Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre IV Equations différentielles linéaires du premier ordre

I-Définitions

Soit I un intervalle ouvert de IR ; a et b deux fonctions continues de I vers IR. On appelle équation
différentielle linéaire du premier ordre toute équation différentielle de la forme

(E) : 𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 𝑏(𝑥)

Si b(x) = 0 on dit que est l’équation est sans second membre ou homogène.

On la note (H) : 𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0

𝑂𝑛 𝑛𝑜𝑡𝑒 𝑦 𝑒𝑡 𝑦’ 𝑎𝑢 𝑙𝑖𝑒𝑢 𝑑𝑒 𝑦(𝑥) 𝑒𝑡 𝑦’(𝑥).

Résoudre l’équation (E) c’est déterminer les fonctions dérivables 𝜑 sur I telles que

𝜑′ (𝑥) + 𝑎(𝑥)𝜑(𝑥) = 𝑏(𝑥)

II- Résolution de l’équation homogène (H)

a est continue sur I donc elle admet une primitive A sur I.

𝑦 = 0 est une solution évidente de (H).

En effet :Supposons y≠ 0 c'est-à-dire pour tout x de I y(x) ≠0

𝑦′
𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0 ⟺ 𝑦
= −𝑎(𝑥)

𝑑𝑦
𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0 ⟺ 𝑦
= −𝑎(𝑥)𝑑𝑥

𝑑𝑦
𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0 ⟺ ∫ 𝑦
= ∫ −𝑎(𝑥)𝑑𝑥

𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0 ⟺ ln|𝑦|=-A(x)+C

𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0 ⟺ y= 𝑒 −𝐴(𝑥)+𝐶 =e-A(x)eC

𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0 ⟺ y=+/-e-A(x)eC

𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0 ⟺ y=Ke-A(x)

Théorème : Soit I un intervalle ouvert de IR, a une fonction continue de I vers IR et A une primitive de
a sur I. Les solutions de l’équation différentielle (H) : 𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0 sont les fonctions dérivables
sur I de la forme

𝒀𝑯 = 𝑲𝒆−𝑨(𝒙) , 𝒐𝒖 𝒙 ∈ 𝑰 𝒆𝒕 𝒌 ∈ 𝑰𝑹

Exemples :
Intégrer : 1. 𝑦 ′ − 2𝑥𝑦 = 0,

2. 𝑦 ′ + sin (𝑥) 𝑦 = 0,
1
3. 𝑦 ′ − 𝑥 𝑦 = 0, 𝑥 > 0

1
4. 𝑦 ′ = 𝑦 , 𝑥 ∈ [−1,1]
√1−𝑥 2

Solution :

1.𝑦 ′ − 2𝑥𝑦 = 0 , a la forme de 𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0

sa solution est 𝑦𝐻 = 𝐾𝑒 −𝐴(𝑥) , 𝑜𝑢 𝑥 ∈ 𝐼 𝑒𝑡 𝑘 ∈ 𝐼𝑅 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑎(𝑥) = −2𝑥 ⇒ 𝐴(𝑥) = −𝑥 2


𝟐 𝟐
Donc 𝒚𝑯 = 𝑲𝒆−(−𝒙 ) = 𝑲𝒆𝒙 , 𝑲 ∈ 𝑰𝑹.

2. 𝑦 ′ + 𝑠𝑖𝑛𝑥 𝑦 = 0, 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑎(𝑥) = sin(𝑥) ⇒ 𝐴(𝑥) = −cos (𝑥)

𝒚𝑯 = 𝑲𝒆−(−𝐜𝐨𝐬 (𝒙)) = 𝑲𝒆𝐜𝐨𝐬 (𝒙), 𝑲 ∈ 𝑰𝑹


1
3. Rappel 𝑒 ln (𝐴) = 𝐴 𝑒𝑡 𝑒 − ln(𝐴) =
𝐴

1 −1
𝑦 ′ − 𝑦 = 0, 𝑥 > 0 , avec 𝑎(𝑥) = ⇒ 𝐴(𝑥) = −𝑙𝑛|𝑥| = ln (𝑥)
𝑥 𝑥

𝒚𝑯 = 𝑲𝒆−(−𝒍𝒏(𝒙)) = 𝑲𝒙, 𝑲 ∈ 𝑰𝑹
1
4. 𝑦 ′ = 𝑦 , 𝑥 ∈ [−1,1], on transforme l’équation de la forme suivante 𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0
√1−𝑥 2

1 −1
D’où 𝑦 ′ − 𝑦 = 0 , 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑎(𝑥) = ⇒ 𝐴(𝑥) = −Arcsin(x)
√1−𝑥 2 √1−𝑥 2

𝒚𝑯 = 𝑲𝒆−(−𝑨𝒓𝒄𝒔𝒊𝒏(𝒙)) = 𝑲𝒆𝑨𝒓𝒄𝒔𝒊𝒏(𝒙) , 𝑲 ∈ 𝑰𝑹

III- Résolution de l’équation avec second membre(E)

𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 𝑏(𝑥) (𝐸)

soit 𝑦𝑃 𝑢ne solution particulière de (E), on a donc

𝑦′𝑃 + 𝑎(𝑥)𝑦𝑃 = 𝑏(𝑥) , on déduit

(𝑦 − 𝑦𝑃 )’ + 𝑎(𝑥)(𝑦 − 𝑦𝑃 ) = 0

D’où 𝑦 − 𝑦𝑃 est solution de l’équation homogène (H)

D’où 𝑦 − 𝑦𝑃 =𝑦𝐻

et 𝑦 = 𝑦𝑃 + 𝑦𝐻
Les solutions de (E) sont la somme des solutions homogènes et d’une solution particulière.

