Vous êtes sur la page 1sur 75

DISPOSITIONS FISCALES

DE LA LOI DE
FINANCES 2022

Préparé par M. Khalid FIZAZI

Expert Comptable DPLE


Commissaire aux Comptes
Managing Partner
Vice Président du Conseil Régional de Rabat – Salé – Kénitra de l’Ordre des Experts Comptables – CRRSK
Président de la Commission des Études Juridiques et Fiscales -CRRSK
SOMMAIRE

I INTRODUCTION

II DISPOSITIONS SPECIFIQUES A L’IMPOT SUR LES SOCIETES

III DISPOSITIONS SPECIFIQUES A L’IMPOT SUR LE REVENU

IV DISPOSITIONS SPECIFIQUES A LATVA

V DISPOSITIONS COMMUNES A L’IS, L’IR, LA TVA ET AUX DROITS D’ENREGISTREMENT

VI PROCEDURES FISCALES

VII TAXE AERIENNE POUR LA SOLIDARITE ET LA PROMOTION TOURISTIQUE

VIII SANCTIONS FISCALES

IX AUTRES MESURES FISCALES


INTRODUCTION
La Loi de Finances pour l’année 2022
se fixe comme priorités

La consolidation des bases de la relance de l’économie nationale : Redynamiser les secteurs productifs et améliorer leur capacité à créer des
emplois et de la valeur ajoutée, en poursuivant entre autres la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI pour l’investissement et le financement
de projets dans le cadre du partenariat public- privé ou encore la mise en œuvre de la politique nationale de l’environnement des affaires
couvrant la période allant de 2021 à 2025, ainsi qu’en encourageant l’entrepreneuriat notamment les TPME exportatrices en particulier vers
l’Afrique.

Le renforcement des mécanismes d’intégration et de progrès dans la généralisation de la protection sociale : Lancer en 2022 de la deuxième
phase de la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire aux catégories vulnérables bénéficiant actuellement du RAMED.

Le renforcement du capital humain: Mettre en place la loi-cadre relative au système d’éducation, de formation et de recherche
scientifique, ou encore la mise en œuvre de la feuille de route relative au développement du secteur de la formation
professionnelle

La consolidation des mécanismes de gouvernance : Contribuer activement à l'exécution des recommandations du rapport de la Commission
spéciale sur le modèle de développement (CSMD). Aussi, donner un coup d’accélérateur aux grands chantiers de la réforme de l’Administration
autour de la bonne gouvernance, et la simplification des procédures notamment par la digitalisation.
Dans le but de réaliser les objectifs à court
terme, le gouvernement table en 2022 sur: Sous certaines hypothèses

80 Millions de quintaux 9,26


3,2% du PIB Production céréalière Taux de change
Taux de croissance prévisionnelle dollar/dirham

5,9% du PIB 450$US la tonne 1,2%


Déficit du Trésor Cours moyen du gaz butane Taux d’inflation
Structure du budget de l’Etat
Les données chiffrées de la Loi de Finances pour l’année 2022 se présentent comme suit :

Composantes Dépenses en MAD Recettes en MAD

Le budget général (hors amortissement de la dette) 357 794 333 000,00** 254 938 295 000,00

Les services de l'Etat gérés de manière autonome (SEGMA) 2 190 184 000,00 2 190 184 000,00
Les comptes spéciaux du Trésor 98 086 009 000,00 98 135 857 000,00

L’amortissement de la dette publique à moyen et LT 61 138 000 000,00 105 387 000 000,00

TOTAL 519 208 526 000,00 460 651 336 000,00


TOTAL DU BESOIN DE FINANCEMENT 58 557 190 000,00

(**) Dont 8.132.000.000,00 MAD relatifs aux remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux.
Structure du budget de l’Etat
Les recettes du budget général de l’Etat

Rubriques Recettes %

Impôts directs et taxes assimilées 97.823.769.000,00 38%

Impôts indirects 105.897.965.000,00 42%

Droits de douane 11.832.100.000,00 5%

Droits d’enregistrement et de timbre 15.115.138.000,00 6%

Produits des cessions de participations de l’Etat 5.000.000.000,00 2%


Produits de monopoles, d’exploitations et des participations financières de l’Etat 13.984.850.000,00 5%
Revenus du domaine de l’Etat 349.500.000,00 0%

Recettes diverses 3.434.973.000,00 1%

Dons et legs 1.500.000.000,00 1%

TOTAL 254.938.295.000,00 100%


Structure du budget de l’Etat
Les dépenses du budget général de l’Etat

Dép. hors remboursements, Dép. relatives aux remboursements, Dépenses globales en


Dépenses % %
dégrèvements et restitutions fiscaux dégrèvements, et restitutions fiscaux MAD

Dépenses de fonctionnement 233 186 791 000,00 67% 8 132 000 000,00 241 318 791 000,00 67%

Dépenses d’investissement 87 401 542 000,00 25% - 87 401 542 000,00 25%

Dépenses relatives aux intérêts et


29 074 000 000,00 8% - 29 074 000 000,00 8%
commissions de la dette publique

TOTAL 349 662 333 000,00 100% 8 132 000 000,00 357 794 333 000,00 100%
Dépenses fiscales par secteur d’activité

2021 2020
Secteurs d'activité Montant ( en Mesures
Mesures recensées Mesures évaluées Part Mesures évaluées Montant Part
Millions de DHS) recensées

Activités immobilières 43 37 6.546 22,2% 43 37 5.800 20,8%


Sécurité- Prévoyance sociale 17 16 5.852 19,8% 16 15 5.201 18,7%
Agriculture, pêche 26 25 2.302 7,8% 27 25 2.457 8,8%
Services Publics 3 2 332 1,1% 2 1 340 1,2%
Industries alimentaires 7 7 1.090 3,7% 7 7 1.179 4,2%
Exportations 5 5 1.870 6,3% 9 6 2.796 10,0%
Secteur financier 41 32 1.878 6,4% 41 33 1.886 6,8%
Santé et secteur Social 25 23 847 2,9% 25 23 673 2,4%
Transport 22 22 1.065 3,6% 22 22 1.039 3,7%
Mesures profitant à tous les secteurs 28 20 1.304 4,4% 25 20 983 3,5%
Electricité et Gaz 4 4 4.440 15,0% 4 4 3.644 13,1%
Activités minières 6 6 137 0,5% 7 7 197 0,7%
Indust. Automob. Et chimique 5 5 585 2,0% 5 5 320 1,2%
Régions 10 7 61 0,2% 9 8 142 0,5%
Edition, Imprimerie 4 4 157 0,5% 4 4 169 0,6%
Tourisme 5 5 142 0,5% 5 5 198 0,7%
Education 14 14 267 0,9% 14 14 301 1,1%
Artisanat 5 4 73 0,2% 5 4 73 0,3%
Autres secteurs 36 21 554 1,9% 32 21 429 1,5%
Total 306 259 29.501 - 302 261 27.827 -
Dépenses fiscales par type d’impôt

2021 2020
Variation
Désignation
Mesures Mesures Montant (en Mesures Mesures Montant (en 2021/2020
Millions de Part Millions de Part
recensées évaluées DHS)
recensées évaluées DHS)

Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) 87 82 13.590 46% 85 83 12.752 46% 7%

L'impôt sur les sociétés (IS) 57 48 4.086 14% 58 47 5.076 18% -20%

L'impôt sur les revenus (IR) 85 54 4.361 15% 83 57 4.010 14% 9%

Droits d'enregistrement et de timbre (DET) 44 42 2.592 9% 44 42 1.778 6% 46%

Taxe spéciale annuelle sur les véhicules (TSAV) 9 9 200 1% 9 9 188 1% 6%

Taxe sur les contrats d'assurance (TCA) 14 14 3.498 12% 13 13 3.147 11% 11%

Taxe intérieure de consommation (TIC) 7 7 83 0% 7 7 207 1% -60%

Droits de douanes 3 3 1.092 4% 3 3 669 2% 63%

Total 306 259 29.501 - 302 261 27.827 - 6%


II

DISPOSITIONS
SPECIFIQUES A
L’IMPOT SUR LES
SOCIETES
II. DISPOSITIONS SPECIFIQUES
A L’IMPOT SUR LES SOCIETES

1
Restauration du barème proportionnel en
matière de l’impôt sur les sociétés en
remplacement du barème progressif

2
Réduction du taux de l’impôt sur les sociétés de 28% à 26%
applicable aux activités industrielles dont le bénéfice net est
inférieur à 100 millions de dirhams

3
Instauration d’un régime incitatif applicable aux opérations
d’apport des éléments d’actif et de passif d’une association
de microfinance à une société anonyme
Restauration du barème proportionnel en matière de l’impôt
Dispositions spécifiques à l’impôt sur les sociétés 1 sur les sociétés en remplacement du barème progressif

DISPOSITION NOUVELLE

La LF 2022 a supprimé la progressivité des taux d’imposition en matière d’impôt sur les sociétés et son remplacement par les taux proportionnels suivants :
• 10% pour la tranche du bénéfice fiscal net inférieur ou égal à 300.000 DHS ;
• 20% pour la tranche du bénéfice fiscal net supérieur à 300.000 DHS et inférieur ou égal à 1 million DHS ;
• 31% pour la tranche du bénéfice fiscal net supérieure à 1 million DHS ;
• Le plafonnement du taux du barème proportionnel à 20% pour les entreprises soumises actuellement à ce taux spécifique (les entreprises exportatrices, les entreprises hôtelières et les établissements
d’animation touristique, les entreprises minières, les entreprises artisanales, les établissements privés d’enseignements ou de formation professionnelle, les sociétés sportives, les promoteurs immobiliers,
les exploitations agricoles et les sociétés exerçant les activités d’externalisation de services ) et qui réalisent des bénéfices nets supérieurs à 1.000.000,00 DHS.
Etant précisé que le secteur financier demeure imposable au taux de 37%.
Les acomptes provisionnels dus au titre des exercices ouverts à partir du 1er janvier 2022 sont calculés selon les nouveaux taux proportionnels. Par contre, la liquidation de l’impôt de l’exercice 2021
se fera suivant les taux progressifs.

