Vous êtes sur la page 1sur 63

‫الجمهـــــوريــــــة الجـــزائـــريـــــــة الـــديمقـــــراطيـــــــة الشـعبيـــــة‬

Ministère de l’Enseignement Supérieur Ministère de la Poste et des Technologies


et de la Recherche Scientifique de l’Information et de la Communication

Institut National des Télécommunications et ‫المعهــــــد الوطنـــي لالتصـــــاالت‬


des Technologies de l’Information et de la ‫وتكنــــولوجيــات اإلعالم واالتصال‬
Communication

Projet de Fin d’Études pour l’obtention du Diplôme

d’Ingénieur d’Etat en Télécommunications

Thème
Etude et simulation d'un réseau d'accès
optique Nyquist WDM-PON

Présenté par :
 BENZIADI Youssouf
 ZIAMNI Youssouf

Encadré par : M. CHENIKA Abdelfettah

Soutenu devant le jury :


M. A TEMMAR Président
Mme. M DERKAOUI Examinateur

Promotion : IGE 37
Année Universitaire : 2016- 2017
Résumé
L’introduction de la fibre optique dans les réseaux d’accès constitue une avancée
majeure pour satisfaire la demande croissante en débit d’informations des abonnés. Les
réseaux d’accès optiques passifs (PON: Passive Optical Network) permettent actuellement de
fournir un débit de 100 Mbps par utilisateur et de recevoir plusieurs services simultanément.
Ils mettent en œuvre une longueur d’onde pour la voie descendante et une longueur d’onde
pour la voie remontante. La technologie Nyquist WDM (Wavelength Division Multiplexing)
apparaît progressivement dans les réseaux d’accès optiques et semble être la technique adoptée
à plus long terme. L’association des deux technologies, Nyquist WDM et PON semblent donc
inévitables pour accompagner l’augmentation du débit chez l’abonné.
Dans le cadre de ce PFE, nous proposons d’étudier la technologie Nyquist WDM, et voire son
impacte sur l’évolution des réseaux d’accès optiques en terme de bande passante offerte aux
abonnées.
Le travail du PFE consistera donc à proposer des systèmes de transmission pour l’accès
Nyquist WDM-PON fonctionnant avec le format de modulation ASK, en faisant une
comparaison entre deux systèmes qu’ils diffèrent dans la partie de génération de porteuses en
termes de qualité et débit. Des simulations numériques seront effectuées sur ces divers
schémas.

Mots-clés : PON ( Passive Optical Network), Réseaux d’accès, FTTx (Fiber To The x),
Nyquist WDM (Wavelength Division Multiplexing), Modulation ASK(Amplitude Shift
Keying), Source Comb.

ii
Abstract

The introduction of optical fiber in access networks is a major step forward to satisfy
the growing demand for subscriber information rate. Passive Optical Networks (PONs)
currently provide a rate of 100 Mbps per user and receive multiple services simultaneously.
They implement a wavelength for the downstream channel and a wavelength for the upstream
channel. Nyquist WDM (Wavelength Division Multiplexing) technology is gradually
emerging in optical access networks and appears to be the technique adopted over the longer
term. The combination of the two technologies, Nyquist WDM and PON therefore seems
inevitable to accompany the increase of the rate at the subscriber.

In our final project we propose to study the Nyquist WDM technology and its impact
on the evolution of optical access networks in terms of bandwidth offered to subscribers.

The work of our final project will therefore consist in proposing transmission systems
for the Nyquist WDM-PON access operating with the ASK modulation format, making a
comparison between two systems that differ in the carrier generation part in terms of quality
And rate. Digital simulations will be carried out on these various schemes.

Keywords: PON (Passive Optical Network), Access network, FTTx (Fiber To The x), Nyquist
WDM (Wavelength Division Multiplexing), ASK (Amplitude Shift Keying), Comb generator.

iii
Table des matières
Résumé ..................................................................................................................................................... ii
Abstract ....................................................................................................................................................iii
Table des matières ................................................................................................................................... iv
Liste des tableaux .................................................................................................................................... vi
Liste des figures ...................................................................................................................................... vii
Liste des sigles .......................................................................................................................................viii
Remerciements ....................................................................................................................................... xii
Introduction générale ............................................................................................................................. 1
Chapitre I: Étude des réseaux d’accès optique PON. .......................................................................... 2
I.1.Définition des réseaux PON : .............................................................................................................. 2
I.2. Le principe de fonctionnement des réseaux PON : ............................................................................ 2
I.3.L’évolution des réseaux d’accès optique FTTx. .................................................................................. 3
I.3.1.Introduction : ................................................................................................................................ 3
I.3.2. Les technologies FTTx :.............................................................................................................. 4
I.3.3.Les architecture FTTx : ................................................................................................................ 6
I.3.3.1. L’architecture point-to-point: .............................................................................................. 6
I.3.3.2.Architecture point-à-Multipoint (Passive): ........................................................................... 7
I.3.4.Les topologies FTTx : .................................................................................................................. 9
I.3.4.1.Topologie en Arbre (splitter1:N) : ........................................................................................ 9
I.3.4.2.Topologie en anneau : ........................................................................................................... 9
I.3.4.3.Topologie en bus : .............................................................................................................. 10
I.4.Les PONs TDM : ............................................................................................................................... 11
I.4.1.Principe de fonctionnement de base :......................................................................................... 11
I.4.2.Les différents types de TDM PONs : ......................................................................................... 13
I.4.2.1.A/BPON :............................................................................................................................ 14
I.4.2.2.GPON : ............................................................................................................................... 14
I.4.2.3.EPON : ................................................................................................................................ 15
I.5.WDM-PON : ..................................................................................................................................... 15
I.5.1.Principe de fonctionnement de base :......................................................................................... 16
I.6.Conclusion : ....................................................................................................................................... 17

iv
Chapitre II: Étude d’un système Nyquist WDM ............................................................................... 18
II.1.Introduction : .................................................................................................................................... 18
II.2.Principe de transmission super channel : ......................................................................................... 18
II.3.Le concept de Nyquist-WDM : ........................................................................................................ 20
II.3.1.La génération de la porteuse ..................................................................................................... 20
II.3.2. La modulation optique de la porteuse : .................................................................................... 23
II.3.2.1.Modes de modulation optiques :........................................................................................ 23
II.3.2.2.Modulations en intensité (ASK) : ..................................................................................... 28
II.3.3. Le récepteur : [11] ............................................................................................................... 30
II.4.Conclusion : ..................................................................................................................................... 31
Chapitre 3 : Simulations et Résultats .................................................................................................. 32
III.1. Introduction : ................................................................................................................................. 32
III.2. À propos d’OPTISYSTEM :.......................................................................................................... 32
III.3.Le premier réseau (avec plusieurs sources laser CW) : .................................................................. 33
III.3.1. L’architecture du réseau: ........................................................................................................ 33
III.3.2.Description des différentes parties : ........................................................................................ 34
III.3.3. Simulation et résultats : .......................................................................................................... 36
III.3.3.1. Les paramètres de simulation : ........................................................................................ 36
III.3.3.2.Résultats et discussion pour deux débits différents 1 et 2.5Gbps : .................................. 36
III.4.Le deuxième réseau (avec source comb) : ...................................................................................... 41
III.4.1.L’architecture du deuxième réseau a simulé : ......................................................................... 41
III.4.2. Simulation et résultats : .......................................................................................................... 43
III.4.2.1 Les paramètres de simulation : ......................................................................................... 43
III.4.2.2. Résultats et discussion pour deux débits différents 1 et 2.5Gbps : ................................. 43
III.5. Comparaison entre les deux réseaux :............................................................................................ 47
III.6. Conclusion : ................................................................................................................................... 48
Conclusion générale .............................................................................................................................. 49
Bibliographie ............................................................................................................................................. i

v
Liste des tableaux
Table I.1:Comparaison entre quelque technologies FTTx .......................................................... 5
Table I. 2: les différents paramètres des technologies TDM PONs .......................................... 13
Table II.1:Définitions de différentes classes de WDM. ............................................................ 19
Table III.1:les paramètres de simulation. .................................................................................. 36
Table III.2 :les paramètres de simulation de deuxième réseau (avec source comb) ................. 43
Table III.3: Comparaison entre le deux simulation réalisé ....................................................... 47

