Vous êtes sur la page 1sur 118

L’appareil reproducteur

Module 2
AS 2021
NT
I – l’appareil génital masculin

II – l’appareil génital féminin

III – la fécondation
I - L’appareil génital masculin
I - L’appareil génital masculin
• Les gonades (Glande génitale qui produit les gamètes et sécrète des
hormones sexuelles) :

Ce sont les testicules, 2 glandes sexuelles, logés


dans le scrotum (sac cutané) formé de deux
bourses et situés en dehors de l’abdomen.
• Les testicules sont formés par le regroupement
de tubes séminifères à l’intérieur desquels
s’effectue la maturation des spermatozoïdes.
• Entre les tubes séminifères se trouvent les
cellules interstitielles de Leydig responsables de
la sécrétion de la testostérone.
• La testostérone permet la spermatogénèse et le
développement des caractéristiques sexuelles
secondaires pendant la puberté (plus grande
masse musculaire, plus grande masse osseuse,
approfondissement de la voix et apparition
notamment des poils pubiens).
Coupe d’un testicule
• Les voies génitales
Ce sont des canaux qui collectent les spermatozoïdes et
les sécrétions des glandes annexes :
- l’épididyme est un organe qui coiffe le testicule, il
collecte les spermatozoïdes

épididyme
- Le canal déférent va de l’épididyme jusqu’à la base
de la prostate où il se dilate pour former une
ampoule qui sert de réservoir aux spermatozoïdes
entre 2 éjaculations (vésicules séminales)

Vésicule
séminale
Canal déférent droit
Canal déférent gauche
- Le canal éjaculateur est formé par la réunion
du canal déférent et de la vésicule séminale
qui s’abouche dans l’urètre

Zone réunion entre le canal


éjaculateur et l’urètre
- L’urètre (qui va de la vessie au méat urinaire)
reçoit les deux canaux déférents et véhicule
l’urine et le sperme
Canal éjaculateur
• Les glandes annexes :
- Les vésicules séminales qui produisent le
liquide séminal, la prostate et les glandes de
Cowper
• Elle secrètent la substance fondamentale du
sperme : liquide blanchâtre qui contient 90%
de liquide séminal et 10 % de spermatozoïdes
(100 millions par ml de sperme)
• L’organe copulateur
- Verge ou pénis, rôle génito-urinaire. Formée
par 2 corps érectiles (corps caverneux et corps
spongieux). Ces corps se gorgent de sang ce
qui provoque l’érection.
- Le corps spongieux régule le diamètre de
l’urètre pour laisser passer l’urine ou le
sperme.
La verge se termine par le gland entouré du
prépuce
• Fonction des testicules :

1 - Fonction exocrine : production des


spermatozoïdes (gamètes mâles) :

2 - Fonction endocrine : sécrétion de


testostérone (hormone mâle)
1 - La production des spermatozoïdes est la
spermatogénèse (commence à la puberté et se
poursuit toute la vie)
Le spermatozoïde est une cellule composée de 3
parties :
- La tête qui contient le noyau (patrimoine
génétique)
- La pièce intermédiaire
- Le flagelle
2 – la testostérone exerce les actions suivantes :

- Sur la production de spermatozoïdes


- Sur le développement des organes génitaux
masculins : testicules, épididymes, canal
déférent, vésicules séminales, prostate, verge
- Sur les caractères sexuels secondaires
(système pileux, masse musculaire, la voix….)
- la spermatogénèse réseau canopée -
Recherche Google
Sémiologie
• Les testicules peuvent être le siège
d’affections diverses traumatiques,
infectieuses (bactériennes ou virales) ou de
tumeurs bégnines ou malignes.
Testicule non descendu
Torsion du testicule
Orchite épididymite

Signes : fièvre élevée 39 à 40°c, scrotum rouge et chaud


Tumeur du testicule
• La prostate :
- Adénome de la prostate :
signes : pollakiurie, hématurie, jet urinaire
diminué

Rôle AS : surveillance de la diurèse


En cas d’ablation chirurgicale de l’adénome :
risque d’hémorragie +++ donc surveillance des
constantes et des signes hémorragiques
• La prostatite : inflammation de la prostate
Signe possible : brûlures à la miction
Rôle AS : surveillance des urines, EVA…
• Phimosis : impossibilité de décalotter le gland
• Impuissance : impossibilité de provoquer ou
de maintenir une érection, peut être
organique ou fonctionnelle.
II - L’appareil génital féminin
II - L’appareil génital féminin
• L’appareil génital féminin interne
- Les gonades (Glande génitale qui produit les gamètes et sécrète des
hormones sexuelles) :

