Vous êtes sur la page 1sur 11

Chapitre 2 .

ALGEBRE DE BOOLE ET FONCTIONS BOOLEENNE

I-LES FONCTION LOGIQUES


Sont un semble des variables logiques et opérateurs logiques reliée entre eux une fonction
logique ne peut prendre que deux états : vrai ou faux traduit en algèbre de Boole par 0 ou 1.

Une variable logique : est un variable qui peut prendre deux états binaires 0et1.

Exemple :Dans le schéma électrique de la figure suivant un appui prendre deux états :

Fermé 1 ou ouvert 0 et Lampe L peut prendre deux états allumée 1 et attente 0.

L’allumage de la lampe peut donc s’écrire sous la forme de la fonction logique L=a.

FIGURE 1

1-La représentation schématique des opérateurs logique

1.1. L’operateur OU (OR)


A et B deux variable indépendant : X=A+B la fonction de sortie est active si A et B est actif la
fonctionnement de cet opération est définie par la table de vérité :

B A X=A+B

0 0 0

0 1 1

1 0 1

1 1 1
1-2.L’opérateur ET (AND)
Soit deux variable logique indépendante, A et B ; X=A.B

Dans cette expression, le signe l’opération booléenne ET dont les règles d’opération sont
données dans la table de vérité :

B A X=A.B

0 0 0

0 1 0

1 0 0

1 1 1

D’après cette table, peu facilement déduire que la fonction logique ET correspond à la
multiplication en binaire.

1-3.L’opération NON ( NOT)


L’operation NON ,c’est le contrairement aux opération ET et OU ne concerne q ‘une variable
d’entréé : X=A̅
L’operation NON porte egalement le nom d’inversion ou complémentation ,le symbole d’un
circuit NON ,appele plus couramment inverseur

A X=A̅

0 1

1 0

2-LES PORTES NON –OU (NOR) / NON-ET (NAND)


Ces portes correspondant à des combinaisons d’opération élémentaire ET/ OU /NON
2-1La porte NON –OU : L’expression de sortie d’une porte NON –OU est A+B . La sortie
d’une porte NON –OU est l’inverse de celle d’une porte OU pour toute les combinaisons des
entres.

B A X=A+B
0 0 1
0 1 0
1 0 0
1 1 0

On constate que c’est que le symbole d’une porte OU souf qu’il y a un petit rond à la pointe ,ce petit
rond correspondant à une opération d’inversion .

2-2.La porte NON –ET : La porte NON –ET à un fonctionnement analogue à une porte ET


suivie d’un inverseur, l’expression de sortie d’un port NON –ET est X=A .B .dans la table de
vérité la sortie est l’inverse de celle d’une porte ET pour toutes les combinaisons d’entrées :

B A X=A.B

0 0 1

0 1 0

1 0 0

1 1 0

On voyont que c’est le symbole d’une port ET souf il ya un petit rond correspodant à une opération
d’inversion

Part MORGAN on peut aussi donne un niveaux schemas équivalente de port NAND : X= A.B
=A̅+B̅ (#=+)
3) –Circuit OU –Exclusif ( XOR) et NON –OU –Exclusif (XNOR)
Deux circuits logiques spéciaux qui interviennent souvent dans les systèmes numérique :le
circuit OU –Exclusif et circuit NON—OU-Exclusif.

3-1.La porte OU-Exclusif

La sortie d’une porte OU-Exclusif est nivaux haut seulement lorsque les deux entrées sont des
niveaux logiques différents, d’autre part une porte OU-Exclusif n’a toujours que deux entrée ;
il n’existe pas de portes OU-Exclusif à trois à quatre entrée . Son expression : X=A.B+A .B

De manière générale ;la fonction de sortie d’une porte OU-Exclusif indique la différence entre
les deux signaux d’entrée .La sortie est active si l’état logique des entrées est différent .

3-2.La porte NON- OU- Exclusif


Le circuit NON-OU-Exclusif est fonctionnement opposé à celui de OU–Exclusif, son expression
équivalente : X=A̅.B̅+A.B

De manière générale, la fonction de sortie d’une porte NON-OU-Exclusif indique l’égalité


entre les deux signaux d’entrées. Le fonctionnement de cette porte correspondant à un
coopérateur un bit.
L’inversion de la sortie peut être reporte sur l’une ou l’autre des entrées, soit :

4)- Mise sous forme algébrique des circuits logiques


Tout circuit logique, quelle que soit sa complexité peut être décrit au moyen des opérations
booléennes déjà décrite parce que la porte ET, la port OU et NON sont les circuits constitutif
élémentaire des système numériques

Exemple 1: comprenant trois entrées A, B et C et une seule sortie X, en recourant à


l’expression booléenne de chacun des portes, on peut facilement trouver l’équation
correspondant à la sortie :

La sortie de la porte ET a pour expression [A .B] ; cette combinaison est une entrée de la
porte OU dont l’autre est signalé C, cette dernière porte à pour effet d’additionner
logiquement ses entrées, ce qui donne comme expression de sortie X=A.B+C (# = +) .

Exemple 2 : Le résultat la porte OU est simplement A + B. La sortie de cette porte aboutit à
l'entrée de la porte ET, alors que l'autre entrée de cette dernière reçoit le signal C.
L'expression de la sortie de la porte ET est donc :

X = (A + B) ·C.
X= (A+B) .C

Notez l'emploi des parenthèses pour indiquer que l’opérateur OU s’applique d’abord sur A et
B.

Exemple 3 : Circuits renfermant des INVERSEURS


Chaque fois qu'un INVERSEUR se trouve dans le schéma d'un circuit logique, son équation
est simplement l'expression de son entrée surmontée d'un trait.

