Vous êtes sur la page 1sur 39

Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse

Préorientations IMACS et MIC

2 ème année

Informatique Matérielle

Travaux Pratiques

Octobre 2006

2 ème année MIC/IMACS

page 1

2006-2007

Travaux Pratiques d’Informatique Matérielle Introduction

La série des Travaux Pratiques d’Informatique Matérielle de 2 ème année IMACS et MIC comprend 3 séances se déroulant sur ordinateurs avec des outils de simulation informatique. A chaque séance, tous les étudiants effectuent la même manipulation.

TP N°1 : Systèmes logiques (outil DSCH)

TP N°2 : Structure et Fonctionnement des Ordinateurs (outil SimProc)

TP N°3 : Structure et Fonctionnement des Ordinateurs (outil SimProc)

Ces travaux pratiques constituent un complément indispensable aux séances de cours et de TD. Ils vous permettent de vérifier expérimentalement vos connaissances sur des circuits logiques combinatoires et séquentiels (TP 1) et la sur le fonctionnement et la programmation au niveau matériel d’une structure de traitement de l’information (TPs 2 et 3).

Informations pratiques

Les groupes de Travaux Dirigés doivent être découpés en deux sous-groupes de 12 étudiants :

A1 et A2, B1 et B2, C1 et C2 (pour les étudiants de IMACS & MIC) et D1 et D2 (pour les étudiants de MIC). Les étudiants de chaque groupe de TP doivent se répartir en binômes (avec un monôme si le nombre total d’étudiants est impair, les trinômes n’étant pas souhaitables). Chaque groupe de TP travaille dans une salle ou ‘sous-salle’ de 6 PCs avec un enseignant. Cette répartition en groupes de TP et en binômes doit être effectuée par les étudiants avant les TPs.

La présence et la participation aux séances de TP seront contrôlées.

Le travail se fait sur ordinateur sous Windows 2000. Les étudiants doivent utiliser leur compte informatique INSAT (nom de login et mot de passe) valable dans toutes les salles de l’INSAT connectées en réseau.

Tous les fichiers créés lors des séances de TP doivent être placés sur les répertoires personnels des étudiants : tout fichier placé sur un autre répertoire risque d’être perdu.

Les étudiants peuvent accéder aux salles informatiques en dehors des séances de TP sous réserve de disponibilité des salles et en demandant l’autorisation aux responsables de salles.

Nous vous conseillons de travailler avec méthode en donnant des noms clairs et courts à vos fichiers et en n’hésitant pas à créer des sous-répertoires pour placer tous les fichiers d’un même travail.

Vous pouvez télécharger ce document en version couleur et les outils DSCH3 et SIMPROC- SIMUAL sur l’intranet pédagogique de l’INSAT (https://intranet.insa-toulouse.fr) :

Informatique Matérielle/Tronc Commun de 2 ème année/TPs.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 2

TP N°1. Systèmes Logiques

Cette première manipulation illustre la partie logique combinatoire et séquentielle. Il concerne l’étude de quelques circuits simples à l’aide d’un simulateur logique (DSCH3-lite) fonctionnant sous Windows 2000.

Il vous est demandé de bien préparer ce TP en étudiant le sujet ainsi que l’annexe technique qui décrit toutes les commandes de l’outil DSCH.

Le simulateur DSCH3 lite peut être téléchargé à l’adresse : http://www.microwind.org/.

Introduction

La conception d’un produit logique industriel passe par une succession d’étapes dites ‘descendantes’ qui transforment progressivement les spécifications en une structure assemblant des composants élémentaires. Les systèmes actuels étant de très grande complexité, les ingénieurs utilisent des outils informatiques qui les aident à maîtriser ces étapes de transformation et à vérifier la conformité des réalisations proposées avec les spécifications. Tous les outils industriels de CAO (Conception Assistée par Ordinateur) intègrent des Simulateurs logiques ou électroniques pour vérifier que la conception est correcte. Le simulateur DSCH3 qui vous est proposé dans ce TP est une version simple d’outil de vérification logique au niveau ‘portes’ dont la présentation est tout à fait semblable à celle des outils professionnels. Vous allez donc vous familiariser avec ce contexte de travail classique des conceptions orientées circuits intégrés tout en fixant certaines connaissances des fonctions logiques combinatoires et séquentielles que vous avez vues en cours et en TD.

Première Partie. Circuits Combinatoires

A. Réalisation d’un additionneur binaire à 3 bits

On considère le circuit logique dessiné à la figure 1 qui réalise l’addition de 3 bits et fournit la somme S et la retenue R. Ce circuit a été analysé en Travaux Dirigés.

a

b

c ⊕ S ⊕
c
S

R

Figure 1. Additionneur 3 bits

1. Ouvrir DSCH en cliquant sur l’icône qui est sur le bureau Windows. Créer un nouveau circuit que vous nommerez A3B (fichier A3B.sch). Placer dans le plan de travail de l’outil DSCH des portes NANDs et XOR, des boutons d’entrée et des LEDs de sortie en assemblant ces composants avec des connexions selon le schéma de la Figure 1. Se référer à l’annexe I pour les commandes de l’outil DSCH.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 3

2. Simuler et vérifier le bon fonctionnement de ce circuit.

3. Créer dans votre espace de travail un nouveau symbole noté A3B (fichier A3B.sym) associé à ce circuit à l’aide de l’icône « Schema To New Symbol » du bandeau supérieur ou depuis le menu File/Schema To New Symbol. Ce symbole sera utilisé dans la suite du TP.

B. Réalisation d’un circuit complet d’addition de mots de 4 bits

1. A partir du schéma de principe présenté à la figure 2, et en utilisant le module d’addition 3 bits A3B mis en place précédemment, réaliser le circuit complet d’addition de 2 mots de 4 bits : Z = X + Y.

2. Simuler et vérifier le bon fonctionnement du circuit.

3. Créer un symbole noté AM4B (fichier AM4B.sym) dans votre espace de travail.

Y4 X4 Y3 X3 Y2 X2 Y1 X1 Add Add Add Add Rs Z4 Z3
Y4 X4
Y3 X3
Y2 X2
Y1 X1
Add
Add
Add
Add
Rs
Z4
Z3
Z2
Z1
Rs

Re

Figure 2. Additionneur de deux nombres binaires

Seconde Partie. Circuits Séquentiels

A. Etude d’une bascule RS asynchrone

On considère le circuit de la Figure 3 qui représente une bascule RS asynchrone simple avec 2 portes NORs interconnectées (notées A et B).

a

b

A B Figure 3. Bascule RS
A
B
Figure 3. Bascule RS

S

1. Créer un nouveau circuit selon le schéma précédent.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 4

2. Valider ce circuit en utilisant une séquence de test ‘significative’ du comportement séquentiel.

B. Etude d’un compteur/décompteur synchrone à deux bits

A partir de l’exemple de la synthèse de système séquentiel synchrone traité en cours, tracer la table des excitations et faire la synthèse à l’aide de bascules D synchrones d’un compteur/décompteur à 2 bits. Ce circuit possède une entrée de commande notée COM et 2 sorties S1 & S2 ; il compte ou décompte les tops de l’horloge H selon que l’entrée COM vaut 0 ou 1.

