Vous êtes sur la page 1sur 10

Cours d’électrocinétique Sup TSI

Chapitre 6 : L’amplificateur opérationnel

I. Modèle de l’amplificateur opérationnel idéal (parfait)

1. Description du composant

L’amplificateur opérationnel (AO) est un composant électronique qui contient des dizaines de
transistors pour les AO. les plus simples (modèle 741 par exemple), des diodes, des résistors et
capacités montées sur quelques mm2 de silicium. On ne s’intéressera pas à son circuit interne,
on considère qu’il s’agit d’une " boîte noire " dont on étudie les propriétés " vues de l’extérieur ".

2. Brochage d’un AO

Les modèles µA741 et T L081 les plus utilisés comportent huit bornes (figure 1) :

• les bornes 7 et 4 servent à polariser (alimenter) l’am-


plificateur à l’aide d’un générateur de tension symé-
trique. La borne 7 pour une alimentation positive +Vcc 1 8
et la borne 4 pour une alimentation négative −Vcc ;
2 − 7
• les bornes 2 et 3 sont les entrées de l’amplificateur. La
borne 2 est l’entrée inverseuse notée − et la borne 3
3 + 6
est l’entrée non inverseuse notée + ;

• la borne 6 est la sortie de l’amplificateur ; 4 5


• les bornes 1 et 5 permettent de régler l’OFFSET, éven-
tuelle tension de décalage ; Figure 1
• la borne 8 n’est pas connectée.

3. Représentation symbolique

On utilise l’une des deux représentation de la figure 2.

i+ i+
+ +
S S
ε ε
− −
i− i−
Représentation européenne Représentation américaine

Figure 2

4. Régimes de fonctionnement de l’AO

Soit Vsat ≈ Vcc la tension de saturation de l’AO :

• si −Vsat < vs < +Vsat , l’AO fonctionne en régime linéaire ;

• Si vs = ±Vsat , l’AO fonctionne en régime de saturation (régime non linéaire) :

L’amplificateur opérationnel 1/10 Y Elmokhtari


Cours d’électrocinétique Sup TSI

– si vs = +Vsat , on a une saturation positive ;


– si vs = −Vsat , On a une saturation négative.

5. Modélisation de l’AO en régime linéaire

En régime linéaire, l’AO peut être modélisé par le circuit de la figure 3.


On écrit alors v s = µε − Z s is .
Z e est l’impédance d’entrée de l’AO. Ze est de l’ordre de 105 à 1010 Ω.
i+ et i− sont les courants de polarisation. i+ et i− sont de l’ordre de quelques dizaines de nA
à quelques dizaines de pA.
µ0
µ est le gain complexe de l’AO qui dépend de la fréquence f tel que µ = f
avec µ0 ≈ 105
1 + fc
et fc ≈ 10Hz.
Z s est l’impédance de sortie de l’AO. Zs est de l’ordre de quelques dizaines à quelques cen-
taines d’Ohm.

i+ + is

Zs
ε Ze µε vs

i− −

Figure 3

6. Vitesse de balayage de l’AO

En hautes fréquences, la tension de sortie vs ne peut suivre les variations rapides de la


tension d’entrée. On observe une triangularisation de vs . Le système n’est plus linéaire.
dvs
Le système ne reste linéaire que si < σ, σ est appelée vitesse de balayage limite (slew
dt
rate) de l’AO et s’exprime en V.µs−1 .
σ est de l’ordre de 1 V.µs−1 .

7. Modèle de l’AO idéal

Pour un AO idéal :

• les courants de polarisation sont nuls : i+ = i− = 0 ;

• l’impédance d’entrée est infinie ;

• l’impédance de sortie est nulle ;

• le gain en boucle ouverte est infini ;

L’amplificateur opérationnel 2/10 Y Elmokhtari


Cours d’électrocinétique Sup TSI

• la vitesse de balayage est infinie ;

• la bande passante est infinie.

Un AO idéal est représenté par le symbole de la figure 4.

vs
+Vsat
+
∞ S


−Vsat

Figure 4 Figure 5

8. Caractéristique statique d’un AO idéal (figure 5)

En régime linéaire ε = 0 c-à-d V + = V − .


Si ε > 0, vs = +Vsat : saturation positive.
Si ε < 0, vs = −Vsat : saturation négative.

II. L’AO en régime linéaire

1. Nécessité d’une contre-réaction

En régime linéaire −Vsat < vs < +Vsat , vs étant de l’ordre de quelques volts.
En boucle ouverte, le gain est de l’ordre de 105 . La tension d’entrée doit être de l’ordre du µV
ce qui est très faible.
Dans la pratique, on relie la sortie et l’entrée inverseuse (−) : il s’agit d’une contre-réaction.
Si l’on relie la sortie et l’entrée non inverseuse (+) le système sera instable ce qui provoque
une saturation de la tension de sortie. On dit qu’il y a réaction positive et l’AO fonctionne en
régime de saturation.

