Vous êtes sur la page 1sur 12

Loi n° 7/2001 du 12 décembre 2001

Portant statut particulier des militaires de la garde républicaine.

Article 1er.- La présente loi, prise en application des dispositions de l'article 5 de la loi n° 18/93 du 13
septembre 1993 portant statut général de la fonction publique et de la loi n° 3/96 du 6 mars 1996 portant
création et fixant les attributions de la garde républicaine, fixe le statut particulier des militaires de la garde
républicaine.

TITRE l
DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Article 2.- Le présent statut s'applique aux militaires de la garde républicaine.


Il ne s'applique aux militaires expatriés de la garde républicaine qu'en ce qui concerne la discipline.

Chapitre premier
Des missions et des corps

Article 3.- La garde républicaine est une force de défense autonome de deuxième catégorie placée pour emploi
sous l'autorité du président de la République, chef suprême des forces armées et de sécurité, et dépendant, pour
son administration, au même titre que les autres forces de défense, du ministre de la défense nationale.
La garde républicaine est commandée par un officier général qui prend le titre de commandant en chef de la
garde républicaine.

Article 4.- La garde républicaine est chargée d'assurer, de façon permanente, la sécurité et la protection du
président de la République à l'intérieur et à l'extérieur du territoire national.
Elle est également chargée :
- d'assurer, conjointement avec les autres forces, la protection des hautes personnalités de l'État, des
personnalités étrangères en visite au Gabon, des personnalités politiques ainsi que des biens et des édifices
publics;
- de rendre les honneurs militaires lors des cérémonies officielles de la République et à l'occasion des séances
solennelles du Parlement.

La garde républicaine peut également participer aux missions d'aide et d'assistance aux populations en cas de
sinistre grave ou de calamité publique.
Comme les autres forces de défense, elle ne doit intervenir pour le maintien de l'ordre et de la paix civile qu'en
cas de débordement des forces de première catégorie, et sur réquisitions réglementaires.
Elle participe aux missions de défense de l'intégrité du territoire national. Article 5.- La garde républicaine
comprend les personnels composés d'éléments masculins et féminins suivants :
- les militaires de carrière,
- les militaires servant en vertu d'un contrat,
- les appelés accomplissant leur service militaire.
Article 6.- Les militaires de la garde républicaine visés à l'article 5 ci-dessus sont regroupés dans différents
corps définis selon le tableau ci-après :
Corps Hiérarchie

Hommes de troupe
garde de deuxième classe
garde de première classe
caporal
caporal-chef
Sous-officiers sergent
sergent-chef
adjudant
adjudant-chef
adjudant-chef major
Officiers
sous-lieutenant
lieutenant
lieutenant major
capitaine capitaine major
commandant
commandant major
lieutenant-colonel
lieutenant-colonel major
colonel colonel major
général de brigade
général de division
Les généraux de division peuvent recevoir rang et appellation de général de corps d'armée et de général d'armée
Les personnels de la garde républicaine sont répartis entre les services et les spécialités définis conformément
aux missions qui leur sont dévolues.

Article 7.- Les grades mentionnés dans le présent statut comportent des échelons dont le nombre et les
conditions d'accès sont fixés conformément aux textes en vigueur.

Chapitre deuxième
Des droits et des obligations

Section 1 - Des droits

Article 8.- Les militaires jouissent de tous les droits et libertés reconnus aux citoyens. Toutefois, l'exercice de
certains d'entre eux est soit interdit, soit restreint dans les conditions fixées par la loi.

Article 9.- Le salaire des militaires de la garde républicaine comprend la solde de base, les accessoires de solde
et les prestations familiales.

Article 10.- La solde de base et les accessoires de solde des militaires de la garde républicaine sont déterminés
par des textes particuliers.

Article 11.- Les militaires de la garde républicaine sont soumis au régime commun des prestations familiales de
l'ensemble des agents civils et militaires de l'État.