- Deux ovaires en forme d’amande, situés dans


le petit bassin, de par et d’autre de l’utérus.

ovaires
- Les voies génitales :
- La trompe utérine ou la trompe de Fallope est
l’organe qui assure le transport de l’ovocyte
depuis l’ovaire jusqu’à l’utérus. C’est dans la
trompe que s’effectue la fécondation de
l’ovocyte par le spermatozoïde
Trompe de Fallope

pavillon
de la
trompe
- l’utérus, organe creux destiné à contenir l’œuf fécondé
pendant son développement. Il se termine vers le bas par le col
de l’utérus.
l’utérus est composé du muscle utérin : le myomètre et d’une
muqueuse qui tapisse le muscle : l’endomètre. L’endomètre subit
des modifications pendant le cycle menstruel

endomètre

utérus
myomètre
utérus
- Le vagin est un conduit musculaire qui relie
l’utérus à la vulve

vagin
• Les glandes annexes :
ce sont les glandes de Bartholin (x2) qui se
situent dans les grandes lèvres. Elles sécrètent
des substances lubrifiantes.

Glandes de
Bartholin
• L’organe copulateur : il comprend le vagin, la
vulve (grandes lèvres, petites lèvres, clitoris,
méat urinaire et orifice du vagin)

vulve
Fonction des ovaires
- Organe à double fonction

 Fonction exocrine ; gonade il produit des gamètes


: les ovocytes, c’est l’ovogénèse
 Fonction endocrine : glande endocrine il produit
des hormones : œstrogènes et progestérone

L’ovaire a une activité cyclique : un seul gamète est


produit tous les 28 jours en moyenne
Actions des hormones :
- Les œstrogènes agissent sur l’utérus et
provoquent la reconstruction de la muqueuse
utérine (endomètre) afin de le rendre apte à la
nidation
- La progestérone agit sur l’endomètre qui prend
un aspect de dentelle en vue de la nidation
éventuelle de l’œuf. Elle agit aussi sur le col de
l’utérus en favorisant la sécrétion d’une glaire
cervicale visqueuse (bouchon muqueux)
Le cycle menstruel
• A sa naissance, la petite fille possède dans ses
ovaires un capital d’ovocytes. La maturation des
ovocytes s’arrête pour ne reprendre qu’à
l’adolescence
• Le cycle menstruel commence à l’adolescence et
se poursuit jusqu’à la ménopause.
• Un cycle menstruel dure 28 jours, il commence le
premier jour des règles et se termine à
l’apparition des règles suivantes
• Le cycle menstruel se divise en trois phases
• 1 - La phase folliculaire
Elle dure environ 14 jours. C’est pendant cette
phase que l’ovocyte va arriver à maturation. La
FSH (hormone hypophysaire) va agir sur l’ovaire
en provoquant la maturation de l’ovocyte et la
sécrétion d’oestrogènes par les ovaires.

hypophyse
• Les œstrogènes vont agir sur l’utérus pour
reconstruire la muqueuse utérine
(endomètre) afin de le rendre apte à la
nidation
• 2 – l’ovulation, cette seconde phase intervient au 14ème
jour du cycle. La LH (autre hormone hypophysaire) va
provoquer la libération de l’ovocyte par le follicule.
Celui-ci est happé par le pavillon de la trompe utérine
• 3 – la phase lutéinique ou lutéale (du 14e au 28e jour) :
elle correspond à la formation du corps jaune grâce à
l’action de la LH
le corps jaune qui est ce qui reste du follicule
rompu sécrète des œstrogènes et surtout de la
progestérone
La progestérone agit sur l’endomètre qui prend un aspect
de dentelle en vue de la nidation éventuelle de l’œuf. Elle
agit aussi sur le col de l’utérus en favorisant la sécrétion
d’une glaire cervicale visqueuse (bouchon muqueux)
• Si, à la fin du cycle, s’il n’y a pas eu
fécondation, le corps jaune s’atrophie et cesse
de produire des hormones. L’endomètre est
alors détruit, provoquant l’apparition des
règles et un nouveau cycle commence.
le cycle ovarien réseau canopée - Recherche Google
Les glandes mammaires
Les seins sont des glandes qui recouvrent le
muscle du thorax. Les seins sont soutenus par
des ligaments qui sont répartis de la peau
jusqu’au muscle pour se fixer au thorax.
Le sein ou la glande mammaire est une glande exocrine qui permet
l’allaitement.
Située sur le muscle pectoral, la structure de la glande mammaire varie
selon l’âge, les grossesses.
Le sein est constitué de :

