Vous êtes sur la page 1sur 1

À imprimer ou à recopier.

Leçon de grammaire – la subordination

Rappels :

Une phrase peut être simple (s'il n'y a qu'un seul verbe conjugué) ou complexe (s'il y a au
moins deux verbes conjugués).
Dans une phrase complexe, on peut relier les propositions* de trois façons :
– la juxtaposition (avec la ponctuation ; : ,)
– la coordination (avec les conjonctions de coordination ou avec des adverbes de
liaison)
– la subordination

*Une proposition est une partie de phrase qui contient un verbe conjugué.

La subordination

La subordination est différente de la juxtaposition ou de la coordination car elle établit un


rapport asymétrique entre deux propositions (les deux propositions n'ont pas la même
importance, l'une est supérieure à l'autre).

J'aime les chaussures [que tu portes.]


Proposition Proposition
principale subordonnée

Les propositions
subordonnées

Les propositions Les propositions subordonnées


subordonnées RELATIVES CONJONCTIVES

→ Elles sont introduites par un


pronom relatif (que, qui, Les PS circonstancielles
laquelle, lequel, lesquels, Les PS complétives
où...). → Elles sont introduites
→ Elles complètent souvent un → Elles sont
introduites par la par des conjonctions de
groupe nominal que l'on subordination (pour que,
appelle l'antécédent. conjonction de
subordination « que ». quand, parce que, lorsque,
→ Elles ont pour fonction d'être bien que...).
complément de l'antécédent. → Elles complètent un
verbe et ont pour → Elles ont pour fonction
fonction d'être COD. d'être complément
circonstanciel.
Exemples :
Proposition subordonnée relative : Les fleurs [que j'ai achetées] sont belles.
L'antécédent

Proposition subordonnée complétive : Je veux [que tu restes à la maison.]

Proposition subordonnée circonstancielle : [Quand tu es là] je suis heureuse.

Vous aimerez peut-être aussi