Référence légale : Article 19-I-A du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

Actuellement les taux de l’impôt sur les sociétés sont progressifs avec des déductions accordées en fonctions des tranches d’imposition

Montant du bénéfice fiscal (en dirhams) Taux Montant à déduire

Inférieur ou égal à 300 000 10% -

de 300 001 à 1 000 000 20% 30 000,00

supérieur à 1 000 000 31% 140 000,00

Référence légale : Article 19-I-A du CGI


Restauration du barème proportionnel en matière de l’impôt
Dispositions spécifiques à l’impôt sur les sociétés 1 sur les sociétés en remplacement du barème progressif

Objectifs

• Assurer la convergence progressive vers un taux proportionnel unifié en matière d’impôts sur les sociétés ;
• Permettre la mobilisation du plein potentiel fiscal pour le financement des politiques publiques, le développement économique,
l’inclusion et la cohésion sociale ;
• Permettre la redistribution efficace et la réduction des inégalités en vue de renforcer la justice et la cohésion sociale.

Date d’effet

• Applicable au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022.


Réduction du taux de l’impôt sur les sociétés de 28% à 26%
Dispositions spécifiques à l’impôt sur les sociétés 2 applicable aux activités industrielles dont le bénéfice net est inférieur
à 100 millions de dirhams

DISPOSITION NOUVELLE

La LF 2022 a réduit le taux de l’impôt sur les sociétés de 28% à 26% applicable aux activités industrielles dont le bénéfice net est inférieur à 100 millions de dirhams. Ainsi à compter de l’exercice 2022, les
activités industrielles sont imposées à l’impôt sur les sociétés aux taux proportionnels suivants :
• Imposition au taux de 10% pour la tranche du bénéfice fiscal net inférieur ou égal à 300.000 DHS ;
• Impositions au taux 20% pour la tranche du bénéfice fiscal compris entre (300 001 DHS à 1 000 000 DHS ) ;
• Imposition au taux de 26% au lieu de 28% si le bénéfice net fiscal supérieur à 1 000 000 DHS et inférieur à 100 000 000 DHS correspondant au chiffre d’affaire local ;
• Imposition au taux de 31% lorsque le bénéfice réalisé sur le chiffre d’affaires local est supérieur à 100 millions de Dirhams ;
Il est à rappeler que le bénéfice net fiscal relatif au chiffre d’affaires à l’export est imposé au taux réduit de 20%.
On entend par activité industrielle au sens de l’article 19-I-A-9° du CGI, toute activité qui consiste à fabriquer ou à transformer directement des biens meubles corporels moyennant des installations
techniques, matériels et outillages dont le rôle est prépondérant

Référence légale : Article.19-I-A-9° du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

Actuellement, les sociétés industrielles sont soumises aux taux d’IS progressifs suivants :
• Imposition au taux de 10% pour la tranche du bénéfice fiscal net inférieur ou égal à 300.000 DHS ;
• Impositions au taux 20% pour la tranche du bénéfice fiscal compris entre (300 001 DHS à 1 000 000 DHS ) ;
• Imposition au taux de 28% si le bénéfice net fiscal supérieur à 1 000 000 DHS et inférieur à 100 000 000 DHS correspondant au chiffre d’affaires local ;
• Imposition au taux de 31% lorsque le bénéfice réalisé sur le chiffre d’affaires local est supérieur à 100 millions de Dirhams ;

Référence légale : Article.19-I-A-9° du CGI

15
Réduction du taux de l’impôt sur les sociétés de 28% à 26%
Dispositions spécifiques à l’impôt sur les sociétés 2 applicable aux activités industrielles dont le bénéfice net est inférieur
à 100 millions de dirhams

Objectifs

Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs fondamentaux de la loi-cadre portant sur la reforme fiscale visant:
• L’incitation à l’investissement productif, créateur de valeur ajoutée et d’emploi de qualité ;
• L’incitation des entreprises en vue de consolider leur compétitivité au niveau national et international ;
• La convergence progressive vers un taux unifié en matière d’IS concernant les activités industrielles ;
• La baisse de la pression fiscale sur les contribuables au fur et à mesure de l’élargissement de l’assiette ;
• L’ouverture sur les bonnes pratiques internationales dans le domaine fiscal.

Date d’effet

• Applicable au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022.


Instauration d’un régime incitatif applicable aux opérations d’apport
Dispositions spécifiques à l’impôt sur les sociétés
3 des éléments d’actif et de passif d’une association de microfinance à
une société anonyme

DISPOSITION NOUVELLE

Les associations de microfinance bénéficient d’un sursis du paiement de l’impôt sur les sociétés relatif à la plus-value nette réalisée suite à l’apport de leurs éléments d’actif et de passif à une société anonyme,
conformément aux dispositions de la loi n° 50-20 relative à la microfinance promulguée par le dahir n°1-21-76 du 3 hija 1442 (14 juillet 2021), dans les conditions suivantes :
• Les éléments apportés doivent être évalués par un commissaire aux apports choisi parmi les personnes habilitées à exercer les fonctions de commissaire aux comptes ;
• Les associations précitées doivent déposer auprès de l’administration fiscale par voie électronique, dans un délai de soixante (60) jours suivant la date de l’acte d’apport, une déclaration établie d’après un
modèle de l’administration accompagnée de l’acte d’apport comportant le nombre et la nature des éléments apportés, en indiquant
 Leur prix d’acquisition,
 Leur valeur nette comptable
 Leur valeur réelle à la date d’apport,
 La plus-value nette résultant de cet apport,
 Le montant de l’impôt correspondant ayant fait l’objet du sursis du paiement;
 Le nom de l’association ou sa raison sociale, son numéro d’identification fiscale et le numéro d’identification fiscale de la société anonyme devenue propriétaire des éléments apportés ;
• Les associations précitées doivent s’engager dans l’acte d’apport à payer spontanément le montant de l’impôt sur les sociétés ayant fait l’objet de sursis du paiement, par procédé électronique, selon un
modèle établi par l’administration, dans un délai de soixante (60) jours suivant la date du retrait ou de cession totale ou partielle, par la société anonyme, des éléments correspondants à la plus-value précitée ou
des titres reçus par les associations en contrepartie de l’apport.
En cas de non-respect des conditions visées ci-dessus, la situation des associations précitées est régularisée selon les règles de droit commun.
Par ailleurs, il est à préciser que le montant de l’impôt sur les sociétés ainsi que la pénalité et les majorations y afférentes dont sont redevables les associations de microfinance contrevenantes aux
dispositions de l’article 161 quater du CGI, sont immédiatement établis et exigibles, même si le délai de prescription a expiré.

Références légales : Article 161 quater du CGI & Article 232-VIII-20° du CGI
Instauration d’un régime incitatif applicable aux opérations d’apport des
Dispositions spécifiques à l’impôt sur les sociétés 3 éléments d’actif et de passif d’une association de microfinance à une
société anonyme

Objectifs

• Encourager les opérations de restructuration et de transformation des associations en sociétés anonymes.

