Vous êtes sur la page 1sur 109

Rapport d’étude

Pilotage
Cette étude a été pilotée par l’ARENE Île-de-France et l'ADEME direction régionale Île-de-
France ; l’étude technique a été réalisée par le bureau d’études Énergies Demain.

Pour obtenir de plus amples informations sur le déroulement de cette étude ou obtenir
des données spécifiques, vous pouvez contacter :

Marc BOITEL – ARENE Île-de-France


Chef de projet Énergie Climat
m.boitel@areneidf.org

Antoine TRANCHANT – ADEME Île-de-France


Ingénieur Énergie
antoine.tranchant@ademe.fr

Coordination éditoriale :
Pascale CÉRON et Elise FAURE – ARENE Île-de-France
Sommaire
 Sommaire .................................................................................................................................................. 3
 Introduction ............................................................................................................................................. 5
 Périmètre .................................................................................................................................................. 6
 Enquête ...................................................................................................................................................... 7
Méthode ........................................................................................................................................................................... 7
Contacts auprès des structures fédératrices........................................................................................................ 7
Contacts auprès des franchises .................................................................................................................................. 7
Enquête de terrain ........................................................................................................................................................... 7
Synthèse ................................................................................................................................................................................ 8
Résultats exploitables ................................................................................................................................................ 9
Établissements visités..................................................................................................................................................... 9
Energies de chauffage ..................................................................................................................................................10
Terrasses chauffées .......................................................................................................................................................10
 Etat des lieux du parc ......................................................................................................................... 12
Reconstitution du parc - Méthode ...................................................................................................................... 12
Données employées........................................................................................................................................................12
Reconstitution quantitative du parc .....................................................................................................................13
Reconstitution qualitative du parc ........................................................................................................................14
Résultats généraux .................................................................................................................................................... 15
Etablissements et surfaces chauffées ....................................................................................................................15
Répartition énergétique ..............................................................................................................................................17
 Consommations énergétiques ........................................................................................................ 19
Méthode générale ...................................................................................................................................................... 19
Modélisation des consommations énergétiques ..............................................................................................19
Simulation des besoins et des puissances de systèmes requises par pièce ...........................................20
Calcul des consommations unitaires pour les usages simulés ...................................................................21
Calcul des consommations unitaires pour les usages non simulés..........................................................23
Reconstitution des consommations de l’ensemble du parc et confrontation aux données de
cadrage disponibles.......................................................................................................................................................25
Fiabilité des résultats ...................................................................................................................................................26
Consommations énergétiques et émissions de GES .................................................................................... 27
Consommations énergétiques ..................................................................................................................................28
 Potentiels d’économie d’énergie.................................................................................................... 34
Méthode ......................................................................................................................................................................... 34
Bouquets proposés .........................................................................................................................................................34
Estimation des coûts .....................................................................................................................................................36
Résultats détaillés...................................................................................................................................................... 37
Parc concerné...................................................................................................................................................................37
Consommations énergétiques et émissions de GES ........................................................................................38
Coûts .....................................................................................................................................................................................46
Rentabilité .........................................................................................................................................................................47

p. 3
3
 Scénarios prospectifs ......................................................................................................................... 50
Méthode et hypothèses structurantes .............................................................................................................. 50
Evolution du parc ...........................................................................................................................................................52
Bâtiments entrant dans le parc ...............................................................................................................................53
Bâtiments existants .......................................................................................................................................................55
Résultats détaillés – Evolution du parc ............................................................................................................ 60
Evolution surfacique du parc....................................................................................................................................60
Evolution des parts de marché des énergies de chauffage .........................................................................62
Pénétration des énergies renouvelables ..............................................................................................................63
Résultats détaillés – Consommations d’énergie finale ............................................................................... 64
Evolution des consommations ..................................................................................................................................64
Structure des consommations par usage ............................................................................................................66
Résultats détaillés – Consommations d’énergie primaire ........................................................................ 68
Evolution des consommations ..................................................................................................................................68
Structure des consommations par usage ............................................................................................................70
Résultats détaillés – Emissions de GES ............................................................................................................. 72
Evolution des émissions ...............................................................................................................................................72
Structure des émissions par usage .........................................................................................................................74
 Annexe 1 : Bibliographie................................................................................................................... 77
 Annexe 2 : Bâtiments types .............................................................................................................. 78
Typologie de paroi..................................................................................................................................................... 78
Bâtiments types .......................................................................................................................................................... 87
Hôtels peu classés ...........................................................................................................................................................87
Hôtels 2/3 étoiles............................................................................................................................................................89
Hôtels de luxe ...................................................................................................................................................................90
Restauration .....................................................................................................................................................................92
Cafés et débits de boisson ...........................................................................................................................................94
Typologie d’occupation ........................................................................................................................................... 96
Hôtellerie............................................................................................................................................................................96
Restauration .....................................................................................................................................................................97
Cafés et débits de boisson ...........................................................................................................................................98
 Annexe 3 : Questionnaire ................................................................................................................. 99
Informations générales ........................................................................................................................................... 99
Description du bâtiment ......................................................................................................................................... 99
Occupation du bâtiment....................................................................................................................................... 100
Energie (usages concurrentiels)....................................................................................................................... 101
Energie (usages non concurrentiels).............................................................................................................. 103
 Annexe 4 : Evolution du prix des énergies ...............................................................................104
 Index des figures................................................................................................................................105
 Index des tableaux ............................................................................................................................106

p. 4
4
Introduction
Dans le cadre de l’élaboration du Tableau de Bord de l’Energie de la Région Île de France,
l’ADEME et l’ARENE Île-de-France ont souhaité améliorer l’état des connaissances
concernant le secteur tertiaire par la réalisation de l’étude des consommations énergétiques
des bâtiments de la branche « Café Hôtel Restaurant ».

L’étude est découpée selon les quatre phases suivantes :


 phase 1 : réalisation d’une enquête ;
 phase 2 : état des lieux du parc et des consommations énergétiques ;
 phase 3 : analyse des résultats obtenus et la quantification des potentiels d’économie
d’énergie ;
 phase 4 : construction de trois scénarios prospectifs ayant pour horizon 2050.

p. 5
5
Périmètre
Le périmètre de cette étude recouvre les bâtiments de la branche tertiaire « Café Hôtel
Restaurant » (CAHORE) selon le périmètre d’activité défini par le CEREN1. La branche
regroupe les établissements dont l’activité correspond aux NAF révision 1 (2003)2 suivantes :

 551A : Hôtels touristiques avec restaurants


 551C : Hôtels touristiques sans restaurants
 551E : Autres hôtels
 553A : Restauration de type traditionnel
 553B : Restauration de type rapide
 554A : Cafés Tabacs
 554B : Débits de boisson
 555A : Cantines et restaurants d’entreprises
 555C : Restauration collective sous contrat
 555D : Traiteurs, organisation de réceptions

De nouveaux codes NAF ont été définis en 2008 (NAF révision.2), cependant, il a été choisi
d’utiliser conjointement les codes NAF 2003 (révision 1) et 2008 (révision 2) afin de
conserver la distinction entre les hôtels avec et sans restaurants.
Les codes NAF 2008 révision 2 pour la branche « cafés-hôtels-restaurants » sont les
suivants :

 5510Z : Hôtels et hébergements similaires


 5610A : Restauration traditionnelle
 5610B : Cafétérias et autres libre-service
 5610C : Restauration de type rapide
 5630Z : Débits de boissons
 5629A : Restauration collective sous contrat
 5629B : Autres services de restauration
 5621Z : Services des traiteurs

1
Centre d’Etudes et de Recherches Economiques sur l’Energie
2
Nomenclature d’Activité Française

p. 6
6
Enquête
La phase d’enquête a pour objectif d’améliorer la connaissance du parc d’établissements
ainsi que d’enrichir et de préciser la reconstitution statistique du parc et des consommations
énergétiques. Les résultats de l’enquête seront donc essentiels lors de la ventilation des
énergies de chauffage ainsi que lors de la description des systèmes de chauffage et des parts
de marché des énergies d’eau chaude sanitaire.

Méthode
L’enquête réalisée dans le cadre de cette étude a pour objectif de réunir des informations
sur l’état des lieux du parc et des consommations des cafés, hôtels et restaurants franciliens
(énergies de chauffage et d’eau chaude sanitaire, surface des établissements, équipements
employés, consommations énergétiques). Dans le souci de réaliser une enquête
représentative de l’ensemble du parc régional, trois étapes de travail ont dû être
envisagées :
 contact des structures fédératrices : syndicats, labels, offices de tourisme…
 contact de franchises disposant d’informations sur leur parc d’établissements.
 enquête de terrain auprès de cafés, hôtels et restaurants franciliens.

Contacts auprès des structures fédératrices

Plusieurs organismes ont été contactés dans le cadre de cette étude : des syndicats de
l’hôtellerie et de la restauration, des labels spécialisés dans les établissements touristiques
et des organismes liés au tourisme (Comité régional du tourisme, Office tourisme et des
congrès de Paris…).
Les structures contactées ne centralisent pas toujours les données de leurs adhérents, ne
font pas un suivi régulier de l’état du parc ou bien ne peuvent pas communiquer ces
informations pour des raisons de confidentialité (c’est notamment le cas pour certains
labels).

Contacts auprès des franchises

Il existe de nombreuses franchises dans la branche Café Hôtel Restaurant. Après avoir
contacté une cinquantaine de franchises, nous pouvons en déduire que seules les franchises
disposant d’un nombre significatif d’établissements assurent un suivi des consommations de
leurs établissements. Cependant, pour des raisons de confidentialité, la plupart des
franchises contactées n’ont pas souhaité nous transmettre de données concernant leur parc
ou leurs consommations énergétiques.

Enquête de terrain

Dans le souci de disposer de données représentatives de la structure du parc


d’établissements de la branche, il a été choisi de compléter les retours obtenus auprès des
franchises par une enquête de terrain concernant uniquement les établissements
indépendants.

p. 7
7
Au cours de cette enquête, une centaine d’établissements a été visitée sur la région Ile de
France. Le questionnaire utilisé est fourni en partie annexe.
La réalisation du panel d’établissements enquêtés s’est appuyée sur la répartition des
établissements selon le territoire d’implantation (Paris, grande couronne, petite couronne)
et l’activité exercée, assurant ainsi sa représentativité.
Enfin, seuls les cafés et restaurants ont été enquêtés du fait de la difficulté à entrer en
contact avec les gérants d’établissements hôteliers.

Synthèse

Tableau 1 - Synthèse des établissements enquêtés


Nombre
Nombre de structures
Méthode d’enquête d’établissements
enquêtées
concernés
Structures fédératrices 5 -
Franchises 4 330
Enquête de terrain 109 109
Total 118 439

Au total, la phase d’enquête a permis d’obtenir des informations sur le parc et parfois sur les
consommations de 439 établissements.
L’enquête auprès des structures fédératrices n’a pas donné lieu à une remontée de données
exploitable dans le cadre de notre étude, cependant, les échanges occasionnés avec ces
structures ont été enrichissants, et ont amélioré notre connaissance du secteur des cafés
hôtels et restaurants.
Enfin, malgré un taux de réponse faible, les franchises ont permis de collecter des
informations sur un grand nombre d’établissements. Cependant, toutes les données qui
nous ont été transmises n’ont pas pu faire l’objet d’une exploitation dans cette étude du fait
de données partiellement transmises ou non identifiables (notamment à cause de politiques
de confidentialité strictes).

p. 8
8
Résultats exploitables
L’enquête auprès des franchises ne permet pas de constituer un échantillon représentatif du
parc de restaurants ou d’hôtels tant au niveau territorial qu’au niveau de la diversité des
établissements enquêtés.

Établissements visités

Tableau 2 - Etablissements visités - Enquête de terrain


Nombre d’établissements Part des établissements
Type d’établissements
visités visités
Café 23 21%
Restaurant 86 79%
Total 109 100%

L’enquête de terrain a permis d’obtenir des informations sur les cafés et restaurants qui
représentent près de 90 % du nombre d’établissements de la branche et 55 % des surfaces
chauffées (voir Etat des lieux du parc). De plus, la répartition de ces établissements dans le
parc et selon le territoire (Paris, petite et grande couronnes) a été respectée dans le souci de
réaliser une enquête représentative. Ainsi, 21 % des établissements enquêtés sont des cafés,
contre 79 % de restaurants à l’image du parc.
De même, la répartition des établissements enquêtés selon le territoire est à l’image du parc
(voir tableau ci-dessous).
Tableau 3 - Répartition des surfaces et des établissements visités selon le territoire – Enquête de
terrain

Répartition Surfaces
Nombre Répartition
des chauffées des
Territoire d’établissements des
établissements établissements
visités surfaces
visités visités

Paris 51 47 % 5 495 47 %

Grande couronne 27 25 % 3 020 26 %

Petite couronne 31 28 % 3 267 28 %

Total 109 100 % 11 782 100 %

p. 9
9
Energies de chauffage

Les résultats obtenus avec les données recueillies directement auprès des cafés, hôtels et
restaurants de la région Ile de France soulignent les disparités des parts de marché des
énergies de chauffage selon le territoire considéré.

Tableau 4 - Répartition des énergies de chauffage par territoire d’après l’enquête de terrain

Energie de chauffage
Territoire
Electricité Gaz Bois Fuel
Paris 64 % 36 % - -
Petite couronne 47 % 53 % - -
Grande couronne 50 % 40 % 4% 6%

En effet, les établissements parisiens présentant une taille unitaire plus faible sont avant
tout chauffés à l’énergie électrique, notamment avec des systèmes décentralisés de
production de chaleur. Les énergies bois et fuel ont uniquement été recensées dans des
établissements situés en grande couronne.

Cependant, il est évident que l’échantillon constitué est imparfait, mais permet tout de
même de constater une tendance. Afin de prendre en compte une marge d’erreur,
l’échantillon de l’enquête sera redressé avec notamment 5 % de fuel et de chauffage urbain
dans les communes équipées lorsque l’enquête n’a pas répertorié ces énergies.

Terrasses chauffées

Tableau 5 - Nombre d’établissements enquêtés disposant d’une terrasse chauffée

Type de chauffage de terrasse Café Restaurant Total


Electrique 1 20 21
Electrique/gaz 1 1
Gaz 3 3
Pas de terrasse chauffée 22 62 84
Total 23 86 109

Un peu plus de 20 % des établissements étudiés lors de l’enquête possèdent une terrasse
chauffée. La grande majorité de celles-ci sont équipées d’un chauffage électrique (panneaux
rayonnants, 84 %), les autres étant équipées au gaz. Dans l’échantillon constitué, les trois
quarts des terrasses chauffées sont situées à Paris.

Malgré des consommations énergétiques non négligeables, les terrasses chauffées ne seront
pas prises en compte lors de notre travail de modélisation et de reconstitution des
consommations du parc. L’usage très intermittent et non documenté de ces systèmes ainsi
qu’un taux d’équipement difficilement identifiable sont des obstacles majeurs à une
modélisation de ces consommations énergétiques.

p. 10
10
A retenir :
La phase d’enquête a permis d’enrichir la connaissance du parc de cafés, hôtels
et restaurants franciliens. Afin d’obtenir un taux de réponse significatif, trois
types d’enquêtes ont été mis en œuvre. Les difficultés rencontrées pour établir
des contacts et les échanges menés avec les professionnels mettent en lumière
une préoccupation pour les thématiques énergétiques encore faible mais
grandissante du fait notamment d’une facture énergétique en constante
augmentation.

L’enquête en quelques chiffres clés :


 439 établissements enquêtés
 21 % des cafés et restaurants chauffent leurs terrasses

p. 11
11
Etat des lieux du parc
L’état des lieux du parc consiste à réaliser une représentation fidèle tant sur le plan
quantitatif que qualitatif du parc des cafés, hôtels et restaurants franciliens.

Reconstitution du parc - Méthode


Données employées

La reconstitution du parc des cafés, hôtels et restaurants est une phase primordiale de
l’étude sur laquelle s’appuiera la modélisation des consommations énergétiques. Ainsi, lors
de l’état des lieux du parc les établissements seront caractérisés par :

 l’activité exercée ;
 l’effectif salarié ;
 l’énergie de chauffage utilisée ;
 la surface chauffée.

Ces informations sont obtenues en exploitant les bases de données suivantes:

 le Dénombrement des Etablissements 2009 de l’INSEE3, renseignant le nombre


d’établissements par Nomenclature d’Activité Française (NAF 2008 rev2) et par classe
de salarié (fourchette de salarié) à l’échelle communale ;
 la Capacité des communes en hébergement touristique 2009 de l’INSEE 4 ,
comptabilisant les hôtels ainsi que le nombre de chambres associées par commune
et classe de confort (classification par étoile) ;
 le Répertoire des entreprises et des établissements 2010 de l’INSEE5, recensant le
nombre de salariés travaillant dans le secteur des cafés, hôtels et restaurants pour
chacune des communes franciliennes.

3
http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?reg_id=0&ref_id=fd-sidenomb2010
4
http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?ref_id=tourisme&reg_id=99
5
Données transmises par l’ARENE

p. 12
12
Reconstitution quantitative du parc

La méthode de reconstitution du parc comprend deux volets :


 une reconstitution quantitative, comptabilisant les surfaces chauffées et le nombre
de salariés pour chacun des établissements à l’échelle communale ;
 une reconstitution qualitative dont le rôle est d’attribuer à chacun des
établissements recensés une énergie de chauffage.

Figure 1 - Reconstitution quantitative du parc de cafés, hôtels et restaurants

Ratio surfaces/chambre :
Recalage
- Activité Données de cadrage
disponibles

Base INSEE hébergement


touristique :
- Nombre d’établissements
- Confort
- Capacité (chambres)
- Commune

Dénombrement des Etablissement :


établissements :
- Activité
Reconstitution surfaces - Commune
- Activité
- Nombre d’établissements - Surfaces chauffées
- Nombre de salariés
- Commune

Répertoire des
entreprises et des
établissements :
- Commune
- Nombre de salariés

Ratio surfaces/salarié : Recalage Données de cadrage


- Activité disponibles

La reconstitution des effectifs d’établissements et de salariés résulte d’un chemin


méthodologique en quatre étapes :
 définition des effectifs salariés par établissement ;
 ventilation des chambres au niveau des établissements hôteliers ;
 estimation des surfaces chauffées des cafés / restaurants basée sur un ratio de
surfaces chauffées par salarié ;
 estimation des surfaces chauffées des établissements hôteliers basée sur un ratio de
surfaces chauffées par chambre (variant selon le niveau de confort).

Cet important travail de reconstitution de la statistique communale permet d’associer à


chacun des établissements recensés une surface chauffée. Son estimation est basée sur des
ratios de surfaces par unité d’occupant ou de chambre. Le choix du ratio à appliquer résulte
de l’étude de données bibliographiques6 ainsi que de l’expertise d’Energies Demain et du
Centre Energétique et Procédé de l’Ecole des Mines de Paris.

6
Hôtels Restaurants, ADEME AICVF

p. 13
13
Il est à noter que les surfaces chauffées reconstituées lors de cette étape font l’objet de
plusieurs points d’ajustements avec les données de cadrage disponibles.

Reconstitution qualitative du parc

La qualification du parc consiste à affecter une énergie de chauffage à chacun des


établissements. Cet enrichissement permet par la suite de décrire les systèmes de
production de chauffage équipant les établissements du parc.
Dans la mesure où aucune source de données n’est assez précise pour permettre de décrire
qualitativement le parc, la méthode retenue est basée sur une affectation aléatoire de
l’énergie de chauffage au niveau des établissements tout en veillant à respecter l’ensemble
des données de cadrage existantes :

Figure 2 - Reconstitution qualitative du parc de cafés, hôtels et restaurants

Parc final
Statistique communale Contraintes régionales
- Commune
- Commune Contraintes enquête - Activité
- Activité
- Energie de chauffage
- Nb établissements
Interdictions communales - Nb établissements
- Surfaces chauffées
- Surfaces chauffées

Les contraintes et interdictions respectées dans le cadre de la qualification du parc sont les
suivantes :
 contraintes liées à l’enquête : respect des tendances observées lors de la phase
d’enquête ;
 contraintes régionales : respect des données de cadrage disponibles (parts de
marché surfaciques des énergies de chauffage régionales du CEREN) ;
 interdictions communales : respect des infrastructures communales
(présence/absence de chauffage urbain et/ou de réseau de gaz de ville).

Les énergies de chauffage prises en compte dans le cadre de cette étude sont au nombre de
cinq :
 électricité ;
 gaz de réseau ;
 fuel ;
 réseau de chauffage urbain (RCU) ;
 autres.

La catégorie « autres » est essentiellement composée de GPL et de biomasse, voire de


charbon. Cependant, faute de données précises, cette catégorie est laissée en l’état, ne
représentant qu’une faible part du parc (uniquement 1% des surfaces chauffées).
Enfin, il est à noter qu’à chaque établissement est affectée une seule énergie de chauffage.

Rapport du projet Optisol, ADEME/ARMINES, 2009

p. 14
14
Résultats généraux
Etablissements et surfaces chauffées
Tableau 6 - Répartition des effectifs par sous branche – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Etablissements Salariés Surfaces chauffées Répartition des


(en milliers) (en milliers) (en milliers) surfaces chauffées
Cafés, cantines, traiteurs 8,1 42,4 2 630,9 17 %
Hôtels avec restaurants 2,7 80,7 5 067,2 32 %
Hôtels sans restaurants 3,2 32,7 2 013,1 13 %
Restaurants 33,2 100,4 6 115,0 39 %
Ensemble 47,2 256,1 15 826,2 100 %

La Région Île-de-France comptabilise plus de 47 000 établissements dans le secteur des


cafés, hôtels et restaurants, représentant une surface chauffée de près de 16 millions de
mètres carrés (soit un quart des surfaces de la branche à l’échelle nationale).
L’activité hôtelière présente les surfaces chauffées les plus importantes (45 % des surfaces
chauffées de la branche), devançant les activités de restauration (39 %) ainsi que les cafés,
cantines et traiteurs (17 %). Il est à noter que les cantines d’entreprise représentent les trois
quarts des surfaces chauffées de l’activité cafés, cantines, traiteurs.

La taille moyenne des établissements varie fortement selon l’activité considérée. Les cafés,
cantines, traiteurs et restaurants présentent des surfaces moyennes bien inférieures à celles
des hôtels, avec ou sans service de restauration.
Figure 3 - Répartition des surfaces chauffées par taille moyenne d’établissement – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain)
100%

90%

35%
80%

70%

60%
90% 87% Supérieur à 1000 m²
92%
50% Entre 500 m² et 1 000 m²

40% 49% Entre 100 m² et 500 m²


Inférieur à 100 m²
30%

20%

10% 15%
10% 4% 13%
0%
Cafés, Cantines, Hôtels avec Hôtels sans Restaurants
traiteurs restaurants restaurants

p. 15
15
Figure 4 - Répartition communale des surfaces chauffées – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

La répartition territoriale des surfaces chauffées souligne l’implantation des établissements


dans les zones densément peuplées, les activités concernées étant des activités de service.
Ainsi, Paris et la petite couronne (Hauts-de-Seine, Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis)
cumulent les trois quarts des surfaces chauffées régionales (76 %).
Enfin, la répartition des surfaces chauffées selon l’activité est singulière concernant Paris, du
fait d’une proportion importante d’hôtels sans restaurants (difficile implantation
d’établissements de grande taille) et de la faible présence de cantines d’entreprise.
Figure 5 - Répartition des surfaces chauffées selon le territoire et l’activité – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)

Grande couronne 23% 34% 6% 37%

Petite couronne 23% 34% 6% 38%

Paris 10% 30% 20% 40%

Région Ile de France 17% 32% 13% 39%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Cafés, Cantines, traiteurs Hôtels avec restaurants Hôtels sans restaurants Restaurants

p. 16
16
Répartition énergétique

Tableau 7 - Répartition des surfaces selon l'énergie de chauffage utilisée – En milliers de mètres
carrés - (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Gaz de Réseau de
Electricité Fuel Autres Total
réseau chauffage urbain
Cafés, cantines, traiteurs 601,3 1 538,2 275,4 88,2 127,9 2 630,9
Hôtels avec restaurants 554,6 851,5 1 935,5 1 715,6 10,0 5 067,2
Hôtels sans restaurants 289,7 463,8 395,6 858,3 5,7 2 013,1
Restaurants 3 086,8 2 464,6 320,5 225,3 17,8 6 115,0
Ensemble 4 532,4 5 318,0 2 926,9 2 887,4 161,4 15 826,2
Part (%) – Région IDF 29 % 34 % 18 % 18 % 1% 100 %
Part (%) - France 34 % 36 % 21 % 6% 2% 100 %

Les énergies de chauffage retenues dans le cadre de l’étude sont l’électricité, le gaz de
réseau, le fuel, le réseau de chauffage urbain et les énergies autres. Cette dernière catégorie
comprend avant tout du GPL et du bois, dans des proportions non connues.