Il est recommandé de préparer ce travail avant de venir en séance de TP en s’aidant de l’exemple de compteur/décompteur étudié au chapitre 6 du cours

1. Réaliser ce circuit à l’aide de composants élémentaires portes et bascules D synchrones. On utilisera une entrée horloge notée ‘clock’ dans le tableau des composants.

2. Valider le circuit en utilisant une séquence de test significative du comportement séquentiel.

3. Sauver ce circuit en créant un nouveau symbole sous le nom CD2 (fichier CD2.sym).

Troisième Partie. Approfondissements

Cette troisième partie vous propose deux études de circuits logiques plus complexes. Selon le temps qui vous reste, traitez l’une ou l’autre ou les deux études.

A. Additionneur DCBN (décimal codé binaire naturel)

La figure 4 donne le principe d’un additionneur DBCN.

2 ème année IMACS-MIC

X Y M odule A dditionneur binaire 4 bits R s X + Y M
X
Y
M odule A dditionneur
binaire 4 bits
R s
X
+
Y
M odule de
correction
4
4

R e

Figure 4. Additionneur DCBN

TP Informatique matérielle

page 5

Les deux nombres binaires (X et Y) à ajouter sont compris entre 0 et 9. Le résultat de leur addition binaire (X+Y) est donc :

compris entre 0 et 18 si la retenue initiale Re vaut 0,

compris entre 1 et 19 si Re vaut 1.

Une partie seulement des 2 5 configurations de sortie de l’additionneur binaire est donc utilisée. Le résultat DCBN devant se présenter sous forme de deux chiffres décimaux (unités et dizaine), il est nécessaire de corriger le résultat binaire lorsqu’il est supérieur à 9 pour obtenir la forme souhaitée.

Exemples de fonctionnement :

Prenons X = 0110 (6) et Y = 0010 (2) X + Y = 01000 (8). Le résultat est correct, la partie unité vaut 8 (6 + 2) et la partie dizaine vaut 0.

Prenons X = 0110 (6) et Y = 1000 (8) X + Y = 01110 (14). Le résultat est incorrect et doit être corrigé : dizaine = 1 et unité = 0100 (4)

Prenons X = 1001 (9) et Y = 0111 (7) X + Y = 10000 (16). Il faut donc corriger : dizaine = 1 et unité = 0110 (6).

Nous allons maintenant reprendre et détailler ces deux modules : additionneur binaire 4-bits et module de correction.

1 Module additionneur binaire 4 bits

module d’addition s’appuie

sur un circuit d’addition de deux nombres de 4 bits selon le même principe que celui réalisé précédemment.

Nous supposons que les entrées sont déjà codées en DCBN. Le

2 Module de correction

Le module de correction repose sur la comparaison à 10 et la soustraction (-10). Si le résultat binaire est supérieur ou égal à 10, la retenue vaut 1 et il faut alors soustraire 10 au résultat binaire (voir figure 5). Dans le cas contraire, le résultat est déjà correct.

Résultat binaire

X + Y

(Rs,Z4,Z3,Z2,Z1)

Comparateur à 10

0 : < 10

1 : 10

D : Dizaine (retenue)
D : Dizaine
(retenue)

Soustraction

(- 10)

U : Unité

U4,U3,U2,U1

Figure 5. Module de correction

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 6

Remarque : Ce module effectue un transcodage du code binaire naturel à 5 bits vers un code DCBN à deux digits.

1. Déterminer l’équation logique du comparateur à 10 en fonction des 5 bits d’entrées (Rs, Z 4 , Z 3 , Z 2 , Z 1 (Z 1 est le poids faible)).

2. Réaliser le comparateur à 10.

3. Simuler et vérifier le fonctionnement du circuit comparateur.

4. Créer un module comparateur noté C10.

5. A partir du module S10 (soustraction 10) fourni par l’enseignant, mettre en place le circuit de correction. La sélection de traitement « soustraction » ou « pas soustraction » se fera à l’aide du module SELECTION fourni également en séance.

6. Simuler et vérifier le bon fonctionnement du circuit de correction.

7. Créer un module de correction.

8. Réaliser l’additionneur DCBN selon le schéma de principe de la figure 4 à partir des modules additionneur et correction créés précédemment.

9. Simuler et vérifier le bon fonctionnement de l’additionneur DCBN complet.

B. Système de comptage d’objets

Nous allons maintenant utiliser deux compteurs issus de la seconde partie (circuits CD2) et un additionneur de deux nombres à 4 bits défini dans la première partie (circuit AM4B).

A l’entrée d’une unité de production, des objets à traiter arrivent sur deux tapis roulants (voir Figure 6). Pour simplifier, on suppose ici que sur chaque tapis il ne peut pas arriver plus de 3 objets durant une session de travail.

Tapis 1
Tapis 1

H1plus de 3 objets durant une session de travail. Tapis 1 1 2 Additionneur A B

1

2

Additionneur

A

B

+

1 session de travail. Tapis 1 H1 1 2 Additionneur A B + 3 4 1 2

3 4
3
4

1

de travail. Tapis 1 H1 1 2 Additionneur A B + 1 3 4 1 2

2 de travail. Tapis 1 H1 1 2 Additionneur A B + 1 3 4 1 3

3

4

Tapis 1 H1 1 2 Additionneur A B + 1 3 4 1 2 3 4

CompteurTapis 1 H1 1 2 Additionneur A B + 1 3 4 1 2 3 4

NbrObjets

1 2 Additionneur A B + 1 3 4 1 2 3 4 Compteur NbrObjets C

C 5

OK/KO

COM1

2

CompteurA B + 1 3 4 1 2 3 4 Compteur NbrObjets C 5 OK/KO COM1

COM2

4 1 2 3 4 Compteur NbrObjets C 5 OK/KO COM1 2 Compteur COM2 H2 Tapis
H2 Tapis 2
H2
Tapis 2

Figure 6. Comptage d’objets

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 7

On désire réaliser un circuit qui indique combien d’objets sont présents dans l’unité. On associe donc un compteur à chaque tapis et on ajoute les sorties de ces deux compteurs avec un additionneur de nombres de 4 bits étudié dans la première partie. Les bits 3 et 4 des entrées de cet additionneur seront donc mis à la valeur 0.

