Vous êtes sur la page 1sur 122

Cours pratique de Béton Armé

BTS Bâtiment et Travaux Publics

12 Chapitres de cours

Jacques ROUSSELET
Ingénieur ETP

!1
!2
SOMMAIRE

1. AVERTISSEMENT ..........................................................................................................................................................
8
1.1. But du cours ..................................................................................................................................................8
1.2. Unités 9
2. PRESENTATION DU BETON ARME ............................................................................................................................
10
2.1. PRINCIPE DU BETON ARME .................................................................................................................10
2.2. HISTORIQUE.............................................................................................................................................10
2.2.1. Premiers essais ............................................................................................................. 10
2.2.2. Période expérimentale .................................................................................................. 11
2.2.3. Les premières théories ..................................................................................................12
2.3. REGLEMENTATION ACTUELLE ...........................................................................................................14
2.4. PROPRIETES DES OUVRAGES EN BETON ARME .............................................................................16
2.4.1. Souplesse de forme:......................................................................................................16
2.4.2. Monolithisme : ............................................................................................................. 16
2.4.3. Simplicité de mise en œuvre : ......................................................................................16
2.4.4. Economie : 16
2.4.5. Durabilité : 16
2.4.6. Sécurité : 17
2.4.7. Confort: 17
2.4.8. Sujétions de mise en œuvre ..........................................................................................17
2.5. PRINCIPALES UTILISATIONS ................................................................................................................17
3. REGLES DE CALCUL ...................................................................................................................................................
19
3.1. PRINCIPE DU BETON ARME .................................................................................................................19
3.2. FONCTIONNEMENT MECANIQUE DES OUVRAGES .......................................................................19
3.3. Eurocode 2 ..................................................................................................................................................20
3.3.1. Domaine d’application ................................................................................................. 20
3.3.2. Principe de base ............................................................................................................21
3.3.3. Les Actions 21
3.3.4. Combinaisons fondamentales....................................................................................... 24
3.4. LES MATERIAUX .....................................................................................................................................25
3.4.1. Le béton 25
3.4.2. Les armatures en acier ..................................................................................................28
3.5. CARACTERES DES MATERIAUX .........................................................................................................29
3.5.1. Signification des indices............................................................................................... 29
3.5.2. Le béton 29
3.5.3. L’acier 31
4. CALCULS DE FLEXION – ETAT LIMITE ULTIME ....................................................................................................
33

!3
4.1. ELU de résistance .......................................................................................................................................33
4.1.1. Hypothèses de calcul ....................................................................................................33
4.1.2. Diagrammes de déformation – contrainte de calcul (lois de comportement)............... 33
4.1.3. Diagramme des déformations....................................................................................... 35
4.2. SECTIONS RECTANGULAIRES .............................................................................................................36
4.2.1. Sections rectangulaires sans armatures comprimées (yu < yulim)............................... 36
4.2.2. Sections rectangulaires avec armatures comprimées ()................................................37
4.3. Analyse structurale .....................................................................................................................................38
4.3.1. Portée utile des poutres et des dalles ............................................................................38
4.3.2. Cas de chargement........................................................................................................39
4.3.3. Ecrêtement des moments sur appuis ............................................................................41
4.3.4. Appuis de rives............................................................................................................. 41
4.4. SECTIONS EN TÉ .....................................................................................................................................43
4.4.1. Définitions 43
4.4.2. Moment résistant de la table ( MRT )........................................................................... 44
4.4.3. Calcul de la largeur efficace des tables de compression ..............................................45
4.4.4. Poutres calculées en Té ................................................................................................45
4.5. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ........................................................................................................47
4.5.1. Enrobage 47
4.5.2. Conditions de bétonnage correct ..................................................................................52
4.5.3. Armatures minimales ..................................................................................................53
4.5.4. Choix pratique de ferraillage ........................................................................................53
4.6. Algorithmes de calculs ................................................................................................................................54
4.6.1. Sections rectangulaires ................................................................................................. 54
4.6.2. Sections en Té 56
5. CALCUL DES POUTRES A L’ EFFORT TRANCHANT ..............................................................................................
57
5.1. HYPOTHESE DU TREILLIS DE RITTER-MORSCH.............................................................................57
5.2. EFFORTS A CONSIDERER ......................................................................................................................57
5.2.1. Notations 57
5.2.2. Effort tranchant réduit ..................................................................................................58
5.2.3. Calcul de VRd,c............................................................................................................58
5.3. PROCEDURE DE VERIFICATION ..........................................................................................................60
5.3.1. Pas d’armatures d’effort tranchant ............................................................................... 60
5.3.2. Armatures d’effort tranchant nécessaires ..................................................................... 60
5.3.3. Calcul des espacements ................................................................................................60
5.3.4. Choix pratique de ferraillage ........................................................................................61
5.4. VERIFICATION DU LIT INFERIEUR AUX APPUIS .............................................................................62
5.4.1. Appuis de rive 62
5.4.2. Appuis intermédiaires................................................................................................... 63
5.5. Algorithme de calcul ...................................................................................................................................64
6. ANCRAGES ET RECOUVREMENTS ...........................................................................................................................
66

!4
6.1. Longueur d’ancrage ....................................................................................................................................66
6.1.1. Longueur d’ancrage de calcul ......................................................................................66
6.1.2. Conditions d’adhérence ................................................................................................66
6.1.3. Longueur d’ancrage de référence lb,rqd....................................................................... 67
6.1.4. Mandrin de cintrage......................................................................................................68
6.2. Recouvrements ............................................................................................................................................68
6.2.1. Dispositions constructives ............................................................................................68
6.2.2. Longueur de recouvrement simplifiée..........................................................................68
6.3. Cas particulier des Treillis Soudés ..............................................................................................................70
6.3.1. Ancrage 70
6.3.2. Recouvrement 70
7. EPURE D’ARRET DES BARRES ..................................................................................................................................
72
7.1. Courbes des moments .................................................................................................................................72
7.2. Moment résistant des aciers ........................................................................................................................72
7.3. Epure d’arrêt des armatures longitudinales tendues ..................................................................................73
7.3.1. Définition 73
7.3.2. Décalage avec l’effort de traction................................................................................. 73
7.3.3. Epure d’arrêt des barres................................................................................................74
8. CALCUL DES DALLES EN BETON ARME .................................................................................................................
76
8.1. Panneau de dalle .........................................................................................................................................76
8.1.1. Définition 76
8.1.2. Calculs de flexion......................................................................................................... 76
8.2. Panneau de dalle isolé .................................................................................................................................78
8.2.1. Cas de la dalle unidirectionnelle () ..............................................................................78
8.2.2. Cas de la dalle bidirectionnelle ()................................................................................. 78
8.3. Dalle continue .............................................................................................................................................81
8.3.1. Dalle unidirectionnelle ()..............................................................................................81
8.3.2. Dalle bidirectionnelle ()................................................................................................82
8.4. Dispositions constructives ..........................................................................................................................83
8.4.1. Dalle unidirectionnelle ()..............................................................................................83
8.4.2. Dalle bidirectionnelle ()................................................................................................84
8.4.3. Ecartement des barres................................................................................................... 84
8.4.4. Armatures des dalles au voisinage des appuis..............................................................84
8.4.5. Renforts autour des trémies ..........................................................................................85
9. Etat Limite de Service - Vérifications des contraintes. ....................................................................................................
86
9.1. Section rectangulaire ...................................................................................................................................86
9.1.1. Recherche de l’axe neutre ............................................................................................86
9.1.2. Inertie homogénéisée....................................................................................................86
9.1.3. Vérifications des contraintes ........................................................................................86
9.2. Section en Té...............................................................................................................................................87

!5
9.2.1. Recherche de l’axe neutre ............................................................................................88
9.2.2. Inertie homogénéisée....................................................................................................88
9.2.3. Vérifications des contraintes ........................................................................................88
10.POTEAUX SOUMIS A UNE COMPRESSION CENTREE ........................................................................................
90
10.1.REGLES GÉNÉRALES .............................................................................................................................90
10.2.COMPRESSION CENTREE .....................................................................................................................90
10.3.REGLES SIMPLIFIEES : METHODE DE CALCUL...............................................................................90
10.3.1. Actions et sollicitations ................................................................................................90
10.3.2. Longueur de flambement ............................................................................................. 91
10.3.3. Justification des poteaux bi-articulés soumis à une charge centrée ........................... 93
10.4.Dispositions constructives .........................................................................................................................96
10.4.1. Armatures longitudinales ............................................................................................. 96
10.4.2. Armatures transversales ............................................................................................... 97
10.5.PRÉDIMENSIONNEMENT DES POTEAUX ..........................................................................................99
10.5.1. Critère d'élancement ..................................................................................................... 99
10.5.2. Section et portance ......................................................................................................99
10.6.Algorithmes de calcul ...............................................................................................................................100
10.6.1. Algorithme de calcul simplifié pour un poteau de section rectangulaire b x h: ......... 100
10.6.2. Algorithme de calcul simplifié pour un poteau de section circulaire de diamètre D: 101
11.LES TIRANTS ...............................................................................................................................................................
102
11.1.Principe de calcul ......................................................................................................................................102
11.2.Calcul des tirants .......................................................................................................................................103
11.2.1. Etat Limite Ultime ......................................................................................................103
11.2.2. Etat Limite de Service ................................................................................................103
11.3.Dispositions constructives ........................................................................................................................103
11.3.1. Condition de non fragilité ..........................................................................................103
11.3.2. Armatures longitudinales ........................................................................................... 103
11.3.3. Armatures transversales ............................................................................................. 104
11.4.Algorithme de calcul .................................................................................................................................105
12.LES FONDATIONS SUPERFICIELLES ........................................................................................................................
107
12.1.Capacité portante .....................................................................................................................................107
12.2.Modèles de comportement ........................................................................................................................108
12.2.1. Diagramme des contraintes du sol uniforme (Méthode Meyerhof) ........................... 108
12.2.2. Diagramme des contraintes du sol linéaire................................................................. 108
12.3.Justifications des ouvrages de fondations .................................................................................................109
12.3.1. Résistance du sol ........................................................................................................109
12.3.2. Résistance de la fondation .......................................................................................... 110
12.4.Conception des fondations ........................................................................................................................110
12.4.1. Précautions concernant le gel .....................................................................................110
12.4.2. Fondations à des niveaux différents ........................................................................... 111

!6
12.4.3. Joints de rupture .........................................................................................................112
12.4.4. Joints de dilatation ...................................................................................................... 112
12.4.5. Armatures minimales de chaînage.............................................................................. 112
12.4.6. Armatures en attentes .................................................................................................113
12.4.7. Enrobage 113
12.4.8. Prise en compte de la fissuration ................................................................................ 113
12.5.Détermination du coffrage ........................................................................................................................113
12.6.Détermination des armatures ....................................................................................................................114
12.6.1. Semelle filante sous voile ...........................................................................................114
12.6.2. Semelle isolée sous poteau .........................................................................................117
12.7.Cas particulier des semelles d’ouvrages d’art. ..........................................................................................118
12.7.1. Semelles non calculées à la flexion ...................................................................................................119
12.7.2. Semelles calculées à la flexion.......................................................................................................... 119
13.ANNEXE I : Tableau des sections d’armatures ................................................................................................................
121
14.ANNEXE II : Tableau des Treillis Soudés .......................................................................................................................
122

!7
1. AVERTISSEMENT

1.1. But du cours

Le présent cours doit être abordé avec les connaissances de résistance des matériaux.
Il se propose d’aborder les calculs de béton armé d’une façon simplifiée et pragmatique afin
de permettre aux élèves préparant des BTS Bâtiment et Travaux Publics de répondre aux
épreuves U41 et dans une moindre mesure U42, sans pour autant renoncer à toute forme de
théorie. L’utilisation des règles EN 1992 (Eurocodes 2) est bien entendu indispensable.
Il permettra à également à l’élève ingénieur d’acquérir les bases de l’EC2 avant de se pencher
plus précisément sur les aspects théoriques.

Certains schémas sont directement issus des règles Eurocodes, alors que d’autres, s’en
inspirant, sont légèrement modifiés pour une plus grande compréhension.

Les Eurocodes laissent une grande part d’interprétation pour certains chapitres. Leur
développement complet serait beaucoup trop fastidieux et compliqué, c’est pourquoi, les
formules sont souvent simplifiées pour permettre une exploitation simple et manuelle pour un
étudiant de niveau BTS. Pour certains chapitres, les méthodes utilisées sont celles issues des
Recommandations Professionnelles pour l’application des Eurocodes éditées par la Fédération
Française du Bâtiment.

Tout ce cours est conforme au « formulaire de RdM » mis en ligne par le CERPET pour les
BTS Bâtiment (Bât), Travaux Publics (TP) et Etude et Economie De la Construction (EEC).

!8
1.2. Unités
Sauf indications contraires, les unités utilisées sont :
• le m (mètre) pour les longueurs,
• le m² (mètre carré) pour les surfaces et sections,
• le MN (méga Newton) pour les efforts,
• le MN.m (méga Newton mètre) pour les moments,
• le MPa (méga Pascal) pour les contraintes.
On rappelle quelques règles élémentaires :
• 1 kN = 1.10-3 MN,
1 MN
1 MPa =
• ! 1m 2 ,
2 −4 2
• ! 1 cm = 1.10 m .

!9
2. PRESENTATION DU BETON ARME

2.1. PRINCIPE DU BETON ARME


Le béton est un matériau qui offre une très bonne résistance à la compression, mais une très
faible à la traction qui se traduit par une rupture brutale.
Pour éliminer cette fragilité, on place des armatures dans les zones où le béton est tendu : les
armatures reprennent donc les efforts que ne peut supporter le béton tendu qui se fissure.
Cette association n’est rendue possible que s’il y a adhérence entre les armatures et le béton.
L’adhérence est donc une condition indispensable à la possibilité d’existence du béton armé.

2.2. HISTORIQUE

2.2.1. Premiers essais

Chaque époque a connu son matériau de construction. Celui-ci permet aux architectes et aux
ingénieurs d‘envisager des constructions de plus en plus complexes.
Les XVIIIème et XIXème siècles sont la période de la fonte, du fer forgé puis de l’acier, dont la
tour de Gustave EIFFEL construite pour l'Exposition Universelle de 1889 en marque l'apogée.

Vers la fin du XVIIIème siècle, il y a des exemples où l’on arme la maçonnerie de barres de fer,
comme le Panthéon de SOUFFLOT, ou les colonnades du Louvre de PERRAULT.

La fin du XIXème et le XXème siècles sont la période du béton armé puis du béton précontraint.
Louis VICAT en 1820 découvre le ciment qui est mis au point sous sa forme hydraulique par
Joseph ASPDIN en 1824. Du béton de mâchefer est utilisé par François COIGNET. Mais il ne
s'agissait pas de béton armé de même que pour les maçonneries armées de barres, car il n'y
avait pas adhérence.

