Vous êtes sur la page 1sur 312

Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution d’électricité régional et à Cotonou : Postes

(Lot B) – Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10-HS-PLN-2791

PLAN DE GESTION SANTE-SECURITE DE CONSTRUCTION (PGSSC)


SPECIFIQUE, POSTE DE CROIX ROUGE : 63 KV (GIS) / 15 KV

Consultant en Gestion
Ingénieur Conseil
du Programme

Consultant en Gestion
Environnementale et Entrepreneur
Sociale

N° Date DTS N° Rév Date Rév du Description Préparé par Validateur Validateur
DTS du Document Entrepreneur Ingénieur
Docume
nt
0251 27/10/2020 A 27/10/2020 PGSSC-SPECIFIQUE F.TOKANHAN B. CHATRON
Liste des références

N° de réf. Nº du document Titre

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Liste des pièces jointes

PJ N° Nº du R Date Titre
document é
v.
01

02

Page 2 sur 75
Table des matières
LISTE DES ABBREVIATIONS ................................................................................................................................... 7

I Introduction .................................................................................................................................................. 9

I.1 Description du site de Croix Rouge ........................................................................................................... 11

I.2 Objectifs du PGSSC Spécifique .................................................................................................................. 11

I.3 Analyse ESSS et état des lieux ............................................................................................................... 11

I.4 Description générale du milieu récepteur et en jeux ESSS .................................................................... 11

I.4.1 Etat initial du milieu récepteur et enjeux ESSS ...................................................................................... 11

I.4.2 Principaux impacts spécifiques ............................................................................................................ 12

I.5 Santé Sécurité spécifiques au site de la Croix-Rouge ........................................................................... 14

II Evaluation et gestion des risques (NP1) ....................................................................................................... 14

II.1 POLITIQUE ESSS ................................................................................................................................... 14

II.2 RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE


SECURITE ......................................................................................................................................................... 14

II.2.1 Objectif et champ d’application .......................................................................................................... 14

II.2.2 Intervenants ....................................................................................................................................... 15

II.2.3 Procédure ............................................................................................................................................ 15

II.2.4 Rôles et responsabilités ...................................................................................................................... 15

II.2.5 Méthodes d’analyse des risques ......................................................................................................... 15

II.2.6 Résultats d’analyse des risques .......................................................................................................... 16

II.2.7 Documentation de l’analyse des risques ............................................................................................. 35

II.3 CAPACITES ET COMPETENCES ORGANISATIONNELLES ............................................................................ 35

II.3.1 Ressources humaines sur site ............................................................................................................. 35

II.3.2 Formations et sensibilisations prévues ............................................................................................... 35

II.3.3 Ressources chantier ........................................................................................................................... 37


Page 3 sur 75
II.4 Préparation aux situations d’urgence........................................................................................................39

II.5 Suivi évaluation ..........................................................................................................................................39

II.5.1 Suivi externe .................................................................................................................................39

II.5.2 Suivi interne ..................................................................................................................................39

II.6 Engagement des parties prenantes .......................................................................................................... 40

III Santé Sécurité au Travail (P23) ................................................................................................................... 40

III.1 Conditions de travail et gestion de la relation entre travailleurs (P8 à P22) ............................................. 40

III.2 Protection de la population active ........................................................................................................... 40

III.3 Plan d’hygiène et sécurité des installations .............................................................................................. 41

III.3.1 Implantation de la base-vie ................................................................................................................. 41

III.3.2 Installations d’hygiène et sanitaires ................................................................................................... 41

III.3.3 Eau potable ........................................................................................................................................ 41

III.3.4 Espaces repas et pause ...................................................................................................................... 42

III.3.5 Lutte contre les nuisibles................................................................................................................... 42

III.3.6 Installation électrique et éclairage de chantier ................................................................................. 42

III.3.7 Rangement et nettoyage du chantier ............................................................................................... 42

III.3.8 Gestion des eaux usées ......................................................................................................................43

III.3.9 Gardiennage .......................................................................................................................................43

III.3.10 Hébergement .................................................................................................................................. 44

III.311 Description des moyens de signalisation et de balisage ................................................................... 44

III.4 Plan de Santé ...........................................................................................................................................45

III.4.1 Les acteurs et structures médicales partenaires ................................................................................45

III.4.2 Déclaration d’accident au niveau de la CNSS .................................................................................... 46

III.4.3 Programme de prévention des épidémies ........................................................................................ 46

III.4.5 Programme de sensibilisation des communautés sur les maladies sexuellement transmissibles ..... 47

III.5 PLAN DE SURVEILLANCE ET DE SECURISATION DES SITES .......................................................................... 47


Page 4 sur 75
III.5.1 Gardiennage et Surveillance des accès....................................................................................................... 47

III.5.2 L’éclairage ......................................................................................................................................... 48

IV Santé et sécurité des communautés (NP 4)................................................................................................ 48

IV.1 Santé et Sécurité communautaire ....................................................................................................... 48

IV.1.2 Interruption de services aux usagers ................................................................................................. 48

IV.2 PLAN DE GESTION DE LA CIRCULATION A PROXIMITE DES CHANTIERS ............................................ 50

IV.2.1 Contrôle des véhicules................................................................................................................. 50

IV.2.2 Examen ou Contrôle de capacité de conduite des conducteurs................................................... 52

IV.2.3 Dispositions prises liées au trafic routier en zone urbaine ........................................................... 52

IV.3 PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ..............................................................................................54

IV.3.1 Contrôle des véhicules..................................................................................................................54

IV.3.2 Examen ou contrôle des capacités de conduite des conducteurs................................................ 55

IV.3.3 Dispositions prises liées au trafic routier en zone urbaine ........................................................... 55

IV.3.4 Balisage......................................................................................................................................... 55

IV.3.5 Dispositions de contrôle de vitesse ............................................................................................. 56

IV.3.6 Dispositions d’informations aux populations .............................................................................. 56

IV.4 PLAN OU PROGRAMME DE GESTION DES MATIERES DANGEREUSES ............................................... 56

IV.4.1 Risques liés aux matières dangereuses ....................................................................................... 56

IV.4.2 Mesures de prévention pour éviter ou à défaut limiter l’exposition des communautés.............. 57

IV.4.3 Mesures de prévention pour éviter ou à défaut limiter l’exposition des travailleurs .................. 58

IV.4.4 Programme de gestion de la remise en état du site après travaux ............................................. 59

IV.4.5 Contexte et justification .............................................................................................................. 59

IV.4.6 But et objectif ................................................................................................................................... 59

IV.4.7 Intervenants ...................................................................................................................................... 60

IV.4.8 Analyse des risques et dangers potentiels et mesures d’atténuations au cours du démantèlement
.................................................................................................................................................................... 60

Page 5 sur 75
IV.4.9 MODE OPERATOIRE .............................................................................................................................. 61

IV.4.10 REMISE EN ETAT ............................................................................................................................... 61

IV.4.11 PLANNING DE REMISE EN ETAT DES SITES APRES TRAVAUX ............................................................. 62

IV.5 Procédures documentées de nettoyage des sites de construction .......................................................... 62

IV.6 Services des écosystèmes........................................................................................................................ 63

IV.7 Exposition des communautés aux maladies ........................................................................................... 63

IV.8 Procédure documentée du personnel de sécurité.................................................................................. 63

IV.8.1 Contexte et justification .................................................................................................................... 63

IV.8.2 But et objectif ................................................................................................................................... 64

IV.8.3 Intervenants ................................................................................................................................ 64

IV.8.4 Personnel de sécurité ....................................................................................................................... 64

ANNEXES .............................................................................................................................................................67

Page 6 sur 75
LISTE DES ABBREVIATIONS
ALARP As low as reasonnably possible
AT Autorisation de travail
CNSS Caisse Nationale de Sécurité Sociale

CNSR Centre National de Sécurité Routière

CZP Culture du « zéro préjudice »


DAO Document d’appel d’offres
DMER Description des méthodes et évaluation des risques
EPI Équipement de protection individuelle
ESOC Consultant en charge de la gestion environnementale et sociale

ESSSC Environnement, social, santé, sécurité de construction


GIS Gas Insulated Switchgear
HTB Haute tension b
KV Kilovolt
MCA Millenium challenge account
MC Mission de contrôle

MCC Millenium challenge corporation


MT Moyenne tension
MVA Megavoltampere
NP Norme de performance
PP Parties prenantes
PEPPC Plan d’engagement des parties prenantes
PGSSC Plan de gestion santé et sécurité de construction
PISGC Plan d’intégration sociale et genre de construction
PSI Poste de Secours Interne

SBEE Société béninoise d’énergie électrique


SFI Société financière internationale
CNSR Centre National de Sécurité Routière

SIDA Syndrome d'immunodéficience acquise

SP-SS Spécialiste Principal Santé Sécurité

Page 7 sur 75
SST Santé Sécurité au Travail

VIH Virus de l'immunodéficience humaine

VIR Véhicule d’intervention rapide

Page 8 sur 75
I Introduction
L’élaboration d’un plan de gestion santé et sécurité de construction (PGSSC) permet d’adapter les
processus internes développés par SIEMENS pour faire face aux risques et enjeux environnementaux
et sociaux liés au projet. Au préalable, un PGSSC complet a été élaboré à T0+3mois et validé par
l’ingénieur pour couvrir et prendre en compte de façon globale tous les aspects Santé Sécurité du
projet. C’est dans ce cadre qu’il est prévu contractuellement un PGSSC spécifique à chaque site, pour
appréhender et considérer les spécificités de chaque site de construction en vue d’une meilleure
prise en compte de tous ces aspects dans le but de garantir la santé et la sécurité des personnes et
des biens lors des travaux.

Le présent PGSSC est spécifique au poste de la croix rouge. Le plan d’installation sur ce site se
présente comme suit :

Page 9 sur 75
Figure 1 : Plan d’installation du porte électrique de la croix rouge.
I.1 Description du site de Croix Rouge

Le site de Croix-Rouge se trouve dans le troisième arrondissement de Cotonou et représente 856 m².
Les installations couvriront 500m². La parcelle est détenue par la mairie de Cotonou. Nous noterons
qu’il existe un poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations
HTB et 15 kV pour la moyenne tension.
Le poste est constitué de
· Deux travées lignes ;
· Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA
· Plusieurs équipements MT (une rame MT composée de 2 cellules d’arrivée, 1
cellule de couplage, de 8 cellules départs).

I.2 Objectifs du PGSSC Spécifique

Le PGSSC spécifique de Croix-Rouge décrit l’ensemble des procédures et dispositions Santé Sécurité
prises par SIEMENS pour l’exécution des travaux de construction de poste électrique de la Croix-
Rouge ainsi que l’organisation mise en place afin d’éliminer ou à défaut d’atténuer les risques et
impacts sur la santé sécurité du personnel intervenant et des communautés limitrophes au site.

I.3 Analyse ESSS et état des lieux

Une fiche d’analyse ESSS du poste de la croix rouge a été réalisée lors des EIES. Cette fiche est mise
jour par SIEMENS afin de la rendre plus opérationnelle et jointe en annexe.

I.4 Description générale du milieu récepteur et en jeux ESSS


I.4.1 Etat initial du milieu récepteur et enjeux ESSS

Page 11 sur 75
Tableau 1 : Etat initial du milieu récepteur et enjeux ESSS

Milieu
Milieu physique Milieu humain
biologique

Site plat, sol nu.

Exutoire à l’ouest donnant sur la rue.

PCB détecté dans le puit n°2 localisé à Site situé au niveau la police municipale
environ 50 m au nord-ouest, en latéral
Existence de d’AKPAKPA Ayélawadjè où un poste MT
hydraulique par rapport au site. La
33 arbres (24 existe déjà.
concentration en PCB(7) mesurée est de
cocotiers, 08 Le trafic est dense sur la voie pavée (au sud)
0,11 µg/l et est supérieure aux valeurs
Ficus et 01 menant à Tanto.
seuils (0,004 µg/l1). Les PCB n°28 et n°52
manguier) Présence d’habitations au nord, à l’est et à
ont été détectés et leur concentration
l’ouest.
vaut respectivement 0,073 et 0,035 µg/l.
Pas de valeurs seuils pour ces deux
congénères.

I.4.2 Principaux impacts spécifiques

Les travaux de construction du poste de la croix rouge engendreront des impacts positifs comme
négatifs sur le milieu récepteur. Les impacts positifs et négatifs décrits dans le PGESC Complet
seront ressentis lors de réalisations des travaux. Le tableau ci-après présente les principaux impacts
négatifs spécifiques au site de la croix rouge.

Page 12 sur 75
Tableau 2 : Les principaux impacts négatifs spécifiques au site de la croix rouge.

Impact Description quantitative et/ou Importance globale


qualitative (faible, moyen,
fort)
Milieu physique
Excavation à prévoir dans le
cadre des travaux ; impacts sur le 520 m3
Moyen
trafic et le stockage des terres
excavées
Milieu biologique
33 arbres (24 cocotiers, 08 Ficus
Abattage d’arbres et 01 manguier) Fort
Milieu humain
- - -

En somme, les impacts négatifs majeurs ci-dessous peuvent être engendrés par les travaux du projet.

þ Perturbation/destruction d’arbre dû à la libération des emprises.


þ Production de déchets ;
þ Pollution du sol.
þ Pollution des eaux.
þ Pression sur la ressource en eau.
þ Bruits et vibrations occasionnés par les engins, véhicules et machines ;
þ Pollution de l’air par les poussières et émissions gazeuses GES ;
þ Gênes et nuisance des trafics routiers causés par les activités de préparation et de chantier ;
þ Affections respiratoires et ophtalmologiques dues aux émissions de poussières
þ Accidents de travail lors des opérations d’abattage ;
þ Accidents de la circulation ;
þ Electrisation/électrocution lors des travaux.
þ Augmentation de la pandémie du VIH SIDA et des MST;
þ Augmentation de la pandémie du COVID-19.

Page 13 sur 75
I.5 Santé Sécurité spécifiques au site de la Croix-Rouge

Les points spécifiques à considérer en matière de santé sécurité au niveau du site de la croix
rouge se présente comme suit:

Tableau 3 : Points spécifiques Santé Sécurité

Contraintes Description Appréciations


Présence de lignes A côté de ce site, on note la présence Très mauvais
électriques aériennes HT des poteaux électriques aériens HT.
Les travaux s’effectueront à proximité
de ces poteaux
Présence d’établissements A côté de ce site, nous retrouvons Mauvais
scolaire et centre de ce d’établissements scolaires et le centre
santé de santé. Les travaux se déroulant en
pleine année scolaire, ceci constitue un
danger

II Evaluation et gestion des risques (NP1)

II.1 POLITIQUE ESSS

La Politique ESSS de SIEMENS est jointe en annexe 1. Elle présente les engagements ESSS, elle est
largement diffusée, connue par tous les travailleurs et affichée sur les aires de chantier.

II.2 RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX,


SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE

II.2.1 Objectif et champ d’application

L’évaluation des risques constitue aujourd’hui une étape cruciale et une obligation légale pour tous
travaux chantier et autres. De même, elle est une exigence du MCA Bénin II pour tous ses projets en
conformité à la NP1 de la SFI et à son SGESSS.

SIEMENS conformément à sa politique ESSS, reste dans la même vision et s’est engagée dans le cadre
de la réalisation des travaux du Lot B du projet de renforcement et de la réhabilitation de la
distribution d’électricité, à suivre et à documenter la procédure d’évaluation des risques.

Page 14 sur 75
II.2.2 Intervenants

La présente évaluation des risques a été faite par l’équipe ESSS de SIEMENS après des séances
d’échange avec les équipes d’études et génie-civil.

II.2.3 Procédure

A la phase d’avant-projet, une analyse préalable des risques avait été faite et intégrée à l’EIES en son
annexe 8 avec homologation de l’ABE. Nous sommes alors partis de cette base assez fournie en
considérant les aspects techniques réels de construction pour réaliser la présente évaluation des
risques et impacts qui est donc une mise à jour de la première analyse faite en avant-projet.

II.2.4 Rôles et responsabilités

Les responsabilités sont réparties comme suit :

Mobilisation des ressources Suivi et mise à jour Mise en application

L’ingénieur Principal résident Responsable ESSSC Spécialiste environnement, social

Bruno CHATRON Franck ATTOLOU Franck TOKANHAN

II.2.5 Méthodes d’analyse des risques

La méthodologie d’évaluation utilisée ici, est basée sur l’aide-mémoire du CGES disponible sur la
plateforme SGESSS. Elle est en ligne droite avec les directives ESSS et HAZMAT et est conforme aux
exigences de la norme ISO 45001.

Cette méthodologie se déroule en deux (2) temps :

Ø On procède en premier lieu à l’évaluation du risque initial et on calcule son niveau


de risque initial (Ri).

Ce niveau de risque représente le risque auquel aucune action de maîtrise n’est mise en œuvre. Sa
formule de calcul est la suivante :

Avec

Ri : niveau de risque initial

G : Gravité initiale
=
P : Probabilité initiale

Page 15 sur 75
Formule 1 : Formule de calcul du niveau de risque initial

Ø Après cette première étape, on propose des mesures et actions


préventives/correctives, puis on réévalue à nouveau le risque. Ce dernier représente
le risque dit « résiduel » qui est le risque réellement présent sur le lieu de travail
après mises en place des actions correctives, des mesures préventives et mesures
correctives.

La formule de calcul du niveau de risque résiduel (Rr) est la suivante :

= Avec

Rr : niveau de risque résiduel

G’ : Gravité résiduelle
Formule 2 : Formule de calcul du niveau de risque résiduel
P’ : Probabilité résiduelle

II.2.6 Résultats d’analyse des risques

Le résultat global de l’évaluation des risques est présenté en annexe 6. En ce qui concerne la
présente le poste de la Croix -Rouge, une réévaluation a été faite tenant compte des contraintes
spécifiques à ce poste. Les résultats sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 4 : Evaluation des risques spécifiques au site de la croix rouge

Page 16 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
TOUTES LES PHASES

01.01 Travaux à proximité SS Blessures/plai Possible 3 Sérieus 3 9 Elevé Accueil ESSS / 1 2 2 Faible Acceptabl
Appareils ou des engins es/coupures e Consignes de e
éléments sous profondes sécurité chantier
pression Balisage chantier
Plan de circulation
Dispositions de
signaleurs
Surveillance
permanente
ESSS

SS Coupures/Cisa Peu 2 Sérieus 3 6 Modér 1 2 2 Faible Acceptabl


illements/Perf probable e é e
orations

SS Ecrasement Faible 1 Majeur 4 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptabl


membre/corp e é e
s
01.02. SS Possible 3 Moyen 2 6 Modér Accueil ESSS / 1 1 1 Faible Acceptabl
Éléments sous Chute d'une branche Blessure d'un ne é Règles de sécurité e
contrainte ou d'arbre ou d'un arbre travailleur ou chantier Consignes
instables sur du personnel de d'un riverain d'utilisation des
(rupture, chantier ou sur un (choc, engins
renversement, riverain pendant coupure,
effondrement l'abattage de l'arbre. traumatisme
d'objets) cranien…)

Page 17 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
Chute de personne SS Entorse/fractu Peu 2 Majeur 4 8 Elevé Accueil ESSS / 1 2 2 Faible Acceptabl
depuis un engin re probable e Consignes de e
sécurité chantier
Surveillance
permanente
ESSS Surveillance
de l'équipe ESSS
Port obligatoire des
EPI : Casque et
chaussure
SS Décès / Mort Peu 2 Catastr 5 10 Modér 1 2 2 Faible Acceptabl
probable ophiqu é e
e

01.03 Pièces Chute d'objets due SS Ecrasement Peu 2 Majeur 3 6 Modér Port obligatoire 1 2 2 Faible Acceptabl
mécaniques aux mouvements membre/corp probable e é des EPI : Casque et e
en s chaussure, gants de
mouvement séurité
SS Blessures/plai Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptabl
es/coupures probable e e
profondes

SS Traumatisme Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptabl


divers probable e e

SS Décès / Mort Peu 2 Catastr 5 10 Elevé 1 2 2 Faible Acceptabl


probable ophiqu e
e

Page 18 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
01.05. SS Possible 3 Sérieus 3 9 Elevé Port obligatoire 1 2 2 Faible Acceptabl
Utilisation Utilisation de Risque de e des EPI : Casque et e
d'outils tronçonneuses, blessure grave chaussure, gants de
portatifs haches et scies pour (choc, séurité
l'abattage des arbres coupure…) du
et la découpes de salarié ou du
branches personnel à
proximité

01.07. SS Possible 3 Sérieus 3 9 Elevé Port obligatoire 1 2 2 Faible Acceptabl


Éléments Utilisation de Risque de e des EPI : Casque et e
tranchants tronçonneuses, blessure grave chaussure, gants de
haches et scies pour (choc, séurité
l'abattage des arbres coupure…) du
et la découpes de salarié ou du
branches entrainant personnel à
un risque de coupure proximité
grave

02.04. Bruit SO Probable 4 Moyen 2 8 Elevé Surveillance et suivi 1 2 2 Faible Acceptabl


Riverains exposés au Gêne des ne des niveaux e
bruit de chantier riverains par sonores dans les
(outillage, engins…) le bruit zones sensibles aux
bruits. Respect des
critères en matière
d'émission du bruit
au Bénin

Page 19 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
SS Probable 4 Moyen 2 8 Elevé Port des EPI 1 2 2 Faible Acceptabl
Exposition des Atteinte ne Obligatoires pour e
travailleurs au bruit auditive des les travailleurs les
des tronçonneuses travailleurs à plus exposés au
pour l'abattage des proximité de bruit (Oreillettes
arbres et la découpes la zone de sécurité)
de branches travail

02.06. SS Presque 5 Moyen 2 10 Elevé Port des EPI 2 1 2 Faible Acceptabl


Exposition aux Travail effectué en Coup de soleil, certaine ne Obligatoires pour e
conditions journée à l'extérieur coup de les travailleurs les
climatiques directement à chaleur, plus exposés au
l'exposition du soleil déshydratatio soleil (Casque,
n Lunette de
sécurité)

Evénement E Inondation Probable 3 Moyen 2 6 Modér Arrêt immédiat des 3 2 6 Modér Autorisati
climatique ne é travaux en mauvais é on
exceptionnel ( temps Consignes de
canicule, vent sécurité chantier
violent, Séisme, Balisage de la zone
foudre des travaux
etc…) Libération des
emprises de l'eau
Plan d'intervention
d'urgence

Page 20 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
SS Asphyxie/verti Possible 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptabl
ge ne é e
SS Chute des Possible 2 Moyen 3 6 Modér 1 2 2 Faible Acceptabl
tranchées ne é e
SS Electrisation/c Possible 2 Moyen 3 6 Modér 2 3 6 Modér Autorisati
hoc électrique ne é é on

SS Electrocution Possible 2 Moyen 5 10 Elevé 2 5 10 Elevé Autorisati


ne on
03.04. SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé Arrosage régulier 1 2 2 Faible Acceptabl
Exposition Travailleurs exposés Maladie probable e Utilisation e
poussières à la poussière de bois professionnell ponctuelle des
(amiante, générée par la e affectant les engins
bois, fer, découpe des arbres poumons Consignes
silice, ...) ou d'utilisation des
fumées engin/PGSSC
Port des EPI (
Lunettes de
sécurité -cache-nez
et bouchons
d'oreilles )
Surveillance
permanente par
l'équipe ESSS
Utilisation de
carburant contrôlé
( faible taux en
SO2) Suivi de la
maintenance des

Page 21 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
engins
Utilisation
ponctuelle des
engins
Maintenance
régulière des
engins

SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptabl


Travailleurs exposés Maladie probable e e
à la fumée due aux professionnell
gaz d'échappement e affectant les
des engins de poumons
chantier

Emission de Gaz à E Pollution de Peu 2 Mineur 1 2 Faible 1 1 1 Faible Acceptabl


effet de Serre athmosphériq probable e
ue

Page 22 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
04.01. Contact SS Rare 1 Moyen 2 2 Faible Sensibilisation aux 1 2 2 Faible Acceptabl
avec des Présence potentielle Douleur, ne risques Limitation e
animaux d'insectes dans les réaction de la durée de la
(piqûre, arbres susceptibles allergique, tâche
morsure) de piquer (tiques, choc Port des EPI :
moustiques…) anaphylactiqu Vêtement de travail
e

04.02. Agents SS Possible 3 Majeur 4 12 Elevé Sesibilisation des 1 2 2 Faible Acceptabl


biologiques Regroupement et Transmission e travaileurs et de la e
pathogènes contact avec la du VIH et des communauté sur
communauté IST les risques de
contamination au
VIH/SIDA Mise à la
disposition des
travailleurs des
préservatifs

Page 23 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
SS Possible 3 Catastr 5 15 Critiqu Faire respecter les 2 5 10 Elevé Autorisati
ophiqu e gestes barrières on
Transmission e notamment le port
de maladies du masque, le
(Covid…) lavage des mains à
l'eau et au savon et
l'observance de la
distanciation
physique

04.03. SO Presque 5 Moyen 2 10 Elevé Dégager les 2 1 2 Faible Acceptabl


Déchets/efflu Génération de Gêne du certaine ne déchets les troncs e
ents déchets verts suite à voisinage d'arbres coupés et
l'abattage des arbres feuilles des sites

Génération de E Déversement Possible 3 Moyen 2 6 Elevé Installer des 1 2 2 Faible Acceptabl


déchets solides accidentel de ne poubelles sur e
ménagers sur le site déchets chaque site Mettre
solides en place un
ménagers sur système de gestion
les sites des décehts solides
ménagers
Génération de E Exposition des Possible 3 Moyen 2 6 Elevé Mettre en œuvre 2 2 4 Modér Autorisati
matières et déchets travalleurs ux ne les dispositions é on
dangereux déchets contenues dans le
dangereux plan de gestion des
matières et déchets
dangereux

Page 24 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
05.02. Travaux SS Possible 3 Catastr 5 15 Critiqu Réaliser l'accueil 1 5 5 Modér Autorisati
au voisinage Travaux dans Risque ophiqu e sécurité à tous les é on
d'installations l'enceinte d'Akpakpa d'électrisation e travailleurs ett aux
électriques à proximité des ou visiteurs. Metre en
sous tension équipements sous- électrocution place une barrière
tension de sécurité à ne pas
franchir entre la
centrale active et la
zone de chantier.
05.03. Pièces SS Peu 2 Catastr 5 10 Elevé 1 5 5 Modér Autorisati
nues Travaux dans Risque probable ophiqu é on
accessibles l'enceinte d'Akpakpa d'électrisation e
sous tension à proximité des ou
(défaut équipements sous- électrocution
d'isolation) tension

08.01. Travail SS Presque 5 Catastr 5 25 Critiqu Réaliser l'accueil 2 4 8 Elevé Autorisati


en hauteur Accès en hauteur Chute de certaine ophiqu e sécurité à tous les on
pour la coupe de hauteur e travailleurs ett aux
branche visiteurs.
Utilisation
d'équipements
appropriés: Harnais
de sécurité, échelle
répondant aux
normes
Activité de levage SS Risque de Peu 2 Majeur 4 8 Elevé Respecter les 1 2 2 Faible Acceptabl
chute de probable e consignes de e
matériel sécurité

Page 25 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
08.02. SS Probable 4 Sérieus 3 12 Elevé Accueil ESSS 1 2 2 Faible Acceptabl
Circulation de Cheminement sur Chute de e Port des EPI : e
plain-pied terrain non pavé plain-pied Chaussure de
entrainant sécurité
une foulure à Surveillance ESSS
la cheville ou
au poignet

08.03. E Presque 5 Majeur 4 20 Critiqu Veiller à l'achat de 1 2 2 Faible Acceptabl


Circulation Consommation de Pollution de certaine e e carburant de bonne e
d'engins carburant et l'air, qualité et
émission de polluant épuisement maintenance
dans l'atmosphère des ressources régulière dees
véhicules et engins

SOC : Passage des SO Perturbation Elevé 4 Modér 2 8 Elevé Seisibilisation des 2 1 2 Faible Acceptabl
engins sur la voie de la é populations. e
publique et à circulation Positioner les
proximité des signaleurs pour
maisons régulariser la
circulation
SO Gêne oculaire Peu 2 Modér 2 4 Modér Veiller à l'achat de 1 2 2 Faible Acceptabl
probable é é carburant de bonne e
qualité et
maintenance
régulière dees
véhicules et engins

Page 26 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
SS Presque 5 Majeur 4 20 Critiqu Sensisibiliser les 1 2 2 Faible Acceptabl
certaine e e conducteurs de e
véhicules au
Blessure grave respect de plan de
SST : circulation et à la
Accident de la limitation de
circulation pour venir vitesse.. Sensibiliser
ou repartir du les population
chantier riverraines au
respect des
consignes de
sécurité Positionner
des signaleurs pour
régulariser la
circulation
Déversement SO Blessures/plai Elevé 4 Majeur 4 16 Critiqu Formation et 1 2 2 Faible Acceptabl
accidentel es/coupures e e sensibilisation Plan e
d'hydrocarbure au profondes de circulation
sol Kit anti-pollution
Port des EPI :
casque et
chaussure de
sécurité

SO Chute de Elevé 4 Majeur 4 16 Critiqu 1 2 2 Faible Acceptabl


plain-pied e e e
/Glissade/Tréb
uchements

Page 27 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
E Pollution du Peu 2 Sérieus 3 6 Modér 1 2 2 Faible Acceptabl
sol, de l'eau et probable e é e
de l'air

08.04. Risque SO Presque 5 Majeur 4 20 Critiqu Seisibilisation des 1 1 1 Faible Acceptabl


routier Gêne au trafic Embouteillage certaine e e conducteurs de e
véhicules et des
travailleurs au
respect du code de
la route et du plans
de circulation et de
gestion du trafic.
Sensibiliser les
population
riverraines au
respect des
consignes de
sécurité Positionner
des signaleurs pour
régulariser la
circulation

Page 28 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
SS Presque 5 Majeur 4 20 Critiqu 2 2 4 Modér Autorisati
Accident de la Blessure grave certaine e e é on
circulation pour venir
ou repartir du
chantier

09.01. SS Peu 2 Sérieus 3 6 Modér Seisibiliser les 1 2 2 Faible Acceptabl


Postures Mauvaise position de Risque de probable e é travalleurs à e
pénibles travail, support de douleurs ou l'adoption d'une
définies travail instable, blessures ou bonne position de
comme position de travail dos travail
contraintes penchée
forcées des
articulations

09.04. SS Apparition de Probable 4 Moyen 2 8 Elevé Utilisation d'engins 1 2 2 Faible Acceptabl


Vibrations Vibration des engins troubles ne neufs ou en très e
mécaniques musculo- bon état. Veillez à
squelettiques la matenance
des membres régulière des
supérieurs engins

Page 29 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
10.01. SS Risque de Presque 5 Sérieus 3 15 Critiqu Réduire au strict 1 2 2 Faible Acceptabl
Manutention Manipulation de douleurs aux certaine e e minimum les e
manuelle branches d'arbres membres travaux de
supérieurs, manutention
coupures, manuel et
coups sensibiliser les
travailleurs sur les
gestes à éviter
10.02. SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé Veiller au port 1 2 2 Faible Acceptabl
Manutention Manipulation de Risque de probable e effectif des EPI par e
mécanique de branches d'arbres blessure de les travailleurs
charge avec risque de chute personnes (gants de sécurité,
de branches casques etc)

12.04. SS Peu 2 Moyen 2 4 Modér Respecter les 1 2 2 Faible Acceptabl


Compatibilité Journée à rallonge, Eloignement probable ne é heures e
vie travail la nuit ou le de la vie de réglémentaires de
professionnell weekend famille et travail en vigueur
e/vie privée personnelle au Bénin

12.06. Travail SS Fatigue/stress Peu 2 Moyen 2 4 Modér Accueil ESSS/ 1 2 2 Faible Acceptabl
isolé Réalisation d'une /Angoisse/Mal probable ne é Consigne de e
tâche seul en fin de être sécurité chantier
journée ou le Interdiction
weekend formelle de travail
isolé
Surveillance
permanente ESSS

Page 30 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é

SS Malveilance Peu 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptabl


Perte de probable ne é e
concentration
SS Traumatisme Rare 1 Moyen 2 2 Faible 1 2 2 Faible Acceptabl
divers ne e
SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptabl
aggravation probable e e
de tout
accident ou
malaise par
absence
d'assistance
rapide
12.08. SS Possible 3 Sérieus 3 9 Elevé Sensibilisation des 1 2 2 Faible Acceptabl
Violences : Agression par un Coups et e populations e
agression riverain du fait de blessures riverraines sur les
verbale, l'abattage des arbres activités du projet
physique, vol, ou de la nécessiter et mettre en œuvre
braquage de déplacer l'aire de les mesures
jeu située sur la zone sociales prévues
de replantation des conformément au
arbres Plan d'Engagement
des Parties
Prenantes de
construction
(PEPPC)

Page 31 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
12.11. Charge SS Harcellement Peu 2 Moyen 2 4 Modér Respect du code de 1 2 2 Faible Acceptable
et rythme de Charge de travail trop moral probable ne é travail et de la
travail importante sur la charge horaire
durée prévue Evaluer les charges
de travail
objectivement
possibles à
effectuer par les
travailleurs dans la
durée impartie Etre
à l'écoute des
travailleurs
Mettre en place et
appliquer la
Politique de gestion
RH

SS Malveilance Peu 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faibke Acceptable


Perte de probable ne é
concentration

SS Peu 3 Sérieus 3 9 Elevé 1 2 2 Faible Acceptable


Fatigue probable e
prématurée
pouvant
entraîner des
erreurs
corollaires

Page 32 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
13.01. SS Chute de Probable 4 Majeur 4 16 Critiqu Accueil ESSS 1 2 2 Faible Acceptabl
Addictions Travail sous l'emprise plain- e e /Consignes de e
d'alcool ou de pied/Glissade/ sécurité :
stupéfiants Trébuchement Interdiction
s formelle de
consommation
d'alcool et de
drogues Disposition
des affichages
Balisage chantier
Port des EPI :
Chaussures de
sécurité
Contrôle et
surveillance ESSS

SS Blessures/plai Peu 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptabl


es/coupures probable ne é e
profondes
SS Entorses/fract Peu 2 Sérieus 3 6 Modér 1 3 3 Modér Autorisati
ures probable e é é on

SO Mauvaise Probable 4 Mineur 1 4 Modér 2 1 2 Faible Acceptabl


communicatio e é e
n
SS Chute dans les Peu 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptabl
tranchée probable ne é e

Page 33 sur 75
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque / ESSS Effet Probabili P Gravité G Ri Niveau Mesures de P G Rr Nivea
causes té du de prévention et ' ' u de
risque criticité actions correctives criticit
é
SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptabl
Inattentoin probable e e
pouvant
entraîner des
erreurs
corollaires
13.02. SS Foudroyage, Rare 1 Majeur 4 4 Modér Arrêter les travaux 1 2 2 Faible Acceptabl
Conditions Foudre, tempête effondrement e é et fermer les e
environnemen de structure chantiers jusqu'à ce
tales à risques que les conditions
environnementales
redeviennent
normales

Page 34 sur 75
II.2.7 Documentation de l’analyse des risques

La documentation de l’analyse des risques est constituée de :

Annexe 8 et annexe 9 de l’EIES ;


Les Fiche de données de sécurité des engins d’excavation;
Les modes opératoires des activités

II.3 CAPACITES ET COMPETENCES ORGANISATIONNELLES

II.3.1 Ressources humaines sur site

Les ressources humaines sur le site sont constituées principalement de trois catégories :

- Le personnel cadre de supervision de SIEMENS


- Le personnel cadre de conduite des sous-traitants
- Agent de sécurité
Le tableau suivant présente la liste exhaustive des ressources humaines du site de la Croix-Rouge

Tableau 5 : Ressources humaines à déployer sur le site

Nom et prénoms Fonction


Le personnel cadre de supervision de SIEMENS Supervision GC et HSE des travaux
personnel cadre de conduite des sous-traitants Exécution des travaux
Agent de sécurité Surveillance des sites

Ce tableau sera complété à deux semaines des travaux.

II.3.2 Formations et sensibilisations prévues

II.3.2.1 Formations impératives

Un programme de formation permettra à SIEMENS de former le personnel intervenant. Ce


programme veillera à garantir que le personnel encadrant comme le personnel de chantier soit
pleinement et convenablement formé au regard de tous les aspects ESSSC relatifs aux travaux à
exécuter sur le chantier.

Page 35 sur 75
Le tableau ci-après présente la liste des formations impératives et les cibles :

Tableau 6 : Formations impératives sur le site

Formation Description Cible Indicateur


Accueil ESSS et Séance d’accueil aux Tout le personnel Fiche d’accueil
Consignes Générales de employés qui permet de chantier ESSS signée par le
Sécurité chantier leur présenter le chantier participant
les consignes ESSS à
respecter
Politique ESSS de Présentation des Tout le personnel Attestation
SIEMENS engagements ESSS de chantier
SIEMENS
Sensibilisation au Covid- Présentation du plan Tout le personnel Liste de présence
19 d’atténuation au covid-19 chantier
Sensibilisation aux Séance d’information et Personnel chantier et Liste de présence
MST/IST SIDA de sensibilisation sur les communautés
IST/MST/VIH SIDA
Leadership Santé Démarche d’évaluation Tout le personnel Attestation
Sécurité de risques chantier
Gestion des matières
dangereuses
Les risques électriques Consignation électrique Personnel électricien Attestation
SBEE
Norme NF C18-510 et
habilitation électrique
Les risques routiers Conduite en sécurité des Les conducteurs de Attestation
engins véhicules de chantier,
Code de la route et d’engins et signaleurs
risques routiers
Gestion des accidents
de route
Les risques spécifiques Travaux en hauteur Les ouvriers et Attestation
Travaux d’excavation manœuvres
Manutention
Situations d’urgence Lutte incendie / Tout le personnel Attestation
explosion chantier
Conduites face aux
urgences
Premiers secours et

Page 36 sur 75
soins niveau I

II.3.2.2 Plan des formations

Le programme des formations est présenté comme suit :

Tableau 7 : Plan des formations impératives

DDC-10 DDC-7 DDC-3 Semaine 1 Semaine 2 Semaine 3 Semaine 4


Accueil ESSS et Consignes
Sécurité chantier
Politique ESSS de SIEMENS

Gestion des urgences


Règles de sécurité pour
l’abattage des arbres
Consignes d’utilisation des
engins
Sensibilisation au Covid-19
Sensibilisation aux
MST/IST SIDA

Le processus de validation des formations est défini à l’avance par le formateur et est basé soit sur
des exercices écrits, soit sur des séances de mises en situations. Dans l’un ou l’autre des cas, un
certificat est délivré uniquement aux participants ayant obtenu la moyenne

II.3.3 Ressources chantier

II.3.3.1 Equipements et véhicules

La liste exhaustive des équipements et véhicules à déployer sur le chantier est présentée dans les
tableaux suivants :

Tableau 8 : Liste des équipements et véhicules

Page 37 sur 75
TYPE ÉQUIPEMENT
Pelleteuse/excavatrice
Niveleuses
Bulldozers
Camions à benne
Chargeuse avant / pelleteuse à chargement frontal
Pelleteuse à roues
Compacteurs de Tranchée
Rouleau compresseur
Bétonnières
Grues
Engins / Véhicules Élévateur à fourches
Centrale à béton
Camion toupie
Camion pompe à béton
Camions citerne
Camions citerne carburant
Tracteur (de semi-remorque)
Camion de transport de matériel, dont convoi
exceptionnel
Interne/externe éléments de serrage
Soudeuse diesel
Soudeuse électrique
Générateurs
Équipement d’inspection non destructive
Équipement pour essai hydrostatique
Pompes d’assèchement
Équipements Équipement pour sablage / peinture
Matériel d’étalonnage
Atelier de métallurgie
Équipement et outillage de ferraillage
Matériel de charpentier
Compresseurs

Page 38 sur 75
II.4 Préparation aux situations d’urgence

SIEMENS offrira son soutien et collaborera dans la mesure du possible avec les autorités locales et
toute autre partie pertinente pour les aider à se préparer à intervenir de manière efficace en
situation d'urgence.
Le plan spécifique d’intervention d’urgence exigé à deux semaines des travaux est le seul applicable
sur tous nos sites. Ce plan spécifique d’intervention et d’urgence est établi par SIEMENS, dans un
document spécifique. Ce document présente notamment :

· Les principales situations d’urgence auxquelles les équipes de SIEMENS sont susceptibles de
devoir faire face en marge de la construction des postes électriques,
· Les moyens d’intervention techniques nécessaires ;
· Les mesures organisationnelles et les numéros d’urgence ;
· Le détail du soutien apporté aux communautés affectées.

II.5 Suivi évaluation

Différents outils de suivi et de gestion seront mis en place pour Suivre l’exécution des opérations de
construction ; la bonne mise en œuvre et l’efficacité aussi bien à l’interne qu’à l’externe.
Ces outils seront conçus et mis en œuvre de façon à mesurer l’efficacité du PGSSC et de tous les
autres plans associés, et suivre la conformité de ses activités par rapport aux obligations juridiques et
exigences applicables, et de s’ajuster de manière continue si besoin.

II.5.1 Suivi externe

Pendant les travaux, l’Ingénieur est chargé de superviser tous les aspects ESSS de chantier et de
remonter les informations au CGES/MCA Bénin II.

II.5.2 Suivi interne

SIEMENS a mis en place pour les vérifications, un tableau de bord de GESSS via un certain nombre
d’indicateurs de performance. Ces indicateurs sont établis afin de contrôler et de mesurer la
pertinence de nos mesures et dispositions mises en place dans le cadre du PGSSC.

Page 39 sur 75
II.6 Engagement des parties prenantes

Un plan d’engagement des parties prenantes de construction élaboré et approuvé reste applicable
sur ce site.

III Santé Sécurité au Travail (P23)

III.1 Conditions de travail et gestion de la relation entre travailleurs (P8 à P22)

Le manuel de gestion des ressources humaines de SIEMENS, est applicable sur tous nos sites de
construction.

III.2 Protection de la population active

SIEMENS n’aura aucun recours au travail forcé ou obligatoire sous quelque forme que ce soit (tous
les travaux ou services effectués de façon involontaire par une personne faisant l’objet d’une menace
d’emploi de la force ou de pénalité) ni d’employer un enfant pour réaliser des tâches considérées
comme une exploitation économique, ou qui sont susceptibles d’être dangereuses, ou qui portent
atteinte à son éducation, nuisent à sa santé ou portent atteinte à son développement physique,
mental, spirituel, moral ou social.

L’équipe ESSS est chargée de veiller au respect de la PESSS de SIEMENS. Elle surveillera de près, à des
fréquences régulières les lieux de travail pour s’assurer :

- Qu’il n’y a pas des enfants de moins de 18ans sur le site ;


- Que des pratiques de harcèlement sexuel, de travail forcé et d’exploitation des hommes
n’aient lieu sur le site

Pour toute observance de l’un de ces dérives contraires à notre PESSS et aux exigences du M.O,
l’équipe ESSS devra aussitôt arrêter les tâches concernées, identifiée le sous-traitant et faire un
rapport en urgence à la direction.

Page 40 sur 75
III.3 Plan d’hygiène et sécurité des installations

III.3.1 Implantation de la base-vie

La base-vie désigne les bureaux de SIEMENS sur le chantier, les réfectoires, les zones de repos/pause,
les vestiaires, les installations d’hygiène et sanitaires, les ateliers, les conteneurs de chantier, les
conteneurs de stockage et les aires de stockage des déchets.
SIEMENS doit assurer la fourniture, l’entretien et la maintenance d’installations de chantier
raisonnables en fonction de l’effectif du personnel, de la législation applicable et des normes
générales en matière de santé et d’hygiène.

III.3.2 Installations d’hygiène et sanitaires

Les installations d’hygiène et sanitaires se rapportent aux toilettes/WC (y compris les toilettes
portables/chimiques de chantier), aux lavabos, aux douches/salles d'eau, aux vestiaires, et espaces
repas.
SIEMENS veillera à la présence d’installations d’hygiène et sanitaires séparées pour hommes et pour
femmes dont la taille, le nombre et la configuration suffisent pour desservir l’effectif.
SIEMENS s’assurera que ses installations d’hygiène et sanitaires sont conformes à la législation
applicable et :
· Présentent un accès propre et sûr ;
· Disposent d’un approvisionnement en eau chaude adéquat pour desservir l’effectif ;
· Les douches et les WC sont séparés les uns des autres par des cloisons et ont des portes
verrouillables pour préserver l'intimité ;
· Sont ventilées et disposent d’un éclairage et d’un chauffage adéquats ;
· N’ouvrent pas directement sur des salles de travail ou de restauration.
· SIEMENS s’assurera que ces installations restent propres et favorisent de bonnes conditions
d’hygiène.

III.3.3 Eau potable

SIEMENS veillera à fournir de l’eau potable fraîche au personnel et de veiller à ce qu’elle soit
raisonnablement disponible à proximité immédiate des zones de travail pour éviter tout risque de
déshydratation.

Page 41 sur 75
En règle générale, la quantité minimale d’eau potable fraîche fournie par SIEMENS est de 1,5 litre par
personne et par jour. En cas de fortes chaleurs, ce volume d’eau sera augmenté en conséquence.
SIEMENS s’assurera que l’approvisionnement en eau des installations sanitaires, telles que les
toilettes, les douches, les lavabos, etc., reste conforme à la norme générale de l’eau potable. Il
incombe à SIEMENS de prendre en charge tout traitement ou filtration supplémentaire requis pour
atteindre cette norme.
SIEMENS informera le personnel que toute autre eau sur le chantier circulant dans des systèmes
installés à demeure et/ou dans des systèmes temporaires contenant de l’eau industrielle ou de l’eau
destinée à la lutte contre l’incendie n’est pas potable.

III.3.4 Espaces repas et pause

Des espaces seront mis à la disposition du personnel désireux de prendre son déjeuner sur le
chantier, et/ou pour prendre des pauses. Ces espaces seront à l’abri du soleil et de la poussière, ils
seront nettoyés tous les jours.
Il est interdit de prendre des pauses (y compris pour manger) dans tout endroit autre que les zones
désignées.

III.3.5 Lutte contre les nuisibles

SIEMENS prendra toutes les mesures raisonnables contre l’infestation de ses installations de chantier
et zones de travail par la vermine, les animaux sauvages et autres parasites.
Chaque salarié aura le devoir d’informer un superviseur SIEMENS de toute infestation et de tout
traitement antiparasitaire ultérieur de ses installations chantier et zones de travail.

III.3.6 Installation électrique et éclairage de chantier

Il incombe à SIEMENS d’assurer un éclairage adéquat dans et autour de ses zones de travail et
installations de chantier. Un éclairage de chantier mobile ou fixe permettra d’assurer la réalisation
des tâches de travail pendant les épisodes nocturnes.

III.3.7 Rangement et nettoyage du chantier

Cette section concerne la propreté, le rangement et l’organisation générale des aires de travail ainsi
que le traitement de tous les déchets en vue d’assurer des conditions de travail sûres et saines au

Page 42 sur 75
personnel du chantier, de protéger l’environnement et les ressources matérielles, et de maximiser
l’efficience et la qualité du travail.
Il incombe à SIEMENS d’assurer l’entretien de ses zones de travail et de s’assurer que :
· Le personnel dispose en permanence d’un accès sûr et dégagé aux zones de travail ;
· Les zones de travail sont propres, sûres, bien organisées et rangées et favorisent la santé et
le bien-être du personnel de chantier et la protection de l’environnement ;
· Un nombre suffisant de conteneurs appropriés est fourni pour le tri et la gestion des
déchets ;
· Les déchets, ordures, matériaux d’emballage et matériaux de construction en excès ne
s’accumulent pas et sont systématiquement enlevés de la zone de travail, éliminés de
manière appropriée et enlevés du chantier conformément à la législation applicable ;
· Les zones de dépôt et de stockage de matériaux sont bien organisées, sont identifiées de
façon claire et permanente et n’engendrent pas de dangers supplémentaires pour le
personnel du chantier ;
· Toutes les matières dangereuses sont stockées, manipulées, utilisées et éliminées
conformément à la législation applicable et aux FDS ;
· Les installations de chantier sont maintenues propres et favorisent la santé, l’hygiène et le
bien-être du personnel et la protection de l’environnement ;
· À l’achèvement des travaux et avant la démobilisation du site, toutes les zones de travail
sont propres et exemptes de tout déchet, ordure ou matériaux de construction en excès.

SIEMENS intégrera des procédures d’entretien dans son calendrier général de planification des
travaux.
SIEMENS se réserve le droit d’interrompre les travaux à tout moment en raison d’un mauvais
entretien, jusqu’à ce qu’un poste de travail satisfaisant ait été rétabli.

III.3.8 Gestion des eaux usées

Les eaux usées seront vidées conformément à la règlementation nationale.

III.3.9 Gardiennage

Pour assurer la sécurité des sites, personnel et installations SIEMENS a contracté avec la Mairie de
Cotonou, qui a mis à sa disposition du personnel de sécurité.

Page 43 sur 75
III.3.10 Hébergement

L’hébergement n’est pas prévu au niveau de la base-vie.

III.311 Description des moyens de signalisation et de balisage

Les moyens de signalisation et de balisage sont utilisés sur le site pour signaler le danger et
empêcher toute exposition au danger. Un rideau de sécurité est érigé en matériaux isolants visibles
avec un panneau de signalisation de danger, entre le poste existant et l’emprise de construction du
nouveau poste pour avertir les manœuvres et personnes autorisées à accéder à l’aire de construction
du poste de l’existence d’un poste actif.

Un plan de circulation à circulation préparé et soumis à l’ingénieur de supervision et de contrôle a


renseigné et décrit de façon plus explicite les moyens de signalisation et de balisage utiliser sur le
site.

Tableau 10 : Description des moyens de signalisation et de balisage

Désignation Description Localisation


Barrières de protection en Pour séparer le poste sur l’aire de construction,
bois et grillage en plastique existant de la zone de travail entre le poste existant et
l’emprise de construction du
nouveau poste
Piquet et Rubalise et Pour signaler les réseaux en Sur l’aire de construction lors
marquage visible fouillis détectés sur des sondages.
Cône de signalisation Signalisation des dangers
d’approche
Clôture grillagée Pour séparer la zone de Entre la base vie et la zone
travail et la base vie de travail
Des agents signaleurs ou Pour signaler les entrées et Aux accès et sorties
flagmen sorties d’engins du chantier,
faciliter la circulation routière
Les panneaux de Signale la position du A proximité directe du
signalisation de position (K) chantier chantier
Le panneau d’interdiction de Signale interdiction de Placé au niveau de la clôture
stationnement stationnement le long de la provisoire
clôture provisoire du chantier

Page 44 sur 75
Peneaux de signalisation de Pour signaler les dangers Sur le rideau de sécurité
danger électrique électrisation ou électrocution séparant le poste existent
sur le site actif

III.4 Plan de Santé

III.4.1 Les acteurs et structures médicales partenaires

Les structures sanitaires de santé ont été identifiées à proximité des sites de construction, elles
figurent dans le Plan d’Intervention d’Urgence par SIEMENS dans un document à part.
SIEMENS se rapprochera de ces structures pour élaborer un programme de suivi médical des salariés
sur le chantier.
Il sera notamment établi un examen médical à l’embauche, ainsi que des visites médicales
périodiques. Le programme et le contenu détaillé sera établi en collaboration avec un médecin du
travail.

Tableau 11- Contacts des centres de santés de Cotonou en fonction des postes

Disponibilité
Nom de la Clinique/
Poste SIEMENS ambulance Contact
hôpital Observations
Oui Non
Hôpital Suru Lere (1er Directeur de
x (+229) 95056211
Poste Croix arr.) l’Hôpital
rouge Centre de Santé (+229) 95286532 Dr ASSABA François
x
Ayélawadjè (+229) 97960903 Dr HOUNGBEME Eric
Hospital Bethesda x (+229) 21326003
Poste (+229) 97720933
Hôpital St Luc x
Gbedjromede (+229) 64493733
Pharmacie Fifadji (+229) 67387670 Victor Aplogan
Clinique SAINTE
(+229) 96 /30461
Poste CIM CANDIDÊ
BENIN
Polyclinique La Roseraie (+229) 97959328

Page 45 sur 75
Petit dispensaire
Centre de santé de Se référer au Centre
l’Arrondissement x (+229) 97489235 de santé de Sèmè
d’Agblangandan Kpodji pour les cas
d’urgence
Hôpital Suru Lere (1er Directeur de
x (+229) 95056211
arr.) l’Hôpital
Poste d’Akpakpa
Clinique d’Akpakpa (
x (+229) 97320149
Boni)
Pour tous les (+229) 21300656
postes en cas CNHU-HKM x (+229) 21300155
d’urgence (+229) 22500148

III.4.2 Déclaration d’accident au niveau de la CNSS

Les accidents de travail seront déclarés sur la plateforme SGESS du projet. Tout accident qui touchera
à la santé et sécurité des travailleurs, sera déclaré à la CNSS dans un délai de 48h conformément à
notre politique ESSS. L’équipe ESSS est chargée de faire le nécessaire avec la direction, pour le
respect de cette exigence légale.

III.4.3 Programme de prévention des épidémies

Le programme de prévention des épidémies est essentiellement basé sur la Covid-19. A cet effet, le
plan d’atténuation des risques covid-19 est applicable pour ce site. De façon pratique, il s’agira de
prévoir :

- Une formation initiale au risque covid-19


- La sensibilisation par les quarts d’heure sécurité le lundi et les vendredis
- La disposition de deux systèmes de lavage des mains et de 2 L de gel hydro alcoolique.
- La disposition d’un agent de contrôle, qui fait la prise de température à l’entrée du site,
vérifie le port du masque respiratoire et s’assure du lavage des mains de chaque arrivant sur
site
- Le respect de la distanciation sécuritaire de 2m entre les travailleurs

Page 46 sur 75
III.4.4 Tabagisme, drogues, médicaments et alcool

- Tabagisme
Il est permis de fumer exclusivement dans les endroits désignés à cet effet par SIEMENS.
Il est interdit de fumer, y compris des cigarettes électroniques, dans les zones dangereuses afin de
prévenir les incendies et les explosions, et le respect de cette interdiction doit être strictement
contrôlé. Toutes les exigences légales et la protection des non-fumeurs doivent également être
respectées. Il est donc interdit de fumer dans les bureaux et sur les lieux de travail. Il est permis de
fumer pendant les pauses dans des zones fumeurs spéciales qui sont indiquées lors de la séance
d’initiation ESSSC.
- Drogues, médicaments et alcool
La consommation et la détention d’alcool ou de drogues de toute sorte sur le site du projet ou dans
les véhicules sont interdits. Il est interdit de travailler sous l’emprise de l’alcool ou de drogues. Le
personnel sous l’emprise de l’alcool ou de drogues fera l’objet de mesures disciplinaires.
Lorsque la législation applicable l’autorise, SIEMENS se réserve le droit d’effectuer des tests de
dépistage d’alcool/drogue sur le personnel du chantier.

III.4.5 Programme de sensibilisation des communautés sur les maladies


sexuellement transmissibles

Le programme de sensibilisation des communautés sur les maladies sexuellement transmissibles est
joint à ce docment.

III.5 PLAN DE SURVEILLANCE ET DE SECURISATION DES SITES

III.5.1 Gardiennage et Surveillance des accès

Le gardiennage et le contrôle des accès au niveau du site est assurée en permanence par un agent de
sécurité de la police municipale. Le site étant dans l’enceinte de la Direction de la Police Municipale,
un contrat a été conclu avec elle dans une démarche EPP. Au niveau du site, une guérite est
aménagée pour l’agent de garde, qui assure la sécurité des lieux et des installations. Il gère le filtrage
des accès au site, tient le registre des accès et contrôle la température des usagers du site comme
défini dans le plan d’atténuation des risques COVID-19.

Page 47 sur 75
III.5.2 L’éclairage

Le chantier utilisera l’éclairage naturel dans la journée. Toutefois lorsque le ciel s’assombrit ou
lorsque la visibilité baisse, l’éclairage naturel pourra être complété par un projecteur.

Pour tous les travaux de nuit, l’utilisation d’un projecteur puissant est nécessaire pour un bon
éclairage des zones d’intervention et des alentours.

IV Santé et sécurité des communautés (NP 4)


IV.1Santé et Sécurité communautaire

Tous les équipements et infrastructures utilisés sont contrôlés et conformes au DAO par l’ingénieur.
Notre personnel est compétent et expérimenté en ce genre de construction et saura les installer
dans les meilleures conditions conformément aux normes internationales. Des procédures
documentées seront disponibles afin de garantir une bonne exploitation et un bon entretien de
l’infrastructure.

Un plan de circulation à proximité du chantier où les travaux auront lieu est élaboré et validé par
l’ingénieur avant le démarrage des travaux. Ce plan permet une circulation fluide autour du chantier
pour éliminer l’exposition des communautés aux risques.

Un plan d’intervention d’urgence intégrant un système d’alarme, un dimensionnement du matériel


de secours et de premiers soins, des issus de secours et le plan d’évacuation ont été également fixés.

IV.1.2 Interruption de services aux usagers

Les sondages géo radar sur le site ont révélé la présence de réseaux en fouillis d’eau et d’électricité
qui alimente la Direction de la Police Municipale. SIEMENS veillera à éviter au maximum
l’interruption de ces services aux usagers car ces interruptions pourraient causer de véritables
manques à gagner, non seulement à la Police Municipale mais aussi à la communauté riveraine et
perturber leur quotidien. Toutefois, lorsque cela s’imposera, pour réduire les effets, nous allons
procéder comme suit :

ü Avant les travaux, vérifier et confirmer la présence des réseaux par l’exploitant
ü Procéder quand cela est possible, aux travaux sans interrompre le réseau et en faisant le plus
délicatement possible
ü Quand cela n’est pas possible :

Page 48 sur 75
- L’ingénieur résident GC de SIEMENS ou l’Ingénieur principal résident, est chargé d’adresser
une demande d’interruption précisant clairement date heure de début et de fin de
l’interruption
- Obtenir l’autorisation d’interruption
- Le spécialiste GIS informe la communauté concernée 48h avant l’exécution des travaux ou
dans des cas particuliers 24h au minimum, en utilisant les moyens de communications
locaux (autorité locale, griots)

Tâche à
exécuter

OUI Contacter
NON
l’exploitant
Présence de réseaux ?
(SIEMENS)

Exécuter

Informer la Détenir
communauté l’autorisation

(SIEMENS) (L’Exploitant)

Figure 2 : Procédure d'interruption de service aux usagers

Lorsque l’autorisation n’a pu être obtenu pour une raison ou une autre, SIEMENS relance sa
demande à l’exploitant ou peut en cas d’urgence faire rapport à l’ingénieur qui, pourra autoriser les
travaux dans des conditions exceptionnelles définies par lui.

Page 49 sur 75
Le sous-traitant est instruit à cette procédure et doit nécessairement remonter l’information à
l’ingénieur résident GC de SIEMENS ou à l’ingénieur.

IV.2 PLAN DE GESTION DE LA CIRCULATION A PROXIMITE DES


CHANTIERS
IV.2.1 Contrôle des véhicules

Tous les véhicules doivent être immatriculés et assurés en bonne et due forme, et tous les
documents justificatifs doivent être immédiatement disponibles. Ils doivent également subir les
contrôles de conformité techniques à la CNSR.