Date d’effet

• La nouvelle disposition est applicable aux opérations d’apport réalisées par les associations de microfinance à compter du 1er janvier
2022.
III

DISPOSITIONS
SPECIFIQUES A
L’IMPOT SUR LE
REVENU
III. DISPOSITIONS SPECIFIQUES
A L’IMPOT SUR LE REVENU

1
Adaptation et amélioration du régime de la
contribution professionnelle unique(CPU)

2
Révision de l’abattement forfaitaire appliqué aux revenus salariaux versés aux sportifs
professionnel, entraineurs, éducateurs et équipe technique

3
Prolongation de l’exonération des nouveaux
Contrats à Durée Indéterminée

20
Adaptation et amélioration du régime de la
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 1 contribution professionnelle unique(CPU)

DISPOSITION NOUVELLE

Dans le but d’améliorer le régime d’imposition de la CPU et clarifier les modalités de sa liquidation, la LF 2022 a révisé les coefficients de marge appliqués au chiffre d’affaires, en procédant au regroupement
des activités de même nature, et en clarifiant le mode d’imposition du revenu professionnel dans le cas de l’exercice de plusieurs activités par un seul contribuable.
Ainsi, à compter de l’année 2022, les personnes physiques, dont les revenus professionnels sont déterminés selon le régime de la contribution professionnelle unique, sont soumises à l’impôt sur le revenu selon
le taux visé à l’article 73-II-B-6°. Soit 10%, sur la base du chiffre d’affaires réalisé auquel s’applique un coefficient fixé pour chaque catégorie de profession conformément au tableau ci-dessous :
CPU = (CA * Coefficient) * 10 % + droit complémentaire

Catégories de professions Coefficient 2022

Alimentation générale 6,00%


Coefficient par catégorie de profession

Autres produits alimentaires 8,00%

Matières premières
Commerce 8,00%
Matériaux de construction

Produits chimiques et engrais 10,00%

Autres produits non alimentaires 12,00%

Restauration légère ou rapide 10,00%

Exploitant de restaurant et débitant de boissons 20,00%

Transport de personnes et de marchandises 10,00%

Activités d’entretien 15,00%

Location de biens meubles 20,00%

Autres activités de location et de gestion 25,00%

Coiffure et esthétique 20,00%


Prestation de service
Mécanicien réparateur

Réparateur d’appareils électroniques


30,00%
Activités artistiques et de divertissement

Exploitant de moulin

Autres artisans de services 12,00%

Courtiers 45,00%

Autres prestations 20,00%


Adaptation et amélioration du régime de la contribution
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 1 professionnelle unique(CPU)

DISPOSITION NOUVELLE

Catégories de professions Coefficient 2022


Coefficient par catégorie de

Produits alimentaires
Fabrication 10%
Produits non alimentaires

Chevillard 4,00% ( nouvel ajout)


profession

Marchand de tabac 3,00%

Commerces Marchand de gaz comprimé, liquéfié et dissous 4,50%


et activités
spécifiques Marchand de farine, fécules, semoules ou son 5,00%

Armateur, adjudicataire ou fermier (pêche) 7,00%

Boulanger 8,00%

En outre, la LF 2022 précise que lorsque le contribuable exerce plusieurs professions, ou activités relevant de coefficients différents, le revenu professionnel global est égal au total
des revenus déterminés séparément pour chaque profession ou activité.
couverture médicale des contribuables

Montant trimestriel des droits complémentaires Montant annuel des droits complémentaires
Tranches des droits annuels (en dirhams)
Droit complémentaire destinés à la

(en dirhams) (en dirhams)

Moins de 500 300 1200

De 500 à 1.000 390 1560


concernés

De 1.001 à 2 500 570 2280

De 2.501 à 5.000 720 2880

De 5.001 à 10.000 1050 4200

De 10.001 à 25.000 1500 6000

De 25.001 à 50.000 2250 9000

Supérieur ou égal à 50.001 3600 14400

NB : le droit complémentaire est également applicable aux revenus imposés suivant le régime d’autoentrepreneur.
Adaptation et amélioration du régime de la contribution
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 1 professionnelle unique(CPU)

DISPOSITION ANCIENNE

Les personnes physiques dont les revenus professionnels sont déterminés selon le régime de la contribution professionnelle unique sont soumises à l’impôt sur le revenu selon le taux visé à
l’article 73-II-B-6°, soit 10%, sur la base du chiffre d’affaires réalisé auquel s’applique un coefficient fixé pour chaque profession conformément au tableau annexé au CGI
Coefficient par
profession CPU = (CA * Coefficient) * 10 % + droit complémentaire

Ce taux est libératoire de l’impôt sur le revenu.


Adaptation et amélioration du régime de la contribution
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 1 professionnelle unique(CPU)

Liste des activités exclues au régime de CPU

Sont exclues du bénéfice du régime de CPU, les activités suivantes :

Administrateurs de biens Imprimeurs

Agents d'affaires Ingénieurs conseils

Agents de voyages Interprètes, traducteurs ;

Architectes Kinésithérapeutes

Assureurs Libraires

Avocats Lotisseurs et promoteurs immobiliers

Changeurs de monnaies Loueurs d'avions ou d'hélicoptères

Chirurgiens Mandataires négociants

Chirurgiens-dentistes Marchands de biens immobiliers

Commissionnaires en marchandises Marchands en détail d'orfèvrerie, bijouterie et joaillerie

Comptables Marchands en gros d'orfèvrerie, bijouterie et joaillerie

Conseillers juridique et fiscal Marchands exportateurs

Courtiers ou intermédiaires d’assurances Marchands importateurs

Editeurs Médecins
Adaptation et amélioration du régime de la contribution
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 1 professionnelle unique(CPU)

Liste des activités exclues au régime de CPU

Sont exclues du bénéfice du régime de CPU, les activités suivantes :

Entrepreneurs de travaux divers Notaires

Entrepreneurs de travaux informatiques Pharmaciens

Entrepreneurs de travaux topographiques Prestataires de services informatiques

Experts en toutes branches Prestataires de services liés à l’organisation des fêtes et réceptions

Experts-comptables Producteurs de films cinématographiques

Exploitants d'auto-école Radiologues

Exploitants de salles de cinéma Représentants de commerce indépendant

Exploitants de clinique Tenants un bureau d’études

Exploitants de laboratoire d'analyses médicales Topographes

Exploitants d'école d'enseignement prive Transitaires en douane

Géomètres Vétérinaires

Hôteliers
Adaptation et amélioration du régime de la contribution
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 1 professionnelle unique(CPU)

RAPPEL

• Le contribuable dont le revenu professionnel est déterminé selon le régime de la contribution professionnelle unique prévu à l’article 40 du CGI, est tenu de déclarer le chiffre d’affaires
Modalités de réalisé correspondant à chaque activité ou profession exercée en même temps que le versement spontané de l’impôt prévu à l’article 173-I alinéa 5, par procédé électronique ou sur
déclaration support papier, sur ou d’après un imprimé-modèle établi par l’administration fiscale, et ce avant le 1er avril de l’année suivant celle au cours de laquelle le chiffre d’affaires a été
réalisé.

• Par dérogation aux dispositions des paragraphes I et III de l’article 169, les contribuables dont le revenu professionnel est déterminé selon le régime de la contribution professionnelle unique
Modalités de visé à l’article 40, peuvent effectuer auprès de l’administration fiscale par procédé électronique, les versements spontanés prévus par le CGI en matière d’impôt sur le revenu
paiement conformément aux dispositions de l’article 173 du CGI.
• Le contribuable peut opter soit pour le paiement trimestriel avant la fin de chaque trimestre ou le paiement annuel avant le 1er avril N+1.

Justifications des • Conformément aux dispositions de l’article 146 Bis, les contribuables dont les revenus professionnels sont déterminés selon le régime de la contribution professionnelle unique prévu à
achats l’article 40, sont tous soumis à l’obligation de réalisation et de justification de leurs achats prévue à l’article 146.

Références légales : Articles 26, 40, 41, 43, 44, 73-II, 82 quater, 146, 155-IV, 169 et 173-I du CGI
Adaptation et amélioration du régime de la contribution
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 1 professionnelle unique(CPU)

Objectifs

• La simplification et l’adaptation du régime fiscal applicable aux activités de proximité génératrices de revenus modestes ;
• L’adaptation et l’amélioration du régime de la CPU pour accélérer l’intégration du secteur informel ;
• L’intégration du secteur informel dans l’économie structuré ;
• La facilitation de l’intégration des unités de production, de commerce et de service opérant dans le secteur informel, dans le tissu
économique structuré.

Date d’effet

• Applicable à compter du 1er janvier 2022.


Révision de l’abattement forfaitaire appliqué aux revenus salariaux
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 2 versés aux sportifs professionnel, entraineurs, éducateurs et équipe
technique

DISPOSITION NOUVELLE

Conformément aux dispositions de l’article 247-XXXII du CGI, à titre transitoire et par dérogation aux dispositions de l’article 60-III du CGI, le revenu net soumis à l’impôt sur le revenu, au titre des revenus versés
aux sportifs professionnels, entraineurs, éducateurs et à l’équipe technique, est déterminé à compter de l’année 2022, par application d’un abattement de :
• 90% au titre de l’année 2021, 2022 et 2023
• 80% au titre de l’année 2024 ;
• 70% au titre de l’année 2025 ;
• 60% au titre de l’année 2026.
Notons que pour bénéficier de l’abattement prévu à l’article 60-III du CGI, les éducateurs, entraineurs et l'équipe technique doivent être titulaires d’un contrat sportif professionnel au sens des dispositions de la
loi n° 30-09 précitée et d’une licence délivrée par les fédérations sportives.

Références légales : Article 247-XXXII et 60-III du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

Conformément aux dispositions de l’article 247-XXXII du CGI, a titre transitoire et par dérogation aux dispositions de l’article 60-III du CGI, le revenu net soumis à l’impôt sur le revenu, au titre des revenus versés
aux sportifs professionnels, entraineurs, éducateurs et à l’équipe technique, est déterminé par application d’un abattement de:
• 90% au titre de l’année 2021 ;
• 80% au titre de l’année 2022 ;
• 70% au titre de l’année 2023 ;
• 60% au titre de l’année 2024.
Notons que pour bénéficier de l’abattement prévu à l’article 60-III du CGI, les éducateurs, entraineurs et l'équipe technique doivent être titulaires d’un contrat sportif professionnel au sens des dispositions de la
loi n° 30-09 précitée et d’une licence délivrée par les fédérations sportives.