!10
2.2.2. Période expérimentale

Le premier ouvrage en béton armé est attribué à Joseph-Louis LAMBOT qui construit en
1848 une barque en béton armé d'un quadrillage de barres de fer (appelée le « bateau-
ciment ») qui fut présentée à l'Exposition Universelle de 1855.

Joseph MONIER, jardinier à l'Orangerie de Versailles, construit des caisses à fleurs en 1849.

!
Jusqu'en 1894, c'est l'époque expérimentale du béton armé, où les méthodes de ferraillage et
la disposition des armatures sont empiriques.

!11
!
Cependant, apparaissent différents brevets et systèmes constructifs dont les principaux sont
ceux de:
François COIGNET : (système de tringles croisées 1855, poutres en fer enrobées de béton
1858),
Joseph MONIER : (escalier incombustible 1865, réservoir à Bougival 1872, poutre armée
1878),
François HENNEBIQUE : (étriers dans la poutre 1892),
Paul COTTANCIN : (épines-contreforts 1890),
Simon BOUSSIRON (articulation des arcs en béton 1906).

Invention française, les brevets MONIER sont acquis par différentes entreprises européennes
dont WAYSS en Allemagne 1878, SHUSTER en Autriche 1880. Cependant le fonctionnement
du béton armé n'était pas encore bien connu. Vers 1875, des écroulements ralentissent l'essor
du béton armé.

2.2.3. Les premières théories

Des essais systématiques sont entrepris sur l'adhérence, ce qui permet à Edmond COIGNET et
Napoléon de TEDESCO d'établir la première théorie en 1894.
Charles RABUT enseigne le premier cours de béton armé à l'Ecole Nationale des Ponts et
Chaussées en 1897.

!12
L'époque expérimentale du béton armé s'achève avec le premier règlement, la circulaire de
1906, grâce aux essais d’Armand CONSIDERE (béton fretté) et Augustin MESNAGER
(semi-articulation pour rotules en béton).

La circulaire de 1934 s'applique aux ouvrages d'art, sur la base du règlement de 1906
légèrement modifié.
La recherche sur le béton est poursuivie en France par Albert CAQUOT, R. CHAMBAUD,
Eugène FREYSSINET (l’inventeur du béton précontraint). La vibration du béton est
découverte en 1917.

Le règlement de 1945, dit 'BA45", permet une utilisation plus économique des matériaux en
acceptant des contraintes plus élevées, nécessité par la reconstruction massive, d'après guerre.
Albert CAQUOT Président de la Commission d'établissement des règles BA45", écrivait en
préface:
"La question essentielle du prix, devant l'immensité de la tâche, a conduit la Commission à
admettre des contraintes relativement élevées, le coefficient de sécurité réel n'étant pas
diminué grâce à la précision des règles dans tous les détails d'exécution ",
" Mais il importe que l'application des règles n'aboutisse pas à une cristallisation des
techniques actuelles, que les constructeurs français conservent le légitime espoir de
perfectionner. Aussi bien laissent-elles la porte grande ouverte au progrès en donnant aux
expériences directes la prééminence sur les théories. "
En 1960, les règles dites « BA60 » intègrent les nouvelles armatures à haute limite d'élasticité
et un calcul de la fissuration et du flambement. Le Président de la Commission est toujours
CAQUOT, les rapporteurs étant BRICE, BLEVOT, LEBELLE, ROBINSON.

En 1968, sortent les règles dites « CCBA68 » Ce règlement se place en charnière entre les
règlements basés sur un calcul aux "contraintes admissibles" qui considère un comportement
linéaire des matériaux et le calcul aux "états Limites" qui considère un comportement non
linéaire des matériaux, dans la mesure où il prévoit une vérification du "second genre". En
effet le calcul à la rupture ou aux "états limites" résulte des essais dont les premiers furent
ceux de STEUERMANN en Russie, MERLIOT puis CHAMAUD et LEBELLE en France en

!13
1949 suivis par ceux du CEB/FIP (Comité Européen du Béton/Fédération Internationale de la
Précontrainte) en 1960.

En 1980 apparait le premier règlement aux états limites le BAEL 80 très vite remplacé par le
BAEL 83, puis par le BAEL 91.
En 1999, une dernière modification le BAEL 91 révisé 99 prend en compte les nouveaux
BHP. Ce règlement est valable en France jusqu’en 2010
Ces méthodes de calcul aux états limites peuvent être définies comme suit :
Un "état-limite" est celui pour lequel une condition requise d'une construction ou de l'un de
ses éléments, est strictement satisfaite et cesserait de l'être en cas de modification défavorable,
d'une action. Ceci concerne :

Le béton armé a été le matériau du XXème siècle, est toujours celui du début de ce XXIème, et il
devrait encore réserver quelques surprises. En effet, les bétons armés de fibres organiques
(métalliques, de verre, de carbone) ou synthétiques (acrylique, polypropylène) appelés Béton
de Fibres à Ultra Hautes Performances (BFUHP), commencent à être utilisés. Cette nouvelle
technique permettra de réduire voire d'éviter les ferraillages traditionnels, laborieux à mettre
en œuvre.

2.3. REGLEMENTATION ACTUELLE

Le béton armé est calculé suivant la norme européenne EN 1992 dite Eurocode 2 : Calculs des
structures en béton.

Cette norme fait partie de tout un ensemble de normes qui forment les Eurocodes :
• EN 1990 : Base de calcul des structures (Eurocode 0)
• EN 1991 : Actions sur les structures (Eurocode 1)
• EN 1992 : Calcul des structures en béton (Eurocode 2)
• EN 1993 : Calcul des structures en acier (Eurocode 3)
• EN 1994 : Calcul des structures mixtes acier/béton (Eurocode 4)
• EN 1995 : Calcul des structures en bois (Eurocode 5)
!14
• EN 1996 : Calcul des structures en maçonnerie (Eurocode 6)
• EN 1997 : Calcul géotechnique (Eurocode 7)
• EN 1998 : Calcul des structures pour leur résistance au séisme (Eurocode 8)
• EN 1999 : Calcul des structures en aluminium (Eurocode 9)

Pour les calculs en béton armé, on peut avoir besoin des renseignements issus d’autres
Eurocodes que l’EC2 :

EC 0
Base de
calcul

EC 2 EC 7
EC 1 Calcul des
structures en Géotechniqu
Actions
béton e

EC 8
Séisme

!
L’Eurocode 2 est lui-même divisé en plusieurs parties :
• partie 1.1 : Règles générales et règles pour le bâtiment,
• partie 1.2 : Structures au feu,
• partie 2 : Ponts,

!15
• partie 3 : Silos et réservoirs.

2.4. PROPRIETES DES OUVRAGES EN BETON ARME

2.4.1. Souplesse de forme:

Le béton permet de réaliser des ouvrages de forme très diverse, les armatures étant disposées
suivant la distribution des efforts internes, sur les faces où, le béton est tendu.
On peut réaliser des éléments structurels droits ou brisés, des éléments de volume plans ou
gauches, lisses au en reliefs, des coques minces, des éléments de fondations sous terre ou sous
mer, et toute sorte d'ouvrage pour lequel il est possible de réaliser un moule.

2.4.2. Monolithisme :

Peu importe les phases de construction, une structure en béton redevient monolithique grâce
au phénomène d'adaptation. Des fissures se développeront mais resteront sans conséquence si
limitées à quelques dixièmes de millimètre, excepté les ouvrages situés en milieu agressif,
pour lesquels des précautions sont à prendre.

2.4.3. Simplicité de mise en œuvre :

Les coffrages peuvent être rustiques sans altérer fondamentalement la qualité de l'ouvrage
sous réserve de mise en œuvre soignée du béton.

2.4.4. Economie :

Une structure en béton représente une économie globale d'environ 15 % sur une structure
métallique.

2.4.5. Durabilité :

Le béton passive les armatures qui ne peuvent pas rouiller (sous réserve que l'enrobage soit
suffisant) et sa tenue aux agents agressifs s'obtient par le choix convenable du ciment et des
granulats. La chaux libre du béton donne naissance à une ferrite de chaux sur les armatures.
Cependant pour les ouvrages anciens, le gaz carbonique de l'air, associé à l'action de la pluie,
par pénétration dans les pores du béton arrive à neutraliser l'alcalinité naturelle du béton. A ce
moment, les armatures qui ne se trouvent plus protégées, rouillent et cette rouille fait éclater

!16
le béton. L'enrobage des armatures doit être d'autant plus important que l'ouvrage est exposé.
Les enrobages fixés par le règlement.
Les règles de stabilité au feu peuvent exiger des enrobages supérieurs.

2.4.6. Sécurité :

Les structures en béton résistent bien aux incendies. Par exemple, les règles simples du DTU
donnent des stabilités au feu rappelées dans le tableau ci-après.

2.4.7. Confort:

Un poids propre élevé procure une bonne isolation phonique et limite les mises en vibrations.
Les règles d’isolation phonique exigent les épaisseurs suivantes :

Dalle ou voile entre logements : épaisseur 18 cm.


Mur de façade : épaisseur 16 cm.

Le poids propre d'une structure en béton est élevé. Il est fixé par les règles à 25 kN par m3.
Une structure en béton nécessite des fondations plus conséquentes qu’une structure en acier.

2.4.8. Sujétions de mise en œuvre

Il faut pendre des précautions pour bétonnage par temps chaud, par temps froid, béton en
grande masse, ségrégation au transport, fuites de laitance des coffrages, erreur d'armatures,
étaiements jusqu'au durcissement.

2.5. PRINCIPALES UTILISATIONS

Les ouvrages de fondation en contact permanent avec le sol et l'eau seront exécutés en béton,
comme par exemple pieux, parois, parois moulées, radiers, massifs, longrines, tunnels,
réservoirs, bassins, culées de pont, tirants, murs de soutènements, barrages, plate-forme off-
shore, etc..

!17
Les structures en élévations des bâtiments seront tantôt du type à ossature qui libèrent de
grands espaces, tantôt du type à refends porteurs pour l'habitation. Le contreventement du
bâtiment, c'est-à-dire sa stabilité sous les efforts horizontaux est assurée soit par des portiques,
soit par des voiles, soit par les deux. Pour les ouvrages hauts, on utilisera de préférence les
voiles aux portiques.

Le béton armé est utilisé pour des portées n'excédant, si possible, guère 8 à 10 m. Le béton
précontraint par fils adhérents préfabriqués en usine sera plus économique pour les portées
jusqu’à 20 m. Enfin au-delà, les éléments seront précontraints par post-tension. C'est le cas
des ouvrages d'art.

D'une manière générale, les éléments de structure sont des transporteurs de charges, soit
verticaux, soit horizontaux. Les différents éléments qui composent une structure possèdent
tous leur règle propre de calcul. On distingue les éléments suivants :

Poteau : Elément linéaire sollicité en compression ou en compression plus de la flexion. On


parle dans ce cas de flexion composée ou de flexion composée déviée.

Voile : Elément surfacique sollicité en compression.

Poutre : Elément linéaire sollicité en flexion, avec parfois compression ou traction.

Dalle : Elément surfacique sollicité en flexion perpendiculairement à son plan.

Poutre-voile : Elément surfacique sollicité en flexion suivant son plan.

Console courte : Elément massif sollicité en flexion.

Semelle : Elément de répartition de charges sur le sol ou sur des pieux, relevant de la méthode
des bielles.

!18
Plancher-dalle : Elément surfacique sollicité en flexion mais reposant uniquement sur des
appuis ponctuels.

Les consoles courtes, semelle, massif, sont des éléments qui relèvent de règles spéciales de
calcul.

3. REGLES DE CALCUL

3.1. PRINCIPE DU BETON ARME

Soumises à différents efforts, les structures ont à subir des contraintes de compression et des
contraintes de traction.
Le béton est un matériau qui résiste très bien à la compression et très mal à la traction.
L’acier est un matériau qui résiste très bien à la traction et à la compression.
Le principe consiste donc à placer des armatures dans les zones tendues. L’adhérence entre
l’acier et le béton étant bonne, les fissures ne s’ouvriront donc pas car les armatures
résisteront à la traction.

3.2. FONCTIONNEMENT MECANIQUE DES OUVRAGES

Un ouvrage en béton armé doit remplir plusieurs rôles :


- être étanche,
- être isolant thermique et/ou phonique,
- protection contre l’incendie,
- être durable,
- être résistant.

Ce dernier rôle est de loin le plus important. En effet, l’ouvrage doit à la fois résister aux
charges extérieures qui lui sont imposées, et assurer leur acheminement vers le sol.
Le processus de transmission = descente de charges.

!19
Chargement

Dalles, plancher

Poutres, consoles

Poteaux, voiles, murs

Fondations superficielles (semelles filantes ou isolées)


ou
Fondations profondes (puits, pieux)

Sol

L’équilibre global de l’ensemble de la structure est assuré par les réactions d’appuis statiques
sur les fondations.

3.3. Eurocode 2

3.3.1. Domaine d’application

L’Eurocode 2 s’applique au calcul de Bâtiment et de Génie Civil en béton non armé, en béton
armé et en béton précontraint.
L’Eurocode 2 ne traite que ce qui concerne les exigences de résistance mécanique, d’aptitude
au service, de durabilité et de résistance au feu des structures en béton. Les autres exigences,
celles relatives aux isolations thermiques et acoustiques par exemple ne sont pas abordées.
L’Eurocode 2 partie 1.1 énonce les principes de base des calculs des structures en béton non
armé, armé ou précontraint, constitué de granulats de masse volumique normale ou de
granulats légers, ainsi que des règles spécifiques pour les bâtiments.
La partie 1.1 traite des sujets suivants :
Section 1 : Généralités

!20
Section 2 : Bases de calcul
Section 3 : Matériaux
Section 4 : Durabilité et enrobage des armatures
Section 5 : Analyse structurale
Section 6 : Etats Limites Ultimes
Section 7 : Etats Limites de Service
Section 8 : Dispositions constructives relatives aux armatures de béton armé et de
précontrainte
Section 9 : Dispositions constructives relatives aux éléments et règles particulières.
Section 10 : Règles additionnelles pour les éléments et les structures préfabriquées en
béton
Section 11 Structures en béton de granulats légers
Section 12 : Structures en béton non armé ou faiblement armé.

3.3.2. Principe de base

Les calculs sont menés suivant la théorie dite des Etats - Limites.
Un état limite est un état pour lequel une condition requise d’une construction ou d’un de ses
composants est strictement satisfaite, et cesserait de l’être en cas de modification défavorable
d’une action.

On définit deux états limites :


ELU (Etat Limite Ultime)
ELS (Etat Limite de Service)

3.3.3. Les Actions

Ce sont les charges appliquées et les déformations imposées.


Elles se trouvent dans les règles EN 1990 et EN 1991.

3.3.3.1. Charges permanentes (G)

!21
Poids propre du matériau (béton = 25 kN/m3)
Poids propre des équipements fixes
Poids des terres, des fluides
Poussées des terres, des fluides
Retrait, tassement, fluage
Précontrainte (câbles)
Exemple de poids propres :

3.3.3.2. Charges variables (Qk)

Action variable dominante (Qk1) :


Charges d’exploitation des bâtiments

!22
!

