Vous êtes sur la page 1sur 5

CENTRE UNIVERSITAIRE NOUR BACHIR-EL BAYADH

Département des sciences et techniques


3e année Hydraulique
Module : TP hydraulique Fiche de TP n°2

Écoulement à travers un orifice

I. INTRODUCTION
Dans la plupart des cas, quand un fluide s’écoule par une ouverture comme un orifice à mince
paroi ou sur un déversoir, le débit réel est très inférieur à celui calculé. En supposant qu’il n’y a pas
de perte d’énergie et que l’écoulement dans l’ouverture est uniforme et parallèle. Cette réduction du
débit est due à la contraction de l’écoulement dans l’ouverture et en aval de l’ouverture, qui
provoque donc une perte d’énergie importante.
Cette expérience a été conçue pour étudier la réduction du débit, la contraction de l’écoulement,
et la perte d’énergie correspondante pour in orifice à paroi mince d’un réservoir débitant dans l’air.

II. BUT DE LA MANIPULATION


1) Détermination du coefficient de débit "Cd"
a - à charge constante.
b- à charge variable
2) La vérification de l'expression de la durée de vidange d’un réservoir muni d'un orifice à
paroi mince.
3) Détermination du coefficient de vitesse "Cv".
4) Déduction du coefficient de contraction de la veine liquide "Cc" .

III – RAPPEL THEORIQUES

III.1. Les coefficients Cv, Cc et Cd


De la figure représentée ci-dessous, appliquons le théorème de Bernoulli entre les sections M et N
en supposant qu'il n'y a aucune perte de charge " h  0 "

Fig2-1 : Schéma de l’écoulement d’un fluide par un orifice à paroi mince

Enseignante : Melle. Bekkadour Page 1 sur 4


Module : TP hydraulique Fiche de TP n°2

P V2 P V2
 ZM    ZN 
M N M N (1)
 2g  2g
Les sections M et N étant à la pression atmosphérique d'où : PM  PN  Patm
En supposant que l'axe de référence passe par la section N,alors on a:
ZM  ZN  H0
VM est très faible (origine du mouvement), alors on déduit la vitesse au point N de l'expression :
V2
N
H
2g 0
En supposant aussi que la vitesse est uniforme dans la section contractée, posons :
VN  V0 (vitesse idéale)
V2
0
H (2)
2g 0
En tenant compte de la perte de charge que l'orifice introduit, on notera " Vc " la vitesse réelle dans
la veine contractée on peut écrire :
V2
c
H (3)
2g c
Hc : la mesure effectuée par le tube de Pitot
La perte de charge de l'écoulement dans l'orifice est représentée par la différence
horif  H0  Hc
Le rapport de la vitesse réelle"Vc " et de la vitesse idéale "V0 " est défini comme étant le coefficient
de vitesse " C v " de l'orifice, alors des équations (2) et (3) on
V
C  c  Hc H0 (4)
v
V0
De même, on peut définir le coefficient de contraction par le rapport suivant :
S
C  c (5)
c
S
Sc : section contractée
S : section de l'ouverture de l'orifice
Enfin on peut définir le coefficient de débit " Cd " comme étant le rapport de débit réel du jet et du débit
correspondant à la vitesse idéale "V0 " sans contraction de la veine soient :
Q  Vc .Sc Débit réel
Q0  V0 .S  a0 . 2g.H0 Débit idéal

Cd  Q
0 Sc (6)
Q 
.V c
S.V0
En fonction de Q - valeur du débit réel mesuré, on trouve que :
Cd  Q
(7)
S. 2g.H 0

Des équations (4) , (5) et (6) , on établit immédiatement: Cd  Cv .Cc


Enseignante : Melle. Bekkadour Page 2 sur 4
III.2. La durée de vidange
On sait que la durée de vidange d’un réservoir de section uniforme est donnée par la relation
suivante :
2 A
T 
. h1  h2 
Cd .S. 2g
(8)
IV. PROCEDURE EXPERIMENTALE

IV.1. Détermination des coefficients Cv, Cc et Cd


L'appareil étant posé sur le banc hydraulique et branché à ce dernier. On remplit le réservoir de
l'appareil jusqu'au tube trop plein, puis on règle la vanne de l'alimentation pour obtenir un léger
débit régulier dans le tube trop plein.
* Pour étudier le C d , on mesure le débit sortant de l'orifice avec le réservoir de mesure du banc
hydraulique et on relève la valeur correspondante de H0 .
* Pour étudier le C v , on introduit le tube de Pitot dans la section contractée, dans ce but on
utilise la lame fixée au tube de Pitot.
* Pour la seconde partie de l'expérience, le débit d'alimentation est réduit par palier pour mesurer
le débit correspondant aux différentes hauteurs. Avant de relever la hauteur et le débit
correspondant, il est nécessaire d'attendre que l'écoulement soit en régime permanent.

IV.2. Mesure de la durée de vidange


 Fixer un repère (plus haut que possible) sur l’échelle indicatrice de niveau d’eau dans le
réservoir.
 Ouvrir la vanne pour atteindre le niveau maximal.
 Arrêter la pompe.
 Déclencher le chronomètre au moment où le niveau de l'eau dans le réservoir passe par un
repère choisi sur l'échelle indicatrice.

V. RESULTATS ET CALCUL
-Diamètre du réservoir D=15.5cm A  1.88102

m² S  1.32104
-Diamètre de l'orifice d=1.3cm 

Tableau 2.1-Détermination du coefficient de vitesse


Quantité t Q H0 H01 2 Hc Hc dc
C 
Essai n° Kg (s) ( m s) mm
3
mm v mm
12
mm H0
1 06 27.00 358 350 10.6
2 06 28.34 352 348 10.6
3 06 29.18 318 309 10.6
4 06 33.25 260 246 10.6
5 06 34.28 248 210 10.6
6 06 36.08 219 195 10.6
7 06 40.30 198 171 10.6
8 06 47.00 181 142 10.6
9 06 57.10 144 125 10.6
Tableau 2.2-Détermination de la durée de vidange
Essai N° 1 2 3 4
tmesuré (s) 4.82 11.55 17.81 26.81
h2 (mm) 250 200 150 100
tcalculé (s)
h1=300 mm
Note : la valeur de h2 est variable (à chaque essai on prend une autre valeur). Utiliser la valeur théorique
de Cd=0.63.

VI. INTERPRETATION
1) Tracer le graphe de Q  f H 0 

2) Déterminer la pente de la droite obtenue en déduisant le coefficient de débit
Q tg
Cd  Q 1
 . H 0  S 2g
S. 2g.H0 S 2g
tgα est la pente de la droite (graphe)

3) Tracer le graphe de T  f h 2

4) Déterminer la pente de la droite obtenue en déduisant le coefficient de débit.


2 A
T
2 A

h1 h2   tg   C 2 A

2g

C .S. C .S. d
C .S 2g .tg 
d 2g d d

tg est la pente de la droite (graphe)


Sachant que les valeurs théoriques des coefficients caractéristiques de l'orifice calculées pour une
hauteur constante, Cd  0.63, Cv  0.98 1.0 et Cc  0.65
sont :

VII. CONCLUSION

Vous aimerez peut-être aussi