Vous êtes sur la page 1sur 55

C ollecti on "L a voi e du

su ccè
s"

o
Maatthématiques 1ère D
Maatthématiques 1ère D
D

pr
1ère

1ère
eD

eD
1èr

1èr
D

eD
at thém tiques

ues
re

èr
s

es
è

ue

M athhématiq
D

X
s1

s1
iqu
re
D

ém atiq
re

ue

ue
è

MMa héma
s1
è

hé at
s1

iq

iq
e

at ém
qu eD

at
e

a
eD
qu i 1èr

m
1èr t

TE
i a
a t s e s
ém tiqu
e

M
M
ém tiqu
aththéma

M
aththéma re D
ues 1è
re D
ues 1è Ma
M athématiq
Ma
M athématiq

@
M M
Mathématiques 1ère D Mathématiques 1ère D
M
Maathématiq
Mathé
Ma
M thé matiques 1 M thé ues 1è
ath ma ère D ath ma re D

MMa héma

M athhématiq
ém tiqu

M
ém tiqu

n
Maatthématiques 1ère D
Maatthématiques 1ère D
at thém tiques

at ém
M
M
e ati e s 1è

hé at
ati s 1è
qu re D

ém atiq
re D

m
qu
es

at
es

Be

t iq

iq

re

ue

ue
re
D

iqu
D
s1

s1
ue

es
è

èr
ues
s
re

eD
1èr

1èr
D

1ère

1ère
eD

eD
U D

D
O
SS

Auteur
O

Benjamin DOSSOU
D

le 25 s e
ptembr e 2017
Programme de mathématiques 1ère D & C

o
SA n◦ 1 : CONFIGURATIONS DE L’ESPACE SA n◦ 1 : CONFIGURATIONS DE L’ESPACE

pr
1. Droites orthogonales 1. Droites orthogonales
2. Droites et plan orthogonaux 2. Droites et plan orthogonaux

X
3. Plans perpendiculaire 3. Plans perpendiculaire
4. Vecteurs de l’espace 4. Vecteurs de l’espace

TE
5. Produit scalaire (Uniquement pour la 1ère C) 5. Produit scalaire (Uniquement pour la 1ère C)
6. Géométrique analytique dans l’espace (Uniquement pour la 1ère C) 6. Géométrique analytique dans l’espace (Uniquement pour la 1ère C)

@
SA n◦ 2 : ORGANISATIONS DES DONNÉES SA n◦ 2 : ORGANISATIONS DES DONNÉES

1. Équations et Inéquations dans R × R 1. Équations et Inéquations dans R × R

n
2. Statistique 2. Statistique

Be
3. Dénombrement 3. Dénombrement
4. Fonctions-Applications 4. Fonctions-Applications
5. Limites et continuité 5. Limites et continuité
6. Dérivation 6. Dérivation
U
7. Suites numériques 7. Suites numériques

SA n◦ 2 : LIEUX GÉOMÉTRIQUES DANS LE PLAN SA n◦ 2 : LIEUX GÉOMÉTRIQUES DANS LE PLAN


O
1. Angles orientés et trigonométrie 1. Angles orientés et trigonométrie
SS

2. Barycentre 2. Barycentre
3. Isométrie du plan 3. Isométrie du plan
4. Similitudes 4. Similitudes
O

5. Représentation graphique de fonctions. 5. Représentation graphique de fonctions.


D

Prof Benjamin DOSSOU Page 1 sur 46 1ère C & D


Table des matières

o
1 CONFIGURATIONS DE L’ESPACE 1

pr
1.1 Droites orthogonales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Droites et plans orthogonaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2.1 Distance d’un point à un plan-distance d’un point à une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

X
1.3 Plans perpendiculaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.1 Projection orthogonale sur un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3.2 Projection orthogonale sur une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

TE
1.4 Vecteurs de l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4.1 Base de l’ensemble W des vecteurs de l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.4.2 Coordonnées d’un vecteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

@
1.4.3 Caractérisation vectorielle d’un plan et d’une droite de l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.5 Produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.6 Géométrie analytique dans l’espace : droites et plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

n
1.6.1 Équation cartésienne d’un plan-Représentation paramétrique d’un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.6.2 Représentation paramétrique d’une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

Be
1.6.3 Systèmes d’équation linéaires à trois inconnues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.6.4 Codages de résolution (opération élémentaires) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.6.5 Méthode de Pivot de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.6.6 Distance d’un point à une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
U
2 ORGANISATIONS DES DONNÉES 14
2.1 Équations et Inéquations dans R, systèmes linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
O
2.1.1 Signe d’un polynôme du second degré et d’un binôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.2 Signe des racines d’un polynôme du second degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.3 Résolution d’une inéquation du second degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
SS

2.2 Statistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.2.1 Série statistique à une variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.2.2 Quelques caractérisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
O

2.2.3 Effectifs cumulés- fréquences cumulés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18


2.2.4 Méthodes pour déterminer une médiane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.2.5 Série statistique à double variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
D

2.2.6 Nuage de points associé à une série double . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19


2.2.7 Point moyen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2.8 Ajustement linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

Prof Benjamin DOSSOU Page 1 sur 46 1ère C & D


TABLE DES MATIÈRES 2

2.2.9 Méthode des moindres carrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20


2.2.10 Droite de régression de y en x et de x en y . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2.11 Coefficient de corrélation linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.3 Dénombrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.3.1 Notion d’ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.3.2 Partition d’un ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

o
2.3.3 Produit cartésien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3.4 p-uplets d’un ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

pr
2.3.5 Factorielle d’un entier naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3.6 Permutations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3.7 Arrangement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

EX
2.3.8 Combinaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3.9 Complémentaire d’un ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.4 Fonctions-Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

T
2.4.1 Domaine de définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.4.2 Restriction d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

@
2.4.3 Comparaison de deux fonctions sur un ensemble donné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.4.4 Minorant , majorant d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.4.5 Composée de deux applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.4.6 Image directe-Image réciproque d’un ensemble par une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

n
2.5 Limites et continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.5.1 Limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

Be
2.5.2 Continuités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5.3 Extension de la notion de limite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5.4 Interprétation graphique des limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.6 Dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
U
2.6.1 Opérations sur les fonctions dérivables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.6.2 Application de la dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.6.3 Interprétation géométrique du nombre dérivée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
O
2.6.4 Extremum relatifs d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.6.5 Quelques notions essentielles pour l’étude d’une fonction numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
SS

2.6.6 Axe de symétrie, centre de symétrie d’une courbe (Cf ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36


2.7 Suites numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.7.1 Généralités sur les suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.7.2 Suite majorées, suites minorées, suites bornées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
O

2.7.3 Sens de variation d’une suite numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37


2.7.4 Suites arithmétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.7.5 Suites géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
D

2.7.6 Raisonnement par récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38


2.7.7 Convergence et divergence d’une suite numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

Prof Benjamin DOSSOU Page 2 sur 46 1ère C & D


TABLE DES MATIÈRES 3

3 LIEUX GÉOMÉTRIQUES DANS LE PLAN 39


3.1 Angles orientés et Trigonométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.1.1 Congruence modulo 2pi dans R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.1.2 Représentation d’un angle orienté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.1.3 Mesure principale d’un angle orienté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.1.4 Mesure d’un angle orienté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.1.5 Somme de deux angles orientés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

o
3.1.6 Différence de deux angles orientés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.1.7 Fonction cosinus, sinus , tangente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

pr
3.1.8 Formule trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.1.9 Formule de duplication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.1.10 Formule de linéarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

X
3.1.11 Transformation du produit en somme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.1.12 Transformation de somme en produit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.1.13 Équation trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

TE
3.1.14 Inéquation trigonométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.2 Barycentre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.2.1 Barycentre de deux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

@
3.2.2 Construction du barycentre de deux points pondérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.2.3 Isobarycentre de deux points pondérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.2.4 Coordonnées du barycentre de deux points pondérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

n
3.2.5 Barycentre de trois ou quatre points pondérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.2.6 Coordonnées du barycentre de deux points pondérés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

Be
3.2.7 Homogénéité du barycentre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

U
O
SS
O
D

Prof Benjamin DOSSOU Page 3 sur 46 1ère C & D


FICHE PÉDAGOGIQUE
Établissement : Anneé scolaire : 2017-2018
Nom du prof : DOSSOU Benjamin Effectif : élèves
Titre de la SA 1 : Configurations de l’espace Durée : heures

Eléments de planification

o
1. Contenus de la formation

pr
(a) Compétences
i. Les compétences disciplinaires

X
• Résoudre un problème ou une situation-problème en utilisant les concepts et procédures du langage et du raisonnement mathématiques
• Appréhender la mathématique dans ses aspects numériques par l’appropriation des outils, techniques et procédés conventionnels ainsi que par le traitement des

TE
données
• Appréhender la mathématique dans ses aspects géométriques par l’appropriation d’outils et de démarches propres à la géométrie.
ii. Compétence transdisciplinaire

@
• Se préparer à intégrer la vie professionnelle dans une perspective de réalisation de soi d’insertion dans la société.
iii. Compétence transversale

n
• Exploiter l’information disponible
• Résoudre une situation problème

Be
• Communiquer de façon précise et appropriée
• Exercer sa pensée critique
• Travailler en coorpération
U
(b) Connaissances et techniques : Les droites orthogonales ; droites et plans orthogonaux ; plans perpendiculaire ; vecteurs de l’espace ; produits scalaire ; géométrie analy-
tique dans l’espace
O
(c) Stratégie objet d’apprentissage : Résolution de problèmes
2. Durée : 72 heures
SS

3. Stratégies d’enseignement/apprentissage : Brainstorming, travail individuel, travail en groupe et travail collectifs


4. Matériels : craies, chiffon, instruments géométrie.
O

Déroulement
D
FICHE PÉDAGOGIQUE
Établissement : Anneé scolaire : 2017-2018
Nom du prof : DOSSOU Benjamin Effectif : élèves
Titre de la SA 2 : Organisations des données Durée : heures

Eléments de planification

o
1. Contenus de la formation

pr
(a) Compétences
i. Les compétences disciplinaires

X
• Résoudre un problème ou une situation-problème en utilisant les concepts et procédures du langage et du raisonnement mathématiques
• Appréhender la mathématique dans ses aspects numériques par l’appropriation des outils, techniques et procédés conventionnels ainsi que par le traitement des

TE
données
• Appréhender la mathématique dans ses aspects géométriques par l’appropriation d’outils et de démarches propres à la géométrie.
ii. Compétence transdisciplinaire

@
• Se préparer à intégrer la vie professionnelle dans une perspective de réalisation de soi d’insertion dans la société.
iii. Compétence transversale

n
• Exploiter l’information disponible
• Résoudre une situation problème

Be
• Communiquer de façon précise et appropriée
• Exercer sa pensée critique
• Travailler en coorpération
U
(b) Connaissances et techniques : Equations et inéquations dans R ; statistique ; Dénombrement ; fonctions-application ; limites et continuité ; dérivation ; suites numé-
riques
O
(c) Stratégie objet d’apprentissage : Résolution de problèmes
2. Durée : 12 heures
SS

3. Stratégies d’enseignement/apprentissage : Brainstorming, travail individuel, travail en groupe et travail collectifs


4. Matériels : craies, chiffon, instruments géométrie.
O

Déroulement
D
FICHE PÉDAGOGIQUE
Établissement : Anneé scolaire : 2017-2018
Nom du prof : DOSSOU Benjamin Effectif : élèves
Titre de la SA3 : Lieux géométriques Durée : heures

Eléments de planification

o
1. Contenus de la formation

pr
(a) Compétences
i. Les compétences disciplinaires

X
• Résoudre un problème ou une situation-problème en utilisant les concepts et procédures du langage et du raisonnement mathématiques
• Appréhender la mathématique dans ses aspects numériques par l’appropriation des outils, techniques et procédés conventionnels ainsi que par le traitement des

TE
données
• Appréhender la mathématique dans ses aspects géométriques par l’appropriation d’outils et de démarches propres à la géométrie.
ii. Compétence transdisciplinaire

@
• Se préparer à intégrer la vie professionnelle dans une perspective de réalisation de soi d’insertion dans la société.
iii. Compétence transversale

n
• Exploiter l’information disponible
• Résoudre une situation problème

Be
• Communiquer de façon précise et appropriée
• Exercer sa pensée critique
• Travailler en coorpération
U
(b) Connaissances et techniques : Angles orientés et trigonométrie ; barycentre
(c) Stratégie objet d’apprentissage : Résolution de problèmes
O
2. Durée : 22 heures
3. Stratégies d’enseignement/apprentissage : Brainstorming, travail individuel, travail en groupe et travail collectifs
SS

4. Matériels : craies, chiffon, instruments géométrie.

Déroulement
O
D
FICHE PÉDAGOGIQUE
Établissement : Anneé scolaire : 2017-2018
Nom du prof : DOSSOU Benjamin Effectif : élèves
Titre de la SA4 :Organisation des données Durée : heures

Eléments de planification

o
1. Contenus de la formation

pr
(a) Compétences
i. Les compétences disciplinaires

X
• Résoudre un problème ou une situation-problème en utilisant les concepts et procédures du langage et du raisonnement mathématiques
• Appréhender la mathématique dans ses aspects numériques par l’appropriation des outils, techniques et procédés conventionnels ainsi que par le traitement des

TE
données
• Appréhender la mathématique dans ses aspects géométriques par l’appropriation d’outils et de démarches propres à la géométrie.
ii. Compétence transdisciplinaire

@
• Se préparer à intégrer la vie professionnelle dans une perspective de réalisation de soi d’insertion dans la société.
iii. Compétence transversale

n
• Exploiter l’information disponible
• Résoudre une situation problème

Be
• Communiquer de façon précise et appropriée
• Exercer sa pensée critique
• Travailler en coorpération
U
(b) Connaissances et techniques : Application affine ; Application linéaire ; Statistique
(c) Stratégie objet d’apprentissage : Résolution de problèmes
O
2. Durée : 72 heures
3. Stratégies d’enseignement/apprentissage : Brainstorming, travail individuel, travail en groupe et travail collectifs
SS

4. Matériels : craies, chiffon, instruments géométrie.

Déroulement
O
D
C HAPITRE U N

CONFIGURATIONS DE L’ESPACE
Situation de départ : 1. Exprimer ta perception de chacun des problèmes posés.
Dans une société privée de gardiennage, il est organisé une compétition pour accroître la 2. Analyser chacun des problèmes.
performance des agents sur les champs de tir. Chaque agent est soumis à un test avec un

o
3. Opérer sur l’objet mathématique que tu as identifié pour chaque problème
dispositif spécial : à partir d’un carré de 8dm de côté, le dispositif permet de construire

pr
ultérieurement et de façon successive, plusieurs carrés concentriques tels que les som- 4. Améliorer au besoin ta production
mets d’un carré à construire soient sur les côtés du carré précédemment construit et à
une distance x de ses sommets. A l’agent tireur, on construit selon sa taille et son poids
un nombre N donné de carrés et on lui demande d ?en choisir un nombre N (N < N ) 1.1 Droites orthogonales

X
qu’il doit atteindre au tir. Melon n’est ni gros ni grand mais trapu, il veut se qualifier
meilleur agent tireur de la société ; il se propose d’étudier les principes mathématiques Activité 1.1

TE
de ce test. Pour cela, il enquête sur les poids et les tailles de ses coéquipiers. Il dresse le Certains camarades de Coffi ont reconnu, en examinant le dessin, deux droites (D ) et
1
tableau suivant : (D2 ) telles que (D1 ) k (AB), (D2 ) k (EH) et (D1 ) ⊥ (D2 )

@
Consigne 1.1

Présente les droites (D1 ) et (D2 ) qui conviennent Stratégie : TI :...... min TG :......min

n
TC : ....... min

Résolution 1.1

Be
ABCDEFGH est un pavé droit· Prenons (D1 ) = (DC) ; (D2 ) = (AD)
En considérant la face ABCD, on a : (AB) k (DC) 1
En considérant la face AEHD, on a : (AD) k (EH) 2
U En considérant le rectangle ABCD, on a : (AB) ⊥ (DC)
3
De ;
1 ;
2 (D
3 1 ) k (AB); (D2 ) k (EH); (D1 ) ⊥ (D2 )
O
Retenons 1.1

Comme (D1 ) k (AB) ; D2 k (EH), D1 et D2 sont perpendiculaire alors (AB) est dit ortho-
SS

gonal à (EH).

Note 1.1
O

Si (D) et (D 0 ) sont deux droites orthogonales de l’espace, ont note (D) ⊥ (D 0 )

Tâche Tu vas te construire des connaissances nouvelles en mathématique. Pour cela tu Définition 1.1 Deux droites de l’espace sont orthogonales lorsque les parallèles à ces droites
D

auras à : passant par un point donné sont perpendiculaires dans le plan qu’elles définissent. On note
Activité.0 (AB) ⊥ (EH) et on lit (AB) orthogonal à (EH)

Prof Benjamin DOSSOU Page 1 sur 46 1ère C & D


Droites et plans orthogonaux 2

Consigne 1.2 Soit (∆0 ) la parallèle à (∆) passant par C


Par hypothèse on a (D1 ) ⊥ (D2 )
1. Démontre que deux droites perpendiculaires sont orthogonales (D1 ) k (∆0 )· Donc (D2 ) perpendiculaire à (∆0 )· Par suite (D2 ) ⊥ (∆)
2. Donne deux exemples de droites orthogonales et non perpendiculaire, en utilisant
le dessin Propriété 1.1 Si deux droites de l’espace sont orthogonales alors toute droite parallèle à l’une est
orthogonale à l’autre.
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
Consigne 1.4 (1ère C)

o
Résolution 1.2
1. Soit (D) et (D 0 ) deux droites perpendiculaire de l’espace et C = (D) ∩ (D 0 )· Soit (D1 ), (D2 ), (∆) des droites telles que (D1 ) k (D2 ) ; (∆) ⊥ (D1 )· Démontre que (D2 ) ⊥

pr
La parallèle à (D) passant par C est (D 0 ) (∆) Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
La parallèle à (D 0 ) passant par C est (D)
Résolution 1.4
Par hypothèse La parallèle à (D) perpendiculaire à (D 0 )· Donc (D) ⊥ (D 0 )

X
(D1 ) k (D2 ) et (∆) ⊥ (D1 ) alors (∆) ⊥ (D2 )
2. (AB) et (EH) ; (EH) et (BF )

TE
Propriété 1.2 Si deux droites de l’espace sont parallèles alors toute droite orthogonale à l’une est
Note 1.2 orthogonale à l’autre.
Si (D) et (D 0 ) sont deux droites orthogonales de l’espace, ont note (D) ⊥ (D 0 )

@
Réinvestissement 1.1 Soit ABCDEF GH un cube, I et J milieux respectifs des segments
Remarque 1.1 [BC] et [CG].
1. Démontre que (AC) ⊥ (F H)
1. Deux droites perpendiculaires sont orthogonales ;

n
2. Démontre que (IJ) ⊥ (DE)
2. Deux droites orthogonales ne sont pas nécessairement perpendiculaire ;

Be
3. Deux droites orthogonales et sécantes sont perpendiculaires ; Stratégie : TI :...... min TC : ....... min

Consigne 1.3 Éléments de réponses 1.1


(D1 ) et (D2 ) sont deux droites orthogonales, (∆) une droite parallèle à (D1 )·
U
Démontre que (∆) est orthogonale à (D2 ) Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : 1.2 Droites et plans orthogonaux
....... min
Activité 1.2
O
Résolution 1.3
Un camarade de classe de Coffi sait depuis la classe de 4 que :" une droite est perpen-
SS

diculaire à un plan lorsqu’elle est perpendiculaire à deux droites sécantes de ce plan".


Ce résultats lui a été enseigné sous forme de définition. Il se demande si une droite est
perpendiculaire à un plan lorsqu’elle est orthogonale à deux droites sécantes de ce plan.
O

Consigne 1.5

Soit P un plan, D et D 0 deux droites sécantes du plan P, ∆ une droite orthogonale à D


D

et à D 0 .
Par hypothèse (D1 ) k (∆) ; (D2 ) ⊥ (D1 ) Démontre que :
Soit C ∈ (D2 ) ; la parallèle à (D2 ) passant par C est (D2 )

Prof Benjamin DOSSOU Page 2 sur 46 1ère C & D


Droites et plans orthogonaux 3

1. ∆ est sécante à P en un point M . (On pourra raisonner par absurde) Consigne 1.6
2. ∆ est perpendiculaire à P.
(P) et (P 0 ) sont deux plans et (D) une droite telle que (D) ⊥ (P) et (D) ⊥ (P 0 )·
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
Démontre que (P) k (P 0 ) Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
Résolution 1.5
Résolution 1.6
1. Supposons que (∆) k (P).

o
Soit (∆0 ) une droite contenue dans le plan (P) telle que (∆) k (∆0 ). Propriété 1.5 1. Si deux plans sont perpendiculaires à une même droite alors ces deux plans
sont parallèles.

pr

(D) ⊥ (∆)
⇒ (D) ⊥ (∆0 )
1 2. Si deux droites sont parallèles alors tout plan orthogonal à l’une est orthogonal à l’autre.
(∆) k (∆0 )
3. Si deux droites sont orthogonales à un même plan alors elles sont parallèles
(D 0 ) ⊥ (∆)


X
⇒ (D 0 ) ⊥ (∆0 )
2
(∆) k (∆0 )
Réinvestissement 1.2
De 2 , (D) k (D 0 ) ce qui est absurde car (D) k (D 0 ) sont sécantes. On conclut
1 et

TE
Soit ABCDEF GH un cube·I le centre du carré BCGF et J milieu segment [GH]
donc que (∆) est sécante à (P) en un point M .
2. Soit (D1 ) et (D2 ) deux droites de (P) sécantes en M telles que (D1 ) k (D) et 1. (a) Démontre que (F C) ⊥ (ABG)

@
(D2 ) k (D 0 ), on a :
(b) En déduire que (BH) ⊥ (F C)

(D1 ) k (D) 2. (a) Démontre que (AC) ⊥ (DBH)
⇒ () ⊥ (D1 )
1
(∆) k (D 0 )

n
(b) Déduis-en que (BH) ⊥ (AC)
 et on a :
de 1 2

Be
3. (a) Démontre que (BH) ⊥ (ACF )
 (∆) ⊥ (D1 )
(b) Déduis-en que (BH) et (AI) sont perpendiculaires

(∆) ⊥ (D2 )

d’où le résultat.