Le gaz de réseau équipe un tiers des surfaces chauffées, devançant l’électricité, le fuel et le
chauffage urbain. L’analyse des parts de marché surfaciques des énergies de chauffage met
en exergue le taux de couverture territorial élevé en infrastructure de gaz de réseau et de
chauffage urbain, ce qui est une spécificité de la région Ile de France.
Les territoires non ou peu équipés expliquent la part de marché surfacique de l’énergie fuel.

Figure 6 - Parts de marché surfaciques des énergies de chauffage par département – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain)

Val d'Oise (95) 16% 34% 35% 11%

Vale de Marne (94) 22% 41% 27% 10%

Seine Saint Denis (93) 21% 38% 29% 13%

Hauts de Seine (92) 21% 42% 27% 10% Electricité


Gaz
Essonne (91) 21% 34% 39%
Fuel
Yvelines (78) 18% 40% 33% Urbain
Autres
Seine et Marne (77) 18% 36% 40%

Paris (75) 38% 29% 5% 29%

Ile de France 29% 34% 18% 18%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

p. 17
17
Figure 7 - Parts de marché surfaciques des énergies de chauffage selon l'activité - (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain)

Restaurants 50% 40% 5% 4%

Hôtels sans restaurants 14% 23% 20% 43%

Hôtels avec restaurants 11% 17% 38% 34%

Cafés, cantines, traiteurs 23% 58% 10%

Ensemble 29% 34% 18% 18%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Electricité Gaz Fuel Urbain Autres


La répartition des énergies de chauffage selon l’activité est fonction de deux grands critères :

 la taille des établissements : les établissements de grandes tailles (hôtels avec ou


sans restaurant) utilisent majoritairement des systèmes centralisés de production de
chauffage, privilégiant donc les énergies non électriques. A l’inverse, les
établissements de tailles modestes sont plus généralement équipés de systèmes
décentralisés de production de chauffage (représentant un investissement moindre),
et privilégient donc les systèmes électriques (convecteurs à effet Joule, panneaux
rayonnants) ;
 le territoire d’implantation des établissements : l’énergie fuel est utilisée avant tout
dans des territoires peu denses et non équipés en gaz de réseau ou en chauffage
urbain, expliquant ainsi la part de marché surfacique de l’énergie fuel importante
pour les hôtels avec restaurants. A l’inverse, la part de marché de l’énergie gaz
élevée pour les cafés, cantines, traiteurs est justifiée par la présence des cantines
d’entreprises (représentant les trois quarts des surfaces chauffées des cafés,
cantines, traiteurs) surtout en petite couronne.

A retenir :
Les cafés, hôtels et restaurants forment un parc bâti hétéroclite, les hôtels
présentant des bâtiments de grande taille contrairement au parc de cafés et
restaurants plus diffus. La moitié des établissements régionaux se situent à
Paris, contre un quart en petite couronne et un quart en grande couronne.
Cette répartition territoriale explique les parts de marché importantes des
énergies de chauffage gaz et réseau de chauffage urbain, équipant surtout
ceux implantés en zones urbaines denses.

Le parc de cafés hôtels et restaurants en quelques chiffres clés :


 16 millions de m²
 Plus de 47 000 établissements
 34 % des surfaces chauffées avec du gaz de réseau
p. 18
18
Consommations énergétiques
Méthode générale
Modélisation des consommations énergétiques

Face à la complexité de la modélisation des consommations énergétiques des bâtiments


tertiaires du fait de l’hétérogénéité des modes d’occupation (journaliers et annuels) des
pièces selon leur usage (salles de réunion, bureaux, sanitaires, salles de classe…), une
méthode de simulation et de reconstitution des consommations de ces bâtiments a
spécialement été développée par Energies Demain et le Centre Energétiques et Procédés de
l’Ecole des Mines de Paris.
Cette méthode est dite « modulaire » dans la mesure où elle se base sur une description
physique du parc de bâtiments à l’échelle de la pièce (appelée aussi module), dans le but
final de simuler pour chacune de celles-ci les besoins énergétiques (par usage) ainsi que les
puissances requises des systèmes.

La méthode employée peut se décomposer en deux grandes étapes :


 description physique du parc bâti et simulations dynamiques (au pas de temps
horaire) des besoins énergétiques par usage et des puissances requises de systèmes ;
 agrégation des besoins et des puissances à l’échelle du bâtiment, et calcul des
consommations unitaires, par usage de l’énergie, sur la base d’équations de systèmes
lors de la ventilation des équipements de production (chauffage, climatisation,
ventilation, éclairage…).
Le schéma suivant illustre le cheminement présenté. Le premier mouvement décrit ci-dessus
est contenu dans l’encadrement pointillé « Simulation des besoins et des puissances de
systèmes par pièce » (couleur violette)
Figure 8 - Méthode de modélisation des consommations énergétiques - (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)

Simulation des besoins et des puissances de systèmes par pièce


Ajustements
Données de cadrage
Bâtiment
Pièce
Répartition et dimensionnement des
Paramétrage de systèmes,
Expertise
l’occupation et des Assemblage des pièces en bâtiment
Energies Demain
besoins selon l’usage
de l’énergie

Consommations unitaires:
Besoins et puissances - Chauf f age
Bâtiments types: par pièce : - Climatisation
Simulation thermique Equations de - ECS
- Plan masse - Chauf f age systèmes
dynamique - Ventilation
- Propriétés thermiques - Climatisation - Eclairage
- Découpage f onctionnel de - Auxiliaires (chauf f age et - Auxiliaires (chauf f age et
l’espace interne climatisation) climatisation)
- Ventilation - Cuisson
- Eclairage - Autres consommations

Travaux internes (CHARTER) , Consommations unitaires des


externes (études sectorielles) usages Cuisson, ECS et autre

p. 19
19
Simulation des besoins et des puissances de systèmes requises par pièce

La simulation des besoins et des puissances requises par pièce se base sur une description
physique du parc de bâtiments. En effet, pour chacune des branches d’activité tertiaire, des
bâtiments types ont été construits selon l’activité exercée et la période de construction. La
description de ces bâtiments comprend un plan masse, un découpage fonctionnel de
l’espace interne (pièce par pièce), une description des matériaux de construction ainsi
qu’une description des paramètres d’occupation par pièce (plages horaires d’occupation des
pièces, besoins en ventilation, besoins en éclairage, apports internes liés aux équipements
de bureautique et d’éclairage, apports internes liés aux occupants…).
La branche Cafés, Hôtels Restaurants comprend treize bâtiments types, décrits en partie
annexe. A titre illustratif, est fourni ci-dessous le plan masse d’un restaurant de grande taille.
Figure 9 - Plan masse du bâtiment type « ‘Restaurant de grandes tailles» - (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)

L’ensemble des données présentées sont issues du modèle ENERTER Tertiaire.


Les modes constructifs et les plans masse sont le fruit d’un travail spécifique
mené par le bureau d’études Tribu Energie dans le cadre du développement du
modèle ENERTER Tertiaire.
Enfin, aucune étude de représentativité ou d’échantillonnage n’a été menée pour
consolider la description physique du parc proposé dans le modèle ENERTER
Tertiaire.

p. 20
20
À l’issue de la description physique du parc de bâtiments, les besoins par pièce en énergie
selon l’usage et la puissance requise des systèmes de production (ventilation, chauffage,
climatisation, éclairage…) sont le fruit de simulations dynamiques (au pas de temps horaires)
réalisées à l’échelle de la zone climatique d’été et d’hiver.
Les besoins par pièce, bâtiment type et période de construction sont obtenus pour les
usages suivants :
 chauffage ;
 climatisation ;
 auxiliaires de chauffage et climatisation ;
 ventilation ;
 éclairage.
La dernière étape de ce travail consiste à agréger les besoins et les puissances des systèmes
calculés par pièce à l’échelle du bâtiment type. Lors de ce travail, un nombre d’étages par
bâtiment type est estimé.

À titre illustratif, cette méthode peut être comparée à l’assemblage d’un bâtiment en
empilant des briques élémentaires que constituent chacune des pièces auxquelles sont
associés les besoins et les puissances des systèmes calculés précédemment.

Calcul des consommations unitaires pour les usages simulés

Sur la base des simulations réalisées, les consommations unitaires des usages simulés
(chauffage, climatisation, auxiliaires, ventilation et éclairage) sont calculées en affectant à
chacun des usages de l’énergie cités précédemment un système de production.
L’affectation des systèmes de production va dépendre de la structure du parc de l’état des
lieux présenté précédemment, enrichi d’un taux de climatisation par activité.

► R é p a r t i t i o n d e s sy s t è m e s d e p r o du c t i o n de c h a uf f a ge e t t a u x de
c l i m a t i sa t i on

La répartition des systèmes de production de chauffage est fonction pour chaque bâtiment
type de l’énergie de chauffage utilisée, de la typologie du bâti et de l’activité exercée.
La performance des équipements de production est calculée à l’aide d’équations de
systèmes dépendant de leurs caractéristiques nominales, de leur dimensionnement (taux de
charge) et du climat.
Enfin, les taux de climatisation retenus pour chacune des activités sont basés d’une part sur
les études issues de la bibliographie (voir annexe) et sur l’analyse des résultats de l’enquête
de terrain.

p. 21
21
Tableau 8 - Répartition surfacique des systèmes de production de chauffage et taux de
climatisation – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Electrique Electrique Chaudière Taux surfacique


direct performant centralisée de climatisation
Cafés, cantines, traiteurs 9% 14% 77 % 25 %
Hôtels avec restaurants 4% 7 % 89 % 50 %
Hôtels sans restaurants 6% 9% 86 % 50 %
Restaurants 30 % 20 % 50 % 25 %
Ensemble 15 % 13 % 71 % 36 %

Pour chacun des systèmes est calculé un rendement ainsi qu’une consommation d’auxiliaires
(comprenant les consommations des pompes de distribution, des ventilo-convecteurs ou des
moteurs des ventilations) en fonction des puissances installées. Les rendements sont des
rendements de génération, et n’intègrent donc pas les pertes par la distribution et
l’émission.
Tableau 9 - Rendements de génération moyens des systèmes de production de chauffage –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Rendement de
génération
Electrique direct 0,9
Pompe à Chaleur 2,8
Rooftop 2,6
Chaudière centralisée gaz 0,7
Chaudière centralisée fuel 0,6
Autre système centralisé
0,7
(énergies autres et urbain)

La dénomination « Electrique performant » recouvre l’ensemble des systèmes de


production de chauffage électrique fonctionnant à partir de récupération de
chaleur (Pompes à Chaleur, Débits Réfrigérants Variables, Rooftop…), leur
permettant ainsi d’atteindre des performances élevées.
Les systèmes « Electrique direct » regroupent les systèmes à effet Joule et les
systèmes électriques radiants.

Enfin, les Rooftop sont des centrales autonomes de chauffage/climatisation


conçues pour être installées en toiture.

p. 22
22
► R é p a r t i t i o n d e s sy s t è m e s d e v e nt i l a t i o n

La répartition des systèmes de ventilation est le fruit de l’analyse des documents


bibliographiques et du calage des consommations unitaires avec les données de cadrage
disponibles.
Tableau 10 - Répartition surfacique des systèmes de ventilation – (ENERTER Tertiaire, Energies
Demain)

Simple Double Débit d’Air


flux/naturelle flux Constant
Cafés, cantines, traiteurs 43 % 25 % 32 %
Hôtels avec restaurants 47 % 22 % 31 %
Hôtels sans restaurants 46 % 23 % 32 %
Restaurants 40 % 31 % 29 %
Ensemble 43 % 26 % 31 %

La présence et le poids des Débits d’Air Constant (DAC) ainsi que des ventilations double flux
(sans récupérateur de calories) préfigurent l’importance de cet usage dans les
consommations énergétiques.

Calcul des consommations unitaires pour les usages non simulés

Les usages non simulés sont les suivants :


 eau Chaude Sanitaire (ECS) ;
 cuisson ;
 autres usages spécifiques de l’électricité (froid alimentaire, bureautique, process,
autres) ;
 autres consommations non électriques.
Ces consommations ne font pas l’objet de simulations, mais sont estimées sur la base
d’expertises internes (modèle CHARTER, de reconstitution des courbes de charge électrique,
Energies Demain) ou externes (études sectorielles, bilans régionaux…).

► E a u c h a u d e sa n i t a i r e ( E C S )

Le calcul des consommations liées à l’usage de l’eau chaude sanitaire s’appuie sur une
évaluation des besoins par activité puis sur l’affectation de systèmes de production
dépendant de l’énergie utilisée. La détermination des parts de marché des énergies d’ECS
est basée sur les données de cadrage disponibles (bilan de consommations par usage et
énergie).
Tableau 11 - Parts de marché surfaciques des énergies d’eau chaude sanitaire – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain)

Gaz de Réseau de
Electricité Fuel Autres Total
réseau chauffage urbain
Cafés, cantines, traiteurs 29 % 57 % 6% 3% 5% 29 %
Hôtels avec restaurants 25 % 18 % 23 % 34 % 0% 25 %
Hôtels sans restaurants 21 % 24 % 12 % 43 % 0% 21 %
Restaurants 42 % 51 % 3% 4% 0% 42 %
Ensemble 32 % 38 % 11 % 18 % 1% 32 %

p. 23
23
Les parts de marché des énergies d’eau chaude sanitaire se distinguent de celles des
énergies de chauffage, notamment du fait de la présence accrue de l’électricité, ou du gaz
dans le cas des restaurants, au détriment des autres énergies. Les équipements électriques
étant facilement utilisables et ne représentant pas un coût d’investissement élevé, ils
équipent une part des surfaces chauffées au gaz ainsi qu’à l’énergie fuel.
La méthode de ventilation des établissements selon l’énergie d’eau chaude sanitaire est
différente de celle utilisée pour les énergies de chauffage. Ainsi, la méthode consiste à
répartir les surfaces d’un même établissement selon des règles de ventilation dépendant de
l’énergie de chauffage utilisée. Les établissements pourront donc posséder plusieurs
systèmes de production d’eau chaude sanitaire consommant des énergies différentes.
Enfin, les systèmes de production ont été considérés comme classiques (performances
moyennes).
Tableau 12 - Rendements globaux des systèmes de production d'Eau Chaude Sanitaire –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Rendement de
génération
Electrique Effet Joule 0,9
Chaudière / ballon gaz 0,6
Chaudière fuel 0,5
Chauffage urbain 0,7

► Cuisson

Les consommations de cuisson sont directement issues d’études spécifiques et ne font pas
l’objet de simulations. Les énergies utilisées sont indépendantes de celles équipant les
systèmes de production de chaleur ou d’eau chaude sanitaire.
Tableau 13 - Parts de marché des consommations d’énergie finale de cuisson – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain)

Electricité Gaz de réseau GPL

Cafés, cantines, traiteurs 18 % 54 % 28 %


Hôtels avec restaurants 33 % 40 % 27 %
Hôtels sans restaurants 25 % 68 % 8%
Restaurants 26 % 52 % 22 %
Ensemble 26 % 50 % 24 %

Les parts de marché des consommations de cuisson sont dominées par l’énergie gaz,
devançant l’électricité et le GPL. Il est à noter que le GPL est utilisé lorsque le territoire
d’implantation de l’établissement ne dispose pas de réseau de gaz de ville.

p. 24
24
► A u t r e s u sa g e s s p é c i f i q u e s de l ’ é l e c t r i c i t é

Les consommations liées aux autres usages d’électricité spécifique comprennent les
consommations de froid alimentaire, de bureautique, de process (force motrice, produits
bruns, équipements spécifiques, lavage, etc.) et d’autres usages (usages ponctuels ou peu
documentés).
Ces consommations sont issues d’études spécifiques menées par Energies Demain (voir
annexe), et notamment du modèle de reconstitution des courbes de charge électriques
CHARTER.

► A u t r e s c on s o m m a t i o n s

Ces consommations d’origine non électrique sont le fait d’usages peu documentés ou
ponctuels. A titre d’exemple, ces consommations comptabilisent le fuel utilisé dans des
groupes électrogènes… Ces consommations sont issues d’études sectorielles nationales et
régionales.

Reconstitution des consommations de l’ensemble du parc et confrontation


aux données de cadrage disponibles

L’ensemble des résultats du travail présenté ci-dessus constitue une bibliothèque de


consommations unitaires dépendantes du bâtiment type, de l’usage de l’énergie ainsi que
des équipements de production (chauffage, climatisation, ventilation, éclairage, eau chaude
sanitaire…).
La reconstitution des consommations des cafés, hôtels et restaurants franciliens selon toutes
les échelles territoriales (communes, départements) est ensuite le fruit de l’affectation des
consommations unitaires aux établissements de l’état des lieux du parc selon la nature de
l’activité exercée, et la ventilation des systèmes de production.
Afin de réaliser une reconstitution des consommations énergétiques fidèle à la réalité, les
résultats de la modélisation énergétique doivent être comparés et ajustés à un ou plusieurs
points de cadrage. Ceux-ci se basent sur des données régionales du Ministère de l’Ecologie,
du Développement Durable et de l’Energie ou issues d’enquêtes (données CEREN
régionales).
Les ajustements opérés afin de respecter les données de cadrage concernent le
dimensionnement des systèmes de production ainsi que des paramètres d’occupation
(plages horaires de présence, températures de consignes…).

L’enquête réalisée auprès des franchises et des établissements indépendants n’a


pas permis de collecter des données de consommations énergétiques
exploitables et représentatives. Ainsi, les données issues l’enquête sont
intervenues uniquement dans la répartition des énergies de chauffage et d’ECS,
ainsi que lors de la description des systèmes de production.

p. 25
25
Fiabilité des résultats

La méthode mise en œuvre dans le cadre de cette étude est basée sur une reconstitution
statistique du parc de bâtiments tertiaires et une modélisation de leurs consommations
énergétiques. Malgré la confrontation et l’ajustement des résultats engendrés avec des
données de cadrage, des incertitudes intrinsèques aux méthodes proposées ne peuvent être
évitées.
Les résultats présentés sont donc issus d’une image imparfaite du parc de cafés hôtels et
restaurants franciliens, mais suffisamment précise pour fournir des tendances et pour
évaluer et comparer la pertinence de solutions d’améliorations techniques.

Enfin, la méthode développée permet de s’affranchir des questions climatiques en générant


uniquement des consommations énergétiques corrigées du climat. L’avantage de la
correction climatique réside en la possibilité de comparer les consommations énergétiques
de plusieurs années différentes uniquement sur les critères de la performance énergétique
et du parc de bâtiments considérés.

p. 26
26
Consommations énergétiques et émissions de GES
Dans la partie qui suit, les résultats de consommations et émissions sont annuels et corrigés
du climat, pour l’année de référence 2009.

Les émissions prises en compte dans le cadre de cette étude sont liées au fonctionnement
des bâtiments. Elles sont uniquement d’ordre énergétique (liées à la consommation
d’énergie finale). Ainsi, les émissions d’origine non énergétique ne sont pas comptabilisées
(elles représentent en moyenne moins de 10 % des émissions totales du secteur tertiaire
national).celles-ci sont essentiellement des émissions de HFC (hydrofluorocarbures)
d’origines variées :
 fuites de fluide frigorigène des systèmes de froid : les fluides frigorigènes utilisés
pour la production de froid dans les appareils de climatisation ou de froid alimentaire
sont constitués de HFC. Pendant la durée de vie des équipements, une partie du gaz
fuit et contribue ainsi à l’effet de serre ;
 mousses isolantes : les gaz utilisés pour l’expansion de mousses isolantes de
polyuréthane sont en général des HFC. Au cours du temps, une partie du gaz
emprisonné dans la mousse se dégage et est émis dans l’atmosphère ;
 matériel de lutte contre les incendies : les gaz HFC sont également utilisés comme
agents extincteurs d’incendies.
Les facteurs d’émission utilisés pour la détermination des émissions de gaz à effet de serre
(GES) associées aux consommations énergétiques7 sont sans amont afin d’éviter les doubles
comptes.

7
Source : Base Carbone (ADEME) - http://www.basecarbone.fr/, et ARENE pour les facteurs d’émission liés
aux réseaux de chauffage urbain.

p. 27
27
Consommations énergétiques
► A n a l y se g é n é r a l e
Tableau 14 - Consommations d'énergie finale par usage et énergie, en GWhEF/an – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain)

Gaz de
Electricité Fuel RCU8 Autres Total Part
réseau
Chauffage 425,6 1 192,5 633,4 553,3 37,5 2 842,3 44 %
Eau Chaude Sanitaire 181,7 281,7 130,5 199,8 - 793,8 12 %
Climatisation 128,9 - - - - 128,9 2%
Auxiliaires ventilation 368,1 - - - - 368,1 6%
Eclairage 388,1 - - - - 388,1 6%
Cuisson 724,0 561,1 - - 233,7 1 518,7 23 %
Froid alimentaire 201,8 - - - - 201,8 3%
Bureautique et process 26,9 - - - - 26,9 0%
Autre 123,3 53,7 30,9 - 9,6 217,5 3%
Total 2 568,4 2 089,0 794,8 753,1 280,8 6 486,2 100 %
Part 40 % 32 % 12 % 12 % 4% 100 %

Les cafés hôtels et restaurants franciliens consomment 6,5 TWh/an d’énergie finale.
L’électricité est l’énergie la plus consommée du fait des consommations spécifiques élevées
dont les usages les plus énergivores sont les auxiliaires ventilation, l’éclairage et le froid
alimentaire.
L’analyse des consommations par usage met en exergue la prépondérance des usages de
chauffage et de cuisson, responsables des deux tiers de la consommation de la branche
d’activité, devançant les consommations d’eau chaude sanitaire.
Figure 10 - Consommations d'énergie primaire et finale par énergie - (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)

Energie finale Energie primaire

4% 7% 3%
12%
Electricité 8% Electricité

40% Gaz Gaz


12%
Fuel
Fuel
20% RCU
RCU
63% Autres
Autres
32%

Les bilans énergétiques soulignent l’importance des consommations d’électricité et de gaz,


énergies responsables de près des trois quarts des consommations d’énergie finale et de
plus de 80 % des consommations d’énergie primaire.

8
RCU : Réseau de Chauffage Urbain

p. 28
28
Tableau 15 - Emissions de GES par usage et énergie, en kteqCO2/an – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)

Gaz de
Electricité Fuel RCU Autres Total Part
réseau
Chauffage 76,6 240,9 171,6 111,6 4,3 605,1 56 %
Eau Chaude Sanitaire 7,3 56,9 35,4 40,4 - 139,9 13 %
Climatisation 4,8 - - - - 4,8 0%
Auxiliaires ventilation 45,5 - - - - 45,5 4%
Eclairage 31,1 - - - - 31,1 3%
Cuisson 59,4 113,3 - - 54,0 226,7 21 %
Froid alimentaire 8,1 - - - - 8,1 1%
Bureautique et process 1,4 - - - - 1,4 0%
Autre 6,4 10,8 8,4 - 1,1 26,8 2%
Total 240,5 422,0 215,4 152,0 59,4 1 089,3 100 %
Part 22 % 39 % 20 % 14 % 5% 100 %

Les cafés, hôtels et restaurants émettent 1,1 MteqCO2/an. La répartition des émissions
selon l’énergie consommée souligne les forts taux d’émission des énergies fossiles,
responsables des deux tiers des émissions de GES de la branche (hors RCU). De même, les
usages concurrentiels (chauffage, ECS, cuisson) cumulent près de 90 % des émissions de GES
contre 80% des consommations d’énergie finale.