1. Réaliser l’interconnexion des objets CD2 (2 exemplaires) et AM4B.

2. Valider cette réalisation avec une séquence de fonctionnement ‘significative’.

3. On suppose que l’unité de traitement ne peut pas recevoir plus de 5 objets en même temps. Définir et ajouter un module de comparaison à 5 (noté C5) qui détecte si le nombre d’objets en sortie est supérieur ou égal à 5.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 8

TP N°2 Structure et Fonctionnement des Ordinateurs

Les TP 2 & 3 illustrent la partie Structure et Fonctionnement des Ordinateurs de l’enseignement d’Informatique Matérielle de seconde année. Ils sont consacrés à l’étude d’un microprocesseur simulé et à la réalisation de petits programmes illustrant le fonctionnement interne d’un microprocesseur. Ces études sont menées à l’aide de l’outil SimProc/SimUAL qui fonctionne sous Windows 2000. Cet outil peut être téléchargé sur l’Intranet pédagogique de l’INSAT.

I - Présentation de SimProc/SimUAL (par l’enseignant)

Présentation en début de séance par l’enseignant du simulateur de processeur et de ses différentes fonctionnalités.

II - Fonctionnement d’une Unité Arithmétique et Logique

Lancez le simulateur d’unité arithmétique et logique SimUAL.exe.

Considérer le code suivant (FFF1) 16

1. En se référant aux champs S (Signé),

H (Hexadécimal) et

NS (Non Signé) associés à

l’opérande A de l’UAL faire les analyses suivantes :

a. Déduire l’entier non signé qui est représenté par ce code ?

b. Déduire l’entier signé qui est représenté par ce code ?

c. Déduire le plus grand entier non signé que peut prendre l’opérande A ? Démarche : Faire des tests sur des valeurs élevées que vous aurez choisies au préalable et noter la réponse du simulateur) ? Déduire la taille (en chiffres binaires) des opérandes de l’UAL ?

2. Nous allons dans ce qui suit vérifier que l’UAL considérée utilise la technique du complément à 2 pour coder les entiers relatifs.

a. Pour ce faire, en utilisant les opérations « complément à 1 » (qui complémente un

à un les chiffres binaires de l’opérande A) et « Incrémenter » (qui incrémente la

valeur de A) de l’UAL, déterminer l’opposé de l’entier signé ayant pour code (FFF1) 16 en complément à 2 ? Vérifier que l’entier trouvé correspond bien à ce que a été déterminé dans la question 1.b.

b. Quel est le plus petit et le plus grand entier signé que peut prendre une opérande de l’UAL ? Justifier votre réponse ?

3. Addition d’entiers :

a. Fixer les opérandes A et B / A = B = 10000 et sélectionner l’opération d’addition. Vérifier la validité des résultats obtenus aussi bien dans le cas où les opérandes sont des entiers signés que non signés ?

b. Fixer les opérandes A et B / A = B = 40000 et sélectionner l’opération d’addition sur entiers non signés. Que constatez vous ? Que est l’état de l’indicateur de retenue C ? Justifier la non validité du résultat obtenu ?

c. Fixer successivement les opérandes (A, B) à (-20000, 20000), (-20000, 30000) puis

à (-20000, -20000) et relever à chaque fois le résultat ainsi que les valeurs des indicateurs Z, N et C, V. Justifier les valeurs des indicateurs ?

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 9

III - Déroulement du programme ‘exemple’

Lancez le simulateur de processeur SimProc4f.exe

Lancez le simulateur de processeur SimProc4f.exe Cette première fenêtre apparaît et décrit le s

Cette première fenêtre apparaît et décrit les différentes étapes, depuis l’élaboration d’un algorithme structuré jusqu’au chargement en mémoire. L’exemple consiste à calculer la valeur de (2 7 -1) grâce à une méthode itérative. Vous trouverez en mémoire du simulateur, de l’adresse 0010 H à l’adresse 001A H , les instructions codées de ce programme.

Vous ferez fonctionner ce programme en mode pas à pas à partir d’un RESET.

A chaque étape, vous observerez et noterez les différentes actions effectuées dans la structure (BUS, Multiplexeurs, UAL, registres généraux, registres d’adresses, …).

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 10

IV – Mise œuvre de quelques instructions instructives

Dans cette partie, un mini-programme vous est proposé. Les étapes de choix des registres et de traduction de l’algorithme en langage d’assemblage sont déjà réalisées. Votre travail consiste à effectuer le chargement en mémoire du programme, à l’exécuter et à vérifier le bon déroulement des opérations (Adresses mémoire, IR, UAL et registre des indicateurs,…) après application d’un RESET.

Algorithme structuré

Initialiser Var /* la valeur de Var doit être choisie > 0 */

Repeter

Var = Var -1

Tant que (Var 0)

Choix des registres R7 correspond à Var

Langage d’assemblage

Etiquettes

Mnémoniques

Commentaires

Start :

LDI R7,5

; Initialiser Var (ici à 5)

Repeat:

DEC R7

; Var = Var - 1 (Indicateur Z affecté)

 

JNZ Repeat

; Tant que (Var 0)

End :

JMP End

; Boucle infinie

Assemblage On décide que le placement commencera à l'adresse hexadécimale 0020.

Adresses

Code

Source

0020

1470

LDI R7,5

0021

0005

0022

0170

DEC R7

0023

24FE

JNZ Repeat (-2)

0024

20FF

JMP End (-1)

Chargement en mémoire et exécution Entrez le code de ce tout petit bout de programme en mémoire.

Faites en sorte que le contenu du registre PC soit chargé avec l’adresse de début du programme (0020 H ).

Exécutez en mode pas à pas le petit bout de programme et observez toutes les évolutions internes.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 11

V – Conception, réalisation et test d’un petit programme

Dans cette dernière partie de ce TP nous vous proposons de concevoir, réaliser, implémenter et tester un programme simple à partir d’un ou des deux sujets décrits ci-dessous. Quel que soit le sujet traité, le programme devra être implémenté à l’adresse (0020 H ) et l’application devra débuter par une commande RESET.

1. Comptage du nombre de bits 1 dans un registre

Le but est de compter le nombre de bits ‘1’ contenus dans un registre quelconque et de mettre le résultat dans un second registre.

Vous êtes totalement libre de votre algorithme. La seule contrainte est que le contenu du registre testé ne doit pas être détruit à la fin de l’opération de comptage.