 (D 1 ) ⊂ (P)et(D2 ) ⊂ (P) 4. Démontre que le triangle AIJ est rectangle en I
(D1 ) ∩ (D2 ) = {M }

U
Stratégie : TI :...... min TC : ....... min
Définition 1.2 Une droite et un plan sont orthogonaux ou perpendiculaires lorsque la droite est
orthogonale à deux droites sécantes du plan.
O
Soit (D1 ) et (D2 ) deux droites du plan (Q). Éléments de réponses 1.2
Si (D) ⊥ (D1 ); (D) ⊥ (D2 ) et (D1 ) ∩ (D2 ) = {A} alors (D) ⊥ (Q) 1. (a) Considérons le carré BF GC
SS

(F C) ⊥ (BG) 1 (support des diagonales de BF GC)


Propriété 1.3 1. Par un point A de l’espace, il passe une droite unique de l’espace perpendi- (AB) perpendiculaire (F B) (*) (Car ABFE est un carré )
culaire à un plan donné de l’espace. (AB) perpendiculaire à (BC)(**)(Car ABCD est un carré)
2. Par un point de l’espace il passe un plan unique orthogonal à une droite donnée de l’espace. (F C) ∩ (BC) = B(***)
O

3. Si une droite est orthogonale à un plan alors elle est orthogonale à toute droite de ce plan. De (*) ; (**) et (***) (AB) ⊥ (BCF ) or (F C) ⊂ (BCF ) donc (AB) ⊥ (F C)
2
(BC) ∩ (BG) = B 3
4. Si deux droites sont parallèles alors tout plan orthogonal à l’une est orthogonal à l’autre
D

De ;
1 2 et ,
3 (F C) ⊥ (ABG)
Propriété 1.4 Si deux plans sont parallèles alors toutes droite orthogonale à l’un est orthogonale (b) d’après la question 1 a), (F C) ⊥ (ABG) or H ∈ (ABG) donc (BH) ⊂ (ABG)· Par
à l’autre· suite (F C) ⊥ (BH)

Prof Benjamin DOSSOU Page 3 sur 46 1ère C & D


Plans perpendiculaire 4


1.2.1 Distance d’un point à un plan-distance d’un point à une droite (M P ) ⊂ (HLM )
2. ⇒ (ABE) ⊥ (HLM )
(M P ) ⊥ (ABE)
Activité 1.3
Définition 1.4 Deux plans sont perpendiculaires lorsque l’un contient une droite orthogonale à
On considère le pavé droit ci-dessous tels que M, N, O, P sont les milieux respectifs des l’autre.
segments [LI]; [KJ]; [GC]; [HD].
Consigne 1.8
1. Justifie que (ON ) ⊥ (ABE) et (BF ) ⊥ (ON P ).
(P) et (P 0 ) sont deux plans et (D) une droite telle que (D) k (P) et (D) ⊥ (P 0 )

o
2. Construis le point d’intersection Q de la droite (ON ) avec le plan (ABE).
2 Démontre que (P) ⊥ (P 0 ) Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min

pr
3. Calcule la distance N Q sachant que HL = HE et HE = 1, 6m.
5 Résolution 1.8
4. Détermine (ON P ) ∩ (BF ). Quelles valeurs peux-tu donner à la distance du point
N au plan (ABE) et à la distance (BF ) ? (D) k (P)
Rightarrow∃(D 0 ) ⊂ (P) \ (D 0 ) k (D)et(D) ⊥ (P 0 ) donc (D 0 ) ⊥ (P 0 ) d’où (P) ⊥ (P 0 )

X
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
Propriété 1.6 1. Si une droite est parallèle à un plan et perpendiculaire à un second plan,
Définition 1.3 1. (D) est un plan et A un point de l’espace. On appelle distance du point alors ces deux plans sont perpendiculaires.

TE
A à la droite (D), noté d(A; (D)), la distance AH où H est le point d’intersection de (D) 
(D) k (P)
avec le plan passant par A et perpendiculaire à (D) ⇒ (P) ⊥ (Q)
(D) ⊥ (Q)

@
2. (P) est un plan et A un point de l’espace. On appelle distance du point A au plan (P), noté 2. Si une droite (D) et un plan (P) sont perpendiculaires à un plan (P 0 ) alors (D) est
d(A; (P)), la distance AH où H est le point d’intersection passant par A et perpendiculaire parallèle à (P).
à (P) (D) ⊥ (P 0 )

⇒ (D) k (P)
(P) ⊥ (P 0 )

n
1.3 Plans perpendiculaire 3. Si deux plans sont perpendiculaire, tout plan parallèle à l’un est perpendiculaire à l’autre.

Be
4. Un plan est perpendiculaire à deux plans sécants si et seulement si il est perpendiculaire à
Activité 1.4 leur droite d’intersection.

En examinant le dessin de l’armoire, Natacha une fille de la 1ère D reconnaît deux plans Réinvestissement 1.3 Soit (C ) un cercle de diamètre [AB] , S un point de l’espace tel que (AS)
perpendiculaires. Sa camarade Linda déclare en avoir oublié la définition. soit perpendiculaire au plan du cercle. M un point du cercle (C ) différent de A et B·
U Démontre que (SAM ) ⊥ (SBM )
Consigne 1.7
Stratégie : TI :...... min TC : ....... min
O
1. Démontre que (P M ) ⊥ (ABE)
Éléments de réponses 1.3
2. Les plans (ABE) et (HLM ) sont-ils perpendiculaires ?
SS

Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min

Résolution 1.7
O

1. 
Considérons les rectangles ADHE et ABCD. On a
 (AD) ⊥ (AE) r2cm ABM est un triangle inscrit dans le cercle (C ) de diamètre [AB] donc
(AD) ⊥ (AE) ⇒ (AD) ⊥ (ABE) 1 ABM est un triangle rectangle en M . On déduit donc que (BM ) ⊥ (AM ).
D

(AE) ∩ (AB) = A Par ailleurs (SA) orthogonale au plan du cercle et (BM ) est contenue dans ce plan.

De plus (M P ) k (DI) car P M ID est un rectangle. Or (AI) et (DI) sont confondus Donc (BM ) ⊥ (SA) or (SA) et (AM ) sont deux droites sécantes du plan (SAM ). Par
alors (M P ) k (AD) .
1 De 1 et
2 on a : (M P ) ⊥ (ABE). suite (BM ) ⊥ (SAM ) or (BM ) ⊂ (SBM ) alors (SAM ) ⊥ (SBM ).

Prof Benjamin DOSSOU Page 4 sur 46 1ère C & D


Plans perpendiculaire 5

1.3.1 Projection orthogonale sur un plan 3. Si A et B sont deux points d’images respectives A0 et B 0 par p, le segment [AB] a pour
image par p :
Activité 1.5
(a) [A0 B 0 ] si (AB) n’est pas orthogonale à (P) ;
Donald, un élève de la classe de 1 ère s’intéresse au procédé qui , à chaque point X de (b) A si (AB) est perpendiculaire à (P)
l’espace associe le point d’intersection X 0 du plan (ABE) avec la droite passant par X et
perpendiculaire au plan (ABE). Joël affirme que ce procédé est une application de l’es-
pace dans lui même·

o
Colombe comme tout autre élève s’intéresse au même procédé mais cette fois en rempla-
çant le plan (ABE) par la droite (IL).

pr
Consigne 1.9 4. L’image, par une projection orthogonale p, du milieu d’un segment dont le support est non
orthogonal à (P) est le milieu du segment image.
Le procédé tel que présenté est-il une application de l’espace dans lui même Stratégie :

X
TI :...... min TG :......min TC : ....... min 5. L’image par une projection orthogonale p, du milieu d’un segment dont le support est non
orthogonal à (P), est le milieu du segment image.
Résolution 1.9

TE
Par un point de l’espace il passe une et une seule droite perpendiculaire à un plan
donné.DonsparunpointdeXdonnilpasseuneetuneseuledroiteperpendiculaireauplan(ABE)

@
· Cette droite coupe le plan (ABE) en un seule point X 0 · Par conséquent le procédé tel
que définie est bien une application de l’espace dans lui même·
Définition 1.5 La projection orthogonale sur un plan (P) est l’application qui à tout point M

n
de l’espace associe un point M 0 de l’espace où M 0 , intersection de (P) avec la droite passant par 1.3.2 Projection orthogonale sur une droite
M et orthogonale à (P)

Be
Activité 1.6

Joël affirme qu’en remplaçant le plan (ABE) par la droite (IK) et en considérant le pro-
U cédé décrit dans l’activité précédente, on définit aussi une application

Consigne 1.10

Le procédé géométrique tel que décrit est-il une application Stratégie : TI :...... min
O
TG :......min TC : ....... min
Propriété 1.7 1. L’ensemble des points invariants par une projection orthogonale sur un plan
est ce plan lui même. Résolution 1.10
SS

2. Soit p la projection orthogonale sur un plan (P). L’image d’une droite (D) par p est :
(a) Une droite si (D) n’est pas orthogonale à (P). Par un point X de l’espace il passe un et un seul plan perpendiculaire à la droite (IK)·
Ce plan coupe la droite (IK) en un seul point X 0 · Par conséquent le procédé tel définit
(b) Un singleton si (D) est perpendiculaire à (P)
est une application
O

Définition 1.6 On appelle projection orthogonale sur une droite (D), l’application qui à tout
point M ∈ E associe le point d’intersection M de (D) et du plan orthogonale à (D) passant par
D

Propriété 1.8 Soit p la projection orthogonale sur une droite (D)

Prof Benjamin DOSSOU Page 5 sur 46 1ère C & D


Vecteurs de l’espace 6

1. L’ensemble des points invariants par p est la droite (D) Propriété 1.9 Pour tout point O et pour tout vecteur →

u de l’espace, il existe un point M unique
−−→ → −
2. L’image par p d’une droite orthogonale à (D) est un singleton tel que OM = u
3. L’image d’une droite non orthogonale à (D) est la droite (D)
Consigne 1.12
Réinvestissement 1.4 On considère le dessin de l’armoire.
On définit la somme de deux vecteurs de W ainsi que le produit d’un vecteur par un
1. Soit p la projection orthogonale sur le plan (ELK). Détermine les images par p de nombre réel de la même manière que dans le plan. Reprends le dessin de l’armoire et
√ −−→

o
D; (AM ); [BO]; [DC]; (DJ) −→ −−→
construis le point Q tel que AQ = 2EH + 2OC. Stratégie : TI :...... min TG :......min
2. Soit q le projeté orthogonale sur la droite (DC). Détermine les images par q de TC : ....... min

pr
D; (AM ); [BD]; [LC]; (DJ).
−→ −−→ −−→
Propriété 1.10 1. Pour tout points A; B et C de l’espace on a : AC = AB + BC (C’est la
Stratégie : TI :...... min TC : ....... min relation de Chasles)

X
2. Pour tous vecteurs →−u et →
−v de l’espace et pour tout réels α et β on a :
1.4 Vecteurs de l’espace →
− →

(a) α→−
u = O ⇔ α + 0ou→−
u =O

TE
Activité 1.7 (b) α(→−
u +→−
v ) = α→

u + α→
−v

− →

(c) 1 u = u

@
Halim, un élève de la classe se souvient de la notion de vecteur et affirme : "Le vecteur
−−→ −−→ −→ −→ (d) (α + β)→−
u = α→ −u + β→ −
u
LN est une combinaison linéaire des vecteurs ABet de AE tandis que AL n’est pas une
−−→ −→
combinaison linéaire de AB et de AE". Certains de ses camarades s’interrogent sur la Définition 1.8 1. Soit →−
u 1; →

u 2; · · · ; →

u n , n vecteurs de l’espace ; α1 ; · · · ; αn , n réels. On

n
notion de combinaison linéaire et affirme n’avoir compris sa déclaration. appelle combinaison linéaire des vecteurs → −u 1; →

u 2; · · · ; →

u n ; tout vecteur →
−v définit par

− →
− →

v = α1 u 1 + α2 u 2 + · · · + αn u n→

Be
Consigne 1.11
2. Deux vecteurs →−u et →
−v sont colinéaires lorsque l’un deux est le vecteur nul ou bien les deux

→ ont la même direction.
Un vecteur de l’espace se définit de la même manière qu’un vecteur du plan. On note W
−−→ − −→ − → −−→
l’ensemble des vecteurs de l’espace. Détermine : 3. Soit →
−u;→−
v ;→

w trois vecteurs de l’espace tels que → −u = AB; → v = AC; W = AD. Les
−−→ →
− →
− →

vecteurs u ; v ; w sont colinéaires si et seulement si les points A; B; C; D sont coplanaires.
1. les caractéristiques du vecteur AB.
U
2. les caractéristiques d’un vecteur quelconque de l’espace. Note 1.3
O
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
1. Deux vecteurs → −
u et →
−v sont colinéaires si et seulement s’ils existent deux réels α et


Définition 1.7 Comme dans le plan ; deux points A et B de l’espace définissent un vecteur noté β non tous nuls tels que α→
−u + β→ −
v = O.
SS

−−→
AB 2. Si →

u est un vecteur non nul alors →−u et →

v sont colinéaires si et seulement s’il existe
−−→ →
− →

un réel α tel que v = α u
1. Si A et B sont distincts alors le vecteur AB est caractérisé par :
Propriété 1.11 Soit →

u;→ −v ;→

O

(a) sa direction qui est celle de la droite (AB) w trois vecteurs de W


(b) son sens qui est celui de A vers B sur la droite (AB). →
− →
− →

1. u ; v ; w sont coplanaires si et seulement si l’un au moins de ces vecteurs s’écrit comme
D

(c) sa norme noté kABk est égale à la longueur AB. combinaison linéaire des deux autres.
−−→ 2. −
→u;→−
v ;→−
w sont coplanaires si et seulement si il existe au moins un triplet (α; β; γ) non nul
2. Si A = B alors le vecteur AB est nul. Il n’a ni direction, ni sens mais sa norme est nul.
−−→ → − →

Dans ce cas on AB = O de nombres réels tels que α→

u + β→ −v + γ→

w = O*

Prof Benjamin DOSSOU Page 6 sur 46 1ère C & D


Vecteurs de l’espace 7

3. →
−u;→
−v ;→−w sont non coplanaires si et seulement si le tril et(α; β; γ) pour lequel α→

u + β→

v + 1.4.1 Base de l’ensemble W des vecteurs de l’espace

− →
− 1
γ w = O est (0; 0; 0)
Définition 1.9 1. Une base de l’espace est tout triplet (→

u;→−v ;→
−w ) de vecteurs non copla-

− →
− →
− →
− →
− →

4. Si u et v ne sont pas colinéaires alors u ; v ; w sont coplanaires si et seulement si w est naires de l’espace.
une combinaison linéaire des vecteurs → −u et →

v 2 2. On appelle repère de l’espace tout quadruplet (O; I; J; K) de points non coplanaires (repère
affine) ou bien un quadruplet (O; →−u;→
−v ;→

w ) où(→
−u;→−v ;→

w ) est une base de l’espace (repère
Réinvestissement 1.5 En utilisant le dessin de l’armoire,
−→ −−→ −−→ −→ cartésien).

o
1. Écris le vecteur AG comme combinaison linéaire des vecteurs AB; AD; AE.
−−→ −−→ −−→

pr
2. Justifie que les vecteurs AB; AD et CG sont coplanaires. 1.4.2 Coordonnées d’un vecteur
Stratégie : TI :...... min TC : ....... min Consigne 1.15
−→ − −→
→ − −−→
→ →

X
Consigne 1.13 Soit OI = i ; OJ = j ; OK = k trois vecteurs non coplanaires de l’espace avec
O; I; J; K des points de l’espace ; →

u un vecteur quelconque de l’espace ; M un point de
−−→ → −

TE
A et B sont deux points distincts de l’espace (E ) ; M un point quelconque de (E). Justifie l’espace tel que : OM = u .
−−→ −−→
que M ∈ (AB) ⇔ ∃α ∈ R \ AM = αAB Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... 1. Soit P le plan définit par les points O; I; J, (∆) la droite passant par M et paral-
min lèle à (OK) tel que (∆) coupe le plan (P ) en un point S. Justifie que les vecteurs

@
−→ −→ −−→
OI; OJ; OK sont coplanaires.
Propriété 1.12 A et B sont deux points distincts de l’espace (E ) ; M un point quelconque de −−→ −−→
(E). On a : 2. Justifie qu’il existe z ∈ R \ SM = z OK

n
−−→ →
− →
− →

−−→ −−→ 3. Démontre qu’il existe un seul triplet (x; y; z) de réels tels que OM = x i +y j +z k
M ∈ (AB) ⇔ ∃α ∈ R \ AM = αAB (1.1) −−→ −→ −−→
(Tu pourras remarquer que OM = OS + SM )

Be
−−→ −−→ 4. Justifie l’unicité de ce triplet.
La relation AM = αAB; α ∈ R est la caractérisation vectorielle de la droite (AB).
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
Consigne 1.14
1. (O; I; J; K) étant un repère, pour tout point M de l’espace, il existe un
U Propriété 1.13
−−→ −→ −→ −−→
A; B; C sont trois points non alignés de l’espace (E ) ; M un point de (E ). Démontre que triplet (x; y; z) unique de nombres réels tel que : OM = xOI + y OJ + z OK
−−→ −−→ −→ →
− → − →−
M ∈ (ABC) ⇔ ∃(α; β) ∈ R2 \ AM = αAB + β AC. Stratégie : TI :...... min TG :......min
O
2. x; y; zest appelé triplet de coordonnées du point M dans le repère (O; i ; j ; k ) ou triplet

− →− → −
TC : ....... min de coordonnées du vecteur → −
u dans la base ( i ; j ; k ). On note M (x; y; z).
x est appelé abscisse ; y est appelé l’ordonnée ; z est appelé côte du point M dans le repère
SS

Réinvestissement 1.6 En utilisant le dessin de l’armoire ; justifie dans chacun des cas suivants →
− → − → −
si les vecteurs indiqués sont coplanaires. (O; i ; j ; k ).