Les engins et véhicules de chantier devront être conformes aux réglementations suivantes :

· Des contrôles avant démarrage doivent être effectués sur tous les véhicules avant chaque
utilisation et des inspections plus détaillées doivent être réalisées périodiquement.
· Lors du déplacement de tous les véhicules sur le chantier, les piétons ont toujours la priorité
de passage.
· Tous les véhicules, autres que les voitures et les petites camionnettes, doivent avoir un signal
sonore de marche arrière.
· Les grands véhicules (camions, grues, etc.) doivent faire appel à un chef de manœuvre
lorsqu’ils se déplacent en marche arrière.
· Tous les véhicules doivent respecter la signalisation routière présente sur le chantier. Selon
l’avancement et les activités du chantier, SIEMENS peut modifier les conditions de circulation
et/ou l’accès des véhicules. Des notes de chantier seront diffusées par SIEMENS pour avertir
le personnel du chantier de toute modification des conditions de circulation et/ou de l’accès
des véhicules.
· Nul ne peut conduire un véhicule sur le chantier sans détenir un permis de conduire en cours
de validité, un certificat de compétence en cours de validité pour le type de véhicule et avoir
été autorisé par écrit par son employeur à conduire ce véhicule. Ces documents doivent être
présentés immédiatement sur demande.
· Tous les véhicules doivent disposer des certificats, emblèmes et autocollants de contrôle
technique en cours de validité conformément à la législation applicable au type de véhicule.
· Il est interdit d’utiliser des téléphones portables, des talkies-walkies et de fumer ou manger
en conduisant.

Page 50 sur 75
· Les travaux d'entretien sur des systèmes ou des pièces des véhicules qui pourraient entraîner
une contamination de l’environnement sont interdits sur le chantier (par exemple vidange
d’huile moteur ou d’huile hydraulique
· Tout entretien ou réparation d’urgence des véhicules peut être effectué sur le chantier avec
l’autorisation de SIEMENS.

Les véhicules du personnel du site seront soumis aux contrôles de routine comme l’indique le tableau
ci-dessous et les conducteurs y seront régulièrement.

Tableau 9 : Contrôle des véhicules de transport

Désignation Référence Résultat du test


Pression des pneus Pneus avant : 30 PSI Normal / Mauvais
Pneus arrière : 35 PSI
Système de freinage Huile à frein : Niveau Elevé / Moyen / Bas
entre les deux traits de
jauge mini et maxi
Patinage : 50cm
Huile à moteur Entre les deux traits de Elevé / Normal / Bas
jauge mini et max
Eau de refroidissement Visible à l’ouverture du OUI / NON
radiateur
Ceinture de sécurité Toutes fonctionnelles OUI / NON
Extincteurs Voir la date VALIDE / EXPIREE

Les engins de chantier quant à eux, doivent disposer du rapport des vérifications générales
périodiques (VGP) et de l’autorisation de mise en service. Ensuite, avant chaque utilisation, un
examen d’état doit être effectué

Tableau 10 : Contrôle des engins

Désignation Observations
Dispositifs de calage, amarrage et BON / NORMAL / MAUVAIS
freinage
Dispositifs contrôlant la descenteBON / NORMAL / MAUVAIS

Page 51 sur 75
des charges
Poulies de mouflage, poulies à BON / NORMAL / MAUVAIS
empreintes
Dispositifs limitant les BON / NORMAL / MAUVAIS
mouvements
Pneumatique BON / NORMAL / MAUVAIS
Crochets et appareils de BON / NORMAL / MAUVAIS
préhension

IV.2.2 Examen ou Contrôle de capacité de conduite des conducteurs

Tous les conducteurs disposent du permis de conduire adéquat. Ils ont été ensuite instruits à un
certificat de visite et de contre visite délivré par les centres de santé agrées pour attester de leur
capacité de conduite. Ils ont ensuite subi :

ü Un accueil Santé Sécurité


ü Une formation à la sécurité routière
ü Une sensibilisation aux dispositions contrôle et d’entretien de véhicule
ü Un rappel sur l’interdiction formelle de la consommation d’alcool et/ou de drogues et ses
dérivés sur les lieux de travail
ü Formation sur l’utilisation des extincteurs

Les conducteurs d’engins, en plus de leur permis de conduire, disposent d’une autorisation de
conduite en sécurité.

IV.2.3 Dispositions prises liées au trafic routier en zone urbaine

Un des risques principaux pour le personnel sera le risque lié au trafic routier, compte-tenu d’une
circulation relativement dense dans la ville de Cotonou. Il est à noter qu’un plan de gestion de la
circulation à proximité des travaux est établi spécifiquement par SIEMENS pour prévenir le risque
d’accident de la circulation, à la fois pour le personnel de chantier et vis-à-vis des communautés.
Au-delà de ce plan de gestion de la circulation constitue davantage un moyen de gérer les flux,
SIEMENS mettra également différents moyens techniques et organisationnels pour éviter les risques
d’accidents routiers :

Page 52 sur 75
· Formation et sensibilisation des conducteurs à l’importance du respect du code de la route
et des panneaux de signalisation routière ;
· Fournir aux conducteurs des véhicules en bon état et régulièrement contrôlés (assurance,
maintenance, contrôle technique, etc.);
· Fournir aux conducteurs des véhicules adaptés aux charges à transporter, tant en volume
qu’en poids ;
· Établir un protocole visant à vérifier si les charges à transporter sont correctement disposées
et arrimées ;
· Veiller à ce que les conducteurs disposent de temps de repos.
· Respecter le code de la route
· Respecter de la limitation de 50km/h en agglomération
· Garder une distanciation entre véhicules en agglomération
· L’interdiction de fumer et de prendre des boissons alcoolisées
· Signaler les pannes de routes avec les triangles de danger
A proximité du site, des dispositions particulières sont prises pour faciliter le trafic :

· Elaboration d’un plan de circulation


· Installation des signalisations routières ;
· Disposition de deux signaleurs munis de drapeau

IV.2.4 Mise en place des panneaux de signalisation

Des panneaux de signalisation sont mis en place en conformité avec le plan de circulation à proximité
du site, préparé et soumis à l’ingénieur.

IV.2.5 Balisages

Sur le site le balisage se fera par :

- De la rubalise (K14)
- Des cônes de signalisation ( K5A)

Elle sera faite de manière à ne jamais dépasser les 5m d’emprise réglementaire, permettant dans la
mesure du possible la circulation piétonne atour du chantier.

Page 53 sur 75
IV.2.6 Dispositions de contrôle de vitesse

L’équipe ESSS procédera à des inspections aléatoires inopinées pour vérifier que les conducteurs
respectent la vitesse de circulation.

IV.2.7 Dispositions d’informations aux populations

Avant le démarrage de tous travaux sur le site, SIEMENS compte prevenir les populations riveraines,
à une semaine et à 48h des travaux, et ceci par le canal de communication locales à savoir :

ü Une lettre officielle à l’autorité locale


ü Rencontre tête à tête avec les autorités locales
ü Et diffusion de l’annonce via les crieurs publics

IV.3 PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER


IV.3.1 Contrôle des véhicules

Les véhicules du personnel du site seront soumis aux contrôles de routine comme l’indique le
tableau ci-dessous et les conducteurs y seront régulièrement.

Tableau 17 : Contrôle des véhicules de transport

Désignation Référence Résultat du test


Pression des pneus Pneus avant : 30 PSI Normal / Mauvais
Pneus arrière : 35 PSI
Système de freinage Huile à frein : Niveau Elevé / Moyen / Bas
entre les deux traits de
jauge mini et maxi
Patinage : 50cm
Huile à moteur Entre les deux traits de Elevé / Normal / Bas
jauge mini et max
Eau de refroidissement Visible à l’ouverture du OUI/ NON
radiateur
Ceinture de sécurité Toutes fonctionnelles OUI/NON
Extincteurs Voir la date VALABLE/ EXPIREE

Page 54 sur 75
IV.3.2 Examen ou contrôle des capacités de conduite des conducteurs

Les conducteurs disposent du permis de conduire adéquat. Ils ont été ensuite instruits à un certificat
de visite et de contre visite délivré par les centres de santé agrées pour attester de leur capacité de
conduite. Ils ont ensuite subi :

ü Un accueil Santé Sécurité


ü Une formation à la sécurité routière
ü Une sensibilisation aux dispositions contrôle et d’entretien de véhicule
ü Un rappel sur l’interdiction formelle de la consommation d’alcool et/ou de drogues et ses
dérivés sur les lieux de travail
ü Formation sur l’utilisation des extincteurs

IV.3.3 Dispositions prises liées au trafic routier en zone urbaine

Les conducteurs ont été formés à la Sécurité routière et instruits à :

ü Respecter le code de la route


ü Respecter de la limitation de 50km/h en agglomération
ü Garder une distanciation entre véhicules en agglomération
ü L’interdiction de fumer et de prendre des boissons alcoolisées
ü Signaler les pannes de routes avec les triangles de danger
ü Gestion des situations d’urgence

Aucun véhicule ne remorquera de l’équipement à moins qu’il ait été conçu pour le faire.

Pour le site, des Itinéraires de circulation sécurisés et moyens de signalisation et de balisage ont été
déterminé et figurent dans le plan de gestion du trafic routier élaboré par SIEMENS et approuvé par
l’ingénieur.

IV.3.4 Balisage

Tous les véhicules et engins sont dotés de de deux panneaux de signalisation de danger qui seront
utilisés en cas de panne ou accident de route.

Page 55 sur 75
IV.3.5 Dispositions de contrôle de vitesse

L’équipe ESSS procédera à des inspections aléatoires inopinées pour vérifier que les conducteurs
respectent la vitesse de circulation.

IV.3.6 Dispositions d’informations aux populations

Des séances de sensibilisation ont été organisées pour informer les populations et les communautés
sur le projet.

IV.4 PLAN OU PROGRAMME DE GESTION DES MATIERES DANGEREUSES

Durant les opérations de construction des postes, certains produits chimiques pourront être utilisés,
en faible quantité toutefois. Néanmoins, ces produits peuvent générer un impact sur
l’environnement et les personnes s’ils ne sont pas identifiés et gérés correctement.

IV.4.1 Risques liés aux matières dangereuses

Les matières dangereuses peuvent se retrouver de manière fortuite sur le site lors des fouilles, et
travaux de construction, pouvant donc présenter des risques sur les travailleurs et/ou la
communautés. Parmis Ces risques on peut recenser :

a) Le risque d’explosivité : propriété de se décomposer violemment sous l’action de la


chaleur ou d’un choc, en provoquant une énorme masse de gaz chauds et une onde de choc ;
b) Le risque gazeux : risque de fuite ou d’éclatement du récipient ; diffusion du gaz dans
l’atmosphère risque propre à la nature du gaz : inflammabilité,toxicité, corrosivité, etc.
c) L’inflammabilité : propriété de prendre feu facilement ;
d) La toxicité : propriété d’empoisonner, c’est-à-dire de nuire à la santé ou de causer la mort
par inhalation, absorption cutanée ou ingestion;
e) La radioactivité : propriété d’émettre divers rayonnements dangereux pour les êtres
vivants;
f) La corrosivité : propriété de ronger, d’oxyder ou de corroder les matériaux (métaux,
étoffes, etc.) ou les tissus vivants (peau, muqueuses, etc.) ;

Page 56 sur 75
g) Le risque infectieux : propriété de provoquer des maladies graves chez l’homme ou les
animaux. Ce risque concerne les matières contenant des microorganismes infectieux tels que
les virus, les bactéries, les parasites, etc. ;
h) Le danger de réaction violente spontanée : possibilité de réagir vivement et
spontanément sous forme d’explosion avec production de chaleur et libération de gaz
inflammables ou toxiques sous forte pression ;
i) Le risque de brûlures : Propriété de provoquer des brûlures par le chaud ou par le froid.

Au niveau du site de la Croix-Rouge on peut recenser dans cette catégorie de matières


dangereuses :

· Les équipements et matériaux hors d’usage entreposés ou trouvés dans le périmètre


du chantier au moment de sa délimitation, qui contiennent des matières dangereuses
ou qui sont susceptibles d’en contenir.
· Les déchets dangereux de tous types (ex : fûts d’huiles usées, contenants de
solvants usagés, batteries usées, etc.) entreposés ou trouvés dans le périmètre du
site, au moment de l’installation du chantier ou pendant les travaux, qui contiennent
des matières dangereuses ou qui sont susceptibles d’en contenir.

IV.4.2 Mesures de prévention pour éviter ou à défaut limiter l’exposition des


communautés

Pour le site de la Croix-Rouge, l’équipe ESSS de SIEMENS a pris les dispositions suivantes pour éviter
ou limiter l’exposition de la communauté aux matières dangereuses:

Tableau 11 : Mesures de prévention pour la communauté

Activités Description Date

Sensibilisation des Organiser une séance de sensibilisation et DDC+ 0 jours


populations d’informations sur les matières dangereuses
riveraines sur

Délimiter et baliser Installer les balisages pour garder une distance de DDC+0 jour
le chantier sécurité vis-à-vis des habitations et pour empêcher les

Page 57 sur 75
riverains d’accéder au chantier

Installer les Disposer suffisamment des panneaux d’affichage DDC + 0 jour


affichages

Procédure de Elaborer une procédure de stockage et de transport des DDC- 14 jours


stockage et de matières dangereuses incluant une vérification de l’état
transport des équipements de transport. Les camions doivent
être étiquetés et munis de système de rétention
capable de contenir les fuites et déversements

Traçabilité et Mettre en place un système de traçabilité avec les DDC – 14 jours


bordereau de suivi bordeaux de suivi

IV.4.3 Mesures de prévention pour éviter ou à défaut limiter l’exposition des


travailleurs

Prévenir tout risque pour la santé des travailleurs, lié à l’exposition aux matières dangereuses, est un
souci majeur du MO et partant, de SIEMENS. Pour y parvenir, il est prévu :

Tableau 12 : Mesures de prévention pour le personnel

Activités Description Date

Sensibilisation aux Une sensibilisation aux risques liés aux matières DDC – 14 jours
risques dangereuses incluses dans l’accueil ESSS

Formation à la Formation spécifique à la gestion des matières DDC – 7 jours


gestion des matières dangereuses (risque – pictogrammes- manipulation-
DDC + 30jours
dangereuses entreposage-transport)

Affichage Disposer d’affichage sur les dangers liés aux matières DDC + 0 jour
dangereuses

Quart d’heure Organiser des quarts d’heure sécurité sur les divers Lundi matin
sécurité thèmes liés à la gestion des matières dangereuses.
jeudi matin

Page 58 sur 75
Supervision ESSS Disposer de l’équipe ESSS pour le suivi Pendant chaque
tâche

Dotation et port des Tout le personnel impliqué dans les tâches doit disposer Au recrutement
EPI des EPI adéquats

IV.4.4 Programme de gestion de la remise en état du site après travaux

La remise en état des sites comprend tous les travaux nécessaires visant à assurer la sécurité du site
après les travaux et à favoriser sa réintégration dans l'environnement.

IV.4.5 Contexte et justification

La remise en état des sites après les travaux de construction, à la charge de l’exploitant est
une disposition de l’article 22 de Loi nº 98-030 portant loi-cadre sur l'environnement en
République du Bénin. SIEMENS s’y conforme donc afin de favoriser la réintégration du site
la Croix-Rouge dans l’environnement. La propreté du chantier de sa préparation à sa réception
provisoire reste le premier indicateur qui renseigne sur les dispositions envisagées par l’entreprise
pour l'exécution dans les meilleures conditions possibles des travaux, et donc un des critères
permettant de satisfaire tout client tout en instaurant une image de marque fiable et efficace.

Aussi, les travaux réalisés par SIEMENS vont générer inévitablement de la poussière et des
salissures de diverses natures : graviers, déblais, remblais, etc. Il est donc primordial de définir et
coordonner les moyens nécessaires à la réalisation des activités de nettoyage et remise en état du
site, tout en restant fidèle aux directives contractuelles de MCA -Bénin II.

IV.4.6 But et objectif

Le but de SIEMENS à travers cette activité est de livrer un chantier propre équivalent à une remise
à neuf.

Les objectifs spécifiques de cette procédure sont les suivants :

- Assurer la propreté du site pendant et après les travaux ;

Page 59 sur 75
- Assurer la pré-collecte de tous les déchets ;
- Assurer la propreté des matériels utilisés ;
- Coordonner les opérations des différents intervenants ;
- Assurer la propreté des installations de chantier, des bungalows et des toilettes en
particulier

IV.4.7 Intervenants

Comme intervenants dans la remise en état du site nous avons:

Tableau 13 : Liste des intervenants de la réhabilitation

Nom et prénoms Fonction Contact


SOUNOU Armel Agent ESSSC site (Sauveteur secouriste du 94705966
Travail)
TOKANHAN Franck Agent Environnement et Social (Sauveteur 97121590
secouriste du Travail)
ATTOLOU Franck Responsable ESSSC 95289822
OWOLABI Cyprien Agent de liaison avec les communautés et 97552993
spécialiste en réinstallation (Sauveteur secouriste
du Travail)
HOUNDEGBEGNON Yves Agent de nettoyage 97587355
NOUKOMMEY Mbaye Superviseur génie civil 96184218
BADIE Michel Directeur Travaux GC 94565116

IV.4.8 Analyse des risques et dangers potentiels et mesures d’atténuations au


cours du démantèlement

Le démantèlement est une activité à risque qui doit être exécutée avec attention et fixation des
dispositions sécuritaires. SIEMENS conformément à sa politique ESSS, procédera à une évaluation
des risques lié à cette activité à dix jours avant le démantèlement proprement.

Page 60 sur 75
IV.4.9 MODE OPERATOIRE

IV.4.9.1 Démolition totale des infrastructures

Non applicable à ce site.

IV.4.9.2 Démolition partielle des infrastructures

Sur le site de la Croix-Rouge deux ouvertures de mur ont été faites dans la clôture la
Direction de la Police Municipale pour la réalisation des accès au chantier et à la base vie. Les
produits de cette démolition, notamment les gravats de pierre ont élevé pour éviter l’encombrement
des lieux.

IV.4.10 REMISE EN ETAT

A la fin des travaux de construction du poste électrique, la remise en état des lieux s’avère nécessaire
afin de remettre à l’état initial la zone d’intervention et ensuite relancer la circulation et les activités
autrefois arrêtées. Cette remise en état se fera suivant les étapes ci-dessous

ü Phases et descriptifs succinct

- Procéder au remblayage de la tranchée en atteignant le niveau inférieur de la couche de


fondation
- Procéder après à la remise en place de la couche de fondation, la couche de base tout en
respectant les caractéristiques de ceux-ci.
- Procéder ensuite à la remise en place de la couche de roulement et de la remise en place du
revêtement.
- Enfin procéder à la finition de l’ouvrage, au nettoyage et faire le repli afin de libérer la zone

ü Description des mesures de préparation et d’organisation

- Tous les remblais provenant des déblais devront être méthodiquement compactés par
couches avec des engins appropriés (Rouleau compacteur à main et une dame sauteuse) et
des essais de contrôle seront réalisés à chaque étape.
- Les remblais à employer pour les travaux seront dépourvu d’éléments végétaux

Page 61 sur 75
- Les remblaiements s’effectueront à l’aide de déblais extraits sur chantier et propre à la
reconstitution de remblais.

IV.4.11 PLANNING DE REMISE EN ETAT DES SITES APRES TRAVAUX

Le site sera remis en état suivant le planning qui suit :

Tableau 14 : Planning de remise en état des après travaux

Phases Activités prévues Délai d’exécution

Pendant et à la fin Nettoyage de la base-vie et des bureaux de 24h


des travaux chantier

Nettoyage du bord des fouilles

Evacuation quotidienne des déchets vers l’aire de


stockage dédiée à la base –vie pour enlèvement
par le prestataire

Après les travaux Repli du matériel et des engins pour nettoyage et 10 jours
(démobilisation) lavage intensif dans un garage approprié

Retrait de tout le matériel roulant des engins

Démantèlement des installations, des fondations,


des murs, des dalles en béton, etc. pour la base-
5 jours
vie

Collecte, ramassage et évacuation des produits de


démolition vers le site de dépôt de matériaux

IV.5 Procédures documentées de nettoyage des sites de construction

Cette section est couverte par le PGESC complet

Page 62 sur 75
IV.6 Services des écosystèmes

Cette section est couverte par le PGESC complet

IV.7 Exposition des communautés aux maladies

Les travaux de construction des postes par SIEMENS ne sont pas de nature de générer un afflux
massif de travailleurs et de populations.
Toutefois, SIEMENS mettra en œuvre un programme de sensibilisation et de prévention des maladies
contagieuses telles que le Covid-19 et les IST/MST/ VIH SIDA.

Tableau 15 : Plan de sensibilisation aux communautés

Sensibilisation Programme Jour Auteur


Sensibilisation et dépistage 1ère semaine après le début Lundi ONG ou Equipe
IST/MST/VIH SIDA des travaux ESSS
Sensibilisation et formation au 4ème semaine après le début jeudi ONG ou Equipe
risque covid-19 des travaux ESSS

IV.8 Procédure documentée du personnel de sécurité

Le personnel de sécurité est présent sur le site de la Croix-Rouge pour garantir la sécurité et
protéger les biens contre toute intrusion malveillante, mais également pour prévenir qu’un riverain
ne soit blessé à l’intérieur du périmètre du chantier.

IV.8.1 Contexte et justification

Les travaux de construction du poste vont engendrer un grand flux de personnes et de biens.
Qu’il s’agisse du personnel, ou des riverains, un énorme brassage humain autour des
matériels et équipements sera observé. C'est dans ce cadre que s’impose la présence du
personnel de sécurité pour non seulement veiller à la sécurité des personnes, mais aussi à
surveiller les biens matériels.

Page 63 sur 75
IV.8.2 But et objectif

La présente procédure définit les conditions d’embauche et de gestion du personnel de


sécurité sur nos chantiers Le personnel de sécurité sera embauché via les procédures de
recrutement de SIEMENS définies dans le plan de gestion des ressources humaines, telles
que définies aux chapitres 2.1.1, 2.3.2, 3.2 et 3.3 du PGSSC.

IV.8.3 Intervenants

Pour le site de la Croix-Rouge, SIEMENS a contracté avec la Direction de la Police Municipale via la
Mairie de Cotonou, qui s’est chargé de mettre à sa disposition les agents de sécurité.

IV.8.4 Personnel de sécurité

IV.8.4.1 Gestion du personnel de sécurité

La gestion du personnel de sécurité est assurée en premier lieu par la Police Municipale
conformément à la politique de gestion des ressources humaines de SIEMENS.

IV.8.4.1.a Profil de l’agent de sécurité

L’agent de sécurité à déployer sur nos sites, conformément aux exigences du contrat doit avoir le
profil suivant :

Tableau 16 : Profil agent de sécurité

Missions · Assurer une présence dans les locaux et veiller à la sécurité des personnes
et à la préservation des biens.
· Surveiller les accès et les biens.
· Contrôler le fonctionnement des installations de sécurité
Qualités · Savoir gardon son calme
· Avoir une bonne maîtrise de soi-même et de ses émotions
· Être courtois
· Disposer d’une bonne attitude physique

Page 64 sur 75
Compétences · Avoir des notions de base sur les différents matériels d'alarme et de
surveillance.
· Savoir lire et écrire le français
· Pouvoir parler la langue locale (Fon / goun)

IV.8.4.1.b Evaluation des performances

Une évaluation des performances du personnel sécurité est prévue chaque trimestre à partir à partir
des indicateurs suivants :

Tableau 17 : Evaluation des performances de sécurité

Indicateurs Description Objectifs / référence


Incidents Nombre d’incidents survenus 0
Vols / Nombre de vols, 0
Vandalisme/ Quantité de matériels disparus / Ecarts de stock
Agressions Nombre de vandalisme
physiques
Plaintes/griefs Nombre de plaintes des riverains 0
Contrôle d’accès Nombre de personnes enregistrées dans le régistre -

IV.8.4.2.a Formation du personnel de sécurité

En complément aux formations déjà offertes par la Direction de la Police Municipale à son personnel,
SIEMENS procédera à des formations de recyclages et de sensibilisation au personnel de sécurité
dédié au site.

IV.8.4.2.b Contenu de la formation

Les formations et sensibilisation porteront sur les thèmes ci-dessous :

Tableau 18 : Liste des thèmes de sensibilisation et de formation aux agents de sécurité

Page 65 sur 75
Sensibilisation Formations
· Maîtrise de soi § Hygiène et santé et environnement
· Prévention des situations § Sécurité des biens et des personnes
· Organisation méthodique du travail § Règle stricte de sécurité

· Rondes régulières § Intervention d’urgence

· Contrôle des allées et venues § Assistance aux sapeurs-pompiers et / ou

· Service au personnel aux usagers, force de sécurité

communications § Intervention lors d'un incident / accident

· Rapportage par écrit de son activité et notions de secourisme

· Garde des accès § Lecture d’un plan

· Enregistrement des évènements


· Connaissance des limites de son
intervention

Cette liste est non exhaustive et peut être mise à jour selon l’évolution des besoins.

IV.8.4.2.d Planning des formations

Le plan de formation et de sensibilisation du personnel de sécurité est présenté comme suit :

Date Formation Sensibilisation


Tous les Lundi 10h-11h30 X
(A partir de DDC + 7jours)
Tous Jeudi 15h30-17h00 X
(A partir de DDC + 7jours)

*DDC = Date de commencement des travaux

Ce plan pourra être détaillé et mise à jour à deux semaines du commencement des travaux.

Page 66 sur 75
ANNEXES

1. Rapport d’examen préalable des risques environnementaux,


sociaux et de santé et de sécurité (REPRIESSS)

Page 67 sur 75
Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution

d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –

Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10- xx-xxx-xxxx


__________________________________________________________________________________

RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES


ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX, DE SANTE ET DE SECURITE
(REPRESSS). POSTE DE CFOIX ROUGE :63 KV (GIS) / 15 KV
_________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

N° DTS Date DTS N° Rév du Date Rév du Description Préparé par Validateur Validateur
Document Document Entrepreneur Ingénieur

A 26/10/2020 ARIES première F. ATTOLOU B. CHATRON


soumission
Liste des références

N° de réf. Nº du document Titre

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Liste des pièces jointes

PJ N° Nº du document Rév. Date Titre

01

02

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE
PAGE 2 / 27
TABLE DES MATIERES
1. INTRODUCTION ................................................................................................................................... 4
1.1. CONTEXTE ............................................................................................................................................... 4
1.2. ENJEUX ET OBJECTIFS ................................................................................................................................ 5
2. DESCRIPTION DU PROJET ................................................................................................................ 5
2.1. SCOPE ..................................................................................................................................................... 5
2.2. DESCRIPTION DU POSTE DE CROIX ROUGE .................................................................................................... 6
2.3. CALENDRIER D’EXECUTION ........................................................................................................................ 6
2.4. PERSONNES CLES ...................................................................................................................................... 7
3. Résultats de l’évaluation des risques ................................................................................................... 7

Table des figures


FIGURE 1 - IMPLANTATION DES PRINCIPAUX POSTES ELECTRIQUES D’INTERVENTION DE SIEMENS (SOURCE DE PLAN EIES COTONOU,
AOUT 2019) ...................................................................................................................................................... 4

Table des tableaux


TABLEAU 1 - PERSONNEL CLE.......................................................................................................................................... 7
TABLEAU 2 : RESULTATS DE L’ANALYSE DES RISQUES ........................................................................................................... 8

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE
PAGE 3 / 27
1. Introduction

1.1. Contexte
Le Bénin bénéficie de l’appui du Millennium Challenge Corporation, une agence
indépendante américaine, pour mettre en œuvre un programme visant à soutenir le secteur
de l’électricité au niveau National. Le programme a pour objectifs d’augmenter l’accès à
l’énergie au travers de 4 projets :
1. Appui aux réformes politiques et renforcement institutionnel ;

2. Appui à la production d’électricité ;

3. Appui à la distribution d’électricité ;

4. Promouvoir l’accès à l’énergie hors réseau.

Millennium Challenge Account (MCA) Bénin II a été créé pour mettre en œuvre ce
programme et tient le rôle de maitrise d’ouvrage. C’est dans le cadre du projet de distribution
d’électricité que SIEMENS a été retenu afin de participer à la construction ou à l’extension de
quatre sous stations électriques à Cotonou (lot B). Le scope comporte également de légers
travaux de rénovation sur certains autres postes existants.
Les quatre postes sont visibles sur la carte ci-après, ce sont les suivants :
1. Akpakpa ;

2. CIM Benin ;

3. Croix Rouge ;

4. Gbedjromèdé.

Figure 1 - Implantation des principaux postes électriques d’intervention de SIEMENS (source de plan EIES Cotonou, Aout
2019)

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE
PAGE 4 / 27
NB : Les sites se trouvant à l’intérieur du rectangle rouge sont ceux qui sont sous le contrôle de
SIEMENS

1.2. Enjeux et objectifs


La mise en œuvre du projet de Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution
d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) – Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B doit respecter
les normes de Performance de la Société Financière Internationale applicable au projet. La présente
Evaluation des Risques et Impacts Environnementaux (ARIES) répond à la NP1 : Évaluation et
gestion des risques et des impacts environnementaux et sociaux et la NP4 : Santé, sécurité et sûreté
des communautés relatives l’ARIES vise à

 Décrire la démarche d’évaluation et de gestion des risques et impact environnementaux


et sociaux
 Inspecter l’environnement de travail sur tous les sites sous contrôle de SIEMENS
 Identification et analyser les risques brut et impacts liés aux activités du projet
 Proposer les mesures pour éliminer ou réduire ces risques et impacts
 Analyser les risques résiduels
 Proposer les mesures pour une gestion des risques résiduels afin de garantir un
environnement de travail sûr pour le personnel et les communautés environnantes

L’ERIES s’applique à tous les sites sous contrôle de SIEMENS y compris le siège local notamment :

- Le site de Akpakpa
- Le site de Gbédjromede
- Le site de Croix rouge et
- Le site

2. Description du Projet

2.1. Scope
SIEMENS est chargée de l’installation et la mise en service des équipements prévus dans le cadre du
projet. Les principales phases de ce projet sont les suivantes :

 Acheminement du matériel jusqu’aux sites de construction des postes ;

 Réception du matériel/des composants ;

 Entreposage dans une zone de stockage ;

 Installation de l’équipement fourni ;

 Essais et mise en service de l’équipement ;

 Remise clé en main.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE
PAGE 5 / 27
2.2. Description du poste de croix rouge

Ce site se trouve dans le troisième arrondissement de Cotonou et représente 856 m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle est détenue par la mairie de Cotonou. Nous noterons qu’il existe un
poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension. Le poste est constitué de :
 Deux travées lignes ;

 Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA,


 Plusieurs équipements moyenne tension (une rame moyenne tension composée de 2 cellules
d’arrivée, 1 cellule de couplage, de 8 cellules départs).

2.3. Calendrier d’exécution


Le projet a démarré le 25 février 2020 et se termine le 26 décembre 2021.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE
PAGE 6 / 27
2.4. Personnes clés

Tableau 1 - Personnel clé

CHEF DE PROJET CONSTRUCTION OSVALD G.ACLASSATO


MCA
DIRECTEUR DES OPERATIONS JOEL AKOWANOU

CHEF DE MISSION DANIEL MERLIN


SOFRECO
INGENIEUR SUPERVISEUR RESIDENT EZZEDDINE BARHOUMI

RESPONSABLE GENERAL OFFSHORE FREDERIC ACHARD

REPRESENTANT GENERAL ONSHORE BRUNO CHATRON

RESPONSABLE ESSSC/HSE OFFSHORE FRANCK BERARDI


SIEMENS
RESPONSABLE ESSSC ONSHORE FRANCK ATTOLOU

AGENT ENVIRONNEMENT ET SOCIAL FRANCK TOKANHAN

AGENT DE LIAISON AVEC LES COMMUNAUTES CYPRIEN OWOLABI

3. Résultats de l’évaluation des risques

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE
PAGE 7 / 27
Tableau 2 : Résultats de l’analyse des risques

IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
TOUTES LES PHASES

01.01 Travaux à proximité SS Blessures/pla Possible 3 Sérieu 3 9 Elevé Accueil ESSS / 1 2 2 Faible Acceptab
Appareils ou des engins ies/coupures se Consignes de le
éléments profondes sécurité chantier
sous Balisage chantier
pression Plan de
circulation
Dispositions de
signaleurs
Surveillance
permanente
ESSS

SS Coupures/Ci Peu 2 Sérieu 3 6 Modér 1 2 2 Faible Acceptab


saillements/P probabl se é le
erforations e

SS Ecrasement Faible 1 Majeur 4 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptab


membre/corp e é le
s
01.02. SS Possible 3 Moyen 2 6 Modér Accueil ESSS / 1 1 1 Faible Acceptab
Éléments Chute d'une Blessure ne é Règles de le
sous branche d'arbre ou d'un sécurité chantier
contrainte ou d'un arbre sur du travailleur ou Consignes
instables personnel de d'un riverain d'utilisation des
(rupture, chantier ou sur un (choc, engins
renversemen riverain pendant coupure,
t,

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 8 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
effondrement l'abattage de traumatisme
d'objets) l'arbre. cranien…)

Chute de personne SS Entorse/fract Peu 2 Majeur 4 8 Elevé Accueil ESSS / 1 2 2 Faible Acceptab
depuis un engin ure probabl e Consignes de le
e sécurité chantier
Surveillance
permanente
ESSS
Surveillance de
l'équipe ESSS
Port obligatoire
des EPI : Casque
et chaussure
SS Décès / Mort Peu 2 Catast 5 10 Modér 1 2 2 Faible Acceptab
probabl rophiq é le
e ue

01.03 Pièces Chute d'objets due SS Ecrasement Peu 2 Majeur 3 6 Modér Port obligatoire 1 2 2 Faible Acceptab
mécaniques aux mouvements membre/corp probabl e é des EPI : Casque le
en s e et chaussure,
mouvement gants de séurité

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 9 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
SS Blessures/pla Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptab
ies/coupures probabl e le
profondes e

SS Traumatisme Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptab


divers probabl e le
e
SS Décès / Mort Peu 2 Catast 5 10 Elevé 1 2 2 Faible Acceptab
probabl rophiq le
e ue
01.05. SS Possible 3 Sérieu 3 9 Elevé Port obligatoire 1 2 2 Faible Acceptab
Utilisation Utilisation de Risque de se des EPI : Casque le
d'outils tronçonneuses, blessure et chaussure,
portatifs haches et scies grave (choc, gants de séurité
pour l'abattage des coupure…)
arbres et la du salarié ou
découpes de du personnel
branches à proximité

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 10 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
01.07. SS Possible 3 Sérieu 3 9 Elevé Port obligatoire 1 2 2 Faible Acceptab
Éléments Utilisation de Risque de se des EPI : Casque le
tranchants tronçonneuses, blessure et chaussure,
haches et scies grave (choc, gants de séurité
pour l'abattage des coupure…)
arbres et la du salarié ou
découpes de du personnel
branches entrainant à proximité
un risque de
coupure grave

02.04. Bruit SO Probabl 4 Moyen 2 8 Elevé Surveillance et 1 2 2 Faible Acceptab


Riverains exposés Gêne des e ne suivi des niveaux le
au bruit de chantier riverains par sonores dans les
(outillage, le bruit zones sensibles
engins…) aux bruits.
Respect des
critères en
matière
d'émission du
bruit au Bénin

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 11 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
SS Probabl 4 Moyen 2 8 Elevé Port des EPI 1 2 2 Faible Acceptab
Exposition des Atteinte e ne Obligatoires pour le
travailleurs au bruit auditive des les travailleurs les
des tronçonneuses travailleurs à plus exposés au
pour l'abattage des proximité de bruit (Oreillettes
arbres et la la zone de sécurité)
découpes de travail
branches

02.06. SS Presque 5 Moyen 2 10 Elevé Port des EPI 2 1 2 Faible Acceptab


Exposition Travail effectué en Coup de certaine ne Obligatoires pour le
aux journée à l'extérieur soleil, coup les travailleurs les
conditions directement à de chaleur, plus exposés au
climatiques l'exposition du déshydratatio soleil (Casque,
soleil n Lunette de
sécurité)

Evénement E Inondation Probabl 3 Moyen 2 6 Modér Arrêt immédiat 3 2 6 Modé Autorisat


climatique e ne é des travaux en ré ion
exceptionnel ( mauvais temps
canicule, vent Consignes de
violent, Séisme, sécurité chantier
foudre Balisage de la
etc…) zone des travaux
Libération des
emprises de l'eau
Plan
d'intervention
d'urgence

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 12 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité

SS Asphyxie/vert Possible 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptab


ige ne é le
SS Chute des Possible 2 Moyen 3 6 Modér 1 2 2 Faible Acceptab
tranchées ne é le
SS Electrisation/ Possible 2 Moyen 3 6 Modér 2 3 6 Modé Autorisat
choc ne é ré ion
électrique
SS Electrocution Possible 2 Moyen 5 10 Elevé 2 5 10 Elevé Autorisat
ne ion
03.04. SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé Arrosage régulier 1 2 2 Faible Acceptab
Exposition Travailleurs Maladie probabl e Utilisation le
poussières exposés à la professionnel e ponctuelle des
(amiante, poussière de bois le affectant engins
bois, fer, générée par la les poumons Consignes
silice, ...) ou découpe des arbres d'utilisation des
fumées engin/PGSSC
Port des EPI (
Lunettes de
sécurité -cache-
nez et bouchons
d'oreilles )
Surveillance
permanente par
l'équipe ESSS
Utilisation de
carburant contrôlé

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 13 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
( faible taux en
SO2) Suivi de la
maintenance des
engins
Utilisation
ponctuelle des
engins
Maintenance
régulière des
engins

SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptab


Travailleurs Maladie probabl e le
exposés à la fumée professionnel e
due aux gaz le affectant
d'échappement des les poumons
engins de chantier

Emission de Gaz à E Pollution de Peu 2 Mineur 1 2 Faible 1 1 1 Faible Acceptab


effet de Serre athmosphéri probabl le
que e

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 14 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
04.01. SS Rare 1 Moyen 2 2 Faible Sensibilisation 1 2 2 Faible Acceptab
Contact avec Présence Douleur, ne aux risques le
des animaux potentielle réaction Limitation de la
(piqûre, d'insectes dans les allergique, durée de la tâche
morsure) arbres susceptibles choc Port des EPI :
de piquer (tiques, anaphylactiq Vêtement de
moustiques…) ue travail

04.02. SS Possible 3 Majeur 4 12 Elevé Sesibilisation des 1 2 2 Faible Acceptab


Agents Regroupement et Transmission e travaileurs et de le
biologiques contact avec la du VIH et la communauté
pathogènes communauté des IST sur les risques de
contamination au
VIH/SIDA Mise à
la disposition des
travailleurs des
préservatifs

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 15 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
SS Possible 3 Catast 5 15 Critiqu Faire respecter 2 5 10 Elevé Autorisat
rophiq e les gestes ion
Transmission ue barrières
de maladies notamment le port
(Covid…) du masque, le
lavage des mains
à l'eau et au
savon et
l'observance de la
distanciation
physique
04.03. SO Presque 5 Moyen 2 10 Elevé Dégager les 2 1 2 Faible Acceptab
Déchets/efflu Génération de Gêne du certaine ne déchets les troncs le
ents déchets verts suite voisinage d'arbres coupés
à l'abattage des et feuilles des
arbres sites

Génération de E Déversement Possible 3 Moyen 2 6 Elevé Installer des 1 2 2 Faible Acceptab


déchets solides accidentel de ne poubelles sur le
ménagers sur le déchets chaque site
site solides Mettre en place
ménagers un système de
sur les sites gestion des
décehts solides
ménagers
Génération de E Exposition Possible 3 Moyen 2 6 Elevé Mettre en œuvre 2 2 4 Modé Autorisat
matières et déchets des ne les dispositions ré ion
dangereux travalleurs ux contenues dans le
déchets plan de gestion
dangereux des matières et

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 16 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
déchets
dangereux

05.02. SS Possible 3 Catast 5 15 Critiqu Réaliser l'accueil 1 5 5 Modé Autorisat


Travaux au Travaux dans Risque rophiq e sécurité à tous les ré ion
voisinage l'enceinte d'électrisatio ue travailleurs ett aux
d'installations d'Akpakpa à n ou visiteurs. Metre
électriques proximité des électrocution en place une
sous tension équipements sous- barrière de
tension sécurité à ne pas
franchir entre la
centrale active et
la zone de
chantier.
05.03. SS Peu 2 Catast 5 10 Elevé 1 5 5 Modé Autorisat
Pièces nues Travaux dans Risque probabl rophiq ré ion
accessibles l'enceinte d'électrisatio e ue
sous tension d'Akpakpa à n ou
(défaut proximité des électrocution
d'isolation) équipements sous-
tension

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 17 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
08.01. SS Presque 5 Catast 5 25 Critiqu Réaliser l'accueil 2 4 8 Elevé Autorisat
Travail en Accès en hauteur Chute de certaine rophiq e sécurité à tous les ion
hauteur pour la coupe de hauteur ue travailleurs ett aux
branche visiteurs.
Utilisation
d'équipements
appropriés:
Harnais de
sécurité, échelle
répondant aux
normes
Activité de levage SS Risque de Peu 2 Majeur 4 8 Elevé Respecter les 1 2 2 Faible Acceptab
chute de probabl e consignes de le
matériel e sécurité
08.02. SS Probabl 4 Sérieu 3 12 Elevé Accueil ESSS 1 2 2 Faible Acceptab
Circulation Cheminement sur Chute de e se Port des EPI : le
de plain-pied terrain non pavé plain-pied Chaussure de
entrainant sécurité
une foulure à Surveillance
la cheville ou ESSS
au poignet

08.03. E Presque 5 Majeur 4 20 Critiqu Veiller à l'achat 1 2 2 Faible Acceptab


Circulation Consommation de Pollution de certaine e e de carburant de le
d'engins carburant et l'air, bonne qualité et
émission de épuisement maintenance
polluant dans des régulière dees
l'atmosphère ressources véhicules et
engins

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 18 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
SOC : Passage des SO Perturbation Elevé 4 Modér 2 8 Elevé Seisibilisation des 2 1 2 Faible Acceptab
engins sur la voie de la é populations. le
publique et à circulation Positioner les
proximité des signaleurs pour
maisons régulariser la
circulation
SO Gêne Peu 2 Modér 2 4 Modér Veiller à l'achat 1 2 2 Faible Acceptab
oculaire probabl é é de carburant de le
e bonne qualité et
maintenance
régulière dees
véhicules et
engins
SS Presque 5 Majeur 4 20 Critiqu Sensisibiliser les 1 2 2 Faible Acceptab
certaine e e conducteurs de le
véhicules au
Blessure respect de plan
SST : grave de circulation et à
Accident de la la limitation de
circulation pour vitesse..
venir ou repartir du Sensibiliser les
chantier population
riverraines au
respect des
consignes de
sécurité
Positionner des
signaleurs pour
régulariser la
circulation

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 19 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
Déversement SO Blessures/pla Elevé 4 Majeur 4 16 Critiqu Formation et 1 2 2 Faible Acceptab
accidentel ies/coupures e e sensibilisation le
d'hydrocarbure au profondes Plan de
sol circulation
Kit anti-pollution
Port des EPI :
casque et
chaussure de
sécurité

SO Chute de Elevé 4 Majeur 4 16 Critiqu 1 2 2 Faible Acceptab


plain-pied e e le
/Glissade/Tré
buchements

E Pollution du Peu 2 Sérieu 3 6 Modér 1 2 2 Faible Acceptab


sol, de l'eau probabl se é le
et de l'air e

08.04. SO Presque 5 Majeur 4 20 Critiqu Seisibilisation des 1 1 1 Faible Acceptab


Risque Gêne au trafic Embouteillag certaine e e conducteurs de le
routier e véhicules et des
travailleurs au
respect du code
de la route et du
plans de
circulation et de
gestion du trafic.
Sensibiliser les

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 20 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
population
riverraines au
respect des
consignes de
sécurité
Positionner des
signaleurs pour
régulariser la
circulation

SS Presque 5 Majeur 4 20 Critiqu 2 2 4 Modé Autorisat


Accident de la Blessure certaine e e ré ion
circulation pour grave
venir ou repartir du
chantier

09.01. SS Peu 2 Sérieu 3 6 Modér Seisibiliser les 1 2 2 Faible Acceptab


Postures Mauvaise position Risque de probabl se é travalleurs à le
pénibles de travail, support douleurs ou e l'adoption d'une
définies de travail instable, blessures ou bonne position de
comme position de travail dos travail
contraintes penchée
forcées des
articulations

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 21 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
09.04. SS Apparition de Probabl 4 Moyen 2 8 Elevé Utilisation 1 2 2 Faible Acceptab
Vibrations Vibration des troubles e ne d'engins neufs ou le
mécaniques engins musculo- en très bon état.
squelettiques Veillez à la
des matenance
membres régulière des
supérieurs engins

10.01. SS Risque de Presque 5 Sérieu 3 15 Critiqu Réduire au strict 1 2 2 Faible Acceptab


Manutention Manipulation de douleurs aux certaine se e minimum les le
manuelle branches d'arbres membres travaux de
supérieurs, manutention
coupures, manuel et
coups sensibiliser les
travailleurs sur les
gestes à éviter

10.02. SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé Veiller au port 1 2 2 Faible Acceptab


Manutention Manipulation de Risque de probabl e effectif des EPI le
mécanique branches d'arbres blessure de e par les travailleurs
de charge avec risque de personnes (gants de
chute de branches sécurité, casques
etc)

12.04. SS Peu 2 Moyen 2 4 Modér Respecter les 1 2 2 Faible Acceptab


Compatibilité Journée à rallonge, Eloignement probabl ne é heures le
vie travail la nuit ou le de la vie de e réglémentaires de
professionnel weekend famille et travail en vigueur
le/vie privée personnelle au Bénin

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 22 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
12.06. SS Fatigue/stres Peu 2 Moyen 2 4 Modér Accueil ESSS/ 1 2 2 Faible Acceptab
Travail isolé Réalisation d'une s/Angoisse/M probabl ne é Consigne de le
tâche seul en fin de al être e sécurité chantier
journée ou le Interdiction
weekend formelle de travail
isolé
Surveillance
permanente
ESSS

SS Malveilance Peu 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptab


Perte de probabl ne é le
concentration e
SS Traumatisme Rare 1 Moyen 2 2 Faible 1 2 2 Faible Acceptab
divers ne le

SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptab


aggravation probabl e le
de tout e
accident ou
malaise par
absence
d'assistance
rapide

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 23 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
12.08. SS Possible 3 Sérieu 3 9 Elevé Sensibilisation 1 2 2 Faible Acceptab
Violences : Agression par un Coups et se des populations le
agression riverain du fait de blessures riverraines sur les
verbale, l'abattage des activités du projet
physique, arbres ou de la et mettre en
vol, nécessiter de œuvre les
braquage déplacer l'aire de mesures sociales
jeu située sur la prévues
zone de conformément au
replantation des Plan
arbres d'Engagement
des Parties
Prenantes de
construction
(PEPPC)
12.11. SS Harcellement Peu 2 Moyen 2 4 Modér Respect du code 1 2 2 Faible Acceptabl
Charge et Charge de travail moral probabl ne é de travail et de la e
rythme de trop importante sur e charge horaire
travail la durée prévue Evaluer les
charges de travail
objectivement
possibles à
effectuer par les
travailleurs dans
la durée impartie
Etre à l'écoute
des travailleurs
Mettre en place et
appliquer la
Politique de
gestion RH

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 24 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité

SS Malveilance Peu 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faibk Acceptabl


Perte de probabl ne é e e
concentration e

SS Peu 3 Sérieu 3 9 Elevé 1 2 2 Faible Acceptabl


Fatigue probabl se e
prématurée e
pouvant
entraîner des
erreurs
corollaires
13.01. SS Chute de Probabl 4 Majeur 4 16 Critiqu Accueil ESSS 1 2 2 Faible Acceptab
Addictions Travail sous plain- e e e /Consignes de le
l'emprise d'alcool pied/Glissad sécurité :
ou de stupéfiants e/Trébuchem Interdiction
ents formelle de
consommation
d'alcool et de
drogues
Disposition des
affichages
Balisage chantier
Port des EPI :
Chaussures de
sécurité

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 25 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
Contrôle et
surveillance
ESSS

SS Blessures/pla Peu 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptab


ies/coupures probabl ne é le
profondes e
SS Entorses/frac Peu 2 Sérieu 3 6 Modér 1 3 3 Modé Autorisat
tures probabl se é ré ion
e
SO Mauvaise Probabl 4 Mineur 1 4 Modér 2 1 2 Faible Acceptab
communicati e e é le
on
SS Chute dans Peu 2 Moyen 2 4 Modér 1 2 2 Faible Acceptab
les tranchée probabl ne é le
e
SS Peu 2 Majeur 4 8 Elevé 1 2 2 Faible Acceptab
Inattentoin probabl e le
pouvant e
entraîner des
erreurs
corollaires

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 26 / 27
IDENTIFICATION DES DANGERS EVALUATION DU RISQUE INITIAL EVALUATION DU RISQUE RESIDUEL Décision

Danger Situation à risque ESS Effet Probabi P Gravit G Ri Nivea Mesures de P G Rr Nive
/ causes S lité é du u de prévention et ' ' au
risque criticit actions de
é correctives critic
ité
13.02. SS Foudroyage, Rare 1 Majeur 4 4 Modér Arrêter les 1 2 2 Faible Acceptab
Conditions Foudre, tempête effondrement e é travaux et fermer le
environneme de structure les chantiers
ntales à jusqu'à ce que les
risques conditions
environnementale
s redeviennent
normales

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


RAPPORT D’EXAMEN PREALABLE DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET DE SANTE ET DE SECURITE (REPRESSS) CROIX ROUGE PAGE 27 / 27
2. Plan d’hygiène et de sécurité des installations (PHSI)

Page 68 sur 75
Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution

d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –

Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10-IS-PLN-0025

__________________________________________________________________________________

PLAN OU PROGRAMME D’HYGIENE ET DE SECURITE DES INSTALLATIONS (PHSI)

_________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

Date Rév
N° N° Rév du Validateur Validateur
Date DTS du Description Préparé par
DTS Document Entrepreneur Ingénieur
Document
Première
0156 20/08/2020 A 28/07/2020 D.CHILLET B.CHATRON
diffusion
Prise en
B 09/10/2020 compte F.ATTOLOU B.CHATRON
observations
Liste des références

N° de réf. Nº du document Titre

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Liste des pièces jointes

PJ N° Nº du document Rév. Date Titre

01

02

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE L’EAU PAGE 2 / 8
TABLE DES MATIÈRES
LISTE DES ACRONYMES ET ABREVIATIONS ............................................................................. ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
1. INTRODUCTION ......................................................................................................................................................... 4
2. IMPLANTATION DE LA BASE-VIE................................................................................................................................. 4
3. LOCALISATION DES SANITAIRES ET DOUCHES ............................................................................................................. 4
4. ESPACES REPAS ET PAUSE .......................................................................................................................................... 4
5. LOCALISATION DES INFIRMERIES ............................................................................................................................... 5
6. GESTION DES EAUX USEES ET FOSSES SCEPTIQUES ..................................................................................................... 5
7. DESCRIPTION DES MOYENS DE SIGNALISATION ET DE BALISAGE ................................................................................. 5
8. LUTTE CONTRE LES NUISIBLES .................................................................................................................................... 7
9. RANGEMENT ET NETTOYAGE DU CHANTIER ............................................................................................................... 7

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE L’EAU PAGE 3 / 8
1. Introduction

Les installations de chantier désignent les bureaux de SIEMENS sur le chantier, les réfectoires, les zones de
repos/pause, les vestiaires, les installations d’hygiène et sanitaires, les ateliers, les conteneurs de chantier,
les conteneurs de stockage et les aires de stockage des déchets.
SIEMENS doit assurer la fourniture, l’entretien et la maintenance d’installations de chantier raisonnables en
fonction de l’effectif du personnel, de la législation applicable et des normes générales en matière de santé
et d’hygiène.
L’installation et l’enlèvement de toute installation de chantier sont soumis à l’approbation de SIEMENS.

2. Implantation de la base-vie

Les bases vie de SIEMENS se retrouvent dans l’enceinte des périmètres devant accueillir les travaux. Elles
sont délimitées par une clôtures provisoires grillagées qui sépare l’aire de construction des postes
électriques afin de pouvoir réduire voire éliminer les expositions aux dangers éventuels. Pour minimiser
l’impact de nos installations sur l’environnement, des bungalows ont été utilisés et aménagés pour abriter
divers locaux.

3. Localisation des sanitaires et douches

Les installations d’hygiène et sanitaires se rapportent aux toilettes/WC (y compris les toilettes
portables/chimiques de chantier), aux lavabos, aux douches/salles d'eau, aux vestiaires, et espaces repas.
SIEMENS veillera à la présence d’installations d’hygiène et sanitaires séparées pour hommes et pour
femmes dont la taille, le nombre et la configuration suffisent pour desservir l’effectif.
SIEMENS s’assurera que ses installations d’hygiène et sanitaires sont conformes à la législation applicable et :
 Présentent un accès propre et sûr ;

 Disposent d’un approvisionnement en eau chaude adéquat pour desservir l’effectif ;

 Les douches et les WC sont séparés les uns des autres par des cloisons et ont des portes
verrouillables pour préserver l'intimité ;

 Sont ventilées et disposent d’un éclairage et d’un chauffage adéquats ;

 N’ouvrent pas directement sur des salles de travail ou de restauration.

4. Espaces repas et pause

Des espaces seront mis à la disposition du personnel désireux de prendre son déjeuner sur le chantier,
et/ou pour prendre des pauses. Ces espaces seront à l’abri du soleil et de la poussière et des intempéries,
ils seront nettoyés tous les jours.
Il est interdit de prendre des pauses (y compris pour manger) dans tout endroit autre que les zones désignées.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE L’EAU PAGE 4 / 8
5. Localisation des infirmeries

La base-vie dispose d’une infirmerie d’une superficie de 15m² disposée au fond sur le côté ouest en
alignement avec les bureaux. Elle est ouverte tous les jours ouvrables de 08h à 18h et servira aux soins du
personnel. Elle sera dirigée par un infirmier mis à disposition par le médecin du Travail.
 Hébergement
Sur la base-vie seul, l’agent de gardiennage est autorisé à rester sur les lieux, tous les autres rentrent chez
eux. Aucun hébergement n’est prévu dans les locaux SIEMENS.

 Eau potable
SIEMENS veillera à fournir de l’eau potable fraîche au personnel et de veiller à ce qu’elle soit
raisonnablement disponible à proximité immédiate des zones de travail pour éviter tout risque de
déshydratation.
En règle générale, la quantité minimale d’eau potable fraîche fournie par SIEMENS est de 1,5 litres par
personne et par jour. En cas de fortes chaleurs, ce volume d’eau sera augmenté en conséquence.
SIEMENS s’assurera que l’approvisionnement en eau des installations sanitaires, telles que les toilettes, les
douches, les lavabos, etc., reste conforme à la norme générale de l’eau potable. Il incombe à SIEMENS de
prendre en charge tout traitement ou filtration supplémentaire requis pour atteindre cette norme.
SIEMENS informera le personnel que toute autre eau sur le chantier circulant dans des systèmes installés à
demeure et/ou dans des systèmes temporaires contenant de l’eau industrielle ou de l’eau destinée à la
lutte contre l’incendie n’est pas potable.

6. Gestion des eaux usées et fosses sceptiques

Les eaux usées proviennent principalement du réfectoire et des sanitaires. Deux fosses septiques sont
aménagées et raccordées à ces différents locaux pour la collecte de ces eaux usées. Le PGESC détaille la
gestion des eaux usées dans tous les locaux de SIEMENS.

Éclairage de chantier
Il incombe à SIEMENS d’assurer un éclairage adéquat dans et autour de ses zones de travail et installations
de chantier. Un éclairage de chantier mobile ou fixe permettra d’assurer la réalisation des tâches de travail
pendant les épisodes nocturnes.

Gardiennage
A l’entrée de la base-vie est aménagée une guérite qui abrite en permanence un agent de sécurité chargé
de surveiller les locaux et de contrôler les accès au site. De même, au siège de SIEMENS, un agent de
sécurité est aussi disposé en permanence pour la sécurité des bureaux.

7. Description des moyens de signalisation et de balisage

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE L’EAU PAGE 5 / 8
Elle consiste à sécuriser les périmètres environnants, les sites de construction de SIEMENS par des panneaux divers. Il d’agira
lors des travaux :
- de mettre en place des panneaux de signalisation ;
- de baliser systématique toutes les zones présentant des risques d’exposition aux dangers aussi bien à l’intérieur qu’à
l’extérieur des sites de construction ;
- de signaler par des drapeaux rouges manipulés par des drapeautiers la sortie ou l’entrée de camions ou d’engins

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE L’EAU PAGE 6 / 8
8. Lutte contre les nuisibles

SIEMENS prendra toutes les mesures raisonnables contre l’infestation de ses


installations de chantier et zones de travail par la vermine, les animaux sauvages
et autres parasites.
Chaque salarié aura le devoir d’informer un superviseur SIEMENS de toute
infestation et de tout traitement antiparasitaire ultérieur de ses installations
chantier et zones de travail.

9. Rangement et nettoyage du chantier

Cette section concerne la propreté, le rangement et l’organisation générale des


aires de travail ainsi que le traitement de tous les déchets en vue d’assurer des
conditions de travail sûres et saines au personnel du chantier, de protéger
l’environnement et les ressources matérielles, et de maximiser l’efficience et la
qualité du travail.
Il incombe à SIEMENS d’assurer l’entretien de ses zones de travail et de s’assurer que :
 Le personnel dispose en permanence d’un accès sûr et dégagé aux zones de travail ;

 Les zones de travail sont propres, sûres, bien organisées et rangées et


favorisent la santé et le bien-être du personnel de chantier et la protection
de l’environnement ;

 Un nombre suffisant de conteneurs appropriés est fourni pour le tri et la gestion des
déchets ;

 Les déchets, ordures, matériaux d’emballage et matériaux de construction


en excès ne s’accumulent pas et sont systématiquement enlevés de la zone
de travail, éliminés de manière appropriée et enlevés du chantier
conformément à la législation applicable ;

 Les zones de dépôt et de stockage de matériaux sont bien organisées, sont


identifiées de façon claire et permanente et n’engendrent pas de dangers
supplémentaires pour le personnel du chantier ;

 Toutes les matières dangereuses sont stockées, manipulées, utilisées et


éliminées conformément à la législation applicable et aux FDS ;

 Les installations de chantier sont maintenues propres et favorisent la santé,


l’hygiène et le bien-être du personnel et la protection de l’environnement ;

 À l’achèvement des travaux et avant la démobilisation du site, toutes les


zones de travail sont propres et exemptes de tout déchet, ordure ou
matériaux de construction en excès.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE L’EAU PAGE 7 / 8
SIEMENS intégrera des procédures d’entretien dans son calendrier général de planification des
travaux.
SIEMENS se réserve le droit d’interrompre les travaux à tout moment en raison
d’un mauvais entretien, jusqu’à ce qu’un poste de travail satisfaisant ait été rétabli.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE L’EAU PAGE 8 / 8
3. Plan de santé (PS)

Page 69 sur 75
Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution

d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –

Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10-IS-PLN-0025

__________________________________________________________________________________
PLAN OU PROGRAMME DE SANTE (PS)
_________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

Date Rév
N° N° Rév du Validateur Validateur
Date DTS du Description Préparé par
DTS Document Entrepreneur Ingénieur
Document
Première
0156 20/08/2020 A 28/07/2020 D.CHILLET B.CHATRON
diffusion
Prise en
B 09/10/2020 compte F.ATTOLOU B.CHATRON
observations
Liste des références

N° de réf. Nº du document Titre

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Liste des pièces jointes

PJ N° Nº du document Rév. Date Titre

01

02

renforcement et réhabilitation du réseau de distribution d’électricité régional à Cotonou


Page 2 / 4
TABLE DES MATIÈRES
1. INTRODUCTION ................................................................................................................................................................................ 4
2. VISITE MEDICALE A L’EMBAUCHE ..................................................................................................................................................... 4
3. SUIVI MEDICAL POUR TOUS LES TRAVAILLEURS ............................................................................................................................... 4
4. DECLARATION D’ACCIDENT/INCIDENT AU NIVEAU DE LA CNSS........................................................................................................ 4
5. PROGRAMME DE PREVENTION DES EPIDEMIES ............................................................................................................................... 4

renforcement et réhabilitation du réseau de distribution d’électricité régional à Cotonou


Page 3 / 4
1. Introduction

Des centres de santé ont été identifiés à proximité des sites de construction, ils figurent dans le Plan
d’Intervention d’Urgence établi par SIEMENS dans un document à part. Ces centres de santé
accompagneront SIEMENS dans le suivi médical et sanitaire de tout son personnel. Ainsi, SIEMENS se
rapprochera de ces structures pour élaborer un programme de suivi médical de son personnel.