2. Multiplication de 2 nombres entiers

Deux nombres entiers sont placés dans deux registres. On désire faire le produit de ces deux nombres et de placer le résultat dans deux autres registres.

Vous pouvez utiliser l’algorithme présenté en cours de SFO.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 12

TP N°3 Structure et Fonctionnement des Ordinateurs

Calcul du PGCD de deux nombres

Dans ce TP, nous vous proposons de participer à l’élaboration d’un programme de calcul du PGCD de deux nombres (méthode d’ Euclide). Il s’agit donc, à partir de la méthode fournie ci-après, d’écrire le programme en langage d’assemblage, d’assembler et de rentrer ce code en mémoire.

I - La méthode

Calcul du PGCD de deux nombres par la méthode d'Euclide

PGCD (A, B),

avec A et B tels que A > B

1°) R 1 = A mod B (reste de la division entière de A par B)

2°) R 2 = B mod R 1

3°) R 3 = R 1 mod R 2

n°) jusqu'à R n = 0. Alors PGCD = R n-1

II - Algorithme structuré

A, B initialisés Si (A < B)

Alors échanger A avec B Répéter

R (voir ci-contre)

A B

B R

= A mod B

Jusqu'à (R = 0) (in fine PGCD en A) Et finalement :

Calcul de R = A mod B

R A

Tant que (R B) faire

R R – B

A mod B R A Tant que (R ≥ B) faire R R – B A,

A, B initialisés avec A > B Répéter

R A Tant que (R B) faire R R – B

A B

B R

Jusqu'à (R = 0) (in fine PGCD en A)

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 13

III – Travail à effectuer

Vous devez dérouler les étapes restantes de la programmation :

le choix des registres,

l’écriture du programme en langage d’assemblage,

l’assemblage des instructions (langage machine),

puis le chargement en mémoire des codes opératoires.

Vous lancerez ensuite l’exécution de votre programme en pas à pas. Testez votre programme avec les nombres suivants : 62997 et 22908. Vérifierez qu’à partir de ces nombres vous obtenez bien le résultat attendu : PGCD = 5727 (62997 = 11 * 5727 22908 = 4 * 5727).

IV – Emploi d’un sous-programme

Dans l’algorithme précédent, la fonction ’A mod B’ est exécutée plusieurs fois. Nous allons maintenant implémenter cette fonction sous forme d’un sous-programme qui sera placé à l’adresse (0030 H ).

Modifier le programme réalisé et testé au paragraphe III pour utiliser ce sous-programme.

On déroulera le programme modifié en examinant notamment comment est stockée et restaurée l’adresse de l’instruction appelant le sous-programme.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 14

Annexe I. Outil de simulation logique DSCH

Lancement de DSCH

Cliquer deux fois sur l’icône DSCH. L’écran de la figure 1 apparaît. Il comprend :

Un bandeau supérieur de travail avec des menus et des icônes.

Un plan de travail avec une grille pour placer et interconnecter des composants.

Une bibliothèque de composants (boutons, portes, bascules, LED de visualisation …) représentés par des symboles et que vous pouvez sélectionner et faire glisser avec la souris sur le plan de travail.

et faire glisser avec la souris sur le plan de travail. Figure 1. Ecran initial de

Figure 1. Ecran initial de DSCH

Vous pouvez alors :

ouvrir un circuit déjà réalisé, le simuler et le modifier éventuellement, créer un nouveau circuit et le simuler.

Tout circuit que vous créez ou que vous modifiez doit être sauvé sous forme d’un fichier de

tpe *.sch dans un de vos répertoires personnels ; par exemple : circuit1.sch.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 15

Exemple introductif d’utilisation de DSCH

Ouvrir un schéma existant. DSCH propose trois façons ouvrir un fichier :

Soit cliquer File Open Soit presser la touche F3

Soit appuyer sur l’icône

Open Soit presser la touche F3 Soit appuyer sur l’icône Figure 2. Ouverture d’un schéma Dans
Open Soit presser la touche F3 Soit appuyer sur l’icône Figure 2. Ouverture d’un schéma Dans

Figure 2. Ouverture d’un schéma

Dans la boite de dialogue qui apparaît (ci-dessus), choisir le fichier BASE.SCH puis “Ouvrir”. L’écran de la figure 3 apparaît alors.

“Ouvrir”. L’écran de la figure 3 apparaît alors. Figure 3. Circuit comprenant plusie urs petits circuits

Figure 3. Circuit comprenant plusieurs petits circuits (BASE.SCH).

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 16

Voir les propriétés d’un symbole Par un double click sur la porte NAND, la fenêtre de la figure 4 apparaît. Elle donne des informations sur la structure interne du symbole, en détaillant notamment le nombre de nœuds et la description du comportement logique de la cellule, au format VERILOG (language de description ‘orienté matériel’ de type C).

de description ‘orienté ma tériel’ de type C). Figure 4. Un double click dans un sym

Figure 4. Un double click dans un symbole permet d’éditer ses propriétés

Lancer une simulation Pour démarrer la simulation logique du circuit présent à l’écran,vous pouvez :

cliquer dans le menu simulate start simulation,

cliquer sur l’icône représentant un petit triangle vert,

ou taper le raccourci au clavier Ctrl-S.

DSCH rentre alors en mode de simulation et une fenêtre appelée Simulation Control apparaît

(voir figure 5). Elle vous permet de contrôler la simulation du circuit au moyen de quatre petits boutons représentés ci-dessous : start, pause, step by step (pas-à-pas) et stop.

: start, pause, step by step (pas-à-pas) et stop. Start simulation P a u s e
: start, pause, step by step (pas-à-pas) et stop. Start simulation P a u s e
: start, pause, step by step (pas-à-pas) et stop. Start simulation P a u s e

Start simulation

Pause

Stop simulation

Step by step

Une petite réglette vous permet de modifier la vitesse de simulation (utile lorsque l’on utilise une entrée d’horloge). Enfin vous pouvez choisir de visualiser l’état logique des lignes (wires) ou des entrées/sorties (pins) des portes logiques.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 17

page 17 Figure 5. Mode de simulation Figure 6. Diagramme de la si mulation logique (BASE.SCH)

Figure 5. Mode de simulation

page 17 Figure 5. Mode de simulation Figure 6. Diagramme de la si mulation logique (BASE.SCH)

Figure 6. Diagramme de la simulation logique (BASE.SCH)

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 18

En mode de simulation, utilisez la souris pour cliquer dans les boutons logiques d’entrée des petits circuits. L’état logique des entrées change alors et cela affecte ou non les sorties. La couleur rouge correspond à un niveau logique “1”, le noir le niveau logique “0”. Cette simulation est interactive.