Références légales : Article 247-XXXII et 60-III du CGI


Révision de l’abattement forfaitaire appliqué aux revenus salariaux
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 2 versés aux sportifs professionnel, entraineurs, éducateurs et équipe
technique

Objectifs

• Accompagner la restructuration du secteur sportif et permettre à ce secteur d’assurer sa conformité fiscale en matière d’impôt sur les
revenus salariaux.

Date d’effet

• La nouvelle disposition s’applique à compter du 1er janvier 2022.


Prolongation de l’exonération des nouveaux
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 3 Contrats à Durée Indéterminée

DISPOSITION NOUVELLE

• Conformément aux dispositions de l’article 247-XXXIII du CGI, est exonéré le salaire versé par une entreprise, association ou coopérative à un salarié à l’occasion de son premier recrutement, pendant les
Trente-six (36) premiers mois à compter de la date dudit recrutement.
• L’exonération visée ci-dessus est accordée au salarié dans les conditions suivantes :
 Le salarié doit être recruté dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) et conclu pendant la durée allant du 1er janvier 2021 au 31 Décembre 2022 ;
 L’âge du salarié ne doit pas dépasser trente-cinq (35) ans à la date de conclusion de son premier contrat de travail.
• L’employeur doit produire avant le 1er mars de chaque année, une déclaration comportant la liste des salariés bénéficiant de l’exonération ci-dessus d’après un imprimé-modèle établi par l’administration.
• Cette déclaration doit comporter :
 1°- les renseignements visés au 1°, 2°, 4°, 5°, 6°, 7°, 8°, 12° et 14° du I de l’article 79 du CGI ;
 2°- une copie du contrat de travail à durée indéterminée.

Référence légale : Article 247-XXXIII du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

• Conformément aux dispositions de l’article 247-XXXIII du CGI, est exonéré le salaire versé par une entreprise, association ou coopérative à un salarié à l’occasion de son premier recrutement, pendant les
Trente-six (36) premiers mois à compter de la date dudit recrutement.
• L’exonération visée ci-dessus est accordée au salarié dans les conditions suivantes :
 Le salarié doit être recruté dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) et conclu pendant la durée allant du 1er janvier 2021 au 31 Décembre 2021;
 L’âge du salarié ne doit pas dépasser trente-cinq (35) ans à la date de conclusion de son premier contrat de travail.
• L’employeur doit produire avant le 1er mars de chaque année, une déclaration comportant la liste des salariés bénéficiant de l’exonération ci-dessus d’après un imprimé-modèle établi par l’administration.
• Cette déclaration doit comporter :
 1°- les renseignements visés au 1°, 2°, 4°, 5°, 6°, 7°, 8°, 12° et 14° du I de l’article 79 du CGI ;
 2°- une copie du contrat de travail à durée indéterminée.

Référence légale : Article 247-XXXIII du CGI


Prolongation de l’exonération des nouveaux
Dispositions spécifiques à l’impôt sur le revenu 3 Contrats à Durée Indéterminée

Objectifs

• Encourager l’emploi

Date d’effet

• La nouvelle disposition s’applique à compter du 1er janvier 2022.


IV

DISPOSITIONS
SPECIFIQUES
A LA TVA
IV. DISPOSITIONS SPECIFIQUES
A LA TVA

1
Opérations obligatoirement imposables

2
Opérations exonérées avec droit à déduction

3
Opérations exonérées sans droit à déduction

4
Dispense de la régularisation de la déduction de la TVA portant sur les
opérations de cession temporaire des biens immeubles réalisées dans
le cadre des opérations de titrisation
Dispositions spécifiques à la TVA 1 Opérations obligatoirement imposables

DISPOSITION NOUVELLE

Les opérations de ventes et de livraisons portant sur les panneaux photovoltaïques et les chauffe-eaux solaires sont soumises à un taux de TVA de 10% avec droit à déduction (à l’intérieur et à l’importation).

Références légales : Articles 99-2° et article 121-2° du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

Sont exonérés de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) à l’intérieur sans droit à déduction conformément aux dispositions de l’article 91-C-7° et 8° les ventes de panneaux photovoltaïques et les chauffe-eaux
solaires. Par contre, lesdits produits sont taxables à l’importation au taux de 20% avec droit à déduction , conformément aux dispositions de l’article 121 du CGI

Références légales : Article 91-C- 7° et 8° et article 121 du CGI


Dispositions spécifiques à la TVA 1 Opérations obligatoirement imposables

DISPOSITION NOUVELLE

Sont exonérés de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) à l’intérieur avec droit à déduction, et à l’importation conformément aux dispositions de l’article 92-54° et article 123-59° du
CGI, les produits et matières entrant dans la fabrication des panneaux photovoltaïques, acquis ou importés par les fabricants desdits panneaux, cités ci-après :
• Cellules photovoltaïques

Exonération de la TVA à • Verre solaire


l’intérieur avec droit à • Cornières des panneaux en plastique (Corners)
déduction
• Films encapsulants à base de polyoléfine (POE)
&
• Ruban utilisé pour connecter les cellules photovoltaïques (Ribbon)
Exonération de TVA à • Boites de jonction avec câbles
l’importation avec droit
à déduction • Silicone pour les boites de jonction
• Flux pour le soudage des cellules photovoltaïques
• Crochet et structure support du panneau
• Cadre du panneau.

Références légales : Article 92-54° & Article 123-59° du CGI


Dispositions spécifiques à la TVA
2 Opérations exonérées avec droit à déduction

DISPOSITION NOUVELLE

Exonération de la
Conformément aux dispositions de l’article 92-I-6° du CGI, sont exonérés de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) avec droit à déduction, pendant une durée de trente six mois (36 mois),
TVA à l’intérieur
les projets d'investissement réalisés par des entreprises existantes et portant sur un montant égal ou supérieur à cinquante (50) millions de dirhams, dans le cadre d’une
avec droit à
convention conclue avec l’Etat.
déduction
Le délai d’exonération précité commence à courir, soit à compter de la date de signature de ladite convention d’investissement, soit à compter de celle de la délivrance de
& l’autorisation de construire pour les entreprises qui procèdent aux constructions liées à leurs projets.
Conformément aux dispositions de l’article 123 -22°(b) du CGI, sont exonérés de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) à l’importation, pendant une durée de trente-six (36) mois des biens
Exonération de
d’équipement, matériels et outillages nécessaires à la réalisation desdits projets d’investissement dont le montant égal ou supérieur à cinquante (50) millions de dirhams dans le cadre
TVA à l’importation
d’une convention conclue avec l’Etat. L’exonération est accordée également aux parties, pièces détachées et accessoires importés en même temps que les équipements précités et
avec droit à
court à compter de la date de la première opération d’importation effectuée dans le cadre de ladite convention, avec possibilité de proroger ce délai de vingt-quatre (24) mois.
déduction

Référence légale : Articles 92-I-6° et 123 -22°-b du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

Conformément aux dispositions de l’article 92-I-6° du CGI, sont exonérés de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) avec droit à déduction, pendant une durée de trente six mois (36 mois), les projets
d'investissement réalisés par des entreprises existantes et portant sur un montant égal ou supérieur à cent (100) millions de dirhams, dans le cadre d’une convention conclue avec l’Etat.
Le délai d’exonération précité commence à courir, soit à compter de la date de signature de ladite convention d’investissement, soit à compter de celle de la délivrance de l’autorisation de construire pour les
entreprises qui procèdent aux constructions liées à leurs projets.
Conformément aux dispositions de l’article 123 -22°(b) du CGI, sont exonérés de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) à l’importation, pendant une durée de trente-six (36) mois des biens d’équipement,
matériels et outillages nécessaires à la réalisation desdits projets d’investissement dont le montant égal ou supérieur à cent (100) millions de dirhams, dans le cadre d’une convention conclue avec l’Etat,
L’exonération est accordée également aux parties, pièces détachées et accessoires importés en même temps que les équipements précités et court à compter de la date de la première opération
d’importation effectuée dans le cadre de ladite convention, avec possibilité de proroger ce délai de vingt-quatre (24) mois.

Références légales : Article 92-I-6° du CGI et 123 -22°-b du CGI


Dispositions spécifiques à la TVA

Objectifs
• Harmoniser le traitement fiscal à l’intérieur et à l’importation ;
• Assurer une neutralité fiscal en matière de TVA dans ce secteur ;
• Favoriser la protection de l’environnement et l’incitation des entreprises en vue de consolider leur compétitivité au niveau national et
international;
• Encourager l’investissement des entreprises.

Date d’effet

• Applicable à compter du 1er janvier 2022.


Dispositions spécifiques à la TVA 3 Opérations exonérées sans droit à déduction

DISPOSITION NOUVELLE

Sont exonérés de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) sans droit à déduction, conformément aux dispositions des articles 91-D-3° et 91-E- V-3° du CGI :
• Les prestations réalisées par les entreprises d’assurances et de réassurance, qui relèvent de la taxe sur les contrats d’assurance prévue par le présent code, ainsi que les
prestations réalisées dans le cadre des opérations d’assurances Takaful et de réassurance Takaful prévues par la loi n° 17-99 portant code des assurances telle qu’elle a été
modifiée et complétée;

Exonération de la • Les intérêts des prêts accordés par les établissements « de crédit et organismes assimilés aux étudiants de l'enseignement privé ou public ou de la formation professionnelle et
TVA sans droit à destinés à financer leurs études au Maroc ou à l’étranger.
déduction
Référence légale : Article 91-I-D-3° & Article 91-E- V-3° du CGI

Sont exonérés de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) sans droit à déduction, conformément aux dispositions de l’article 91-I-C-5° du CGI les ventes portant sur les métaux de
récupération.