2. Visite médicale à l’embauche

Conformément aux dispositions de l’article 5 de l’arrêté 54 /MFPTRA/DC/SGM/DT/sst du 6 Novembre 1998,


SIEMENS a prévu la visite médicale d’embauchage obligatoire pour son personnel.
Pour les postes spécifiques (Monteurs, Conducteurs engins et véhicules, Superviseurs, Électriciens), cette
visite médicale est capitale et déterminera l’aptitude médicale des candidats à exercer ces postes. Une
habilitation ou une autorisation à la suite du résultat sera délivrée au nouvel embauché.

3. Suivi médical pour tous les travailleurs

Une fois par an, l’ensemble des travailleurs sera soumis à une visite médicale tel exigé par l’article 8 de
l’arrêté 54 /MFPTRA/DC/SGM/DT/sst du 6 Novembre 1998. Un dossier médical sera créé pour chaque
employé et l’entreprise assurera, avec son équipe médicale, un suivi documenté de la santé de l’ensemble
du personnel. Le dossier médical de chaque personne embauchée devra comporter tous les éléments de la
visite médicale et de vaccination contre les affections évitables telles que le tétanos, la fièvre typhoïde, la
méningite, l’hépatite, etc.
Les travailleurs occupants les postes spécifiques pourront bénéficier des éventuelles visites de routine. Les
visites médicales respecteront les règles de confidentialité.

4. Déclaration d’accident/incident au niveau de la CNSS

Conformément aux articles 56 et 57 de la loi 98-019 du code de la sécurité sociale en République du Bénin,
à la suite de tout accident / incident ayant entraîné des blessures sur chantier, l’employé accidenté a
obligation de le notifier à son employeur dans un délai de 24heures, et ce dernier dispose de 48 heures
pour déclarer l’accident de travail à la CNSS. Par ailleurs, le plan de gestion des ressources humaines établi
par SIEMENS veillera également à ce que les accidents soient également déclarés auprès de la Caisse
Nationale Sécurité Sociale. SIEMENS déclarera selon le protocole à la CNSS, tout accident grave qui
touchera à son personnel dans un délai rigoureux de 48 heures ouvrées. De plus, les accidents de travail
seront déclarés sur la plateforme SGESS du projet.

5. Programme de prévention des épidémies

Déclaré pandémie depuis le 11 Mars 2020, l’épidémie du Covid-19 est un paramètre central dans nos actions et programme.
C’est dans ce cadre et conformément aux exigences du M.O, il a été élaboré un plan d’atténuation au risque du Covid-19
(voir annexe 13). Ce plan reste en vigueur et sera déroulé sur toute la durée du projet tant que la maladie continuera ses
ravages. Notre protocole est principalement axé sur :

- La prise systématique de la température corporelle à toute personne avant son entrée sur le site
- Le lavage fréquent des mains à l’eau et savon et /ou au gel hydroalcoolique
- Le port obligatoire de masque pharmaceutique
- Le respect de la distanciation sociale de 2m
renforcement et réhabilitation du réseau de distribution d’électricité régional à Cotonou
Page 4 / 4
4. Plan de surveillance des sites et sécurisation des sites (PSSSS)

Page 70 sur 75
Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution
d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –
Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10-IS-PLN-0025
__________________________________________________________________________________
Plan de surveillance des sites et sécurisation des sites (PSSSS)
_________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

Date Rév
N° N° Rév du Validateur Validateur
Date DTS du Description Préparé par
DTS Document Entrepreneur Ingénieur
Document
Première
0156 20/08/2020 A 28/07/2020 D.CHILLET B.CHATRON
diffusion
Prise en
B 09/10/2020 compte F.ATTOLOU B.CHATRON
observations
Liste des références

N° de réf. Nº du document Titre

01
02

03
04
05
06
07
08
09

Liste des pièces jointes


PJ N° Nº du document Rév. Date Titre
01
02

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PAGE 2 / 4
TABLE DES MATIÈRES

1. TABLE DES MATIERES


1. INTRODUCTION ..................................................................................................................................... 4

2. GARDIENNAGE ET SURVEILLANCE DES ACCES ........................................................................................ 4

3. LES ISSUES DE SECOURS ......................................................................................................................... 4

4. L’ECLAIRAGE .......................................................................................................................................... 4

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PAGE 3 / 4
1. Introduction

Conformément à notre politique ESSS, la sécurité des biens et des personnes est au cœur de nos actions.
C’est ainsi qu’une garantie de la sécurité des matériels, matériaux et du personnel de SIEMENS, est capitale
et passe par la mise en place d’un plan complet coordonné et efficace de surveillance et de sécurisation de
nos sites et bureaux.

2. Gardiennage et Surveillance des accès


Le gardiennage et le contrôle des accès au niveau du siège est assurée en permanence par un agent
privé de gardiennage. Il y loge et assure la sécurité des lieux. Il joue aussi le rôle d’agent de capture de
température.
Au niveau de chaque site, une guérite est aménagée à l’entrée où est logé un agent de gardiennage. Ce
dernier mis à disposition par une société de gardiennage INTER-CON, contrôle tous les accès avec registre
d’entrée/sorties et dispose de badges de sécurité.
Deux vidéos caméras seront également installées et reliées à un serveur afin d’enregistrer et stocker les
accès aux sites.

3. Les issues de secours


Sur tous nos sites, un plan d’évacuation est élaboré et disponible. En application du Plan d’Intervention
d’Urgence, des issues de secours sont matérialisés pour permettre l’évacuation du personnel et du public
sur les lieux de travail en cas d’incendie/sinistre vers le point de rassemblement.

4. L’éclairage
Tous les locaux (bureaux, réfectoire, sanitaires, etc.) seront pourvus d'un éclairage suffisant. Les entrées,
les accès et les voies de circulation au niveau de la base doivent également disposer d’un éclairage
suffisant. Les chantiers bénéficieront d’un éclairage naturel. À la tombée du soleil (après-midi), l’éclairage
naturel pourra être complété au besoin par un éclairage artificiel pour veiller à la santé et la sécurité du
personnel affecté à certains postes spécifiques ceci pour permettre l’utilisation sans danger des
équipements et pour faciliter l’acuité visuelle.
Il peut s’avérer qu’il ait changement de temps à cause d’une menace de pluie ; alors ces mêmes
dispositions peuvent s’appliquer. En tout état de cause, en cas d’orage ou de fortes pluies ou de vent
violent, le chargé de travaux prendra la décision d’arrêter les travaux.
Pour tous les travaux de nuit, l’utilisation d’un projecteur puissant est nécessaire pour un bon éclairage
des zones d’intervention et des alentours.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PAGE 4 / 4
5. Plan de gestion des matières dangereuses (PGMD)

Page 71 sur 75
Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution

d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –

Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10-HS-PLN-0024
__________________________________________________________________________________

PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX


DE CONSTRUCTION
_________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

N° Rév du Date Rév du Validateur Validateur


N° DTS Date DTS Description Préparé par
Document Document Entrepreneur Ingénieur

0009 24/03/2020 A 24/03/2020 Première émission P.REVEAU B.CHATRON


Prise en compte des
0053 27/05/2020 B 25/05/2020 commentaires P.REVEAU B.CHATRON
SOFRECO
Prise en compte des
0112 16/07/2020 C 10/07/2020 commentaires D.CHILLET B.CHATRON
SOFRECO
Prise en compte des
0156 20/08/2020 D 27/07/2020 commentaires D.CHILLET B.CHATRON
SOFRECO
Liste des références

N° de réf. Nº du document Titre

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Liste des pièces jointes

PJ N° Nº du document Rév. Date Titre

01

02

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 2 / 51
TABLE DES MATIÈRES
LISTE DES ACRONYMES ET ABREVIATIONS ........................................................................................ 6
1. INTRODUCTION ................................................................................................................................... 7
1.1. CONTEXTE ......................................................................................................................................... 7
1.2. ENJEUX ET OBJECTIFS .......................................................................................................................... 8
1.2.1. Enjeux ......................................................................................................................................... 8
1.2.2. Politique de SIEMENS en matière de gestion des déchets ............................................................ 8
1.3. ORGANISATION DU PLAN ...................................................................................................................... 9
1.4. PERIMETRE D’ACTION .......................................................................................................................... 9
2. DESCRIPTION DU PROJET .............................................................................................................. 10
2.1. SCOPE ............................................................................................................................................. 10
2.2. DESCRIPTION DES POSTES A ETENDRE ET A CONSTRUIRE ......................................................................... 10
2.2.1. Poste d’Akpakpa ........................................................................................................................ 10
2.2.2. Poste CIM Bénin ........................................................................................................................ 10
2.2.3. Poste Croix rouge ...................................................................................................................... 11
2.2.4. Poste Gbedjromèdé.................................................................................................................... 11
2.2.5. Aménagements de postes existants............................................................................................ 11
2.3. CALENDRIER D’EXECUTION ................................................................................................................. 11
2.4. PERSONNES CLES .............................................................................................................................. 12
3. TEXTES APPLICABLES .................................................................................................................... 13
3.1. CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE DE LA REPUBLIQUE DU BENIN ...................................................... 13
3.1.1. Textes règlementaires ............................................................................................................... 13
3.1.2. Normes applicables à l’aménagement des décharges ................................................................ 13
3.2. CONVENTION INTERNATIONALES ......................................................................................................... 14
3.3. NORMES DE PERFORMANCE DE LA SFI ET DIRECTIVES ESSSC .................................................................. 14
3.4. DIRECTIVES DE MCA ......................................................................................................................... 15
3.4.1. Directives HAZMAT ................................................................................................................... 15
3.4.2. Exigences minimales ................................................................................................................. 16
3.5. ÉTATS DE L’ART INTERNATIONAUX DE GESTION DES DECHETS .................................................................. 16
4. GESTION DES DECHETS SUR LE PROJET .................................................................................. 19
4.1. ÉVITER LA PRODUCTION DE DECHETS ................................................................................................... 19
4.2. REDUCTION DES QUANTITES DE DECHETS.............................................................................................. 19
4.3. REEMPLOI ....................................................................................................................................... 19
4.4. GESTION DE L’ELIMINATION................................................................................................................ 19
5. GESTION DE L’ELIMINATION DES DECHETS DESTINES A L’ABANDON .............................. 20
5.1. VOLUME 1 – GESTION DES DECHETS DANGEREUX ................................................................................... 20
5.1.1. Typologie des déchets dangereux .............................................................................................. 20
5.1.2. Inventaire des déchets dangereux générés par SIEMENS et préconisations............................... 21
5.1.3. Collecte des déchets dangereux ................................................................................................. 23
5.1.4. Stockage des déchets dangereux ............................................................................................... 24
5.1.5. Évacuation/élimination des déchets dangereux ........................................................................ 26
5.1.6. Transport des déchets dangereux .............................................................................................. 26
5.1.7. Manipulation des déchets dangereux ........................................................................................ 27
5.1.7.1. Analyse du risque d’exposition aux déchets dangereux ........................................................... 27
5.1.7.2. Détermination des EPI ............................................................................................................ 27
5.1.7.3. Entretien et utilisation des EPI ................................................................................................ 27
5.1.8. Filières d’évacuation des déchets dangereux ............................................................................. 28

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 3 / 51
5.1.8.1. Filière 1 : Recyclage des déchets dangereux............................................................................ 28
5.1.8.2. Filière 2 : Valorisation énergétique ......................................................................................... 28
5.1.8.3. Filière 3 : Élimination appropriée des déchets dangereux ........................................................ 28
5.2. VOLUME 2 - GESTION DES DECHETS NON DANGEREUX ............................................................................. 29
5.2.1. Typologie des déchets non dangereux ....................................................................................... 29
5.2.1.1. Déchets inertes ...................................................................................................................... 29
5.2.1.2. Déchets solides ménagers (DSM)............................................................................................ 29
5.2.1.3. Déchets industriels banals ...................................................................................................... 29
5.2.2. Inventaire des déchets non dangereux....................................................................................... 30
5.2.2.1. Inventaire des déchets non dangereux générés par SIEMENS et préconisations ....................... 30
5.2.2.2. Inventaire des déchets non dangereux déjà présents sur le périmètre des sites ....................... 32
5.2.3. Collecte des déchets non dangereux .......................................................................................... 34
5.2.3.1. Collecte des déchets non dangereux ....................................................................................... 34
5.2.3.2. Stockage des déchets non dangereux ..................................................................................... 35
5.2.3.3. Évacuation/élimination des déchets non dangereux ............................................................... 36
5.2.4. Manipulation des déchets non dangereux.................................................................................. 37
5.2.4.1. Analyse du risque d’exposition aux déchets dangereux ........................................................... 37
5.2.4.2. Détermination des EPI ............................................................................................................ 37
5.2.5. Filières d’évacuation des déchets non dangereux ...................................................................... 38
5.2.5.1. Filière 1 : Recyclage des déchets ............................................................................................. 38
5.2.5.2. Filière 2 : Valorisation énergétique ......................................................................................... 38
5.2.5.3. Filière 3 : Élimination appropriée des déchets ......................................................................... 39
5.3. GESTION COROLLAIRE A TOUS TYPES DE DECHETS .................................................................................. 39
5.3.1. Entretien des zones de travail ................................................................................................... 39
5.3.2. Identification et étiquetage ....................................................................................................... 40
5.3.3. Description et localisation des zones de stockages de déchets ................................................... 41
5.3.3.1. Poste Croix Rouge .................................................................................................................. 41
5.3.3.2. Poste Cim-Bénin ..................................................................................................................... 41
5.3.3.3. Poste Akpakpa ....................................................................................................................... 42
5.3.3.4. Poste Gbedjromèdé................................................................................................................ 42
5.3.4. Plan de transport des déchets.................................................................................................... 43
5.3.5. Traçabilité et registres .............................................................................................................. 44
6. INTERVENANTS DANS LA GESTION DES DECHETS ................................................................. 46
7. INSPECTION ET SURVEILLANCE ................................................................................................... 47
8. FORMATION DU PERSONNEL ........................................................................................................ 48
9. PROCEDURE EN CAS DE DECOUVERTE D’AMIANTE ............................................................... 49
10. PROCEDURE EN CAS D’INCIDENT ET D’EPANDAGE ............................................................ 50
11. ZONE DE STOCKAGE PERMANENTE ....................................................................................... 50
12. MESURES A METTRE EN ŒUVRE ............................................................................................. 51

Table des figures


FIGURE 1 - IMPLANTATION DES PRINCIPAUX POSTES ELECTRIQUES D’INTERVENTION DE SIEMENS (SOURCE DE PLAN EIES COTONOU,
AOUT 2019) ............................................................................................................................................... 7
FIGURE 2 - DECHARGE SAUVAGE D'ORDURES MENAGERES A COTONOU ............................................................................... 8
FIGURE 3 - LOGIGRAMME DE GESTION DES DECHETS ..................................................................................................... 18
FIGURE 4 - EXEMPLES DE PRODUITS INCOMPATIBLES PAR PICTOGRAMME DE DANGER............................................................ 25
FIGURE 5 - EXEMPLE DE POUBELLES DE TRI ................................................................................................................. 35

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 4 / 51
FIGURE 6 - POINT DE REGROUPEMENT DES DECHETS SOLIDES MENAGERS DU 12E ARRONDISSEMENT A COTONOU ........................ 39
FIGURE 7 - CATEGORIE DE DANGERS SUR L’ETIQUETAGE DES DECHETS ............................................................................... 40
FIGURE 8 - ZONES DE STOCKAGES SONT DEFINIES POUR LES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DU POSTE CROIX ROUGE ..... 41
FIGURE 9 - ZONES DE STOCKAGES SONT DEFINIES POUR LES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DU POSTE CIM-BENIN ......... 41
FIGURE 10 - ZONES DE STOCKAGES SONT DEFINIES POUR LES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DU POSTE AKPAKPA ......... 42
FIGURE 11 - ZONES DE STOCKAGES SONT DEFINIES POUR LES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DU POSTE GBEDJROMEDE .. 42
FIGURE 12 - BIG-BAG AMIANTE............................................................................................................................... 49

Table des tableaux


TABLEAU 1 - PERSONNEL CLE .................................................................................................................................. 12
TABLEAU 2 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS DANGEREUX GENERES SUR LE SITE D’AKPAKPA ............................................. 21
TABLEAU 3 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS DANGEREUX GENERES SUR LE SITE DE CIM-BENIN ......................................... 21
TABLEAU 4 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS DANGEREUX GENERES SUR LE SITE DE CROIX-ROUGE ..................................... 22
TABLEAU 5 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS DANGEREUX GENERES SUR LE SITE DE GBEDJROMEDE .................................... 22
TABLEAU 6 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS NON DANGEREUX GENERES SUR LE SITE D’AKPAKPA ...................................... 30
TABLEAU 7 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS NON DANGEREUX GENERES SUR LE SITE DE CIM-BENIN .................................. 31
TABLEAU 8 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS NON DANGEREUX GENERES SUR LE SITE DE CROIX-ROUGE............................... 31
TABLEAU 9 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS NON DANGEREUX GENERES SUR LE SITE DE GBEDJROMEDE .............................. 32
TABLEAU 10 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS NON DANGEREUX DEJA PRESENTS SUR LE SITE DE GBEDJROMEDE .................... 32
TABLEAU 11 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS NON DANGEREUX DEJA PRESENTS SUR LE SITE DE CIM-BENIN ......................... 33
TABLEAU 12 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS NON DANGEREUX DEJA PRESENTS SUR LE SITE D’AKPAKPA ............................. 33
TABLEAU 13 - INVENTAIRE ESTIMATIF DES DECHETS NON DANGEREUX DEJA PRESENTS SUR LE SITE DE CROIX-ROUGE ..................... 34
TABLEAU 14 - IMPACTS RESIDUELS ET MESURES DE MITIGATION ASSOCIEES CONCERNANT LA GESTION DES DECHETS...................... 51

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 5 / 51
Liste des acronymes et abréviations
CET CENTRE D’ENFOUISSEMENT TECHNIQUE
CLP CLASSIFICATION, LABELLING, PACKAGING
DCD DEBRIS DE CONSTRUCTION ET DE DEMOLITION
DEEE DECHETS D’EQUIPEMENTS ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES
DSM DECHETS SOLIDES MENAGERS
ESSSC ENVIRONNEMENT, SANTE, SECURITE, SOCIETAL DE CONSTRUCTION
FDS FICHE DE DONNEES DE SECURITE
GIS GAS INSULATED SYSTEM
HTB HAUTE TENSION B
IFC INTERNATIONAL FINANCIAL CORPORATION
KV KILOVOLT
MCA MILLENIUM CHALLENGE ACCOUNT BENIN II
MCC MILLENIUM CHALLENGE CORPORATION
MOA MAITRISE D’OUVRAGE
MT MOYENNE TENSION
MVA MEGAVOLTAMPERE
NP NORME DE PERFORMANCE
PCB POLYCHLOROBIPHENYLE
PEPPC PLAN D’ENGAGEMENT DES PARTIES PRENANTES DE CONSTRUCTION
SBEE SOCIETE BENINOISE D’ENERGIE ELECTRIQUE
SFI SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 6 / 51
1. Introduction

1.1. Contexte
Le Bénin bénéficie de l’appui de Millenium Challenge Corporation, une agence indépendante
américaine, pour mettre en œuvre un programme visant à soutenir le secteur de l’électricité au niveau
National. Le programme a pour objectifs d’augmenter l’accès à l’énergie au travers de 4 projets :
1. Appui aux réformes politiques et renforcement institutionnel ;

2. Appui à la production d’électricité ;

3. Appui à la distribution d’électricité ;

4. Promouvoir l’accès à l’énergie hors réseau.

Millenium Challenge Account (MCA) Bénin II a été créé pour mettre en œuvre ce programme et tient
le rôle de maitrise d’ouvrage. C’est dans le cadre du projet de distribution d’électricité que SIEMENS a
été retenu afin de participer à la construction ou à l’extension de quatre sous stations électriques à
Cotonou (lot B). Le scope comporte également de légers travaux de rénovation sur certains autres
postes existants.
Les quatre postes sont visibles sur la carte ci-après, ce sont les suivants :
1. Akpakpa ;

2. CIM Benin ;

3. Croix Rouge ;

4. Gbedjromèdé.

Figure 1 - Implantation des principaux postes électriques d’intervention de SIEMENS (source de plan EIES Cotonou, Aout
2019)

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 7 / 51
1.2. Enjeux et objectifs
1.2.1. Enjeux
Un plan de gestion environnementale et sociale de construction (PGESC) a été produit afin que les
normes de la SFI soient respectées. Le plan de gestion des déchets est établi en marge de ce PGESC.
Ce plan de gestion des déchets dangereux et non dangereux s’inscrit dans le contexte du Bénin, où la
collecte et l’élimination des déchets est une problématique importante : dans les grandes villes comme
Cotonou, nombre d’ordures se retrouvent encore sur le bas-côté ou dans la nature, posant un
problème de pollution et de salubrité publique.

Figure 2 - Décharge sauvage d'ordures ménagères à Cotonou

Source : https://lanationbenin.info/collecte-des-ordures-menageres-a-cotonou-un-casse-tete-pour-les-acteurs/

1.2.2. Politique de SIEMENS en matière de gestion des déchets


Afin de lutter durablement contre les pollutions et gérer efficacement les déchets, SIEMENS s’engage
dans une politique dont les principaux sont les suivants :

· Éviter les pollutions du sol, de l’air et de l’eau lors de toutes les activités réalisées dans le cadre
du Programme ;

· Réduire les risques immédiats associés à des matières dangereuses ou à des pollutions sur les
sites d’intervention du Compact pendant la durée du Programme, jusqu’à un niveau
compatible avec l’usage de ces sites et leur environnement ;

· Développer et mettre en œuvre une stratégie efficiente de gestion des déchets sur les sites
d’intervention, incluant le retrait, le stockage sécuritaire et éventuellement le recyclage, le
traitement, et/ou la disposition finale de ces différentes matières en conformité avec le cadre
légal national, les conventions internationales et les NP de l’IFC ;

· Protéger la santé humaine des travailleurs et de la population en général, l’environnement


et les installations/équipement mis en place dans le cadre du Compact de l’exposition aux
substances dangereuses (notamment les PCB et les hydrocarbures) ;

· Dans une perspective à plus long terme, accompagner la SBEE et la CEB dans la mise en place
d’un système efficace de gestion des déchets, conforme avec le cadre légal national, les
conventions internationales et les NP de la SFI.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 8 / 51
Ce plan de gestion des déchets comprend, avec un degré de détail simplifié :
· Une description des types de déchets dangereux et non dangereux qui devront être gérés par
SIEMENS ainsi que les risques associés ;

· Une description des procédures et règles spécifiques de manutention, entreposage et


transport applicables à chaque catégorie de matières ;

· Une description des méthodes d’identification et d’étiquetage des déchets ;

· Une description des méthodes utilisées pour assurer en continu le suivi de la provenance, de
la nature, de la quantité et du lieu de stockage des matières et déchets dangereux ;

· Une description des méthodes et lieux de stockage.

La gestion détaillée des effluents aqueux et des terres polluées n’entre pas dans le cadre de ce Plan de
Gestion des Déchets Dangereux et Non Dangereux (des plans dédiés sont élaborés par ailleurs à cet
effet).

1.3. Organisation du plan


L’organisation proposée pour le plan s’intègre à l’organisation générale qui sera donnée au projet en
phase de construction. Chaque entité ayant une responsabilité directe dans la réalisation du projet
aura une responsabilité à assumer. À ce stade, ces entités ont été identifiées comme étant :
· Le bailleur de fond : Millenium Challenge Corporation ;

· Le Maître d’Ouvrage : Millenium Challenge Account (Benin II) ;

· Le titulaire pour le lot B : SIEMENS ;

· Les sous-traitants de SIEMENS (entrepreneurs) ;

· Les administrations ;

· La société civile.

1.4. Périmètre d’action


Ce document s’appliquera aux quatre sites dédiés à la construction des postes électriques. Ces sites
sont : Akpakpa, CIM Benin, Croix Rouge, Gbedjromèdé. Les routes aux abords des sites seront
également concernées par les mesures à appliquer ainsi que les voies fréquemment utilisées par les
véhicules pour la venue, le départ des travailleurs, la livraison et l’évacuation des matériaux.
Ce plan de gestion des déchets s’applique aux déchets dangereux et non dangereux, autres que les
déchets dangereux qui se trouvent dans la zone du projet, qui sont traités par ailleurs dans un autre
plan.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 9 / 51
2. Description du Projet

2.1. Scope
SIEMENS est chargée de l’installation et la mise en service des équipements prévus dans le cadre du
projet. Les principales phases de ce projet sont les suivantes :

· Acheminement du matériel jusqu’aux sites de construction des postes ;

· Réception du matériel/des composants ;

· Entreposage dans une zone de stockage ;

· Installation de l’équipement fourni ;

· Essais et mise en service de l’équipement ;

· Remise clé en main.

2.2. Description des postes à étendre et à construire


2.2.1. Poste d’Akpakpa
Ce site se trouve dans le premier arrondissement de Cotonou. Il représente environ 2470 m². Certaines
installations sont déjà présentes et occupent une superficie de 1700 m², les installations futures
occuperont 400 m² supplémentaires. Le propriétaire du site est la Société Béninoise d’Énergie
Électrique (SBEE). Ce site comporte déjà à l’heure actuelle les éléments suivants :
· Deux transformateurs,
· Deux cellules lignes souterraines,
· Une cellule ligne aérienne.
Le projet prévoit l’extension du poste AIS d’Akpakpa pour recevoir deux lignes supplémentaires pour
le bouclage du réseau 63kV Cotonou Nord "Vèdoko Gbedjromèdé - Croix Rouge - Cim Bénin - Akpakpa"
et le réseau Cotonou sud "Vèdoko - Ancien Pont - Akpakpa". Les jeux de barres existant seront
prolongés de deux pas de cellules pour permettre de raccorder les deux nouvelles cellules lignes "Cim
Bénin" et "Ancien Pont".

2.2.2. Poste CIM Bénin


Ce site se trouve dans l’arrondissement d’Agblangandan et représente 1058 m². Les installations
couvriront environ 750 m². La parcelle est détenue par la Mairie de Sémé-Kopdji. Nous noterons qu’il
existe un poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Sur ce site, le projet vise à construire un poste qui sera composé de deux échelons de tension : 63 kV
pour les installations HTB et 15kV pour la moyenne tension.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension. Le poste est constitué de :
· Quatre travées lignes,

· Deux bancs transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA,


· Cellule 15kV.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 10 / 51
2.2.3. Poste Croix rouge
Ce site se trouve dans le troisième arrondissement de Cotonou et représente 856 m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle est détenue par la mairie de Cotonou. Nous noterons qu’il existe un
poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension. Le poste est constitué de :
· Deux travées lignes ;

· Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA,


· Plusieurs équipements moyenne tension (une rame moyenne tension composée de 2 cellules
d’arrivée, 1 cellule de couplage, de 8 cellules départs).

2.2.4. Poste Gbedjromèdé


Ce site se situe dans le 6ème arrondissement de Cotonou et représente 900m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle appartient à la mairie de Cotonou.
Le projet vise à construire un nouveau poste sur ce site 63/15kV avec une technologie GIS.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations
HTB et 15 kV pour la moyenne tension en technologie GIS. Le poste est constitué de :
· Trois travées lignes,

· Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA,

· Plusieurs équipements MT (une rame MT composée de 2 cellules d’arrivée, 1 cellule de


couplage, de 8 cellules départs).

2.2.5. Aménagements de postes existants


Le projet prévoit également le renouvellement de certains équipements sur les postes suivants :
· Postes de distribution : Godomey / 3 banques – Cotonou / Allada / Lokossa,

· Postes aboutissants : Vedoko / Ancien Pont / Seme.

2.3. Calendrier d’exécution


Le projet a démarré le 25 février 2020 et se termine le 26 décembre 2021.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 11 / 51
2.4. Personnes clés
CHEF DE PROJET CONSTRUCTION OSVALD G.ACLASSATO
MCA
DIRECTEUR DES OPERATIONS JOEL AKOWANOU

RESPONSABLE GENERAL DU PROJET DANIEL MERLIN


SOFRECO
CHEF DE MISSION AHMED KHATTAB

RESPONSABLE GENERAL OFFSHORE FREDERIC ACHARD

REPRESENTANT GENERAL ONSHORE BRUNO CHATRON

SIEMENS RESPONSABLE ESSSC/HSE OFFSHORE FRANCK BERARDI

RESPONSABLE ESSSC ONSHORE NOMME DANS LES PHASES ULTERIEURES DU PROJET

AGENT DE LIAISON AVEC LES COMMUNAUTES NOMME DANS LES PHASES ULTERIEURES DU PROJET

Tableau 1 - Personnel clé

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 12 / 51
3. Textes applicables

3.1. Cadre législatif et règlementaire de la République du Bénin


3.1.1. Textes règlementaires
· Le décret n°2003-332 du 27 août 2003 portant gestion des déchets solides en République du
Bénin. Il définit les objectifs et les dispositions de protection de l’environnement et la santé de
l’homme de toute influence dommageable causée par les déchets. Il vise entre autres :

o La prévention ou réduction des déchets et leur nocivité ;

o L’organisation et l’élimination des déchets, la limitation, la surveillance et le contrôle


des transferts de déchets ;

o L’assurance de la remise en état des sites.

· Le décret n°2003-330 du 27 août 2003 portant gestion des huiles usagées en République du
Bénin. Ce décret fixe les modalités de collecte, de transport, de regroupement, de
prétraitement, d’élimination ou de valorisation des huiles usagées en application des
dispositions de la loi n°98-030 du 12 février 1999 portant loi-cadre sur l’environnement en
République du Bénin.

Il définit en son article 2 les huiles usagées comme étant « toutes huiles, issues du raffinage
du pétrole brut ou synthétique, destinées à la lubrification ou à d’autres fins, et qui sont
devenues impropres à leur usage original en raison de la présence d’impuretés ou de la perte
de leurs propriétés initiales; elles incluent les huiles lubrifiantes, les huiles hydrauliques, les
huiles pour le travail des métaux et les liquides isolants ou caloporteurs »,

· Le Décret n° 2001-109 du 4 avril 2001 fixant les normes de qualité des eaux résiduaires en
République du Bénin.

Ce décret fixe les normes de qualité des eaux résiduaires en République du Benin, et
notamment des eaux usées industrielles et des eaux usées domestiques. L’article 2 dudit
décret définit les eaux résiduaires comme des eaux usées industrielles et les eaux usées
domestiques. Le rejet des eaux usées industrielles dans les caniveaux d‘évacuation des eaux
pluviales est interdit. Il doit être conforme aux exigences contenues dans le permis de
déversement, contenant les informations relatives aux débits moyens et maximaux permis, à
la concertation et charge moyennes et maximales de contaminant permises et aux exigences
d'auto-surveillance de la conformité des rejets.

3.1.2. Normes applicables à l’aménagement des décharges


Il existe plusieurs normes applicables aux projets d’aménagement des décharges dont les valeurs de
référence varient en fonction du niveau de développement du pays. Le Bénin ne disposant pas de
normes spécifiques en la matière, les normes généralement applicables aux pays en voie de
développement sont considérés ci-dessous.

Dans le guide pratique sur la gestion des déchets ménagers et des sites d’enfouissement technique
dans les pays du sud produit par l’Institut de l’énergie et de l’environnement de la Francophonie en
2005, plusieurs critères et valeurs de référence ont été indiqués notamment pour le choix du site
d’accueil des décharges contrôlées. Il s’agit entre autres des éléments suivants :

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 13 / 51
· Perméabilité du sol (naturel ou après aménagements) inférieure ou égale à 10-9 m/s sur une
épaisseur minimum de 1 m ;

· Ne pas implanter un CET dans une zone présentant une faiblesse géologique active (sismique,
volcanique, etc.) ;

· Ne pas implanter un CET sur le bassin-versant d’une nappe phréatique exploitée ou exploitable
dépourvue d’une isolation naturelle par rapport au terrain superficiel (1 m de sol de
perméabilité 10–9 m/s) ;

· Pente du terrain inférieure à 1/3 (1 vertical sur 3 horizontal = 18° sur l’horizontale).

3.2. Convention internationales

Conventions Dates de ratification


ENVIRONNEMENT
Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements
4 décembre 1997
transfrontaliers des déchets dangereux et leur élimination
Convention de Bamako sur l’interdiction d’importation des
déchets dangereux et radioactifs en Afrique et du contrôle de 17 juin 1997
leur mouvement transfrontalier

Convention de Stockholm sur les polluants organiques


5 janvier 2004
persistants

Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement


préalable en connaissance de cause applicable à certains
5 janvier 2004
produits chimiques et pesticides dangereux qui font l’objet
d’un commerce international entrée en vigueur

3.3. Normes de performance de la SFI et directives ESSSC


Suivant l’engagement de la maitrise d’ouvrage, SIEMENS veillera à respecter les normes de
performance de la SFI. Voici brièvement les principaux objectifs à mettre en œuvre et leur adéquation
avec la réglementation nationale :

NP1 : Évaluation et gestion des risques et impacts environnementaux et sociaux


· Identifier et évaluer les risques et les impacts environnementaux et sociaux du projet ;

· Adopter une hiérarchie des mesures d’atténuation de manière à anticiper et éviter les impacts,
ou lorsque ce n’est pas possible, atténuer le plus possible, et lorsque des impacts résiduels
perdurent, à compenser les risques et les impacts auxquels sont confrontés les travailleurs, les
Communautés affectées et l’environnement ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 14 / 51
· Promouvoir une meilleure performance environnementale et sociale des clients grâce à une
utilisation efficace des systèmes de gestion.

NP3 : Utilisation rationnelle des ressources et prévention de la pollution


· Éviter ou réduire les impacts négatifs sur la santé humaine et l’environnement en évitant ou
en réduisant la pollution générée par les activités des projets.

· Promouvoir l’utilisation plus durable des ressources, notamment l’énergie et l’eau.

NP4 : Santé, sécurité et sureté des communautés


· Prévoir et éviter, durant la durée de vie du projet, les impacts négatifs sur la santé et la sécurité
des Communautés affectées qui peuvent résulter de circonstances ordinaires ou non
ordinaires.

· Veiller à ce que la protection du personnel et des biens soit assurée conformément aux
principes applicables des droits humains et de manière à éviter d’exposer les Communautés
affectées à des risques ou à minimiser ces derniers.

NP8 : Patrimoine culturel


· Protéger le patrimoine culturel contre les impacts négatifs des activités des projets et soutenir
sa préservation. Promouvoir la répartition équitable des avantages de l’utilisation du
patrimoine culturel.

Directives HSE de l’IFC


· Établir une hiérarchie dans la gestion des déchets examinant la prévention, la réduction, la
réutilisation, la récupération, le recyclage, l’enlèvement et, enfin, l’élimination des déchets.

· Éviter la production de déchets dangereux et non dangereux et minimiser leurs impacts sur
l’environnement par une gestion appropriée lors du stockage, de la réutilisation, du transport,
du recyclage, du traitement et de l’élimination.

3.4. Directives de MCA


3.4.1. Directives HAZMAT
Le présent plan de gestion des déchets prend en compte les directives HAZMAT requises par le MCA,
compte-tenu que les déchets dangereux et non-dangereux peuvent générer une pollution des sols au
droit des postes électriques. Les directives HAZMAT imposent en effet des obligations pour :
· La détermination de la nature, du degré de pollution et de l’étendue de la pollution des sols ;

· La source de pollution lorsqu’elle est identifiable ;

· La détermination des modalités de réutilisation ou élimination des terres contaminées ;

· La maîtrise du risque d’exposition des personnes ;

· La préservation de l’environnement.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 15 / 51
Ainsi les termes de référence rappellent les obligations de MCC et MCA selon ces termes :
Les obligations de MCC et de MCA-Bénin quant à la gestion des matières et déchets dangereux
doivent être circonscrites en fonction de la portée du projet et des caractéristiques spécifiques
du site de projet. En général, lesdites obligations devraient se limiter aux matières se trouvant
dans les zones de chantier des contractants, y compris sur l’ensemble des zones directement ou
indirectement utilisées ou impactées par ce dernier dans l’exécution de ses travaux. Les
contractants sont responsables de la manipulation, gestion et mise en décharge adéquates de
toutes matières et déchets dangereux rencontrés ou résultant de leurs propres activités, y
compris en dehors de leurs zones de chantier à proprement parler.
Dans certains cas, MCC et MCA-Bénin peuvent envisager de définir des mesures supplémentaires
qui s’appliquent au-delà des zones de chantier des contractants, pour atténuer des risques plus
larges et/ou pour garantir qu’un projet une fois terminé ne présente pas de risque pour la santé
humaine et l’environnement. La nature et l’étendue des risques rencontrés sur le site doivent
contribuer à décider des réponses appropriées.
Les enjeux, pour l’étude et l’évaluation des matières dangereuses concernant les installations
électriques et les sites éventuellement contaminés par l’exercice des activités de production ou
de distribution d’électricité seront de :
o S’assurer que les sites inscrits au projet ne génèrent pas, à terme, de risques
incompatibles avec les milieux et leur usage direct ;

o Garantir la mise en sécurité des installations et équipements présents sur site au vu des
futurs aménagements ;

o Éliminer les risques de financements de projets (sites et installations) susceptibles de


remettre en service des équipements ou des sites contaminés.

3.4.2. Exigences minimales


Le présent plan de gestion des déchets dangereux et non dangereux s’appuie sur les exigences
minimales du MCA, formulées dans l’annexe 6 du Document d’Appel d’Offre et mis à disposition de
SIEMENS.

3.5. États de l’art internationaux de gestion des déchets


SIEMENS s’engage à réduire globalement les déchets par une bonne gestion des matériaux de
construction et donner la préférence aux matériaux recyclables.
La hiérarchie de gestion des déchets présente ci-dessous, par ordre de priorité décroissante, les
meilleurs choix environnementaux en matière de gestion des déchets. La priorité doit être de
minimiser la génération de déchets sur le site de construction, puis de les réduire et enfin de réutiliser
la matière ou en dernier lieu, la recycler. Il convient de rechercher, autant que faire se peut, la
valorisation des déchets et éviter leur élimination sans valorisation. L’élimination finale des déchets
est recommandée uniquement en l’absence d’alternative.

1. Éviter les déchets

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 16 / 51
Éviter de générer des déchets est la priorité de la hiérarchie de tout plan de gestion des déchets. Cette
étape est assurée par des mesures mises en œuvre avant qu’une substance devienne un déchet.
2. Réduire les déchets

Réduire les déchets peut contribuer à réaliser des économies lors de la construction des postes
électriques. Ces mesures incluent une utilisation économe des matériaux, pendant que certains sont
réorientés vers la réutilisation ou le recyclage. Toute gestion des déchets requiert des efforts et de
l’énergie, ainsi toute activité contribuant à réduire la quantité de déchets produits diminue les
émissions et l’énergie nécessaire pour les gérer.

3. Réutilisation des déchets

La réutilisation ou la réorientation de déchets récupérés réduit également la demande en nouveaux


matériaux, par exemple en équipements électriques ou peintures.

4. Recyclage des déchets

Une manière courante de réduire la quantité de déchets est d’établir un programme de recyclage qui
dépend de la composition du déchet généré sur le site de construction. Grâce au recyclage, la quantité
de déchets résiduels est réduite, économisant de l’énergie et des matériaux.

5. Éliminer

Lorsqu’il aura été déterminé que toutes les étapes précédentes n’auront pu être mises en œuvre pour
des raisons justifiables, alors le déchet devra être jeté conformément à la réglementation en vigueur,
dans le respect de l’environnement et des communautés.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 17 / 51
Figure 3 - Logigramme de gestion des déchets

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 18 / 51
4. Gestion des déchets sur le projet
Ce chapitre concerne exclusivement les déchets produits par SIEMENS qui sont issus des travaux,
incluant les travaux d’entretien des équipements de SIEMENS, qu’ils soient générés sur les sites du
projet ou sur les aires temporairement utilisées par SIEMENS dans le cadre du projet.
L’objectif de SIEMENS pour la gestion des déchets fonctionne sur une approche à 2 niveaux, comme
détaillé à la Figure 3 :
· Prévention de la production de déchets avant décision d’abandon ;
· Gestion des déchets après décision d’abandon.

4.1. Éviter la production de déchets


Le premier axe de réduction de déchets consiste naturellement à ne pas produire de déchet. SIEMENS
mettra en œuvre les actions suivantes pour réduire la production de déchets à la source :

· Proscrire les produits jetables ;


· Limiter les emballages ;
· Opter pour des produits réutilisables ;
· Réduire sa consommation de papier ;
· Réparer ce qui peut l’être.

4.2. Réduction des quantités de déchets


Préalablement à chaque ordre d’achat de nouveau matériel, SIEMENS procèdera à une estimation
précise des besoins réels avant achat, de façon à se procurer seulement la quantité de matériau
nécessaire, évitant ainsi la mise au rebus de matériau superflu.

4.3. Réemploi
Préalablement à la mise au rebus d’un matériau ou équipement, SIEMENS procèdera à une réflexion
sur les possibilités de réemploi en interne au poste, ou bien sur un autre poste. Cette réflexion pourra
être partagée avec l’Ingénieur du projet moyennant une analyse de risques que ce réemploi pourrait
produire.

4.4. Gestion de l’élimination


Les déchets pour lesquels il n’aura pas été possible d’identifier une filière de remploi devront faire
l’objet d’une élimination conformément à la réglementation applicable.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 19 / 51
5. Gestion de l’élimination des déchets destinés à l’abandon
Ce chapitre concerne les déchets pour lesquels les objectifs de non-production de déchet et de
réduction de déchets tels que définis au chapitre 4.3 n’ont raisonnablement pu être mis en œuvre.

5.1. Volume 1 – Gestion des déchets dangereux


5.1.1. Typologie des déchets dangereux
Ces déchets contiennent des substances toxiques et/ou nocives qui nécessitent une attention et un
traitement spéciaux.
Les risques de pollution et les risques pour la santé sont élevés pour ce type de déchet :

· Explosif ;

· Infectieux ;
· Inflammables ;
· Cancérigène ou toxique ;
· Présence de métaux lourds (plomb, mercure, cadmium, nickel, lithium, etc) ;
· Persistance dans les eaux et les sols élevée pour les déchets organiques.

Exemples de déchets dangereux susceptibles d’être générés par le chantier:

· Peintures, vernis avec solvant non aqueux (organiques, plomb…) ;


· Goudron et produits associés, huiles usagées, hydrocarbures et produits associés ;
· Les PCB ;
· Les transformateurs ;
· Les terres contaminées ;
· Piles, batteries usées du matériel roulant et des engins, Déchets d’Équipements Électriques et
Électroniques (DEEE : appareils électroménagers, déchets informatiques, outils électriques) ;

· SF6 ;
· Silicone et produits associés ;
· Bois traité, produits de traitement du bois et déchets verts contaminés ;
· Containers en plastique et en métal contaminés par des déchets dangereux tels les peintures,
les adhésifs, les hydrocarbures ;

· Déchets médicaux, EPI contaminés ;


· Graisses, câbles, néons…

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 20 / 51
5.1.2. Inventaire des déchets dangereux générés par SIEMENS et
préconisations
Les tableaux ci-dessous présentent, pour chaque poste, les différents types de déchets dangereux
générés par SIEMENS, leurs quantités estimatives et les modalités de gestion :

Poste Akpakpa

Tableau 2 - Inventaire estimatif des déchets dangereux générés sur le site d’Akpakpa

AKPAKPA

Type de déchet Risques associés Quantités Préconisations particulières


Nocifs, inflammables,
Déchets verts contaminés Quelques kg CET pour DD
polluants
Recyclage (raffinerie) /
Nocifs, inflammables,
Huiles usagées Quelques m3 combustible pour industrie
polluants
(cimenterie, fonderie)
Déchets de produits Réutilisation, sinon renvoi au
Nocifs, inflammables,
chimiques, SF6, résidus de NC (quantité faible) fournisseur. Mélanges :
polluants
peintures, bidons associés évacuation en CET pour DD
Réutilisation, sinon renvoi au
DEEE Nocifs, polluants NC
fournisseur
EPI usagés souillés Nocifs, polluants NC CET pour DD

Déchets médicaux Nocifs, polluants NC CET pour DD

Poste Cim-Bénin

Tableau 3 - Inventaire estimatif des déchets dangereux générés sur le site de Cim-Bénin

CIM-BENIN
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières

Déchets verts contaminés Nocifs, polluants Quelques kg CET pour DD

Recyclage (raffinerie) /
Nocifs, inflammables,
Huiles usagées Quelques m3 combustible pour industrie
polluants
(cimenterie, fonderie)
Déchets de produits Réutilisation, sinon renvoi
Nocifs, inflammables,
chimiques, résidus de NC (quantité faible) au fournisseur. Mélanges :
polluants
peintures, bidons associés évacuation en CET pour DD
Réutilisation, sinon renvoi
DEEE Nocifs, polluants NC
au fournisseur

EPI usagés souillés Nocifs, polluants NC CET pour DD

Déchets médicaux Nocifs, polluants NC CET pour DD

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 21 / 51
Poste Croix-Rouge

Tableau 4 - Inventaire estimatif des déchets dangereux générés sur le site de Croix-Rouge

CROIX-ROUGE
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Déchets verts contaminés Nocifs, polluants Quelques kg CET pour DD

Recyclage (raffinerie) /
Nocifs, inflammables,
Huiles usagées Quelques m3 combustible pour industrie
polluants
(cimenterie, fonderie)
Déchets de produits Réutilisation, sinon renvoi
Nocifs, inflammables,
chimiques, résidus de NC (quantité faible) au fournisseur. Mélanges :
polluants
peintures, bidons associés évacuation en CET pour DD
Réutilisation, sinon renvoi
DEEE Nocifs, polluants NC
au fournisseur

EPI usagés souillés Nocifs, polluants NC CET pour DD

Déchets médicaux Nocifs, polluants NC CET pour DD

Poste Gbedjromèdé

Tableau 5 - Inventaire estimatif des déchets dangereux générés sur le site de Gbedjromèdé

Gbedjromèdé
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Déchets verts contaminés Nocifs, polluants Quelques kg CET pour DD
Recyclage (raffinerie) /
Nocifs, inflammables,
Huiles usagées Quelques m3 combustible pour industrie
polluants
(cimenterie, fonderie)
Déchets de produits Réutilisation, sinon renvoi
Nocifs, inflammables,
chimiques, résidus de NC (quantité faible) au fournisseur. Mélanges :
polluants
peintures, bidons associés évacuation en CET pour DD
Réutilisation, sinon renvoi
DEEE Nocifs, polluants NC
au fournisseur

EPI usagés souillés Nocifs, polluants NC Incinération / CET pour DD

Déchets médicaux Nocifs, polluants NC Incinération / CET pour DD

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 22 / 51
5.1.3. Collecte des déchets dangereux
SIEMENS analysera et installera un nombre suffisant de bacs et/ou conteneurs appropriés dans une
zone dédiée à cet effet par SIEMENS pour le tri, le recyclage, le traitement et l’élimination ultérieure
des déchets. SIEMENS établira la composition des déchets et rendra disponible cette information.

SIEMENS s’assurera :

· De la bonne manipulation des déchets dangereux en utilisant notamment les EPI comme
détaillé dans le Plan de Gestion Santé et Sécurité;
· Que le collecteur de déchets dispose des formations et autorisations nécessaires pour exercer
;
· Que le traitement des déchets dangereux se fait dans des installations conformes ;
· Traçabilité : le registre de traçabilité des déchets sera gardé à jour et le modèle de Formulaire
de Transfert des Déchets rédigé. Pour les déchets identifiés comme dangereux, ce Formulaire
de Transfert des Déchets est l’un des éléments à fournir pour suivre les déchets jusqu’à leur
élimination.

Modalités de collecte des déchets dangereux

Les déchets dangereux seront collectés sur les zones de travail et les zones de dépôt en accord avec
les exigences suivantes :

· Tous les containers seront fournis avec des couvercles attachés en toute sécurité lorsqu’ils ne
sont pas utilisés, et répartis aux endroits où ils pourront être facilement vus et atteints ;
· Des poubelles scellables suffisamment grandes seront mises à disposition en nombre suffisant
(la taille et le nombre dépendent des volumes de déchets générés et de leurs types).
Différentes poubelles seront adaptées à différents types de déchet, et disponibles sur toutes
les zones de travail. La quantité, la capacité, les localisations et fréquences de vidage de ces
récipients seront ajustés si nécessaire ;
· Les déchets dangereux seront séparés des déchets non dangereux ;
· Les différents types de containers seront aisément identifiables avec un code couleur et des
affiches indiquant le contenu prévu.
· Signalisation : l’existence de poubelles de tri doit être explicite. Les containers doivent être
munis d’affichages rappelant les instructions de tri. Les couvercles doivent toujours être en
position fermée pour des raisons d’hygiène mais aussi pour faciliter l’identification des
poubelles par leur couleur lors du dépôt et de la collecte des déchets.
· Dimensionnement et disposition des poubelles : les poubelles doivent être dimensionnées en
fonction du type d’activités (volumes et catégories de déchets) et de la fréquence de collecte.
L’accès aux poubelles doit se faire sans contrainte entre deux collectes pour tous les différents
flux de déchets.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 23 / 51
Facteur clé :
Un enjeu consiste à ne pas mélanger les différents types de déchets, ce qui rend impossible leur
valorisation et parfois même, leur identification. SIEMENS veillera au bon respect de l’utilisation des
différentes poubelles de tri par les travailleurs.

5.1.4. Stockage des déchets dangereux


Le stockage des déchets se fera dans des zones dédiées, signalées et accessibles.

Les zones de stockage au sein des chantiers de SIEMENS doivent être dégagées et installées aussi près
que possible des usagers, adaptées à la quantité de déchets produits, et facilement accessibles aux
prestataires déchets ; elles ne doivent pas être source de nuisances et doivent être nettoyées
régulièrement. Chaque type de déchet dangereux sera séparé des autres selon les risques spécifiques
qu’il est susceptible de générer (voir Figure 4) et sa voie d’élimination.

Préalablement à l’utilisation d’un container de déchets dangereux, celui-ci devra être inspecté de
manière à vérifier l’intégrité de la structure et l’absence de fuite. En cas de fuite ou d’absence de
bouchon hermétique, le produit sera transféré dans d’autres fûts ou autres contenants adaptés
propres, non fuyards et hermétiques.

Les déchets dangereux seront stockés dans des réservoirs ou des containers, ceux-ci étant fermés,
chimiquement compatibles avec le déchet, et entreposés dans de bonnes conditions : sur surface
imperméable, sans siphon de sol et sous un toit s’ils sont dehors.

Le marquage des containers doit être accessible et indiquer les informations suivantes :

· Description du contenu ;
· Début de la date d’accumulation ;
· Code(s) de déchet(s) et pictogrammes de danger CLP.
Les containers renfermant des déchets inflammables ou réactifs ne doivent pas être stockés dans les
emplacements suivants :

· Là où il existe un risque de dommages en cas d’impact ou de collision dus à la circulation sur


le chantier.
· À moins de 50 mètres d’un point d’eau, d’un puits ou d’un forage.
· À moins de 10 mètres d’un cours d’eau, d’un fossé ou d’un canal de drainage.
· Là où un produit déversé peut pénétrer dans le système de drainage ou les couvercles de trou
d’homme mal fixés, ou s’infiltrer dans le sol et atteindre la nappe phréatique.
· Sur un toit.
· Dans des zones inondables.
Selon leurs propriétés chimiques, certains types de déchets sont incompatibles avec d’autres et ne
doivent donc pas être stockés dans le même container. En outre, les containers situés près de
containers renfermant des déchets incompatibles avec les premiers doivent être séparés par une
digue, une berme, un mur ou un autre dispositif.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 24 / 51
Les déchets dangereux ne doivent pas être stockés dans un container ayant au préalable renfermé un
matériau incompatible.

Les déchets incompatibles entre eux incluent généralement ceux qui peuvent réagir dangereusement
entre eux, avec production d’importantes quantités de chaleur, de flammes, de gaz inflammable ou
toxique, ou de produits corrosifs ou instables. Une liste des principaux types de produits chimiques
incompatibles entre eux est donnée ci-dessous :

Figure 4 - Exemples de produits incompatibles par pictogramme de danger


(Source : https://www.kaptitude.com/les-incompatibilites-au-stockage)

Le temps de stockage sera enregistré dans l’inventaire des déchets.

Les déchets seront stockés de manière à ne pas collecter d’eau stagnante pour éviter la prolifération
des moustiques (notamment dans les bacs de rétention de fuites liquides).

Un kit anti-contamination, adapté au type et au volume du produit, sera disposé à proximité des
stockages de déchets dangereux pour être utilisé en cas de fuite au sol et d’infiltration. Pour les déchets
dangereux liquides, les kits contiendront à minima des gants de protection jetables, des boudins
absorbants, du papier absorbant et une poubelle.

Les containers de déchets dangereux seront suffisamment séparés entre eux pour permettre le
nettoyage en cas de déversement. Ces zones de stockage doivent être propres et rangées de manière
à ne pas poser de risque pour la santé et la sécurité des travailleurs et de la communauté.

La signalisation, les barricades, les extincteurs, les kits de déversement / les dispositifs de confinement
et les autres équipements de sécurité exigés seront disponibles dans les zones de stockage.

SIEMENS s’assurera que les déchets sont bien triés avant l’envoi vers les installations désignées.

Par ailleurs, afin d’évaluer les capacités de stockage requises pour les matières/déchets dangereux qui
se trouvent dans la zone du Projet avant délimitation, il faut considérer que la prise en charge par un
tiers de ces matières et déchets dangereux pourrait n’être effectuée qu’à la fin du projet de

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 25 / 51
construction, ce qui signifie que la totalité des quantités doit être prise en compte dans le
dimensionnement.

5.1.5. Évacuation/élimination des déchets dangereux


SIEMENS est responsable de l’élimination appropriée de tous les déchets dangereux liés à l’étendue
de ses travaux et de ses installations de chantier conformément à la législation applicable. SIEMENS
tiendra un registre précis de tous les déchets éliminés du chantier et le mettra à disposition sur
demande.

Le Devoir de Diligence place la responsabilité d’un déchet sur le producteur de ce déchet afin qu’il
s’assure de l’emballage, du transport, du traitement et de l’élimination de ce déchet en termes
d'exigences légales.

Lorsque cela est possible, les DEEE, les déchets de type résidu de produit chimique, et les containers
et emballages de matière dangereuse ne seront pas éliminés mais renvoyés au fournisseur en
conformité avec les conventions internationales.

SIEMENS mettra en œuvre les mesures minimales suivantes pour maîtriser l’élimination des déchets
dangereux :

· Inventorier tous les flux de déchets dangereux et mettre régulièrement à jour l’inventaire ;
· Les déchets dangereux ne seront pas éliminés en décharge ;
· Les déchets dangereux seront collectés, supprimés et éliminés uniquement dans des
installations autorisées ;
· Tous les déchets éliminés vers des recycleurs tierces parties seront enregistrés en utilisant les
Formulaires de Transfert de Déchets avec les reçus officiels et les certificats d’élimination sur
les sites certifiés d’élimination de déchets.
Tous les organismes contractés pour le transport, la gestion ou l’élimination des déchets, et toutes les
installations utilisées pour la transformation, le stockage ou l’élimination des déchets seront en
possession de tous les permis et autorisations nécessaires. Le personnel du projet devra confirmer cela
avant d’utiliser toute installation externe et auditera leurs opérations pour d’assurer du respect des
exigences du projet.

5.1.6. Transport des déchets dangereux


Le transporteur des déchets dangereux devra être conçu de façon à être respectueux de
l’environnement (pas de risque de fuite de produit).

À ce titre, les procédures définies dans le plan de transport des déchets comprennent la vérification
avant la mise en œuvre de l’évacuation du déchet de l’intégrité de la structure et l’absence de fuite de
tout équipement ou contenant. En cas de fuite ou de risque de fuite avéré, les procédures prévoient
que des mesures correctives devront être mise en œuvre pour assurer un transfert sécuritaire des
produits. En dernier cas de figure, le transfert des déchets est interdit, et le conducteur du transport
est sommé de revenir avec un véhicule en bon état.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 26 / 51
5.1.7. Manipulation des déchets dangereux
Toute tâche impliquant la manipulation de déchets dangereux sera conduite en respectant les
recommandations ESSSC détaillée dans le Plan de Gestion de la Santé et de la Sécurité des Travailleurs.

Par ailleurs, les fiches de sécurité des produits seront disponibles sur les lieux et auprès du Responsable
Environnement.

5.1.7.1. Analyse du risque d’exposition aux déchets dangereux


Une analyse des risques dite DMER (voir section 2.2.2.2 du PGSSC) sera réalisée spécifiquement pour
les activités de manipulation et évacuation des déchets. En premier lieu, cette DMER permettra de
définir les mesures permettant de réduire le risque d’exposition du personnel aux déchets. Pour les
tâches précises pour lesquelles une exposition résiduelle n’est pas à exclure, alors des EPI devront être
portés par le personnel concerné.

5.1.7.2. Détermination des EPI


Les conclusions de l’analyse des risques spécifique DMER, permettront d’identifier dans chaque cas de
figure les EPI nécessaires pour la manipulation des déchets dangereux.

Le personnel intervenant sera exposé de 2 manières possibles au déchets dangereux :

· Par contact physique ;


· Par inhalation.

Par contact physique

Selon les conclusions de l’analyse des risques spécifique DMER, pour la protection au risque de contact
physique, le personnel intervenant sera équipé :

· De lunettes de protection couvrantes contre les projections ;


· D’une combinaison de protection étanche jetable résistante aux produits chimiques ;
· De gants nitriles prévus pour résister aux agressions chimiques et physiques (coupure,
poinçonnement…).

Par inhalation

Selon les conclusions de l’analyse des risques spécifique DMER, pour la protection au risque
d’inhalation, le personnel intervenant sera équipé :

· Masque respiratoire de type FFP1 jetable ;


· D’un masque respiratoire équipé de cartouche filtrante.

5.1.7.3. Entretien et utilisation des EPI


Parmi les EPI mentionnés ci-dessus, seuls les gants nitriles et le masque respiratoire à cartouche
filtrante sont réutilisables. Leur utilisation sera donc nominative. Ils seront remplacés dès lors qu’ils
deviennent défectueux ou périmés (cas de la cartouche filtrante notamment).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 27 / 51
Les EPI jetables sont jetés dans les poubelles prévues à cet effet. Il est à noter qu’un EPI souillé est à
considérer comme un déchet dangereux.

Le nettoyage des EPI réutilisable comme le masque respiratoire sera assuré avant et après chaque
utilisation en utilisant un produit de nettoyage désinfectant prévu à cet effet qui leur sera mis à
disposition par SIEMENS.