Il est possible de visualiser les chronogrammes de l’évolution des signaux logiques (Figure 6).

Arrêt de la simulation Cliquer sur l’icône Stop Simulate, ou choisir au menu Simulate End simulation, ou encore frapper Ctrl-E au clavier. La simulation s’arrête et vous êtes de nouveau en mode édition.

s’ar rête et vous êtes de nouveau en mode édition. L’icône permet de visualiser les simulations

L’icône permet de visualiser les simulations logiques qui viennent d’être effectuées. L’écran reporté ci-dessous montre l’évolution de différents signaux au cours du temps.

Quitter Dsch Cliquer File ->Leave Dsch du menu principal pour quitter le logiciel. Celui-ci vous pose une question de confirmation, ainsi qu’une demande éventuelle de sauvegarde du circuit en cours d’édition s’il a été modifié.

Remarque. Pensez toujours à sauvegarder vos circuits dans des fichiers distincts avec des noms clairs et courts.

Principe de réalisation d’un schéma logique

Un schéma se construit à partir de briques de base que sont les symboles. Ces symboles peuvent être insérés depuis la fenêtre Symbol Library, mais vous pouvez également charger un fichier .sym que vous avez déjà créé et sauvé dans l’un quelconque de vos répertoires.

Les symboles donnés dans la bibliothèque “IEEE” sont au format de la norme IEEE/ANSI 91- 1984. Ils ne sont pas modifiables. Tous les symboles comportent des “pins” d’entrée ou de sortie. Les propriétés attachées à chaque “pin” sont le nom, le type et le délai. Le nom de la “pin” peut être affiché à l’écran ou non grâce à la propriété “Visible”. Une pin peut être de type « input » ou « output ». Le délai concerne le nombre de pas de simulation nécessaire pour propager le signal depuis l’entrée vers la sortie du symbole.

DSCH utilise les familles de symboles suivantes :

SIMULATION

SYMBOLS

les familles de symboles suivantes : S IMULATION S YMBOLS P R I M I T

PRIMITIVE

suivantes : S IMULATION S YMBOLS P R I M I T I V E Les

Les symboles de simulation sont les boutons, horloge simple et complexe, clavier, lampes et afficheurs qui permettent une simulation logique directe à l’écran.

Primitives de base.

DSCH inclut les portes and, nand, or, nor, xor, xnor, not, buf, notif0, notif1, bufif0, bufif1, nmos, pmos, tgate, et switch. Toutes ces primitives sont combinatoires.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

BASIC SYMBOLS

B A S I C S Y M B O L S U SER - DEFINED

USER-DEFINED

SYMBOLS

B A S I C S Y M B O L S U SER - DEFINED

page 19

Certains symboles ont été construits avec des primitives et sont disponibles sous DSCH : Add, Comp, Dlatch, et Rs.

Ces symboles se trouvent dans le répertoire « \symbols ».

Le schéma correspondant se trouve dans le répertoire « \schemas »

Vous pouvez créer votre propre symbole pour représenter votre dessin en cours d’édition : utiliser pour ce faire la commande MenuSchema to new symbol.

Les boutons et claviers définissent les pins d’entrée tandis que les lampes et afficheurs précisent les sorties.

Par défaut, les entrées sont créées à gauche du symbole, les sorties à droite. Cette répartition peut être modifiée par l’utilisateur

Présentation de la fenêtre initiale La fenêtre initiale est celle présentée sur la figure 1. Elle se compose classiquement d’un bandeau donnant accès à différents menus décrits dans les pages suivantes.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 20

Les menus

Menu « File »

Redémarre le programme avec un fichier par défaut ’example.sch’

le programme avec un fichier par défaut ’example.sch’ Ouvre un schéma existant Sauve le circuit en

Ouvre un schéma existant

Sauve le circuit en cours Sous le circuit sous un nom nouveau

Sauve le circuit en cours

Sauve le circuit en cours
Sauve le circuit en cours Sous le circuit sous un nom nouveau
Sous le circuit sous un nom nouveau

Sous le circuit sous un nom nouveau

le circuit en cours Sous le circuit sous un nom nouveau Traduit le circuit en un
le circuit en cours Sous le circuit sous un nom nouveau Traduit le circuit en un
le circuit en cours Sous le circuit sous un nom nouveau Traduit le circuit en un

Traduit le circuit en un fichier de texte au format Verilog

Traduit le circuit en un fichier de texte au format Spice

Passe en mode monochrome ou couleur

Imprime le circuit en cours d’édition

ou couleur Imprime le circuit en cours d’édition Génère un symbole équivalent au schéma en cours

Génère un symbole équivalent au schéma en cours d’édition

Quitte le logiciel

Menu « Edit »

Efface les objets englobés dans la zone définie

« Edit » Efface les objets englobés dans la zone définie Colle les éléments préalablement effacés
« Edit » Efface les objets englobés dans la zone définie Colle les éléments préalablement effacés

Colle les éléments préalablement effacés

Rotation à -90° des objets englobés

effacés Rotation à -90° des objets englobés Duplique les objets englobés dans la zone définie Rotation

Duplique les objets englobés dans la zone définie

Rotation à +90° des objets englobés

Ajout d’une liaison électrique

+90° des objets englobés Ajout d’une liaison électrique Symétrie verticale des objets englobés Ajout d’une

Symétrie verticale des objets englobés

Ajout d’une connexion entre liaisons

objets englobés Ajout d’une connexion entre liaisons Ajout d’un texte de commentaires dans le dessin 2

Ajout d’un texte de commentaires dans le dessin

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 21

Menu « View »

Voir l’ensemble du circuit

Zoom sur une partie du circuit

Voir l’ensemble du circuit Zoom sur une partie du circuit Zoom arrière sur le circuit Liste
Voir l’ensemble du circuit Zoom sur une partie du circuit Zoom arrière sur le circuit Liste

Zoom arrière sur le circuit

Zoom sur une partie du circuit Zoom arrière sur le circuit Liste des symboles bibliothèque Voir

Liste des symboles bibliothèque

Voir le nœud électrique pointé par le curseur

Chronogrammes de

la dernière

simulation

par le curseur Chronogrammes de la dernière simulation Menu « Simulate » Vérifie le dessin Montre
par le curseur Chronogrammes de la dernière simulation Menu « Simulate » Vérifie le dessin Montre
par le curseur Chronogrammes de la dernière simulation Menu « Simulate » Vérifie le dessin Montre

Menu « Simulate »