Conclusion :

En boucle ouverte ou en réaction positive, l’AO fonctionne en régime non linéaire (vs = ±Vsat ).
En contre-réaction, l’AO fonctionne en régime linéaire.

2. Montage amplificateur non inverseur

Étudions le montage de la figure 6.

a) Amplification en tension
vs
C’est la quantité A0 = .
ve
La sortie est reliée à l’entrée inverseuse, c’est une contre-réaction. Donc l’AO fonctionne en
régime linéaire et on a V + = V − .

L’amplificateur opérationnel 3/10 Y Elmokhtari


Cours d’électrocinétique Sup TSI

R1
Or V + = ve et V − = vs (diviseur de tension).
R1 + R2
On a donc :
R1
ve = vs
R1 + R2
D’où :
R2
A0 = 1 +
R1

L’A.O. n’est pas saturée si |vs | ≤ Vsat .


Puisque vs = A0 ve alors :
Vsat
|ve | ≤
A0

ie = i+ = 0
+ is


+

i− = 0 −
ve
vs ve vs
R2
R1

Figure 6 Figure 7

b) Résistances d’entrée et de sortie


ve
On a Re = avec ie = i+ = 0. Donc Re est infinie.
ie
R2
On a vs = (1 + )ve indépendante de is . Donc Rs = 0 .
R1

c) Montage suiveur

Si R1 est infinie et R2 = 0 alors vs = ve . Le circuit est dit suiveur (figure 7).


L’utilité de ce montage est que le courant prélevé par l’AO est nul (AO idéal). La source n’a
donc pas besoin de fournir de courant et l’amplificateur opérationnel est capable d’en débiter à
la sortie. On réalise donc une amplification de courant infinie. On parle également d’adaptateur
d’impédance.

3. Montage amplificateur inverseur

Étudions le montage de la figure 8.

L’amplificateur opérationnel 4/10 Y Elmokhtari


Cours d’électrocinétique Sup TSI

a) Amplification en tension

R2
Puisque l’AO fonctionne en régime li-
R1
néaire alors V + = V − . ie i− = 0
Le théorème de Millman au nœud A −
A is
donne :
i+ = 0
− ve /R1 + vs /R2 +
VA = V =
1/R1 + 1/R2 ve vs

Puisque V + = 0 alors :

R2
A0 = −
R1

Figure 8

b) Résistances d’entrée et de sortie


ve
On a Re = avec ve = R1 ie . Donc Re = R1 .
ie
R2
On a vs = − ve indépendante de is . Donc Rs = 0 .
R1

4. Montage sommateur de tension

Soit le montage de la figure 9.


On a :
ve1 /R1 + ve2 /R2 + vs /R3
V+ =0=V− =
1/R1 + 1/R2 + 1/R3
Donc :
R3 R3
vs = −( ve1 + ve2 )
R1 R2

Dans le cas particulier où R1 = R2 = R3 on aura vs = −(ve1 + ve2 ) .

R3
R1

R2 +
ve1
vs
ve2

Figure 9

L’amplificateur opérationnel 5/10 Y Elmokhtari


Cours d’électrocinétique Sup TSI

5. Montage intégrateur

a) Montage théorique

Soit le montage de la figure 10a.


On a :
dvs ve
ie = −C avec ie =
dt R
Donc : Z
dvs ve 1
=− ⇒ vs = − ve dt
dt RC RC

b) Limites du Montage théorique

À causes des courants de polarisation i+ et i− sensiblement constants et d’une tension


de décalage ramenée à l’entrée Vd , également sensiblement constante qui provoquent une
charge constante du condensateur, on constate l’existence d’un phénomène de dérive puis de
saturation de la tension de sortie en fonction du temps.

C R0

C
R
ie

R

ve +
vs
ve +
vs

Figure 10a
Figure 10b

c) Montage amélioré

Pour ne pas être gêné par le phénomène précédent, il faut permettre au condensateur de se
décharger dans une résistance R0 (figure 10b).
Pour ce montage, on a :

v e /R + v s (1/R0 + jCω)
V+ =0=V− =
1/R + 1/R0 + jCω

Donc :
R0 /R
H(jω) = −
1 + jR0 Cω
Il s’agit d’un filtre passe-bas d’ordre 1.
1 1
Si l’on choisit R0 >> alors H = − . Le filtre se comporte comme un intégrateur.
Cω jRCω

L’amplificateur opérationnel 6/10 Y Elmokhtari


Cours d’électrocinétique Sup TSI

6. Montage dérivateur

Soit le montage de la figure 11a.


On a :
dve vs
ie = C et ie = −
dt R
Donc :
dve
vs = −RC
dt

Remarque :

À cause des défauts de l’AO, le circuit présente des oscillations semblables à celles observées
dans un circuit (R, L, C) (phénomène de résonance).
Pour diminuer l’acuité de la résonance, il suffit d’ajouter, au montage précédent, une résis-
tance R0 en série avec le condensateur (figure 11b).

