Vous êtes sur la page 1sur 20

ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 932-3


Décembre 1996

Indice de classement : P 18-621-3

ICS : 91.100.20

Essais pour déterminer


les propriétés générales des granulats
Partie 3 : Procédure et terminologie
pour la description pétrographique simplifiée

E : Tests for general properties of aggregates — Part 3 : Procedure


and terminology for simplified petrographic description
D : Prüfverfahren für allgemeine Eigenschaften von Gesteinskörnungen —
© AFNOR 1996 — Tous droits réservés

Teil 3 : Durchführung und Terminologie einer vereinfachten


Petrographischen Beschreibung

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général de l'AFNOR le 5 novembre 1996 pour pren-
dre effet le 5 décembre 1996.

Correspondance La norme européenne EN 932-3:1996 a le statut d'une norme française.

Analyse Le présent document spécifie la procédure de base à suivre pour l'examen pétro-
graphique des granulats et donne une nomenclature spécifiée des roches utili-
sées dans les granulats.
Il ne doit être utilisé que pour les granulats d'origine naturelle tels que granulats
de sable, gravier ou roche concassée, ainsi que pour les matériaux à partir des-
quels ils ont été obtenus.

Descripteurs Thésaurus International Technique : granulat, essai, caractéristique, pétrogra-


phie, roche, échantillon, nomenclature.

Modifications

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR), Tour Europe 92049 Paris La Défense Cedex
Tél. : 01 42 91 55 55 — Tél. international : + 33 1 42 91 55 55

© AFNOR 1996 AFNOR 1996 1er tirage 96-12-F


Granulats BNSR GRA

Membres de la commission de normalisation


Président : M COSTE
Secrétariat : M TOURENQ — BNSR

M ALEXANDRE CTPL
M BRESSON CERIB
M BROCHERIEUX SPIE BATIGNOLLES
M CHARONNAT LCPC
MME COQUILLAT CEBTP
M COSTE LCPC
M DELALANDE LRPC ANGERS
M DELORME LRPC EST PARISIEN
M DELORT ATILH
M DENIS UNPG
M DUPONT SETRA
M GOOSSENS UNPG
M GROSJEAN UNM
M GUILLO REDLAND GRANULATS
M HAWTHORN GSM
M IMBERT SNCF
M IRASTORZA USIRF
M LEROUX CIMENTS LAFARGE
M LOT REDLAND GRANULATS
M MAILLOT RMC MORILLON-CORVOL
M MICHEL LAFARGE BETON-GRANULATS
M MIERSMAN SURSCHISTE
M MISHELLANY LRPC CLERMONT-FERRAND
M MONACHON CAMPENON BERNARD
M MORIN SNCF
M OLIVIER EDF CEMETE
M PANIS LRPC NANCY
M PHILIPPE JEAN LEFEBVRE
M PIKETTY PIKETTY FRERES
M POITEVIN EXPERT
M SCHMOL FNB
M SMERECKI AFNOR
M TAVANTI SNCF
M VANDON MEAC
MLLE VINCENSINI AFNOR
M VINCENT VIAFRANCE

Avant-propos national

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes fran-
çaises identiques est la suivante :
EN 932-1 : NF EN 932-1 (indice de classement : P 18-621-1)
NORME EUROPÉENNE EN 932-3
EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Août 1996

ICS 19.120 ; 91.100.20


Descripteurs : granulat, essai, caractéristique, pétrographie, roche, échantillon, nomenclature.

Version française

Essais pour déterminer les propriétés générales des granulats —


Partie 3 : Procédure et terminologie
pour la description pétrographique simplifiée

Prüfverfahren für allgemeine Eigenschaften Tests for general properties of aggregates —


von Gesteinskörnungen — Part 3 : Procedure and terminology
Teil 3 : Durchführung und Terminologie einer for simplified petrographic description
vereinfachten Petrographischen Beschreibung

La présente norme européenne a été adoptée par le CEN le 1996-07-26.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être
obtenues auprès du Secrétariat Central ou auprès des membres du CEN.

La présente norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une ver-
sion faite dans une autre langue par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue
nationale, et notifiée au Secrétariat Central, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne,
Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Nor-
vège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 1996 Droits de reproduction réservés aux membres du CEN.