Article 12.- Les militaires de la garde républicaine peuvent être affiliés, pour la couverture de certains risques, à
des fonds de prévoyance pouvant être alimentés dans les conditions fixées par voie réglementaire, par des
prélèvements sur certaines indemnités et par une contribution de l'État couvrant soit les personnels non
cotisants, soit les cas de circonstances exceptionnelles.
Les allocations de ces fonds sont incessibles et insaisissables.

Article 13.- Les militaires de la garde républicaine, ainsi que leurs conjoints et leurs enfants à charge, ont droit
aux visites médicales, aux hospitalisations et soins gratuits dans les dispensaires, centres médicaux et hôpitaux
relevant de la défense nationale, ainsi que les hôpitaux de la santé publique.
Ils reçoivent en outre t'aide et l'assistance du service social des militaires.
Article 14.- Les conditions dans lesquelles les familles des militaires, ainsi que les anciens militaires de la garde
républicaine et leurs familles, peuvent bénéficier des soins de santé et de l'aide du service social des militaires
sont fixées par voie réglementaire.

Article 15.- Les militaires de la garde républicaine sont logés gratuitement par l'État. Les officiers et sous-
officiers de la garde républicaine non logés perçoivent une indemnité de logement prévue par les textes en
vigueur.

Article 16.- Les personnels de la garde républicaine perçoivent gratuitement les tenues et équipements
nécessaires au service, dans les conditions fixées par le commandant en chef.
Ils sont tenus de les restituer lors de leur cessation définitive de fonctions.
Le port de l'uniforme est obligatoire, sauf dérogation spéciale de l'autorité habilitée.
Toutefois, le personnel féminin en état de grossesse est dispensé, dans l'exercice de ses fonctions, de l'obligation
prévue à l'alinéa précédent dès lors que son aspect physique est devenu incompatible avec le port de l'uniforme.

Article 17 .- Les militaires de la garde républicaine sont protégés dans l'exercice de leurs fonctions par le code
pénal et les lois spéciales contre les menaces, violences, outrages, injures ou diffamations dont ils peuvent être
l'objet.

Section 2 - Des obligations

Article 18.- Tout militaire de la garde républicaine est tenu à l'obligation du secret pour tout ce qui concerne les
ordres reçus, de même que pour tous faits et informations dont il a connaissance dans l'exercice de ses
fonctions.

Article 19.- Les militaires doivent obéissance aux ordres de leurs supérieurs hiérarchiques et sont responsables
de l'exécution des missions qui leur sont confiées.
Toutefois, il ne peut leur être ordonné et ils ne peuvent accomplir des actes qui sont contraires aux lois, aux
coutumes de la guerre et aux conventions internationales ou qui constituent des crimes ou des délits notamment
contre la sûreté et l'intégrité de l'État.
La responsabilité propre des subordonnés ne dégage les supérieurs d'aucune de leurs responsabilités.

Article 20 .- Les officiers de la garde républicaine prêtent, devant le président de la République, en présence du
ministre chargé de la défense nationale, du commandant en chef de la garde républicaine, du commandant en
chef de la gendarmerie et du chef d'état-major général des forces armées, le serment suivant :
« Je jure et promets de servir avec obéissance et discipline, de me comporter en tout avec dignité, d'être loyal et
fidèle envers le président de la République, chef de l'État, chef suprême des forces armées et de sécurité, ainsi
qu'envers les autres institutions, de consacrer toutes mes forces à la défense de la légalité et au maintien de
l'intégrité du territoire national. »

Article 21.- Les sous-officiers prêtent le même serment devant le commandant en chef de la garde républicaine.

Chapitre troisième - Du recrutement, de la formation et des mutations

Section 1 - Du recrutement

Article 22.- Le recrutement dans la garde républicaine est ouvert sur l'ensemble du territoire national et
s'effectue par voie directe parmi les candidats dont les dossiers complets ont été retenus par une commission de
sélection présidée par le commandant en chef de la garde républicaine.
La composition, les attributions et le fonctionnement de ladite commission sont fixés par voie réglementaire.
Les candidats retenus définitivement sont recrutés par arrêté du ministre chargé de la défense nationale.

