Vous êtes sur la page 1sur 8

Grandeurs électriques

Grandeurs électriques
Objectifs du cours : 
- reconnaître les grandeurs caractéristiques (courant, tension, puissance, énergie, force,
couple et vitesse) ;
- sélectionner les méthodes et les moyens de mesurage dans un contexte donné.
Dans ce chapitre, nous allons appliquer les lois fondamentales de l’électricité aux schémas de
liaison à la terre. Nous allons calculer les tensions de contact et les courants de court-circuit
dans les trois régimes de neutre.

I. Quelques relations R1

à connaître
Loi d’Ohm aux bornes d’un résistor :

R
I

R2
Fig. 3  Schéma de la résistance équivalente de deux résistors montés
en dérivation © Skill and You
U
Fig. 1  Schéma de la loi d’Ohm aux bornes d’un résistor © Skill and You

Exemple

U : tension ou différence de potentiel aux bornes de


R en volt (V).

I : intensité du courant en ampère (A). Résistance d’un conducteur en ohm ( ) :

R : résistance du résistor en ohm ( ).

Résistance équivalente de deux résistors montés en  (rô) : résistivité du conducteur : 0,0225  mm2/m
série : pour le cuivre ; 0,036  mm2/m pour l’aluminium

R1 R2 L : longueur du conducteur en mètre (m)

S : section du conducteur en mm2

Fig. 2  Schéma de la résistance équivalente de deux résistors montés en série Types de régime
© Skill and You La 1re lettre détermine le raccordement au
neutre du transformateur.
La 2e lettre correspond au raccordement des masses des
Résistance équivalente de deux résistors montés en appareils (du côté utilisateur).
dérivation ou en parallèle : - T : raccordé à la terre (pour la première ou la deuxième
lettre).
- I : isolé de la terre (pour la première lettre).
- N : raccordé au neutre (pour la deuxième lettre).

1
II. Régime TT
Nous sommes dans un milieu sec. Supposons qu’un défaut survienne entre la troisième phase (PH3) et la
carcasse d’une machine (défaut d’isolement).

Le schéma multifilaire de l’installation sur lequel est représenté le trajet du courant de défaut peut être représenté
par le schéma équivalent ci-contre.

PH1
Schéma équivalent (Résistances mises en jeux)
PH2
PH3 Tension simple V

N Rd Id

PE
Rdéfaut = 0Ω
Z CPI RA
Z Uc

Id
RA

Fig. 4  Schéma défaut régime IT © Skill and You


Note :
Calcul du courant de défaut
 correspond au montage en dérivation des résis-
Dans le schéma équivalent, nous pouvons remarquer tances  et .
que les résistances  sont en série puisque
parcourues par le même courant.  car au D’après la loi d’Ohm on a donc :
moment du défaut, la carcasse de la machine est
conductrice et est équivalente donc à un conducteur
actif et la résistance d’un conducteur est très faible.
Comme la masse de la machine est reliée à la terre
via un conducteur de protection (PE) relié lui-même
au neutre de l’alimentation, alors, nous avons affaire Puis on réduit au même dénominateur :
à un défaut phase neutre. Supposons que 
et  , la résistance de l’homme au moment du
défaut vaut .
On obtient donc :
La résistance A
La résistance A correspond ici à un montage en
dérivation entre la résistance humaine et la résistance
A. On arrive ainsi à la formule suivante :

Écrivons la loi d’Ohm aux bornes de  :

Application numérique

On déduit de l’expression précédente :

2
Grandeurs électriques

Courant régime TT III.  Régime TNC


Ce courant est très dangereux puisque supé-
rieur au seuil de non-lâché qui est 10 mA soit 0,01 A.

Calcul de la tension de contact


A B
PEN
La tension de contact est la différence de potentiel E
entre la carcasse métallique avec laquelle l’utilisateur
est en contact et la terre. F Id
C
Différence de potentiel D
La différence de potentiel correspond à des
déplacements d’électrons au sein d’un conducteur. Ud

PH1
PH2
RB
PH3

Fig. 6  Schéma régime TNC © Skill and You

RH
PE 0,8×V0
Uc
ZAB ID
A B
RB RA

F
ZEF E
Fig. 5  Schéma régime TT 2 © Skill and You
ZBC
ZDE
La loi d’Ohm aux bornes de  : ZCD
D C
Fig. 7  Schéma régime TNC 2 © Skill and You

Impédance
L’impédance est similaire à la résistance mais
s’applique aux courants alternatifs, lorsque la résistance
Cette tension de contact est dangereuse pour les utili- concerne les alimentations continues. Elle correspond
sateurs, car elle est largement supérieure à la tension à l’opposition d’un circuit électrique au passage d’un
limite de contact, soit  . courant alternatif.