!23
!
Charges d’exploitation des ouvrages d’art
Action variable d’accompagnement (Qki) :
Charges climatiques : Neige, s
Vent, w
Charges thermiques (variations de températures)
Actions en cours d’exécution
Actions accidentelles : (choc, explosion, …)
Charges de séisme.

3.3.4. Combinaisons fondamentales

Gmax, Gmin : charges permanentes


Qk,1 : charge variable de base
Qk,i : charge variable d’accompagnement
ELU : ΣγG,j Gkj + γQ1Q1 + Σ γQi.ψ0i.Qki

1.35 Gksup + Gkmin + 1,5Q1 + 1,5Σψ0iQki

En pratique, on aura : ! 1.35G + 1.5Q

ELS : Gmax + Gmin + Q1 + Σψ0iQi


!24
En pratique, on aura : ! G + QB

3.4. LES MATERIAUX

3.4.1. Le béton

3.4.1.1. Les granulats

Les granulats sont composés de sable et de cailloux. Ils sont soit roulés, soit concassés et
définis par leur granulométrie. (ex 5/20)
En béton armé : le diamètre du plus gros granulats : dg = 25mm (Coefficient granulaire)

3.4.1.2. Les ciments

Les ciments sont fabriqués à partir d’un mélange de calcaire et d’argile dans des propoprtions
voisines de 80%-20%.
Les ciments sont à base de clinker et de constituants :
Clinker = cuisson d’un mélange chaux de silice et d’alumine
Laitier de haut fourneau obtenu par refroidissement des scories
Pouzzolanes ou cendres volantes
Fillers issus de roches diverses

!25
!
CPA - CEM I
Béton armé en général coulé sur place ou préfabriqué. Béton précontraint.
Décoffrage rapide, mise en service rapide (de préférence classe R).
Bétonnage jusqu'à température extérieure entre 5 et 10 °C.
Béton étuvé ou auto-étuvé.

CPJ - CEM II / A ou B
Ces ciments sont les plus couramment utilisés
CPJ - CEM II /A ou B classe R : travaux nécessitant une résistance initiale élevée (décoffrage
rapide par exemple).
Béton en élévation, armé ou non, d'ouvrages courants.
Fondations ou travaux souterrains en milieux non agressifs
Dallages, sols industriels.
Maçonneries.
Stabilisation des sols.

CHF – CEM III / A ou B CLK – CEM III / C CLC - CEM V / A ou B

!26
Travaux souterrains en milieux agressifs (terrains gypseux, eaux d'égouts, eaux
industrielles...). Ouvrages en milieux sulfatés, eaux agressives (pures et industrielles),
Travaux à la mer,
Bétons de masse, barrages, ouvrages d’art,
Travaux en béton armé ou non, hydrauliques et souterrains (fondations, injections),
Travaux nécessitant une faible chaleur d'hydratation.
Stabilisation des sols.

3.4.1.3. Composition des bétons

3.4.1.3.1. Le béton frais

Granulat
Eau Air Ciment s
Vo l u m e
% 14-22 1-6 7-14 60-78
Poids % 5-9 9-18 63-80

3.4.1.3.2. Composition d’un béton courant

Ciment Sable 0/5 Gravillons Eau


kg l kg l t l
330 à 6 0 0 9 3 0 720 à 1044 à
G 5/12.5 380 à570 à884 735 1065 160
320 à 530 à 821 à 745 à 1080 à
G 5/20 360 500 775 772 1120 150

3.4.1.4. Plasticité du béton

La plasticité se mesure avec l’affaissement d’une éprouvette normalisée de béton frais : c’est
le Slump Test ou Cône d’Abrahms.

!27
A Utilisation
Ferme (F) 0 à 4 cm Décoffrage rapide
Plastique (P) 5 à 9 cm Voûtes, tunnels
Très plastique (TP) 10 à 15 cm Ouvrages
d'art
Fluide (Fl) > 16 cm Chaussées béton,
dalles

3.4.1.5. Les adjuvants

- Accélérateurs de prise ou retardateurs de prise du béton


- Plastifiants et liquéfiants (pour rendre le béton plus plastique)
- Produits hydrofuges
- Entraîneurs d’air

3.4.2. Les armatures en acier

3.4.2.1. Gamme des aciers

Aciers doux : φ, Adx Ronds lisses


Barres à haute adhérence (HA) Barres nervurées
Fils à haute adhérence, Treillis soudés à haute adhérence (TSHA)

3.4.2.2. Diamètres nominaux

3. 4. 5.
3 5 4 5 5 5 6 7 8 9 10 12 14 16 20 25 32 40
HA x x x x x x x x x x
Fils x x x x x x x
TS x x x x x x x x x x x x

!28
3.5. CARACTERES DES MATERIAUX

3.5.1. Signification des indices

Dans tout ce qui va suivre, on peut donner des explications pour certaines lettres et indices
employés :
• f : contrainte ou résistance
• indice c : béton
• indice k : caractéristique
• indice y ou s : acier
• indice m : moyen

3.5.2. Le béton

3.5.2.1. Résistance caractéristique du béton à la compression

La résistance du béton à la compression est désignée par des classes de résistances liées à la
résistance caractéristique mesurée sur cylindre fck ou sur cube fck,cube.
fck en Mpa est la valeur caractéristique à 28 jours.

On peut mesurer la valeur de la résistance du béton à t jours : fck(t), pour 3 < t < 28
f ck (t ) = f cm (t )− 8MPa
!

avec : f cm (t ) = β cc (t )× f cm
résistance moyenne en compression du béton à

l'âge de t jours

f cm = f ck + 8MPa
résistance moyenne en compression du béton à 28

jours

⎛ ⎛ ⎛ 28 ⎞1 2 ⎞⎞
⎜ s ⎜ 1−⎜ ⎟ ⎟⎟
⎜ ⎜ ⎝ t ⎠ ⎟⎟
β cc (t ) = e ⎝ ⎝ ⎠⎠

coefficient qui dépend de l'âge t du béton

où s est un coefficient qui dépend du type de ciment :


s = 0,20 pour les CEM 42,5R, 52,5N, 52,5R (classe R)

!29
s = 0,25 pour les CEM 32,5R, 42,5N (classe N)
s = 0,38 pour les CEM 32,5N (classe S)

Pour ! t ≤ 3 il conviendra de faire des essais.

Pour ! t ≥ 28 on a ! f ck (t ) = f ck

3.5.2.2. Résistance du béton à la traction


23
résistance moyenne du béton à la traction : ! f ctm = 0,30 × f ck

évolution de la résistance à la traction en fonction du temps : ! f ctm (t ) = (β cc (t )) .f ctm


α

où : ! α = 1 pour ! t < 28

! α = 2 3 pour ! t ≥ 28
⎧⎛ h ⎞ ⎫
f ctm ,fl = max ⎨⎜1,6 − ⎟ × f ctm ; f ctm ⎬
résistance à la traction en flexion : ! ⎩⎝ 1000 ⎠ ⎭

avec h hauteur de la section.

3.5.2.3. Déformation élastique


0,3
Module d’élasticité du béton :! E cm = 22[(f cm ) 10]
Cette valeur est en GPa.
En fonction de l’origine des granulats, la valeur de Ecm est modifiée par
multiplication par un coefficient :
• pour des granulats quartzites : ! × 1

• pour des granulats de basalt : ! × 1,2

• pour des granulats de calcaire : ! × 0,9

• pour des granulats de grès : ! × 0,7


Evolution du module d’élasticité en fonction du temps :
0,3
! E cm (t ) = (f cm (t ) f cm ) .E cm
Le coefficient de Poisson peut être pris égal à 0,2 pour le béton non fissuré et à 0 pour le
béton fissuré.
A défaut d’informations plus précises, le coefficient linéaire de dilatation thermique peut être
pris égal à 10.10-6K-1.

!30
!

3.5.3. L’acier

Les aciers sont caractérisés par des propriétés qu’il faudra vérifier à chaque fois :
• Nuance de l’acier définie par sa limite d’élasticité caractéristique fyk :
400MPa ≤ f yk ≤ 600MPa f yk = 500MPa
! En France on prendra !
• Classe de ductilité :

!31
ft
≤ 1,05%
ε uk ≥ 2,5% f yk
▪ Classe A : ductilité normale : ! ;!
ft
≤ 1,08%
ε ≥ 5% ; ! f yk
▪ Classe B : haute ductilité : ! uk
ft
1,15 ≤ < 1,35%
ε ≥ 7,5% ; ! f yk
▪ Classe C : très haute ductilité : ! uk

σs

f t = kf yk
f yd

0 ε
uk ε s

!
• fymax : valeur réelle supérieure d’élasticité
• Résistance en traction : f(t)
ft
f yk
• ductilité définie par ! ε uk et !
• Module d’élasticité : Es = 200000 MPa
• Caractéristique d’adhérence
• Soudabilité
• Dimensions et tolérences
• Aptitude au pliage
• Coefficient unitaire de dilatation thermique : 10-5.K-1

!32
4. CALCULS DE FLEXION – ETAT LIMITE ULTIME

4.1. ELU de résistance

4.1.1. Hypothèses de calcul


• Navier Bernoulli,
• Pas de glissement relatif entre les armatures et le béton,
• La résistance du béton tendu est négligée,
• Combinaison des charges à l’ELU (1,35G + 1,5Q)
• Moment positif = fibre supérieure comprimée, fibre inférieure tendue.

4.1.2. Diagrammes de déformation – contrainte de calcul (lois de


comportement)

4.1.2.1. Béton

Diagramme parabole rectangle :

σc

diagramme réel
f ck
diagramme parabole-rectangle
f cd

0 2‰ 3,5‰ εc

!
f ck
f cd = α cc
avec : γc (On prendra αcc =1)
où : γc : coefficient de sécurité sur le béton

γc = 1,5 en situations transitoires et durables

γc = 1,2 en situations accidentelles


!33
Il est d’usage de substituer au diagramme parabole rectangle, le diagramme rectangulaire
simplifié, plus facile d’utilisation :

fcd fcd

yu 0,8yu

A.N.

h d

Ast

bw Parabole Rectangulaire
rectangle simplifié
!
d est appelé hauteur utile. En général, lors d’un dimensionnement, on prendra forfaitairement
d = 0,9h ;

4.1.2.2. Acier

σs

kf yk
f yk
f yd

0 f yd/Es ε
uk εs

f yk
f yd =
avec : ! γs

où : γs : coefficient de sécurité sur l’acier

γs = 1,15 en situation durable et transitoire

γs = 1 en situation accidentelle

!34
Fin du domaine élastique :
f yd f yk 500
= = = 2,17‰
Pour du B500 : ! E s Es γs 200000 × 1,15

4.1.3. Diagramme des déformations

0 2‰ 3,5‰
B
yu
A.N. C
h d

As A

bw
Diagramme des déformations
!
On se placera au niveau du pivot B.
Il faut connaitre la position de l’allongement relatif des armatures par rapport à la limite
f yd

élastique : E s qui défini une hauteur limite pour l’axe neutre yulim.

0 2‰ 3,5‰
B
yu
yulim
A.N. C
h d

As A
εs f yd/Es

!
bw
On écrit les triangles semblables pour trouver yulim :

!35
3,5
y u lim = d
f yd 3,5
+ 3,5 y u lim = d = 0,617d
Il vient : ! Es , soit ! 2,17 + 3,5 pour un B500 en situation
durable.

4.2. SECTIONS RECTANGULAIRES

4.2.1. Sections rectangulaires sans armatures comprimées (yu < yulim)

fcd
yu 0,8yu Fc
A.N.
Mu>0 h d zu = d - 0,4yu

As
Fs
bw

!
t

! ∑M Ast
= M u − Fc × z u

! Fc = f cd × 0,8y u × b w
yu
αu =
On pose : ! d ! Fc = f cd × 0,8α u d × b w
M u = f cd × 0,8α u d × b w × d(1 − 0,4α u )
!
Mu
2
= 0,8α u (1 − 0,4α u )
! b w d f cd

Mu
µ u= b 2
On pose : ! w d f cd appelé le Moment réduit
α -0,8α +µ
µ u = 0,8α u (1 − 0,4α u ) 0,32 u 2 u =0
! soit ! u

! α u est la solution inférieure à 1 de cette équation : !


( )
α u = 1,25 1 − (1 − 2µ u )

z u = d(1 − 0,4α u )
On en déduit !

!36
t

!
∑M béton comprimé
= M u − Fs × z u

Mu
As =
Fs = f yd × A s z u × f yd
! Section d’armatures tendues : !
On peut donc vérifier l’absence d’armatures comprimées en calculant la valeur de µu :

y u lim
y u lim ≤ 0,617d ⇔ ≤ 0,617d ⇔ α u ≤ 0,617
! d

Il vient donc !
(
α u = 1,25 1 − (1 − 2µ u ) ≤ 0,617 ) , soit !
µ u ≤ 0,372

4.2.2. Sections rectangulaires avec armatures comprimées (! µ u > 0,372 )

fcd
d' Fsc
Asc Fcc
yulim 0,8yulim

Mulim ΔM
Mu>0 h d d d-d'
zulim = d - 0,4yulim

As
Fs1 Fs2
bw

!
2
Soit M ulim = 0,372b w d f cd ⇒ Mu = Mulim +ΔM
Le premier schéma mécanique correspond à une poutre rectangulaire sans acier comprimé :
on utilise donc les formules montrées au chapitre précédent.
M u lim
A s1 =
z u lim × f yd 2
! avec ! M ulim = µ lim b w d f cd

!
(
α u lim = 1,25 1 − (1 − 2µ u lim ) )
z u lim = d(1 − 0,4α u lim )
!

En remplaçant ! µ lim par sa valeur : ! µ lim = 0,372 on obtient :


(
! α u lim = 1,25 1 − (1 − 2 × 0,372))= 0,617
z u lim = d(1 − 0,4 × 0,617 ) = 0,753d
!

f yd × Fsc = f yd × Fs 2
Fsc = Fs2 ! ⇒ ! ! ⇒ ! A sc = A s 2
!37
t

!
∑M As2
= 0 = ΔM − Fsc(d − d')

ΔM
Fsc = = A ×f
! (d − d') sc yd
Sections d’armatures :
ΔM
Asc =
Section d’armatures comprimées : !
(d − d')f yd
M u lim ΔM
As = +
z u lim × f yd (d − d ')f yd
Section d’armatures tendues : !
Remarque : le fait de donner fyd à la valeur de contrainte dans les armatures comprimées
n’est valable que si celles–ci subissent une déformation relative supérieure à εel = 2,17‰

pour du B500.
C’est le cas en général sauf pour les poutres de faible hauteur où il faudra calculer le
déformation relative exacte et la contrainte exacte correspondante.
Attention, l’Eurocode 2 impose que les armatures comprimées soient maintenus par des
armatures transversales espacées au plus de 15 fois le plus petit diamètre des armatures
comprimées.