vi
Liste des figures
Figure I-1: Architecture générale d'un PON. ............................................................................................................ 3
Figure I-2: Quelques scénarios FTTx. ...................................................................................................................... 5
Figure I-3: Architecture point à point optique. ......................................................................................................... 6
Figure I-4: Architecture point à multipoints optique. ............................................................................................... 8
Figure I-5: Topologie en arbre. ................................................................................................................................ 9
Figure I-6: Topologie en anneau. ........................................................................................................................... 10
Figure I-7: Topologie en bus. ................................................................................................................................. 10
Figure I-8: Transmission sur un PON .................................................................................................................... 11
Figure I-9: Trafic descendant dans un PON TDM. ................................................................................................ 12
Figure I-10:Trafic montant dans un PON TDM. .................................................................................................... 13
Figure I-11: Architecture d'un PON WDM simple ................................................................................................ 16
Figure I-12: Architecture du WDM-PON. ............................................................................................................. 17
Figure II-1 : le concept général d’un système Nyquist WDM. ............................................................................... 20
Figure II-2: Architecture de génération d'un signal multi-porteuses. ..................................................................... 21
Figure II-3: Synoptique d’un module d’émission avec (a) une modulation directe et (b) une modulation externe.
................................................................................................................................................................................ 23
Figure II-4 : Schéma d’un émetteur optique à base d’un modulateur à électro-absorption (EAM). ...................... 25
Figure II-5 : Courbe de commutation d’un modulateur à électro-absorption. ........................................................ 26
Figure II-6 : Schéma simplifié d’un modulateur Mach-Zehnder............................................................................ 27
Figure II-7 : La fonction de transfert en intensité et en phase du Mach-Zehnder................................................... 29
Figure II-8 : Diagramme d’un transmetteur NRZ .................................................................................................. 29
Figure II-9: Trace temporelle, diagramme de l’œil et spectre du format NRZ. ...................................................... 30
Figure II-10 : Démodulateur ASK. ......................................................................................................................... 31
Figure III-1: Architecture du système Nyquist WDM-PON simulé. ...................................................................... 34
Figure III-2: Structure de l’OLT du système NRZ-ASK/ASK. ............................................................................. 35
Figure III-3: L’architecture de l’ONU simulé (NRZ-ASK/ASK). ......................................................................... 35
Figure III-4: Spectre globale pour un débit1Gbps. ................................................................................................. 37
Figure III-5:Spectre globale pour un débit 2.5Gbps. .............................................................................................. 37
Figure III-6: Diagramme de l'œil pour 1G et OSNR=14 ........................................................................................ 38
Figure III-7: Diagramme de l'œil pour 1G et OSNR=4. ......................................................................................... 38
Figure III-8: Diagramme de l'œil pour 2.5G et OSNR=15. .................................................................................... 38
Figure III-9: Diagramme de l'œil pour 2.5G et OSNR=5. ...................................................................................... 38
Figure III-10: Variation de BER en fonction de OSNR pour 1Gbps sens descendant (plusieurs Laser) ............... 39
Figure III-11: Variation de BER en fonction de OSNR pour 1Gbps sens montant (plusieurs Laser) .................... 40
Figure III-12: Variation de BER en fonction de OSNR pour 2.5 Gbps sens descendant (plusieurs Laser) ........... 40
Figure III-13: Variation de BER en fonction de OSNR pour 2.5 Gbps sens montant (avec CW Laser) ................ 41
Figure III-14: Architecture du système Nyquist WDM-PON simulé avec une source comb ................................. 41
Figure III-15: Architecture de la source comb. ...................................................................................................... 42
Figure III-16:Spectre optique global après le PM. ................................................................................................. 44
Figure III-17: Spectre optique global pour les 8 canaux. ....................................................................................... 44
Figure III-18: Variation de BER en fonction de OSNR pour 1 Gbps sens descendant(avec source comb) ........... 45
Figure III-19: Variation de BER en fonction de OSNR pour 1 Gbps sens montant (avec source comb). .............. 45
Figure III-20: Variation de BER en fonction de OSNR pour 2.5 Gbps sens descendant (avec source comb) ....... 46
Figure III-21: Variation de BER en fonction de OSNR pour 2.5 Gbps sens montant (avec source comb). ........... 46

vii
Liste des sigles
APON: ATM Passive Optical Network
ASK: Amplitude Shift Keying
AWG: Arrayed Waveguide Gratings
B2B: Back to Back
BER: Bit Error Rate
BPON: Broadband Passive Optical network
CO: Central Office
CWDM: coarse Wavelength Division Multiplexing
CW-LD: Continuous Wave Laser Diode
EA: Electrical Amplifier
ER: Extinction Ratio
EPON: Ethernet Passive Optical network
FSAN: Full Service Access Network
FTTB: Fiber To The Building
FTTC: Fiber To The Curb
FTTH: Fiber to The Home
FTTN: Fiber To The Neighborhood
FTTO: Fiber To The Office
FTTX: Fiber To The X
GPON: Giga Ethernet Passive Optical network
ITU: International Telecommunication Union
IEEE: Institute of Electrical and Electronics Engineers
LPF: Low Pass Filter
MZM: Mach Zehnder Modulator
NA: Nœud d’accès
NRO: Nœud de Raccordement Optique
NRZ: Non-Return-to-Zero
OFC: Optical Frequency Comb
OLT: Optical Line Termination

viii
ONT: Optical Network Termination
ONU: Optical Network Unit
OOK: On-Off Keying
OSNR: Optical Signal to Noise Ratio
P2M: Point To Multipoint
PIN: Positive Intrinsic Negative
PM: Phase Modulator
PON: Passive Optical Network
PRBS: Pseudo Random binary Sequence
RF: Radio Frequency
RN: Remote Node
SE: Spectral Efficiency
TDM: Time Division Multiplexing
WDM: Wavelength Division Multiplexing

ix
Dédicace

À mon cher père,


et ma chère mère,

Pour l’éducation et le grand amour dont ils m’ont


entouré depuis ma naissance.

Et pour leurs patiences et leurs sacrifices.

À mon cher frère et mon adorable sœur,

À toute ma famille ;

À tous mes proches ;

À tous mes cousins ;

À tous mes ami(e)s;

À tous ceux que j’aime et qui m’aiment.

Je dédie ce mémoire.

x
Dédicaces …

À mes parents,
aucun hommage ne pourrait être à la hauteur de
l’amour et de l’affection dont ils ne cessent de me
combler, qu’ils trouvent dans ce travail un témoignage
de mon profond amour et éternelle reconnaissance,
Que dieu leur procure bonne santé et longue vie,
A mes chers frères, Mokhtar, Rabah, Mohamed,
Mostapha, Taher et Amine
À mes chères sœurs, Mokhtaria et Karima,
À toute la famille BENZIADI et la famille
BOUZAITER ainsi qu’à tous mes amis,
A tous ceux que j’aime et qui m’aiment,

Je dédie ce travail...

xi
Remerciements
Nous remercions tout d’abord, Allah qui nous a donné
la force et le courage de parvenir à élaborer ce modeste
travail.
Nous adressons nos remerciements à notre encadreur,
Monsieur CHENIKA Abdelfettah pour son aide
consistante, ses conseils judicieux, et pour ses
remarques objectives et surtout pour sa gentillesse
permanente.
Nous remercions les membres du jury d’avoir accepté
de juger notre travail.
Nous profitons de cette opportunité pour exprimer
notre gratitude à tous nos enseignants qui ont
contribué par leur collaboration, disponibilité et
sympathie, à notre formation.
Enfin, nous tenons à remercier toute personne qui
nous a aidée de près ou de loin durant notre travail et
en particulier tous nos amis de la promotion IGE37.

Youcef & Youcef

xii
1
Introduction générale

Introduction générale

Durant ces dernières décennies, les réseaux d’accès connaissent un développement très
rapide que ce soit au niveau de l’accès fixe et radio ou bien des réseaux mobiles. Les réseaux
câblés à base de fibre optique ont été en forte évolution avec un impact important sur un grand
nombre d’applications des domaines civils et militaires. En effet, les fibres optiques s’avèrent
très intéressantes pour leur bande passante et leur débit, très supérieur à ceux offerts par les
autres technologies.
La plupart des systèmes d'accès optique déployés aujourd'hui sont basés sur les
technologies Gigabit PON (Passive Optical Network). Ce sont des réseaux optiques passifs à
base d'une architecture point à multipoints fonctionnant au débit de 1.25 ou 2.5 Gb/s. Pour la
future demande de bande passante pour laquelle un débit de l'ordre des Gbits/s par utilisateur
serait nécessaire, la technologie PON à base du multiplexage temporel TDM semble
insuffisante ou moins économique à cause du débit trop élevé pour un grand nombre
d'utilisateurs. Donc, l'utilisation de la technologie de multiplexage en longueur d'onde WDM
(Wavelength Division Multiplexing) dans le réseau d'accès optique est une solution très
prometteuse pour pouvoir monter à un débit très élevé. La forte capacité de montée en débit du
WDM-PON est expliquée grâce au fait que la communication avec chaque utilisateur est
dédiée à une longueur d'onde. Pour cette raison, la technologie WDM-PON apparaît
actuellement comme un des candidats les plus potentiels pour la future génération PON après
le 10 Gb/s TDM-PON.
Le FTTX (Fiber to the...) permet d’augmenter très sensiblement le débit, la diversité et
la qualité des services offerts aux abonnés tout en affranchissant du réseau téléphonique cuivre
de l’opérateur historique les opérateurs alternatifs. Des solutions associant optique et cuivre
favorisent un déploiement progressif de l’infrastructure optique.
Notre étude est composée de trois chapitres. Dans le premier chapitre, on va étudier
les réseaux d’accès optiques (PON) pour leurs larges utilisations, en détaillant leurs principes
de fonctionnement sans oublier de présenter les différentes architectures du FTTx et les
nouvelles générations de cette technologie (WDM-PON) qui a pour but d’améliorer de plus en
plus le débit aux utilisateurs finaux. Dans le deuxième chapitre, on va étudier un système de
transmission pour l’accès Nyquist WDM-PON en détaillant la partie de génération de signal.
Finalement dans le dernier chapitre nous allons faire une comparaison entre deux systèmes
qu’ils diffèrent dans la partie de génération de porteuses, et nous allons discuter quel système
est mieux en utilisant les résultats recueillies à partir de la simulation.
2
Chapitre 1 : Étude des réseaux d’accès optique PON.

Chapitre I: Étude des réseaux d’accès optique PON.

I.1.Définition des réseaux PON :


Les technologies PON constituent aujourd'hui une référence en matière de réseaux
d'accès très haut débit dans la mesure où elles concilient très forte capacité de transport et
minimisation des infrastructures fibres nécessaires. Ces technologies utilisent des réseaux
optiques passifs: optiques, car ils utilisent comme infrastructure sous-jacente des fibres
optiques, passifs car les équipements de la partie intermédiaire de ces réseaux sont inactifs : ils
ne sont pas alimentés en électricité et n'embarquent aucune électronique. Ces réseaux
permettent un service d'acheminement de flux bidirectionnels et multimédia à très haut débit,
jusqu'à l'utilisateur final, entreprise ou particulier.
Les réseaux PON ont fait l'objet de procédures de normalisation au niveau international
par les principaux organismes de normalisation : l'ITU (International Télécommunication
Union) et le FSAN (Full Service Access Network), l'IEEE (Institute of Electrical and
Electronics Engineers).

I.2. Le principe de fonctionnement des réseaux PON :


Un réseau PON comporte un nœud de distribution central, sur lequel sont connectées
des sources multiples de services (vidéo, Internet et téléphonie classique). Ce nœud,
localisé au NA (nœud d’accès), est lui-même interconnecté, via la fibre optique, aux
utilisateurs finals. Les trois principaux éléments constitutifs du PON sont:
-Au niveau du central, un équipement actif, qui envoie et reçoit les signaux
lumineux porteurs des données. Cet équipement est appelé communément OLT pour «
Optical Line Termination » ou « Terminaison de Ligne Optique ».

