Vous êtes sur la page 1sur 2

Bilan n° 36

2010-2011
mercredi
11 mai

GROG 2011

Le Réseau des GROG est


membre des réseaux
européens
En partenariat avec
l’Institut de Veille Sanitaire n°3 EISN
EuroFlu
Fluresp

Cette semaine, focus sur les autres soignants vigies notamment les médecins SOS, les pharma-
ciens, l’OCP et les médecins militaires. Chaque semaine, leurs données complètent et enrichis-
sent celles des médecins généralistes et des pédiatres et renforcent l’originalité et l’efficacité du
Réseau des GROG.
Données SOS Médecins
Nombre d’appels à SOS Médecins
Chaque semaine, 54 associations SOS
et Infections Respiratoires Aiguës (IRA)
Médecins envoient au Réseau des
par acte de médecine générale (MG)
GROG leur chiffre d’activité (nombre total d’ap-
France, saison 2010/2011
pels reçus, toutes causes confondues). Par ailleurs, Sources : Réseau des GROG, SOS Médecins France
99 médecins de 25 villes participent à la surveil- 200
Médecins en base 100 (100 = moyenne
IRA / acte et nombre d'appels à SOS

lance TRS en effectuant des tests rapides. 180


Ces données permettent de renforcer et de confor- 160
ter l’interprétation des données de surveillance, 140
d'octobre 2010)

particulièrement en période de pré-alerte ou pen- 120


dant les vacances scolaires. 100
Cet hiver, l’activité SOS (graphique ci-contre) a 80 Période épidémique
été soutenue de décembre, semaine 49/2010, à mi- 60
40
février, semaine 6/2011 (plus de 20% par rapport
20
à la moyenne du mois d’octobre 2010). La courbe
0
d’activité SOS suit un profil globalement similaire
36 38 40 42 44 46 48 50 52 2 4 6 8 10 12 14
à celui des indicateurs relevés par les MG GROG.
semaine
A la différence des données des MG, le pic obser-
SOS Médecins IRA / acte MG
vé pour SOS en décembre est plus important que
celui de février : probablement un effet conjugué
de la grippe, du VRS, des gastro-entérites et des
vacances. De même, la baisse d’activité post grip-
pe semble moins marquée pour les SOS Médecins Nombre moyen de clients par pharmacie
que pour les MG GROG. et indicateur OCP-GROG
France, saison 2010/2011
Données pharmaciens et OCP Sources : Réseau des GROG, OCP
Depuis l’origine du Réseau des GROG, Indicateur OCP : suivi de la distribution en officine d’un panel de
des pharmaciens d’officine et l’OCP, un médicaments fréquemment utilisés dans le traitement des infec-
grossiste-répartiteur, transmettent des indicateurs tions d’allure grippale
d’activité (nombre hebdomadaire de clients des
pharmacies et suivi d’un panel de médicaments). 140
Ces données complètent les informations GROG
120
en donnant un aperçu des recours aux soins
Indicateurs en base 100

n’ayant pas nécessairement entraîné une consulta- 100


tion médicale.
80
Au cours de la saison 2010/2011, le suivi OCP
(graphique ci-contre) montre une augmentation de 60
la distribution des produits du panel pendant la Période épidémique
40
période épidémique ainsi qu’au cours du mois
d’octobre, alors que l’épidémie de grippe n’était 20
pas encore d’actualité mais que les rhinovirus 0
étaient très présents. 36 38 40 42 44 46 48 50 52 2 4 6 8 10 12 14
Ce regain d’activité ne se retrouve pas dans le semaine
suivi de la fréquentation des pharmacies vigies Panel OCP-GROG nb moyen de clients par pharm
GROG (c’est le cas depuis plusieurs saisons).
Données du SMOG Infections Respiratoires Aiguës (IRA) par acte déclarées
(Système Militaire d’Observation de par les 30 unités militaires
la Grippe) et par les médecins généralistes (MG) GROG
Depuis 1997, le système militaire d’observation de la Isolements/détections de virus grippaux dans le SMOG
grippe (SMOG), composé de 30 unités militaires, France, saison 2009/2010
participe au Réseau des GROG. Sources : Réseau des GROG,
Chacune de ces 30 unités est rattachée à un laboratoi- SMOG (Système Militaire d’Observation de la Grippe)
re de biologie dans un hôpital d’instruction des ar- 25,0 40