Réf. no EN 932-3:1996 F
Page 2
EN 932-3:1996

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 3

1 Domaine d'application ...................................................................................................................... 4

2 Références normatives ..................................................................................................................... 4

3 Définitions ......................................................................................................................................... 4

4 Appareillage ...................................................................................................................................... 5

5 Échantillonnage ................................................................................................................................ 5

6 Description d'un échantillon de roche ............................................................................................ 6

7 Description d'un échantillon de granulat ....................................................................................... 6

8 Rapport d'essai .................................................................................................................................. 8

Annexe A (informative) Nomenclature ............................................................................................................ 9

Annexe B (informative) Bibliographie ............................................................................................................ 13


Page 3
EN 932-3:1996

Avant-propos

La présente norme européenne a été élaborée par le Comité Technique CEN/TC 154 «Granulats» dont le
secrétariat est tenu par le BSI.
Cette norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale soit par publication d'un texte iden-
tique, soit par entérinement au plus tard en février 1997, et toutes les normes nationales en contradiction
devront être retirées au plus tard en février 1997.
La présente norme fait partie d'une série de normes d'essais pour déterminer les caractéristiques généra-
les des granulats.
EN 932-1 Essais pour déterminer les propriétés générales des granulats — Partie 1 : Méthodes
d'échantillonnage.
prEN 932-2 Essais pour déterminer les propriétés générales des granulats — Partie 2 : Méthodes
de réduction des échantillons pour laboratoire.
prEN 932-4 Essais pour déterminer les propriétés générales des granulats — Partie 4 : Système
quantitatif et qualitatif pour la description et la pétrographie. 1)
prEN 932-5 Essais pour déterminer les propriétés générales des granulats — Partie 5 : Équipements
communs et calibration.
prEN 932-6 Essais pour déterminer les propriétés générales des granulats — Partie 6 : Définitions
de la répétabilité et de la reproductibilité.
prEN 932-7 Essais pour déterminer les propriétés générales des granulats — Partie 7 : Critères
de conformité pour les résultats d'essais. 1)
Les méthodes d'essais concernant les autres propriétés des granulats sont traitées dans les parties des
normes européennes suivantes :
EN 933 Essais pour déterminer les propriétés géométriques des granulats.
EN 1097 Essais pour déterminer les propriétés mécaniques et physiques des granulats.
EN 1367 Essais pour déterminer les propriétés thermiques et l'altérabilité des granulats.
EN 1744 Essais pour déterminer les propriétés chimiques des granulats.
Des références spécifiques à l'examen pétrographique sont données dans l'annexe B (informative).
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les pays suivants sont tenus de mettre la présente norme
européenne en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce,
Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-uni, Suède et Suisse.

1) En cours de préparation.
Page 4
EN 932-3:1996

1 Domaine d'application
La présente norme européenne spécifie la procédure de base à suivre pour l'examen pétrographique des
granulats afin de donner une nomenclature générale. Cette procédure n'est pas appropriée pour l'étude
pétrographique détaillée des granulats destinés à des applications spécifiques.

NOTE : Il convient que l'examen soit effectué par un géologue qualifié (pétrographe) connaissant
bien les matériaux utilisés dans le génie civil.

La présente norme européenne traite uniquement des granulats d'origine naturelle tels que granulats de
sable, gravier ou roche concassée, ainsi que des matériaux à partir desquels ils ont été obtenus.

2 Références normatives
Cette norme comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces réfé-
rences normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-
après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces
publication ne s'appliquent à cette norme que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour
les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique.
EN 932-1 Essais pour déterminer les propriétés générales des granulats — Partie 1 : Méthodes
d'échantillonnage.

3 Définitions
Pour les besoins de la présente norme européenne les définitions suivantes s'appliquent :

NOTE : Les roches peuvent être classées, en fonction de leur origine, en trois grandes catégories :
magmatiques, sédimentaires et métamorphiques.

3.1 roches magmatiques


Roches formées à partir de roche fondue (magma) sur, ou au-dessous de la croûte terrestre. Ces dernières
peuvent se répartir en deux catégories : roches plutoniques et hypovolcaniques. Les roches plutoniques
sont formées en profondeur en grandes masses et se caractérisent par leur structure cristalline grossière,
dont les cristaux sont clairement visibles à l'œil nu. Les roches hypovolcaniques forment de plus petits
corps à faible profondeur sous la croûte terrestre, et ont une structure cristalline fine. Les roches volcani-
ques ou effusives forment des laves ou des éléments pyroclastiques à la surface de la terre et ont une
structure très fine ou vitreuse.

