nous allons classer tous les composants de
notre installation en trois classes A, B et C correspondant respectivement aux zones A, B et
C.

Classes

A B C

-
- Cellule de - Câbles
Eléments disjoncteur -Barre de la mise à
- Jeux de barre
- Convertisseur de la terre
- Disjoncteur BT
fréquence
- Transformateur - Passerelle
(EGX100)

- Relais de protection - Câbles de


(SEPAM) communication
- Transformateur
de mesure
Tableau 4.10:classes des (TC
composants

89
Lors des interventions, il arrive très souvent que l'intervenant se contente de supprimer la
manifestation de la panne sans chercher ses causes premières. Pour éviter ce genre de
dérapage, on peut utiliser la méthode MAXER qui propose un dépannage rationnel en neuf
étapes :

1. s'informer et analyser la situation,

2. prendre éventuellement une décision provisoire,

3. établir le diagnostic, chercher la cause la plus probable,

4. réparer

5. vérifier le résultat de la réparation,

6. chercher la cause première et y remédier,

7. trouver les conséquences,

8. vérifier les matériels semblables,

9. rédiger le rapport d'intervention.

Pour établir le diagnostic, on peut s'aider des questions classiques suivantes : Qui ? Quoi ?

? Quand ? Combien ? Comment ?

Ces questions sont présentées dans le tableau suivant :

Qui ? Qui est l’opérateur ?

90
Quoi ? Quel est le défaut constaté (symptômes) ?

Où ? Ou le défaut apparaît-il ?

Quand est-il

Quand le défaut est-il apparu ensuite


Quand ? ?
apparu pour la première fois
? Quand le défaut n’apparait-il
pas ?
Si oui, quelle est
Le défaut est-il périodique ?
sa fréquence ?

Quelle est l'importance du


Combien ? Quelle est sa tendance ?
défaut ?

Quelles circonstances ont précédé ou


Comment ?
accompagné l'apparition du défaut ?

Remarques

Tableau 4.11:Questions à répondre pour établir un diagnostic de réparation

Le dossier de maintenance est un dossier dans lequel tout sera noté, Il devra permettre à
toute nouvelle personne de s'informer avec précision et d'exécuter les taches aisément.
Nous présentons ci-dessous les renseignements à ressembler pour une bonne connaissance
du matériel et surtout la façon de procéder pour compléter la maintenance de la station dont
nous ferons une partie :
3.3. Connaissance du matériel
Pour une bonne connaissance du matériel, on doit pouvoir trouver dans le dossier de
maintenance de l’installation, les éléments suivants :
 Fiche signalétique : nom et adresse du constructeur ou du fournisseur, téléphone,
télécopieur, type et numéro de série, année de fabrication …
 Caractéristiques physiques : encombrement, masse, capacité de production…
 Commande : date et références, spécifications techniques, conditions de
réception, conditions de garantie

91
 Plans : d'ensemble, de détails de toutes les pièces susceptibles d'être remplacées
ou réparées, de montage donnant les jeux, les entraxes, les réglages, les vues
éclatées…
 Schémas Schéma électrique unifilaire, électronique, de câblage de
communication…
 Plans d'installation : fondations, raccordements électriques, ventilation
 Consignes particulière : sécurité, incendie, …

4. 5. Conclusion

Ce chapitre a été consacré pour élaborer un mode d’exploitation et un plan de maintenance


qui comprend deux niveaux

- Maintenance préventives : qui a pour objectif d'éviter que l'installation tombe en


panne, en effectuant régulièrement un suivi et un contrôle rigoureux de chacun
des constituants de la station

- Maintenance corrective : qui consiste à remettre en état de marche une


installation tombée en panne.

Cette stratégie de maintenance nous permet de garantir une fiabilité de notre système et de
prolonger la durée de vie des composants de l’installation.

92
Conclusion générale

Ce Projet de Fin d’Etudes fut une opportunité pour nous de participer à la phase étude et
ingénierie d’un projet électrique au sein de Schneider Electric Maroc, et qui représente un
supplément de formation que nous avons eu la chance de bénéficier.