− →
− →

−→ −−→ −−→ De même (O; i ) est appelé axe des abscisses ; (O; j ) est appelé axe des ordonnées ; (O; k )
1. IJ; BE; LM est appelé axe des côtes et O est appelé l’origine du repère.
O

−−→ − → −→
2. OP ; AI; AE. −−→ 3 −−→
Réinvestissement 1.7 On considère le dessin de l’armoire tel que HL = HE.
5
D

Stratégie : TI :...... min TC : ....... min −−→ −−→ −−→


1. Justifie que le s vecteurs AB; HP et EH ne sont pas coplanaires.
1. cette section est uniquement pour la 1ère C −−→ −−→ −−→ −−→
2. cette section est uniquement pour la 1ère C 2. Détermine les triplets (x; y; z) de nombre réels tels que HN = xAB + y HP + z EH

Prof Benjamin DOSSOU Page 7 sur 46 1ère C & D


Produit scalaire 8

Stratégie : TI :...... min TC : ....... min 1. Soit A un point de l’espace et →−


u un vecteur de W La droite (D) de repère (A, , →

u)
est l’ensemble des points M ∈ E tels que

− → − → − −−→
Propriété 1.14 Soit (O; i ; j ; k ) un repère de l’espace, →

u (x, y, z); →

v (x0 ; y 0 ; z 0 ) deux vecteurs AM = α→ −
u,α ∈ R
de l’espace et α un réel. On a : 2. Soit A un point de l’espace ; →

u,→−
v ∈ W non colinéaires Le plan de repère (A, →

u,→−
v)
1. →−
u +→ −
v (x + x0 ; y + y 0 ; z + z 0 ) est l’ensemble des M ∈ E tels que
−−→
2. α→

u (αx; αy; αz) AM = α→ −
u + β→
−v , α, β ∈ R

o
−−→ 3. On appel vecteur normal à un plan tout vecteur directeur d’une droite perpendicu-
3. Si A(a; y; z); B(x0 ; y 0 ; z 0 ) alors AB(x0 − x; y − y 0 ; z − z 0 ).
laire à ce plan

pr
1.4.3 Caractérisation vectorielle d’un plan et d’une droite de l’espace
3

X
Consigne 1.16

TE
On considère le dessin de l’armoire
−−→ −−→
1. Détermine l’ensemble (Γ1 ) des points R de l’espace tel que ER = αEB, (α ∈ R)

@

→ −
→ −→
2. Détermine l’ensemble (Γ2 ) des points de l’espace tels que IS = αIJ +β IL , (α, β) ∈
R2

n
3. Cite un vecteur directeur d’une droite perpendiculaire au plan (OM N )
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min

Be

−n est un vecteur directeur de la droite (D) ;
Résolution 1.11 (D) ⊥ (P), →−n est un vecteur normal à (P)
−−→ −−→ −−→ −−→
1. ER = αEB =⇒ les vecteurs ER; EB sont colinéaires ; de plus ils ont le point E en Réinvestissement 1.8 Soit ABCDEF GH un cube On considère le plan (P) de repère
commun alors R ∈ (EB) Ainsi ∀R ∈ E , (Γ1 = (IJL)) −−→ −−→ −→ −−→
U (A, AB, HF ) et le plan (Q) de repère (A, AE, BG)
−→ −
→ −
→ −
→ − → −→
2. IS = αIJ +β IL donc les vecteurs IJ, IS, IL sont coplanaires Donc S ∈ (IJL) d’où 1. Définis (Q) et (P) par trois de leur points
(Γ2 ) = (IJL)
O
2. Détermine un vecteur normal à (P) et un vecteur normal à (Q)
−→
3. IL
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
SS

Retenons 1.2
Éléments de réponses 1.4
−−→
1. On dit que (E, EB) est un repère de la droite (EB)

→ − →
O

2. On dit que (I, IJ, IL)est un repère du plan (IJL) 1.5 Produit scalaire


3. Le vecteur IL est un vecteur normal au plan (OM N ) 4
D

Note 1.4 Activité 1.8


3. cette section est uniquement pour la 1ère C 4. cette section est uniquement pour la 1ère C

Prof Benjamin DOSSOU Page 8 sur 46 1ère C & D


Produit scalaire 9

\ on pourra calculer Stratégie : TI :...... min TC : ....... min


Noël affirme que si l’on connaît les longueurs JN, LN et l’angle KLM
−−→ −−→ −−→ −→
LN · N J A cet effet on rappelle que AB et AC sont deux vecteurs de W −−→ −→ −−→ −−→ −−→ −−→
−−→ −→ Éléments de réponses 1.5 AB · AC = a2 ; EB · BG = a2 ; AB · DG = a2
AB · AC = AB × AH, H est le projeté orthogonale de C sur (AB)
−−→ −→
AB · AC = AB × AC × cosBAC \ Consigne 1.18
Consigne 1.17 On considère le dessin de l’armoire et suppose que la partie IJKLDCGH est un cube

→ −→ − → −→ −→ − →

o
−−→ −→
On considère le dessin de l’armoire et on donne KL = KN = a ∈ R. Calcule LN · LJ 1. Justifie que le triplet (IJ; ID; IL) est une base de W tels que IJ; ID; ILsont des
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min vecteurs deux à deux orthogonaux

pr

− −
→ → − −→ → − −→ → − →
− → − − →
− →
− →

Résolution 1.12 2. Posons i = IJ; j = ID; k = IL et β = ( i ; j ; k ) ; → u = x i + y j + z k et

− →
− →
− →

−−→ −→ −−→ −−→ v = x0 i + y 0 j + z 0 k ; x, y, z, x0 , y 0 , z 0 ∈ R

X
LN · LJ = LN × LJ × cosM \ LN (car LM = N J) (a) Exprime →−u ·→−v en fonction des coordonnés des vecteurs → −
u et →

v
Calculons d’abord LN
(b) Donne l’expression de la longueur de AS en fonction de x, y, z si le point S est
√ est un triangle rectangle en K ; d’après la propriété de Pythagore on obtient LN =
LKN −→ −
tel que AS = →

TE
a 2 u
N J = KN = a √ Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
−−→ −→
LN · LJ = a × a 2 × cos45◦ = a2

@
−−→ − −→ → Résolution 1.13
Définition 1.10 Soit →−u et →
−v deux vecteurs , A, B, C des points tels que AB = →
u et AC = −
v
On appel produit scalaire des vecteurs →

u et →

v le réel noté →

u ·→
−v définie par Définition 1.11 1. La norme d’un vecteur est la racine carré de son carré scalaire

n

− −
→ 2. Un vecteur es unitaire si sa norme est égale à 1
u ·→

v = kuk × k→
− \ les vecteurs→
v k × cosBACsi −
u et→

v sont non nuls (1.2) →
− → − → − →
− →− →

Be
3. Une base ( i ; j ; k ) est dite orthonormée si les vecteurs i ; j et k sont deux à deux
Propriété 1.15 Soit →

u;→−
w et →−
v deux vecteurs →
− →
− →

orthogonales et k i k = k j k = k k k = 1

− →
− →
− →

1. u · v se lit u scalaire v
2. →

u ·→
−v = 0 si l’un des vecteurs →

u et →

v est nul Propriété 1.16 1. Soit →

u (x; y; z) et →

v (x0 ; y 0 ; z 0 ) deux vecteurs dans une base orthonormée

− → − →−

− →
− →
− →
− (i; j; k)
3. u · v = v · u
U
(a) →

u ·→−
v = xx0 + yy 0 + zz 0
4. →
−u · (→

v +→−w) = →

u ·→−
v +→−
u ·→−
w
(b) k→
− p

− →
− →
− →
− →
− →
− →
− u k = x2 + y 2 + z 2
O
5. ( u + v ) · w = u · w + u · w
2. Soit →

n un vecteur normal à un plan (P) passant par un point A Pour tout point M ∈ E ,
Remarque 1.2 on a :
−−→ −
SS

−−→ −→ M ∈ P ⇔ AM · →
n =0
1. →
−u ·→−
v = AB · AC = AB × AH où H est le projeté orthogonale de C sur (AB) et −−→ −→ 1
AB = xB − xA 3. AB · AC = (AB 2 + AC 2 − BC 2 )
2
2. le produit scalaire de →
− lui même est le carré scalaire de →

u On le note →

O

u par
√→ u 2 et on

− →
− − Propriété 1.17 (Application du produit scalaire)
a u 2 = kuk2 donc k u k = u 2 Soit (D1 ) et (D2 ) deux droites de vecteurs directeurs respectifs →
−u 1 et →
−u 2 ; (P) et (P) deux
3. →
−u ·→
−v = 0 =⇒ → −u ⊥→ −
v →
− →

D

plans de vecteurs normaux respectifs n 1 et n 2 , puis A; B; C trois points non alignés de l’espace.
Réinvestissement 1.9 Soit ABCDEF GH un cube d’arête a 1. (D1 ) k (D2 ) ⇔ ∃α ∈ R; → −u 1 = α→
−u2
−−→ −→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −→ −−→ −→ →
− →

Calcule BA · AC; EB · BG; AB · DG; EH · CH; AB · AC; BD · AG 2. (D1 ) ⊥ (D2 ) ⇔ u 1 · u 2 = 0

Prof Benjamin DOSSOU Page 9 sur 46 1ère C & D


Géométrie analytique dans l’espace : droites et plans 10

3. (D1 ) ⊥ (P) ⇔ ∃α ∈ R; →

u 1 = α→

n1 2. a, b, c étant trois nombres réels non nuls, l’ensemble des points M de l’espace tel que ax +
2

− →

4. (D ) k (P) ⇔ u · n = 0 2 1
by + cz + d = 0 est le plan (P) de vecteur normal → −
n (a; b; c)
−−→ −
5. (P) k (Q) ⇔ ∃α ∈ R; →

n 1 = α→

n2 3. Soit →n un vecteur de W et A ∈ E . L’ensemble des points de M de l’espace tel que AM ·→
− n =

− →

6. (P) ⊥ (Q) ⇔ n · n = 0 1 2
0 est le plan passant passant par A et de vecteur normal → −
n
−−→ −→ AB + AC 2 − BC 2
2
7. AB · AC = Réinvestissement 1.10 1. Détermine une équation cartésienne du plan (P) passant par
2 A( 12 ; 1; 1) et de vecteur normal →

n (1; −2; 3)

o
−−→ −−→ BA2 + BC 2 − AC 2
8. BA · BC = 2. Détermine l’équation cartésienne du plan (Q) passant par B(0; 0; 2) et orthogonale à une

pr
2
1 → droite de vecteur directeur →

v (1; 3; 0)

− →

9. u · v = k u k + k→
− 2 −v k2 − k→
−u −→ −
v k2

2 Stratégie : TI :...... min TC : ....... min

− →
− 1 →
k−u +→ −
v k2 − k→−
u k 2 − k→

X

10. u · v = v k2
2 Éléments de réponses 1.6

TE
1.6 Géométrie analytique dans l’espace : droites et plans 1. (P) : x − 2y + 3z − 3
2 =0

5
2. (Q) : x + 3y = 0

@
Consigne 1.20 (Représentation paramétrique d’un plan )
1.6.1 Équation cartésienne d’un plan-Représentation paramétrique

− → − → −
d’un plan On considère le repère orthonormée (O; i ; j ; k ) puis le le plan (P) passant par A et

n
dirigé par les vecteurs →

u et →

v
Consigne 1.19 (Équation cartésienne d’un plan)

Be
−−→
1. Soit M ∈ E ; démontre que M ∈ (P) ⇔ ∃α ∈ R, AM = α→ −u + β→ −v

− →− →

L’espace est muni d’un repère orthonormée (O; i ; j ; k ) ; soit (P) le plan passant par 2. On donne M  →
− →
− 0 0 0
(x; y; z); A(x0 ; y0 ; z0 ); u (a; b; c) et v (a ; b ; c ) ; justifie que
A(x0 ; y0 ; z0 ) et de vecteur normal →

n (a; b; c) et M ∈ E  x = αa + βa0 + x0
−−→ →
1. Justifie que M ∈ (P) ⇔ AM · − n =0 M ∈ (P) ⇔ y = αb + βb0 + y0 (α; β) ∈ R2
U
2. Justifie que M ∈ (P) ⇔ ax + by + cz + d = 0 où d est un réel à préciser

z = αc + βc0 + z0
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
O
Résolution 1.14 Retenons 1.4
SS

Retenons 1.3 x = αa + βa0 + x0


0 2
La relation ax + by + cz + d = 0 est une équation cartésienne du plan (P) de vecteur Le système { y = αb + βb0 + y0 (α; β) ∈ R est appelé système de représentation pa-
normal →−n (a; b; c) z = αc + βc + z0
ramétrique du plan (P) de repère (A; →−
u;→−
O

v ). On appel repère d’un plan (P), tout triplet



− → − → − →
− →
− →
− →

(A; u ; v ) où A ∈ (P) et u ; v deux vecteurs non colinéaires du plan (P)
Propriété 1.18 L’espace est muni d’un repère orthonormée (O; i ; j ; k )
D

1. Tout plan (P) de l’espace a une équation cartésienne de la forme ax + by + cz + d = 0 où


Résolution 1.15
a; b; c; d ∈ R; (a; b; c) 6= (0; 0; 0)
5. Cette section est uniquement pour la 1ère C Note 1.5

Prof Benjamin DOSSOU Page 10 sur 46 1ère C & D


Géométrie analytique dans l’espace : droites et plans 11


− →− → −
L’espace est muni d’un repère orthonormée (O; i ; j ; k ) On donne 1.6.2 Représentation paramétrique d’une droite

− →

A(x0 ; y0 ; z0 ); u (a; b; c) et v (a0 ; b0 ; c0 ) Un système de représentation paramétrique
Consigne 1.21
du
 plan (P) de0 repère (A; →

u;→
−v ) est donné par
 x = at + a t0 + x0 →
− → − →−
L’espace est muni d’un repère orthonormée (O; i ; j ; k ). On considère la droite (D)
y = bt + b0 t0 + y0 (t; t0 ) ∈ R2 →

passant par A(x0 ; y0 ; z0 ) et de vecteur directeur u ; M (x, y, z) ∈ E
z = ct + c0 t0 + z0

1. Soit M ∈ E ; démontre que
−−→
M ∈ (D) ⇔ ∃α ∈ R, AM = α→ −

o
u
Remarque 1.3 2. Justifie que

pr
 x = αa + x0
Si A, B, C sont trois points non alignés de l’espace alors un repère du plan (P) défini par M ß(D) ⇔ y = αb + y0 α ∈ R
−−→ −→ −−→ −→
les points A; B; C est (A; AB; AC) ou (A; CB; AC) 
z = αc + z0

X

− → − → − Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
Réinvestissement 1.11 L’espace est muni d’un repère orthonormée (O; i ; j ; k ) On donne
A(5; 2; −3); B(4; −2; 1) et C(2; 4; −5) Résolution 1.16

TE
1. Justifie que les points A, B, C définissent un net un seul plan (P) laisser au lecteur

@
2. Donne une représentation paramétrique du plan (P) Retenons 1.5

3. Déduis une équation cartésienne du plan (P)  x = αa + x0
Le système y = αb + y0 α ∈ R
4. Donne une représentation paramétrique du plan (Q) d’équation cartésienne x − 2y + 3z +

n
z = αc + z0

5=0
est appelé représentation paramétrique de la droite (D) de repère (A; →

u)

Be
Stratégie : TI :...... min TC : ....... min Note 1.6
−−→ −→ 1. On appel repère d’une droite (D) tout couple (A; →
−u ) où A ∈ D) et →

u un vecteur
Éléments de réponses 1.7 1. Supposons qu’ ∃α ∈ R; AB = αAC
directeur de la droite D)
 α = 32
−−→ −→ −−→ −→
U →
− → − → −
2. L’espace est muni d’un repère orthonormée (O; i ; j ; k ) O n donne A(x0 ; y0 ; z0 )
AB = αAC ⇔ α = −2 (absurde) donc AB; AC sont non colinéaires Par suite ils

α = 14 et →

u (a; b; c) 
O
définissent un et un seul plan  x = αa + x0
Le système y = αb + y0 α ∈ R est une représentation paramétrique de (D)
2. Soit M ∈ (P) alors les points A, B, C, M sont non coplanaires donc
z = αc + z0

−−→ −−→ −→
SS

∃α; β ∈ R; AM = αAB + β AC d’où la représentation paramétrique est donnée par :


Remarque 1.4

 x = −α − 3β + 5
y = −4α + 2β + 2 (α; β) ∈ R2 Si a 6= 0; b 6= 0 et c 6= 0 alors
1. 
z = 2α − 3β3

 x = αa + x0
O

3. On trouve aisément (P) : 18x − y − 7z − 67 = 0 y = αb + y0


z = αc + z0

4. 
On a trivialement
D

x − x0 y − y0 z − z0
 x = 2α − 3β − 5 ⇔ = = c’est un système d’équation cartésienne de la droite
y =α (α; β) ∈ R2 a b c
x − x0 y − y0 z − z0

z =β (D) On note (D) : = =
a b c

Prof Benjamin DOSSOU Page 11 sur 46 1ère C & D


Géométrie analytique dans l’espace : droites et plans 12

Si a = 0; b 6= 0 et c 6= 0 alors
2. ( Systèmes équivalents
x − x0 = 0
y − y0 z − z0 Deux systèmes (S1 ) et (S2 ) sont équivalente si et seulement si ils ont même ensemble
= de validité et le même ensemble de solutions
b c
est un système d’équation cartésienne de la droite (D)

− → − → −
Réinvestissement 1.12 L’espace est muni d’un repère orthonormée (O; i ; j ; k ) On donne
A(1; 2; 3); B(2; 0; 5); C(−1; 1; −2) Notation des équations

o
1. Détermine Dans un système d’équation linéaires, chacune des équations est désigné par ligne et

pr
(a) une représentation paramétrique de la droite (AB) on note ”L” Si le système comporte n équations (n ≤ 2), on désigne par :
(b) Une équation cartésienne de la droite (AB) L1 la première ligne
2. Vérifie que C ∈ (AB) L2 la deuxième ligne

X
Stratégie : TI :...... min TC : ....... min ..
.
Éléments de réponses 1.8 Ln la n-ième ligne

TE
1.6.3 Systèmes d’équation linéaires à trois inconnues 
x + y + z = 7(L1 )

@

Activité 1.9 Exemple 1.1 (S) 2x + y + 2z = 12(L2 )
3x + y − z = 6(L3 )

Pour résoudre un des problème
 liées à son service, Melon amené à résoudre le système
 x+y+z =7

n
d’équation linéaires (S) 2x + y + 2z = 12 1.6.4 Codages de résolution (opération élémentaires)
3x + y − z = 6

Be

Dans le cadre de la résolution d’un système d’équation linéaire, on utilise les codes
Consigne 1.22 ci-après :
1. Transforme (S) en un système de forme triangulaire 1. Li ← Li + αLj pour exprimer que la nouvelle ligne Li a été remplacer par Li +
2. Résous le nouveau système obtenu αLj (α ∈ R
U 2. Li ← αLi pour exprimer que la nouvelle ligne Li a été remplacer par l’ancienne
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min
αLi (α ∈ R
Résolution 1.17
O
 3. Li ← Lj pour exprimer que les anciennes lignes Li et Lj
 ax + by + cz = d
Définition 1.12 Tout système du type (S) a0 x + b0 y + c0 z = d0 où x, y, y sont les incon-
SS

 00
a x + b00 y − c00 z = d00 1.6.5 Méthode de Pivot de Gauss
nues est appelés système linéaire de trois équations à trois inconnues· Résoudre le système (S) Pour résoudre un système linéaire par la méthode de Pivot de Gauss, on procède
revient à déterminer tous les triplets (x, y, z) qui vérifient à la fois les trois équations comme suit :
O

Propriété 1.19 L’ensemble des solutions d’un système d’équation linéaire reste le même lors- 1. On vérifie que dans la ligne L1 , le coefficient de la première inconnue est non nul
qu’on : Si non on change L1 avec une ligne dont le coefficient de la première inconnue est
D

1. On permute deux équations du système non nul


2. multiplie une équation par un réel non nul 2. A l’aide des opérations élémentaires , (Li ← βLi + αLj ), on annule tous les coeffi-
3. ajoute à une équation un multiple d’une autre équation cient de la première inconnue dans les autres lignes

Prof Benjamin DOSSOU Page 12 sur 46 1ère C & D


Géométrie analytique dans l’espace : droites et plans 13


− →− → −
3. On recommence le même processus pour la deuxième inconnue, pour la troisième L’espace est muni d’un repère orthonormée (O; i ; j ; k ) Soit (P) : ax + by + cz + d = 0
inconnue · · · jusqu’à l’obtention d’un système triangulaire et A(x0 ; y0 ; z0 ) ; (a; b; c) 6= (0; 0; 0) La distance du point A au plan (P) est le nombre réel
positif noté
|ax0 + by0 + cz0 + d|
Exemple 1.2 d(A; P ) = √
 a2 + b2 + c2
 ax + by + cz =d
(S) k 0 y + h0 z = d0 Réinvestissement 1.14 On considère le plan (P) : x + 2y − z + 2 = 0 et A(4; −4; 2) dans

− →− → −

o
q 00 z = d00 l’espace muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ; k ) d’unité graphique 2cm

(S) est triangulaire Calcule la distance du point A au plan (P)

pr
Réinvestissement 1.13 Exercice 18 page 39 CIAM 1re SEStratégie : TI :...... min TC : ....... Éléments de réponses 1.9 Triviale
min
Réinvestissement 1.15 On donne A(1; 1; −1) ; (P1 ) : x+y−z = 0 et (P2 ) : 2x−y+z −3 =

X
0
1.6.6 Distance d’un point à une droite

TE
6 1. Démontre que (P1 ) ⊥ (P2 )
2. Calcule d(A; (P1 )) ; d(A; (P2 ))

@
Consigne 1.23
3. En déduire d(A; (∆)) où (∆) = (P1 ) ∩ (P2 )

− →− →−
L’espace est muni d’un repère orthonormée (O; i ; j ; k ) Soit (P) le plan d’équation Éléments de réponses 1.10 1. →−
n1 ·→−
n2 = 0
ax + by + cz + d = 0 et A(x0 ; y0 ; z0 ) ∈ E et H le projeté orthogonale de A sur (P) √

n
√ 6
−−→ → 2. d(A; (P1 )) = 3ul , d(A; (P2 )) = ul
1. Calcul |AH · − n | de deux manière différente 6

Be
|ax0 + by0 + cz0 + d| 3. [d(A; (∆))]2 = [d(A; (P1 ))]2 + [d(A; (P2 ))]2 =
2. Justifie que AH = √
a2 + b2 + c2
Stratégie : TI :...... min TG :......min TC : ....... min U
Résolution 1.18
−−→ − −−→
1. AH · →n = kAHk × k→ −
n k × cos(+ou − 1)
O
−−→ →− √
|AH · n = AH × a2 + b2 + c2 (*)
Soit H(xH ; yH ; zH ) ;
SS

−−→
AH(xH − x0 ; yH − y0 ; zH − z0 )
−−→ −
H ∈ (P) ⇔ axH + byH + czH = −d donc AH · → n = −(ax0 + by0 + cz0 + d)
−−→ →−
|AH · n | = |ax0 + by0 + cz0 + d|(**)
O

|ax0 + by0 + cz0 + d|


2. de (*) et (**) AH = √
a2 + b2 + c2
D

Retenons 1.6
6. uniquement pour la 1ère C

Prof Benjamin DOSSOU Page 13 sur 46 1ère C & D


C HAPITRE D EUX

ORGANISATIONS DES DONNÉES


Situation de départ :
Dans une société privée de gardiennage, il est organisé une compétition pour accroître la

o
performance des agents sur les champs de tir. Chaque agent est soumis à un test avec un
dispositif spécial : à partir d’un carré de 8dm de côté, le dispositif permet de construire

pr
ultérieurement et de façon successive, plusieurs carrés concentriques tels que les som-
mets d’un carré à construire soient sur les côtés du carré précédemment construit et à
une distance x de ses sommets. A l’agent tireur, on construit selon sa taille et son poids

