Vous êtes sur la page 1sur 12

Oral Exposé

Partie 2: Les étrangers

Migration économique
Étrangers victime de racisme, violation des droits de l’Homme.
Travaillent dans des industries 3K: Kitanai, Kiken, Kitsui

1993 → Tokutei ginô 特定技能 (formation d’apprentissage d’une duré de 5 ans).


100 000 jisshu sei 実習生 par an.
- Pas de possibilité de renouveler son visa
- Installation en famille impossible
- Sous-payés (engendre le travail illégal 不法就労 pour gagner plus d’argent)
- Règles de vie très strictes
→ Pays concernés : Chine - Vietnam - Philipine
Secteur: Bâtiment, construction, hôtellerie, restauration, night club, travail sexuel…


Depuis les années 90, le Japon est habitué à voir des étrangers un peu partout dans le
pays. Des touristes, des couples internationaux, des travailleurs étrangers…
Aujourd’hui, les étrangers sont de plus en plus fréquent en campagne car ils sont sollicités
afin d’occuper des postes dans des usines, konbini, family restaurant, fast food…. (les 3K)
On retrouve par ailleurs de plus en plus de staff chinois dans les grandes chaînes de
magasins pour appareils électroménagers.

Le problème du Japon c’est les conditions de travail. On remarque qu’il y à un écart


important entre les conditions d’un travailleur étranger avec celles d’un travailleur japonais.
Dans les industries au black récentes, on évite de les embaucher des japonais, le coût de la
main d'œuvre étant trop élevé. On se dirige alors vers les travailleurs étrangers qui eux, ont
un coût de main d'œuvre bon marché.
Les secteurs d’activités pénibles demandant le plus de main d'œuvre possible compte sûr
tous les profils d’étrangers.

Enfin, ayant eu un problème de différence avec le travail proposé et le travail demandé,


beaucoup d’étrangers sont rentrés dans leur pays déçus et certains en sont venus à
détester le Japon.
http://lingvistika.blog.jp/archives/1039306629.html

Oral (discours)
次に、ブラック企業または不法就労で働く外国人について話したいと思います。
はじめに、なぜ外国人はブラック企業で働くのでしょうか ? 1993年から特定技能という精度が日
本の現代社会に存在しています。その特定技能
このグラフを見ると、ベトナム、中国そしてインドネシアの3国から来る労働者
Orianne : résumé de l’article
https://www.nli-research.co.jp/report/detail/id=63059?pno=2&site=nli

Dans un contexte de vieillissement de la population et de la dénatalité, et ce, malgré la


participation accrue des femmes et des personnes au marché du travail, la population en
âge de travailler diminue. Beaucoup de secteurs se trouvant à court de main-d'œuvre
emploient de nouvelles stratégies de recrutement, comme l'embauche de main-d'œuvre
étrangère.
Les politiques concernant le travail des étrangers au Japon n'ont pas toujours été menées
dans cette optique. En 1993, un premier statut est créé. Il s'agit de la formation technique
des stagiaires.

Cette initiative devait permettre aux pays en voie de développement, principalement


asiatiques, de former une main d'œuvre à de nouvelles compétences, de connaissances et
de technologies, en les envoyant au Japon. Cette politique devait permettre de positionner le
Japon comme un pays développé aidant les autres pays en voie de développement.

Ainsi, la finalité de la formation technique des stagiaires n'était en théorie pas la


main-d'œuvre mais la contribution internationale. Cependant dans les faits, elle était utilisée
pour résoudre les problèmes de pénurie de main-d'œuvre, notamment dans les Petites et
Moyennes Entreprises (PME).

En 2019, les politiques à l'immigration changent, la loi est révisée, et ce surtout pour
remédier à la pénurie de main-d'œuvre dans les secteurs désertés par la jeunesse japonaise.
L'état met en place un nouveau statut, celui des Compétences Spécifiques, qui se décline en
niveau 1 et 2, et qui permet aux étrangers de travailler formellement dans des emplois non
qualifiés pour une durée allongée.

Les compétences spécifiques n° 1 et n° 2 diffèrent selon trois points :

● le niveau de compétence requis,

● l'industrie cible

● la durée du séjour au Japon.

Les industries cibles sont au nombre de 14. Il s'agit de l'industrie de la construction, la


construction navale/l'industrie maritime, l'industrie de la maintenance automobile, l'industrie
de l'aviation, l'industrie de l'hébergement, l'industrie des soins infirmiers, l'industrie du
nettoyage des bâtiments, l'agriculture, l'industrie de la pêche, l'industrie agroalimentaire,
l'industrie de la restauration.