Le travail que nous avons réalisé dans le cadre de ce Projet de Fin d’Etudes nous a permis
d’une part de nous intégrer dans le milieu travail , et d’autre part d’établir des relations avec
les professionnels confirmés dans le domaine électrique qui nous ont aidé à développer
notre capacité d’adaptation et à enrichir nos connaissances techniques. Il nous a permis de
mieux percevoir les différents défis que peut rencontrer un ingénieur dans la réalisation de
ses projets.

Dans ce projet, nous avons choisi une solution adaptée pour raccorder les navires au
courant électrique à quai pendant leur escale, cette solution basée sur un convertisseur de
fréquence statique.

Après le dimensionnement les équipements électriques nécessaires pour cette solution


nous avons élaboré un plan de protection pour toutes les tranches de l’installation.

Ensuite, nous avons fait un mode d’exploitation de l’installation qui permet de connecter
et déconnecter les navires en courant électrique pendant leur escale. Enfin, nous avons
élaboré un plan de maintenance qui comprend Maintenance préventives et Maintenance
corrective.

93
Bibliographie

[1] : Maricica-Mirela Ion, «Amélioration de la sélectivité des protections électriques des


navires lors de l'alimentation à quai – Augmentation du courant de court-circuit» THÈSE
doctorat, UNIVERSITÉ DE GRENOBLE, 7 août 2006
[2] : Luc Lasne. EXERCICES ET PROBLÈMES D’ÉLECTROTECHNIQUE. SCIENCES SUP.
[3] Titre du Site [http://www.astuces-pratiques.fr/].. [Consulté lemars,2016].Disponible à
l’adresse: http://www.astuces-pratiques.fr/electronique/le-moteur-asynchrone-
courant-de-demarrage
[4] Guide technique Merlin Gerin. guide de conception MT.
[5] Besson R."Technologie des composants électronique" tome 2, édition radio
[6] BELHAOUCHET NOURI, «Fonctionnement à Fréquence de Commutation Constante des
Convertisseurs de Puissance en Utilisant des Techniques de Commande Avancées» THÈSE
doctorat, UNIVERSITE FERHAT ABBAS - SETIF, 06/07/2011
[7] Guide technique APC by Schneider Electric. Alimentation sans interruption.
[8] Manuel d’utilisation 06/2010. Sepam série 80 Fonctions de protection, mesure et
commande.
[8] Manuel d’utilisation. Meter Power Central.
[9] Manuel d’utilisation. Carte de gestion réseau et fonction Modbus/Jbus.
[10] Catalogue 2011. Compact NS Disjoncteurs et interrupteurs.
[11] Ayoub ELMOUTTAKI, «Supervision des Tableaux électriques MT/BT» PFE, LA FACULTE
DES SCIENCES ET TECHNIQUES GUELIZ DE MARRAKECH, 27 Juin 2014
[12] : A. A. YOUM, S. DIALLO, «Solarisation de stations de pompage à DAROU MOUSTY»
PFE, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 2006

94
Glossaire

CO2 : Dioxyde de carbone


NOx : Oxydes d’azote
GNL : Gaz Naturel Liquéfié
BT : Basse Tension
MT: Moyenne Tension
GFC :Grid Frequency Converter
PFC: Power Factor Corrector
PF: Power Factor
THD : Taux de Distorsion Harmonique
ku: Facteur d’Utilisation
ks : Facteur de Simultanéité
IGBT: Insulated-Gate Bipolar Transistor
ASI: Alimentation Sans Interruption
PM: Power Meter
TCP/IP : Transmission Control Protocol / Internet Protocol
SCADA : Système d’acquisition et de contrôle des données
SEPAM : Relais de protection.
IHM: Interface Homme Machine.