-Au niveau d’abonné, un équipement actif, qui assure la connexion du réseau, sur
les interfaces spécifiques de ce dernier (RJ45 cuivre pour le PC sur Internet, connecteur
coaxial pour la télévision, RJ11 cuivre pour le téléphone analogique,...). Cet équipement
est appelé communément ONU ou ONT pour « Optical Network Unit», « Optical
Network Terminal» ou « Terminaison de Réseau Optique ».
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

-Des composants passifs ou actifs, installés sur le cheminement de la fibre


optique entre l'OLT et les ONU. Ils ont pour rôle de partager le signal optique pour la
voie dite descendante (de l'OLT vers les ONUs) et de recomposer le signal à partir des
multiples signaux remontants dans l'autre sens (des ONUs vers l'OLT). Ces équipements
sont appelés communément « splitters » ou « diviseur ». [3]

Figure I-1: Architecture générale d'un PON.

I.3.L’évolution des réseaux d’accès optique FTTx.

I.3.1.Introduction :
Afin de s'assurer la communication, chaque utilisateur doit se connecter au réseau de
télécommunication. L'utilisateur peut être un abonné des services mobiles, un abonné des
services haut débit résidentiels ou professionnels.
Le réseau d'accès est le réseau qui relie ces utilisateurs finaux au réseau de transport de
l'opérateur de télécommunication via le point d'accès que nous appelons le "central" pour le
réseau d'accès filaire. Le support de transmission du réseau d'accès peut être l'espace libre dans

3
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

le cas du réseau d'accès radio, la paire de cuivres, la fibre optique ou le câble coaxial pour le
réseau d'accès filaire.
La demande continue en terme de dédit nécessite le déploiement d’un support qui
répond aux exigences de débit et même en porté de transmission, de ce fait, l’installation de la
fibre optique dans tel réseau semble la seule solution jusqu’à présent. Ce type de réseau
d’accès est connu dans le domaine technique sous le nom de FTTx. Dans ce chapitre, on va
détailler d’une manière générale cette technologie en présentant les différentes versions ainsi
les différentes topologies et architectures du FTTx.

I.3.2. Les technologies FTTx :


Dans le réseau d’accès, les fibres optiques peuvent être déployées selon diverses
topologies FTTx où la variable « x » décline le niveau plus ou moins profond de déploiement
de la fibre vers l’usager final, si elles s'appuient toutes sur la fibre optique pour la majeure
partie du réseau, elles se différencient simplement par la nature même du support utilisé dans
la partie terminale, « le dernier kilomètre » ou les dernières dizaines de mètres, au niveau du
raccordement des utilisateurs, qui ne sera pas nécessairement réalisé en fibre optique.[1]
Les technologies FTTx les plus utilisées sont :
FTTH (Fiber To The Home ou «fibre jusqu’au domicile») : l’abonné est directement raccordé
par fibre optique, on fait parvenir la fibre jusqu’à la maison.
FTTB (Fiber To The Building ou «fibre jusqu’à l’immeuble ») : la connexion en fibre optique
va du répartiteur jusqu’au pied des immeubles ; un équipement supplémentaire distribue les
flux jusque dans les appartements des internautes.
FTTO (Fiber To The Office ou «fibre jusqu’au bureau») : offre spécialement dédiée aux
entreprises et aux administrations, on fait parvenir la fibre jusqu’au bureau.
FTTC (Fiber To The Curb ou «fibre jusqu’au sous-répartiteur ») : la fibre optique relie la
boucle locale nationale d’un FAI au sous-répartiteur de l’opérateur historique ; le réseau RTC
et xDSL prend alors le relais jusqu’au domicile de l’abonné.
FTTN (Fiber To The Neighborhood) : on fait parvenir la fibre jusqu’au quartier [2]

4
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Figure I-2: Quelques scénarios FTTx.

Table I.1:Comparaison entre quelque technologies FTTx

5
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

I.3.3.Les architecture FTTx :


La fibre optique est déployée de bout en bout du réseau, jusqu'au domicile. Elle ne fait
appel à aucune autre technologie intermédiaire. C'est la technologie la plus intéressante en
termes de débit pour l'abonné (pas de partage) et de sécurité de transfert (les données des
différents utilisateurs sont séparées), mais la plus onéreuse en termes de coût de déploiement
pour l'opérateur. Dans ce cas de figure, deux options sont principalement utilisées qui ne
diffèrent que par l'architecture de la liaison terminale en fibre optique [3].

I.3.3.1. L’architecture point-to-point:


La fibre optique est véritablement déployée de bout en bout depuis les locaux de
l'opérateur (OLT : Optical Line Termination) jusqu'au domicile de chacun des abonnés. Cette
architecture est consommatrice en fibre optique et elle est souvent réservée pour des zones à
forte densité et pour des habitats de type « pavillon » ou « immeuble ». Le nombre de câbles
reliés à l’OLT varie d’une dizaine à une centaine avec des rayons de 20mm dans un périmètre
de 50 m à 100m. Au-delà, on utilise une architecture de type « point à multipoint » [3].

Figure I-3: Architecture point à point optique.

6
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

 Les avantages :
-C'est une solution universelle qui est aussi bien adaptée au client résidentiel (immeuble ou
pavillonnaire) qu'aux entreprises.
-Pas de composant optique entre l'OLT et l'ONT donc le budget optique est optimal et la
distance de fonctionnement peut être très grande sans amplification.
- Les composants d'extrémité ne requièrent pas de grandes performances donc peuvent être a
bas coût [3].
-Le lien peut supporter n'importe quel débit (100Mbit/s à 10Gbit/s).
-La sécurité des données est garantie puisqu'une ou deux fibres sont dédiées à chaque client.
- La gestion du réseau est très simplifiée.
 Les inconvénients :
- Pas de mutualisation de la fibre.
-Encombrement à l'intérieur du central dû au grand nombre de transceivers.
-Pas de gestion simple des signaux en broadcast.
-Beaucoup de fibres à déployer (pas très économique) [4].

I.3.3.2.Architecture point-à-Multipoint (Passive):


Dans un réseau point-à-multipoint (P2M) connu aussi sous le nom de PON (Passive
Optical network), chaque client est relié dans l'optique réseau par l'intermédiaire d'un Splitter.
Dans de tels réseaux, les utilisateurs partagent la même bande passante. Le concept d'employer
un réseau optique passif (PON) qui est composé uniquement des éléments passifs, est une
option attrayante, ces systèmes recouvrent plusieurs normes qui se sont succédées au cours du
temps [5].

7
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Figure I-4: Architecture point à multipoints optique.

 Les avantages:
-Structure passive à base de coupleur optique donc pas d’alimentation nécessaire entre le
central et le client.
- Infrastructure partiellement partagée (économie sur la fibre).
- Architecture favorable à la diffusion.
- OLT partagé (un duplexeur au central pour 32 clients).

 Les inconvénients :
-Pas d’interopérabilité avec d'autres réseaux.
-Budget optique limité par le coupleur dont les pertes sont proportionnelles au nombre de
ports.
-Bande passante partagée et limitée.
-Sécurité des données nécessaire
-Zone de couverture limitée: au maximum 20 km en fonction du nombre de divisions (plus de
divisions = moins de distance)

8
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

-Capacité de planification difficile pour les applications d'entreprise.

I.3.4.Les topologies FTTx :

I.3.4.1.Topologie en Arbre (splitter1:N) :

Elle est la plus couramment utilisée dans les réseaux d'accès et utilise une seule fibre
de l’OLT à un point intermédiaire de fractionnement. De ce point, il y a une fibre pour chaque
ONU connecté au réseau. Les topologies en arbre sont aussi appelées topologies en étoile [3].

Figure I-5: Topologie en arbre.

I.3.4.2.Topologie en anneau :

Elle est principalement utilisée dans les réseaux métropolitains, car elle offre une
capacité de résilience avec un nombre minimal des liens. Comme il y a deux façons possibles
d’atteindre l’OLT, il est toujours possible d'établir et de maintenir une liaison de données en
cas de coupure dans la fibre [3].

9
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Figure I-6: Topologie en anneau.

I.3.4.3.Topologie en bus :
Elle utilise une seule fibre de l’OLT, chaque abonné final est relié au moyen d'un
coupleur robinet qui extrait une petite partie de la puissance qui est transmise de l’OLT. Elle
permet des déploiements flexibles en rajoutant un robinet pour les nouveaux raccordés [3].

Figure I-7: Topologie en bus.

10
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

I.4.Les PONs TDM :


Les PONs actuels sont mono longueur d’onde c’est-à-dire qu’ils n’utilisent qu’une
seule longueur d’onde pour le sens montant ou pour le sens descendant. Il s’agit de PONs
TDM.

Figure I-8: Transmission sur un PON

I.4.1.Principe de fonctionnement de base :


 La voie descendante :
On utilise une longueur d’onde porteuse de 1,5μm avec transmission de toutes les données
aux différents utilisateurs. Le choix de cette longueur d’onde est dû au fait qu’elle permet un
plus grand débit et un budget en puissance plus efficace. Les données envoyées par l’OLT sont
étiquetées en fonction de leur destinataire.
Tous les ONT reçoivent toutes les données, mais seul l’ONT concerné les retransmet dans le
réseau interne de l’abonné. Le débit instantané du PON est partagé entre tous les abonnés qui
reçoivent des données. Si un seul abonné télécharge, il peut disposer de tout le débit maximum

11
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

autorisé par le PON (sauf limitation mise en place par l’opérateur, par choix commercial ou
technique vis-à-vis de son réseau de collecte).

Figure I-9: Trafic descendant dans un PON TDM.

 La voie montante :
On utilise une longueur d’onde à 1,3μm avec des débits moins importants et des
équipements moins coûteux (laser Pérot Fabry). Les utilisateurs sont multiplexés
temporellement au niveau du diviseur. Le coupleur étant passif, et les ONT émettant tous dans
la même longueur d’onde, si les signaux émis par deux ONT parvenaient simultanément au
coupleur, ils ressortiraient sous la forme d’un mélange illisible par l’OLT. On utilise donc un
partage du "temps de parole".

12
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Figure I-10:Trafic montant dans un PON TDM.