Référence légale : Article 91-I-C-5° du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

• Sont exonérés de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) sans droit à déduction, conformément aux dispositions de l’article 91-D-3° et 91-E- V-3° du CGI :
 les prestations réalisées par les entreprises « d’assurances et de réassurance, qui relèvent de la taxe sur les « contrats d’assurances prévue par le présent code,
 les intérêts des prêts accordés par les établissements de crédit et organismes assimilés aux étudiants de l'enseignement privé ou de la formation professionnelle et destinés à financer leurs études.
• L’exonération des métaux de récupération était abrogée par la loi de finances 2021.

Références légales : Article 91-D-3° & Article 91-E- V-3° du CGI


Dispositions spécifiques à la TVA

Objectifs

• Assurer la mise en conformité du régime fiscal de la taxe d’assurance Takaful avec l’assurance conventionnelle;
• Généraliser l’exonération de la TVA aux intérêts des prêts accordés aux étudiants pour le financement de leurs études aussi bien au
Maroc qu’à l’étranger.

Date d’effet

• Applicable à compter du 1er janvier 2022.


Dispense de la régularisation de la déduction de la TVA portant sur les
Dispositions spécifiques à la TVA 4 opérations de cession temporaire des biens immeubles réalisées dans le
cadre des opérations de titrisation

DISPOSITION NOUVELLE

Conformément à l’article 102 du CGI, ne donnent pas lieu à la régularisation prévue par l’article 104-II-2° les opérations de cession temporaire des biens immeubles inscrits dans les
Taxes déductibles
ou remboursables immobilisations, réalisées dans le cadre des opérations de titrisation entre l’établissement initiateur et les fonds de placements collectifs en titrisation conformément aux dispositions de la loi
n°33-06 précitée.

Référence légale : Articles 102 du CGI


Dispense de la régularisation de la déduction de la TVA portant sur les
Dispositions spécifiques à la TVA 4 opérations de cession temporaire des biens immeubles réalisées dans le
cadre des opérations de titrisation

Objectifs

• Encourager l’activité des fonds de placements collectifs de titrisation

Date d’effet

• Applicable à compter du 1er janvier 2022.


V
DISPOSITIONS

COMMUNES A L’IS L’IR, LA


TVA ET DROITS
D’ENREGISTREMENT(DE)
V. DISPOSITIONS COMMUNES
A L’IS, L’IR, LA TVA ET AUX DROITS D’ENREGISTREMENT

1 2 3
Réduction du taux de la cotisation Neutralité fiscale du transfert des Reconduction de la Contribution Sociale de
minimale de 0,5% à 0,40% pour les biens immeubles des anciennes Solidarité sur les bénéfices et sur les revenus
entreprises dont le résultat est collectivités territoriales à celles professionnels et agricoles déterminés
bénéficiaire nouvellement créées suivant le régime du résultat net réel

4 5
Instauration d’un abattement de 70% sur la Annulation des pénalités, majorations et frais
plus-value nette de cession d’actifs au cours de recouvrement portant sur les opérations de
de l’année 2022 à l’exclusion des terrains et transport touristique mis en recouvrement du
constructions 1er janvier 2020 jusqu’au 31 décembre 2021
Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA Réduction du taux de la cotisation minimale de 0,5% à 0,40%
et aux droits d’enregistrement
1 pour les entreprises dont le résultat est bénéficiaire

DISPOSITION NOUVELLE

La LF 2022 maintient le taux de la cotisation minimale à 0,50% au-delà de la période d'exonération des 36 mois.
Toutefois, ce taux est ramené à :
• 0,40% pour les entreprises dont le résultat courant hors amortissement est déclaré positif ;
• 0,60% si le résultat courant hors amortissement est déficitaire au titre des deux derniers exercices consécutifs.

Référence légale : Article 144-D du CGI


Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA Réduction du taux de la cotisation minimale de 0,5% à 0,40%
et aux droits d’enregistrement
1 pour les entreprises dont le résultat est bénéficiaire

Objectifs

• La baisse de la pression fiscale sur les contribuables ;


• L’incitation des entreprises en vue de consolider leur compétitivité au niveau national et international ;
• L’ouverture sur les bonnes pratiques internationales dans le domaine fiscal.

Date d’effet

• Applicable au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022.


Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA Neutralité fiscale du transfert des biens immeubles des anciennes
et aux droits d’enregistrement 2 collectivités territoriales à celles nouvellement créées

DISPOSITION NOUVELLE

Conformément aux dispositions de l’article 247-XXXIV du CGI, sont exonérées des impôts, droits, et taxes, les opérations de transfert des biens immeubles des anciennes collectivités
Collectivités
territoriales territoriales à celles nouvellement créées, suite à un fractionnement ou regroupement de ces collectivités territoriales, réalisées conformément à la loi n°57-19 relative au régime des

biens immeubles des collectivités territoriales

Référence légale : Article 247-XXXIV du CGI


Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA Neutralité fiscale du transfert des biens immeubles des anciennes
et aux droits d’enregistrement 2 collectivités territoriales à celles nouvellement créées

Objectifs

• Mise en œuvre des dispositions de la loi cadre portant réforme fiscale ;


• Assurer le développement territorial et la consolidation de la justice spatiale ainsi qu’à la mise en place d’un mode de gouvernance
fiscale approprié au collectivité territoriales.

Date d’effet

• Applicable au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022.


Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA Reconduction de la Contribution Sociale de Solidarité sur les bénéfices et
et aux droits d’enregistrement
3 sur les revenus professionnels et agricoles déterminés suivant le régime du
résultat net réel

DISPOSITION NOUVELLE

La contribution sociale de solidarité sur les bénéfices et revenus a été reconduite conformément aux dispositions de l’article 267 du CGI:
• aux sociétés prévues à l’article 2-III du CGI, à l’exclusion des sociétés exonérées de l’impôt sur les sociétés de manière permanente visées à l’article 6-I-A ;
• Aux personnes physiques titulaires des revenus professionnels (article 30-1° et 2°) et agricoles (article 46) déterminés suivant le régime du résultat net réel (RNR).
Champs
d’application Il est à préciser que les sociétés exerçant leurs activités dans les zones d’accélération industrielle visées à l’article 6 (I-B-6°) ainsi que les sociétés de services ayant le statut de
Casablanca Finance City sont soumises à la contribution à compter de 2022.
Par ailleurs, les personnes physiques titulaires de revenus salariaux et fonciers, ainsi que les titulaires des revenus professionnels déterminés selon les régimes autres que le RNR,
sont exclus de cette contribution à compter de 2022.

Pour l’année 2022, la contribution est calculée sur la base du montant du bénéfice net ou revenus net servant pour le calcul de l’impôt (IS ou IR), par application des taux proportionnels ci-après :
• 1,5% si le bénéfice ou le revenu net est situé dans la tranche de 1 million à moins de 5 millions de dirhams ;
Base et Taux de la • 2,5% si le bénéfice ou le revenu net est situé dans la tranche de 5,000,000 (cinq millions ) à moins de 10 millions de dirhams ;
contribution • 3,5% si le bénéfice ou le revenu net est situé dans la tranche de 10,000,000 (dix millions ) à moins de 40 millions de dirhams ;
• 5% si le bénéfice ou le revenu net est supérieur ou égal à 40 millions de dirhams.
Il est à préciser que la contribution sociale de solidarité sur les bénéfices n’est pas une charge déductible du résultat fiscal.

• Les sociétés visées à l’article 267 du CGI doivent souscrire une déclaration, par procédé électronique, selon un modèle établi par l’administration, précisant le montant du bénéfice net visé à
Obligations de l'article 268 et le montant de la contribution y afférente, dans les trois (3) mois qui suivent la date de clôture de chaque exercice comptable.
déclaration • Les personnes physiques visées à l’article 267 ci-dessus doivent souscrire une déclaration, par procédé électronique, selon un modèle établi par l’administration, précisant le montant du
revenu ou des revenus net de l’impôt visé à l'article 268 et le montant de la contribution y afférent, avant le 1er Juin de l’année 2022.

Obligations de
Les sociétés et les personnes physiques visées à l’article 267 doivent verser spontanément le montant de la contribution, en même temps que la déclaration visée à l’article 270 du CGI.
versement

Recouvrement, Les dispositions relatives au recouvrement, au contrôle, au contentieux, aux sanctions et à la prescription, prévues au CGI en matière d’impôt sur les sociétés et d’impôt sur le revenu s’appliquent
sanctions et règles à la contribution sociale de solidarité au titre des bénéfices nets réalisés et des revenus nets perçus.
de procédures
Références légales : Article 11- IV et article 267 à 273 du CGI
Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA Reconduction de la Contribution Sociale de Solidarité sur les bénéfices et
et aux droits d’enregistrement
3 sur les revenus professionnels et agricoles déterminés suivant le régime du
résultat net réel

DISPOSITION ANCIENNE

En sus des sociétés prévues à l’article 2-III du CGI, la contribution sociale de solidarité sur les bénéfices et revenus a été étendue, conformément aux dispositions de l’article 267 du CGI :
 Aux personnes physiques titulaires de revenus professionnels tels que définis à l’article 30-1° et 2° ;
Champs
 Aux personnes physiques titulaires de revenus agricoles imposables tels que définis à l’article 46 ;
d’application
 Aux personnes physiques titulaires de revenus salariaux et revenus assimilés tels que définis à l’article 56 ;
 Aux personnes physiques titulaires de revenus fonciers tels que définis à l’article 61-I.