Vérifie le dessin

simulation Menu « Simulate » Vérifie le dessin Montre le chemin logique le plus lent Démarre
simulation Menu « Simulate » Vérifie le dessin Montre le chemin logique le plus lent Démarre

Montre le chemin logique le plus lent

Démarre la simulation

le chemin logique le plus lent Démarre la simulation redessiner le circuit à l’identique Remettre le

redessiner le circuit à l’identique

Remettre le dessin sous sa forme originale

Options de

simulation

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 22

La barre d’icônes

Move symbol

page 22 La barre d’icônes Move symbol Schema to new symbol Save File Open File Views

Schema to new symbol

Save File

Open File

Move symbol Schema to new symbol Save File Open File Views All Zoom In Zoom Out
Move symbol Schema to new symbol Save File Open File Views All Zoom In Zoom Out

Views All

symbol Schema to new symbol Save File Open File Views All Zoom In Zoom Out Electrical

Zoom In

Zoom Out

Electrical node

Symbol library Select State Cut View Timing Diagram Start simulation Copy Connect Rotate Left Wire
Symbol library
Select State
Cut
View Timing Diagram
Start simulation
Copy
Connect
Rotate Left
Wire
Rotate Right
Text
Flip

Détail des commandes

Left Wire Rotate Right Text Flip Détail des commandes Connect Cette commande ajoute un point de

Connect Cette commande ajoute un point de connexion électrique entre deux fils qui se croisent ou se touchent. Cliquer l’icône, puis cliquer à l’endroit de la connexion. Noter que la jonction est automatiquement rajoutée lors de l’ajout d’interconnexion dans les cas de figure standard.

d’interconnexi on dans les cas de figure standard. Copy Cliquer l’icône «copy ». Déplacer la souris

Copy

Cliquer l’icône «copy ». Déplacer la souris dans la fenêtre de dessin, délimiter l’espace englobant les éléments à copier. En relâchant la souris, la forme des objets copiés apparaît. Cliquer à l’endroit désiré pour fixer les éléments à copier. La touche «escape » permet d’arrêter le processus de copie.

Voir Paste pour replacer des éléments effacés.

Voir Cut pour effacer des éléments.

Voir Move pour déplacer un symbole, une ligne ou un texte.

Voir Stretch pour agrandir une connexion

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 23

page 23 Cut Cliquer l’icône «cut ». Déplacer la souris da ns la fenêtre de dessin,

Cut Cliquer l’icône «cut ». Déplacer la souris dans la fenêtre de dessin, délimiter l’espace englobant les éléments à effacer. En relâchant la souris, les objets englobés disparaissent. Un simple clic dans un symbole ou sur une interconnexion permet aussi d’activer l’effacement.

Remarque : le nom d’une «pin » de symbole ne peut être effacé par cette commande. Il faut cliquer deux fois dans le symbole pour éditer ses propriétés, puis déselectionner la propriété «pin visible ».

Voir Paste pour replacer des éléments effacés.

Voir Copy pour copier des éléments.

Voir Move pour déplacer un symbole, une ligne ou un texte.

Voir Stretch pour agrandir une connexion

Floating Lines Avant la simulation, Dsch fait une vérification du dessin et peut trouver des lignes flottantes et les signaler.

Insert Symbol Cliquer dans la palette le symbole désiré, et sans relâcher le bouton de la souris, se remettre dans la fenêtre de dessin pour désigner l’endroit où fixer le symbole. Relâcher le bouton de la souris, le symbole est positionné. Une alternative est de lancer la commande Insert ->IEEE Symbol.

est de lancer la commande Insert ->IEEE Symbol . Line Cliquer l’icône. Revenir dans la fenêtre

Line Cliquer l’icône. Revenir dans la fenêtre de dessin, cliquer pour fixer le point de départ de la connexion et sans relâcher le bouton déplacer la souris au point d’arrivée de la connexion. Relâcher alors la souris.

La ligne est automatiquement routée sur un pas de grille fixe

Dans certaines configurations de connexion attachées, un point de connexion électrique est automatiquement rajouté.

de connexion électrique est automatiquement rajouté. Move Command Cliquer l’icône ci-dessus. Cliquer dans le

Move Command Cliquer l’icône ci-dessus. Cliquer dans le symbole, garder appuyé. La forme du symbole apparaît. Déplacer la forme du symbole à l’endroit voulu. Le symbole est alors déplacé. Il est aussi possible de déplacer des lignes et du texte.

En déplaçant un symbole verticalement ou horizontalement, les connexions existantes sont réajustées.

En cliquant précisément à une extrémité d’une connexion, la commande «stretch » est activée

Pour déplacer un groupe d’objet, passer par la commande «cut » puis la commande «paste »

Paste

par la commande «cut » puis la commande «paste » Paste 2 è m e année

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 24

Cliquer l’icône «paste » ci-dessus. Les éléments effacés au préalable apparaissent sous la forme d’une boite englobante. Cliquer à l’endroit voulu pour les fixer.

L’opération «paste » doit suivre l’opération «cut ».

«paste » doit suivre l’opération «cut ». Print Schema Imprimer le schéma en cours d’édition.

Print Schema Imprimer le schéma en cours d’édition. Lancer au préalable la commande «view All » si vous voulez être sûr d’imprimer l’ensemble du dessin.

Properties Informations sur l’état du logiciel avec le détail du remplissage de sa base de données.

avec le détail du remplissage de sa base de données. Schema to new Symbol Génère d’après

Schema to new Symbol Génère d’après le schéma en cours d’édition le symbole correspondant. Dsch utilise comme entrée tous les nœuds connectés à des boutons, claviers et horloges. Comme sortie, Dsch utilise les lampes et afficheurs.

Comme sortie, Dsch utilise les lampes et afficheurs. 2 è m e année IMACS-MIC TP Informatique

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 25

Il est possible pour chaque «pin » du symbole de préciser sa position : ‘U’ pour « Up (haut)», ‘D’ pour « down (bas)», ‘L’ pour « left (left)» and ‘R’ pour « right (droite) ». Les numérotations affectent la position des pins, le « 1 » correspondant à la pin la plus en haut et à gauche.

Cliquer Save pour sauvegarder votre symbole, dont le nom et l’endroit précis de sauvegarde apparaissent dans le bandeau d’information.

Voir Insert -> User symbol pour rappeler votre nouveau symbole.

-> User symbol pour rappeler votre nouveau symbole. Rotate Left / Rotate Right / Flip Icônes

Rotate Left / Rotate Right / Flip

Icônes permettant de modifier l’orientation du symbole ou de la portion de schéma.

Symbol Library

ion du symbole ou de la portion de schéma. Symbol Library Liste des symboles disponibles directement.