X
un nombre N donné de carrés et on lui demande d’en choisir un nombre N (N < N )
qu’il doit atteindre au tir. Melon n ?est ni gros ni grand mais trapu, il veut se qualifier
meilleur agent tireur de la société ; il se propose d ?étudier les principes mathématiques

TE
de ce test. Pour cela, il enquête sur les poids et les tailles de ses coéquipiers. Il dresse le
tableau suivant :

@
Consigne 2.1

1. Exprime en fonction de x l’aire du second carré en fonction de x

n
2. On pose q(x) = p(x) − 33
Tâche Tu vas te construire des connaissances nouvelles en mathématique. Pour cela tu
(a) Écris q(x) sous forme canonique

Be
auras à :
(b) Détermine les valeurs de x pour que l’aire du second carré soit égale à 33dm2
Activité.0
Exprimer ta perception de chacun des problèmes posés ; Résolution 2.1
Analyser chaque problème posé ;
Mathématiser chacun des problèmes posés ;
U Consigne 2.2
Opérer sur l’objet mathématique que tu as identifié pour chacun des problèmes ;
Améliorer au besoin ta production. On considère le polynôme du second degré P (x) = ax2 + bx + c et pose ∆ = b2 − 4ac
O
  
b 2 ∆
1. Démontre que P (x) = a x + − 2
2a 4a
SS

2. Propose si possible une écriture de P sous la forme du produit de facteurs du pre-


2.1 Équations et Inéquations dans R, systèmes linéaires mier degré (On pourra envisager les cas ∆ = 0; ∆ > 0; ∆ < 0)
3. Résous dans R l’équation P (x) = 0(On pourra raisonner suivant les cas ∆ = 0; ∆ >
O

Activité 2.1 0; ∆ < 0)


4. Déduis en le signe de P suivant les valeurs du réels x.
D

Les agents de cette société de surveillance voudraient choisir x pour que l’aire du second Résolution 2.2
carré (Voir figure) soit égale à 33dm2
Définition 2.1

Prof Benjamin DOSSOU Page 14 sur 46 1ère C & D


Équations et Inéquations dans R, systèmes linéaires 15

• On appelle équation du second degré dans R toute équation pouvant se mettre sous la forme (a) Si ∆ < 0, pour tout réel x, P (x) est du signe de a
ax2 + bx + c = 0 où a ∈ R∗ ; b ∈ R; c ∈ R b
(b) Si ∆ = 0, x0 = − , P (x) est du signe de a.
• Si ax2 + bx + c = 0 est une équation du second degré dans R alors le réel ∆ = b2 − 4ac 2a √ √
est appelé le discriminant de cette équation −b − ∆ −b + ∆
(c) Si ∆ > 0, x1 = ; x2 = , P (x) est du signe de (−a) à l’intérieur
2a 2a
Propriété 2.1 Soit P (x) = ax2 + bx + c, a ∈ R∗ ; b ∈ R; c ∈ R un polynôme du second degré et des racines et du signe de (a) à l’extérieur des racines.
∆ = b2 − 4ac son discriminant. b

o
2. Soit ax + b (a 6= 0) un binôme ax + b = 0 ⇒ x = − . Ainsi ax + b est du signe de
1. La forme canonique de P est donnée par : a
(−a) à gauche de la racine et du signe de (a) à droite de la racine.

pr
  
b 2 ∆
P (x) = a x + − 2 (2.1) Réinvestissement 2.1 On donne f (x) = x2 − 2x + 1; g(x) = x2 + x − 6; h(x) =
2a 4a 4x + 4x − 16 et k(x) = x + x2 − 6 = 0
2 4

X
1. Résous dans R les équations f (x) = 0; g(x) = 0; h(x) = 0; k(x) = 0
2. Factorise si possible les polynômes f ; g; h
2. Si ∆ > 0, alors l’équation P (x) = 0 admet deux solutions distinctes x1 et x2 dans R ;

TE
3. Étudie le signe de f ; g; h
√ √
−b − ∆ −b + ∆ Éléments de réponses 2.1
x1 = etx2 = (2.2)
2a 2a

@
Propriété 2.2 1. Si l’équation du second degré ax2 + bx + c = 0 a pour solution x1 et x2
alors
b c
Dans ce cas la forme factorisée de P est donnée par x1 + x2 = − etx1 × x2 = (2.6)

n
a a
P (x) = a(x − x1 )(x − x2 ) (2.3) 2. Deux nombres réels ont pour somme S et pour produit psi et seulement si ils sont les

Be
solutions de l’équation x2 − Sx + p = 0
3. Si ∆ = 0, alors l’équation P (x) = 0 admet une solution double x0 dans R
Réinvestissement 2.2 
b a×b=1
x0 = − (2.4) 1. Détermine deux nombres réels a et b sachant que
2a a+b=3
U
2. Détermine les dimensions d’un terrain rectangulaire de périmètre 32m et dont l’aire de la
Dans ce cas la forme factorisée de P est donnée par surface est 16m2
O
P (x) = a(x − x0 )2 (2.5) Éléments de réponses 2.2
SS

4. Si ∆ < 0, alors l’équation P (x) = 0 n’admet pas de solution 2.1.2 Signe des racines d’un polynôme du second degré
Dans R ; P n’est donc pas factorisable dans R
Consigne 2.3
O

2.1.1 Signe d’un polynôme du second degré et d’un binôme On considère le polynôme du second degré K(x) = ax2 + bx + c et pose
c b
1. Soit P (x) = ax2 + bx + c un polynôme du second degré (a; b; c des réels avec a 6
= 0), ∆ = b2 − 4ac ≥ 0; P = le produit et S = − la somme.
a a
D

  
b 2 ∆ Donne le signe des solutions éventuelles de l’équation P (x) = 0 dans chacun des cas
∆ = b2 − 4ac son discriminant et P (x) = a x + − 2 sa forme cano-
2a 4a suivants :
nique.

Prof Benjamin DOSSOU Page 15 sur 46 1ère C & D


Équations et Inéquations dans R, systèmes linéaires 16


1. P < 0 P =0 2. Détermine x pour que l’aire du second carré construit soit inférieur à 33dm2
4.

P >0 S<0
2.  Résolution 2.4
S>0 P =0
5.

P >0 S>0
Note 2.1
3. 6. ∆ = 0
S<0
Pour résoudre une inéquation du second degré, il faut étudier le signe du polynôme puis
Résolution 2.3 à partir du tableau de signe trouver la solution de l’inéquation

o
Retenons 2.1

pr
Consigne 2.5
p<0 p=0 p>0
Trouve un système de contrainte permettant de résoudre les inéquations suivantes :
x1 < 0 < x2 x1 = 0etx2 < 0
S<0 x1 < 0 et x2 < 0

X
ou x2 < 0 < x2 ou x1 < 0etx2 = 0
x1 6= 0 p p p
S=0 x1 = −x2 = 0 empty 1. P (x) ≤ Q(x) 4. P (x) = Q(x)
ou x1 = −x2

TE
p
x1 < 0 < x2 x1 = 0etx2 < 0 2. P (x) ≥ Q(x)
S>0 x1 > 0 et x2 > 0 p p p
ou x2 < 0 < x2 ou x1 < 0etx2 = 0 3. P (x) ≤ Q(x) 5. P (x) = Q(x)

@
Réinvestissement 2.3 Résolution 2.5

1. (a) Démontre que pour tout réel m, l’équation  P (x) ≥ 0

n
p
1. P (x) ≤ Q(x) ⇔ Q(x) ≥ 0
(Em ) : x2 + 2(m + 1)x + 2m = 0 (2.7) 
P (x) ≤ [Q(x)]2

Be
 
admet deux solutions distinctes P (x) ≥ 0
P (x) ≥ 0
p  
(b) Étudie suivant les valeurs du nombres réels m le signe de ces solutions 2. P (x) ≥ Q(x) ⇔ ou Q(x) ≥ 0
 Q(x) ≥ 0
P (x) ≥ [Q(x)]2

2. Résous dans R les équations : 
P (x) ≥ 0 
2(−x2 + x)2 − 3(−x2 + x) + 1 = 0
U (2.8) 3.
p p
P (x) ≤ Q(x) ⇔

Q(x) ≥ 0 ou
P (x) ≥ 0
P (x) ≤ Q(x)
P (x) ≤ Q(x)

3. On considère l’équation suivantes :
O

P (x) ≥ 0 
P (x) ≥ 0

(Em ) : (m + 2)x2 − 2mx + 1 = 0; m ∈ R − {−2}
p p
(2.9) 4. P (x) = Q(x) ⇔ Q(x) ≥ 0 ou
P (x) = Q(x)
P (x) = Q(x)

SS

Pour quelles valeurs de m cette équation admet deux racines réels distinctes négatifs ? 
P (x) ≥ 0 
Q(x) ≥ 0
p 
Éléments de réponses 2.3 5. P (x) = Q(x) ⇔ Q(x) ≥ 0 ou
P (x) = [Q(x)]2
P (x) = [Q(x)]2

O

2.1.3 Résolution d’une inéquation du second degré Réinvestissement 2.4 Résous dans R chacune des équations suivantes :
Consigne 2.4 √
D

x+ x−1≥3 (2.10)
1. Résous dans R les équations f (x) ≤ 0; g(x) ≤ 0; h(x) ≤ 0; f (x) ≥ 0; f (x) > p
0; h(x) < 0 −x2 + 3x − 2 ≤ x − 1 (2.11)

Prof Benjamin DOSSOU Page 16 sur 46 1ère C & D


Statistique 17

2.2 Statistique
p
3(x2 − 1) > 2x − 1 (2.12)
p p
x2 − 5x + 6 = 4x2 + 4x + 1 (2.13) 2.2.1 Série statistique à une variable
p
x2 + x + 1 = 3x − 1 (2.14) Étudier une série statistique consiste à étudier un aspect particulier des éléments d’un
ensemble donné. Cet ensemble est appelé population.
Éléments de réponses 2.4
1. Une partie de la population s’appelle échantillon

o
Consigne 2.6 (Position d’un réel α par rapport aux racines d’un polynôme du second degré) 2. Un élément de la population s’appelle individu ou unité statistique

pr
3. l’aspect étudier s’appelle la variable ou le caractère. On distingue :
Soit P (x) = ax2 + bx + c(a 6= 0) un polynôme du second degré Soit α un réel
(a) les caractères quantitatifs qui prennent des valeurs numériques.
Détermine la position de α par rapport aux racines de l’équation P (x) = 0 dans chacun
des cas suivants : Exemple 2.1 taille ; âges ; nombres d’enfants...

X
1er Cas : ∆ > 0 (b) les caractères qualitatifs qui prennent qui prennent des valeurs non numériques
P (x) = 0 n’admet pas de solution dans R donc pas de comparaison Exemple 2.2 sexe ; profession ; nationalité...

TE
2 Cas : ∆ = 0 4. Les valeurs prises par un caractère d’une population sont appelés modalités
P (x) = 0 admet une solution double x0 dans R La position de α par rapport à cette
5. Si le caractère étudié (ou la variable) peut prendre toutes les valeurs d’un intervalle

@
racine s’étudie aisément
fixé, il est dit continu ou (à modalités regroupées en classe) . S’il ne peut prendre
3 Cas : ∆ > 0 qu’un certains nombres de valeurs isolées, il est dit discret.
P (x) = 0 admet deux solutions distinctesx1 et x2 dans R Supposons que x1 < x2 ,
6. Le nombre d’individu pour lesquels la variable prend une valeur donnée s’appelle

n
on calcul aP (α) et on étudie son signe
l’effectif de cette valeur .
(a) Si aP (α) < 0 alors α est entre les deux racines x1 < α < x2

Be
7. Lorsqu’on associe les modalités ou classes à leurs effectifs, on obtient une série
(b) Si aP (α) = 0 alors α est l’une des racines et la comparaison se fait aisément statistique
(c) Si aP (α) > 0 alors α est à l’extérieur des deux racines 8. Dans un ensemble à p éléments, on convient de noter xi la modalité et ni son effectif
S avec 1 ≤ i ≤ p. L’ensemble des couples (xi ; ni )est une série statistique.
On calcul dans ce cas − α et on étudie son signe
2
U
S
i. Si − α < 0 alors α est supérieur aux deux racines x1 < x2 < α 2.2.2 Quelques caractérisation
2
O
S Soit une série statistique de modalité (xi )1≤i≤p d’effectifs (ni )1≤i≤p et d’effectif total
ii. Si − α > 0 alors α est inférieur aux deux racines α < x1 < x2 p
2 X
N= ni .
SS

Résolution 2.6 i=1


1. On appelle mode d’une série statistique toute modalité qui a le plus grand effectif .
Réinvestissement 2.5 2. On appelle médiane d’une série statistique le nombre, noté Me , tel que 50% des
O

modalités soit inférieures ou égale à Me et 50% supérieures ou égale à Me .


P (x) = (m + 2)x2 − 2mx + 1(m ∈ R) (2.15)
3. On appelle moyenne d’une série statistique le nombre réel
D

Étudie la position de 1 par rapport aux racines de P (x) suivant les valeurs de m p
1 X
x= ni xi (2.16)
Éléments de réponses 2.5 N i=1

Prof Benjamin DOSSOU Page 17 sur 46 1ère C & D


Statistique 18

4. On appelle fréquence d’une série statistique le nombre réel 2.2.4 Méthodes pour déterminer une médiane
ni × 100 1. Pour déterminer la médiane Me d’une série statistique à caractère quantitatif discret
f= en % (2.17)
N d’effectif total N , on peut :
5. On appelle variance d’une série statistique le nombre réel défini par : (a) construire le tableau des effectifs cumulés croissants et décroissants ;
p
1 X (b) déterminer la modalité x1 correspondant au premier effectif cumulé croissant
V (x) = ni (xi − x)2 (2.18) N
N i=1

o
supérieur ou égal à
2

pr
6. On appelle écart-type d’une série statistique le nombre réel défini par : (c) déterminer la modalité x2 correspondant au premier effectif cumulé décroissant
v N
u
u1 X p p
! supérieur ou égal à
p 1 X 2
σ(x) = V (x)t ni (xi − x)2 = ni xi 2 − x2 (2.19)
N i=1 N i=1 x1 + x2

X
(d) calculer Me =
2
2. Pour déterminer la médiane Me d’une série statistique à caractère quantitatif
2.2.3 Effectifs cumulés- fréquences cumulés

TE
continu on peut utiliser l’une des méthodes suivantes :
On considère une série statistique ,à modalités regroupées en classes.
1. (a) Effectifs cumulés croissants

@
(a) Construire le polygone des fréquences cumulées croissantes. La médiane est
i
X l’abscisse du point du polygone dont l’ordonnée est 0, 5 ou 50%.
Ni↑ = n1 + · · · + ni = nk (2.20)

n
k=1
(b) Construire le polygone des fréquences cumulées croissantes et décroissants. La
(b) Effectifs cumulés décroissants médiane est l’abscisse du point d’intersection de ces deux polygones.

Be
i−1
(2.21) Réinvestissement 2.7 On considère le tableau ci-dessous représentant les notes d’une classe de
X
Ni↓ = N − (n1 + · · · + ni−1 ) = N − nk
k=1 8 10 9 10 9 9 9 11 8 9
première lors d’un devoir. 12 11 8 10 12 11 9 10 9 11
2. On appelle fréquence cumulée croissante relative à une classe la somme des fré- 12 9 10 11 8 10 8 8 10 12
quences de cette classe et de celles qui la précèdent.
U
3. On appelle classe modale d’une série statistique à modalités regroupées en classes 1. Regroupe ces notes dans des classes d’amplitude égale sachant que la première classe est
O
toutes classes dont l’effectif est le plus grand. [7; 9[.
4. On appelle médiane d’une série statistique la modalités supérieure à M 2. Dresse le tableau des effectifs cumulés croissants et décroissants puis celui des fréquences
cumulés croissantes et décroissantes.
SS

Réinvestissement 2.6 Les résultats au dernier devoir de mathématiques des élèves d’une classe
de terminale sont présentés dans le tableau ci-après 3. Représente
Notes (xi ) 3 4 5 6 7 9 10 11 12
(a) l’histogramme de cette série statistique.
Effectifs (ni ) 3 1 4 2 1 3 1 2 3
O

(b) le polygones des effectifs cumulés croissant et décroissants de cette série statistique.
1. Précise la population et le caractère étudié
D

2. Quelle est la fréquence de la modalité 5 ?


3. Calcule la moyenne , la variance ; et l’écart-type de cette série.
2.2.5 Série statistique à double variable
4. Dresse le tableau des effectifs cumulés croissant et décroissant Activité 2.2 (Organisation des données)

Prof Benjamin DOSSOU Page 18 sur 46 1ère C & D


Statistique 19

On a relevé le poids en kg et la taille en cm de 10 élèves de la classe de Dansou et on a 2.2.6 Nuage de points associé à une série double
obtenu les résultats suivants :
Poids x 65 68 62 62 68 68 59 71 74 68 Le plan est muni d’un repère orthogonal. Soit (xi ; yj ; nij ) une série statistique à deux
Taille y 165 177 174 168 165 171 165 177 174 171 caractères quantitatifs. L’ensemble des points Mij de coordonnées (xi ; yj ) est appelé
Tableau-infos sur les observateurs nuage de points associés à cette série double. Dans le cas où les effectifs des modalités
(xi ; yj ) ne sont pas tous égaux, on représente ce nuage de points de deux façons :
Consigne 2.7
1. Représentation par points pondérés : on indique à côté de chaque point Mij l’effec-

o
1. On désigne par A l’ensemble des modalités du caractère poids et par B l’ensemble tif nij .
des modalités de caractère taille. Détermine A et B.

pr
2. Présente par deux tableaux les séries statistiques à une variable (xi ; ni ) et 2. Représentation par tâches : Chaque point Mij est remplacé par un disque dont l’aire
(yj ; nj )que permettent de définir ces coordonnées. est proportionnelle à nij
3. Détermine le nombre d’élèves ayant un poids de 68kg et mesurant 171cm.

X
4. Calcule la fréquence du couple de modalités (68; 171) 2.2.7 Point moyen
Retenons 2.2 Soit (xi ; yj ; nij ) une série statistique à deux caractères quantitatifs. On appelle point

TE
Le tableau ci-dessus est appelé tableau linéaire à deux variables. A chaque couple moyen du nuage de points représentant cette série, le point G de coordonnées (x; y) où
(xi ; yj )de l’ensemble A × B on associe le nombre d’élèves ayant le poids xi et la taille x et y sont les moyennes respectives des séries marginales (xi ; ni ) et (yj ; nj ).

@
yj . Ce nombre est noté nij et est appelé effectif de la modalité (xi ; yj ). On définie
ainsi une série statistique à deux variables (ou caractères). On la note (xi ; yj ; nij ). Les Consigne 2.9
séries statistiques (xi ; ni ) et (yj ; nj ) sont appelés séries marginales de la série double

n
(xi ; yj ; nij ). Les séries doubles (xi ; yj ; nij ) peut être présentée par le tableau suivant En considérant le Tableau-infos sur les observateurs ,
appelé tableau à double entrée.
1. Repartis les observateurs en deux groupes E et F de même individus (E est l’en-

Be
semble des de cinq premiers observateur et F celui des cinq derniers.)
2. Détermine les points moyens G et G0 respectifs des groupes E et F .
3. Détermine une équation cartésienne de la droite (GG0 )
U
2.2.8 Ajustement linéaire
O
Ajuster un nuage de points consiste à déterminer une courbe simple et régulière pas-
sant le plus près possible de tous les points du nuage. Si la courbe rechercher est une
SS

droite, l’ajustement est dit linéaire ou affine. Il existe trois méthode pour réaliser un ajus-
tement linéaire.
X
Si N est l’effectif total de la série double (xi ; yj ; nij ) alors N = nij . La fréquence du
i,j • Méthode graphique : elle consiste tracer la courbe que l’observateur estime la plus
O

nij
couple de modalités (xi ; yj ) est définie par fij = . proche possible de tous les points du nuage.
N
Consigne 2.8 • Méthode de Mayer : elle consiste à repartis l’ensemble des points à ajuster en deux
D

groupes de même effectifs ou d’effectifs voisins dans l’ordre où les points se pré-
1. Dans un repère orthogonal, représente l’ensemble des points Mij (xi ; yj ) sentent. On détermine le point moyen de chacun des deux groupes. La droite de
2. Calcule les moyennes x du caractère poids et y du caractère taille. Mayer est celle passant par ces deux points.

Prof Benjamin DOSSOU Page 19 sur 46 1ère C & D


Dénombrement 20

2.2.9 Méthode des moindres carrés 2.2.11 Coefficient de corrélation linéaire


Covariance d’un couple de caractère Soit (xi ; yj ; nij ) une série statistique à deux variables x et y telle que V (x) 6= 0 et V (y) 6=
0. Le coefficient de corrélation linéaire de cette série est le nombre réel r tel que
Soit (xi ; yj ; nij ) une série statistique à deux variables x et y, d’effectif N . La covariance
de cette série statistique est le nombre réel noté cov(x; y) et définie par cov(x; y)
r= p (2.27)
1 X V (x)V (y)
cov(x; y) = nij (xi − x)(yj − y) (2.22)

o
N i,j Réinvestissement 2.8 En considérant le Tableau-infos sur les observateurs,
1. calcule V (x), cov(x; y)

pr
Le calcul pratique de la covariance se fait à l’aide de la formule suivante 2. détermine l’équation de la droite de régression de y en x.
3. détermine le coefficient de corrélation de cette série puis donne une interprétation.
 