95
Annexe 1

96
97
Annexe 2

Variable Type Adresse


SepamAmont_S80\T_Tr REAL FA10
SepamAval_S80\T_Tr REAL FA10
SepamAmont_S80\Ip1 REAL FB00
SepamAval_S80\Ip1 REAL FB00
SepamAmont_S80\Ip2 REAL FB01
SepamAval_S80\Ip2 REAL FB01
SepamAmont_S80\Ip3 REAL FB02
SepamAval_S80\Ip3 REAL FB02
SepamAmont_S80\Is1 REAL FB14
SepamAval_S80\Is1 REAL FB14
SepamAmont_S80\Is2 REAL FB15
SepamAval_S80\Is2 REAL FB15
SepamAmont_S80\Is3 REAL FB16
SepamAval_S80\Is3 REAL FB16
SepamAmont_S80\Up12 REAL FB06
SepamAval_S80\Up12 REAL FB06
SepamAmont_S80\Up23 REAL FB07
SepamAval_S80\Up23 REAL FB07
SepamAmont_S80\Up31 REAL FB08
SepamAval_S80\Up31 REAL FB08
SepamAmont_S80\I0 REAL FB24
SepamAval_S80\I0 REAL FB24
SepamAmont_S80\Pa REAL FB0A
SepamAval_S80\Pa REAL FB0A
SepamAmont_S80\Qr REAL FB0B
SepamAval_S80\Qr REAL FB0B
SepamAmont_S80\Fp REAL FB0C
SepamAval_S80\Fp REAL FB0C
SepamAmont_S80\DF_C DIGITA A001
C L
SepamAval_S80\DF_CC DIGITA A001
L
SepamAmont_S80\DF_C DIGITA A002
CT L
SepamAval_S80\DF_CCT DIGITA A002
L
SepamAmont_S80\DF_S DIGITA A003
C L
SepamAval_S80\DF_SC DIGITA A003
L
SepamAmont_S80\DF_T DIGITA
L

98
SepamAval_S80\DF_T DIGITA
L
SepamAmont_S80\Us12 REAL FA27
SepamAval_S80\Us12 REAL FA27
SepamAmont_S80\Us_2 REAL FA28
3
SepamAval_S80\Us_23 REAL FA28
SepamAmont_S80\Us31 REAL FA29
SepamAval_S80\Us31 REAL FA29
Tableau 1:Information transmise par SEPAM

Variable Typ Adresse


e
GFC2_G7000\Fi REA 50124
L
GFC3_G7000\Fi REA 50124
L
GFC1_G7000\Fi REA 50124
L
GFC2_G7000\Fs REA 50474
L
GFC3_G7000\Fs REA 50474
L
GFC1_G7000\Fs REA 50474
L
GFC2_G7000\Nm REA 139
L
GFC3_G7000\Nm REA 139
L
GFC1_G7000\Nm REA 139
L
GFC2_G7000\Ie_1 REA 100
L
GFC3_G7000\Ie_1 REA 100
L
GFC1_G7000\Ie_1 REA 100
L
GFC2_G7000\Ie_2 REA 101
L
GFC3_G7000\Ie_2 REA 101
L
GFC1_G7000\Ie_2 REA 101
L
GFC2_G7000\Ie_3 REA 102
L
GFC3_G7000\Ie_3 REA 102
L

99
GFC1_G7000\Ie_3 REA 102
L
GFC2_G7000\Is_1 REA 109
L
GFC3_G7000\Is_1 REA 109
L
GFC1_G7000\Is_1 REA 109
L
GFC2_G7000\Is_2 REA 10A
L
GFC3_G7000\Is_2 REA 10A
L
GFC1_G7000\Is_2 REA 10A
L
GFC2_G7000\Is_3 REA 10B
L
GFC3_G7000\Is_3 REA 10B
L
GFC1_G7000\Is_3 REA 10B
L
GFC2_G7000\Ue_ REA 115
12 L
GFC3_G7000\Ue_ REA 115
12 L
GFC1_G7000\Ue_ REA 115
12 L
GFC2_G7000\Ue_ REA 116
23 L
Tableau 2 :Information transmise par GFC

100
Annexe 3

Configuration des PM 800


Afin de permettre la communication des PM on est obligé de configurer ses paramètres
de communication.
1. En mode SETUP, appuyez sur : jusqu’à ce que COM s’affiche.
2. Appuyez sur COM.
3. Saisissez la valeur ADDR (adresse du Power
Meter) : 1 à 247.
4. Appuyez sur OK.
5. Sélectionnez la vitesse de transmission
(BAUD) : 2400, 4800, 9600 ou 19200.
6. Appuyez sur OK.
7. Sélectionnez la parité : EVEN, ODD ou NONE
8. (pair, impair ou aucun).
9. Appuyez sur OK pour retourner à l’écran
10. SETUP MODE. Figure 1: interface de PM800
o La valeur ADDR