Article 23.- Sans préjudice des conditions requises par le statut général des militaires, les candidats à
l'engagement dans la garde républicaine doivent jouir de leurs droits civils et civiques et être :
- âgés de dix-huit ans au moins et de vingt-cinq ans au plus;
- de bonne moralité;
- reconnus physiquement aptes après examen médical passé devant le médecin du corps.

Article 24.- Le dossier visé à l'article 23 ci-dessus comprend :


- un acte de naissance légalisé,
- un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois,
- une attestation de scolarité ou des diplômes justifiant le niveau défini par la commission de sélection,
- une fiche d'état civil et le rapport d'enquête de moralité.
Article 25.- Les hommes de troupe de la garde républicaine sont recrutés avec un contrat initial d'un an, à l'issue
d'une période d'engagement de trois mois. Ce contrat est renouvelé par tacite reconduction tous les deux ans.
Le renouvellement peut être interrompu à l'initiative du commandement pour inaptitude à l'emploi ou sur
demande de l'intéressé.

Article 26.- Le recrutement d'un corps à un autre de la garde républicaine s'effectue par promotion interne.
Toutefois, le recrutement aux différents niveaux de la hiérarchie peut être effectué par voie de changement de
force ou par détachement.

Article 27.- Les militaires de la garde républicaine promus sous-officiers sont admis dans le corps des sous-
officiers de carrière, conformément aux dispositions du statut général des militaires.

Section 2 - De la formation

Article 28.- Les militaires de la garde républicaine engagés en vertu des dispositions des articles 22, 23 et 24 ci-
dessus restent stagiaires jusqu'à la fin de la période d'engagement.
À l'issue de cette période, les éléments qui n'obtiennent pas les résultats requis sont soit radiés, soit reconduits
comme stagiaires selon les conditions fixées par voie réglementaire.

Article 29.- Pendant leur carrière, les militaires de la garde républicaine peuvent suivre des stages préparatoires
aux certificats militaires et techniques suivants :
- CME - CTE : pour les grades de caporal et caporal-chef,
- CM1 - CT1 : pour les sous-officiers subalternes,
- CM2 - CT2 : pour les sous-officiers supérieurs.
La liste des militaires autorisés à suivre ces stages est arrêtée par le commandant en chef de la garde
républicaine sur proposition des commandants d'unité.

Article 30 .- Outre les stages à vocation combat qui concernent la majorité des militaires, le commandant en
chef de la garde républicaine organise, à sa diligence et selon les nécessités du corps, des stages dans diverses
spécialités notamment mécanique automobile, musique, transmission, administration, entretien des aéronefs.

Article 31.- Les officiers de la garde républicaine bénéficient de stages de formation ou de perfectionnement
dans les mêmes conditions que les officiers des autres forces de défense.

Section 3 - Des mutations

Article 32.- Les affectations et mutations des militaires de la garde républicaine sont prononcées par le
commandant en chef.

Article 33 .- Les frais de transport entraînés par l'affectation ou la mutation des militaires de la garde
républicaine ainsi que ceux de leurs épouses et enfants à charge sont supportés par le budget de l'État dans les
conditions fixées par voie réglementaire.

Chapitre quatrième
De la notation et de l'avancement

Section 1 - De la notation

Article 34.- Il est attribué chaque année à tout militaire de la garde républicaine une note chiffrée complétée par
une appréciation générale sur sa manière de servir et sur sa valeur professionnelle.

Article 35.- La notation est arrêtée dans tous les cas par le commandant en chef de la garde républicaine soit
directement pour les officiers supérieurs, soit sur proposition :
- d'un officier supérieur, pour les officiers subalternes,
- du commandant d'unité, pour les sous-officiers et les hommes de troupe.

Article 36.- Les modalités de notation et d'acheminement des notes ainsi que les conditions éventuelles de leur
communication aux intéressés sont fixées par instructions du commandant en chef de la garde républicaine.

Article 37.- Les personnels détachés auprès de la garde républicaine sont également notés par le commandant en
chef en tant que premier noteur.
Les militaires de la garde républicaine détachés à l'extérieur sont notés par l'autorité d'emploi en tant que
premier noteur. Ces notes sont trans-mises au commandant en chef de la garde républicaine, dernier noteur.