1 X

X
cov(x; y) = nij xi yj  − xy (2.23)
N i,j
2.3 Dénombrement

TE
Si les nij sont tous égaux à 1 alors on a :
 
2.3.1 Notion d’ensemble

@
1 X Activité 2.3
cov(x; y) = xi yj  − xy (2.24)
N i,j

n
Be
2.2.10 Droite de régression de y en x et de x en y
Soit (xi ; yj ; nij ) une série statistique à deux variables x et y, d’effectif N et de moyenne
respectives x et ys
U
1. La droite de régression de y en x est la droite passant par le point moyen G(x; y)
du nuage associé à cette série et dont une équation est de la forme y = ax + b avec Consigne 2.10
cov(x; y)
O
a= . Une équation de cette droite est 1. Dresse les éléments de chacun des ensembles A; B et E
V (x)
2. Donne le nombre d’éléments que comporte A; B et E
SS

cov(x; y)
y−y = (x − x) avec V (x) 6= 0 (2.25)
V (x) Résolution 2.7

2. La droite de régression de x en y est la droite passant par le point moyen G(x; y) Retenons 2.3
O

du nuage associé à cette série et dont une équation est de la forme y = ax + b avec
cov(x; y) On note Card(B) = 7 ; Card(A) = 8 et Card(E) = 16
a= . Une équation de cette droite est
V (y)
D

Définition 2.2 1. Soit E un ensemble non vide de R, le nombre d’éléments de E est appelé
cov(x; y) "cardinal de E". Si n est le nombres d’éléments de E on note Card(E) = n, n ∈ N∗
x−x= (y − y) avec V (y) 6= 0 (2.26) 2. Un ensemble est dit fini s’il est vide ou si on peut compter tous ces éléments.
V (y)

Prof Benjamin DOSSOU Page 20 sur 46 1ère C & D


Dénombrement 21

2.3.2 Partition d’un ensemble 2.3.4 p-uplets d’un ensemble


1
Une famille (Ai )i∈I de parties d’un ensemble E est une partition de E lorsque : Définition 2.4 Soit E un ensemble à n éléments et p un entier naturel non nul On appelle p-
1. ∀i ∈ I, Ai 6= ∅ uplet de E tout élément de l’ensemble E p
2. ∀(i, j) ∈ I 2 , Ai ∩ Aj = ∅ si i 6= j Propriété 2.5
3. ∪i∈I Ai = E
1. Le nombre de p-uplets d’un ensemble à n éléments est np

o
Consigne 2.11 2. Le nombre d’applications d’un ensemble à p éléments vers un ensemble à n éléments est np
En considérant la représentation ci-dessus

pr
Réinvestissement 2.10
1. Quels sont les éléments de E appartenant à la fois à A et à B
1. Un questionnaire à choix multiples, autorisant une seule réponse par question, comprend
2. Quels sont les éléments de E appartenant à l’un au moins des ensemble A et B 15 questions. Pour chaque question, on propose 4 réponses possibles. De combien de façons

X
3. Détermine Card(A) ; Card(B) ; Card(A ∩ B) ; Card(A ∪ B) peut-on répondre à ce questionnaire ?
4. Trouve une relation entre Card(A) ; Card(B) ; Card(A ∩ B) ; Card(A ∪ B) 2. Raymond Queneau a écrit un ouvrage intitulé Cent mille milliards de poèmes Il est composé

TE
de 10 pages contenant chacune 14 vers Le lecteur peut composer son propre poème de 14
Résolution 2.8
vers en prenant le premier vers de l’une des 10 pages puis le deuxième vers de l’une des 10
p
X pages et ainsi de suite jusqu’au quatorzième vers. Justifier le titre de l’ouvrage
Propriété 2.3 Soit E un ensemble fini et Ei des ensemble formant une partition de E On a :

@
i=0 Éléments de réponses 2.7
p
n
!
[ X
Card(E) = Card Ei = Card(Ei ) 1. Une réponse à ce QCM peut être désignée par une 15-liste de 15 chiffres choisis dans l’en-

n
i=1 i=1 semble Ω = 1; 2; 3; 4. Le nombre de ces 15-listes est donc de cardinal Card(Ω)15 = 415
Conséquence 2.1 1. Pour toute partie A d’un ensemble fini E, on a : 2. Un poème est une 14-liste de 14 nombres choisis parmi 10 (le premier nombre désignant le

Be
Card(A) + Card(E \ A) = Card(E) numéro de page où est sélectionné le premier vers, et ainsi de suite). Il y a donc 1014 poèmes
2. Pour toutes parties A et B d’un ensemble finie E, on a : possibles.
Card(A ∪ B) = Card(A) + Card(B) − Card(A ∩ B)
Propriété 2.6 Soit E1 ; E2 ; · · · ; Ep des ensembles finis,
U
2.3.3 Produit cartésien card(E1 × E2 × · · · × En ) = (cardE1 ) × card(E2 ) × · · · × (cardEp ) (2.29)
Définition 2.3 Soit A et B deux ensembles, on appel produit cartésien de A par B, l’ensemble
O
des couples (a, b) tels que a ∈ A ; b ∈ B· Cet ensemble est noté A × B = {(a; b); a ∈ A, b ∈ B} ; 2.3.5 Factorielle d’un entier naturel
on lit "A croix B" Définition 2.5 Soit n un entier naturel tel que n ≥ 2· Le nombre factorielle n est le produit de
SS

Propriété 2.4 Soit A et B deux ensemble finis non vides tous les entiers naturels de 1 à n· On le note n!
Ainsi n! = n × (n − 1) × (n − 2) × · · · × 1
CCard(A × B) = Card(A) × Card(B) (2.28)
O

Réinvestissement 2.9 Une femme a dans sa garde-robe 4 jupes, 5 chemisiers et 3 vestes. Elle Exemple 2.3 5! = 5 × 4 × 3 × 2 × 1 = 120
choisit au hasard une jupe, un chemisier et une veste. De combien de façons différentes peut-elle Conventionnellement 0! = 1 et 1! = 1
s’habiller ?
D

Remarque 2.1
Éléments de réponses 2.6 Cette femme peut s ?habiller de 4 × 5 × 3 = 60 façons
1. uniquement pour la 1ère C ∀n ∈ N − {0; 1} , n! = n × (n − 1)! et (n + 1)! = (n + 1)n!

Prof Benjamin DOSSOU Page 21 sur 46 1ère C & D


Dénombrement 22

2.3.6 Permutations Propriété 2.7 Soit A et B deux ensembles non vides tels que Card(A) = p et
Card(B) = n avec 1 ≤ p ≤ n; n, p ∈ N.
Consigne 2.12
1. Le nombre d’application injective de A vers B est Apn .
Soit x, y, z trois nombres réels donnés On pose 2. Le nombre d’applications bijectives de A vers B (lorsque n = p) est n!.
A = {x, y, z}
1. Dénombre le nombre N de triplets de réels que l’on peut former à partir de A Réinvestissement 2.12 A l’occasion d’une compétition sportive groupant 18 athlètes, on attri-
bue une médaille d’or, une d’argent, une de bronze. Combien y-a-t-il de distributions possibles

o
2. Précise n = Card(A) puis compare n! et N
(avant la compétition, bien sûr...) ?

pr
Résolution 2.9
Éléments de réponses 2.9 Un tel podium est un arrangement de 3 athlètes choisis parmi l’en-
Retenons 2.4 semble des 18 athlètes (l’ordre compte et il ne peut y avoir de répétition, un athlète ne pouvant
remporter deux médailles simultanément). Il existe donc A318 = 4896 podiums différents.

X
N est le nombre de permutations sur les éléments de A

Définition 2.6 Pour un ensemble composé de n éléments, il y a n! permutations possibles de ses Théorème 2.1 (Arrangement) Soit E un ensemble fini de cardinal n et p un entier naturel tel
que 0 ≥ p ≥ n.

TE
éléments
n!
Réinvestissement 2.11 Le groupe des élèves de Terminale doit s’inscrire au concours par Mini- 1. Le nombre d’arrangement de p éléments de E est Apn = .
(n − p)!

@
tel. Il faut établir une liste de passage. Combien y a-t-il de manières de constituer cette liste ? ( il
2. Le nombre de permutation de E est Ann = n!.
y a 24 élèves dans la classe )
Exemple 2.4 1. De combien de façon peut-on repartir 7 personnes sur 7 chaises ? A77 = 7!.
Éléments de réponses 2.8 Une liste de passage des 24 élèves est une permutation des 24 élé-

n
ments de l ?ensemble classe. Il y a donc 24! × 6, 2 × 1023 listes possibles. 2. Une porte manteau comportes 5 patères. De combien de façon peut-on y accrocher 3 man-
teau différents ?

Be
Notons P1 ; · · · P5 les 5 patères. Chaque rangement peut se voir comme un 3-arrangement
2.3.7 Arrangement
de l’ensemble {P1 ; · · · P5 } . Par exemple P2 P1 P5 signifie manteau n◦ 1 sur P2 , manteau
Consigne 2.13 n◦ 2 sur P1 et manteau n◦ 3 sur P5 ainsi de suite.
Il y’a donc A35 = 60 rangement possibles.
Dans un collège 5 élèves Anne, Ben, Carl, Din et Élise ont 8 bics différents ; ils désirent
prendre un chacun.
U 3. Une urne contient 10 boules numéroté de 1 · · · · · · 10. On tire successivement trois sans
Détermine le nombre de possibilité de choix des bics. remises. Quel est le nombre de différents tirages possibles ? Le nombre de différents tirages
possibles est A35∗10 .
O
Résolution 2.10
2.3.8 Combinaison
SS

Retenons 2.5

On parle d’arrangement pour une telle suite composé de 5 éléments distincts prient Définition 2.8 Soit E un ensemble à n éléments et p un nombre entier naturel tels que p ≤ n.
parmi huit éléments. On appelle combinaison de p éléments de E tout sous-ensemble de E ayant p éléments.
O

Définition 2.7 Soit n un entier naturel non nul et p un entier tel que 1 ≤ p ≤ n On appelle Propriété 2.8
arrangement constitués par p éléments d’un ensemble à n éléments le nombre entier naturel noté 1. Le nombre de combinaison de p éléments d’un ensemble à n, noté Cnp est tel que :
D

Apn = n × (n − 1) × (n − 2) × · · · × [n − (p − 1)] Ap n!
| {z } Cnp = n =
n! p! p!(n − p)!
Apn = 2. Soit n; p deux nombres entiers naturels tels que p ≤ n.
(n − p)!

Prof Benjamin DOSSOU Page 22 sur 46 1ère C & D


Fonctions-Applications 23

(a) Cnn−p = Cnp 2.4.1 Domaine de définition


p−1
(b) Si de plus 0 < p < n, alors on a : Cn−1 = Cnp (Rappels)
3. Soit a et b deux nombres réels et n un nombre entier naturel non nul on a :
n
X Définition 2.9 1. Une fonction f d’un ensemble A vers un ensemble B est toute correspon-
(a + b)n = Cnp an−p bp . dance qui à chaque élément de A associe 0 ou 1 élément de B.
p=0
2. Une application est une fonction de A vers B qui à chaque élément de A associe un et un
Consigne 2.14 seul élément de B

o
ou bien
Soit n ∈ N∗ , p ∈ N tels que 0 ≤ p ≤ n.

pr
Une application est une fonction dont son ensemble de départ est égale à son ensemble de
1. Démontre que Cnn−p = Cnp . définition
p+1
2. Démontre que Cnp + Cnp+1 = Cn+1 . 3. Soient A et B deux sous-ensemble de R, f une fonction de A vers B. L’ensemble de défini-
n p−1

X
p
3. Démontre que Cn = Cn−1 . tion de f est le sous ensemble D de A défini par
p
D = {xi nA, f (x) ∈ B} (2.30)
Résolution 2.11

TE
Propriété 2.9 Consigne 2.15
1. Si 0 ≤ p ≤ n alors Cnn−p = Cnp

@
p+1
2. Si 0 ≤ p ≤ n − 1 alors Cnp + Cnp+1 = Cn+1 f : R∗+ −→] − 1; 1[ h:R −→ R

n p−1 x 7−→ x2 − 2x + 1 x 7−→ 2x2 + 3x − 2
3. Si 0 < p ≤ n alors Cnp = Cn−1
p

n
Réinvestissement 2.13 De combien de façons peut-on choisir 3 femmes et 2 hommes parmi 10 i:R −→ R

Be
femmes et 5 hommes ? g:Z −→ √
R 6
x 7−→
x 7−→ x − 1 + 2x − 1 E(x) + 1
Éléments de réponses 2.10 C310 × C25 = 1200

Détermine le domaine de définition de chacune des fonctions ci-dessous.


2.3.9 Complémentaire d’un ensemble
U
Soit E un ensemble non vide, on désigne par A un sous ensemble de E On appel Résolution 2.12
A
complémentaire de A dans E, l’ensemble noté A ou Ac ou CE Il est défini par :
O
c A A Df = {x ∈ R; f (x) ∈] − 1; 1[}=]0; 2[
A = A = CE = {x ∈ E, x 6∈ A} ; CE = E \ A si E est fini alors Card(A) = Card(E) − ∗
Dg = hx
 ∈ Z; g(x) ∈ R }= N
Card(A)
Dh = x ∈ R; f (x) ∈ R =] − ∞; −2]∪] 21 ; +∞[
SS

Di = {x ∈ R; E(x) + 1 6= 0 }=] − ∞; −1[∪[0; +∞[


2.4 Fonctions-Applications
O

Activité 2.4 2.4.2 Restriction d’une fonction


Melon au cours de son entraînement s ?est intéressé aux trajectoires des balles après deux Consigne 2.16
D

tirs successifs. Un dispositif placé dans les environs lui signale que ces trajectoires sont les
représentations graphiques de certaines fonctions Melon se propose d ?étudier certaines Soit f et g deux applications définie par :
propriétés de ces fonctions.

Prof Benjamin DOSSOU Page 23 sur 46 1ère C & D


Fonctions-Applications 24

f : R −→ R g :] − ∞; 1[ −→ R f: R −→ R R −→ R
g:
7−→ 3x2 − 1 3x3 + 2
p
x 7−→ (x − 1)2 + |x − 2| + 5 x 7−→ f (x) x
x 7−→
x−1
Écris g sans le symbole de la valeur absolue
1. Détermine Df et Dg
Résolution 2.13
2. On pose I = Df ∩ Dg ;

o
Retenons 2.6 (a) Étudie le signe de f (x) − g(x) sur I

pr
La fonction g coïncide avec la fonction f sur ] − ∞; 1[. On dit alors que g est la restriction (b) Compare f (x) et g(x) pour x ∈ I
de f à ] − ∞; 1[ et que f est le prolongement de g à R
Résolution 2.14

X
Définition 2.10 Soit f : E −→ F ; A et B deux ensemble tels que A ⊂ E ⊂ B
Retenons 2.7

TE
1. On appelle restriction de f à A, la fonction g : A −→ F Soient f et g deux fonctions de la variable réelle définie sur I. Pour comparer f et g sur
x 7−→ g(x) = f (x) I, on étudie le signe de f (x) − g(x)
1. Si f (x) − g(x) < 0 sur I alors f < g sur I

@
2. On appel prolongement de f à B la fonction h : B −→ F
2. Si f (x) − g(x) > 0 sur I alors f > g sur I
x 7−→ h(x) = f (x)
3. Si f (x) − g(x) = 0 sur I alors f = g sur I

n
Réinvestissement 2.14 On considère les fonctions numérique définie par :
2.4.4 Minorant , majorant d’une fonction

Be
f : R −→ R
p 1. Une fonction est minorée sur un ensemble A si et seulement si ∀x ∈ A∃m ∈ R; m ≤
x 7−→ |x| − 2
f (x)
2. Une fonction est majorée sur un ensemble A si et seulement si ∀x ∈ A∃M ∈
g : R+ −→ R
x

7−→ x − 2
U Rf (x) ≤ M Dans ce cas le réel M est appelé un majorant de f sur A
3. Une fonction est dite bornée si et seulement si elle est à la fois majoré et minoré
1. Détermine Df
O
4. On dit que M est un maximum de la fonction f sur un intervalle I si et seulement
2. Détermine la restriction de f à [0, +∞[ si
3. Démontre que f est le prolongement de g à R ∀x ∈ I; f (x) ≤ M et ∃x0 ∈ I; f (x0 ) = M
SS

5. Une fonction est majorée sur un ensemble A si et seulement si ∀x ∈ A∃M ∈


Éléments de réponses 2.11 Rf (x) ≤ M Dans ce cas le réel M est appelé un majorant de f sur A
6. Une fonction est dite bornée si et seulement si elle est à la fois majoré et minoré
O

2.4.3 Comparaison de deux fonctions sur un ensemble donné


7. On dit que M est un maximum de la fonction f sur un intervalle I si et seulement
Consigne 2.17 si
D

∀x ∈ I; f (x) ≤ M et ∃x0 ∈ I; f (x0 ) = M


On considère les fonctions f et g définie par :
8. On dit que M est un minorant de la fonction f sur un intervalle I si et seulement si
∀x ∈ I; f (x) ≥ m et ∃x0 ∈ I; f (x0 ) = m

Prof Benjamin DOSSOU Page 24 sur 46 1ère C & D


Fonctions-Applications 25

Réinvestissement 2.15 Démontre que 3 est un maximum sur R de la fonction Propriété 2.11 La composée des applications est associative.
Définition 2.12 Soit f une application de E vers F
g:R −→ R .
6 1. On dit que f est une injection (ou f est injective) si tout élément de F a au plus un antécé-
x 7−→ dent par f
x2 + 2
2. On dit que f est surjection (ou f es surjective) si tout élément de F a au moins un antécé-
Éléments de réponses 2.12 g(x) − 3 = −3x2 ≤ 0 donc 3 est un majorant de g sur R
1 dent par f

o
g(x) = 0 ⇔ x = 0 donc l’équation g(x) = 0 admet au moins une solution sur R ·
2
3. On dit que f est une bijection (ou f est bijective si et seulement si elle est injective et
De
1 et 3
2 est un maximum de g sur R
surjective)

pr
Propriété 2.10 Toute application est une fonction (à prouver)

Exemple 2.5 Justifie que g ◦ f : R −→ R est injective mais non surjective
1

X
2.4.5 Composée de deux applications x 7−→
x
Consigne 2.18 Df = R∗ donc f est une application
Soit y ∈ R; f (x) = y

TE
1
f (x) = y ⇔ y =
f : R −→ R x
⇔ xy = 1

@
x 7−→ 3x2 − 1
1
⇔ x = ; y 6= 0
y
g : R −→ R
√ Pour y = 0 ∈ R , x n’existe pas donc O n’as pas d’antécédent par f d’où l’application f n’est pas

n
x 7−→ 2x − 1 surjective
1
∀y ∈ R∗ , est l’antécédent de y par f f est donc injective

Be
y
h : R −→ R
x 7−→ 6x2 − 3 Propriété 2.12 Soit f une application définie de E −→ F

1. Détermine l’ensemble de définition des fonctions f ; g et h 1. On dit que f est injective si et seulement si pour tout x, x0 ∈ E on a :
2. Compare h(x) et g[f (x)]
U f (x) = f (x0 ) ⇒ x = x0
Cette propriété peut s’énoncer de la façon suivante : " f est injective si et seulement si pour
Résolution 2.15 tout x; x0 ∈ E on a : f (x) 6= f (x0 ) =⇒ x 6= x0
O
2. f est une bijection si et seulement si pour tout y ∈ F , l’équation f (x) = y admet une
Définition 2.11 Soit E; F ; G trois ensemble non vide ; f : E −→ F et g : F ←→ G ; on appelle
solution unique dans E
composée de f par g la fonction de E ←→ G notée g ◦ f et définie pour tout élément x ∈ E tel
SS

que x ∈ Df et f (x) ∈ Dg par g ◦ f (x) = g[f (x)] 3. La composée de deux applications


(a) injective est injective
Remarque 2.2 (b) surjective est surjective
O

(c) bijective est bijective


g◦f :E −→ G 4. Si f et g sont deux applications bijective alors g ◦ f est bijective De plus (g ◦ f )−1 =
f −1 ◦ g −1
D

x 7−→ g(f (x))


Dg◦f = {x ∈ Df ; f (x) ∈ Dg } ; Df ◦g = {x ∈ Dg ; g(x) ∈ Df } Réinvestissement 2.16 Soit f ; g; h et i des fonctions définie par :

Prof Benjamin DOSSOU Page 25 sur 46 1ère C & D


Fonctions-Applications 26


f :R −→ R h :]1; +∞[ −→]2; +∞ y−2≥0
x+3 i(x) = y ⇔
x 7−→ x 7−→ x2 − 2x + 3 x − 1 = (y − 2)2
x ⇔ x − 1 = (y − 2)2 (cary − 2) ≥ 0
⇔ x = (y − 1)2 + 1
g:R −→ R i :]2; +∞[ −→]3;
2x + 1 √ +∞[ y ∈]3; +∞[ ⇔ y > 3
x 7−→ x 7−→ x − 1 + 2 ⇔y >2+1

o
x−1
⇔y−2>1
d’où i est bijec-
⇔ (y − 2)2 > 1

pr
1. Définie f ◦ g et g ◦ f ⇔ (y − 2)2 + 1 = x > 2
Donc∀y ∈]3; +∞[, ∃!x ∈]2; +∞[; i(x) = y
2. Démontre que h et i sont bijectives tive

X
3. Définie la bijection réciproque de h et de i
3. h−1 :]2; +∞[ −→]1;
√ +∞
4. Sans déterminer h ◦ i, démontre que h ◦ i(x) = 7 admet dans R une solution unique x0 que x 7−→ x − 2 + 1