La valeur ADDR permet d’affecter une adresse locale pour chaque PM. Ainsi la passerelle
EGX 100 pourrait distinguer entre elles dans l’adressage des requêtes de lecture.

o La vitesse de transmission

Cette valeur permet de fixer la vitesse de transmission des informations afin qu’elle soit
compatible avec de la passerelle EGX 100.

o La parité

La valeur de la parité permet de définir un protocole commun entre la passerelle EGX100


et les PM pour pouvoir détecter les erreurs de communication.

Configuration des SEPAM 80

Les paramètres de configuration sont accessibles à partir de la fenêtre Configuration


communication du logiciel SFT2841.
Pour y accéder, il faut procéder de la façon suivante :
 dans SFT2841, accéder à l'écran Configuration Sepam.

101
 sélectionner le port de communication à configurer, en cochant la case COM1 ou
COM2.
 cliquer sur le bouton associé : la fenêtre Configuration communication s'affiche.
 sélectionner le type d’interface utilisé : ACE949/ACE959/ACE937, ACE969TP ou
ACE969FO.
 sélectionner le protocole de communication Modbus.

Figure2 : fenêtre de configuration de SEPAM sur logicile SFT2841

4.1.1. Configuration de la couche physique du port Modbus


La transmission est de type série asynchrone et le format des caractères est le
suivant :
 1 bit de start.
 8 bits de données.
 1 bit de stop.
 Parité selon paramétrage.
Le nombre de bits de stop est toujours fixé à 1.
Si une configuration avec parité est sélectionnée,
chaque caractère comportera 11 bits : 1 bit de start + 8
bits de données + 1 bit de parité + 1 bit de stop.
Si une configuration sans parité est sélectionnée,
chaque caractère comportera 10 bits : 1 bit de start + 8
bits de données + 1 bit de stop.
Les paramètres de configuration de la couche
physique du port Modbus Figure N°3, sont les suivants :
 Numéro d’esclave (adresse Sepam).
 Vitesse de transmission.

102
Type de contrôle de parité.

epamoffrelapossibilitédeprotégerles télécommandes et téléréglages par mot de passe.


es paramètres avancés permettent de configurer la fonction sécurisation :
ise en service de la fonction.
aisie du mot de passe pour les télécommandes.
aisie du mot de passe pour les téléréglages.
Figure 3 : fenêtre de
configuration de la
couche physique du port
Modbus

L’affectation de l’adresse Sepam doit impérativement être réalisée avant la connexion de


Sepam au réseau de communication.
Il est également très souhaitable de régler les autres paramètres de configuration de la
couche physique avant la connexion au réseau de communication.
Une modification des paramètres de configuration en fonctionnement normal ne perturbe
pas Sepam mais provoque la réinitialisation du port de communication

103
Annexe 4

4.1.2. Les étapes de Définition


d’une adresse de réseau

Pour configurer une adresse de réseau :

1. Dans l’Éditeur de projets, on sélectionne Serveurs | Adresses réseaux.


2. On ajoute les propriétés suivantes dans la boîte de dialogue Adresses
réseaux :

Option Descripti
on de réseau que nous configurons
Nom de la machine à l’adresse
Nom (16 caractères maximum). Ce nom doit être unique au projet et
ne doit pas contenir d’espaces.
Adresse IP ou nom d’ordinateur de la machine que nous
Adresse configurons.

Tout commentaire utile. Cette propriété est facultative et n’est


Commentaire pas utilisée en phase d’exécution.

Tableau 3 : Les étapes de configuration d’une adresse réseau

3. On Clique sur le bouton Ajouter pour ajouter un nouvel


enregistrement ou sur
Remplacer si nous avons modifié un enregistrement.

4.1.3. Les étapes de Définition d’une adresse d’un Cluster

Pour définir un cluster :


1. Dans l’Éditeur de projets, on Sélectionne serveurs | Clusters.
2. On ajoute les propriétés suivantes dans la boîte de dialogue Cluster.