4.3. Analyse structurale

4.3.1. Portée utile des poutres et des dalles

La portée utile des éléments est calculée de la façon suivante : !


! n + a1 + a 2
eff = ! , avec ! !
n

portée entre nus des appuis et ai déterminés à partir de la figure suivante :

!38
!

4.3.2. Cas de chargement

Pour les poutres continues, il convient d’envisager les cas de chargement qui donneront les
moments maximum tout au long de la poutre. C’est avec ces cas que l’on obtiendra la courbe
enveloppe des moments.

Il faut donc :
• charger les travées impaires pour obtenir le moment maximum dans ces travées,
• charger les travées paires pour obtenir les moments maximum dans ces travées,

!39
• charger les travées adjacentes à un appui pour trouver le moment maximum sur cet
appui.
Ce qui donne, par exemple, pour une poutre à quatre travées :

1,35g+1,5q 1,35g+1,5q
1,35g 1,35g

0 l1 1 l2 2 l3 3 l4 4

1,35g+1,5q 1,35g+1,5q
1,35g 1,35g

0 l1 1 l2 2 l3 3 l4 4

1,35g+1,5q 1,35g+1,5q
1,35g 1,35g

0 l1 1 l2 2 l3 3 l4 4

1,35g+1,5q 1,35g+1,5q
1,35g 1,35g

0 l1 1 l2 2 l3 3 l4 4

1,35g+1,5q 1,35g+1,5q
1,35g 1,35g

0 l1 1 l2 2 l3 3 l4 4
!

Les résultats sont donc les suivants :


• le cas 1 donne les moments maximum en travées 1 et 3,
• le cas 2 donne les moments maximum en travées 2 et 4,
!40
• le cas 3 donne le moment maximum sur l’appui 1,
• le cas 4 donne les moments maximum sur l’appui 2,
• le cas 5 donne les moments maximum sur l’appui 3.

4.3.3. Ecrêtement des moments sur appuis

Dans le cas où une poutre continue (ou une dalle) est considérée comme simplement appuyée
sur ses appuis, on peut diminuer la valeur des moments sur appuis :

ΔMEd

!
Pour les appuis constitués de voiles ou d’appareil d’appui, on pourra appliquer un écrêtement
t
ΔM Ed = FEd,sup
de 8 , où t représente la largeur de l’appui et FEd,sup la valeur de la réaction

d’appui.
Dans le cas où la poutre est considérée comme solidaire à son appui (cas des poteaux), on
prendra comme valeur de moment de calcul la valeur au nu de l’appui. Cette valeur ne peut
être inférieure à 65% du moment sur l’axe de l’appui.

4.3.4. Appuis de rives

Il convient également de mettre un ferraillage sur les appuis de rives. En effet, bien que la
modélisation RdM les considère comme des appuis simples, donc de moment nul, On
appliquera un moment forfaitaire de 15% du moment de la travée isostatique de référence.
2
p!
0,15
Pour un chargement uniformément réparti, cela revient à prendre ! 8 .

!41
!42
4.4. SECTIONS EN TÉ

4.4.1. Définitions

Pour les planchers en Béton Armé, il n’y a pas de séparation entre la dalle et les retombées de
poutre. Il y a monolithisme. Ainsi, dans les zones de moment positif (en général les travées),
la fibre inférieure est tendue et la fibre supérieure est comprimée. Il est donc légitime de faire
participer une portion de dalle pour reprendre les efforts de compression.

Zone comprimée

Mu>0

As
!
bw
On peut donner des noms aux différentes parties qui vont former un Té :
Table Ailes

Nervure Âme
!

!43
4.4.2. Moment résistant de la table ( MRT )

Le moment résistant de la table est le moment qui comprime entièrement la table et


uniquement elle, ce qui correspond à l’axe neutre à la limite de la nervure et de la table.

beff
fcd
Fc
hf
A.N.
h d zu = d - hf/2
MRT>0

As
Fs
b w

!
t

∑M
⎛ h ⎞
= M RT − Fc × ⎜ d − f ⎟
Ast
! ⎝ 2 ⎠ avec ! Fc = f cd × b eff h f
⎛ h ⎞
M RT = b eff h f f cd ⎜ d − f ⎟
ce qui donne : ! ⎝ 2 ⎠

A.N.

- 1er cas : si MRT≥Mu : Axe Neutre dans la


table
Calcul en rectangulaire fictif
beff x h

A.N.

- 2ième cas : si MRT<Mu : Axe Neutre dans la


nervure !

Calcul en Té

!44
4.4.3. Calcul de la largeur efficace des tables de compression

La largeur participante ou largeur efficace d’une poutre en T symétrique peut être calculée de
la façon suivante :

beff
beff1 beff2
hf

b1 b1 bw b2 b2
b
!
b eff = ∑ b eff ,i + b w ≤ b
!
b eff ,i = 0,2b i + 0,1L 0 ≤ 0,2L 0 b eff ,i ≤ b i
Avec : ! et !
L0 est la distance entre points de moment nul définie ci-dessous :

L0=0,15(L1+L2)

L0=0,85L1 L0=0,7L2 L0=0,15L2+L3

L1 L2 L3

!
L0 = L pour une travée simplement appuyée de portée L,
L0 = 0,85L pour une travée de rive de poutre continue,
L0 = 0,70L pour une travée intermédiaire de poutre continue.

4.4.4. Poutres calculées en Té


beff
0 f cd 0 f cd
Fc2
hf Fc1
0.8yu h0
y u
Mu(N)
Mu(A)
h d A.N.
zu = d - hf /2
Mu>0 zu = d - 0.4yu

As
Fs1 Fs2
bw
!

!45
t ⎛ h ⎞
∑M As2
= M u (A) − Fc2 × ⎜ d − f ⎟
⎝ 2 ⎠ avec ! Fc2 = (b eff − b w )h f f cd
!
⎛ h ⎞
M u (A) = (b eff − b w )h f f cd ⎜ d − f ⎟
! ⎝ 2 ⎠ et ! M u ( N) = M u − M u (A)

M u (N)
µ u (N) =
Etude de la nervure : ! b w d 2 fcd

!
(
α u ( N) = 1,25 1 − (1 − 2µ u ( N) ) )
! z u ( N) = d(1 − 0,4α u ( N) )
M u ( N)
As1 =
z u ( N) × f yd
!
t ⎛ h ⎞
∑M Fc2
= M u (A) − Fs2 × ⎜ d − f ⎟
⎝ 2 ⎠ avec ! Fs2 = As2 × f yd
Etude des ailes : !
Mu (A)
As2 =
⎛ h ⎞
⎜ d − f ⎟f yd
! ⎝ 2 ⎠

Mu ( N) Mu (A)
Ast = +
z u ( N) × f yd ⎛ h ⎞
⎜ d − f ⎟ × f yd
Ce qui donne ! ⎝ 2 ⎠

!46
4.5. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES

4.5.1. Enrobage

4.5.1.1. Définition

L’enrobage est la distance entre la surface de l’armature (épingles, étriers et cadres compris)
la plus proche de la surface du béton et de cette dernière.

ct a

ct

4.5.1.2. Enrobage nominal cnom

c nom = c min + Δc dev


!
avec cmin : enrobage minimal,
Δcdev : marge de calcul pour tolérances d’exécution.
La valeur de Δcdev est donnée par défaut égale à 10 mm. On peut cependant diminuer cette

valeur en adoptant sur chantier certaines mesures :


• lorsque la fabrication est soumise à un système d’assurance qualité dans lequel la
surveillance inclut des mesures de l’enrobage des armatures, il est possible de réduire
la marge de calcul pour tolérances d’exécution Δcdev de telle sorte que :

! 10 mm ≥ Δc dev ≥ 5 mm
• lorsqu’on peut garantir l’utilisation d’un appareil de mesure très précis pour la
surveillance ainsi que le rejet des éléments non conformes (éléments préfabriqués par

!47
exemple), il est possible de réduire la marge de calcul pour tolérances d’exécution
5 mm ≥ Δc dev ≥ 0 mm
Δcdev de telle sorte que :
c min = max{c min,b ; c min,dur + Δc dur , γ − Δc dur ,st − Δc dur ,add ;10 mm}
!
avec cmin,b : enrobage minimal vis-à-vis des exigences d’adhérence,
cmin,dur : enrobage minimal ,vis-à-vis des conditions d’environnement,
Δcdur,γ : marge de sécurité,

Δcdur,st : réduction de l’enrobage minimal dans le cas d’acier inoxydable,


Δcdur,add : réduction de l’enrobage minimal dans le cas d’acier inoxydable.

Dans les cas classiques, on prendra Δcdur,γ = Δcdur,st = Δcdur,add =0, il vient donc :
c min = max{c min,b ; c min,dur ;10 mm }
!
Les valeurs de cmin,dur sont données dans le tableau 4.4N des Eurocodes :

Exigence environnementale pour cmin,dur


  (mm)      
Classe d'exposition selon
Classe Tableau 4.1        
Structur
ale X0 XC1 XC2/XC3 XC4 XD1/XS1 XD2/XS2 XD3/XS3
S1 10 10 10 15 20 25 30
S2 10 10 15 20 25 30 35
S3 10 10 20 25 30 35 40
S4 10 15 25 30 35 40 45
S5 15 20 30 35 40 45 50
S6 20 25 35 40 45 50 55

Les classes structurales sont définies dans le tableau suivant :

!48
!

Les classes d’exposition sont définies comme suit :

!49
!

!50
Les valeurs de classes structurales permettant de définir cmin,dur sont modifiées en fonction des
paramètres suivants en partant toujours d’une classe structurale S4 :

L’enrobage minimal ne doit pas être inférieur à cmin,b :

Exigence vis-à-vis de
l'adhérence            
Disposition des armatures Enrobage minimal cmin,b*
Diamètre de la
Armature individuelle barre          

!51
Paquet Diamètre équivalent (Φn)        
*: Si la dimension nominale du plus gros granulat est supérieure à 32 mm, il convient de
majorer cmin,b de 5 mm.

Diamètre équivalent :
Pour le calcul, le paquet de barres est remplacé par une barre fictive équivalente présentant la

même section et le même centre de gravité que le paquet. Le diamètre équivalent ! φ n de cette

φ n = φ n b ≤ 55 mm
barre est tel que : !
où nb est le nombre de barres du paquet :
nb ≤ 4
! dans le cas des barres verticales comprimées et des barres à l’intérieur
d’une jonction par recouvrement,

!nb ≤ 3 dans tous les autres cas.


Des barres de diamètre différents peuvent être groupées en paquet sous réserve que le rapport
des diamètres n’excède pas 1,7.
Lorsque deux barres en contact sont disposées l’une au-dessus de l’autre, et lorsque les
conditions d’adhérence sont bonnes, il n’est pas nécessaire de traiter ces barres comme
un paquet. Cette condition est pratiquement toujours vérifiée.

4.5.2. Conditions de bétonnage correct

Φn

Φn

c Φn e Φn

φ n = φ n b ≤ 55 mm
Si toutes les barres ont le même diamètre : !

!52
2
φn = ∑φ i
Pour des barres de diamètres différents : ! i

k 1φ n
e ≥ max d g + k 2
20 mm
On doit respecter : ; avec k1 = 1 et k2 = 5 mm

4.5.3. Armatures minimales

La section d’armatures doit être supérieure à un minimum :


⎡ f ⎤
As, min = max ⎢0,26 b w d ctm ; 0,0013 b w d ⎥
f yk
! As ≥ As, min avec ! ⎣⎢ ⎥⎦

Il faut aussi veiller à ce que la section des armatures ne soit pas trop importante :

! As ≤ 0,04Ac avec Ac section de béton.

4.5.4. Choix pratique de ferraillage

bw
On choisit le nombre de files en faisant : ! 8 à 10 .
Ainsi pour une poutre 0,30 m de large, on trouvera30/8 = 3,75 et 30/10 = 3. On mettra donc 3
ou 4 files en fonction de la section à atteindre.
Si un lit ne suffit pas, on essaie avec 2 lits et éventuellement 3.

!53
4.6. Algorithmes de calculs

4.6.1. Sections rectangulaires


Données
bw, h, Mu, fck, fyk, situation, classe d’exposition
d = 0,9.h

f ck f yk
f cd = α cc f yd =
Matériaux : !
γc , ! γs

Mu
µ u
=
b w d 2 f cd
Moment réduit : !

µ u ≤ 0,372

OUI, pas d’aciers comprimés NON, il ya des aciers comprimés

M ulim = 0,372b w d 2 f cd
!
ΔM = Mu - Mulim

( )
α u = 1,25 1 − (1 − 2µ u ) (
α u lim = 1,25 1 − (1 − 2µ u lim ) )
z u = d(1 − 0,4α u ) z u lim = d(1 − 0,4α u lim )

Section d’aciers Section d’aciers


Mu M u lim ΔM
As = As = +
z u × f yd z u lim × f yd (d − d ')f yd

!54
ΔM
Asc =
(d − d')f yd

⎡ f ⎤
As, min = max ⎢0,26 b w d ctm ; 0,0013 b w d⎥
⎢⎣ f yk ⎥⎦
Choix des armatures
Plan de ferraillage

!55
4.6.2. Sections en Té
Données
bw, h, hf, Mu, fck, fyk, situation, classe d’exposition

Largeur efficace
b eff = ∑ b eff ,i + b w ≤ b
!
b eff ,i ≤ b i
et
b eff ,i = 0,2b i + 0,1L 0 ≤ 0,2L 0

Moment résistant de la table


⎛ h ⎞
M RT = b eff h f f cd ⎜ d − f ⎟
⎝ 2 ⎠

!
M u ≤ M RT

Oui, l’axe neutre est dans la table Non, l’axe neutre est dans la nervure
Calcul rectangulaire Calcul en Té

Section rectangulaire fictive Moment repris par les ailes


⎛ h ⎞
M u (A) = (b eff − b w )h f f cd ⎜ d − f ⎟
beff x h ⎝ 2 ⎠

Algorithme précédent Moment repris par la nervure

!
M u ( N) = M u − M u (A)

Calculs intermédiaires
M u (N)
µ u (N) =
!
b w d 2 fcd
(
α u ( N) = 1,25 1 − (1 − 2µ u ( N) ) )
z u ( N) = d(1 − 0,4α u ( N) )

Section d’aciers
Mu ( N) Mu (A)
Ast = +
z u ( N) × f yd ⎛ h ⎞
⎜ d − f ⎟ × f yd
! ⎝ 2 ⎠

⎡ f ⎤
As, min = max ⎢0,26 b w d ctm ; 0,0013 b w d⎥
⎢⎣ f yk ⎥⎦

!56
Choix des armatures, Plan de ferraillage

5. CALCUL DES POUTRES A L’ EFFORT TRANCHANT

5.1. HYPOTHESE DU TREILLIS DE RITTER-MORSCH


Une poutre en béton armé peut être considérée comme une poutre triangulée avec les
éléments suivants :
• membrure tendue : armatures longitudinales tendues As,
• membrure comprimée : zone de béton comprimée et éventuellement armatures
comprimées,
• diagonales comprimées : bielles de béton formant un angle θ avec la ligne moyenne,
• diagonales tendues : armatures transversales Asw formant un angle α avec la ligne

moyenne.

