Vous êtes sur la page 1sur 5

ERGONOMIE URBAINE

Introduction ;
Du grec, ergon (le travail), et nomos (la loi), l’ergonomie est la discipline scientifique qui
consiste à étudier l’activité humaine dans tous ses aspects. Elle se met au service du bien-être
humain et contribue à la performance globale des systèmes et des entreprises. Elle est
Multidisciplinaire et nourrie par les progrès techniques et les sciences cognitives
(perception, langage, mémoire, raisonnement,  connaissances….)
L’ergonomie vise l’adaptation et l’amélioration des conditions du travail pour un meilleur
rendement du travailleur.
Les définitions de l’ergonomie n’ont cessé d’évoluer au fil du temps ;
-L’adaptation de l’homme à son métier, 1943
-l’adaptation de la machine à l’homme, 1958
- L’étude pluridisciplinaire de la relation entre l’homme et ses moyens, méthodes et
milieux de travail afin d’aboutir à une meilleure adaptation à l’homme des moyens
technologiques de production, et des milieux de travail et de vie. 1969
- La compréhension des interactions entre les humains et les autres composantes d’un
système en vue d’optimiser le bien-être des personnes et la performance des systèmes.
2000
-Les ergonomes, contribuent à la planification, la conception et l’évaluation des
tâches, des produits, des organisations, des environnements et des systèmes en vue de
les rendre compatibles avec les besoins, les capacités et les limites des personnes.
L’application de l’ergonomie et de ses principes sur les espaces urbains en général et les
espaces publics en particulier vise la satisfaction des besoins de l'homme et
l’amélioration de son cadre de vie.
I- Les besoins de l'homme
Le besoin est une nécessité ressentie par l’être vivant, sa satisfaction est nécessaire à sa vie
et son bien-être. Les besoins fondamentaux de l'homme sont d’ordre physique, social et
mental.
En cas de non satisfaction de ces besoins, l'organisme ressent un état de manque qui s'exprime
à travers des sensations : la faim, la soif, le stress, la peur, le froid, la chaleur…etc.
Les besoins humains sont interdépendants et organisés selon une pyramide (hiérarchie),
- les besoins physiologiques à la base et les besoins psychologiques et affectifs au sommet.
- Base de la pyramide ; les besoins de maintien de la vie (respiration, alimentation, maintien
de la température, repos et sommeil, activité musculaire et neurologique,). Le manque de ces
éléments à des impacts négatifs sur les autres besoins et la construction des étages supérieurs
est ainsi impossible.
- Etages;
-les besoins psychologiques, sécurité (protection physique et psychologique, emploi, stabilité
familiale et professionnelle), de propriété (des biens) et de maîtrise (pouvoir sur l'extérieur).
-les besoins sociaux : d'affectivité (être accepté, avoir des amis et un réseau de communication
satisfaisant), d'estime de la part des autres (être reconnu comme ayant de la valeur) et
d'appartenance (on vit en société et notre existence passe par l'acceptation des autres avec
leurs différences, ainsi que par l'appartenance à un groupe).
-Le principe d'émergence ; si les besoins de base sont satisfaits, il y a apparition d'autres
besoins dits besoins secondaires de développement, (la réalisation de soi comme être libre)-le
besoin d'estime de soi-même (sentiment d'être utile et d'avoir de la valeur,
- le besoin d'actualisation de soi ; accroître les connaissances, esthétiques, musique, art,
ordre).
Pour que la pyramide tienne droite, elle doit avoir une base solide, car une erreur entraîne
l’affaiblissement de l'ensemble. Aussi, les anomalies de construction aux étages peuvent
entrainer leur effondrement. Une faille étendue et profonde peut, à n'importe quel étage de la
pyramide, avoir un effet destructeur de l'ensemble.

Cours 2

II-Les courants de l’ergonomie :


Les courants de l’ergonomie sont divergents mais ils sont basés sur un socle commun
dont les définitions révèlent l’intérêt partage aux différents champs de son application.
Dans un premier temps son intérêt est porté sur les dimensions de l’activité et du travail :
 La dimension physique (postures, troubles musculaires, fatigue..etc.)
 L’organisation du travail (gestion des ressources humaines, risques
professionnels…)
 Les processus mentaux ou-cognitifs, pendant l’activité humaine (mémoire,
perception…)
L’ergonomie a pour objectif l’amélioration des conditions de travail et d’utilisation des
outils (machines, interfaces, etc.). Trois termes sont indissociables de cette
discipline : efficacité, santé et sécurité.  De ce fait, l’ergonome tire profit des sciences
aussi diverses que la médecine, la psychologie, la sociologie…etc..
Deux courants de l’ergonomie se sont développés au fil du temps :
 Le courant dit du « facteur humain » (« human factor ») : l’ergonomie des
composants humains, dite aussi « ergonomie classique ». Un courant à prédominance
anglo-saxonne qui recommande une démarche centrée sur la recherche de résultats
généraux, de normes (postures, comportements et attitudes, ambiances de travail…).
 Le courant dit de l’activité : plus présent sur le continent européen, ce courant met
l’accent sur l’analyse de l’activité, la compréhension des situations de travail avec une
attention sur la distinction entre le travail prescrit (demandé) et le travail réel.
L’ergonome doit avoir des compétences qui peuvent être résumées dans :
 Des compétences techniques pour savoir analyser les situations de travail dans toutes
leurs dimensions (physiques, cognitives)
 Des compétences organisationnelles pour comprendre la gestion, le management, les
modes d’organisation…
 Des compétences d’ordre social afin de pouvoir négocier et participer dans la mise
en œuvre des projets.
 Des compétences professionnelles pour résoudre et répondre à des problématiques et
des difficultés…
L’ergonome intervient en tant que consultant pour analyser l’état des lieux (l’existant) et
préconiser des solutions qui débouchent sur des améliorations (adapter machine utilisée à
l’utilisateur dont la personne qui souffre d’un handicap, régler les dysfonctionnements
entravant l’accomplissement des tâches …etc).