3.2 roches sédimentaires


Roches formées à la surface de la terre par accumulation ou précipitation des éléments résultant de
l'altération et de l'érosion des roches déjà existantes. Elles peuvent également être formées par
accumulation de débris organiques. Les formations peuvent rester meubles ou être solidifiées ; elles sont
généralement litées.

3.3 roches métamorphiques


Roches formées à partir de roches préexistantes sous l'action de la chaleur et/ou de la pression dans la
croûte terrestre, responsable de transformations minéralogiques et structurales. La structure des roches
métamorphiques est souvent anisotrope.
Page 5
EN 932-3:1996

4 Appareillage

4.1 Loupe

4.2 Couteau de poche

4.3 Microscope (grossissement : en général de 10 × à 100 ×)

4.4 Microscope polarisant

4.5 Réactif, acide chlorhydrique dilué

5 Échantillonnage
L'échantillon à examiner peut comprendre des matériaux provenant de carottes de sondages, de granulats
prélevés dans les stocks ou dans les fronts de taille de carrières. Il doit être prélevé conformément à une
procédure d'échantillonnage reconnue afin de garantir qu'il est représentatif.
Dans le cas d'un échantillon de roche, la masse du matériau fourni pour examen ne doit pas être inférieure
à 5 kg.
Dans le cas de granulats, la masse minimale de l'échantillon Q livré pour examen dépend de la plus grande
taille de particule D et doit être celle donnée dans le tableau 1.

Tableau 1 : Rapport entre la plus grande taille de particule D


et la masse minimale d'échantillon Q

Plus grande taille Masse minimale


de particule D de l'échantillon Q
mm kg

31,5 < D ≤ 63 50

16 < D ≤ 31,5 25

8 < D ≤ 16 8

4 <D ≤ 8 2

≤ 4 0,5

Dans le cas de granulats, l'échantillon utilisé pour l'examen doit être prélevé conformément aux procédures
décrites dans la EN 932-1.
Page 6
EN 932-3:1996

6 Description d'un échantillon de roche

6.1 Examen
L'échantillon doit d'abord être soumis à un examen visuel pour déterminer les différents types de roche
ou de minéraux le constituant. Il peut être utile de laver l'échantillon.
Chaque type de roche doit ensuite être soigneusement examiné à l'aide d'une loupe ou d'un microscope
et de tout autre moyen approprié.

NOTE 1 : Si nécessaire, lorsque cela est justifié, des lames minces peuvent être examinées à l'aide
d'un microscope polarisant (si le grain de la roche est grossier ou hétérogène, plus d'une lame peut
s'avérer nécessaire).

NOTE 2 : Il peut s'avérer également utile de déterminer certaines caractéristiques physiques,


comme la masse volumique ou la vitesse des impulsions ultrasoniques.

La description doit comprendre également des commentaires concernant les points suivants :
a) la grosseur de grain des principaux constituants, la texture, l'anisotropie, la porosité, l'aspect vési-
culé (des roches volcaniques), la couleur ;
b) la composition minéralogique (quartz, feldspath, calcite, dolomite,...) et l'estimation approximative
de leurs proportions respectives ;
c) le degré d'altération.

NOTE 3 : La description peut également contenir des commentaires concernant certains consti-
tuants dont la présence, même en faibles quantités, peut être importante à connaître dans certaines
circonstances (telles que l'opale, les micas et autres phyllosilicates, les sulfates, les sulfures de fer et
les matières organiques).

6.2 Nomenclature
À partir des résultats de l'examen prescrit en 6.1, attribuer si possible à la roche un nom approprié, de pré-
férence répertorié dans la liste donnée en annexe A.

7 Description d'un échantillon de granulat

7.1 Généralités
Les granulats issus de gisements naturels consistent le plus souvent en :
a) particules minérales ;
b) fragments de roche.
La méthode de description tout comme la desciption présentées en 7.2 et 7.3 ne doivent être utilisées que
pour les tailles de grains comprises entre 0,1 mm et 63 mm. Il peut être utile de laver l'échantillon.