Fcc

z=0,9d
α
θ
Fst
s
z(cotanθ+cotanα)
!
s est l’espacement entre deux nappes d’armatures transversales consécutives.
Le bras de levier entre les deux membrures est pris égal à z = 0,9 d.

5.2. EFFORTS A CONSIDERER

5.2.1. Notations
• VEd : effort tranchant à l’ELU (VEd = Vu)
• VRd,c : effort résistant de calcul de l’élément en absence d’armatures d’effort tranchant
• VRd,s : effort tranchant de calcul pouvant être repris par les armatures d’effort tranchant
• VRd,max : valeur maximale de calcul de l’effort tranchant pouvant être repris par
l’élément avant écrasement de la bielle de compression.

!57
5.2.2. Effort tranchant réduit

Les cadres reprennent L’effort tranchant maximal étant calculé sur appui, il apparait qu’i

VEd RdM
VEd réduit

d
45°

t/2 d
!
On utilise donc la valeur de l’effort tranchant décalé de la valeur d du nu de l’appui.
⎛t ⎞
VEd ,réduit = VEd − p u × ⎜ + d ⎟
On obtient : ! ⎝2 ⎠

5.2.3. Calcul de VRd,c

!
[( )
VRd ,c = max C Rd ,c × k (100ρ !f ck ) + k 1σ cp b w d; (v min + k 1σ cp )b w d
13
]
0,18
C Rd ,c =
avec : ! γc

200
k = 1+ ≤2
! d avec d en mm
As!
ρ!=
! bw d

!58
(en général le premier lit).

avec As!section des armatures menées sur appui

Valeurs de bw :

bw

bw bw
!
k1 = 0,15
N Ed
σ cp =
Ac avec Ac aire de béton. En l’absence d’effort normal, σcp= 0.

vmin : L’annexe nationale a modifié la valeur de vmin donnée dans


32 12
l’EC2 : ! v min = 0,035k f ck . On prendra donc :
0,34 1 2
v min = f ck
γc
! pour les dalles,
0,053 3 2 1 2
v min = k f ck
! γc pour les poutres.
On peut donc obtenir une formule légèrement simplifiée de VRd,c :
⎡⎛ 0,18 13⎞ ⎤
VRd,c = max ⎢⎜⎜ × k (100 ρ !f ck ) ⎟⎟.b w .d ; v min .b w . d ⎥
! ⎣⎝ γ c ⎠ ⎦

!59
5.3. PROCEDURE DE VERIFICATION

5.3.1. Pas d’armatures d’effort tranchant

VEd ≤ VRd ,c
Lorsque ! , il n’y a pas besoin d’armatures d’effort tranchant.

5.3.2. Armatures d’effort tranchant nécessaires

VEd ≥ VRd ,c
Lorsque ! , il est nécessaire de prévoir des armatures d’effort tranchant.
On se fixe α = 90° (armatures droites)
b w × z × v1 × f cd
VRd ,max =
! tan θ + cot anθ

⎡ f ⎤
v1 = 0,6 ⎢1 − ck ⎥
avec : ! ⎣ 250 ⎦

z = 0,9d

En considérant des bielles à 45° ! (θ = 45°), on a ! tan θ = cot anθ = 1 , il vient donc :
VRd ,max = 0,5b w .z.v1 .f cd
!
VEd ≤ VRd ,max
Il faut alors vérifier que l’on a bien
.

Dans le cas contraire, il faut soit modifier l’angle θ, soit redimensionner la poutre.

5.3.3. Calcul des espacements

A sw
VRd ,s = × z × f ywd × cot anθ
! s En pratique, la contrainte dans les armatures transversales est
f ywd = f yd
la même que dans les armatures longitudinales. On prendra donc : !
Pour des bielles à 45°, il vient ! cot anθ = 1

A sw A sw VEd
VEd ≤ × z × f ywd ≥
VEd ≤ VRd ,s s s z × f ywd
On doit avoir ! , soit ! ce qui donne ! .
On a donc deux inconnues, il convient de s’en fixer une : on choisi donc les armatures
transversales Asw.
A sw × z × f ywd
s≤
On peut donc calculer s : VEd ce qui donne la valeur s1.
!60
A sw
ρw =
Soit ρw le ratio, d’aciers transversaux : s × bw

0,08 f ck
ρ w ,min =
ρ w ≥ ρ w ,min f yk
On doit avoir : ! avec !

A sw 0,08 f ck

s × bw f yk
!
A sw
s≤
ρ w ,min × b w
ce qui donne la valeur s2
Le règlement donne un écartement maximum :
s ≤ min (0,75d ; 600 mm ;15φ si Asc ≠ 0 )
cette formule donne s3

5.3.4. Choix pratique de ferraillage

On choisit comme valeur s ≤ min(s1, s2, s3)


φ! ⎛ h b ⎞
φt ≥ ainsi que φ t ≤ min⎜ ; φ !; 0 ⎟
De plus on vérifie : ! 3 ⎝ 35 10 ⎠

Dans le cas de la flexion simple et si : charges uniformément réparties


section de poutre constante
on choisit les espacements dans la suite de Caquot en prenant comme valeur : 7, 8, 9, 10, 11,
13, 16, 20, 25, 30, 35, 40 ce qui donne s0, premier espacement.
On répète chacune des valeurs de la suite de la valeur de la cadence n : n = nombre entier de
mètres dans une demi travée, puis successivement chacun des espacements suivants dans la
suite.
Le premier cadre est placé à s0/2.

Il conviendra de vérifier que l’espacement entre les deux cadres au niveau de l’abscisse
d’effort tranchant nul est convenable.

!61
5.4. VERIFICATION DU LIT INFERIEUR AUX APPUIS

5.4.1. Appuis de rive

5.4.1.1. Section sur appui

Asappui
!
VEd
A sappui ≥
f yd
On doit vérifier : !

5.4.1.2. Ancrage des armatures inférieures

lbd
lbd
!

!62
5.4.2. Appuis intermédiaires

5.4.2.1. Ancrage des armatures inférieures

dm
φ φ lbd

l>10φ l>dm l>10φ

φ lbd

!63
5.5. Algorithme de calcul
Données : bw, h, fck, fyk, Asℓ

Effort tranchant résistant sans armatures


avec :
⎡⎛ 0,18 13⎞ ⎤ 200
VRd,c = max ⎢⎜⎜ × k (100 ρ !f ck ) ⎟⎟.b w .d ; v min .b w . d ⎥ k = 1+ ≤2
d
⎣⎝ γ c ⎠ ⎦
A s!
ρ !=
!
bwd
0,34 1 2
v min = f ck
pour les dalles :!
γc ,
0,053 3 2 1 2
v min = k f ck
pour les poutres :!
γc

VEd ≥ VRd ,c
!

NON Il n’y a pas besoin


d’armatures transversales
OUI
Il y a besoin d’armatures transversales

VRd ,max = 0,5b w .z.v1 .f cd


!
⎡ f ⎤
v1 = 0,6 ⎢1 − ck ⎥
! ⎣ 250 ⎦

z = 0,9 d

VEd ≤ VRd ,max


OUI ! NON, il faut redimensionner
la poutre ou modifier θ
A sw × z × f ywd
s≤ ⇒
VEd s1 =

Pourcentage minimun d’armatures


A sw
s≤ ⇒
ρ w ,min × b w s =
! ! 2 Ecartement maximum
0,08 f ck
ρ w ,min =
f yk
avec

s ≤ min (0,75d ; 600 mm ;15φ si Asc ≠ 0 )⇒ s 3 =

!64
Espacement s0 :
s ≤ min(s1, s2, s3)
à choisir dans la suite de Caquot
7, 8, 9, 10, 11, 13, 16, 20, 25, 35
et dispositions constructives

!65
6. ANCRAGES ET RECOUVREMENTS

6.1. Longueur d’ancrage

6.1.1. Longueur d’ancrage de calcul

La longueur d’ancrage de calcul lbd est donnée par :


l bd = α1α 2 α 3 α 4 α 5 l b ,rqd ≥ l b ,min
!
l = α 4 l b ,rqd ≥ l b ,min
avec ! α 1 = α 2 = α 3 = α 5 = 1 , il vient donc : ! bd
S’il y a présence d’une armature transversale soudée dans la zone d’ancrage α4 = 0,7 sinon α4

= 1.

lbd
lbd
!
Valeur de lb,min :
l b ,min = max(0,3l b ,rqd ;10φ;100mm)
• Pour les armatures tendues : ! ,
l b ,min = max(0,6l b ,rqd ;10φ;100mm)
• Pour les armatures comprimées : !

6.1.2. Conditions d’adhérence

Contrainte ultime d’adhérence fbd :


f ctk 0, 05
f ctd =
f bd = 2,25η1η 2 f ctd pour Φ ≤ 32mm, η2 = 1 avec 1,5

η1 = 1 si les conditions d’adhérence sont bonnes,


η1 = 0,7 si les conditions d’adhérence sont médiocres.

!66
!

6.1.3. Longueur d’ancrage de référence lb,rqd

φσsd f yk
l b ,rqd = σ sd = f yd =
! 4f bd pour l’ancrage total, ! γs ce qui donne pour des bétons
classiques :

fck en Mpa 20 25 30
fctk0,05 en Mpa 1,5 1,8 2,0
fctd en Mpa 1,00 1,20 1,33
fbd en Mpa η1=0,7 η1=1 η1=0,7 η1=1 η1=0,7 η1=1
1,58 2,25 1,89 2,70 2,10 3,00
lbrqd/φ 69,05 48,31 57,54 40,26 51,79 36,23

!67
6.1.4. Mandrin de cintrage

6.1.4.1. Armatures longitudinales


dm
φ
!
dm = 4φ si φ ≤ 16 mm

dm = 7φ si φ > 16 mm

6.1.4.2. Armatures transversales

Pour les armatures transversales on a toujours φ ≤ 16 mm, et on prendra dm = 5φ.

6.2. Recouvrements

6.2.1. Dispositions constructives

< min(4φ ; 50 mm) >max(2φ ; 20 mm)

! > 0,3 l0)

6.2.2. Longueur de recouvrement simplifiée

l 0 = α 1α 2 α 3 α 4 α 5 α 6 l b,rqd ≥ l 0,min
!
l = α 6 l b,rqd ≥ l 0,min
avec ! α 1 = α 2 = α 3 = α 4 = α 5 = 1 , il vient donc : ! 0

!68
l 0, min = max (0,3α 6 l b,rqd ;15φ;200mm)
!

Soit ρ1 la proportion de barres avec recouvrement situé à moins de O,65l0 du recouvrement

considéré :

ρ1 25% 33% 50% >50%


α6 1 1,15 1,4 1,5

Exemple avec un ρ1 de 50% :

0,65l0 0,65l0

!69
6.3. Cas particulier des Treillis Soudés

> 1,5 cm dans le sens porteur

6.3.1. Ancrage

Pour un ancrage total : ST10 à ST50 : 1 maille + 50mm


ST60 : 2 mailles

6.3.2. Recouvrement

6.3.2.1. Sens porteur

En utilisant les valeurs précédentes, on sait que α6 = 1,5 car ρ1 > 50%, et il y a présence

d’armatures transversales soudées, donc α4 = 0,7.


l 0 = α 1α 2 α 3 α 4 α 5 α 6 l b,rqd ≥ l 0,min
Ce qui donne donc : !
l 0 = α 4 α 6 l b,rqd = 0,7 × 1,5l b,rqd ≥ l 0,min
!

l 0 = 1,05l b,rqd ≥ l 0,min

Pour les bétons classiques on obtient :

l0 φ = 50
• C20/25 : !

• C25/30 : ! l0 φ = 42

!70
l0 φ = 38
• C30/37 : !

6.3.2.2. Sens de répartition :

φ ≤ 6 mm 6 mm ≤ φ ≤ 8,5 mm 8,5 mm ≤ φ ≤ 12 mm

≥ 150 mm ou au moins une ≥ 250 mm ou au moins deux ≥ 350 mm ou au moins trois


maille, mailles, mailles,
Soit deux soudures Soit trois soudures Soit quatre soudures

!71
7. EPURE D’ARRET DES BARRES

7.1. Courbes des moments


Le tracé des courbes de moments reprend les propriétés des paraboles :

M2

M1

2
M + M 2 (M 1 − M 2 )
MT = M0 − 1 +
M0
! 2 16M 0
MT
L ⎡ (M 1 − M 2 )⎤
x= ⎢1 + ⎥
2⎣ 4M 0 ⎦
x !
L en prenant M1 et M2 en valeur absolue.
M0

7.2. Moment résistant des aciers


C’est le moment qui est repris par les aciers seuls.

On a : ! M = F × z = As × σs × z
A.N.

z2 z1 ! M R1 = As1 × σs1 × z1

A2 ! M R 2 = As 2 × σs 2 × z 2
A1

!
En théorie : - z varie en fonction de M et des aciers.
En pratique : z constant égal à la valeur calculée dans la section la plus sollicitée.
En théorie : - σs varie en fonction de M et des aciers.
En pratique : σs constant égal à la contrainte de calcul fyd.

!72
Il vient donc :
M Ru = As × z u × f yd
A l’ELU : !

7.3. Epure d’arrêt des armatures longitudinales tendues

7.3.1. Définition

Il convient, dans toutes les sections, de prévoir un ferraillage suffisant pour résister à
l’enveloppe de l’effort de traction agissant, comprenant l’effet des fissures inclinées dans les
âmes et les membrures.

7.3.2. Décalage avec l’effort de traction

Dans une section, la zone de béton comprimé est reliée à l’acier tendu par une bielle formant
l’angle θ avec l’horizontale.

!73
• aℓ = d en cas d’absence
Fc d’armatures d’effort
tranchant (cas des dalles).

a != z
(cot anθ − cot anα )
• ! 2 en
α θ
présence d’armatures d’effort
Fs As tranchant (cas des poutres),
al
z
! a !=
ce qui donne ! 2 pour le

cas courant θ =45° et α =90°.


On prendra z = 0,9d en l’absence d’indications particulières.

7.3.3. Epure d’arrêt des barres

On décale donc la courbe enveloppe des moments fléchissants de aℓ du côté des moments
croissants. On obtient ainsi la courbe des moments décalée.

Chaque lit d’armatures devra être parfaitement ancré au-delà des courbes décalées, ce qui
signifie que le lit d’acier en question devra être prolongé de la longueur d’ancrage lbd.
En joignant l’extrémité de la barre au point d’ancrage total reporté sur lit d’acier précédent, on
obtient le diagramme des moments résistants des aciers.

Il faut donc vérifier que la longueur d’ancrage est disponible hors de la courbe :
φσ sd
l bd =
Longueur de scellement : ! 4f ctd

On rappelle la valeur arrondie de 40φ pour un B500 et C25/30.