TE
l’on déterminera
i−1 :]3; +∞[ −→]2; +∞

@
Éléments de réponses 2.13 1. Df = R∗ x 7−→ (x − 2)2 + 1
Dg = R − {1} ; 4. g ◦ f est la composée de deux applications bijective donc g ◦ f est une bijection de ]1; +∞[
Df ◦g = {x ∈ Dg ; g(x) ∈ Df } vers ]3; +∞[ ; 7 ∈]3; +∞[ donc l’équation g ◦ f (x) = 7 admet une solution unique x0 dans

n
= {x ∈ R − {1} ; g(x) ∈ R∗ } ]1; +∞[
= {x ∈ R − {1} ; g(x) 6= 0} (g ◦ f )(x0 ) = 7 ⇔ x0 = (g ◦ f )−1 (7)

Be
P osonsg(x) = 0 ⇔ x0 = f −1 ◦ g −1 (7) √
1
g(x) = 0 ⇔ x = − ⇔ x0 = f −1 [g −1 (7)] = 2 6 + 1
2  
1 Remarque 2.3
Par suite Df ◦g = R − 1; −
2
U 1. Si f : E → F ; g : F → G; h : G → H des fonctions on a : (h ◦ g) ◦ f = h ◦ (g ◦ f )
 
1 2. Si f est une bijection de A vers B alors f (x) = y ⇔ x = f −1 (y)
f ◦ g : R − 1; − −→ R
O
2
5x − 2 Consigne 2.19
x 7−→
2x + 1
SS

Soit f une application bijective de A vers B et f −1 sa bijection réciproque


Par analogie g ◦ f : R − {0} −→ R
x 7−→ x + 2
1. Démontre que ∀x ∈ A; f ◦ f −1 (x) = x
O

2. Soit y ∈]2; +∞ et√


xx ∈]1; +∞[; h(x) = y 2. Démontre que ∀y ∈ B; f ◦ f −1 (y) = y
h(x) = y ⇔ x = y − 2 + 1 > 0
Résolution 2.16
D

Ainsi ∀y ∈]2; +∞[; ∃!x ∈]1; +∞[; h(x) = y par conséquent h est une bijection
1. Posons f (x) = a
Soit y ∈]3; +∞ et x ∈]2; +∞[; i(x) = y f −1 ◦ f (x) = f −1 [f (x)] = f −1 (a) = x

Prof Benjamin DOSSOU Page 26 sur 46 1ère C & D


Limites et continuité 27

2. Posons f (y) = b 2.5.1 Limites


f −1 ◦ f (y) = f −1 [f (y)] = f −1 (b) = y
Consigne 2.20
Définition 2.13 E étant un ensemble non vide, on appel application identique de E, l’application

notée IdE et définie par IdE : E −→ E


x 7−→ IdE(x) = x
f :R −→ R

o
x 7−→ 5x + 3
Propriété 2.13 Soit f une application bijective définit de E vers F ; f −1 sa bijection. Dans le

pr
plan muni d’un repère orthonormé, Cf et Cf −1 sont symétrique par rapport à la droite d’équation
y = x. 1. Complète le tableau suivant :
x 1,99 1,999 1,9999 2,001 2,00001

X
f (x)
2.4.6 Image directe-Image réciproque d’un ensemble par une fonction

TE
Définition 2.14 Soit f une application de E vers F ; A et B deux ensemble tels que A ⊂ E et 2. Pour x prenant des valeurs voisines de 2 , f (x) est proche de quelle valeurs
B⊂F

@
1. On appelle image directe de A par f le sous-ensemble de F définie par f (A) =
{f (x) ∈ F ; x ∈ A} Résolution 2.17
2. On appelle image réciproque de B par f le sous-ensemble de E définie par f −1 (B) =

n
{x ∈ E; f (x) ∈ B}
Retenons 2.8
Dans la définition d’image réciproque, l’application f n’a pas besoin d’être nécessairement bijec-

Be
tive
On dit que f (x) tend vers 13 quand x tend vers 2 et on note : lim f = 13 ou lim f (x) = 13
2 x→2
Réinvestissement 2.17 f : R −→ R
x 7−→ |x − 1|
U
Détermine f ([−2; 4]); f −1 ([0; 2])
Définition 2.15 Soit f une fonction numérique définie ou non en un point x0 de R et l un
O
Éléments de réponses 2.14 nombre réel. On dit que f (x) tend vers l lorsque x tend vers x0 ou que l est la limite de f au
point x0 ou f (x) s’approche de l lorsque x prend des valeurs de plus en plus proche de x0 . On
notelim f = l ou lim f (x) = l
SS

x0 x→x0
2.5 Limites et continuité
O

Activité 2.5 Propriété 2.14 Lorsqu’une fonction f est définie en x0 et admet une limite en x0 alors cette
limite est égale à f (x0 ) ; c’est à dire lim f = f (x0 ).
x0
Luc un élève de la classe de 1ère voulait tracer la courbe qui permettra de voir l’évolution
D

de la longueur des carrés successifs construits Pour celà il se rend il se rend compte qu’il
a besoin des notions de limite, de continuité et de dérivation afin de bien construire cette
courbe Consigne 2.21 (Limite fine (en l’infini))

Prof Benjamin DOSSOU Page 27 sur 46 1ère C & D


Limites et continuité 28

On dit que f (x) tend vers 0lorsque x tend vers +∞ et on écrit :


lim f = 0 ou lim f (x) = 0.
+∞ x−→+∞

Consigne 2.23 (Limite en l’infini des fonctions élémentaires)

Propriété 2.15
1

o
1. lim k = k 10. lim =0
x→+∞ x→+∞ x
2. lim k = k

pr
x→−∞ 1
3. lim x = +∞ 11. lim =0
x→+∞
x→−∞ x
4. lim x = −∞ 1

X
x→−∞ 12. lim =0
√ x→+∞ xn
5. lim x = +∞
x→+∞ 1
13. lim =0

TE
6. lim x2 = +∞ x→−∞xn
x→+∞
lim x2 = +∞

7. n +∞ si n est pair
x→−∞ 14. lim x =

@
x→+∞ +∞si n est impair
8. lim x3 = +∞
3x2 + 1 x→+∞ 
Observe la représentation graphique de la fonction g définie par : g(x) = +∞ si n est pair
x 2 9. lim x3 = −∞ 15. lim xn =
x→−∞ x→−∞ −∞si n est impair

n
1. Quelle est le comportement de g(x) lorsque x prend des valeurs "de plus en plus
grande" Résolution 2.20

Be
2. Peut-on rendre g(x) "aussi proche de 3 que l’on veut" en choisissant "x suffisamment Consigne 2.24 (Limite infini en x )
0
grand"
On considère la fonction h définie par :
Résolution 2.18 x2 + 1
h(x) =
U x−1
Consigne 2.22 (Limite finie à l’infini ) 1. Précise le domaine de définition de h
O
1 2. Complète le tableau ci-après
Soit la fonction f définie par f (x) = x 0,9 0,99 1 · · · 1,001 1,01
x
1. Détermine Df f (x) ···
SS

2. Complète le tableau suivant : 3. Dis ce que tu constates du comportement de f (x) lorsque x prend des valeurs " de
plus en plus proche de 1"
x 10 100 105 107
f (x)
O

Résolution 2.21
3. Quel est le comportement de f lorsque f prend des valeurs de plus en plus grand
Consigne 2.25 (Limite finie (en x0 ))
D

Résolution 2.19 On considère la fonction g définie par :


1
Retenons 2.9 g(x) = 2
x +1

Prof Benjamin DOSSOU Page 28 sur 46 1ère C & D


Limites et continuité 29

1. g est-il définie en 0 1. On dit que f admet une limite à gauche en x0 égale à l lorsque la restriction de g de f à
2. Complète le tableau ci-après : Df ∩] − ∞; x0 [ admet en x0 une limite égale à l
On note lim f (x) = lim g(x) = l ou lim f (x) = l On dit que l est la limite à gauche
x - 0,01 - 0,001 0,001 0,01 x−→x0 < x→x0 −
x0
g(x) en x0 de f ou bien f (x) tend vers l par valeurs inférieur à x0
3. Que peux-tu dis de la limite de g(x) lorsque x tend vers 0 2. On dit que f admet une limite à droite en x0 égale à l lorsque la restriction de h de f à
Df ∩]x0 ; +∞[ admet en x0 une limite égale à l
4. Calcule f (0) puis dis ce que tu remarques

o
On note lim f (x) = lim g(x) = l ou lim f (x) = l On dit que l est la limite à droite en
x−→x0 > x→x0 x0+

Résolution 2.22 x0 de f ou bien f (x) tend vers l par valeurs supérieur à x0

pr
Consigne 2.26 (Limite à gauche, limite à droite) Exemple  2.6 Considérons la fonction numérique d’une variable réels définie par :
x + 3six > 1
f (x) =

X
−3x + 1 2x + 3six ≤ 1
Observe la représentation graphique suivante de la fonction g définie par g(x) = Détermine lim f (x) = 4 et lim f (x) = 5
x 1+ 1−

TE
Propriété 2.16 Soit x0 ; l deux nombres réels et f une fonction définie sur un intervalle ouvert
centré en x0 sauf éventuellement en x0
1. Dans le cas où f n’est pas défini en x0 , f admet une limite l en x0 si et seulement si f admet

@
en x0 une limite à gauche et une limite à droite égale à l
lim f (x) = l ⇔ lim f (x) = lim f (x) = l
x0 +
x0 − x0

n
2. Dans le cas où f est défini en x0 alors f admet une limite en x0 si et seulement si f admet en
x0 une limite à gauche et une limite à droite égale à f (x0 )

Be
lim f (x) = f (x0 ) ⇔ lim f (x) = lim f (x) = f (x0 )
x0 +
x0 − x0

1. Quelle est la limite de g(x) lorsque x tend vers 0 par valeurs inférieures
U
2. Quelle est la limite de g(x) lorsque x tend vers 0 par valeur supérieures
O
Résolution 2.23

Consigne 2.27 (Limite des fonctions élémentaires)


SS

 Théorème 2.2 (Théorème des Gendarmes)


1 · · · si n est pair Soit f une fonction S’il existe deux fonctions f et g telles que g ≤ f ≤ h sur un intervalle ouvert
lim =
0− xn · · · si n est impair ]a; +∞[ et lim g(x) = lim h(x) = l, alors on a : lim+∞ f (x) = l
O

 +∞ +∞
1 · · · si n est pair
lim =
0+ xn · · · si n est impair Exemple 2.7 Calcul lim0 x2 cos x1
D

Résolution 2.24 Propriété 2.17 1. La limite en l’infini d’une fonction polynôme est égale à la limite en l’infini
de son monôme du plus haut degré
Définition 2.16 Soit x0 ; l deux nombres réels et f une fonction d’ensemble de définition Df

Prof Benjamin DOSSOU Page 29 sur 46 1ère C & D


Limites et continuité 30

Exemple 2.8 Calcul lim −3x3 + 3x2 + 2 2.5.2 Continuités


0
2. La limite en l’infini d’une fonction rationnelle est égale à la limite en l’infini du quotient des Définition 2.17 (de la continuité en un point) Une fonction dite est continue en a lorsqu’elle est
monômes du plus haut degré du numérateur et du dénominateur définie en a et admet une limite en a.

−3x3 + 3x2 + 2 Consigne 2.28 (Reconnaissance graphique de fonction continue en un point)


Exemple 2.9 Calcul lim
0 2x4 + 3x2 − 1

o
Propriété 2.18 (Limites et inégalités)
Soient f et h deux fonctions numériques de variable réelle définies dans un voisinage V de a

pr
1. On suppose que ∀x ∈ V ; f (x) ≤ h(x) ; sur l’intervalle ]a; +∞[ si lim f (x) = l et lim h(x) =
a a
l0 alors l ≤ l0

X
2. On suppose que ∀x ∈ V ; h(x) ≤ f (x) ≤ g(x) sur l’intervalle ]a; +∞[ ; si lim h(x) = +∞
a
alors lim f (x) = +∞
a

TE
3. On suppose que ∀x ∈ V ; h(x) ≤ f (x) ; si lim f (x) = −∞ alors lim h(x) = −∞
a a

sinx 1 − cosx

@
Propriété 2.19 (Limite des fonctions trigonométriques) lim = 1; lim =0
0 x 0 x
1 − cosx 1 tanx
lim 2
= ; lim =1
O x 2 0 x

n
sin2x tan2x
Réinvestissement 2.18 1. Calcule lim ; lim
x 0 sin3x

Be
0
2. Soit f la fonction numérique définie par Résolution 2.25

2x2 − x + 5six > 2 Propriété 2.20 Nous démontrons et nous admettons que :

f (x) =
3x + 1six < 2 1. Les fonctions élémentaires : x 7−→ c; x 7−→ ax(a ∈ R); x 7−→ x2 ; x 7−→ x3 ; x 7−→
U √ 1
(a) Détermine Df x; x 7−→ ; x 7−→ cosx; x 7−→ sinx sont continues sur leur ensemble de définition
x
(b) Calcule la limite de f à, gauche et à droite de 2
O
2. La somme, le produit ou le quotient de deux quelconques des fonctions élémentaires définies
(c) La fonction admet-elle une limite en 2 ci-dessus est continue en tout point de son ensemble de définition
3. On rappelle que −1 ≤ cosx ≤ 1 et −1 ≤ sinx ≤ 1 3. Soit a un nombre réel, K un intervalle ouvert contenant a, f une fonction définie sur K − a
SS

x2 − 1 x2 + sinx et non définie en a. Si g est une fonction continue en a qui coïncide avec f sur K − {a} , alors
(a) i. Démontre que ∀x ∈ R, 2 ≤ ≤1 f admet une limite en a égale à g(a)
x +1 x2 + 1
x2 + sinx
O

ii. Calcule lim Propriété 2.21 Soit f, g des fonctions ; a, l, l0 des nombres réels ; si lim f (x) = l; lim g(x) = l0
+∞ x2 + 1 a a
0 0 f l
(b) i. Démontre que ∀x ∈ R, x − 1 ≤ x + sinx 0
alors lim(f + g) = l + l ; lim(f · g) = l · l ; si de plus l 6= 0 alors lim = 0
a g l
D

a a
ii. Calcule lim(x + sinx)
+∞
Propriété 2.22 Nous démontrons que
Éléments de réponses 2.15

Prof Benjamin DOSSOU Page 30 sur 46 1ère C & D


Limites et continuité 31

1. La somme de deux fonctions continues en a est une fonction continue en a ; 2.5.3 Extension de la notion de limite
2. Le produit de deux fonctions continues en a est une fonction continue en a ;
Consigne 2.30 (Limite infini en un point)
3. Le quotient d’une fonction f continue en a par une fonction g continue en a telle que g(a)
soit différent de zéro, est une fonction continue en a ; 1
Soit f (x) = une fonction de variable réelle
Définition 2.18 (continuité à droite et à gauche) Soit f une fonction numérique de la variable (x − 3)2
réelle définie sur un intervalle I contenant a 1. Donne le domaine de définition de f

o
1. f est dite continue à gauche en a si et seulement si lim f (x) = f (a) 2. Quelle est le comportement de f (x) lorsque x prend des valeurs de plus en plus
a−
proche de 3

pr
2. f est dite continue à droite en a si et seulement si lim f (x) = f (a)
a+
3. f est dite continue en a si et seulement si lim

f (x) = lim
+
f (x) = f (a) Résolution 2.27 1. Df = R − {3}
a a
2. f prend des valeur de plus en plus grand

X
Consigne 2.29 (Continuité de la fonction valeur absolue)
Étudier la continuité de la fonction x 7−→ |x| (TU distingueras les casx = 0; x > 0; x < 0 ) Retenons 2.10

TE
Résolution 2.26
On dit que f tend vers plus infini lorsque x tend vers 3 et on note lim f (x) = +∞
3
Réinvestissement 2.19 1. Étudier la continuité de f au point 4 et 8

@
 Propriété 2.24 Soit x0 un nombre réel et n un entier naturel non nul
 2x + 5 si x ∈] − ∞; 4] 1
f (x) = x2 − 4 si x ∈]4; 8] 1. lim = +∞
x0 + (x − x0 )n
x−5 si x ∈]8; +∞[

n


π π 1 +∞ si n est pair
2. Détermine les réels a et b pour que la fonction g soit continue en et − 2. lim =
x0 − (x − x0 )n −∞ si n est impair

Be
2 2
 π
 −2sinx six ≤ Propriété 2.25 Soit x0 et l des nombres réels ; f et g des fonctions telles que lim g(x) = l(l 6= 0)


 x0
 π
g(x) = asinx + b six ∈ − < x < 1. Si lim f (x) = +∞ et l > 0 alors lim f (x) × g(x) = +∞
 π 2 2 x0 x0


 cosx six ≥
U
2 2. Si lim f (x) = +∞ et l < 0 alors lim f (x) × g(x) = −∞
x0 x0
Éléments de réponses 2.16 3. Si lim f (x) = −∞ et l > 0 alors lim f (x) × g(x) = −∞
O
x0 x0
Propriété 2.23 La fonction valeur absolue est continue en tout point de R
4. Si lim f (x) = −∞ et l < 0 alors lim f (x) × g(x) = +∞
x0 x0
Définition 2.19 (Continuité sur un intervalle)
SS

1. On dit que f est continue sur un intervalle ouvert ]a; b[ si elle est continue en tout point de Réinvestissement 2.20 Calcule la limite de f et g à droite et à gauche en x0
cet intervalle
2. Un e fonction f est continue sur un intervalle [a; b] si elle est continue sur l’intervalle ouvert 2x − 3
O

]a; b[ ; continue à droite en a et à gauche en b 1. f (x) = ; x0 = −5


x+5
3. Une fonction f est continue sur intervalle [a; b[ si elle est continue sur l’intervalle ouvert ]a; b[ x2 − 5x + 6
D

et continue à droite au point a 2. g(x) = 2 ; x0 = 1


x + 3x − 4
4. Une fonction f est continue sur l’intervalle ]a; b] elle est continue sur l’intervalle ouvert ]a; b[
et continue à gauche au point b Éléments de réponses 2.17

Prof Benjamin DOSSOU Page 31 sur 46 1ère C & D


Dérivation 32


2.5.4 Interprétation graphique des limites  lim f (x) = ∞

4. Si
1. Soit b un nombre réel et f une fonction numérique ; si lim f (x) = b (respectivement  lim f (x) = 0
+∞ ∞ x
lim f (x) = b ) alors la droite d’équation y = b est une asymptote horizontale à Alors (Cf ) admet une branche parabolique de direction celle de l’axe des abscisses au
−∞ voisinage de ∞
la courbe représentative de la fonction f au voisinage de +∞ (respectivement au 
voisinage de −∞)  lim f (x) = ∞

5. Si
 lim f (x) = ∞

o
∞ x
Alors (Cf ) admet une branche parabolique de direction celle de l’axe des ordonnées

pr
au voisinage de ∞
lim f (x) = ∞

 ∞

X

f (x)

6. Si lim =a
 ∞ x
 lim (f (x) − ax)

=b

TE

Alors la droite d’équation y = ax + b est une asymptote oblique à (Cf ) au voisinage
de ∞

@
2. Soit a un nombre réel et f une fonction numérique ; si lim f (x) = +∞ (respectivement 2.6 Dérivation
a
lim f (x) = −∞ ) alors la droite d’équation x = a est une asymptote verticale à la Activité 2.6

n
a
courbe représentative de la fonction f

Be
Codjo un élève de la classe après le cour sur les limites se propose de calculer
f (x) − f (a)
lim où f est la fonction définie par f : R −→ R et a un réel
a x−a
U x 7−→ x2 − 3x + 2

Consigne 2.31

f (x) − f (a)
O
Calcule lim
a x−a
Résolution 2.28
SS

f (x) − f (a)
lim = 2a − 3
a x−a
O

Définition 2.20 Soit f une fonction d’ensemble de définition Df . On appelle fonction taux de
f (x) − f (a)
variation de f en a , la fonction notée Ta et définie sur Df − {a} par : Ta =
D

x−a
3. Soit a; b ∈ R ; si lim [f (x) − (ax + b)] = 0 alors la droite d’équation y = ax + b est Définition 2.21 Soit f une fonction numérique de la variable réelle définie sur un intervalle

asymptote oblique à (Cf ) au voisinage de ∞ ouvert I contenant a

Prof Benjamin DOSSOU Page 32 sur 46 1ère C & D


Dérivation 33

1. On dit que la fonction f est dérivable en a lorsque le taux de variation de f en a admet une f f0 D’
limite en a C’est à dire lim Ta (x) = l ; l ∈ R. Cette limite est appelé le nombre dérivé de f en x 7→ k, (k ∈ R) x 7→ 0 R
a
a On le note f 0 (a) x 7→ x x 7→ 1 R
1 1
f (x) − f (a) x 7→ x 7→ − 2 R∗
2. La fonction f est dite dérivable à gauche en a si et seulement si lim existe et x x
− a x−a x 7→ xn , n ∈ N∗ x 7→ nxn−1 R
f (x) − f (a) √ 1
est un réel Dans ce cas le réel lim noté fg0 (a)est appelé le nombre dérivé de f à x 7→ x x 7→ √ R∗ +
x−a

o
a− 2 x
gauche en a x 7→ sinx x 7→ cosx R

pr
f (x) − f (a) x 7→ cosx x 7→ −sinx R
3. La fonction f est dite dérivable à droite en a si et seulement si lim existe et est un
a+ x−a x 7→ tanx x 7→ 1 + tan2 x E
f (x) − f (a)
réel Dans ce cas le réel lim noté fd0 (a) est appelé le nombre dérivé de f à droite nπ o
x−a

