Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre 04

La Séparation

Sommaire
Module : Procédés
1 Généralités ............................................................................................................................2

2 Raison de séparation ............................................................................................................2

2.1 Raisons techniques : ...........................................................................................................2

2.2 Raisons économiques : .......................................................................................................2

2.3 Raisons contrôle : ...............................................................................................................2

3 L'Effluent : ............................................................................................................................2

4 Description et Fonctionnement du séparateur ..................................................................3

5 Equipements du séparateur.................................................................................................6

6 Problème de moussage .........................................................................................................7

1. Photo de séparateurs ............................................................................................................8

7 Exemple Industrielle : ..........................................................................................................9


1 Généralités

La production d'un puits ou d'un ensemble de puits est un mélange d'hydrocarbures de type alcanes
ou paraffiniques ( Cn H2n +2 ) et de non-hydrocarbures provenant du gisement tels que l'eau, sel
(contenu dans l'eau), sédiments, CO2 (gaz carbonique ), N2 (azote ),etc...

Cet effluent va subir un premier traitement sur le champ de production qui sera fonction de son
mode de transport et qui devra répondre à des spécifications commerciales bien précises.

Pour les huiles, les spécifications commerciales seront les quantités maximales en eau et en sel
admis par les raffineurs: inférieures à 1 % pour l'eau et à 60 mg/litre pour le sel.

De plus, pour des raisons économiques ou de marché, on peut être amené à transporter uniquement
sa phase liquide. On recherchera alors le procédé qui permettra la meilleure récupération possible
des hydrocarbures sous cette forme

2 Raison de séparation

2.1 Raisons techniques :

il est important de disposer d'un fluide qui dans les conditions P et T des installations de stockage
et de transport se maintienne en état monophasique. Si la TV après traitement reste trop élevée il
pourra apparaître des bouchons de gaz ( ces bouchons perturbent mesures, pompes et créent des
pertes de charge s parasites et imprévisibles dans le réseau de transport.

2.2 Raisons économiques :

Le piégeage des composants légers augmente la proportion de liquide. Elève la valeur marchande
du produit en améliorant sa densité API. Eliminer de l'eau économise des frais de transport.

2.3 Raisons contrôle :

GOR, IP, densité salinité. Disposer des produits séparés facilite les contrôles de production.La
séparation permet d'assurer une continuité dans le traitement pour assurer une fourniture régulière
de produits. Elle permet d'éliminer les produits indésirables, sans pollution et d'optimiser
l'extraction des hydrocarbures.

3 L'Effluent :

Le plus souvent sous forme diphasique :

1- une phase liquide constitué d'hydrocarbures lourds stables aux conditions de traitement, des
légers vaporisables et de l'eau de gisement

2- une phase gazeuse formé de gaz incondensables et de vapeurs d'hydrocarbure légers

Constitution : N² , H, He, Gaz acides (CO2, H2S, COS, CS2), HC lourds et légers, Eau, Sel,
Composés sulfurés, azotés, oxygénés, Solides, sables, argiles.

Spécification commerciale des huiles :


2
- Tension vapeur et TVR de 7 à 10 PSI (transport maritime)

- H2S maxi 30 / 140 PPM

- Teneur en eau ( 0.5 à 1 % )

- Teneur en sel 40 à 60 mg/l au départ < 100 mg/l à l'arrivée raffinerie

Constituants posant problèmes

- Eau libre et sel

- Corrosion équipements par H2S, CO2, sels

- C1 et C2 risques d'hydrate et de bouchage conduites

- H2S se tenir aux spécifications pour la sécurité et la consommation du gaz ( 1.5 à 4 ppm maxi)

- Léger dans les bruts conduisent à un dégazage terminal, bateaux

- Lourds dans le gaz

Rejet dans l'environnement

- Eaux + HC pollution, la teneur maxi en HC est fixé par des lois

- Gaz dans l'atmosphère ( HC et H²S )

- Utilisation de torches et d'évents codifiés

4 Description et Fonctionnement du séparateur

Un séparateur, voir figure (4.1), se présente comme un réservoir cylindrique qui offre une certaine
tranquillité aux effluents qui vont se trier par différence de densité. Les liquides vont s'accumuler
vers le bas de la capacité où ils seront soutirés, les gaz s'échapperont par le haut et seront brûlés sur
une torche. Une certaine quantité de ce gaz sera récupérée et servira après traitement à
l'alimentation des turbo-alternateurs, des turbo-pompes et des chaudières.

Un séparateur quel que soit le modèle, comprendra les éléments suivants:

- Une entrée des effluents dans la partie haute de la capacité, équipée d'une plaque brise jet (le
déflecteur ) pour ralentir la vitesse d'écoulement.

- Par gravité, les liquides tombent sur le plancher perforé et s'accumulent dans la chambre de
décantation. Les cloisons ou une série de chicanes brise-vagues tranquillisent les liquides,
suppriment les vagues et les remouses de la phase liquide et favorisent leur séparation par gravité.

- Le gaz séparé de la phase liquide pénètre dans la chambre de séparation secondaire par les
perforations du planche et s'y débarrasse des liquides en suspension qui tombent par gravité.