- lobules qui produisent le lait ;


- de canaux galactophores qui assurent la sécrétion lactée par des
pores individuels ;
- de tissus adipeux et conjonctifs qui protègent les lobules et les
canaux et qui donne la forme et le volume de glande mammaire ;
- de l’ Aréole, L’aréole est ronde, rose ou brunâtre. Elle est située au
centre de la surface du sein. Elle contient de petites glandes
sudoripares qui lui permettent de sécréter de la sueur qui agit
comme lubrifiant naturel lors de l’allaitement.
Le sein évolue selon les différents stades de la vie : la
puberté, la grossesse, l’accouchement, l’allaitement et
la ménopause.
La taille et la forme des glandes mammaires varient
d’une femme à une autre en fonction de la quantité de
tissus adipeux, glandulaires et conjonctifs qu’ils
contiennent. De plus, il est rare que les deux seins
d’une femme soient de la même proportion
• Avant la puberté :
- Le sein n’est pas encore développé
et ne présente pas de canaux
galactophores.
• Lors de la puberté :
• Le développement de la glande mammaire
débute vers l’âge de 10 ou 12 ans. La puberté
enclenche la production d’hormones, l’œstrogène
et la progestérone, ce qui permet aux canaux et
aux lobules de se former. L’œstrogène est la
principale hormone femelle : elle donne les
caractéristiques féminines au corps. C’est aussi au
moment de la puberté que les tissus adipeux (=
gras) et conjonctifs prennent place, donnant ainsi
sa forme et son volume au sein.
• Le développement du sein est habituellement le
premier signe de puberté chez la jeune fille.
• Au moment de la grossesse :
- Durant cette période, les canaux galactophores et
les lobules se développent davantage en vue de
l’allaitement du bébé.
• À l’accouchement et lors de l’allaitement :
- Un liquide jaunâtre et riche en protéines est
produit par la glande mammaire vers la fin de la
grossesse : il s’agit du colostrum. La prolactine, une
hormone, est responsable de la production du lait
maternel qui est stimulée par la tétée du
nourrisson. Lorsque la phase d’allaitement est
terminée, la glande mammaire diminue pour
retrouver une taille normale.
• Durant la ménopause :
- À la ménopause, les glandes et les canaux du
sein perdent de leur importance. Ils sont
remplacés par du tissu graisseux. Le sein ne perd
pas forcement de volume voir augmente de
volume. La perte de tonus est quant à elle liée
aux relâchements des ligaments.
Sémiologie
• Pathologies des organes
 l’endométriose :
L’endométriose est une maladie chronique, généralement récidivante
qui touche 1 femme sur 10, en âge de procréer.
Sous l’effet des œstrogènes, au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit
en vue d’une potentielle grossesse, et s’il n’y a pas fécondation, il se
désagrège et saigne : Ce sont les règles.
Chez la femme qui a de l’endométriose des cellules vont remonter et
migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se
développe hors de l’utérus provoque alors des lésions, des
adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes) dans les organes
colonisés. Cette colonisation, si elle a principalement lieu sur les
organes génitaux et le péritoine peut fréquemment s’étendre aux
appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire.
L’endométriose engendre des règles abondantes et très douloureuses.
Fibromes utérins :
Un fibrome utérin est une tumeur bénigne, non
cancéreuse, qui se développe à partir du muscle
utérin et du tissu fibreux de l'utérus.
Prolapsus ou descentes d’organes
Un prolapsus génital désigne la descente anormale
d’un ou de plusieurs organes situés dans la cavité
pelvienne. Ce phénomène concerne principalement les
femmes après 45 ans et affecte essentiellement la
vessie, l’utérus, ou le rectum. Le prolapsus résulte d’un
affaiblissement ou d’un étirement des muscles et/ou
des ligaments qui soutiennent ces organes.
• Kyste de l’ovaire
 cancer du col de l’utérus