𝒚𝑮 = 𝒚𝑯+ 𝒚𝑷

Exemples : Intégrer

1) 𝑦’ + 𝑥𝑦 = 𝑥 3 + 3𝑥 (𝑦𝑃 = 𝑥 2 + 1 𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛𝑒 𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑐𝑢𝑙𝑖è𝑟𝑒).


1
2) 𝑦’ + 𝑦 = 𝑒 𝑥 ( 𝑦𝑃 = 𝑒 𝑥 𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛𝑒 𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑐𝑢𝑙𝑖è𝑟𝑒).
𝑥

Remarque : Si on ajoute la condition initiale 𝒚(𝒙𝟎 ) = 𝒚𝟎 , la solution de (E) est unique.

IV- Détermination d’une solution particulière par la méthode de la variation de la constante

(𝐸) 𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 𝑏(𝑥)

(𝐻) 𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 0

𝑦𝐻 = 𝐾𝑒 −𝐴(𝑥) , 𝑜𝑢 𝑥 ∈ 𝐼 𝑒𝑡 𝑘 ∈ 𝐼𝑅

𝑂𝑛 𝑝𝑜𝑠𝑒 𝑦𝑃 = 𝑘(𝑥)𝑒 −𝐴(𝑥)

𝑦𝑃 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 (𝐸) ⟺ 𝑦′𝑃 + 𝑎(𝑥)𝑦𝑃 = 𝑏(𝑥)

𝑦𝑃 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 (𝐸) ⟺ 𝑘’(𝑥)𝑒 −𝐴(𝑥) + 𝑘(𝑥)(−𝐴’(𝑥)𝑒 −𝐴(𝑥) ) + 𝑘(𝑥)𝑎(𝑥)𝑒 −𝐴(𝑥) ) = 𝑏(𝑥)

𝑦𝑃 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 (𝐸) ⟺ 𝑘’(𝑥)𝑒 −𝐴(𝑥) − 𝑘(𝑥)(𝑎(𝑥)𝑒 −𝐴(𝑥) ) + 𝑘(𝑥)𝑎(𝑥)𝑒 −𝐴(𝑥) = 𝑏(𝑥)

𝑦𝑃 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 (𝐸) ⟺ 𝑘’(𝑥)𝑒 −𝐴(𝑥) = 𝑏(𝑥)

𝑦𝑃 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 (𝐸) ⟺ 𝑘’(𝑥) = 𝑏(𝑥) 𝑒 𝐴(𝑥)

𝑦𝑃 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 (𝐸) ⟺ 𝑘(𝑥) = ∫ 𝑏(𝑥) 𝑒 𝐴(𝑥) 𝑑𝑥

𝒚𝑷 = e-A(x)∫ 𝐛(𝐱) 𝐞𝐀(𝐱) 𝐝𝐱

Exemple : 𝑦 ′ + 𝑦 = (𝑥 + 2)𝑒 𝑥

Solution : elle a forme 𝑦’ + 𝑎(𝑥)𝑦 = 𝑏(𝑥)

La solution Générale est 𝑦𝐺 = 𝑦𝐻 + 𝑦𝑃

𝑦𝐻 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑦 ′ + 𝑦 = 0 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑎(𝑥) = 1 ⟹ 𝐴(𝑥) = 𝑥, 𝑦𝐻 = 𝑘𝑒 −𝑥 , 𝑘 ∈ 𝐼𝑅


La solution particulière est 𝑦𝑃 = 𝑘(𝑥)𝑒 −𝐴(𝑥) = 𝑘(𝑥)𝑒 −𝑥 , avec

𝑘(𝑥) = ∫ 𝑏(𝑥)𝑒 𝑥 𝑑𝑥 = ∫(𝑥 + 2)𝑒 𝑥 𝑑𝑥 , par une intégration par parties

𝑢 = (𝑥 + 2) → 𝑢′ (𝑥) = 1

𝑣(𝑥) = 𝑒 𝑥 → 𝑣 ′ (𝑥) = 𝑒 𝑥

𝑘(𝑥) = [(𝑥 + 2)𝑒 𝑥 ] − ∫ 𝑒 𝑥 𝑑𝑥 = (𝑥 + 2)𝑒 𝑥 − 𝑒 𝑥 = 𝑒 𝑥 (𝑥 + 2 − 1) = 𝑒 𝑥 (𝑥 + 1)

𝑦𝑃 = 𝑘(𝑥)𝑒 −𝑥 =𝑒 𝑥 (𝑥 + 1)𝑒 −𝑥 =𝑒 −𝑥 𝑒 𝑥 (𝑥 + 1) = 𝑥 + 1

𝑦𝐺 = 𝑦𝐻 + 𝑦𝑃 = 𝑘𝑒 −𝑥 + 𝑥 + 1 , 𝑘 ∈ 𝐼𝑅

Vous aimerez peut-être aussi