• Pour les sociétés, la contribution sociale de solidarité sur les bénéfices et les revenus est calculée sur la base du même montant du bénéfice net visé à l'article 19-I-A servant pour le calcul de
l'impôt sur les sociétés et qui est égal ou supérieur à Un million (1.000.000) de dirhams, au titre du dernier exercice clos conformément à l’article 268 du CGI.
Liquidation
• Pour les personnes physiques, la contribution est calculée sur le revenu global annuel de source marocaine net d’impôts, constitué des revenus acquis ou réalisés visés à l’article 267 du CGI,
lorsque le montant dudit revenu est égal ou supérieur à Deux cent quarante mille 240 000 dirhams soit l’équivalent de 20.000 dirhams par mois.

• Pour les sociétés visées à l'article 267 du CGI, la contribution est calculée selon les taux proportionnels ci-après :
 1,5 % pour les sociétés dont le bénéfice net est situé dans la tranche de 1 million à 5 millions de dirhams ;

Taux de la  2,50% pour les sociétés dont le bénéfice net est situé dans la tranche de 5,000,001 (cinq millions un) à 40 millions de dirhams;
contribution  3,50 % pour les sociétés dont le bénéfice net est supérieur à 40 millions de dirhams.
• Pour les personnes physiques titulaires de revenus visés à l’article 267 du CGI, la contribution est calculée selon le taux de 1,50%.

Références légales : Article 11-IV et article 267 à 273 du CGI


Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA Reconduction de la Contribution Sociale de Solidarité sur les bénéfices et
et aux droits d’enregistrement
3 sur les revenus professionnels et agricoles déterminés suivant le régime du
résultat net réel

DISPOSITION ANCIENNE

• Les sociétés, les établissements publics, les associations et autres organismes assimilés, les fonds, les établissements des sociétés non résidentes ou établissements des groupements
desdites sociétés et les autres personnes morales passibles de l'impôt sur les sociétés doivent verser spontanément le montant de la contribution, en même temps que la déclaration
visée à l’article 270-I.
• En ce qui concerne les personnes physiques visées à l’article 267 du CGI, le montant de la contribution doit être versé :
Obligations de
 Pour les revenus professionnels, agricoles et fonciers, en même temps que la déclaration visée à l’article 270 –II du CGI ;
versement
 Pour les revenus salariaux et assimilés, par voie de retenue à la source opérée par les employeurs et débirentiers dans le délai et les conditions prévues à l’article 174-I
(Mensuel) ;
 Pour les personnes physiques qui disposent de plusieurs revenus salariaux et assimilés, en même temps que la déclaration visée à l’article 270-IV, sous réserve de
l’imputation du montant de la contribution ayant fait l’objet de la retenue à la source par l’employeur ou débirentier au titre des revenus salariaux et assimilés.

• Les dispositions relatives au recouvrement, au contrôle, au contentieux, aux sanctions et à la prescription, prévues au CGI en matière d’impôt sur les sociétés ou d’impôt sur le revenu
Recouvrement, s’appliquent à la contribution sociale de solidarité au titre des bénéfices nets réalisés par les sociétés et des revenus professionnels, agricoles, salariaux et assimilés et fonciers
sanctions et règles de des personnes physiques.
procédures
Références légales : Article 11-IV et article 267 à 273 du CGI
Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA Reconduction de la Contribution Sociale de Solidarité sur les bénéfices et
et aux droits d’enregistrement
3 sur les revenus professionnels et agricoles déterminés suivant le régime du
résultat net réel

Objectifs

• Permettre la mobilisation du plein potentiel fiscal pour le financement des politiques publiques, le développement économique,
l’inclusion et la cohésion sociale ;
• Permettre la redistribution efficace et la réduction des inégalités en vue de renforcer la justice et la cohésion sociale ;
• Permettre l’élargissement de l’assiette.

Date d’effet

• La nouvelle disposition s’applique au titre de l’année 2022.


Instauration d’un abattement de 70% sur la plus-value nette de cession
Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA et aux
droits d’enregistrement 4 d’actifs au cours de l’année 2022 à l’exclusion des terrains et
constructions

DISPOSITION NOUVELLE

Conformément aux dispositions de l’article 247-XXXV du CGI, à titre transitoire et par dérogation aux dispositions des articles 8 et 9 du CGI, les entreprises bénéficient au titre de l’exercice ouvert au cours de
l’année 2022 d’un abattement de 70% applicable sur la plus-value nette réalisée à l’occasion de la cession des éléments de l’actif immobilisé, à l’exclusion des terrains et constructions, à condition que :
• le délai écoulé entre la date d'acquisition des éléments concernés par la cession et la date de la réalisation de leur cession soit supérieur à huit (8) ans ;
• l’entreprise concernée s’engage à réinvestir le montant global des produits de cession net d’impôt en immobilisations, dans un délai de trente-six (36) mois à compter de la date de clôture de l’exercice
concerné par la cession, selon un modèle établi par l’administration à joindre à la déclaration du résultat fiscal prévue à l’article 20-I ou 82-I du CGI ;
• ladite entreprise souscrive à l’administration fiscale un état comprenant le montant global des produits de cession net d’impôt ayant fait l’objet du réinvestissement et la nature des immobilisations acquises
ainsi que la date et le prix de leur acquisition, selon un modèle établi par l’administration à joindre à la déclaration du résultat fiscal prévue à l’article 20-I ou 82-I du CGI ;
• l’entreprise concernée conserve les immobilisations acquises pendant au moins cinq (5) ans, à compter de la date de leur acquisition.
En cas de non-respect de l’une des conditions visées « ci-dessus, la situation de l’entreprise concernée est régularisée selon les règles de droit commun
Par ailleurs, par dérogation aux dispositions relatives aux délais de prescription visés à l’article 232 du CGI, le montant de l’impôt ainsi que la pénalité et les majorations y afférentes dont sont
redevables les entreprises contrevenantes visées à l’article 247-XXXV du CGI, sont immédiatement établis et exigibles, même si le délai de prescription a expiré.

Références légales : Article. 247-XXXV du CGI & Article 232-VIII-4° du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

Avant la loi de finances 2022, les produits de cession d’immobilisations sont imposables conformément aux dispositions de l’article 9-I-C-1° du CGI
Instauration d’un abattement de 70% sur la plus-value nette de cession
Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA et aux
droits d’enregistrement 4 d’actifs au cours de l’année 2022 à l’exclusion des terrains et
constructions

Objectifs

• Encourager l’investissement des entreprises.

Date d’effet

• Applicable au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022.


Annulation des pénalités, majorations et frais de recouvrement
Dispositions communes à L’IS, L’IR, la TVA et aux
droits d’enregistrement 5 portant sur les opérations de transport touristique mis en
recouvrement du 1er janvier 2020 jusqu’au 31 décembre 2021

DISPOSITION NOUVELLE

Conformément aux dispositions de l’article 247-XXXV du CGI, à titre transitoire et nonobstant toutes dispositions contraires, les pénalités, majorations et frais de recouvrement sur les opérations de transport
touristique, ayant fait l’objet de mise en recouvrement, au cours de la période allant du 1er janvier 2020 jusqu’au 31 décembre 2021 sont annulés à condition que les contribuables concernés acquittent
spontanément le principal desdits impôts, droits et taxes avant le 1er janvier 2023.

Référence légale : Article 247-XXXVI du CGI

54
VI

PROCEDURES
FISCALES
VI. PROCEDURES
FISCALES

1
Responsabilisation de la hiérarchie en matière de
notification des redressements et amélioration du
dispositif du débat oral et contradictoire

2
Institution des commissions régionales de recours fiscal (CRRF), révision des
compétences des commissions locales de taxation (CLT) et Réaménagement de
la composition de la commission nationale du recours fiscal (CNRF)

3
Renforcement des moyens de l’Administration pour
la lutte contre la Fraude Fiscale
Responsabilisation de la hiérarchie en matière de notification des
Procédures fiscales 1 redressements et amélioration du dispositif du débat oral et
contradictoire

DISPOSITION NOUVELLE

Nouvelles mesures Commentaire

Responsabilisation de la A compter de 2022, le terme « Inspecteur » est remplacé par « Administration » au niveau des articles du CGI relatifs à la procédure de vérification de la comptabilité.
hiérarchie en matière de
notification des redressements Référence légale : Article 220 et article 221 du CGI

Conformément à l’article 212 du CGI, avant la clôture de la vérification, l’administration procède à un échange oral et contradictoire concernant les rectifications qu’elle
envisage d'apporter à la déclaration fiscale. A cet effet, le contribuable est informé selon un imprimé modèle établi par l’administration, dans les formes prévues à l’article 219 du
Amélioration du dispositif du
CGI, de la date fixée pour l’échange oral et contradictoire précité et de la date à laquelle la vérification sera clôturée.
débat oral et contradictoire
Référence légale : Article 212 du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

Avant la notification des redressements prévue aux articles 220-I (3ème alinéa) et 221-I (2ème alinéa) du CGI, l’administration doit inviter le contribuable, dans les trente (30) jours suivant la date de clôture de la
vérification, à un échange oral et contradictoire concernant les rectifications que l’inspecteur envisage d’apporter à la déclaration fiscale. L'inspecteur est tenu d'informer le contribuable, selon un imprimé modèle établi
par l’administration, dans les formes prévues à l’article 219 du CGI, de la date de clôture de la vérification et de la date fixée pour l’échange oral et contradictoire précité

Référence légale : Article 212 du CGI


Responsabilisation de la hiérarchie en matière de notification des
Procédures fiscales 1 redressements et amélioration du dispositif du débat oral et
contradictoire

Objectifs

• Assurer la garantie du droit du contribuable et celle de l’administration fiscale ;


• Permettre à l’administration d’exploiter les éléments de réponse présentés par le contribuable lors du débat oral et contradictoire.

