Vous êtes sur la page 1sur 6

Fonctions usuelles

I — Vocabulaire sur les fonctions Définition 1.4 — Composée de deux fonctions


Soit f une fonction numérique définie sur un ensemble D qui prend ses valeurs dans
un ensemble E et g une fonction numérique de E dans R.
Définition 1.1 — Fonction numérique
On définit la composée de f et g notée g ◦ f par
On appelle fonction numérique toute application d’une partie de R dans R.
g ◦ f : D −→ R
Définition 1.2 — Domaine de définition x 7−→ g( f (x))
Soit une expression algébrique f (x) dépendant d’une variable x.
L’ensemble des valeurs réelles pour lesquelles cette expression est syntaxiquement
Définition 1.5 — Fonctions et ordre
correcte s’appelle le domaine de définition D f de f .
Soit f une fonction de D dans R.
L’expression algébrique f (x) définit donc une fonction f : D f −→ R.
– f est majorée sur D si et seulement si

∃M ∈ R, ∀x ∈ D, f (x) ¶ M
Définition 1.3 — Opérations usuelles sur les fonctions
Soit I une partie de R et f : I −→ R et g : I −→ R deux fonctions numériques. – f est minorée sur D si et seulement si
On définit
— le produit de f par un scalaire λ λ f : I −→ R ∃m ∈ R, ∀x ∈ D, f (x) ¾ m
x 7−→ λ f (x)
– f est bornée sur D si et seulement si f est majorée et minorée sur D.
— la somme de f et de g f +g : I −→ R
– f est croissante sur D si et seulement si
x 7−→ f (x) + g(x)
— le produit de f et de g f ×g : I −→ R ∀(x, y) ∈ D 2 , x¶y =⇒ f (x) ¶ f ( y)
x 7−→ f (x) × g(x)
Sur l’ensemble J = {x ∈ I tel que f (x) 6= 0}, on peut définir l’inverse de f par – f est strictement croissante sur D si et seulement si

1/ f : J −→ R ∀(x, y) ∈ D 2 , x<y =⇒ f (x) < f ( y)


x 7−→ 1/ f (x)
– f est décroissante sur D si et seulement si

∀(x, y) ∈ D 2 , x¶y =⇒ f (x) ¾ f ( y)


– f est strictement décroissante sur D si et seulement si
II — Fonctions monômes
∀(x, y) ∈ D 2 , x<y =⇒ f (x) > f ( y) Tableau de variation et graphe

– f est monotone sur D si et seulement si f est croissante sur D ou décroissante Cas n pair Cas n impair
sur D. x −∞ 0 +∞ x −∞ +∞
– f est strictement monotone sur D si et seulement si f est strictement croissante f n0 (x) − 0 + f n0 (x) +
sur D ou strictement décroissante sur D.
+∞ +∞ +∞
– f est périodique de période T sur D si et seulement si
fn & % fn %
∀x ∈ D, x+T ∈D =⇒ f (x + T ) = f (x) 0 −∞

y
Propriété 1.6 — Caractérisation des fonctions bornées n impair
Une fonction f : D −→ R définie sur une partie D de R est bornée si et seulement si n pair

∃C ∈ R, ∀x ∈ D, | f (x)| ¶ C

n=1

n=0

O x

Figure I.1 — Graphe de x 7→ x n


III — Racine carrée IV — Valeur absolue

Définition 3.1 — Racine carrée Définition 4.1 — Valeur absolue


La fonction f : R+ −→ R est continue et strictement croissante sur R+ . La fonction valeur absolue est définie par
x 7−→ x 2
|x| = x
déf.

Elle réalise donc une bijection de R+ dans f 〈R+ 〉 = R+ . Sa bijection réciproque est ∀x ∈ R, si x ¾ 0
p
|x| = −x si x < 0
déf.
la fonction racine carrée, définie et continue sur R+ · : R+ −→ R+ . et
p
x 7−→ x
Cette fonction est définie et continue sur R. Elle est dérivable sur R∗ et n’est pas
dérivable en 0.
Propriété 3.2 — Racine carrée d d
Soit x et y deux réels positifs. On a ∀x ∈ R∗+ , (|x|) = 1 ∀x ∈ R∗− , (|x|) = −1
dx dx
p p p d
1) xy = x y; ou bien ∀x ∈ R∗ , (|x|) = |x| /x
p p dx
2) si x 6= 0, 1/x = 1/ x ;
p p y
3) pour n ∈ N, x n = ( x)n ;

La fonction racine carrée est dérivable sur R∗+ , n’est pas dérivable en 0 et

d p  1
∀x ∈ R∗+ , x = p
dx 2 x
O x
Tableau de variation et graphe
y Figure I.3 — Graphe de x 7→ |x|

x 0 +∞
0
f (x) +
+∞
f %
0
O x
p
Figure I.2 — Graphe de x 7→ x
V — Logarithme népérien Cette fonction est proportionnelle au logarithme. Elle hérite de ses propriétés
V.1 — Définition et propriété caractéristique opératoires, de régularité, etc. On note le logarithme de base 10 « Log ».