mées (HIA), responsable de l’analyse des échantil- 35

nombre de virus grippaux


20,0
lons nasopharyngés et de leur transmission au CNR. 30

isolés ou détectés
IRA / acte (%)
Pour la saison 2010-2011, la cinétique de l’épidémie 15,0 25
de grippe en milieu militaire a été globalement com- 20
parable à celle observée au niveau national. 10,0 15
Les armées ont franchi le seuil épidémique 3 semai- 10
nes après le Réseau des GROG (semaine 02-2011 5,0
5
versus semaine 51-2010) en raison de la fermeture
0,0 0
d'un grand nombre d'unités vigies en semaine 52. Le
36 38 40 42 44 46 48 50 52 2 4 6 8 10 12 14
pic épidémique, situé en semaine 5 au niveau natio-
semaine
nal, a été enregistré en semaine 3 par le SMOG.
Comme pour le Réseau des GROG, la saison 2010- grippe 30 unités militaires MG GROG
2011 a été caractérisée par la co-circulation des virus
A et B. Le taux de positivité des échantillons était de 45%. Un virus de type A(H1N1)pdm09 était présent dans 63% des
échantillons positifs, un virus de type A non spécifié dans 10 % des cas et un virus de type B dans 26 % des cas.
Les sujets pour lesquels un prélèvement est revenu positif présentaient un tableau clinique classique associant fièvre
( 90% [83 – 95]), toux (88% [81 – 93]), asthénie (87% [80 – 93]) et myalgies (87% [80 – 93]). Ces sujets étaient princi-
palement des hommes jeunes (l’âge moyen était de 28 ans; extrêmes : 16 - 61) et plutôt en bonne santé. Aucun cas grave
n’a été déclaré au sein du SMOG au cours de la saison 2010-2011.

Evaluation de l’efficacité de la vaccination antigrippale


Le Réseau des GROG dans l’étude européenne I-MOVE
En 2010-2011, pour la deuxième saison consécutive, le Réseau des GROG participe au projet I-MOVE (Influenza -
Monitoring Vaccine Effectiveness). Financé par le centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC),
I-Move évalue, de façon indépendante des firmes, l’efficacité des vaccins antigrippaux (EVG) en regroupant les don-
nées collectées par les vigies des réseaux d’alerte grippe du Portugal, d’Espagne, d’Italie, d’Irlande, de Hongrie, de Po-
logne, de Roumanie et de France.
A partir des données figurant sur la fiche clinique jointe au prélèvement, on peut évaluer, chez les patients consultant un
médecin, la capacité du vaccin à protéger contre le fait d’avoir une infection respiratoire due à la grippe. Le calcul com-
pare la couverture vaccinale chez les patients ayant un prélèvement positif pour la grippe à ceux dont le prélèvement est
négatif (méthode dite « case control »). Les résultats préliminaires ont été présentés aux responsables de l’ECDC mi-
avril. Après prise en compte des facteurs de confusion et des données manquantes, l’analyse préliminaire des données
venant du Réseau des GROG permet d’estimer l’efficacité vaccinale en France à environ 56,6%, résultat tout à fait com-
parable à ce qui est observé dans les autres pays Européens.
Pour améliorer la validité de ce résultat provisoire, nous avons absolument besoin de diminuer le nombre des données
manquantes et de contrôler la qualité des données saisies. Dans ce but, la coordination nationale des GROG appelle de-
puis quelques jours une partie des médecins vigies tirés au sort. Si vous êtes dans ce cas, d’avance, merci de votre aide.
Le Réseau des GROG participe également à l’évaluation menée par le Réseau Sentinelles avec une autre méthode
(« screening method ») qui utilise les données virologiques GROG et celles de couverture vaccinale en population géné-
rale. En 2009-2010, les résultats étaient très similaires à ceux obtenus par la méthode case-control.
A noter : la vaccination antigrippale sert surtout à protéger contre les complications de la grippe. En Europe, une seule
région évalue l’EVG sur ce critère : la Province de Valence en Espagne. Pourquoi ne pas le faire aussi en France ?

Bulletin rédigé par Jean Marie Cohen, Anne Mosnier, Isabelle Daviaud, Marion Quesne, Marie Forestier, Françoise Barat et Tan Tai Bui avec
l’aide de Sandrine Duron, Aurélie Mayet, Emmanuel Debost, Jean-Louis Bensoussan, Martine Valette, Sylvie van der Werf, Dominique Rousset,
Bruno Lina, Vincent Enouf, Pierre Pothier, Marcel Ruetsch, Hervé Berche, Marie-Claire Servais, Sylvie Laganier et des membres du Réseau des
GROG et des réseaux RENAL, EISN, Euroflu, Fluresp et I-Move.
Réseau des GROG France 2010-2011
Financement : Institut de Veille Sanitaire, Laboratoires Sanofi Pasteur MSD, Laboratoire Abbott Products SAS, Laboratoire Roche, Laboratoire Argène,
Laboratoire GSK. L’association Réseau des GROG est financée à 78% par des fonds provenant d’organismes publics.
Autres partenariats : Institut Pasteur, Service de Santé des Armées, SCHS Mairie de St Etienne, Service médical PSA Citroën Rennes, EDF-GDF,
OCP-Répartition, SOS Médecins France, MEDI’call Concept, Association Médecins de Montagne, DomusVi Dolcéa, RENAL, Open Rome.
Responsabilité scientifique : Réseau des GROG, CNR des virus influenzae Régions Nord (Institut Pasteur-Paris) et Sud (HCL-Lyon), virologie CHU Dijon.
Coordination nationale : Réseau des GROG avec l’aide d’Open Rome, 67 rue du Poteau, 75018 Paris.
Tél: 01.56.55.51.68 Fax: 01.56.55.51.52 E-mail: grog@grog.org Site Web http://www.grog.org
Bulletin national du Réseau des GROG 2 n° 36 - mercredi 11 mai 2011