Section 2 - De l'avancement

Article 38.- L'avancement comprend :


- l'avancement de grade,
- l'avancement d'échelon.

Article 39.- Les militaires de la garde républicaine titulaires d'un diplôme à la sortie d'une école militaire
d'officiers reconnue sont nommés au grade de sous-lieutenant.

TITRE II
DES PERSONNELS MILITAIRES
DE LA GARDE RÉPUBLICAINE

Article 40.- Le présent statut concerne :


- les militaires de carrière,
- les militaires servant en vertu d'un contrat,
- les personnels accomplissant le service militaire dans la garde républicaine.

Chapitre premier
Des militaires de carrière

Article 41.- Les militaires de carrière sont les officiers et sous-officiers et personnels assimilés, admis à cet état
après avoir fait la demande. Ils sont de ce fait nommés ou promus à un grade de la hiérarchie en vue d'occuper
un emploi permanent dans un corps des armées ou des formations rattachées. Ils ne peuvent perdre l'état
militaire que pour l'une des causes prévues à l'article 100 du statut général des militaires.

Article 42 .- Les militaires de carrière peuvent, pour les besoins du service, être admis sur leur demande ou
affectés d'office dans d'autres corps de défense et de sécurité ou du service commun dont ils dépendent, ou dans
une autre force de défense et de sécurité ou un service commun.
Ces dispositions ne peuvent entraîner ni l'admission dans les corps recrutés exclusivement par concours ou sur
présentation de titres déterminés, ni la modification du grade et de l'ancienneté de grade acquise dans le corps
d'origine, ni la prise de rang dans le nouveau corps avant les militaires de même grade et de même ancienneté,
ni la perte du bénéfice d'une inscription au tableau d'avancement.
Les conditions dans lesquelles les changements de force de défense et de sécurité, de service commun, de corps,
d'arme ou de spécialité peuvent être opérés sont fixées par voie réglementaire.

Section 1 - Des officiers de carrière

Article 43.- Les officiers de carrière de la garde républicaine constituent un corps dont la hiérarchie comporte
les grades suivants :
• officiers subalternes :
• sous-lieutenant,
• lieutenant,
• lieutenant major,
• capitaine,
• capitaine major
• officiers supérieurs :
• commandant,
• commandant major,
• lieutenant-colonel,
• lieutenant-colonel major,
• colonel,
• colonel major,
• officiers généraux :
• général de brigade,
• général de division.
Le général de division peut recevoir rang et appellation de général de corps d'armée ou de général d'armée.
Chaque grade comporte des échelons, dont le nombre et les conditions d'accès sont fixés par voie réglementaire.
Le grade d'officier est propriété de l'intéressé; il est conféré par le chef de l'État, chef suprême des forces armées
et de sécurité. Il ne peut être perdu que pour l'une des causes prévues au titre I, chapitre sixième du statut
général des militaires.

Article 44.- Les officiers de la garde républicaine commandent les unités élémentaires de sécurité de la garde.
Ils exercent en outre les attributions et assument les responsabilités que leur confèrent les lois et règlements en
matière de sécurité, de protection et de défense.
Ils participent à la constitution et à l'encadrement de l'ensemble des unités élémentaires de sécurité de la garde.
Ils peuvent aussi participer au fonctionnement de formations interarmées ou relevant d'une autre force de
défense ou de sécurité ou rattachées au ministère de la défense nationale.

Section 2
Des sous-officiers de carrière

Article 45.- Les sous-officiers de carrière de la garde républicaine constituent un corps dont la hiérarchie
comporte les grades suivants :
• sergent,
• sergent-chef,
• adjudant,
• adjudant-chef,
• adjudant-chef major.
Le ministre de la défense nationale prononce par voie réglementaire l'admission au statut de sous-officier de
carrière, conformément aux dispositions du statut général des militaires.