Liste des symboles disponibles directement. Une alternative est d’utiliser la commande « Insert -> IEEE Symbol »

d’utiliser la commande « Insert -> IEEE Symbol » Select Cliquer l’icône «select » avant de

Select

Cliquer l’icône «select » avant de double-cliquer dans un symbole pour éditer ses propriétés

Cliquer l’icône «select » avant de déplacer un symbole

Cliquer l’icône «select » avant de modifier la forme d’une interconnexion Cliquer ensuite sur l’une ou l’autre des extrémités de l’interconnexion

Text

ou l’autre des extrémités de l’interconnexion Text Cliquer l’icône «texte ». Revenir dans la fenê tre

Cliquer l’icône «texte ». Revenir dans la fenêtre de dessin et cliquer à l’endroit où le texte sera fixé. Une fenêtre apparaît dans laquelle vous entrez le texte au clavier. Une fois validé, le texte est dessiné dans la fenêtre.

En cliquant dans le texte avec l’icône texte sélectionnée, vous pouvez l’éditer

Le texte est indépendant des autres éléments

La longueur de la chaîne est limitée à 128 caractères

La longueur de la chaîne est limitée à 128 caractères View All L’écran est redessiné de

View All L’écran est redessiné de manière à inclure la totalité des objets en cours d’édition, symboles, interconnexions et texte.

en cours d’éd ition, symboles, interconnexions et texte. View Interconnect Cette commande permet de faire

View Interconnect Cette commande permet de faire apparaître dans une couleur spécifique le nœud électrique à l’endroit précisé par le curseur. Cliquer «escape » pour redessiner le schéma avec les couleurs normales.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 26

page 26 View Timing Diagram Cette commande permet de dessiner le chronogramme de la simulation passée,

View Timing Diagram Cette commande permet de dessiner le chronogramme de la simulation passée, avec le détail de l’évolution de chaque entrée et sortie en fonction du temps.

de chaque entrée et sortie en fonction du temps. Décalage temporel vers le temps plus ancien
Décalage temporel vers le temps plus ancien

Décalage temporel vers le temps plus ancien

Décalage temporel vers le temps plus récent

Décalage temporel vers le temps plus récent

Zoom avant pour obtenir plus de détail sur l’évolution des signaux dans le temps

Zoom avant pour obtenir plus de détail sur l’évolution des signaux dans le temps

Zoom arrière pour agrandir l’échelle des temps

Zoom arrière pour agrandir l’échelle des temps

Zoom arrière pour agrandir l’échelle des temps Zoom In & Out En mode «zoom In »
Zoom arrière pour agrandir l’échelle des temps Zoom In & Out En mode «zoom In »

Zoom In & Out En mode «zoom In » l’utilisateur spécifie un espace qui sera agrandi de manière à occuper toute la fenêtre de dessin. En mode «zoom Out », l’écran est redessiné avec un zoom arrière permettant de découvrir les bords de la zone en cours de visualisation.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 27

La librairie logique (principaux éléments)

Bouton. Le rouge Buffer. Amplifie le signal logique.

Bouton.

Le

rouge

Bouton. Le rouge Buffer. Amplifie le signal logique.

Buffer. Amplifie le signal logique.

équivaut au niveau « 1 », le noir à « 0 »

Lampe. Le rouge Inverter. Inve rse l’entrée logique

Lampe.

Le

rouge

Lampe. Le rouge Inverter. Inve rse l’entrée logique

Inverter. Inverse l’entrée logique

équivaut au niveau « 1 », le noir à « 0 »

Porte ET deux entrées Porte Non ET 2 entrées

Porte ET deux entrées

Porte ET deux entrées Porte Non ET 2 entrées

Porte Non ET 2 entrées

Porte OU deux entrées Porte Non OU 2 entrées

Porte OU deux entrées

Porte OU deux entrées Porte Non OU 2 entrées

Porte Non OU 2 entrées

Porte XOR deux entrées Porte XNOR deux entrées

Porte XOR deux entrées

Porte XOR deux entrées Porte XNOR deux entrées

Porte XNOR deux entrées

Masse. Alimentation.  

Masse.

Masse. Alimentation.  

Alimentation.

 
Générateur d’horloge Afficheur 7 segments avec décodeur intégré

Générateur d’horloge

Générateur d’horloge Afficheur 7 segments avec décodeur intégré

Afficheur 7 segments avec décodeur intégré

Inverseur 3 états   Clavier hexadécimal.  

Inverseur 3 états

 
Inverseur 3 états   Clavier hexadécimal.  

Clavier hexadécimal.

 
Porte OU trois entrées Porte Non OU trois

Porte OU trois entrées

Porte OU trois entrées Porte Non OU trois

Porte

Non

OU

trois

entrées

Porte ET trois entrées Porte Non ET trois

Porte ET trois entrées

Porte ET trois entrées Porte Non ET trois

Porte

Non

ET

trois

entrées

Horloge spécifiée point par point dans le temps Additionneur 3 bits  

Horloge spécifiée point par point dans le temps

Horloge spécifiée point par point dans le temps Additionneur 3 bits  

Additionneur 3 bits

 

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 28

Récapitulatif

Résumé des principales commandes

Menu

Sous menu

 

Icône

Description

File

New

 

Redémarre le logiciel avec le nom par défaut ‘example.sch’.

File

Open

File Open Ouvre un fichier existant.

Ouvre un fichier existant.

File

Schema

to

New

 

Commande de génération d’un symbole à partir du fichier en cours de dessin

Symbol

File

Save

File Save Sauve le dessin en cours dans un fichier par défaut (.sch)

Sauve le dessin en cours dans un fichier par défaut (.sch)

File

Save As

 

Sauve le dessin dans un fichier dont le nom est précisé par l’utilisateur (‘.sch’)

File

Print Schema

 
File Print Schema   Imprime le dessin

Imprime le dessin

File

Leave DSCH

   

Quitte le logiciel Dsch

View

View All

View View All Ajuste le zoom pour inclure l’ensemble du dessin en cours d’édition

Ajuste le zoom pour inclure l’ensemble du dessin en cours d’édition

View

Zoom In

View Zoom In Agrandit une zone du dessin

Agrandit une zone du dessin

View

Zoom Out

 
View Zoom Out   Elargit la zone de dessin affichée à l’écran

Elargit la zone de dessin affichée à l’écran

View

View InterConnect

View View InterConnect Fait apparaître le nœud électrique connecté à la pin du symbole désigné

Fait apparaître le nœud électrique connecté à la pin du symbole désigné

View

View

Symbol

View View Symbol Affichage de la palette des symboles

Affichage de la palette des symboles

Library

View

View

Timing

View View Timing Affichage des chronogrammes de la dernière simulation temporelle