Application — Nombre de chiffres dans l’écriture décimal d’un entier


Définition 5.1 — Logarithme népérien Soit n un entier Le nombre de chiffre dans l’écriture décimale de n est bLog(n)c +
La fonction f : R∗+ −→ R est définie sur un intervalle et continue : elle admet 1.
x 7−→ 1/x
une unique primitive s’annulant en 1. Cette primitive est la fonction logarithme Propriété 5.7 —
népérien ln Z x 1) ln est une fonction continue et strictement croissante.
∗ 1
∀x ∈ R+ , ln(x) =
déf.
dt 2) ln(x) −−−−→ +∞ ;
1 t
x→+∞
3) ln(x) −−→ −∞ ;
x→0

Théorème 5.2 — Propriété caractéristique du logarithme


Propriété 5.8 — Propriétés dite de « croissances comparées »
∀(x, y) ∈ R∗+ 2 , ln(x × y) = ln(x) + ln( y) ln(x)
1) −−−−→ 0 ;
x x→+∞
2) x ln(x) −−→ 0.
Corollaire 5.3 — ∀x ∈ R∗+ , ln(1/x) = − ln x x→0

Tableau de variation et graphe


Corollaire 5.4 — ∀(x) ∈ R∗+ , ∀n ∈ Z, ln(x n ) = n ln(x) y

ln
Définition 5.5 — Logarithme de base a
x 0 +∞
Soit a ∈ R∗+ . On appelle logarithme de base a et on note loga la fonction définie 0
ln (x) +
sur R∗+ par
ln(x) +∞ O x
∀x ∈ R∗+ , loga x = ln %
ln(a)
−∞
En particulier on a loga (a) = 1.

Figure I.4 — Graphe de ln


VI — Exponentielle Tableau de variation et graphe
VI.1 — Définition et propriété caractéristique y

Définition 6.1 — Exponentielle x 0 +∞


La fonction x 7→ ln(x) étant continue et strictement croissante sur l’intervalle R∗+ , 0
ln (x) +
elle définit une bijection de R∗+ dans ln R∗+ = R. Sa bijection réciproque est la


+∞
fonction exponentielle, noté exp. ln %
−∞
O x
Théorème 6.2 — Propriété caractéristique de l’exponentielle
∀(x, y) ∈ R2 , exp(x + y) = exp(x) exp( y) Figure I.5 — Graphe de exp

En posant e = exp(1), on peut alors noter exp(x) = e x . Cette notation puissance VI.3 — Fonction puissance réelle
est justifiée par le fait que la propriété fondamentale de la notation puissance
est vérifiée.
Définition 6.5 — Fonction puissance
VI.2 — Étude de la fonction exp Soit a un réel strictement positif et x un réel quelconque. Alors par définition a x =
exp(x ln(a)).

Propriété 6.3 — La fonction exp On parle parfois d’exponentielle de base a.


1) est continue et strictement croissante ;
2) e x −−−−→ +∞ et e x −−−−→ 0 ; Propriété 6.6 —
x→+∞ x→−∞
3) dérivable et égale à sa dérivée. 1) Pour a ∈ R∗+ et (x, y) ∈ R2 : a x+ y = a x a y et a x y = a x y .
2) Pour (a, b) ∈ (R∗+ )2 et x ∈ R : (ab) x = a x b x .

Propriété 6.4 — Propriétés dite « de croissances comparées » Les règles de calculs de la notation puissance sont donc vérifiées, ce qui justifie
x
e l’usage de cette notation.
1) −−−−→ +∞ ;
x x→+∞
ex
2) −−−−→ 0.
x x→−∞
VII — Fonctions circulaires Graphes
VII.1 — Définition de cosinus, sinus x
y cos

− π2 O π π x sin
2

Figure I.7 — Graphes de sin et cos


M tan(α) y
sin(α)

α
x
O cos(α)

− 32π − π2 O π
2

2
x

Figure I.6 — Définition des fonctions circulaires

Figure I.8 — Graphe de tan

Vous aimerez peut-être aussi