NOTE : La composition des granulats varie souvent d'une classe granulaire à l'autre. Donc, avant de
procéder à l'examen, il peut s'avérer nécessaire de diviser les granulats en classes granulaires ser-
rées pouvant être examinées chacune séparément. Les proportions des constituants peuvent
ensuite être estimées en comptant les grains dans chaque classe.
Page 7
EN 932-3:1996

7.2 Examen
La description de l'échantillon (ou de la classe granulaire) doit comporter :
a) des informations brèves concernant la forme, l'état de surface (rugosité,...) et l'arrondi des grains ;
b) une identification pétrographique basée sur le comptage d'un nombre de grains suffisamment
représentatif.
Les grains d'une taille supérieure à 4 mm peuvent être examinés à l'œil nu, ou de préférence à l'aide d'une
loupe ou d'un microscope ; ce dernier doit être utilisé pour les grains plus fins (dans certains cas, il peut
être nécessaire d'utiliser d'autres méthodes tel que l'examen au microscope polarisant de lames minces,
ou un essai à l'acide pour déterminer la présence de calcite,...).
Le degré d'altération des grains ainsi que la présence d'un enduit à la surface des grains doivent être
mentionnés.

7.3 Description
7.3.1 Chaque particule d'un granulat doit être décrite dans les termes suivants :

7.3.1.1 roche

Voir dans l'annexe A la nomenclature à utiliser de préférence. Dans certains cas, pour un premier niveau
de description, la classification peut être simplifiée, limitée par exemple à : sédimentaire (roche siliceuse/
carbonatée), plutonique, hypovolcanique, volcanique ou métamorphique.

7.3.1.2 minéraux

Quartz, feldspath, micas, calcite,...

7.3.1.3 fragments de coquilles

7.3.2 Les granulats dans leur ensemble doivent être décrits comme suit :

7.3.2.1 lorsqu'une roche ou un minéral est prédominant (plus de 50 %), sa présence doit être indiquée
dans le nom du matériau. Par exemple :

a) sable quartzeux (sable constitué de plus de 50 % de grains de quartz) ;


b) gravier basaltique (gravier constitué de plus de 50 % de fragments de basalte).

7.3.2.2 lorsqu'il ne comporte aucun élément prédominant, le matériau est déclaré hétérogène et son
nom peut comporter le(s) constituant(s) principal(aux). Par exemple :

a) sable quartzo-feldspathique hétérogène ;


b) gravier siliceux hétérogène,...
Page 8
EN 932-3:1996

8 Rapport d'essai
Le rapport d'essai doit inclure :

8.1 Les données essentielles à l'identification de l'échantillon ;

8.2 La description pétrographique des différents types de roche (voir 6.1) ou des différentes classes gra-
nulaires (voir 7.2), y compris les résultats du comptage des grains ;

8.3 Les informations géologiques concernant l'origine de l'échantillon :

8.3.1 Le type de formation, dans le cas d'un gisement de sable et gravier. Ce gisement est qualifié d'allu-
vionnaire, de plage, d'éboulis, de pente morainique, de fluvio-glaciaire,...
En ce qui concerne les alluvions du quaternaire, le nom des rivières correspondantes doit être mentionné.

8.3.2 Pour les formations volcaniques ou sédimentaires, il convient d'indiquer l'âge géologique, en uti-
lisant l'un des termes suivants :
— précambrien ;
— cambrien, ordovicien, silurien, devonien, carbonifère, permien ;
— trias, jurassique, crétacé ;
— tertiaire ;
— quaternaire.
Page 9
EN 932-3:1996

Annexe A
(informative)

Nomenclature

Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

La nomenclature suivante a pour but de donner une liste de termes pétrographiques simples applicables
à la plupart des types de roche utilisés dans les granulats. Les définitions ne sont données que pour
information.

A.1 Roches magmatiques


A.1.1 Roches magmatiques plutoniques
A.1.1.1 granite
Roche de couleur claire contenant des feldspaths alcalins et du quartz, ainsi que du mica (biotite et/ou
muscovite).

A.1.1.2 syénite
Roche de couleur claire, de composition chimique intermédiaire entre celles du granite et du gabbro,
contenant des feldspaths alcalins (en général plus de 60 %) ainsi que des minéraux ferro-magnésiens
(hornblende, biotite,...) ; peut également contenir une faible quantité de néphéline ou de quartz, mais pas
les deux.

A.1.1.3 granodiorite
Roche dont la composition est intermédiaire entre le granite et la diorite.