Lorsqu’ils ne sont pas utilisés, les EPI réutilisables sont rangés dans un endroit, à l’abris de la poussière
et de l’humidité.

5.1.8. Filières d’évacuation des déchets dangereux


Pour les déchets dangereux, il existe différentes filières d’évacuation/élimination, elles sont détaillées
dans ce chapitre.

5.1.8.1. Filière 1 : Recyclage des déchets dangereux


Suivant les déchets, les choix de traitement privilégiés seront les suivants :

· Déchets d’huiles usagées : recyclage en raffinerie ou élimination (combustible pour industrie


comme cimenterie, fonderie).
· Déchets de produits chimiques et peintures, et bidons associés : si possible renvoyés au
fournisseur ;
· Déchets d’Équipements Électriques ou Électroniques (DEEE) : piles, batteries de véhicules,
filtres à huile, ampoules et lampes. L’identification d’une filière de traitement, en favorisant le
recyclage, sera menée. En l’absence d’une telle filière, ces déchets seront autant que possible
ramenés au fournisseur.

5.1.8.2. Filière 2 : Valorisation énergétique


La valorisation énergétique est la conversion de déchets non recyclables en différents types de
combustibles pouvant être utilisés pour fournir de l’énergie sous forme de chaleur, électricité ou
carburant. Pour cela, différents procédés peuvent être mis en œuvre comme la combustion
(incinération), la digestion anaérobie, la gazéification et la récupération des gaz d’enfouissement.

Ces technologies sont assez onéreuses et n’existent pas encore au Bénin, exceptée la récupération par
des entreprises locales pour servir de combustible (huiles usagées) dans des process industriels, dans
le cas où le recyclage est impossible.

5.1.8.3. Filière 3 : Élimination appropriée des déchets dangereux


Finalement, certains déchets devront être éliminés. Pour les déchets dangereux, en l’absence de filière
de traitement locale, l’exportation en conformité avec les conventions internationales sera à
envisager.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 28 / 51
5.2. Volume 2 - Gestion des déchets non dangereux
5.2.1. Typologie des déchets non dangereux
5.2.1.1. Déchets inertes
Il s’agit des déchets minéraux qui, lors du stockage, ne subissent plus aucune modification telle la
décomposition, la combustion ou toute réaction chimique ou biologique pouvant mettre en danger la
santé ou l’environnement. C’est le cas de la plupart des matériaux non dangereux issus du
démantèlement, de la démolition ou du déblai :

· Pierre, ciment, béton, blocs, décombres, terre cuite, briques ;


· Terres non polluées, cailloux ;

· Ardoise, faïence, porcelaine, céramique ;

· Verre.
Le risque associé à ce type de déchets est la perte de matière s’ils ne sont pas réemployés ou recyclés.

5.2.1.2. Déchets solides ménagers (DSM)


Il s’agit des déchets dont la composition peut être assimilée à celle des déchets ménagers,
principalement :
· Déchets putrescibles ;
· Emballages (plastique, carton) et papiers.
Ces déchets peuvent être générés par les travailleurs durant les opérations de construction, dans les
bureaux et espaces de restauration. Ils peuvent générer des risques de pollution des sols et des eaux.

5.2.1.3. Déchets industriels banals


Il s’agit des déchets non dangereux, non toxiques et non inertes.
La plupart de ces déchets sont faits de matériaux valorisables. Cependant, le fait que ces matériaux
soient en mélange peut être un frein à leur récupération. Ces déchets seront triés pour réduire les
risques pour l’environnement, rendre leur récupération possible et réduire les coûts de traitement.
Parmi ces déchets on peut citer :

· Métaux : tuyaux, chutes de métaux (échafaudages endommagés), containers vides ayant


contenu des matériaux non dangereux, pinces, boulons, etc ;

· Bitume, lisier de béton ;


· Plâtre ;
· Emballages de matières non dangereuses, plastiques (PVC/polystyrène/PE), papier, carton ;
· Complexes isolants ;

· Textiles non contaminés ;


· Bois issu de la coupe des arbres sur les sites de Croix Rouge (33 arbres) : 24 cocotiers, 8 ficus
et 1 manguier ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 29 / 51
· Déchets verts non contaminés issus du débroussaillage ;

· Aquarelles, adhésifs et scellants avec solvant aqueux ;

· Complexes de plusieurs matériaux non dangereux (plâtre, polystyrène, carton, bois, acier…).

Les risques sont les mêmes que pour les DSM, auxquels s’ajoutent les risques liés à la perte de matière
et d’énergie si ces matériaux ne sont pas recyclés.

5.2.2. Inventaire des déchets non dangereux


5.2.2.1. Inventaire des déchets non dangereux générés par SIEMENS et préconisations
Les tableaux ci-dessous présentent, pour chaque poste, les différents types de déchets non dangereux,
leurs quantités estimatives et les modalités de gestion :

Poste Akpakpa

Tableau 6 - Inventaire estimatif des déchets non dangereux générés sur le site d’Akpakpa

AKPAKPA
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Démantèlement par le
Centrale de location / 1 (25x10 m)
propriétaire de la centrale
Mise à la disposition de la
Gravats / 5 m3
mairie
Sur 18 mois : 103 kg* /
Déchets putrescibles / Compostage / CET
travailleur
Compostage / mise à
Déchets verts non
/ Quelques kg disposition de la
contaminés
communauté
Verre / NC Recyclage
Sur 18 mois : 21 kg* /
Plastique Combustible Recyclage
travailleur
Papier / carton Combustible Quelques kg Recyclage
EPI usagés non souillés Combustible NC Incinération
Déchets pneumatique Combustible NC Recyclage en asphalte
* Sur la base de 0,46 kg de déchets (50% putrescibles, 10% plastiques) / pers / j pendant 450 j

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 30 / 51
Poste Cim-Bénin

Tableau 7 - Inventaire estimatif des déchets non dangereux générés sur le site de Cim-Bénin

CIM-BENIN
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Réutilisation comme
Déblais / 660 m3 remblai et excédent mis à
la disposition de la mairie
Sur 18 mois : 103 kg* /
Déchets putrescibles / Compostage / CET
travailleur
Compostage / mise à
Déchets verts non
/ Quelques kg disposition de la
contaminés
communauté
Verre / NC Recyclage

Sur 18 mois : 21 kg* /


Plastique Combustible Recyclage
travailleur
Papier / carton Combustible Quelques kg Recyclage

EPI usagés non souillés Combustible NC Incinération

Déchets pneumatique Combustible NC Recyclage en asphalte

* Sur la base de 0,46 kg de déchets (50% putrescibles, 10% plastiques) / pers / j pendant 450 j

Poste Croix-Rouge

Tableau 8 - Inventaire estimatif des déchets non dangereux générés sur le site de Croix-Rouge

CROIX-ROUGE
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Réutilisation comme
Déblais / 520 m3 remblai et excédent mis à la
disposition de la mairie
Sur 18 mois : 103 kg* /
Déchets putrescibles / Compostage / CET
travailleur
Compostage / mise à
Déchets verts non
/ Quelques kg disposition de la
contaminés
communauté
Verre / NC Recyclage
Sur 18 mois : 21 kg* /
Plastique Combustible Recyclage
travailleur
Papier / carton Combustible Quelques kg Recyclage

EPI usagés non souillés Combustible NC Incinération

Déchets pneumatique Combustible NC Recyclage en asphalte

* Sur la base de 0,46 kg de déchets (50% putrescibles, 10% plastiques) / pers / j pendant 450 j

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 31 / 51
Poste Gbedjromèdé

Tableau 9 - Inventaire estimatif des déchets non dangereux générés sur le site de Gbedjromèdé

Gbedjromèdé
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Réutilisation comme
Déblais / 600 m3 remblai et excédent mis à la
disposition de la mairie
Sur 18 mois : 103 kg* /
Déchets putrescibles / Compostage / CET
travailleur
Compostage / mise à
Déchets verts non
/ Quelques kg disposition de la
contaminés
communauté
Verre / NC Recyclage
Sur 18 mois : 21 kg* /
Plastique Combustible Recyclage
travailleur
Papier / carton Combustible Quelques kg Recyclage

EPI usagés non souillés Combustible NC Incinération

Déchets pneumatique Combustible NC Recyclage en asphalte

* Sur la base de 0,46 kg de déchets (50% putrescibles, 10% plastiques) / pers / j pendant 450 j

5.2.2.2. Inventaire des déchets non dangereux déjà présents sur le périmètre des sites
Des inventaires ont été réalisés sur les sites de postes du projet. Ces inventaires sont à considérer avec
valeur indicative car ils ont été réalisés il y a plusieurs mois et la situation a probablement évolué depuis
ce temps. De plus l’empreinte exacte des constructions n’était pas connue au moment de ces
inventaires.
Une visite de terrain réalisée au mois de mars a permis d’identifier les matières et déchets non
dangereux pour chaque poste, les données obtenues figurent dans les tableaux suivants.
Cet inventaire sera tenu à jour par SIEMENS lors du démarrage officiel des opérations de construction,
et de la délimitation définitive du périmètre des postes électriques.

Poste Gbedjromèdé

Tableau 10 - Inventaire estimatif des déchets non dangereux déjà présents sur le site de Gbedjromèdé

Gbedjromèdé
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Pas de déchets identifiés / / /

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 32 / 51
Poste Cim-Bénin

Tableau 11 - Inventaire estimatif des déchets non dangereux déjà présents sur le site de Cim-Bénin

CIM-BENIN
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Verre / 1 m3 Recyclage

Plastique Combustible 1 m3 Recyclage

Papier / carton Combustible 2 m3 Recyclage

Rebus divers Combustible 2 m3 Élimination

Poste Akpakpa

Tableau 12 - Inventaire estimatif des déchets non dangereux déjà présents sur le site d’Akpakpa

AKPAKPA
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Gravats / 5 m3 Évacuation
Cadres métalliques / À définir Évacuation
Isolateurs / À définir Évacuation
Sectionneurs rotatifs / À définir Évacuation
Évaporateurs de
/ À définir Évacuation
climatiseurs
Luminaires réglettes / À définir Évacuation
Pneu Combustible À définir Évacuation
Câbles de puissance
Chutes de câbles de Combustible À définir Évacuation
puissance
Lavabo cassé / À définir Évacuation
Ensemble de coffrets de
/ À définir Évacuation
commande DJ
Détritus divers Combustible 2 m3 Évacuation

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 33 / 51
Poste Croix-Rouge

Tableau 13 - Inventaire estimatif des déchets non dangereux déjà présents sur le site de Croix-Rouge

CROIX-ROUGE
Préconisations
Type de déchet Risques associés Quantités
particulières
Mise à la disposition de la
Gravats béton / 51,1 m3
mairie
Mise à la disposition de la
Bois de coupe Combustible 33 arbres
mairie

5.2.3. Collecte des déchets non dangereux


SIEMENS analysera et installera un nombre suffisant de bacs et/ou conteneurs appropriés dans une
zone dédiée à cet effet par SIEMENS pour le tri, le recyclage, le traitement et l’élimination ultérieure
des déchets.

SIEMENS établira la composition de ses déchets et rendra disponible cette information.

SIEMENS s’assurera :

· De la bonne manipulation des déchets non dangereux en utilisant notamment les EPI comme
détaillé dans le Plan de Gestion Santé et Sécurité ;
· Que le collecteur de déchets dispose des habilitations nécessaires pour exercer ;
· Que le traitement des déchets se fait dans des installations conformes ;
· Traçabilité : le registre de traçabilité des déchets sera gardé à jour et le modèle de Formulaire
de Transfert des Déchets rédigé.

5.2.3.1. Collecte des déchets non dangereux


Les déchets non dangereux seront collectés sur les zones de travail et les zones de dépôt en accord
avec les exigences suivantes :

· L’équipe responsable de ramasser les détritus et de collecter les déchets non recyclables dans
des containers adaptés sera désignée ;
· Tous les containers seront fournis avec des couvercles attachés en toute sécurité lorsqu’ils ne
sont pas utilisés, et répartis aux endroits où ils pourront être facilement vus et atteints ;
· Des poubelles scellables suffisamment grandes seront mises à disposition en nombre suffisant
(la taille et le nombre dépendent des volumes de déchets générés et de leurs types).
Différentes poubelles seront adaptées à différents types de déchet, et disponibles sur toutes
les zones de travail. La quantité, la capacité, les localisations et fréquences de vidage de ces
récipients seront ajustés si nécessaire ;
· Au minimum, sur site de construction, les déchets Non Dangereux seront séparés de la façon
suivante :
o Déchets Non Dangereux Inertes,
o Déchets Non Dangereux non inertes.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 34 / 51
Les déchets non dangereux pourront être séparés en déchets recyclables et déchets non recyclables si
un potentiel de recyclage est identifié ;
· Les différents types de containers seront aisément identifiables avec un code couleur et des
affiches indiquant le contenu prévu ;
· Signalisation : l’existence de poubelles de tri doit être explicite. Les containers doivent être
munis d’affichages rappelant les instructions de tri. Les couvercles doivent toujours être en
position fermée pour des raisons d’hygiène ;

Figure 5 - Exemple de poubelles de tri

· Dimensionnement et disposition des poubelles : les poubelles doivent être dimensionnées en


fonction du type d’activités (volumes et catégories de déchets) et de la fréquence de collecte.
L’accès aux poubelles doit se faire sans contrainte entre deux collectes pour tous les différents
flux de déchets.
· Les déchets industriels banals (bois, métaux, plastiques, etc.) peuvent être stockés sur site
(dans des containers de 30/40 m3) jusqu’à ce que le volume requis pour le transfert est atteint.
· Les déchets organiques fermentescibles seront évacués tous les jours.

Facteur clé :
Un enjeu consiste à ne pas mélanger les différents types de déchets, ce qui rend impossible leur
valorisation et parfois même, leur identification. SIEMENS veillera au bon respect de l’utilisation des
différentes poubelles de tri par les travailleurs.

5.2.3.2. Stockage des déchets non dangereux


Le stockage des déchets non dangereux se fera dans des zones dédiées, signalées et accessibles.

Les déchets industriels banals seront séparés des déchets dangereux.

Les zones de stockage au sein des chantiers doivent être dégagées et installées aussi près que possible
des usagers, adaptées à la quantité de déchets produits, et facilement accessibles aux prestataires
déchets ; elles ne doivent pas être source de nuisances et doivent être nettoyées régulièrement.

Les déchets non dangereux seront stockés de manière à assurer leur sécurité et leur intégrité pour
qu’ils répondent aux exigences de l’installation d’élimination (secs, non dégradés…). Les déchets

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 35 / 51
potentiellement recyclables tels le bois, le papier, le carton ou les métaux, dont la qualité peut se
détériorer en cas de stockage à l’extérieur sans abri, doivent être entreposés dans des containers
scellés, fermés ou bâchés.

Le type, la nature, le volume et la chronologie de détention des déchets seront enregistrés sur un
Formulaire de Transfert de Déchets.

Tous les déchets non dangereux mais inflammables seront identifiés et étiquetés comme tels. Des
étiquettes de danger et des panneaux pourront alerter sur la présence de matériaux inflammables,
des extincteurs adaptés à ce danger seront disposés à proximité de ces déchets avec d’autres
équipements d’urgence et un personnel formé.

Une signalisation interdisant de fumer et de produire des flammes dans les zones de stockage sera
disposée. L’interdiction de fumer devra être strictement respectée, y compris par les prestataires
externes qui seront sensibilisés au risque incendie.

SIEMENS ou son prestataire s’assurera que les déchets sont correctement triés avant l’envoi vers les
installations désignées.

Les zones de stockage seront éloignées des lieux d’hébergement.

Les zones de stockage comprennent un affichage montrant les produits non autorisés dans ces zones
comme les piles ou les matières dangereuses.

5.2.3.3. Évacuation/élimination des déchets non dangereux


SIEMENS est responsable de l’élimination appropriée de tous les déchets liés à l’étendue de ses travaux
et de ses installations de chantier conformément à la législation applicable. Il sera tenu un registre
précis de tous les déchets éliminés du chantier, ce registre sera mis à disposition sur demande.

Les déchets non dangereux seront évacués/éliminés de la façon suivante :

· Le choix de la chaîne de traitement sera fondé sur l’inventaire (catégorie de déchets), les
réglementations et les coûts ;
· L’élimination de déchets en décharge sera utilisée uniquement pour les déchets ultimes ;
· Identifier les sites de traitement pour les différents types de déchets produits et effectuer la
séparation des types de déchets selon les spécifications des installations de traitement;
· Identifier les quantités à éliminer : tenir des registres de la quantité de déchets, par catégorie,
qui ont été générés et doivent être éliminés. Tous les déchets envoyés pour être traités ou mis
en décharge seront enregistrés ;
· Identification des quantités destinées à être stockées temporairement sur site: pour les
déchets pouvant être éliminés immédiatement lors de la production, identifier ces déchets,
identifier la méthode d'élimination et tenir des registres de la quantité de ces déchets à stocker
temporairement jusqu'à ce qu'ils soient éliminés hors du site;
· Identification des moyens de transport et de l'itinéraire prévus : en consultation avec
l'organisme prévu pour l'élimination des déchets, identifier le mode de transport et s'assurer
qu'il ne causera aucune pollution ou nuisance en cours de route ;
· Si nécessaire, obtenir l'autorisation nécessaire pour l'élimination des déchets à l'extérieur du
site ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 36 / 51
· S’assurer que la zone de stockage des déchets est nettoyée régulièrement ;
· Les déchets seront éliminés au site d'enfouissement désigné ;
· L'élimination des déchets métalliques et autres déchets scellables se fera par le biais d'un
revendeur agréé.

L’incinération des déchets sur le chantier est strictement interdite de manière à éviter l’émission de
polluants (dont PCB, dioxines issus de la combustion, NO2 et particules fines) et de gaz à effet de serre,
et prévenir le risque incendie.

5.2.4. Manipulation des déchets non dangereux


Toute tâche impliquant la manipulation de déchets non dangereux sera conduite en respectant les
recommandations ESSSC détaillée dans le Plan de Gestion de la Santé et de la Sécurité des Travailleurs.

5.2.4.1. Analyse du risque d’exposition aux déchets dangereux


Une analyse des risques dite DMER (voir section 2.2.2.2 du PGSSC) sera réalisée spécifiquement pour
les activités de manipulation et évacuation des déchets non dangereux. En premier lieu, cette DMER
permettra de définir les mesures permettant de réduire les situations à risques générées par la
manipulation de déchets. Pour les tâches précises pour lesquelles un risque résiduel n’est pas à
exclure, alors des EPI devront être portés par le personnel concerné.

5.2.4.2. Détermination des EPI


Les conclusions de l’analyse des risques spécifique DMER, permettront d’identifier dans chaque cas de
figure les EPI nécessaires pour la manipulation des déchets non dangereux.

Le personnel intervenant sera exposé de 2 manières possibles au déchets dangereux :

· Risque de blessure par coupure, poinçonnement, choc… ;


· Par projection de poussières dans les yeux ;
· Par inhalation de poussières.

Par contact physique

Selon les conclusions de l’analyse des risques spécifique DMER, pour la protection au risque de contact
physique, le personnel intervenant sera équipé :

· De lunettes de protection couvrantes contre les projections ;


· De gants prévus pour résister aux agressions physiques (coupure, poinçonnement…).

Par inhalation de poussière

Selon les conclusions de l’analyse des risques spécifique DMER, pour la protection au risque de contact
physique, le personnel intervenant sera équipé de masque FFPS jetable.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 37 / 51
5.2.5. Filières d’évacuation des déchets non dangereux
Il existe différentes filières d’évacuation/élimination, elles sont détaillées dans ce chapitre.

5.2.5.1. Filière 1 : Recyclage des déchets

Débris

Les déchets non dangereux sont essentiellement des Débris de Construction et de Démolition (DCD)
qui seront générés durant la démolition et la construction. Une des priorités est de recycler les
matériaux tels le béton, le bitume, les débris de maçonnerie, le gravier, les terres non polluées, les
métaux et le bois.

Certains de ces matériaux seront réutilisables sur site tandis que d’autres pourront être réutilisés par
les communautés voisines au Bénin. Le recyclage des DCD peut ainsi avoir des avantages économiques,
environnementaux et sociaux.

Déchets générés par les travailleurs

Les déchets générés par les travailleurs pendant la construction du projet consisteront principalement
en des déchets organiques putrescibles et des déchets d’emballage recyclables. Ces déchets doivent
être collectés et éliminés dans des installations appropriées telles que des bennes de déchets
ménagers / déchets recyclables ou des décharges. Aucun déchet ne devra être brûlé.

Par conséquent, la quantité de déchets sera évaluée, et les opportunités de recyclage, réutilisation et
réduction des déchets seront identifiées.

Suivant les déchets, les choix de traitement privilégiés seront les suivants :

· Déchets putrescibles : compostage.


· Déchets verts non contaminés : compostés ou laissés à la disposition des communautés
locales.
· Déchets de verre, papiers, cartons, plastiques et produits métalliques non pollués par des
produits dangereux : recyclage par des entreprises agréées.
· Déchets inertes (gravats, pierres, terres, ...) : valorisation sous la forme de remblai sur site,
l’excès étant mis à la disposition de la mairie pour réintroduction dans une filière de fabrication
de béton neuf par exemple.
· Déchets issus de la coupe des arbres sur le site de Croix Rouge (33 arbres) : il est fortement
recommandé de les laisser à la disposition des populations locales si elles en ont besoin, ou
bien de les valoriser sous la forme de bois de chauffe, menuiserie ou compost.
· Déchets pneumatiques : mis à la disposition de la mairie pour recyclage en asphalte.

5.2.5.2. Filière 2 : Valorisation énergétique


La valorisation énergétique est la conversion de déchets non recyclables en différents types de
combustibles pouvant être utilisés pour fournir de l’énergie sous forme de chaleur, électricité ou

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 38 / 51
carburant. Pour cela, différents procédés peuvent être mis en œuvre comme la combustion
(incinération), la digestion anaérobie, la gazéification et la récupération des gaz d’enfouissement.

Ces technologies sont assez onéreuses et n’existent pas encore au Bénin, exceptée la récupération par
des entreprises locales pour servir de combustible (déchets verts non contaminés) dans des process
industriels, dans le cas où le recyclage est impossible.

5.2.5.3. Filière 3 : Élimination appropriée des déchets


Finalement, certains déchets non dangereux devront être éliminés. L’envoi en filière d’enfouissement
dans un centre de stockage agréé pour les déchets non-dangereux sera étudié si aucune autre filière
de traitement n’est disponible.

Il existe plusieurs infrastructures pour la gestion des déchets au Bénin. On distingue :

· Les Lieux d’Enfouissement Sanitaires (LES) à Takon (Sakété) et à Ouessè (Ouidah) ;


· Dans les grandes villes telles que Cotonou, Abomey-Calavi, Porto-Novo, Parakou, etc., il existe
des points de regroupement des déchets solides et des zones de transfert des déchets. En
dehors de ceux-ci, il faut ajouter les quais de vidage, les plateformes de chargement et des
matériels roulants.

Figure 6 - Point de regroupement des déchets solides ménagers du 12e arrondissement à Cotonou

5.3. Gestion corollaire à tous types de déchets


5.3.1. Entretien des zones de travail
L’absence de déchets au sol est un enjeu fort à Cotonou, notamment durant la saison des pluies où le
ruissellement est abondant, et où le risque de transfert vers les zones habitées et les eaux de surface
est le plus important.

Il incombe à SIEMENS d’assurer l’entretien de ses zones de travail et de s’assurer que :

· Un nombre suffisant de bacs et/ou conteneurs appropriés est fourni pour le tri, le recyclage,
le traitement et l’élimination des déchets ;
· Les déchets, ordures, matériaux d’emballage et matériaux de construction en excès ne
s’accumulent pas et sont systématiquement enlevés de la zone de travail, éliminés de manière
appropriée et enlevés du chantier conformément à la législation applicable ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 39 / 51
· Les zones de dépôt et de stockage de déchets sont bien organisées, identifiées de façon claire
et permanente et n’engendrent pas de dangers pour le personnel du chantier ;
· Toutes les déchets dangereux sont stockés, manipulés, utilisés et éliminés conformément à la
législation applicable et aux FDS le cas échéant ;
· Les installations de chantier sont maintenues propres et favorisent la santé, l’hygiène et le
bien-être du personnel et la protection de l’environnement ;
· À l’achèvement des travaux et avant la démobilisation du site, toutes les zones de travail sont
propres et exemptes de tout déchet, ordure ou matériau de construction en excès.

5.3.2. Identification et étiquetage


La collecte des déchets se fera sur la base d’un le tri sélectif à la source, dont l’objectif est de permettre
à chaque type de déchets de suivre une filière d’élimination spécifique.

Afin d’obtenir un tri et une gestion efficace des déchets, les conteneurs de déchets feront l’objet d’un
étiquetage permettant leur identification, sur la base du principe de tri sélectif en vigueur sur le
chantier. Cet étiquetage permettra également de définir s’il s’agit de déchets déjà présents sur les sites
des postes électriques, ou s’il s’agit de déchets générés par SIEMENS.

L’étiquetage sera indélébile et indiquera :

· Le type de déchets ;
· Un code de couleurs ;
· Du texte en français et dans les langues utilisées sur le chantier le cas échéant
· La catégorie de dangers engendrés par le déchet et signalant.

Figure 7 - Catégorie de dangers sur l’étiquetage des déchets

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 40 / 51
5.3.3. Description et localisation des zones de stockages de déchets
En conformité avec les chapitres 5.1.4 et 5.2.3.2, des zones de stockages sont définies pour les déchets
dangereux et non dangereux.

5.3.3.1. Poste Croix Rouge

Figure 8 - Zones de stockages sont définies pour les déchets dangereux et non dangereux du Poste Croix Rouge

5.3.3.2. Poste Cim-Bénin

[Plan d’installation soumis et en cours de validation]

Figure 9 - Zones de stockages sont définies pour les déchets dangereux et non dangereux du Poste Cim-Bénin

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 41 / 51
5.3.3.3. Poste Akpakpa

[Plan d’installation d’élaboration]

Figure 10 - Zones de stockages sont définies pour les déchets dangereux et non dangereux du Poste Akpakpa

5.3.3.4. Poste Gbedjromèdé

[Plan d’installation d’élaboration]

Figure 11 - Zones de stockages sont définies pour les déchets dangereux et non dangereux du Poste Gbedjromèdé

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 42 / 51
5.3.4. Plan de transport des déchets
SIEMENS ou son prestataire rempliront un Formulaire de Transfert des Déchets pour accompagner
tout déchet transporté vers les installations d’élimination. Aucun véhicule ne sera autorisé à sortir du
site du projet avec des déchets sans qu’il détienne un Formulaire de Transfert des Déchets.

Le Formulaire de Transfert des Déchets sera complété pour enregistrer la nature et la quantité des
déchets sortants et inclura les informations suivantes :

· Date de transport ;
· Sous-traitant ayant produit le déchet, le cas échéant ;
· Résumé du type de déchet ;
· Où le déchet a été produit (nom/lieu de la zone de stockage) ;
· Méthode d’élimination finale ;
· Volume ou masse estimé(e) ou prouvé(e).
Une copie du Formulaire de Transfert des Déchets sera conservée et archivée. L’original sera donné au
transporteur qui le complètera avec ses informations et le signera. Finalement l’installation
d’élimination renverra à SIEMENS ou son sous-traitant une copie signée de ce Formulaire de Transfert
des Déchets pour confirmer l’acceptation des déchets en vue de leur élimination, en indiquant la masse
réelle reçue.

Si l’installation d’élimination ne renvoie pas le Formulaire de Transfert des Déchets, SIEMENS ou son
sous-traitant devra réclamer ce document signé au site. Les installations de traitement enverront
également un bilan de masse des déchets reçus traités en spécifiant les taux de récupération ou de
recyclage.

L’équipe ESSSC de SIEMENS aura la responsabilité d’autoriser le transfert des déchets durant la
construction des postes électriques.

Pour toutes les opérations de chargement, SIEMENS devra :

· Établir les instructions de sécurité écrites et le document de transport ;


· Respecter, lorsque approprié, les interdictions de chargement sur la voie publique (zones de
chargement dédiées);
· Vérifier que le transporteur respecte les règlementations :
o Le conducteur a un permis de conduire valide et adapté au transport des matières
devant être transférées ;
o Le véhicule contient les certificats d’agrément valides et adaptés au transport des
matières devant être transférées ;
o Le véhicule est équipé d’extincteurs et d’équipement de sécurité réglementaires en
cas de transport de déchets dangereux.
· S’assurer que le véhicule est en bon état ;
· Pour les déchets dangereux, vérifier l’absence de fuite du chargement et du camion ;
· Utiliser les emballages appropriés dans le cas de déchets dangereux ;
· Étiqueter correctement les emballages dans le cas de déchets dangereux ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 43 / 51
· S’assurer que, lorsque approprié, les interdictions en matière de chargement mixtes sont
respectées ;
· S’assurer que les emballages sont correctement calés et sécurisés dans le cas de déchets
dangereux ;
· S’assurer que la masse par véhicule du chargement de certains déchets dangereux est
respecté.

Le transporteur des déchets dangereux devra apporter la preuve à SIEMENS qu’il a établi un plan
d’urgence en cas d’accident ou de déversement de produits sur la voie publique, en vue de protéger
les riverains et préserver le milieu naturel. Le transporteur des déchets dangereux devra également
apporter la preuve à SIEMENS que ses employés affectés au transport sont formés pour mettre le plan
d’urgence en application.

5.3.5. Traçabilité et registres


Le site des travaux gardera des registres sur tous les déchets sortants. Ces documents assurent la
traçabilité chronologique des déchets quittant le chantier. Ils doivent être conservés pour un minimum
de 3 ans et peuvent être au format numérique ou papier.

Par ailleurs, afin de les différencier, le système de traçabilité de SIEMENS fera bien la distinction entre
les déchets générés par SIEMENS, et les déchets déjà présents sur le périmètre des sites.

Certaines informations basiques devront toujours être incluses : la nature du déchet, sa quantité, le
processus d’élimination final, les dates d’envoi, le nom et l’adresse de l’installation à laquelle est
envoyé le déchet ou l’identité des collecteurs, transporteurs, etc.

Garder une trace des déchets permet une meilleure connaissance des différents coûts liés à leur
enlèvement, stockage ou recyclage. En maîtrisant cette information, il sera plus aisé de déterminer des
pistes d’amélioration pour l’amélioration et la réduction de la production de déchets.

Il sera également réalisé un inventaire physique mensuel basé sur les volumes de déchets stockés sur
le site, afin de pouvoir le comparer avec le registre des dépôts de déchets.

Ces inventaires sont basés sur des estimations des quantités. Ils doivent être archivés pendant une
durée minimale de 3 ans.

Les inventaires de déchets dangereux seront hebdomadaires ou quotidiens.

Les registres incluent également :

· Les rapports d’incidents ;


· Les résultats d’audits et d’inspections ;
· Les rapports environnementaux mensuels ;
· Les rapports de gestion des déchets mensuels ;
· Le rapport de collecte des déchets ;
· Les actions correctives entreprises.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 44 / 51
À la fin de la phase des travaux, SIEMENS remettra la documentation du PGDC à l’exploitant afin
d’assurer une transition documentée avec en particulier :
· Les documentations techniques concernant les dispositifs de tri, de stockage, de traitements
et de transport ainsi que les plans de recollement des zones de compostage, etc. ;
· Les renseignements d’identification et comptable sur les entreprises sous-traitantes utilisées
dans la gestion des déchets et en particulier pour la gestion des déchets dangereux.

SIEMENS exploitera utilement la plateforme web https://sgesss.mcabenin2.bj/ pour soumettre les


informations suivantes :

· Données de suivi du transport de sols (bordereaux de transport de sols).

· Données de suivi du transport des matières et déchets dangereux (bordereaux de transport


de matières/déchets dangereux).

· Registre des déchets non dangereux produits et leurs destinations (réutilisation, recyclage,
élimination).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 45 / 51
6. Intervenants dans la gestion des déchets
Personnel de chantier
· Jette les déchets dangereux et non dangereux dans les poubelles appropriées en respectant le
tri sélectif en vigueur sur le chantier ;
· Remonte l’information à l’agent HSE lorsqu’une poubelle est pleine ;
· Signale tout anomalie sur une poubelle (défectueuse, fuyarde, identification absente…).

Agents HSE du poste


· Anime et vérifie que le tri sélectif est bien respecté par le personnel du chantier ;
· Vérifie que les poubelles et aires de stockage de déchets sont en bon état ;
· Remonte l’information au responsable ESSSC quand les poubelles et zone de stockage de
déchets sont pleins et qu’il est nécessaire de procéder à une évacuation par un transporteur ;
· Vérifie que l’évacuation des déchets se fait conformément aux procédures pour la protection
de la santé des salariés et de l’environnement.

Responsable ESSSC
· Établit les procédures de tri sélectif sur le chantier ;
· Élabore les DMER (voir PGSSC) nécessaires pour la gestion et l’évacuation des déchets ;
· Définit les EPI nécessaires pour la gestion et l’évacuation des déchets ;
· Élabore le Formulaire de Transfert des Déchets ;
· Fait appel au transporteur de déchets lorsqu’une évacuation est nécessaire ;
· Réceptionne le Formulaire de Transfert des Déchets lorsque la copie signée par l’éliminateur.

Transporteur de déchets
· Veille au maintien au bon état de son véhicule ;
· Veille au bon arrimage des charges sur son véhicule avant de partir une fois le véhicule chargé ;
· Respecte les procédures d’accès au chantier ;
· Signe sa partie du Formulaire de Transfert des Déchets ;
· Met en sécurité le transport en cas de problème en cours de trajet.

Éliminateur de déchets
· Réceptionne le déchet et vérifie que le déchet est conforme ;
· Signe sa partie du Formulaire de Transfert des Déchets.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 46 / 51
7. Inspection et surveillance
Un programme d’inspection et d’audit sera développé par SIEMENS pour s’assurer que les exigences
et les procédures de gestion des déchets sont correctement suivies. Au minimum, les zones suivantes
seront inspectées et auditées sur une base hebdomadaire ou quotidienne :

· Toutes les zones de stockage et de dépôt de déchets pour s’assurer que les activités de gestion
sont conformes à cette procédure ;
· Les zones de travaux seront inspectées chaque jour, ce qui fera partie des procédures à
respecter préalablement au commencement des travaux.

Durant les travaux, les inspections et audits périodiques incluront :

· Un examen du stockage, de la gestion et de l’usage appropriés des déchets ;


· Les fournisseurs de services en matière de gestion des déchets doivent être certifiés ;
· Les rapports et enregistrements (les rapports seront conservés la durée du projet) ;
· Les actions correctives et leur efficacité ;
· Les notes internes de transfert des déchets lorsqu’elles sont disponibles ;
· Les résultats d’inspection et de surveillance ;
· L’inspection du chantier pour détecter fuites, écoulements… ;
· Identification de fissures, corrosion, dommages aux réservoirs, aux équipements de
protection, ou aux sols ;
· Vérification des serrures, vannes, et autres dispositifs de sécurité ;
· Prise de connaissance des résultats des tests d’intégrité, d’émissions ou des stations de
surveillance (air, air du sol, eaux souterraines) ;
· Prise de connaissance de tout changement aux installations de stockage, et des changements
significatifs des quantités de matériaux stockés.

Pour les déchets dangereux, les rapports de surveillance incluront :

· Le nom et le numéro d’identification des matériaux composant le déchet dangereux ;


· L’état physique et la quantité ;
· La documentation pour la traçabilité des déchets expédiés qui inclue : la quantité et le type de
déchet, la date d’expédition, de transport et de réception, le rapport du producteur, du
récepteur et du transporteur du déchet ;
· La méthode et la date de stockage, de reconditionnement, de traitement ou de dépôt de
déchets, avec références croisées pour spécifier les numéros de manifestes applicables aux
déchets dangereux ;
· La localisation de tous déchets dangereux à l’intérieur du site, et la quantité à chaque endroit.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 47 / 51
8. Formation du personnel
L’ensemble du personnel des sites de construction recevront une formation ESSSC générale avant de
commencer les travaux liés au projet. Celle-ci sera complétée par une formation adaptée au poste de
chaque travailleur comprenant la formation à la gestion des déchets.

Le personnel chargé de la manipulation des déchets ou du stockage et de l’élimination des déchets


dangereux recevront une formation renforcée spécifique à ces tâches. Les noms des participants, le
contenu et la date de la formation seront conservés pour tout le personnel.

Le programme de formation inclura, selon les besoins :

· L’identification des règlementations et des risques liés à la manipulation / au stockage de


déchets dangereux :
o Comment identifier les différents types de déchets (origine, dangerosité,
classification) ;
o Principaux risques liés à la manipulation des déchets : risques physiques, risques pour
la santé, risques pour l’environnement ;
o Comment maîtriser les risques spécifiques à certaines catégories de déchets :
- Risque chimique ;
- Risques spécifiques (amiante, gaz en particulier SF6, acides, etc.) ;
- DEEE ;
- Huiles usagées et autres produits toxiques.
· La mise en place des bonnes pratiques pour manipuler et stocker les déchets dangereux en
toute sécurité :
o Savoir lire les étiquettes et les pictogrammes de danger (FDS) ;
o Assimiler les principes de stockage et d’isolation des risques ;
o Connaître les risques liés aux mélanges.
· Le respect des modes d’emballage et de transport des matières dangereuses :
o Être familier avec les processus de conditionnement des déchets ;
o Apprendre les réglementations en matière de transport de déchets dangereux et de
règles de circulation ;
o Savoir rédiger les différentes fiches réglementaires.
· Savoir réagir en cas d’accident lié à la manipulation de déchets dangereux :
o Connaître les bonnes pratiques de laboratoire ;
o Savoir s’organiser en cas d’incendie ou de déversement accidentel ;
o Connaître les réflexes à adopter en cas de blessure.

La formation se basera sur :

· Les contributions théoriques et l’expérience pratique ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 48 / 51
· Les réflexions de groupe guidée par le facilitateur ;
· Les travaux d’application individuels et en équipe ;
· Les exercices ;
· La mise en œuvre du Plan ;
· Les supports de formation.

SIEMENS exploitera utilement la plateforme web https://sgesss.mcabenin2.bj/ pour programmer et


réaliser les formations portant notamment sur la gestion des déchets.

9. Procédure en cas de découverte d’amiante


Avant 2015, il était courant d’utiliser beaucoup d’amiante dans la construction puisque celle-ci a
beaucoup de caractéristiques intéressantes (isolation, résistance au feu). Les applications typiques de
l’amiante sont : isolation, joints, conduites, plinthes, bardage de façades et toitures et matériaux
coupe-feu.

Lors des travaux de démolition, de l’amiante peut ainsi être découverte dans les bâtiments ou les
équipements enlevés. L’amiante découverte devra être systématiquement éliminée, et en aucun cas
des produits contenant de l’amiante ne devront être utilisés pour les travaux de construction. En effet,
au Bénin, la production, l'importation, la commercialisation et l'utilisation de l'amiante et des produits
contenant de l'amiante ont été interdits par le Décret n° 2015-595 du 25 Novembre 2015 car la
poussière d’amiante est cancérogène.

Si de l’amiante est découverte sur le site, SIEMENS en est immédiatement informée. Les travaux
doivent alors immédiatement cesser.

L’élimination de l’amiante devra se faire selon une procédure rigoureuse afin de préserver la santé et
la sécurité des riverains et des travailleurs auprès du
chantier.

Des barrières seront érigées autour du site et l’accès


interdit à toute personne non autorisée. Une signalisation
claire préviendra les riverains du danger lié à l’amiante sur
le chantier.

Les déchets d’amiante seront emballés dans des


emballages étanches (polyéthylène double paroi) et placés
dans des big-bags amiante dans une zone désignée non
accessible aux tiers. Après travaux, les EPI utilisés seront
placés dans un sac scellé et évacués avec les déchets
d’amiante. Ces déchets devront être transportés et
éliminés par un prestataire agréé vers des installations
prévues à cet effet.
Figure 12 - Big-bag amiante

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 49 / 51
10. Procédure en cas d’incident et d’épandage
Les modalités d’intervention et de maîtrise d’un épandage de produits polluants sont détaillées dans
le plan d’intervention et d'urgence, dans le volet urgence environnementale.
Les équipements de protection individuelle suivant seront portés en cas d’exposition à des produits
dangereux :
· Combinaison jetable ;
· Gants longs en nitrile, néoprène ou Teflon ;
· Lunettes de sécurité ;
· Bottes en caoutchouc ;
· Masque contre la poussière de type FFP3 pour la poussière, et FFP1 pour émissions gazeuses
nocives.

En cas de contact de la peau avec des produits chimiques, un lavage à l’eau savonneuse sera effectué
pendant au moins un quart d’heure. Ce temps sera doublé en cas de contacta avec les yeux.
Un plan d’urgence est préparé afin de traiter les différents incidents qui peuvent survenir.

SIEMENS exploitera utilement la plateforme web https://sgesss.mcabenin2.bj/ pour télécharger et


enregistrer, sous 24 heures, dans le module de gestion des incidents de la plateforme SGESSS de tout
incident incluant sa localisation, et complétera la description détaillée de l’incident et des mesures
prises dans les sept jours ou moins selon le niveau de gravité évalué.

11. Zone de stockage permanente


L’exploitation des futurs postes électriques ne nécessitent pas la création de zone de stockage de
déchets permanente.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 50 / 51
12. Mesures à mettre en œuvre
Tableau 14 - Impacts résiduels et mesures de mitigation associées concernant la gestion des déchets

IMPACTS ET IMPORTANCE RESPONSABLE RESPONSABLE


APRES MISE EN ŒUVRE RECEPTEURS DE LA MISE EN DU SUIVI DE LA DUREE DU SUIVI ET/OU
MESURES D’ATTENUATION INDICATEURS
DES MESURES D’IMPACT ŒUVRE DES MISE EN ŒUVRE FREQUENCE DU SUIVI
D’ATTENUATION MESURES DES MESURES

DISPOSITIONS GENERALES
Mettre en place des poubelles
Ingénieur de
en adéquation avec la nature SIEMENS
supervision
Inspection régulière Continue
Pollution du sol par des déchets
Qualité des sols
des déchets
Veiller à l'enlèvement et à
Impact faible l'élimination des déchets Ingénieur de
SIEMENS Inspection régulière Continue
conformément aux textes en supervision

vigueur
Contamination des Mettre en place un système
eaux superficielles à Qualité des adéquat de collecte des
proximité et des eaux eaux Ingénieur de
différents déchets solides et SIEMENS supervision
Inspection régulière Continue
souterraines liquides produits et en assurer
Impact moyen une élimination appropriée

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX ET NON DANGEREUX DE CONSTRUCTION PAGE 51 / 51
6. Plan de gestion du trafic routier (PGTR)

Page 72 sur 75
Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution

d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –

Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10-IS-PLN-0025
__________________________________________________________________________________

PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SÉCURITÉ


ROUTIÈRE
_________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

N° Rév du Date Rév du Validateur Validateur


N° DTS Date DTS Description Préparé par
Document Document Entrepreneur Ingénieur
Première
0156 20/08/2020 A 28/07/2020 D.CHILLET B.CHATRON
diffusion
Liste des références

N° de réf. Nº du document Titre

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Liste des pièces jointes

PJ N° Nº du document Rév. Date Titre

01

02

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 2 / 33
TABLE DES MATIÈRES
LISTE DES ACRONYMES ET ABREVIATIONS ....................................................................................................... 6
1. INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 7
1.1. CONTEXTE ........................................................................................................................................... 7
1.2. OBJECTIFS DU PLAN ............................................................................................................................... 8
1.3. ORGANISATION DU PLAN ........................................................................................................................ 8
1.4. PERIMETRE D’ACTION............................................................................................................................. 8
2. DESCRIPTION DU PROJET ......................................................................................................................... 9
2.1. SCOPE ................................................................................................................................................ 9
2.2. DESCRIPTION DES POSTES A ETENDRE ET A CONSTRUIRE .................................................................................. 9
2.2.1. Poste d’Akpakpa ...................................................................................................................... 9
2.2.2. Poste CIM Bénin ....................................................................................................................... 9
2.2.3. Poste Croix rouge ................................................................................................................... 10
2.2.4. Poste Gbedjromèdé................................................................................................................ 10
2.2.5. Aménagements de postes existants........................................................................................ 10
2.3. CALENDRIER D’EXECUTION .................................................................................................................... 10
2.4. FONCTIONNEMENT DE L’EQUIPE PROJET DEDIEE AU LOT B ............................................................................. 10
2.5. PERSONNEL CLE .................................................................................................................................. 13
3. TEXTES APPLICABLES.............................................................................................................................. 14
3.1. CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE DE LA REPUBLIQUE DU BENIN ................................................................ 14
3.2. CONVENTION ET REGLEMENTS REGIONAUX ................................................................................................ 14
3.3. AUTRES CONVENTIONS INTERNATIONALES ................................................................................................. 14
3.4. NORMES DE PERFORMANCE DE LA SFI ...................................................................................................... 15
4. GESTION DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ............................................................................................ 16
4.1. CONTROLE DES VEHICULES (ASSURANCE, MAINTENANCE, CONTROLE TECHNIQUE, ETC.) ......................................... 16
4.2. EXAMENS OU CONTROLES DES CAPACITES DE CONDUITE DES CONDUCTEURS ....................................................... 16
4.3. DISPOSITIONS PRISES LIEES AU TRAFIC ROUTIER EN ZONE URBAINE ................................................................... 17
4.3.1. Dispositions générales............................................................................................................ 17
4.4. DETERMINATION DES ITINERAIRES DE CIRCULATION SECURISES ........................................................................ 18
4.4.1. Du port vers Croix rouge......................................................................................................... 19
4.4.2. Du port vers CIM Bénin et Akpakpa ........................................................................................ 20
4.4.3. Du port vers Gbédjromédé ..................................................................................................... 20
4.4.4. Du port vers le site de stockage (Abomey Calavi) .................................................................... 21
4.4.5. Des sites vers Takon ...........................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.5. DESCRIPTION DES MOYENS DE SIGNALISATION ET DE BALISAGE ........................................................................ 22
4.6. DETERMINATION DES DISPOSITIONS PARTICULIERES POUR LES CONDUCTEURS LORS DES LONGS DEPLACEMENTS ........... 23
4.7. DETERMINATION DES DISPOSITIONS PARTICULIERES LORS DES CONVOIS EXCEPTIONNELS ........................................ 23
4.7.1. Dispositions générales............................................................................................................ 23
4.7.2. Travaux de nuit ...................................................................................................................... 23
4.8. DETERMINATION DES DISPOSITIFS DE CONTROLE DE VITESSE ........................................................................... 23
4.9. DISPOSITIONS PRISES POUR LE RENSEIGNEMENT DES POPULATIONS LIMITROPHES ................................................ 24
4.9.1. Sensibilisation et protection des riverains ............................................................................... 24
4.9.2. Gêne sur l’activité économique des riverains .......................................................................... 24
4.10. DISPOSITIONS SPECIFIQUES POUR CHAQUE SITE ........................................................................................... 25
4.10.1. Akpakpa ............................................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.1.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules .. Erreur ! Signet
non défini.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 3 / 33
4.10.1.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintes.
Erreur ! Signet non défini.
4.10.1.3. Mesures préconisées dans l’environnement immédiat du site dédiéErreur ! Signet non défini.
4.10.1.1. Numéros utiles...............................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.2. CIM Bénin ..........................................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.2.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules .. Erreur ! Signet
non défini.
4.10.2.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintesErreur !
Signet non défini.
4.10.2.3. Mesures préconisées......................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.2.1. Numéros utiles...............................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.3. Croix Rouge .......................................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.3.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules .. Erreur ! Signet
non défini.
4.10.3.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintesErreur !
Signet non défini.
4.10.3.3. Mesures préconisées......................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.3.1. Numéros utiles...............................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.4. Gbedjromèdé .....................................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.4.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules .. Erreur ! Signet
non défini.
4.10.4.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintesErreur !
Signet non défini.
4.10.4.3. Mesures préconisées......................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.10.4.4. Numéros utiles...............................................................................Erreur ! Signet non défini.
5. MESURES A METTRE EN ŒUVRE ............................................................................................................ 26

Table des figures


FIGURE 1 - IMPLANTATION DES PRINCIPAUX POSTES ELECTRIQUES D’INTERVENTION DE SIEMENS (SOURCE DE PLAN EIES COTONOU,
AOUT 2019) ............................................................................................................................................... 7
FIGURE 2 - EMPLACEMENTS DES DEUX EQUIPES OFF-SHORE ET ONSHORE DE SIEMENS......................................................... 11
FIGURE 3 - ORGANIGRAMME GENERAL DE SIEMENS (EQUIPE OFF-SHORE ET ON-SHORE) ...................................................... 12
FIGURE 4 – CARTE DES PRINCIPAUX TRAJETS PREVUS POUR LE TRANSPORT DE MATERIAUX ET MATERIELS (FOND OSM) ................. 19
FIGURE 5 – CARTE DU TRAJET PREVU DU PORT DE COTONOU JUSQU’AU SITE CROIX ROUGE (FOND OSM) ................................. 19
FIGURE 6 – CARTE DU TRAJET PREVU DU PORT DE COTONOU JUSQU’AUX SITES D’AKPAKPA ET DE CIM BENIN (FOND OSM) .......... 20
FIGURE 7 – CARTE DU TRAJET PREVU DU PORT DE COTONOU JUSQU’AU SITE DE GBEDJROMEDE (FOND OSM) ............................ 21
FIGURE 8 – CARTE DU TRAJET PREVU DU PORT DE COTONOU JUSQU’AU SITE DE STOCKAGE A ABOMEY CALAVI (FOND OSM) .......... 22
FIGURE 9 – CARTE DU TRAJET PREVU SITE DE GBEDJROMEDE JUSQUE CENTRE DE TRAITEMENT DE TAKON(FOND OSM) ........ ERREUR !
SIGNET NON DEFINI.
FIGURE 10 - DISPOSITIONS SPECIFIQUES A METTRE EN APPLICATION SUR LE SITE D’AKPAKPA LORS DE CONVOIS EXCEPTIONNELSERREUR !
SIGNET NON DEFINI.
FIGURE 11 - DISPOSITIONS SPECIFIQUES A METTRE EN APPLICATION SUR LE SITE DE CIM BENIN ........... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
FIGURE 12 - DISPOSITIFS SPECIFIQUES A METTRE EN APPLICATION SUR LE SITE DE CROIX-ROUGE LORS DE CONVOIS .... ERREUR ! SIGNET
NON DEFINI.
FIGURE 13 - DISPOSITIFS A METTRE EN APPLICATION A GBEDJROMEDE LORS DE CONVOIS ................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.

Table des tableaux


TABLEAU 1 - PERSONNEL CLE .................................................................................................................................. 13
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 4 / 33
TABLEAU 2 - NUMEROS DE TELEPHONE DES PERSONNES RESSOURCES ET DES CENTRES DE SANTE A PROXIMITE DU SITE D’AKPAKPA
.......................................................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 3 - NUMEROS DE TELEPHONE DES PERSONNES RESSOURCES ET DES CENTRES DE SANTE A PROXIMITE DU SITE CIM BENIN
.......................................................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 4 - NUMEROS DE TELEPHONE DES PERSONNES RESSOURCES ET DES CENTRES DE SANTE A PROXIMITE DU SITE DE CROIX ROUGE
.......................................................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 5 - NUMEROS DE TELEPHONE DES PERSONNES RESSOURCES ET DES CENTRES DE SANTE A PROXIMITE DU SITE DE
GBEDJROMEDE ....................................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 5 / 33
Liste des acronymes et abréviations
DSM DECHETS SOLIDES MENAGERS

ESSSC ENVIRONNEMENT, SANTE, SECURITE, SOCIETAL DE CONSTRUCTION

GIS GAS INSULATED SYSTEM

HTB HAUTE TENSION B

IFC INTERNATIONAL FINANCIAL CORPORATION

KV KILOVOLT

MCA MILLENIUM CHALLENGE ACCOUNT BENIN II

MCC MILLENIUM CHALLENGE CORPORATION

MOA MAITRISE D’OUVRAGE

MT MOYENNE TENSION

MVA MEGAVOLTAMPERE

NP NORME DE PERFORMANCE

SBEE SOCIETE BENINOISE D’ENERGIE ELECTRIQUE

SFI SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 6 / 33
1. Introduction

1.1. Contexte
Le Bénin bénéficie de l’appui de Millenium Challenge Corporation, une agence indépendante
américaine, pour mettre en œuvre un programme visant à soutenir le secteur de l’électricité au niveau
national. Le programme a pour objectifs d’augmenter l’accès à l’énergie au travers de 4 projets :
1. Appui aux réformes politiques et renforcement institutionnel ;

2. Appui à la production d’électricité ;

3. Appui à la distribution d’électricité ;

4. Promouvoir l’accès à l’énergie hors réseau.

Millenium Challenge Account Benin II a été créé pour mettre en œuvre ce programme et tient le rôle
de maitrise d’ouvrage. C’est dans le cadre du projet de distribution d’électricité que SIEMENS a été
retenu afin de participer à la construction ou à l’extension de quatre sous stations électriques à
Cotonou (lot B). Le scope comporte également de légers travaux de rénovation sur certains autres
postes existants.
Les quatre postes sont visibles sur la carte ci-après, ce sont les suivants :
1. Akpakpa ;

2. CIM Benin ;

3. Croix Rouge ;

4. Gbedjromèdé.

Figure 1 - Implantation des principaux postes électriques d’intervention de SIEMENS (source de plan EIES Cotonou, Aout
2019)

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 7 / 33
1.2. Objectifs du plan
Un plan de gestion santé et sécurité de construction (PGSSC) a été produit afin que les normes de la
SFI soient respectées. La gestion du trafic routier et de la sécurité routière dans les sites de construction
et ses abords font partie intégrante du PGSSC.
À ce titre deux plans distinctes sont développés :
· D’une part un plan de gestion de la circulation à proximité du chantier destiné à s’assurer de
la sécurité et de la fluidité du trafic autour des lieux de mise en place des postes ;
· D’autre part un plan de gestion du trafic routier développé afin de prendre en charge le
transport des convois important de matériels et matériaux à destination du chantier, mais
aussi la sécurité des prestataires, employés et experts du projet lors de leurs trajets vers les
sites.
Le présent document correspond au second, la gestion du trafic et de la sécurité routière : la circulation
routière représente une cause majeure d’accident lors de la phase de construction de projets
d’infrastructures. Il convient donc de le réglementer sur le chantier comme en dehors afin de limiter
les accidents de personne, des travailleurs comme des riverains. Compte tenu de la position des
chantiers, en pleine ville et de la distance avec le port, il est nécessaire de prendre en compte
des mesures spécifiques pour la gestion de la circulation le long des itinéraires durant les livraisons.
Par ailleurs, les mouvements du personnel doivent faire l’objet d’une attention particulière compte
tenu de la prévalence d’accident routier de manière générale.
Ce plan décrira les dispositions spécifiques et générales à mettre en œuvre en matière de trafic routier
et de sécurité routière.

1.3. Organisation du plan


L’organisation proposée pour le plan s’intègre à l’organisation générale qui sera donnée au projet en
phase de construction. Chaque entité ayant une responsabilité directe dans la réalisation du projet
aura une responsabilité à assumer. À ce stade, ces entités ont été identifiées comme étant :
· Le bailleur de fond : Millenium Challenge Corporation ;
· Le Maître d’Ouvrage : Millenium Challenge Account (Benin II) ;
· Le titulaire pour le lot B : SIEMENS ;
· Les sous-traitants de SIEMENS (entrepreneurs) ;
· Les administrations ;
· La société civile.

1.4. Périmètre d’action


Ce document s’appliquera aux quatre sites dédiés à la construction des postes électriques. Ces sites
sont : Akpakpa, CIM Benin, Croix Rouge, Gbedjromèdé.
Par ailleurs, afin de tenir de l’ensemble des trajets potentiels des matériaux et matériels le plan
comprend également :
· Un site potentiel de stockage du matériel et matériaux (temporaire) dans la zone de Calavi ;
· Le port de Cotonou par lequel arriveront les matériels et matériaux nécessaires à la mise en
place du projet ;
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 8 / 33
2. Description du Projet

2.1. Scope
SIEMENS est chargée de l’installation et la mise en service des équipements prévus dans le cadre du
projet. Les principales phases de ce projet sont les suivantes :

· Acheminement du matériel jusqu’aux sites de construction ;


· Réception du matériel/des composants ;
· Entreposage dans une zone de stockage ;
· Installation de l’équipement fourni ;
· Essais et mise en service de l’équipement ;
· Remise clé en main.

2.2. Description des postes à étendre et à construire


2.2.1. Poste d’Akpakpa
Ce site se trouve dans le premier arrondissement de Cotonou. Il représente environ 2470 m². Certaines
installations sont déjà présentes et occupent une superficie de 1700 m², les installations futures
occuperont 400 m² supplémentaires. Le propriétaire du site est la Société Béninoise d’Énergie
Électrique (SBEE).
Ce site comporte déjà à l’heure actuelle les éléments suivants :
· Deux transformateurs ;
· Deux cellules lignes souterraines ;
· Une cellule ligne aérienne.
Le projet prévoit l’extension du poste AIS d’Akpakpa pour recevoir deux lignes supplémentaires pour
le bouclage du réseau 63kV Cotonou Nord "Vèdoko Gbedjromèdé - Croix Rouge - Cim Bénin - Akpakpa"
et le réseau Cotonou sud "Vèdoko - Ancien Pont - Akpakpa". Les jeux de barres existant seront
prolongés de deux pas de cellules pour permettre de raccorder les deux nouvelles cellules lignes "Cim
Bénin" et "Ancien Pont".

2.2.2. Poste CIM Bénin


Ce site se trouve dans l’arrondissement d’Agblangandan et représente 1058 m². Les installations
couvriront environ 750 m². La parcelle est détenue par la Mairie de Sémé-Kopdji. Nous noterons qu’il
existe un poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Sur ce site, le projet vise à construire un poste qui sera composé de deux échelons de tension : 63 kV
pour les installations HTB et 15kV pour la moyenne tension.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension.
Le poste est constitué de :
· Quatre travées lignes ;
· Deux bancs transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA ;
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 9 / 33
· Cellule 15kV.

2.2.3. Poste Croix rouge


Ce site se trouve dans le troisième arrondissement de Cotonou et représente 856 m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle est détenue par la mairie de Cotonou. Nous noterons qu’il existe un
poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension.
Le poste est constitué de :
· Deux travées lignes ;

· Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA ;


· Plusieurs équipements moyenne tension (une rame moyenne tension composée de 2 cellules
d’arrivée, 1 cellule de couplage, de 8 cellules départs).

2.2.4. Poste Gbedjromèdé


Ce site se situe dans le 6ème arrondissement de Cotonou et représente 900m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle appartient à la mairie de Cotonou.
Le projet vise à construire un nouveau poste sur ce site 63/15kV avec une technologie GIS.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations
HTB et 15 kV pour la moyenne tension en technologie GIS.
Le poste est constitué de :
· Trois travées lignes ;

· Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA ;

· Plusieurs équipements MT (une rame MT composée de 2 cellules d’arrivée, 1 cellule de


couplage, de 8 cellules départs).

2.2.5. Aménagements de postes existants


Le projet prévoit également le renouvellement de certains équipements sur les postes suivants :

· Postes de distribution : Godomey / 3 banques – Cotonou / Allada / Lokossa

· Postes aboutissants : Vedoko / Ancien Pont / Seme

2.3. Calendrier d’exécution


Le projet a démarré le 25 février 2020 et se termine le 26 décembre 2021. Ce calendrier est susceptible
d’être modifié en raison de la crise sanitaire.