Cancer de l’ovaire

Cancer du sein
 Cervicite

 Salpingite

 Pyosalpinx
 Cervicite : infection du col

 Salpingite : infection au niveau


de la trompe de Fallope peu aller jusqu’au pyosalpinx =
pus dans la trompe

 Synéchies : accolement (adhérences)


plus
ou moins étendue des parois utérines
Troubles des règles
- Oligoménorrhée

- Aménorrhée
Troubles des règles
- Oligoménorrhée : diminution du volume et de
la durée des règles
- Aménorrhée : absence de règle
• Aménorrhée primaire : personne qui n’a
jamais eu de règle, s’accompagne souvent de
l’absence des caractères sexuels secondaires
• Secondaire : absence de règle chez une
femme habituellement réglée
- Ménorragie (ou hyperménorrhée) :
- Syndrome prémenstruel :
- Dysménorrhée :
- Dyspareunie :
- Métrorragie :
- Hydrorrhée :
- Pyorrhée :
- Ménorragie (ou hyperménorrhée) :désigne des
règles trop importantes, que ce soit sur la
quantité émise de sang, ou la durée (+ de 7 jours)
des menstruations.
- Syndrome prémenstruel : ensemble des
manifestations menstruelles qui précèdent les
règles (congestion des seins, douleur pelvienne,
œdème au niveau des chevilles, prise de poids,
céphalée, migraine, nausée, trouble du caractère)
- Dysménorrhée : douleur qui accompagne les
règles. Fond douloureux permanent avec des
paroxysmes de siège pelvien. Irradie vers les
lombaires, le périnée et les cuisses.
• Autres syndromes :
- Dyspareunie : douleur de la sphère génitale
provoquée ou aggravée par les rapports
sexuels
- Métrorragie : perte de sang d'origine utérine
plus ou moins importante survenant en
dehors de la période des règles chez la
femme.
- Hydrorrhée (hydro- eau et -rrhée =
écoulement) : est une écoulement vaginal
d’un liquide incolore ou peu coloré parfois très
abondant (10 à 100 cc) survenant par à-coups.
- Pyorrhée : écoulement vaginal purulent
- Les troubles de la fécondité : exemple la
stérilité
Les symptômes mammaires
- La mastodynie :
- Mastopathie :
- Adénocarcinome :
- Galactorrhée :
Les symptômes mammaires
- La mastodynie : douleur mammaire uni ou
bilatérale
- Mastopathie : ce terme recouvre toutes les
altérations bénignes du sein, se manifestant
par des gonflements, des nodules ou des
kystes indurés
• Adénocarcinome : tumeur maligne
développée aux dépens de l’épithélium
glandulaire
• Galactorrhée : sécrétion et écoulement de lait
par la glande mammaire chez une femme qui
n'allaite pas

• Galactophorie : infection des canaux


galactophore (svt germe) évolue vers un abcés
Troubles de la vie sexuelle :
- Vaginisme : contraction musculaire péri-
vaginale non voulue qui empêche la femme
d’avoir des rapports sexuels avec son
partenaire. Les rapports sont extrêmement
douloureux.
- Anaphrodisie : absence de désir sexuel
- Anorgasmie : incapacité à atteindre l’orgasme
Les infections sexuellement
transmissibles
Définition : infection qui se transmet
principalement lors de relations sexuelles :
rapport vaginal, anal ou oro-génital
La plupart de ces infections peuvent se
traiter mais si elles ne sont pas traitées,
elles peuvent entrainer des complications
très graves.