La barre d’acier ne pourra donc reprendre la totalité de l’effort qu’après la longueur d’ancrage
lbd :

!74
As

Effort Maximum
lbd
!

0
Courbe décalée

MR1

M al

MR1 + MR2
lbd
Courbe des moments résistants

A2

A1

!75
8. CALCUL DES DALLES EN BETON ARME

8.1. Panneau de dalle

8.1.1. Définition

Une dalle est considérée articulée sur ses contours :

hf

lx
ly

!
lx : petite portée = portée principale
ly : grande portée = portée secondaire
lx
ρ=
ly
! rapport des deux longueurs.

Si ! ρ ≤ 0,5 la dalle est unidirectionnelle (porte sur deux cotés),

Si ! ρ > 0,5 la dalle est bidirectionnelle (porte sur quatre cotés).

8.1.2. Calculs de flexion

Une dalle est calculée en considérant une bande de 1 m de largeur : on obtient donc une
poutre rectangulaire de 1 m de large .
La charge dans le sens x étant donnée par mètre linéaire, cela revient à faire une descente de
charges au mètre carré.

!76
Il convient ensuite de calculer la hauteur utile d dans chaque sens porteur pour pouvoir
trouver la quantité d’aciers à mettre en œuvre. Cette section d’armatures sera trouvée pour 1
m de dalle.

dx
hf

1m

!
Il faut calculer le d sans connaitre la section d’armatures. Il faut donc faire une hypothèse : on
prendra φx = 10 mm.

φx
d x = h f − c nom −
Ce qui donne : ! 2
φy
d y = h f − c nom − φ x −
! 2

Exemple pour une dalle de 20 cm d’un bâtiment. On sera en S4 et XC1, ce qui donne
c nom = c min,dur + Δc dev = 15 + 10 = 25 mm
! .
φx 1
d x = h f − c nom − = 20 − 2,5 − = 17 cm
On obtient donc : ! 2 2 . On remarque que l’hypothèse
0,9h des poutres n’était pas applicable car on trouve 18 cm ce qui est incompatible avec
l’enrobage.

!77
8.2. Panneau de dalle isolé

8.2.1. Cas de la dalle unidirectionnelle (! ρ ≤ 0,5 )

On retrouve les

1m
résultats classiques
de l’isostatique :
ly

2
pl x
Mx =
! 8 et
pl x
Vx =
! 2

lx

lx

8.2.2. Cas de la dalle bidirectionnelle (! ρ > 0,5 )

!78
1m

p
1m
ly

lx ly

lx
!
pl x
0 2
Vx0 =
On prendra : ! M = µ x pl x et !
x 2 + ρ dans le sens principal,

pl x
M 0y = µ y M 0x Vy0 =
! et ! 3 dans le sens de répartition.

!79
avec µx et µy donnés en fonction de ρ dans le tableau suivant :

ν=0 (béton fissuré)

ρ µx µy

0,50 0,0965 0,2584


0,55 0,0892 0,2889
0,60 0,0820 0,3289
0,65 0,0750 0,3781
0,70 0,0683 0,4388
0,75 0,0620 0,5124
0,80 0,0561 0,5964
0,85 0,0506 0,6871
0,90 0,0456 0,7845
0,95 0,0410 0,8887
1,00 0,0368 1,0000

lx
ρ=
ly
Lorsque le rapport ! ne tombe pas sur une des valeurs du tableau, il convient de déduire
les valeurs des coefficients µ par interpolation linéaire.

!80
8.3. Dalle continue

8.3.1. Dalle unidirectionnelle (! ρ ≤ 0,5 )

ly
ly
p

lx lx lx lx

!
Dans le sens porteur :

On se retrouve avec une poutre continue : il faut tracer les courbes enveloppes des
moments dus aux différents cas de charges (travées chargées et déchargées) grâce à la
méthode des Trois Moments.
Les Recommandations Professionnelles indiquent que les anciennes méthodes (Forfaitaire et
Caquot) peuvent être employées dans certaines conditions :
Les fondements de cette méthode sont irréfutables, tant dans le domaine de la résistance des
matériaux que dans celui du béton armé. Cependant, cette méthode ne peut directement être
rattachée aux principes tels qu’exprimés dans la norme NF EN 1992-1-1. Pour cette raison,
l’utilisation et le domaine de cette méthode ne sont donc pas du domaine du dimensionnement
mais restent du domaine du pré-dimensionnement et de celui de la vérification d’ouvrages,
pour lesquels elle reste très utile.
Cependant pour l’examen, on ne retiendra que la méthode des Trois Moments.

Dans le sens de répartition :

!81
Les moments sont nuls en travée, et il conviendra de mettre des armatures en chapeau
sur appuis : on prendra les mêmes que dans le sens porteur x.

8.3.2. Dalle bidirectionnelle (! ρ > 0,5 )

ly
p

ly
p

lx lx lx lx

8.3.2.1. Sens porteur (sens x)

Pour une travée i entre les appuis i-1 et i, on pourra utiliser une formule enveloppe :
Mx i −1 + Mx i
M Txi + ≥ 1,25M ix0
2 avec : - MTxi : moment max sur la travée i,
- Mxi : moment sur appui i dans le sens x,
0
- ! M ix : moment isostatique de référence sur la
travée i.
Cette formule relie entre eux les moments sur appuis encadrant la travée et le moment en
travée considéré.

!82
Les moments sur appui sont déterminés forfaitairement en fonction du moment isostatique de
0 0
référence ! M ix : ! Mx i = kM ix On peut donner une méthode simplifiée de détermination des
coefficients k :
• k = -0,5 pour les appuis voisins de rive,
• k = -0,4 pour les appuis intermédiaires.

Il suffit d’utiliser la formule enveloppe pour trouver le moment en travée :


Mx i −1 + Mx i
M Txi ≥ 1,25M ix0 −
! 2 (On se placera à l’égalité pour le calcul)

8.3.2.2. Sens de répartition (sens y)

Les moments sur appuis Myi sont pris égaux à ceux des grands cotés (sens x)
Les moments en travée sont calculés en utilisant la formule enveloppe :
My i −1 + My i
M Tyi + ≥ 1,25M iy0
! 2

8.4. Dispositions constructives

8.4.1. Dalle unidirectionnelle (! ρ ≤ 0,5 )

8.4.1.1. Sens porteur (sens x)

Il faut respecter les dispositions de la flexion. On obtient donc : Asx ≥ As, min avec

⎡ f ⎤
As, min = max ⎢0,26b w d ctm ;0,0013b w d ⎥
⎢⎣ f yk ⎥⎦ On prendra b = 1m.
w

Il faut aussi vérifier : ! As ≤ 0,04Ac avec Ac section de béton.

8.4.1.2. Sens de répartition (sens y)

Asx
Asy ≥
On doit avoir ! 5

!83
8.4.2. Dalle bidirectionnelle (! ρ > 0,5 )

Il faut respecter les dispositions de la flexion dans les deux sens. On obtient donc :

⎡ f ⎤
As, min = max ⎢0,26b w d ctm ;0,0013b w d ⎥
Asy ≥ As, min avec ⎢⎣ f yk ⎥⎦ On prendra
Asx ≥ As, min et

bw = 1m.

Il faut aussi vérifier : ! As ≤ 0,04Ac avec Ac section de béton.

8.4.3. Ecartement des barres

Pour les armatures principales :


min(2h ; 250 mm) en présence de charges concentrées ,
min(3h ; 400 mm) dans le cas contraire.
Pour les armatures secondaires :
min(3h ; 400 mm) en présence de charges concentrées ,
min(3,5h ; 450 mm) dans le cas contraire.

8.4.4. Armatures des dalles au voisinage des appuis

8.4.4.1. Longueurs des armatures

A défaut d’épure d’arrêt des barres on peut envisager de donner une longueur forfaitaire aux
chapeaux (intermédiaires et de rives) de 0,2 fois la longueur de la travée à partir du nu de
l’appui en n’étant pas inférieur à la longueur d’ancrage lbd.

8.4.4.2. Section sur appuis de rive.

Les armatures en chapeaux sur appuis de rive devront pouvoir équilibrer 15% du moment
isostatique de référence de la travée adjacente.

8.4.4.3. Nez de dalle

Il faudra prévoir un renfort sur les bords libres des dalles :

!84
h
2h
!

8.4.5. Renforts autour des trémies

Il faut replacer de part et d’autre de la trémie au moins 50% de la section d’aciers qui a été
coupée :
lbd
a/2

lbd b/2 a b/2 lbd


b

a
a/2
lbd

!85
9. Etat Limite de Service - Vérifications des contraintes.

9.1. Section rectangulaire

k f ck
1

0 σc
d'
Asc yser
Mser

h d

Ast
σy/15
bw
k f yk/15
3

9.1.1. Recherche de l’axe neutre


2
t
b w yser
∑M stat
A.N.
=0=
2
+15Asc (yser -d')-15Ast (d-yser )
!

yser est solution de l’équation du 2nd degré.

9.1.2. Inertie homogénéisée


3
b w yser 2 2
I0 = +15Asc (yser -d') +15Ast (d-yser )
! 3

9.1.3. Vérifications des contraintes

M
σ=
Contrainte de flexion : ! Iv

M ser
K=
Soit ! I 0 pente du diagramme des contraintes. On a : ! σ = Kv

!86
9.1.3.1. Contrainte dans le béton

On peut vérifier la contrainte de compression du béton vis-à-vis des conditions dans le cas des
bâtiments courants sous combinaisons caractéristiques de charges. Cette vérification n’est pas
obligatoire. Elle concerne uniquement les classes d’exposition XD, XS et XF.

σ c = Ky ser ≤ k 1f ck = 0,6f ck
Dans la fibre la plus comprimée : !

9.1.3.2. Contrainte dans les aciers

Il faut vérifier les contraintes de traction dans les armatures vis-à-vis des conditions dans le
cas des bâtiments courants sous combinaisons caractéristiques de charges. Cette vérification
se fait pour toutes les classes d’exposition.
σs = 15K (d − y ser ) ≤ k 3 f yk = 0,8f yk
Dans la fibre moyenne des aciers tendus : !

Cette vérification n’est pas déterminante pour les éléments de structure dimensionnés aux

ELU.

9.2. Section en Té

beff
d'

Asc
hf
yser

h d

Ast

bw
!

!87
9.2.1. Recherche de l’axe neutre
2
t
M stat
=0=
2
beff yser (b -b )(yser -h f ) +15Asc y -d' -15Ast d-y
- eff w
∑ A.N. ( ser ) ( ser )
! 2 2

yser est solution de l’équation du 2nd degré.

9.2.2. Inertie homogénéisée


3
b y3 (b -b )(yser -h f ) 2 2
I0 = eff ser - eff w +15Asc (yser -d') +15Ast (d-yser )
! 3 3

9.2.3. Vérifications des contraintes

M
σ=
Iv
Contrainte de flexion : !
M ser
K=
Soit ! I 0 pente du diagramme des contraintes. On a : ! σ = Kv

9.2.3.1. Contrainte dans le béton

On peut vérifier la contrainte de compression du béton vis-à-vis des conditions dans le cas des
bâtiments courants sous combinaisons caractéristiques de charges. Cette vérification n’est pas
obligatoire. Elle concerne uniquement les classes d’exposition XD, XS et XF.

Dans la fibre la plus comprimée : ! σ c = Ky ser ≤ k 1f ck = 0,8f ck

9.2.3.2. Contrainte dans les aciers

Il faut vérifier les contraintes de traction dans les armatures vis-à-vis des conditions dans le
cas des bâtiments courants sous combinaisons caractéristiques de charges. Cette vérification
se fait pour toutes les classes d’exposition.
σs = 15K (d − y ser ) ≤ k 3 f yk = 0,8f yk
Dans la fibre moyenne des aciers tendus : !

Cette vérification n’est pas déterminante pour les éléments de structure dimensionnés aux

ELU.

!88
!89
10. POTEAUX SOUMIS A UNE COMPRESSION CENTREE

10.1.REGLES GÉNÉRALES
Les règles générales que l’on peut appliquer aux poteaux se trouvent dans le chapitre 5.8
Analyses des effets du second ordre en présence d'une charge axiale des Eurocodes et conduit
à ne pas négliger certains effets du second ordre.
Dans le cas de poteaux bâtiment classiques, on peut se permettre d’utiliser des règles
simplifiées et notamment celles proposées dans les Recommandations Professionnelles.

10.2.COMPRESSION CENTREE
Un poteau est réputé soumis à une compression centrée s'il n'est sollicité en plus de l'effort
normal de compression que par des moments dont l'existence n'est pas prise en compte dans
la justification de la stabilité et de la résistance des éléments qui lui sont liés et qui ne
conduisent par ailleurs qu'à de petites excentricités de la force extérieure de l'ordre de
grandeur de la moitié de la dimension du noyau central.

h/3

b b/3
Noyau central

10.3.REGLES SIMPLIFIEES : METHODE DE CALCUL

10.3.1. Actions et sollicitations

10.3.1.1.Evaluation des charges verticales G et Q

On admet l'hypothèse de la discontinuité des éléments de planchers en majorant toutefois :


• de 15% les poteaux centraux dans le cas de deux travées,

!90
• de 10% les poteaux voisins de rive dans le cas de trois travées et plus,
• en tenant compte de l'effet de console le cas échéant.

10.3.1.2.Les combinaisons d'actions

Dans le cas le plus courant, les combinaisons se résument à une combinaison, si le vent
n'induit pas d'effort vertical sur le poteau:

! 1,35G + 1,5Q B
et à deux combinaisons si le vent induit un effort vertical sur le poteau:
1,35G + l.5QB + 1,2W
1,35G + 1,5.1,2W + QB
W étant calculé par application des Règles NF EN 1991 1.4 (Eurocode 1).

10.3.2. Longueur de flambement

10.3.2.1.Longueur libre ℓ

Les Eurocodes ne définissent pas clairement


la longueur libre.
On peut donc proposer cette interprétation :
L

La longueur libre ℓ est comptée entre plans


moyens des dalles de planchers ou de
l’arase supérieure de la fondation au plan
L
moyen du premier plancher.

10.3.2.2.Longueur de flambement ou longueur effective ℓ0

Si le poteau est isolé c’est-à-dire qu’il ne fait pas partie d’un bâtiment contreventé par des
voiles, la longueur de flambement ℓ0 vaut :
• ℓ si le poteau est articulé aux extrémités ;
• 2ℓ si le poteau est libre à une extrémité et encastré à l’autre ;
!91
• 0,7ℓ si le poteau est articulé à une extrémité et encastré à l’autre ;
!
• ! 2 si le poteau est encastré aux deux extrémités dans le cas où ces deux extrémités
sont empêchées de se déplacer l’une par rapport à l’autre suivant une direction
perpendiculaire à l’axe longitudinal du poteau et située dans le plan principal pour
lequel on étudie le flambement .
• ℓ si le poteau est encastré aux deux extrémités dans le cas où ces extrémités peuvent se
déplacer l’une par rapport à l’autre suivant une direction perpendiculaire à l’axe
longitudinal du poteau et située dans le plan principal pour lequel on étudie le
flambement ;

Pour les poteaux appartenant à un étage courant d’un bâtiment, lorsque leur raideur n’est pas
prise en compte dans le contreventement et pour autant qu’ils soient correctement connectés
en tête et en pied à des éléments de raideur supérieure et égale, on pourra prendre : ℓ0 = 0,7ℓ.
On prendra ℓ0 = ℓ dans tous les autres cas.