2.4. Fonctionnement de l’équipe projet dédiée au lot B


La gestion du projet sera assurée par une équipe à deux composantes de localisation géographique, et
dont les membres seront physiquement installés en France et au Bénin. Ainsi, les équipes détachées
au projet se distinguent selon les deux composantes principales :
· Une composante basée en France à Grenoble, dénommée équipe off-shore;
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 10 / 33
· Une composante basée au Bénin à Cotonou au plus près de l’exécution du projet, dénommée
équipe on-shore.

Équipe off-shore

Équipe on-shore

Figure 2 - Emplacements des deux équipes off-shore et onshore de SIEMENS

Rôle de l’équipe off-shore


L’équipe off-shore assure le pilotage général du projet relatif au lot B pour le compte de SIEMENS, de
même que les fonctions support telles que le contrôle qualité, la gestion commerciale, la comptabilité,
la gestion des achats et des fournisseurs d’équipements, la gestion des plannings, et l’ingénierie du
projet pour la conception des postes et des activités de construction.
Rôle de l’équipe on-shore
L’équipe on-shore est pilotée par l’équipe on-shore depuis la France.
L’équipe on-shore est implantée à Cotonou au plus près des opérations, elle assure la bonne exécution
du projet, l’encadrement des intervenants pour le bon déroulement des opérations. L’équipe off-shore
assure également une présence permanente pendant toute la durée du projet pour procéder aux
échanges directs avec le MCA et les différents intervenants locaux, et elle assure un feedback vers
l’équipe off-shore.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 11 / 33
Relations
Off-shore / on-shore

Figure 3 - Organigramme général de SIEMENS (équipe off-shore et on-shore)

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 12 / 33
2.5. Personnel clé
DIRECTEUR DES OPERATIONS JOEL AKOWANOU
MCA
CHEF DE PROJET CONSTRUCTION OSVALD G.ACLASSATO

CHEF DE MISSION DANIEL MERLIN


SOFRECO
INGENIEUR SUPERVISEUR RESIDENT EZZEDDINE BARHOUMI

Responsable général offshore Frédéric ACHARD

représentant général onshore Bruno chatron

SIEMENS responsable ESSSC/HSE offshore franck berardi

responsable ESSSC onshore FRANCK ATTOLOU

Agent de liaison avec les communautés CYPRIEN OWOLABI

Tableau 1 - Personnel clé

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 13 / 33
3. Textes applicables

3.1. Cadre législatif et règlementaire de la République du Bénin


· La loi N°2019-40 portant révision de la loi N°90-032 du 11 décembre 1990 portant
constitution de la République du Bénin ;
· Le décret n°079-109 du 15 Mai 1979 réglementant les Transports Routiers en République du
Bénin ;
· Le décret n°2001-110 du 4 avril 2001 portant fixation des normes de qualité de l’air ;
· Le décret n°2001-294 du 05 août 2001 portant réglementation du bruit.
· Guide du conducteur routier en République du Bénin
· Décret N°430 du 23 Novembre 1965 réglementant la circulation sur les voies ouvertes au
public ;
· Décret N° 016-418 DU 20 juillet 2016 portant attributions, organisation et fonctionnement
du Ministère des Infrastructures et des Transports ;
· Décret n° 87-442 du 29 décembre 1987 portant création du Centre National de Sécurité
Routière ;
· Arrêté interministériel n° 065/MTPT/MFE/MDN/MISD/MAEP/MSP/MICPE/ DC/SG/CTTT/
DGTT/SER portant création, attributions, composition et fonctionnement du Comité National
de Facilitation des Transports et Transit Routiers Inter-états ;
· Arrêté n° 130 MTP du 18/06/1959 portant règlementation routière en République du Bénin

3.2. Convention et règlements régionaux


· Convention A/P2/5/82 de la CEDEAO du 29 mai 1982 portant réglementation des transports
routiers inter-Etats du 29 mai 1982
· Charte africaine sur la sécurité routière du 31 janvier 2016
· Règlement N014/2005/CM/UEMOA relatif à l’harmonisation des normes et des procédures du
contrôle du gabarit, du poids et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de
marchandises dans les pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) ;
· Directive N008/2005/CM/UEMOA relative à la réduction des points de contrôle sur les axes
routiers inter-Etats de l’UEMOA ;
· Décision N015/2005/CM/UEMOA portant modalités pratiques d’application du plan régional
de contrôle sur les axes routiers inter-Etats de l’UEMOA.

3.3. Autres Conventions internationales


Convention Date
Convention sur la circulation routière 5 décembre 1961
La Convention A/P2/5/82 de la CEDEAO du 29 mai 1982 29 mai 1982
portant réglementation des transports routiers inter-Etats
Convention de Genève sur la circulation routière 19 septembre 1949

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 14 / 33
Convention de Vienne sur la circulation routière 8 novembre 1968
Modification de la Convention de Vienne 23 mars 2016
Déclaration de Stockholm sur la sécurité routière Février 2020

3.4. Normes de performance de la SFI


La maitrise d’ouvrage s’est engagée à respecter les normes de performance de la SFI. Voici les
principaux objectifs à mettre en œuvre :
NP2 : Main d’œuvre et conditions de travail
· Promouvoir le traitement équitable, la non-discrimination et l’égalité des chances des
travailleurs.
· Établir, maintenir et améliorer les relations entre les travailleurs et la direction.
· Promouvoir le respect du droit national du travail et de l’emploi.
· Protéger les travailleurs, notamment les catégories vulnérables de travailleurs comme les
enfants, les travailleurs migrants, les travailleurs recrutés par des tierces parties et les
travailleurs de la chaîne d’approvisionnement du client.
· Promouvoir des conditions de travail sûres et saines et protéger la santé des travailleurs.
· Éviter le recours au travail forcé.
NP4 : Santé, sécurité et sureté des communautés
· Prévoir et éviter, durant la durée de vie du projet, les impacts négatifs sur la santé et la sécurité
des Communautés affectées qui peuvent résulter de circonstances ordinaires ou non
ordinaires.

· Veiller à ce que la protection du personnel et des biens soit assurée conformément aux
principes applicables des droits humains et de manière à éviter d’exposer les Communautés
affectées à des risques ou à minimiser ces derniers.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 15 / 33
4. Gestion de gestion du trafic routier

4.1. Contrôle des véhicules (assurance, maintenance, contrôle


technique, etc.)
Les dispositions suivantes sont prises :
· Tous les véhicules disposent d’une assurance couvrant les dégâts matériels, humains et la
sécurité des employés. Les assurances sont dûment réglées et mises à jour.
· Les véhicules disposent de l’ensemble des papiers et documents nécessaires comme stipulé
par lois et le code routier.
· Un examen et un suivi des véhicules est réalisé pour l’ensemble du matériel roulant employé
sur le projet. Tous les véhicules ont un certificat assurant le passage du contrôle technique
obligatoire.
· Une maintenance régulière est assurée par un prestataire qui aura la responsabilité de
l’entretien des véhicules et leur passage au contrôle technique.

4.2. Examens ou contrôles des capacités de conduite des


conducteurs
Les dispositions générales suivantes seront toujours appliquées :

· Recruter des chauffeurs qualifiés (détention permis de conduire) et aptes (examen des
capacités visuelles) ;
· Former les chauffeurs aux règles de prudence élémentaire et plan du trafic des sites de
construction ;
· Contrôler régulièrement les véhicules (pression des pneus et systèmes de freinage
notamment), le respect des limites de charges et les systèmes de fixation du matériel ;
· Détenir une habilitation pour conduire des véhicules ou engins de chantier et détenir une
autorisation pour accéder à des zones qui possèdent un accès limité ;
· Organiser en partenariat avec la police de Cotonou des contrôles de vitesse sur les portions de
route empruntées par les véhicules du projet, et pénaliser les chauffeurs contrevenants ;
· Organiser en partenariat avec la police de Cotonou des contrôles d’alcoolémie auprès des
chauffeurs et pénaliser la conduite en état d’ivresse.
Plus spécifiquement, à l’attention du personnel :
· Pour les déplacements professionnels, des chauffeurs seront recrutés et responsable du suivi,
de l’entretien du véhicule et devront respecter les dispositions énoncées plus haut.
· Les contractants respecteront impérativement les mêmes directives.
· Pour les déplacements du personnel jusqu’à leur lieu de travail, SIEMENS impose que les
véhicules privés (aussi bien motocyclettes que voitures) fassent l’objet d’une vérification en
vue de remplir les conditions légales et de contrôle technique prévues plus haut (papiers
complets, assurance à jour, contrôle technique du véhicule valide) ;
· A ce stade, aucune disposition spécifique n’est prévue pour l’acheminement du personnel sur
site par SIEMENS. Toutefois, dans le cas ou un nombre significatif d’employés nécessite
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 16 / 33
l’organisation d’une navette, des propositions pourront être discuté par les délégués du
personnel en vue de mettre en place un service conforme aux directives énoncées dans le
présent plan.

4.3. Dispositions prises liées au trafic routier en zone urbaine


4.3.1. Dispositions générales
· Aménagement des voies d’accès pour que les véhicules du chantier puissent accéder aux sites
de construction facilement ;
· Limiter le nombre d’accès pour :
o Contrôler au mieux les entrées et les sorties des véhicules qui sont autorisés sur le site,
o Atténuer la dégradation de la qualité de l’air (création de poussières et émissions de
gaz),
o Réduire les nuisances sonores.
· Indiquer les voies d’accès par une signalétique appropriée et ainsi éviter les collisions entre les
piétons et les véhicules sur la chaussée.
· Adapter le rythme des livraisons et évacuations pour qu’elles soient compatibles avec la
capacité d’absorption locale et ainsi prévenir toute obstruction au trafic urbain ;
· Limiter la circulation de nuit aux situations particulières (dans le cas où les travaux engendrent
des perturbations très fortes de la chaussée) ;
· Limiter la vitesse des véhicules pour réduire le nombre d’accidents :
o 50 km/h pour les camions chargés transportant des matières dangereuses d’un poids
supérieur à 12T en agglomération ;
o 60 km/h pour les camions chargés transportant des matières dangereuses d’un poids
supérieur à 12T hors agglomération ;
o 90 km/h pour les camions chargés transportant des marchandises d’un poids
supérieur à 10T hors agglomération.
· Identifier clairement les véhicules de chantier et véhicules des travailleurs associés au
chantier ;
· Mettre en place une procédure en cas de panne ou d’accidents. Cette procédure précisera :
o Les modalités pour sécuriser la zone (utilisation notamment de triangles de sécurité,
etc.)
o Les numéros de téléphone et les personnes à contacter au sein de SIEMENS, mais
également du poste de sécurité le plus proche et des services spécialisés
d’intervention rapide de la Protection Civile ;
o La prise en charge médicale des personnes qui auront été blessées, y compris les
riverains ;
o Le centre de santé ou hôpital, les plus proches qui seront en capacité d’accueillir les
potentiels blessés.
· En cas d’obstruction de la chaussée :
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 17 / 33
o Si une obstruction partielle de la chaussée est prévue, le trafic sera maintenu par une
circulation alternée avec application des règles de sécurité et de balisages appropriés ;
o Si une obstruction complète des voies est prévue, un itinéraire de déviation sera
proposé en collaboration avec les autorités locales (voir section 4.9.1) ;
o Tout aménagement de la chaussée pour les besoins du projet devra être communiqué
au préalable à la population riveraine (voir section 4.9.1) ;
· En cas d’activités à réaliser à proximité des routes ou d’équipements lourds :
o S’assurer de la visibilité des personnes situées à proximité des routes ou
d’équipements lourds ;
o Présence de flagmen pour appuyer les conducteurs qui devront réaliser des
manœuvres difficiles.

4.4. Détermination des itinéraires de circulation sécurisés


Dans le cas spécifique des convois (ensemble de véhicules qui font route ensemble) ou de
l’acheminement de matériels et matériaux, les mesures générales suivantes sont prises :

· Faire circuler les camions en convois à des heures qui sont compatibles avec le trafic ;
· Avertir les autorités et les riverains au moins quelques jours avant des horaires de passage de
ces convois, du nombre de véhicules et des matériaux qu’ils transportent. SIEMENS avertira
les maires, les chefs d’arrondissement et les chefs de quartiers. Une note sera également
diffusée et affichée dans les zones qui sont fréquentées par les riverains ;
· Accompagner chaque convoi, si pertinent, d’un véhicule léger en tête de convoi qui avertira
les usagers venant à contresens et qui sera en communication radio avec les camions du
convoi ;
· Proposer des mesures spécifiques en matière de trafic routier aux abords des sites pour la
livraison du matériel. Ces mesures sont développées dans le plan de gestion de la circulation
à proximité des sites de chantier.
La carte ci-dessous indique les principaux sites pré-identifiés qui pourront faire l’objet de ce type de
transport :
· Du Port de Cotonou vers les quatre différents sites de chantier ;
· Du port de Cotonou vers le site de stockage à Abomey Calavi (site pré-identifié mais non
contractuel à ce stade) ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 18 / 33
Figure 4 – Carte des principaux trajets prévus pour le transport de matériaux et matériels (fond OSM)

4.4.1. Du port vers Croix rouge


A la sortie du port de Cotonou, il est préconisé de rejoindre le carrefour Libercom afin d’éviter la zone
commerciale de Ganhi.

Figure 5 – Carte du trajet prévu du port de Cotonou jusqu’au site Croix Rouge (fond OSM)
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 19 / 33
Le parcours prévoit ensuite la traversée du Troisième pont, puis rejoindre le rondpoint Lénine en
passant par le carrefour La Roche.
Pour rappel, aucun convoi hors gabarit n’est prévu. Le trafic sur ce parcours peut être relativement
dense en journée et durant les heures de pointe, il conviendra de mettre en place la signalétique
recommandée plus bas et de viser les heures creuses pour l’acheminement des matériels et matériaux.

4.4.2. Du port vers CIM Bénin et Akpakpa


Pour l’acheminement des matériaux et matériels du port à destination des sites de Akpakpa et CIM
Bénin, les parcours sont confondus jusqu’au niveau d’Akpakpa.
A la sortie du port de Cotonou, il est préconisé de rejoindre le carrefour Libercom afin d’éviter la zone
commerciale de Ganhi.

Figure 6 – Carte du trajet prévu du port de Cotonou jusqu’aux sites d’Akpakpa et de CIM Bénin (fond OSM)

L’arrivée sur le site de CIM Bénin nécessitera de prendre le rondpoint de Sekandji pour livrer le matériel
à partir d’une voie parallèle derrière le site de construction.
Des dispositions particulières devront être prise en vue de libérer l’espace actuellement occupé par
des camions et poids lourds devant la cimenterie.
Pour rappel, aucun convoi hors gabarit n’est prévu. Le trafic sur ce parcours peut être relativement
dense en journée et durant les heures de pointe, il conviendra de mettre en place la signalétique
recommandée plus bas et de viser les heures creuses pour l’acheminement des matériels et matériaux.

4.4.3. Du port vers Gbédjromédé


A la sortie du port de Cotonou, il est préconisé de rejoindre le carrefour Libercom afin d’éviter la zone
commerciale de Ganhi.
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 20 / 33
Il est question par la suite de rejoindre le rondpoint de l’étoile rouge.

Figure 7 – Carte du trajet prévu du port de Cotonou jusqu’au site de Gbédjromedé (fond OSM)

Pour rappel, aucun convoi hors gabarit n’est prévu. Le trafic sur ce parcours peut être relativement
dense en journée et durant les heures de pointe, il conviendra de mettre en place la signalétique
recommandée plus bas et de viser les heures creuses pour l’acheminement des matériels et matériaux.
Il n’est pas prévu de couper le rondpoint pour assurer la livraison sur site, toutefois, s’il s’avérait
nécessaire des dispositions seront prises en matière de signalétique, d’encadrement et de
communication.

4.4.4. Du port vers le site de stockage (Abomey Calavi)


Le parcours prévu pour rejoindre la zone de stockage de Calavi le parcours prévoit un passage sur le
carrefour de l’étoile rouge, de suivre la RNE 1 jusqu’à l’échangeur de Godomez puis la RNE 2 jusqu’au
niveau de la localité d’Akassato.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 21 / 33
Figure 8 – Carte du trajet prévu du port de Cotonou jusqu’au site de stockage à Abomey Calavi (fond OSM)

Pour rappel, aucun convoi hors gabarit n’est prévu. Le trafic sur ce parcours peut être relativement
dense en journée et durant les heures de pointe, il conviendra de mettre en place la signalétique
recommandée plus bas et de viser les heures creuses pour l’acheminement des matériels et matériaux.
Le site définitif de stockage reste encore à fixer même s’il est très probable qu’il soit situé dans cette
zone qui offre à la fois des possibilités d’accès, des prix abordables et un niveau de sécurité convenable.

4.5. Description des moyens de signalisation et de balisage


Une signalétique devra être mis en place pour réduire le nombre d’accidents :
· Des flagmen seront installés pour sécuriser la sortie des engins sur les voies de circulation ;
· Des panneaux « stop » seront placés en cas de besoin ;
· Des zones de stationnement devront être clairement identifiées à l’aide de la signalétique.
Elles seront également réservées pour éviter tout stationnement sur la voie publique ;
· Doter les abords des sites d’une signalétique renforcée pour éviter tout accident ;
· Signaler les zones dangereuses avec des panneaux adaptés ou des barrières. Les conducteurs
et les travailleurs recevront une formation ;
· Dédier des zones pour les piétons en proposant des passages cloutés si pertinent ;
· Éviter au mieux l’obstruction des voies dédiées aux piétons à l’extérieur des sites.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 22 / 33
4.6. Détermination des dispositions particulières pour les
conducteurs lors des longs déplacements
En cas de long déplacement, les dispositions générales prévues dans le plan de gestion du trafic routier
seront appliquées. Aucun long trajet n’est cependant prévu.

4.7. Détermination des dispositions particulières lors des convois


exceptionnels
4.7.1. Dispositions générales
En cas de manœuvre avec des véhicules surdimensionnés et transport de produits dangereux, les
mesures suivantes seront prises :

· Libérer les voies d’accès de potentiels obstacles ;


· Clarifier la signalisation ;
· S’assurer que les conducteurs connaissent très bien l’itinéraire et les actions à réaliser ;
· S’assurer que les matériaux sont correctement positionnés pour éviter les chutes ;
· Contrôler les véhicules sur le plan technique de façon régulière et les maintenir en bonnes
conditions ;
· Réduire la vitesse de ces véhicules ;
· Limiter les interactions avec les zones piétonnes.

4.7.2. Travaux de nuit


Les travaux de nuit ne seront pas autorisés sauf si les activités liées au chantier sont localisées sur la
chaussée et que l’emprise du projet perturbe significativement les activités du trafic. Dans ce cas, les
activités de construction seront autorisées de 23h à 6h selon l’EIES et seront accompagnées d’une
signalisation adéquate. Dans le cas où le travail de nuit aurait lieu, des mesures devront être mises en
œuvre :
· Dispenser des formations pour les conducteurs ;
· Maintenir les véhicules dans de bonnes conditions ;
· Respecter les limitations de vitesse ;
· Allouer une période de repos aux chauffeurs ;
· Doter les sites de construction de projecteurs lumineux ;
· S’assurer que les équipements de protection individuelles visibles de nuit (EPI) sont bien portés
par les chauffeurs.

4.8. Détermination des dispositifs de contrôle de vitesse


Comme signalé au point 4.3.2, la vitesse sera limitée comme suit :

· 50 km/h pour les camions chargés transportant des matières dangereuses d’un poids
supérieur à 12T en agglomération ;
· 60 km/h pour les camions chargés transportant des matières dangereuses d’un poids
supérieur à 12T hors agglomération ;
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 23 / 33
· 90 km/h pour les camions chargés transportant des marchandises d’un poids supérieur à 10T
hors agglomération.
Des contrôles de vitesse seront être réalisés si nécessaire sur les véhicules du projet par la direction de
manière inopinée, aux abords du projet ou le long des itinéraires précisés pour le transport des
équipements. Il est impératif que les limites décrites ici soient respectées, sans quoi des mesures
appropriées prévues au contrat de travail des chauffeurs seront être prises.

4.9. Dispositions prises pour le renseignement des populations


limitrophes
4.9.1. Sensibilisation et protection des riverains
· Déployer un programme de sensibilisation à la sécurité routière (en particulier pour les
enfants) visant les habitants des quartiers de : Akpakpa, CIM Benin, Croix Rouge,
Gbedjromèdé. Pour ce faire, des ateliers de sensibilisation seront utilement organisés dans
les écoles primaires et les lieux religieux situés dans les quartiers. À ce stade, la liste des sites
et des dates n’est pas encore prévue. Un calendrier définitif sera établi pour chaque site
lorsque les livraisons de matériels et matériaux seront programmées précisément.
· Avertir les mairies, les chefs d’arrondissements, les chefs de quartiers sur le passage de
convois au moins quelques jours avant. L’agent de liaison avec les communautés sera chargé
de transmettre une note écrite aux acteurs mentionnés précédemment. Elle sera ensuite
affichée dans des lieux fréquentés par les riverains ;
· Une copie de la note écrite transmise aux riverains et aux autorités locales sera conservée par
SIEMENS. La note sera rédigée en français et traduite en langue locale et criée dans la zone
afin de s’assurer de sa bonne compréhension par les riverains. Ces aspects sont inclus dans le
PEPPC.
· Expliquer la procédure médicale d’urgence qui sera appliquée ;
· Se coordonner avec les services de secours afin d’assurer que l’on dispose des services de
secourisme appropriés en cas d’accident. La procédure médicale d’urgence est celle décrite
dans le Plan d’Intervention d’Urgence et qui comprend :
o Appel du responsable ESS de la base ;
o Le responsable ESS de la base appelle la clinique avec qui la base est en partenariat ;
o La clinique envoie une équipe de secours
o Le/les blessé(s) sont pris en charge par l’ambulance puis la clinique.
· Informer sur mécanisme de gestion des plaintes et déposer les boites pour réceptionner les
plaintes et les questions au niveau des sites de construction mais également au niveau du
chef de quartier. Chaque chef de quartier recevra une formation pour réceptionner et
enregistrer la plainte.

4.9.2. Gêne sur l’activité économique des riverains


La circulation sera restreinte ou réduite pour de très courte durée, et à une fréquence très faible, car
elle produirait seulement en cas de livraison de convois exceptionnels. Seul un faible nombre
d’évènements de ce type seront organisés par SIEMENS. La gêne occasionnée par les restrictions de
circulation ne sera nullement de nature à remettre en cause l’activité économique des riverains.
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 24 / 33
4.10. Dispositions spécifiques pour chaque site
Des dispositions spécifiques par site seront prises lors des situations suivantes :

· La livraison et l’évacuation de matériaux depuis les sites d’approvisionnement jusqu’aux


sites de construction ;
· La mise en place de convois depuis le port jusqu’aux sites en vue de livrer une partie du
matériel lié aux postes ;
· Le stationnement des véhicules liés au chantier et des convois ;
· La présence d’écoles ou de lieux comportant une densité de population forte et des personnes
vulnérables (ex : enfants) qui pourraient croiser l’itinéraire des véhicules dédiés à la
construction.
Le plan décrira les mesures à mettre en œuvre en fonction des sites et de leurs caractéristiques.
De plus, une étude permettant de qualifier le trafic sera lancée à très court terme. Le trafic sera décrit
en fonction des sites de construction et des différentes périodes de la journée et de la semaine. Ces
données permettront, si besoin, d’adapter le plan de gestion du trafic durant la phase travaux.
Un descriptif détaillé est donné pour chaque site dans le plan de gestion de la circulation à proximité
des chantiers.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 25 / 33
5. Mesures à mettre en œuvre

RESPONSABLE DE LA RESPONSABLE DU
DUREE DU SUIVI ET/OU FREQUENCE
RECEPTEURS D’IMPACT MESURES D’ATTENUATION MISE EN ŒUVRE DES SUIVI DE LA MISE EN INDICATEURS
DU SUIVI
MESURES ŒUVRE DES MESURES

DISPOSITIONS GENERALES
ACCES AUX SITES DE CONSTRUCTION

Qualité de l’air Délimiter clairement les voies d’accès aux sites SIEMENS MCA 100% des voies d’accès aux quatre sites sont bien Continue.
délimitées par des marquages au sol.
Emission sonore SIEMENS
Sécurité des
travailleurs et des
riverains
Qualité de l’air Limiter le nombre de voies d’accès SIEMENS MCA Une ou deux voies d’accès sont prévues par site. Continue.
Emission sonore SIEMENS
Sécurité des
travailleurs et des
riverains
Qualité de l’air Signaler les voies d’accès aux chantiers avec des SIEMENS MCA 100% des voies d’accès sont dotées d’une Continue.
panneaux appropriés signalétique appropriée.
Emission sonore SIEMENS
Sécurité des
travailleurs et des
riverains
CIRCULATION

Sécurité des Adapter le rythme des livraisons et évacuations SIEMENS MCA Les véhicules liés au chantier pourront occuper les Continue.
travailleurs et des pour qu’elles soient compatibles avec la capacité plages horaires dans la mesure du
SIEMENS
riverains d’absorption locale. possible correspondant aux heures où le trafic est
moins dense.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 26 / 33
Émission sonore Limiter la circulation de nuit aux situations SIEMENS MCA Le travail de nuit devra se limiter à des situations Ponctuelle.
particulières exceptionnelles
Sécurité des SIEMENS
travailleurs et des
riverains
Qualité de l’air Limiter la vitesse des véhicules à : SIEMENS MCA 0 infraction d’un véhicule lié au chantier pour un Contrôle continu pour l’EP et
dépassement de la vitesse maximale autorisée les autorités/communautés
Émission sonore 50km/h pour les camions chargés transportant des SIEMENS
enregistrée par (i) l’EP, par (ii) la gendarmerie et (iii) locales.
matières dangereuses d’un poids supérieur à
Sécurité des les plaintes/observations transmises par les
12T en agglomération ;
travailleurs et des autorités/communautés locales.
riverains 60km/h pour les camions chargés transportant des Contrôle inopiné par la
matières dangereuses d’un poids supérieur à gendarmerie de Cotonou.
12T hors agglomération ;
90km/h pour les camions chargés transportant des
marchandises d’un poids supérieur à 10T hors
agglomération.
Émission sonore En cas de convois, avertir les autorités et les SIEMENS MCA Note écrite transmise aux riverains et aux autorités En cas de convoi.
riverains des horaires de passage de ces convois, du locales. Une copie devra être conservée par
Sécurité des SIEMENS
nombre de véhicules et des matériaux qu’ils SIEMENS.
travailleurs et des
transportent
riverains Voiture en tête de convoi / information des riverains
Sécurité des Identifier clairement les véhicules du chantier SIEMENS MCA 100% des véhicules liés au chantier devront être Continue.
travailleurs et des facilement identifiables (autocollant, etc.)
SIEMENS
riverains
Sécurité des Mettre en place une procédure en cas de panne ou SIEMENS MCA Une procédure a été établie. Continue.
travailleurs et des d’accidents sur les sites de construction et en
SIEMENS 100% des employés ont été informés de cette Les formations auront lieu
riverains dehors
procédure. Des exercices pratiques pourront être durant les premiers jours de
organisés. travail. Si des mises à jour
sont proposées, dans ce cas,
La procédure est affichée clairement et à la vue de
de nouvelles formations
tous sur chaque site.
pourront être programmées.
Sécurité des Prévoir une circulation alternée en cas SIEMENS MCA Si la chaussée est occupée partiellement par les Ponctuelle.
travailleurs et des d’obstruction partielle de la chaussée travaux :
SIEMENS
riverains
Un document présentant un itinéraire alternatif est
proposé.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 27 / 33
L’itinéraire alternatif est correctement délimité et
signalé.
Sécurité des Prévoir un itinéraire de déviation en cas SIEMENS MCA Si la chaussée est occupée totalement par les Ponctuelle.
travailleurs et des d’obstruction complète travaux :
SIEMENS
riverains
Un document présentant un itinéraire alternatif est
proposé en coopération avec les autorités et les
communautés locales.
L’itinéraire alternatif est correctement délimité et
signalé.
Sécurité des Communiquer aux autorités les nouveaux SIEMENS MCA Note de l’EP transmise aux autorités décrivant les En cas d’aménagement de la
travailleurs et des aménagements de la chaussée nouveaux aménagements et les raisons associées. chaussée.
SIEMENS
riverains
Sécurité des S’assurer de la visibilité des personnes et de la SIEMENS MCA 100% des employés portent des EPI et sont bien Continue.
travailleurs et des présence de flagmen en cas de travaux à réaliser visibles sur les sites et en dehors.
SIEMENS
riverains proches des routes ou à proximité d’équipements
lourds
Sécurité des Si une manœuvre d’un véhicule SIEMENS MCA Ponctuelle.
travailleurs et des surdimensionné doit être réalisée :
SIEMENS
riverains Sécurité
Libérer les voies d’accès de potentiels obstacles ;
des travailleurs et
des riverains Clarifier la signalisation ;
S’assurer que les conducteurs connaissent très bien
l’itinéraire et les actions à réaliser ;
S’assurer que les matériaux sont correctement
positionnés pour éviter les chutes ;
Contrôler les véhicules sur le plan technique de
façon régulière et les maintenir en bonnes
conditions ;
Réduire la vitesse de ces véhicules ;
Limiter les interactions avec les zones piétonnes.
SIGNALETIQUE

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 28 / 33
Sécurité des Installer des feux tricolores pour sécuriser la sortie SIEMENS MCA Des feux tricolores sont présents à la sortie des sites. Continue.
travailleurs et des des engins sur les voies de circulation
SIEMENS
riverains
Sécurité des Placer des panneaux stop ou dispositif équivalent SIEMENS MCA Des panneaux stop sont placés en cas de besoin Continue.
travailleurs et des
SIEMENS
riverains
Sécurité des Délimiter les zones de circulation SIEMENS MCA 100% des voies d’accès aux quatre sites sont bien Ponctuelle.
travailleurs et des délimitées par des marquages au sol et par une
SIEMENS
riverains signalétique appropriée.
Sécurité des Identifier et délimiter des zones de stationnement SIEMENS MCA 100% des zones de stationnement sont délimitées, Continue sur site.
travailleurs et des situées dans des endroits appropriés et
SIEMENS Ponctuelle en dehors.
riverains correctement signalés.
Sécurité des Doter les abords du site d’une signalétique SIEMENS MCA Présence d’une signalétique renforcée (panneaux, Ponctuelle : en cas
travailleurs et des renforcée en cas de besoin feux tricolores, barrières, etc.). d’aménagement de la
SIEMENS
riverains chaussée.
Sécurité des Signaler les zones dangereuses (trous, etc.) avec SIEMENS MCA Toutes les zones à risques sont identifiées. Continue.
travailleurs et des des panneaux adaptés et des barrières et informer
SIEMENS 100% des zones sont bien signalées.
riverains les conducteurs
100% des employés sont informés sur la présence de
ces zones à risques.
CHAUFFEURS, CONDUITES ET VEHICULES

Sécurité des Recruter des chauffeurs qualifiés (permis de SIEMENS MCA La grille de sélection des chauffeurs comporte une A chaque recrutement d’un
travailleurs et des conduire, expériences) ligne « détention du permis de conduire poids conducteur.
SIEMENS
riverains lourds » et expérience de plusieurs années dans la
conduite d’engin ou véhicule de chantier.
Une copie de permis de conduire de tous les
chauffeurs recrutés est présente dans leur dossier de
candidature.
Sécurité des Recruter des chauffeurs aptes (bonnes conditions SIEMENS MCA Un examen médical a été effectué pour chaque A chaque recrutement d’un
travailleurs et des physiques et examen capacités visuelles) conducteur recruté. conducteur.
SIEMENS
riverains
Les résultats de cet examen figurent dans le dossier
des conducteurs.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 29 / 33
Les résultats sont conformes aux attentes (bonnes
capacités physiques et visuelles).
Sécurité des Détention d’une habilitation pour conduire un SIEMENS MCA 100% des conducteurs possèdent une habilitation Continue.
travailleurs et des engin ou véhicule spécifiques de chantier pour conduire des engins ou véhicules spécifiques de
SIEMENS
riverains chantier.
Sécurité des Détention d’une autorisation pour accéder à une SIEMENS MCA Les conducteurs possèdent une autorisation pour Continue.
travailleurs et des zone avec un accès limité lorsque cela est pertinent accéder à une zone avec un accès restreint
SIEMENS
riverains
Sécurité des Former les chauffeurs aux règles de prudence et au SIEMENS MCA 100% des conducteurs ont pu bénéficier d’une Continue.
travailleurs et des plan du trafic des sites de construction formation sur les règles de prudence à adopter et sur
SIEMENS
riverains les plans sur le trafic routier des quatre sites.
Sécurité des Contrôler régulièrement les véhicules SIEMENS MCA 100% des véhicules sont contrôlés plusieurs fois par Hebdomadaire.
travailleurs et des semaine.
SIEMENS
riverains
Sécurité des Organiser des contrôles de vitesse avec la SIEMENS MCA Plusieurs contrôles sont organisés par la police. Mensuelle.
travailleurs et des gendarmerie de Cotonou
SIEMENS
riverains
Sécurité des Organiser des contrôles d’alcoolémie avec la SIEMENS MCA Plusieurs contrôles sont organisés par la police. Mensuelle.
travailleurs et des gendarmerie de Cotonou
SIEMENS
riverains
TRAVAUX DE NUIT

Sécurité des Dispenser des formations spécifiques sur le travail SIEMENS MCA 100% des conducteurs qui travaillent la nuit ont pu Continue.
travailleurs et des de nuit aux conducteurs bénéficier d’une formation spécifique pour le travail
SIEMENS
riverains de nuit.
Sécurité des Allouer une période de repos SIEMENS MCA La liste des heures travaillées par les conducteurs Continue.
travailleurs et des
SIEMENS
riverains
Sécurité des Doter les sites de construction d’un bon éclairage SIEMENS MCA Le plan d’illumination est approprié pour le travail de Continue.
travailleurs et des nuit.
SIEMENS
riverains
Sécurité des S’assurer que les EPI sont portés par les chauffeurs SIEMENS MCA 100% des employés portent des EPI Continue.
travailleurs et des
SIEMENS
riverains

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 30 / 33
SENSIBILISATION DES RIVERAINS

Sécurité des Déployer un programme de sensibilisation des SIEMENS MCA Un programme de sensibilisation a été établi Programme de sensibilisation
travailleurs et des riverains aux risques de la route dans chaque dans chaque école
SIEMENS Les écoles et les édifices religieux ont pu bénéficier
riverains quartier et de façon régulière environnant les sites et
de la sensibilisation dans chaque site au début de la
édifices religieux a été
phase de construction
dispensé au moins une fois
au débit de la phase de
construction.
Sécurité des Expliquer et informer les riverains de la procédure SIEMENS MCA Une section relative à la procédure médicale A chaque sensibilisation.
travailleurs et des médicale d’urgence en cas d’accident d’urgence est intégrée dans le programme de
SIEMENS
riverains sensibilisation.
La procédure est affichée sous format papier à la vue
du public.
DISPOSITIONS SPECIFIQUES :

Akpakpa

Sécurité des Mettre en œuvre les dispositions spécifiques lors Les aménagements sont bien effectués lors du Lors du passage de véhicules
travailleurs et des de l’implantation, de la livraison, de l’évacuation et passage de véhicules de chantier et des convois liés au chantier et des
riverains du stationnement des véhicules liés au chantier et MCA convois
SIEMENS Les autorités locales sont alertées
aux convois :
SIEMENS
Créer une zone de circulation réduite avec la
signalétique appropriée
CIM Bénin

Sécurité des Mettre en œuvre les dispositions spécifiques lors SIEMENS MCA Un accord a été trouvé avec CIM Bénin et la mairie Au début de la phase de
travailleurs et des de l’implantation, de la livraison, de l’évacuation et construction
SIEMENS Une zone de stationnement est formalisée
riverains du stationnement des véhicules liés au chantier et
aux convois :
Formaliser la zone de stationnement
Sécurité des Sensibiliser les commerçants aux abords du site sur SIEMENS MCA Formation Au début du chantier.
travailleurs et des la sécurité routière, l’hygiène et la sécurité
SIEMENS Liste de présence
riverains

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 31 / 33
Sécurité des Possibilité : participer à la mise en œuvre de micro- SIEMENS MCA Rapport exécution du projet, photographies Semestrielle.
travailleurs et des projets pouvant bénéficier aux populations se
SIEMENS
riverains trouvant aux abords des sites
Croix rouge

Sécurité des Mettre en œuvre les dispositions spécifiques lors SIEMENS MCA Les aménagements sont bien effectués lors du Lors du passage de véhicules
travailleurs et des de l’implantation, de la livraison, de l’évacuation et passage de véhicules de chantier et des convois liés au chantier et des
SIEMENS
riverains du stationnement des véhicules liés au chantier et convois.
Les autorités locales sont alertées
aux convois :
Réduire la circulation et mettre en place une
signalétique appropriée

Sécurité des Mettre en œuvre un programme de sensibilisation SIEMENS MCA Formation Au début de la construction.
travailleurs et des dans le quartier sur la sécurité routière
SIEMENS Liste de présence
riverains
Sécurité des Faire un point sécurité avec les conducteurs qui se MCA Liste de présence Les jours qui concernent un
travailleurs et des rendent à croix rouge SIEMENS trajet vers croix rouge.
riverains SIEMENS

Sécurité des Aménager des zones pour les piétons Les aménagements sont bien effectués lors du Lors du passage de véhicules
MCA
travailleurs et des SIEMENS passage de véhicules de chantier et des convois liés au chantier et des
riverains SIEMENS convois.
Les autorités locales sont alertées
Sécurité des Se coordonner avec les centres de santé à MCA Contact du centre de santé le plus proche bien Continue.
travailleurs et des proximité (contact, prévenir d’éventuels accidents, SIEMENS affiché sur le site et au niveau de la chefferie de
riverains etc.) SIEMENS quartier
Gbedjromèdé

Sécurité des Mettre en œuvre les dispositions spécifiques lors SIEMENS MCA Les aménagements sont bien effectués lors du Lors du passage de véhicules
travailleurs et des de l’implantation, de la livraison, de l’évacuation et passage de véhicules de chantier et des convois liés au chantier et des
SIEMENS
riverains du stationnement des véhicules liés au chantier et convois.
Les autorités locales sont alertées
aux convois :
Bloquer une partie du rondpoint.
Port de Cotonou vers les sites de chantier

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 32 / 33
Sécurité des Mettre en œuvre les dispositions spécifiques lors SIEMENS MCA Les aménagements sont bien effectués lors du Lors du passage de véhicules
travailleurs et des de l’implantation, de la livraison, de l’évacuation et passage de véhicules de chantier et des convois liés au chantier et des
SIEMENS
riverains du stationnement des véhicules liés au chantier et convois et en amont.
Les autorités locales sont alertées
aux convois :
Eviter les heures de pointes
Assurer la communication et signalisation si
nécessaire
Port de Cotonou vers le site de stockage de Calavi

Sécurité des Mettre en œuvre les dispositions spécifiques lors SIEMENS MCA Les aménagements sont bien effectués lors du Lors du passage de véhicules
travailleurs et des de l’implantation, de la livraison, de l’évacuation et passage de véhicules de chantier et des convois liés au chantier et des
SIEMENS
riverains du stationnement des véhicules liés au chantier et convois et en amont.
Les autorités locales sont alertées
aux convois :
Eviter les heures de pointes
Assurer la communication et signalisation si
nécessaire

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 33 / 33
7. Procédure documentée de gestion de la circulation (PDGC)

Page 73 sur 75
Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution

d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –

Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10-IS-PLN-0028
__________________________________________________________________________________

PLAN DE GESTION DE LA CIRCULATION À PROXIMITÉ DES CHANTIERS


_________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

N° Rév du Date Rév du Validateur Validateur


N° DTS Date DTS Description Préparé par
Document Document Entrepreneur Ingénieur
Première
0009 24/03/2020 A 24/03/2020 D.CHILLET B.CHATRON
émission
Prise en compte
S. DURAND D.
0053 27/05/2020 B 25/05/2020 des commentaires B.CHATRON
BUCHON
Sofreco DTS-0012
Prise en compte
0156 20/08/2020 C 28/07/2020 des commentaires D.CHILLET B.CHATRON
Sofreco DTS-0044
Liste des références

N° de réf. Nº du document Titre

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Liste des pièces jointes

PJ N° Nº du document Rév. Date Titre

01

02

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 2 / 35
TABLE DES MATIÈRES
LISTE DES ACRONYMES ET ABREVIATIONS ........................................................................................ 5
1. INTRODUCTION ................................................................................................................................... 6
1.1. CONTEXTE ........................................................................................................................................... 6
1.2. OBJECTIFS DU PLAN ............................................................................................................................... 7
1.3. ORGANISATION DU PLAN ........................................................................................................................ 7
1.4. PERIMETRE D’ACTION............................................................................................................................. 7
2. DESCRIPTION DU PROJET ................................................................................................................ 8
2.1. SCOPE ................................................................................................................................................ 8
2.2. DESCRIPTION DES POSTES A ETENDRE ET A CONSTRUIRE .................................................................................. 8
2.2.1. Poste d’Akpakpa .......................................................................................................................... 8
2.2.2. Poste CIM Bénin .......................................................................................................................... 8
2.2.3. Poste Croix rouge ........................................................................................................................ 9
2.2.4. Poste Gbedjromèdé...................................................................................................................... 9
2.2.5. Aménagements de postes existants.............................................................................................. 9
2.3. CALENDRIER D’EXECUTION ...................................................................................................................... 9
2.4. FONCTIONNEMENT DE L’EQUIPE PROJET DEDIEE AU LOT B ............................................................................... 9
2.5. PERSONNEL CLE .................................................................................................................................. 12
3. TEXTES APPLICABLES .................................................................................................................... 13
3.1. CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE DE LA REPUBLIQUE DU BENIN ................................................................ 13
3.2. CONVENTION ET REGLEMENTS REGIONAUX ................................................................................................ 13
3.3. AUTRES CONVENTIONS INTERNATIONALES ................................................................................................. 13
3.4. NORMES DE PERFORMANCE DE LA SFI ...................................................................................................... 14
4. GESTION DE LA CIRCULATION A PROXIMITE DES CHANTIERS ............................................ 15
4.1. CONTROLE DES VEHICULES (ASSURANCE, MAINTENANCE, CONTROLE TECHNIQUE, ETC.) ......................................... 15
4.2. EXAMENS OU CONTROLES DES CAPACITES DE CONDUITE DES CONDUCTEURS ....................................................... 15
4.3. DISPOSITIONS PRISES LIEES AU TRAFIC ROUTIER EN ZONE URBAINE ................................................................... 15
4.3.1. Disposition générales ................................................................................................................ 15
4.3.2. Disposition spécifiques liées à la circulation .............................................................................. 16
4.3.3. Travaux de nuit ......................................................................................................................... 17
4.4. DETERMINATION DES ITINERAIRES DE CIRCULATION SECURISES ........................................................................ 17
4.5. DESCRIPTION DES MOYENS DE SIGNALISATION ET DE BALISAGE ........................................................................ 17
4.6. DETERMINATION DES DISPOSITIONS PARTICULIERES POUR LES CONDUCTEURS LORS DES LONGS DEPLACEMENTS ........... 18
4.7. DETERMINATION DES DISPOSITIONS PARTICULIERES LORS DES CONVOIS EXCEPTIONNELS ........................................ 18
4.7.1. Dispositions générales ............................................................................................................... 18
4.7.2. Travaux de nuit ......................................................................................................................... 18
4.8. DETERMINATION DES DISPOSITIFS DE CONTROLE DE VITESSE ........................................................................... 18
4.9. DISPOSITIONS PRISES POUR LE RENSEIGNEMENT DES POPULATIONS LIMITROPHES ................................................ 19
4.9.1. Sensibilisation et protection des riverains ................................................................................. 19
4.9.2. Gêne sur l’activité économique des riverains ............................................................................. 19
4.10. DISPOSITIONS SPECIFIQUES POUR CHAQUE SITE ........................................................................................... 20
4.10.1. Akpakpa................................................................................................................................ 20
4.10.1.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules ..................... 20
4.10.1.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintes. ...... 20
4.10.1.3. Mesures préconisées dans l’environnement immédiat du site dédié.................................... 20
4.10.1.1. Numéros utiles................................................................................................................... 21
4.10.2. CIM Bénin.............................................................................................................................. 22
4.10.2.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules ..................... 22
4.10.2.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintes ....... 22
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 3 / 35
4.10.2.3. Mesures préconisées.......................................................................................................... 22
4.10.2.1. Numéros utiles................................................................................................................... 24
4.10.3. Croix Rouge........................................................................................................................... 24
4.10.3.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules ..................... 24
4.10.3.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintes ....... 24
4.10.3.3. Mesures préconisées.......................................................................................................... 24
4.10.3.1. Numéros utiles................................................................................................................... 26
4.10.4. Gbedjromèdé ......................................................................................................................... 26
4.10.4.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules ..................... 26
4.10.4.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintes ....... 26
4.10.4.3. Mesures préconisées.......................................................................................................... 26
4.10.4.4. Numéros utiles................................................................................................................... 28
5. MESURES A METTRE EN ŒUVRE.................................................................................................. 29

Table des figures


FIGURE 1 - IMPLANTATION DES PRINCIPAUX POSTES ELECTRIQUES D’INTERVENTION DE SIEMENS (SOURCE DE PLAN EIES COTONOU,
AOUT 2019) ............................................................................................................................................... 6
FIGURE 2 - EMPLACEMENTS DES DEUX EQUIPES OFF-SHORE ET ONSHORE DE SIEMENS......................................................... 10
FIGURE 3 - ORGANIGRAMME GENERAL DE SIEMENS (EQUIPE OFF-SHORE ET ON-SHORE) ...................................................... 11
FIGURE 4 - DISPOSITIONS SPECIFIQUES A METTRE EN APPLICATION SUR LE SITE D’AKPAKPA LORS DE CONVOIS EXCEPTIONNELS ......... 21
FIGURE 5 - DISPOSITIONS SPECIFIQUES A METTRE EN APPLICATION SUR LE SITE DE CIM BENIN ................................................. 23
FIGURE 6 - DISPOSITIFS SPECIFIQUES A METTRE EN APPLICATION SUR LE SITE DE CROIX-ROUGE LORS DE CONVOIS ......................... 25
FIGURE 7 - DISPOSITIFS A METTRE EN APPLICATION A GBEDJROMEDE LORS DE CONVOIS ......................................................... 27

Table des tableaux


TABLEAU 1 - PERSONNEL CLE .................................................................................................................................. 12
TABLEAU 2 - NUMEROS DE TELEPHONE DES PERSONNES RESSOURCES ET DES CENTRES DE SANTE A PROXIMITE DU SITE D’AKPAKPA ... 22
TABLEAU 3 - NUMEROS DE TELEPHONE DES PERSONNES RESSOURCES ET DES CENTRES DE SANTE A PROXIMITE DU SITE CIM BENIN ... 24
TABLEAU 4 - NUMEROS DE TELEPHONE DES PERSONNES RESSOURCES ET DES CENTRES DE SANTE A PROXIMITE DU SITE DE CROIX ROUGE
.............................................................................................................................................................. 26
TABLEAU 5 - NUMEROS DE TELEPHONE DES PERSONNES RESSOURCES ET DES CENTRES DE SANTE A PROXIMITE DU SITE DE
GBEDJROMEDE ........................................................................................................................................... 28

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 4 / 35
Liste des acronymes et abréviations
DSM DECHETS SOLIDES MENAGERS

ESSSC ENVIRONNEMENT, SANTE, SECURITE, SOCIETAL DE CONSTRUCTION

GIS GAS INSULATED SYSTEM

HTB HAUTE TENSION B

IFC INTERNATIONAL FINANCIAL CORPORATION

KV KILOVOLT

MCA MILLENIUM CHALLENGE ACCOUNT BENIN II

MCC MILLENIUM CHALLENGE CORPORATION

MOA MAITRISE D’OUVRAGE

MT MOYENNE TENSION

MVA MEGAVOLTAMPERE

NP NORME DE PERFORMANCE

SBEE SOCIETE BENINOISE D’ENERGIE ELECTRIQUE

SFI SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 5 / 35
1. Introduction

1.1. Contexte
Le Bénin bénéficie de l’appui de Millenium Challenge Corporation, une agence indépendante
américaine, pour mettre en œuvre un programme visant à soutenir le secteur de l’électricité au niveau
national. Le programme a pour objectifs d’augmenter l’accès à l’énergie au travers de 4 projets :
1. Appui aux réformes politiques et renforcement institutionnel ;

2. Appui à la production d’électricité ;

3. Appui à la distribution d’électricité ;

4. Promouvoir l’accès à l’énergie hors réseau.

Millenium Challenge Account Benin II a été créé pour mettre en œuvre ce programme et tient le rôle
de maitrise d’ouvrage. C’est dans le cadre du projet de distribution d’électricité que SIEMENS a été
retenu afin de participer à la construction ou à l’extension de quatre sous stations électriques à
Cotonou (lot B). Le scope comporte également de légers travaux de rénovation sur certains autres
postes existants.
Les quatre postes sont visibles sur la carte ci-après, ce sont les suivants :
1. Akpakpa ;

2. CIM Benin ;

3. Croix Rouge ;

4. Gbedjromèdé.

Figure 1 - Implantation des principaux postes électriques d’intervention de SIEMENS (source de plan EIES Cotonou, Aout
2019)

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 6 / 35
1.2. Objectifs du plan
Un plan de gestion santé et sécurité de construction (PGSSC) a été produit afin que les normes de la
SFI soient respectées. La gestion du trafic routier et de la sécurité routière dans les sites de construction
et ses abords font partie intégrante du PGSSC.
À ce titre deux plans distinctes sont développés :
l D’une part un plan de gestion de la circulation à proximité du chantier destiné à s’assurer de
la sécurité et de la fluidité du trafic autour des lieux de mise en place des postes ;
l D’autre part un plan de gestion du trafic routier développé afin de prendre en charge le
transport des convois important de matériels et matériaux à destination du chantier, mais
aussi la sécurité des prestataires, employés et experts du projet lors de leurs trajets vers le
site.
Le présent document correspond au premier, la circulation autour des chantiers : la circulation routière
représente une cause majeure d’accident lors de la phase de construction de projets d’infrastructures.
Il convient donc de le réglementer sur le chantier comme en dehors afin de limiter les accidents de
personne, des travailleurs comme des riverains. Compte tenu de la localisation des sites en plein cœur
de Cotonou et du trafic dense aux abords des sites, une grande attention devra donc être portée sur
ce plan et sa mise en œuvre.
Ce plan décrira les dispositions spécifiques et générales à mettre en œuvre en matière de circulation
au sein et autour des sites de construction.

1.3. Organisation du plan


L’organisation proposée pour le plan s’intègre à l’organisation générale qui sera donnée au projet en
phase de construction. Chaque entité ayant une responsabilité directe dans la réalisation du projet
aura une responsabilité à assumer. À ce stade, ces entités ont été identifiées comme étant :
· Le bailleur de fond : Millenium Challenge Corporation ;

· Le Maître d’Ouvrage : Millenium Challenge Account (Benin II) ;

· Le titulaire pour le lot B : SIEMENS ;

· Les sous-traitants de SIEMENS (entrepreneurs) ;

· Les administrations ;

· La société civile.

1.4. Périmètre d’action


Ce document s’appliquera aux quatre sites dédiés à la construction des postes électriques. Ces sites
sont : Akpakpa, CIM Benin, Croix Rouge, Gbedjromèdé. Les routes aux abords des sites seront
également concernées par les mesures à appliquer ainsi que les voies fréquemment utilisées par les
véhicules pour la venue, le départ des travailleurs, la livraison et l’évacuation des matériaux.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 7 / 35
2. Description du Projet

2.1. Scope
SIEMENS est chargée de l’installation et la mise en service des équipements prévus dans le cadre du
projet. Les principales phases de ce projet sont les suivantes :

· Acheminement du matériel jusqu’aux sites de construction ;


· Réception du matériel/des composants ;
· Entreposage dans une zone de stockage ;
· Installation de l’équipement fourni ;
· Essais et mise en service de l’équipement ;
· Remise clé en main.

2.2. Description des postes à étendre et à construire


2.2.1. Poste d’Akpakpa
Ce site se trouve dans le premier arrondissement de Cotonou. Il représente environ 2470 m². Certaines
installations sont déjà présentes et occupent une superficie de 1700 m², les installations futures
occuperont 400 m² supplémentaires. Le propriétaire du site est la Société Béninoise d’Énergie
Électrique (SBEE).
Ce site comporte déjà à l’heure actuelle les éléments suivants :
· Deux transformateurs ;
· Deux cellules lignes souterraines ;
· Une cellule ligne aérienne.
Le projet prévoit l’extension du poste AIS d’Akpakpa pour recevoir deux lignes supplémentaires pour
le bouclage du réseau 63kV Cotonou Nord "Vèdoko Gbedjromèdé - Croix Rouge - Cim Bénin - Akpakpa"
et le réseau Cotonou sud "Vèdoko - Ancien Pont - Akpakpa". Les jeux de barres existant seront
prolongés de deux pas de cellules pour permettre de raccorder les deux nouvelles cellules lignes "Cim
Bénin" et "Ancien Pont".

2.2.2. Poste CIM Bénin


Ce site se trouve dans l’arrondissement d’Agblangandan et représente 1058 m². Les installations
couvriront environ 750 m². La parcelle est détenue par la Mairie de Sémé-Kopdji. Nous noterons qu’il
existe un poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Sur ce site, le projet vise à construire un poste qui sera composé de deux échelons de tension : 63 kV
pour les installations HTB et 15kV pour la moyenne tension.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension.
Le poste est constitué de :
· Quatre travées lignes ;
· Deux bancs transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA ;
· Cellule 15kV.
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 8 / 35
2.2.3. Poste Croix rouge
Ce site se trouve dans le troisième arrondissement de Cotonou et représente 856 m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle est détenue par la mairie de Cotonou. Nous noterons qu’il existe un
poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension.
Le poste est constitué de :
· Deux travées lignes ;

· Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA ;


· Plusieurs équipements moyenne tension (une rame moyenne tension composée de 2 cellules
d’arrivée, 1 cellule de couplage, de 8 cellules départs).

2.2.4. Poste Gbedjromèdé


Ce site se situe dans le 6ème arrondissement de Cotonou et représente 900m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle appartient à la mairie de Cotonou.
Le projet vise à construire un nouveau poste sur ce site 63/15kV avec une technologie GIS.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations
HTB et 15 kV pour la moyenne tension en technologie GIS.
Le poste est constitué de :
· Trois travées lignes ;

· Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA ;

· Plusieurs équipements MT (une rame MT composée de 2 cellules d’arrivée, 1 cellule de


couplage, de 8 cellules départs).

2.2.5. Aménagements de postes existants


Le projet prévoit également le renouvellement de certains équipements sur les postes suivants :

· Postes de distribution : Godomey / 3 banques – Cotonou / Allada / Lokossa

· Postes aboutissants : Vedoko / Ancien Pont / Seme

2.3. Calendrier d’exécution


Le projet a démarré le 25 février 2020 et se termine le 26 décembre 2021. Ce calendrier est susceptible
d’être modifié en raison de la crise sanitaire.

2.4. Fonctionnement de l’équipe projet dédiée au lot B


La gestion du projet sera assurée par une équipe à deux composantes de localisation géographique, et
dont les membres seront physiquement installés en France et au Bénin. Ainsi, les équipes détachées
au projet se distinguent selon les deux composantes principales :

· Une composante basée en France à Grenoble, dénommée équipe off-shore;

· Une composante basée au Bénin à Cotonou au plus près de l’exécution du projet, dénommée
équipe on-shore.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 9 / 35
Figure 2 - Emplacements des deux équipes off-shore et onshore de SIEMENS

Rôle de l’équipe off-shore


L’équipe off-shore assure le pilotage général du projet relatif au lot B pour le compte de SIEMENS, de
même que les fonctions support telles que le contrôle qualité, la gestion commerciale, la comptabilité,
la gestion des achats et des fournisseurs d’équipements, la gestion des plannings, et l’ingénierie du
projet pour la conception des postes et des activités de construction.

Rôle de l’équipe on-shore


L’équipe on-shore est pilotée par l’équipe on-shore depuis la France.
L’équipe on-shore est implantée à Cotonou au plus près des opérations, elle assure la bonne exécution
du projet, l’encadrement des intervenants pour le bon déroulement des opérations. L’équipe off-shore
assure également une présence permanente pendant toute la durée du projet pour procéder aux
échanges directs avec le MCA et les différents intervenants locaux, et elle assure un feedback vers
l’équipe off-shore.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 10 / 35
Relations
Off-shore / on-shore

Figure 3 - Organigramme général de SIEMENS (équipe off-shore et on-shore)

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 11 / 35
2.5. Personnel clé
DIRECTEUR DES OPERATIONS JOEL AKOWANOU
MCA
CHEF DE PROJET CONSTRUCTION OSVALD G.ACLASSATO

CHEF DE MISSION DANIEL MERLIN


SOFRECO
INGENIEUR SUPERVISEUR RESIDENT EZZEDDINE BARHOUMI

RESPONSABLE GENERAL OFFSHORE FREDERIC ACHARD

REPRESENTANT GENERAL ONSHORE BRUNO CHATRON

SIEMENS RESPONSABLE ESSSC/HSE OFFSHORE FRANCK BERARDI

RESPONSABLE ESSSC ONSHORE FRANCK ATTOLOU

AGENT DE LIAISON AVEC LES COMMUNAUTES CYPRIEN OWOLABI


Tableau 1 - Personnel clé

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 12 / 35
3. Textes applicables

3.1. Cadre législatif et règlementaire de la République du Bénin


· La loi N°2019-40 portant révision de la loi N°90-032 du 11 décembre 1990 portant
constitution de la République du Bénin;
· Le décret n°079-109 du 15 Mai 1979 réglementant les Transports Routiers en République du
Bénin ;
· Le décret n°2001-110 du 4 avril 2001 portant fixation des normes de qualité de l’air ;
· Le décret n°2001-294 du 05 août 2001 portant réglementation du bruit.
· Guide du conducteur routier en République du Bénin
· Décret N°430 du 23 Novembre 1965 réglementant la circulation sur les voies ouvertes au
public ;
· Décret N° 016-418 DU 20 juillet 2016 portant attributions, organisation et fonctionnement
du Ministère des Infrastructures et des Transports ;
· Décret n° 87-442 du 29 décembre 1987 portant création du Centre National de Sécurité
Routière ;
· Arrêté interministériel n° 065/MTPT/MFE/MDN/MISD/MAEP/MSP/MICPE/ DC/SG/CTTT/
DGTT/SER portant création, attributions, composition et fonctionnement du Comité National
de Facilitation des Transports et Transit Routiers Inter-états ;
· Arrêté n° 130 MTP du 18/06/1959 portant règlementation routière en République du Bénin

3.2. Convention et règlements régionaux


l Convention A/P2/5/82 de la CEDEAO du 29 mai 1982 portant réglementation des transports
routiers inter-Etats du 29 mai 1982
l Charte africaine sur la sécurité routière du 31 janvier 2016
l Règlement N014/2005/CM/UEMOA relatif à l’harmonisation des normes et des procédures du
contrôle du gabarit, du poids et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de
marchandises dans les pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) ;
l Directive N008/2005/CM/UEMOA relative à la réduction des points de contrôle sur les axes
routiers inter-Etats de l’UEMOA ;
l Décision N015/2005/CM/UEMOA portant modalités pratiques d’application du plan régional
de contrôle sur les axes routiers inter-Etats de l’UEMOA.