Les partenaires sexuels doivent


être traités
La blennorragie gonococcique
(chaude pisse dans le langage
familier)
Signes possibles : brulures et/ou écoulement
jaune par la verge, le vagin ou l’anus, fièvre,
douleur au bas ventre (voire angine)
Les signes apparaissent 2 à 7 jours après la
contamination
Diagnostic : par prélèvement local
• Complications possibles si non traitée :
infection articulaires, stérilité surtout chez la
femme
• Traitement : ATB et traitement local
La chlamydiose
(chlamydiae)
• Signes possibles : le plus souvent aucun signe,
parfois brûlures, écoulement par la verge,
l’anus ou le vagin. Parfois aussi fièvre, douleur
au bas ventre, voir angine.
• Apparition des signes : 1 à 2 semaines après la
contamination lorsqu’il y a des signes (souvent
passe inaperçue jusque salpingite chez la
femme)
• Diagnostic : prélèvement local / sérologie
• Complications graves si non traitée : risque de
stérilité, de grossesse extra utérine, atteinte
possible du nouveau-né lors de
l’accouchement
• Traitement : ATB
Les papillomavirus
• Signes possibles : petites verrues
(condylomes) sur les organes génitaux ou
l’anus
• Apparition des signes 1 à 8 semaines après la
contamination
• Diagnostic : par examen médical
- chez la femme : examen gynécologique ou
suite à un frottis du col de l’utérus
- Chez l’homme : par examen médical si les
condylomes sont visibles
- Complications graves si non traitée : risque de
cancer du col de l’utérus
- Traitement local
• La vaccination est recommandée chez les
jeunes filles entre 11 et 14 ans.
• Le vaccin ne protège pas contre tous les
papillomavirus, le dépistage reste
indispensable
L’hépatite B
• Signes possibles : fatigue, douleurs
musculaires et articulaires, fièvre, maux de
tête, nausées, diarrhées, urines plus foncées,
ictère
• Apparition des signes : 2 à 8 semaines après la
contamination
• Diagnostic : sérologie
• Complications graves si non traitée : risque de
cirrhose et de cancer du fois, atteinte du
nouveau-né si la mère est infectée et non
traitée
• La guérison est possible sans traitement mais
on peut devenir porteur à vie
• Une vaccination existe, très efficace
L’herpès génital
• Signes possibles : en période de crise, l’herpès
se manifeste par des petits boutons
douloureux en forme de bulles sur les organes
génitaux, l’anus ou la bouche. Ces bulles
peuvent démanger. Fièvre, maux de tête, de
ventre et douleurs à la miction sont également
possibles
• Apparition des signes 1 semaine ou plus après
contamination
• Diagnostic par examen médical et
prélèvement local sur les cloques
• Complications graves si non traité : atteinte du
nouveau né au moment de l’accouchement si
la mère est infectée
• Aucun traitement n’élimine le virus, les crises
peuvent réapparaitre. Traitement
symptomatique contre la douleur
Les mycoplasmes et la trichomonase
- Signes possibles : écoulement par la verge,
l’anus ou la vagin, brûlures, démangeaisons
- Apparition des signes à partir d’une semaine
après la contamination
- Traitement : pour Mycose : traitement
antifongique souvent local
- Pour trichomonase : ATB
Pas de vaccin
La syphilis
• Signes possibles : chancre (petite plaie
indolore) boutons ou plaques rouges sans
démangeaison sur la peau et les muqueuses
• Apparition des signes : 2 à 4 semaines après la
contamination
Syphilis primaire : chancre
• Diagnostic : par examen médical et sérologie
• Complications graves si non traitée : syphilis
tertiaire :atteintes cérébrales, des artères, des
yeux, atteinte du nouveau-né si mère infectée

Alphonse
DAUDET

Lénine

Maupassant
• Traitement : ATB
Le VIH/sida
• Signes possibles : à partir de 15 jours après la
contamination : fièvre, éruption cutanée,
fatigue, diarrhée puis disparition de ces
signes.
• Diagnostic par sérologie (il existe maintenant
des autotests)
• Complications graves : évolution vers le SIDA
• Traitement : aucun traitement curatif à ce jour.
Thérapie consiste à bloquer la prolifération du
virus
Sida info service au 0800 840 800
III –la Fécondation
c’est l’union de deux cellules sexuelles
(gamètes) :
• Ovocyte (qui devient l’ovule lorsqu’il est
fécondé (cellule sexuelle féminine))
• Le spermatozoïde (cellule sexuelle masculine)
• Chaque gamète à un noyau qui contient 23
chromosomes, ainsi l’œuf formé aura 46
chromosomes (espèce humaine)
• Fécondation dans l’ampoule tubaire de la
trompe utérine
• L’œuf migre dans l’utérus : lors de cette
migration, il se divise et se multiplie par
mitoses successives.
• Du 5ème jour au 7ème jour l’œuf s’implante
dans la muqueuse utérine
• Le développement fœtal :
- l’œuf se compose de 2 parties : les annexes
fœtales permettant le développement
embryonnaire et l’embryon qui se nommera
« fœtus » à 3 mois de grossesse.

Les annexes fœtales se composent : du


placenta, du cordon ombilical et des membranes
contenant le liquide amniotique
Placenta : Gros disque de 20 cm
de diamètre et de 3 cm
d’épaisseur environ

Cordon ombilical, environ 50 à 60 cm pour


2 cm de diamètre

Les membranes de l’œuf (2


membranes)
• La grossesse dure 9 mois à partir de la
conception (soit 40 à 42 semaines
d’aménorrhée = absence de règles)

Vous aimerez peut-être aussi