(Peut-être schéma pour dire les 3 plus importantes)

Les travailleurs de « compétences spécifiques de niveau 1 » peuvent travailler dans ces 14


domaines, mais les travailleurs de niveau 2 n'ont accès qu'à l'industrie de la construction, de
l'industrie navale/maritime.
Le niveau 2 permet d'acquérir un statut de cadre et rester au Japon pour un séjour sans
limite de durée, quand le niveau 1 se limitait au travail non (peu) qualifié et ne pouvait pas
dépasser les 5 ans de résidence. Ainsi quand ils ont dépassé cette date limite, les niveaux 1
doivent quitter le Japon.

Alors que pour la formation des stagiaires techniques, les pays d'origine des travailleurs
étaient limités à 15 (Inde, Indonésie, Ouzbékistan, Cambodge, Sri Lanka, Thaïlande, Chine,
Népal, Bangladesh, Philippines, Vietnam, Pérou, Myanmar, Mongolie, Laos), ceux pour les
Compétences Spécifiques ont été limités par le gouvernement à 9 pour le moment (
Vietnam, Chine, Philippines, Indonésie, Thaïlande, Myanmar, Cambodge, Népal et Mongolie).

Malgré cette politique d'immigration, les travailleurs étrangers sont, et ce dès 1993,
confrontés à des conditions de travail difficiles, parfois moins bonnes que celles d'autres
industries ou d'autres pays.

Ils doivent faire face à des problèmes de discrimination, impliquant de l'harcèlement et des
abus de pouvoir. Cela peut aller jusqu’à la violation des droits humains, en retirant au
travailleur son passeport, ou en lui interdisant les fréquentations amoureuses, le mariage ou
de tomber enceinte. Cela peut entraîner des dépressions, et même des cas de suicides.

Les travailleurs doivent faire face à la malveillance de certains « courtiers » dans leurs pays
d'origine, comme au Japon, qui les poussent à s'endetter afin de s'installer, et qui subissent
des pressions à rembourser.

En plus des conditions de travail difficiles, des problèmes de discrimination et de violations


des droits humains, les travailleurs étrangers doivent faire face aux procédures
admnistratives.

En juillet 2019, 4 mois après l'entrée en vigueur de la loi révisée introduisant les nouveaux
statuts, peu de personnes sont certifiées. Les demandes sont nombreuses, et les dossiers
parfois incomplets, ainsi la certification prend un certain temps.
不法在留者の状況 / la situation des résidents illégaux

外国人の就労者の増加、留学生の増加および観光目的の入国(短期滞在)の増加に伴っ

て、不法に日本に在留している外国人数が増加しています。

Avec l'augmentation du nombre de travailleurs étranger, du nombre

d'étudiants internationaux et du nombre de touristes (soit des personnes

ayant un visa de courte durée), le nombre d'étranger séjournant illégalement

au Japon augmente.

*今回の集計は、2020年1月1日時点なので、新型コロナウィルス感染拡大の影響は反映

されていません。

*Les données récoltées et rassemblées dans ce graphique datent toutes

jusqu'au 1er janvier 2020, soit avant l'arrivée du Covid-19. L'impact de

l'épidémie n'y est pas reflétée.


国別・地域別の不法残留者数の推移 /Évolution du nombre de résidents

illégaux par pays/région.   

*ベトナム急増/ * Croissance rapide du Vietnam

・ベトナムは、技能実習生、留学生の増加により、不法在留者が増加しています。技能実

習生はさまざまな理由で失踪者になった者、留学生は退学になった者が、引き続き日本に

在留しているためと推察しています。

・ Pour le Vietnam, le nombre de résidents illégaux augmente en raison de

l'augmentation du nombre de stagiaires techniques et d'étudiants

internationaux. On peut émettre l'hypothèse que les stagiaires techniques qui

ont disparu pour diverses raisons et les étudiants internationaux qui ont

abandonné l'école, continuent de rester au Japon illégalement.

(partie intro, à utiliser)

(avec le COVID, explosion entre 2019. 1 Phrase )

・韓国は、中国は、観光目的で日本に入り、帰国しないで日本に在留していることによるも

のが多い結果だと思います。

Pour ce qui est des sud-coréens et des chinois, on pense que cela est

principalement dû au fait qu'ils sont entrés au Japon à des fins touristiques et

y sont restés illégalement (même après leur visa) sans rentrer dans leur pays.

https://fukuoka-visa-assist.com/news/3329/

Dans l’intro :

les touristes et étudiants augmentent, donc les visas courts mais restent sur le territoire japonais au

lieu de rentrer.
(comme ils résident de manière illégale = pas de papier officiel qui autorise leur séjour au Japon →

pas d’autres possibilités que de travailler au noir. )

(détail du graphique)

part 1・ graphique, オリアンヌ

⇒ 90年代から、日本では、外国人の数は どんどん増加しています。

外国人労働者、留学生、観光客のように短期ビザを持つ人々の数が増えています。また、ビザが切れても、日

本に残る人がたくさんいます。したがって、外国人労働者の政策が変わっても、日本に不法在留者の数が増え

ています。 

Depuis les années 90, au Japon, le nombre d’étrangers ne cessent d’augmenter.