3.3. Autres Conventions internationales


CONVENTION DATE
Convention sur la circulation routière 5 décembre 1961
La Convention A/P2/5/82 de la CEDEAO du 29 mai 29 mai 1982
1982 portant réglementation des transports routiers
inter-Etats
Convention de Genève sur la circulation routière 19 septembre 1949
Convention de Vienne sur la circulation routière 8 novembre 1968
Modification de la Convention de Vienne 23 mars 2016
Déclaration de Stockholm sur la sécurité routière Février 2020

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 13 / 35
3.4. Normes de performance de la SFI
La maitrise d’ouvrage s’est engagée à respecter les normes de performance de la SFI. Voici les
principaux objectifs à mettre en œuvre :
NP2 : Main d’œuvre et conditions de travail
· Promouvoir le traitement équitable, la non-discrimination et l’égalité des chances des
travailleurs.
· Établir, maintenir et améliorer les relations entre les travailleurs et la direction.
· Promouvoir le respect du droit national du travail et de l’emploi.
· Protéger les travailleurs, notamment les catégories vulnérables de travailleurs comme les
enfants, les travailleurs migrants, les travailleurs recrutés par des tierces parties et les
travailleurs de la chaîne d’approvisionnement du client.
· Promouvoir des conditions de travail sûres et saines et protéger la santé des travailleurs.
· Éviter le recours au travail forcé.
NP4 : Santé, sécurité et sureté des communautés
· Prévoir et éviter, durant la durée de vie du projet, les impacts négatifs sur la santé et la sécurité
des Communautés affectées qui peuvent résulter de circonstances ordinaires ou non
ordinaires.

· Veiller à ce que la protection du personnel et des biens soit assurée conformément aux
principes applicables des droits humains et de manière à éviter d’exposer les Communautés
affectées à des risques ou à minimiser ces derniers.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 14 / 35
4. Gestion de la circulation à proximité des chantiers

4.1. Contrôle des véhicules (assurance, maintenance, contrôle


technique, etc.)
Les dispositions suivantes sont prises :
l Tous les véhicules disposent d’une assurance couvrant les dégâts matériels, humains et la
sécurité des employés. Les assurances sont dûment réglées et mises à jour.
l Les véhicules disposent de l’ensemble des papiers et documents nécessaires comme stipulé
par lois et le code routier.
l Un examen et un suivi des véhicules est réalisé pour l’ensemble du matériel roulant employé
sur le projet. Tous les véhicules ont un certificat assurant le passage du contrôle technique
obligatoire.
l Une maintenance régulière est assurée par un prestataire qui aura la responsabilité de
l’entretien des véhicules et leur passage au contrôle technique.

4.2. Examens ou contrôles des capacités de conduite des conducteurs


Les dispositions suivantes seront toujours appliquées :

· Recruter des chauffeurs qualifiés (détention permis de conduire) et aptes (examen des
capacités visuelles) ;
· Former les chauffeurs aux règles de prudence élémentaire et plan du trafic des sites de
construction ;
· Contrôler régulièrement les véhicules (pression des pneus et systèmes de freinage
notamment), le respect des limites de charges et les systèmes de fixation du matériel ;
· Détenir une habilitation pour conduire des véhicules ou engins de chantier et détenir une
autorisation pour accéder à des zones qui possèdent un accès limité ;
· Organiser en partenariat avec la police de Cotonou des contrôles de vitesse sur les portions de
route empruntées par les véhicules du projet, et pénaliser les chauffeurs contrevenants ;
· Organiser en partenariat avec la police de Cotonou des contrôles d’alcoolémie auprès des
chauffeurs et pénaliser la conduite en état d’ivresse.

4.3. Dispositions prises liées au trafic routier en zone urbaine


4.3.1. Dispositions générales
· Aménagement des voies d’accès pour que les véhicules du chantier puissent accéder aux sites
de construction facilement ;
· Limiter le nombre d’accès pour :
o Contrôler au mieux les entrées et les sorties des véhicules qui sont autorisés sur le site,
o Atténuer la dégradation de la qualité de l’air (création de poussières et émissions de
gaz),
o Réduire les nuisances sonores.
· Indiquer les voies d’accès par une signalétique appropriée et ainsi éviter les collisions entre les
piétons et les véhicules sur la chaussée.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 15 / 35
4.3.2. Disposition spécifiques liées à la circulation
· Adapter le rythme des livraisons et évacuations pour qu’elles soient compatibles avec la
capacité d’absorption locale et ainsi prévenir toute obstruction au trafic urbain ;
· Limiter la circulation de nuit aux situations particulières (dans le cas où les travaux engendrent
des perturbations très fortes de la chaussée) ;
· Limiter la vitesse des véhicules pour réduire le nombre d’accidents :
o 50 km/h pour les camions chargés transportant des matières dangereuses d’un poids
supérieur à 12T en agglomération ;
o 60 km/h pour les camions chargés transportant des matières dangereuses d’un poids
supérieur à 12T hors agglomération ;
o 90 km/h pour les camions chargés transportant des marchandises d’un poids
supérieur à 10T hors agglomération.
· Identifier clairement les véhicules de chantier et véhicules des travailleurs associés au
chantier ;
· En cas de convois (ensemble de véhicules qui font route ensemble):
o Faire circuler les camions en convois à des heures qui sont compatibles avec le trafic ;
o Avertir les autorités et les riverains au moins quelques jours avant des horaires de
passage de ces convois, du nombre de véhicules et des matériaux qu’ils transportent.
SIEMENS avertira les maires, les chefs d’arrondissement et les chefs de quartiers. Une
note sera également diffusée et affichée dans les zones qui sont fréquentées par les
riverains ;
o Accompagner chaque convoi, si pertinent, d’un véhicule léger en tête de convoi qui
avertira les usagers venant à contresens et qui sera en communication radio avec les
camions du convoi ;
o Proposer des mesures spécifiques en matière de trafic routier aux abords des sites
pour la livraison du matériel. Ces mesures seront développées dans la partie 4.2 de ce
document.
· Mettre en place une procédure en cas de panne ou d’accidents. Cette procédure précisera :
o Les modalités pour sécuriser la zone (utilisation notamment de triangles de sécurité,
etc.)
o Les numéros de téléphone et les personnes à contacter au sein de SIEMENS, mais
également du poste de sécurité le plus proche et des services spécialisés
d’intervention rapide de la Protection Civile ;
o La prise en charge médicale des personnes qui auront été blessées, y compris les
riverains ;
o Le centre de santé ou hôpital, les plus proches qui seront en capacité d’accueillir les
potentiels blessés.
· En cas d’obstruction de la chaussée :
o Si une obstruction partielle de la chaussée est prévue, le trafic sera maintenu par une
circulation alternée avec application des règles de sécurité et de balisages appropriés ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 16 / 35
o Si une obstruction complète des voies est prévue, un itinéraire de déviation sera
proposé en collaboration avec les autorités locales (voir section 4.9.1 et Erreur !
Source du renvoi introuvable.) ;
o Tout aménagement de la chaussée pour les besoins du projet devra être communiqué
au préalable à la population riveraine (voir section 4.9.1) ;
· En cas d’activités à réaliser à proximité des routes ou d’équipements lourds :
o S’assurer de la visibilité des personnes situées à proximité des routes ou
d’équipements lourds ;
o Présence de flagmen pour appuyer les conducteurs qui devront réaliser des
manœuvres difficiles.

4.3.3. Travaux de nuit


Les travaux de nuit ne seront pas autorisés sauf si les activités liées au chantier sont localisées sur la
chaussée et que l’emprise du projet perturbe significativement les activités du trafic. Dans ce cas, les
activités de construction seront autorisées de 23h à 6h selon l’EIES et seront accompagnées d’une
signalisation adéquate. Dans le cas où le travail de nuit aurait lieu, des mesures devront être mises en
œuvre :
· Dispenser des formations pour les conducteurs ;
· Maintenir les véhicules dans de bonnes conditions ;
· Respecter les limitations de vitesse ;
· Allouer une période de repos aux chauffeurs ;
· Doter les sites de construction de projecteurs lumineux ;
· S’assurer que les équipements de protection individuelles visibles de nuit (EPI) sont bien portés
par les chauffeurs.

4.4. Détermination des itinéraires de circulation sécurisés


La détermination d’itinéraires spécifiques et sécurisés est comprise dans le plan de gestion du trafic
routier. Compte-tenu de la nature du projet et de la situation géographique des postes en
agglomération urbaine et à Cotonou, un itinéraire est proposé pour chaque poste et n’est pas décrit
dans le présent document.

4.5. Description des moyens de signalisation et de balisage


Une signalétique devra être mis en place pour réduire le nombre d’accidents :
· Des flagmen seront installés pour sécuriser la sortie des engins sur les voies de circulation ;
· Des panneaux « stop » seront placés en cas de besoin ;
· Des zones de stationnement devront être clairement identifiées à l’aide de la signalétique.
Elles seront également réservées pour éviter tout stationnement sur la voie publique ;
· Doter les abords des sites d’une signalétique renforcée pour éviter tout accident ;
· Signaler les zones dangereuses avec des panneaux adaptés ou des barrières. Les conducteurs
et les travailleurs recevront une formation ;
· Dédier des zones pour les piétons en proposant des passages cloutés si pertinent ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 17 / 35
· Éviter au mieux l’obstruction des voies dédiées aux piétons à l’extérieur des sites.

4.6. Détermination des dispositions particulières pour les


conducteurs lors des longs déplacements
En cas de long déplacement, les dispositions prévues dans le plan de gestion du trafic routier seront
appliquées. Aucun long déplacement n’est prévu pour le projet.

4.7. Détermination des dispositions particulières lors des convois


exceptionnels
4.7.1. Dispositions générales
En cas de manœuvre avec des véhicules surdimensionnés et transport de produits dangereux, les
mesures suivantes seront prises :

· Libérer les voies d’accès de potentiels obstacles ;


· Clarifier la signalisation ;
· S’assurer que les conducteurs connaissent très bien l’itinéraire et les actions à réaliser ;
· S’assurer que les matériaux sont correctement positionnés pour éviter les chutes ;
· Contrôler les véhicules sur le plan technique de façon régulière et les maintenir en bonnes
conditions ;
· Réduire la vitesse de ces véhicules ;
· Limiter les interactions avec les zones piétonnes.

4.7.2. Travaux de nuit


Les travaux de nuit ne seront pas autorisés sauf si les activités liées au chantier sont localisées sur la
chaussée et que l’emprise du projet perturbe significativement les activités du trafic. Dans ce cas, les
activités de construction seront autorisées de 23h à 6h selon l’EIES et seront accompagnées d’une
signalisation adéquate. Dans le cas où le travail de nuit aurait lieu, des mesures devront être mises en
œuvre :
· Dispenser des formations pour les conducteurs ;
· Maintenir les véhicules dans de bonnes conditions ;
· Respecter les limitations de vitesse ;
· Allouer une période de repos aux chauffeurs ;
· Doter les sites de construction de projecteurs lumineux ;
· S’assurer que les équipements de protection individuelles visibles de nuit (EPI) sont bien portés
par les chauffeurs.

4.8. Détermination des dispositifs de contrôle de vitesse


Comme signalé au point 4.3.2, la vitesse sera limitée comme suit :

· 50 km/h pour les camions chargés transportant des matières dangereuses d’un poids
supérieur à 12T en agglomération ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 18 / 35
· 60 km/h pour les camions chargés transportant des matières dangereuses d’un poids
supérieur à 12T hors agglomération ;
· 90 km/h pour les camions chargés transportant des marchandises d’un poids supérieur à 10T
hors agglomération.
Des contrôles de vitesse seront être réalisés si nécessaire sur les véhicules du projet par la direction de
manière inopinée, aux abords du projet ou le long des itinéraires précisés pour le transport des
équipements. Il est impératif que les limites décrites ici soient respectées, sans quoi des mesures
appropriées prévues au contrat de travail des chauffeurs seront être prises.

4.9. Dispositions prises pour le renseignement des populations


limitrophes
4.9.1. Sensibilisation et protection des riverains
· Déployer un programme de sensibilisation à la sécurité routière (en particulier pour les
enfants) visant les habitants des quartiers de : Akpakpa, CIM Benin, Croix Rouge,
Gbedjromèdé. Pour ce faire, des ateliers de sensibilisation seront utilement organisés dans
les écoles primaires et les lieux religieux situés dans les quartiers. À ce stade, la liste des sites
et des dates n’est pas encore prévue. Un calendrier définitif sera établi pour chaque site
lorsque les livraisons de matériels et matériaux seront programmées précisément.
· Avertir les mairies, les chefs d’arrondissements, les chefs de quartiers sur le passage de
convois au moins quelques jours avant. L’agent de liaison avec les communautés sera chargé
de transmettre une note écrite aux acteurs mentionnés précédemment. Elle sera ensuite
affichée dans des lieux fréquentés par les riverains ;
· Une copie de la note écrite transmise aux riverains et aux autorités locales sera conservée par
SIEMENS. La note sera rédigée en français et traduite en langue locale et criée dans la zone
afin de s’assurer de sa bonne compréhension par les riverains. Ces aspects sont inclus dans le
PEPPC.
· Expliquer la procédure médicale d’urgence qui sera appliquée ;
· Se coordonner avec les services de secours afin d’assurer que l’on dispose des services de
secourisme appropriés en cas d’accident. La procédure médicale d’urgence est celle décrite
dans le Plan d’Intervention d’Urgence et qui comprend :
o Appel du responsable ESS de la base ;
o Le responsable ESS de la base appelle la clinique avec qui la base est en partenariat ;
o La clinique envoie une équipe de secours
o Le/les blessé(s) sont pris en charge par l’ambulance puis la clinique.
· Informer sur mécanisme de gestion des plaintes et déposer les boites pour réceptionner les
plaintes et les questions au niveau des sites de construction mais également au niveau du
chef de quartier. Chaque chef de quartier recevra une formation pour réceptionner et
enregistrer la plainte.

4.9.2. Gêne sur l’activité économique des riverains


La circulation sera restreinte ou réduite pour de très courtes durées, et à une fréquence très faible, car
elle produirait seulement en cas de livraison de convois exceptionnels. Seul un faible nombre

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 19 / 35
d’évènements de ce type seront organisés par SIEMENS. La gêne occasionnée par les restrictions de
circulation ne sera nullement de nature à remettre en cause l’activité économique des riverains.

4.10. Dispositions spécifiques pour chaque site


Des dispositions spécifiques par site seront prises lors des situations suivantes :

· La livraison et l’évacuation de matériaux depuis les sites d’approvisionnement jusqu’aux


sites de construction ;
· La mise en place de convois depuis le port jusqu’aux sites en vue de livrer une partie du
matériel lié aux postes ;
· Le stationnement des véhicules liés au chantier et des convois ;
· La présence d’écoles ou de lieux comportant une densité de population forte et des personnes
vulnérables (ex : enfants) qui pourraient croiser l’itinéraire des véhicules dédiés à la
construction.
Le plan décrira les mesures à mettre en œuvre en fonction des sites et de leurs caractéristiques.
De plus, une étude permettant de qualifier le trafic sera lancée à très court terme. Le trafic sera décrit
en fonction des sites de construction et des différentes périodes de la journée et de la semaine. Ces
données permettront, si besoin, d’adapter le plan de gestion du trafic durant la phase travaux.

4.10.1. Akpakpa
4.10.1.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules
Une estimation du trafic à proximité du poste permettra d’avoir une idée de la typologie des véhicules
et de la densité de circulation dans l’environnement proche du périmètre du poste électrique.

4.10.1.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintes.


L’environnement immédiat est constitué :

· Nord : route inter-état Cotonou – porto Novo ;


· Sud : installation de la société béninoise d’énergie électrique ;
· Est : direction générale des eaux et forêts ;
· Ouest : centre de formation des transports et des travaux publics.

Ce site se trouve à proximité de la rue 1500, une voie rapide avec deux fois deux voies qui doit faire
l’objet d’une attention particulière lors du passage des camions et des convois.

4.10.1.3. Mesures préconisées dans l’environnement immédiat du site dédié


· Lors de la livraison et de l’évacuation des matériaux par les véhicules de chantier ou des
convois, il est recommandé de :
o Positionner des agents de circulation au niveau de l’entrée du site pour accompagner
les conducteurs à entrer dans le site et dans la zone de stationnement.
o Possibilité d’utiliser si besoin un portail d’entrée et un deuxième de sortie afin de
faciliter les manœuvres et de limiter les gênes sur la circulation de la voie principale.
· Lors de convois exceptionnels hors gabarits (cas de figure improbable), il est préconisé de :
o Restreindre à une voie la rue 1500 entre le carrefour béninois et le carrefour à côté du
bureau de poste. Seule la voie de droite sera concernée (sens carrefour béninois vers
celui du bureau de poste) ;
o Mettre en place une signalétique spécifique :

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 20 / 35
§ Plots en plastique pour séparer les voies ;
§ Panneaux (éventuellement lumineux) pour alerter les automobilistes sur la
restriction des voies et la limitation de la vitesse (30 km/h) ;
o Positionner plusieurs agents de circulation au niveau de l’entrée et de la sortie de la
portion de route réduite ;
o Définir une plage horaire qui comporte un trafic peu dense et qui exclut idéalement
les heures d’entrée/de sorties de l’école ou les heures de pointes pour les évènements
publics (ex : marchés).

Ces mesures seront prises de manière exceptionnelle, elles feront l‘objet d’une explication
préalable auprès des riverains concernés, individuellement. Les convois prévus ne
nécessitent pas de véhicule hors gabarit et la gêne sera très temporaire (de l’ordre de
quelques minutes).

· Lors du stationnement des véhicules ou des convois, il suggéré de :


o Utiliser les zones de stationnement dans le site ;

Figure 4 - Dispositions spécifiques à mettre en application sur le site d’Akpakpa lors


de convois exceptionnels

La zone verte définie le site de construction d’Akpakpa. La zone bleue définie la portion de route qui
subira des restrictions lors de convois. Des agents de circulation (ou flagmen) se placeront de part et
d’autre de la portion qui subira des modifications.

4.10.1.1. Numéros utiles


ENTITE NUMEROS DE TELEPHONE
PROTECTION CIVILE DE COTONOU 118
00 229 21 30 22 22
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 21 / 35
00 229 21 30 30 11
CHEF D’ARRONDISSEMENT DE AKPAKPA 00 229 95 95 42 12
00 229 97 12 46 52
CHEF DE QUARTIER DE AKPAKPA 00 229 97 26 22 62
00 229 95 11 21 21
00 229 97 07 91 05
00 229 94 93 73 18
MAGASIN ABMS PSI (PHARMACIE) 00 229 21 32 77 13
POLYCLINIQUE LA ROSERAIE 00 229 67 08 90 89
HOPITAL URGENCE YAGBE A COMPLETER
CLINIQUE PRINCIPALE DU LITTORAL A COMPLETER
SAPEURS-POMPIERS 00 229 21 30 21 13

POLICE REPUBLICAINE 00 229 21 31 34 80

Tableau 2 - numéros de téléphone des personnes ressources et des centres de santé à proximité du site d’Akpakpa

4.10.2. CIM Bénin


4.10.2.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules
Une estimation du trafic à proximité du poste permettra d’avoir une idée de la typologie des véhicules
et de la densité de circulation dans l’environnement proche du périmètre du poste électrique.

4.10.2.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintes


L’environnement immédiat est constitué :

· Nord : CIMBENIN S.A ;


· Sud : route Inter-Etat 2, Cotonou/Sèmè-Podji ;
· Est : stationnement de camions ;
· Ouest : stationnement de camions.

L’accès au site de CIM Bénin est obstrué par un parking sauvage composé de véhicules travaillant à la
fois pour la mairie de Cotonou et la Cimenterie du Bénin.

De petits commerces se trouvent également dans cette zone et empiètent sur la chaussée.

4.10.2.3. Mesures préconisées


· Lors de la livraison et de l’évacuation des matériaux par les véhicules de chantier ou des
convois, il est recommandé de :
o Positionner des agents de circulation au niveau de l’entrée du site pour accompagner
les conducteurs à entrer dans le site et la zone de stationnement.
· Il est préconisé de :
o Communiquer avec
§ La mairie de Cotonou
§ La cimenterie du Bénin afin de formaliser un parking pour les camions sur
cette zone et signer un accord cadre pour la gestion de la zone de
stationnement des camions liés à la mairie et à la cimenterie ;
o Matérialiser une zone de stationnement pour les camions à l’aide de plots mobiles afin
de libérer un passage pour les camions et les convois attendus dans le cadre du projet ;
o Positionner les agents de circulation au niveau de l’entrée de la future zone de
stationnement délimitée et de l’entrée du site pour appuyer les conducteurs à
effectuer des manœuvres difficiles ;
· Lors du stationnement des véhicules ou des convois, il suggéré de :
o Utiliser les zones de stationnement dans le site ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 22 / 35
· Possibilité : recruter une association locale pour accompagner SIEMENS à réaliser de la
sensibilisation auprès des personnes qui exercent une activité économique dans cette zone.
En effet, des commerçants détiennent de petits stands de vente et se trouveront en situation
vulnérable avec l’augmentation du trafic. Il sera envisagé également d’étendre la
sensibilisation à la santé et à l’hygiène à l’attention des vendeurs d’alimentation aux abords
du site.
· Possibilité : Appuyer les personnes qui exercent une activité économique dans la zone en les
dotant de petits équipements. Si cela s’avère pertinent, une enquête sur les besoins sera
réalisée auprès des personnes identifiées. La dotation sera réalisée avec une association locale
pour que le programme soit cohérent avec les besoins et les initiatives locales. Il est fortement
recommandé que ce programme soit sensible au genre et aux personnes vulnérables.

Figure 5 - Dispositions spécifiques à mettre en


application sur le site de CIM Bénin

La zone verte définie le site de construction de CIM Bénin. La zone bleue subira des aménagements
notamment la formalisation d’une zone de stationnement. Des agents de circulation (ou flagmen) se
placeront de part et d’autre de cette zone afin d’appuyer sa formalisation et le passage des véhicules.

l Cas spécifique des camions stationnés sur site et aux alentours : le site est actuellement utilisé
comme parking pour de nombreux transporteurs pour leur poids lourds. 2 types de
transporteurs distincts sont présents : les transporteurs nationaux venant généralement
opérer des chargements de ciment et présents pour une très courte durée, et les transporteurs
internationaux, en transit, présents sur site pour des durées très variables (et parfois
relativement longue).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 23 / 35
o La CIM Bénin a d’ores et déjà libéré une partie de la zone à l’Est du site afin de dégager
son entrée, limitant ainsi les risque de collision
o Les chauffeurs seront sensibilisés sur la nécessité d’utiliser une autre zone de parking.
o Un dispositif de signalisation sera mis en place autour du site afin de réduire les risques
d’accident.
o Une communication avec la mairie est entreprise pour gérer les zone de parking des
transporteurs internationaux.

4.10.2.1. Numéros utiles


ENTITE NUMEROS DE TELEPHONE
PROTECTION CIVILE DE COTONOU 118
00 229 21 30 22 22
00 229 21 30 30 11
CHEF D’ARRONDISSEMENT DE CIM BENIN 00 229 96 14 50 11
CHEF DE QUARTIER DE CIM BENIN 00 229 95 85 33 86
PHARMACIE LES CHERUBINS 00 229 95 84 57 27
CENTRE DE SANTE DE L’ARRONDISSEMENT
D’AGBLANGANDAN
CENTRE DE SANTE BETEL 00 229 97 42 11 70
CLINIQUE ASSALAM D’AGBLANGANDAN 00 229 99 49 72 38
SAPEURS-POMPIERS 00 229 21 30 21 13

POLICE REPUBLICAINE 00 229 21 31 34 80

Tableau 3 – numéros de téléphone des personnes ressources et des centres de santé à proximité du site CIM Bénin

4.10.3. Croix Rouge


4.10.3.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules
Une estimation du trafic à proximité du poste permettra d’avoir une idée de la typologie des véhicules
et de la densité de circulation dans l’environnement proche du périmètre du poste électrique.

4.10.3.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintes


Ce site est situé au niveau la police municipale d’AKPAKPA Ayélawadjè où un poste MT existe déjà. Le
trafic est dense sur la voie pavée (au sud) menant à Tanto. Le site se trouve à proximité d’habitations
au nord, à l’est et à l’ouest.

La rue 1614 est composée de deux fois deux voies et longe le site dédié à la construction du poste de
la Croix-Rouge. La rue 1614 fait face à un trafic assez dense et la rue 1454 subit des travaux visant à
réhabiliter le réseau d’assainissement. Ces travaux bloquent une grande partie la rue et laissent un
mince passage pour les piétons. Les travaux seront terminés a priori aux alentours du mois de juin.

4.10.3.3. Mesures préconisées


· Lors de la livraison et de l’évacuation des matériaux par les véhicules de chantier ou des
convois, il est recommandé de :
o Positionner des agents de circulation au niveau de l’entrée du site pour accompagner
les conducteurs à entrer dans le site et dans la zone de stationnement ;
· Lors de convois exceptionnels, il est préconisé de :
o Restreindre l’accès de la rue 1614 à une seule voie au lieu de deux ;
o Si les convois sont très larges, il sera envisagé de proposer un nouvel itinéraire sur
cette portion et de doubler le sens de circulation sur la deuxième voie de la rue 1614 ;
o Positionner des agents de circulation au début et à la fin de la zone de restriction pour
alerter les automobilistes et réguler la circulation ;
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 24 / 35
o La vitesse sera limitée à 30 km/h sur cette portion, des panneaux seront disposés au
début de la zone pour alerter les automobilistes ;
o Ajouter une signalétique appropriée :
§ Panneaux (lumineux éventuellement) ;
§ Plots pour délimiter la voie.
Ces mesures seront prises de manière exceptionnelle, elles feront l‘objet d’une explication
préalable auprès des riverains concernés, individuellement. Les convois prévus ne nécessitent
pas de véhicule hors gabarit et la gêne sera très temporaire (de l’ordre de quelques minutes).
· Lors du stationnement des véhicules ou des convois, il suggéré de :
o Utiliser les zones de stationnement dans le site ;

Figure 6 – Dispositifs spécifiques à mettre en application sur le site de Croix-Rouge


lors de convois

La zone verte définie le site de construction de Croix-Rouge. La zone bleue définie la portion de route
qui subira des restrictions (une voie sur deux de bloquée). Des agents de circulation (ou flagmen) se
placeront de part et d’autre de la zone de restriction. Des panneaux lumineux pour indiquer un
ralentissement seront disposés à chaque entrée de la zone. Des limitations de vitesse seront imposées
(30km/h) sur cette portion.

· Compte tenu du fait que le site est proche d’habitations et que le risque de collisions est donc
élevé, il est fortement recommandé de :
o Avertir les autorités sur les modalités des travaux et des aménagements de la
chaussée en amont des débuts des travaux :
o Mener une campagne de sensibilisation et d’éducation auprès des riverains lors
d’atelier de sensibilisation afin de :
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 25 / 35
§ Expliquer le projet ;
§ Donner les principaux aménagements de la chaussée qui seront effectués et
sur quelle période ;
§ Expliquer la signification des panneaux ;
§ Détailler la procédure médicale d’urgence en cas d’accident et distribuer les
principales étapes de façon synthétique sur papier.
o Insister sur les aspects de sécurité auprès des conducteurs à chaque début de
journée ;
o Adopter des limites d’heures de conduites et mettre en place des systèmes de
roulement pour éviter la fatigue des conducteurs ;
o S’assurer que les piétons disposent bien de zones piétonnes. Si le projet obstrue un
trottoir, des passages piétons seront créés pour que la population se déplaçant à pied
puisse accéder en toute sécurité à la zone piétonne qui se trouve de l’autre côté de la
rue ;
o Se coordonner avec les services de secours afin d’assurer que l’on dispose des services
de secourisme appropriés en cas d’accident.

4.10.3.1. Numéros utiles


ENTITES NUMEROS DE TELEPHONE
PROTECTION CIVILE DE COTONOU 118
00 229 21 30 22 22
00 229 21 30 30 11
CHEF D’ARRONDISSEMENT DE CROIX ROUGE
CHEF DE QUARTIER DE CROIX ROUGE 00 229 97 63 55 77
PHARMACIE DU SACRE CŒUR 00 229 21 33 62 05
PHARMACIE SENADE 00 229 21 33 11 63
HOSPITAL DE ZONE SURU LERE
CLINIQUE LA « COMPASSION » 00 229 67 34 94 47
CLINIQUE ADJIBADE 00 229 96 77 00 00
CENTRE DE SANTE AYELAWADJE
SAPEURS-POMPIERS 00 229 21 30 21 13

POLICE REPUBLICAINE 00 229 21 31 34 80

POLICE MUNICIPAL (DIRECTEUR, M. NAHOUM) 00 29 97 98 28 33


Tableau 4 - numéros de téléphone des personnes ressources et des centres de santé à proximité du site de Croix Rouge

4.10.4. Gbedjromèdé
4.10.4.1. Flux de camions lors de la phase de construction et description des véhicules
Une estimation du trafic à proximité du poste permettra d’avoir une idée de la typologie des véhicules
et de la densité de circulation dans l’environnement proche du périmètre du poste électrique.

4.10.4.2. Description de l’environnement immédiat et identification des principales contraintes


· Le site de construction se trouve sur un rondpoint ;
· Un panneau publicitaire se situe également sur le site et devra être déplacé ;
· Le rondpoint est constitué de deux cercles concentriques et la circulation est dense ;
· La parcelle identifiée pour la construction est actuellement utilisée par des enfants qui jouent
au football les soirs de la semaine et les week-ends.

4.10.4.3. Mesures préconisées


· Lors de la livraison et de l’évacuation des matériaux par les véhicules de chantier ou des
convois, il est recommandé de :

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 26 / 35
o Positionner des agents de circulation au niveau de l’entrée du site pour accompagner
les conducteurs à entrer dans le site et dans la zone de stationnement.
· Lors de convois exceptionnels, il est préconisé de :
o Aménager le rondpoint afin de bloquer la partie nord-ouest du deuxième cercle du
rondpoint pour faciliter l’accès des véhicules et des convois au site. Des plots seront
positionnés au milieu de la voie pour la bloquer. Cette voie sera utilisée par les
véhicules et les convois pour circuler plus facilement jusqu’au site de construction ;
o Positionner des agents de circulation à l’entrée et à la sortie de la zone de restriction
ainsi qu’à l’entrée du site pour réguler la circulation ;
o Une signalétique appropriée (panneaux lumineux) indiquera les travaux et un
ralentissement en amont de chaque entrée du rondpoint ;
o Le site devra bien être sécurisé pour éviter les collisions (clôtures) ;
Ces mesures seront prises de manière exceptionnelle, elles feront l‘objet d’une explication
préalable auprès des riverains concernés, individuellement. Les convois prévus ne nécessitent
pas de véhicule hors gabarit et la gêne sera très temporaire (de l’ordre de quelques minutes).
· Lors du stationnement des véhicules ou des convois, il suggéré de :
o Utiliser les zones de stationnement dans le site ;
· Possibilité : participer au développement économique du quartier en réhabilitant un terrain
de sport pour les enfants non loin du site, car ce terrain sera désormais inutilisable.
L’identification du site devra être effectué avec l’administration ;

Figure 7 - Dispositifs à mettre en application à Gbedjromèdé lors de convois

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 27 / 35
La zone verte définie le site de construction de Gbedjromèdé. La zone bleue définie la portion de
route qui sera bloquée. Des agents de circulation (ou flagmen) se placeront aux entrées de la zone
bloquée ainsi qu’à l’entrée du site.

4.10.4.4. Numéros utiles


ENTITES NUMEROS DE TELEPHONE
PROTECTION CIVILE DE COTONOU 118
00 229 21 30 22 22
00 229 21 30 30 11
CHEF D’ARRONDISSEMENT DE GBEDJROMEDE 00 229 95 02 26 92
00 229 97 55 12 93
CHEF DE QUARTIER DE GBEDJROMEDE 00 229 97 19 79 22
00 229 64 36 70 11
PHARMACIE AIDJEDO
PHARMACIE JERICHO 00 229 97 59 39 53
HOPITAL SAINT LUC 00 229 21 38 18 81
CNHU - HKM (CENTRE NATIONAL HOSPITALIER 00 229 21 30 06 56
UNIVERSITAIRE HUBERT KOUTOUKOU MAGA)
SAPEURS-POMPIERS 00 229 21 30 21 13

POLICE REPUBLICAINE 00 229 21 31 34 80

Tableau 5 - numéros de téléphone des personnes ressources et des centres de santé à proximité du site de Gbedjromèdé

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 28 / 35
5. Mesures à mettre en œuvre

RESPONSABLE DE RESPONSABLE DU
RECEPTEURS LA MISE EN SUIVI DE LA MISE DUREE DU SUIVI ET/OU
MESURES D’ATTENUATION INDICATEURS
D’IMPACT ŒUVRE DES EN ŒUVRE DES FREQUENCE DU SUIVI
MESURES MESURES

DISPOSITIONS GENERALES
ACCES AUX SITES DE CONSTRUCTION

QUALITE DE L’AIR DELIMITER CLAIREMENT LES VOIES D’ACCES AUX SIEMENS MCA 100% DES VOIES D’ACCES AUX QUATRE SITES SONT CONTINUE.
EMISSION SONORE SITES SIEMENS BIEN DELIMITEES PAR DES MARQUAGES AU SOL.
SECURITE DES
TRAVAILLEURS ET
DES RIVERAINS
QUALITE DE L’AIR LIMITER LE NOMBRE DE VOIES D’ACCES SIEMENS MCA UNE OU DEUX VOIES D’ACCES SONT PREVUES PAR CONTINUE.
EMISSION SONORE SIEMENS SITE.
SECURITE DES
TRAVAILLEURS ET
DES RIVERAINS
QUALITE DE L’AIR SIGNALER LES VOIES D’ACCES AUX CHANTIERS AVEC SIEMENS MCA 100% DES VOIES D’ACCES SONT DOTEES D’UNE CONTINUE.
EMISSION SONORE DES PANNEAUX APPROPRIES SIEMENS SIGNALETIQUE APPROPRIEE.
SECURITE DES
TRAVAILLEURS ET
DES RIVERAINS
CIRCULATION

SECURITE DES ADAPTER LE RYTHME DES LIVRAISONS ET SIEMENS MCA LES VEHICULES LIES AU CHANTIER OCCUPERONT LES CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET EVACUATIONS POUR QU’ELLES SOIENT SIEMENS PLAGES HORAIRES DANS LA MESURE DU
DES RIVERAINS COMPATIBLES AVEC LA CAPACITE D’ABSORPTION POSSIBLE CORRESPONDANT AUX HEURES OU LE
LOCALE. TRAFIC EST MOINS DENSE.
ÉMISSION SONORE LIMITER LA CIRCULATION DE NUIT AUX SITUATIONS SIEMENS MCA LE TRAVAIL DE NUIT DEVRA SE LIMITER A DES PONCTUELLE.
SECURITE DES PARTICULIERES SIEMENS SITUATIONS EXCEPTIONNELLES
TRAVAILLEURS ET
DES RIVERAINS
QUALITE DE L’AIR LIMITER LA VITESSE DES VEHICULES A : SIEMENS MCA 0 INFRACTION D’UN VEHICULE LIE AU CHANTIER CONTROLE CONTINU POUR
ÉMISSION SONORE 50KM/H POUR LES CAMIONS CHARGES SIEMENS POUR UN DEPASSEMENT DE LA VITESSE MAXIMALE L’EP ET LES
TRANSPORTANT DES MATIERES DANGEREUSES AUTORISEE ENREGISTREE PAR (I) L’EP, PAR (II) LA

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 29 / 35
SECURITE DES D’UN POIDS SUPERIEUR A 12T EN GENDARMERIE ET (III) LES PLAINTES/OBSERVATIONS AUTORITES/COMMUNAUTES
TRAVAILLEURS ET AGGLOMERATION ; TRANSMISES PAR LES AUTORITES/COMMUNAUTES LOCALES.
DES RIVERAINS 60KM/H POUR LES CAMIONS CHARGES LOCALES.
TRANSPORTANT DES MATIERES DANGEREUSES CONTROLE INOPINE PAR LA
D’UN POIDS SUPERIEUR A 12T HORS GENDARMERIE DE
AGGLOMERATION ; COTONOU.
90KM/H POUR LES CAMIONS CHARGES
TRANSPORTANT DES MARCHANDISES D’UN POIDS
SUPERIEUR A 10T HORS AGGLOMERATION.
ÉMISSION SONORE EN CAS DE CONVOIS, AVERTIR LES AUTORITES ET LES SIEMENS MCA NOTE ECRITE TRANSMISE AUX RIVERAINS ET AUX EN CAS DE CONVOI.
SECURITE DES RIVERAINS DES HORAIRES DE PASSAGE DE CES SIEMENS AUTORITES LOCALES. UNE COPIE DEVRA ETRE
TRAVAILLEURS ET CONVOIS, DU NOMBRE DE VEHICULES ET DES CONSERVEE PAR SIEMENS.
DES RIVERAINS MATERIAUX QU’ILS TRANSPORTENT
SECURITE DES IDENTIFIER CLAIREMENT LES VEHICULES DU SIEMENS MCA 100% DES VEHICULES LIES AU CHANTIER DEVRONT CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET CHANTIER SIEMENS ETRE FACILEMENT IDENTIFIABLES (AUTOCOLLANT,
DES RIVERAINS ETC.)
SECURITE DES METTRE EN PLACE UNE PROCEDURE EN CAS DE SIEMENS MCA UNE PROCEDURE A ETE ETABLIE. CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET PANNE OU D’ACCIDENTS SUR LES SITES DE SIEMENS 100% DES EMPLOYES ONT ETE INFORMES DE CETTE LES FORMATIONS AURONT
DES RIVERAINS CONSTRUCTION ET EN DEHORS PROCEDURE. DES EXERCICES PRATIQUES SERONT LIEU DURANT LES PREMIERS
ORGANISES SI CELA S’AVERE NECESSAIRE. JOURS DE TRAVAIL. SI DES
LA PROCEDURE EST AFFICHEE CLAIREMENT ET A LA MISES A JOUR SONT
VUE DE TOUS SUR CHAQUE SITE. PROPOSEES, DANS CE CAS, DE
NOUVELLES FORMATIONS
SERONT PROGRAMMEES.
SECURITE DES PREVOIR UNE CIRCULATION ALTERNEE EN CAS SIEMENS MCA SI LA CHAUSSEE EST OCCUPEE PARTIELLEMENT PAR PONCTUELLE.
TRAVAILLEURS ET D’OBSTRUCTION PARTIELLE DE LA CHAUSSEE SIEMENS LES TRAVAUX :
DES RIVERAINS UN DOCUMENT PRESENTANT UN ITINERAIRE
ALTERNATIF EST PROPOSE.
L’ITINERAIRE ALTERNATIF EST CORRECTEMENT
DELIMITE ET SIGNALE.
SECURITE DES PREVOIR UN ITINERAIRE DE DEVIATION EN CAS SIEMENS MCA SI LA CHAUSSEE EST OCCUPEE TOTALEMENT PAR LES PONCTUELLE.
TRAVAILLEURS ET D’OBSTRUCTION COMPLETE SIEMENS TRAVAUX :
DES RIVERAINS UN DOCUMENT PRESENTANT UN ITINERAIRE
ALTERNATIF EST PROPOSE EN COOPERATION AVEC
LES AUTORITES ET LES COMMUNAUTES LOCALES.
L’ITINERAIRE ALTERNATIF EST CORRECTEMENT
DELIMITE ET SIGNALE.
SECURITE DES COMMUNIQUER AUX AUTORITES LES NOUVEAUX SIEMENS MCA NOTE DE L’EP TRANSMISE AUX AUTORITES EN CAS D’AMENAGEMENT DE
TRAVAILLEURS ET AMENAGEMENTS DE LA CHAUSSEE SIEMENS DECRIVANT LES NOUVEAUX AMENAGEMENTS ET LES LA CHAUSSEE.
DES RIVERAINS RAISONS ASSOCIEES.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 30 / 35
SECURITE DES S’ASSURER DE LA VISIBILITE DES PERSONNES ET DE SIEMENS MCA 100% DES EMPLOYES PORTENT DES EPI ET SONT BIEN CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET LA PRESENCE DE FLAGMEN EN CAS DE TRAVAUX A SIEMENS VISIBLES SUR LES SITES ET EN DEHORS.
DES RIVERAINS REALISER PROCHES DES ROUTES OU A PROXIMITE
D’EQUIPEMENTS LOURDS
SECURITE DES SI UNE MANŒUVRE D’UN VEHICULE SIEMENS MCA PONCTUELLE.
TRAVAILLEURS ET SURDIMENSIONNE DOIT ETRE REALISEE : SIEMENS
DES RIVERAINS LIBERER LES VOIES D’ACCES DE POTENTIELS
SECURITE DES OBSTACLES ;
TRAVAILLEURS ET CLARIFIER LA SIGNALISATION ;
DES RIVERAINS S’ASSURER QUE LES CONDUCTEURS CONNAISSENT
TRES BIEN L’ITINERAIRE ET LES ACTIONS A
REALISER ;
S’ASSURER QUE LES MATERIAUX SONT
CORRECTEMENT POSITIONNES POUR EVITER LES
CHUTES ;
CONTROLER LES VEHICULES SUR LE PLAN
TECHNIQUE DE FAÇON REGULIERE ET LES
MAINTENIR EN BONNES CONDITIONS ;
REDUIRE LA VITESSE DE CES VEHICULES ;
LIMITER LES INTERACTIONS AVEC LES ZONES
PIETONNES.
SIGNALETIQUE

SECURITE DES INSTALLER DES FEUX TRICOLORES POUR SECURISER SIEMENS MCA DES FEUX TRICOLORES SONT PRESENTS A LA SORTIE CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET LA SORTIE DES ENGINS SUR LES VOIES DE SIEMENS DES SITES.
DES RIVERAINS CIRCULATION
SECURITE DES PLACER DES PANNEAUX STOP OU DISPOSITIF SIEMENS MCA DES PANNEAUX STOP SONT PLACES EN CAS DE CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET EQUIVALENT SIEMENS BESOIN
DES RIVERAINS
SECURITE DES DELIMITER LES ZONES DE CIRCULATION SIEMENS MCA 100% DES VOIES D’ACCES AUX QUATRE SITES SONT PONCTUELLE.
TRAVAILLEURS ET SIEMENS BIEN DELIMITEES PAR DES MARQUAGES AU SOL ET
DES RIVERAINS PAR UNE SIGNALETIQUE APPROPRIEE.
SECURITE DES IDENTIFIER ET DELIMITER DES ZONES DE SIEMENS MCA 100% DES ZONES DE STATIONNEMENT SONT CONTINUE SUR SITE.
TRAVAILLEURS ET STATIONNEMENT SIEMENS DELIMITEES, SITUEES DANS DES ENDROITS PONCTUELLE EN DEHORS.
DES RIVERAINS APPROPRIES ET CORRECTEMENT SIGNALES.
SECURITE DES DOTER LES ABORDS DU SITE D’UNE SIGNALETIQUE SIEMENS MCA PRESENCE D’UNE SIGNALETIQUE RENFORCEE PONCTUELLE : EN CAS
TRAVAILLEURS ET RENFORCEE EN CAS DE BESOIN SIEMENS (PANNEAUX, FEUX TRICOLORES, BARRIERES, ETC.). D’AMENAGEMENT DE LA
DES RIVERAINS CHAUSSEE.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 31 / 35
SECURITE DES SIGNALER LES ZONES DANGEREUSES (TROUS, ETC.) SIEMENS MCA TOUTES LES ZONES A RISQUES SONT IDENTIFIEES. CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET AVEC DES PANNEAUX ADAPTES ET DES BARRIERES SIEMENS 100% DES ZONES SONT BIEN SIGNALEES.
DES RIVERAINS ET INFORMER LES CONDUCTEURS 100% DES EMPLOYES SONT INFORMES SUR LA
PRESENCE DE CES ZONES A RISQUES.
CHAUFFEURS, CONDUITES ET VEHICULES

SECURITE DES RECRUTER DES CHAUFFEURS QUALIFIES (PERMIS DE SIEMENS MCA LA GRILLE DE SELECTION DES CHAUFFEURS A CHAQUE RECRUTEMENT
TRAVAILLEURS ET CONDUIRE, EXPERIENCES) SIEMENS COMPORTE UNE LIGNE « DETENTION DU PERMIS DE D’UN CONDUCTEUR.
DES RIVERAINS CONDUIRE POIDS LOURDS » ET EXPERIENCE DE
PLUSIEURS ANNEES DANS LA CONDUITE D’ENGIN OU
VEHICULE DE CHANTIER.
UNE COPIE DE PERMIS DE CONDUIRE DE TOUS LES
CHAUFFEURS RECRUTES EST PRESENTE DANS LEUR
DOSSIER DE CANDIDATURE.
SECURITE DES RECRUTER DES CHAUFFEURS APTES (BONNES SIEMENS MCA UN EXAMEN MEDICAL A ETE EFFECTUE POUR A CHAQUE RECRUTEMENT
TRAVAILLEURS ET CONDITIONS PHYSIQUES ET EXAMEN CAPACITES SIEMENS CHAQUE CONDUCTEUR RECRUTE. D’UN CONDUCTEUR.
DES RIVERAINS VISUELLES) LES RESULTATS DE CET EXAMEN FIGURENT DANS LE
DOSSIER DES CONDUCTEURS.
LES RESULTATS SONT CONFORMES AUX ATTENTES
(BONNES CAPACITES PHYSIQUES ET VISUELLES).
SECURITE DES DETENTION D’UNE HABILITATION POUR CONDUIRE SIEMENS MCA 100% DES CONDUCTEURS POSSEDENT UNE CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET UN ENGIN OU VEHICULE SPECIFIQUES DE CHANTIER SIEMENS HABILITATION POUR CONDUIRE DES ENGINS OU
DES RIVERAINS VEHICULES SPECIFIQUES DE CHANTIER.
SECURITE DES DETENTION D’UNE AUTORISATION POUR ACCEDER SIEMENS MCA LES CONDUCTEURS POSSEDENT UNE AUTORISATION CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET A UN ZONE AVEC UN ACCES LIMITE LORSQUE CELA SIEMENS POUR ACCEDER A UNE ZONE AVEC UN ACCES
DES RIVERAINS EST PERTINENT RESTREINT
SECURITE DES FORMER LES CHAUFFEURS AUX REGLES DE SIEMENS MCA 100% DES CONDUCTEURS ONT PU BENEFICIER D’UNE CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET PRUDENCE ET AU PLAN DU TRAFIC DES SITES DE SIEMENS FORMATION SUR LES REGLES DE PRUDENCE A
DES RIVERAINS CONSTRUCTION ADOPTER ET SUR LES PLANS SUR LE TRAFIC ROUTIER
DES QUATRE SITES.
SECURITE DES CONTROLER REGULIEREMENT LES VEHICULES SIEMENS MCA 100% DES VEHICULES SONT CONTROLES PLUSIEURS HEBDOMADAIRE.
TRAVAILLEURS ET SIEMENS FOIS PAR SEMAINE.
DES RIVERAINS
SECURITE DES ORGANISER DES CONTROLES DE VITESSE AVEC LA SIEMENS MCA PLUSIEURS CONTROLES SONT ORGANISES PAR LA MENSUELLE.
TRAVAILLEURS ET GENDARMERIE DE COTONOU SIEMENS POLICE.
DES RIVERAINS
SECURITE DES ORGANISER DES CONTROLES D’ALCOOLEMIE AVEC SIEMENS MCA PLUSIEURS CONTROLES SONT ORGANISES PAR LA MENSUELLE.
TRAVAILLEURS ET LA GENDARMERIE DE COTONOU SIEMENS POLICE.
DES RIVERAINS

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 32 / 35
TRAVAUX DE NUIT

SECURITE DES DISPENSER DES FORMATIONS SPECIFIQUES SUR LE SIEMENS MCA 100% DES CONDUCTEURS QUI TRAVAILLENT LA NUIT CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET TRAVAIL DE NUIT AUX CONDUCTEURS SIEMENS ONT PU BENEFICIER D’UNE FORMATION SPECIFIQUE
DES RIVERAINS POUR LE TRAVAIL DE NUIT.
SECURITE DES ALLOUER UNE PERIODE DE REPOS SIEMENS MCA LA LISTE DES HEURES TRAVAILLEES PAR LES CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET SIEMENS CONDUCTEURS
DES RIVERAINS
SECURITE DES DOTER LES SITES DE CONSTRUCTION D’UN BON SIEMENS MCA LE PLAN D’ILLUMINATION EST APPROPRIE POUR LE CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET ECLAIRAGE SIEMENS TRAVAIL DE NUIT.
DES RIVERAINS
SECURITE DES S’ASSURER QUE LES EPI SONT PORTES PAR LES SIEMENS MCA 100% DES EMPLOYES PORTENT DES EPI CONTINUE.
TRAVAILLEURS ET CHAUFFEURS SIEMENS
DES RIVERAINS
SENSIBILISATION DES RIVERAINS

SECURITE DES DEPLOYER UN PROGRAMME DE SENSIBILISATION SIEMENS MCA UN PROGRAMME DE SENSIBILISATION A ETE ETABLI PROGRAMME DE
TRAVAILLEURS ET DES RIVERAINS AUX RISQUES DE LA ROUTE DANS SIEMENS LES ECOLES ET LES EDIFICES RELIGIEUX ONT PU SENSIBILISATION DANS
DES RIVERAINS CHAQUE QUARTIER ET DE FAÇON REGULIERE BENEFICIER DE LA SENSIBILISATION DANS CHAQUE CHAQUE ECOLE
SITE AU DEBUT DE LA PHASE DE CONSTRUCTION ENVIRONNANT LES SITES ET
EDIFICES RELIGIEUX A ETE
DISPENSE AU MOINS UNE
FOIS AU DEBIT DE LA PHASE
DE CONSTRUCTION.
SECURITE DES EXPLIQUER ET INFORMER LES RIVERAINS DE LA SIEMENS MCA UNE SECTION RELATIVE A LA PROCEDURE MEDICALE A CHAQUE SENSIBILISATION.
TRAVAILLEURS ET PROCEDURE MEDICALE D’URGENCE EN CAS SIEMENS D’URGENCE EST INTEGREE DANS LE PROGRAMME DE
DES RIVERAINS D’ACCIDENT SENSIBILISATION.
LA PROCEDURE EST AFFICHEE SOUS FORMAT PAPIER
A LA VUE DU PUBLIC.
DISPOSITIONS SPECIFIQUES :

AKPAKPA

SECURITE DES METTRE EN ŒUVRE LES DISPOSITIONS SPECIFIQUES LES AMENAGEMENTS SONT BIEN EFFECTUES LORS DU LORS DU PASSAGE DE
TRAVAILLEURS ET LORS DE L’IMPLANTATION, DE LA LIVRAISON, DE PASSAGE DE VEHICULES DE CHANTIER ET DES VEHICULES LIES AU CHANTIER
DES RIVERAINS L’EVACUATION ET DU STATIONNEMENT DES MCA CONVOIS ET DES CONVOIS
SIEMENS
VEHICULES LIES AU CHANTIER ET AUX CONVOIS : SIEMENS LES AUTORITES LOCALES SONT ALERTEES
CREER UNE ZONE DE CIRCULATION REDUITE AVEC
LA SIGNALETIQUE APPROPRIEE

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 33 / 35
CIM BENIN

SECURITE DES METTRE EN ŒUVRE LES DISPOSITIONS SPECIFIQUES SIEMENS MCA UN ACCORD A ETE TROUVE AVEC CIM BENIN ET LA AU DEBUT DE LA PHASE DE
TRAVAILLEURS ET LORS DE L’IMPLANTATION, DE LA LIVRAISON, DE SIEMENS MAIRIE CONSTRUCTION
DES RIVERAINS L’EVACUATION ET DU STATIONNEMENT DES UNE ZONE DE STATIONNEMENT EST FORMALISEE
VEHICULES LIES AU CHANTIER ET AUX CONVOIS :
FORMALISER LA ZONE DE STATIONNEMENT
SECURITE DES SENSIBILISER LES COMMERÇANTS AUX ABORDS DU SIEMENS MCA FORMATION AU DEBUT DU CHANTIER.
TRAVAILLEURS ET SITE SUR LA SECURITE ROUTIERE, L’HYGIENE ET LA SIEMENS LISTE DE PRESENCE
DES RIVERAINS SECURITE
SECURITE DES POSSIBILITE : PARTICIPER A LA MISE EN ŒUVRE DE SIEMENS MCA RAPPORT EXECUTION DU PROJET, PHOTOGRAPHIES SEMESTRIELLE.
TRAVAILLEURS ET MICRO-PROJETS POUVANT BENEFICIER AUX SIEMENS
DES RIVERAINS POPULATIONS SE TROUVANT AUX ABORDS DES
SITES
CROIX ROUGE

SECURITE DES METTRE EN ŒUVRE LES DISPOSITIONS SPECIFIQUES SIEMENS MCA LES AMENAGEMENTS SONT BIEN EFFECTUES LORS DU LORS DU PASSAGE DE
TRAVAILLEURS ET LORS DE L’IMPLANTATION, DE LA LIVRAISON, DE SIEMENS PASSAGE DE VEHICULES DE CHANTIER ET DES VEHICULES LIES AU CHANTIER
DES RIVERAINS L’EVACUATION ET DU STATIONNEMENT DES CONVOIS ET DES CONVOIS.
VEHICULES LIES AU CHANTIER ET AUX CONVOIS : LES AUTORITES LOCALES SONT ALERTEES
REDUIRE LA CIRCULATION ET METTRE EN PLACE
UNE SIGNALETIQUE APPROPRIEE

SECURITE DES METTRE EN ŒUVRE UN PROGRAMME DE SIEMENS MCA FORMATION AU DEBUT DE LA


TRAVAILLEURS ET SENSIBILISATION DANS LE QUARTIER SUR LA SIEMENS LISTE DE PRESENCE CONSTRUCTION.
DES RIVERAINS SECURITE ROUTIERE
SECURITE DES FAIRE UN POINT SECURITE AVEC LES CONDUCTEURS LISTE DE PRESENCE LES JOURS QUI CONCERNENT
MCA
TRAVAILLEURS ET QUI SE RENDENT A CROIX ROUGE SIEMENS UN TRAJET VERS CROIX
SIEMENS
DES RIVERAINS ROUGE.
SECURITE DES AMENAGER DES ZONES POUR LES PIETONS LES AMENAGEMENTS SONT BIEN EFFECTUES LORS DU LORS DU PASSAGE DE
TRAVAILLEURS ET MCA PASSAGE DE VEHICULES DE CHANTIER ET DES VEHICULES LIES AU CHANTIER
SIEMENS
DES RIVERAINS SIEMENS CONVOIS ET DES CONVOIS.
LES AUTORITES LOCALES SONT ALERTEES
SECURITE DES SE COORDONNER AVEC LES CENTRES DE SANTE A CONTACT DU CENTRE DE SANTE LE PLUS PROCHE CONTINUE.
MCA
TRAVAILLEURS ET PROXIMITE (CONTACT, PREVENIR D’EVENTUELS SIEMENS BIEN AFFICHE SUR LE SITE ET AU NIVEAU DE LA
SIEMENS
DES RIVERAINS ACCIDENTS, ETC.) CHEFFERIE DE QUARTIER
GBEDJROMEDE

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 34 / 35
SECURITE DES METTRE EN ŒUVRE LES DISPOSITIONS SPECIFIQUES SIEMENS MCA LES AMENAGEMENTS SONT BIEN EFFECTUES LORS DU LORS DU PASSAGE DE
TRAVAILLEURS ET LORS DE L’IMPLANTATION, DE LA LIVRAISON, DE SIEMENS PASSAGE DE VEHICULES DE CHANTIER ET DES VEHICULES LIES AU CHANTIER
DES RIVERAINS L’EVACUATION ET DU STATIONNEMENT DES CONVOIS ET DES CONVOIS.
VEHICULES LIES AU CHANTIER ET AUX CONVOIS : LES AUTORITES LOCALES SONT ALERTEES
BLOQUER UNE PARTIE DU RONDPOINT.
SECURITE DES POSSIBILITE : PARTICIPER A L’AMENAGEMENT D’UN SIEMENS MCA UN TERRAIN DE FOOT A ETE AMENAGE FIN DU PROJET.
TRAVAILLEURS ET TERRAIN DE FOOTBALL SIEMENS
DES RIVERAINS

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DE LA CIRCUALTION A PROXIMITE DES CHANTIERS PAGE 35 / 35
8. Programme de gestion de la remise en état des sites après travaux
(PGREST)

Page 74 sur 75
Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution

d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –

Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

__________________________________________________________________________________

Plan de gestion de la remise en état des sites


_________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

N° Rév du Date Rév du Validateur Validateur


N° DTS Date DTS Description Préparé par
Document Document Entrepreneur Ingénieur
Liste des références

N° de réf. Nº du document Titre

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Liste des pièces jointes

PJ N° Nº du document Rév. Date Titre

01

02

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DU TRAFIC ROUTIER ET DE LA SECURITE ROUTIERE PAGE 2 / 7
TABLE DES MATIÈRES
1. PLAN DE GESTION DE LA REMISE EN ETAT DES SITES / REMBLAYAGE ET TERRASSEMENT........................ 4
1.1. INTRODUCTION ................................................................................................................................ 4
1.2. CONTEXTE ET JUSTIFICATION ............................................................................................................ 4
1.3. INTERVENANTS ................................................................................................................................ 4
1.4. MATERIELS DE REMBLAYAGE ............................................................................................................ 5
1.5. MATERIAUX DE REMBLAYAGE........................................................................................................... 5
1.6. MODE OPERATOIRE .......................................................................................................................... 6
1. Plan de gestion de la remise en état des sites / Remblayage et
terrassement

1.1. INTRODUCTION
Le plan de gestion de la remise en état des sites après travaux passe par le remblayage des
tranchées, le terrassement, le nettoyage des sites après toutes activités.

Toute fouille ou tranchée est de nature à déstabiliser les terres en place et donc la portance. Ainsi,
la mise en œuvre du remblai dans la zone comprise entre le fond de fouille et la couche finale
exigera la mise en œuvre de matériaux d’apport sur une épaisseur respectant les normes en
vigueur et un compactage assuré sur la reprise en pleine largeur ou seulement sur l’emprise de la
fouille en fonction de la nature des engins utilisés et de la typologie des travaux.

Cela permettra dans le cadre des activités de remblais et terrassement d’assurer une remise en
état acceptable et conforme selon les exigences du projet.

1.2. CONTEXTE ET JUSTIFICATION


Les matériaux non réutilisés devront être stockés, évacués au fur et à mesure de leur extraction
et convoyés vers la plateforme de Takon dédiée à cet effet, conformément aux dispositions
décrites dans notre Plan de transport des sols contaminés, potentiellement contaminés ou en
excès. Dans le cas de terres non contaminées, ce qui est le cas sur le poste de CROIX ROUGE, les
terres seront évacuées conformément à notre plan de gestion des terres non contaminées.

Tout au long du remblayage, il devra être veillé à la sécurité́ de la communauté mais aussi du
personnel de chantier. Une signalisation de chantier temporaire réglementaire et appropriée
devra être mise en place de même que le balisage des tranchées pour la protection des piétons
ainsi que les longueurs maximales d’ouverture autorisées.