Option Descripti
on maximum). Ce nom doit être
Nom du cluster (16 caractères
Nom du unique au projet et ne doit pas contenir d’espaces.
cluster
Tout commentaire utile. Cette propriété est facultative et n’est
Commentaire pas utilisée en phase d’exécution.

Tableau 4: Les étapes de définition d’un cluster

3. On Clique sur le bouton Ajouter pour ajouter un nouvel


enregistrement ou sur
Remplacer si nous avons modifié un enregistrement

4.1.4. Les étapes de Définition d’un serveur

104
Pour configurer un serveur d’E/S :

1. Dans l’Éditeur de projets, on sélectionne Serveurs | Serveurs d’E/S.


2. On ajoute les propriétés suivantes dans la boîte de dialogue Serveurs d’E/S.

Option Descripti
on
Nom du cluster auquel appartiendra le serveur d’E/S. Ce champ
Nom du peut rester vide si votre projet ne contient qu’un seul cluster. Le
cluster serveur d’E/S utilisera alors ce cluster.
Nom du serveur (16 caractères maximum). Ce nom doit être
Nom du unique au projet et ne doit pas contenir d’espaces.
serveur
Adresse IP ou nom d’ordinateur de la machine que nous
Adresses
configurons. Si nous utilisons NetBIOS au lieu de TCP/IP, nous
de devons utiliser le nom d’ordinateur.
réseau Port que le serveur interroge. Nous pouvons laisser ce champ
Port vide, auquel cas le numéro de port par défaut sera utilisé.

Le port pair est utilisé pour les communications entre les


serveurs d’E/S pour fournir des informations actualisées sur les
périphériques d’E/S et pour les écritures auxiliaires. Il est
également utilisé pour permettre à la version 7 de Vijeo Citect
Port pair de récupérer des données d’E/S du serveur d’E/S de la version
7. Sa valeur par défaut est 2078. Si vous spécifiez une valeur
différente, les serveurs d’E/S de la version 7 communiqueront
normalement mais les anciens clients Vijeo Citect ne pourront
plus récupérer de données.
Tout commentaire utile. Cette propriété est facultative et n’est
Commentaire pas utilisée en phase d’exécution.

Tableau 5 : les étapes de définition d’un serveur d’E/S

3. On Clique sur le bouton Ajouter pour ajouter un nouvel


enregistrement ou sur
Remplacer si nous avons modifié un enregistrement.

4.1.5. Les étapes de Définition d’un


serveur d’alarme

Pour configurer un serveur d’alarme :

1. Dans l’Éditeur de projets, on sélectionne Serveurs | Serveurs d’alarmes.


2. On ajoute les propriétés suivantes dans la boîte de dialogue Serveurs
d’alarmes :

Option Descripti
on
Nom du cluster auquel appartiendra le serveur d’E/S. Ce champ
Nom du peut rester vide si le projet ne contient qu’un seul cluster. Le
cluster serveur d’E/S utilisera alors ce cluster.

105
Nom du serveur (16 caractères maximum). Ce nom doit être
Nom du unique au projet et ne doit pas contenir d’espaces.
serveur
Adresses Adresse IP ou nom d’ordinateur de la machine que nous
configurons.
de
réseau

Port que le serveur interroge. Nous pouvons laisser ce champ


Port vide, auquel cas le numéro de port par défaut sera utilisé.

Tout commentaire utile. Cette propriété est facultative et n’est


Commentaire pas utilisée en phase d’exécution.

Publication TRUE ou FALSE. La valeur par défaut est FALSE. Si elle est
égale à TRUE, les propriétés des alarmes sont publiées et
des propriétés
peuvent être visualisées comme des tags de variables normaux
des alarmes* et le serveur d’alarme interroge comme s’il était un connecteur
Port que le serveur d’alarme interroge si Publication des
Port* propriétés des alarmes a pour valeur TRUE.

Tableau 6 : les étapes de définition d’un serveur d’alarme

3. On Clique sur le bouton Ajouter pour ajouter un nouvel


enregistrement ou sur
Remplacer si nous avons modifié un enre

106

Vous aimerez peut-être aussi