10.3.2.3.Elancement mécanique λ

L'élancement λ d'un poteau est le rapport de la longueur de flambement au rayon de giration i

de la section de béton seule calculé dans le plan de flambement.

!92
! I
λ= 0 i=
i avec Ac

ce qui donne :

• pour un poteau rectangulaire de section bh avec b ≤ h :

hb 3
2
I 12 = b = b
i= =
Ac bh 12 2 3
!

0 ×2 3
!
λ=
soit : ! b

πD 4
I 64 = D2 D R
i= = = =
Ac πD 2 16 4 2
• pour un poteau circulaire de diamètre D: ! 4

4!0
λ=
soit : ! D

10.3.3. Justification des poteaux bi-articulés soumis à une charge centrée

10.3.3.1.Poteau rectangulaire de section b x h

L'effort normal résistant d'un poteau rectangulaire, à l'état limite ultime, est donné par
l'expression :

!
[
N Rd = k h k s α bhf cd + A s f yd ]

0,86
α= 2
⎛ λ ⎞
1+ ⎜ ⎟
dans laquelle: ! ⎝ 62 ⎠ si λ ≤ 60

1, 3
⎡ 32 ⎤
α=⎢ ⎥
! ⎣λ⎦ si 60 < λ ≤ 120

!93
avec :

• k h = [0,75 + 0,5b]⋅ [1 − 6ρδ] pour b < 0,50, sinon kh = 1,

• b : épaisseur du poteau dans le sens du flambement,


• δ = d’/b enrobage relatif, avec d’ distance de l’axe des armatures à la paroi la

φl
d ' = c nom + φ t +
plus proche : ! 2 On doit vérifier : ! d ' ≤ min[0,3b;100mm]
• ρ = As/bh = As/Ac pourcentage d’acier total pour la section limité à 3%.
f yk
k s = 1,6 − 0,6
• 500 pour fyk > 500 MPa et λ > 40, sinon ks = 1,

On remarque que ces formules imposent de connaitre le ferraillage alors qu’on le cherche.
Il y a plusieurs possibilités de résolution :
• Résoudre une équation du second degré avec As comme inconnue. On remplacera
pour se faire ρ par As/Ac
• Les Recommandations Professionnelles proposent de prendre : kh = 0,93

• M. H. Thonier propose de prendre : ! k h = 0,95.[0,75 + 0,5b]


Ces formules sont valables pour le cas suivant :
• poteau bi-articulé sous charges centrées NEd,
• chargement à au moins 28 jours,
• élancement λ ≤ 120,
• 20 ≤ fck ≤ 50 MPa et 400 ≤ fyk ≤ 500 MPa,
• b épaisseur du poteau dans le sens du flambement b ≥ 150 mm.

10.3.3.2.Poteau circulaire de diamètre D

L'effort normal résistant d'un poteau circulaire, à l'état limite ultime, est donné par
l'expression :

⎡ πD 2 ⎤
N Rd = k h k s α⎢ f cd + A s f yd ⎥
! ⎣ 4 ⎦

!94
0,86
α= 2
⎛λ⎞
1+ ⎜ ⎟
dans laquelle: ! ⎝ 52 ⎠ si λ ≤ 60

1, 24
⎡ 27 ⎤
α=⎢ ⎥
! ⎣λ⎦ si 60 < λ ≤ 120
avec :

• k h = [0,7 + 0,5D]⋅ [1 − 8ρδ] pour D < 0,60, sinon kh = 1,


• D : diamètre du poteau,
f yk
k s = 1,6 − 0,65
• 500 pour fyk > 500 MPa et λ > 30, sinon ks = 1,

• δ = d’/b enrobage relatif, avec d’ distance de l’axe des armatures à la paroi la


φl
d ' = c nom + φ t +
plus proche : ! 2 On doit vérifier : ! d ' ≤ min[0,3b;100mm]

As
ρ=
• ! πD² 4 pourcentage d’acier total pour la section limité à 3%.

On remarque que ces formules imposent de connaitre le ferraillage alors qu’on le cherche.
• Résoudre une équation du second degré avec As comme inconnue. On remplacera
pour se faire ρ par As/Ac
• Les Recommandations professionnelles proposent de prendre : kh = 0,93
Ces formules sont valables pour le cas suivant :
• poteau bi-articulé sous charges centrées NEd,
• chargement à au moins 28 jours,
• élancement λ ≤ 120,
• 20 ≤ fck ≤ 50 MPa et 400 ≤ fyk ≤ 500 MPa,
• D diamètre du poteau D ≥ 150 mm.

!95
10.4.Dispositions constructives

10.4.1. Armatures longitudinales

10.4.1.1.Armatures longitudinales minimales :

On doit disposer une section minimale d'armatures As,min égale à la plus grande des
⎡ 0,10 N Ed 0,2 ⎤
A s ,min = max ⎢ ; Ac ⎥
deux valeurs: ⎢⎣ f yd 100 ⎥⎦

avec Ac : aire de la section béton.


Le diamètre des barres est supérieur ou égal à 8 mm.

10.4.1.2.Armatures longitudinales maximales :

4
A s ,max = Ac
En dehors des zones de recouvrement : ! 100
8
A s ,max = Ac
Dans les zones de recouvrement : ! 100

10.4.1.3.Disposition des armatures longitudinales :

Les armatures sont symétriques par moitié sur chaque face pour une section
rectangulaire,
Une section circulaire comporte au moins six barres.

10.4.1.4.Ancrages et recouvrements des armatures en attente :

On utilise la formule vue pour les recouvrements des armatures longitudinales :

0 = α6!
! b, rqd ≥ !
! 0, min

Or, comme la proportion de barres avec recouvrement est supérieure à 50%, on a


φσ sd
0 = 1,5
!
! α 6 = 1,5 soit ! 4f bd , ce qui donne pour des bétons classiques :

!0
= 60
• béton C25/30, aciers S500 : ! φ ,

!96
!0
= 55
• béton C30/37, aciers S500 : ! φ .

On rappelle : ! f bd = 2,25η1η 2 f ctd

Ici η1 = η2 =1 car les conditions d’adhérence sont bonnes.

Pour les attentes en pied de poteau :


A s ,néc
0 = 1,5!
! b , rqd ≥!
0 , min
A s ,prov
! avec As,prov section prévue et mise en place, As,néc
s e c t i o n n é c e s s a i r e p o u r é q u i l i b r e r l ’ e ff o r t n o r m a l a g i s s a n t NEd e t

0 , min = max (15φ;200mm)


!
!
⎡ N − A c f cd ⎤
A s ,néc ≥ ⎢ Ed ;0⎥
⎢⎣ f yd ⎥⎦

Cependant dans certains cas, cette formule n’est pas satisfaisante. On peut donc

prendre comme valeur simplifiée :

0 = 30φ
!

10.4.2. Armatures transversales

10.4.2.1.Diamètre des armatures transversales :

Le diamètre des armatures transversales est pris égal à la valeur normalisée (6, 8, 10,
12 ou 14) la plus proche du tiers du diamètre des armatures longitudinales qu'elles
tiennent. Dans la pratique on prendra les diamètres suivants :

!97
Diamètres des armatures ≤ 16 mm ≤ 25 mm ≤ 32 mm
longitudinales : ϕℓ
Diamètres des armatures 6 mm 8 mm 10 mm
transversales : ϕt

⎡ φ ⎤
φ t ≥ max ⎢6mm; l max ⎥
On pourra vérifier : ! ⎣ 4 ⎦

Ces armatures comportent obligatoirement un cadre extérieur, et il faudra rajouter des


épingles pour les armatures longitudinales de diamètres supérieurs à 20 mm.

10.4.2.2.Espacement des armatures transversales

L'espacement entre deux nappes successives d'armatures transversales scl,t est au plus égal
à la valeur maximale scl,max :
s cl, t ≤ s cl,max = min[400mm;20φ l min ; b]
!
soit :
20 fois le diamètre de l'acier longitudinal le plus petit,
40 cm,
b petit coté (ou épaisseur) du poteau .

Il convient de réduire d’un facteur de 0,6 ces valeurs dans les cas suivants :
• dans les sections situées à une distance au plus égale à la plus grande dimension
(h) du poteau ; ces sections peuvent se situer au-dessus et au-dessous d’une poutre
ou d’une dalle, ce qui correspond aux zones situées au-dessus ou en-dessous des
reprises de bétonnage,
• dans les jonctions par recouvrement d’armatures longitudinales de diamètre
supérieur à 14 mm.

On doit disposer au moins 3 nappes dans une zone de recouvrement.

!98
Il convient, dans une zone comprimée, de ne pas disposer de barre non tenue par des
armatures transversales à plus de 150 mm d’une barre tenue.

< 150 mm

> 150 mm
!
Sur le coté où la distance est supérieure à 150 mm il faut rajouter un acier transversal (ici
une épingle).

10.5.PRÉDIMENSIONNEMENT DES POTEAUX


Le choix des dimensions minimales d'un poteau peut être fait en première approximation de
façon à respecter les deux critères d'élancement et de portance.

10.5.1. Critère d'élancement

!
La valeur minimale de la plus petite dimension d'un poteau est ! 20 , ℓ étant la hauteur d'étage.
!
15
Cette valeur correspond à un élancement de 70. Il est plutôt conseillé d'adopter au moins !
qui correspond à un élancement de 50.

10.5.2. Section et portance

La section d'un poteau peut être fixée à partir d'une estimation de sa charge, calculée sans
pondération (G + QB) en adoptant une contrainte moyenne sur la section de béton seule de 12
MPa (une contrainte de 10 MPa donne une section avec les armatures minimales).
L'estimation de la charge provient soit d'une descente de charges, soit d'une valeur
approximative calculée à partir de la surface d'influence du poteau et d'une charge globale
forfaitaire de 10kN/m² (1t/m²) par étage.

!99
10.6.Algorithmes de calcul

10.6.1. Algorithme de calcul simplifié pour un poteau de section rectangulaire


b x h:

Données : NEd, fck, fyk, b, h, ℓ

Elancement avec ℓ0=ℓ

02 3
!
λ=
! b

λ≤120 Non : il faut redimensionner

Oui

λ≤60

0,86
α= 2 1, 3
⎛ λ ⎞ ⎡ 32 ⎤
1+ ⎜ ⎟ α=⎢ ⎥
⎝ 62 ⎠ ⎣λ⎦

NEd ≤ NRd

[
N Rd = k h k s α bhf cd + A s f yd ]

avec kh = 0,93 ou k h = 0,95 × [0,75 + 0,5b]


Il vient :

1 ⎡ N Ed ⎤
As = ⎢ − b.h.f cd ⎥
f yd ⎣ k h .k s .α ⎦
!

!100
⎡ 0,10 N Ed 0,2 ⎤
A s ,min = max ⎢ ; Ac ⎥
⎢⎣ f yd 100 ⎥⎦

Dispositions constructives
Choix des armatures
Plan de ferraillage

10.6.2. Algorithme de calcul simplifié pour un poteau de section circulaire de


diamètre D:

Données : NEd, fck, fyk, D, ℓ

Elancement avec ℓ0=ℓ


4!0
λ=
! D

λ≤120 Non : il faut redimensionner

Oui

λ≤60

0,86
α= 2 1, 24
⎛ λ ⎞ ⎡ 27 ⎤
1+ ⎜ ⎟ α=⎢ ⎥
⎝ 52 ⎠ ⎣λ⎦

!101
NEd ≤ NRd
α f +A f
⎡ πD 2 ⎤
N Rd =k h k s ⎢ cd s yd ⎥
⎣ 4 ⎦

avec kh = 0,93
Il vient :

1 ⎡ N Ed ⎤
As = ⎢ − b.h.f cd ⎥
f yd ⎣ k h .k s .α ⎦
!

⎡ 0,10 N Ed 0,2 ⎤
A s ,min = max ⎢ ; Ac ⎥
⎢⎣ f yd 100 ⎥⎦

Dispositions constructives
Choix des armatures
Plan de ferraillage

11. LES TIRANTS

11.1. Principe de calcul

Par définition, les tirants sont soumis à un effort de traction.


N
σ=
Contrainte de traction : S avec σ qui doit être inférieur à la valeur limite de la contrainte

N
σ= ≤σ
de traction dans les armatures ! σ . On a donc : ! S .

Soit As la section d’armatures : on obtient donc ! σ × As ≥ N .

!102
11.2. Calcul des tirants

11.2.1. Etat Limite Ultime

La contrainte limite de traction dans les armatures à l’ELU est fixée par le règlement à : fyd.

Soit NEd,u l’effort normal agissant calculé à l’ELU


N Ed ,u
As ≥
f yd
On doit avoir !

11.2.2. Etat Limite de Service

La contrainte limite de traction dans les armatures à l’ELS est fixée par le règlement à : 0,8fyk.

Soit NEd,ser l’effort normal agissant calculé à l’ELS


N Ed ,ser
As ≥
0,8f yk
On doit avoir !

11.3. Dispositions constructives

11.3.1. Condition de non fragilité

f ctm
A s ,min = A ct
f yk
avec Act aire de la section de béton tendu. On a donc Act = bw x h pour un
tirant rectangulaire et Act = π x D² / 4
f f ctm πD 2
A s ,min = ctm b w × h A s,min = ×
f yk f yk 4
On a donc ! ,ou !

11.3.2. Armatures longitudinales

Les armatures longitudinales doivent donc respecter les trois valeurs précédentes : il vient
donc :
⎛ N Ed ,u N Ed ,ser ⎞
As = max⎜ ; A s ,min ; ⎟
⎜ f 0,8f yk ⎟
! ⎝ yd ⎠

!103
Il apparait que la valeur de la section des armatures calculée aux ELS n’est pas
dimensionnante.

Ces armatures doivent être complètement ancrées de la longueur d’ancrage ! !


bd .

En dehors de Dispositions Particulières du Marché (DPM), on considère, pour les cas


suivants, que la fissuration est maitrisée :
• tous les éléments en classe d’exposition XC0 et XC1,
• les dalles d’épaisseur ne dépassant pas 200 mm,
• les éléments de structures en classes d’exposition XC2, XC3, XC4 pour les ouvrages
classés en catégories d’usage A, B, C et D.