► A n a l y se p a r a c t i v i t é

Tableau 16 - Consommations d'énergie finale par usage et énergie, en GWhEF/an – (ENERTER


Tertiaire, Energies Demain)

Energie finale Energie primaire Emissions de GES


En GWhEF/an En GWhEP/an En kteqCO2/an
Cafés, cantines, traiteurs 1 014,7 1 517,0 175,7
Hôtels avec restaurants 1 986,6 3 102,7 350,1
Hôtels sans restaurants 752,9 1 099,5 134,4
Restaurants 2 732,0 4 825,1 429,1
Total 6 486,2 10 544,4 1 089,3

Les hôtels et les restaurants comptabilisent plus de 80 % des consommations d’énergie


finale de la branche d’activité du fait d’un parc d’établissements important et de
consommations unitaires élevées. Il est à noter que les établissements d’hôtellerie et de
restauration sont les plus énergivores du secteur tertiaire après les grands commerces
alimentaires.

p. 29
29
Figure 11 - Consommation unitaires selon l’usage de l’énergie et l’activité (kWh/m².an d’EF et
d’EP) –les valeurs indiquées sur le graphique sont celles des consommations unitaires d’énergie
finale – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Le chauffage est l’usage le plus consommateur quelle que soit l’activité considérée, il
représente entre 38 %, pour les restaurants, et 54 %, pour les hôtels sans restaurants, des
consommations d’énergie finale.
La singularité des consommations d’énergie de ces établissements réside en une
consommation de cuisson élevée, pouvant atteindre des valeurs proches de celles du
chauffage dans les restaurants. Ainsi, dans les établissements pourvus de service de
restauration, cet usage représente entre 19 %, pour les hôtels avec restaurants et les cafés
cantines traiteurs, et 34 %, pour les restaurants, des consommations d’énergie finale.
De plus, il est important de noter les consommations élevées des usages spécifiques de
l’électricité du fait des systèmes énergivores d’auxiliaires ventilation, de l’éclairage des
locaux et de l’utilisation d’équipements de froid alimentaire dans les services de
restauration.

Enfin, les écarts observés entre les consommations unitaires d’énergie finale et primaire
soulignent la part de marché surfacique de chauffage importante de l’énergie électrique
dans les restaurants, ainsi qu’un taux d’équipement en appareils électriques de cuisson
élevé quelle que soit l’activité.

p. 30
30
► A n a l y se t e r r i t o r i a l e
Tableau 17 - Consommations d'énergie et émissions de GES départementales - (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain)

Energie finale Energie primaire Emissions de GES


En GWhEF/an En GWhEP/an En kteqCO2/an
Val d’Oise (95) 370,0 579,6 65,1
Val de Marne (94) 447,0 712,4 76,1
Seine Saint Denis (93) 530,5 842,3 93,0
Hauts de Seine (92) 824,2 1 301,2 146,9
Essonne (91) 355,3 560,5 62,8
Yvelines (78) 484,7 755,2 85,5
Seine et Marne (77) 418,0 658,1 73,6
Paris (75) 3 056,4 5 135,1 486,3
Total 6 486,2 10 544,4 1 089,3

La ville de Paris cumule près de la moitié des consommations énergétiques et des émissions
de gaz à effet de serre (47 % et 49 % des consommations d’énergie finale et primaire et 45 %
des émissions). Les départements de la petite couronne et de la grande couronne sont
responsables quasiment à parts égales d’un quart chacun des consommations et des
émissions.
Figure 12 - Consommations unitaires communales d'énergie finale, en kWh/m².an - (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain)

p. 31
31
A l’inverse de la répartition des consommations globales, les consommations unitaires sont
les plus élevées dans les communes de la grande couronne, et moindres dans les communes
parisiennes. L’usage de l’énergie de chauffage fuel dans les communes peu denses et la
présence accrue d’hôtels avec restaurants expliquent les consommations unitaires plus
élevées en grande couronne que sur les autres territoires.

Figure 13 - Parts de marché des énergies dans les consommations d'énergie finale communales -
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Electricité Gaz de réseau

Fuel RCU

Les parts de marché des énergies dans les consommations d’énergie finale communales
confirment l’usage majoritaire du fuel dans les communes de la grande couronne, le gaz de
réseau et l’électricité étant avant tout consommés dans les zones urbaines les plus denses.
Enfin, les communes équipées en réseau de chauffage urbain sont concentrées à Paris et en
petite couronne et représentent 14 % des communes franciliennes. Il est important de
souligner que la région Ile de France est le territoire dont la part des communes équipées en
gaz de réseau et chauffage urbain est la plus élevée de France (70 % et 14 % des communes
possédant une infrastructure respectivement de gaz de réseau et de chauffage urbain).

p. 32
32
A retenir :
Les cafés hôtels et restaurants sont les bâtiments les plus énergivores du secteur
tertiaire derrière les grands commerces alimentaires. Ces consommations sont
expliquées par des consommations de chauffage et de cuisson importantes. Ces
usages consomment avant tout des énergies fossiles (fuel, gaz, GPL) entraînant
des émissions de GES élevées.

Les consommations et émissions en quelques chiffres clés :


 6,5 TWh d’énergie finale par an
 1,1 MteqCO2 par an
 410 kWh/m².an d’énergie finale
 670 kWh/m².an d’énergie primaire

p. 33
33
Potentiels d’économie d’énergie
Le but poursuivi dans le cadre de cette partie est d’évaluer de manière « statique », c’est-à-
dire sans prise en compte de toute dimension temporelle, le potentiel maximal d’économies
d’énergie réalisables sur les consommations d’énergie du parc bâti pour les usages de
chauffage, de climatisation, de ventilation et auxiliaires, d’éclairage et d’eau chaude
sanitaire. Cette partie de l’étude s’attachera à présenter les gisements techniques
atteignables uniquement pour les usages simulés (les cinq usages réglementaires cités ci-
dessus) sans prise en compte de facteurs comportementaux.
Il est donc important de noter que les usages non simulés peuvent également présenter des
potentiels d’économies d’énergie, non estimés dans le cadre de cette étude.

Méthode

Bouquets proposés

Afin d’évaluer le champ des possibles quant aux potentiels d’économies d’énergie
mobilisables, le choix a été fait de tester des bouquets de travaux correspondant à des
niveaux d’exigence différents :
 « Modeste bâti » : Niveau d'exigence type Réglementation Thermique (RT) existant
« élément par élément »9 sans changement de systèmes. Cette réglementation fixe
des seuils de performance énergétique minimaux à respecter. Cette rénovation est
donc appliquée uniquement aux parois dont les performances sont en deçà des
exigences réglementaires. Tous les bâtiments ne sont donc pas concernés par ce
geste ;
 « Modeste système » : Changement de tous les systèmes par de meilleures
technologies (éclairage, chauffage, eau chaude sanitaire (ECS), pompes de
distribution, ventilation et climatisation) sans rénovation du bâti ;
 « Intermédiaire » : Niveau d'exigence type RT existant « globale »10 avec changement
de tous les systèmes par de meilleures technologies. L’ensemble des bâtiments sera
rénové de manière à respecter les exigences de la RT existant « globale »,
préconisant une diminution de 30 % des consommations liées au bâti (les cinq usages
réglementaires suivants : chauffage, climatisation, éclairage, ECS,
ventilation/auxiliaires) ;
 « Maximal » : Niveau d'exigence type Bâtiment Basse Consommation (BBC) (exigence
supérieure de 40 % à celle de la RT globale), soit un niveau de rénovation maximal,
avec changement de tous les systèmes par de meilleures technologies.

9
RT existant « élément par élément » : Réglementation thermique s’appliquant aux bâtiments existants de moins de 1000 m²
faisant l’objet de travaux portant sur la thermique. La réglementation impose des performances minimales aux matériaux de
rénovation ou aux systèmes améliorés.
10
RT existant « globale » : Réglementation thermique s’appliquant aux bâtiments de plus de 1000 m² sous certaines conditions
(période de construction du bâtiment, coût des travaux de rénovation entrepris). Elle impose que les travaux de rénovation
entrepris conduisent à un gain de 30% sur la consommation d’énergie par rapport à l’état antérieur.

p. 34
34
Il est important de noter que les gestes « Modeste bâti » et « Modeste système » sont des
gestes incomplets, car ne touchant qu’à l’enveloppe bâtie pour le premier et aux systèmes
de production pour le second. Cependant, ils permettent de quantifier et d’isoler les effets
d’une rénovation thermique des bâtiments les plus énergivores d’une part et d’une
amélioration des systèmes de production d’autre part. Dans l’optique de réduire
efficacement les consommations énergétiques du parc, une action sur ces deux postes est
cependant préférable.
Pour chaque bâtiment type, un bouquet de travaux a été défini et simulé pour ces quatre
niveaux de performance en cohérence avec la nature du bâti (voir annexe).
Le tableau présenté ci-dessous décrit les technologies de chauffage, de climatisation,
d’éclairage, de ventilation et d’eau chaude sanitaire (ECS) choisies lors du remplacement des
anciens systèmes. Il est à noter que les systèmes performants seront identiques quel que
soit le niveau d’exigence (excepté pour le geste « modeste bâti » qui n’est pas concerné par
un changement des systèmes).
Les rendements fournis dans le tableau ci-dessous sont des rendements de génération, ne
comprenant pas les pertes par la distribution et l’émission.
Tableau 18 - Correspondance système état initial et performant - (ENERTER Tertiaire, Energies
Demain)
Etat initial Après amélioration des systèmes
Systèmes Rendements Systèmes Rendements
Electrique direct 0,9 Electrique direct 0,9
Pompe à Chaleur 2,8 Pompe à Chaleur performante 3,3
Rooftop 2,6 Rooftop peformant 3,2
Production de
Chaudière centralisée gaz 0,7 Chaudière condensation gaz 1,0
chauffage
Chaudière centralisée fuel 0,6 Chaudière condensation fuel 0,8

Autre système centralisé (urbain, autre) 0,7 Autre système centralisé performant (urbain, autre) 0,8

Production de Rooftop Rooftop peformant


climatisation 1,8 1,9
Groupe froid 2,6 Groupe froid performant 3,8
Ventilation simple flux - Ventilation double flux efficacité 95% -
Ventilation Ventilation double flux - Ventilation double flux efficacité 95% -
Débit d'Air Constant - Débit d'Air Constant Freecooling -
Eclairage basse consommation avec détecteur de
Eclairage Eclairage classique
- présence -
ECS à effet joule 0,9 ECS thermodynamique 1,5
ECS chaudière gaz 0,6 ECS chaudière condensation gaz 0,9
Production d'eau ECS chaudière fuel 0,5 ECS chaudière condensation fuel 0,7
chaude sanitaire (ECS)
ECS chauffage urbain ECS chauffage urbain amélioré
0,7 0,9

La démarche de changement des systèmes a pour but de quantifier les gains obtenus par
l’amélioration des performances des systèmes existants. Ainsi, seuls les systèmes à effet
joule direct ne seront pas remplacés, du fait de l’absence d’équipements utilisant le même
mode de production de chaleur plus performants (les radiants électriques auront un
rendement identique malgré une amélioration du confort et de la régulation).

p. 35
35
Estimation des coûts

Les coûts engendrés par l’application des gestes de travaux sont estimés par poste (bâti,
systèmes) en euros hors taxes, incluant la main d’œuvre (coûts de dépose intégrés, mais
travaux de finition et induits non compris). Pour chacun des gestes, une estimation haute et
basse est fournie afin de prendre en compte la variabilité des coûts des matériaux ainsi que
de la main d’œuvre.
Les coûts d’isolation de l’enveloppe bâtie sont calculés sur la base de prix du mètre carré
d’isolant, dépendant donc des bâtiments types et de l’exigence du bouquet de travaux
appliqué (voir annexe).
Les coûts d’amélioration des systèmes sont quant à eux, affectés par mètre carré de surface
chauffée (voir tableau ci-dessous et annexes pour les sources utilisées). Cependant, le
manque récurrent de données concernant les coûts des systèmes a eu pour conséquence,
d’une part, l’affectation uniforme des ratios de coûts par mètre carré quels que soient le
bâtiment type et la puissance nécessaire (le seul discriminant entrant en compte étant le
nouveau système affecté) et, d’autre part, la non évaluation des coûts induits par le
changement des systèmes d’éclairage.
L’ensemble des coûts sont estimés pour l’année 2009.
Tableau 19 - Coûts unitaires des systèmes performants (en €HT/m²) – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)

Production de chauffage et de climatisation Estimation basse Estimation haute


Chaudière condensation gaz 14 18
Chaudière condensation fuel 18 23
Autre système centralisé performant (urbain, autre) 20 30
Pompe à Chaleur performante 127 176
Rooftop peformant 127 176
Groupe froid performant 125 187
Ventilation
Ventilation double flux efficacité 95% 72 78
Débit d'Air Constant Freecooling 72 78
Eau Chaude Sanitaire (ECS)
ECS thermodynamique 46 61
ECS chaudière condensation gaz 5 7
ECS chaudière condensation fuel 5 7
ECS chauffage urbain amélioré 5 7

p. 36
36
Résultats détaillés
Les tableaux et graphiques de résultats présentés ci-dessous décrivent ces différents
bouquets en termes d’économie d’énergie et de coûts associés. Afin de simplifier la
dénomination des bouquets de travaux appliqués ils seront qualifiés selon leur niveau
d’exigence, à savoir : « Modeste bâti », « Modeste système », « Intermédiaire » et
« Maximal ».

Parc concerné

Les bouquets de travaux correspondants aux niveaux d’exigences « Modeste système »,


« Intermédiaire » et « Maximal » sont appliqués à la totalité des cafés hôtels et restaurants
franciliens, à l’inverse du niveau d’exigence « Modeste bâti » dont les travaux ne
s’appliquent uniquement aux bâtiments les moins performants, à savoir ceux dont les
propriétés thermiques de l’enveloppe ne correspondent pas aux valeurs seuils fixées par la
réglementation thermique existant « élément par élément ».
Tableau 20 - Surfaces concernées par le bouquet de travaux « Modeste bâti » et
« Intermédiaire » - (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Surface concernée geste Part de la


« Modeste bâti » surface totale
Cafés, cantines, traiteurs 2 630,9 100 %
Hôtels avec restaurants 1 898,8 37 %
Hôtels sans restaurants 1 804,1 90 %
Restaurants 6 115,0 100 %
Total 12 448,8 79 %

Les hôtels de plus de 3 étoiles, très majoritairement équipés d’un service de restauration,
présentent des parois en adéquation avec les performances attendues de la réglementation
thermique « Elément par élément ».
Cependant, une partie de ces établissements haut de gamme (35 % des surfaces chauffées
des hôtels avec restaurants) sont situés à Paris dont l’environnement et le caractère
historique rendent impossible les modifications de l’enveloppe bâtie même si une
intervention est nécessaire. Ces établissements feront donc uniquement l’objet d’une
isolation des combles et d’un changement des vitrages lors de la mise en œuvre du bouquet
de travaux « Maximal ».

p. 37
37
Consommations énergétiques et émissions de GES

Les résultats présentés dans les tableaux et graphiques qui suivent incluent les
consommations énergétiques de la totalité du parc de cafés, hôtels et restaurants
franciliens concerné ou non par l’application des bouquets de travaux.

► A n a l y se g é n é r a l e
Tableau 21 - Consommations et émissions de GES selon le bouquet de travaux, et gains associés -
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Energie finale Energie primaire Emissions de GES


En GWhEF/an En GWhEP/an En kteqCO2/an
Etat initial 6 486,2 10 544,4 1 089,3
Modeste bâti 6 003,4 9 908,6 987,5
Modeste système 4 453,7 7 602,6 705,1
Intermédiaire 3 790,1 6 729,2 560,2
Maximal 3 481,4 6 288,5 494,3

Gains par rapport à Energie finale Energie primaire Emissions de GES


l’état initial En GWhEF/an En GWhEP/an En kteqCO2/an
Modeste bâti -7 % -6 % -9 %
Modeste système -31 % -28 % -35 %
Intermédiaire -42 % -36 % -49 %
Maximal -46 % -40 % -55 %

L’application des bouquets de travaux met en exergue l’importance du potentiel de


réduction des consommations énergétiques lié au changement des systèmes de production
(chauffage, climatisation, ECS, ventilation, éclairage) dans les cafés, hôtels et restaurants.
Ainsi, un dimensionnement approprié et des technologies performantes permettent un gain
de 31 % sur les consommations d’énergie finale du secteur et de 28 % sur les
consommations d’énergie primaire, soit près de 25 % de plus que la rénovation des
bâtiments les plus énergivores selon le niveau d’exigence de la réglementation thermique
existant « élément par élément ». L’application des gestes de travaux « Intermédiaire » et
« Maximal » permet, quant à eux, d’atteindre des gains de plus de 40 % en énergie finale et
de 35 % en énergie primaire. Les écarts constatés entre les gains obtenus par ces deux
gestes sont inférieurs à 5 %, dénotant ainsi l’incompressibilité des consommations au-delà
d’un certain seuil de rénovation.

p. 38
38
Figure 14 - Evolution relative du poids des usages de l'énergie dans la consommation selon le
bouquet de travaux - (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
100%

90%
23% 25%
80% 34%
40% 44%
70%
19%
20%
60%
21%
50% 12%
13% 23%
40% 25%
12%
30%
14%
20% 44% 40% 16%
31%
10% 20%
13%
0%
Initial Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal

Chauffage ECS Electricité spécifique Cuisson Autre

L’application des bouquets de travaux engendre l’évolution du poids des usages de l’énergie
dans la consommation, et donc un déplacement des enjeux de réduction. En effet, les
usages de cuisson et d’électricité spécifique représentent 69 % des consommations
d’énergie finale après application du geste « Maximal », contre 13 % pour l’usage de
chauffage. Ainsi, les usages non touchés par les bouquets de travaux (cuisson, bureautique,
process, froid alimentaire…) deviennent des enjeux grandissants en termes de réduction des
consommations énergétiques et des émissions de GES.
En effet, les réductions des émissions de GES engendrées par l’application des gestes de
travaux ne permettent pas d’atteindre l’objectif du facteur 4. Celui-ci ne pourra être
envisagé qu’en couplant les bouquets de travaux décrits dans le cadre de cette étude avec
des gestes d’amélioration portant sur l’usage de cuisson (représentant 46 % des émissions
de GES après application du geste « Maximal »).

p. 39
39
De grandes disparités peuvent être constatées entre les effets de chacun des gestes de
travaux selon l’activité considérée.

Geste « Modeste bâti »

Ce geste concerne uniquement les bâtiments dont les enveloppes bâties ne respectent pas
le niveau d’exigence de la réglementation thermique « Elément par élément », soit 79 % des
surfaces du parc.
L’application du geste « Modeste bâti », consistant à mener une action uniquement sur
l’enveloppe des bâtiments afin de réduire les déperditions de chaleur, aura uniquement un
impact sur les consommations de chauffage (et dans une moindre mesure sur les
consommations d’auxiliaires de chauffage), contrairement à l’application des autres gestes,
associant un changement des systèmes de production à l’isolation des parois, qui
permettront de réaliser des gains sur les consommations de chauffage, climatisation,
auxiliaires ventilation et éclairage.
Ainsi, les gains réalisés par la mise en œuvre de ce geste s’expliquent à la fois par
l’importance du parc concerné, le poids de la consommation de chauffage dans les
consommations totales des bâtiments et par leur morphologie (importance du rôle des
déperditions par les parois dans la consommation énergétique).
Les gains de 4 % et 5 % observés sur les consommations d’énergie finale des hôtels avec
restaurants et les restaurants sont le fait respectivement d’un parc concerné par ce geste de
travaux faible (37 % des surfaces chauffées) et d’une majorité d’établissements (66% des
surfaces chauffées) situés en rez-de-chaussée d’immeubles présentant donc peu de parois
déperditives (plancher bas, façade avant et arrière uniquement).
Il est à noter que les cafés cantines traiteurs sont des établissements également situés en
rez-de-chaussée d’immeubles, cependant leur petite taille maximise l’importance des
déperditions de chaleur par la façade vitrée. Le remplacement de celle-ci par du vitrage
performant aura pour effet une réduction de 17 % des consommations d’énergie finale de
ces établissements.

Geste « Modeste système »

Le changement des systèmes de production pour des plus performants concernera les
équipements de production de chauffage, climatisation, auxiliaires (pompes de distribution),
ventilation, éclairage et Eau Chaude Sanitaire (ECS).
L’amélioration des systèmes de production permet d’atteindre des gains importants sur les
consommations énergétiques quelle que soit l’activité considérée (gains compris entre 29%
et 37 % par rapport aux consommations initiales d’énergie finale). Cependant, les gains les
plus élevés sont observés dans les établissements dont l’usage de chauffage est
prépondérant (cafés, cantines, traiteurs et hôtels sans restaurants).
Enfin, il est important de noter que ce geste est envisagé uniquement pour isoler et
quantifier l’effet des performances des systèmes de production sur les consommations
énergétiques du parc. Ainsi, il sera préférable d’isoler thermiquement les bâtiments avant de
préconiser une amélioration des systèmes.

p. 40
40
Gestes « Intermédiaire » et « Maximal »

L’application des gestes de travaux « Intermédiaire » et « Maximal » permet d’atteindre des


réductions des consommations énergétiques dans des proportions comparables quelle que
soit l’activité concernée. Seules les activités hôtels sans restaurants et cafés cantines
traiteurs se démarquent avec des gains plus élevés (entre 53 % et 60 % pour le geste
« Maximal ») du fait d’une part de leur consommation liée au chauffage supérieure à celle
des restaurants et des hôtels avec restaurants.
Enfin, l’application des bouquets de travaux souligne l’incompressibilité des consommations
énergétiques, rapidement atteinte à cause de l’importance des consommations de cuisson
(44 % des consommations totales d’énergie finale après application du geste « Maximal »)
ne faisant pas l’objet de geste d’amélioration.

Tableau 22 - Consommations d’énergie finale selon l’activité et le bouquet de travaux appliqué,


en GWhEF/an – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

En GWhEF/an Etat initial Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal

Cafés, cantines, traiteurs 1 014,7 837,3 642,8 492,9 477,2


Hôtels avec restaurants 1 986,6 1 902,0 1 388,5 1 187,2 1 079,9
Hôtels sans restaurants 752,9 670,7 479,5 322,0 302,1
Restaurants 2 732,0 2 593,4 1 943,0 1 787,9 1 622,1
Total 6 486,2 6 003,4 4 453,7 3 790,1 3 481,4
Gain par rapport à l’état
- -7 % -31 % -42 % -46 %
initial

Tableau 23 - Consommations d’énergie primaire selon l’activité et le bouquet de travaux


appliqué, en GWhEP/an – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

En GWhEP/an Etat initial Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal

Cafés, cantines, traiteurs 1 517,0 1 295,5 1 030,4 832,3 811,8


Hôtels avec restaurants 3 102,7 3 005,0 2 285,9 2 058,6 1 937,5
Hôtels sans restaurants 1 099,5 1 000,9 737,3 549,8 527,5
Restaurants 4 825,1 4 607,3 3 548,9 3 288,4 3 011,8
Total 10 544,4 9 908,6 7 602,6 6 729,2 6 288,5
Gain par rapport à l’état
- -6 % -28 % -36 % -40 %
initial

p. 41
41
► A n a l y se p a r é n e r g i e
Tableau 24 - Consommations d’énergie finale par énergie selon le bouquet de travaux appliqué
(en GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

En GWhEF/an Etat initial Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal

Electricité 2 568,4 2 471,7 1 993,0 1 860,2 1 776,7


Gaz de réseau 2 089,0 1 878,6 1 290,2 1 087,0 981,8
Fuel 794,8 694,8 431,1 258,4 207,2
RCU 753,1 687,6 475,7 331,3 264,5
Autres 280,8 270,7 263,7 253,2 251,0
Total 6 486,2 6 003,4 4 453,7 3 790,1 3 481,4
Gain par rapport à l’état
- -7 % -31 % -42 % -46 %
initial
Tableau 25 - Emissions de GES par énergie consommée selon le bouquet de travaux appliqué (en
kteqCO2/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

En kteqCO2/an Etat initial Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal

Electricité 240,5 222,7 174,2 147,8 130,6


Gaz de réseau 422,0 379,5 260,6 219,6 198,3
Fuel 215,4 188,3 116,8 70,0 56,2
RCU 152,0 138,8 96,0 66,6 53,2
Autres 59,4 58,3 57,5 56,2 56,0
Total 1 089,3 987,5 705,1 560,2 494,3
Gain par rapport à l’état
- -9 % -35 % -49 % -55 %
initial

Les gains réalisés selon l’énergie consommée lors de l’application des gestes de travaux
dépendent fortement de la structure par usage des consommations. Les gains les plus
importants porteront sur les énergies avant tout employées pour des usages thermiques11
(gain de 74 % sur la consommation de fuel et 65 % pour le réseau de chauffage urbain lors
de l’application du geste de travaux « Maximal »). L’énergie électrique et le gaz de réseau ne
présentent donc que des réductions modestes des consommations (respectivement 46 % et
53 % pour le geste « Maximal ») du fait des consommations liées aux usages thermiques
relativement faibles (les usages de chauffage, climatisation et ECS ne représentent que 19 %
des consommations initiales d’électricité et 37 % des consommations de gaz de réseau) et
de l’absence d’amélioration des consommations de cuisson et de froid alimentaire.
De plus, il est à noter que les gains observés sur les énergies autres sont faibles, l’usage de
cuisson (GPL) étant responsable de plus de 80 % de ces consommations.