A.1.1.4 diorite
Roche dont la composition chimique est intermédiaire entre celles du granite et du gabbro, contenant du
plagioclase, de la hornblende et parfois de la biotite et du pyroxène ; en général, il n'y a pas de quartz.

A.1.1.5 gabbro
Roche de couleur sombre contenant des feldspaths calciques et du pyroxène, et quelquefois, de l'olivine,
de la biotite et de la hornblende.

A.1.2 Roches magmatiques hypovolcaniques


Les roches hypovolcaniques ont un grain plus fin que des roches plutoniques et sont en général désignées
par le préfixe «micro» ajouté au nom de la roche plutonique équivalente, d'où les termes «microgranite»,
«microdiorite»,... En tant que granulats, les deux termes suivants sont d'importantes exceptions :

A.1.2.1 dolérite
Roche à grain fin, dense et de couleur sombre, équivalent du gabbro, composé en général de feldspaths
calciques, de pyroxène et parfois d'oxydes de fer.
Page 10
EN 932-3:1996

A.1.2.2 diabase 2)
Dolérite modifiée, dont les minéraux d'origine ont été remplacés par du carbonate, de l'albite, de la chlo-
rite, de la serpentine,...

A.1.3 Roches plutoniques effusives (volcaniques)


Les roches volcaniques ne sont pas nécessairement complètement cristallisées, et peuvent contenir une
certaine quantité de verre. La roche plutonique équivalente chimiquement à chaque type de roche volca-
nique est donnée.

A.1.3.1 rhyolite
Roche équivalant au granite et au microgranite, constituée en général, de quartz, de cristaux de feldspath
alcalin dans une pâte vitreuse ou cryptocristalline.

A.1.3.2 trachyte
Roche en général de couleur claire, équivalant à la syénite.

A.1.3.3 andésite
Roche équivalant à la diorite, comportant en général des cristaux visibles de plagioclase et de pyroxène.

A.1.3.4 dacite
Roche équivalant à la granodiorite.

A.1.3.5 basalte
Roche de couleur très sombre, équivalant au gabbro et à la dolérite, où des cristaux de pyroxène et d'olivine
peuvent être apparents. Le terme «basaltlava» est utilisé en allemand pour désigner le basalte vésiculeux.

NOTE 1 : Le tuf est formé de fragments volcaniques à grains fins, en général bien soudés.

NOTE 2 : On désigne par le terme de scorie, des blocs de lave ou des fragments volcaniques vési-
culeux et rugueux. Exemple : basalte scoriacé.

NOTE 3 : La pierre ponce est une lave vitreuse extrêmement vésiculée, en général de composition
rhyolitique. Elle est souvent suffisamment légère pour flotter sur l'eau.

NOTE 4 : La brèche volcanique est une roche cohérente formée par dislocation puis consolidation
de la lave.

A.2 Roches sédimentaires


Les roches sédimentaires consolidées 3) peuvent être divisées, suivant leur origine, en deux groupes :
— les roches détritiques sont essentiellement composées des débris et fragments résultant de l'érosion
des roches existantes ;
— les roches non détritiques, roches d'origine biologique ou chimique, formées à partir des squelettes
des organismes ou par mise en solution chimique, puis précipitation.

2) Dans certains pays, ce terme est également synonyme de dolérite, mais il est déconseillé de l'utiliser
dans ce sens.
3) Les roches meubles, comme les sables, les graviers..., sont exclues.
Page 11
EN 932-3:1996

A.2.1 Roches détritiques


A.2.1.1 grès
Roches essentiellement constituées de débris de quartz d'une taille comprise entre 63 µm et 2 mm, cimentées
par des minéraux comme la calcite, les oxydes de fer, la silice et certains minéraux argileux. En Grande-
Bretagne et en Irlande, on désigne par «gritstone», un type de grès grossier à grains de quartz d'une grosseur
supérieure à 0,5 mm.

A.2.1.2 conglomérat
Roche composée de débris de forme arrondie (fragments de roche, quartz,...) dont la grosseur est en majo-
rité supérieure à 2 mm, et qui sont cimentés par de la silice, de la calcite,...

A.2.1.3 brèche
Conglomérat consistant en fragments de roches anguleux.

A.2.1.4 arkose
Type de grès contenant plus de 25 % de feldspath.

A.2.1.5 grauwacke
Type mal défini de grès consolidé, généralement de couleur sombre. Il est constitué de fragments de roche
anguleux de la classe des sables, de feldspaths de quartz, enrobés dans une matrice argileuse.