I.4.2.Les différents types de TDM PONs :


L’architecture PON a été normalisée par l’ITU depuis 1998, de différents standards
apparaissent au fil des années, on a ainsi défini l’APON, BPON, GPON et EPON, le tableau
ci-dessous récapitule les différents paramètres de ces technologies [1].
Architecture A/BPON EPON GPON
Standard ITU-T G983 IEEE 802.3ah ITU-T G984
Débit (D-U) 622-155 1.25-1.25 Gbits/s 2.488-
Mbits/s 1.244Gbits/s
Débit par utilisateur 20 Mbits/s 20 Mbits/s 60Mbits/s
Nombre d’ONUs 32 16,32,64 16,32,64
Portée 10-20 Km 10-20 Km 10-20 Km
Longueur d’onde 1490 et1550nm 1490 et 1550 nm 1490 et 1550 nm
descendante
Longueur d’onde montante 1310nm 1310nm 1310nm
Mode de trafic ATM Ethernet (paquet) ATM, Ethernet

Table I. 2: les différents paramètres des technologies TDM PONs

13
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

I.4.2.1.A/BPON :
Les architectures APONs (ATM Passive Optical Network) ont été initiées en 1995
par l’ITU/FSAN, standardisées par l’ITU en 1998. Ils utilisent un tramage ATM
(Asynchronous Transfer Mode). On a décidé après d’élargir leur nom à un PON à
large bande BPONs (Broadband PON), on ajouter une longueur d’onde descendante
(1540-1560nm) pour la transmission vidéo (service CATV), ils utilisent plusieurs
longueurs d’onde dans le sens descendant, mais une seule longueur d’onde pour le sens
montant. Le flux descendant est un flux continu de débit 155.52 Mbits/s ou 622.08
Mbits/s. La transmission ascendante est de débit 155 Mb/s.
L’avantage des APONs est qu’ils permettent en quelque sorte la réallocation
dynamique en mode TDM. En effet, vu que la bande offerte est limitée, les ONUs les
plus actifs peuvent envoyer leurs données pendant les times slots des ONUs inactifs.
Cependant, pour offrir un débit moyen de 622.08 Mbits/s par utilisateur pour le sens
descendant et 155.52Mb/s pour le sens montant, le taux de partage ne doit pas
dépasser 1 : 32, c'est-à-dire qu’on ne peut servir que 32 ONUs dans le cas de FTTH .[1]
Pour remédier à cette insuffisance, deux autres architectures ont apparu par la
suite : le GPON et le EPON.

I.4.2.2.GPON :
Le progrès de la technologie, le besoin en bande passante plus large, en plus
de l’insuffisance de l’ATM, ont poussé à réviser le standard APON et à réfléchir à
une autre solution appelée GPON qui a été standardisée par l’ITU en 2003.
L’architecture GPON ne repose plus sur un tramage ATM mais sur un protocole
beaucoup plus simple appelé GFP (Generic Framing Procedure : Protocole de
multiplexage). L’avantage majeur de GPON est qu’il peut supporter plusieurs services à
la fois et permet la transmission des paquets en se basant sur des protocoles différents
(ATM, IP). De plus, en comparaison avec le standard BPON, le GPON permet une
transmission allant jusqu’à 2.48 Gbps dans le sens descendant et 1.244 Gbps dans le
sens montant bien qu’il n’utilise qu’une seule longueur d’onde dans ce sens.

14
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

I.4.2.3.EPON :
L’architecture Ethernet PON a été standardisée en septembre 2004. Elle est
basée sur l’utilisation de l’Ethernet pour encapsuler et transmettre les données. Comme
Ethernet est une technologie peu coûteuse, omni présente et possède une très large
bande passante, EPON apparaît comme la meilleure solution en ce moment pour délivrer
les paquets IP à travers les PONs.
Dans l’architecture EPON, on a une seule longueur d’onde pour la voix
montante et une seule longueur d’onde pour la voie descendante selon une technique
TDM, depuis l’OLT vers les différents ONUs, dans des paquets de longueurs variables allant
jusqu’à 1.518 octets selon le protocole IEEE 802.3. [1]

I.5.WDM-PON :
Le réseau optique passif de multiplexage à répartition en longueurs d'onde (WDM
PON) est la prochaine génération des réseaux d'accès. Ils peuvent offrir la plus grande largeur
de bande au plus peu coûteux.
En principe, l'architecture de WDM PON est semblable à l'architecture du PON. La
différence principale est que les ONUs opèrent différentes longueurs d'onde et par conséquent
des taux de transmission plus hauts peuvent être réalisés.
La solution de PON WDM offre une bande passante beaucoup plus large et tolère un
nombre d’ONUs plus grand sur un PON. En effet, elle offre plusieurs longueurs d’onde sur le
même PON. L’approche classique dans les architectures PONs WDM est d’utiliser des canaux
WDM séparés, de l’OLT à chaque ONU, dans le sens montant et dans le sens descendant,
comme il est indiqué dans la figure I.11 [3].

15
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Figure I-11: Architecture d'un PON WDM simple

I.5.1.Principe de fonctionnement de base :


 La voie descendante :
Dans le sens descendant, les longueurs d’onde sont routées de l’OLT vers les ONUs par un
routeur AWG (Arrayed Waveguide Gratings) qui est déployé au RN (Remote Node), à la
place du diviseur dans les PON TDM.
Le routeur AWG est un élément optique passif avec la propriété spécifique de périodicité du
routage. Ceci offre la possibilité de réutilisation spatiale des longueurs d’onde.
Une source émettant dans différentes longueurs d’onde est utilisée côté AWG.

 La voie montante :
Dans le sens montant, l’OLT utilise un démultiplexeur WDM qui partage les signaux
des différents ONUs. Chaque ONU est équipée avec un émetteur et un récepteur pour recevoir
et transmettre dans sa propre longueur d’onde.

16
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Cette approche crée une liaison point à point entre le CO (Central Office) et l’ONU qui est
différente de la topologie point à multipoints dans les réseaux PON TDM classiques. Ainsi,
une ONU peut transmettre à un débit égal à la capacité d’une longueur d’onde. Mieux aussi,
on peut utiliser des longueurs d’onde de capacités différentes pour différents services
demandant des bandes passantes variables [3].

Figure I-12: Architecture du WDM-PON.

I.6.Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons parlé des réseaux PON et leurs principes de
fonctionnement, nous avons parlé de la FTTx: son évolution, ses architectures, ses
technologies et ses topologies. Puis, nous avons parlé du TDM-PON, de son fonctionnement et
de tous ses types , Mais ces architectures n’offrent pas le débit et le taux de partage
exigé, et nous avons présenté le WDM-PON et comment fonctionne comme solution pour
augmenter la bande offerte et devenir la nouvelle génération des réseaux d’accès.

17
18
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Chapitre II: Étude d’un système Nyquist WDM

II.1.Introduction :
Pour satisfaire la demande des capacités dans les communications à fibres optiques, le
débit de données porté par chaque canal de longueur d'onde dans les systèmes de multiplexage
en longueur d'onde (WDM) a augmenté de façon exponentielle. Le débit de données 100 Gb/s
par canal ont été disponibles dans les systèmes commerciaux depuis la mi-2010, et des débits
de données de 200Gb/s par canal ont été démontrés. Avec l'introduction de « Super-channels »
optiques, qui permettent d'éviter l'incapacité des appareils électroniques à traiter via
parallélisme optique, la transmission optique avec des débits de données par canal au-delà de
100 Gb/s et jusqu'à plusieurs térabits/s (Tbit/s) a été démontrée expérimentalement. Le
concept de « super-channel » a été généralisée à tout ensemble de signaux optiques qui sont
(1) modulés et multiplexés ensemble avec une haute efficacité spectrale (SE) à un même site
d'origine, (2) transmis et acheminé ensemble sur une même liaison optique, et (3) reçu à un
même site de destination. Pour atteindre le multiplexage haute-SE, "Nyquist-WDM" a été
introduite comme une des alternatives prometteuses [7].

II.2.Principe de transmission super channel :


Au cours des dernières décennies, le domaine de la transmission WDM a évolué à
partir de canaux peu fréquents, en tant que CWDM, vers des WDM à très haute densité,
comme dans le cas de la transmission super canal. Il est donc instructif de classer les systèmes
WDM basés sur l'allocation de bande passante du canal (ou l'espacement des canaux) Δf par
rapport au taux de symboles de modulation du canal ‘B’. Dans le tableau 3 différentes classes
de systèmes WDM sont ainsi définies. On peut clairement voir que les progrès récents dans les
systèmes d'efficacité spectrale élevée utilisant des formats de modulation avancés avec une
détection cohérente ont ouvert de nouveaux régimes, identifiés comme WDM "quasi-Nyquist"
(pour 1 ≤ Δf/B ≤ 1,2), "Nyquist-WDM" (pour Δf/B = 1), et WDM "super-Nyquist" (pour Δf/B
<1), respectivement. Ici, le terme "Nyquist" est emprunté au célèbre théorème
d'échantillonnage Nyquist-Shannon, nommé d'après Nyquist et Shannon, qui déclare
essentiellement que si une fonction x(t) ne contient pas de fréquences supérieures à B/2 Hz,
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

elle est alors complètement déterminée en donnant ses ordonnées à une série de points espacés
1/B secondes. À un taux de symbole de B peut être limité à B sans perdre sa fidélité, et des
signaux semblables peuvent être emballés à un espacement de fréquence égal à B dans le cas
idéal, ou Δf/B = 1. Emballage de deux signaux plus proche que la fréquence de Nyquist,
Appelé WDM "super-Nyquist" ou WDM "plus rapide que Nyquist", provoquera une
diaphonie, ce qui peut être compensé, bien qu'avec une complexité DSP ajoutée et des
performances OSBR optimisées de signal à bruit (OSNR). La définition ne fait aucune
hypothèse sur la façon dont une chaîne est modulée, ou toute altération physique associée à la
mise en place des chaînes, telles que la diaphonie du contenu spectral qui se chevauche.
Généralement, la synthèse des « superchannels »Térabits / s est un processus en deux
étapes impliquant à la fois la modulation et le multiplexage. Dans la première étape (pour la
modulation), il faut choisir un format de modulation avec le matériel optique et électronique
approprié pour réaliser ce que nous appelons un émetteur à bande unique (single band
transmitter SB-TX), générant un signal dont le débit de données est généralement limité par
l'incapacité des appareils électroniques. Dans la deuxième étape (pour le multiplexage), les
sorties des SB-TX sont multiplexées en parallèle pour générer un superchannel ayant un débit
de données total désiré. Le multiplexage est basé sur le type Nyquist WDM. La détection d'un
superchannel peut être catégorisée en tant que détection en plusieurs étapes et détection en une
seule étape. Dans la détection multi-étapes, un superchannel est divisé en plusieurs sous-
canaux qui sont détectés séparément [7].