Enfin, après l’application du geste « Maximal », les consommations de gaz de réseau et de


fuel sont à l’origine de la moitié des émissions de GES. Cette observation souligne
l’importance de réaliser des substitutions énergétiques dans le but de diviser par quatre les
émissions de GES.

11
Usages thermiques : chauffage, climatisation, ECS

p. 42
42
► A n a l y se p a r u s a g e

Une partie des usages énergétiques n’est pas touchée par les gestes de travaux appliqués au
parc de cafés, hôtels et restaurants. Ce sera le cas pour les usages de :
 cuisson ;
 froid alimentaire ;
 bureautique et process ;
 autres usages.
Les consommations de ces usages après l’application des gestes de travaux ne donneront
donc pas lieu à une analyse.

 Chauffage

Les gains réalisés sur la consommation d’énergie de chauffage sont sensibles à la fois à la
qualité thermique du bâti, au niveau de performance des systèmes de production de chaleur
et de ventilation ainsi qu’aux caractéristiques morphologiques des bâtiments.
Tableau 26 - Consommations d'énergie finale liées à l'usage de chauffage selon le geste de
travaux (en GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

En GWhEF/an Etat initial Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal

Cafés, cantines, traiteurs 534,2 368,1 238,9 102,3 87,8


Hôtels avec restaurants 856,9 777,5 454,9 262,5 157,4
Hôtels sans restaurants 405,8 329,2 213,0 64,3 44,7
Restaurants 1 045,4 916,4 479,0 336,6 179,9
Total 2 842,3 2 391,3 1 385,8 765,7 469,8
Gain par rapport à l’état
- -16 % -51 % -73 % -83 %
initial

L’application du geste « Modeste bâti » ne permet d’atteindre qu’un gain relativement


faible sur les consommations d’énergie finale de chauffage des cafés, hôtels et restaurants
et des réductions très hétérogènes selon l’activité concernée. En effet, l’application partielle
de ce geste aux hôtels avec restaurants et les déperditions thermiques par les parois limitées
dans les restaurants (établissements de taille moyenne situés en rez-de-chaussée
d’immeubles) expliquent des gains peu élevés (respectivement 9 % et 12 %), à l’inverse des
cafés cantines traiteurs, établissements de petite taille aux déperditions thermiques par les
parois importantes (gain de 31 % par rapport à l’état initial).

Les gains observés lors de l’application du geste « Modeste système » soulignent la


sensibilité de la consommation de chauffage de ces établissements d’une part au
renouvellement de l’air et à la performance des systèmes de production d’autre part. En
effet, les besoins en ventilation hygiénique élevés de ces établissements recevant du public
représentent le premier poste de déperdition thermique, pouvant être réduites de manière
très significative lors de l’installation généralisée de systèmes à récupération de chaleur.

Enfin, l’effet combiné d’une rénovation du bâti volontariste ainsi qu’une amélioration des
systèmes de production permet d’atteindre des gains de plus de 70 % pour les gestes de
travaux d’exigence « Intermédiaire » et de plus de 80% pour l’exigence « Maximal ».

p. 43
43
 Eau Chaude Sanitaire (ECS)

Tableau 27 - Consommations d'énergie finale liées à l'usage d’ECS selon le geste de travaux (en
GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

En GWhEF/an Etat initial Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal

Cafés, cantines, traiteurs 98,9 98,9 64,3 64,3 64,3


Hôtels avec restaurants 325,6 325,6 229,5 229,5 229,5
Hôtels sans restaurants 147,1 147,1 105,1 105,1 105,1
Restaurants 222,0 222,0 142,2 142,2 142,2
Total 793,8 793,8 541,0 541,0 541,0
Gain par rapport à l’état
- 0% -32 % -32 % -32 %
initial

Les gains réalisés sur les consommations d’Eau Chaude Sanitaire (ECS) sont uniquement le
fruit de l’amélioration des performances des systèmes de production. Ainsi, le gain sera
identique pour les gestes de travaux « Modeste système », « Intermédiaire » et « Maximal ».
Les réductions des consommations pour chacune des activités sont fonction des parts de
marché des énergies d’ECS ; le remplacement des systèmes électriques entraînant une
amélioration du rendement plus importante que pour les autres énergies.

 Electricité spécifique

Sont regroupés dans l’électricité spécifique, les consommations liées aux usages d’auxiliaires
ventilation, d’éclairage, de froid alimentaire, de bureautique et process et des usages autres
de l’électricité.

Tableau 28 - Consommations d'énergie finale liées aux usages spécifiques de l’électricité et de


climatisation selon le geste de travaux (en GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

En GWhEF/an Etat initial Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal

Cafés, cantines, traiteurs 176,4 165,0 134,4 121,2 120,0


Hôtels avec restaurants 401,7 396,4 301,8 292,9 290,7
Hôtels sans restaurants 164,0 158,4 125,5 116,6 116,4
Restaurants 495,0 485,5 352,2 339,7 330,6
Total 1 237,1 1 205,4 913,9 870,4 857,6
Gain par rapport à l’état
- -3 % -26 % -30 % -31 %
initial

Le gain réalisé lors de l’application des bouquets de travaux d’exigence « Modeste bâti » est
causé par la diminution de la consommation des auxiliaires de chauffage liée à une
utilisation des systèmes de production de chaleur moindre. Ce gain est diminué dans une
certaine mesure par l’augmentation des consommations de climatisation liée au
confinement des bâtiments du fait de leur isolation et de ventilation du fait de la
généralisation des systèmes à double flux.

p. 44
44
Le changement de l’ensemble des systèmes permet d’atteindre un gain de 26 %. Les
consommations de climatisation et d’éclairage présentant les gisements les plus significatifs
(respectivement 52 % et 65 %).
Enfin, des gains élevés sont observés sur les consommations d’auxiliaires ventilation du fait
des systèmes énergivores utilisés pour la distribution de la chaleur dans les locaux (débits
d’air constant) dont la consommation diminue de concert avec celle de l’usage de chauffage.

Tableau 29 - Consommations d'énergie finale liées aux usages spécifiques de l’électricité et de


climatisation par usage et selon le geste de travaux (en GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)

En GWhEF/an Etat initial Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal

Climatisation 128,9 130,9 62,0 79,8 95,1


Auxiliaires ventilation 368,1 334,3 364,6 303,4 275,2
Eclairage 388,1 388,1 135,3 135,3 135,3
Froid alimentaire 201,8 201,8 201,8 201,8 201,8
Bureautique et process 26,9 26,9 26,9 26,9 26,9
Autre 123,3 123,3 123,3 123,3 123,3
Total 1 237,1 1 205,4 913,9 870,4 857,6
Gain par rapport à l’état
- -3 % -26 % -30 % -31 %
initial

p. 45
45
Coûts

Les coûts fournis dans les tableaux qui suivent sont exprimés en millions d’euros hors taxe
pour l’année 2009. Chaque bouquet de travaux a été chiffré en prenant en compte le coût
des matériaux d’isolation et/ou du changement des systèmes (main d’œuvre et coûts de
dépose compris sans travaux de finition et coûts induits). Afin d’exprimer de la façon la plus
pertinente possible les coûts engendrés par l’application des bouquets de travaux, une
estimation constituée d’un coût minimal et maximal est proposée. Cette évaluation
économique permettra donc de fournir un ordre de grandeur et de relativiser les gains en
termes de consommation énergétique exposés ci-dessus. Enfin, il est à noter que les coûts
présentés sont directement dépendants de l’importance du parc concerné par chacun des
bouquets de travaux (voir Parc concerné).
Tableau 30 - Estimation haute et basse des coûts induits par l'application des bouquets de
travaux selon l’activité (en millions d’euros HT) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal
Estimation Basse Haute Basse Haute Basse Haute Basse Haute
Cafés, cantines, traiteurs 565,1 689,8 335,9 429,4 937,8 1 170,4 1 050,8 1 311,2
Hôtels avec restaurants 308,4 368,1 732,8 964,2 1 948,9 2 435,4 2 818,0 3 294,3
Hôtels sans restaurants 296,3 358,2 289,0 382,1 692,8 880,7 979,3 1 185,4
Restaurants 535,3 703,4 818,7 1 064,0 1 750,1 2 238,3 2 350,3 3 011,2
Total 1 705,0 2 119,6 2 176,3 2 839,6 5 329,6 6 724,8 7 198,5 8 802,1

L’analyse des coûts totaux selon les bouquets de travaux réalisés met en exergue les écarts
faibles existants entre les coûts de mise en œuvre des gestes « Modeste bâti » et « Modeste
système ». Cependant, l’amélioration des systèmes de production permet d’économiser
quatre fois plus d’énergie finale.
Le coût élevé du geste « Modeste bâti » s’explique par l’importance du vitrage pour les cafés
hôtels restaurants, dont la réhabilitation est plus onéreuse que pour les parois opaques. De
plus, les coûts induits par le geste « Modeste système » soulignent les coûts élevés des
systèmes de production équipant ces établissements, de par leur taille et leur performance.

Enfin, les coûts unitaires (par mètre carré concerné par l’application des gestes de travaux)
sont relativement homogènes selon l’activité considérée, pour les gestes « Modeste
système », « Intermédiaire » et « Maximal ».

Tableau 31 - Estimation haute et basse des coûts induits par l'application des bouquets de
travaux selon la branche d’activité (en €HT/m² touché) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal
Estimation Basse Haute Basse Haute Basse Haute Basse Haute
Cafés, cantines, traiteurs 215 262 128 163 356 445 399 498
Hôtels avec restaurants 162 194 145 190 385 481 556 650
Hôtels sans restaurants 164 199 144 190 344 437 486 589
Restaurants 88 115 134 174 286 366 384 492
Total 137 170 138 179 337 425 455 556

p. 46
46
Rentabilité

Afin de mettre en balance les gains de consommation annoncés selon les gestes de travaux
appliqués à leur évaluation économique, le coût du kWh économisé sur une période de 30
ans a été estimé. Ce rapide calcul permet de mettre en exergue les gestes de travaux les plus
rentables selon la branche d’activité considérée (en énergie et économiquement).
Tableau 32 - Coût du kWh EF économisé sur 30 ans (HT/kWhEF économisé) – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)
Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal
Estimation Basse Haute Basse Haute Basse Haute Basse Haute
Cafés, cantines, traiteurs 0,11 0,13 0,03 0,04 0,06 0,07 0,07 0,08
Hôtels avec restaurants 0,12 0,15 0,04 0,05 0,08 0,10 0,10 0,12
Hôtels sans restaurants 0,12 0,15 0,04 0,05 0,05 0,07 0,07 0,09
Restaurants 0,13 0,17 0,03 0,04 0,06 0,08 0,07 0,09
Total 0,12 0,15 0,04 0,05 0,07 0,08 0,08 0,10

Le geste « Modeste système » s’avère être le plus rentable au regard des coûts du kWh évité
estimés pour l’ensemble des gestes. Ce geste permet de gagner les kWh les plus facilement
économisables, qui sont aussi les moins onéreux.
Le geste « Intermédiaire », apparaît également rentable, comparativement au geste
« Maximal », et permet d’atteindre qu’une diminution globale des consommations
énergétiques de 42 %, soit en adéquation avec les objectifs réglementaires à horizon 2020
(amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments de 20 %, et réduction des
consommations des usages réglementaires de 38 %).
Enfin, le geste « Maximal », dont le gain sur les consommations d’énergie finale est plus
élevé de 4 points à celui entraîné par l’application du geste « Intermédiaire » (46 % de gain
contre 42 %), souligne l’effort financier à fournir pour économiser ces derniers kWh.

L’analyse des économies d’énergie réalisées par euro investi fait ressortir également le
rendement élevé des gestes de travaux « Modeste système » et « Intermédiaire »
comparativement aux deux autres gestes. Ainsi, pour un euro investi, le geste de travaux
« Modeste système » permet d’économiser plus d’énergie que les autres gestes, cependant
le gisement total atteignable lors de la réalisation des travaux est nettement inférieur (de
près d’un tiers) à celui identifié pour le geste « Intermédiaire ».

Tableau 33 - Economies d'énergie réalisées par euro investi (en kWh/€HT) – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)
Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal
Estimation Basse Haute Basse Haute Basse Haute Basse Haute
Cafés, cantines, traiteurs 0,31 0,26 1,11 0,87 0,56 0,45 0,51 0,41
Hôtels avec restaurants 0,27 0,23 0,82 0,62 0,41 0,33 0,32 0,28
Hôtels sans restaurants 0,28 0,23 0,95 0,72 0,62 0,49 0,46 0,38
Restaurants 0,26 0,20 0,96 0,74 0,54 0,42 0,47 0,37
Total 0,28 0,23 0,93 0,72 0,51 0,40 0,42 0,34

p. 47
47
À partir des coûts induits par les gestes de travaux, peuvent être calculés, à titre illustratif,
les temps de retour sur investissement « brut ». Ceux-ci correspondent à une estimation du
temps de retour sans aucune aide financière, et à prix de l’énergie constant. Ils permettent
donc d’apprécier l’efficacité de chacun des gestes de travaux.
De plus, dans le but d’observer la sensibilité des temps de retour sur investissement aux
évolutions du prix de l’énergie, deux hypothèses de prix ont été élaborées selon les
évolutions des prix prévues par l’AIE et l’ADEME12 aux horizons 2020 et 2030 (prix 2020 et
prix 2030). Il est important de noter que les estimations réalisées sont statiques, et
correspondent uniquement à l’adoption dès à présent des prix estimés aux horizons 2020 et
2030 (hors inflation).
Tableau 34 - Temps de retour sur investissement « Brut » (en année) – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain)
Modeste bâti Modeste système Intermédiaire Maximal
Estimation Basse Haute Basse Haute Basse Haute Basse Haute
Prix actuels (2011) 54 67 16 20 29 37 35 43
Prix 2020 46 57 13 17 24 31 29 36
Prix 2030 40 50 12 15 21 27 26 32

Les temps de retour sur investissement observés s’avèrent relativement élevés (supérieurs à
29 ans pour le geste « Intermédiaire »). Ils soulignent donc l’importance des
investissements à réaliser dans l’optique d’une réduction significative des consommations
énergétiques d’une part, ainsi que la nécessité de mettre en œuvre des outils d’ingénierie
financière incitatifs (tiers investissements, Contrats de Performance Energétique…).

Les évolutions prévues à horizon 2020 des prix de l’énergie (augmentation de 17 % pour
l’électricité, de 16 % pour le gaz et de 2 6% pour le fuel) permettent de réduire le retour sur
investissement de plus de 15 %, soit environ 6 ans quel que soit le geste de travaux appliqué
(à l’exception du geste « Modeste système » au temps de retour plus rapide).
Les prix de l’énergie correspondant aux évolutions prévues à horizon 2030 (augmentation de
35 % du prix actuel de l’électricité, 28 % de celui du gaz et 46 % de celui du fuel) permettent
de réduire le temps de retour sur investissement de 10 à 11 ans en moyenne.

12
Hypothèses d’évolution des prix de l’énergie, AIE et ADEME, 2010 (voir annexe), hors inflation

p. 48
48
A retenir :
L’application des bouquets de travaux met en lumière les potentiels d’économies
d’énergie atteignables. Les bouquets de travaux « Intermédiaire » et « Maximal »
permettent de réaliser des gains élevés sur les consommations d’énergie et les
émissions de GES. Cependant, leur mise en œuvre souligne à la fois la difficulté à
atteindre une division par quatre des émissions de GES sans réaliser de
substitutions énergétiques ; et la nécessité d’étudier les potentiels d’économies
atteignables sur l’usage de cuisson.

Les gestes de travaux « Modeste système » est le plus rentable, présentant un


temps de retour sur investissement inférieur à 20 ans. Cependant sa mise en
œuvre n’entraîne pas des gains énergétiques assez élevés pour prétendre
atteindre les objectifs réglementaires (-38% sur les consommations d’énergie
primaire en 2020, facteur 4 en 2050) tout en risquant de tuer le gisement. Il est
donc préférable de mettre en œuvre le bouquet de travaux « Intermédiaire » à la
rentabilité supérieure à celle du geste « Maximal ».

Le geste « Intermédiaire » en quelques chiffres clés :


 Gain de 42 % sur la consommation d’énergie finale
 Gain de 49 % sur les émissions de GES
 Coût de mise en œuvre compris entre 5,3 et 6,7 milliards d’euros HT
 Coût unitaire compris entre 337 et 425 euros HT/m²
 Coût du kWh évité sur 30 ans compris entre 7 et 8 centimes d’euros HT

p. 49
49
Scénarios prospectifs

Méthode et hypothèses structurantes


Trois scénarios prospectifs ont été élaborés :
 Un scénario « Au fil de l’eau » symbolisant une continuité avec les consommations
actuelles et comprenant l’application des mesures réglementaires existantes
 Un scénario « -20 % » montrant l’effort à fournir afin de respecter l’engagement
d’améliorer l’efficacité énergétique du parc, soit une réduction des consommations
d’énergie finale de 20 %, à l’horizon 2020 par rapport à leur niveau de 2009
 Un scénario « -38 % » visant à atteindre une réduction de 38 % à horizon 2020 des
consommations des usages réglementés (chauffage, climatisation, auxiliaires et
ventilation, éclairage, ECS) des bâtiments existants en 2009. De plus, ce scénario
tendra à respecter l’objectif du facteur 4, à savoir une division par quatre des
émissions de gaz à effet de serre (GES) à horizon 2050 par rapport à leurs niveaux de
199013.
Il est important de noter que ces scénarios ont été développés spécifiquement pour les
besoins de cette étude, et ne correspondent pas à ceux du SRCAE14 de la Région Île-de-
France (même si certaines hypothèses ont été reprises).
L’élaboration des scénarios prospectifs se base sur le chemin méthodologique fourni dans le
schéma ci-dessous.
Ainsi, les surfaces chauffées, les consommations énergétiques et les émissions de gaz à effet
de serre des cafés hôtels et restaurants évoluent chaque année selon quatre facteurs :
 le taux de sortie du parc ;
 le taux d’entrée dans le parc ;
 le taux et le niveau d’exigence de la réhabilitation ;
 le taux de rotation des systèmes.

L’ensemble de ces facteurs varie selon l’année et le territoire considéré. Dans les parties qui
suivent, seront présentées les hypothèses structurantes retenues pour ces facteurs et
regroupées en trois parties :
 évolution du parc ;
 bâtiments entrant dans le parc, détaillant les caractéristiques retenues pour les
bâtiments construits durant la période 2010-2050 lors de leur entrée dans le parc
(année n) ;
 bâtiments existants, discrétisant les hypothèses retenues quant aux évolutions des
bâtiments faisant partie du parc à l’année n-1 (parts de marché des énergies,
réhabilitations…).

13
Les émissions de gaz à effet de serre du secteur tertiaire n’étant pas connues pour l’année 1990, le
facteur 4 sera définit dans le cadre de cette étude comme une division par quatre des émissions de gaz à
effet de serre à horizon 2050 par rapport à leurs niveaux de 2009
14
Schéma Régional Climat Air Energie

p. 50
50
Méthodologie d’élaboration des scénarios prospectifs
Actions sur le parc existant
Changements de systèmes Réhabilitation thermique PARC (Année N)

Durée de vie des Loi Grenelle Surfaces construites (N), besoins (N) Surfaces construites (N+1), besoins (N+1),
systèmes consommations (N), et émissions(N) par consommations (N+1), et émissions (N+1) par
- Activité - Activité
- Département - Département
Type de réhabilitation Surface réhabilitée :
- Energie (N) - Energie (N)
par :
- Activité - Usage - Usage
Nombre de systèmes modifiés par :
- Activité
- Activité
- Energie (Année N)

Construction neuve
Surfaces construites (N), besoins (N+1) consommations de Données INSEE Données SITADEL
Matrice de transfert des chauffage (N+1), et émissions (N+1) par Surfaces construites, besoins
systèmes et consommations par : Projections Données de construction
- Activité
Activité démographiques neuve pour la période
- Département -
1990 -2011 :
- Energie (N) - Département départementales
- Usage - Energie - Département
- Activité

Surfaces
Rendements des systèmes neufs tertiaires
construites par
- Activité département Répartition de la
- Energie construction neuve
par :
Sorties de parc - Activité
- Département

Facteurs d’émissions par Surfaces sortantes, besoins et


consommations par :
- Energie Seuils de besoin d’énergie
- Usage - Activité maximal exprimés en kWh par
- Activité
- Energie Réglementations
- Usage thermiques
Caractéristiques des systèmes neufs p. 51
Loi Grenelle
51
Evolution du parc

Les taux de sortie et d’entrée du parc sont dépendants de la démographie et de l’activité


économique des territoires, et seront donc communs à l’ensemble des scénarios présentés.

► T a u x d e s or t i e d u p a r c

Le taux de sortie du parc symbolise la part de surfaces tertiaires détruite ou sortie du parc
suite à un changement de fonction des bâtiments par rapport au parc existant. Les taux de
sortie retenus sont ceux élaborés dans le cadre du SRCAE de la Région Île-de-France.
Il est à noter que seuls les bâtiments construits avant 2010 peuvent faire l’objet d’une sortie
du parc. Faute de données, un même taux de sortie sera appliqué à l’ensemble des cafés,
hôtels et restaurants. La valeur retenue sera de 0.06 %, soit entre 9 000 et 10 000 m² de
surfaces chauffées annuellement.

► Taux d’entrée dans le parc

Le taux d’entrée dans le parc symbolise le rythme de construction annuel de nouveaux cafés,
hôtels et restaurants par rapport au parc existant. Les taux d’entrée ont été construits à
partir du rythme de construction observé sur la période 1987-201115 et extrapolés pour les
périodes suivantes au regard des prévisions démographiques par territoire de l’INSEE16. Il est
à noter que les taux d’entrée dans le parc retenus sont en adéquation avec ceux du SRCAE.

Tableau 35 - Taux d'entrée annuels et surfaces neuves, en m²

Surfaces moyennes
Taux d’entrée
d’entrée annuelle
Paris 0,16 % 12 000
Petite couronne 0,68 % 29 000
Grande couronne 0,73 % 28 000
Total 0,44 % 69 000

15
Données issues de la base SITADEL
16
Evolution de la population départementale entre 2009 et 2040 (Projections scénario central), INSEE

p. 52
52
Bâtiments entrant dans le parc

La partie qui suit fait état des hypothèses retenues concernant les performances attendues
par usage et les parts de marché des énergies du parc de bâtiments construits durant la
période 2010-2050, lors de leur entrée dans le parc.

► Chauffage

Les bâtiments entrant dans le parc après 2009 sont considérés comme respectueux des
réglementations thermiques en vigueur pour les bâtiments neufs. Ainsi, les réglementations
2005 et 2012 seront appliquées pour les bâtiments construits respectivement entre 2010 et
2012, puis entre 2013 et 2020. Les bâtiments entrant dans le parc après 2020 sont
considérés à énergie positive. Il est à noter que les systèmes de chauffage équipant les
bâtiments construits après 2009 sont considérés comme les plus performants du marché de
la période d’entrée dans le parc.
Les parts de marché des énergies de chauffage retenues pour les bâtiments construits après
2009 sont les suivantes :

Tableau 36 - Parts de marché surfaciques des énergies de chauffage dans les bâtiments entrant
dans le parc selon le scénario - Bâtiments entrants

« Au fil de
« -20 % » « -38 % »
l’eau »
RCU 50 % 50 % 55 %
Gaz classique 20 % 20 % 0%
Gaz performant 0% 0% 10 %
Fuel 0% 0% 0%
Electricité effet Joule 10 % 10 % 0%
Electricité performant 20 % 20 % 30 %
Biomasse 0% 0% 5%
Autres 0% 0% 0 %
Total 100 % 100 % 100 %

Les bâtiments entrant dans le parc après 2009 sont avant tout chauffés avec du réseau de
chauffage urbain et des systèmes électriques performants.