Le présent plan a pour objectif la définition des modalités de remblayage des tranchées. Plus
particulièrement elle se veut :

- Diffuser des méthodes de remblayage de tranchées pour un résultat durable ;


- Recommander les matériaux et les techniques de compactage adaptées
- Sensibiliser l’utilisateur sur la nécessité d’un bon contrôle de la qualité des travaux pour
éviter les tassements ultérieurs
- Uniformiser l’approche des intervenants

1.3. INTERVENANTS
Le tableau ci-dessous présente les principaux intervenants dans le cadre de l’activité de
remblayage et terrassement des sites
Nom et prénoms Fonction Contact
Armel SOUNOU Agent ESSSC site (Sauveteur 94705966
secouriste du Travail)

Franck TOKANHAN Agent Environnement et Social 97121590


(Sauveteur secouriste du Travail)
Franck ATTOLOU Responsable ESSSC 95289822
Cyprien OWOLABI Agent de liaison avec les 97552993
communautés et spécialiste en
réinstallation (Sauveteur
secouriste du Travail)
Cabinet BEGIT Superviseur Géomètre
Topographe
A définir par le sous-traitant Conducteur d’engin (compacteur)
Mbaye NOUKOMMEY Superviseur génie civil 96184218
Michel BADIE Directeur Travaux GC 94565116

1.4. MATERIELS DE REMBLAYAGE


Les matériels qui seront utilisés pour le remblayage et le compactage sont choisis selon la
nécessité pour une bonne exécution des remblayages. Il s’agit notamment du compacteur vibrant
et de piquets.

1.5. MATERIAUX DE REMBLAYAGE


En rapport à l’analyse des sols et le fait que les sols excavés ne seront pas ré utilisés pour les
remblais, il a été convenu ce qui suit :

- Matériaux utilisables pour le remblais : sable silteux.

La qualité des matériaux utilisés et celle du compactage sont essentielles pour assurer un bon
compactage du sol (selon la recommandation de DAO, 95 % BROCTOR)

Par conséquent, les matériaux utilisés pour les remblais doivent:

- Permettre de réaliser un compactage efficace (95%) par couche successive de 20 cm ;


- Ne pas contenir d’éléments susceptibles d’endommager les ouvrages et les câbles ;
- Avoir de bonnes caractéristiques thermiques.

La qualité des remblais est alors vérifiée en ce sens.


1.6. MODE OPERATOIRE

o Étape 1 : Préparation de la plateforme


Ø Décapage de la terre végétale : décapage de 30 cm en moyenne pour l’ensemble de
la parcelle

Ø Nivellement/terrassement de la plateforme sur l’ensemble de la surface de la route d


acces/parcelle entre les 3.70 et 3.80 y compris la couche de fondation des routes

Ø Compactage puis essais à la plaque sur la surface nécessaire pour la construction du


poste

Ø Mise hors d’eau des fouilles

Le nivellement et la remise en état font partie intégrante de la qualité du réaménagement utile,


propre et durable des travaux. Ainsi l’encadrement technique et ESSS s’engage à une finition
acceptable par MCA-Bénin I
9. Plan d’Intervention d’Urgence

Page 75 sur 75
Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution

d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –

Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10-PM-PLN-0062
__________________________________________________________________________________

Plan d’Intervention d’Urgence (PIU)


__________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

N° DTS Date DTS N° Rév du Date Rév du Description Préparé par Validateur Validateur
Document Document Entrepreneur Ingénieur

Première P.REVEAU B.CHATRON


0060 05/06/2020 A 03/06/2020
émission
Prise en compte
0112 16/07/2020 B 03/07/2020 P.REVEAU B.CHATRON
commentaires
Prise en compte
C 03/08/2020 D.CHILLET B.CHATRON
commentaires
Liste des versions

N° de vers. Nº du document Titre

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Liste des pièces jointes

PJ N° Nº du document Rév. Date Titre

01

02

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 2 / 69
TABLE DES MATIÈRES
LISTE DES ACRONYMES ET ABREVIATIONS ........................................................................................ 8
1. URGENCES EN SANTE ET SECURITE............................................................................................. 9
1.1. INTRODUCTION ET CONTEXTE .................................................................................................................... 9
1.2. DESCRIPTION DU PROJET ........................................................................................................................... 9
1.2.1. Description des postes à étendre et à construire ............................................................................. 9
1.2.2. Calendrier d’exécution .................................................................................................................... 11
1.3. INTERVENANTS ...................................................................................................................................... 11
1.4. RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE .................................................................................................. 12
1.5. MOYENS DE PREPARATION ...................................................................................................................... 12
1.5.1. Niveaux d’alerte .............................................................................................................................. 12
1.5.2. Moyens de préparation ................................................................................................................... 13
1.6. MOYENS D‘INTERVENTION ....................................................................................................................... 14
1.6.1. Moyens de prise en charge d’un blessé ........................................................................................... 14
1.6.1.1. Moyens humains ......................................................................................................................... 14
1.6.1.2. Moyens techniques ..................................................................................................................... 15
1.6.2. Moyens de lutte incendie ................................................................................................................ 16
1.6.2.1. Extincteurs .................................................................................................................................. 16
1.6.2.2. Extinction par eau ....................................................................................................................... 18
1.6.2.3. Vêtements spéciaux .................................................................................................................... 18
1.6.3. Alarmes générales .......................................................................................................................... 19
1.6.4. Moyens de communication et transmissions ................................................................................. 19
1.6.5. Matériels divers .............................................................................................................................. 19
1.7. ADMINISTRATION ................................................................................................................................... 20
1.7.1. Politique de SIEMENS en matière d’intervention d’urgence ......................................................... 20
1.7.2. Objet de l’intervention d’urgence ................................................................................................... 21
1.7.2.1. Objectifs du plan d’intervention d’urgence ................................................................................. 21
1.7.2.2. Cadre ........................................................................................................................................... 21
1.7.3. Distribution ..................................................................................................................................... 22
1.7.4. Définitions ....................................................................................................................................... 22
1.8. ORGANISATION DE ZONES D’INTERVENTION .............................................................................................. 23
1.8.1. Centres de commandements .......................................................................................................... 23
1.8.2. Infirmerie ........................................................................................................................................ 23
1.9. ROLES ET RESPONSABILITES .................................................................................................................... 24
1.9.1. Tout intervenant de chantier ......................................................................................................... 24
1.9.2. Responsabilités du management ................................................................................................... 24
1.9.3. Ingénieur Principal Résident .......................................................................................................... 24
1.9.4. Responsable du suivi des événements et de la communication ..................................................... 25
1.9.5. Le personnel de l’équipe HSE onshore ........................................................................................... 25
1.9.6. Agent de liaison avec les communautés ......................................................................................... 25
1.9.7. Équipes opérationnelles d’intervention de crise ............................................................................ 25
1.9.7.1. Missions ...................................................................................................................................... 25
1.9.7.2. Nature et composition ................................................................................................................ 26
1.9.7.3. Déploiement ................................................................................................................................ 26
1.9.8. Secouristes ...................................................................................................................................... 26
1.9.9. Infirmiers/Infirmières .................................................................................................................... 27
1.9.10. Médecin ...................................................................................................................................... 27
1.9.11. Patrouilles d’intervention .......................................................................................................... 27
1.9.12. SAMU, pompiers et police ........................................................................................................... 27
1.10. PROCEDURES D’INTERVENTION EN CAS D’URGENCE .................................................................................... 29
1.10.1. Incendie ...................................................................................................................................... 29
1.10.1.1. Intervention sur l’incendie ...................................................................................................... 29
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 3 / 69
1.10.1.2. Évacuation du personnel ........................................................................................................ 29
1.10.1.3. Schéma d’alerte et d’intervention incendie ............................................................................ 30
1.10.2. Blessure grave d’un travailleur ................................................................................................. 31
1.10.2.1. Procédure d’alerte et de gestion secours blessé ..................................................................... 31
1.10.2.2. Schéma d’alerte et d’intervention secours blessé ................................................................... 32
1.10.2.3. Procédure d’évacuation sanitaire ........................................................................................... 33
1.10.3. Évènement naturel de type tempête .......................................................................................... 34
1.10.4. Évènement naturel de type inondation ..................................................................................... 34
1.10.5. Écroulement de structure et effondrement ............................................................................... 34
1.10.6. Troubles civils / violences .......................................................................................................... 35
1.10.7. Modalités de gestions de crises avec interférences internes/externes ..................................... 35
1.10.7.1. Cas de blessure grave d’un riverain ........................................................................................ 35
1.10.7.2. Cas d’un incendie généré sur le site pouvant impacter les riverains à l’extérieur du site ....... 36
1.10.7.3. Cas d’un évènement extérieur au site et pouvant impacter le personnel à l’intérieur du site 36
1.11. COMMUNICATION AVEC LES AUTORITES ADMINISTRATIVES LOCALES ET LES COMMUNAUTES .......................... 36
1.11.1. Principe général d’alerte et sécurisation des riverains ............................................................. 36
1.11.2. Communication avec les médias ................................................................................................ 38
1.11.3. Communication avec le public ................................................................................................... 38
1.11.4. Communication avec les familles des personnes blessées ......................................................... 38
1.12. PROCEDURE DE GESTION DES INCIDENTS ................................................................................................... 39
1.12.1. Déclaration de l’incident ............................................................................................................ 39
1.12.2. Traitement de l’incident ............................................................................................................. 39
1.12.3. Suivi des effets de l’incident ....................................................................................................... 39
1.12.3.1. Suivi des effets d’un incendie .................................................................................................. 39
1.12.3.2. Suivi des effets d’un accident sur un salarié ........................................................................... 39
1.12.3.3. Suivi des effets d’un conflit avec les riverains ......................................................................... 39
1.12.4. Établissement du bilan des incidents ......................................................................................... 40
1.12.5. Proposition d’un plan de remédiation et modification des processus le cas échéant .............. 40
1.12.6. Suivi de la mise en œuvre du plan de remédiation .................................................................... 40
1.12.7. Fermeture de l’incident .............................................................................................................. 40
1.13. RESSOURCES POUR LES URGENCES ............................................................................................................ 41
1.14. DESCRIPTION ET LOCALISATION DU MATERIEL D’URGENCE A DISPOSITION .................................................... 43
1.15. DESCRIPTION ET LOCALISATION DES ITINERAIRES ET POINT DE RASSEMBLEMENT ......................................... 43
1.15.1. Poste Croix Rouge ....................................................................................................................... 43
1.15.2. Poste Cim-Bénin ......................................................................................................................... 44
1.15.3. Poste Akpakpa ............................................................................................................................ 44
1.15.4. Poste Gbedjromèdé ..................................................................................................................... 45
1.16. LISTE DE CONTROLE ................................................................................................................................ 45
1.17. FORMATION ET RECYCLAGE ..................................................................................................................... 45
1.17.1. Formations aux situations d’urgence ........................................................................................ 45
1.17.2. Exercices ..................................................................................................................................... 46
1.18. MAINTIEN ET REPRISE DES ACTIVITES ET PLANS D’URGENCE ....................................................................... 46
2. URGENCES ENVIRONNEMENTALES............................................................................................. 47
2.1. INTERVENANTS ...................................................................................................................................... 47
2.2. RISQUES ................................................................................................................................................ 47
2.3. MOYENS DE PREPARATION ...................................................................................................................... 48
2.3.1. Niveaux d’alerte .............................................................................................................................. 48
2.3.2. Moyen de préparation .................................................................................................................... 49
2.4. MOYENS D‘INTERVENTION ....................................................................................................................... 49
2.4.1. Moyens humains ............................................................................................................................. 49
2.4.1.1. Moyens humains internes au projet ........................................................................................... 49
2.4.1.2. Moyens humains externes au projet ........................................................................................... 50
2.4.2. Moyens techniques .......................................................................................................................... 50
2.4.2.1. Moyens techniques internes au projet ........................................................................................ 50
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 4 / 69
2.4.2.2. Moyens techniques externes au projet ....................................................................................... 50
2.4.3. Moyens de communication et transmissions ................................................................................. 50
2.4.4. Matériels divers .............................................................................................................................. 51
2.5. ADMINISTRATION ................................................................................................................................... 51
2.5.1. Politique de SIEMENS en matière d’intervention d’urgence ......................................................... 51
2.5.2. Objet du plan d’intervention d’urgence ......................................................................................... 52
2.5.2.1. Objectifs du plan d’intervention d’urgence ................................................................................. 52
2.5.2.2. Cadre ........................................................................................................................................... 52
2.5.3. Distribution ..................................................................................................................................... 53
2.5.4. Définitions ....................................................................................................................................... 53
2.6. ORGANISATION DE ZONES D’INTERVENTION .............................................................................................. 53
2.6.1. Centres de commandements .......................................................................................................... 53
2.6.2. Zones de stockage de déchets ......................................................................................................... 54
2.7. ROLES ET RESPONSABILITES .................................................................................................................... 54
2.7.1. Intervenant de chantier.................................................................................................................. 54
2.7.2. Responsabilités du management ................................................................................................... 54
2.7.3. Responsable des mesures d’urgence (Ingénieur Principal Résident) ............................................ 54
2.7.4. Responsable du suivi des événements et de la communication ..................................................... 55
2.7.5. Équipes de gestion de crise ............................................................................................................. 55
2.7.5.1. Missions ...................................................................................................................................... 55
2.7.5.2. Nature et composition ................................................................................................................ 55
2.7.5.3. Déploiement ................................................................................................................................ 56
2.8. PROCEDURES D’INTERVENTION EN CAS D’URGENCE .................................................................................... 56
2.8.1. Mesures de gestion ......................................................................................................................... 56
2.8.2. Schéma d’alerte d’urgence déversement ....................................................................................... 58
2.9. COMMUNICATION AVEC LES AUTORITES ADMINISTRATIVES LOCALES ET LES COMMUNAUTES .......................... 59
2.9.1. Principe général d’alerte et sécurisation des riverains ................................................................. 59
2.9.2. Communication avec les médias .................................................................................................... 61
2.9.3. Communication avec le public ....................................................................................................... 61
2.10. PROCEDURE DE GESTION DES INCIDENTS ................................................................................................... 62
2.10.1. Déclaration de l’incident (avec localisation) ............................................................................ 62
2.10.2. Traitement de l’incident ............................................................................................................. 62
2.10.3. Suivi des effets de l’incident ....................................................................................................... 62
2.10.4. Établissement du bilan des incidents ......................................................................................... 62
2.10.5. Proposition d’un plan de remédiation et modification des processus le cas échéant .............. 62
2.10.6. Suivi de la mise en œuvre du plan de remédiation .................................................................... 63
2.10.7. Fermeture de l’incident .............................................................................................................. 63
2.11. RESSOURCES POUR LES URGENCES ............................................................................................................ 64
2.12. DESCRIPTION ET LOCALISATION DU MATERIEL D’URGENCE A DISPOSITION .................................................... 65
2.13. DESCRIPTION ET LOCALISATION DES ITINERAIRES ET POINT DE RASSEMBLEMENT ......................................... 65
2.13.1. Poste Croix Rouge ....................................................................................................................... 66
2.13.2. Poste Cim-Bénin ......................................................................................................................... 66
2.13.3. Poste Akpakpa ............................................................................................................................ 67
2.13.4. Poste Gbedjromèdé ..................................................................................................................... 67
2.14. LISTE DE CONTROLE ................................................................................................................................ 68
2.15. FORMATION ET RECYCLAGE ..................................................................................................................... 68
2.15.1. Formations aux situations d’urgence ........................................................................................ 68
2.15.2. Exercices ..................................................................................................................................... 68
2.16. MAINTIEN ET REPRISE DES ACTIVITES ET PLANS D’URGENCE ....................................................................... 69

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 5 / 69
Table des annexes
Annexe 1 - Formulaires de gestion de crise
Annexe 2 - Fiche d’information EVASAN
Annexe 3 - Communiqué externe
Annexe 4 - Amélioration du Plan d’Urgence
Annexe 5 - Compte-rendu d’exercice

Table des figures


Figure 1 - Schéma d’alerte et d’intervention incendie .......................................................................... 30
Figure 2 - Schéma d’alerte et d’intervention secours blessé ................................................................ 32
Figure 3 - Procédure d’évacuation sanitaire ......................................................................................... 33
Figure 4 - Schéma d’alerte et communication externes en cas de situation susceptible de générer des
effets à l’extérieur du site ..................................................................................................................... 37
Figure 5 - Point de rassemblement du Poste Croix Rouge .................................................................... 43
Figure 6 - Point de rassemblement du Poste Cim-Bénin....................................................................... 44
Figure 7 - Point de rassemblement du Poste Akpakpa ......................................................................... 44
Figure 8 - Point de rassemblement du Poste Gbedjromèdé ................................................................. 45
Figure 9 - Schéma d’alerte d’urgence déversement ............................................................................. 58
Figure 10 - Schéma d’alerte et communication externes en cas de situation susceptible de générer
des effets à l’extérieur du site ............................................................................................................... 60
Figure 11 - Point de rassemblement du Poste Croix Rouge .................................................................. 66
Figure 12 - Point de rassemblement du Poste Cim-Bénin ..................................................................... 66
Figure 13 - Point de rassemblement du Poste Akpakpa ....................................................................... 67
Figure 14 - Point de rassemblement du Poste Gbedjromèdé ............................................................... 67

Table des tableaux


Tableau 1 - Liste des personnes clés ..................................................................................................... 11
Tableau 2 - Définitions des différents niveaux d’alerte ........................................................................ 12
Tableau 3 - Préparation des moyens pour la préparation aux situations d’urgence santé et sécurité 13
Tableau 4 - Moyens humains internes au projet pour le secours aux blessés ...................................... 14
Tableau 5 - Moyens humains externes au projet pour le secours aux blessés ..................................... 14
Tableau 6 - Moyens techniques internes au projet pour le secours aux blessés .................................. 15

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 6 / 69
Tableau 7 - Classes d'incendies et extincteurs ...................................................................................... 16
Tableau 8 - Extincteurs disponibles sur les chantiers SIEMENS ............................................................ 17
Tableau 9 - Moyens urbains de lutte incendie ...................................................................................... 18
Tableau 10 - Vêtements spéciaux pour la lutte incendie ...................................................................... 18
Tableau 11 - Types d’alarmes santé et sécurité au sein du projet ........................................................ 19
Tableau 12 - Moyens de communication internes mis à disposition par SIEMENS sur le projet ......... 19
Tableau 13 - Autres matériels internes mis à disposition par SIEMENS sur le projet ........................... 19
Tableau 14 - Rôles des acteurs dans la gestion de situations d’urgence santé et sécurité .................. 22
Tableau 15 - Localisation des postes de commandements en fonction du niveau de crise ................. 23
Tableau 16 - Équipes opérationnelles d’intervention santé et sécurité internes au projet ................. 26
Tableau 17 - Contacts des centres de santés de Cotonou en fonction des postes ............................... 28
Tableau 18 - Numéros d’urgence utiles externes ................................................................................. 41
Tableau 19 - Numéros d’urgence utiles internes .................................................................................. 42
Tableau 20 - Liste des personnes clés ................................................................................................... 47
Tableau 21 - Définitions des différents niveaux d’alerte ...................................................................... 48
Tableau 22 - Préparation des moyens pour la préparation aux situations d’urgence environnementale
............................................................................................................................................................... 49
Tableau 23 - Moyens humains internes au projet pour les urgences environnementales................... 49
Tableau 24 - Moyens humains externes au projet pour les urgences environnementales .................. 50
Tableau 25 - Moyens techniques internes au projet pour une urgence environnementale ................ 50
Tableau 26 - Moyens de communication internes mis à disposition par SIEMENS sur le projet ......... 50
Tableau 27 - Autres matériels internes mis à disposition par SIEMENS sur le projet ........................... 51
Tableau 28 - Rôles des acteurs dans la gestion de situations d’urgences environnementales ............ 53
Tableau 29 - Localisation des postes de commandements en fonction du niveau de crise ................. 53
Tableau 30 - Équipes opérationnelles d’intervention internes au projet pour les urgences
environnementales ............................................................................................................................... 56
Tableau 31 - Numéros d’urgence utiles externes ................................................................................. 64
Tableau 32 - Numéros d’urgence utiles internes .................................................................................. 65

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 7 / 69
Liste des acronymes et abréviations
ESSSC Environnement, Santé, Sécurité, Sociétal de Construction
EVASAN Évacuation Sanitaire
FDS Fiche de Données de Sécurité
GIS Gas Insulated System
HSE Hygiène Sécurité Environnement
HTB Haute Tension B
IFC International Finance Corporation
KV Kilovolt
MCA Millenium Challenge Account Benin II
MCC Millenium Challenge Corporation
MOA Maitrise d’ouvrage
MT Moyenne Tension
MVA Megavoltampère
NP Norme de Performance
REX Retour d’expérience
SBEE Société Béninoise d’Énergie Électrique
SST Sauveteur Secouriste du Travail

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 8 / 69
1. Urgences en santé et sécurité

1.1. Introduction et contexte


Le Bénin bénéficie de l’appui de Millenium Challenge Corporation, une agence indépendante
américaine, pour mettre en œuvre un programme visant à soutenir le secteur de l’électricité au niveau
national. Le programme a pour objectifs d’augmenter l’accès à l’énergie au travers de 4 projets :
1. Appui aux réformes politiques et renforcement institutionnel ;

2. Appui à la production d’électricité ;

3. Appui à la distribution d’électricité ;

4. Promouvoir l’accès à l’énergie hors réseau.

Millenium Challenge Account Benin II a été créé pour mettre en œuvre ce programme et tient le rôle
de maitrise d’ouvrage. C’est dans le cadre du projet de distribution d’électricité que Siemens a été
retenu afin de participer à la construction ou à l’extension de quatre sous stations électriques à
Cotonou (lot B). Le scope comporte également de légers travaux de rénovation sur certains autres
postes existants.

Dans ce contexte, l’entrepreneur SIEMENS est chargé de la rénovation de certains postes électriques,
et de l’installation et de la mise en service de quatre autres postes électriques. Les principales phases
de ces travaux sont les suivantes :

 Acheminement du matériel jusqu’aux sites de construction ;

 Réception du matériel et des composants ;

 Entreposage dans une zone de stockage ;

 Installation de l’équipement fourni ;

 Essais et mise en service de l’équipement ;

 Remise clé en main.

1.2. Description du projet


1.2.1. Description des postes à étendre et à construire
Poste d’Akpakpa

Ce site se trouve dans le premier arrondissement de Cotonou. Il représente environ 2470 m². Certaines
installations sont déjà présentes et occupent une superficie de 1700 m², les installations futures
occuperont 400 m² supplémentaires. Le propriétaire du site est la Société Béninoise d’Énergie
Électrique (SBEE). Ce site comporte déjà à l’heure actuelle les éléments suivants :

 Deux transformateurs,

 Deux cellules lignes souterraines,

 Une cellule ligne aérienne.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 9 / 69
Le projet prévoit l’extension du poste AIS d’Akpakpa pour recevoir deux lignes supplémentaires pour
le bouclage du réseau 63 kV Cotonou Nord "Vèdoko Gbedjromèdé - Croix Rouge - Cim Bénin - Akpakpa"
et le réseau Cotonou sud "Vèdoko - Ancien Pont - Akpakpa". Les jeux de barres existant seront
prolongés de deux pas de cellules pour permettre de raccorder les deux nouvelles cellules lignes "Cim
Bénin" et "Ancien Pont".

Poste CIM Bénin


Ce site se trouve dans l’arrondissement d’Agblangandan et représente 1058 m². Les installations
couvriront environ 750 m². La parcelle est détenue par la Mairie de Sémé-Kopdji. Nous noterons qu’il
existe un poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Sur ce site, le projet vise à construire un poste qui sera composé de deux échelons de tension : 63 kV
pour les installations HTB et 15 kV pour la moyenne tension.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension. Le poste est constitué de :

 Quatre travées lignes,

 Deux bancs transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA,

 Cellule 15 kV.

Poste Croix rouge


Ce site se trouve dans le troisième arrondissement de Cotonou et représente 856 m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle est détenue par la mairie de Cotonou. Nous noterons qu’il existe un
poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension. Le poste est constitué de :

 Deux travées lignes ;

 Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA,

 Plusieurs équipements moyenne tension (une rame moyenne tension composée de 2


cellules d’arrivée, 1 cellule de couplage, de 8 cellules départs).

Poste Gbedjromèdé
Ce site se situe dans le 6ème arrondissement de Cotonou et représente 900 m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle appartient à la mairie de Cotonou.
Le projet vise à construire un nouveau poste sur ce site 63/15 kV avec une technologie GIS.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension en technologie GIS. Le poste est constitué de :

 Trois travées lignes,

 Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA,

 Plusieurs équipements MT (une rame MT composée de 2 cellules d’arrivée, 1 cellule de


couplage, de 8 cellules départs).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 10 / 69
Aménagements de postes existants

Le projet prévoit également le renouvellement de certains équipements sur les postes suivants :

 Postes de distribution : Godomey / 3 banques – Cotonou / Allada / Lokossa,

 Postes aboutissants : Vedoko / Ancien Pont / Seme.

1.2.2. Calendrier d’exécution


Le projet a démarré le 25 février 2020 et se termine le 26 décembre 2021.

1.3. Intervenants
Les principaux intervenants pour la gestion des situations d’urgence sont :
 MCA : Maitre d’Ouvrage ;
 SOFRECO : Ingénieur ;
 SIEMENS : entreprise de construction des postes ;
 Autorités locales et administratives de Cotonou ; impliquées ou non à différents niveaux
d’information selon la nature de l’urgence à gérer ;
 Sapeurs pompiers ; intervention sur incendie ;
 Hopitaux : soins aux personnes.

DIRECTEUR DES OPERATIONS JOEL AKOWANOU


MCA
CHEF DE PROJET CONSTRUCTION OSVALD G.ACLASSATO

CHEF DE MISSION DANIEL MERLIN


SOFRECO
INGENIEUR SUPERVISEUR RESIDENT EZZEDDINE BARHOUMI

RESPONSABLE GENERAL OFFSHORE FREDERIC ACHARD

REPRESENTANT GENERAL ONSHORE BRUNO CHATRON

RESPONSABLE SANTE ET SECURITE OFFSHORE FRANCK BERARDI

SIEMENS RESPONSABLE SANTE ET SECURITE ONSHORE FRANCK ATTOLOU

AGENT ENVIRONNEMENT ET SOCIAL FRANCK TOKANHAN

AGENT DE LIAISON AVEC LES COMMUNAUTES O. CYPRIEN OWOLABI

SPECIALISTE EN REINSTALLATION. O. CYPRIEN OWOLABI

Tableau 1 - Liste des personnes clés

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 11 / 69
1.4. Risques pour la santé et la sécurité
Les principales situations de crise identifiées sur le projet de construction des postes électriques,
susceptible d’impacter la santé et la sécurité des personnes, et nécessitant la mise en œuvre de
procédure d’intervention et d’urgence sont listées ci-dessous :
 Blessure grave d’un travailleur évoluant sur le chantier ;
 Blessure grave d’un riverain à cause des activités de chantier ;
 Évènement naturel de type tempête, inondations ;
 Écroulement de structure sur le chantier ;
 Incendie sur le chantier ou à proximité du chantier ;
 Effondrement du sol ;
 Troubles civils / violences ;
 Conflits avec le voisinage de chantier (riverains) ;
 Électrocution d’un salarié sur le chantier ;
 Explosion d’un transformateur ;
 Foudre ;
 Manifestion de Covid sur personnel de chantier (le détail est donné dans le plan de gestion
d’atténuation Covid).

Cette liste sera mise à jour en permanence en fonction de l’actualité du chantier.

1.5. Moyens de préparation


1.5.1. Niveaux d’alerte
Afin de mobiliser plus rapidement le personnel et les moyens nécessaires, différents niveaux d’alertes
sont définis dans le tableau suivant :

Tableau 2 - Définitions des différents niveaux d’alerte

Thème Étendue Moyens de contrôle

Les conséquences ne sortent pas du La situation d’urgence est contrôlée


Niveau 1 poste concerné par la situation ET avec les moyens internes du poste
d’urgence concerné par la situation d’urgence

Les conséquences ne sortent pas du La situation d’urgence est contrôlée


Niveau 2 poste concerné par la situation ET avec les moyens de SIEMENS à plus
d’urgence haut niveau

Les conséquences ne sortent pas du La maîtrise de la situation d’urgence


Niveau 3 poste concerné par la situation ET nécessite de recourir aux moyens
d’urgence externes de la ville de Cotonou

Les conséquences présentent un


La situation d’urgence est contrôlée
impact potentiel à l’extérieur du
Niveau 4 ET avec les moyens internes SIEMENS
poste concerné par la situation
et/ou externes de la ville de Cotonou
d’urgence

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 12 / 69
1.5.2. Moyens de préparation
Afin de faciliter la mise en œuvre des opérations d’intervention en cas de situation d’urgence, et donc
dans le but d’en assurer l’efficacité et la rapidité, différentes mesures techniques et organisationnelles
seront mises en œuvre sur chacun des 4 sites de construction des postes.

Tableau 3 - Préparation des moyens pour la préparation aux situations d’urgence santé et sécurité

Thème Mesures préparatoires

VOIES  Clairement identifiées sur le site


D’EVACUATION
 Dégagées en permanence

 Clairement identifiés sur le site


MOYENS  Accessibles en permanence
D’INTERVENTION
 Disponible en nombre suffisant
 Vérifiés en entretenus

MOYENS D’ALERTE  Clairement visibles


 Vérifiés en entretenus

NUMEROS
 Affichés aux endroits stratégiques du site
D’URGENCE  Clairement visible
 Mis à jour à chaque fois que nécessaire

PROCEDURES DE  Affichés aux endroits stratégiques du site


PREMIERS SOINS
 Clairement visible

MOYENS DE  Chargés en permanence


COMMUNICATION
 Disponible en nombre suffisant

POINTS DE
 Clairement identifiés (chapitre 1.15.1)
RASSEMBLEMENT  Suffisamment grand pour accueillir tout le personnel
 Emplacement dans une zone sûre

SAUVETEURS  Présents en permanence en nombre suffisant


SECOURISTES
 Identifiables facilement et rapidement

KIT DE PREMIERS  Toujours complet


SOINS
 Accessible en permanence

PERSONNEL  Formé et régulièrement entraîné

DONNÉES MÉTÉO  Suivi quotidien des données météos et alerte tempête

CONTEXTE
GÉOPOLITIQUE  Suivi quotidien du contexte géopolitique

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 13 / 69
1.6. Moyens d‘intervention
1.6.1. Moyens de prise en charge d’un blessé
1.6.1.1. Moyens humains
Moyens humains internes au projet

Les moyens humains internes au projet directement impliqués pour la prise en charge d’un blessé
grave généré par les activités du chantier, et la gestion de la situation d’urgence, sont listés dans le
tableau suivant :
Tableau 4 - Moyens humains internes au projet pour le secours aux blessés

Qualification Nombre Répartition N° téléphone


1 sauveteur
Sauveteurs Sera renseigné en secouriste pour 10 Sera renseigné en
phase détaillée personnes pour phase détaillée
secouristes chaque site ou par
équipe
Agents HSE 4 1 par site de Sera renseigné en
construction phase détaillée

Responsable ESSSC Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en


phase détaillée phase détaillée phase détaillée

Superviseur d’équipe Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en


phase détaillée phase détaillée phase détaillée
Infirmier/infirmière
(ou personnel 1 par site de Sera renseigné en
équivalent sur accord 4 construction phase détaillée
de l’Ingénieur)

Médecin 1 Convention établie avec les cliniques et


hôpitaux de Cotonou

Équipes
opérationnelles Voir chapitres 1.9.7 et 2.7.5
d’interventions

Moyens humains externes au projet

Les moyens humains externes au projet directement impliqués pour la prise en charge d’un blessé
grave généré par les activités du chantier, et la gestion de la situation d’urgence, sont listés dans le
tableau suivant :
Tableau 5 - Moyens humains externes au projet pour le secours aux blessés

Qualification N° téléphone

SAMU +229 21 307 336


Urgences CNHU
Centre national hospitalier et universitaire +229 21 304 652
Pompiers +229 21 303 011
Clinique d’Akpakpa +229 21 331 437
Hôpital St Luc +229 21 381 881
Polyclinique La Roseraie +229 97 959 328
Hôpital Suru Lere (1er arr.) +229 21 331 958
Secours ambulance Sera précisé ultérieurement
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 14 / 69
1.6.1.2. Moyens techniques

Moyens techniques internes au projet

Les moyens techniques internes au projet directement impliqués pour la prise en charge d’un blessé
grave généré par les activités du chantier sont listés dans les tableaux suivants :

Tableau 6 - Moyens techniques internes au projet pour le secours aux blessés

Type Nombre Caractéristiques Localisation


Matériel de premier
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en
secours (boîte à
phase détaillée phase détaillée phase détaillée
pharmacie)

Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en


Valise électro-secours phase détaillée phase détaillée phase détaillée

Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en


Couverture anti feu
phase détaillée phase détaillée phase détaillée

Harnais de sauvetage Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en


phase détaillée phase détaillée phase détaillée

Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en


Stock de médicaments
phase détaillée phase détaillée phase détaillée

Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en


Perche électrique
phase détaillée phase détaillée phase détaillée

Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en


Brancard
phase détaillée phase détaillée phase détaillée

Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en


Local infirmerie
phase détaillée phase détaillée phase détaillée

Moyens techniques externes au projet


Ces moyens sont déployés par les services d’intervention externes.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 15 / 69
1.6.2. Moyens de lutte incendie
1.6.2.1. Extincteurs

Les extincteurs pour incendie du bon type et en condition correcte de fonctionnement sont la première
ligne de défense contre un incendie. Connaitre la localisation des extincteurs et le type d’incendie qu’ils
sont destinés à éteindre est primordial.

Types d’extincteurs Incendie

Les types d’extincteurs existant sont :

Tableau 7 - Classes d'incendies et extincteurs

Type Catégorie de feu Type de feu Extincteurs adaptés

Combustibles Incendies de combustibles ordinaires Extincteurs à eau pulvérisée, avec


A classiques générant (bois, végétation, fibres, papier, et additif ou non ou extincteurs à
des braises matières similaires) mousse (AB) et seaux d’eau.
Extincteurs à poudre ABC.1
Liquides Extincteurs avec dioxyde de
inflammables et Incendies de liquides inflammables, carbone (B) pour les équipements
B solides liquéfiables essence, peintures, graisses, solvants, électriques sinon à eau pulvérisée
(plastiques), caoutchouc, plastiques, etc. avec additif ou mousse (AB).
équipement Poudres sèches BC ou ABC.1
électrique

C Gaz combustible Incendies de substances gazeuses sous Extincteurs à poudre BC.


pression incluant les gaz liquides

D Métaux Incendies de métaux Extincteurs à poudre D (sable sec,


terre sèche).2

1Dans les lieux où l’équipement d’énergie électrique est impliqué dans un incendie, la non-conductivité du moyen
d’extinction est d’une extrême importance et seuls les extincteurs expulsant du dioxyde de carbone et des poudres
sèches devront être utilisés.

2 Pour les feux de métaux, des extincteurs à eau ne doivent surtout pas être utilisés

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 16 / 69
Extincteurs déployés sur le projet

Les extincteurs disponibles sur les chantiers de constructions des 4 postes électriques seront a minima
les suivants :

Tableau 8 - Extincteurs disponibles sur les chantiers SIEMENS

Répartition Type Type d’agent Localisations


par zone d'extincteur Nombre extincteur Capacité (L) précises sur le
géographique chantier
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Portatif AB
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Mobile AB
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Chantier AKPA Portatif à poudre
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Mobile à poudre
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
CO2 CO2
phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Portatif AB
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Mobile AB
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Chantier CIBE Portatif à poudre
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Mobile à poudre
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
CO2 CO2
phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Portatif AB
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Mobile AB
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Chantier GBED Portatif à poudre
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Mobile à poudre
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
CO2 CO2
phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Portatif AB
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Mobile AB
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Chantier CRX Portatif à poudre
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Mobile à poudre
phase détaillée phase détaillée phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en Sera renseigné en phase
CO2 CO2
phase détaillée phase détaillée détaillée

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 17 / 69
1.6.2.2. Extinction par eau

Les moyens fixes de lutte contre l’incendie de la ville de Cotonou et pouvant être utilisés pour la lutte
contre un incendie sur un chantier de construction sont les suivants :

Tableau 9 - Moyens urbains de lutte incendie

Répartition par Débit en L/min ou Localisations


zone Moyens fixes Nombre capacité en m3 précises sur le
géographique chantier

Sera renseigné en Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase


Poteau incendie à eau
phase détaillée détaillée détaillée

Chantier AKPA

Sera renseigné en Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase


Bouche incendie à eau
phase détaillée détaillée détaillée

Sera renseigné en Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase


Poteau incendie à eau
phase détaillée détaillée détaillée

Chantier CIBE

Sera renseigné en Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase


Bouche incendie à eau
phase détaillée détaillée détaillée

Sera renseigné en Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase


Poteau incendie à eau
phase détaillée détaillée détaillée

Chantier GBED

Sera renseigné en Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase


Bouche incendie à eau
phase détaillée détaillée détaillée

Sera renseigné en Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase


Poteau incendie à eau
phase détaillée détaillée détaillée

Chantier CRX

Sera renseigné en Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase


Bouche incendie à eau
phase détaillée détaillée détaillée

1.6.2.3. Vêtements spéciaux

Tableau 10 - Vêtements spéciaux pour la lutte incendie

Type Nombre Localisation


Sera renseigné en phase
Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée
détaillée

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 18 / 69
1.6.3. Alarmes générales
Dans certains cas de figure, une alarme générale devra être déclenchée pour avertir tout le personnel
d’un chantier et/ou avertir les riverains à proximité du poste concerné par la situation d’urgence.

Tableau 11 - Types d’alarmes santé et sécurité au sein du projet

Type d’alarme/alerte Modalités


Incendie Sera renseigné en phase détaillée
Évènement météo Sera renseigné en phase détaillée
Troubles civils Sera renseigné en phase détaillée
(Autres) Sera renseigné en phase détaillée

1.6.4. Moyens de communication et transmissions


En situation de crise, les moyens nécessaires seront mis à disposition pour :
 Communiquer avec les personnes internes et externes impliquées dans la gestion de la crise ;
 Suivre en direct l’actualité depuis le poste de commandement de gestion de crise, notamment
en cas de troubles civils ou d’avis de tempête.

Tableau 12 - Moyens de communication internes mis à disposition par SIEMENS sur le projet

Moyens Nombre Caractéristiques Localisation


Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase
Radio VHF Sera renseigné en phase détaillée
détaillée détaillée
Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase
Radio HF Sera renseigné en phase détaillée
détaillée détaillée
Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase
Téléphones portables Sera renseigné en phase détaillée
détaillée détaillée
Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase
Talkie-walkie Sera renseigné en phase détaillée
détaillée détaillée
Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase
Poste radio Sera renseigné en phase détaillée
détaillée détaillée
Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase
Mégaphone Sera renseigné en phase détaillée
détaillée détaillée

1.6.5. Matériels divers

Tableau 13 - Autres matériels internes mis à disposition par SIEMENS sur le projet

Moyens Nombre Caractéristiques Localisation


Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Groupe électrogène Sera renseigné en phase détaillée
phase détaillée détaillée
Sera renseigné en Sera renseigné en phase
Éclairage Sera renseigné en phase détaillée
phase détaillée détaillée

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 19 / 69
1.7. Administration
1.7.1. Politique de SIEMENS en matière d’intervention d’urgence

Dans le cadre du projet, la volonté de SIEMENS est de s’engager vivement à réagir à toute situation
d’urgence, à réagir dans les plus brefs délais, dans le but de réduire au maximum les conséquences sur
le personnel de chantier, sur les communautés et sur l’environnement naturel.

SIEMENS s’engage à :

 Préparer le personnel intervenant sur site à une gestion adéquate des situations
d’urgence décrites au-dessus, au moyen d’exercices et de formations à la
sécurité ;

 Réagir rapidement pour contenir l’incident et le contrôler avec le moins de


dommages possibles ;

 Eviter les sur-accidents ;

 Identifier les personnes touchées ;

 Sauver les victimes potentielles et les traiter de manière adéquate ;

 Préparer l’évacuation à chaque fois que cela est nécessaire ;

 Procurer des informations aux officiels de la Police, du Ministère du Travail, etc.


(afin de maitriser la communication autant que possible) ;

 Préserver les rapports d’accidents ayant déclenché les situations d’urgence :


photographies, documents et équipements pertinents nécessaires comme
preuves pour toute éventuelle investigation ultérieure par les pouvoirs publics
et pour les REX de l’équipe HSE ;

 Gérer les impacts environnementaux subis ou susceptibles de causer un


quelconque impact résultant de tout incident de type déversement
d’hydrocarbures, etc. ;

 S’assurer que les étapes adéquates puissent être mises en œuvre dans le
système pour répondre aux besoins de gestion des situations d’urgence et que
ces étapes soient pratiquées, révisées et mises à jour à intervalles réguliers.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 20 / 69
1.7.2. Objet de l’intervention d’urgence
1.7.2.1. Objectifs du plan d’intervention d’urgence
Une « urgence » est une situation grave et inattendue, qui peut conduire à des blessures ou à la mort
d’un ou plusieurs individus, à des impacts environnementaux à long terme ou à des pertes matérielles,
les 3 pouvant être cumulés). Une telle situation requiert une action immédiate et peut nécessiter
l’assistance de ressources extérieures en plus des moyens existants afin de la gérer efficacement.
Le plan d’intervention d’urgence a été élaboré de manière à pouvoir prendre des mesures immédiates
pour contrôler la situation critique et y répondre dans les plus brefs délais, avec un minimum de
conséquences pour la vie humaine.
Ce plan d’intervention d’urgence fournit des directives fondamentales sur les actions et procédures
qu’il est nécessaire de suivre dans les différentes situations d’urgence, issues de situations
accidentelles, qui peuvent représenter un danger pour la vie humaine. Les risques pour
l’environnement et les installations sont également pris en compte dans ce Plan mais ne constituent
pas l’objet principal d’un plan d’urgence, la préservation des individus.
L’objectif de ce Plan est de documenter des séries d’actions et des lignes directrices à mettre en place
dans le cas d’urgences pouvant se produire sur site ou hors site, au cours de la réalisation du projet de
MCA Bénin II d’installation et de mise en service à Cotonou des équipements prévus et décrits au
chapitre 1.2.1.

Ce plan a un double objectif :

a) Préparer aux situations d’urgence au moyen d’exercices de simulation d’urgences et de


programmes de formation adaptés. L’enjeu est que chacun trouve sa place au plus vite dès
lors qu’une situation d’urgence est identifiée.
b) Gérer les urgences et l’usage effectif de toutes les ressources disponibles du MCA en liaison et
en coordination avec les intervenants extérieurs pour minimiser les effets des situations
d’urgence.

1.7.2.2. Cadre
Le cadre de l’organisation ESSSC est de la responsabilité de la Direction de SIEMENS (organisation,
moyens, formation, etc.).
Il est ensuite de la responsabilité de chaque intervenant sur le chantier de trouver sa place dans
l’organisation d’une situation d’urgence, pour réduire et /ou éliminer la possibilité d’une urgence et
son impact.
Ce Plan s’applique aux activités de construction prévues et de mise en service d’installations
électriques réalisées par SIEMENS pour le maître d’ouvrage MCA Bénin II.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 21 / 69
1.7.3. Distribution

Tableau 14 - Rôles des acteurs dans la gestion de situations d’urgence santé et sécurité

Qualification Rôle principal

Sauveteurs secouristes  Sécuriser la zone d’accident


 Apporter les premiers secours aux victimes
Agents HSE  Intervenir sur la zone d’accident
 Apporter les premiers secours aux victimes
Responsable ESSSC  Organiser le plan d’intervention d’urgence
 Tester régulièrement le plan d’urgence
Superviseur d’équipe  Organiser les activités de travaux durant la gestion de
la situation d’urgence
Infirmier/infirmière (ou
personnel équivalent sur
accord de l’Ingénieur)
 Apporter les premiers secours aux victimes
Médecin  Soigner la/les victime(s)
Équipes opérationnelles
d’interventions
 Intervenir sur la zone d’accident en fonction du type
d’urgence à gérer

1.7.4. Définitions
Blessure grave : ne peut être prise en charge par les moyens internes sur le projet

Troubles civils / violences : évènements populaires, conflits ou manifestations susceptibles de


représenter une source d’agression à l’intégrité physique de personnes

Moyens internes : moyens mis à dispositions par SIEMENS dans le cadre du projet

Moyens externes : moyens publics de la ville de Cotonou

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 22 / 69
1.8. Organisation de zones d’intervention
1.8.1. Centres de commandements
Le centre de commandement d’une situation d’urgence dépend de l’importance du niveau d’urgence
déclenché.

Tableau 15 - Localisation des postes de commandements en fonction du niveau de crise

Thème Centre de commandement

Gestion dans les bureaux de la base du site


Niveau 1
où se déroule la situation d’urgence

Gestion dans les bureaux de la base du site


Niveau 2
où se déroule la situation d’urgence

Gestion dans les bureaux de la base du site


où se déroule la situation d’urgence, avec
Niveau 3
appui de la base vie SIEMENS équipe
onshore

Gestion au niveau de la base vie SIEMENS


Niveau 4 équipe onshore, avec appui du site
concerné par la situation d’urgence

Les centres de commandements seront notamment équipés des moyens de communication (chapitre
1.6.4) permettant de pouvoir gérer la situation de crise, et de se tenir informé des évènements en
cours.

1.8.2. Infirmerie
Un local infirmerie sera présent sur chaque chantier de poste électrique pour prodiguer les premiers
soins au personnel de chantier. Dès lors que les moyens de premiers soins nécessaires s’avèrent
insuffisant, la personne blessée devra être évacuée selon les modalités de la procédure EVASAN
détaillée au chapitre 1.10.2.3.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 23 / 69
1.9. Rôles et responsabilités
1.9.1. Tout intervenant de chantier
Lorsqu’il est témoin d’un évènement, chaque personne présente sur le chantier aura la responsabilité
de :
 Remonter l’information à son supérieur hiérarchique ;
 Sans mettre sa propre sécurité en jeu, intervenir sur un départ de flamme en utilisant les
extincteurs à disposition ;
 Sans mettre sa propre sécurité en jeu, sécuriser la zone d’accident où se trouve la personne
blessée.
 Alerter les sauveteurs secouristes du travail.

1.9.2. Responsabilités du management


Tous les superviseurs et managers du chantier sont spécifiquement responsables de :
 S’assurer que le personnel prend en considération, connaît et adhère au plan d’intervention
d’urgence ;
 Donner ou généraliser l’alerte et faire arrêter les activités / machines dans la zone concernée,
faire couper le courant sur la zone concernée si nécessaire ;
 Assurer l’arrêt de tous les équipements et de toutes les activités de construction ;
 Piloter les urgences de niveaux 1 et 2 au niveau du poste concerné par la situation de crise ;
 Gérer les crises de niveaux 1 et 2 avec l’appui des équipes opérationnelles d’intervention ;
 Empêcher des dommages collatéraux de survenir (par exemple : isoler la zone) ;
 Proposer à l’Ingénieur Principal Résident le passage en niveau 3 ou 4 ;
 Décider de la fin de crise de niveaux 1 et 2 ;
 Rester en lien avec les équipe opérationnelles d’intervention de gestion de crise ;
 Toute activité / décision nécessitant un pouvoir hiérarchique.

1.9.3. Ingénieur Principal Résident


L’ingénieur principal résident est garant de la gestion de la crise et de toutes les exigences mentionnées
en termes de mesures de préparation et de gestion de l’urgence, à savoir, les cas échéant :
 Valider le niveau d’urgence de niveaux 3 ou 4 ;
 Si nécessaire, atteindre le lieu de l’urgence et rester en contact avec les chefs d’équipes de
gestion de crise respectives ;
 Prendre la Direction de la Cellule de Crise avec l’appui du management du poste concerné par
la situation de crise ;
 Reste en lien avec les autorités administratives de Cotonou ;
 Décider de la fin de crise de niveaux 3 et 4 ou décider de repasser en crise de niveau 1 ou 2.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 24 / 69
1.9.4. Responsable du suivi des événements et de la communication
Le Responsable du déroulé des événements et de la communication est en charge du suivi du déroulé
de la situation d’accident et de la communication externe (autorités, médias, public, etc.) pendant et
après la crise :
 Il recevra ses consignes du pilote avant de communiquer avec les instances externes ;
 Les instructions doivent être synthétiques et factuelles (NOM, l’ADRESSE du site, NOMBRE de
personnes potentiellement affectées, la NATURE de l’URGENCE (incendie, déversement de
produits chimiques, blessure d’un travailleur, etc.).

Cette personne est en charge de suivre le déroulement de la situation et de remplir les formulaires de
gestion (Annexe 1) au fur et à mesure de l’évolution des événements, afin de faciliter le
fonctionnement de la Cellule de Crise, d’un point de vue administratif et organisationnel.

De ce fait, il enregistre tous les événements se déroulant pendant la crise, en notant l’heure
correspondante : faits, messages entrants et sortants, données, actions, moyens (humains, techniques,
financiers) engagés, appels téléphoniques, fax et email.

Le Responsable du déroulé des événements et de la communication s’assure que tous les registres
sont collectés à la fin de la crise, si d’autres membres de la Cellule de Crise avaient commencé leur
propre suivi des événements.

Après la crise, il participe au débriefing et aide le Directeur de la Cellule de Crise à préparer le rapport
final « post-crise ».

1.9.5. Le personnel de l’équipe HSE onshore


Le personnel de l’équipe HSE qui ne figure pas au sein d’une équipe opérationnelles d’intervention de
crise (voir chapitre 1.9.6) jouera un rôle dans la gestion de la situation d’urgence :
 Assister le management et l’ingénieur principal résident dans l'analyse des évènements en
cours ;
 Assister le management et l’ingénieur principal résident dans la prise de décision.

1.9.6. Agent de liaison avec les communautés


En situation de crise, en cas d’impact potentiel avec l’extérieur du site, il assure la médiation entre les
différentes parties concernées par la crise en cours. Selon le type de crise à gérer les parties intéressées
à alerter sont à identifier parmi les parties identifiées dans le Plan d’Engagement des Parties Prenantes.

L’agent de liaison de crise reste également mobilisé à l’issue de la fin la situation de crise, afin d’assurer
un délai de médiation nécessaire afin de maintenir un éventuel besoin d’échanges d’informations avec
les parties intéressées.

1.9.7. Équipes opérationnelles d’intervention de crise


1.9.7.1. Missions

Les équipes opérationnelles ont pour rôle de mettre en œuvre les moyens techniques nécessaires pour
maîtriser la situation d’urgence.

Au-delà de la maîtrise opérationnelle de la situation d’urgence, ces équipes procurent des conseils et
de l’assistance au Responsable des mesures d’urgence.
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 25 / 69
1.9.7.2. Nature et composition

Quatre équipes de SIEMENS sont chargées de gérer la crise, à savoir :


 L’équipe de gestion de crise Sécurité Incendie comprenant a minima :
o Équipe de lutte contre les flammes ;
o Guide-file et serre-files.
 L’équipe médicale de gestion de crise ;
 L’équipe de gestion de crise sociale ;
 L’équipe électriciens/équipements.

Nota :
 Chacun des 4 postes électriques comportera ses propres équipes d’intervention.
 Afin de garantir la disponibilité complète de chaque équipe, un membre d’une équipe ne peut
pas appartenir à une autre équipe (y compris l’équipe d’intervention environnementale, voir
chapitre 2.7.5).

Tableau 16 - Équipes opérationnelles d’intervention santé et sécurité internes au projet

Équipe Rôle

Equipe de
 Intervenir sur le départ de flamme
sécurité Incendie  Décider de la nécessiter d’appeler les pompiers
 Guide le personnel vers le point d’évacuation

 Porter assistance aux personnes blessées


Equipe médicale  Décider de la nécessiter d’évacuer les personnes
blessées vers les centres hospitaliers

Equipe gestion  Gérer les relations avec la population en cas de


de crise sociale risque de conflits

Equipe
électriciens/équi  Mettre en sécurité les installations
pements

1.9.7.3. Déploiement

Selon la nature et les effets de la situation de crise à gérer, il pourra être fait appel à une seule ou
plusieurs équipes d’intervention, et également à l’équipe environnementale (voir chapitre 2.7.5).

1.9.8. Secouristes
Les secouristes ont deux rôles principaux :
 Sécurisent la situation afin d’éviter un suraccident ;
 Prodiguer les premiers soins à la personne blessée.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 26 / 69
1.9.9. Infirmiers/Infirmières
Les infirmiers et infirmières (ou dispositif et personnel équivalent défini en accord avec l’Ingénieur)
apportent les soins nécessaires à la personne blessée.

1.9.10. Médecin
En cas de nécessiter, il sera fait appel à un médecin d’un établissement hospitalier de Cotonou, ou
selon l’intervention des patrouilleurs comme détaillé au chapitre 1.9.11 Une convention est établie
entre SIEMENS et les établissements concernés définissant les conditions de mobilisation du médecin,
par contact avec les centres hospitaliers mentionnées ci-dessous en fonction du poste.

1.9.11. Patrouilles d’intervention


Des patrouilles d’intervention circuleront dans les secteurs de postes électriques et sur appel de
SIEMENS, elles seront chargées d’assister SIEMENS pour la gestion des situations d’urgence,
notamment pour de l’assistance secours aux victimes et pour l’appel des services de secours externes
(notamment centres hospitaliers et polices).

En effet, il s’agit d’équipes de patrouilleurs possédant des compétences attestées en matières de


premiers secours, qui disposent d’accords avec les centres hospitaliers pour le détachement rapide de
l’ambulance la proche en fonction du lieu de l’accident, et qui sont en mesure également de détacher
un médecin sur le lieu de l’accident.

Ces patrouilles d’intervention agissent 24h/24H et 7j/7j.

1.9.12. SAMU, pompiers et police


Le SAMU, les Pompiers et la Police de Cotonou peuvent intervenir en cas de sinistre important sur les
chantiers comme pour éteindre un incendie pleinement développé, secourir des victimes, ou, pour la
police, appréhender d’éventuels intrus pouvant représenter une menace. Ils agissent également sur
les conséquences externes pour protéger les riverains de l’incident en cours.

Les secours sont appelés par le superviseur alerté par le témoin de l’incident ou l’Ingénieur Principal
Résident, qui leur donne immédiatement les objectifs précis de l’intervention. Les superviseurs servent
de guide pour les pompiers ou agents qui ne connaissent pas les lieux.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 27 / 69
Tableau 17 - Contacts des centres de santés de Cotonou en fonction des postes

Disponibilité
Poste Nom de la ambulance Contact Observations
SIEMENS Clinique/ hôpital
Oui Non
Hôpital Suru Lere Directeur de
x (+229) 95056211
(1er arr.) l’Hôpital
Poste Croix Dr ASSABA
rouge Centre de Santé (+229) 95286532 François
x
Ayélawadjè (+229) 97960903 Dr HOUNGBEME
Eric
Hospital Bethesda x (+229) 21326003
Poste (+229) 97720933
Hôpital St Luc x
Gbedjromede (+229) 64493733
Pharmacie Fifadji (+229) 67387670 Victor Aplogan
Clinique SAINTE
(+229) 96 /30461
CANDIDÊ
Polyclinique La
(+229) 97959328
Roseraie
Poste CIM Petit dispensaire
BENIN Se référer au
Centre de santé de
Centre de santé
l’Arrondissement x (+229) 97489235
de Sèmè Kpodji
d’Agblangandan
pour les cas
d’urgence
Hôpital Suru Lere Directeur de
x (+229) 95056211
Poste (1er arr.) l’Hôpital
d’Akpakpa Clinique d’Akpakpa
x (+229) 97320149
( Boni)
Pour tous les (+229) 21300656
postes en cas CNHU-HKM x (+229) 21300155
d’urgence (+229) 22500148

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 28 / 69
1.10. Procédures d’intervention en cas d’urgence
1.10.1. Incendie
1.10.1.1. Intervention sur l’incendie

LE COMBAT CONTRE LE FEU DOIT ETRE TENTE SEULEMENT S’IL EST SANS DANGER DE LE FAIRE
 Ecarter tout ce qui pourrait générer un surraccident ;
 Faire retentir la sirène d’alarme portable la plus proche ;
 Donner l’alerte auprès du responsable du site concerné par l’incendie (il peut s’agir d’un
incendie à l’extérieur du site de construction) ;
 Appel des pompiers de Cotonou ;
 Obtenir l'assistance nécessaire pour combattre l’incendie en utilisant les moyens disponibles ;
 S’assurer que l’équipe d’urgence Sécurité Incendie a été prévenue, informer la au niveau de la
localisation exacte de l’incendie, du statut possible de la zone avoisinante et des personnes
éventuellement bloquées ;
 Les électriciens disponibles sur place doivent s’assurer que la source d’énergie de la zone
concernée a été éteinte.

1.10.1.2. Évacuation du personnel

 Lorsque l’alarme retentit, tout travail doit cesser immédiatement ;


 Sécurisation de l’espace de travail inclut notamment les éléments suivants sans y être limitée :
o Tous les équipements motorisés, les équipements de soudage et de combustion seront
éteints ;
o Tous les équipements à flamme nue, ou contenant du gaz, du diesel, de l’électricité et
autres équipements énergétiques seront immédiatement fermés. Tous les permis de
travaux seront invalidés ;
 Tous les outils électriques seront déconnectés de leur source d’énergie, les employés assignés
aux équipements / véhicules motorisés se gareront en dehors du site, à l’écart des dispositifs de
protection Incendie, c’est-à-dire les extincteurs, les bornes Incendie si existantes, etc ;
 Le personnel et tous les ouvriers devront se diriger calmement et de manière ordonnée vers les
zones de rassemblement pré-désignées mentionnés au chapitre 1.15.1;
 Si une évacuation générale est ordonnée, marchez, ne courez pas vers la prochaine sortie. Suivez
le guide-file s’il est présent et rassemblez-vous au point de rassemblement défini, loin de la zone
d’incendie pour l’appel et les instructions suivantes ;
 Ne jamais retourner sur le site / la zone sans autorisation préalable ;
 Les employés doivent rester au point de rassemblement afin qu’un comptage précis des
personnes puisse être obtenu ;
 Le superviseur/ les contremaîtres procéderont à l’appel des employés. Si un employé vient à
manquer à l’appel, le responsable du site sera informé immédiatement du nom de l’employé et
du dernier endroit où il a été vu ;
Aucune tentative pour retrouver les employés manquants ne sera effectuée avant que :
o La recherche ne soit autorisée par le Responsable de la gestion de l’urgence,
o Qu’il soit déterminé qu’une équipe de recherche et de sauvetage peut être
raisonnablement protégée pendant la recherche.
 Le superviseur/ les contremaîtres resteront avec leurs équipes :
o Pour surveiller des signes ou symptômes de blessures ou d’exposition,
o Pour fournir ou demander de l’assistance si nécessaire,
o En étant préparés à diriger les employés selon les instructions transmises par leur
hiérarchie ;

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 29 / 69
1.10.1.3. Schéma d’alerte et d’intervention incendie

Figure 1 - Schéma d’alerte et d’intervention incendie

Action réalisée par :


Premier témoin arrivé sur
Constat d’un incendie les lieux

Action réalisée par :


Premier témoin arrivé sur Action réalisée par :
les lieux Si l’incendie est encore Premier témoin arrivé sur
maîtrisable, attaquer les les lieux
Déclencher l’alerte flammes
d’évacuation incendie Arrivée de l’équipe
opérationnelle de
crise lutte incendie
Alerter le management sur les lieux
du poste (et la SBEE à L’incendie est-il maîtrisable ?
OUI
AKPA)

Action réalisée par :


OUI Décision prise par : NON
Équipe opérationnelle de
Équipe opérationnelle de Besoin de recours
crise lutte incendie
crise lutte incendie aux services de la
Éteindre ville de Cotonou
l’incendie en Action réalisée par :
Équipe opérationnelle
préservant sa
de crise lutte incendie
sécurité
Alerte et protection des
riverains à l’extérieur du
site
Rester à proximité
des lieux et
Sécuriser les
surveiller que
installations Demander les moyens
l’incendie ne
d’interventions des
redémarre pas Alerte les chefs de
Action réalisée par : pompiers de la ville de
quartier
Équipe opérationnelle Cotonou
d’électriciens/équipement
Action réalisée par :
Fin de la situation Management du poste
Attendre l’arrivée des
d’urgence pompiers au point de
rendez-vous défini

Extinction totale de
l’incendie

Fin de la situation
d’urgence
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 30 / 69
1.10.2. Blessure grave d’un travailleur
Liste non exhaustive des situations qui peuvent être rencontrées :
 Chute de hauteur ;
 Électrisation ;
 Coupure grave ;
 Blessures par engin/machines ;
 Accident de la circulation ;
 Brûlure grave ;
 Intoxication aigüe par vapeurs ou produits chimiques ;
 Intoxication alimentaire ;
 Morsure de serpent ;
 Choc allergique ;
 Coup de chaleur…

1.10.2.1. Procédure d’alerte et de gestion secours blessé

En cas d’urgence médicale concernant toute personne, informer tout d’abord le management du poste
concerné. Tous les managers et ingénieurs du site seront alertés.