Définition Condition (Δf/B) Exemple


Coarse WDM >50 10 Gb/s en 20 nm
WDM >5 10 Gb/s en 100 GHz
DWDM 1.2 <Δf/B ≤ 5.0 28-Gbaud PDM-QPSK en 50 GHz
“Quasi-Nyquist” WDM 1.0 <Δf/B ≤ 1.2 28 -Gbaud PDM-16QAM en 33 GHz
“Nyquist” WDM Δf/B = 1 28-Gbaud PDM-QPSK en 28 GHz
“super-Nyquist” WDM Δf/B < 1 28-Gbaud PDM-QPSK en 25 GHz

Table II.1:Définitions de différentes classes de WDM.

19
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

II.3.Le concept de Nyquist-WDM :


Le concept super-canal Nyquist WDM envisagé avec l'émetteur et le récepteur est
illustré à la Figure II-1.

Figure II-1 : le concept général d’un système Nyquist WDM.

L'émetteur peut être séparé en deux parties principales: la génération de la porteuse et


la modulation de la porteuse.

II.3.1.La génération de la porteuse : [9]


Nyquist WDM-PON est reconnu comme réseau d'accès favorable à cause de la bonne
exploitation de bande passante et faible coût de maintenance. Dans Nyquist WDM-PON
l'architecture de conception et les techniques utilisées pour la génération de signaux pour la
transmission montante et descendante jouent un rôle important pour l'efficacité du réseau.
Dans Nyquist WDM-PON typique, une longueur d'onde spécifique est attribuée à
chaque utilisateur. Le laser est une source avantageuse dans de telles situations, car il peut
offrir plusieurs longueurs d'onde simultanément. Cependant, afin de satisfaire les exigences
d'utilisation dans les réseaux optiques, les lasers sont assez coûteux. Alternativement, les
techniques de génération de porteuses multiples ou de comb peuvent générer un certain
nombre de porteuses à partir d'un seul dispositif laser.

20
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Plusieurs méthodes pour générer un peigne à fréquence optique (OFC : Optical Frequency
Comb) ont été rapportées.
Les techniques de génération de multi-porteuses telles que la génération OFC ou la
technique super continuum, les modulateurs de phase et d'intensité en cascade et un générateur
basé sur un variateur de fréquence complémentaire ont été mis en œuvre.
Les paramètres optiques, y compris (OSNR), la distance de transmission, le bruit
ASE, la fréquence verrouillée, la planéité et la stabilité sont les principaux problèmes qui
doivent être abordés lors de génération multi-porteuses.
Étant donné que les systèmes existants dans PON sont confrontés aux problèmes de
complexité du circuit et de coûts plus élevés, l'utilisation de multi-porteuses basées sur une
seule source laser pour une transmission indépendante de l’OLT dans un PON peut être
explorée.
La configuration schématique du générateur OFC basé sur WDM-DMux est représentée sur la
figure 1. Pour le générateur multi-porteuses, la source laser est directement connectée au PM
(phase modulator) piloté par le signal RF tandis que l'amplificateur électrique (EA) est utilisé
pour amplifier le signal RF faible. Le signal RF est utilisé pour moduler la lumière laser. Le
signal modulé est transmis par le WDM-DMux à 8 canaux donnant huit signaux optiques de
différentes longueurs d'onde.

Figure II-2 : Architecture de génération d'un signal multi-porteuses.

21
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Le signal à la sortie de la source cw-laser peut être représenté par Ec = Eoexp (j2πfct).
Le modulateur de phase est commandé par un générateur de signal RF ayant une fréquence
fixe (fs). L'amplificateur « Booster » (EA) est utilisé à la sortie du signal d'horloge RF pour
augmenter les signaux pour générer des porteuses multiples. À la sortie du modulateur de
phase, le signal peut être représenté comme suit:

(2.1)
Ou Vd présente le signal de commande et la tension demi-onde de PM est Vπ. Si nous
supposons que le signal d'entrée du modulateur de phase est Ec, et le signal de sortie de la
source RF est fs(t) = RVπsin (2πfst), donc le signal optique résultant peut être donné comme :

(2.1)
Pour les signaux multi-porteuses, l'équation ci-dessus doit être développée à l'aide de
L'expansion de Jacobi-colère.

( ) ( )[ ( ( ) ) ( ( ) )
]
( )[ ( ( ) ) ( ( ) )
]
( )[ ( ( ) ) ( ( ) )
]
( )[ ( ( ) ) ( ( ) )
]

( )[ ( ( ) )
∑ ] (2.3)
Dans l'équation (2.3), Jn (πR) est utilisé comme une fonction Bessel du premier ordre
ayant l'ordre n. L'indice de modulation est présenté par R qui représente le taux d'amplitude du
signal radiofréquence de la tension de demi-onde. Ici, nous pouvons écrire l'équation de Bessel
comme.
En outre, la dernière équation montre que le modulateur de phase génère des multi-
porteuses avec la fréquence de (fc + nfs) où n = ± 1, ± 2, ± 3 ... .. ± n. La première fonction
Bessel "Jn (πR)" peut être utilisée pour trouver l'amplitude de la n -ème harmonique de la
sous-porteuse optique qui est donnée comme :

22
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

( )[ ( ( ) )
] (2.4)
Dans la fonction Bessel, R est l'indice de modulation. Plus de porteuses peuvent être
générées en augmentant l'indice de modulation, ce qui signifie essentiellement que le nombre
maximal de sous-porteuses dépend de l'indice de modulation R. Il ressort également de
l'équation finale à la sortie de PM que la puissance de la sous-porteuse de haute qualité va
baisser rapidement et peut être augmentée en augmentant la puissance de l'amplificateur
électrique.

II.3.2. La modulation optique de la porteuse :


Dans notre projet on va utiliser la modulation ASK optique pour moduler chaque porteuse
(amplitude shift keying), mais avant de détailler cette technique dans ce qui suit, on présente le
procéder de la modulation optique.

II.3.2.1.Modes de modulation optiques :


Le rôle d'un émetteur optique est de convertir un signal du domaine électrique vers le domaine
optique. Il y a deux méthodes distinctes pour moduler les ondes optiques: la modulation
directe d’un laser et la modulation externe. La figure II.3 montre le schéma synoptique de ces
deux types d’émetteurs optiques. Nous allons dans la suite de cette section passer en revue les
différents types d’émetteurs, leur principe de fonctionnement et leurs principales
caractéristiques du point de vue des systèmes de transmission.

Figure II-3: Synoptique d’un module d’émission avec (a) une modulation directe et (b) une modulation externe.

23
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

 Modulation directe :
La modulation directe laser, seule source optique consiste à faire varier le courant
d’alimentation de la diode permettant une vitesse de modulation compatible avec les
applications en télécommunications haut-débit à longue distance et avec les systèmes
hyperfréquences, pour obtenir une onde lumineuse modulée en intensité en sortie. Cette
solution requiert peu de composants (figure II.3 (a)) et présente un faible coût de mise en
œuvre. En plus de la source optique, seuls un générateur de courant et un circuit de commande
(driver) sont nécessaires. Bien que simple, ce type de modulation n'est pas adapté aux
applications exigeantes en termes de monochromaticité de la lumière. De plus pour notre cas
cette technique est loin d’être utilisée parce qu’on est obligé d’utiliser plusieurs sources
optiques pour moduler chaque canal, ce qu’on cherche a évité, par l’utilisation d’une source
Comb.

 Modulation externe :
La modulation externe consiste à modifier un paramètre de l’onde lumineuse à l’aide d’un
modulateur externe à la source lumineuse. C’est la technique de modulation privilégiée des
télécommunications haut débit à longue distance, car elle permet de limiter ou de contrôler le
phénomène de « chirp », étant donné que la densité de porteurs dans le milieu actif est
constante avec un courant de polarisation du laser maintenu constant (figure II.3 (b)).
Elle offre en général une bande passante plus importante et un indice de modulation bien plus
élevé que la modulation directe en dédiant la fonction d’émission à la source laser et celle de
modulation au modulateur et en les optimisant chacun pour leur fonction.
Selon la nature de leur signal de commande, on peut classer les modulateurs de lumière en
plusieurs grandes catégories : acousto-optiques, magnéto-optiques et électro-optiques. Parmi
ces modulateurs, seuls les modulateurs à commande électrique permettent d’atteindre des
débits (≥ 10 Gb/s) ou des fréquences de modulation (≥ 10 GHz) compatibles avec les
applications visées en télécommunications optiques et dans les systèmes hyperfréquences,
pour cela on s’intéresse dans cette thèse aux modulateurs à commande électrique.

24
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

 Modulateurs à commande électrique :


Il existe deux principaux types de modulateurs dans cette famille : modulateurs à électro-
absorption (EAM) et modulateurs électro-optiques Mach-Zehnder (MZM). Ils présentent
chacun des avantages et limites spécifiques. Dans ce paragraphe, nous expliquerons leur
principe de fonctionnement et définirons leurs paramètres caractéristiques mesurant leurs
performances.

 Modulateurs à électro-absorption (EAM):


Le modulateur EAM est un guide d'ondes planaire à base de semi-conducteurs et est
composé d’une superposition d’une couche dopée p et d’une couche dopée n, formant une
jonction p-n (figure II.4).

Figure II-4 : Schéma d’un émetteur optique à base d’un modulateur à électro-absorption (EAM).

Le fonctionnement des modulateurs à électro-absorption repose sur les modifications du


spectre d’absorption de matériaux semi-conducteurs soumis à un champ électrique. L’effet
électro-absorption est connu sous différents noms selon le type de matériau utilisé : effet
Franz-Keldysh dans les matériaux semi-conducteurs massifs et effet Stark confiné
quantiquement dans les structures à puits quantiques [12-15]. Sans tension de polarisation sur
la jonction p-n, la bande interdite de la région active est assez large pour être transparente à la
longueur d'onde de la lumière laser. Cependant, lorsqu'une polarisation inverse suffisamment
grande est appliquée sur la jonction p-n, la bande interdite effective est réduite au point que la
région active commence à absorber la lumière laser et devient donc opaque.