La dénomination « Electrique performant » recouvre l’ensemble des systèmes de


production de chauffage électriques fonctionnant à partir de récupération de
chaleur (Pompes à Chaleur, Débits Réfrigérants Variables, Rooftop…), leur
permettant ainsi d’atteindre des performances élevées.

La dénomination « Gaz performant » désigne les différentes technologies de


pompes à chaleur fonctionnant au gaz de réseau, « Gaz classique » désignant les
chaudières centralisées gaz (à condensation ou non).

p. 53
53
► Eau Chaude Sanitaire (ECS)

Les systèmes de production d’ECS sont considérés comme les plus performants du marché
de la période d’entrée dans le parc.
Les parts de marché des énergies d’ECS suivent celles du chauffage, à l’exception des
bâtiments équipés en ECS solaire thermique.
Enfin, les besoins en ECS sont considérés constants à horizon 2050.
Les parts de marché surfaciques du solaire thermique sont estimées plus élevées pour les
hôtels que pour les autres établissements de la branche, prenant ainsi en compte les
différences de typologies bâties et les différents usages en termes de besoins.

Tableau 37 - Parts de marché surfaciques de l'énergie solaire thermique pour les bâtiments
entrant dans le parc selon le scénario - Bâtiments entrants

Part de marché
Scénario Activités
surfacique
Hôtels 10 %
« Fil de l’eau »
Autres établissements 5%
Hôtels 20 %
« -20% »
Autres établissements 5%
Hôtels 40 %
« -38% »
Autres établissements 5%

Le taux de couverture du besoin retenu est de 55 %. Ainsi, pour un bâtiment équipé en


panneaux solaires thermiques, 45 % du besoin annuel en ECS sera assuré par une énergie
d’appoint, considérée comme celle utilisée pour les besoins de chauffage, ou à défaut
électrique.

► E c l a i r a g e , f r oi d a l i m e n t a i r e e t c l i m a t i sa t i o n

Les taux d’équipement et leurs évolutions sont les mêmes que ceux retenus pour le parc de
bâtiments construits avant 2010. Seules les performances des équipements sont distinctes,
en considérant ceux équipant les bâtiments construits après 2009 comme les plus
performants du marché.

► V e n t i l a t i on

Le taux d’équipement est le même que celui considéré pour les bâtiments construits avant
2010. L’ensemble des bâtiments est équipé en systèmes de ventilation performants. Il est
cependant à noter que des gains énergétiques sont considérés sur ces systèmes (moteurs
plus performants, systèmes freecooling…) pour les scénarios « -20 % » et « -38 % ». Ainsi,
pour ces scénarios, les consommations unitaires de ventilation seront inférieures de 10 % à
celles retenues pour les bâtiments construits après 2009 du scénario « Au fil de l’eau».

► C u i s s o n , b u r e a u t i q u e e t p r oc e s s , u s a g e s « a u t r e s »

Du fait du manque de connaissances concernant la composition des consommations de ces


usages ainsi que de leurs évolutions, les taux d’équipement et les consommations unitaires
sont considérés constants par rapport aux bâtiments construits avant 2010.

p. 54
54
Bâtiments existants

Les bâtiments existants recouvrent l’ensemble des bâtiments présents à l’année n-1,
excluant ceux entrant à l’année n.

► R é h a bi l i t a t i o n t h e r m i q u e
Tableau 38 - Taux annuels de réhabilitation et gains engendrés sur le besoin en énergie de
chauffage selon le scénario et la période de mise en œuvre

2010-2012 2013-2020 2021-2050

Parc construit avant 2009 2% 2% 2%


Parc construit entre 2010
0% 0% 0%
et 2020
« Au fil de Parc construit après 2020 0% 0% 0%
l’eau » Intermédiaire
Geste appliqué Modeste bâti Modeste bâti
Partiel
Diminution du besoin
15 % 15 % 35 %
entraîné
Parc construit avant 2009 5% 5% 1,5 %
Parc construit entre 2010
0% 0% 0%
et 2020
« -20 % » Parc construit après 2020 0% 0% 0%
Geste appliqué Intermédiaire Intermédiaire Intermédiaire
Diminution du besoin
70 % 70 % 70 %
entraîné
Parc construit avant 2009 5% 5% 1,5 %
Parc construit entre 2010
0% 0% 0%
et 2020
« -38 % » Parc construit après 2020 0% 0% 0%
Geste appliqué Maximal Maximal Maximal
Diminution du besoin
80 % 80 % 80 %
entraîné

Les gestes d’amélioration de l’enveloppe bâtie et les gains obtenus sur le besoin en énergie
de chauffage cités dans le tableau sont ceux élaborés lors de la phase d’étude « Potentiels
d’économie d’énergie ».
Le geste Intermédiaire partiel symbolise une application partielle du bouquet de travaux
Intermédiaire, présentant donc une diminution du besoin plus faible.

p. 55
55
Tableau 39 Cumul des surfaces réhabilitées aux horizons 2020, 2030 et 2050 selon le scénario

2020 2030 2050

Total réhabilité, en
3 469 6 601 12 806
« Au fil de milliers de m²
l’eau » Part du parc construit
22 % 42 % 83 %
avant 2010 réhabilité
Total réhabilité, en
8 671 11 021 15 421
milliers de m²
« -20 % »
Part du parc construit
55 % 71 % 100 %
avant 2010 réhabilité
Total réhabilité, en
8 671 11 021 15 421
milliers de m²
« -38 % »
Part du parc construit
55 % 71 % 100 %
avant 2010 réhabilité

Le stock de surfaces réhabilitées est compris entre 12,8 et 15,4 millions de m² selon le
scénario considéré, en 2050.
Le scénario « Au fil de l’eau » présente le rythme de réhabilitation le plus faible, 22 % des
surfaces chauffées ayant fait l’objet d’une réhabilitation en 2020 contre 8 3% en 2050.
A l’inverse, les scénarios « -20 % » et « -38 % », aux rythmes de réhabilitation identiques,
permettent de réhabiliter en 2020 plus de la moitié des surfaces chauffées construites avant
2010, et l’intégralité du parc existant en 2050.

► D u r é e d e v i e d e s sy st è m e s de c h a uf f a g e e t d’ E C S

Les systèmes de chauffage et d’ECS équipant les bâtiments sont remplacés par de meilleures
technologies à la fin de leur durée de vie. Une durée de vie de 20 ans a été retenue pour
chacun de ces systèmes, à l’exception des échangeurs de chauffage urbain dont la durée de
vie est estimée à 40 ans.
Enfin, quel que soit le scénario considéré, des améliorations sont attendues sur les
performances des systèmes de chauffage et d’ECS permettant une augmentation
tendancielle des rendements de 20 % entre 2009 et 2020, puis de 5 % entre 2021 et 2050.
L’amélioration des rendements de l’ensemble des systèmes est donc de 25 % entre 2009 et
2050.

► P a r t s d e m a r c h é d e s é n e r g i e s de c h a uf f a ge l or s d u r e n o uv e l l e m e nt de s
sy st è m e s

Lors du renouvellement des systèmes en fin de vie, de nouvelles parts de marché sont
appliquées aux bâtiments pour l’usage de chauffage. Celles-ci permettent donc d’effectuer
des substitutions énergétiques au profit d’énergies aux systèmes plus performants ou moins
émettrices de gaz à effet de serre.

p. 56
56
Tableau 40 - Parts de marché surfaciques lors du renouvellement des systèmes en fin de vie

« Au fil de l’eau » « -20 % » « -38 % »

RCU 100 % RCU 100 % RCU 100 % RCU


20 % gaz Classique
40 % gaz performant
Gaz classique 100 % gaz classique 100 % gaz classique 35 % électricité
performant
5 % biomasse
Gaz performant 100 % gaz performant 100 % gaz performant 100 % gaz performant
50 % gaz classique 50 % gaz classique 20 % RCU
45 % électricité 45 % électricité 60 % électricité
Fuel
performant performant performant
5 % biomasse 5 % biomasse 20 % biomasse
75 % électricité effet 75 % électricité effet 30 % RCU
joule joule 60 % électricité
Electricité effet Joule
25 % électricité 25 % électricité performant
performant performant 10 % biomasse
100 % électricité 100 % électricité 100 % électricité
Electricité performant
performant performant performant
Biomasse 100 % biomasse 100 % biomasse 100 % biomasse
Autres 100 % biomasse 100 % biomasse 100 % biomasse

Les surfaces chauffées au réseau de chauffage urbain, au bois et avec des systèmes
électriques ou gaz performants conservent la même énergie lors du renouvellement des
systèmes.
Les scénarios « Au fil de l’eau » et « -20 % » partagent les mêmes hypothèses de substitution
énergétique. Les surfaces chauffées au gaz de réseau conservent la même énergie, tandis
que l’énergie fuel est entièrement substituée par des systèmes électriques performants, du
gaz et de la biomasse. De plus, 25 % des surfaces chauffées par des systèmes électriques à
effet joule sont équipées en systèmes électriques performants lors de leur renouvellement.

Enfin, un des objectifs du scénario « -38 % » est de tendre vers une division par quatre des
émissions de gaz à effet de serre à horizon 2050. Les substitutions énergétiques opérées
dans le cadre de ce scénario ont pour but de faire disparaître les consommations d’énergies
fossiles, fortement émettrices de gaz à effet de serre. Ainsi, le gaz classique sera substitué à
hauteur de 80 % par des systèmes électriques et gaz performants et du chauffage urbain. De
plus, afin d’augmenter l’efficacité énergétique, les systèmes à effet joule sont remplacés par
des systèmes électriques performants, du chauffage urbain et de l’énergie bois. Il en sera de
même pour les surfaces chauffées à l’énergie fuel.

Le modèle de scénarisation utilisé par Energies Demain ne permet pas de faire


disparaître intégralement une énergie de chauffage. C’est pour cette raison
qu’une infime part des surfaces sera encore chauffée avec les énergies fuel et
autres en 2050. Cependant, cette imprécision n’a aucune conséquence
dommageable sur les résultats de consommations et d’émissions de gaz à effet
de serre présentés dans ce rapport.

p. 57
57
► E a u c h a u d e sa n i t a i r e ( E C S )

Les systèmes de production d’ECS sont renouvelés au même rythme que ceux de chauffage,
et bénéficient des mêmes améliorations des rendements.
Les parts de marché des énergies d’ECS suivent celles du chauffage lors du renouvellement
des systèmes à l’exception des bâtiments équipés en ECS solaire thermique. Enfin, le besoin
en ECS est considéré constant entre 2010 et 2050.
Les parts de marché surfaciques du solaire thermique sont estimées plus élevées pour les
hôtels que pour les autres établissements de la branche, prenant ainsi en compte les
différences de typologies bâties et les différents usages en termes de besoins.
Tableau 41 - Parts de marché surfaciques de l'énergie solaire thermique pour les bâtiments
existants selon le scénario - Bâtiments existants

Part de marché
Scénario Activités
surfacique
« Au fil de Hôtels 10 %
l’eau » Autres établissements 5%
Hôtels 20 %
« -20 % »
Autres établissements 5%
Hôtels 40 %
« -38 % »
Autres établissements 5%

Le taux de couverture du besoin retenu est de 55 %. Ainsi, pour un bâtiment équipé en


panneaux solaires thermiques, 45 % du besoin annuel en ECS sera assuré par une énergie
d’appoint, considérée comme celle utilisée pour les besoins de chauffage, ou à défaut
électrique.

Les gains mobilisés pour les usages de climatisation, éclairage et ventilation sont ceux mis en
exergue lors de la partie « Potentiels d’économie d’énergie ».

► C l i m a t i sa t i on

L’évolution du parc climatisé et des consommations associées est peu documentée.


Cependant, le taux de climatisation des cafés, hôtels et restaurants est d’ores et déjà élevé,
et a été considéré constant sur la période 2010-2050.
Les performances unitaires des systèmes augmenteront tendanciellement quel que soit le
scénario considéré pour atteindre un gain unitaire de 40 % à horizon 2050, illustrant ainsi
une généralisation des équipements performants.

► Eclairage

Les consommations unitaires d’éclairage tendent à décroître tendanciellement du fait de la


pénétration des ampoules basse consommation et d’équipements permettant la maîtrise
des consommations (détecteurs de présence, minuteurs…)17. Ainsi, cette diminution des
consommations unitaires sera de 50 % à horizon 2050 pour le scénario « Au fil de l’eau »
contre 60% pour les scénarios « -20 % » et « -38 % ». L’ensemble du parc est considéré
comme équipé en systèmes performants en 2050 pour ces deux derniers scénarios.

17
Expertise Energies Demain et Centre Energétiques et Procédés de l’Ecole des Mines de Paris

p. 58
58
► V e n t i l a t i on

Les équipements de ventilation sont remplacés par des systèmes performants au fur et à
mesure de la réhabilitation des bâtiments. Ainsi, les consommations énergétiques liées à cet
usage augmenteront, du fait de l’utilisation d’équipements plus nombreux et plus puissants
(deux moteurs dans le cas des ventilations double flux).

► F r oi d a l i m e n t a i r e

La généralisation tendancielle des appareils frigorifiques performants (au minimum de classe


énergétique A) permet d’atteindre un gain maximal de 60% sur les consommations unitaires.
Ainsi, dans les scénarios «Au fil de l’eau » et « -20 % », l’ensemble du parc d’équipement
n’est pas considéré comme performant en 2050, les consommations unitaires de froid
alimentaire étant diminuées respectivement de 30 % et 50 %. A l’inverse du scénario « -38
% », où les performances unitaires des équipements augmenteront tendanciellement pour
atteindre un gain de 60 % en 2050, illustrant ainsi la généralisation de ces technologies18.

► C u i s s o n , b u r e a u t i q u e e t p r oc e s s , u s a g e s « a u t r e s »

Du fait du manque de connaissances concernant la composition des consommations de ces


usages ainsi que de leurs évolutions, les taux d’équipement et les consommations unitaires
sont considérés constants.
Cependant, il est important de noter que des gains peuvent être atteints sur les
consommations de ces usages, notamment pour l’usage de cuisson. Ceux-ci peuvent être
d’ordre comportemental (temps de fonctionnement des équipements de cuisson) ou
technique (remplacement des brûleurs, changement des plaques électriques, isolation des
fours…).

Tableau 42 - Synthèse des hypothèses structurantes du parc de bâtiments existants selon le


scénario et l’usage

« Au fil de l’eau » « -20 % » « -38 % »

Taux d’équipement Taux de climatisation des surfaces constants


Climatisation
Consommations unitaires Diminution de 40% par rapport à l’état initial
Taux d’équipement Constant
Eclairage
Consommations unitaires Diminution de 50 % Diminution de 60 %
Taux d’équipement Constant
Ventilation Hausse des consommations unitaires liée à l’utilisation
Consommations unitaires
d’équipements de ventilation performants
Taux d’équipement Constant
Froid alimentaire
Consommations unitaires Diminution de 30 % Diminution de 50 % Diminution de 60 %
Bureautique et process
Cuisson Taux d’équipement, performance et parts de marché constants
Autres

18
Expertise Energies Demain et Centre Energétiques et Procédés de l’Ecole des Mines de Paris

p. 59
59
Résultats détaillés – Evolution du parc
Les données de consommations et d’émissions présentées dans les parties qui suivent sont
corrigées du climat. Les consommations d’énergie sont exprimées en énergie finale par
défaut, sauf si le contraire est spécifié. Les données sont issues du Modèle ENERTER©
Tertiaire développé par Energies Demain.
Les émissions prises en compte dans la suite de ce document sont liées au fonctionnement
des bâtiments. Elles sont uniquement d’ordre énergétique (liées à la consommation
d’énergie finale). Enfin, les facteurs d’émission de GES sont considérés constants sur la
période 2010-2050.

Evolution surfacique du parc

L’évolution des surfaces du parc dépend à la fois des taux d’entrée et de sortie annuels
surfaciques retenus. Comme il a été rappelé précédemment, l’évolution surfacique du parc
est commune aux trois scénarios proposés dans cette étude.
Tableau 43 - Evolution des surfaces du parc tertiaire à horizon 2050 selon la période de
construction, en milliers de mètres carrés – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
20 000

18 000
Surfaces chauffées en milliers de mètres carrés

16 000

14 000

12 000

10 000

8 000

6 000

4 000

2 000

Avant 2010 2010-2012 2013-2020 2021-2050

Les surfaces chauffées des cafés, hôtels et restaurants augmentent par rapport à 2009 de
4 % en 2020 et de 17 % en 2050. Les bâtiments construits après 2009 représentent 5 % et
17 % des surfaces du parc régional aux horizons 2020 et 2050.

p. 60
60
Tableau 44 - Surfaces chauffées par activité et évolutions aux horizons 2020 et 2050 – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain)
Parc en milliers de mètres carrés Evolution par rapport à 2009
2009 2020 2050 2020 2050
Cafés, cantines, traiteurs 2 630,9 2 774,0 3 223,4 5% 23 %
Hôtels avec restaurants 5 067,2 5 288,1 5 977,9 4% 18 %
Hôtels sans restaurants 2 013,1 2 062,4 2 213,0 2% 10 %
Restaurants 6 115,0 6 366,5 7 150,5 4% 17 %
Total 15 826,2 16 491,0 18 564,7 4% 17 %

Les cafés, hôtels et restaurants comptabilisent 16,5 millions de m² en 2020 et 18,5 millions
de m²à horizon 2050. Les surfaces chauffées évoluent donc relativement peu entre 2010 et
2050 du fait d’un taux d’équipement régional élevé concernant ces activités (1,35
m²/habitant en Île-de-France contre 0,97m²/habitant en France métropolitaine concernant
cette branche d’activité tertiaire).
Les taux de croissance les plus forts sont observés sur les activités avant tout présentes en
petite et grande couronne. Ainsi, le parc d’hôtels sans restaurants, dont plus des trois quarts
des surfaces chauffées sont situées à Paris, n’évolue que peu (+10 % entre 2010 et 2050).

p. 61
61
Evolution des parts de marché des énergies de chauffage
Tableau 45 - Surfaces en milliers de mètres carrés et parts de marchés surfaciques des énergies
de chauffage en 2050 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
2050 Parts de marché surfaciques
« Au fil de « Au Fil de
2009 « -20 % » « -38 % » 2009 « -20 % » « -38 % »
l’eau » l’eau »
RCU 2 887,4 4 385,5 4 385,5 5 667,1 11 % 24 % 24 % 31 %
Gaz de réseau 5 318,0 7 062,4 7 062,4 3 391,2 21 % 38 % 38 % 18 %
Dont gaz classique 5 318,0 7 062,4 7 062,4 971,8 21 % 38 % 38 % 5%
Dont gaz
- - - 2 419,4 0% 0% 0% 13 %
performant
Fuel 2 926,9 348,2 348,2 348,2 11 % 2% 2% 2%
Electricité 4 532,4 6 486,1 6 486,1 7 871,9 18 % 35 % 35 % 42 %
Dont électricité
2 430,3 1 663,5 1 663,5 289,1 9% 9% 9% 2%
effet joule
Dont électricité
2 102,1 4 822,6 4 822,6 7 582,8 8% 26 % 26 % 41 %
performant
Biomasse - 263,3 263,3 1 267,1 0% 1% 1% 7%
Autres 161,4 19,2 19,2 19,2 1% 0% 0% 0%
Total 25 676,6 18 564,7 18 564,7 18 564,7 100 % 100 % 100 % 100 %

Le modèle de scénarisation utilisé par Energies Demain ne permet pas de faire disparaître
intégralement une énergie de chauffage. C’est pour cette raison qu’une infime part des
surfaces est encore chauffée avec les énergies fuel et autres en 2050. Cependant, cette
imprécision n’a aucune conséquence dommageable sur les résultats de consommations et
d’émissions de gaz à effet de serre présentés dans ce rapport.

► Scénarios « Au fil de l’eau » et « -20 % »

Les parts de marché surfaciques en énergie de chauffage sont identiques pour ces deux
scénarios. La part de marché de l’énergie fuel décroît fortement par rapport à l’état initial
(2009) pour atteindre 2 % en 2050. Les substitutions énergétiques opérées sur cette énergie
font donc augmenter les parts de marché des énergies du gaz de réseau (38 % en 2050), de
l’électricité (35 %) et du réseau de chauffage urbain (24 %).
Concernant l’énergie électrique, la part des systèmes à effet joule tend à décroître au profit
des systèmes électriques performants équipant 74 % des surfaces chauffées à l’électricité en
2050 contre 46 % en 2009.

► Scénario « -38 % »

Le scénario « -38 % » tend à faire disparaître les consommations d’énergie fossile dans le but
de réaliser une division par quatre des émissions de gaz à effet de serre à horizon 2050.
Ainsi, la part de marché du gaz de réseau décroît pour atteindre 18 % en 2050, les systèmes
performants équipant plus des deux tiers des surfaces (71 % des surfaces chauffées au gaz).
Les substitutions réalisées sur les énergies fuel et gaz reportent les surfaces chauffées vers
l’électricité (42 %), le chauffage urbain (31 %) et le bois (7 %) en 2050.
De plus, les surfaces chauffées à l’électricité le sont à 96 % par des systèmes électriques
performants, les chauffages à effet Joule n’équipant en 2050 que 4 % des surfaces de
l’ensemble du parc.

p. 62
62
Pénétration des énergies renouvelables

Comme il a été rappelé en dans la partie méthode, les bâtiments entrant dans le parc après
2020 sont considérés à énergie positive. Ainsi, ces bâtiments devront compenser leurs
consommations pour les usages réglementés (chauffage, eau chaude sanitaire, climatisation,
éclairage, auxiliaires et ventilation) par une production locale en énergie renouvelable. Le
tableau présenté ci-dessous fournit une estimation des surfaces de panneaux solaires
photovoltaïques permettant de compenser ces consommations en 2050 selon le scénario
envisagé.
Tableau 46 - Estimation des surfaces de panneaux photovoltaïques nécessaires pour compenser
les consommations réglementaires des bâtiments à énergie positive en 2050

« Au Fil de
« -20 % » « -38 % »
l’eau »
M² de panneaux permettant de compenser (en
843,0 795,8 743,6
milliers de m²)
Surfaces de panneaux installées par mètre
0,36 0,34 0,31
carré de surface de cafés, hôtels et restaurants

Les surfaces de panneaux photovoltaïques varient entre les trois scénarios du fait de parts
de marché des énergies et de performances de systèmes différentes.
Quel que soit le scénario considéré, le ratio de surfaces de panneaux par mètre carré de
surface utile est comparable, étant compris entre 0,31 et 0,36. Ainsi, pour un bâtiment à
énergie positive de 1000 m², la surface de panneaux solaires photovoltaïque nécessaire pour
compenser ses consommations énergétiques des usages réglementaires sera comprise entre
310 et 360m², selon le scénario.
Enfin, sur l’ensemble des cafés, hôtels et restaurants, entre 744 et 843 milliers de mètres
carrés de panneaux photovoltaïques seront nécessaires afin de compenser les
consommations réglementaires des bâtiments à énergie positive en 2050.