X
a+ Avec D’ le domaine de dérivabilité et E = R − + kπ, k ∈ Z
en a 2

Réinvestissement 2.21 On considère la fonction f définie par :

TE
3x2 − x + 1 six ≥ 1

f (x) = 2.6.1 Opérations sur les fonctions dérivables
2x2 + 1 six < 1

@
1. Soit f et g deux fonctions numériques de variable réelles définies sur un intervalle
1. Étudie la dérivabilité de f en 1 ouvert contenant a
2. Précise le nombre dérivée de f à gauche et à droite en 1.
2. Si f et g sont dérivables en a alors f + g ; f × g et αf (α ∈ R) sont dérivable en a alors

n
Éléments de réponses 2.18 on a :

Be

1. Df1 = x ∈ [1; +∞[; 3x2 − x + 1 ∈ R = [1; +∞[
2
3. (f + g)0 (a) = f 0 (a) + g 0 (a)
Df2 = x ∈] − ∞; 1[; 2x + 1 ∈ R =] − ∞1; 1[
Df = Df1 ∩ Df2 4. (f × g)0 (a) = f 0 (a) × g(a) + g 0 (a)f (a)
f (x) − f (1) f (x) − f (1)
lim
1 + x−1
= 0 et lim
1− x−1
U
= 4. f est dérivable à gauche et à droite en 1 5. (αf )0 (a) = αf 0 (a)
0 0
Comme fd (1) 6= fg (1), on conclut que f n’est pas dérivable en 1 f
6. Si f et g sont dérivable en a et g 0 (a) 6= 0 alors est dérivable en a et on a :
O
f (x) − f (1) g
2. lim = 0 donc le nombre dérivée de f à droite en 1 est fd0 (1) = 0  0
1 + x−1 f f 0 (a)g(a) − g 0 (a)f (a)
f (x) − f (1) (a) =
= 4 donc le nombre dérivée de f à gauche en 1 est fg0 (1) = 4 g [g(a)]2
SS

lim
1− x−1
7. Si u est une fonction dérivable sur un intervalle I alors pour tout entier naturel n,
Définition 2.22 1. Une fonction f est dérivable sur un intervalle ouvert I si et seulement si elle (n ≥ 2) ; un est dérivable sur I et (un )0 = nu0 un−1
est dérivable en tout point de I Dans ce cas la fonction dérivée de f sur I notée f 0 est définie √
O

8. Si u est une fonction dérivable et strictement positive sur un intervalle I alors u est
par f 0 : I −→ R où f 0 (x) est la dérivée de la fonction f en x √ u0
dérivable sur I et ( u)0 = √
2 u
D

0
x 7−→ f (x)
2. Dérivée de quelques fonctions usuelles 9. Soit α et β deux réels avec α 6= 0 Si u est une fonction dérivable en αa + βalors la
fonction f : x 7−→ u(αx + β) est dérivable en a et f 0 (a) = αu0 (αa + β)

Prof Benjamin DOSSOU Page 33 sur 46 1ère C & D


Dérivation 34

Fonction Dérivée 3. Si la fonction dérivée f 0 de f est strictement négative sur I sauf en un nombre fini de
f f0 point où elle s’annule (∀x ∈ I, f 0 (x) ≤ 0)alors f est strictement décroissante sur I
u+v u + v0
0

ku, k ∈ R u0 + v 0 Remarque 2.4


uv u0 v + v 0 u
1 v0 1. Pour étudier le sens de variation d’une fonction, il suffit d’étudier le signe de sa déri-
− 2 vée
v v
u0 v − v 0 u

o
u
2. Une fonction est dite monotone sur un intervalle I si elle est soit strictement croissante
v v2
ou strictement décroissante

pr
un , n > 1 nu0 un−1
√ u0
u √
2 u 2.6.3 Interprétation géométrique du nombre dérivée
x 7→ u(ax + b) x 7→ au0 (ax + b)

X
Soit f une fonction numérique de la variable réelle x, définie sur un intervalle ouvert I
Réinvestissement 2.22 On considère les fonctions suivantes contenant a On désigne par (Cf ) sa courbe représentative dans le plan muni d’un repère

TE
(O; I; J)
1. Si f est dérivable en a alors (Cf ) admet au point d’abscisse a une tangente (T ) de
1. f :R −→ R
coefficient directeur f 0 (a) on a :

@
x 7−→ 3x2 − 2x − 5
(T ) : f 0 (a)(x − a) + f (a)
2. Si f est dérivable à gauche en a sans être dérivable en a alors (Cf ) admet à gauche au
2. g:R −→ R
√ point M (a; f (a)) une demi-tangente (Tg ) définie par les relations

n
x 7−→ 3x2 − 1 
y = fg0 (a)(x − a) + f (a)

Be
x ≤a
h:R −→ R 3. Si f est dérivable à droite en a (respectivement à gauche en a) alors (Cf ) admet à
3.
2x4 − x + 1 droite au point M (a; f (a)) une demi-tangente (Td ) définie par les relations
x 7−→ 2
2x − x − 1 y = fd0 (a)(x − a) + f (a)

x ≥a
Détermine f 0 (x); g 0 (x) et h0 (x)
U
respectivement
y = fg0 (a)(x − a) + f (a)

Éléments de réponses 2.19
O
x ≤a
2.6.2 Application de la dérivation
Remarque 2.5
SS

Sens de variation d’une fonction


1. Lorsque f n’est pas dérivable en a mais admet au point A(a; f (a)) deux demi-
Théorème 2.3 tangente non parallèles, on dit que A est un point anguleux de la courbe C
O

Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I 2. Illustrations des demi-tangente verticale
0 0 f (x) − f (a)
1. Si la fonction dérivée f de f est nulle sur I (∀x ∈ I; f (x) = 0) alors la fonction f est
• lim = −∞
D

constant sur I x→a− x−a


2. Si la fonction dérivée f 0 de f est strictement positive sur I sauf en un nombre fini de

x =a
point où elle s’annule (∀x ∈ I, f 0 (x) ≥ 0) alors f est strictement croissante sur I (Tg )
y ≥ f (a)

Prof Benjamin DOSSOU Page 34 sur 46 1ère C & D


Dérivation 35

f (x) − f (a) Tableau de variation d’une fonction


• lim− = +∞
x→a x−a
 C’est un tableau qui comporte les informations suivantes :
x =a 1. Domaine de définition
(Tg )
y ≤ f (a)
2. Signe de la dérivée
3. Les limites aux bornes du domaine de définition
f (x) − f (a)
• lim+ = −∞ 4. Les extremum relatifs
x−a

o
x→a
 Réinvestissement 2.23 Soit la fonction f (x) = x3 − 3x + 1
x =a

pr
(Td ) 1. (a) Étudie le sens de variation de f
y ≤ f (a)
(b) Dresse le tableau de variation de f
f (x) − f (a) (c) Précise s’il y a lieu les extremum relatifs de f

X
• lim+ = +∞
x→a x−a 2x + 1
2. Même question pour la fonction définie par g(x) =
 x−3
x =a

TE
(Td ) Éléments de réponses 2.20
y ≥ f (a)

f (x) − f (a) 2.6.5 Quelques notions essentielles pour l’étude d’une fonction numé-

@
• lim− = −∞
x→a x−a rique
f (x) − f (a)
lim+ = −∞ Soit f une fonction définie sur son ensemble de définition Df et (Cf ) sa courbe dans
x→a x−a

n

− → −
C admet en A une demi-tangente vertical d’équation x = a un repère orthonormé (O; i ; j )

Be
f (x) − f (a)
• lim = +∞ Fonctions paires
x→a− x−a
f (x) − f (a) 1. f est une fonction pair si et seulement si ∀x ∈ Df , (−x) ∈ Df et f (x) = −f (x)
lim+ = +∞
x→a x−a 2. Dans un repère orthonormé la courbe représentative d’une fonction pair a un axe de
C admet en A une demi-tangente vertical définie par :
U symétrie qui est l’axe des ordonnées

x =a
Fonctions impaires
O
y ≤ f (a)
1. f est une fonction impair si et seulement si ∀x ∈ Df , (−x) ∈ Df et f (−x) = −f (x)
On dit que A est un point de rebroussement de (C ) 2. L’origine du repère est un centre de symétrie de la courbe représentative de la fonction
SS

impair
Réinvestissement 2.24 Étudie la parité des fonctions ci-dessous
2.6.4 Extremum relatifs d’une fonction 1
O

f (x) = x2 − 1; g(x) =
Soit f une fonction dérivable sur un intervalle ouvert I et x0 un élément de I x
f (x0 ) est un extremum relatif (ou extremum local) de la fonction f si et seulement si Éléments de réponses 2.21
D

f 0 s’annule en x0 en changent de signe Dans un tel cas l’équation de la tangente à la


Remarque 2.6
courbe de f au point M0 (x0 ; f (x0 )) est parallèle à l’axe des abscisses : c’est u,ne tangente
horizontale Un extremum relatif est soit un maximum ou un minimum Si une fonction est paire ou impaire, on peut l’étudier sur Df ∩ [0; +∞[; Df ∩] − ∞; 0]

Prof Benjamin DOSSOU Page 35 sur 46 1ère C & D


Suites numériques 36

π
2.6.6 Axe de symétrie, centre de symétrie d’une courbe (Cf ) 5. La fonction x 7−→ tan(ax + b)(a 6= 0) est périodique de période T =
|a|
Axe de symétrie
Réinvestissement 2.26 Soit f (x) = cos(2x + 3)· Démontre que f est périodique de période
On dit que la droite d’équation x = a est un axe de symétrie à (Cf ) si et seulement si T =π
∀x ∈ Df ; (2a − x) ∈ Df et f (2a − x) = f (x)
Éléments de réponses 2.23 Df = R ;
Centre de symétrie ∀x ∈ R, (x + π) ∈ R

o
∀x ∈ R, f (x + π) = cos(2x + 2π + 3) = cos(2x + 3) = f (x)
On dit que le point Ω(a; b) est un centre de symétrie pour (Cf ) si et seulement si ∀x ∈ d’où f est périodique de période 2π

pr
Df ; (2a − x) ∈ Df et f (2a − x) + f (x) = 2b

Réinvestissement 2.25 Démontre que :


2.7 Suites numériques

X
1. la droite d’équation x = −3 est un axe de symétrie pour (Cf )
2. le point A(1; 2) est un centre de symétrie pour (Cf ) 2.7.1 Généralités sur les suites

TE
Définition 2.23 (notation et représentation d’une suite)
On appelle suite numérique, toute fonction définie de N (ou d’une partie de N) vers R.
f :R −→ R

@
x 7−→ x2 + 6x + 1 2x + 1
Exemple 2.10 f : x ∈ N 7→ 2x2 − 1; g : x ∈ N 7→
x+2
g:R −→ R

n
2x + 3 au lieu de x, la variable est souvent notée n. Ainsi, nous poserons un au lieu de f (x). Plus
x 7−→ simplement, une suite numérique est souvent notée (un )n ; (vn )n ou (wn )n . (un )n est appelé
x−1

Be
terme d’indice n de la suite (un )n . Pour n quelconque, un est le terme générale de la suite (un )n .
Éléments de réponses 2.22
Exemple 2.11 Soit (wn )n la suite définie par wn = 2n2 − 1.
Périodicité 1. Calcule les 3 premiers termes de la suite de terme général (wn )n .
U
Soit T un nombre réel On dit que f est périodique de période T si et seulement si 2. Représente sur un axe les premiers termes de la suite (wn )n
∀x ∈ Df ; (x + T ) ∈ Df et f (x + T ) = f (x)
O
Une suite numérique peut être définie, soit par une formule explicite, soit par une formule de
Remarque 2.7 récurrence. Pour une suite définie par une formule de récurrence, le calcul du terme un+1 dépend
du terme un .
SS

1. Si T est une période de f , tout autre période est de la forme kT, (k ∈ Z)


2. La période d’une fonction est le pus petit strictement positif de toutes les périodes 2n + 1
Exemple 2.12 Soit (un )n la suite définie par un = et (vn )n la suite définie par
de période T , on peut l’étudier sur Df ∩ [0; T ] ou Df ∩ ( n+2
O

3. Si une fonction est


 périodique
T T
 v0 = 2
[−T ; 0] ou Df ∩ − ; 1 .
2 2 vn+1 = vn + 4
D

2
4. Les fonctions x 7−→ cos(ax + b) et x 7−→ sin(ax + b)(a 6= 0) sont périodiques de 1. Calcule les 4 premiers termes de la suite de terme général (v ) .
n n

périodes T = 2. Représente dans un plan les premiers termes de la suite (vn )n .
|a|

Prof Benjamin DOSSOU Page 36 sur 46 1ère C & D


Suites numériques 37

2.7.2 Suite majorées, suites minorées, suites bornées 1


Réinvestissement 2.28 Soit les suites (Un )n∈N∗ et (Vn )n∈N définie par : Un = et
n(n + 1)
Soit (un )n∈E une suite numérique.

V0 = −1
. Étudie le sens de variation de chacune des suites (Un ) et
1. (un ) est majorée s’il existe un nombre réel M tel que Vn+1 = Vn 2 + vn + 1; ∀n ∈ N
(Vn ).
∀n ∈ N, un ≤ M (2.31)
2.7.4 Suites arithmétiques

o
2. (un ) est minorée s’il existe un nombre réel m tel que
Définition 2.24 Soit (un )n∈E une suite numérique

pr
∀n ∈ N, un ≥ m (2.32) (u ) est une suite arithmétique s’il existe un nombre réel r tel que, pour tout n élément de E, on
n
a : un+1 = un + r· Le nombre r est appelé raison de la suite (un )
3. (un ) est bornée si elle est à la fois majorée et minorée.

X

u0 = 2
Réinvestissement 2.27 1. Démontre que la suite (un ) est majorée par 6. Exemple 2.13
un+1 = un − 3
u0 = −1
(
La suite (un )n∈N ainsi définie est une suite arithmétique de raison −3 et de premier terme 2

TE
(un ) 1
Un+1 = un + 3; ∀n ∈ N
2 Propriété 2.26 1. Soit (un )n∈N une suite arithmétique de premier terme u0 et raison r· Pour
2. En utilisant le raisonnement par récurrence, démontre que pour tout entier naturel n non nul, tout entier naturel n, on a : un = u0 + nr

@
on a
2. Soit un une suite arithmétique de premier terme u0 on a pour tous nombres entier naturels n
n(n + 1)
(a) 1 + 2 + · · · + n = et k, un = uk + (n − k)r
2

n
n(n + 1)(2n + 1) 3. La somme S de n termes consécutifs d’une suite arithmétique (un ) est égale au produit par n
(b) 12 + 22 + · · · + n2 = de la demi-somme des termes extrêmes
6

Be
S = ua + ua+1 + ua+2 + · · · + un
n
X n(n − 1)(n + 1) [(n − a) + 1] × [un + ua ]
(c) k(n − k) = =
6 2
k=1

2.7.5 Suites géométriques


2.7.3 Sens de variation d’une suite numérique
U
Définition 2.25 Soit (un )n∈E une suite numérique (un )n∈E est une suite géométrique s’il existe
Pour étudier le sens de variation d’une suite définie par une formule explicite, on peut
un nombre réels q tel que, pour tout n élément de E , on a : un+1 = qun Le nombre q est appelé
O
utiliser l’une des méthodes suivantes :
raison de la suite (un )
1. Méthode algébrique : étudier le signe de un+1 − un
5
SS

(
(a) Si un+1 − un ≥ 0 alors la suite (un ) est croissante. v0 =
Exemple 2.14 4
(b) Si un+1 − un ≤ 0 alors la suite (un ) est décroissante. ∀n ∈ N, vn+1 = −2vn
5
2. Méthode fonctionnelle La suite (vn )n∈N ainsi définie est une suite géométrique de raison −2 et de premier terme
O

Lorsque la fonction un = f (n). Étudier le sens de variation de la fonction f . 4


(a) Si f est croissante sur [n0 ; +∞[ alors la suite (un ) est croissante à partir du rang Propriété 2.27 1. Soit (vn ) une suite géométrique de premier terme u0 et de raison q· Pour tout
D

n0 . nombre entier naturel n, on a : un = u0 q n


(b) Si f est décroissante sur [n0 ; +∞[ alors la suite (un ) est décroissante à partir du 2. Soit (vn ) une suite géométrique de raison q on a : pour tous nombres entier naturel n et k ;
rang n0 . vn = vk × q n−k

Prof Benjamin DOSSOU Page 37 sur 46 1ère C & D


Suites numériques 38

3. Soit S la somme des termes consécutifs d’une suite géométrique de premier terme a et de 2.7.7 Convergence et divergence d’une suite numérique
raisonq
Définition 2.26 1. Une suite (un ) est convergente si elle a une limite finie. (c’est à dire
(1 − q n ) lim un = l ∈ R)
6 1 alors S = a
(a) Si q = +∞
1−q
2. Une suite est divergente si elle n’est pas convergente.
(b) Si q = 1 alors S = n × a
Propriété 2.30 Soit l un nombre réel, f une fonction numérique , (un ) la suite définie par (un ) =

o
Propriété 2.28 (caractéristique) f (n).
a+c 1. Si lim f = l alors (un ) converge vers l.

pr
1. a ; b et c sont trois termes consécutifs d’une suite arithmétique si et seulement si b = +∞
2
2 2. Si lim f = +∞ alors (un ) converge vers.
2. a ; b et c sont trois termes consécutifs d’une suite géométrique si et seulement si b = a × c. +∞

X
 n Théorème 2.4 (Limite de la suite géométrique (q n ) ; q ∈ R∗ )
∗ 1
Réinvestissement 2.29 On considère les suites vn = 2n − 1; n ∈ N et wn = 3 × ; n ∈ Soit qun nombre réel strictement positif.
2

TE
N. 1. Si q > 1 alors lim q n = +∞
n→+∞

1. Démontre que vn est une suite numérique et que wn est une suite géométrique (tu préciseras 2. Si q = 1 alors q est constante et lim q n = 1
n
n→+∞

@
la raison et le premier terme). n
3. Si −1 ≤ q ≤ 1 alors lim q = 0
n→+∞
2. Calcule la somme des 20 premiers termes de chacune des suites.
n
4. Si q ≤ −1 alors (q ) n’a pas de limite.

n
Propriété 2.29 1. Sens de variation d’une suite arithmétique
Soit (un ) une suite arithmétique de raison r.

Be
(a) Si r > 0 alors la suite (un ) est croissante.
(b) Si r < 0 alors la suite (un ) est décroissante.
2. Sens de variation d’une suite géométrique.
Soit (vn ) une suite géométrique de raison q.
U
(a) Si q > 1 alors la suite (vn ) est croissante.
O
(b) Si q < 1 alors la suite (vn ) est décroissante.
SS

2.7.6 Raisonnement par récurrence


Le raisonnement par récurrence est un procédé qui permet de démontrer qu’une pro-
O

position P (n) est vraie pour tout entier naturel n supérieur ou égal à un entier naturel n0
donné. Il se fait en deux étapes :
D

1. On démontre que la proposition P (n) est vraie pour le premier rang n0 de n.


2. On suppose que pour tout entier naturel k ≥ n0 , P (k) est vraie et on démontre que
P (k + 1) est vraie puis on conclure.

Prof Benjamin DOSSOU Page 38 sur 46 1ère C & D


C HAPITRE Trois

LIEUX GÉOMÉTRIQUES DANS LE PLAN


Situation de départ : Texte :La sirène du lycée
C’est la rentrée. Les murs de façade du lycée ont été repeints. Des objets d ?embellisse-

o
ment qui suscitent la curiosité des élèves ont été placés à divers endroits de l ?établisse-

pr
ment. L ?un de ces objets a retenu l ?attention de Zoé, élève en classe de 1 ère . Cet objet
est un disque sur lequel est fixée une plaque transparente ayant la forme d ?un triangle
équilatéral, inscrit dans sa bordure. Au centre du disque est fixé une aiguille de lon-
gueur égale au rayon du disque. Cette aiguille est accolée à une autre plaque triangulaire

X
de même nature dont les sommets coïncident avec les milieux des cotés de la première
plaque. Un bouton électrique fait tourner l ?aiguille dans le plan du disque. Celle-ci en-

TE
traîne dans sa course la petite plaque triangulaire et déclenche aussitôt la sirène du lycée.
Voici une représentation de la position de repos de l ?aiguille :
A tout nombre réel α correspond sur le cercle trigonométrie un point M (cosα; sinα)
bien déterminé. On définit ainsi une application de R dans E . Mais à un point M (x; y)

@
donné sur le cercle trigonométrie (C ), il existe une infinité de réel α tel que x = cosα
et y = sinα. L’application f est donc une surjection de R sur le cercle trigonométrique.
Elle est appelé surjection canonique. Si α0 est l’un des réels α, on a une infinité d’arc

n
déterminé en M qui diffère de α0 d’un nombre exact de tour (1 tour = 2πrad. Ces arcs
sont données par la formule générale α = α0 +2kπ, k ∈ Z. On dit que α et α0 sont congrus

Be
de module 2π et on écrit α ≡ α0 [2π].

Définition 3.1 Deux nombres réels x et y sont congrus de module 2π s’il diffère d’un multiple
U entier de 2π.
O
x ≡ y[2π] ⇔ x = y + 2kπ; k ∈ Z (3.1)
SS

3.1.2 Représentation d’un angle orienté


3.1 Angles orientés et Trigonométrie
O


− −→ − −→ −
u et →

v sont deux vecteurs non nuls. S; A; B trois points tels que SA = →
u et SB = →
v.
Le couple de demi-droites [SA); [SB) de même origine S est un représentant de l’angle
3.1.1 Congruence modulo 2pi dans R
D

orienté (→

\u;→

v ). S est le sommet, [SA) le côté origine et [SB)le côté extrémité de ce
représentant.