25
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

En pratique, dans les EAM, la région active est généralement structurée comme un multi-puits
quantique, fournissant un effet plus fort d'absorption en fonction du champ. La relation entre la
puissance de sortie optique Pout et la tension inverse Vm appliquée sur un EAM est décrite par
une courbe de commutation telle que celle présentée sur la figure II.5.

Figure II-5 : Courbe de commutation d’un modulateur à électro-absorption.

Vsw : tension de commutation ; ER : taux d'extinction.


Le taux d'extinction réalisable (ER) pour une tension de commutation Vsw donnée peut
être écrit comme suit :
( ) ( )

( ) ( ) (2.5)
où αa est le coefficient d'absorption induit par un champ optique, L la longueur d’interaction
électro-optique.
Les modulateurs à électro-absorption sont beaucoup plus compacts que les modulateurs
électro-optiques Mach-Zehnder sur LiNbO3 à bande passante équivalente. Ils se prêtent bien à
intégration avec des diodes laser et sont peu sensibles à la polarisation de la lumière. Ils ont en
outre l’avantage de ne nécessiter qu’une faible tension de commande. Par contre, en tant que
concurrents aux modulateurs électro-optiques Mach-Zehnder pour les applications à 40 Gb/s,
ils présentent plusieurs inconvénients : chirp plus important, plage de longueur d’onde plus
réduite, faible puissance optique admissible et dérive thermique [16] [17].
 Modulateur Mach-Zehnder (MZM) :
Les modulateurs de Mach-Zehnder sont des modulateurs électro-optiques que l’on place
directement en sortie du laser. En réalité, les effets électro-optiques sont à la base de ce type

26
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

de modulateurs, à savoir que l'indice de réfraction de certains matériaux peut être modifié par
l'application d'un champ électrique [18].
Grâce à ce modulateur, on peut obtenir une modulation d’amplitude à travers une modulation
de phase à l’intérieur du composant.
 Modulation de phase: Le champ électrique appliqué change l'indice de réfraction du
matériau, ce qui a pour conséquence de faire varier la phase de l'onde guidée et
d'engendrer un retard variable de l'onde optique. Un déphasage dépendant de la tension
électrique est ainsi créé (modulation de phase en alternatif).
 Modulation d’amplitude: Cela consiste à réaliser un interféromètre [19] dans lequel il
est possible de commander la différence de phase entre les deux bras par l’application
d’une tension contrôlée sur le matériau électro-optique.

La figure II.6 montre l’architecture d’un modulateur de type Mach-Zehnder. Il est composé
d’une jonction Y en entrée permettant de séparer le faisceau incident en deux ondes de
puissances égales sur les deux bras du modulateur. Sur l’un des bras de l’interféromètre,
l’électrode permet d’appliquer un champ électrique modifiant ainsi la phase de l’onde
lumineuse dans ce bras. A la sortie de l’interféromètre, une autre jonction Y combine les deux
ondes déphasées. Celles-ci interférant en fonction du déphasage optique introduit, l’amplitude
de l’onde optique en sortie est alors modulée.

Figure II-6 : Schéma simplifié d’un modulateur Mach-Zehnder.

L’application d’une tension de polarisation V sur ses électrodes change l'indice de réfraction n
du matériau utilisé, par exemple LiNbO3 (Niobate de Lithium). Le changement d'indice Δn
conduit à changer la phase optique Δφ suivant la relation:

27
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

(2.6)

où λ est la longueur d'onde de la lumière, L est la longueur de l'électrode et Vπ représente la


tension de polarisation qui entraîne un déphasage de π rad.
Si nous appliquons deux tensions de polarisation V1,RF et V2,RF sur les deux électrodes du
modulateur conformément à la figure II.6, le champ optique de sortie Eout(t) peut être lié au
champ optique d'entrée Ein(t) comme suit :
( ) [ ] ( ) (2.7)

( ) ( )
[ ] ( )

Si V2,RF = -V1,RF = VRF l’équation (2.7) devient :

( ) ( ) ( ) (2.8)

Le modulateur MZM fabriqué sur LiNbO3 peut fonctionner de façon satisfaisante sur une
plage de longueur d'onde de 1300 à 1550 nm; il est largement utilisé dans les communications
optiques numériques actuelles à haut débit.
En conclusion, la modulation externe présente de nombreux avantages. Elle est plus rapide et
permet donc de transmettre des débits plus élevés. Le bruit, le chirp ... ne sont pas inexistants
dans les modulateurs de Mach-zehnder mais leurs valeurs sont nettement plus faibles que dans
les lasers. Les limites de capacité de transmission sont donc repoussées vers des fréquences
plus importantes. Enfin, l’utilisation de modulateurs externe offre la possibilité d’avoir des
modulations optiques avancées autres que les modulations d’intensités classiques telles que
binary phase shift keying (BPSK), quaternary phase-shift keying (QPSK), etc.

II.3.2.2.Modulations en intensité (ASK) :


C’est le format le plus simple et le plus intuitif qui existe. Un signal optique codé en NRZ est
la copie conforme du signal binaire électrique : un « 0 » est codé par un signal à faible
puissance (idéalement nulle), et un « 1 » par un signal à forte puissance. Pour le générer au
moyen d’un modulateur Mach-Zehnder, il suffit de moduler sa tension de commande par un
signal proportionnel au signal binaire initial et variant entre un minimum et un maximum de la
fonction de transfert en intensité du Mach-Zehnder, décrite sur la figure II.7.

28
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Figure II-7 : La fonction de transfert en intensité et en phase du Mach-Zehnder.

Cependant, une puissance résiduelle pour le codage du « 0 » est souvent observée du fait des
imperfections de la modulation. Nous parlerons alors du taux d’extinction (ou ER pour
Extinction Ratio) du format, ayant alors une valeur finie. Le taux d’extinction d’un format de
modulation OOK est défini par le rapport entre les puissances moyennes du niveau 1 et du
niveau 0 :

( ) (2.9)

Typiquement, un taux d’extinction expérimental est de l’ordre de 13 dB pour un signal NRZ.


Le schéma fonctionnel d'un émetteur de NRZ est montré dans la figure II.8, où le signal
électrique est modulé avec un modulateur externe d'intensité (nous donnerons plus de détail
dans qui ce suit). Le modulateur d'intensité peut être type de Mach-Zehnder ou type d'électro-
absorption, qui convertit un signal électrique NRZ en signal optique NRZ au même débit.

Modulateur
d’intensité

Figure II-8 : Diagramme d’un transmetteur NRZ

29
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

La Figure II.9 montre un exemple de trace temporelle, le diagramme de l’œil et le spectre d’un
format NRZ présentant un taux d’extinction de 13 dB.
Le spectre de ce format comporte, comme celui de la plupart des formats de modulation, un
lobe principal et des lobes secondaires deux fois plus étroits. Le lobe principal du spectre du
format NRZ a une largeur égale à deux fois la fréquence d’information du signal optique. De
plus, le spectre d’un format NRZ est facilement reconnaissable à son onde porteuse unique
située au centre de son spectre. Celle-ci comporte des harmoniques aux multiples entiers de la
fréquence d’information, mais dans le cas du NRZ, elles coïncident avec les annulations de
puissance entre les lobes.
Le format NRZ est incontestablement le format le plus simple à générer. Par contre, sa
sensibilité en back-to-back et sa tolérance aux effets non-linéaires sont parmi les pires de
celles de tous les formats étudiés, particulièrement au débit de 40 Gbit/s.

Figure II-9: Trace temporelle, diagramme de l’œil et spectre du format NRZ.

II.3.3. Le récepteur :
L’interface optique de réception, dans une liaison par fibre optique, est chargée de
convertir le signal lumineux en signal électrique, en lui apportant le minimum de dégradation.
Ce rôle est tenu par le photodétecteur comme le PIN (Positive Intrinsic Negative).
Le mécanisme de la photodétection consiste à convertir l’énergie photonique reçue en
une énergie électrique sous forme de courant, après cela, nous traitons le signal avec des
appareils électroniques [11].

30
Chapitre 2 : Étude d’un système Nyquist WDM

Le détecteur ASK se compose d'un redresseur demi-onde, d'un filtre passe-bas(LPF) et d'un
comparateur. Voici le diagramme pour le même.

Figure II-10 : Démodulateur ASK.

Le signal modulé ASK est donné au redresseur demi-onde, qui fournit une sortie
positive de la moitié. Le filtre passe-bas supprime les fréquences plus élevées et donne une
enveloppe sortie détectée à partir de laquelle le comparateur délivre un signal de sortie
numérique.

II.4.Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons examiné le principe et les progrès récents de la
transmission du superchannel avec des débits de données par canal de Tb/s et au-delà. La
génération, la modulation, la détection et la transmission ont été discutées. Le système de
transmission Nyquist WDM offre plusieurs avantages clés tels que des débits d'interface série
plus élevés et une efficacité spectrale plus élevée. On s'attend à ce que le Nyquist WDM joue
un rôle important dans le futur réseau d'accès de haute capacité. Le chapitre suivant, nous
avons proposé deux architectures de réseau PON utilisant cette nouvelle méthode de
multiplexage en longueur d’onde.

31
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

Chapitre III : Simulations et Résultats

III.1. Introduction :
Dans ce chapitre on va présenter l’aspect pratique qui a pour but de voir l’effet de
l’utilisation de multiplexage Nyquist WDM dans un réseau d’accès, l’étude est faite sur la
comparaison entre un système utilise plusieurs source et un autre utilise une source de type
Comb (peigne de porteuses), dans les deux systèmes on utilise la modulation NRZ-ASK. Dans
cette simulation nous allons simuler deux réseaux de mêmes caractéristiques, la différence se
situe dans la partie de génération, où dans le premier on utilise plusieurs sources laser CW
pour générer les porteuses optiques et dans l’autre on utilise un seul laser. L’étude est faite sur
deux débits différents 1 Gbps et 2.5 Gbps.
Notre travail sera axé dans un premier temps d’optimiser les deux réseaux étudiés pour
lesquels le BER est minimum. Évaluant ainsi la variation de BER en fonction de la variation
de l’OSNR (Optical Signal to Noise Ratio) dans les deux sens : montant et descendant.
L’étude est faite par le logiciel OPTISYSTEM 12.0 pour témoigner la praticabilité de
la structure de réseau et l’amélioration apportée. Ce dernier fait partie d’une suite de
conceptions logicielles par la société OPTIWAVES, et qui permet à des utilisateurs de
prévoir, d’examiner et de simuler des liaisons optiques dans la couche de transmission des
réseaux optiques modernes.