A)

X = A̅ + B

Dans la figure (a), l'entrée A passe par un INVERSEUR dont la sortie est A̅ ;Cette sortie de
l'INVERSEUR est réunie dans une porte OU avec B, de sorte que l'équation de sortie de cette
porte est égale à A̅ + B .

B)

Dans la figure (b), la sortie de la porte OU égale , sortie qui vient alimenter un
INVERSEUR. La sortie de ce dernier est donc, puisque toute l'expression est inversée.

II-Algèbre de BOOLE
Nom du mathémacien anglais George Boole «  1815-1864», permet de manipules des
propositions logique à l’aide d’équations mathématiques, ces équations utilisent deux
opérateurs logiques «OU », «ET ».
La négation logique notée par barre horizontale au-dessus de variable ou de fonction
concernée par la négation.
Les règles de l’algèbre de Boole répondent aux postulats suivant :

0.0=0 0+0=0

1 .1=1 1+1=1
Une algèbre de Boole doit vérifier :
0.1=1.0= 0+1=1+0=1
Axiome 0
1̅ =0
0̅=1
Commutativité : a+b=b+a
a.b=b .a

Associativité : (a+b) +c=a+ (b+c) (a.b).c=a. (b .c)

Éléments neutre : a+0=a a .1 =a

Complémentation : a̅+a=1 a̅.a=0

Les théorèmes de base


Les théorèmes suivant peuvent être démontré par les postulats précédents :

idempotence a+a=a a.a=a

Absorption a+ab=a a. (a+b)=a

loi de Morgan a+b=a.b a.b=a+b

Elément a+1=1 a.0=0


absorbant
L'ensemble de Boole B= {0,1} munit des fonctions logiques élémentaires NON
(complément), ET (appelé multiplication logique) et OU (appelé addition logique) constitue
une algèbre.
Les théorèmes, ci-dessus peuvent être démontrés facilement par une table de vérité, le calcul
algébrique est grandement facilité par l'utilisation des théorèmes de De Morgan.

1-Formes canoniques des expressions logiques.

Une expression logique F peut s’écrire sous un grand nombre de formes différentes.
Deux d’entre elles, dites formes canoniques, sont particulièrement utiles.
1). F = somme de produits : F = x • y + y • B • A+ x • B
2). F' = produit de sommes : F'= (x + A) • (B + A + x) • (B + y)
La recherche d’une forme canonique correspond en fait à la première étape de simplification
d’une fonction logique. Cela peut se faire, soit en utilisant les règles de l’algèbre de Boole,
soit directement à partir de la table de vérité de la fonction.
Considérons par exemple la fonction F = (y + x) • (y • x), son expression sous forme
canonique peut s’obtenir de deux façons.

 A partir des règles d algèbre

 A partir de table de vérité de fonction logique


On commence par dresser la table de vérité en calculant la valeur de la
fonction F pour les 4 combinaisons possibles des variables x et y.

X Y F
0 0 0
1 0 1
0 1 1
1 1 0

III .Simplification des fonctions logiques

En pratique, les fonctions logiques sont réalisées avec des circuits électroniques.
Généralement, on cherche à représenter la fonction avec un minimum de termes
car une fonction simplifiée utilisera moins de circuits. Elle sera exécutée plus
rapidement (une porte logique possède un temps de propagation) et à un
moindre coût.

Plusieurs méthodes existent pour la simplification :

1) Les méthodes algébriques


2) Les méthodes graphiques : (exemple: tableaux de karnaugh)

1) Les méthodes algébriques


Une fonction logique peut être simplifiée mathématiquement en utilisant les
propriétés de l’algèbre binaire :

F= a̅.b̅ .c̅+ a̅.b̅.c+ a̅.b.c̅+ a.b̅.c


F= a̅.c̅ (b̅+ b) + b̅.c (a̅+ a)
F = a̅ .c̅ + b̅ .c

1) les méthodes graphiques (tableaux de karnaugh)


Un tableau de Karnaugh est une table d’implication logique disposée de telle manière que
deux termes logiquement adjacents soient également adjacents géométriquement. Le tableau
de Karnaugh est un outil graphique, méthodique. Il permet d’obtenir une solution optimale à
la simplification logique.

On réalise des groupements de cases adjacentes. Ces groupements de cases doivent être de
taille maximale (nombre de cases max.) et égale à un multiple de 2n ( n est le nombre de
variables logiques d’entrée ) . On cesse d’effectuer les groupements lorsque tous les « 1 »
appartiennent au moins à l’un d’eux, puis on élimine les variables qui changent d'état et on
conserve le produit des variables qui n'ont pas changé d'état dans le groupement.

Le cas de deux variable :


 Exemple des simplifications par tableaux de karnaugh :

 Réunion d'octets (groupes de huit)


Quand on réunit huit 1 adjacents, on dit qu'on réunit un octet de 1 adjacents .

On peut voir à la figure au-dessus deux exemples de réunion d'octets. La réunion d'un octet
dans une table de Karnaugh à quatre variables donne lieu à l'élimination de trois variables.
 Cas des fonctions incomplètement spécifiées
Une fonction est dite incomplètement spécifiée si, pour certaines combinaisons des variables,
elle prend indifféremment la valeur 0 ou la valeur 1, ou bien si l’occurrence de ces
combinaisons n’est pas prévue dans la définition de la fonction. Dans ce cas, on a l’habitude
d’inscrire un "X" ou un "-" dans cases associées à ces combinaisons. On parle alors d’états
indifférents ou pour désigner les cases du diagramme correspondantes.

Exemple : d'application de Karnaugh avec des états indifférents

CONCLUSION :
La méthode des tables de Karnaugh est très efficace pour simplifier les fonctions logiques et
ne pose aucun problème si elle est appliquée correctement.

Vous aimerez peut-être aussi