Les valeurs de Uc et Id sont élevées. Il convient d’éli- ZABet ZEF : les impédances de lignes négligeables.
miner immédiatement le défaut en utilisant un DDR
(Dispositif différentiel résiduel) associé au disjoncteur ZCD : l’impédance du défaut est négligeable.
magnétothermique.
ZBC et ZDE  : les impédances de lignes sont non
négligeables.

Pour calculer le courant du défaut, il faut déterminer


l’impédance de la boucle de défaut Zb = ZABCDEF.

3
En pratique, il faut tenir compte des impédances en Calcul des impédances ZPh et ZPE
amont ; on admet une chute de tension de l’ordre de
20 % sur la tension simple V0, alors : Les deux impédances sont identiques, car elles ont la
même longueur et la même section.

Le courant de défaut n’est limité que par l’impédance


de défaut :
Calcul du courant de défaut

= 0,8 × 
Schéma équivalent simplifié de la boucle de défaut
 = 0,8 × 
ZPE (impédance de la protection électrique terre/
neutre) = Zde et Zph (impédance de la phase) = Zbc.  = 4 089 A

V0 Ce courant de par sa valeur est similaire à un courant


ID de court-circuit phase neutre.
A B

VBE Calcul de la tension de contact Uc


E
F Uc = ZPE × Id

ZPE ZPh Uc = 0,0225 × 4 089

D C Uc = 92 V

Fig. 8  Schéma simplifié boucle par défaut régime TNC © Skill and You Cette tension est dangereuse, car supérieure à la
tension maximale de sécurité 50 V.
Zb se résume à deux impédances en série.
Conclusion
Zb = ZPE + ZPh
Le défaut doit être éliminé immédiatement. Il
Calcul des impédances par la formule : convient d’utiliser dans ce cas un Dispositif de protec-
tion contre les courts-circuits (DPCC), qui coupe le
R =  circuit dans un temps maximal de coupure spécifié
en fonction de UL. La protection est effectuée par
Calcul de la tension de défaut (de contact) : disjoncteur.

Application numérique

On dispose d’un réseau triphasé 3 x 400 V, et d’un


récepteur alimenté par un câble de 50 mm2 et de 50 m
de long (section et longueur communes des phases et
du conducteur de protection en cuivre).

4
Grandeurs électriques

IV. Régime IT
1. Premier défaut
PH1
Schéma équivalent (Résistances mises en jeux)
PH2
PH3 Tension simple V

N Rd Id

PE
Rdéfaut = 0Ω
Z CPI RA
Z Uc

Id
RA

Fig. 9  Schéma défaut régime IT © Skill and You

a. Calcul du courant de défaut Id b. Calcul de la tension de défaut Uc (de contact)


On suppose que la résistance des conducteurs de
PH1
phase et de terre est négligeable par rapport à la résis-
PH2
tance de prise de terre des masses RA.
PH3

En appliquant la loi d’Ohm aux bornes de Rd, RA et N


Z, on a :

V = (Rd + RA + Z) × Id = (RA + Z) Id CPI


PE Uc
Ce qui donne :

RA
Id = 

Exemple : Fig. 10  Schéma tension de défaut régime IT © Skill and You


On dispose d’un réseau triphasé 3 x 400 V ; RA
= 10 Ω ; Z = 50 000 Ω.

Id =  Ce potentiel est très largement inférieur à la tension


limite de sécurité soit :
Id  4,6 mA
UL = 50 V dans un local sec
Ce courant est a prioriinoffensif, car inférieur au seuil
de non lâcher (10 mA). ou UL = 25 V dans un local humide

Cette tension de contact n’est pas dangereuse.

