Vous êtes sur la page 1sur 36

Renforcement et réhabilitation du réseau de distribution

d’électricité régional et à Cotonou : Postes (Lot B) –

Contrat n° PP4-COM-EDP-10.B

Document N° : Q9800-DERC-SIE-10-SIE-EV-PLN-0027
__________________________________________________________________________________

PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET


POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES
_________________________________________________________________________________

Consultant en
Ingénieur
Gestion du
Conseil
Programme

Consultant en
Gestion
Entrepreneur
Environnementale et
Sociale

N° Rév du Date Rév du Validateur Validateur


N° DTS Date DTS Description Préparé par
Document Document Entrepreneur Ingénieur

0082 23/06/2020 A 19/06/2020 Première émission JP. BUTLER B.CHATRON


MAJ suite à
0156 20/08/2020 B 13/08/2020 D.CHILLET B.CHATRON
commentaires Sofreco
TABLE DES MATIÈRES
LISTE DES ACRONYMES ET ABREVIATIONS ........................................................................................ 4
1. INTRODUCTION ................................................................................................................................... 5
1.1. CONTEXTE ......................................................................................................................................... 5
1.2. ENJEUX ET OBJECTIFS .......................................................................................................................... 6
1.3. ORGANISATION DU PLAN ...................................................................................................................... 6
1.4. PERIMETRE D’ACTION .......................................................................................................................... 6
2. DESCRIPTION DU PROJET ................................................................................................................ 7
2.1. SCOPE DU PROJET ................................................................................................................................ 7
2.2. DESCRIPTION DES POSTES A ETENDRE ET A CONSTRUIRE ........................................................................... 7
2.2.1. Poste d’Akpakpa .......................................................................................................................... 7
2.2.2. Poste CIM Bénin .......................................................................................................................... 7
2.2.3. Poste Croix rouge ........................................................................................................................ 8
2.2.4. Poste Gbedjromèdé...................................................................................................................... 8
2.2.5. Aménagements de postes existants.............................................................................................. 8
2.3. CALENDRIER D’EXECUTION ................................................................................................................... 8
2.4. PERSONNES CLES ................................................................................................................................ 9
3. TEXTES APPLICABLES .................................................................................................................... 10
3.1. LEGISLATION BENINOISE .................................................................................................................... 10
3.2. NORMES DE PERFORMANCE ET DIRECTIVES ENVIRONNEMENTALES DE LA SFI ............................................. 11
3.3. REGLEMENTATION DES NATIONS UNIES SUR LE TRANSPORT DES MATIERES DANGEREUSES ........................... 11
3.4. DIRECTIVES DE MCA ......................................................................................................................... 12
3.4.1. Directives HAZMAT ................................................................................................................... 12
3.4.2. Exigences minimales ................................................................................................................. 13
4. ÉTAT DES LIEUX ET HYPOTHESES............................................................................................... 14
4.1. SYNTHESE DE VOLUMES DE TERRES PAR POSTE ...................................................................................... 14
4.2. CRITERES A PRENDRE EN COMPTE........................................................................................................ 17
5. PLAN DE GESTION DES SOLS CONTAMINES OU POTENTIELLEMENT CONTAMINES ...... 19
5.1. CARACTERISATION DES SOLS ............................................................................................................... 19
5.1.1. Première caractérisation des sols in-situ ................................................................................... 19
5.1.2. Deuxième caractérisation des terres lors de l’excavation .......................................................... 24
5.1.3. Caractérisation des fonds de fouilles ......................................................................................... 24
5.2. SEPARATION DES SOLS SELON LEUR CATEGORIE ..................................................................................... 25
5.2.1. Principe de séparation .............................................................................................................. 25
5.2.2. Modalités de séparation des terres contaminées des non-contaminées ..................................... 25
5.2.3. Découvertes fortuites ................................................................................................................ 26
5.2.4. Réutilisation ou évacuation des terres....................................................................................... 27
5.2.5. Préparation des systèmes de pompage et de drainage .............................................................. 28
5.3. METHODES DE STOCKAGE SUR CHANTIER AVANT EVACUATION OU REUTILISATION ....................................... 28
5.3.1. Principe ..................................................................................................................................... 28
5.3.2. Identification............................................................................................................................. 28
5.3.3. Protection de l’environnement, du personnel et des riverains.................................................... 28
6. PLAN DE TRANSPORT DES SOLS CONTAMINES, POTENTIELLEMENT CONTAMINES OU
EN EXCES.................................................................................................................................................... 30
6.1. PHASE DE PLANIFICATION .................................................................................................................. 30
6.1.1. Validation des sites de réception des terres ............................................................................... 30
6.1.2. Affrètement du transporteur ..................................................................................................... 30
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 2 / 36
6.2. PHASE DE MISE EN ŒUVRE.................................................................................................................. 31
6.2.1. Déclenchement d’un transport pour évacuation d’un batch ...................................................... 31
6.2.2. Organisation et accès au chantier ............................................................................................. 31
6.2.3. Suivi .......................................................................................................................................... 31
6.2.4. Transport et déchargement....................................................................................................... 32
6.2.5. Traçabilité et registres .............................................................................................................. 32
6.2.6. Gestion des situations d’urgence................................................................................................ 33
7. SECURITE DU PERSONNEL ............................................................................................................ 36
7.1. ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE ....................................................................................... 36
7.2. NETTOYAGE ..................................................................................................................................... 36

Table des figures


FIGURE 1 - IMPLANTATION DES PRINCIPAUX POSTES ELECTRIQUES D’INTERVENTION DE SIEMENS (SOURCE DE PLAN EIES COTONOU,
AOUT 2019) ............................................................................................................................................... 5
FIGURE 2 - FICHE DE RISQUES DES POLYCHLORURES BIPHENYLS (PCB) .............................................................................. 15
FIGURE 3 - FICHE DE RISQUES DES HYDROCARBURES ..................................................................................................... 16
FIGURE 4 - PROPOSITION DE MAILLAGE SUR LE SITE D’AKPAKPA ....................................................................................... 20
FIGURE 5 - PROPOSITION DE MAILLAGE SUR LE SITE CROIX-ROUGE ................................................................................... 21
FIGURE 6 - PROPOSITION DE MAILLAGE SUR LE SITE GBEDJROMEDE .................................................................................. 21
FIGURE 7 - PROPOSITION DE MAILLAGE SUR LE SITE CIM-BENIN ....................................................................................... 22
FIGURE 8 - EXEMPLE DE SEPARATION PAR BATCH ......................................................................................................... 25
FIGURE 9 - BIG-BAG AMIANTE ................................................................................................................................ 27
FIGURE 10 - EXEMPLE TYPE DE TRANSPORTEURS .......................................................................................................... 30

Table des tableaux


TABLEAU 1 - PERSONNEL CLE .................................................................................................................................... 9
TABLEAU 2 - VOLUMES ESTIMATIFS DE TERRES A EXCAVER ET LEURS PRINCIPAUX CONTAMINANTS ............................................ 14
TABLEAU 3 - VALEURS SEUIL DES GRILLES GENERALES DE L’US EPA POUR LES DEUX POSSIBILITES D’UTILISATION DE SOL RETENUS ..... 18
TABLEAU 4 - METHODES DE MESURES DES PCB .......................................................................................................... 23
TABLEAU 5 - METHODES DE MESURES DES HYDROCARBURES .......................................................................................... 23
TABLEAU 6 - MOYENS D’INTERVENTION EN CAS D’URGENCE ........................................................................................... 33
TABLEAU 7 - NUMEROS D’URGENCE UTILES EXTERNES ................................................................................................... 35