A.2.1.6 quartzite
Grès constitué au moins à 90 % de grains de quartz solidement cimenté par de la silice. On le qualifie aussi
souvent d'orthoquartzite (par opposition au métaquartzite, l'équivalent métamorphique).

A.2.1.7 argile schisteuse, siltstone


Roche finement grenue phylliteuse.

A.2.2 Roches d'origine chimique et biologique


A.2.2.1 calcaire
Roche essentiellement constituée de carbonate de calcium (CaCO3).

A.2.2.2 craie
Calcaire très fin du Crétacé, généralement blanc.

A.2.2.3 dolomite
Roche essentiellement composée de dolomite minérale : CaMg (CO3)2.

A.2.2.4 chert
Silice cryptocristalline ou microcristalline, se formant en général en couches ou en nodules dans le calcaire.
Le silex est un chert se formant dans la craie du Crétacé.
Page 12
EN 932-3:1996

A.3 Roches métamorphiques


A.3.1 amphibolite
Roche en général de couleur gris à vert foncé, essentiellement composée de hornblende, mais aussi d'un
peu de feldspath, ainsi que d'autres minéraux de moindre importance.

A.3.2 gneiss
Type de roche très répandu présentant une structure caractéristique, rubanée ou lenticulaire. Cette roche
est essentiellement constituée par du quartz, du feldspath et du mica, ainsi que de l'amphibole ou du
pyroxène.

A.3.3 granulite
Roche à grains fins contenant du quartz, du feldspath, du pyroxène (hypersthène) et du grenat.

A.3.4 cornéenne
Roche habituellement très dure produite sous l'action de la chaleur d'un magma en fusion. Les grains sont
d'une grosseur homogène et ne suivent pas une orientation préférentielle.

A.3.5 marbre calcique ou dolomitique


Calcaire ou dolomite métamorphisé dans lequel les minéraux ont été complètement recristallisés.

A.3.6 quartzite
Roche presque entièrement composée de grains de quartz recristallisés (par exemple, métaquartzite).

A.3.7 serpentinite
Roche en général de couleur vert foncé, essentiellement composée de serpentine minérale. Sa dureté de
surface est faible.

A.3.8 schiste
Roche très répandue de grains moyens ou fins, dans laquelle les minéraux plats ou allongés (micas et hor-
nblende, par exemple) sont disposés en lits onduleux subparallèles, ce qui rend cette roche particulière-
ment délitable.

A.3.9 ardoise
Roche homogène finement grenue phylliteuse qui se délite parfaitement.

A.3.10 mylonite
Roche métamorphique formée par cisaillement et broyage dans une zone de formation intense de failles.
Page 13
EN 932-3:1996

Annexe B
(informative)

Bibliographie

Init numérotation des tableaux d’annexe [B]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [B]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [B]!!!

B.1 Normes nationales


ASTM C 295 Standard guide for petrographic examination of aggregate for concrete
(1990 Edition).
ASTM C 294 Standard descriptive nomenclature for constituents of natural mineral aggrega-
tes (1986 Edition).
BS 812 - Part 104:1994 Testing aggregates — Part 104 : Method of qualitative and quantitative petrogra-
phic examination of aggregates.
DIN 52100 - Part 2 Natural stone and mineral aggregates ; petrographical methods ; general and
summary (1990 Edition).
DS 405.1:1978 Testing of sand, gravel and stone materials — Classification of natural aggregates.
P 18-557:1990 Granulats — Éléments pour l'identification des granulats.
SN 670 710 d Sand, gravel, chippings and crushed stone for road surfaces. Requirements and
quality (1988 Edition).
UNI 8520 - Part 4 Aggregates for use in concretes — Petrographic examination (1984 Edition).

B.2 Autres références


TP Min-StB Teil 1.2.1 Specifications for test methods — Aggregates — Road construction Part 1.2.1 : Petro-
graphical nomenclature and quarries. Research Society for Roads and Transports, 1986.
FOUCAULT A., RAOULT J.F (1988) : Dictionnaire de Géologie — Masson — 3e édition, 352 p.
LE MAITRE (1989) : A classification of igneous rocks and glossary of terms. Recommendations of the IUGS
Subcommission on the systematics of igneous rocks. Blackwell Scientific Publications, Oxford, London.

Vous aimerez peut-être aussi