Affichage des chronogrammes de la dernière simulation temporelle

Diagram

View

Undo

 

Annule l’effet de la dernière commande d’édition

View

Unselect All

 

Key ‘Esc’ or Right button of mouse

Désélectionne les objets en cours d’édition et redessine l’écran

View

Monochrome/color

 

Commutation du mode couleur au mode noir et blanc

Edit

Cut

Edit Cut Efface la portion de schéma englobée ou l’élément pointé par la souris

Efface la portion de schéma englobée ou l’élément pointé par la souris

Edit

Paste

 

Copie les éléments effacés auparavant

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 29

Edit

Copy

Edit Copy Copie les éléments englobés  

Copie les éléments englobés

 

Edit

Rotate Left

Edit Rotate Left Rotation des éléments englobés de +90°

Rotation des éléments englobés de +90°

Edit

Rotate Right

Edit Rotate Right Rotation des éléments englobés de -90°

Rotation des éléments englobés de -90°

Edit

Flip

Edit Flip Symétrie verticale des éléments englobés ou pointés par la souris

Symétrie verticale des éléments englobés ou pointés par la souris

Edit

Line

Edit Line Dessine une connexion électrique  

Dessine une connexion électrique

 

Edit

Connect

Edit Connect Connecte deux connexions croisées  

Connecte deux connexions croisées

 

Edit

Text

Edit Text Ajoute un texte de commentaire sur le dessin

Ajoute un texte de commentaire sur le dessin

Simulate

Start Simulation

Simulate Start Simulation Démarre la simulation logique interactive

Démarre la simulation logique interactive

Simulate

Pause

Simulate Pause Pause de la simulation logique  

Pause de la simulation logique

 

Simulate

Make One Step

Simulate Make One Step Un pas de simulation logique  

Un pas de simulation logique

 

Simulate

End Simulation

Simulate End Simulation Fin de simulation et retour en mode

Fin

de

simulation

et

retour

en

mode

édition

 

Help

   

Aide en ligne

 

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 30

A propos des fichiers de données

Dsch utilise quatre types de fichiers de données, tous de type texte lisible par tout éditeur de base tel que NOTEPAD.

.sym

.sch

.cir

.txt

Description de symboles. Les symboles de base sont dans le répertoire « \IEEE »

Description de circuit. Un circuit intègre une liste de symboles, reliés entre eux par des interconnexions.

Traduction du circuit au format SPICE, simulateur analogique extrêmement répandu.

Traduction du circuit logique au format VERILOG, format standard de description de portes logiques, langage d’entrée de Microwind pour la compilation du circuit en micro-électronique.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 31

Annexe II. Outil de simulation SimProc

Présentation du simulateur

La vision du processeur simulé est celle qui apparaît dans la fenêtre suivante :

simulé est celle qui apparaît dans la fenêtre suivante : On retrouve dans ce cadre les

On retrouve dans ce cadre les différents éléments qui constituent la structure d’un ordinateur. Les principaux sont l’unité de commande, l’unité arithmétique et logique, les unités d’entrée et de sortie, une banque de registres généraux internes ainsi que quelques registres spécialisés indispensables au fonctionnement de l’ordinateur. Il apparaît de plus dans ce même cadre la mémoire externe au processeur, dans laquelle sont stockés les programmes et les données (architecture de Von Neumann).

Afin de bien distinguer chacun de ces éléments, le simulateur permet d’obtenir l’affichage suivant par simple clic du bouton gauche de la souris sur le fond de page :

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 32

page 32 Les différents registres Le processeur comporte : • 8 registres généraux 16bits : R0,

Les différents registres

Le processeur comporte :

8 registres généraux 16bits : R0, R1, …, R7

1 registre compteur ordinal, PC (Program Counter)

1 registre d’instruction, IR (Instruction Register)

1 registre pointeur de pile, SP (Stack Pointer)

1 registre pointeur d’interruption, VI (Vector Interrupt)

1 registre d’Etat (Etat)

Glossaire

Un glossaire rappelle le nom et le rôle de chacun des éléments internes (registres, signaux, principaux composants, …) du processeur. Ce glossaire est accessible par simple clic sur le bouton gauche de la souris sur le fond de page.

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 33

page 33 L’unité de Commande L’unité de commande est modélisée par une machine séquentielle à états.

L’unité de Commande

L’unité de commande est modélisée par une machine séquentielle à états. Dans le déroulement complet d’une instruction :

2 états sont nécessaires pour la recherche de l’instruction

lecture de l’instruction et chargement dans le registre d’instruction

décodage de l’instruction

de 0 à 3 états sont utilisés pour exécuter l’instruction

4 états sont nécessaires pour le traitement d’une requête d’interruption (prise en compte de l’interruption).

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 34

Cette machine à états est représentée par la figure suivant :

machine à états est représ entée par la figure suivant : 2 è m e année

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 35

page 35 2 è m e année IMACS-MIC TP Informatique matérielle

2 ème année IMACS-MIC

TP Informatique matérielle

page 36

Le jeu d’instructions

Le jeu d’instructions du processeur se répartit en 4 groupes d’instructions (Groupes 0, 1, 2 et 3) et en 3 formats différents d’instruction (formats a, b ou c).

les instructions du groupe 0 sont celles qui utilisent l’unité arithmétique et logique.

le groupe 1 rassemble les instructions de recopie, de chargement, de stockage et d’entrée/sortie.

le groupe 2 correspond aux instructions de sauts conditionnels et inconditionnels.

enfin le groupe 3 contient les instructions de contrôle du processeur.

Les 5 figures suivantes décrivent ces formats et groupes, elles peuvent être appelées par simple clic sur le bouton gauche de la souris sur le fond de page.

clic sur le bouton gauche de la souris sur le fond de page. 2 è m

2 ème année IMACS-MIC

Formats des instructions

TP Informatique matérielle

page 37

page 37 Instructions du groupe 0 2 è m e année IMACS-MIC Instructions du groupe 1

Instructions du groupe 0

page 37 Instructions du groupe 0 2 è m e année IMACS-MIC Instructions du groupe 1

2 ème année IMACS-MIC

Instructions du groupe 1

TP Informatique matérielle

page 38

page 38 Instructions du groupe 2 2 è m e année IMACS-MIC Instructions du groupe 3

Instructions du groupe 2

page 38 Instructions du groupe 2 2 è m e année IMACS-MIC Instructions du groupe 3

2 ème année IMACS-MIC

Instructions du groupe 3

TP Informatique matérielle