Chapitre deuxième
Des militaires servant en vertu d'un contrat

Section 1 - Des officiers

Article 46.- Les officiers servant sous contrat sont ceux qui, ayant satisfait aux obligations du service militaire
actif ou en ayant été régulièrement dispensés, sont admis par contrat à servir volontairement dans les forces de
défense ou de sécurité en vue d'exercer des fonctions déterminées à caractère scientifique, technique ou
pédagogique correspondant à leur qualification professionnelle.

Article 47.- Les grades, les prérogatives et les avantages y relatifs, les conditions de recrutement et
d'avancement sont fixés pour les officiers servant sous contrat par voie réglementaire.

Section 2
Des militaires engagés

Article 48.- Les militaires engagés sont admis par contrat dans les forces de défense et de sécurité pour servir
volontairement dans les corps d'hommes de troupe et de sous-officiers pour :
- un temps supérieur à la durée légale du servi-ce militaire actif;
- une durée déterminée, s'il a déjà été appelé à satisfaire aux obligations du service actif ou s'il a souscrit un
engagement antérieur;
- tout ou partie de la durée de la guerre, s'il n'est ni mobilisable, ni encore mobilisé ou s'il est dégagé de tout
obligation militaire.

Article 49.- Tous les militaires engagés dans la garde républicaine assurent les missions de défense et de
sécurité, conformément aux dispositions de la loi n° 3/96 du 6 mars 1996 portant création et fixant les
attributions et l'organisation de la garde républicaine.
À cet effet, ils sont soumis aux dispositions du statut général des militaires.

Section 3
Des officiers de réserve

Article 50.- Les officiers de réserve de la garde républicaine sont ceux qui, ayant accompli le servi-ce militaire,
sont en situation d'inactivité militaire.
Ils peuvent être admis sur demande et dans la limite des effectifs à servir avec leur grade en situation d'activité
par contrat conclu pour une période déterminée et renouvelable. Ils ne peuvent, dans cette situation, dépasser la
limite d'âge des officiers de carrière de grade correspondant, ni servir plus de vingt années. Article 51.- Les
grades, les prérogatives et les avantages, les conditions de recrutement et d'avancement sont fixés pour les
officiers de réserve par voie réglementaire.
Les officiers de réserve en situation d'activé sont soumis aux dispositions du statut général des militaires.

Chapitre troisième
Des personnels accomplissant le service militaire dans la garde républicaine

Article 52.- Les personnels admis à accomplir le service militaire sont ceux qui, sans distinction de sexe, ont le
devoir de participer à la défense de la nation.
À ce titre, ils doivent, en vertu des obligations légales, une période de service national et une période de réserve.
L'organisation du service national et la période de réserve sont définies par décret pris en conseil des ministres.

Article 53.- Les personnels accomplissant leur service militaire dans la garde républicaine sont soumis aux
dispositions du statut général des militaires.

Article 54.- Les militaires ayant accompli leur service militaire dans la garde républicaine peuvent être admis,
sur demande et dans la limite des effectifs autorisés, à servir avec leur grade dans l'unité de leur choix.
Dans ce cas, ils sont soumis aux dispositions du statut général des militaires et du présent statut.

Chapitre quatrième
Du recrutement dans le corps des officiers de carrière

Article 55.- Peuvent être admis dans le corps des officiers de carrière de la garde républicaine, les officiers
subalternes des autres forces et les élèves officiers qui réunissent les conditions suivantes :
- être officier subalterne à titre définitif, sans conditions d'ancienneté de grade;
- être âgé de vingt-deux ans au moins et de trente ans au plus;
- avoir passé avec succès le concours d'entrée dans une école militaire d'officiers, suivi la formation et satisfait
aux examens de sortie de cette école.
Pendant leur scolarité, les intéressés continuent à bénéficier de la rémunération et des avantages attachés à leur
grade.

Article 56.- Les officiers subalternes des autres forces admis dans le corps des officiers de la garde républicaine
conservent le grade et l'ancienneté de grade de leur force d'origine.

Article 57.- L'avancement de grade pour les officiers a lieu au choix et à l'ancienneté selon les modalités
définies dans le tableau ci-après :
( voir tableau page 34 )

Article 58.- Les conditions d'avancement des officiers sont arrêtées chaque année par le commandant en chef de
la garde républicaine conformément aux textes en vigueur.