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 3 / 36
Liste des acronymes et abréviations
ADR ACCORD EUROPEEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE
CLP CLASSIFICATION, LABELLING, PACKAGING
ESSSC ENVIRONNEMENT, SANTE, SECURITE, SOCIETAL DE CONSTRUCTION
FDS FICHE DE DONNEES DE SECURITE
GIS GAS INSULATED SYSTEM
HTB HAUTE TENSION B
IFC INTERNATIONAL FINANCIAL CORPORATION
KV KILOVOLT
MCA MILLENIUM CHALLENGE ACCOUNT BENIN II
MCC MILLENIUM CHALLENGE CORPORATION
MOA MAITRISE D’OUVRAGE
MT MOYENNE TENSION
MVA MEGAVOLTAMPERE
NP NORME DE PERFORMANCE
PID PHOTO IONISATION DETECTOR
PCB POLYCHLOROBIPHENYLE
SBEE SOCIETE BENINOISE D’ENERGIE ELECTRIQUE
SFI SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 4 / 36
1. Introduction

1.1. Contexte
Le Bénin bénéficie de l’appui de Millenium Challenge Corporation, une agence indépendante
américaine, pour mettre en œuvre un programme visant à soutenir le secteur de l’électricité au niveau
National. Le programme a pour objectifs d’augmenter l’accès à l’énergie au travers de 4 projets :
1. Appui aux réformes politiques et renforcement institutionnel ;

2. Appui à la production d’électricité ;

3. Appui à la distribution d’électricité ;

4. Promouvoir l’accès à l’énergie hors réseau.

Millenium Challenge Account (MCA) Bénin II a été créé pour mettre en œuvre ce programme et tient
le rôle de maitrise d’ouvrage. C’est dans le cadre du projet de distribution d’électricité que SIEMENS a
été retenu afin de participer à la construction ou à l’extension de quatre sous stations électriques à
Cotonou (lot B). Le scope comporte également de légers travaux de rénovation sur certains autres
postes existants.
Les quatre postes sont visibles sur la carte ci-après, ce sont les suivants :
1. Akpakpa ;

2. CIM Benin ;

3. Croix Rouge ;

4. Gbedjromèdé.

Figure 1 - Implantation des principaux postes électriques d’intervention de SIEMENS (source de plan EIES Cotonou, Aout
2019)

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 5 / 36
1.2. Enjeux et objectifs
Le présent plan de gestion des terres contaminées et potentiellement contaminées comporte les
dispositions spécifiques prises par SIEMENS pour la caractérisation, la séparation, le stockage et le
transport des terres contaminées .
Les objectifs du plan de gestion des terres sont :
· Retirer et évacuer les terres contaminées (principalement par des hydrocarbures et PCB), en
respectant des mesures particulières à toutes les étapes depuis leur excavation jusqu’à leur
destination ultime.

· Étendre le retrait des terres contaminées avérées à tout le volume pratiquement accessible,
sur la base de signes visuels et olfactifs, jusqu’à l’absence de ces signes ou aux limites des
possibilités d’intervention.

1.3. Organisation du plan


L’organisation proposée pour le plan s’intègre à l’organisation générale qui sera donnée au projet en
phase de construction. Chaque entité ayant une responsabilité directe dans la réalisation du projet
aura une responsabilité à assumer. À ce stade, ces entités ont été identifiées comme étant :
· Le bailleur de fond : Millenium Challenge Corporation ;

· Le Maître d’Ouvrage : Millenium Challenge Account (Benin II) ;

· Le titulaire pour le lot B : SIEMENS ;

· Les sous-traitants de SIEMENS (entrepreneurs) ;

· Les administrations ;

· La société civile.

1.4. Périmètre d’action


Ce plan de gestion des terres contaminées et potentiellement contaminées s’applique aux terres
polluées contaminées situées dans la zone du projet défini au chapitre 2.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 6 / 36
2. Description du Projet

2.1. Scope du projet


SIEMENS est chargée de l’installation et la mise en service des équipements prévus dans le cadre du
projet. Les principales phases de ce projet sont les suivantes :

· Acheminement du matériel jusqu’aux sites de construction des postes ;

· Réception du matériel/des composants ;

· Entreposage dans une zone de stockage ;

· Installation de l’équipement fourni ;

· Essais et mise en service de l’équipement ;

· Remise clé en main.

2.2. Description des postes à étendre et à construire


2.2.1. Poste d’Akpakpa
Ce site se trouve dans le premier arrondissement de Cotonou. Il représente environ 2470 m². Certaines
installations sont déjà présentes et occupent une superficie de 1700 m², les installations futures
occuperont 400 m² supplémentaires. Le propriétaire du site est la Société Béninoise d’Énergie
Électrique (SBEE). Ce site comporte déjà à l’heure actuelle les éléments suivants :
· Deux transformateurs,
· Deux cellules lignes souterraines,
· Une cellule ligne aérienne.
Le projet prévoit l’extension du poste AIS d’Akpakpa pour recevoir deux lignes supplémentaires pour
le bouclage du réseau 63kV Cotonou Nord "Vèdoko Gbedjromèdé - Croix Rouge - Cim Bénin - Akpakpa"
et le réseau Cotonou sud "Vèdoko - Ancien Pont - Akpakpa". Les jeux de barres existant seront
prolongés de deux pas de cellules pour permettre de raccorder les deux nouvelles cellules lignes "Cim
Bénin" et "Ancien Pont".

2.2.2. Poste CIM Bénin


Ce site se trouve dans l’arrondissement d’Agblangandan et représente 1058 m². Les installations
couvriront environ 750 m². La parcelle est détenue par la Mairie de Sémé-Kopdji. Nous noterons qu’il
existe un poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Sur ce site, le projet vise à construire un poste qui sera composé de deux échelons de tension : 63 kV
pour les installations HTB et 15kV pour la moyenne tension.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension. Le poste est constitué de :
· Quatre travées lignes ;

· Deux bancs transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA ;

· Cellule 15kV.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 7 / 36
2.2.3. Poste Croix rouge
Ce site se trouve dans le troisième arrondissement de Cotonou et représente 856 m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle est détenue par la mairie de Cotonou. Nous noterons qu’il existe un
poste de moyenne tension mais qui sera conservé.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension. Le poste est constitué de :
· Deux travées lignes ;

· Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA,


· Plusieurs équipements moyenne tension (une rame moyenne tension composée de 2 cellules
d’arrivée, 1 cellule de couplage, de 8 cellules départs).

2.2.4. Poste Gbedjromèdé


Ce site se situe dans le 6ème arrondissement de Cotonou et représente 900m². Les installations
couvriront 500 m². La parcelle appartient à la mairie de Cotonou.
Le projet vise à construire un nouveau poste sur ce site 63/15kV avec une technologie GIS.
Le poste est composé de deux échelons de tension en technologie GIS, 63 kV pour les installations HTB
et 15 kV pour la moyenne tension en technologie GIS. Le poste est constitué de :
· Trois travées lignes,

· Deux transformateurs 63/15 kV – 31,5 MVA,

· Plusieurs équipements MT (une rame MT composée de 2 cellules d’arrivée, 1 cellule de


couplage, de 8 cellules départs).

2.2.5. Aménagements de postes existants


Le projet prévoit également le renouvellement de certains équipements sur les postes suivants :
· Postes de distribution : Godomey / 3 banques – Cotonou / Allada / Lokossa ;

· Postes aboutissants : Vedoko / Ancien Pont / Seme.