Date d’effet

• Applicable à compter du 1er janvier 2022.


Institution des commissions régionales de recours fiscal (CRRF),
révision des compétences des commissions locales de taxation (CLT) et
Procédures fiscales 2 Réaménagement de la composition de la commission nationale du
recours fiscal (CNRF)

DISPOSITION NOUVELLE

Institution des Commissions Régionales du Recours Fiscal

La LF 2022 a institué la création des commissions régionales de recours fiscal ( CRRF) :

Composition Compétence

Chaque CRRF est composé de ;


• 1 magistrat, président, désigné par le Chef du gouvernement sur proposition du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire ;
• Deux représentants de l'administration ;
• Deux représentants du contribuable.
Les CRRF sont compétentes aux :
Les représentants des contribuables sont désignés par le Chef du gouvernement, pour une période de 3 ans et avant le 31 octobre de l’année
précédant celle au cours de laquelle ces membres désignés sont appelés à siéger au sein de la commission. Ils sont choisis parmi : • Recours relatif à la vérification de la comptabilité des
contribuables dont le chiffre d'affaires déclaré est
• les personnes physiques membres des organisations professionnelles les plus représentatives exerçant des activités commerciales, inférieur à dix (10) millions de dirhams ;
industrielles, de services, artisanales ou de pêches maritimes, figurant sur les listes présentées par lesdites organisations et par les
présidents des chambres de commerce, d’industrie et de services, des chambre l’artisanat, des chambres d’agriculture et des chambres • Rectifications en matière de revenus et profits de
maritimes ; capitaux mobiliers.

• les experts comptables ou les comptables agréés figurant respectivement sur les listes présentées par l’Ordre des Experts Comptables et
l’Organisation professionnelle des comptables agréés.
Il est à préciser qu’aucun membre ne peut siéger pour un litige dont il a eu déjà à connaître dans le cadre de l’exercice de son activité
ou de sa fonction

Référence légale : Article 225 bis du CGI

59
Institution des commissions régionales de recours fiscal (CRRF),
révision des compétences des commissions locales de taxation (CLT) et
Procédures fiscales 2 Réaménagement de la composition de la commission nationale du
recours fiscal (CNRF)

DISPOSITION NOUVELLE

Réaménagement des attributions des Commissions Locales de Taxation (CLT)

La LF 2022 a introduit des dispositions permettant le partage des compétences de la CLT avec la CRRF afin de mieux renforcer l’efficacité des CLT compte tenu de leur domaine de compétence

Compétence Mesures prises pour renforcer l’efficacité des CLT

Chaque CLT est désormais compétente pour les recours Pour renforcer la compétence des CLT compte tenu de leur domaine de compétence, il est proposé de:
relatifs aux : • Permettre que le choix du représentant des contribuables peut également être effectué parmi les notaires et/ou Adoul ;
• Revenus professionnels déterminés selon le régime de la • Confier le secrétariat des CLT à un représentant de l'Administration fiscale, sans référence au « chef du service local des impôts » ;
CPU ;
• Proroger le mandat des représentants des contribuables sortants jusqu'à la désignation des nouveaux représentants ;
• Revenus et profits fonciers ;
• Prévoir une disposition relative à l 'incompatibilité, afin d'éviter que les personnes ayant eu à connaitre des dossiers dans le cadre de l
• Droits d'enregistrement et de timbre. 'exercice de leurs activités et /ou fonctions, prennent part aux travaux des commissions.

A titre transitoire, les CLT continuent à connaitre des recours dont elles sont saisies, conformément aux dispositions en vigueur au 31 décembre 2021, et ce jusqu’à la mise en place des CRRF.

Référence légale : Article 225 du CGI

60
Institution des commissions régionales de recours fiscal (CRRF),
révision des compétences des commissions locales de taxation (CLT) et
Procédures fiscales 2 Réaménagement de la composition de la commission nationale du
recours fiscal (CNRF)

DISPOSITION NOUVELLE

Réaménagement de la composition de la commission nationale de recours fiscal (CNRF)

la LF 2022 a institué des dispositions permettant le réaménagement des CNRF afin de renforcer leur expertise et efficacité.

Il s’agit de :
• Permettre que les représentants des contribuables peuvent être choisis parmi les experts comptables et/ou les comptables agréés ;
• Proroger d'office le mandat des représentants des contribuables sortants jusqu'à la désignation des nouveaux représentants ;
• Fixer à trois (3) ans renouvelables une seule fois, la durée pendant laquelle les membres représentant l'Administration siègent à la commission ;
• Elargir les cas d'incompatibilité pour couvrir l'ensemble des membres de la commission ayant déjà eu à connaitre le litige
Il est à préciser que les dispositions relatives aux conditions de désignation des fonctionnaires sont applicables à ceux nommés à compter du 1er janvier 2022 au sein de la CNRF.

Référence légale : Article 226 bis du CGI

61
Institution des commissions régionales de recours fiscal (CRRF),
révision des compétences des commissions locales de taxation (CLT) et
Procédures fiscales 2 Réaménagement de la composition de la commission nationale du
recours fiscal (CNRF)

Objectifs
• Assurer la valorisation des missions des instances de recours fiscal et la garantie de leur indépendance ;
• Permettre le renforcement des droits des contribuables de manière à assurer leur sécurité juridique et à instaurer un régime fiscal
simple et transparent ;
• Permettre le renforcement de l’efficacité et de l’efficience de l’administration fiscale et la consolidation de la confiance partagée avec
les usagers ;
• Permettre le renforcement du professionnalisme et des capacités des ressources humaines chargées du contrôle et du contentieux.

Date d’effet

• Applicable à compter du 1er janvier 2022.


Renforcement des moyens de l’administration
Procédures fiscales 3 pour la lutte contre la fraude fiscale

DISPOSITION NOUVELLE

Nouvelles mesures Commentaire ( source CGI)

L'identification d'office des • L’administration procède à l’examen de la situation fiscale du contribuable ayant son domicile fiscal au Maroc, compte tenu de l’ensemble de ses revenus déclarés, taxés
contribuables en infraction d’office ou bénéficiant d’une dispense de déclaration et entrant dans le champ d’application de l’impôt sur le revenu. A cet effet, elle peut évaluer son revenu global annuel au
aux dispositions relatives à titre des revenus professionnels, agricoles et ses revenus fonciers, visés respectivement aux articles 30, 46 et 61-I du CGI, pour tout ou partie de la période non prescrite
l'obligation d'identification lorsque, pour la période considérée, ledit revenu n'est pas en rapport avec ses dépenses, telles que définies à l’article 29 du CGI.

dans le cadre de la mise en • L’administration ne peut procéder à l’évaluation précitée pour les contribuables qui n’ont pas déposé leurs déclarations fiscales qu’après l’engagement de la procédure prévue
œuvre de la procédure de à l’article 228 du CGI. Toutefois, pour les contribuables en infraction aux dispositions des articles 78 et 148-I du CGI, l’administration peut procéder d’office à leur
identification, avant d’engager la procédure de taxation d’office prévue à l’article 228 précité.
l’examen de la situation fiscale
des contribuables
Référence légale : Article 216 du CGI

Les infractions prévues à l’article 192 du CGI ne peuvent être constatées que lors d'un contrôle fiscal. A l’exception des plaintes relatives à l’émission des factures fictives visées à
l’article 192 , le ministre des finances ou la personne déléguée par lui à cet effet, doit au préalable présenter les plaintes tendant à l'application des sanctions prévues audit article
Opérationnaliser la 192, à titre consultatif, à l'avis d'une commission des infractions fiscales présidée par un magistrat et comprenant deux représentants de l'administration fiscale et deux
Commission des Infractions représentants des contribuables choisis sur des listes présentées par les organisations professionnelles les plus représentatives. Les membres de cette commission sont désignés
Fiscales (CIF) par arrêté du Chef du Gouvernement. L’organisation et le fonctionnement de cette commission sont fixés par voie réglementaire.

Référence légale : Article 231 du CGI


Renforcement des moyens de l’administration
Procédures fiscales 3 pour la lutte contre la fraude fiscale

Objectif

• Renforcer la lutte contre les fraudes fiscales.