11.3.3. Armatures transversales

⎛ φ ⎞
φ t ≥ max⎜ 6mm; !max ⎟
On choisira le diamètre de ces armatures : ! ⎝ 3 ⎠

Les espacements seront réguliers avec ! s max = min (b w ; h )

!104
11.4. Algorithme de calcul

Données :

bw, h, fck, fyk , NEd,u, NEd,ser

Section d’armatures aux ELU


N Ed ,u
As ≥
f yd

Section d’armatures aux ELS


N Ed ,ser
As ≥
0,8f yk

Section d’armatures minimale


f ctm
A s ,min = bw × h
f yk

ou
f ctm πD 2
A s,min = ×
f yk 4

!105
Section d’armatures mise en place
⎛ N Ed,u N Ed,ser ⎞
A s = max⎜ ; A s,min ; ⎟
⎜ f 0,8f ⎟
! ⎝ yd yk ⎠

Dispositions constructives
Plan de ferraillage

!106
12. LES FONDATIONS SUPERFICIELLES

12.1.Capacité portante
La norme NF EN 1997-1 (Eurocode 7) propose plusieurs méthodes pour calculer la capacité
portante, notamment en conditions drainées et non drainées.
Dans un souci de simplification, nous exposerons ici la méthode semi-empirique pour
l’estimation de cette capacité portante :

Afin d'estimer la valeur de calcul de la capacité portante d'une fondation reposant sur un sol,
des essais en place tels que l'essai pressiométrique peuvent être utilisés.
Lorsque l'on utilise l'essai pressiométrique, la valeur de calcul Rd de la capacité portante d'une
fondation soumise à une charge verticale est liée à la pression limite du sol par la fonction
linéaire suivante :
R
= σ' v , 0 + kp *le
! A'
où :
R
! A' contrainte effective de rupture, A’ étant la surface effective de la fondation,
k est le facteur de capacité portante,
σ'v,0 est la contrainte totale verticale initiale au niveau de la base de la fondation,

p*le
! est la valeur de calcul de la pression limite nette équivalente (déduite de l'essai
pressiométrique).

Les valeurs numériques du facteur de capacité portante varient entre 0,8 et 3 en fonction du
type de sol, de la profondeur, dite profondeur d'encastrement et de la forme de la fondation.

*
La pression limite nette équivalente ! p le est déduite de la pression limite nette ! p l , qui est
*

définie pour un essai pressiométrique comme la différence pl - p0 entre la pression limite pl et


la pression horizontale des terres au repos, p0 au niveau de l'essai ; p0 peut être déterminé à

!107
partir du coefficient de pression des terres au repos K0 estimé et à partir des valeurs de la
p 0 = K 0 q '+ u
contrainte verticale effective q' et de la pression interstitielle u, par la formule ! .

12.2.Modèles de comportement

12.2.1. Diagramme des contraintes du sol uniforme (Méthode Meyerhof)

La réaction du sol peut le plus souvent être considérée comme uniforme sous les fondations,
axée sur la résultante des forces verticales Vd.

Vd

Hd

B'=B-2e

12.2.2. Diagramme des contraintes du sol linéaire

Les recommandations professionnelles reconduisent le fait qu’il est loisible de considérer une
variation linéaire des contraintes.

!108
Vd Vd

p p

!
avec p : valeur représentative de la composante normale des contraintes associées à la
résultante générale des forces prises au niveau de contact avec le sol
3σ max + σ min 3σ max
p= p=
! 4 ! 4

12.3.Justifications des ouvrages de fondations

12.3.1. Résistance du sol

Le calcul de la portance tient compte du poids des terres et de la semelle.

12.3.1.1.Etat Limite Ultime de mobilisation de la capacité portante

Rk
Vd ≤ R d ,v =
γ R ;v
On doit vérifier : avec γR ;v = 1,4
avec :
• Vd : résultante des forces verticales,
R R
Rk = =
• Rk : capacité portante caractéristique : γ 1,428 La valeur de γ est

fixée à 1,428 en attendant la parution de la norme complémentaire.


Rk R R
R d ,v = = =
γ R ,v γ × γ R ,v 1,428 ×1,4
• Rd,v : portance de calcul : !
R
R d ,v =
ce qui donne ! 2

!109
Cette valeur est une portance, or les rapports de sols donnent une contrainte. Cette notion de
contrainte n’apparait pas dans l’Eurocode. On peut donc introduire la grandeur qd, contrainte
R d ,v
qd =
de calcul qui est définie par : ! A' .

Si la charge est centrée, A’ représente l’aire totale de la semelle en contact avec le sol, soit
! A' = A = B × L .
Si la charge est excentrée, !A' = B'×L' avec B’ et L’ respectivement largeur et longueur
effective de la fondation. Dans le cas d’une excentricité de la charge dans la largeur et en

utilisant la modélisation de Meyerhof, on obtient: ! A' = B'×L' = (B − 2e )× L .

12.3.1.2.Etat Limite Ultime de glissement

Le glissement de la fondation sur le sol est du à la présence de forces horizontales.


Vd tanϕ'
H d ≤ R d ,h =
γ R;h
On doit vérifier : avec γR ;h = 1,1
avec :
• Hd : résultante des forces horizontales,
• Rd,h : résistance de calcul au glissement ,
• ϕ’ : angle de frottement interne.

12.3.2. Résistance de la fondation

Le calcul des armatures ne tient pas compte du poids des terres ni de celui
de la semelle.
La justification à l’état limite ultime de résistance de la fondation relève des méthodes de
résistances de matériaux et des règles de l’Eurocode 2 ou, comme indiqué dans les
Recommandations professionnelles de la Méthode des Bielles.

12.4.Conception des fondations

12.4.1. Précautions concernant le gel

!110
Le niveau de fondation doit être descendu à une profondeur suffisante pour mettre le sol
d’assise à l’abri des conséquences du gel.

Les Recommandations Professionnelles


prof hors gel
proposent de prendre : au moins 0,50 m
en région tempérée et parfois au-delà de
!
1,00 m en montagne.

12.4.2. Fondations à des niveaux différents

Les niveaux des fondations successives doivent respecter une pente maximale de 3de base
pour 2 de hauteur :

!
Il est également possible de construire avec des redans à pente maximale de 3 de base et 1 de
hauteur :

!
!111
12.4.3. Joints de rupture

On doit ménager un joint de rupture entre deux éléments d’ouvrage voisins lorsqu’ils
subissent des différences importantes de charge ou de tassement.

Joint de rupture

12.4.4. Joints de dilatation

En prévision de la partie en surélévation.

Joint de dilatation

12.4.5. Armatures minimales de chaînage

Les semelles filantes sous mur doivent comporter un chaînage de section minimale :
1,5 cm² pour les aciers HA de nuance B500.
!112
La continuité du chaînage doit être assurée par recouvrement de 35 diamètres et doit l’être
également dans les angles

12.4.6. Armatures en attentes

20 diamètres

Cas des aciers en Autres cas


attente pour l'état de
flexion composée à
la base du poteau

12.4.7. Enrobage

Par défaut, l’enrobage cnom est de 30 mm si la semelle est coulée sur un béton de propreté ; il
est porté à 65 mm si la fondation est coulée directement sur le sol.

12.4.8. Prise en compte de la fissuration

Les Recommandations Professionnelles proposent de majorer la section d’armatures calculée


aux ELU comme suit :
• + 10% en classe d’exposition XA1,
• + 30% en classe d’exposition XA2,
• + 50% en classe d’exposition XA3.

12.5.Détermination du coffrage
B−b
B−b ≥ d ≥
Condition de rigidité : ! 4

!113
B−b
d=
En pratique, on prendra : ! 4 et ! h ≈ d + 5 cm

On pourra admettre que lorsque cette condition est vérifiée, la vérification au non
poinçonnement n’est pas nécessaire, de même que des armatures d’effort tranchant ne sont
pas nécessaires.

12.6.Détermination des armatures

12.6.1. Semelle filante sous voile

12.6.1.1.Méthode de la console

Il faut écrire toutes les forces en présence.


On calcule la section d’armatures dans une section de poutre à 0,35b de l’axe du poteau ou du
voile.
0,35b
NEd

e
B

Ch de la semelle
MEd = pl²/2

! σsol
La charge est obtenue en divisant la valeur de l’effort par la surface effective de la fondation :
N Ed
p=
! b'-2e

!114
Ce qui donne pour un excentrement nul (pas de moment) :

N Ed
p=
b'

La longueur prise en compte est mesurée à 0,35 b de l’axe du voile :

b'
!= − 0,35b
2

Ce qui donne donc pour le moment à l’encastrement avec l’excentrement e nul :


2 2
N ⎡ b' ⎤ N [b'−0,7b]
M Ed = Ed ⎢ − 0,35b ⎥ = Ed
! 2b' ⎣ 2 ⎦ 8b'

Il vient donc pour le section d’armatures (on prendra un bras de levier forfaitaire) :
M Ed
As =
z × f yd
! avec z = 0,9 d
2
N Ed [b'−0,7b]
2
M Ed 8b' N Ed [b'−0,7b]
As = = =
0,9d × f yd 0,9d × f yd 7,2d × b'×f yd
Soit : !

12.6.1.2.DTU : Méthode des bielles

Cette méthode figurant dans le fascicule de 1934 de l’ITBTP par P. Lebelle est de nouveau
proposée par les Recommandations Professionnelles.
Cette méthode s’applique pour les charges centrées sur le poteau ou le voile.
Principe de la méthode :

!115
Nd/2 Nd/2
Il y a un risque de
b
fissuration sur la
θ b/4 d face inférieure de la
semelle. On met
B donc en place des
a r m a t u r e s
Nd/2 Nd/2
! transversales en
partie basse de la
semelle.

On écrit l’équilibre au point d’application de l’effort Nd/2 :

t Nd ⎛ B b ⎞ Nd × (B − b )
∑M =0= × ⎜ − ⎟ − Fs × d
2 ⎝ 4 4⎠
Fs =
8× d
! donc !
N
σ=
Les armatures sont soumises à la traction : contrainte de traction ! S

f yk
σ = f yd =
Avec ici : !
γs

N = Fs et S = section d’armatures = As
Fst Fst
f yd = ⇒ As =
As f yd
Il vient donc : !
Nd × (B − b ) B−b
As = = Nd
8 × d × f yd 8d f yk γ s
D’où : !

On obtient :
B-b
A = pu
8d f yd γ s
! en cm²/m pour une semelle filante

Cette méthode peut également se justifier pour des charges excentrées :

!116
Vd
Nd
σ sol =
! L(B − 2e )
e
B On cherche un effort centré fictif :
Nd
N' d = σ sol LB = LB
! L(B − 2e )

Nd × B
! B-2e N' d =
! (B − 2e )
Puis on applique la méthode des bielles.

12.6.2. Semelle isolée sous poteau

Les mêmes méthodes peuvent être montrées pour des semelles isolées, pour autant que les
dimensions de la semelle soient homothétiques à celles du poteau. L’expérience a cependant
montré que l’on pouvait étendre ces méthodes à des dimensions non homothétiques et
notamment aux semelles qui représentent un débord constant par rapport au poteau :

!
Il convient donc d’appliquer les méthodes précédentes, mais dans les deux directions de la
semelle isolée.

12.6.2.1.Méthode de la console

Dans le sens parallèle à B on obtient donc :


2
N Ed [B − 0,7b]
M Ed//B =
! 8B
2
M Ed//B N [B − 0,7b]
As = = Ed
0,9d × f yd 7,2d × B × f yd

!117
Et dans le sens parallèle à L on obtient:
2
N [L − 0,7a ]
M Ed//L = Ed
! 8L
2
M Ed//L N [L − 0,7a ]
As = = Ed
0,9d × f yd 7,2d × L × f yd

12.6.2.2.Méthode des bielles

On retrouve les formules comme précédemment :


B−b
A // B = Nd
• parallèlement au côté B : ! 8d fe γ s ,

L−a
A //L = Nd
• parallèlement au côté L : ! 8d fe γ s

12.7.Cas particulier des semelles d’ouvrages d’art.


La France reconduit les dispositions constructives du fascicule 62 titre V du CCTG. (voir note
OA 30 du SETRA de Janvier 2008)

Nous rappelons donc ici ces règles :

!118
12.7.1. Semelles non calculées à la flexion

- la charge du mur est verticale et


centrée
h
D0 ≤
- la hauteur h est telle que ! 2
b D0
1
tan θ ≤
! 2

Dans ce cas, seules les armatures


θ h
A
minimales sont nécessaires : !
As ≥
1000 As
B
!
avec A section transversale de la semelle.
A = Bxh

12.7.2. Semelles calculées à la flexion

12.7.2.1.Semelles filantes

!119
b On doit mettre en place les
armatures de répartition Ar :
As As
h Ar =
! 4
Ar
B
!

12.7.2.2.Semelles isolées

Pour les ponts, en général :


h ≤5 0cm
b Asup
B× h
Asup ≥ 0,5 ×
h ! 1000
B× h
A inf ≥
1000
Ainf !
B
!

!120
13. ANNEXE I : Tableau des sections d’armatures

6 8 10 12 14 16 20 25 32 40

1 0,28 0,50 0,79 1,13 1,54 2,01 3,14 4,91 8,04 12,57

2 0,57 1,01 1,57 2,26 3,08 4,02 6,28 9,82 16,08 25,13

3 0,85 1,51 2,36 3,39 4,62 6,03 9,42 14,73 24,13 37,70

4 1,13 2,01 3,14 4,52 6,16 8,04 12,57 19,63 32,17 50,27

5 1,41 2,51 3,93 5,65 7,70 10,05 15,71 24,54 40,21 62,83

6 1,70 3,02 4,71 6,79 9,24 12,06 18,85 29,45 48,25 75,40

7 1,98 3,52 5,50 7,92 10,78 14,07 21,99 34,36 56,30 87,96

8 2,26 4,02 6,28 9,05 12,32 16,08 25,13 39,27 64,34 100,53

9 2,54 4,52 7,07 10,18 13,85 18,10 28,27 44,18 72,38 113,10

10 2,83 5,03 7,85 11,31 15,39 20,11 31,42 49,09 80,42 125,66

11 3,11 5,53 8,64 12,44 16,93 22,12 34,56 54,00 88,47 138,23

12 3,39 6,03 9,42 13,57 18,47 24,13 37,70 58,90 96,51 150,80

13 3,68 6,53 10,21 14,70 20,01 26,14 40,84 63,81 104,55 163,36

14 3,96 7,04 11,00 15,83 21,55 28,15 43,98 68,72 112,59 175,93

15 4,24 7,54 11,78 16,96 23,09 30,16 47,12 73,63 120,64 188,50

16 4,52 8,04 12,57 18,10 24,63 32,17 50,27 78,54 128,68 201,06

17 4,81 8,55 13,35 19,23 26,17 34,18 53,41 83,45 136,72 213,63

18 5,09 9,05 14,14 20,36 27,71 36,19 56,55 88,36 144,76 226,19

19 5,37 9,55 14,92 21,49 29,25 38,20 59,69 93,27 152,81 238,76

10,0
20 5,65 5 15,71 22,62 30,79 40,21 62,83 98,17 160,85 251,33

!121
14. ANNEXE II : Tableau des Treillis Soudés

!122

Vous aimerez peut-être aussi