2.3. Calendrier d’exécution


Le projet a démarré le 25 février 2020 et se termine le 26 décembre 2021.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 8 / 36
2.4. Personnes clés

CHEF DE PROJET CONSTRUCTION OSVALD G.ACLASSATO


MCA
DIRECTEUR DES OPERATIONS JOEL AKOWANOU

CHEF DE MISSION DANIEL MERLIN


SOFRECO
INGENIEUR SUPERVISEUR RESIDENT EZZEDDINE BARHOUMI

RESPONSABLE GENERAL OFFSHORE FREDERIC ACHARD

REPRESENTANT GENERAL ONSHORE BRUNO CHATRON

RESPONSABLE ESSSC/HSE OFFSHORE FRANCK BERARDI


SIEMENS
RESPONSABLE ESSSC ONSHORE FRANCK ATTOLOU

AGENT ENVIRONNEMENT ET SOCIAL FRANCK TOKANHAN

AGENT DE LIAISON AVEC LES COMMUNAUTES CYPRIEN OWOLABI

Tableau 1 - Personnel clé

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 9 / 36
3. Textes applicables

3.1. Législation béninoise


Le Bénin est signataire des principaux traités internationaux concernant les déchets dangereux, à
savoir:
· La Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontaliers de déchets
dangereux et de leur élimination (entrée en vigueur le 4 mars 1998)1 ainsi que la Convention
de Bamako sur l’interdiction d’importer en Afrique des déchets dangereux et sur le contrôle
des mouvements transfrontaliers et la gestion des déchets dangereux produits en Afrique2
· La Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants3 (entrée en vigueur le
1è mai 2004). Cette convention cherche à éliminer les polluants organiques persistants
(POP), dont font parties les PCB.
L’article 28 de la Loi numéro 90-32 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du
Bénin, et modifiée par la Loi N° 2019-40 du 07 novembre 2019, stipule que le stockage, la manipulation
et l’enlèvement des déchets toxiques d’origine industrielle sont régulés par le législateur.
La Loi n° 98-030 du 12 février 1999 portant loi-cadre sur l’environnement en République du Bénin
indique que :
· Toute personne qui détient des déchets doit les gérer dans des conditions propres qui
limitent leurs effets négatifs (Article 9).
· L’élimination des déchets doit être assurée dans des conditions qui favorisent la réutilisation
des matériaux (Article 30).
· Les lieux d’enfouissement sanitaire sont fixés en fonction des caractéristiques des déchets
(Article 33).
L’Arrêté interministériel nº 136 MISAT/MEHU/DC/DE/DATC/DHAB portant réglementation des
activités de collecte, d'évacuation, de traitement et d'élimination des déchets solides en
République du Bénin, datant de 1995, précise :
· L’activité de ramassage et d’évacuation des déchets est soumise à une autorisation d’exercer
délivrée conjointement par les ministères chargés de l’Intérieur, de l’Environnement et de la
Santé.
· Les sociétés de ramassage et d’évacuation peuvent passer des contrats de prestation de
service avec des personnes physiques et morales ; une copie du contrat doit être adressée à
la collectivité territoriale et à la structure technique concernée.
· L’activité de traitement et d’élimination des déchets solides est soumis à une autorisation
d’exercer délivrée conjointement par les ministères chargés de l’Intérieur, de
l’Environnement et de la Santé.
· Le transport doit avoir lieu dans des conditions telles que la voie publique n’est pas salie.
· La tenue de travail du personnel doit inclure une combinaison ou blouse, une paire de
bottes, une paire de gants et un masque anti-poussière.

1
http://www.basel.int/
2
https://au.int/sites/default/files/treaties/7774-treaty-0015_-
_bamako_convention_on_hazardous_wastes_f.pdf
3
http://www.pops.int/
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 10 / 36
Le Décret N° 2003-332 du 22 août 2003 portant gestion des déchets solides en République du Bénin
impose aux détenteurs de produits pouvant devenir des déchets non ménagers l’obligation de tenus
une comptabilité des quantités de ces produits et d’informer l’administration de leur mode de
valorisation ou d’élimination. (Article 5). Il est interdit d’abandonner les déchets ou de les manipuler
au mépris des dispositions légales et réglementaires en vigueur ». (Article 8). Il précise en outre que :
· Le détenteur doit gérer les déchets de manière à en éviter les effets négatifs. (Article 9) ;
· Certains types de déchets ne peuvent être traités que dans des installations ayant reçu un
permis approprié (Article 13) ;
· Toute installation de gestion de déchets soumise à autorisation doit disposer d’un plan
d’urgence (Article 68).

3.2. Normes de performance et directives environnementales de la


SFI
La maitrise d’ouvrage s’est engagée à respecter les normes de performance de la SFI4. La plus
pertinente de ces normes qui visent les gros projets de développement est :
· NP3 Utilisation rationnelle des ressources et prévention de la pollution
La Norme de performance 3 de la SFI vise la réduction des impacts négatifs sur la santé et
l’environnement par les projets et promeut l’utilisation durable de l’énergie et de l’eau.
En pratique pour le présent plan, il s’agit de s’engager à respecter les conclusions du Plan de Gestion
Environnemental et Social (PGES) qui découle de l’étude d’impact du projet.
De manière plus concrète, les Directives environnementales, sanitaires et sécuritaires générales de
la SFI (2007)5 seront également prises en considération. Ces fiches pratiques contiennent des
informations élémentaires facilement applicables en tout lieu. Les sections les plus pertinentes sont :
· 1.5 Gestion des matières dangereuses :
· 1.8 Terrains contaminés : Prise en compte des voies potentielles de contamination ; ceci est
implicitement fait en appliquant les critères génériques de l’EPA pour la réutilisation des sols.
· 2.2 Communication et formation : Information et formation du personnel sur les risques
encourus et les moyens de prévention.
· 2.4 Risques chimiques : Minimisation du nombre de personnes exposées et information du
personnel sur les risques encourus (présence des fiches de données de sécurité).

3.3. Réglementation des Nations Unies sur le transport des matières


dangereuses
Les Nations Unies publient un Règlement type sur le Transport des Marchandises Dangereuses, qui
en est actuellement à sa 21ème édition (2019)6. Bien que conçu par la commission de l’ONU pour
l’Europe (UNECE) et visant avant tout le transport international, ce règlement a néanmoins été conçu

4
https://www.ifc.org/wps/wcm/connect/topics_ext_content/ifc_external_corporate_site/sustainability-at-
ifc/policies-standards/performance-standards Un résumé succinct figure par exemple dans
https://ocef.bj/images/Annexe-I-Normes-de-performance.pdf
5
https://www.ifc.org/wps/wcm/connect/topics_ext_content/ifc_external_corporate_site/sustainability-at-
ifc/policies-standards/ehs-guidelines
6
http://www.unece.org/fileadmin/DAM/trans/danger/publi/unrec/rev21/ST-SG-AC10-1r21f_Vol1_WEB.pdf
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 11 / 36
pour pouvoir être appliqué dans un éventail de contextes beaucoup plus large. Il met l’accent sur
l’identification des matières dangereuses, leur emballage et leur étiquetage. Par exemple, la catégorie
principale concernée par le projet est :

· Le numéro d’identification des Nations Unies est 3432.


· La classe 9 (que l’on retrouve dans le code de danger 90) fait réf « Matières et objets
dangereux divers, y compris les matières dangereuses pour l’environnement ».
· Le groupe d’emballage II correspond aux matières moyennement dangereuses.
· Le code de restriction pour les tunnels (D/E) est une extension ADR, qui indique que cette
matière n’est pas la bienvenue dans les tunnels.
L’accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route (ADR)7
est une extension de la réglementation des Nations Unies, et il est lui aussi conçu pour être facilement
généralisable. Il a été adopté par l’ensemble des pays européens, Russie comprise, ainsi que par le
Maroc, la Tunisie, la Turquie et le Tadjikistan. Un résumé des principales dispositions ADR applicables
aux déchets a été publié par une fédération professionnelle des acteurs de la dépollution8. On note
par exemple que les déchets solides contenant moins de 1000 mg/kg de PCB peuvent être transportés
dans des véhicules couverts ou bâchés, à conditions que les caisses du véhicules ou conteneurs soient
étanches.
Utiliser ces réglementations permettra
· D’appliquer des bonnes pratiques ;
· De mieux faire connaitre ces pratiques au Bénin.

3.4. Directives de MCA

3.4.1. Directives HAZMAT


Le présent plan de gestion des déchets prend en compte les directives HAZMAT requises par le MCA,
compte-tenu du fait que les déchets dangereux et non-dangereux peuvent générer une pollution des
sols au droit des postes électriques. Les directives HAZMAT imposent en effet des obligations pour :
· La détermination de la nature, du degré de pollution et de l’étendue de la pollution des sols ;

· La source de pollution lorsqu’elle est identifiable ;

· La détermination des modalités de réutilisation ou élimination des terres contaminées ;

· La maîtrise du risque d’exposition des personnes ;

· La préservation de l’environnement.