Les personnes ayant des visa de courte durée comme les travailleurs étrangers, les étudiants
internationaux ou les touristes augmentent (également). Même si leur visa expire/se termine, ils
restent au Japon. Par conséquent, même si les politiques sur les travailleurs étrangers changent, le
nombre de résidents étrangers illégaux augmentent

それらの人々は不法に住んでいるので、合法的に働くことができないのです。ブラック企業に入ることしかできま

せん。

((((Souvent les étrangers entrent sur le territoire japonais en recourant soit à un visa touristique soit à
un visa d’étudiant international. En vérité, ils veulent venir au Japon pour trouver du travail. Tous ces
gens ))))(sous-entendu : ceux qui entrent avec un visa touristique pour travailler et ceux dont le visa a expiré),
comme ils vivent illégalement au Japon, ils ne peuvent travailler légalement. C’est pourquoi, ils n’ont
d’autre choix que de travailler au noir.

福岡の外国人ビザアシストセンターのサイトによると、このグラフは入管白書から来ています。

縦軸は不法在留者の数です。横軸は年代です。

しかし、データーは1月1日2020年まで止まっているので、コロナウィルス感染拡大の影響は見えません。
Selon le site du centre de Fukuoka de l’assistance aux étrangers pour l’obtention d’un visa, ce

graphique est tiré du Livre Blanc du Bureau de l’Immigration (les rapports ministériels).

L’axe vertical est le nombre de résidents illégaux. L’axe horizontal est les années (de 2001 à 2020).

Cependant, les données s'arrêtent jusqu’au 1er janvier 2020, on ne peut pas observer l’impact de la

situation liée au coronavirus.

この折れ線グラフによると、2006年から2012年まで、すべての国で不法在留者の数が減少していま

す。そして2013年には、インドネシアとフィリピン以外はその数は増加しています。

2000年代から、国々の中で、ベトナムは日本で不法在留者が一番少なかったのです。ところが、2014年か

ら、数がどんどん増えてきました。2020年には、韓国を超えたのです。つまり、このグラフによると、日本で最も

多い不法在留者の国籍はベトナム人だということがわかります。

Selon le graphique à lignes cassées (je ne sais pas le nom en français, mais c’est dans le voc lié aux
graphiques ^^’) de 2006 à 2012, le nombre de résidents illégaux au Japon baisse pour l’ensemble des

pays. En 2013, excepté pour l’Indonésie et les Philippines, ce chiffre augmente. Depuis les années
2000, parmi tous ces pays, le Vietnam est le pays ayant le moins de résidents illégaux au Japon.
Cependant à partir de 2014, leur nombre ne cesse d’augmenter. En 2020, il est plus élevé que celui
de la Corée. En d’autres termes, à partir de ce graphique, on peut comprendre que le Vietnam est
devenu le pays avec le plus de résidents illégaux au Japon.
part2・graphique、なおみ

開発途上国であるタイ、フィリピン、インドネシアの3国の不法在留者が2018年から
ゆっくりと増えていることが分かります。ベトナムは先ほど言った通り、2018年からとても早い
スピードでベトナム人の不法在留者が増加していることが分かります。(数字を上げること)
さらに、先進国である韓国と中国を比べると、韓国の不法在留者は少しずつ少なくなってい
ますが、中国の不法在留者は2012年からゆっくりと増えています。
つまり、それらの事情で不法在留者の数が増えた為、ブラック企業の数も増えていると私は思います。さらに、

グラフには示されていませんが、コロナvirusにより、仕事を失って、ブラック企業で働く事し
か選択肢がないという外国人が増加えています。
また、この中で就労ビザを持っていても、日本の企業で働いている外国人が人種差
別や、いじめ、その上厳しい状況で働いていても給料がとても低いという人が転職し、ブラッ
ク企業に入る場合があると思います。選んで入る。
結果、不法在留者の数が増えれば、ブラック企業の数もどんどん増えていきます。そ
れを避ける為、政府が新たな対策を取らなければならないと思います。

関係者・理由、Les éventuelles raisons : les profils des personnes concernées

・学生、アルバイトの時間が限られる、お金が必要。

・出稼ぎ目的で日本に来る外国人、借金を返済しなければならない人達。

・特定技能のビザをもらえなかった外国人労働者。

Conclusion: Comme le nombre d’étranger qui réside sur le territoire japonais de manière totalement

illégale augmente (rapidement) style vietnam, de ce fait, le nombre d’industrie au noir augmente

également.

Parfois il arrive que les étrangers en situation régulière, travaillent dans des conditions abominables,

autant gagner plus en travaillant dans les mêmes conditions. Souvent ça peut-être un choix.

Vous aimerez peut-être aussi