- Une sortie gaz dans la partie supérieure de la capacité, opposée à l'entrée des effluents, pourvue
également de chicanes pour éviter les entraînements de liquides avec la phase gazeuse. Les

3
brouillards formés de gouttelettes encore plus fines subiront le même processus de coalescence à
travers des filtres coaleseurs 11 appelés encore "mit extractors".

- Une sortie de liquide au point bas de la cuve. Si dans le même séparateur on sépare deux liquides
entre eux (huile et eau), il y aura deux sorties à des niveaux différents, la plus basse destinée au
produit le plus lourd.

- L'eau retirée sur les séparateurs trois phases est généralement de l'eau libre. Dès que cette eau est
intimement liée à de l'huile nous obtenons une émulsion qui sera traitée et séparée dans une étape
ultérieure de la chaîne de séparation que nous étudierons par la suite.

4
Le schéma de la figure (4.2) représente le schéma de principe de la construction interne du
séparateur.

Figure (4.2) : Vue de coupe d’un séparateur triphasique

5 Equipements du séparateur

Un séparateur est équipé d'un certain nombre d'appareils de contrôle qui surveillent son
fonctionnement et assurent la sécurité de marche.

1- Appareils d’indications : les manomètres, thermomètres, niveaux.

2- Appareils de régulations : contennant des régulateurs, organe d'exécution (des vanne),


des instruments de mesures.

Lors de fonctionnment:

a- La pression devra être constante et régulée (pression gaz) par une vanne placée sur la sortie
gaz et asservie à un contrôleur de pression.

b- Le niveau sera également constant et régulé (niveau eau et huile) par une vanne automatique
placée sur la sortie de liquide et asservie par un flotteur sur la surface liquide.

3- Appareils de sécurités : pour le mettre hors service en cas de disfonctionnement. Le


séparateur, comme toute capacité sous pression sera protégée par des soupapes de sécurité qui le
protégeront contre toutes surpressions en évacuant les effluents sur le réseau torche.

L'eau retirée sur les séparateurs trois phases est généralement de l'eau libre. Dès que cette eau est
intimement liée à de l'huile nous obtenons une émulsion qui sera traitée et séparée dans une étape
ultérieure de la chaîne de séparation que nous étudierons par la suite.
Remarques :

1) Distribution gaz / liquide entrée séparateur

Par expérience on limitera l'énergie cinétique du fluide entrant en fonction de la vitesse V et la


masse volumique moyenne MV( m) Augmenter par exemple le diamètre peut diminuer la vitesse et
empêchera la formation de vaporisation à l'entrée du séparateur.

Selon M et Mv on choisit le diamètre d'entrée et les types d'interne

2 ) Temps de rétention

Le liquide doit séjourner suffisamment pour que le dégazage s'effectue. On fixe un temps de
rétention ce qui permet de déterminer le volume.
hauteur
Le volume est mesuré entre le niveau Moyen et le niveau bas. Ces volumes peuvent être corrigés
par l'expérience ( cas de moussage ).

6 Problème de moussage

C'est une détente associé à une tension superficielle huile / gaz. Les gouttelettes qui sortent de la
solution ne peuvent se libérer, la viscosité et la tension superficielle de l'huile les en empêchant.
Cela cause les problèmes siuvants :

 entraînement torche

 cavitation pompe

 mesures difficiles

 temps de rétention augmenté

Le traitement de la mousse est réalisée par:

 Lavage en bain chaud

 Augmenter le temps de séjour

 anti-mousse le plus près possible en amont du point de moussage. On utilise l’huile de


silicone en produit pur ( dosage 5 à 10 ppm )

7
1. Photo de séparateurs

8
Exemple Industrielle :
- Séparation (HP)

On considère le schéma P&ID suivant d’un séparateur (200-VS-301). Les fluides multiphases du
pipeline principal de production HP circulent par une vanne de régulation d’entrée de site,
normalement grande ouverte, vers le séparateur haute pression (200-VS-301).

La vanne de régulation d’entrée 200-LV-302B est utilisée en situation de démarrage et de


refoulement du CPF. Le séparateur HP triphasique fonctionne à 40 barg et est dimensionné pour
recevoir les flux liquides transitoires (surpressions/écoulements par masses) du pipeline principal.
Les systèmes de régulation associés au séparateur haute pression réduisent l’effet des transitoires de
pipeline sur le procédé en aval.

L’essentiel du gaz associé circule du séparateur, par contrôle de pression, vers l’unité de
déshydratation de gaz ; une partie de ce gaz circule vers le système de gaz combustible (depuis
l’amont de la vanne de régulation 200-PV-301A).

L’essentiel des eaux huileuses est éliminé, par contrôle du niveau de l’interface et circule
vers l’unité de traitement des eaux huileuses. Les eaux huileuses peuvent être saturées en sel, avec
un niveau TDS maximal d’environ 350 000 mg/l. L’huile, dont la teneur en eau est réduite, déborde
d’un déversoir interne vers le compartiment d’huile et quitte le séparateur, par contrôle de débit
réinitialisé par le niveau, vers le réchauffeur d’huile (210-HA-301)

- Séparation (LP)

9
10

Vous aimerez peut-être aussi