Ainsi les termes de référence rappellent les obligations de MCC et MCA selon ces termes :

7
http://www.unece.org/fr/trans/danger/publi/adr/adr_f.html
8
http://www.fnsa-vanid.org/wp-content/uploads/2019/02/Guide-ADR-2019.pdf
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 12 / 36
Les obligations de MCC et de MCA-Bénin quant à la gestion des matières et déchets dangereux
doivent être circonscrites en fonction de la portée du projet et des caractéristiques spécifiques
du site de projet. En général, lesdites obligations devraient se limiter aux matières se trouvant
dans les zones de chantier des contractants, y compris sur l’ensemble des zones directement ou
indirectement utilisées ou impactées par ce dernier dans l’exécution de ses travaux. Les
contractants sont responsables de la manipulation, gestion et mise en décharge adéquates de
toutes matières et déchets dangereux rencontrés ou résultant de leurs propres activités, y
compris en dehors de leurs zones de chantier à proprement parler.
Dans certains cas, MCC et MCA-Bénin peuvent envisager de définir des mesures supplémentaires
qui s’appliquent au-delà des zones de chantier des contractants, pour atténuer des risques plus
larges et/ou pour garantir qu’un projet une fois terminé ne présente pas de risque pour la santé
humaine et l’environnement. La nature et l’étendue des risques rencontrés sur le site doivent
contribuer à décider des réponses appropriées.
Les enjeux, pour l’étude et l’évaluation des matières dangereuses concernant les installations
électriques et les sites éventuellement contaminés par l’exercice des activités de production ou
de distribution d’électricité seront de :
o S’assurer que les sites inscrits au projet ne génèrent pas, à terme, de risques
incompatibles avec les milieux et leur usage direct ;

o Garantir la mise en sécurité des installations et équipements présents sur site au vu des
futurs aménagements ;

o Éliminer les risques de financements de projets (sites et installations) susceptibles de


remettre en service des équipements ou des sites contaminés.

3.4.2. Exigences minimales


Le présent plan de gestion des terres contaminées s’appuie sur les exigences minimales du MCA,
formulées dans l’annexe 6 du Document d’Appel d’Offre et mis à disposition de SIEMENS.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 13 / 36
4. État des lieux et hypothèses

4.1. Synthèse de volumes de terres par poste


Ce plan de gestion s’applique à tous les sols devant être excavés dans le cadre du projet.
Des zones de terres contaminées localisées dans l’emprise des travaux ont été identifiées dans les
différents rapports de « l’Étude d’évaluation des matières dangereuses, Diagnostic de la qualité des
sols et des eaux souterraines ». Le tableau suivant résume les estimatifs des volumes de terres à
excaver et leurs principaux contaminants.

Terres à
Indices
Site excaver Contamination
organoleptiques
(m3)
AKPAKPA 125 · Hydrocarbures aliphatiques non précisé
(fractions semi-volatiles à
lourdes)
· PCB
CIM-BENIN 660 · Cuivre non
· Hydrocarbures (fractions
lourdes)
· Chrome (indices)
CROIX ROUGE 520 · PCB dans le voisinage non

GBEDJROMEDE 600 · Hydrocarbures (fractions lourdes oui


et peu volatiles)

Tableau 2 - Volumes estimatifs de terres à excaver et leurs principaux contaminants

Les principaux risques de contamination des personnels du chantier et des riverains sont liés :
· Au relâchement dans l’atmosphère des hydrocarbures semi-volatiles et dans une moindre
mesure des PCB, engendrant une exposition des travailleurs et des riverains ;

· La contamination des eaux.

À titre indicatif, les labélisations selon le Système Général Harmonisé de classification et d’étiquetage
des produits chimiques (GHS) sont données dans les pages ci-après pour le PCB et les hydrocarbures.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 14 / 36
Polychlorures Biphényls (Référence Aroclor 1242)

DANGER

Mentions de danger

· H304 - Peut être mortel en cas d'ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires.
· H350 - Peut provoquer le cancer.
· H361 - Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus.
· H373 - Risque présumé d’effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées
ou d’une exposition prolongée
· H400 - Très toxique pour les organismes aquatiques.
· H410 - Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets à long terme

Conseils de prudence

· P201 - Se procurer les instructions avant utilisation.


· P202 - Ne pas manipuler avant d’avoir lu et compris toutes les précautions de sécurité.
· P280 - Porter des gants de protection/des vêtements de protection/un équipement de
protection des yeux/du visage.
· P308+P313 - En cas d’exposition prouvée ou suspectée: Consulter un médecin.
· P301+P310 - EN CAS D'INGESTION: appeler immédiatement un CENTRE ANTIPOISON ou un
médecin.
· P331 - NE PAS faire vomir.
· P405 - Garder sous clef.
· P501 - Éliminer le contenu/récipient selon les règles du projet.

Mentions supplémentaires

· Les doses maximales d’exposition se comptent en nanogrammes, à des concentrations non


décelables par les propriétés organoléptiques.
· S’accumule fortement dans la chaine alimentaire.

Figure 2 - Fiche de risques des Polychlorures Biphényls (PCB)

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 15 / 36
Hydrocarbures (Référence : Fuel lourd)

DANGER

Mentions de danger

· H304 - Peut être mortel en cas d'ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires.
· H332 - Nocif par inhalation.
· H350 - Peut provoquer le cancer.
· H361d - Susceptible de nuire au fœtus.
· H373 - Risque présumé d'effets graves pour les organes à la suite d'expositions répétées
ou d'une exposition prolongée.
· H410 -Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long
terme.

Conseils de prudence

· P201 - Se procurer les instructions avant utilisation.


· P260 - Ne pas respirer les poussières/fumées/gaz/brouillards/vapeurs/aérosols.
· P273 - Éviter le rejet dans l'environnement.
· P281 - Utiliser l'équipement de protection individuel requis.
· P301+P310 - EN CAS D'INGESTION: appeler immédiatement un CENTRE ANTIPOISON ou
un médecin.
· P331 - NE PAS faire vomir.

Mentions supplémentaires

· EUH066 - L'exposition répétée peut provoquer dessèchement ou gerçures de la peau

Figure 3 - Fiche de risques des Hydrocarbures

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 16 / 36
4.2. Critères à prendre en compte
Par « terres contaminées », le présent plan entend qu’il s’agit de terres contenant des substances
d’origine exogène à des teneurs plus élevées que des critères de qualité environnementale des sols
utilisés dans le cadre du projet.
Suite à l’absence de critères béninois pour la classification des terres contaminées, SIEMENS utilisera
les critères de l’US EPA. Trois niveaux de contamination seront pris en compte :
· Terres suffisamment propres pour entrer en contact avec la population, y compris les
enfants, qui sont susceptibles d’ingérer le sol (conformes à la grille TR=1E-06, THQ=0.1
« Resident Soil »). Il n’y a pas de limite quant à leur réutilisation.

· Terres faiblement contaminées (conformes à la grille TR=1E-06, THQ=0.1, « Composite


Worker Soil »). Elles ne peuvent être réutilisées que dans un contexte où les expositions sont
limitées à une catégorie restreinte de population dans le cadre de son travail (durée
d’exposition limitée dans le temps) et si elles sont recouvertes par une couche suffisamment
épaisse de matériau non contaminé. Par exemple elles peuvent être réutilisées pour un
remblai routier, la fondation d’une installation industrielle, ou reprises en fond de tranchée si
leurs propriétés géotechniques le permettent.

