Vous êtes sur la page 1sur 2

L'AIGLE ET LE LION

 Par Albert Soued -


 Nous avons regroupé ces deux animaux, car ils sont liés comme symboles solaires et comme images de la
royauté, l'un dans l'espace, l'autre sur terre.
Sur le plan iconographique, le lion reste prédominant, car il a représenté le judaïsme "royal" à travers la tribu
de Juda et il a orné le trône du roi Salomon.
Le lion est souvent représenté par paire, l'aigle est rarement représenté ailes déployées et dans les images
ou illustrations seule la tête apparaît.
 
Des noms évocateurs
L'aigle biblique est appelé "nésher" (noun/shin/resh) qui est un signe de victoire sur l'ignorance, la
connaissance "noun" étant transmise par la chaîne d'union "sher" (shin/resh).
Sur le plan sémiologique, l'aigle nésher évoque le feu au sein de la lumière par la lettre "shin" au milieu du
doublet "ner" (noun/resh).
Sur le plan de la numérologie, nésher de valeur 550 est équivalent au mot "pétaa'", la soudaineté.
Le lion a plusieurs désignations, la plus courante étant "aryeh" (alef/resh/yod/hé) qui évoque une lumière
d'en Haut (or/yah), en relation avec sa crinière flamboyante.
Sur le plan de la numérologie, le lion de valeur 216 a comme équivalent "gvourah", la force et la rigueur.
 Un autre équivalent numérique est le mot "h'oreb" la désolation due à la sécheresse. Le lion se rapproche
des hommes en période de sécheresse et se multiplie pendant la désolation de la guerre.
Un jeune lion s'appelle "kfir" (khaf/pé/yod/resh), la lionne, "lavi", le vieux lion, "layish".
 L'aigle véhicule du salut et de la rédemption
Lors de l'exode des Hébreux d'Egypte, l'image de l'aigle apparaît comme un véhicule rapide qui porte haut et
loin.
Exode 19/4: "…Vous, je vous ai portés sur l'aile des aigles, je voues ai rapprochés de moi"
Lors de la sortie plus récente des Juifs du Yémen, ceux-ci ont pris les avions qui les transportaient vers Israël
pour des aigles prévus par la Bible…
 L'aigle est un véhicule de la vision et de la transcendance
La tradition ésotérique de la qabalah décrit une vision de Salomon comme un voyage au delà de l'espace-
temps, avec comme monture un aigle aux ailes déployées.
"Le roi Salomon se levait à l'aube et tournait son regard vers l'Orient pour voir certaines choses, puis vers le
Sud, où il voyait d'autres choses, puis finalement dans la direction du Nord.
 Il se tenait ainsi debout, la tête levée et les yeux mi-clos, jusqu'au moment où deux piliers s'avançaient vers
lui, l'un de feu, l'autre de nuée, et au dessus de ce dernier un aigle, puissant et de grande envergure, son aile
droite posée sur le feu, et son aile gauche et tout son corps, posés sur la nuée. L'aigle a deux feuilles au bec. Et
tout cet ensemble vient se prosterner devant Salomon.
 L'aigle baisse la tête un peu, tend son bec et donne les deux feuilles à Salomon. Salomon prend les feuilles
les porte à ses narines et de leur parfum, il discerne l'origine et reconnaît leur propriétaire, l'une appartient à "celui
qui a les yeux clos", l'autre à "celui qui a les yeux ouverts".
 Et pour comprendre le message, que fait-il? Il scelle son trône avec un anneau sur lequel est inscrit le nom
ineffable, tire un autre anneau portant également ce nom, monte sur la terrasse de son palais, enfourche l'aigle
comme monture et s'en va, tiré par le feu et la nuée.
 L'aigle s'élevait alors vers les cieux, et partout où il passait la terre s'assombrissait. Les plus sages sur terre
savaient que le roi Salomon passait, mais ignoraient sa destination. Les autres pensaient que ce n'était qu'un
gros nuage.
 L'aigle continuait à monter, atteignant 400 parasangs, jusqu'à atteindre enfin la sombre montagne, où se
trouve Tarmoud dans la solitude. Là il commençait à redescendre. Levant la tête Salomon, recevait là tout
l'enseignement nécessaire pour pouvoir aller plus loin.
 Puis il reprenait sa monture pour entrer dans les profondeurs de la montagne sombre, au milieu de laquelle
poussait un olivier.