Date d’effet

• Applicable à compter du 1er janvier 2022.


VII

TAXE AERIENNE POUR LA


SOLIDARITE ET LA
PROMOTION
TOURISTIQUE
Instauration de la Taxe aérienne pour la
Taxe aérienne pour la solidarité et la promotion touristique 1 solidarité et la promotion touristique

DISPOSITION NOUVELLE

Champs Conformément à l’article 288 du CGI, il est appliqué une taxe aérienne pour la solidarité et la promotion touristique sur les billets d’avion, supportée par les voyageurs en sus du prix desdits
d’application billets concernant les vols en partance des aéroports marocains quelles que soient les conditions tarifaires consenties par les sociétés de transport aérien.

• Sont exonérés du paiement de cette taxe :


 le personnel dont la présence à bord est directement liée au vol considéré, notamment les membres de l’équipage responsables du vol, les agents de sûreté ou de police et les
responsables du fret ;
 les enfants de moins de deux ans ;
Exonérations
 les passagers en transit direct, effectuant un arrêt provisoire à l'aéroport et repartant sur le même vol et le même avion au bord duquel ils sont arrivés ;
 les passagers reprenant leur vol après un atterrissage forcé en raison d’incidents techniques, de conditions météorologiques défavorables ou de tout autre cas de force majeure ;
 les passagers utilisant des liaisons aériennes intérieures ;
 les passagers transitant par les aéroports marocains, dont la durée d’arrêt ne dépasse pas 24 heures.

Tarifs de la taxe Le tarif de la taxe est fixé à cent (100) dirhams pour les billets de la classe économique et quatre cents (400) dirhams pour la première classe/classe affaires.

• Les sociétés de transport aérien sont tenues de la recouvrer auprès de leurs clients et d’en verser le produit conformément aux dispositions suivantes :
 les sociétés de transport aérien résidentes au Maroc sont tenues de déposer chaque mois, auprès de l’administration fiscale par procédé électronique, une déclaration selon un
modèle établi par l’administration, faisant état notamment du nombre des passagers transportés le mois précédent sur les vols dont le départ est effectué à partir du Maroc et le
montant global de la taxe y afférente. Ces sociétés doivent verser la taxe spontanément auprès de l’administration fiscale, par procédé électronique, en même temps que la
déclaration précitée.
 les sociétés de transport aérien non résidentes qui n’ont pas de siège social ou de représentation au Maroc sont tenues de déposer chaque mois auprès de l’Office national des
Obligations de aéroports une déclaration, selon un modèle établi par l’administration, faisant état notamment du nombre des passagers transportés le mois précédent sur les vols dont le départ
déclarations et de est effectué à partir du Maroc et le montant global de la taxe y afférente. Ces sociétés doivent verser la taxe en même temps que la déclaration précitée.
versement
L’Office national des aéroports doit procéder au versement de la taxe perçue à l’administration fiscale, par procédé électronique, selon un modèle établi par l’administration dans le mois qui
suit celui au cours duquel l’encaissement de la taxe a eu lieu, accompagné des déclarations des sociétés de transport aérien non résidentes y afférente.
Par ailleurs, à compter du 1er janvier 2022, l’article 4 bis de la loi de finances n° 110-13 pour l’année budgétaire 2014 relatif à la taxe aérienne pour la solidarité et la promotion
touristique est abrogé et les dispositions de cet article demeurent applicables pour les besoins d’assiette, de recouvrement, de contrôle et de contentieux de cette taxe concernant la période
antérieure à cette date.
Références légales : Article. 288 à 292 du CGI et l’article 273-IV-2° du CGI
Instauration de la Taxe aérienne pour la
Taxe aérienne pour la solidarité et la promotion touristique 1 solidarité et la promotion touristique

Objectifs

• Intégration de la taxe aérienne dans le budget de l’Etat ;


• Renforcement des ressources dédiées à la promotion touristique.

Date d’effet

• Applicable au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022.


VIII

SANCTIONS
FISCALES
Sanction pour infraction aux dispositions relatives
SANCTIONS FISCALES 1 au règlement des transactions

DISPOSITION NOUVELLE

Conformément à l’article 193 du CGI, est passible d’une amende de 6% toute transaction dont le montant est égal ou supérieur à vingt mille (20.000) dirhams, réglée autrement que par chèque barré non endossable,
effet de commerce, moyen magnétique de paiement, dépôt ou virement bancaire, procédé électronique ou par compensation avec une créance à l’égard d’une même personne, à condition que cette compensation
soit effectuée sur la base de documents dûment datés et signés par les parties concernées et portant acceptation du principe de la compensation.
L’amende de 6% s’applique à l’encontre de l’entreprise venderesse ou prestataires de services sur le montant de la transaction effectuée:
• soit entre une société soumise à l’impôt sur les sociétés et des personnes assujetties à l’impôt sur le revenu, à l’impôt sur les sociétés ou à la taxe sur la valeur ajoutée et agissant pour les besoins de leur activité
professionnelle ;
• soit avec des particuliers n’agissant pas pour les besoins d’une activité professionnelle.
Dans le cas du dépôt bancaire précité, l’entreprise venderesse est tenue de déclarer le client dans l’état des ventes visé aux articles 20-I et 82-I du CGI.

Référence légale : Articles 193 du CGI

DISPOSITION ANCIENNE

Conformément à l’article 193 du CGI, est passible d’une amende de 6% toute transaction dont le montant est égal ou supérieur à vingt mille (20.000) dirhams, réglée autrement que par chèque barré non endossable,
effet de commerce, moyen magnétique de paiement, virement bancaire, procédé électronique ou par compensation avec une créance à l’égard d’une même personne, à condition que cette compensations soit
effectuée sur la base de documents dûment datés et signés par les parties concernées et portant acceptation du principe de la compensation.

Référence légale : Articles 193 du CGI


Sanction pour infraction aux dispositions relatives
SANCTIONS FISCALES 1 au règlement des transactions

Objectifs

• Considération des dépôts bancaires comme un moyen de règlement des transactions.

Date d’effet

• La nouvelle disposition s’applique au titre de l’année 2022.


IX

AUTRES DISPOSITIONS
FISCALES
Prorogation de la régularisation volontaire pour les opérateurs de
Autres dispositions fiscales 1 l’informel qui s’identifient pour la première fois

DISPOSITION NOUVELLE

La LF 2022 a prorogé au niveau de l’article 247-XVIII la régularisation volontaire pour les opérateurs de l’informel qui s’identifient pour la première fois au fisc.

Ainsi, les contribuables exerçant une activité passible de l’impôt sur le revenu, et qui s’identifient pour la première fois auprès de l’administration fiscale en s’inscrivant au rôle de la taxe
professionnelle, à partir du 1er janvier 2022, ne sont imposables que sur la base des revenus acquis et des opérations réalisées à partir de cette date.

Prorogation de la Pour les contribuables susvisés dont les revenus professionnels sont déterminés selon le régime du résultat net réel ou sur option selon celui du résultat net simplifié, les stocks éventuellement
régularisation en leur possession, sont évalués, de manière à dégager, lors de leur cession ou retrait, des marges brutes supérieures ou égales à 20%.
volontaire pour les En cas d’assujettissement à la taxe sur la valeur ajoutée, la marge brute réalisée sur la vente des stocks ayant fait l’objet d’évaluation dans les conditions précitées, est soumise à ladite taxe
opérateurs de
sans droit à déduction, jusqu’à épuisement dudit stock.
l’informel qui
Pour l’application de cette disposition, les contribuables concernés sont tenus de déposer au service local des impôts dont ils relèvent, l’inventaire des marchandises détenues dans le stock à la
s’identifient pour
date de leur identification en faisant ressortir la nature, la quantité et la valeur des éléments constitutifs dudit stock.
la première fois
Les contribuables qui s’identifient pour la première fois bénéficient des avantages prévus par le présent code.

Les dispositions du présent paragraphe sont applicables du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2022.

Référence légale : Article 247-XVIII du CGI


Prorogation de la régularisation volontaire pour les opérateurs de
Autres dispositions fiscales 1 l’informel qui s’identifient pour la première fois

Objectifs

• Encourager la conformité fiscale.

Date d’effet

• La nouvelle disposition s’applique au titre de l’année 2022.

73
Obligation de conformité fiscale des contribuables qui
Autres dispositions fiscales 2 bénéficient des subventions d’investissement de l’Etat

DISPOSITION NOUVELLE

Obligation de
L’article 7 de la Loi de Finances 2022 stipule que pour bénéficier des subventions directes de l'Etat, dans le cadre du soutien à l'investissement, conformément à la législation et la
conformité fiscale des
réglementation en vigueur, les personnes physiques et les personnes morales concernées doivent être en situation fiscale régulière vis-à-vis de leurs obligations de déclaration et de
contribuables qui
paiement des impôts, droits et taxes exigibles prévus par le code général des impôts.
bénéficient des
subventions Les modalités d'application des dispositions du présent article sont fixées par voie réglementaire.
d’investissement de
l’Etat
Référence légale : Article 7 de la Loi de Finances n° 76-21 pour l’année budgétaire 2022

Vous aimerez peut-être aussi