· Terres fortement contaminées, qui ne passent aucun des critères ci-dessus. Elles doivent faire
l’objet d’une décontamination ou d’un confinement permanent. Elles devront être triées en
deux classes étant donné leurs différence d’évolution à long terme et besoin :

o Terres dépassant le critère « Composite Worker Soil » pour les polluants persistants :
PCB, cuivre, et le cas échéant chrome.

o Terres ne dépassant le critère « Composite Worker Soil » uniquement pour des


polluants non-persistants (hydrocarbures).

Les tableaux suivant appliqués au type de pollution probablement rencontrées sur les 4 postes
électriques, rappellent les valeurs seuil des grilles générales de l’US EPA pour les deux possibilités
d’utilisation de sol retenues9. Ces grilles indiquent deux valeurs : une valeur pour le risque cancérigène
et une pour les autres formes de toxicité : c’est la concentration la plus faible des deux (cases vertes)
qu’il convient d’utiliser.

9
https://www.epa.gov/risk/regional-screening-levels-rsls-generic-tables
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 17 / 36
Valeurs seuil (mg/kg)

Chemical Numéro CAS Sol résidentiel Sol industriel

Cancérigène Hors cancers Cancérigène Hors cancers


Métaux

Cuivre 7440-50-8 3,1 × 10-2 4,7 × 103

Chrome (III) 16065-83-1 1,2 × 104 1,8 × 105

Chrome (VI) 18540-29-9 3,0 × 10-1 2,3 × 101 6,3 × 100 3,5 × 102

PCB (Polychlorobiphényles)

Aroclor 1242 53469-21-9 2,3 × 10-1 9,5 × 10-1

Aroclor 1254 11097-69-1 2,4 × 10-1 1,2 × 10-1 9,7 × 10-1 1,5 × 100

Hydrocarbures (TPH)

Aliphatique moyen E1790668 9,6 × 100 4,4 × 101

Aliphatique lourd E1790670 2,3 × 104 3,5 × 105

Aromatique
E1790674 9,7 × 100 5,6 × 101
moyen

Aromatique lourd E1790676 2,4 × 102 3,0 × 103

Tableau 3 - Valeurs seuil des grilles générales de l’US EPA pour les deux possibilités d’utilisation de sol retenus

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 18 / 36
5. Plan de gestion des sols contaminés ou potentiellement
contaminés

5.1. Caractérisation des sols


5.1.1. Première caractérisation des sols in-situ

5.1.1.1. Principe général

Afin de réduire les manutentions multiples et d’assurer un meilleur contrôle sur la destination des
camions en partance des chantiers (destination connue lors de la commande des camions), une
première caractérisation des terres à excaver sera réalisée in-situ préalablement aux travaux. Cette
caractérisation comprendra les étapes suivantes :

· Échantillonnage des diverses couches du sol avec une tarière ou avec un engin :

o En cas de sondage à l’excavatrice, les couches de terre seront remises dans les trous
en tenant compte de l’ordre dans lequel ils ont été pris ;

o L’échantillonnage sera effectué selon une maille régulière (voir chapitre 5.1.1.2) ;

o L’échantillonnage cherchera à caractériser les zones à excaver pour les besoins des
travaux ainsi que les extensions possibles au-delà de cette zone et jusqu’aux limites
pratiques d’intervention, dans un but de décontamination.

o Le niveau de la nappe sera noté, ainsi que les caractéristiques du sol.

· Préparation des échantillons :

o Caractérisation de l’échantillon sur le terrain : texture, couleur, caractéristiques


organoleptiques ;

o Conditionnement des échantillons compatible avec les mesures à effectuer ;

o Établissement d’une chaine de traçabilité jusqu’au laboratoire.

· Transport au laboratoire et attente des résultats (typiquement 2 jours).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 19 / 36
5.1.1.2. Repérage topographique

Les surfaces de terres contaminées à excaver seront délimitées, et un quadrillage de la zone à excaver
sera matérialisé afin de positionner et de référencer les sondages. La finesse du maillage sera établie
de manière à établir une caractérisation représentative et juste pour l’analyse de la pollution des sols,
afin de ne pas sous-évaluer ou surévaluer l’analyse.
Le nombre d’échantillons sera représentatif, il est envisagé une densité d’échantillonnage de 1
échantillon composite tous les 50 à 200 m3, suivant l’homogénéité de sols, et suivant la nature des
travaux.
Dans le cas des postes, il sera réalisé un prélèvement environ tous les 5 à 10 mètres, soit environ 3 à
4 prélèvements par poste, en accord avec l’Ingénieur.
Les postes ci-dessous présentent les propositions de points de prélèvement sur chacun des 4 postes.

Point de prélèvement

Figure 4 - Proposition de maillage sur le site d’Akpakpa

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 20 / 36
Point de prélèvement

Figure 5 - Proposition de maillage sur le site Croix-Rouge

Point de prélèvement

Figure 6 - Proposition de maillage sur le site Gbedjromèdé

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 21 / 36
Point de prélèvement

Figure 7 - Proposition de maillage sur le site Cim-Bénin

5.1.1.3. Mesurage

Mesurage des PCB

Pour les PCB, il existe deux familles de méthodes utilisables sur le terrain (voir Tableau 4 ci-dessous).
La première famille est basée sur la chimie du chlore, et le chlore covalent est converti en chlorure qui
est déterminé soit avec une électrode spécifique (L2000DXT) soit par colorimétrie. La deuxième famille
utilise un immuno-essai enzymatique (EnviroGard, RaPIDAssay, PCB in Soil Pocket Colorimeter), avec
l’anticorps fixé soit directement sur le tube de mesure soit sur des particules magnétiques. Aucun de
ces types de méthodes ne permet actuellement d’atteindre les valeurs seuil pour les sols résidentiels,
mais les tests immunologiques permettent au moins d’atteindre le seuil pour les sols industriels. Par
ailleurs, les méthodes mesurant le chlore pourraient être perturbées par la salinité dans le contexte
côtier de Cotonou. Étant donné le climat tropical, la solution à préférer est celle dont les réactifs
résistent le mieux à la chaleur, soit EnviroGard PCB, critère pour lequel le fabriquant semble le plus
optimiste. L’interprétation des résultats dépend en partie de la nature exacte du PCB - les trois tests
cités ont une résolution identique pour l’aloclor 1254 (seul EnviroGard publie sa précision pour les
autres congénères).

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 22 / 36
Kit de détection L2000DXT10 EnviroGard PCB RapidAssay PCB in soil
PCB11 Pocket colorimeter
II12
Fabriquant Dexsil Hach

Principe Conversion Cl US EPA SW-846 US EPA SW-846 Enzymatique +


covalent en Method 4020 Method 4020 colorimétrie (appareil
chlorure + Enzymatique sur Enzymatique sur à longueur d’onde
électrode tube particules unique)
spécifique Cl- magnétiques
Matrices Sol, eau Sol Sol, Eau Sol

Temps de mesure < 10 minutes 2 min/éch. + 2 min/ éch 20 min


30 min +1h
Gamme de 3 - 2000 ppm 0.5 à 4 (selon PCB) 0.5 – 10 ppm Seuils 1, 5, 10, 50
détection – 500 ppm avec ppm
dilutions Semi-quantitatif
Gestion des Durée de vie 2 Stockage 18 à 27°C Stockage à 4°C Stockage à 4°C
consommables ans

Conditionnement Appareil 1 kg Appareil 0.23 kg

Tableau 4 - Méthodes de mesures des PCB

Mesurage des Hydrocarbures

Pour les hydrocarbures (TPH = Total Petroleum Hydrocarbons), il existe également le choix entre des
méthodes classiques et des méthodes immunologiques. Cependant, étant donné la grande variété des
hydrocarbures potentiellement présents et surtout la prédominance d’hydrocarbures lourds, la
méthode par turbidimétrie PetroFLAG parait être la plus appropriée. Comme pour les PCB, seuls les
seuils pour sol industriel sont mesurables sur le terrain.
Kit de détection PetroFLAG13 TPH in soil14
Pocket colorimeter test kit
Fabriquant Dexsil Hach
Principe U.S. EPA SW-846 METHOD 9074 Extraction au méthanol + Test
Extraction au méthanol + immunologique + colorimétrie
turbidimétrie (appareil à longueur d’onde unique
450 nm)
Matrices Sol Sol
Produit détecté Hydrocarbures (C8-C44) Surtout hydrocarbures légers
Aliphatiques + aromatiques
Temps de mesure 1 à 10 échantillons / 15 minutes 20 – 30 minutes
Gamme de détection 15 – 2000 ppm Seuils de
(200 000 ppm par dilution) 20, 50, 100, 200 ppm
Gestion des Contraintes de température 4°C pour
consommables le stockage
Tableau 5 - Méthodes de mesures des Hydrocarbures