III.2. À propos d’OPTISYSTEM :


OPTISYSTEM (Optical Systems) est un logiciel permettant de faciliter la conception
de nouveaux systèmes photoniques, y compris les systèmes de transmission optique à courte
distance, réseau d’accès, réseaux métropolitains et longue distance tout en permettant la mise
à niveau technologique des composants à développer pour les équipementiers.
La combinaison d’une interface graphique et d’une simulation basées sur de robustes
représentations avec signal optique flexible permet une modélisation efficace de tout système
de transmission, y compris les liaisons bidirectionnelles, en anneau et réseaux maillés.

32
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

 Quelques applications de simulateur :


 Conception de systèmes de grande capacité, y compris les nouveaux systèmes ‘WDM,
avec amplification Raman et systèmes hybrides et traitement du signal optique.
 Analyse de la performance, des fonctions de lien et des règles de l’ingénierie de
conception.
 Évaluation de la diaphonie et de la dynamique dans les réseaux DWDM.
 Évaluation des avantages des formats de modulation comme Duobinary, CSRZ,
MQAM, PSBT, (CSRZ-) DPSK, (RZ-) DQPSK.
 Quantification de la dégradation d’un signal dans une fibre optique induite par des
effets prédéfinis tels que DC, Kerr, PMD, réflexions.
 Évaluation de nouveaux formats, tels que l’agrégation optique CDMA et OFDM.
Identification des paramètres de conception, y compris le chirp du laser, RIN,
amplificateur de gain, les pertes, et le filtrage.

Ainsi, OPTISYSTEM permet d’accélérer la conception de nouveaux systèmes photoniques, y


compris des liens de transmission et tout type de réseau optique, et permet d’améliorer les
stratégies à développer pour les installations existantes.

III.3.Le premier réseau (avec plusieurs sources laser CW) :

III.3.1. L’architecture du réseau:


On présente ci-dessous l’architecture globale du réseau d’accès à simulé, constituée de trois
parties importantes.
 Le CO (Centre Office) constitué d’un OLT (Optical Line Terminal) qui fait à la fois
l’émission (Down-stream) et la réception des signaux (Up-stream) en communiquant
avec l’ONUs situant au côté client.
 Un canal de transmission : est modélisé par une fibre bidirectionnelle standard (SMF-
28) de 20 km fait l’objet de la boucle locale optique. Notons que le facteur
d’affaiblissement dans la fibre est de 0.2 dB/km. Tous les effets non linéaires de la
fibre sont pris en compte dans cette étude, ainsi les effets de la dispersion de Rayleigh
et de Brillouin présentés dans la fibre bidirectionnelle.
 AWG (Arrayed Waveguide Gratings) : c’est un coupleur pour le multiplexage et le
démultiplexage des canaux.
 RN (Remote Network) : Constitué de huit ONUs (Optical Network User) font aussi
l’émission et la réception des signaux, communiquent avec l’OLT en utilisant le
principe de multiplexage Nyquist WDM à huit longueurs d’ondes.

33
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

Figure III-1: Architecture du système Nyquist WDM-PON simulé.

III.3.2.Description des différentes parties :


En premier temps, on présente la constitution du premier réseau d’accès simulé qui
utilise la modulation NRZ-ASK dans l’OLT et plusieurs lasers CW dans la partie génération.
OLT :
La figure III.2 montre l’architecture détaillée du l’OLT, qui est composé d’un émetteur
et d’un récepteur, L’émetteur contient une source laser permet de générer la porteuse optique,
un générateur de séquences binaires aléatoires PRBS d’ordre 27-1 de longueur de 2048 bits,
un driver de code NRZ permet la conversion logique/électrique. Sachant qu’on a une
contrainte sur le débit d’émission de 1 Gbps, nous avons utilisé un laser avec modulation
extérieure via un modulateur Mach Zehnder qui permet de moduler le signal d’information
(down-stream) en amplitude. Le récepteur contient une photodiode PIN suivie d’un filtre de
Bessel passe-bas pour supprimer les bruits additifs du récepteur.

34
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

Figure III-2 : Structure de l’OLT du système NRZ-ASK/ASK.

ONU:
Ce bloc est analogue à l’OLT, le débit utilisé en émission est de 1 Gbps. Le récepteur a
la même composition que celui de l’OLT, mais le filtre utilisé est filtre de Rectangle passe-bas
pour supprimer les bruits additifs du récepteur.

Figure III-3 : L’architecture de l’ONU simulé (NRZ-ASK/ASK).

35
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

III.3.3. Simulation et résultats :

III.3.3.1. Les paramètres de simulation :


Les paramètres principaux des différents composants utilisés dans la liaison sont
regroupés dans le tableau suivant :

Le composant La valeur La signification


(Down/up)
La partie logique (PBRS) 1/1Gbps et 2.5/2.5Gbps Débit

0 dBm Puissance d’émission


La source laser (CW 193.1-193.114et 193.1-193.14 Fréquence porteuse
Laser) Thz
2Ghz et 5Ghz Espacement entre canaux
Nombres d’ONU 8 Le nombre de porteuses

NRZ driver 0v Bit 0


1v Bit 1

20 km La langueur

0.2 dB/ km L’atténuation


La fibre bidirectionnelle
16.75 ps/nm/km DC
(SMF)
5/ 2 ps La PMD
4.6e-011 Dispersion de Bernoulli
5e-005 Dispersion de Rayleigh
30Db ER
Le modulateur MZM
1v Von
1v Vpi
La diode Pin 0.7 A/W Sensibilité

La source de bruit additif -10 à 0 dBm et -8 à 2dBm Puissance de bruit

Table III.1: Les paramètres de simulation.

36
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

III.3.3.2.Résultats et discussion pour deux débits différents 1 et 2.5Gbps :


Les figures III.4 et III.5 montrent le spectre global (8 canaux) du signal optique à la
sortie du multiplexeur de L’OLT pour les deux débits 1 et 2.5Gbps respectivement. On
remarque que l’espacement entre les porteuses est de 2Ghz et 5Ghz pour les deux débits 1 et
2.5Gbps respectivement donc le concept Nyquist WDM est vérifié.

Figure III-4: Spectre globale pour un débit1Gbps.

Figure III-5:Spectre globale pour un débit 2.5Gbps.

Après avoir optimisé les filtres électriques de réception de l’OLT, et de l’ONU, on fixe
la distance de la fibre SMF à 20 Km, on varie la puissance du bruit additif Pb de -10 dBm à 0
dBm pour un débit de 1Gbps et de -8 dBm à 2 dBm pour le débit de 2.5 Gbps, afin d’étudier
l’influence de la sensibilité du récepteur sur la qualité du système.
Les diagrammes de l’œil de réception de l’ONU1 pour quelques valeurs d’OSNR sont
présentés par les figures suivantes.

37
38
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

Figure III-6 : Diagramme de l'œil pour 1G et FigureIII-8 : Diagramme de l'œil pour 2.5G et

OSNR=14 OSNR=15.

Figure III-9 : Diagramme de l'œil pour 2.5G et


Figure III-7 : Diagramme de l'œil pour 1G et
OSNR=5.
OSNR=4.

De ces figures, il est très clair que le diagramme de l’œil est plus ouvert dans le cas où
la puissance de bruit est petit donc ONSR=14dB ou OSNR=15, tandis que la qualité de
diagramme devient médiocre pour des puissances de bruit plus importantes c.-à-d. des valeurs
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

d’OSNR petites (ex : OSNR=5dB), ce qui est logique puisque le bruit submerge le signal
d’information ce qui retriasse l’ouverture de l’œil.
Les figures III.10, III.11, III.12 et III.13 présentent la variation du BER en fonction
de l’OSNR de la réception pour les deux sens descendant et montant pour les deux débits
1Gbps et 2.5Gbps. Il est clair que lorsque le niveau du bruit augmente la qualité du système
est médiocre, le signal d’information est submergé dans le bruit et comme ce dernier agit sur
l’amplitude donc la détection des niveaux du signal devienne délicate et par conséquence la
décision sur les bits envoyés est plus difficile ce qui favorise plus d’erreurs, ceci est très
remarquable par la diminution de BER.
De plus pour un BER de 10-10 on remarque que le système presque n’a pas subi de
dégradations lorsqu’on a simulé les effets de dispersions de Rayleigh et de Brillouin pour
l’ensemble des canaux par rapport au back to back.

Figure III-10: Variation de BER en fonction de OSNR pour 1Gbps sens descendant (plusieurs Laser)

39
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

Figure III-11: Variation de BER en fonction de OSNR pour 1Gbps sens montant (plusieurs Laser)

Figure III-12 : Variation de BER en fonction de OSNR pour 2.5 Gbps sens descendant (plusieurs Laser)

40
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

Figure III-13 : Variation de BER en fonction de OSNR pour 2.5 Gbps sens montant (avec CW Laser)

III.4.Le deuxième réseau (avec source comb) :

III.4.1.L’architecture du deuxième réseau a simulé :


On présente ci-dessous l’architecture globale du deuxième réseau d’accès a simulé qui
utilise une source comb.

Figure III-14 : Architecture du système Nyquist WDM-PON simulé avec une source comb

41
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

La Source comb :

La figure III.15 montre l’architecture détaillée de la source comb qui est composé de :
Un générateur qui génère un signal RF de forme d'onde sinusoïdale électrique, une
source laser CW permet de générer une porteuse optique, deux modulateurs de Phase (le
signal de modulation électrique impose une modulation de phase sur la porteuse optique),
filtre optique rectangulaire pour choisi les porteuses souhaitées et le démultiplexeur WDM
pour séparer les longueurs d’ondes choisis.

Figure III-15 : Architecture de la source comb.