L’équipe médicale d’urgence et le personnel de l’hôpital seront alertés. Les secouristes disponibles sur
place (travailleur formé SST) porteront les premiers soins aux personnes blessées.

La méthode P.A.S. s’applique en cas d’accident :


 Protéger la victime en utilisant les moyens adaptés, se protéger soi-même,
 Alerter les secours,
 Secourir la victime.
Si les moyens disponibles sur le site ne permettent pas d’apporter toute l’assistance requise aux
personnes blessées, appeler le docteur, le SAMU ou l’hôpital le plus proche.

Pendant l’alerte :
 Préciser la nature supposée des blessures, et leur gravité dans la mesure du possible,
 L’état des fonctions vitales (respiration, pouls, conscience),
 Description des lésions.
Dans le cas où une coupure de courant ou l’arrêt d’un équipement est nécessaire, il est nécessaire de
faire appel à l’équipe d’intervention électriciens/équipements.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 31 / 69
1.10.2.2. Schéma d’alerte et d’intervention secours blessé

Figure 2 - Schéma d’alerte et d’intervention secours blessé

Action réalisée par :


Constat d’un travailleur
Premier témoin arrivé sur
blessé sur le site
les lieux

Sécuriser dans la mesure du Action réalisée par :


Premier témoin arrivé sur
possible la zone (sans mettre
les lieux Action réalisée par :
en danger)
Premier témoin arrivé
sur les lieux

Moyen de
communication :
Action réalisée par : Communication directe
Signaler aux sauveteurs Signaler au superviseur
Premier témoin arrivé sur ou téléphone
secouristes du site concerné les lieux
du site concerné

Action réalisée par : Action réalisée par :


Apporter les premiers soins à Alerter l’équipe de
Sauveteur secouriste arrivé sur Superviseur du site
la personne blessée secours aux blessés et
les lieux concerné
l’équipe d’intervention
électriciens/équipements Moyen de
communication :
Communication directe
ou téléphone

La personne peut-elle être Sécuriser la zone


soignée avec les moyens du lieu de l’incident Action réalisée par : Équipe
disponibles sur le site ? d’intervention
électriciens/équipements
Décision prise par :
Équipe d’intervention de
secours blessé
NON
Faire venir un médecin si la
OUI personne ne peut pas être
évacuée

Besoin d’évacuer la personne


Action réalisée par : blessée vers les services de la
Personne soignée avec les
Équipe d’intervention de ville de Cotonou
moyens disponibles sur le site
secours blessé

Fin de la situation Procédure EVASAN


d’urgence (voir chapitre
1.10.2.3)

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 32 / 69
1.10.2.3. Procédure d’évacuation sanitaire

Figure 3 - Procédure d’évacuation sanitaire

Décision prise
d’évacuation sanitaire de
la personne blessée

(Voir chapitre 1.10.2.2)


Action réalisée par :
Équipe d’intervention de
secours blessé

Stabilisation de la
personne blessée en
attente de l’arrivée des Action réalisée par : Équipe
secours externes Alerter le service de d’intervention de secours
secours correspondant de blessé
la ville de Cotonou
Moyen de communication :
Communication directe ou
téléphone
Recueillir un maximum
d’informations sur l’état de
santé de la personne
blessée Action réalisée par : Équipe
Alerter les moyens
d’intervention de secours
d’interventions externes, blessé
Action réalisée par :
au regard des blessures
Équipe d’intervention de
de la victime Moyen de communication :
secours blessé
Communication directe ou
téléphone

Remplir la fiche EVASAN

(Annexe 2)

Action réalisée par :


Équipe d’intervention de
secours blessé Action réalisée par : Services
Évacuation vers CNHU externes de Cotonou ou par
les moyens du site selon le
cas de figure
Fin de la situation
d’urgence

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 33 / 69
1.10.3. Évènement naturel de type tempête
Lorsque des vents violents créent un danger pour un ou plusieurs opérateurs ou le travail en cours,
comme une instabilité dans les zones en hauteur, une visibilité limitée due à la poussière ou aux
particules dans l’air, ou à des matières incontrôlées, les superviseurs arrêteront l’activité, réaffecteront
le travail et la zone de travail, stockeront et sécuriseront correctement les matériaux pouvant exploser,
blesser, endommager, abaisseront les grues et attacheront les flèches, puis obtiendront des
instructions plus approfondies de l’ingénieur principal résident.

En cas de tempête, le responsable du site / l’ingénieur prendront les mesures suivantes :


 Tous les objets lâches et légers pouvant se transformer en missiles dangereux durant les vents
violents seront mis à l’abri ;
 Les seaux, échelles, matériel d’entretien et tout objet de ce type seront placés en lieu fermés ;
 Les usinages doivent être arrêtés et les équipements devront être bloqués dans des positions
stables et en lieu sûr ;
 Les équipements électriques ne devront pas être utilisés et doivent être débranchés ;
 Toute opération de levage devra être suspendue ;
 Les flèches de grue devront être abaissées et les grues verrouillées ;
 Le travail en hauteur sera suspendu et tous les ouvriers seront mis à l’abri.

1.10.4. Évènement naturel de type inondation


En cas d’inondation sévère, le site concerné par l’inondation sera mis à l’arrêt.

1.10.5. Écroulement de structure et effondrement


En cas d’écroulement d'un bâtiment ou d’effondrement du sol, d’un abri ou d’une structure :
 Lancer l’alarme d’urgence ;
 Informer le superviseur du site et l’ingénieur principal résident (Responsable des mesures
d’urgence) ;
 Évacuer la zone.

Le cas échéant, il pourra être nécessaire de solliciter l’intervention de l’équipe Sécurité Incendie et/ou
l’équipe de premiers secours aux blessés (voir chapitre 1.9.7).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 34 / 69
1.10.6. Troubles civils / violences
S’il y a des personnes suspectées d’avoir l’intention de causer des dommages à l’encontre de la
propriété ou du personnel du projet, ou susceptibles de perturber les opérations normales sur le
chantier, l’information sera transmise au responsable du site. La cellule de gestion de crise avec les
riverains sera alors activée par le responsable du site.

Selon le cas de figure rencontré, les mesures suivantes seront prises :


 La police de Cotonou sera appelée ;
 Le chef de quartier du site concerné sera appelé ;
 Une médiation sera mise en œuvre entre le chantier et les riverains ;
 Le responsable de la Sécurité aura l’instruction de donner les détails de l’événement et les
services de police seront informés par le responsable de la Communication, si nécessaire ;
 Le personnel en service ou tout autre personnel mentionné dans la liste de notification du
personnel d’urgence du projet sera alerté ;
 Le responsable de la Sécurité ordonnera à la sécurité de fermer et clôturer tous les accès du
site ;
 Il sera garanti qu’aucune personne non autorisée ne se verra accorder un accès au site sans
identification positive du personnel de sécurité à l’entrée, en accord avec les instructions du
responsable du site / responsable Sécurité ;
 L'équipe médicale d’urgence et le personnel de l'hôpital seront alertés si nécessaire ;
 L’équipe d’urgence Sécurité Incendie sera alertée si nécessaire ;
 Tous les managers / ingénieurs du site seront alertés ;
 Le responsable Communication communiquera aussi les mesures pour évacuation du pays (si
nécessaire).

1.10.7. Modalités de gestions de crises avec interférences internes/externes


1.10.7.1. Cas de blessure grave d’un riverain

Un riverain peut être blessé lors d’un contact avec le chantier, par exemple :
 Par collision avec un véhicule léger ou de chantier aux abords du site ou en cas d’intrusion sur
le chantier ;
 Par collision avec un engin de chantier hors de contrôle ;
 Par une projection vers l’extérieur du chantier ;
 Par les effets d’un incendie non maîtrisé.
En cas d’urgence médicale concernant un riverain, mettre la personne hors de danger et informer tout
d’abord le responsable de l’équipe médicale d’urgence. Le secouriste SST disponible sur place assistera
la (les) personne(s) blessée(s) et lui (leur) apportera les premiers soins, conformément à la procédure
définie au chapitre 1.10.2.2.

Le chef de quartier concerné sera averti par téléphone de l’évènement, de même que le maire de
l’arrondissement. La communication se fera par téléphone fixe ou mobile (contacts téléphoniques
dans le Tableau 18).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 35 / 69
1.10.7.2. Cas d’un incendie généré sur le site pouvant impacter les riverains à l’extérieur du site

Un incendie survenant à l’intérieur d’un site SIEMENS peut, s’il n’est pas maîtrisé, générer des effets
dangereux sur la population.

Pour prévenir ce risque, afin de protéger au plus vite les populations, les mesures suivantes seront
déployées :
 Un périmètre de sécurité sera mis en place autour du site ;
 La nature et l’étendue du périmètre sera élaboré par l’équipe opérationnelle d’intervention
incendie, au regard de l’implantation et de l’importance de l’incendie ;
 Des personnes de SIEMENS seront disposées autour de ce périmètre pour empêcher tout
riverain de pénétrer à l’intérieur du périmètre.

Le chef de quartier concerné sera averti par téléphone de l’évènement, de même que le maire de
l’arrondissement. La communication se fera par téléphone fixe ou mobile (contacts téléphoniques
dans le Tableau 18).

1.10.7.3. Cas d’un évènement extérieur au site et pouvant impacter le personnel à l’intérieur du site

Une procédure sera établie entre chaque site de chantier SIEMENS et l’arrondissement de Cotonou
correspondant. Cette procédure sera l’objet de définir les modalités selon lesquelles les chantiers
SIEMENS seront avertis en cas d’évènements extérieurs pouvant impacter le chantier (par exemple un
incendie à l’extérieur du site, l’apparition de troubles civils…).

La communication se fera par téléphone fixe ou mobile entre le chef d’arrondissement et le


responsable SIEMENS du site concerné (contacts téléphoniques dans le Tableau 18)..

1.11. Communication avec les autorités administratives locales et les


communautés
En situation d’urgence, la communication externe (à l’attention des médias et du public) revêt une
importance particulière. Elle doit être rigoureuse, cohérente, régulière et proactive. Elle s’appuie
impérativement sur des informations avérées et factuelles.

1.11.1. Principe général d’alerte et sécurisation des riverains


Le schéma ci-après présente les principales mesures d’alerte en vue de sécuriser la population lors de
la survenue de la situation de crise au sein d’un poste électrique pouvant générer des effets sur les
riverains en dehors du poste.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 36 / 69
Figure 4 - Schéma d’alerte et communication externes en cas de situation susceptible de générer des effets à l’extérieur du
site

Action réalisée par : Gestion de situation


Responsable ESSSC de d’urgence dans un poste
SIEMENS électrique susceptible de
générer des effets à
l’extérieur du site

Action réalisée par :


Agent HSE du poste
Remontée d’informations électrique
au moment présent utiles
à prendre en compte Alerter la population
dans la gestion de la riveraine présente à
situation de crise proximité du poste au
moyen d’un mégaphone

Établir un périmètre de
sécurité autour de la
Action réalisée par : Appeler par téléphone le zone dangereuse avec u
Chef de quartier chef de quartier du poste moyen de balisage
Appeler et concerné SIEMENS
avertir par (Contacts téléphoniques
téléphone les dans le Tableau 18) Action réalisée par :
organismes et Équipe opérationnelle
activités santé et sécurité
concernées au
moment de la Appeler par téléphone le
situation de chef d’arrondissement
crise du poste concerné

Action réalisée par :


(Contacts téléphoniques
Chef d’arrondissement dans le Tableau 18)

Maintenir un échange Maintenir un échange


permanent avec les autorités permanent avec les
pendant toute la durée de la communautés pendant toute
gestion de la crise et la durée de la gestion de la
informer des évolutions au crise et informer des
fur et à mesure évolutions au fur et à mesure

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 37 / 69
1.11.2. Communication avec les médias
Une bonne communication, en particulier avec les médias (en cas d’accident important), permet de
maîtriser l’information fournie au public. En effet, quand les médias ont confiance en l’information
qu’ils reçoivent, les reportages et articles à propos de l’incident sont en général plus justes.

Dans les premières heures du déroulement de la situation d’urgence, la communication s’articule


autour de 3 sujets principaux :
 Les faits survenus ;
 Le message de compassion envers les populations touchées ;
 Les actions initiées.
Par la suite et à l’issue de la situation de crise, elle s’attache à répondre par anticipation aux
interrogations et aux attentes des médias et du public. Un document questions/réponses doit être
établi et tenu à jour dans ce sens. L’information ne devra être ni trop alarmante, ni excessive.

En période de crise, la communication avec les médias est de la responsabilité du Responsable de


Communication.

1.11.3. Communication avec le public


Il importe que le public, lors d’une situation d’urgence, soit informé de la façon la plus précise et la
plus régulière de l'évolution de la situation.

Pour éviter confusion et malentendu, il convient :


 qu'il n'y ait qu'un seul porte-parole qui sera le Responsable de la Communication externe ;
 que l'information se fasse uniquement par lecture de communiqués officiels.
À l’issue de la situation de crise, la communication avec les riverains sera réalisée au moyen d’ateliers
de discussions et d’échanges qui seront organisés par SIEMENS. Un affichage public préalable sera
effectué afin d’informer les riverains de la tenue de ces échanges, et par le biais du chef de quartier
qui sera averti par téléphone. De même, selon le type de la situation d’urgence et l’importance des
conséquences, les parties prenantes pertinentes seront convoquées.

Un modèle de communiqué externe est proposé en Annexe 3.

1.11.4. Communication avec les familles des personnes blessées


En cas de personne blessée, qu’il s’agisse d’un riverain ou d’une personne du chantier, l’ingénieur
Résident Siemens veillera à ce que la famille de la personne blessée soit informée, et que des
informations sur leur état de santé soient communiquées.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 38 / 69
1.12. Procédure de gestion des incidents
1.12.1. Déclaration de l’incident
À l’issue de la situation d’urgence, les liens vers la plateforme
https://sgESSSC.mcabenin2.bj/healthsafety/incidents/create et
https://sgESSSC.mcabenin2.bj/healthsafety/injuries seront utilement mise à profit pour la déclaration
des situations d’urgence.

1.12.2. Traitement de l’incident


Les situations d’urgence seront traitées selon les modalités et procédures d’intervention définies aux
chapitres 0 à 1.11.

1.12.3. Suivi des effets de l’incident


1.12.3.1. Suivi des effets d’un incendie

À la suite d’un incendie, il est nécessaire de vérifier si des structures n’ont pas été endommagées, de
sorte que leur stabilité serait de nature à compromettre la sécurité des travailleurs.

Selon le cas de figure, des études poussées réalisées par un intervenant spécialisée seront réalisées
pour une expertise plus fine.

1.12.3.2. Suivi des effets d’un accident sur un salarié

À la suite d’un accident sur un salarié, il est nécessaire de vérifier la santé de cette personne après son
retour sur le chantier, le cas échéant après une période d’arrêt de travail. Un suivi médical adapté
pourra être mis en place sur cette personne, réalisé par un docteur.

L’objet est de vérifier que cette personne se remet bien à la suite de son accident, et d’éviter une
rechute.

1.12.3.3. Suivi des effets d’un conflit avec les riverains

À la suite d’une relation conflictuelle entre un chantier et les riverains, une médiation sera mise en
place afin de maintenir un dialogue régulier, afin de s’assurer que tous les sujets de tensions sont bien
traités à courts, moyens et longs termes.

Cette cellule de médiation comprendre à minima :


 la cellule de gestion de crise SIEMENS ;
 un représentant des riverains ;
 le chef de quartier concerné.

Cette cellule de médiation sera maintenue aussi longtemps que nécessaire.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 39 / 69
1.12.4. Établissement du bilan des incidents
Un débriefing est réalisé à l’issue de la situation de crise. Ce débriefing permet :
 d’analyser les causes connues ayant généré la situation d’urgence ;
 faire la lumière sur les causes inconnues ;
 établir un bilan des conséquences sur les plans
o humain (bilan des victimes) ;
o relationnel (crise relationnelle) ;
o technique (dégâts matériel ) ;
o financier (coûts liés aux dégats matériels et retard du projet) ;
o planning (éventuel retard sur le projet).

Un reporting circonstancié sera réalisé de façon à communiquer le bilan des accidents à MCA et le cas
échéant aux autorités administratives.

1.12.5. Proposition d’un plan de remédiation et modification des processus


le cas échéant
Dès que la situation d’urgence est entièrement maîtrisée, la priorité est donnée pour identifier les
causes et déterminer des mesures correctives pour :
 Eviter que la même situation ne se reproduise ;
 Améliorer les modalités de gestion des situations d’urgence.

Ce plan de remédiation sera alors mis en œuvre par les équipes de SIEMENS (Annexe 4).

1.12.6. Suivi de la mise en œuvre du plan de remédiation


SIEMENS utilisera utilement la plateforme web https://sgESSSC.mcabenin2.bj/ pour soumettre les
informations suivantes :
 Déclaration de la mise en œuvre des mesures d’atténuation ;
 Déclaration de la mise en conformité suite à une évaluation négative.

Le suivi de mise en œuvre du plan de remédiation sera effectué selon le même processus de mise en
œuvre et de suivi des actions correctives défini par le Plan de Gestion Santé et Sécurité de
Construction.

1.12.7. Fermeture de l’incident


La situation d’urgence est déclarée achevée lorsque les éléments suivants sont réunis :
 Le suivi des effets de l’incident conclut en l’absence de risque résiduel (chapitre 1.12.3) ;
 La situation d’urgence a été déclarée sur la plateforme web SGESS de MCA ;
 Un plan de remédiation a été déterminé et est en cours de mise en œuvre.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 40 / 69
1.13. Ressources pour les urgences

Tableau 18 - Numéros d’urgence utiles externes

Service Téléphone

Urgences
SAMU +229 21 307 336
Urgences CNHU - Centre national hospitalier et
+229 21 304 652
universitaire
Pompiers +229 21 303 011
Police
Police secours 17
Commissariat Central +229 21 303 025
Commissariat du 4ème - Sidjèatinmé +229 21 331 562

Hôpitaux
Clinique d’Akpakpa +229 21 331 437

Hôpital St Luc +229 21 381 881

Polyclinique La Roseraie +229 97 959 328

Hôpital Suru Lere (1er arr.) +229 21 331 958

Chefs de quartier

Fonction Nom Téléphone


(229) 97 26 22 62
Chef de quartier d’Akpakpa S.Auxibe AHOUDJI
(229) 95 11 21 21

Chef de quartier de CIM Benin Benoît SAÎZONOU (229) 95 85 33 86

Chef de quartier de Croix Rouge Iréné LOGBO-SENOU (229) 97 63 55 77

(229) 97 19 79 22
Chef de quartier de Gbejdromèdé Armel Florent SEWA
(229) 64 36 70 11
Chefs d’arrondissement

Fonction Poste Nom Téléphone


Chefs (229) 95 95 42 12
Akpakpa Arlette BELLO
d’arrondissement (229) 97 12 46 52
Chefs
CIM Benin À compléter (229) 96 14 50 11
d’arrondissement
Chefs Léopold S.
d’arrondissement
Croix Rouge À compléter
AHOUANDJINOU
Chefs Dénis M. (229) 95 02 26 92
Gbejdromèdé
d’arrondissement GNONLONFOWN (229) 97 55 12 93

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 41 / 69
Tableau 19 - Numéros d’urgence utiles internes

S. N° Nom de la personne Fonction N° de mobile.


PERSONNEL DU PROJET
01 BRUNO CHATRON INGENIEUR PRINCIPAL RESIDENT +33 (0)6 27 05 06 40
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN
02 DETAILLEE
Responsable ESSSC
PHASE DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN
03 DETAILLEE
Responsable-adjoint ESSSC
PHASE DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN
04 DETAILLEE
Agent HSE AKPA
PHASE DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN
05 DETAILLEE
Agent HSE CIBE
PHASE DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN
06 DETAILLEE
Agent HSE CRX
PHASE DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN
07 DETAILLEE
Agent HSE GBED
PHASE DETAILLEE
EQUIPE DE GESTION SECURITE & INCENDIE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
01 DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
02 DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
03 DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
…. DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
EQUIPE MEDICALE D’URGENCE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
01 DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
02 DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
03 DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
…. DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
EQUIPE D’URGENCE ELECTRICIEN/EQUIPEMENTS
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
01 DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
02 DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
03 DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
…. DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE DETAILLEE
DETAILLEE

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 42 / 69
1.14. Description et localisation du matériel d’urgence à disposition
La description et localisation du matériel d’urgence à disposition est détaillée dans le chapitre 1.6.

1.15. Description et localisation des itinéraires et point de


rassemblement
Un point de rassemblement est défini pour chaque site de construction. Ce point de rassemblement
est prévu et visible sur chaque plan d’installation de chantier. Il réunit les critères suivants :
 Présenter suffisamment d’espace pour accueillir l’intégralité des travailleurs ;
 Être éloigné de toute source de danger (aggravation de l’incendie, trafic routier urbain…) ;
 L’accès ne doit pas prêter à confusion ;
 L’accès y est facile, sécurisé et SIEMENS veillera à ce que l’accès soit dégagé en permanence de
tout obstacle.

1.15.1. Poste Croix Rouge

Point de
rassemblement

Figure 5 - Point de rassemblement du Poste Croix Rouge

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 43 / 69
1.15.2. Poste Cim-Bénin

Point de
rassemblement

Figure 6 - Point de rassemblement du Poste Cim-Bénin

1.15.3. Poste Akpakpa

[Plan d’installation en cours d’élaboration]

Figure 7 - Point de rassemblement du Poste Akpakpa

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 44 / 69
1.15.4. Poste Gbedjromèdé

Point de
rassemblement

Figure 8 - Point de rassemblement du Poste Gbedjromèdé

1.16. Liste de contrôle


Le matériel d’intervention devra être opérationnel à tout moment. Pour maintenir le matériel en bon
état de fonctionnement des contrôles réguliers devront être réalisés. Le matériel à vérifier est celui
figurant dans les tableaux suivants :
 Tableau 3 ;
 Tableau 6 ;
 Tableau 8 ;
 Tableau 10 ;
 Tableau 11 ;
 Tableau 12 ;
 Tableau 13.
Les contrôles réalisés seront mentionnés sur un registre tenu à jour.

En cas d’anomalie, le matériel concerné sera immédiatement réparé ou remplacé. Le matériel


défectueux sera immédiatement mis aux déchets afin qu’il ne soit pas utilisé par erreur.

1.17. Formation et recyclage


1.17.1. Formations aux situations d’urgence
SIEMENS mènera régulièrement des formations de prévention pour que tout le personnel et les
ouvriers soient conscients des situations d’urgence et des procédures à suivre, afin de minimiser
l’impact sur le personnel, la communauté de Cotonou ou la propriété.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 45 / 69
Les formations pour le personnel sont les suivantes :
 Formation Incendie y compris à l’utilisation des extincteurs ;
 Formation Sécurité / Accidents ;
 Formations aux gestes de premier secours ;
 Etc.
1.17.2. Exercices
Les capacités à gérer les urgences seront développées à travers des exercices de simulation nécessaires
répétés périodiquement.

Les exercices se déclineront sous la forme de différents scénarios, dont :


 Un exercice Incendie répété tous les mois ;
 Une simulation d’accident de travailleur ou de riverain répété tous les mois ;
 etc.
Des exercices seront effectués périodiquement sur chaque chantier. Les agents HSE seront chargés de
planifier ces exercices et d’analyser leur déroulé à chaud. Les exercices permettent de contrôler la
connaissance par les travailleurs des mesures à adopter en cas d’Incendie.

En complément, l’exercice pourra être répété conjointement avec les pompiers locaux et les autorités
de la ville.

Au cours des exercices, les points à vérifier sont les suivants :


 Chaque acteur connaît son rôle et réagit de manière adaptée à la situation d’urgence
rencontrée,
 Les ressources humaines et matérielles nécessaires à la résolution de l’urgence sont disponibles
en nombre suffisant et au bon endroit ;
 Si l’exercice s’est déroulé conjointement avec les secours et les pouvoirs publics : il existe une
bonne coordination entre les acteurs internes et les acteurs externes ;
 L’urgence a été résolue rapidement ;
Suite à l’exercice, le formulaire « Compte-rendu d’exercice » sera complété afin de pouvoir analyser
son déroulé (Annexe 5). Il pourra être nécessaire de répéter les exercices dès lors qu’une insuffisance
est constatée, et ensuite de manière périodique.

1.18. Maintien et reprise des activités et plans d’urgence


Pendant la situation d’urgence, l’activité sur le site concerné pourra être maintenue intégralement ou
partiellement, ou alors elle devra être totalement interrompue.

La décision revient au management de SIEMENS, en fonction du niveau de crise 1 à 4 (Tableau 2).

À l’issue de la situation d’urgence, en cas d’interruption partielle ou totale, l’activité totale ne pourra
reprendre que lorsque les conditions définies au chapitre 1.12.7 seront vérifiées.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 46 / 69
2. Urgences environnementales

2.1. Intervenants
Les principaux intervenants pour la gestion des situations d’urgence sont :
 MCA : Maitre d’Ouvrage ;
 SOFRECO : Ingénieur ;
 SIEMENS : entreprise de construction des postes ;
 Autorités locales et administratives de Cotonou ; impliquées ou non à différents niveaux
d’information selon la nature de l’urgence à gérer ;
 Sapeurs pompiers : sécurisation des populations.

DIRECTEUR DES OPERATIONS JOEL AKOWANOU


MCA
CHEF DE PROJET CONSTRUCTION OSVALD G.ACLASSATO

CHEF DE MISSION DANIEL MERLIN


SOFRECO
INGENIEUR SUPERVISEUR RESIDENT EZZEDDINE BARHOUMI

RESPONSABLE GENERAL OFFSHORE FREDERIC ACHARD

REPRESENTANT GENERAL ONSHORE BRUNO CHATRON

RESPONSABLE SANTE ET SECURITE OFFSHORE FRANCK BERARDI

SIEMENS RESPONSABLE SANTE ET SECURITE ONSHORE FRANCK ATTOLOU

AGENT ENVIRONNEMENT ET SOCIAL FRANCK TOKANHAN

AGENT DE LIAISON AVEC LES COMMUNAUTES O. CYPRIEN OWOLABI

SPECIALISTE EN REINSTALLATION. O. CYPRIEN OWOLABI

Tableau 20 - Liste des personnes clés

2.2. Risques
Les principales situations de crise identifiées sur le projet de construction des postes électriques,
susceptible d’impacter l’environnement, et nécessitant la mise en œuvre de procédure d’intervention
et d’urgence sont listées ci-dessous :
 Épandage de produits liquides polluants ;
 Épandage de terres polluées.

Cette liste sera mise à jour en permanence en fonction de l’actualité du chantier.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 47 / 69
2.3. Moyens de préparation
2.3.1. Niveaux d’alerte
Afin de mobiliser plus rapidement le personnel et les moyens nécessaires, différents niveaux d’alertes
sont définis dans le tableau suivant :

Tableau 21 - Définitions des différents niveaux d’alerte

Thème Étendue Moyens de contrôle


La situation d’urgence est
Les conséquences ne sortent pas
contrôlée avec les moyens
Niveau 1 du poste concerné par la ET
internes du poste concerné par
situation d’urgence
la situation d’urgence

Les conséquences ne sortent pas La situation d’urgence est


Niveau 2 du poste concerné par la ET contrôlée avec les moyens de
situation d’urgence SIEMENS à plus haut niveau

La maîtrise de la situation
Les conséquences ne sortent pas
d’urgence nécessite de recourir
Niveau 3 du poste concerné par la ET
aux moyens externes de la ville
situation d’urgence
de Cotonou

Les conséquences présentent un La situation d’urgence est


impact potentiel à l’extérieur du contrôlée avec les moyens
Niveau 4 ET
poste concerné par la situation internes SIEMENS et/ou
d’urgence externes de la ville de Cotonou

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 48 / 69
2.3.2. Moyen de préparation
Afin de faciliter la mise en œuvre des opérations d’intervention en cas de situation d’urgence
environnementale, et donc dans le but d’en assurer l’efficacité et la rapidité, différentes mesures
techniques et organisationnelles seront mises en œuvre sur chacun des 4 sites de construction des
postes.
Tableau 22 - Préparation des moyens pour la préparation aux situations d’urgence environnementale

Thème Mesures préparatoires

 Clairement identifiés sur le site


MOYENS  Accessibles en permanence
D’INTERVENTION
 Disponible en nombre suffisant
 Vérifiés en entretenus

MOYENS D’ALERTE  Clairement visibles


 Vérifiés en entretenus

NUMEROS
 Affichés aux endroits stratégiques du site
D’URGENCE  Clairement visible
 Mis à jour à chaque fois que nécessaire
MOYENS DE  Chargés en permanence
COMMUNICATION
 Disponible en nombre suffisant

PERSONNEL  Formé et régulièrement entraîné

DONNÉES MÉTÉO  Suivi quotidien des données météos et alerte tempête

2.4. Moyens d‘intervention


2.4.1. Moyens humains
2.4.1.1. Moyens humains internes au projet

Les moyens humains internes au projet directement impliqués pour la prise en charge d’une urgence
environnementale générée par les activités du chantier sont listés dans le tableau suivant :

Tableau 23 - Moyens humains internes au projet pour les urgences environnementales

Qualification Nombre Répartition N° téléphone


Agents HSE 4 1 par site de Sera renseigné en
construction phase détaillée

Responsable ESSSC Sera renseigné en phase Sera renseigné en Sera renseigné en


détaillée phase détaillée phase détaillée

Superviseur d’équipe Sera renseigné en phase Sera renseigné en Sera renseigné en


détaillée phase détaillée phase détaillée
Équipes opérationnelles Voir chapitres 1.9.7 et 2.7.5
d’interventions

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 49 / 69
2.4.1.2. Moyens humains externes au projet

Les moyens humains externes au projet directement impliqués pour la prise en charge d’une urgence
environnementale générée par les activités du chantier sont listés dans le tableau suivant :

Tableau 24 - Moyens humains externes au projet pour les urgences environnementales

Qualification N° téléphone

Pompiers +229 21 303 011

Société de récupération des résidus Sera renseigné en phase détaillée

2.4.2. Moyens techniques


2.4.2.1. Moyens techniques internes au projet

Les moyens techniques internes au projet directement impliqués pour la prise en charge d’une urgence
environnementale générée par les activités du chantier sont listés dans les tableaux suivants :

Tableau 25 - Moyens techniques internes au projet pour une urgence environnementale

Moyens Nombre Caractéristiques Localisation


Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase
Kits anti-déversement
détaillée détaillée détaillée

2.4.2.2. Moyens techniques externes au projet

Ces moyens déployés par les services d’intervention externes.

2.4.3. Moyens de communication et transmissions


En situation de crise environnementale, les moyens nécessaires seront mis à disposition
pour communiquer avec les personnes internes et externes impliquées dans la gestion de la crise.

Tableau 26 - Moyens de communication internes mis à disposition par SIEMENS sur le projet

Moyens Nombre Caractéristiques Localisation

Radio VHF Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée

Radio HF Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée

Téléphones portables Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée

Fax Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée

Talkie-walkie Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée

Mégaphone Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée Sera renseigné en phase détaillée

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 50 / 69
2.4.4. Matériels divers

Tableau 27 - Autres matériels internes mis à disposition par SIEMENS sur le projet

Moyens Nombre Caractéristiques Localisation


Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase
Groupe électrogène
détaillée détaillée détaillée
Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase Sera renseigné en phase
Éclairage
détaillée détaillée détaillée

2.5. Administration
2.5.1. Politique de SIEMENS en matière d’intervention d’urgence

Dans le cadre du projet, la volonté de SIEMENS est de s’engager vivement à réagir à toute situation
d’urgence, à réagir dans les plus brefs délais, dans le but de réduire au maximum les conséquences sur
le personnel de chantier, sur les communautés et sur l’environnement naturel.

SIEMENS s’engage à :

 Préparer le personnel intervenant sur site à une gestion adéquate des situations
d’urgence décrites au-dessus, au moyen d’exercices et de formations à la
sécurité ;

 Réagir rapidement pour contenir l’incident et le contrôler avec le moins de


dommages possibles ;

 Eviter les sur-accidents ;

 Identifier les personnes touchées ;

 Sauver les victimes potentielles et les traiter de manière adéquate ;

 Préparer l’évacuation à chaque fois que cela est nécessaire ;

 Procurer des informations aux officiels de la Police, du Ministère du Travail, etc.


(afin de maitriser la communication autant que possible) ;

 Préserver les rapports d’accidents ayant déclenché les situations d’urgence :


photographies, documents et équipements pertinents nécessaires comme
preuves pour toute éventuelle investigation ultérieure par les pouvoirs publics
et pour les REX de l’équipe HSE ;

 Gérer les impacts environnementaux subis ou susceptibles de causer un


quelconque impact résultant de tout incident de type déversement
d’hydrocarbures, etc. ;

 S’assurer que les étapes adéquates puissent être mises en œuvre dans le
système pour répondre aux besoins de gestion des situations d’urgence et que
ces étapes soient pratiquées, révisées et mises à jour à intervalles réguliers.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 51 / 69
2.5.2. Objet du plan d’intervention d’urgence
2.5.2.1. Objectifs du plan d’intervention d’urgence
Une « urgence » est une situation grave et inattendue, qui peut conduire à des impacts
environnementaux à long terme. Une telle situation requiert une action immédiate et peut nécessiter
l’assistance de ressources extérieures en plus des moyens existants afin de la gérer efficacement.
Le plan d’intervention d’urgence a été élaboré de manière à pouvoir prendre des mesures immédiates
pour contrôler la situation critique et y répondre dans les plus brefs délais, avec un minimum de
conséquences pour la vie humaine.
Ce plan d’intervention d’urgence fournit des directives fondamentales sur les actions et procédures
qu’il est nécessaire de suivre dans les différentes situations d’urgence, issues de situations
accidentelles, qui peuvent représenter un danger pour le milieu naturel.
L’objectif de ce Plan est de documenter des séries d’actions et des lignes directrices à mettre en place
dans le cas d’urgences pouvant se produire sur site ou hors site, au cours de la réalisation du projet de
MCA Bénin II d’installation et de mise en service à Cotonou des équipements prévus et décrits au
chapitre 1.2.1.

Ce plan a un double objectif :

a) Préparer aux situations d’urgence au moyen d’exercices de simulation d’urgences et de


programmes de formation adaptés. L’enjeu est que chacun trouve sa place au plus vite dès
lors qu’une situation d’urgence est identifiée.
b) Gérer les urgences et l’usage effectif de toutes les ressources disponibles du MCA en liaison et
en coordination avec les intervenants extérieurs pour minimiser les effets des situations
d’urgence.

2.5.2.2. Cadre
Le cadre de l’organisation ESSSC est de la responsabilité de la Direction de SIEMENS (organisation,
moyens, formation, etc.).
Il est ensuite de la responsabilité de chaque intervenant sur le chantier de trouver sa place dans
l’organisation d’une situation d’urgence, pour réduire et /ou éliminer la possibilité d’une urgence et
son impact.
Ce Plan s’applique aux activités de construction prévues et de mise en service d’installations
électriques réalisées par SIEMENS pour le maître d’ouvrage MCA Bénin II.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 52 / 69
2.5.3. Distribution

Tableau 28 - Rôles des acteurs dans la gestion de situations d’urgences environnementales

Qualification Rôle principal

Agents HSE  Intervenir sur la zone d’accident


Responsable ESSSC  Organiser le plan d’intervention d’urgence
 Tester régulièrement le plan d’urgence
Superviseur d’équipe  Organiser les activités de travaux durant la gestion de
la situation d’urgence

Équipes opérationnelles
d’interventions
 Intervenir sur la zone d’accident en fonction du type
d’urgence à gérer

2.5.4. Définitions
Moyens internes : moyens mis à dispositions par SIEMENS dans le cadre du projet

Moyens externes : moyens publics de la ville de Cotonou

2.6. Organisation de zones d’intervention


2.6.1. Centres de commandements
Le centre de commandement d’une situation d’urgence dépend de l’importance du niveau d’urgence
déclenché.

Tableau 29 - Localisation des postes de commandements en fonction du niveau de crise

Thème Centre de commandement

Gestion au niveau du site où se déroule la situation


Niveau 1
d’urgence

Gestion au niveau du site où se déroule la situation


Niveau 2
d’urgence

Gestion au niveau du site où se déroule la situation


Niveau 3 d’urgence, avec appui de la base vie SIEMENS équipe
onshore

Gestion au niveau de la base vie SIEMENS équipe onshore,


Niveau 4
avec appui du site où se déroule par la situation d’urgence

Les centres de commandements seront notamment équipés des moyens de communication (chapitre
2.4.3) permettant de pouvoir gérer la situation de crise, et de se tenir informé des évènements en
cours.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 53 / 69
2.6.2. Zones de stockage de déchets
Les résidus collectés à la suite des opérations de récupérations de l’épandage seront stockés dans une
zone prédéfinie sur le chantier, et évacués comme des déchets.

2.7. Rôles et responsabilités


2.7.1. Intervenant de chantier
Lorsqu’il est témoin d’un évènement, chaque personne présente sur le chantier est tenue de :
 Remonter l’information à son supérieur hiérarchique ;
 Sans mettre sa propre sécurité en jeu, intervenir sur la fuite pour l’interrompre ;
 Utiliser les kits de collecte d’épandage ;
 Alerter les sauveteurs secouristes du travail.

2.7.2. Responsabilités du management


Tous les superviseurs et managers du chantier sont spécifiquement responsables de :
 S’assurer que le personnel connaît et adhère au plan d’intervention d’urgence ;
 Donner ou généraliser l’alerte et faire arrêter les activités / machines dans la zone concernée,
faire couper le courant sur la zone concernée si nécessaire ;
 Assurer l’arrêt de tous les équipements et de toutes les activités de construction si nécessaire ;
 Piloter les urgences de niveaux 1 et 2 au niveau du poste concerné par la situation de crise ;
 Gérer les crises de niveaux 1 et 2 avec l’appui des équipes opérationnelles d’intervention ;
 Empêcher des dommages collatéraux de survenir (par exemple : isoler la zone) ;
 Proposer à l’Ingénieur Principal Résident le passage en niveau 3 ou 4 ;
 Décider de la fin de crise de niveaux 1 et 2 ;
 Rester en lien avec les équipe opérationnelles d’intervention de gestion de crise ;
 Toute activité / décision nécessitant un pouvoir hiérarchique.

2.7.3. Responsable des mesures d’urgence (Ingénieur Principal Résident)


L’ingénieur principal résident est garant de la gestion de la crise et de toutes les exigences mentionnées
en termes de mesures de préparation et de gestion de l’urgence, à savoir, les cas échéant :
 Valider le passage en niveau d’urgence de niveaux 3 ou 4 ;
 Si nécessaire, atteindre le lieu de l’urgence et rester en contact avec les chefs d’équipes de
gestion de crise respectives ;
 Prendre la Direction de la Cellule de Crise avec l’appui du management du poste concerné par
la situation de crise ;
 Reste en lien avec les autorités administratives de Cotonou ;
 Décider de la fin de crise de niveaux 3 et 4 ou décider de repasser en crise de niveau 1 ou 2.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 54 / 69
2.7.4. Responsable du suivi des événements et de la communication
Le Responsable du déroulé des événements et de la communication est en charge du suivi du déroulé
de la situation d’accident et de la communication externe (autorités, médias, public, etc.) pendant et
après la crise :
 Il recevra ses consignes du pilote avant de communiquer avec les instances externes ;
 Les instructions doivent être synthétiques et factuelles (NOM, l’ADRESSE du site, la NATURE de
l’URGENCE.

Cette personne est en charge de suivre le déroulement de la situation et de remplir les formulaires de
gestion (Annexe 1) au fur et à mesure de l’évolution des événements, afin de faciliter le
fonctionnement de la Cellule de Crise, d’un point de vue administratif et organisationnel.

De ce fait, il enregistre tous les événements se déroulant pendant la crise, en notant l’heure
correspondante : faits, messages entrants et sortants, données, actions, moyens (humains, techniques,
financiers) engagés, appels téléphoniques, fax et email.

Le Responsable du déroulé des événements et de la communication s’assure que tous les registres
sont collectés à la fin de la crise, si d’autres membres de la Cellule de Crise avaient commencé leur
propre suivi des événements.

Après la crise, il participe au débriefing et aide le Directeur de la Cellule de Crise à préparer le rapport
final « post-crise ».

2.7.5. Équipes de gestion de crise


2.7.5.1. Missions

Les équipes opérationnelles ont pour rôle de mettre en œuvre les moyens techniques nécessaires pour
maîtriser la situation d’urgence.

Au-delà de la maîtrise opérationnelle de la situation d’urgence environnementale, ces équipes


procurent des conseils et de l’assistance au Responsable des mesures d’urgence.

2.7.5.2. Nature et composition

Une équipe de SIEMENS est chargée de gérer la crise, à savoir :


 L’équipe d’urgence environnementale.

Nota :
 Chacun des 4 postes électriques comportera ses propres équipes d’intervention.
 Afin de garantir la disponibilité complète de chaque équipe, un membre d’une équipe ne peut
pas appartenir à une autre équipe (y compris les équipes d’intervention HSE, voir chapitre
1.9.7).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 55 / 69
Tableau 30 - Équipes opérationnelles d’intervention internes au projet pour les urgences environnementales

Équipe Rôle

Equipe d’urgence  Intervenir sur l’épandage


environnementale  Sécuriser le personnel et les riverains

2.7.5.3. Déploiement

Selon la nature et les effets de la situation de crise à gérer, il pourra être fait appel également à des
équipes d’intervention HSE (voir chapitre 1.9.7).

2.8. Procédures d’intervention en cas d’urgence


Un déversement est une décharge accidentelle de produits chimiques ou de graisses dans
l’environnement proche (sol, parking, chantier, eau, etc.). Dans les situations où il n’est pas possible
de contenir immédiatement un déversement, et de façon sécurisée, il est de la responsabilité des
intervenants de nettoyer et de signaler tout déversement.

2.8.1. Mesures de gestion


Déversement :

En cas de déversement de produits chimiques ou d’hydrocarbures sur site et hors site ou dans les eaux,
les mesures suivantes seront à mettre en œuvre :
 La personne qui détecte la fuite doit immédiatement notifier le responsable du site concernant
la sévérité de la fuite et sa localisation ;
 Le responsable du site doit notifier le responsable d’urgence environnementale. Ils parcoureront
la zone et détermineront si l’évacuation est nécessaire ou non. Selon le cas de figure, ils devront
être équipés des EPI nécessaires ;
 Des mesures curatives seront prises pour arrêter la fuite, sur les consignes du Responsable
d’urgence environnementales. Selon le cas de figure, ils devront être équipés des EPI nécessaires
(combinaisons de protection, gants...) ;
 Le produit déversé sera collecté à l’aide du kit de déversement par tout employé formé à son
utilisation, en utilisant les équipements de protection du kit de déversement ;
 Une inscription sur le sac poubelle doit clairement indiquer le nom du produit chimique déversé.
Son enlèvement final sera de la responsibilité de l’Agent HSE, selon les instructions de la FDS.
 En cas d’évacuation, pour s’assurer que toutes les personnes sont sorties de la zone concernée,
un comptage immédiat des personnes doit être réalisé. Dans le cas où une personne viendrait à
manquer à l'appel, une recherche immédiate serait lancée par des personnes dotées des
équipements de protection appropriés ;
 Signaler à la ville de Cotonou de déversement à l’extérieur du site, et dans les réseau d’eau ou
dans un cours d’eau.

Un épandage survenant à l’intérieur d’un site SIEMENS peut générer des effets dangereux sur la
population. Afin de protéger au plus vite les populations, les mesures suivantes seront déployées :
 Un périmètre de sécurité sera mis en place autour du site ;
 La nature et l’étendue du périmètre sera élaboré par l’équipe opérationnelle urgence
environnementale, au regard de l’implantation et de l’importance de l’incident ;
 Des personnes de SIEMENS seront disposées autour de ce périmètre pour empêcher tout
riverain de pénétrer à l’intérieur du périmètre.
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 56 / 69
Le chef de quartier concerné sera averti par téléphone de l’évènement, de même que le maire de
l’arrondissement. La communication se fera par téléphone fixe ou mobile (contacts téléphoniques
dans le Tableau 31).

Enregistrement :

L’enregistrement des évènements inclut :


 La localisation du déversement ;
 La nature de la matière déversée ;
 La quantité de matière déversée ;
 Déterminer si l’eau concernée par le déversement se dirige vers une direction en particulier ou
si elle est stationnaire.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 57 / 69
2.8.2. Schéma d’alerte d’urgence déversement

Figure 9 - Schéma d’alerte d’urgence déversement

Action réalisée par :


Constat d’un
Premier témoin arrivé sur
déversement
les lieux

Action réalisée par :


Premier témoin arrivé sur Action réalisée par :
les lieux Premier témoin arrivé sur
Si la fuite est encore en cours, les lieux
Déclencher l’alerte urgence tenter d’interrompre la fuite
environnementale Arrivée de l’équipe
opérationnelle
d’intervention
environnementale
Intervenir sur le déversement
OUI
de produit avec les moyens
internes du site

Le déversement a-t-il un
impact sur l’extérieur du
site ?

Action réalisée par :


Équipe opérationnelle Décision prise par :
OUI
d’intervention Équipe opérationnelle
environnementale d’intervention
environnementale
Protection des riverains à
l’extérieur du site si
risque d’atteinte externe NON

Action réalisée par :


Équipe opérationnelle
Nettoyer toute
d’intervention
pollution résiduelle
environnementale

Signaler à la ville de Cotonou


tout déversement à
l’extérieur du site, et dans
les réseau d’eau ou dans un Faire évacuer les déchets vers
cours d’eau. une filière adaptée,
conformément au plan de
Action réalisée par : gestion des déchets et des
Ingénieur Résident terres polluées
SIEMENS

Fin de la situation
d’urgence

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 58 / 69
2.9. Communication avec les autorités administratives locales et les
communautés
En situation d’urgence, la communication externe (à l’attention des médias et du public) revêt une
importance particulière. Elle doit être rigoureuse, cohérente, régulière et proactive. Elle s’appuie
impérativement sur des informations avérées et factuelles.

2.9.1. Principe général d’alerte et sécurisation des riverains


Le schéma ci-après présente les principales mesures d’alerte en vue de sécuriser la population lors de
la survenue de la situation de crise au sein d’un poste électrique pouvant générer des effets sur les
riverains en dehors du poste.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 59 / 69
Figure 10 - Schéma d’alerte et communication externes en cas de situation susceptible de générer des effets à l’extérieur du
site

Action réalisée par : Gestion de situation


Responsable ESSSC de d’urgence dans un poste
SIEMENS électrique susceptible de
générer des effets à
l’extérieur du site

Action réalisée par :


Agent HSE du poste
Remontée d’informations électrique
au moment présent utiles
à prendre en compte Alerter la population
dans la gestion de la riveraine présente à
situation de crise proximité du poste au
moyen d’un mégaphone

Établir un périmètre de
sécurité autour de la
Action réalisée par : Appeler par téléphone le zone dangereuse avec u
Chef de quartier chef de quartier du poste moyen de balisage
Appeler et concerné SIEMENS
avertir par (Contacts téléphoniques
téléphone les dans le Tableau 18) Action réalisée par :
organismes et Équipe opérationnelle
activités environnementale
concernées au
moment de la Appeler par téléphone le
situation de chef d’arrondissement
crise du poste concerné

Action réalisée par :


(Contacts téléphoniques
Chef d’arrondissement dans le Tableau 18)

Maintenir un échange Maintenir un échange


permanent avec les autorités permanent avec les
pendant toute la durée de la communautés pendant toute
gestion de la crise et la durée de la gestion de la
informer des évolutions au crise et informer des
fur et à mesure évolutions au fur et à mesure

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 60 / 69
2.9.2. Communication avec les médias
Une bonne communication, en particulier avec les médias (en cas d’accident important), permet de
maîtriser l’information fournie au public. En effet, quand les médias ont confiance en l’information
qu’ils reçoivent, les reportages et articles à propos de l’incident sont en général plus justes.

Dans les premières heures du déroulement de la situation d’urgence, la communication s’articule


autour de 3 sujets principaux :
 Les faits survenus ;
 Le message de compassion envers les populations touchées ;
 Les actions initiées.
Par la suite et à l’issue de la situation de crise, elle s’attache à répondre par anticipation aux
interrogations et aux attentes des médias et du public. Un document questions/réponses doit être
établi et tenu à jour dans ce sens. L’information ne devra être ni trop alarmante, ni excessive.

En période de crise, la communication avec les médias est de la responsabilité du Responsable de


Communication.

2.9.3. Communication avec le public


Il importe que le public, lors d’une situation d’urgence, soit informé de la façon la plus précise et la
plus régulière de l'évolution de la situation.

Pour éviter confusion et malentendu, il convient :


 qu'il n'y ait qu'un seul porte-parole qui sera le Responsable de la Communication externe ;
 que l'information se fasse uniquement par lecture de communiqués officiels.

Un modèle de communiqué externe est proposé en Annexe 3.

À l’issue de la situation de crise, la communication avec les riverains sera réalisée au moyen d’ateliers
de discussions et d’échanges qui seront organisés par SIEMENS. Un affichage public préalable sera
effectué afin d’informer les riverains de la tenue de ces échanges, et par le biais du chef de quartier
qui sera averti par téléphone. De même, selon le type de la situation d’urgence et l’importance des
conséquences, les parties prenantes pertinentes seront convoquées.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 61 / 69
2.10. Procédure de gestion des incidents
2.10.1. Déclaration de l’incident (avec localisation)
À l’issue de la situation d’urgence, les liens vers la plateforme
https://sgESSSC.mcabenin2.bj/healthsafety/incidents/create et
https://sgESSSC.mcabenin2.bj/healthsafety/injuries seront utilement mise à profit pour la déclaration
des situations d’urgence.

2.10.2. Traitement de l’incident


Les situations d’urgence environnementale seront traitées selon les modalités et procédures
d’intervention définies au chapitre 2.8.

2.10.3. Suivi des effets de l’incident


À la suite d’une urgence environnementale, il est nécessaire de vérifier l’absence de pollution
résiduelle dans les sols qui pourrait se propager dans les cours d’eau notamment.

Selon le cas de figure, des études poussées réalisées par un intervenant spécialisée seront réalisées
pour une expertise plus fine.

2.10.4. Établissement du bilan des incidents


Un débriefing est réalisé à l’issue de la situation de crise. Ce débriefing permet :
 d’analyser les causes connues ayant généré la situation d’urgence ;
 faire la lumière sur les causes inconnues ;
 établir un bilan des conséquences sur les plans :
o environnemental (impact et étendue de la pollution) ;
o relationnel (crise relationnelle) ;
o technique (dégâts matériel ) ;
o financier (coûts liés aux dégats matériels et retard du projet) ;
o planning (éventuel retard sur le projet).

Un reporting circonstancié sera réalisé de façon à communiquer le bilan des accidents à MCA et le cas
échéant aux autorités administratives.

2.10.5. Proposition d’un plan de remédiation et modification des processus


le cas échéant
Dès que la situation d’urgence est entièrement maîtrisée, la priorité est donnée pour identifier les
causes et déterminer des mesures correctives pour :
 Eviter que la même situation ne se reproduise ;
 Améliorer les modalités de gestion des situations d’urgence.
Ce plan de remédiation sera alors mis en œuvre par les équipes de SIEMENS (Annexe 4).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 62 / 69
2.10.6. Suivi de la mise en œuvre du plan de remédiation
SIEMENS utilisera utilement la plateforme web https://sgESSSC.mcabenin2.bj/ pour soumettre les
informations suivantes :
 Déclaration de la mise en œuvre des mesures d’atténuation ;
 Déclaration de la mise en conformité suite à une évaluation négative.
Le suivi du plan de remédiation sera effectué selon le même processus de mise en œuvre et de suivi
des actions correctives défini par le Plan de Gestion Environnemental et Social de Construction.

2.10.7. Fermeture de l’incident


La situation d’urgence est déclarée achevée lorsque les éléments suivants sont réunis :
 Le suivi des effets de l’incident conclut en l’absence de risque résiduel (chapitre 2.10.3) ;
 La situation d’urgence a été déclarée sur la plateforme web SGESS de MCA ;
 Un plan de remédiation a été déterminé et est en cours de mise en œuvre.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 63 / 69
2.11. Ressources pour les urgences

Tableau 31 - Numéros d’urgence utiles externes

Service Téléphone

Urgences
Pompiers +229 21 303 011

Police
Police secours 17

Commissariat Central +229 21 303 025

Commissariat du 4ème - Sidjèatinmé +229 21 331 562

Autorités locales
Téléphone
Fonction Nom

(229) 97 26 22 62
Chef de quartier d’Akpakpa S.Auxibe AHOUDJI
(229) 95 11 21 21

Chef de quartier de CIM Benin Benoît SAÎZONOU (229) 95 85 33 86


Chef de quartier de Croix
Iréné LOGBO-SENOU (229) 97 63 55 77
Rouge
Chef de quartier de (229) 97 19 79 22
Armel Florent SEWA
Gbejdromèdé (229) 64 36 70 11
Chefs d’arrondissement
Chefs (229) 95 95 42 12
Akpakpa Arlette BELLO
d’arrondissement (229) 97 12 46 52
Chefs
CIM Benin À compléter (229) 96 14 50 11
d’arrondissement
Chefs Léopold S.
d’arrondissement
Croix Rouge À compléter
AHOUANDJINOU
Chefs Dénis M. (229) 95 02 26 92
Gbejdromèdé
d’arrondissement GNONLONFOWN (229) 97 55 12 93
Chefs (229) 95 95 42 12
Akpakpa Arlette BELLO
d’arrondissement (229) 97 12 46 52

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 64 / 69
Tableau 32 - Numéros d’urgence utiles internes

S. N° Nom de la personne Fonction N° de mobile.


PERSONNEL DU PROJET
01 BRUNO CHATRON INGENIEUR PRINCIPAL RESIDENT +33 (0)6 27 05 06 40

SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE


02 DETAILLEE
Responsable ESSSC
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
03 DETAILLEE
Responsable-adjoint ESSSC
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
04 DETAILLEE
Agent HSE AKPA
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
05 DETAILLEE
Agent HSE CIBE
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
06 DETAILLEE
Agent HSE CRX
DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
07 DETAILLEE
Agent HSE GBED
DETAILLEE
EQUIPE D’URGENCE ENVIRONNEMENTALE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
01 DETAILLEE DETAILLEE DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
02 DETAILLEE DETAILLEE DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
03 DETAILLEE DETAILLEE DETAILLEE
SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE SERA RENSEIGNE EN PHASE
…. DETAILLEE DETAILLEE DETAILLEE

2.12. Description et localisation du matériel d’urgence à disposition


La description et localisation du matériel d’urgence à disposition est détaillée dans le chapitre 2.4.

2.13. Description et localisation des itinéraires et point de


rassemblement
Un ou plusieurs points de rassemblement seront définis pour chaque site de construction. Le ou les
emplacements retenus devront réunir les critères suivants :
 Présenter suffisamment d’espace pour accueillir l’intégralité des travailleurs ;
 Être éloigne de toute source de danger ;
 L’accès ne doit pas prêter à confusion ;
 L’accès doit y être facile, sécurisé et dégagé en permanence de tout obstacle.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 65 / 69
2.13.1. Poste Croix Rouge

Point de
rassemblement

Figure 11 - Point de rassemblement du Poste Croix Rouge

2.13.2. Poste Cim-Bénin

Point de
rassemblement

Figure 12 - Point de rassemblement du Poste Cim-Bénin

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 66 / 69
2.13.3. Poste Akpakpa

[Plan d’installation en cours d’élaboration]

Figure 13 - Point de rassemblement du Poste Akpakpa

2.13.4. Poste Gbedjromèdé

Point de
rassemblement

Figure 14 - Point de rassemblement du Poste Gbedjromèdé

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 67 / 69
2.14. Liste de contrôle
Le matériel d’intervention devra être opérationnel à tout moment. Pour maintenir le matériel en bon
état de fonctionnement des contrôles réguliers devront être réalisés. Le matériel à vérifier est celui
figurant dans les tableaux suivants :
 Tableau 22 ;
 Tableau 25 ;
 Tableau 26 ;
 Tableau 27.

Les contrôles réalisés seront mentionnés sur un registre tenue à jour.

En cas d’anomalie, le matériel concerné sera immédiatement réparé ou remplacé. Le matériel


défectueux sera immédiatement mis aux déchets afin qu’il ne soit pas utilisé par erreur.

2.15. Formation et recyclage


2.15.1. Formations aux situations d’urgence
SIEMENS mènera régulièrement des formations de prévention pour que tout le personnel et les
ouvriers soient conscients des situations d’urgence et des procédures à suivre, afin de minimiser
l’impact sur l’environnement.

Les formations pour le personnel sont les suivantes :


 Formation à l’intervention pour interrompre une fuite en cours ;
 Formation pour l’utilisation des kits intervention.
2.15.2. Exercices
Les capacités à gérer les urgences seront développées à travers des exercices de simulation nécessaires
répétés périodiquement.

Les exercices se déclineront sous la forme de différents scénarios, dont :


 Un exercice de fuite dans les sols ;
 Un exercice de fuite dans un réseau d’eau.
Des exercices seront effectués périodiquement sur chaque chantier. Les agents HSE seront chargés de
planifier ces exercices et d’analyser leur déroulé à chaud.

En complément, l’exercice pourra être répété conjointement avec les pompiers locaux et les autorités
de la ville.

Au cours des exercices, les points à vérifier sont les suivants :


 Chaque acteur connaît son rôle et réagit de manière adaptée à la situation d’urgence
rencontrée,
 Les ressources humaines et matérielles nécessaires à la résolution de l’urgence sont disponibles
en nombre suffisant et au bon endroit ;
 Si l’exercice s’est déroulé conjointement avec les secours et les pouvoirs publics : il existe une
bonne coordination entre les acteurs internes et les acteurs externes ;
 L’urgence a été résolue rapidement.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 68 / 69
Suite à l’exercice, le formulaire « Compte-rendu d’exercice » sera complété afin de pouvoir analyser
son déroulé (Annexe 5). Il pourra être nécessaire de répéter les exercices dès lors qu’une insuffisance
est constatée, et ensuite de manière périodique.

2.16. Maintien et reprise des activités et plans d’urgence


Pendant la situation d’urgence, l’activité sur le site concerné pourra être maintenue intégralement ou
partiellement, ou alors elle devra être totalement interrompue.

La décision revient au management de SIEMENS, en fonction du niveau de crise 1 à 4 (Tableau 21).

À l’issue de la situation d’urgence, en cas d’interruption partielle ou totale, l’activité totale ne pourra
reprendre que lorsque les conditions définies au chapitre 2.10.7 seront vérifiées.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN D’INTERVENTION D’URGENCE PAGE 69 / 69