Vous êtes sur la page 1sur 3

Le contrat de concession 

: est défini comme étant un contrat par lequel les collectivités


publiques confient à une personne morale de droit privée, l’exécution d’un service public,
pour une durée déterminée et souvent longue, à ses risques et périls en contrepartie de
redevances perçues de la part des usagers du service public, avec l’obligation de l’exploiter
selon les conditions prévues dans un cahier des charges.

Textes applicables :

Pour mieux cerner le cadre réglementaire de la concession, il faut avoir une idée sur les
textes applicables aux contrats de concession à savoir les textes généraux et spécifiques.

Textes généraux :

- Dahir des obligations et contrats


- Décret des marchés publics
- Loi industrielle et commerciale

Textes spécifiques :

- Loi 54-05

Cadre comptable

La comptabilité est conforme au CGNC / Loi comptable/ Avis duCNC

Ce dernier présente les normes comptables et donc régime des biens.

Régime des biens :la loi marocaine a défini un régime spécifique qui régit la propriété des
biens issus de la concession. Conformément à ce régime, les biens concédés sont classés selon
leurs origines et leurs destinations en fin de contrat.

 Les biens de retour :

La jurisprudence et la doctrine confirment que les biens de retour appartiennent


primitivement aux collectivités publiques et ils doivent impérativement revenir à celles-ci à
terme du contrat, car ils sont qualifiés comme indispensable pour la poursuite de
l’exploitation du service public et leurs absences provoque une interruption du service.

Par ailleurs, les biens de retour peuvent comprendre aussi les biens appartenant au
concessionnaire sous condition de respecter le régime de domanialité public qui consiste au
retour gratuit des biens à l’autorité publique à la fin de la concession.

 Les biens de reprise :

Les biens de reprise sont des biens apportés par le concessionnaire et qui sont affectés à
l’exploitation du service concédé.

Ces biens, contrairement aux biens de retour sont à la propriété du concessionnaire et selon
la volonté du concédant, ils peuvent faire l’objet d’un retour indemnisé à la fin de la
convention.

Cette option de reprise est généralement mentionnée au niveau du cahier de charge.

 Les biens propres :


Ce type de bien est extrêmement différent des deux premières catégories précédentes ; les
biens propres sont des biens appartenant absolument au concessionnaire durant toute la
période du contrat et ne sont rattaché à aucune condition ou obligation de retour.

Déroulement de la mission :

La mission d’audit d’une entreprise concessionnaire poursuit la même démarche de celle des
entreprises commerciales ou industrielles, avec une mise au point des particularités de la
concession surtout celles relatives aux immobilisations. De ce fait, nous allons décrire la
démarche d’audit poursuivie dans le cas de notre intervention dans l’entreprise ALPHA
mais pour notre analyse, on va s’intéresser juste à l’ensemble des opérations relatives aux
immobilisations faisant part de la norme de l’avis N° 4 du CNC relatif aux normes
comptables applicables aux contrats de concession, tout en décrivant le déroulement des
contrôles effectués sur le cycle des immobilisations et ceux relatifs aux dotations
d’amortissement et de provisions.

Avant d’entamer la mission, l’expert-comptable est amené à accepter la mission tout d’abord
par le biais d’une lettre de mission après avoir eu une idée générale des particularités
comptables de la concession tout en définissant le cadre de son intervention par le biais d’un
budget temps (joint en annexes)

Prise de connaissance de SOSIPO :

La Société des Silos Portuaires, filiale de l’Office National Interprofessionnel des Céréales et
Légumineuse (ONICL), est une entreprise de droit privé qui assure, actuellement, la gestion
des silos à céréales des ports de Casablanca, Safi, Agadir et Nador, appartenant à l’ONICL.

L’ONICL a disposé de ces silos à céréales à travers une convention de concession


d’exploitation du terminal céréalier aux ports des villes que je viens de citer.

Les silos à céréales portuaires sont des installations dotées d’équipements spécialisés pour le
déchargement des navires céréaliers, le pesage et l’ensilage des marchandises, ainsi que la
livraison sur camions et wagons.

La comptabilité de la SOSIPO est tenue indépendamment de celle des silos. Chaque silo
dispose de ses états de synthèse. La tenue de comptabilité de chaque silo doit être conforme
aux normes applicables.
Avant d’effectuer une revue analytique des comptes, nous sommes amenés à s’assurer de la
validation des valeurs brutes des immobilisations en effectuant un recalcul et un
rapprochement entre la liasse comptable et les états de synthèse par un pointage manuel.

De ce fait, l’auditeur doit s’assurer de l’exactitude des soldes et pointer le solde des
acquisitions et des cessions des immobilisations tout en vérifiant le solde à la clôture de la
balance générale et celui du tableau des immobilisations.

Vous aimerez peut-être aussi