Vous êtes sur la page 1sur 24

Chapitre IV : structure des massifs

rocheux

Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine


IV-1) Introduction

Pour les travaux de génie civil, p.ex : fondations, glissements


de terrain et tunnels, l’échelle des projets se situe
généralement entre quelques dizaines de mètres et quelques
centaines de mètres
La roche à l’échelle de l’ingénierie est généralement une masse
en place. Cette masse, que l’on nomme souvent massif rocheux
constitue tout le rocher in situ. Il est formé de la roche intacte
et des discontinuités (joints, failles) et dont les pptés
dépendent des paramètres des discontinuités et de la matrice
rocheuse, ainsi que des conditions aux limites.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
IV-2) définition

Le massif rocheux est caractérisé par une matrice rocheuse


correspondant à l’assemblage des différents constituants
minéraux (cristaux pâtes…) à laquelle se surimposent des
discontinuités témoin du dépôt et de l’histoire géologique du
massif.
Les caractéristiques mécaniques de la matrice rocheuse sont
très supérieures à celles du massif fissuré. Souvent on
assimile la matrice à un milieu indéformable et le massif se
réduit alors à un assemblage de blocs indéformables.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
IV-2) définition suite

Les changements de comportement du massif, de L’état


élastique continu de la roche intacte aux massifs
rocheux discontinus fortement fracturés, dépendent
essentiellement de la présence des discontinuités.

Massif rocheux = Matrice rocheuse + Discontinuités

Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine


Dans certains cas au contraire la déformation et rupture
du milieu matriciel sont possibles en fonction du type de
sollicitation ; cas de certains schistes gneiss altérés
mylonites.

On peut également caractériser un massif rocheux vis-à-


vis de la répétitivité des discontinuités qui le découpent.

Les massifs granitiques par exemple présentent souvent


une fissuration diffuse et une dispersion importante de
l’orientation des discontinuités.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
IV-3) Discontinuités liées aux massifs rocheux
Les joints sont les principales discontinuités des
roches.
Ils sont normalement disposés en systèmes
parallèles.
Pour l’ingénierie ils sont considérés comme
éléments constants du massif rocheux.
L’espacement des joints est généralement de
l’ordre que quelques centimètres à quelques
dizaines de de centimètres.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
IV-3) Discontinuités liées aux massifs rocheux
Les failles sont des fractures planes de la roche qui mettent
en évidence un mouvement relatif.
Les failles ont différentes échelles, les plus grandes sont à la
frontière des plaques tectoniques.
Elles ne consistent généralement pas en une fracture simple
et nette, elles forment souvent des zones de failles.

Les failles de grande échelle, zone de failles et de


cisaillement, sont grandes et avec une influence localisée.
Elles sont souvent traitées séparément du massif rocheux.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
Le pli est le résultat de la flexion d’une strate
rocheuse sous l’effet d’une force tectonique ou
d’un mouvement.

Ils ne sont généralement pas considérés


comme éléments du massif rocheux. Ils sont
souvent associés à un haut degré de
fracturation et à des roches relativement
faibles et tendres.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
Les plis s’observent à toutes les échelles, pluri
kilométrique à millimétrique. Ce sont les structures
ductiles les plus spectaculaires.
D’une manière très générale, un pli résulte de la
torsion (courbure) d’une surface initialement plane.
Ex : Lorsque les plis sont dissymétriques, on peut
les associer à des zones de Cisaillements dont le
sens de déplacement est déterminé par la forme en
S ou en Z des plis. On définira ainsi le sens de
déversement ou de chevauchement et le sens de
décrochement.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
Formes variables selon l‘ intensité des
poussées subies

Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine


Différentes formes de plis

Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine


La stratification est l’interface entre les couches de roche
sédimentaire. Elles ont une influence géologique isolée
des activités mécaniques. Elles créent une interface de
deux matériaux rocheux. Cependant, certains plans de
stratification peuvent aussi devenir des zones
potentielles d’altération et de poches d’eau souterraines.

Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine


IV-2-1) Rôle des joints rocheux dans le comportement d’un massif rocheux

 Coupe la roche en plaques, blocs et coins, libres de tomber et de bouger ;

 Agissent comme plan de faiblesse pour le glissement ;

 Facilite l’écoulement d’eau et crée des réseaux d’écoulement;

 Entraîne de grandes déformations;

 Change la distribution et l’orientation des contraintes;

Ce qui conduit à dire : Le comportement d’un massif rocheux est largement régi
par la présence de joints.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
IV-3) Inhomogénéité des roches

L’inhomogénéité représente une propriété variant selon


les zones. Beaucoup de matériaux de construction ont
des degrés d’inhomogénéité divers. Les roches sont
formées par la nature et montrent de grandes
hétérogénéités dues à:

minéraux différents constituant la roche


liaisons différentes entre les minéraux
L’existence de pores
L’existence
Cours ENP GC de microfissure H.Djabali-Mohabeddine
IV-3-1) L’inhomogénéité des massifs rocheux
L’inhomogénéité des massifs rocheux est principalement
due à l’existence des discontinuités. Les massifs rocheux
peuvent aussi être inhomogènes en raison d’un mélange
de plusieurs types de roches, d’intrusions.

Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine


IV-4) Anisotropie
L’anisotropie des massifs rocheux est contrôlée par les joints, et les couches
sédimentaires.

Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine


IV-5 Contraintes In Situ

IV-5-1) Contrainte horizontale et contrainte tectonique


Les contraintes horizontales dans la roche sont principalement
tectoniques.
Les contraintes horizontales dans les roches sont généralement
supérieures à la contrainte verticale.
La contrainte horizontale maximale a la même direction que le
mouvement de convergence des plaques tectoniques. Les
contraintes tectoniques varient fortement en termes
d’intensité, et peuvent être exceptionnellement fortes.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
IV-5-2) Mesure des contraintes In Situ

Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine


La mesure des contraintes in situ montre que la
contrainte verticale vaut le poids des couches de
couverture.
Le rapport entre la contrainte horizontale moyenne
(𝛔 H et 𝛔 h)/2 et la contrainte verticale varie de 0.5
à 3.0, généralement limitée entre (100/z +0.3) et
(1500/z +0.5).
À des profondeurs usuelles pour le génie civil
(<1000m), les variations de la contrainte
horizontale sont grandes.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
Dans la roche, la contrainte horizontale est
normalement la contrainte principale majeure,
alors que la contrainte verticale ou l’autre
contrainte horizontale représentent les contraintes
principales mineures.

Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine


La contrainte verticale peut être estimée à partir de la
couverture. Les contraintes horizontales ne devraient pas être
estimées. Si les directions et les intensités des contraintes
horizontales sont nécessaires, des mesures des contraintes
doivent être effectuées in situ.
Remarque : Le champ des contraintes in situ peut aussi être
modifié par des facteurs et des processus géologiques :
• La surface topographique
• L’érosion
• Les intrusions
• Les failles et la création de failles.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
IV-5-3) Contrainte effective
Dans les roches poreuses, p. ex. : le grès, la contrainte
effective doit être calculée comme la contrainte totale –
la pression des pores

Dans les massifs rocheux fissurés, la distribution de l’eau


n’est plus la même et les champs de contraintes ne sont
plus uniformes. Donc, le principe de la contrainte
effective n’est plus applicable.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine
•Re- distribution des contraintes
La construction en rocher est une activité qui
perturbe le champ de contrainte original, qui est
déjà à l‘ équilibre.
La mécanique des roches traite de la redistribution
des contraintes et des contraintes redistribuées,
ainsi que la réponse à court terme de la roche
durant la redistribution des contraintes et le
comportement à long terme dans le champ de
contraintes redistribuées.
Cours ENP GC H.Djabali-Mohabeddine

Vous aimerez peut-être aussi