Vous êtes sur la page 1sur 1

PLANÈTE - CORONAVIRUS ET PANDÉMIE DE COVID-19

Le reconfinement était-il inévitable ?


Comme au printemps, le nouveau confinement décrété à partir de vendredi vise à gagner du temps pour éviter le
débordement du système hospitalier.
Par Maxime Vaudano, Pierre Breteau, Gary Dagorn et Agathe Dahyot Publié aujourd’hui à 20h30, mis à jour à 21h07

(https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/28/le-reconfinement-etait-il-inevitable_6057704_3244.html)

Encore taboue il y a peu, l’idée d’un reconfinement de la population s’est imposée en quelques jours au sommet
de l’Etat français, jusqu’à l’annonce d’Emmanuel Macron, mercredi 28 octobre. Comme si cette mesure radicale,
déjà éprouvée au printemps, était la seule réponse possible à la reprise incontrôlée de l’épidémie de Covid-19.

A la fin du mois d’août, Emmanuel Macron disait pourtant vouloir tout faire pour éviter le reconfinement, « la
mesure la plus fruste pour lutter contre un virus ». Alors que le nombre de cas détectés progressait
régulièrement depuis trois mois, le président et le gouvernement privilégiaient des mesures plus souples,
comme les restrictions ciblées ou le couvre-feu. […]

Plusieurs facteurs conduisent les autorités sanitaires à craindre une aggravation de la situation au cours du mois
de novembre :

. il n’existe toujours pas de traitement efficace contre le Covid-19 ;

. il n’y aura probablement pas de vaccin généralisé avant la mi-2021 ;

. nous sommes encore loin de l’immunité collective (un principe épidémiologique selon lequel, la circulation d’un
virus est naturellement freinée lorsqu’une part suffisante d’une population a développé une immunité contre).

Même s’il est encore trop tôt pour observer l’effet du couvre-feu sur la dynamique de l’épidémie, force est de
constater que les précédentes mesures de restriction se sont révélées insuffisantes. […]

C’est pourquoi l’idée du reconfinement s’est imposée, avec un objectif : gagner du temps. […]

Cette solution ne fait-elle que repousser le problème à plus tard ? Avec le « redéconfinement », les
contaminations pourraient repartir à la hausse – et les hospitalisations dans la foulée – surtout s’il survient juste
avant les fêtes de Noël, propices aux transmissions intergénérationnelles.

La France n’est pas le premier pays à faire le choix du reconfinement. Dépassé par la progression de l’épidémie,
Israël a ainsi reconfiné sa population un mois entre le 18 septembre et le 18 octobre, après un premier bref
confinement au printemps. Depuis, les Israéliens ont retrouvé en partie la liberté de se déplacer.

L’alternance de périodes de confinement et de déconfinement peut-elle constituer une solution face à


l’épidémie de Covid-19 ? Cette stratégie, baptisée « stop and go » (« arrêter et repartir »), est déjà évoquée par
les spécialistes depuis un certain temps. Des chercheurs de l’université Harvard prévenaient dès le mois de mars
qu’il faudrait probablement vivre avec des mesures restrictives par intermittence jusqu’en 2022. Karine
Lacombe anticipe quant à elle un « stop and go » jusqu’à la généralisation d’un vaccin.

Reste à savoir quel rythme imposer à cette stratégie. La France a pour l’instant fait le choix d’un second
confinement de quatre semaines, valable jusqu’au 1er décembre, mais avec des restrictions plus légères qu’au
printemps. L’Irlande a opté le 22 octobre pour un reconfinement d’au moins six semaines. […]

Fin septembre, les économistes Esther Duflo et Abhijit Banerjee proposaient quant à eux d’instaurer un «
confinement de l’Avent » de deux à trois semaines avant les fêtes de fin d’année, pour limiter la circulation du
virus afin de protéger les personnes âgées lors des réunions de famille.

Vous aimerez peut-être aussi