10
https://www.dexsil.com/products/l2000dx-chloride-analyzer
11
https://www.modernwater.com/pdf/MW_Factsheet_Rapid-Assay_PCB.pdf
12
https://www.hach.com/pcb-in-soil-pocket-colorimeter-ii-test-kit/product-downloads?id=7640220978
13
https://www.dexsil.com/products/petroflag-test-for-tph-in-soil
14
https://www.hach.com/tph-in-soil-pocket-colorimeter-ii-test-kit/product?id=7640220979
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 23 / 36
Pour chaque méthode de mesure sur le terrain, il sera tenu compte :

· Des contraintes logistiques pour le transport international des réactifs, qui requièrent des
conditions particulières pour le transport aérien ;
· Des procédures de séchage des échantillons de sol afin de bien connaître le poids du sol à
prendre en compte pour l’analyse;
· De la gestion des déchets toxiques des kits de mesure, en notant que les déchets sont très
réduits pour les méthodes recommandées ci-dessus.

Les tests kits de diagnostic, leurs protocoles de calibrage et d’utilisation, ainsi que la méthode
d’interprétation des résultats seront soumis à validation de l’Ingénieur.

5.1.1.4. Estimation des volumes de matériaux

La réalisation et le résultat des premières analyses permettront de définir :


· La localisation des différentes contaminations ;

· Les niveaux de contamination ;

· Les cubages correspondant.

Sur la base de ces données, les possibilités de valorisation des terres et de filières d’évacuation
pourront alors être déterminées pour chaque échantillon.

5.1.2. Deuxième caractérisation des terres lors de l’excavation


Lorsque les terres sont excavées et disposées en batch sur des géomembranes (ou dispositif équivalent
soumis à validation de l’Ingénieur) préalablement disposées au sol à proximité des zones d’excavation,
selon le procédé détaillé au chapitre 5.2.2, alors un deuxième test de caractérisation est réalisé afin de
confirmer les premières analyses réalisées in situ mentionnées au chapitre 5.1.1.
SIEMENS utilisera des kits de tests dont le protocole d’utilisation sera soumis à validation préalable de
l’Ingénieur.
Les kits de diagnostic rapide seront utilisés avec quartage afin de vérifier si les caractérisations des sols
effectuée initialement sont toujours valides.
La méthode d’interprétation des résultats et le protocole de contrôle qualité avec un laboratoire
certifié sera préalablement concerté avec l’Ingénieur puis soumis à sa validation.

5.1.3. Caractérisation des fonds de fouilles


Lorsqu’il a été avéré à la suite des tests in-situ que des volumes de terres à excaver sont des terres
contaminées, SIEMENS veillera alors que volumes de terres contaminées seront excavés jusqu’à
l’absence de signe visuel et/ou olfactif de contamination, dans les limites géotechniques et logistiques
possibles.
Afin de réaliser cette vérification, des échantillons représentatifs de bord de fouille et fond de fouille
seront prélevés et analysés selon le même protocole analytique mentionnée au chapitre 5.1.2.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 24 / 36
5.2. Séparation des sols selon leur catégorie
5.2.1. Principe de séparation
Sur la base des critères définis au chapitre 4.2, les sols excavés seront gérés selon les catégories ci-
dessous :
· Non contaminés pour remblayage sur place ;

· En excès non contaminés ;

· En excès contaminés ou faiblement contaminés (selon les critères au chapitre 4.2) ;

· En excès potentiellement contaminés.

5.2.2. Modalités de séparation des terres contaminées des non-contaminées


Compte-tenu du faible espace disponible sur chacun des 4 postes électriques, les plannings de travaux
seront organisés de façon à combiner un avancement progressif des travaux d’excavation des volumes
de terres, permettant également la caractérisation au fur et à mesure des niveaux de pollution et
l’évacuation des terres.
Le chantier sera ainsi organisé de façon à ce que l’excavation des terres se fasse par « batch », un batch
de terre correspondant à une opération précise. Chaque batch correspondra à un volume de maximum
100 m3.
Chaque batch de terre excavée sera déposé à proximité du lieu d’excavation sur une géomembrane
(ou dispositif équivalent soumis à validation de l’Ingénieur) préalablement étendue sur le sol. À la fin
de l’excavation de la tâche correspondante au batch, aucun autre volume de terre provenant d’une
autre opération ou d’un autre batch ne sera admis.

Géomembrane (ou dispositif


équivalent soumis à
validation de l’Ingénieur)

Géomembrane (ou dispositif


Batch de terres
équivalent soumis à excavées n°1
validation de l’Ingénieur)

Excavation n°1
Batch de terres
excavées n°2

Excavation n°2

Figure 8 - Exemple de séparation par batch

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 25 / 36
Ainsi dans l’exemple schématisé dans la Figure 8 ci-dessus, en aucun cas il ne sera possible de
mélanger les volumes de terres des batch n°1 et n°2.
Tous les batch ainsi excavés du sol resteront ainsi en attente jusqu’à l’obtention des deuxièmes tests
de caractérisations tel que détaillé au chapitre 5.1.2, et jusqu’à détermination de leur filière de prise
en charge (réutilisation sur site ou évacuation du chantier), puis réutilisation ou évacuation effective.
À chaque volume de terres évacué du chantier, laissant ainsi la place à la mise en œuvre des mêmes
procédures d’excavation pour pouvoir excaver de nouvelles zones de terres, et procéder à leur
caractérisation et évacuation.

5.2.3. Découvertes fortuites

5.2.3.1. Découverte de terres potentiellement contaminées

Au-delà de la réalisation des tests de caractérisation mentionnées au chapitre 5.1.1, 5.1.2 et 5.1.3, si
lors des travaux d’excavation, décapage ou terrassement, des signes visuels ou olfactifs provenant des
terres interpellent les équipes de travaux et signalent la présence de terres potentiellement
contaminées, des examens de caractérisation seront réalisés selon une approche qui sera soumise à
la validation de l’Ingénieur.
Les paramètres à analyser seront sélectionnés en lien avec les contaminations potentielles
observées/suspectées.
Si les tests confirment qu’il s’agit bien de terres contaminées, les volumes de terres correspondant
seront gérés de la même manière que les terres contaminées connues.
De la même manière, s’il s’agit de terres non-contaminées, les volumes de terres correspondant seront
gérés de la même manière que les terres non-contaminées connues.

5.2.3.2. Découverte d’amiante

Avant 2015, il était courant d’utiliser beaucoup d’amiante dans la construction puisque celle-ci a
beaucoup de caractéristiques intéressantes (isolation, résistance au feu). Les applications typiques de
l’amiante sont : isolation, joints, conduites, plinthes, bardage de façades et toitures et matériaux
coupe-feu.

Lors des travaux de démolition, l’amiante peut ainsi être découverte. L’amiante découverte devra être
systématiquement éliminée, et en aucun cas des produits contenant de l’amiante ne devront être
utilisés pour les travaux de construction. En effet, au Bénin, la production, l'importation, la
commercialisation et l'utilisation de l'amiante et des produits contenant de l'amiante ont été interdits
par le Décret n° 2015-595 du 25 Novembre 2015 car la poussière d’amiante est cancérogène.

