Vous êtes sur la page 1sur 3

Fiche outil : la versification

1. Les différents mètres (= types de vers)

Vers pairs
Vers impairs
(les plus courants)

Monosyllabe (vers d'une seule syllabe) Dissyllabe (vers de deux syllabes)

Trisyllabe (vers de trois syllabes) Quadrisyllabe (vers de quatre syllabes)

Pentasyllabe (vers de cinq syllabes) Hexasyllabe (vers de six syllabes)

Heptasyllabe (vers de sept syllabes) Octosyllabe (vers de huit syllabes)

Énnéasyllabe (vers de neuf syllabes) Décasyllabe (vers de dix syllabes)

Hendécasyllabe (vers de onze syllabes) Alexandrin (vers de douze syllabes)

2. Les règles de la métrique

Pour mesurer un vers et connaître son mètre (= savoir de combien de syllabes il est composé,
et de quel type de vers il s’agit), il faut compter le nombre de syllabes qui le constituent, en
respectant certaines règles :
 la prononciation du « e » à la fin d’un mot :
o le « e » final est prononcé si le mot qui le suit débute par une consonne : la
sotte vanité = 6 syllabes (et non 5 !)
o le « e » final est muet si le mot qui le suit débute par une voyelle (ou un h non
aspiré) : « je me brûl(e) et me noie = 6 syllabes (et non 7 !)
o le « e » final qui se trouve à la fin du vers est toujours muet : « Ainsi Amour
inconstamment me mèn(e) » : 10 syllabes (et non 11 !)
 Synérèse et diérèse : quand deux sons voyelle se suivent dans un mot, le poète a le
choix entre :
o la synérèse : prononciation en une seule syllabe : exemple : /lion/
o la diérèse : prononciation en deux syllabes : li/on (ce qui peut permet d'avoir le
bon nombre de syllabes dans un vers, ou de mettre le mot en valeur)

3. Vers régulier, vers irrégulier et vers libre

 vers régulier : vers qui possède un nombre de syllabes déterminé à l'avance (ex : un
poème en alexandrins contiendra toujours des vers de 12 syllabes)
 vers irrégulier : on parle de vers irréguliers quand, dans un poème, les vers sont de
mètres différents, qui varient (ex : les fables de La Fontaine)
 vers libre : c'est un vers qui n'obéit à aucune structure régulière, ni rimes, ni mètres, ni
strophes
4. Les strophes

C'est un ensemble de vers encadré par des blancs.

Monostiche : 1 vers Septain : 7 vers

Distisque : 2 vers Huitain : 8 vers

Tercet : 3 vers Neuvain : 9 vers

Quatrain : 4 vers Dizain : 10 vers

Quintil : 5 vers Onzain : 11 vers

Sixain : 6 vers Douzain : 12 vers

5. Les rimes

Les échos sonores en fin de vers se nomment les rimes. Pour nommer la disposition des rimes,
on attribue une lettre de l'alphabet à chaque nouvelle rime (chaque nouveau son). On
distingue trois principales formules de rimes :
 les rimes plates ou suivies : aabb
 les rimes croisées : abab
 les rimes embrassées : abba
On distingue également :
 les rimes féminines : ce sont les rimes qui se terminent par un e muet
 les rimes masculines : ce sont les rimes qui ne se terminent pas par un e muet
 les rimes pauvres : elles n'ont qu'un seul son en commun (« è », par exemple)
 les rimes suffisantes : elles ont deux sont en commun (« rè », par exemple : très / près)
 les rimes riches : elles ont trois sons ou plus en commun (« trè », par exemple : très /
attrait)

6. Les sonorités

 l'allitération consiste en la répétition d'un son produit par une consonne : « Pour qui
sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ? »  son « s »
 l'assonance consiste en la répétition d'un son voyelle

7. Le rythme

 La césure : dans les vers de 8 syllabes ou plus, on trouve une pause dans le vers, qu'on
appelle la césure. Pour l'alexandrin, la césure est placée au milieu du vers, et sépare
donc deux moitiés de vers de 6 syllabes que l'on appelle les deux hémistiches de
l'alexandrin.
 L'enjambement : on parle d'enjambement quand une phrase se poursuit sur le vers
suivant.
 Le rejet : c'est une forme d'enjambement : un mot de la phrase est rejeté au début du
vers suivant.
 Le contre-rejet : une autre forme d'enjambement : la fin d'un vers contient un élément
de la phrase qui se développe au vers suivant.

8. Les formes fixes

Certains poèmes respectent une structure traditionnelle : on dit qu'ils ont une forme fixe. Cette
forme est toujours la même. C'est le cas des rondeaux, des ballades ou encore des sonnets.
 Caractéristiques du sonnet :
 14 vers répartis en deux quatrains et deux tercets
 schéma de rimes : abba abba cdc eed (ou ccd ede : des variantes existent)
 le mètre utilisé le plus souvent est l'alexandrin, mais les autres mètres ne sont pas
exclus.

Vous aimerez peut-être aussi