Article 59.- Les officiers retenus sont inscrits sur un tableau d'avancement établi par le commandant en chef de
la garde républicaine et arrêté chaque année par le président de la République, chef suprême des armées, après
avis du ministre chargé de la défense nationale.

Article 60.- L'avancement de grade pour les sous-officiers a lieu au choix et à l'ancienneté selon les modalités
définies dans le tableau ci-après :
( voir tableau page 34 )

Article 61.- Les conditions d'avancement des sous-officiers sont arrêtées chaque année par le commandant en
chef de la garde républicaine conformément aux textes en vigueur.

Article 62.- Les sous-officiers retenus sont inscrits sur un tableau d'avancement établi et arrêté chaque année par
le commandant en chef.

Article 63.- L'avancement de grade des hommes de troupe a lieu au choix et à l'ancienneté selon les modalités
définies dans le tableau ci-après :
( voir tableau page 34 )

Article 64.- Les conditions d'avancement des hommes de troupe sont arrêtées chaque année par le commandant
en chef de la garde républicaine conformément aux textes en vigueur.

Article 65.- Les hommes de troupe retenus sont inscrits sur un tableau d'avancement établi et arrêté par le
commandant en chef de la garde républicaine.
Article 66.- L'avancement d'échelon a lieu exclusivement à l'ancienneté dans les conditions prévues, pour
chaque grade, par la réglementation en vigueur.

Chapitre sixième - Des récompenses et des sanctions disciplinaires

Article 67.- Les comportements individuels dans l'exécution du service font l'objet :
- de récompenses, s'ils marquent un effort particulier des personnels;
- de sanctions disciplinaires ou statutaires, s'ils constituent des manquements aux règles ou consignes.

Section 1 - Des récompenses

Article 68.- Les récompenses susceptibles d'être attribuées aux militaires de la garde républicaine sont :
- la lettre de félicitations,
- le témoignage de satisfaction,
- la médaille de reconnaissance de la garde républicaine,
- la nomination ou promotion dans les ordres nationaux,
- le certificat de bonne conduite.

Article 69.- La lettre de félicitations et le témoignage de satisfaction sont attribués par :


- le commandant en chef de la garde républicaine,
- le ministre chargé de la défense nationale, sur proposition du commandant en chef de la garde républicaine,
- le président de la République, sur proposition du ministre chargé de la défense nationale, après avis du
commandant en chef de la garde républicaine.

Article 70.- Les nominations ou promotions dans les ordres nationaux font l'objet de mémoires de propositions
établis conformément à la réglementation régissant les ordres nationaux.

Article 71.- Le certificat de bonne conduite ne peut être décerné au militaire que lors de la cessation normale de
service.

Section 2 - De la procédure disciplinaire et des sanctions

Article 72.- Les fautes commises par un militaire de la garde républicaine en service, à l'occasion du service et
éventuellement hors du service, font l'objet de sanctions disciplinaires et statutaires définies dans le règlement
de discipline générale et le statut général des militaires, sans préjudice des dispositions pénales en vigueur en la
matière.

Article 73 .- Sous réserve des dispositions du code de justice militaire, la définition des fautes et leur degré de
gravité, la détermination des modalités de constat et d'échelonnement des sanctions ainsi que les modalités de
leur exécution relèvent du règlement de discipline générale.

Article 74.- L'exercice du pouvoir disciplinaire revient de droit au commandant en chef de la garde républicaine.
Celui-ci peut le déléguer en partie aux commandants d'unité et aux autres autorités de la garde républicaine.

Article 75 .- Toute demande de sanction dont le taux excède les délégations accordées fait l'objet d'un compte
rendu soumis à la décision du commandant en chef de la garde républicaine.
Ce compte rendu est inséré dans le dossier de l'intéressé.

Article 76.- Les différents accessoires de solde, primes de sujétion, de qualification, ou solde à l'air, peuvent être
suspendus en complément d'une sanction disciplinaire.
Seul le commandant en chef de la garde républicaine peut prononcer ces sanctions complémentaires.