Si de l’amiante est découverte sur le site, SIEMENS en est immédiatement informée. Les travaux
doivent alors immédiatement cesser, et l’Ingénieur sera avisé sans délai.

L’élimination de l’amiante devra se faire selon une procédure rigoureuse afin de préserver la santé et
la sécurité des riverains et des travailleurs auprès du chantier.

Des barrières seront érigées autour du site et l’accès interdit à toute personne non autorisée. Une
signalisation claire préviendra les riverains du danger lié à l’amiante sur le chantier.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 26 / 36
Les déchets d’amiante seront emballés dans des emballages étanches (polyéthylène double paroi) et
placés dans des big-bags amiante dans une zone désignée non accessible aux tiers. Après travaux, les
EPI utilisés seront placés dans un sac scellé et évacués avec les déchets d’amiante. Ces déchets devront
être transportés et éliminés par un prestataire agréé vers des installations prévues à cet effet.

Figure 9 - Big-bag amiante

Dans un tel cas, SIEMENS collaborera avec l’Ingénieur pour préparer un plan d’action spécifique, en
phase avec l’emplacement, la quantité et le type d’amiante rencontré

5.2.4. Réutilisation ou évacuation des terres

5.2.4.1. Réutilisation des terres de déblai ou décapées et des surplus de terre non contaminées

D’une manière générale, la construction des postes électriques ne nécessitera pas la réutilisation de
terres excavées non contaminées.
Toutefois, conformément aux exigences techniques du Maitre d’ouvrage, l’utilisation des matériaux
excavés non contaminée sera réservée dans le chantier exclusivement pour du criblage et réutilisation
dans la tranchée. D’autres utilisations pourront toutefois être envisagées à l’intérieur des chantiers,
après concertation avec l’Ingénieur et validation de sa part.
La signalisation mise en place sur les différents stockages temporaires de terres excavées sur la
plateforme de chaque chantier permettra de garantir que les terres non contaminées au sein du projet
sont bien des terres non contaminées.

5.2.4.2. Évacuation des terres non contaminées en excès

Très peu de terres non contaminées en excès seront réutilisées au sein de chaque chantier. Ces terres
en excès seront évacuées des sites selon les modalités définies au chapitre 6.1.1. Elles seront mises à
la disposition des arrondissements de la Mairie de Cotonou, notamment pour le processus
d’aménagement des rues de la ville de Cotonou.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 27 / 36
5.2.4.3. Évacuation des terres contaminées

Toutes les terres contaminées seront obligatoirement évacuées du chantier concerné, elles seront
prises en charge par des établissements spécialisés autorisés, conformément aux exigences du Maître
d’Ouvrage, et selon les modalités définies au chapitre 6.1.1.

5.2.5. Préparation des systèmes de pompage et de drainage


Les eaux résultant du rabattement de nappe pouvant être contaminées seront traitées conformément
au plan de ruissèlement des eaux.

5.3. Méthodes de stockage sur chantier avant évacuation ou


réutilisation
5.3.1. Principe
Le chapitre 5.2.2 précise que les terres excavées seront entreposées temporairement par batch.
Chaque batch de terre excavée correspondra à une opération d’excavation particulière, et en aucun
des terres provenant de différents batch seront mélangées.
Si des terres provenant de batch différents venaient à être mélangées par exemple pour une raison
impérieuse, alors l’ensemble devra être considéré avec le niveau de pollution le plus important des
deux batch.

5.3.2. Identification
Des systèmes de panonceaux seront utilisés pour identifier les piles de terre. Sur chaque de pile batch
de terre excavée, une identification sera mentionnée au droit de la pile de terre avec les informations
suivantes :
· Le numéro de lot ;
· Le lieu de provenance du sol ;
· La date d’excavation ;
· La nature du sol (argile, sable, etc.) ;
· Le résultat des analyses de qualité réalisées sur les matériaux de cette maille ;
· Le volume estimatif.

5.3.3. Protection de l’environnement, du personnel et des riverains


Une protection sera mise en place pour sécuriser les piles de terres depuis leur excavation jusqu’à leur
évacuation des sites des postes électriques.

5.3.3.1. Protection des sols

Afin d’éviter une contamination des terres excavées avec les terres sous-jacentes, une bâche
géomembrane (ou dispositif équivalent soumis à validation de l’Ingénieur) sera préalablement
RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU
PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 28 / 36
déposée avant que les terres excavées ne soient déposées sur le sol, comme visible sur le schéma à la
Figure 8.

5.3.3.2. Protection du personnel et des riverains

Afin d’éviter les émissions de poussières et pour protéger les piles de terres des eaux de pluie, les piles
de terres excavées seront recouvertes d’un film de protection, de type polyane ou équivalent en accord
avec l’Ingénieur.
Par ailleurs, afin de supprimer le risque d’exposition des riverains, les terres excavées seront toutes
entreposées à l’intérieur des limites de chaque site. Il ne sera pas réalisé de stockage à l’extérieur.
De plus, pour prévenir tout risque de vol de terres potentiellement polluées par des riverains, les sites
seront gardés par un gardien 24h/24h.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 29 / 36
6. Plan de transport des sols contaminés, potentiellement
contaminés ou en excès

6.1. Phase de planification


6.1.1. Validation des sites de réception des terres
Conformément aux exigences minimales du Maître d’Ouvrage, toutes les terres (contaminées et non
contaminées) en excès seront transportées au site de Takon. Une fois sur le site de Takon, les terres
subiront à nouveau des analyses pour déterminer leur niveau de pollution. Si les terres sont non
polluées, elles seront mises à la disposition de la mairie de Cotonou.
Pour des raisons impérieuses, s’il s’avère nécessaire d’identifier d’autres exutoires, les solutions
palliatives seront discutées avec l’Ingénieur et soumises à sa validation avant mise en œuvre.

6.1.2. Affrètement du transporteur

6.1.2.1. Sélection du transporteur

SIEMENS fera appel à un transporteur spécialisé et agréé, disposant de toutes les autorisations
nécessaires pour procéder à du transport de terres. Selon le cas de figure, il pourra être fait appel à un
ou plusieurs transporteurs différents selon le niveau de pollution des terres à évacuer des postes.
Le transporteur sélectionné sera certifié pour le transport des déchets. SIEMENS s’assurera que les
accréditations nécessaires sont bien en possession de la société de transport.

6.1.2.2. Type de véhicule requis pour le transport

Le type de camion idéal pour cette opération est un camion multi-benne à chaines, comme visible sur
photo ci-dessous.

Figure 10 - Exemple type de transporteurs

Les bennes seront obligatoirement recouvertes d’une membrane permettant d’éviter l’émission de
poussières dans l’environnement.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 30 / 36
6.2. Phase de mise en œuvre
6.2.1. Déclenchement d’un transport pour évacuation d’un batch
Un transport de terres à évacuer sera programmé dès lors que des terres en excès auront été excavées,
et que les résultats des analyses auront confirmé qu’il s’agit de terres polluées ou non polluées.

6.2.2. Organisation et accès au chantier


La zone d’excavation sera balisée en fonction des besoins et spécificités de chaque site. L’accès à cette
zone sera contrôlé et limité aux personnes disposant des EPI nécessaires et dont la présence dans la
zone est justifiée. Cette zone sera assortie d’une interdiction de fumer, de boire et de manger afin de
diminuer le risque d’ingestion des vapeurs toxiques.

En cas de fortes émanations, la zone d’accès contrôlé sera étendue, si besoin jusqu’en dehors de
l’emprise des sites afin de protéger le voisinage, avec un accompagnement. Dans la mesure du
possible, les travaux seront organisés de manière à réduire la durée de la gêne pour le voisinage, par
exemple en évacuant en priorité les terres les plus fortement contaminées.

6.2.3. Suivi
Un Formulaire de Transfert des Terres sera établi pour accompagner chaque transporteur partant du
poste. Aucun véhicule ne sera autorisé à sortir du site du projet avec des déchets sans qu’il détienne
un Formulaire de Transfert des Terres.