De plus, une partie du besoin en Eau Chaude Sanitaire (ECS) a été considérée comme
couverte par une production locale liée à des panneaux solaires thermiques, concernant à la
fois les bâtiments entrants, mais aussi des bâtiments existants (lors du renouvellement des
systèmes). Les hypothèses portant sur les taux de couverture du besoin selon l’activité et le
scénario sont fournies dans la partie méthode.
Tableau 47 - Part du besoin couvert par les panneaux solaires thermiques, et surfaces de
panneaux nécessaires en 2050, en milliers de mètres carrés

« Au fil de
« -20 % » « -38 % »
l’eau »
Part du besoin en ECS couvert 4% 7% 13 %
Surfaces de panneaux installées (en milliers de
47,8 82,0 150,6
m²)

Entre 48 et 151 milliers de m²de panneaux solaires thermiques sont nécessaires pour couvrir
respectivement 4 % et 13 % du besoin en ECS des cafés, hôtels et restaurants.

p. 63
63
Résultats détaillés – Consommations d’énergie finale
Evolution des consommations

Figure 15 - Evolution des consommations d'énergie finale selon le scénario à horizon 2050 (en
GWhEF) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
7000

6500
Consommations d'énergie finale en GWhEF

6000

5500

5000

4500

4000

3500

3000

Fil de l'eau -20% -38% Objectif "-20%"

Tableau 48 - Consommations d'énergie finale selon la branche et le scénario en 2020 et 2050, en


GWhEF – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Consommations EF en 2020 Consommations EF en 2050
En GWhEF Etat initial « Au fil de « Au fil de
« -20 % » « -38 % » « -20 % » « -38 % »
(2009) l’eau » l’eau »
Cafés, cantines, traiteurs 1 014,7 941,3 780,2 717,2 805,1 673,6 597,8
Hôtels avec restaurants 1 986,6 1 848,8 1 576,5 1 488,9 1 611,0 1 376,1 1 260,9
Hôtels sans restaurants 752,9 680,4 550,3 509,7 531,0 417,4 366,5
Restaurants 2 732,0 2 599,9 2 262,9 2 147,5 2 349,9 2 061,2 1 938,6
Total 6 486,2 6 070,4 5 169,9 4 863,3 5 297,0 4 528,3 4 163,7
Evolution par rapport à 2009 - -6 % -20 % -25 % -18 % -30 % -36 %

Les consommations d’énergie finale tendent à diminuer quel que soit le scénario considéré
aux horizons 2020 et 2050.

p. 64
64
► Scénario « Au Fil de l’eau »

Les consommations d’énergie finale diminuent de 6 % et de 18 % aux horizons 2020 et 2050,


par rapport à leur niveau de 2009. Cette diminution est expliquée à la fois par les
réhabilitations tendancielles menées sur le parc existant en 2009 et par l’amélioration
tendancielle des performances des systèmes de production (chauffage, ECS, climatisation,
éclairage, froid alimentaire, ventilation).
Il est à noter que les consommations des hôtels sans restaurants diminuent plus fortement
que celles des autres activités du fait de la faible croissance de son parc de surfaces
chauffées.

► Scénario « -20 % »

Ce scénario respecte l’objectif d’une amélioration de l’efficacité énergétique de 20 % par


rapport à leur niveau initial (2009) en 2020 (consommation inférieure de 20 %).
Les rythmes de réhabilitation et les niveaux d’exigence plus élevés permettent de réduire la
consommation de 20 % et de 30 % par rapport à celle de 2009, respectivement en 2020 et
en 2050.

► Scénario « -38 % »

Les performances accrues des systèmes de production de chauffage (parts de marché des
systèmes gaz et électriques performants en hausse), d’éclairage et de froid alimentaire
permettent d’atteindre une réduction des consommations d’énergie finale de 25 % en 2020
et de 36 % en 2050.
Les gains les plus importants sont observés sur les hôtels sans restaurants du fait d’un parc
entrant plus faible (gain de 51 % entre 2009 et 2050). A l’inverse, la croissance élevée du
parc de restaurants associée à des consommations de cuissons élevées limite les gains sur
les consommations d’énergie finale de cette activité (gain de 29 % entre 2009 et 2050).

p. 65
65
Structure des consommations par usage

Tableau 49 - Consommations d'énergie finale par usage selon le scénario pour les années 2009,
2020 et 2050, en GWhEF – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Consommations EF en 2020 Consommations EF en 2050
En GWhEF Etat initial «Au fil de «Au Fil de
« -20 % » « -38 % » « -20 % » « -38 % »
(2009) l’eau » l’eau »
Chauffage 2 842,3 2 465,3 1 754,6 1 529,6 1 627,3 1 071,5 822,8
Eau Chaude Sanitaire 793,8 764,2 754,9 724,5 684,9 665,8 599,2
Climatisation 128,9 119,4 119,4 105,5 83,5 83,5 73,4
Auxiliaires ventilation 368,1 369,4 331,6 318,6 366,0 327,8 312,8
Eclairage 388,1 347,3 234,2 227,9 293,9 185,0 184,5
Cuisson 1 518,7 1 584,2 1 584,2 1 584,2 1 788,7 1 788,7 1 788,7
Froid alimentaire 201,8 166,0 136,5 118,5 166,5 119,7 96,0
Bureautique et process 26,9 28,0 28,0 28,0 31,6 31,6 31,6
Autre 217,5 226,6 226,6 226,6 254,7 254,7 254,7
Total 6 486,2 2 465,3 1 754,6 1 529,6 1 627,3 1 071,5 822,8

Tableau 50 - Evolution par rapport à 2009 des consommations d'énergie finale par usage selon le
scénario pour les années 2020 et 2050 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Consommations EF en 2020 Consommations EF en 2050
En GWhEF «Au fil de «Au fil de
« -20 % » « -38 % » « -20 % » « -38 % »
l’eau » l’eau »
Chauffage -13 % -38 % -46 % -43 % -62 % -71 %
Eau Chaude Sanitaire -4 % -5 % -9 % -14 % -16 % -25 %
Climatisation -7 % -7 % -18 % -35 % -35 % -43 %
Auxiliaires ventilation 0% -10 % -13 % -1 % -11 % -15 %
Eclairage -11 % -40 % -41 % -24 % -52 % -52 %
Cuisson 4% 4% 4% 18 % 18 % 18 %
Froid alimentaire -18 % -32 % -41 % -18 % -41 % -52 %
Bureautique et process 4% 4% 4% 17 % 17 % 17 %
Autre 4% 4% 4% 17 % 17 % 17 %
Total -6 % -20 % -25 % -18 % -30 % -36 %

p. 66
66
7 000

6 000
23%
Consommation d'énergie finale en GWhEF

26%
5 000

31% 34%
4 000 19% 33%
19%
40%
3 000 43%
12% 19%
20%
13% 19%

2 000 20%
44% 15% 20%
15% 13%
41% 15%
1 000 34% 14%
31% 31%
24%
20%
-
Etat initial Fil de l'eau -20% -38% Fil de l'eau -20% -38%
2009 2020 2050

Chauffage ECS Electricité spécifique Cuisson Autre

Figure 16 - Structure de la consommation d'énergie finale par usage selon le scénario pour les
années 2009, 2020 et 2050, en GWhEF – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Aux horizons 2020 et 2050, les usages de chauffage et d’ECS voient leurs consommations
décroître quel que soit le scénario du fait des actions de réhabilitation menées sur
l’enveloppe bâtie et des améliorations des performances des systèmes.
Les gains observés sur les consommations de chauffage à horizon 2050 par rapport à 2009
sont de 43 %, 62 % et 71 % respectivement pour les scénarios « Au fil de l’eau», « -20 % » et
« -38 % ». Les réductions des consommations d’ECS sont moindres, diminuant de 14 %, 16 %
et 25 % par rapport à 2009 selon le scénario considéré.
Ces évolutions expliquent la diminution de la part relative occupée par l’usage de chauffage
dans les consommations du parc. En 2050, l’usage de chauffage n’est plus responsable que
de 31 %, 24 % et 20 % pour les scénarios « Au fil de l’eau», « -20 % » et « -38 % » ; la part de
l’ECS restant stable.
De même, les usages spécifiques de l’électricité occupent également une place constante
dans les consommations d’énergie finale à horizon 2050, mais évoluent modestement à la
baisse sur la période 2010-2050 du fait de consommations d’auxiliaires ventilation et
d’éclairage restant élevées (près de 60% des consommations d’électricité spécifique en 2050
quel que soit le scénario).
Enfin, concernant les consommations des usages de cuisson et autres, leur croissance est
égale à celle du parc, les taux d’équipement ainsi que les consommations unitaires étant
considérés constants. Ainsi, la cuisson devient le premier usage consommation d’énergie en
2050, étant responsable de 34 %, 40 % et 43 % des consommations d’énergie finale selon le
scénario considéré.

p. 67
67
Résultats détaillés – Consommations d’énergie primaire
Evolution des consommations

Figure 17 - Evolution des consommations d'énergie primaire selon le scénario à horizon 2050 (en
GWhEP) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
11000

10500
Consommations d'énergie primaire en GWhEP

10000

9500

9000

8500

8000

7500

7000

6500

6000

Fil de l'eau -20% -38%

Tableau 51 - Consommations d'énergie primaire selon la branche et le scénario en 2020 et 2050,


en GWhEP – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Consommations EF en 2020 Consommations EF en 2050
En GWhEP Etat initial « Au fil de « Fil de
« -20 % » « -38 % » « -20% » « -38% »
(2009) l’eau » l’eau »
Cafés, cantines, traiteurs 1 517,0 1 430,2 1 205,1 1 111,6 1 279,8 1 084,3 972,3
Hôtels avec restaurants 3 102,7 2 971,1 2 588,8 2 457,0 2 735,5 2 379,0 2 207,5
Hôtels sans restaurants 1 099,5 1 013,9 836,1 775,7 831,4 667,7 592,9
Restaurants 4 825,1 4 623,3 4 030,2 3 772,5 4 237,0 3 706,1 3 421,1
Total 10 544,4 10 038,5 8 660,2 8 116,8 9 083,7 7 837,0 7 193,9
Evolution par rapport à 2009 - -5 % -18 % -23 % -14 % -26 % -32 %

Les consommations d’énergie primaire tendent à diminuer quel que soit le scénario
considéré aux horizons 2020 et 2050 dans une moindre proportion que les consommations
d’énergie finale du fait de l’augmentation tendancielle des parts de marché des énergies de
chauffage électriques.

p. 68
68
► Scénario « Fil de l’eau »

Les consommations d’énergie primaire diminuent de 5 % et de 14 % aux horizons 2020 et


2050, par rapport à leur niveau de 2009. Cette diminution est expliquée à la fois par les
réhabilitations tendancielles menées sur le parc existant en 2009 et par l’amélioration
tendancielle des performances des systèmes de production (chauffage, ECS, climatisation,
éclairage, froid alimentaire, ventilation).
De manière similaire aux évolutions observées en énergie finale, les consommations
d’énergie primaire des hôtels sans restaurants diminuent plus fortement que celles des
autres activités du fait de la faible croissance de son parc de surfaces chauffées.

► Scénario « -20 % »

Les efforts menés sur l’efficacité énergétique des bâtiments permettent une réduction des
consommations d’énergie primaire aux horizons 2020 et 2050 de 18% et 26%.
Ce scénario permet d’atteindre une réduction des consommations d’énergie primaire pour
les usages réglementés (éclairage, chauffage, auxiliaires ventilation, ECS et climatisation) des
bâtiments construits avant 2010 de 29%. Ce gain est donc insuffisant pour respecter
l’objectif de réduction de -38%.

► Scénario « -38 % »

L’ensemble des mesures d’amélioration des performances des bâtiments envisagées pour ce
scénario permettent une réduction des consommations d’énergie primaire aux horizons
2020 et 2050 de 23 % et 32 %. Ainsi, en 2050 un tiers de l’énergie consommée en 2009 est
économisée.
De plus, ce scénario permet d’atteindre une réduction des consommations d’énergie
primaire pour les usages réglementés (éclairage, chauffage, auxiliaires ventilation, ECS et
climatisation) des bâtiments construits avant 2008 de 36 %. Ce gain permet donc de tendre
vers l’objectif de réduction de 38 % à horizon 2020.
Ainsi, les efforts à fournir en termes de rythme et d’exigence de réhabilitation ainsi que de
maîtrise de l’énergie (sur les usages d’éclairage, ECS, de froid alimentaire…) sont élevés dans
la mesure où ce gain doit être atteint en seulement 10 ans.

p. 69
69
Structure des consommations par usage

Tableau 52 - Consommations d'énergie primaire par usage selon le scénario pour les années
2009, 2020 et 2050, en GWhEP – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Consommations EF en 2020 Consommations EF en 2050
En GWhEP Etat initial « Au fil de « Au fil de
« -20 % » « -38 % » « -20 % » « -38 % »
(2009) l’eau » l’eau »
Chauffage 3 514,8 3 125,9 2 226,2 1 856,2 2 106,1 1 385,8 958,8
Eau Chaude Sanitaire 1 080,8 1 048,5 1 035,3 994,0 931,9 905,6 816,4
Climatisation 332,5 307,9 307,9 272,2 215,3 215,3 189,5
Auxiliaires ventilation 949,8 953,1 855,5 822,0 944,2 845,8 807,0
Eclairage 1 001,4 895,9 604,2 588,0 758,3 477,3 476,1
Cuisson 2 662,6 2 777,1 2 777,1 2 777,1 3 134,5 3 134,5 3 134,5
Froid alimentaire 520,6 428,3 352,1 305,7 429,5 308,8 247,7
Bureautique et process 69,4 72,3 72,3 72,3 81,4 81,4 81,4
Autre 412,3 429,3 429,3 429,3 482,5 482,5 482,5
Total 10 544,4 10 038,5 8 660,2 8 116,8 9 083,7 7 837,0 7 193,9

Tableau 53 - Evolution par rapport à 2009 des consommations d'énergie primaire par usage selon
le scénario pour les années 2020 et 2050 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Consommations EF en 2020 Consommations EF en 2050
En GWhEP « Au fil de « Au fil de
« -20 % » « -38 % » « -20 % » « -38 % »
l’eau » l’eau »
Chauffage -11 % -37 % -47 % -40 % -61 % -73 %
Eau Chaude Sanitaire -3 % -4 % -8 % -14 % -16 % -24 %
Climatisation -7 % -7 % -18 % -35 % -35 % -43 %
Auxiliaires ventilation 0% -10 % -13 % -1 % -11 % -15 %
Eclairage -11 % -40 % -41 % -24 % -52 % -52 %
Cuisson 4% 4% 4% 18 % 18 % 18 %
Froid alimentaire -18 % -32 % -41 % -17 % -41 % -52 %
Bureautique et process 4% 4% 4% 17 % 17 % 17 %
Autre 4% 4% 4% 17 % 17 % 17 %
Total -5 % -18 % -23 % -14 % -26 % -32 %

p. 70
70
12 000

10 000
Consommation d'énergie primaire en GWhEP

25%
28%
8 000
35%
32%
34%
30%
6 000 40%
30%
44%
29% 31%
4 000 10% 29%
10% 29%
12% 30%
10%
12%
2 000 33% 31% 12%
26% 23% 11%
23%
18% 13%
-
Etat initial Fil de l'eau -20% -38% Fil de l'eau -20% -38%
2009 2020 2050

Chauffage ECS Electricité spécifique Cuisson Autre

Figure 18 - Structure de la consommation d'énergie primaire par usage selon le scénario pour les
années 2009, 2020 et 2050, en GWhEP – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Les évolutions des consommations d’énergie primaire par usage sont comparables à celles
exprimées en énergie finale.
De manière relative, les consommations des usages de chauffage et d’ECS ne représentent
plus qu’entre 24 % et 33 % des consommations d’énergie primaire du parc selon le scénario,
soulignant ainsi le poids des usages de cuisson, représentant la moitié entre 35 % et 44 %
consommations d’énergie primaire en 2050, et des usages spécifiques de l’électricité (entre
29 % et 31 % selon le scénario considéré).

p. 71
71
Résultats détaillés – Emissions de GES
Evolution des émissions

Figure 19 - Evolution des émissions de GES selon le scénario à horizon 2050 (en kteqCO2) –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
1200

1000

800
Emissions de GES en kteqCO2

600

400

200

Fil de l'eau -20% -38% Facteur 4

Tableau 54 - Emissions de GES selon la branche et le scénario en 2020 et 2050, en kteqCO2–


(ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Emissions de GES en 2020 Emissions de GES en 2050
En kteqCO2 Etat initial « Au fil de « Au fil de
« -20 % » « -38 % » « -20 % » « -38 % »
(2009) l’eau » l’eau »
Cafés, cantines, traiteurs 175,7 157,1 127,6 113,4 125,3 103,4 85,6
Hôtels avec restaurants 349,9 305,9 252,8 232,9 240,6 200,2 174,1
Hôtels sans restaurants 134,3 116,5 91,6 82,9 83,9 63,8 52,7
Restaurants 429,4 402,7 343,8 318,6 349,6 302,4 273,0
Total 1 089,3 982,3 815,8 747,8 799,4 669,8 585,4
Evolution par rapport à 2009 - -10 % -25 % -31 % -27 % -39 % -46 %

Les émissions de GES évoluent à la baisse quel que soit le scénario considéré aux horizons
2020 et 2050 du fait de la disparition tendancielle des consommations liées à l’énergie fuel,
et de la réduction des parts de marché des systèmes gaz classique au profit de technologies
performantes. Ainsi, la décarbonisation de la consommation a un impact plus élevé sur les
émissions que l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments ou la mise en œuvre
de politiques de maîtrise de l’énergie.

p. 72
72
► Scénario « Au fil de l’eau »

Les émissions de GES sont réduites de 10 % en 2020 et de 27 % en 2050 par rapport à 2009.
La diminution des consommations d’énergie finale (-6 % et -18 % en 2020 et 2050) est donc
amplifiée par la disparition progressive des consommations de fuel.
Ainsi, quelle que soit l’activité considérée, les émissions diminuent entre 19 % et 38 % en
2050 par rapport à 2009. Les restaurants présentent les plus faibles gains (19 %) de par
l’importance des consommations de cuisson de ces établissements.
Malgré l’évolution marquée à la baisse entre 2009 et 2050, ce scénario ne permet de diviser
les émissions que d’un facteur 1,4.

► Scénario « -20 % »

Les émissions de GES diminuent de 25 % et 39 % aux horizons 2020 et 2050 par rapport à
2009. Les évolutions des émissions entre 2009 et 2050 par activité présentent des gains
compris entre 30 % et 52 %. Les différences d’évolution selon l’activité s’expliquent de la
même façon que précédemment.
Enfin, ce scénario ne permet de diviser les émissions que d’un facteur 1,6 entre 2009 et
2050.

► Scénario « -38 % »

La disparition progressive des consommations d’énergie fuel ainsi que la réduction des parts
de marché des systèmes gaz classique ont un impact important sur les émissions de GES.
Celles-ci sont réduites de 31 % entre 2009 et 2020 et de 46 % entre 2009 et 2050. Ainsi,
malgré les substitutions énergétiques et les efforts réalisés sur l’efficacité énergétique des
bâtiments, ce scénario ne permet de diviser les émissions que d’un facteur 1,9 entre 2009 et
2050, n’atteignant donc pas l’objectif du facteur 419.
Les résultats de ce scénario soulignent la rapide incompressibilité des émissions de GES des
cafés, hôtels et restaurants du fait des consommations énergétiques de l’usage cuisson
prépondérantes.

19
Les émissions de gaz à effet de serre des cafés, hôtels et restaurants n’étant pas connues pour l’année
1990, le facteur 4 sera définit dans le cadre de cette étude comme une division par quatre des émissions de
gaz à effet de serre à horizon 2050 par rapport à leurs niveaux de 2009.

p. 73
73
Structure des émissions par usage

Tableau 55 Emissions de GES par usage selon le scénario pour les années 2009, 2020 et 2050, en
kteqCO2 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Emissions de GES en 2020 Emissions de GES en 2050
En kteqCO2 Etat initial «Au Fil de « Au fil de
« -20 % » « -38 % » « -20 % » « -38 % »
(2009) l’eau » l’eau »
Chauffage 605,1 506,3 360,3 305,3 318,8 210,3 147,6
Eau Chaude Sanitaire 139,9 128,8 127,3 118,9 112,3 109,3 92,4
Climatisation 4,8 4,4 4,4 3,9 3,1 3,1 2,7
Auxiliaires ventilation 45,5 42,6 33,9 30,9 35,0 27,6 24,0
Eclairage 31,1 27,8 18,7 18,2 23,5 14,8 14,8
Cuisson 226,7 236,4 236,4 236,4 267,0 267,0 267,0
Froid alimentaire 8,1 6,6 5,5 4,7 6,7 4,8 3,8
Bureautique et process 1,4 1,5 1,5 1,5 1,6 1,6 1,6
Autre 26,8 27,9 27,9 27,9 31,4 31,4 31,4
Total 1 089,3 982,3 815,8 747,8 799,4 669,8 585,4

Tableau 56 - Evolution par rapport à 2009 des émissions de GES par usage selon le scénario pour
les années 2020 et 2050 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)
Emissions de GES en 2020 Emissions de GES en 2050
En kteqCO2 « Au fil de « Au fil de
« -20 % » « -38 % » « -20 % » « -38 % »
l’eau » l’eau »
Chauffage -16 % -40 % -50 % -47 % -65 % -76 %
Eau Chaude Sanitaire -8 % -9 % -15 % -20 % -22 % -34 %
Climatisation -7 % -7 % -18 % -35 % -35 % -43 %
Auxiliaires ventilation -6 % -26 % -32 % -23 % -39 % -47 %
Eclairage -11 % -40 % -41 % -24 % -52 % -52 %
Cuisson 4% 4% 4% 18 % 18 % 18 %
Froid alimentaire -18 % -32 % -41 % -17 % -41 % -52 %
Bureautique et process 4% 4% 4% 17 % 17 % 17 %
Autre 4% 4% 4% 17 % 17 % 17 %
Total -10 % -25 % -31 % -27 % -39 % -46 %

p. 74
74
1 200

1 000
21%

24%
Emissions de GES en kteqCO2

800 9%

13% 9% 29%
33%
600 32%
13%
9% 40%
10%
9%
400 16% 46%
16% 14% 9%
56% 52%
16% 9%
200 44% 16%
41%
40%
31% 25%
-
Etat initial Fil de l'eau -20% -38% Fil de l'eau -20% -38%
2009 2020 2050

Chauffage ECS Electricité spécifique Cuisson Autre

Figure 20 - Structure des émissions de GES par usage selon le scénario pour les années 2009,
2020 et 2050, en kteqCO2 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)

Comme il a été souligné précédemment, les émissions liées aux consommations à l’usage de
cuisson rendent difficilement atteignable l’objectif du facteur 4. La cuisson est responsable
en 2050 de 33 %, 40 % et 46 % des émissions pour les scénarios « Au fil de l’eau », « -20 % »
et « -38 % ». Ainsi, près de la moitié des émissions sont liées à cet usage dans le cas du
scénario « -38 % ».
Concernant ce scénario, l’ensemble des leviers de réduction des émissions identifiés ont été
mis en œuvre, notamment en réduisant les consommations des énergies fossiles
(cependant, le gaz représente encore 20 % des consommations d’énergie finale en 2050).
Malgré ces efforts importants, l’objectif du facteur 4 ne pourra être atteint qu’en agissant
sur l’usage de cuisson, et faisant disparaître complètement les consommations de gaz.

p. 75
75
A retenir :
L’évolution des surfaces du parc est modeste entre 2010 et 2050 du fait d’un taux
de couverture régional des cafés hôtels et restaurants déjà élevé
comparativement au reste de la France.
Le scénario « -38 % » permet de respecter les objectifs réglementaires de 2020, à
savoir l’augmentation de l’efficacité énergétique des bâtiments de 20 % et la
réduction de 38 % des consommations d’énergie primaire des usages
réglementés. Cependant, ce scénario échoue à diviser par quatre les émissions
de GES à horizon 2050 pour deux raisons : malgré les substitutions énergétiques
opérées, le poids du gaz de réseau dans les émissions reste trop élevé ; l’usage de
cuisson, ne faisant pas l’objet de mesures de maîtrise de l’énergie, est
responsable de près de la moitié des émissions en 2050.