R R

ie
C R0 C
− −

ve + ve +
vs vs

Figure 11a Figure 11b

III. L’AO en régime non linéaire

1. Comparateur simple

Le comparateur simple sert à comparer une tension ve à une tension de référence Vréf (figure
12).

vs

+ Vsat


ve vs Vréf ve
Vréf

−Vsat

Figure 12 Figure 13

L’AO étant en boucle ouverte il fonctionne en régime non linéaire.

L’amplificateur opérationnel 7/10 Y Elmokhtari


Cours d’électrocinétique Sup TSI

On a ε = V + − V − = ve − Vréf :

• si ve > Vréf alors ε > 0 et vs = +Vsat ;

• si ve < Vréf alors ε < 0 et vs = −Vsat .

D’où la caractéristique vs = f (ve ) de la figure 13.


Si la tension ve est sinusoïdale on obtient une tension vs rectangulaire caractérisée par un
T1
rapport cyclique α = (figure 14).
T

ve (t)
vs (t)
Vsat

Vréf

−Vsat
T1

T
Figure 14

Remarque :

Ce montage n’est utilisé qu’en basses fréquences à cause de la vitesse de balayage limitée
de l’AO.

2. Comparateur à hystérésis

Considérons l’exemple du comparateur inverseur à hystérésis de la figure 15.


La sortie est reliée à l’entrée non inverseuse, c’est une réaction positive. Donc l’AO fonctionne
en régime non linéaire.
On a :
Vréf /R1 + vs /R2 R2 Vréf + R1 vs
ε = V + − V − avec V + = = et V − = ve
1/R1 + 1/R2 R1 + R2
Donc :
R2 Vréf + R1 vs
ε= − ve
R1 + R2

R2 R1
• vs = +Vsat si ε > 0 c-à-d si ve < Vréf + Vsat = Ve2 .
R1 + R2 R1 + R2
vs bascule de +Vsat à −Vsat pour ve = Ve2 .

L’amplificateur opérationnel 8/10 Y Elmokhtari


Cours d’électrocinétique Sup TSI

R2 R1
• vs = −Vsat si ε < 0 c-à-d si ve > Vréf − Vsat = Ve1 .
R1 + R2 R1 + R2
vs bascule de −Vsat à +Vsat pour ve = Ve1 .

D’où la caractéristique vs = f (ve ) de la figure 16.


La commutation de +Vsat à −Vsat ne se fait pas pour la même tension ve que la commutation
de −Vsat à +Vsat . L’état du système dépend des états antérieurs, ce phénomène est appelé
hystérésis.

− vs

Vsat
+

ve R2
R1 vs ve
Ve1 Ve2

Vréf

−Vsat

Figure 15 Figure 16

3. Application : Oscillateur à relaxation

a) Principe de fonctionnement

Étudions le circuit de la figure 17 appelé multivibrateur astable. Il est constitué d’un com-
parateur inverseur à hystérésis (avec Vréf = 0) et un circuit (R, C) dont le rôle est de faire glisser
le point de fonctionnement sur l’hystérésis.
dve
Montrons que vs est de même signe que .
dt
On a :
dve
i = −C et ve = Ri + vs
dt
Donc :
dve vs − ve
=
dt RC
dve
• Si vs = +Vsat > 0 alors vs − ve > 0 et donc > 0;
dt
dve
• Si vs = −Vsat > 0 alors vs − ve < 0 et donc < 0.
dt
dve
Donc vs est de même signe que .
dt
dve
Si ve croît alors > 0 et vs = +Vsat jusqu’à ce que ve = ve2 où vs bascule de +Vsat à −Vsat .
dt
ve décroît alors jusqu’à ce que ve = ve1 où vs bascule de −Vsat à +Vsat . On réalise ainsi un
oscillateur qui délivre une tension rectangulaire représentée sur la figure 18.

L’amplificateur opérationnel 9/10 Y Elmokhtari


Cours d’électrocinétique Sup TSI

R ve (t)
i
vs (t)
Vsat

i + Ve2

ve C 0 t1 t2 t
vs
R2 Ve1
R1

−Vsat
T /2
T
Figure 17 Figure 18

b) Période des oscillations

L’équation différentielle qui relie ve et vs s’écrit :

dve vs − ve
=
dt RC

Entre les instants t1 et t2 où vs = −Vsat , On a :


dve ve Vsat
+ =−
dt RC RC

La solution de cette équation s’écrit :

ve (t) = Ae−(t−t1 )/RC − Vsat

R1
À t = t1 , ve = Ve2 = Vsat . Donc A = Ve2 + Vsat .
R1 + R2
On a donc :
ve (t) = (Ve2 + Vsat )e−(t−t1 )/RC − Vsat
R1
À t = t2 , ve = Ve1 = − Vsat . Donc :
R1 + R2

Ve1 = (Ve2 + Vsat )e−(t2 −t1 )/RC − Vsat

Ce qui donne :
T Ve2 + Vsat
t2 − t1 = = RCln( )
2 Ve1 + Vsat
Finalement :
2R1
T = 2RCln(1 + )
R2

L’amplificateur opérationnel 10/10 Y Elmokhtari

Vous aimerez peut-être aussi