Alors Salomon criait de toutes ses forces "ta main s'est dressée, ô Seigneur! Et ils ne l'ont point aperçue…"
Il entrait ensuite jusqu'à rencontrer ceux qui y habitaient, leur montraient son anneau et recevait alors toute la
connaissance de sciences étranges (magie).
 Quand il avait terminé, il rentrait dans son palais comme il en était parti. Et assis sur son trône, toute sa
sagesse venait de ce qu'il avait appris là-haut."
La vision d'Ezéchiel décrit des niveaux élevés de spiritualité dont une des faces est une face d'aigle, l'aigle
étant réputé pour avoir une vision perçante de grande portée (voir ci-dessous).
 L'aigle protecteur
Ailes déployées l'aigle est un oiseau qui protège sa progéniture d'autres prédateurs.
Voici une métaphore da la protection accordée par Dieu au peuple d'Israël.
Deutéronome 32/11: "Ainsi l'aigle veille sur son nid, plane au-dessus de ses jeunes aiglons, déploie ses aigles
pour les recueillir, les porte sur ses pennes robustes"
 Le lion, image de la force et du courage
La tribu de Juda, le peuple d'Israël puis la tribu de Dan ont été tour à tour comparés à un lion ou à une lionne.
Jacob révèle l'avenir à ses fils et il s'adresse à l'aîné Juda ainsi.
Genèse 49/9: "Tu es un jeune lion Juda! Quand tu reviens ô mon fils avec ta capture! Il se couche, c'est le
repos du lion et de la lionne. Qui ose le réveiller?"
Mais avant sa mort, Moïse bénit les fils d'Israël et c'est la tribu de Dan qu'il compare à un jeune lion.
Deutéronome: "Dan est un jeune lion qui s'élance du Bashan"
Le sorcier Bilaa'm est chargé de par le roi Balak de maudire Israël, mais il n'y arrive pas lui rapportant dans
Nombres 23/24: "Voyez ce peuple! Il se lève comme une lionne, il se dresse comme un lion!…" et à l'inverse,
Bilaa'm finit par bénir Israël.
Nombres 24/9: "Il se couche, il se repose comme le lion et la lionne. Qui osera le réveiller? Heureux qui te
bénissent! Malheur à qui te maudit!"
Le lion prévaut généralement sur l'homme, mais il ne résiste pas au courage de Samson (Juges 14/6) ni à
celui de David (1 Samuel 17/34-35)
Juges 14/6: "Samson se rendit donc avec son père et sa mère à Timna. Comme ils atteignaient les vignes de
Timna, voici qu'un jeune lion vint à lui en rugissant. Saisi soudain de l'esprit divin, Samson le mit en pièces,
comme on ferait d'un chevreau, et il n'avait aucune arme…"
David relate ses exploits de bergers pour faire impression sur le roi Saül.
1 Samuel 17/34-35: "David répondit à Saül "ton serviteur faisait paître les brebis de son père, quand survenait
le lion ou l'ours, et qu'il emportait une bête du troupeau; je le poursuivais et le terrassais et la lui arrachais de la
gueule. Alors il se jetait sur moi, mais je le saisissais par la mâchoire et le frappais à mort".
 Le lion est l'instrument de la mort et de la destruction
En dehors de ces cas providentiels de force et de courage, l'homme est une proie aisée pour le lion, lorsqu'ils
se trouvent nez à nez.
1 Rois 20/36: "il lui dit "puisque tu n'as pas écouté la parole du Seigneur, lorsque tu m'auras quitté, un lion
t'attaquera". L'ayant quitté, il rencontra un lion qui le tua".
 La vision d'Ezéchiel
Dans cette vision, le lion et l'aigle sont associés dans une description d'une "créature" à 4 faces, les deux
autres faces étant celles d'un taureau et celle d'un homme (Ezéchiel chapitre 1).
Cette créature appelée "h'ayah" serait un niveau angélique, un niveau élevé atteint lors d'une ascension
extatique avant la vision. Sur le plan de l'âme, c'est aussi le niveau le plus élevé avant l'unification totale de l'être
dans sa recherche du Soi psychique.
Si le lion est l'image de l'élément "feu", l'aigle est celle de l'air, le taureau représentant l'eau et l'homme, la
terre.
 Une autre explication serait que le lion représente la force physique maîtrisée contrairement au taureau,
image de la puissance débridée et non contenue. L'aigle serait l'image de l'acuité de l'esprit.
 Par Albert Soued

Vous aimerez peut-être aussi