Les scénarios « -38% » en quelques chiffres clés :


 Augmentation des surfaces chauffées de 17 % entre 2010 et 2050
 740 000 m² de panneaux photovoltaïques sont nécessaires pour
compenser les consommations des bâtiments à énergie positive
construits après 2020
 La cuisson sera responsable de 40 % des émissions de GES en 2050.

p. 76
76
Annexe 1 : Bibliographie

Phase Données spécifiques utilisées


 Dénombrement des établissements 2009 (INSEE)20
 Base permanente des équipements 2009 (INSEE)21
Etat des lieux  Capacité des communes en hébergement touristique (INSEE), 201022
 Hôtels Restaurants, ADEME AICVF
 Rapport du projet Optisol, ADEME/ARMINES, 2009
 Maîtrise de la demande d’électricité et contrôle des courbes de
charges, Energies Demain
 Expertise complémentaire sur une meilleure identification des
politiques énergétiques alternatives au projet Penly 3, Energies
Demain
 Rapport parlementaire sur la production de gaz à effet de serre des
systèmes de climatisation et leur impact sur l’écosystème et
Reconstitution des
l’environnement, Energies Demain et Armines, 2011
consommations
 Eclairage intérieur, Guide technique, EDF et AITF
 Guide pratique sur la modulation des débits de ventilation dans le
tertiaire, ADEME et AIR.H
 Eau Chaude Sanitaire, U.R.E. Bâtiment : Guide d’audit énergétique
1999, ADEME COSTIC
 Outil de Scénarisation des émissions de gaz à effet de serre (ScsGES),
plan climat national, Energies Demain pour le MEEDDM

20
http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?reg_id=0&ref_id=fd-sidenomb2010
21
http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?reg_id=99&ref_id=fd-bpe11
22
http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?ref_id=tourisme&reg_id=99

p. 77
77
Annexe 2 : Bâtiments types
Typologie de paroi
L’élaboration des typologies constructives a été le fruit de l’expertise combinée de Tribu
Energie, du CEP de l’Ecole des Mines de Paris ainsi que de l’étude des composantes du parc
décrit dans la reconstitution surfacique.
Trois composantes essentielles permettent de décrire chacune des typologies :
 les parois du bâtiment ;
 le plan masse ;
 les paramètres d’occupation.

Les expertises menées ont permis de dégager huit types de parois aux propriétés
constructives différentes :

-Type 1 : Petit hôtel plutôt ancien, maximum 3 étoiles (jusqu’à 15-20 chambres) ;
-Type 2 : Hôtel moyen plutôt ancien, maximum 3 étoiles (jusqu’à 50-60 chambres) ;
-Type 3 : Grand hôtel d’étape, plutôt récent, maximum 3 étoiles (au-delà de 50 chambres) ;
-Type 4 : Grand hôtel / Hôtel d’affaire, 3 étoiles et plus (au-delà de 100 chambres) ;
-Type 5 : Hôtel historique, 4 étoiles et plus (entre 50 et 100 chambres) ;
-Type 6 : Restaurants traditionnels de centre-ville, de grande taille ;
-Type 7 : Cafés, débits de boisson et petits restaurants en centre-ville, largement vitrés ;
-Type 8 : Restauration rapide de grande taille.

p. 78
78
Type 1
Recommandations Cout unitaire en euros
Etat initial Faisabilité Sc. Modeste Sc. Intermédiaire Sc. Maximal
Modeste Intermédiaire Maximal
min max unité min max unité min max unité
L'isolation par l'extérieur permet de ne
pas occasionner de gêne auprès des
occupants, mais l'ITE peut s'avérer
Isolation des murs Isolation des murs parfois compliquée pour certains
par l'intérieur avec par l'extérieur avec types d'architectures (valeur
pierre/briques non 12 cm d'isolant 20 cm d'isolant patrimoniale du bâtiment). Les coûts
Murs _ _ _ /m² de mur 50 80 /m² de mur 125 160 /m² de mur
isolé- U= 2,5 W/m².K Laine Minérale ; Laine Minérale ; induits de l'ITE sont faibles comparés à
Risolant ≥ 3,40 Risolant = 5,6 ceux de l'ITI. Les murs en briques ou en
m².K/W m².K/W pierre doivent être isolés par des
isolants perméables à la vapeur d'eau.
La laine minérale convient mieux pour
ce type de matériau.

10cm de laine Mettre une couche d'isolant entre


16cm de laine 22 cm de laine
combles aménagés minérale chevrons et rajouter une seconde
Toiture minérale Risolant minérale Risolant = 35 45 /m² de toiture 40 50 /m² de toiture 45 55 /m² de toiture
isolés U=0,5 W/m².K Risolant = couche croisée pour réduire au
= 4,5m².K/W 6,2m².K/W
2,9m².K/W maximum les ponts thermiques.

Le plancher bas donnant sur terre-


plein, il déperd peu. Toutefois, lors de
Isolation sous travaux de rénovation lourds, il peut
plancher sur terre chape, 10 cm de être envisagé de réaliser une isolation
Plancher /m² de /m² de /m² de
plein-non isolé U _ _ polystyrène sous chape. Les coûts indiqués sont la _ _ _ _ 50 55
bas plancher plancher plancher
= 0,85 W/m².K extrudé fourniture et la pose de l'isolant
R = 2,6m².K/W uniquement. L'épaisseur d'isolant à
mettre en place est dépendante de la
hauteur sous plafond disponible

Le triple vitrage est possible lorsque la


Fenêtre PVC avec géométrie des fenêtres n'est pas trop
Double vitrage triple vitrage sur compliquée. Il est conseillé de coupler
Double vitrage
4/16argon/4 les fenêtres au le changement des fenêtres à
PVC double vitrage 4/16argon/4 peu
Parties peu émissif. Nord Uw = 0,9 l'isolation par l'extérieur du bâtiment
4/6/4- Uw = 2,8 émissif. 400 500 /m² fenêtre 400 500 /m² fenêtre 800 900 /m² fenêtre
vitrées Menuiserie PVC W/m².K/ double et de placer les menuiseries au nu
W/m².K Menuiserie PVC
Uw ≤ 1,4 vitrage peu émissif extérieur en continuité de l'isolant. Si
Uw ≤ 1,4 W/m².K
W/m².K sur les autres cela n'est pas possible effectuer des
orientations retours d'isolants au niveau des
tableau linteaux- appuis.
p. 79
79
Type 2
Recommandations Cout unitaire en euros
Etat initial Faisabilité Sc. Modeste Sc. Intermédiaire Sc. Maximal
Modeste Intermédiaire Maximal
min max unité min max unité min max unité
L'isolation par l'extérieur permet de ne
Isolation des murs Isolation des murs pas occasionner de gêne auprès des
par l'extérieur avec par l'extérieur avec occupants, mais l'ITE peut s'avérer
béton/maçonnerie- 12 cm d'isolant 20 cm d'isolant parfois compliquée pour certains
Murs _ _ _ /m² de mur 50 80 /m² de mur 125 160 /m² de mur
U= 2,5 W/m².K Laine Minérale ; Laine Minérale ; types d'architectures (valeur
Risolant ≥ 3,40 Risolant = 5,6 patrimoniale du bâtiment). Les coûts
m².K/W m².K/W induits de l'ITE sont faibles comparés à
ceux de l'ITI.
L'isolation de la toiture terrasse doit
comprendre les remontées d'isolants
Isolation sous Isolation sous au niveau des acrotères et si possible
terrasse isolée
étanchéité avec 10 étanchéité avec 14 assurer une continuité avec l'isolation
après travaux
Toiture - cm de cm de des murs par l'extérieur. D'autre part, _ _ /m² de toiture 80 90 /m² de toiture 90 100 /m² de toiture
récents- 6cm PXE U=
polyuréthane ; polyuréthane ; R = les coûts d'isolation et d'étanchéité de
0,45 W/m².K
R≥4,35 m².K/W 6,10 m².K/W la toiture peuvent être
considérablement augmentés si la
surface de toiture est occupée.
Isolation en L'isolation en sous face peut s'avérer
Isolation en sous Isolation en sous
sous face de la compliquée lorsque la hauteur du sous
dalle béton sur face de la dalle, 12 face de la dalle, 12
dalle, 8 cm sol est trop faible. Dans ce cas, la /m² de /m² de /m² de
parking, isolée - U= cm panneau rigide cm panneau rigide 40 50 45 55 45 55
panneau rigide seule solution consiste à isoler le plancher plancher plancher
0,5 W/m².K LdV LdV R
LdV plancher bas sur la dalle et couler une
R = 3,10m².K/W = 3,10m².K/W
Plancher R = 2,1 m².K/W chape par-dessus
bas L'isolation en sous face peut s'avérer
Isolation en sous
compliquée lorsque la hauteur du sous
plancher sur vide face de la dalle, 12
sol est trop faible. Dans ce cas, la /m² de
sanitaire- non isolé- - - cm panneau rigide _ _ _ _ _ _ 45 55
seule solution consiste à isoler le plancher
U = 0,8 W/m².K LdV R
plancher bas sur la dalle et couler une
= 3,10m².K/W
chape par-dessus
Fenêtre PVC avec Le triple vitrage est possible lorsque la
Double vitrage triple vitrage sur géométrie des fenêtres n'est pas trop
Double vitrage
4/16argon/4 les fenêtres au compliquée. Il est conseillé de coupler
PVC double vitrage 4/16argon/4 peu
Parties peu émissif. Nord Uw = 0,9 le changement des fenêtres à
4/6/4- Uw = 2,8 émissif. 400 500 /m² fenêtre 400 500 /m² fenêtre 800 900 /m² fenêtre
vitrées Menuiserie PVC W/m².K/ double l'isolation par l'extérieur du bâtiment
W/m².K Menuiserie PVC
Uw ≤ 1,4 vitrage peu émissif et de placer les menuiseries au nu
Uw ≤ 1,4 W/m².K
W/m².K sur les autres extérieur en continuité de l'isolant. Si
orientations cela n'est pas possible effectuer des
retours d'isolants au niveau des
p. 80
80
Type 3
Recommandations Cout unitaire en euros
Etat initial Faisabilité Sc. Modeste Sc. Intermédiaire Sc. Maximal
Modeste Intermédiaire Maximal
min max unité min max unité min max unité
Isolation des murs Isolation des murs
par l'extérieur avec par l'extérieur avec L'isolation par l'extérieur permet de ne
12 cm d'isolant 20 cm d'isolant pas occasionner de gêne auprès des
Laine Minérale ou Laine Minérale ou occupants, mais l'ITE peut s'avérer
béton/maçonnerie
PSE thermo- PSE thermo- parfois compliquée pour certains
Murs isolé par l'intérieur- _ _ _ /m² de mur 90 110 /m² de mur 120 140 /m² de mur
acoustique, acoustique, types d'architectures (valeur
U= 0,6 W/m².K
derrière un derrière un patrimoniale du bâtiment). Les coûts
bardage ventilé ; bardage ventilé ; induits de l'ITE sont faibles comparés à
Risolant ≥ 3,40 Risolant = 5,6 ceux de l'ITI.
m².K/W m².K/W

L'isolation de la toiture terrasse doit


comprendre les remontées d'isolants
Isolation sous Isolation sous au niveau des acrotères et si possible
terrasse isolée - étanchéité avec 10 étanchéité avec assurer une continuité avec l'isolation
Toiture 6cm PXE U= 0,45 - cm de 2*12 cm de des murs par l'extérieur. D'autre part, _ _ /m² de toiture 80 90 /m² de toiture 100 110 /m² de toiture
W/m².K polyuréthane ; R ≥ polyuréthane ; R ≥ les coûts d'isolation et d'étanchéité de
4,5 m².K/W 10 m².K/W la toiture peuvent être
considérablement augmentés si la
surface de toiture est occupée

Le plancher bas donnant sur terre-


plein, il déperd peu. Toutefois, lors de
Isolation sous travaux de rénovation lourds, il peut
plancher sur terre
chape, 10 cm de être envisagé de réaliser une isolation
Plancher plein avec isolation /m² de /m² de /m² de
_ _ polystyrène sous chape. Les coûts indiqués sont la _ _ _ _ 50 55
bas périphérique U = plancher plancher plancher
extrudé fourniture et la pose de l'isolant
0,5 W/m².K
R = 2,6m².K/W uniquement. L'épaisseur d'isolant à
mettre en place est dépendante de la
hauteur sous plafond disponible

L'acoustique est ici privilégiée et le


triple vitrage ne peut être envisagé. Il
est impératif de coupler ces fenêtres
Double vitrage avec des entrées d'air acoustiques (en
Double vitrage Double vitrage
10/12argon/6 VMC simple flux). Il est conseillé de
PVC double vitrage 10/12argon/6 peu 10/12argon/6 peu
Parties peu émissif. coupler le changement des fenêtres à
acoustique 10/6/4- émissif. émissif. 600 700 /m² fenêtre 600 700 /m² fenêtre 600 700 /m² fenêtre
vitrées Menuiserie PVC l'isolation par l'extérieur du bâtiment
Uw = 2,8 W/m².K Menuiserie PVC Menuiserie PVC Uw
Uw ≤ 1,5 et de placer les menuiseries au nu
Uw ≤ 1,5 W/m².K ≤ 1,5 W/m².K
W/m².K extérieur en continuité de l'isolant. Si
cela n'est pas possible effectuer des
p. 81
retours d'isolants au niveau des
tableau linteaux- appuis. 81
Type 4
Recommandations Cout unitaire en euros
Etat initial Faisabilité Sc. Modeste Sc. Intermédiaire Sc. Maximal
Modeste Intermédiaire Maximal
min max unité min max unité min max unité
S'assurer que le vitrage installé est
Façade rideau type
Façade rideau type traité de façon à ne pas avoir trop
façade rideau- Ucw Géode Technal
Murs _ Géode Technal d'apports solaires, ce qui engendrerait _ _ _ inclus dans le coût des fenêtres
= 2,9 W/m².K triple vitrage Ucw =
Ucw = 1,7 W/m².K des consommations de climatisation
0,9 W/m².K
trop importantes.

L'isolation de la toiture terrasse doit


comprendre les remontées d'isolants
Isolation sous au niveau des acrotères et si possible
terrasse isolée avec
étanchéité avec 14 assurer une cotinuité avec l'isolation
8cm de
Toiture _ _ cm de des murs par l'extérieur. D'autre part, _ _ _ 70 80 /m² de toiture 80 90 /m² de toiture
polyuréthane- U =
polyuréthane ; R = les coûts d'isolation et d'étanchéité de
0,29 W/m².K
6,10 m².K/W la toiture peuvent être
considérablement augmentés si la
surface de toiture est occupée

Le plancher bas n'est pas un enjeu


dans ce genre de bâtiment, surtout
plancher sur local
Plancher que les chambres ne donnent pas
non chauffé isolé _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
bas directement dessus (au rez de
U = 0,5 W/m².K
chaussée, présence de salle de
réunion, restaurant…)

S'assurer que le vitrage installé est


Façade rideau type
Façade rideau type traité de façon à ne pas avoir trop
Parties façade rideau- Géode Technal
_ Géode Technal d'apports solaires, qui engendreraient _ _ _ 950 1150 /m² de vitrage 1150 1400 /m² de vitrage
vitrées Ucw =2,9W/m².K triple vitrage Ucw =
Ucw = 1,7 W/m².K des consommations de climatisation
0,9 W/m².K
trop importantes.

p. 82
82
Type 5
Coûts
Etat initial Scénario maximal
Min Max Unité
Murs pierre/briques non isolé- U= 2,5W/m².K _ _ _ _

/m² de
Toiture combles aménagés isolés U= 0,5 W/m².K 16cm de laine minérale Risolant = 4,5m².K/W 40 50
toiture
Plancher bas plancher sur terre plein-non isolé U = 0,85 W/m².K _ _ _ _

fenêtres à meneaux- bois simple vitrage- Uw = 3,8 fenêtres à double vitrage et vide - Ug =1,4 / Uw /m² de
Fenêtres 1400 1700
W/m².K estimé=1,8 fenêtre

p. 83
83
Type 6
recommandations Coûts unitaires en euros
Etat initial Sc. modeste Sc. Intermédiaire Sc. Maximal
Modeste Intermédiaire Maximal
min max unité min max unité min max unité
maçonnerie
traditionnelle, 40cm Isolation intérieure 8cm
Isolation intérieure isolation intérieure
de pierre de taille, d'isolant, type laine /m² de /m² de /m² de
Murs 14cm de laine de verre, 14cm de laine de verre, 35 45 40 50 40 50
isolé par l'intérieur minerale, R=2,4m².K/W mur mur mur
R=4,2m².K/W R=4,2m².K/W
par 6cm d'isolant, sans pare vapeur
U=0,53W/m².K

combles perdus,
platre sur lattie
20cm d'un isolant avec 30cm d'un isolant avec 30cm d'un isolant avec /m² de /m² de /m² de
Toiture isolé par 5cm de 10 20 15 25 15 25
R=6m².K/W R=7m².K/W R=7m².K/W toiture toiture toiture
laine minérale,
U=0,92W/m².K

Plancher bas sur


vide sanitaire,
isolation en sous face
Plancher entrevout en terre /m² de /m² de /m² de
_ _ avec 15cm d'un isolant _ _ _ _ 40 60
bas cuite Isolé avec 5cm plancher plancher plancher
R=4m².K/W
d'isolant,
U=0,92W/m².K

Double vitrage double vitrage 4/16 double vitrage 4/16


4/6/4, menuiserie (argon)/4 peu émissif, (argon)/4 peu émissif, Triple vitrage, /m² /m² /m²
Fenêtres 400 600 400 600 900 1200
bois, menuiserie bois/ menuiserie bois/ Uw=0,8W/m².K fenêtre fenêtre fenêtre
Uw=2,8W/m².K Uw=1,6W/m².K Uw=1,6W/m².K

p. 84
84
Type 7
Recommandations Cout unitaire en euros
Etat initial Faisabilité Sc. Modeste Sc. Intermédiaire Sc. Maximal
Modeste Intermédiaire Maximal
min max unité min max unité min max unité

maçonnerie non
Isolation des murs par Isolation des murs par Les murs en pierre doivent être isolés par des
isolée- U= 3
l'intérieur avec 12 cm l'intérieur avec 16 cm isolants comportant un pare-vapeur situé du
W/m².K / Très /m² de /m² de /m² de
Murs _ d'isolant Laine d'isolant Laine côté intérieur. Le risque de condensation sera _ _ 50 80 60 90
faible surface car mur mur mur
Minérale ou PSE ; Minérale ou PSE ; ainsi très limité à condition d'avoir une bonne
la majorité de la
Risolant ≥ 3,40 m².K/W Risolant = 4,5 m².K/W ventilation.
façade est vitrée.

dalle béton-
mitoyenne avec
un local chauffé /m² de /m² de /m² de
Toiture - - - - - - - - - -
au-dessus : toiture toiture toiture
PAROI NON
DEPERDITIVE

Une isolation en sous face de plancher est


réalisable à condition que l'accès au local non
Isolation en
chauffé soit possible (complexe en
plancher sur sous face de la Isolation en sous face Isolation en sous face
copropriété, avec des caves
Plancher local non chauffé- dalle, 8 cm de la dalle, 12 cm de la dalle, 12 cm /m² de /m² de /m² de
privatives).L'épaisseur d'isolant à mettre en 40 50 45 55 45 55
bas non isolé U = panneau rigide panneau rigide LdV panneau rigide LdV plancher plancher plancher
place est dépendante de la hauteur sous
0,85 W/m².K LdV R = 3,10m².K/W R = 3,10m².K/W
plafond disponible Toutefois,il peut être
R = 2,1 m².K/W
parfois plus simple de réaliser une isolation
sous chape.

La pose de triple vitrage implique de traiter


correctement les accès au magasin, pour ne
metal simple Façade rideau Façade rideau type
Façade rideau type pas engendrer des déperditions alors que /m²
Parties vitrage anti- type Géode Géode Technal triple /m² /m²
Géode Technal Ucw = l'isolation est très performante (mise en place 950 1150 950 1150 1150 1400 façade
vitrées effraction- Uw = Technal Ucw = vitrage Ucw = 0,9 fenêtre fenêtre
1,7 W/m².K de sas, porte tambour...)Les vitrages de rideau
5,4 W/m².K 1,7 W/m².K W/m².K
sécurité feuilletés présentent une bonne
qualité acoustique.

p. 85
85
Type 8
Recommandations Cout unitaire en euros
Etat initial Faisabilité Sc. Modeste Sc. Intermédiaire Sc. Maximal
Modeste Intermédiaire Maximal
min max unité min max unité min max unité
Les systèmes double peau avec laine minérale
Isolation des murs Isolation des murs
permettent de concilier l'acoustique et la
bardage métallique bardage métallique
Structure thermique, mais aussi d'avoir un bon
double peau avec 11 double peau avec 13 /m² de /m² de /m² de
Murs métallique isolée- _ comportement au feu de l'isolant. Les _ _ 95 105 110 120
cm d'isolant (λ 0,032) cm d'isolant (λ 0,032) mur mur mur
U= 0,85 W/m².K procédés de fixation actuels en matériau
en laine de verre- en laine de verre-
composite limitent considérablement les
R=3,4 m².K/W R=4,05 m².K/W
ponts thermiques

Arrachage de l'ancien isolant à prévoir.Faire


26 cm de laine attention au poids supplémentaire entraîné
toiture en bac 13cm de laine 22 cm de laine
minérale + fixation à par l'ajout d'isolant. La laine de verre sera /m² de /m² de /m² de
Toiture acier isolée- minérale minérale 90 100 110 120 120 130
rupture thermique quand même, pour une même performance toiture toiture toiture
U=0,58W/m².K R=3,40 m².K/W R= 5,8 m².K/W
R=6,7 m².K/W thermique, deux fois plus léger que la laine de
roche

Le plancher bas donnant sur terre-plein, il


déperd peu. Toutefois, lors de travaux de
dalle béton sur Isolation sous chape, rénovation lourds, il peut être envisagé de
Plancher terre-plein, non 10 cm de polystyrène réaliser une isolation sous chape. Les coûts /m² de /m² de /m² de
- - - - - - 35 45
bas isolée - U= 0,85 extrudé indiqués sont la fourniture et la pose de plancher plancher plancher
W/m².K R = 2,6m².K/W l'isolant uniquement. L'épaisseur d'isolant à
mettre en place est dépendante de la hauteur
sous plafond disponible

La pose de triple vitrage implique de traiter


correctement les accès au magasin, pour ne
metal simple Façade rideau type
Façade rideau type pas engendrer des déperditions alors que /m²
Parties vitrage anti- Géode Technal triple /m² /m²
- Géode Technal Ucw = l'isolation est très performante (mise en place _ _ 950 1150 1150 1400 façade
vitrées effraction- Uw = vitrage Ucw = 0,9 fenêtre fenêtre
1,7 W/m².K de sas, porte tambour...)Les vitrages de rideau
5,4 W/m².K W/m².K
sécurité feuilletés présentent une bonne
qualité acoustique.

p. 86
86
Bâtiments types
Les plans masse des établissements d’hôtellerie, de restauration, de cafés et de débits de
boisson sont présentés suivant les grandes catégories suivantes :
 hôtels peu classés (1 étoile et moins) ;
 hôtels moyennement classés (2 et 3 étoiles) ;
 hôtels de luxe (4 étoiles et plus) ;
 restaurants ;
 cafés et débits de boisson.
Certaines caractéristiques constructives sont communes à tous les types d’hôtels. La hauteur
sous plafond du rez-de-chaussée est de 3,5m ; la hauteur sous plafond des étages de
chambres est de 2,5m. La hauteur sous plafond des restaurants, cafés et débit de boisson est
de 2,5m.
Le pourcentage de parois vitrées est décrit dans la partie occupation pour chaque module.