Tout déplacement de terres sera accompagné d’un bordereau de transport, indiquant :

· La nature du chargement,

· L’heure de départ,

· La destination ;

· Le volume de terres transportées ;

· Le nom du transporteur.

Le bordereau sera établi en deux exemplaires :

· Le premier exemplaire est conservé sur le chantier permettant d’attester que les terres ont
bien été évacuées ;

· Le deuxième exemplaire est emporté par le transporteur, afin que l’organisme prenant en
charge des terres attestent la prise en charge effectives des terres. L’exemplaire signé par le
repreneur des terres est alors retourné au poste de SIEMENS concerné.

Si l’installation d’élimination ne renvoie pas le Formulaire de Transfert des Terres, SIEMENS


devra réclamer ce document signé au site.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 31 / 36
6.2.4. Transport et déchargement
Avant le départ du camion, SIEMENS vérifiera que les consignes (destination, conduite à tenir en cas
d’incident…) ont été bien comprises du chauffeur.

Le personnel de SIEMENS vérifiera les différents points avant d’autoriser le transporteur à charger puis
à évacuer la terre :

· Vérification de l’état général du véhicule ;

· Papiers du véhicule en règle ;

· Permis de conduire du conducteur en règle ;

· Conducteur non sous l’emprise d’alcool ou de stupéfiants ;

· Véhicule non surchargé au-delà du poids total roulant autorisé ;

· Présence d’une bâche au-dessus du chargement ;

· Formulaire de Transfert des Terres rempli et signé par SIEMENS et le transporteur.

En fin de mission les équipements entrés en contact avec les sols contaminés (bennes, godets…) seront
décontaminés. Cette opération est particulièrement importante car les contenus de chargements
ultérieurs sont susceptibles d’être touchés par des personnes ne disposant pas de protections
suffisantes.

6.2.5. Traçabilité et registres


Le site des travaux gardera des registres sur toutes les terres évacuées. Ces documents assurent la
traçabilité chronologique des déchets quittant le chantier. Ils doivent être conservés pendant toutes
la durée du projet.

Les informations suivantes seront incluses :

· La nature des terres ;


· Les quantités ;
· Le processus d’élimination final ;
· Les dates d’envoi ;
· Le nom et l’adresse de l’installation à laquelle sont envoyées les terres ;
· L’identité des collecteurs, transporteurs, etc.

Garder une trace des terres permet une meilleure connaissance des différents coûts liés à leur
enlèvement, stockage, transport, utilisation ou élimination.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 32 / 36
Les registres incluent également :

· Les rapports d’incidents ;


· Les résultats d’audits et d’inspections ;
· Les rapports environnementaux mensuels ;
· Les rapports mensuels de gestion des terres polluées et susceptibles de l’être ;
· Les actions correctives entreprises.

6.2.6. Gestion des situations d’urgence

6.2.6.1. Principe

En cas d’incident durant le transport des terres, un plan d’urgence permettra au conducteur de
sécuriser la zone de l’incident, en vue de protéger les riverains et assurer la réaction la plus rapide pour
rétablir la situation.

Les transporteurs des déchets et des terres devront apporter la preuve à SIEMENS que ses employés
affectés au transport sont formés pour mettre le plan d’urgence en application.

6.2.6.2. Moyens nécessaires pour la gestion de la situation d’urgence

Moyens d’intervention

Type Nombre

Téléphone portable 1

Cônes de balisage 6

Rubalise 2 rouleaux

Film de type polyane 2 films de 10 m²

Poids de maintien au sol pour le polyane 10

Avertisseur triangle de sécurité 2

Tableau 6 - Moyens d’intervention en cas d’urgence

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 33 / 36
6.2.6.3. Schéma d’urgence

En cas de situation d’urgence rencontrée lors du transport engendrant un déversement de terres sur
la voie publique, le conducteur du transport sera tenu d’assurer la réaction détaillée dans le schéma
ci-dessous.

Si riverain
Accident blessée

Appel des services


Si déversement de
de secours de la
terres sur la voie
commune
publique
Moyens : Téléphone
portable

Arrêter le moteur du véhicule

Établir un périmètre de Moyens : Cônes de


sécurité autour de l’épandage balisage + rubalise

Disposer les triangles de


Moyens : Triangles de
sécurité à des endroits
sécurité
opportuns
Moyens : Téléphone
portable

Avertir le chef de Avertir le


S’il existe un risque avéré
quartier concerné superviseur
d’exposition des populations,
par le lieu de SIEMENS du poste disposer le film polyane au-
l’accident électrique concerné
dessus de l’épandage, en
utilisant les EPI

SIEMENS affrète les


véhicules et les moyens
pour collecter
l’épandage de terres

Nettoyer l’épandage et
rétablir la circulation

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 34 / 36
Tableau 7 - Numéros d’urgence utiles externes

Service Téléphone

Urgences
Pompiers +229 21 303 011

Police
Police secours 17

Commissariat Central +229 21 303 025

Commissariat du 4ème - Sidjèatinmé +229 21 331 562

Autorités locales
Téléphone
Fonction Nom

(229) 97 26 22 62
Chef de quartier d’Akpakpa S.Auxibe AHOUDJI
(229) 95 11 21 21

Chef de quartier de CIM Benin Benoît SAÎZONOU (229) 95 85 33 86


Chef de quartier de Croix
Iréné LOGBO-SENOU (229) 97 63 55 77
Rouge
Chef de quartier de (229) 97 19 79 22
Armel Florent SEWA
Gbejdromèdé (229) 64 36 70 11
À compléter selon itinéraire
XXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXX
emprunté
À compléter selon itinéraire
XXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXX
emprunté
À compléter selon itinéraire
XXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXX
emprunté
À compléter selon itinéraire
XXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXX
emprunté
À compléter selon itinéraire
XXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXX
emprunté
À compléter selon itinéraire
XXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXX
emprunté
À compléter selon itinéraire
XXXXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXXX
emprunté

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 35 / 36
7. Sécurité du personnel

7.1. Équipements de protection individuelle


Les équipements de protection individuelle suivant seront portés en cas d’exposition aux terres
contaminées par le PCB :
· Combinaison jetable ;
· Gants longs en nitrile, néoprène ou Teflon ;
· Lunettes de sécurité ;
· Bottes en caoutchouc ;
· Masque contre la poussière de type FFP3 pour la poussière, et FFP1 pour les terres polluées.

En cas de contact de la peau avec des sols contaminés au PCB, un lavage à l’eau savonneuse sera
effectué pendant au moins un quart d’heure. Ce temps sera doublé en cas de contact avec les yeux.

7.2. Nettoyage
Malgré le port des équipements de protection individuelle mentionnés ci-dessus au chapitre 7.1, en
cas de contact du personnel avec la terre manipulée ou avec un ustensile ayant manipulé de la terre,
des flacons d’acétone seront disponibles de sorte que le personnel puisse se nettoyer.
Afin de réduire la consommation de produits chimiques, réduire la génération des déchets dangereux,
et l’exposition du personnel au produits chimiques, l’acétone sera utilisée seulement en cas de contact
avéré du personnel avec la terre lors des phases d’excavation, et de réutilisation et évacuation des
terres.
L’acétone sera utilisée dans un lieu prévu à cet effet, présentant un sol imperméable afin d’éviter
l’infiltration d’acétone dans le sol en cas de renversement d’un flacon.
Les déchets de produits dangereux (flacons d’acétone vides, chiffons souillés…) seront jetés dans des
poubelles avec couvercles fermées pour éviter le risque d’incendie et éviter l’émanation de vapeurs
nocives. Les déchets alors seront évacués via la filière d’élimination des déchets dangereux.

RENFORCEMENT ET REHABILITATION DU RESEAU DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE REGIONAL A COTONOU


PLAN DE GESTION DES TERRES CONTAMINÉES ET POTENTIELLEMENT CONTAMINÉES PAGE 36 / 36

Vous aimerez peut-être aussi