Il est cependant souhaitable d’éliminer le défaut rapi-


dement avant qu’un autre défaut ne survienne, d’où
la nécessité d’installer un CPI (Contrôleur permanent
d’isolement).

5
2. Deuxième défaut : double défaut Formule de calcul du courant de défaut et de la
tension de défaut
Le premier défaut n’a pas été éliminé. Si ce deuxième
défaut intervient sur le même conducteur que le
premier, il ne se passera rien. En revanche, si le défaut
intervient sur un autre conducteur actif, il va y avoir Formule de calcul des tensions de contact Uc1 et Uc2
circulation d’un courant de défaut qu’il faut éliminer.

a. Cas des masses interconnectées entre elles


Exemple
Id PH1

PH2

PH3
ZPH1
N
N

PE
ZPH2
CPI

ZPE2 ZPE1

On remarque que le courant de défaut est élevé.


RA

Fig. 11  Schéma des masses interconnectées entre elles © Skill and You Ces deux tensions de contact sont élevées et supé-
rieures à 50 V.
Dans ce cas, le calcul du deuxième défaut dans un
SLT IT est identique à celui du SLT TN. Conclusion

b. Schéma équivalent simplifié de la boucle Le calcul de   nous montre la présence d’un


de défaut court-circuit entre deux phases lors du second défaut
d’isolement et qu’il est nécessaire de couper l’alimen-
0,8 × U
tation pour protéger l’installation et les personnes. La
protection sera effectuée par disjoncteur.
ID

ZPE2 ZPh2 ZPE1 ZPh1

Fig. 12  Schéma équivalent simplifié boucle par défaut © Skill and You

Zb se résume à quatre impédances en série.

Zb = ZPH1 + ZPE1 + ZPH2 + ZPE2

Calcul des impédances :

Z = 

6
Grandeurs électriques

c. Cas des masses non interconnectées entre elles (prise de terre différente)

Id PH1

PH2

PH3

N
N

CPI P

RA RB

Fig. 13  Schéma des masses non interconnectées entre elles (prises de terre différentes) © Skill and You

Dans ce cas, le calcul du deuxième défaut dans un Calcul de la tension de défaut :


SLT IT est identique à celui du SLT TT. Uc = RB × Id

Schéma équivalent de la boucle de défaut Exemple

ID

Conclusion

RA En observant la boucle de défaut, nous remarquons


RB UC qu’un courant de fuite passe par la terre. Nous
sommes donc dans le cas du SLT TT. Il faut ajouter un
dispositif différentiel pour détecter ce courant sur les
différents départs.

Fig. 14  Schéma équivalent de la boucle par défaut © Skill and You De plus, si les masses d’utilisation ne sont pas toutes
connectées à une même prise de terre, il faut placer
Calcul du courant un DDR par groupe d’équipement.

7
V. Conditions de protection  : longueur maximale de la canalisation en (m) ;

Pour obtenir la meilleure des protections, il faut véri-  : tension simple nominale en (V) ;
fier trois critères :
 : section des conducteurs de phase en mm2 ;
–– le temps de coupure doit être assez court d’après
la SAIS 60364 dans son paragraphe 413.1.1.1 et la  : résistivité des conducteurs  ;
NF C 15-1 00 ;
 : courant à partir duquel la partie magnétique du
––   du disjoncteur pour que celui-ci se disjoncteur se déclenche.
déclenche ;
Il faut donc faire un choix entre les propositions
–– la longueur maximum que doivent avoir les suivantes :
canalisations.
–– diminuer  : utilisation de déclencheurs à faible
Les constructeurs d’appareillages de protection seuil de déclenchement contre les courts–circuits ;
donnent des tableaux de longueur maximale de
câble compte tenu du réglage des protections et des –– augmenter la section des conducteurs ;
sections de câbles.
–– installer un Dispositif différentiel résiduel (dans
La méthode consiste à déterminer par le calcul, la le cas d’un schéma TNS). Il est obligatoire, par
longueur maximale du câble en utilisant la formule exemple pour les circuits alimentant des prises de
suivante : courant ;

–– réaliser une liaison équipotentielle supplémentaire


entre les différents éléments métalliques simulta-
avec : nément accessibles, cela permet d’abaisser la
tension de contact.

Vous aimerez peut-être aussi