Hôtels peu classés


► H ôt e l s d e p e t i t e t a i l l e

Superficie moyenne Type de parois Taille Nombre et hauteur étages


48 m² par niveau 1 5-20 chambres 4 niveaux de 3m
Schéma descriptif

4m 4m
2m 3m 3m
Bureaux

3m Chambre Chambre 2,5m


Services
6m
Circulation 1m

3m Hall-Restaurant-Bar 2,5m
Chambre Chambre

8m 8m
Rez-de-chaussée Etages

p. 87
87
► H ôt e l s d e t a i l l e m oy e n n e

Superficie moyenne Type de parois Taille Nombre et hauteur étages


135 m² par niveau 2 15-50 chambres 4 niveaux de 3m
Schéma descriptif

2,5m 4m 3,5m 2,5m 2,5m 15m


Bureaux

Cham

Cham

Cham

Cham

Cham

Cham

Cham
Cham
Services 4m

1m
Cham

Cham

Cham

Cham

Cham

Cham

Cham
Cham
Hall-Restaurant-Bar 4m

15m 2,5m 2,5m 2,5m 2,5m 2,5m 2,5m

Rez-de-chaussée Etages

► H ôt e l s d e g r a n d e t a i l l e

Type de parois Taille Nombre et hauteur étages


3 supérieur à 50 chambres 4 niveaux de 3m
Schéma descriptif

12 chambres par étage 12 chambres par étage

p. 88
88
Hôtels 2/3 étoiles
► H ôt e l s d e p e t i t e t a i l l e

Superficie moyenne Type de parois Taille Nombre et hauteur étages


60 m² par niveau 1 5-20 chambres 4 niveaux de 3m
Schéma descriptif
2m 3m 3m 4m 4m
Bureaux

3m 3m
Services Chambre Chambre

7,5m Circulation 1,5m

4,5m Hall-Restaurant-Bar
3m
Chambre Chambre

8m 8m

Rez-de-chaussée Etages

► H ôt e l s d e t a i l l e m oy e n n e

Superficie moyenne Type de parois Taille Nombre et hauteur étages


171 m² par niveau 2 15-50 chambres 4 niveaux de 3m
Schéma descriptif

2,5m 4m 5,5m 3m 3m 3m 3m 3m 3m 3m 3m
Cham

Cham

Cham

Cham

Cham

Cham
Cham

Cham
Bur

Services

9,5m
Hall-Restaurant-Bar
Cham

Cham

Cham

Cham

Cham

Cham
Cham

Cham

18m 18m

Rez-de-chaussée Etages

p. 89
89
► H ôt e l s d e g r a n d e t a i l l e

Type de parois Taille Nombre et hauteur étages


50-100 chambres /supérieur à
3/4 4 niveaux de 3m
100 chambres
Schéma descriptif

12 chambres par étage 12 chambres par étage

Hôtels de luxe

► H ôt e l s d e p e t i t e t a i l l e

Superficie moyenne Type de parois Taille Nombre et hauteur étages


100 m² par niveau 5 5-20 chambres 4 niveaux de 3m
Schéma descriptif
2m 3m 5m 5m 5m
Bureaux

4m Services Chambre Chambre 4m

10m Circulation 2m

Hall-Restaurant-Bar
6m
Chambre Chambre 4m

10m 10m
Rez-de-chaussée Etages

p. 90
90
► H ôt e l s d e t a i l l e m oy e n n e

Superficie moyenne Type de parois Taille Nombre et hauteur étages


288 m² par niveau 5 15-50 chambres 4 niveaux de 3m
Schéma descriptif
7m 9m 8m

5m Bureaux

Rez-de-chaussée 12m
Services
7m Hall-Restaurant-Bar

24m
Cham

Cham

Cham

Cham

Cham

Cham
5m

Etages 2m 12m
Cham

Cham

Cham
Cham

Cham

Cham
5m

4m 4m 4m 4m 4m 4m

► H ôt e l s d e g r a n d e t a i l l e

Type de parois Taille Nombre et hauteur étages


50-100 chambres /supérieur à
5/4 4 niveaux de 3m
100 chambres
Schéma descriptif

12 chambres par étage 12 chambres par étage

p. 91
91
Restauration

► R e st a u r a n t s d e p e t i t e t a i l l e

Ce type de bâtiment est considéré comme faisant partie intégrante d’un immeuble ; seule la
paroi avant du restaurant ainsi que le plancher sont considérés comme déperditifs.

Superficie Nombre et
Type de bâtiment Type de parois Particularité occupation
moyenne hauteur étages
Petit restaurant 70 % d’ouverture midi
traditionnel et soir 30 % d’ouverture
Petit restaurant rapide 7 le midi 40 m² 1 niveau de 3m
100 % d’ouverture
Petite cantine
uniquement le midi
Schéma descriptif

2m 3m

Sanitaires Cuisine 3m

8m

5m
Salle de restaurant

5m

p. 92
92
► R e st a u r a n t s d e g r a n d e t a i l l e

Dans le cas où il s’agit d’un restaurant traditionnel, ce type de bâtiment est considéré
comme faisant partie d’un immeuble d’habitation. Afin de représenter un bâtiment moyen,
la paroi arrière (celle donnant sur les locaux techniques) ainsi qu’une des parois latérales
sont considérées comme non déperditives, en plus du plafond. Dans le cas où il s’agit d’un
restaurant rapide, toutes les parois sont déperditives, représentant ainsi un bâtiment situé
en zone d’activité commerciale.

Particularité Superficie Nombre et


Type de bâtiment Type de parois
occupation moyenne hauteur étages
Grand restaurant 70 % d’ouverture midi
6
traditionnel et soir 30 %
Grand restaurant rapide 8 d’ouverture le midi 400 m² 1 niveau de 3m
100 % d’ouverture
6
Grande cantine uniquement le midi
Schéma descriptif
6m 8m 6m

Réserves
Services

Locaux
techniques Sanitaires 4m
8m
Circulation

Cuisine Circulation

16m
Salle de restaurant
12m

Entrée

20m

p. 93
93
Cafés et débits de boisson

► C a f é s e t d é b i t s d e b oi ss o n de pe t i t e t a i l l e

Ce type de bâtiment est considéré comme faisant partie d’un immeuble d’habitation. Afin de
représenter un bâtiment moyen, la paroi arrière (celle donnant sur les locaux techniques)
ainsi qu’une des parois latérales sont considérées comme non déperditives, en plus du
plafond.

Superficie Nombre et
Type de bâtiment Type de Particularité occupation
moyenne hauteur étages
parois
Petit café et débit de 50 % d’ouverture la journée
7 80 m² 1 niveau de 3m
boissons 50 % d’ouverture en soirée

Schéma descriptif
3m 4m 3m

Sanitaires

4m
Locaux techniques

8m

4m Salle de restaurant

10m

p. 94
94
► C a f é s e t d é b i t s d e b oi ss o n de gr a nde t a i l l e

Ce type de bâtiment est considéré comme faisant partie d’un immeuble d’habitation. Afin de
représenter un bâtiment moyen, la paroi arrière (celle donnant sur les locaux techniques)
ainsi qu’une des parois latérales sont considérées comme non déperditives, en plus du
plafond.

Superficie Nombre et
Type de bâtiment Type de parois Particularité occupation
moyenne hauteur étages
Grand café et débit de 50 % d’ouverture la journée
7 500 m² 1 niveau de 3m
boissons 50 % d’ouverture en soirée

Schéma descriptif
8m 9m 8m

Sanitaires 4m
9m Locaux techniques

Bar
16m
11m
Salle de restaurant

25m

p. 95
95
Typologie d’occupation

Hôtellerie

Circulations
Hall sans Hall avec Circulations Chambres Chambres
Services Bureaux non
restaurant restaurant occupées louées non louées
occupées
Température 21°C(jour)
18°C 19°C 18°C 18°C 10°C
d’hiver 19°C(nuit)
Horaires de
chauffage de - - 6 h-23 h -
jours
Température
d’été si 23°C 23°C -
climatisation
0
Ventilation 2 2
5 m3/(m².h) m3/(m². 0 m3/(m².h) 2 m3/(m².h) 2 m3/(m².h) 0 m3/(m².h)
mécanique m3/(m².h) m3/(m².h)
h)
Horaires de
6 h-23 h 9 h-18 h - 24 h/24 h 24 h/24 h -
ventilation

Ventilation
2 m3/(m².h) 0 m3/(m².h) 0 m3/(m².h) 0 m3/(m².h)
naturelle

Apports internes 20 W/m² 10 W/m² 0 W/m² 10 W/m² 0 W/m² 0 W/m²

Horaires
d’apports 6 h-23 h 9 h-18 h - 16 h-8 h 16 h-8 h -
internes
Eclairage 18 W/m² 12 W/m² 6 W/m² 6 W/m² 0 W/m²

Horaires 16 h-23 h
6 h-23 h 9 h-18 h 6 h-23 h -
d’éclairage 6 h-8 h

Vitrage
(hors hôtels 50% 30% 50% 30% 30%
d’affaire, 85%)

p. 96
96
Restauration

Salle de restaurant Cuisines Services Sanitaires


Midi et Midi et Midi et Midi et
Horaires d’ouverture Midi Midi Midi Midi
soir soir soir soir
Température d’hiver
19°C 17°C 17°C 17°C
(réduit de nuit -4°C)
Horaires de chauffage de
9 h-15 h 9 h-23 h 9 h-15 h 9 h-23 h 9 h-15 h 9 h-23 h 9 h-15 h 9 h-23 h
jours
Température d’été si
23°C
climatisation
Ventilation mécanique 10 m3/(m².h) 20 m3/(m².h) 0 m3/(m².h) 0 m3/(m².h)
12 h-14 h 10 h-15 h 12 h-14 h 12 h-14 h
Horaires de ventilation 12 h-14 h 10 h-15 h 12 h-14 h 12 h-14 h
19 h-22 h 17 h-22 h 19 h-22 h 19 h-22 h
Ventilation naturelle 2 m3/(m².h) 2 m3/(m².h) 0 m3/(m².h) 0 m3/(m².h)

Apports internes 45 W/m² 60 W/m² 20 W/m² 20 W/m²


Horaires d’apports 12 h-14 h 10 h-15 h 12 h-14 h 12 h-14 h
12 h-14 h 10 h-15 h 12 h-14 h 12 h-14 h
internes 19 h-22 h 17 h-22 h 19 h-22 h 19 h-22 h
Eclairage 18 W/m² 12 W/m² 12 W/m² 6 W/m²
10 h-15 h 10 h-15 h 10 h-15 h 10 h-15 h
Horaires d’éclairage 10 h-15 h 10 h-15 h 10 h-15 h 10 h-15 h
17 h-22 h 17 h-22 h 17 h-22 h 17 h-22 h
Vitrage 50 % 30 % 30 % 30 %

p. 97
97
Cafés et débits de boisson

Salle de café Services Sanitaires


Horaires d’ouverture Journée Soirée Journée Soirée Journée Soirée
Température d’hiver
19°C 17°C 17°C
(réduit de nuit -4°C)
Horaires de chauffage
9 h-23 h 17 h-2 h 9 h-23 h 17 h-2 h 9 h-23 h 1 7h-2 h
de jours
Température d’été si
23°C
climatisation
Ventilation
10 m3/(m².h) 0 m3/(m².h) 0 m3/(m².h)
mécanique
Horaires de 12 h-14 h 12 h-14 h 12 h-14 h
18 h-2 h 18 h-2 h 18 h-2 h
ventilation 19 h-22 h 19 h-22 h 19 h-22 h
Ventilation naturelle 0 m3/(m².h) 0 m3/(m².h) 0 m3/(m².h)

Apports internes 45 W/m² 20 W/m² 20 W/m²


Horaires d’apports 12 h-14 h 12 h-14 h 12 h-14 h
18 h-2 h 18 h-2 h 18 h-2 h
internes 19 h-22 h 19 h-22 h 19 h-22 h
Eclairage 18 W/m² 12 W/m² 6 W/m²
10 h-15 h 10 h-15 h 10 h-15 h
Horaires d’éclairage 18 h-2 h 18 h-2 h 18 h-2 h
17 h-22 h 17 h-22 h 17 h-22 h
Vitrage 50 % 30 % 30 %

p. 98
98
Annexe 3 : Questionnaire

Informations générales
 Nom de l’établissement :
 Activité de l’établissement :
 Département :
 Commune :
 Nombres de salariés :

Description du bâtiment
 Surface du bâtiment :
 Composition des murs :
 Composition de la toiture :
 Type de vitrage :
 Pourcentage de vitrage :
 Forme du bâtiment au sol :
 Nombres étage :
 Nombres ascenseurs :
 Année de construction :
 Est-ce que le bâtiment a été rénové ?
 Si oui, quel type de rénovation (agrandissement, isolation, amélioration de l’éclairage
…)

p. 99
99
Occupation du bâtiment

Type d'éclairage
Type de pièce
(classique, basse conso,
(chambre, cuisine, salle Nombre Surface
interrupteur, détecteur
restaurant…)
présence…)

 Jours d’ouverture :
 Heures d’ouverture :
 Nombres employés :

p. 100
100
Energie (usages concurrentiels)
Pour chaque énergie utilisée dans le bâtiment, complétez le tableau et rayez les mentions
inutiles.

Types d’énergies Electricité Gaz Fuel

Utilisée dans le bâtiment oui/non oui/non oui/non

Chauffage Chauffage Chauffage

Usage de l’énergie ECS (Eau chaude sanitaire) ECS ECS

Cuisson Cuisson Cuisson


Centralisé Centralisé Centralisé
Systèmes de productions
Décentralisé Décentralisé Décentralisé

Type de système de
production (chaudière,
réseau de chaleur…)

Type de système
d'émission (radiateur,
convecteur…)

Types de régulation

Surface concernée

Conso/Facture

p. 101
101
Types d’énergies Chauffage urbain Bois Autres

oui/non si oui
Utilisée dans le bâtiment oui/non oui/non
préciser:

Chauffage Chauffage Chauffage

Usage de l’énergie ECS ECS ECS

Cuisson Cuisson Cuisson

Centralisé Centralisé Centralisé


Systèmes de productions
Décentralisé Décentralisé Décentralisé

Type de système de
production + date
(chaudière, réseau de
chaleur…)

Type de système
d'émission + date
(radiateur, convecteur…)

Type de régulation

Surface concernée

Conso/Facture

p. 102
102
Energie (usages non concurrentiels)

Usage Climatisation Bureautique Ventilation Eclairage Autres

Taux d’équipement

Type de systèmes/ Type


d'énergie

Systèmes de productions

Types de régulation
-

Surface concernée

p. 103
103
Annexe 4 : Evolution du prix des énergies

p. 104
104
Index des figures

Figure 1 - Reconstitution quantitative du parc de cafés, hôtels et restaurants ...................... 13


Figure 2 - Reconstitution qualitative du parc de cafés, hôtels et restaurants ......................... 14
Figure 3 - Répartition des surfaces chauffées par taille moyenne d’établissement – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain) ...................................................................................................... 15
Figure 4 - Répartition communale des surfaces chauffées – (ENERTER Tertiaire, Energies
Demain) .................................................................................................................................... 16
Figure 5 - Répartition des surfaces chauffées selon le territoire et l’activité – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain) ...................................................................................................... 16
Figure 6 - Parts de marché surfaciques des énergies de chauffage par département –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 17
Figure 7 - Parts de marché surfaciques des énergies de chauffage selon l'activité - (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain) ...................................................................................................... 18
Figure 8 - Méthode de modélisation des consommations énergétiques - (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain) ..................................................................................................................... 19
Figure 9 - Plan masse du bâtiment type « ‘Restaurant de grandes tailles» - (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain) ...................................................................................................... 20
Figure 10 - Consommations d'énergie primaire et finale par énergie - (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain) ..................................................................................................................... 28
Figure 11 - Consommation unitaires selon l’usage de l’énergie et l’activité (kWh/m².an d’EF
et d’EP) –les valeurs indiquées sur le graphique sont celles des consommations unitaires
d’énergie finale – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ........................................................ 30
Figure 12 - Consommations unitaires communales d'énergie finale, en kWh/m².an -
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 31
Figure 13 - Parts de marché des énergies dans les consommations d'énergie finale
communales - (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ............................................................. 32
Figure 14 - Evolution relative du poids des usages de l'énergie dans la consommation selon le
bouquet de travaux - (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) .................................................. 39
Figure 15 - Evolution des consommations d'énergie finale selon le scénario à horizon 2050
(en GWhEF) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) .............................................................. 64
Figure 16 - Structure de la consommation d'énergie finale par usage selon le scénario pour
les années 2009, 2020 et 2050, en GWhEF – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ............. 67
Figure 17 - Evolution des consommations d'énergie primaire selon le scénario à horizon 2050
(en GWhEP) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ............................................................. 68
Figure 18 - Structure de la consommation d'énergie primaire par usage selon le scénario
pour les années 2009, 2020 et 2050, en GWhEP – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) .... 71
Figure 19 - Evolution des émissions de GES selon le scénario à horizon 2050 (en kteqCO2) –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 72
Figure 20 - Structure des émissions de GES par usage selon le scénario pour les années 2009,
2020 et 2050, en kteqCO2 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ....................................... 75

p. 105
105
Index des tableaux
Tableau 1 - Synthèse des établissements enquêtés .................................................................. 8
Tableau 2 - Etablissements visités - Enquête de terrain ............................................................ 9
Tableau 3 - Répartition des surfaces et des établissements visités selon le territoire –
Enquête de terrain ..................................................................................................................... 9
Tableau 4 - Répartition des énergies de chauffage par territoire d’après l’enquête de terrain
.................................................................................................................................................. 10
Tableau 5 - Nombre d’établissements disposant d’une terrasse chauffée ............................. 10
Tableau 6 - Répartition des effectifs par sous branche – (ENERTER Tertiaire, Energies
Demain) .................................................................................................................................... 15
Tableau 7 - Répartition des surfaces selon l'énergie de chauffage utilisée – En milliers de m² -
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 17
Tableau 8 - Répartition surfacique des systèmes de production de chauffage et taux de
climatisation – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ............................................................ 22
Tableau 9 - Rendements de génération moyens des systèmes de production de chauffage –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 22
Tableau 10 - Répartition surfacique des systèmes de ventilation – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain) ..................................................................................................................... 23
Tableau 11 - Parts de marché surfaciques des énergies d’eau chaude sanitaire – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain) ...................................................................................................... 23
Tableau 12 - Rendements globaux des systèmes de production d'Eau Chaude Sanitaire –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 24
Tableau 13 - Parts de marché des consommations d’énergie finale de cuisson – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain) ...................................................................................................... 24
Tableau 14 - Consommations d'énergie finale par usage et énergie, en GWhEF/an –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 28
Tableau 15 - Emissions de GES par usage et énergie, en kteqCO2/an – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain) ..................................................................................................................... 29
Tableau 16 - Consommations d'énergie finale par usage et énergie, en GWhEF/an –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 29
Tableau 17 - Consommations d'énergie et émissions de GES départementales - (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain) ...................................................................................................... 31
Tableau 18 - Correspondance système état initial et performant - (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain) ..................................................................................................................... 35
Tableau 19 - Coûts unitaires des systèmes performants (en €HT/m²) – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain) ..................................................................................................................... 36
Tableau 20 - Surfaces concernées par le bouquet de travaux « Modeste bâti » et
« Intermédiaire » - (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)...................................................... 37
Tableau 21 - Consommations et émissions de GES selon le bouquet de travaux, et gains
associés - (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) .................................................................... 38
Tableau 22 - Consommations d’énergie finale selon l’activité et le bouquet de travaux
appliqué, en GWhEF/an – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) .......................................... 41
Tableau 23 - Consommations d’énergie primaire selon l’activité et le bouquet de travaux
appliqué, en GWhEP/an – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) .......................................... 41

p. 106
106
Tableau 24 - Consommations d’énergie finale par énergie selon le bouquet de travaux
appliqué (en GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ........................................ 42
Tableau 25 - Emissions de GES par énergie consommée selon le bouquet de travaux appliqué
(en kteqCO2/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ...................................................... 42
Tableau 26 - Consommations d'énergie finale liées à l'usage de chauffage selon le geste de
travaux (en GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) .......................................... 43
Tableau 27 - Consommations d'énergie finale liées à l'usage d’ECS selon le geste de travaux
(en GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ....................................................... 44
Tableau 28 - Consommations d'énergie finale liées aux usages spécifiques de l’électricité et
de climatisation selon le geste de travaux (en GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire, Energies
Demain) .................................................................................................................................... 44
Tableau 29 - Consommations d'énergie finale liées aux usages spécifiques de l’électricité et
de climatisation par usage et selon le geste de travaux (en GWh EF/an) – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain) ..................................................................................................................... 45
Tableau 30 - Estimation haute et basse des coûts induits par l'application des bouquets de
travaux selon l’activité (en millions d’euros HT) – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..... 46
Tableau 31 - Estimation haute et basse des coûts induits par l'application des bouquets de
travaux selon la branche d’activité (en €HT/m² touché) – (ENERTER Tertiaire, Energies
Demain) .................................................................................................................................... 46
Tableau 32 - Coût du kWh EF économisé sur 30 ans (HT/kWhEF économisé) – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain) ...................................................................................................... 47
Tableau 33 - Economies d'énergie réalisées par euro investi (en kWh/€HT) – (ENERTER
Tertiaire, Energies Demain) ...................................................................................................... 47
Tableau 34 - Temps de retour sur investissement « Brut » (en année) – (ENERTER Tertiaire,
Energies Demain) ..................................................................................................................... 48
Tableau 35 - Taux d'entrée annuels et surfaces neuves, en m²............................................... 52
Tableau 36 - Parts de marché surfaciques des énergies de chauffage dans les bâtiments
entrant dans le parc selon le scénario - Bâtiments entrants ................................................... 53
Tableau 37 - Parts de marché surfaciques de l'énergie solaire thermique pour les bâtiments
entrant dans le parc selon le scénario - Bâtiments entrants ................................................... 54
Tableau 38 - Taux annuels de réhabilitation et gains engendrés sur le besoin en énergie de
chauffage selon le scénario et la période de mise en œuvre .................................................. 55
Tableau 39 - Cumul des surfaces réhabilitées aux horizons 2020, 2030 et 2050 selon le
scénario .................................................................................................................................... 56
Tableau 40 - Parts de marché surfaciques lors du renouvellement des systèmes en fin de vie
.................................................................................................................................................. 57
Tableau 41 - Parts de marché surfaciques de l'énergie solaire thermique pour les bâtiments
existants selon le scénario - Bâtiments existants .................................................................... 58
Tableau 42 - Synthèse des hypothèses structurantes du parc de bâtiments existants selon le
scénario et l’usage .................................................................................................................... 59
Tableau 43 - Evolution des surfaces du parc tertiaire à horizon 2050 selon la période de
construction, en milliers de mètres carrés – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain).............. 60
Tableau 44 - Surfaces chauffées par activité et évolutions aux horizons 2020 et 2050 –
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 61
Tableau 45 - Surfaces en milliers de mètres carrés et parts de marchés surfaciques des
énergies de chauffage en 2050 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ............................... 62

p. 107
107
Tableau 46 - Estimation des surfaces de panneaux photovoltaïques nécessaires pour
compenser les consommations réglementaires des bâtiments à énergie positive en 2050 .. 63
Tableau 47 - Part du besoin couvert par les panneaux solaires thermiques, et surfaces de
panneaux nécessaires en 2050, en milliers de mètres carrés ................................................. 63
Tableau 48 - Consommations d'énergie finale selon la branche et le scénario en 2020 et
2050, en GWhEF – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ...................................................... 64
Tableau 49 - Consommations d'énergie finale par usage selon le scénario pour les années
2009, 2020 et 2050, en GWhEF – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ............................... 66
Tableau 50 - Evolution par rapport à 2009 des consommations d'énergie finale par usage
selon le scénario pour les années 2020 et 2050 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..... 66
Tableau 51 - Consommations d'énergie primaire selon la branche et le scénario en 2020 et
2050, en GWhEP – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ...................................................... 68
Tableau 52 - Consommations d'énergie primaire par usage selon le scénario pour les années
2009, 2020 et 2050, en GWhEP – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain)............................... 70
Tableau 53 - Evolution par rapport à 2009 des consommations d'énergie primaire par usage
selon le scénario pour les années 2020 et 2050 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..... 70
Tableau 54 - Emissions de GES selon la branche et le scénario en 2020 et 2050, en kteqCO2–
(ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ..................................................................................... 72
Tableau 55 - Emissions de GES par usage selon le scénario pour les années 2009, 2020 et
2050, en kteqCO2 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) .................................................... 74
Tableau 56 - Evolution par rapport à 2009 des émissions de GES par usage selon le scénario
pour les années 2020 et 2050 – (ENERTER Tertiaire, Energies Demain) ................................. 74

p. 108
108
ARENE Île-de-France - Agence Régionale
de l’Environnement et des Nouvelles Énergies
94 bis, avenue de Suffren
75015 Paris
Tel. 01 53 85 61 75
Fax 01 40 65 90 41
www.areneidf.org

Agence de l’Environnement et de la Maitrise de


l’Energie
Direction régionale Île-de-France
6/8 rue Jean Jaurès - 92807 PUTEAUX CEDEX
Tél 01 49 01 45 47
Fax 01 49 00 06 84
http://ile-de-france.ademe.fr

p. 109
109

Vous aimerez peut-être aussi