Chapitre septième
Des positions, des permissions et de la cessation de fonction

Article 77.- Les militaires de la garde républicaine sont soumis, en ce qui concerne les positions et le régime des
permissions, aux dispositions du statut général des militaires.

Article 78.- La cessation de l'activité peut résulter:


- de la démission acceptée,
- de la radiation pour invalidité dans les conditions fixées par les textes en vigueur,
- de la révocation conformément aux textes en vigueur,
- de l'admission à la retraite.
La cessation d'activité entraîne la radiation des cadres et la perte de la qualité de militaire de la garde
républicaine.

Article 79.- La démission ne devient effective qu'après acceptation :


- du président de la République, s'il s'agit d'un officier;
- du commandant en chef, pour les sous-officiers et hommes de troupe.
Dans tous les cas, l'autorité compétente dispose d'un délai pour se prononcer sur l'offre de démission. Ce délai
est fixé à trois mois pour les officiers et sous-officiers et à un mois pour les hommes de troupe.

Article 80.- La révocation ou la radiation peuvent intervenir soit au cours ou en fin de stage, conformément aux
dispositions de l'article 28 ci-dessus, soit pour non réintégration après une période hors cadre ou de
disponibilité, soit par mesure disciplinaire dans les conditions prévues par le statut général des militaires, soit
par inaptitude médicale à tout emploi dans la garde républicaine.

Article 81.- Le militaire de la garde républicaine radié reçoit un pécule constitué dans les conditions fixées par
le présent statut. Cette disposition n'est pas applicable en cas de mesure disciplinaire comportant révocation sans
pécule.

Article 82.- Le militaire de la garde républicaine radié par démission ou par révocation disciplinaire ne peut être
réintégré.

Article 83.- L'admission à la retraite est prononcée soit d'office, soit à la demande de l'intéressé.
La décision est prise par le président de la République en ce qui concerne les officiers et par le ministre chargé
de la défense nationale dans les autres cas.

Article 84.- L'admission à la retraite est prononcée pour les officiers et sous-officiers lorsqu'ils sont atteints par
les limites d'âge fixées dans les tableaux ci-après :

Limites d'âge des sous-officiers

Grade Limite d'âge


Adjudant-chef major 55
Adjudant-chef 55
Adjudant 50
Sergent-chef 47
Sergent 45

( voir suite au tableau page 35 )

Article 85.- Pour les hommes de troupe, l'admission à la retraite est prononcée conformément aux dispositions
du statut général des militaires.

Article 86.- L'admission à la retraite peut être prononcée à la demande de l'intéressé après :
- quinze ans de service pour le sous-officier,
- vingt-cinq ans de service pour l'officier.

Article 87.- Les dispositions relatives aux emplois réservés contenues dans le statut général des militaires
s'appliquent aux personnels de la garde républicaine.
Chapitre huitième
De l'admission à la retraite

( tableau annexé à l'article 57 )


( tableau annexé à l'article 60 )

Accès au grade de :
5 ans au moins d'ancienneté
Lieutenant
chef major. Il ne peut être p
une seule nomination chaque
Lieutenant major 3 ans au moins de grade de lie

Capitaine 2 ans au moins de grade de lie

Capitaine major 3 ans au moins de grade de ca

- 2 ans au moins de grade


Commandant ayant suivi avec succès les
l'école d'état-major
- 3 ans au moins de grade d
autres
Commandant major 3 ans au moins de grade de co

Lieutenant-colonel 2 ans au moins de grade d


diplômé de l'école d'état-major
Lieutenant-colonel major 3 ans au moins de grade de lie