42
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

III.4.2. Simulation et résultats :

III.4.2.1 Les paramètres de simulation :


Les paramètres principaux des différents composants utilisés dans la liaison sont
regroupés dans le tableau suivant :

Le composant La valeur La signification


(Down/up)
La partie logique (PBRS) 1/1Gbps et 2.5/2.5Gbps Débit
CW Laser 193.1 Thz Fréquence de la porteuse
Source principale
comb Générateur RF 2Ghz et 5Ghz Espacement entre les
porteuses secondaires
Modulateur de 90° La phase
phase
NRZ driver 0v Bit 0
1v Bit 1
20 km La langueur
0.2 dB/ km L’atténuation
La fibre bidirectionnelle 16.75 ps/nm/km DC
(SMF) 5/ 2 ps La PMD
4.6e-011 Dispersion de Bernoulli
5e-005 Dispersion de Ryleigh
30Db ER
Le modulateur MZM 1v Von
1v Vpi
La diode Pin 0.7 A/W Sensibilité
La source de bruit additif -5 à 5 dBm et-7 à 9 dBm Puissance de bruit

Table III.2 : Les paramètres de simulation de deuxième réseau (avec source comb)

43
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

III.4.2.2. Résultats et discussion pour deux débits différents 1 et 2.5Gbps :

La figure III.16 montre l’allure spectrale globale du signal optique à la sortie de PM


(deuxième modulateur de phase), et la figure III.17 montre les 8 porteuses choisies après le
filtre rectangulaire. On remarque que la puissance de signal optique est différente d'un canal à
l’autre ceci est dû aux différentes valeurs de fonction de Bessel donc une apparition de
plusieurs harmoniques d’amplitudes variables.

Figure III-16 : Spectre optique global après le PM. Figure III-17: Spectre optique global pour les 8
canaux.

Après avoir optimisé les filtres électriques de réception de l’OLT, et de l’ONU, on fixe
la distance de la fibre SMF à 20 Km, on varie la puissance du bruit additif Pb de -5 dBm à 5
dBm pour un débit de 1Gbps et de -7 dBm à 9 dBm pour un débit de 2.5 Gbps, afin d’étudier
l’influence de la sensibilité du récepteur sur la qualité du système.
Les figures III.18, III.19, III.20 et III.21 présentent la variation du BER en fonction
de l’OSNR. On constate que l’effet du bruit sur le système est presque identique à celui du
premier réseau. On remarque que le BER de signal optique est plus différent de canal à l’autre
pour une même valeur de bruit additif, ceci est dû de L’utilisation de source comb.

44
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

Figure III-18 : Variation de BER en fonction de OSNR pour 1 Gbps sens descendant(avec source comb)

Figure III-19 : Variation de BER en fonction de OSNR pour 1 Gbps sens montant (avec source comb).

45
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

Figure III-20: Variation de BER en fonction de OSNR pour 2.5 Gbps sens descendant (avec source comb)

Figure III-21 : Variation de BER en fonction de OSNR pour 2.5 Gbps sens montant (avec source comb).

46
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

III.5. Comparaison entre les deux réseaux :

Le tableau suivant fait une comparaison entre les deux systèmes simulés en montrant la
valeur D’OSNR reçue pour un BER de 10-10 pour les deux réseaux.

Moyenne D’OSNR exigé à la réception (dB)

Réseau simulé Sens montant Sens descendant

1Gbps 2.5Gbps 1Gbps 2.5Gbps

Premier réseau simulé (avec


CW Laser) 11.04 14.8 12 13.5

Deuxième réseau simulé


(avec source comb)
6.7 8.34 7.1 6.9

Table III.3 : Comparaison entre le deux simulation réalisé

En examinant ces résultats, on remarque que le deuxième réseau présente de bons


résultats puisque la qualité de système est améliorée pour l’ensemble des canaux ceci est dû
premièrement à l’utilisation de la source comb dans la partie de génération.

47
Chapitre 3 : Simulations et Résultats

III.6. Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons réalisé des simulations de deux systèmes utilisant le
multiplexage Nyquist WDM (avec et sans une source comb). Nous avons analysé le BER et
l’OSNR pour différentes distances (20 et 30 Km), les résultats montrent que l’OSNR dans le
sens montant et dans le sens descendant du deuxième système (avec une source comb) est
inférieur à celui sans source comb pour un BER fixe (10-10), ce qui signifie que le deuxième
système est beaucoup mieux en termes de puissance et de bruit. Non seulement cela, mais il
est aussi plus économique car il utilise un seul laser (ce qui est très coûteux) pour les huit
canaux (et même plus de huit si on veut) au lieu d'un laser pour chaque canal dans le premier
système. Cela rend la source comb une solution très prometteuse et attractive pour la nouvelle
génération de réseau d'accès. L’inconvénient principal de ce système est l’utilisation d’une
source RF pour la génération de porteuses et la différence de puissance entre les porteuses et si
cela donnera de bons résultats pour des débits très élevés ou pas.

48
49
Conclusion générale

Conclusion générale
Le Passive Optical Networks est un réseau passif basé sur le principe de transport en
fibre optique. Il est utilisé dans les réseaux de desserte ou d’accès (par exemple le FTTH). Le
PON permet actuellement de fournir un débit de 100 Mbps par utilisateur et de recevoir
plusieurs services simultanément. Il est caractérisé par des architectures fibre point-point et
point-multipoint passive. Il existe différents standards de PON, dont les plus rependus sont
l’EPON et le GPON.
Les scientifiques théoriques ont clairement indiqué que les techniques des super
canaux sont très intéressantes pour les réseaux d'accès de la nouvelle génération et Nyquist-
WDM est l'une de ces techniques, en diminuant l'espacement des fréquences entre les canaux
jusqu’à zéro, ce qui contribue beaucoup à une meilleure exploitation de la bande passante et
une amélioration de l'efficacité spectrale, le déploiement de la WDM Nyquist dans les réseaux
PON semble inévitable pour accompagner l'augmentation du débit à l'abonné.
La présence de systèmes WDM a conduit à une utilisation plus efficace du spectre
optique. On s'attend à ce que le système de transmission Nyquist WDM joue un rôle important
dans les futurs réseaux de fibres optiques à grande capacité, offrant à la fois des performances
accrues et une réduction du coût par bit pour répondre aux besoins croissants en matière de
capacité de l'ère Internet.
Dans notre étude, nous avons proposé deux systèmes de transmission Nyquist WDM
qu’utilisent la modulation ASK et ils ne différencient que dans la partie de génération de
porteuses, le premier système utilise plusieurs sources lasers indépendantes pour chaque canal
afin de générer les porteuses optiques, le second utilise un seul laser pour tous les canaux, et
ceci, par l’utilisation de la technique de production d’un peigne de sous porteuses, ce qui
rendre le système moins couteux. Les résultats montrent que le deuxième système présente de
bons résultats en plus de l’avantage d’utiliser moins de sources Laser.
On a montré aussi l’avantage d’utiliser le multiplexage Nyquist WDM dans un PON et
son intérêt d’augmenter l’efficacité spectrale du système, de ce fait on peut qualifier cette
architecture proposée comme un bon candidat pour les réseaux d’accès optique de nouvelle
génération.
Bibliographie
[1] Nom, A., Voici un exemple de référence bibliographique que vous pouvez effacer, Paris :
Gallimard, 1958. 230p.
[1]. HADJI.K et ADJALA.A. Étude et analyse d’un réseau d’accès de transmission sur fibre optique
en configuration FTTx. Oran : PFE IGE30, INTTIC, Juin 2009.

[2]. ZTE , www.zte.com.cn. FTTx Solution White Paper. 2013.

[3]. Saadia, Belbal. Introduction de nouveaux formats de modulation dans les réseaux d’accès
optiques. s.l. : PFE IGE34, INTTIC, Juin 2014.

[4]. Bekki.K et Fasla.M. Étude des technologies FTTH pour les services à large bande sur réseau
d’accès tout optique. s.l. : PFE IGE29, INTTIC, Juin 2009.

[5]. Gauthey.G. Développement des réseaux à très haut débit Guide de mise en place de réseaux
fibres optiques FTTH. s.l. : Le cercle C.R.E.D.O , Juin 2007.

[6]. P, Wonterling. WDM-PON and CWDM Networks-function and Measuremant Tasks. Juin 2009.

[7]. Kaminow, Ivan P., et al. Optical Fiber Telecommunications. Volume VIB_ Systems and
Networks . s.l. : VIB-Elsevier _ Academic Press , 2013.

[8]. Hillerkuss, D., Schmogrow, R. et Meyer, M. Single-laser 32.5 Tbit/s Nyquist-WDM. s.l. : IEEE
Xplore, Septembre 2012.

[9] Cost Effective Scheme for OLT in Next Generation Passive Optical Access Network Based
on Noise Free Optical Multi Carrier; China communication; June 2016.

[10]. John-Phlippe Muller. Les modulations numérique dans les systémes du communication.
Décembre 2000.

[11].https://www.tutorialspoint.com/digital_communication/digital_communication_amplitude
_shift_keying.htm.
[12] D. Moodie and all, "40 Gbit/s modulator with low drive voltage and high optical output
power", 27th European Conference on Optical Communication, Vol. 3, pp. 332-333
(2001).
[13] T. Yamanaka, "Ultrafast electroabsorption modulators with traveling-wave electrodes",
27th European Conference on Optical Communication, Vol. 3, pp. 328-331 (2001).
[14] R. Lewén and all, "Traveling-wave electrode electroabsorption modulators toward 100
Gb/s", Optical Fiber Communication Conference, Vol. 2, pp. 3 (2004).
[15] D. Moodie and all, "Applications of Electroabsorption Modulators in High Bit-Rate
Extended Reach Transmission Systems", Optical Fiber Communications Conference,
Vol. 1, pp. 267- 268 (2003).
[16] N. Courjal, "Modulateur LiNbO3 à faible chirp par inversion de domaine
ferro-électrique", Thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, 2002.
[16] G. L. Li and P. K. L. Yu, "Optical Intensity Modulators for Digital and Analog
Applications", IEEE Journal of Lightwave Technology, vol. 21, pp. 2010-2030 (2003).
[17] CARENCO A., "Composants actifs, Systèmes optiques", Institut d'Etudes Scientifiques
de Cargèse, Ecole d'été, Juillet 1991, pp. 93-143.
[18] K. Noguchi, et all, « Millimiter-Wave Ti: LiNbO3 optical modulators », Journal of
ligtwave technology, vol.16, no. 4, April 1998, pp. 615-619.

Vous aimerez peut-être aussi