Prof Benjamin DOSSOU Page 39 sur 46 1ère C & D


Angles orientés et Trigonométrie 40

o
pr
3.1.3 Mesure principale d’un angle orienté

X
Définition 3.2 On appelle mesure principale d’un angle orienté α, la mesure α0 ∈] − π; π] tel

TE
que α = α0 + 2kπ; k ∈ Z. 3.1.6 Différence de deux angles orientés
On appelle différence des angles orientés α
b et βb l’angle α b où (−β)
b + (−β) b est l’opposé

@
Réinvestissement 3.1 Détermine la mesure principale de chacun des angles orientés suivants : de l’angle orienté β.
b

Propriété 3.1 1. Pour tout nombre réel x; y; z on a : x ≡ y[2π] ⇔ x + z ≡ y + z[2π].

n
31 23 2. Pour tous vecteurs non nuls →

u;→

v ;→
−w , on a
1. α = π 2. β = − π

Be
3 6
(→

u;→
\ −
v +→

v ;→
\ −
w ) = (→

u;→
\ −
v ) c’est la relation de Chasles (3.2)

3. Soit →

u et →−v deux vecteurs non nuls et k un nombre réel non nul. On a :
3.1.4 Mesure d’un angle orienté (a) ( u ; →


\ −v ) = −(→

v ;→
\ −u ).
U


u;→
(b) Si k > 0 alors (k\ −v ) = (→
− ; k→
u\ −v ) = (→

u;→
\ −v)
Soit α
b un angle orienté de mesure principale α. Tout nombre réel de la forme α +
O


(c) Si k < 0 alors (k\ →
− →

u ; v ) = ( u\ →
− →

; k v ) = (\ →

u; v)+π
2kπ(k ∈ Z) est appelé mesure de l’angle orienté α
b. b
(d) (k →

u ; k→
\ −
v ) = (→ −
u;→
\ −v)
SS


− →
− →
− 0 →− 0
4. Soit u ; v ; u ; v quatre vecteurs non nuls.
(→

u;→
\ −v ) = (→−
u\ 0; →

v 0 ) ⇔ (→

u;→
\ −
u 0 ) = (→

v\0; →

v 0)
3.1.5 Somme de deux angles orientés
O

3.1.7 Fonction cosinus, sinus , tangente


Soit α
b et βb deux angles orientés, [OA); [OB) un représentant de α b ; [OB); [OC) un

− →−
D

représentant de β.
b On appelle somme des angles orientés α b tel que Définition 3.3 Soit (O; i ; j ) un repère du plan. Soit (C ) le cercle trigonométrique de centre
b et βb l’angle orienté γ
−→\ −−→ O et α un nombre réel quelconque. Si M est le point de (C )tel que α soit une mesure de l’angle
b = (OA; OC). On note α
γ b.
b + βb = γ

−\ −−→
( i ; OM ) alors :

Prof Benjamin DOSSOU Page 40 sur 46 1ère C & D


Angles orientés et Trigonométrie 41

1. l’abscisse de M est cosα ;

2. l’ordonnée de M est sinα ;


sinα
3. le réel (cosα 6= 0) est appelé tangente de α et est notée tanα.
cosα

Remarque 3.1

o
pr
1. L’axe des abscisses des appelé axe des cosinus.
2. L’axe des ordonnées est appelé axes des sinus.

X
Propriété 3.2 1. Pour tout nombre réel x et pour tout entier relatif k on a :
−−→ −−→ −−→ → − − −−→

TE
mes(ON ; OM ) = mes(ON ; i ) + mes( i ; OM )
− −−→
→ − −−→

(a) cos2 x + sin2 x = 1 = −mes( i ; ON ) + mes( i ; OM )
= −b + a

@
(b) |cosx| ≤ 1 et |sinx| ≤ 1 =a−b
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
ON .OM = kON k.kOM kcos(ON ; OM )
(c) cos(x + 2kπ) = cosx et sin(x + 2kπ) = sinx. −−→ −−→ −−→ −−→
= kON k.kOM kcos(a − b)orkOM k = kON k = 1 Les coordonnées du point

n
On dit que les fonctions sinus et cosinus sont périodique de période 2π. = cos(a − b)
1

− → −

Be
M et N dans le repère (O; i ; j ) sont respectivement M (cosa; sina) et N (cosb; sinb) alors
2. ∀x ∈ R, cosx 6= 0 et ∀k ∈ Z on a : −−→ −−→
ON .OM = cosacosb + sinasinb 2
De 1 et
2 on a :
sinx 1
(a) tanx = et = 1 + tan2 x
cosx cos2 x
U cos(a − b) = cosacosb + sinasinb (3.3)
(b) tan(x + kπ) = tanx
O
On dit que la fonction tangente est périodique de période π.
SS

Propriété 3.3 1. ∀x ∈ R, cos(−x) = cosx : on dit que la fonction cosinus est paire.
3.1.8 Formule trigonométrique
Formule d’addition 2. ∀x ∈ R, sin(−x) = −sinx : on dit que la fonction sinus est impaire.
O


− → −
Le plan est muni d’un repère orthonormé (O; i ; j ). On considère le cercle trigono-
− −−→
→ π π sin(−x) −sinx
D

métrique (C ) de centre O. Soit M et N deux points de (C ) tels que mes( i ; ON ) = bb et 3. ∀x ∈ R − {− + 2kπ; + 2kπ}; k ∈ Z, tan(−x) = = = −tanx ainsi

−\ −−→ 2 2 cos(−x) cosx
mes( i ; OM ) = b
a tan(−x) = −tan(x) : on dit que la fonction tangente est impaire.

Prof Benjamin DOSSOU Page 41 sur 46 1ère C & D


Angles orientés et Trigonométrie 42

3.1.9 Formule de duplication


1. En remplaçant dans 3.5b par a on a :

cos2a = cos2 a − sin2 a (3.11)

o
pr
cos2a = 2cos2 a − 1 et cos2a = 1 − 2sin2 a (3.12)

2. En remplaçant dans 3.6b par a on a :

X
∀x ∈ R, cos(π + x) = −cosx et sin(π + x) = −sinx (3.4) sin2a = 2sinacosa (3.13)

TE
3.1.10 Formule de linéarisation
π  π 
∀x ∈ R, cos + x = −sinx et sin + x = cosx (3.5) De le relation cos2a = 2cos2 a − 1 on a

@
2 2
En remplaçant dans 3.3 , x par −x on a : 1 + cos2a 1 − cos2a
cos2 a = et sin2a = (3.14)
2 2
∀x ∈ R, cos(π − x) = −cosx et sin(π − x) = sinx (3.6)

n
En remplaçant dans 3.4 , x par −x on a : 3.1.11 Transformation du produit en somme

Be
π π
D’après les formules précédente on a :
 
∀x ∈ R, cos − x = sinx et sin − x = cosx (3.7)
2 2 cos(a + b) = cosacosb − sinasinb 1
Réinvestissement 3.2 Calcule cos(a − b) = cosacosb + sinasinb 2
 π  π 1 + 2 donne
1. cos − ; sin − 3. cos

11π

; sin
11π

U 1
sinasinb = − [cos(a + b) − cos(a − b)] (3.15)
4 4 6 6 2
     
5π π 301π 301π sin(a + b) = sinacosb + cosasinb
3
O

2. cos ; sin 5 4. cos ; sin
6 6 3 3 sin(a − b) = sinacosb − cosasinb
4
+ donne
3 4
SS

Propriété 3.4 1. En remplaçant b par −b dans 3.5 on a : 1


cosaCcosb = [cos(a + b) + cos(a − b)] (3.16)
cos(a + b) = cosacosb − sinasinb (3.8) 2

π 1
O

2. En remplaçant dans 3.5 , a par − a on a : sinacosb = [sin(a + b) + sin(a − b)] (3.17)


2 2
sin(a + b) = sinacosb + cosasinb (3.9)
1
D

cosasinb = [sin(a + b) − sin(a − b)] (3.18)


3. En remplaçant dans 3.6 b par −b on a : 2
sin(a − b) = sinacosb − cosasinb (3.10) Réinvestissement 3.3 Transforme en une somme sin3xsin2x

Prof Benjamin DOSSOU Page 42 sur 46 1ère C & D


Angles orientés et Trigonométrie 43

3.1.12 Transformation de somme en produit 4è Cas Si |a| < 1 alors ∃α ∈] − π; π] \ cosα = a donc on a :
cosx = a ⇔  cosx = cosα
p+q p−q p+q p−q
Posons a = et b = . En remplaçant a et b respectivement par et  x = α + 2kπ, k ∈ Z
2 2 2 2 ⇔ ou
dans 3.7 on a :
x = −α + 2kπ, k ∈ Z
    
p+q p−q
cosp + cosq = 2cos cos (3.19)
2 2 SR = {α + 2kπ, k ∈ Z} ∪ {−α + 2kπ, k ∈ Z} (3.26)

o
   
p+q p−q π
cosp − cosq = −2sin sin (3.20) En particulier si a = 0 alors on a : cosx = 0 ⇔ x =+ 2kπ; k ∈ Z. Donc on
2 2 2

pr
nπ o

p+q
 
p−q
 SR = + 2kπ; k ∈ Z (3.27)
sinp + sinq = 2sin cos (3.21) 2
2 2

X
1
Réinvestissement 3.4 Résous dans R l’équation cosx = .

p−q
 
p+q
 2
sinp − sinq = 2sin cos (3.22)

TE
2 2
• Type sinx = b
Propriété 3.5 1er Cas Si |b| > 1 alors l’équation sinx = b est impossible donc l’ensemble des solu-

@
tions dans R est
1. ∀t ∈ [−1; 1], ∃α ∈] − π; π] \ sinα = t SR = ∅ (3.28)
2. ∀t ∈ [−1; 1], ∃α ∈] − π; π] \ cosα = t π

n
2è Cas Si b = 1 alors sinx = 1 ⇔ x = + 2kπ, k ∈ Z donc
2
3. ∀t ∈ [−1; 1], ∃α ∈] − π2 ; π2 [\tanα = t nπ o

Be
SR = + 2kπ; k ∈ Z (3.29)
2
3.1.13 Équation trigonométrique π
3è Cas Si b = −1 alors sinx = −1 ⇔ x = − + 2kπ, k ∈ Z donc
2
Soit a; b; cdes réels et x l’inconnue réelle. n π o
SR = − + 2kπ; k ∈ Z (3.30)
U 2
• Type cosx = a 4è Cas Si |b| < 1 alors ∃α ∈] − π; π] \ sinα = b donc on a :
O
sinx = b ⇔  sinx = sinα
1er Cas Si |a| > 1 alors l’équation cosx = a est impossible donc l’ensemble des  x = α + 2kπ, k ∈ Z
solutions dans R est ⇔ ou
SS

SR = ∅ (3.23) x = π − α + 2kπ, k ∈ Z

SR = {α + 2kπ, k ∈ Z} ∪ {π − α + 2kπ, k ∈ Z} (3.31)


2è Cas Si a = 1 alors cosx = 1 ⇔ x = 2kπ, k ∈ Z donc
O

SR = {2kπ; k ∈ Z} (3.24) En particulier si b = 0 alors on a : sinx = 0 ⇔ x = kπ; k ∈ Z. Donc on

SR = {kπ; k ∈ Z} (3.32)
D

3è Cas Si a = −1 alors cosx = −1 ⇔ x = π + 2kπ, k ∈ Z donc



3
SR = {π + 2kπ; k ∈ Z} (3.25) Réinvestissement 3.5 Résous dans R l’équation sinx = − 2

Prof Benjamin DOSSOU Page 43 sur 46 1ère C & D


Angles orientés et Trigonométrie 44

• Type tanx = c 2è Cas : Si a < −1 alors


∅ (3.35)
Soit D le domaine de définition de la fonction x 7→ tanx.
D = {x ∈ R; cosx 6= 0 3è Cas : Si −1 ≤ x ≤ 1.
π
= R − + kπ; k ∈ Z Exemple 3.1
2
1
∀c ∈ R, ∃α ∈] − π2 ; π2 [; tanx = c alors tanx = c ⇔ tanx = tanα Résous l’inéquation (E) : cosx ≤ sur les intervalles ci-dessous :
2

o
⇔ x = α + kπ; k ∈ Z
(a) ] − π; π] (b) [0; 2π[ (c) R

pr
SR = {α + kπ, k ∈ Z} (3.33)
•sinx ≤ b
Réinvestissement 3.6 Résous dans R l’équation tanx = 1
1er cas : Si b ≥ 1 alors l’ensemble des solutions de l’inéquation cosx ≤ a est

X
• Type acosx + bsinx = c
R (3.36)
1er Cas : Si ab = 0 et (a; b) 6= (0; 0) alors on retrouves l’un des types 1 et 2.

TE
2è Cas : Si ba < -1alors∅(3.37)
2è Cas Si ab 6= 0 alors il faut
 transformer acosx + bsinx donc  on a
√ a b 3è Cas : Si −1 ≤ x ≤ 1.
acosx + bsinx = a2 + b2 √ cosx + √ sinx

@
a2 + b2 a2 + b2 Exemple 3.2
a b
Puis que √ ∈ [−1; 1] et √ ∈ [−1; 1] il existe α ∈] − π; π] tel que cosα = 1
2
a +b 2 a + b2
2
Résous l’inéquation (E 0 ) : sinx ≤ sur les intervalles ci-dessous :
a b a b 2

n
√ et sinα = √ ou sinα = √ et cosα = √ . Ainsi on a :
2
a +b 2 2
√a +b
2 2
a +b 2 a + b2
2 1. ] − π; π] 2. [0; 2π[ 3. R
acosx + bsinx = √a2 + b2 (cosαcosx + sinsinx)

Be
= √a2 + b2 cos(α − x) •tanx ≤ c
donc on a :
= √a2 + b2 cos[−(x − α)] nπ o
= a2 + b2 cos(x − α) Soit D le domaine de définition de l’inéquation tanx ≤ c. D = R − + kπ, k ∈ Z
√ √ 2
acosx + bsinx = c ⇔ a2 + b2 cos(x − α) = c Résous l’inéquation (E 00 ) : tanx ≤ 3 sur les intervalles ci-dessous :
c
U
⇔ cos(x − α) = √
a + b2
2
1. ] − π; π] 2. [0; 2π[ 3. R

O
• Si |c| > a2 + b2 alors l’équation n’admet pas de solution.

• Si |c| ≤ a2 + b2 alors l’équation est équivalent à l’équation du type 1. (cosx = • Autres méthodes de résolution des inéquations trigonométriques
a)
SS

Les expressions de la forme acosx + b; asinx + b(a ∈ R; b ∈ R) garde un signe constant


√ √
Réinvestissement 3.7 Résous dans R l’équation 3cosx − 3sinx = − 6 sur tout intervalle sur lequel, elle ne s’annule pas et change de signe chaque fois qu’elles
s’annulent.

O

3.1.14 Inéquation trigonométrie Exemple 3.3 Résous dans [0; 2π[ l’inéquation 2cosx − 3.
• Type cosx ≤ a
D

Quelques formules sur la tangente


1er cas : Si a ≥ 1 alors l’ensemble des solutions de l’inéquation cosx ≤ a est nπ o
∀x ∈ R − + kπ; k ∈ Z .
R (3.34) 2

Prof Benjamin DOSSOU Page 44 sur 46 1ère C & D


Barycentre 45

π 1 Vérifie si les points (A; −2); (B; 73 ); (C; 8) sont des points pondérés.

tan +x =− tan (π + x) = tanx
2 tanx
π  1 Réinvestissement 3.9
tan −x = tan (π − x) = −tanx −−→ −→
2 tanx Soit A; B; C trois points du plan tel que AB = −3AC. Exprime le point C comme bary-
centre de deux points pondérés à préciser.
Formules d’addition
Propriété 3.6 Les trois propriétés suivantes sont équivalentes à :
tanx + tany tanx − tany 1. G = {(A; α); (B; β)}.

o
tan(x + y) = tan(x − y) =
1 − tanxtany 1 + tanxtany −−→ −−→ −−→
2. Pour tout point M du plan on a αM A + β M B = (α + β)M G

pr
Conséquence −→ β −−→
3. AG = AB
α+β
2tanx
En posant x = y dans le point 1 de la formule d’addition on a : tan2x = Propriété 3.7 Soit G le barycentre des points pondérés (A; α); (B; β) on a :

X
1 − tan2 x
1. le point G appartient à la droite (AB).
Autres formules 2. si k est un nombre réel non nul alors G est aussi le barycentre des points pondérés

TE
(A; kα); (B; kβ)
1 − tan2 x 2tanx
cos2x = tan2x = Remarque 3.3
1 + tan2 x 1 − tan2 x

@
2tanx A et B étant deux points du plan l’ensemble des barycentres des points A et B est la
sin2x =
1 + tan2 x droite (AB)

n
• Type acosx + bsinx ≤ c
3.2.2 Construction du barycentre de deux points pondérés

Be
Réinvestissement 3.8 Résous dans [0; 2π[; ] − π; π[ et dans R l’inéquation .
√ √ Soit A et B deux points distincts de 11cm.
1. cos2x − 3sin2x ≤ 2. 1. Prouve qu’il existe un point G barycentre des points pondérés (A; 7) et (B; 4) d’une
1 part et H un point barycentre des points pondérés (A; 7) et (B; 4)
2. sinx > − .
2 2. Construis les points G et H.
U
3. Justifie que G et H ont même milieu I.
3.2 Barycentre
O
3.2.3 Isobarycentre de deux points pondérés
3.2.1 Barycentre de deux
On appelle isobarycentre de deux points A et B, le barycentre des points pondérés
Définition 3.4 Soit A et B deux points du plan , α et β des nombres réels. Si α + β 6= 0
SS

(A; α); (B; α) avec α 6= 0. C’est aussi le barycentre des points pondérés (A; 1); (B; 1) ou
alors il existe un points unique G du plan appelé barycentre du système des points pondérés
−→ −−→ → − tout simplement le milieu du segment [AB].
(A; α); (B; β) tel que αGA + β BG = O . On note G = {(A; α); (B; β)}.
O

Remarque 3.2 3.2.4 Coordonnées du barycentre de deux points pondérés



− →−
On appelle points pondérés, tous couples (M ; α) où M est un point du plan et α un Le plan étant muni du repère (O; i ; j ) et G désigne le barycentre de deux points
D

−→ −−→ −−→
nombre réel.  du plan donc on a : αOA+ β OB = (α + β)OG ⇔
pondérés (A; α) et (B; β) et O un point
−−→ α −→ β −−→ αxA + βxB αyA + βyB
Exemple 3.4 OG = OA + OB d’où G ; .
α+β α+β α+β α+β

Prof Benjamin DOSSOU Page 45 sur 46 1ère C & D


Barycentre 46

3.2.5 Barycentre de trois ou quatre points pondérés Retenons 3.1


1. On appelle barycentre de trois points pondérés (A; α); (B; α); (C; γ) avec α+β+γ 6= 0, Activité 3.1
−→ −−→ −−→ → −
l’unique point du plan qui est tel que αGA+β GB+γ GC = O . Lorsque α = β = γ 6= 0
on dit dans ce cas que G est le l’isobarycentre des points pondérés A; B; C. Consigne 3.1
2. On appelle barycentre de quatre points pondérés (A; α); (B; α); (C; γ); (D; λ) avec α+ Résolution 3.1
−→ −−→ −−→ −−→ → −
β + γ + λ 6= 0, l’unique point du plan qui est tel que αGA + β GB + γ GC + λGD = O .

o
Lorsque α = β = γ = λ 6= 0 on dit dans ce cas que G est le l’isobarycentre des points Réinvestissement 3.10
pondérés A; B; C; D.

pr
Éléments de réponses 3.1
Remarque 3.4
Propriété 3.9

X
L’isobarycentre de trois points non alignés A; B; C est le centre de gravité du triangle
ABC. Tâche 3.1

TE
Propriété 3.8 (caractéristique) Propriété 3.10
Si G est barycentre des points pondérés (A; α); (B; α); (C; γ) alors les propriétés suivantes sont
équivalentes : Remarque 3.5

@
−→ −−→ −−→ → −
1. αGA + β GB + γ GC = O Description 3.1
−−→ −−→ −−→ −−→
2. Pour tout point M du plan αM A + β M B + γ M C = (α + β + γ)M G.
Note 3.1

n
−→ β −−→ γ −→
3. AG = AB + AC
α+β+γ α+β+γ Exemple 3.5

Be
Retenons 3.2
3.2.6 Coordonnées du barycentre de deux points pondérés

− → − Définition 3.5
Le plan étant muni du repère  (O; i ; j ) et G désigne le barycentre de
 deux points
pondérés (A; α); (B; β); (C; γ) ; G
αxA + βxB + γxC αyA + βyB + γxC
;
U . Théorème 3.1
α+β+γ α+β+γ
O
3.2.7 Homogénéité du barycentre
Le barycentre d’un système de points pondérés ne change pas lorsqu’on multiplie tous
SS

les coefficients par un même nombre réel non nul. G = bar {(A; α); (B; β); (C; γ)} et si k
est un réel différent de zero alors on aG = bar {(A; kα); (B; kβ); (C; kγ)}
O
D

Prof Benjamin DOSSOU Page 46 sur 46 1ère C & D

Vous aimerez peut-être aussi