Colonel 2 ans au moins de grade de lie

Colonel major 2 ans au moins de grade de co

Accès au grade de :
- 6 ans de service au 31 déce
Sergent (A-1) dont 1 an de grade de ca
-CM1 ouCT-l notéTB
- ne pas avoir été noté au nive
A-2 et A-3
- 4 ans de grade de sergent a
Sergent-chef en cours (A-1)
- BMP1 - Note TB minimum
- ne pas avoir été noté au nive
A-2 et A-3.
-5 ans de grade de sergent
Adjudant l'année en cours (A-1)
-BMP1 + CM2 ou CT2
- note TB minimum
- ne pas avoir été noté au nive
A-2 et A-3.
-3 ans de grade d'adjudant-che
Adjudant-chef l'année en cours (A-1)
-BMP2
- note TB minimum
- ne pas avoir été noté au nive
A-2 et A-3.
-5 ans de grade d'adjudant-ch
Adjudant-chef major l'année en cours (A-1)
-BMP2
- note EX ou TB minimum
- ne pas avoir été noté au nive
dernières années.

Accès :
Distinction garde de première - 6 mois de service au 31 déc
classe (A-1)-NoteB
- pas de punition dans l'année
- 1 an de service au 31 décem
Grade de caporal (A-1)
-CTEouCME
- note B
- ne pas avoir été noté au nive
A-2 et A-3
- 2 ans de service au 31 déc
Grade de caporal-chef (A-
1) dont 1 an de grade de cap
- BMPE
- note B
- ne pas avoir été noté au nive
A-2 et A-3
Article 88.- Les militaires de carrière de la garde républicaine sont admis à faire valoir leur droit à la retraite
conformément au statut général des militaires.

Article 89.- Les droits à pension de retraite des militaires de la garde républicaine sont déterminés par la loi
fixant le régime général des pensions de l'État.

Article 90.- Les dispositions du statut général des militaires relatives au capital Grade
décès et à la rente d'invalidité s'appliquent aux personnels de la garde Colonel major
républicaine. Colonel
Lieutenant-colonel major
Article 91.- Le militaire de la garde républicaine ayant accompli au moins un an Lieutenant-colonel
Commandant major
de service et ayant cessé définitivement ses activités avant d'avoir acquis des
Commandant
droits à la pension bénéficie d'un pécule. Capitaine major
Capitaine
Article 92.- Le pécule est calculé en multipliant le montant de la solde indiciaire Lieutenant major, Lieutenant
Sous-lieutenant
mensuelle par le nombre d'années de service accomplies au titre de la garde
républicaine.
Toute fraction d'annuité donne lieu à une perception calculée au prorata des
mois de service. Grade
Deuxième section
( tableau annexé à l'article 84 ) Limites d'âge des officiers Général d'armée 61
C tableau annexé à l'article 84 ) Limites d'âge des officiers généraux Général de corps d'armée 60
( tableau annexé à l'article 94 ) Général de division 59
Sous-officiers Général de brigade 58
( tableau annexé à l'article 94 ) Hommes de troupe (années de service)

Les fractions inférieures à un mois ne sont pas prises en considération.


A

Article 93.- Le militaire de la garde républicaine ayant cessé définitivement ses A+1
activités perçoit une indemnité au titre des permissions non prises durant la A+2
période de service. A+3
A+4
Cette indemnité est calculée à partir de la solde de base au prorata du nombre de
A+5
jours de permissions cumulées restant à prendre au moment de la radiation des A+6
contrôles. A+7
A+8
A+9
TITRE III - DES DISPOSITIONS A+10
TRANSITOIRES ET FINALES A+11

Chapitre premier A

Des dispositions transitoires A+1


A+2
Article 94.- À titre transitoire, et compte tenu des impératifs de service liés aux A+3
missions dévolues à la garde républicaine, les personnels recrutés avant la A+4
promulgation de la présente loi sont régis conformément aux tableaux ci-dessous
en ce qui concerne les limites d'âge, l'année A étant l'année de la promulgation
de la loi.

( voir tableau page 35 )

Chapitre deuxième
Des dispositions diverses et finales

Article 95 .- La présente loi, qui abroge toutes dispositions antérieures


contraires, notamment le décret n° 490/PR du 25 mars 1983 portant statut
spécial des personnels nationaux de la garde républicaine, sera enregistrée, publiée selon la procédure
d'urgence et exécutée comme loi de l'État.

Fait à Libreville, le 12 décembre 2001

Vous aimerez peut-être aussi