II- Application de l’ergonomie


1. Ergonomie physique : S’intéresse à la santé, au confort et la sécurité au travail.
(Adaptation de l’outil à la physiologie et à la morphologie des utilisateurs et analyse tous
les processus physiques à l’œuvre pendant la réalisation des tâches dans le but de prévenir
les troubles musculaires et squelettiques, impacts de la posture assise, conséquences des
mouvements répétitifs, etc.
2-Ergonomie organisationnelle : S’intéresse à l’optimisation de l’organisation du travail
par rapport aux travailleurs (gestion des ressources humaines, situations à risques,
management, travail collectif. L’ergonome organisationnel se penche sur la structure des
systèmes professionnels ( organisation et réglementation ,horaires, rythmes, présence
physique / télétravail …etc).
3-Ergonomie cognitive, ou ergonomie mentale ; analyse les processus de raisonnement et de
perception… aide à concevoir des interfaces (limites entre le travailleur et l’outil de travail)
adaptées à l’activité cognitive de l’utilisateur. Elle traite des aspects intellectuels et
psychologiques de la relation opérateur/activité. Elle cherche la performance dans la prise de
décision, la gestion des erreurs et du stress.
Le concept de charge mentale ou surcharge cognitive, provient de l’ergonomie cognitive.
(Au-delà d’une quantité d’informations sur une période donnée, l’effort cognitif est trop
important par rapport au cerveau humain dont le traitement de l’information est limité).

Conclusion ; L’ergonomie aide à la prévention des maladies professionnelles et de la


difficulté au travail, contribue à l’amélioration des conditions de travail et conçoit des
logiciels et des applications …
Cours 3

L’espace public et ses caractéristiques


L’espace public qui peut être un quartier, une ville, une agglomération est un territoire qui a
des relations avec d’autres territoires d’où les déplacements intramuros et extra muros.
-Sur le plan morphologique et fonctionnel, il peut avoir une géométrie irrégulière ou précise,
(des trottoirs, des carrefours, etc) comme il peut être polyvalent (différents usages et
fonctions) selon les moments, les jours et les saisons.
Sa maitrise doit être basée sur des approches systémiques qui l’appréhendent en tant qu’un
système ayant des composants, des états de fait en évolution continue, nécessitant ainsi
des interventions multiples (régulation, amélioration, adaptation…….). A titre
d’exemple, un réseau viaire d’une ville donnée est le support d’une mobilité qui se
caractérise selon les usages et les pratiques. Les dysfonctionnements se résolvent par
interventions à caractère technique et juridique (des plans et des règles).
Les établissements recevant du public (ERP)

Les établissements recevant du public :Il s’agit de tous bâtiments, locaux et enceintes dans
lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant un salaire ou une
participation quelconque ou dans lesquels sont tenues des réunions ouvertes à tout venant ou
sur invitation, payantes ou non. Sont considérées comme faisant partie du public toutes les
personnes admises dans l’établissement à quelque titre que ce soit en plus du personnel.

Sont des ERP tous les commerces (de proximité jusqu'aux centres commerciaux), les locaux
des professions libérales (médecins, avocats, notaires, etc.), les hôtels, les restaurants, les
banques, les services publics (Wilaya, PC etc.), établissements scolaires et universitaires, les
hôpitaux, structures de sport, les lieux de culte (mosquée) et culturels (musées, bibliothèques,
théâtres, salles des fêtes, etc.).

Accessibilité aux ERP et Typologie des obligations


1-Le gestionnaire d'un ERP doit répondre aux obligations de l'accessibilité et de la sécurité.
Il est responsable de toutes les personnes à l'intérieur de son établissement (employés et
visiteurs).
Il doit assurer l’accessibilité de son établissement et permettre à tous usagers de pouvoir
bénéficier de ses prestations en toute sécurité.
En cas d’incident, il doit assurer l'évacuation de ses clients et de ses salariés en toute sécurité.
2-L’accessibilité pour les ERP, les logements, les transports, la voirie et les espaces publics,
doit répondre aux principes éthiques de non-discrimination et de société inclusive des
personnes handicapées.
-Pour être accessible, tout ERP doit s'adapter aux besoins des diverses familles de handicap
(moteur, auditif, visuel…) en répondant aux exigences d'accessibilité et des normes de la
construction et de l’habitation.
- L'accessibilité du bâti doit être assurée par la prise en considération de ses zones clés dont
en particulier ;

 Entrée
 Accueil
 Circulations
 Sanitaires,
 Parking,
 Signalisation
 Espace extérieur

L'accessibilité de la prestation
La prestation doit s'adapter à la pluralité des publics au même titre que le bâtiment. La posture des
individus qui sont en contact avec le public et un accueil de qualité, adapté à tous les publics jouent un
rôle déterminant

Vous aimerez peut-être aussi