Vous êtes sur la page 1sur 3

Rapport de l’évaluation diagnostique

Le tableau récapitulatif des résultats des apprenants en langue


française

Les élèves qui ont obtenus la 17


moyenne
Le pourcentage 51%
Les élèves qui n’ont pas 16
obtenus la moyenne
Le pourcentage 49%
Les garçons ayant obtenus la 6
moyenne
Le pourcentage 18%
Le nombre de filles ayant 11
obtenues la moyenne
Le pourcentage 6,5%

Compte-rendu
dans le cadre de la mise en oeuvre des dispositions de l’arrêté
ministériel 026/17 relatif à l’organisation de l’année scolaire
2017/2018 et dans le but de mettre en place un état des lieux
qui reflète la situation réelle de mes deux classes de la 5 ème
année du primaire qui renferment pas moins de 66 élèves, j’ai
entamé une semaine de l’évaluation diagnostique au profit de
mes apprenants sans distinction aucune en vue de mesurer
leurs points forts, leurs défaillances et les points à améliorer
pour entreprendre une année scolaire sur un socle de la
réussite.

La collecte des données et l’analyse des résultats obtenus m’a


permis de dégager les remarques suivantes :

A dire vrai, les résultats obtenus par les apprenants sont décevants et
reflètent une non-maîtrise des compétences fondamentales et des ressources
antérieures.En matière de lecture, les élèves ont du mal à décoder et à
déchiffrer les lettres, les syllabes et partant les mots et même ceux qui
arrivent à décoder un texte, ont de grandes difficultés à comprendre le
Rapport de l’évaluation diagnostique

message écrit, c’est la raison pour laquelle, en tant que praticien et meneur
du jeu pédagogique, je suis tenu de redoubler d’intenses efforts en vue de
les aider à remédier leurs défaillances, à travailler le déchiffrage, la fluidité,
à enrichir davantage leur capital lexical et les amener à aimer l’acte de lire
et ressentir un immense plaisir à feuilleter un texte, à travers la mise en
place d’une bibliothèque de classe, d’un tableau de lecture...

En matière des disciplines de fonctionnement de la langue comme la


grammaire, la conjugaison, l’orthographe... j’ai relevé que la quasi-totalité
des apprenants ne connaissent même pas les rudiments de base, comme la
notion de phrase, les types de phrases, le verbe, les groupes et j’en passe.
J’étais très abasourdi par ce déplorable niveau de notre langue étrangère, ce
qui requiert de ma part beaucoup de travail acharné et énormément de don
de soi pour les aider à surmonter leurs énormes difficultés.

Ces disciplines qui ont été testées par mes propres élèves en un temps record
de 2h15 pour la langue française et un temps effectif d’évaluation de 2h pour
les mathématiques, a révélé la non-maîtrise des compétences de base, mais
aussi a montré que les filles sont plus performantes que les garçons que ce
soit en langue française ou en mathémqtiques, où on a enregistré avec
désarroi que la plupart des élèves ont du mal à effectuer des opérations très
simples en addition, en soustraction avec retenue, en multiplication et en
division. Des difficultés aussi au niveau de la comparaison des nombres et de
l’usage des signes plus grand ou plus petit. Les apprenants éprouvent des
difficultés majeures à résoudre des problèmes, sans perdre de vue des
problèmes sur le plan de la reconversion des unités de mesures et de la
géométrie, en particulier l’usage du compas et du rapporteur.

Même en communication orale, les élèves ont du mal à prononcer


correctement des mots fonctionnels qu’on a tendance à employer
quotidiennement et d’une façon régulière au sein de la classe, une situation
alarmante qui va me pousser à intégrer d’autres supports pédagogiques et
didactiques qui ont montré leurs effets bénéfiques comme le théâtre,
l’intégration de la chanson et un extrême intérêt à la prise de parole en public
qui aménera les apprenants à progresser et à acquérir une aisance corporelle
et une expressivité au niveau de la communication. Dans ce cadre, je tiens à
Rapport de l’évaluation diagnostique

noter que je vais présenter un exposé intitulé : « l’enseignement/


apprentissage du FLE : de l’intégration de l’art dramatique scolaire à la prise
de parole en public » le 16/12/2017, et j’estime que ce travail didactique va
m’aider à perfectionner les compétences et les savoirs-faire de mes élèves.

Avec le concours de mes collègues, on se dirige vers la mise en place de clubs


pédagogiques, pour mettre en commun nos expériences professionnelles à
même d’aider les apprenants en situation de difficultés d’apprentissage à
surmonter leurs obstacles et à peaufiner leur rendement.

Des séances de soutien pédagogique et d’accompagnement individualisé


verront le jour au cours de l’année scolaire, et si besoin on est, on peut
recourir à la mise en oeuvre de la cellule de veille qui s’assigne pour objectif
de juguler l’abandon et l’échec scolaire en rencontrant des élèves
individuellement pour voir les causes de leurs résultats décevants et agir vite
pour apporter soit le soutien psychologique, soit le soutien social, soit les
deux au même temps, car notre slogan demeure : chaque enfant est
important et il ne faut laisser aucun élève à l’écart en vue d’asseoir une école
égalitaire, inclusive où chacun trouvera justement sa place.

Khalid Barkaoui
Direction provinciale de Boulemane

Vous aimerez peut-être aussi